Un petit village gaulois résiste… et s’il y avait une autre voie ?

Par le Passeur.

A travers un évènement illustrant la poussée de l’ombre, et la réaction du côté de ceux qui s’y opposent, nous avons là la scène prête à rejouer des énergies du monde ancien, mais aussi l’opportunité d’entrevoir une autre voie encore très incomprise.

Pour commencer, l’évènement lui-même. Ou lorsqu’un gros pétrolier texan attaque un petit village des Cévennes…

Après la mobilisation récente contre l’exploitation destructrice des gaz de schiste dans le sous-sol de France, rappelons que la loi votée le 11 Mai dernier par les députés français n’a fait que botter en touche, n’autorisant pas directement l’exploitation mais la recherche du gaz oui. On imagine bien qu’aucun pétrolier ne va entamer des recherches s’il n’est pas certain de pouvoir exploiter, il suffira de changer le terme de « fracturation hydraulique » et le tour sera joué. L’hypocrisie de cette loi n’est donc qu’une première étape avant l’autorisation de l’exploitation.

Rappelons encore que la technique de la fracturation hydraulique qui a cours aux Etats-Unis est reconnue là-bas avec 10 ans de recul par tous les acteurs et observateurs comme une catastrophe écologique. Hormis les 20 piscines olympiques qu’il faut consommer en eau pour un forage moyen, ce sont 2 tonnes de 900 à 1000 produits hautement toxiques* qui sont envoyés sous pression avec une très grosse quantité de sable, et dont seulement une tonne de ces poisons peut-être récupérée en fin de forage.

Le petit village gaulois de Bonnevaux dans le Gard, visé par cette malfaisance, a donc émis un arrêté municipal le 8 mars 2011 interdisant « les forages pour l’exploration et l’exploitation de gisements de gaz de schistes par la technique de la fracturation hydraulique verticale et horizontale » sur le territoire de la commune. C’est cet arrêté dont la compagnie pétrolière américaine Schuepbach Energy LLC demande aujourd’hui l’annulation par voie de justice.

Le petit village d’une centaine habitants n’en décolère pas et à l’image de son maire, Roseline Boussac, n’entend pas baisser les bras : « C’est une entreprise de Dallas qui vient nous dire ce qu’il faut que l’on fasse chez nous. Je ne vais pas me laisser faire. Comme Jeanne d’Arc, je pars en guerre. Heureusement que je suis assurée en tant que maire pour pouvoir me défendre devant une grosse société comme ça. »

En réalité, ce sont par ailleurs une vingtaine d’élus ardéchois qui sont attaqués par la compagnie texane puisqu’un permis de recherche lui a été accordé par l’Etat français en Ardèche et sur le nord du Gard.

Pour finir, quelle perspective, la conscience qui émerge nous donne-t-elle à ce sujet ? En ces temps où l’ombre s’épaissit un peu avant l’aube, dire non, pacifiquement, à ce qui n’est plus admissible devient  une attitude simple et naturelle. Il ne s’agit plus aujourd’hui de militer sur des barricades bien que certains continueront à le faire, mais d’ÊTRE, pleinement présent à la lumière qui nous emplit. Ce qui revient à faire en sorte que la fluidité des évènements change de camp.

Avec la fermeté du « non », la sérénité du juste en soi, et l’intention de maintenir cet état d’être, on change naturellement les lignes du temps. Autrement dit on se réapproprie notre avenir dans notre façon d’être au présent et on ne laisse plus toujours les mêmes en décider à notre place. C’est un mécanisme si simple qu’au début on a du mal à y croire, j’y reviendrai très prochainement avec un article sur le sujet.

Il y a donc deux manières d’interrompre la ligne du temps qui amènerait à l’exploitation des gaz de schiste. (Et c’est valable pour tout autre sujet du même ordre). L’une est basée sur les vieux réflexes et entreprend de creuser les tranchées et de monter au front – ce qui est encore le rôle dévolu à certains dans cette période de transition qui n’est pas avare de paradoxes. L’autre consiste à ne pas nourrir cette énergie d’opposition active, typique de la dualité et de la réaction à la peur (action/réaction), en se rappelant à son être profond et en dissipant l’existence même d’un quelconque danger par le simple rayonnement de sa lumière intérieure (intention soutenue et sérénité). Cette dissipation se fait par la manifestation en soi d’une ligne de temps où n’existe pas ce danger. Pour le dire autrement, il n’y aucun danger car quelque soit la volonté de ceux qui l’agitent, ça n’arrivera pas, parce que dans ce monde qui est désormais le mien, ces énergies n’ont plus cours. Tel est le mécanisme en œuvre.

Clairement, ce n’est en rien un déni puisque l’on a conscience des forces en jeu qui tentent de créer leur avenir, mais c’est une illustration concrète de la pleine expression de la puissante pensée créatrice qui est la nôtre. Si tout un pays, toute une planète, pensait ainsi à propos de l’avènement d’une ère de paix et de respect de la vie, le monde en serait instantanément changé.

© Le Passeur. 26 Mai 2011


* Quatre chercheurs US , Colborn , Kwiatkowski , Schultz et Bachran , ont finit par identifier 944 produits chimiques qui, ajoutés à l’eau, servent à briser la roche.
Ils n’ont pu identifier les ingrédients chimiques (à plus de 95 %) que pour 131 de ces produits, soit 14 % du total. Pour 407 de ces produits, seul 1 % de la composition a pu être établie.
Seulement 353 molécules ont un code officiel du Chemical Abstract Service et ont pu être clairement identifiées. Elle ont montré que :

–  52 % affectent le système nerveux.

–  46 % affectent le système cardiovasculaire.

–  40 % affectent le système immunitaire.

–  40 % affectent le système rénal.

–  37% sont susceptibles d’affecter le système endocrinien qui régularise la chimie corporelle.

–  40 % ont des impacts reconnus sur l’environnement

–  37 % , soit plus du tiers sont volatiles

La plupart sont des contaminants potentiels des eaux fluviales et des eaux souterraines et un quart sont cancérigènes et mutagènes .

Le sel , de tous les produits utilisés dans l’exploitation des gaz de schistes , est presque devenu l’ennemi numéro un. En se dissipant dans le sous-sol, les acides créent en effet au contact d’autres minéraux une réaction qui génère différents sels, en supplément de ceux déjà présents à l’état naturel .
Ils se concentreraient de facon particulièrement élevées dans les eaux de récupération, soit près de 10.000 parties par million, c’est à dire à un niveau équivalent à ce que l’on rencontre dans les eaux saumâtres des estuaires.

Liste des produits identifiés :

 

* Methanol (Methyl alcohol) PDA 342
* Ethylene glycol (1,2-ethanediol) PDA 119
* Diesel Cancérigène, PDE, PDA 51
* Naphthalene Cancérigène, PDA 44
* Xylene PDE, PDA 44
* Hydrogen chloride (Hydrochloric acid) PDA 42
* Toluene PDE, PDA 29
* Ethylbenzene PDE, PDA 28
* Diethanolamine (2,2-iminodiethanol) PDA 14
* Formaldehyde Cancérigène, PDA 12
* Sulfuric acid Cancérigène 9
* Thiourea Cancérigène 9
* Benzyl chloride Cancérigène, PDA 8
* Cumene PDA 6
* Nitrilotriacetic acid Cancérigène 6
* Dimethyl formamide PDA 5
* Phenol PDA 5
* Benzene Cancérigène, PDE, PDA 3
* Di (2-ethylhexyl) phthalate Cancérigène, PDE, PDA 3
* Acrylamide Cancérigène, PDE, PDA 2
* Hydrogen fluoride (Hydrofluoric acid) PDA 2
* Phthalic anhydride PDA 2
* Acetaldehyde Cancérigène, PDA 1
* Acetophenone PDA 1
* Copper PDE 1
* Ethylene oxide Cancérigène, PDA 1

 

Documentation : http://www.midilibre.fr/2011/05/24/le-petrolier-us-attaque-la-petite-commune-gardois-e,324250.php

http://www.oceanattitude.org/index.php?post/2011/04/08/PRODUITS-CHIMIQUES-DE-LA-FRACTURATION-HYDRAULIQUE

http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/04/19/gaz-de-schiste-la-liste-des-composants-chimiques-publiee/

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Un petit village gaulois résiste… et s’il y avait une autre voie ?

  1. Dajurna dit :

    Je sais bien emprunter des chemins maintes fois parcourus, mais il me semble utile de redire ici un certain nombre de choses. La 1ere, et pas des moindres, consiste a rayer de nos memoires notre apparente faiblesse face a ceux qu’on pourrait considerer comme puissants, par l’argent & leurs positions politiques, etc. C’est d’autant plus vrai que nous ne sommes jamais seuls, je peux temoigner des miracles et des cadeaux de la vie obtenus juste en « telephonant a mon Ange GArdien ». Certes, cela fait sourire, tant mieux. La 2eme, bien que pas completement comprise, consiste a programmer son propre avenir sans la peur, parce que c’est une energeie a transformer. Ne rien croire, tout experimenter avec le sourire. Pas facile mais justement, parce que c’est simple, c’est a la portee de toutes & tous. Se retrouver plonge jusqu’au cou dans les emmerdes n’est en fait rien d’autre qu’un cadeau, puisque si une epreuve nous est proposee, c’est parce que nous avons le potentiel de la traverser. Accueillir l’energie consideree comme negative pour en faire quelque chose de personnel, creatif et si possible, avec le detachement suffisant pour ne pas s’auto-detruire, voila le but. Voila ce qu’evoque pour moi tout ce que je lis ici, et pas seulement a propos de la decision des habitants du Gard, et pas uniquement a propos de la 9eme onde et du calendrier maya.
    Il ne s’agit en rien d’une fin du monde mais bien au contraire de la transformation des mondes. La fin d’un monde, en soi, n’a aucun caractere de gravite devant la multiplicite des mondes. Accepter de changer de monde, et a la maniere du Langage des Oiseaux, de changer de mode (de pensee) consiste a faire le tri sur ce qui est important pour chacun de nous, mais pa au sens de l’image, celle qui nous est imposee par la culture, le cultuel depuis des centaines d’annees … euh … des centaines, je reste fort modeste ! …
    Nous sommes bien sur le resultat de l’evolution de ceux qui nous precedent, mais chacun peut refuser et changer un peu dans sa propre vie, sans que cela devienne une opposition visible a la vie sociale. Anecdote qui fait sourire mes amis, je refuse de porter a la dechetterie mes dechets verts. Pourquoi ? Parce sous pretexte de ne pas faire le feu (interdit par decret municipa) que mon jardin peut accueillir, je ne depense pas le carburant pour apporter ce qui vient de chez moi, je n’irai pas acheter mes propres decherts valorises par d’autres et sans consommer, une fois de plus, du carburant. Plus particulierement parce que la cendre obtenue est melangee a l’eau de traitement des plantations. MAIS J’AI CLAIREMENT POURQUOI a M. le Maire, lui precisant que cette decision ne pouvait etre remise en cause et que ce qui pouvait etre considere comme desobeissance civile n’etait en fait qu’un choix de proteger l’environnement, de ne pas participer a l’enrichissement a des groupements qui, sous couvert de prendre en charge une tache a carctere d’interet public, ne font que creer d’autres besoins, d’autres nuisances et venaient interferer sur mon pouvoir individuel de decision la ou cela n’apportait strictement rien. Voila comme la volonte peut etre orientee. Certes, c’est personnel et a tout petit niveau local. Mais cela participe a ce que je nomme « l’axiome de la tache d’huile » qui consiste a etendre autour de soi un principe de reflexion et l’exemple de l’evolution de la pense du Coeur.
    Pardon pour la longueur, la prochaine fois je serai plus concis, mais bravo et merci pour les articles. Vous participez a l’eclairage de l’eveil des consciences. Dans cette harmonie, cordialites choisies.

  2. elba dit :

    « L’état français » ne consulte donc pas les élus locaux, lorsqu’il s’agit d’octroyer certaines permissions… Une histoire de gros sous entre quelques personnes qui en ont déjà bien plus qu’il ne leur en faut (des sous) pour vivre royalement !
    Je suis de tout coeur aux cotés de ces irréductibles.

    Et j’adore venir lire chez vous !

  3. Soleil Bleu dit :

    La pensée est encore un espace qui s’introduit entre mon ressenti et ce que j’en expérimente. Vivre l’instant présent, centrée dans la zone d’où s’exclue toute bataille du mental, dans l’harmonie d’un « coeur à corps » qui chuchotte seulement un « Oui » tranquille et paisible.
    J’apprends à créer (modestement) la chose en ce moment……..

    IN LAKEC’H
    Soleil Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *