La nouvelle ligne du Temps

Par Le Passeur.

Comprendre ce que sont les lignes du Temps participe de notre libération. Les épreuves rencontrées et la sensation de subir les évènements font que tout le monde ne reconnaît pas que la vie est surtout ce que nous en faisons. Ou dit avec plus de précision, que le déroulement de nos vies résulte à la fois de schémas cosmiques qui nous dépassent et des choix que nous mettons en œuvre dans le vaste champ des possibilités qui s’ouvre à nous à tout instant. Ce champ pourrait être représenté par une multitude de sillons qui sont autant de lignes du Temps aptes à répondre en résonance à notre élan. Ou encore à une multitude d’aiguillages dont nous sommes à la fois les gardiens et la main qui les actionne, individuellement et collectivement.

Ce qui est capital dans le schéma évolutif de la collectivité humaine, c’est d’intégrer qu’il n’y aucune fatalité à suivre une ligne du Temps qui ne nous convient pas. Il nous est possible à tout moment de sauter d’une ligne à l’autre et de quitter ainsi le flux qu’elle représente pour le collectif qu’elle emmène. Représentez-vous une multitude de filaments lumineux aux nuances différentes qui filent à perte de vue devant vous selon des trajectoires plus ou moins parallèles. C’est à peu près ainsi que se dessine ce que l’on perçoit dans notre dimension comme l’avenir. Vous êtes sur l’un de ces filaments et en réalité tous existent simultanément, ce qui permet de passer de l’un à l’autre quelles que soient vos conditions de vie. Même emprisonné dans un cachot pour vingt ans, il est possible de changer sa ligne du Temps par un travail sur soi d’Eveil et de reconnexion avec sa conscience supérieure.

Le premier constat est que tout ce qui relève du conditionnement humain nous incite à penser qu’il n’y a qu’un filament, qu’une seule ligne du Temps, et qu’elle est immuable. Le second constat est que nous vivons en ce moment même une convergence de plusieurs cycles, de rythmes différents, dont neuf concernent directement les Âges de l’humanité, vers leur point culminant commun. Lorsque de telles conditions extrêmes sont réunies, ce qui est très rare, les dimensions s’entrechoquent et s’interpénètrent et les lignes du Temps se rapprochent considérablement jusqu’à ouvrir des passages qui sont autant d’accélérateurs puissants de notre évolution, pour tant est qu’on en saisisse l’extraordinaire opportunité.

Depuis l’époque Sumérienne il y a environ 6.000 ans, de nombreuses prophéties nous sont parvenues pour décrire les évènements de l’époque que nous vivons. Chacune de ces prophéties n’est que l’expression de la vision d’une ligne du Temps. Donc chacune d’elles a été émise à un moment où le collectif humain dessinait les probabilités maximales d’une telle ligne. Clairement, même si les grandes lignes de l’horlogerie cosmique sont respectées, cela veut dire qu’aucune de ces prophéties n’est immuable, pas plus que ne l’est le chemin de vie de chaque être. Ce qui est immuable dans cet « espace » d’expression, c’est le point de focalisation de l’évolution de la Création : tout, sans exception, remonte à sa source. Et chaque manière de suivre le courant jusqu’à la Source représente une ligne du Temps.

Les prophéties peuvent donc être dépassées et pour quelques unes d’entre elles c’est tant mieux. Celles-là n’ont été émises que pour avertir des risques inhérents à emprunter certaines lignes du Temps plutôt que d’autres qui mènent plus directement à la prochaine étape de notre évolution. Mais les probabilités restent ce qu’elles sont. Elles sont en ce domaine la somme d’une quantité, d’une volonté et d’une soumission.

Actuellement, si une majorité d’êtres humains restent calqués sur le modèle comportemental auquel ils sont soumis par le collectif dès leur naissance, la ligne du Temps qu’ils suivent se nourrit de leur énergie et se renforce sans cesse de nouvelles âmes. Le monde ainsi bâti et rebâti sans cesse poursuit donc sa course autodestructrice jusqu’au fond de l’abîme. La mauvaise nouvelle, c’est qu’une bonne part de l’humanité s’accroche à l’egrégore qui l’a vu naître et ne le remet toujours pas en question ou pas suffisamment pour quitter cette ligne du Temps qui a été décrite dans certaines prophéties peu riantes.

En revanche, si un nombre suffisant d’êtres a pu se libérer peu à peu de leur conditionnement et reconnecter le véritable héritage de leur naissance présent en eux, alors ce collectif en mouvement investit une autre ligne du Temps en résonance avec ses aspirations inédites. Littéralement, il co-crée son existence dont il reprend le gouvernail sur une nouvelle Terre. La bonne nouvelle, c’est que justement c’est ce qui en train de se réaliser pour un nombre grandissant d’âmes. Et qu’après que certains paliers aient été franchis quant aux évènements terrestres, de nombreux indécis les rejoindront en marche.

Globalement donc, vous qui lisez cela et vivez un certain éveil, nous tous de cœur à cœur, nous sommes bel et bien en train de changer collectivement de ligne du Temps. Nous œuvrons par notre intention soutenue à ne plus vouloir de l’ancien monde et à imaginer le nouveau non pas comme une projection dans l’avenir, mais déjà comme une réalité du présent sur laquelle nous verrouillons notre fréquence individuelle comme le tuner d’un poste radio, puis en incarnant cette énergie dans nos vies, en la maintenant dans son intensité et en l’enracinant dans notre Terre à travers nos actions. C’est ainsi que nous intégrons cette ligne du Temps, c’est ainsi que nous amenons irrésistiblement l’aventure humaine à l’avènement de cette ère, et c’est l’engagement que nous avons pris avant de naître une nouvelle fois ici.

Il est dit que c’est dans les heures qui précèdent l’aube que la nuit est la plus noire. Nous sommes en ces heures d’obscurité et celle-ci va s’épaissir encore un court moment. Mais surtout, quoi qu’il arrive et quelles que puissent être les impressions que tout va de plus en plus mal, ne vous découragez pas, ne doutez pas que nous avons tenu notre engagement.

Le processus d’ascension de la Terre est en marche avec ou sans nous puisqu’il dépend des grands cycles cosmiques. Mais ce sera avec nous, parce que notre effort sans relâche nous a placé sur cette ligne du Temps où les hommes ont réveillé leurs consciences, soigné leurs blessures et se sont mis en accord avec eux-même et avec la Terre qui les porte. Les lucioles ne sont plus solitaires et cet accord vibratoire que nous émettons collectivement à présent, est un chant nouveau et unique, perçu à travers les Univers où toutes formes de vies unifiées se tournent avec joie vers Urantia Gaïa. L’aide reçue est donc considérable. Quelques uns ne voient peut-être pas encore nettement tout cela et d’autres, gros dormeurs, pas du tout, mais quelque chose de nouveau est arrivé ici, presque in extremis, surtout n’en doutez plus, et soyez bien conscients que de cette lumière née nous portons dorénavant l’héritage.

Fraternellement,

© Le Passeur – 27 Mai 2011 – http://www.urantia-gaia.infoCet article est autorisé à la copie à la seule condition de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

La Clé du Présent

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

56 Responses to La nouvelle ligne du Temps

  1. Robert Triolé dit :

    Bonjour,

    Merci au « Passeur » pour tous ces textes galvanisants et pleins d’espoirs.
    Je n’ai pas résisté à en faire une copie sur mon pc pour ceux dont la résonnance m’est totale
    Mon éveil a commencé par une grande peur et une forte douleur. Les 2 ont disparu aujourd’hui !
    Aujourd’hui je continue ce travail d’éveil (…car il y a encore fort à faire) pour aller plus loin dans cette conscience, avec l’aide de mes proches.
    Amicalement à tous

  2. Doud dit :

    Merci le passeur de ce texte .
    je voulais savoir si dans cette évolution de conscience ,que je ressent ,si il est normal d’être en décalage avec cette société d’éprouver de la colère et de ressentir de forte émotions qui font pleuré ,de ne plus avoir envie de travailler ,mais vivre comme le film de Coline Sérreau « la belle verte » dans une harmonie total entre les gens et la nature?Le fait de faire comprendre cela à ma famille les choque.
    Mais au plus profond de moi je suis sur que cette façon de vivre existera.
    cordialement .
    Que L’ Amour soit en nous.

  3. marie christine dit :

    Intéressant cet article !
    Je ne pense pas être hors sujet si je raconte une certaine expérience .
    Un jour, je tombe sur une phrase de Sri Aurobindio qui a fait tilt : « On a le pouvoir de changer son passé » .
    Quoi ? Mais c’est formidable ! Il faut que j’essaie !
    C’était à l’époque où je me débattais encore avec bon nombre de traumatismes et mauvais souvenirs de l’école avec ses instits au coeur froid comme la glace et aux méthodes fleurant le nazisme (hé oui, parfois les victimes adoptent les manières de leurs bourreaux …!) .
    Un souvenir parmi d’autres (pas le pire) s’est imposé immédiatement à mon esprit pour que je travaille dessus ; une sorte de souvenir témoin, un panel représentatif qui agirait sur toute la série en même temps .
    Je me mets donc à bidouiller dans mon coin de façon tout à fait artisanale .
    Je me replace dans la situation douloureuse en question, de mon enfance, et j’invente un scénario complètement différent de celui que j’ai vécu. Je me force à y croire mais ce n’est pas plausible . Alors j’en invente un autre, même topo . J’en invente un autre, puis un autre, etc … Cela a duré plusieurs jours . Jusqu’à ce qu’un des scénarios soit accepté dans ma tête . Oui, celui-là me convient ! J’y crois à fond : les choses se sont passées comme ça !
    Et à partir de ce jour-là, miracle ! Balayés tous les mauvais souvenirs de l’école et les rancunes qui vont avec . C’est comme une déconnexion qui s’est faite dans mon cerveau .
    Un test facile : se rappeler un événement du passé, si on sent encore un pincement ou un mal-être, c’est qu’il n’est pas résolu ; si on n’éprouve plus aucun inconfort, c’est qu’il est résolu .

    • Le Passeur dit :

      Très intéressant en effet, d’autant que c’est simple et que très souvent ce qui est simple fonctionne.

      • caroline dit :

        Bonjour passeur,
        Je reprends cet article et je viens de visionner l’entrevue d’Inella. Voilà : il est question de changement de ligne temporelle au présent et/ou dans le futur. Dans le cas de Marie-Christine qui me fait résonance, qu’en est-il du passé ? Est-ce que suite à cette expérience de changement conscient de scénario de son passé, elle a changé de ligne temporelle dans son présent ; ce qui lui ouvre un nouveau passé (le nouveau scénario « choisi » en fait existant dans une ligne parallèle (?)) en étant toujours consciente de l’ancienne ligne qu’elle viendrait de quitter mais dont elle ne garderait plus les blessures (en ce qui concerne l’expérience qu’elle cite)?
        Ou bien cela n’a aucun rapport… C’est un changement de perspective dans la manière de percevoir son expérience. Mais alors comment le fait de créer un « faux » scénario peut-il affecter le présent ? Est ce que ce que propose le nouveau scénario montre à la conscience que la leçon de vie a été intégrée (ou gérée au mieux en regard de ce qu’elle est aujourd’hui) et que même si « concrètement » l’ancien passé est toujours inscrit ainsi dans l’histoire humaine, l’énergie qu’il véhicule aujourd’hui n’est plus du tout la même mais correspond donc à la nouvelle histoire créée par Marie-Christine ?
        Ou …?
        Merci.

        • alain thomas dit :

          Pardon Passeur, je sais que tu as l’habitude de répondre immédiatement à certaines questions et pas du tout à d’autres parce que tu n’as pas la possibilité de répondre à tout le monde ce qui est bien compréhensible.
          Et comme Marie intervient très peu en ce moment…

          Caroline, chacun expérimente sur son chemin.
          Le témoignage de Marie est hautement intéressant. Nous allons voir pourquoi.

          Le Dharma propose la notion de karma.
          Il s’agit d’emmagasiner dans notre conscience-base-universelle (la huitième conscience) toutes les graines que constituent nos pensées, nos paroles et nos actes. Ainsi cette conscience, que le Bouddha appelle aussi conscience d’acquisition et conscience de maturation complète fonctionne de la façon suivante :

          Lorsque le karma s’accumule, c’est au niveau de cette conscience qu’il s’imprime ; c’est là que se déposent les conditionnements qui, tôt ou tard, en resurgiront. Ils connaîtront alors un réveil en tant qu’expériences douloureuses ou heureuses.
          Or, ces effets ne sont pas instantanés. Un karma positif ne produit pas le fruit du bonheur sur-le-champ. Les conditionnements latents demeurent un laps de temps au niveau de la huitième conscience avant d’en émerger à titre de résultat.
          Les tendances positives ou négatives sont accentuées par l’habitude. Lorsque quelqu’un s’emporte régulièrement, il construit une habitude de cet état, ce qui a pour effet de renforcer le conditionnement de la colère dans l’esprit. Cela est tout aussi vrai en ce qui concerne le désir. Quand on désire quelque chose encore et encore, le conditionnement latent correspondant en est augmenté.
          Le processus est le même pour les aspects positifs. L’accroissement du potentiel positif se produit exclusivement parce que les tendances bénéfiques sont comme des graines semées dans la conscience-base universelle.

          Dans l’exemple de Marie, les choses sont différentes. Le karma emmagasiné ne provient pas de ses actes mais de l’influence négative d’actes d’autres personnes responsables de son éducation et qui ont entraîné de la souffrance.
          Mais elle parle de rancunes apparemment tenaces. Ce sont les rancunes qui constituent son karma. Or, elle a trouvé le moyen d’effacer ces rancunes ce qui a sur-le-champ éliminé ce type de karma car elle n’avait emmagasiné que les graines de la rancune aussitôt effacées par sa résolution.

          Il est donc possible d’effacer les souffrances passées et récurrentes par le simple geste de « pardon » que nous pouvons tout au long de notre vie « donner » à chaque fois qu’une réminiscence surgit.
          C’est assez simple et ça marche, à condition que l’intention et la motivation soient pures.

          Bien à toi

        • Le Passeur dit :

          Le temps n’existe que dans l’illusion fabriquée par notre cerveau selon la force de gravitation et peut-être d’autres paramètres. Tout existe en même temps. On est souvent obligé d’employer faute de mieux des mots qui expliquent un concept tout en le dénaturant, ainsi que le concept de ligne temporelle. Il permet de décrire mieux ce qu’il en est selon nos croyances du moment, mais c’est un terme impropre. Tout comme parler de vies antérieures.
          Pour coller mieux à la description, on devrait parler de jonctions permanentes et interagissantes entre différents plans inscrits dans une trame temporelle illusoire de la matrice. Ce qui ne dirait rien à personne tant cela fait appel à plusieurs concepts à approfondir et éclaircir. Je pense que ce qui est acquis sur un plan interagit sur d’autres plans. Pour reprendre une terminologie impropre mais plus compréhensible, ce que l’être transforme en lui en Janvier 2013, il le transforme également en Mai 1137 de cette même trame temporelle, ainsi que sur d’autres trames dimensionnelles. Et comme toute vie est reliée, chacun en est influencé. L’expérience en est instantanément modifiée partout. C’est une création permanente qui n’a rien à faire de l’évolution linéaire illusoire.
          Comme le disait Jacqueline Bousquet dont certains ont parlé ici, rien n’existe, tout en permanence est créé en fonction de ce que l’on croit. Si je crois au temps et à ses effets, alors je suis soumis au temps et ses effets car je suis mon dieu créateur. Vous êtes roi en votre royaume pour reprendre une parole qui a 2000 ans.

      • caroline dit :

        Car cela s’applique aussi aux vies « antérieures » …

        • marie christine dit :

          Bonjour Caroline,
          J’apprécie beaucoup les réponses de Alain Thomas et du Passeur qui apportent un éclairage supplémentaire .
          Je vais te raconter l’histoire très concrètement .
          Dans mon enfance j’ai reçu beaucoup de giffles et de fessées, connu beaucoup d’injustices et de mépris .
          Avec mes parents, je pouvais agir directement en essayant de leur faire comprendre les souffrances que leur éducation avait engendrées .
          Mais pour les souffrances de l’école, il n’y avait personne . J’étais seule avec elles . Alors quand j’ai su qu’on pouvait transformer son passé, j’ai essayé .
          Il y avait plusieurs de souvenirs traumatisants, lequel choisir ? L’un d’eux s’est présenté à moi, tout naturellement, vraiment pas le pire (à mon sens) . Il s’est imposé à ma vue intérieure . Un scénario très banal .
          C’était la fin de l’année scolaire, dernier cours de dessin . Le seul jour de l’année où on échappait à la sempiternelle jonquille à peindre, ou à l’éternel pot de fleurs . Dessin libre : motif, outils, matériaux . Quelle joie !
          Je me mets à dessiner un chat (j’adorais les chats) . Puis je le peins, puis je colorie par dessus en plusieurs couleurs, puis je gomme un peu et ma gomme glisse sur le coloriage . Génial ! Je me mets à passer la gomme sur tout le dessin . Mon chat est magnifique, d’une texture brillante et colorée que j’avais inventée !
          C’est alors que la prof passe et me dit à peu près ceci : « Qu’est-ce que c’est que cette horreur de barbouillage ? » .
          On peut dire qu’un monde s’est écroulé à l’instant même .
          Alors les exemples de scénarios imaginés :
          – La prof passe dans l’allée et trébuche avant d’arriver jusqu’à moi (pas plausible)
          -Un grand rideau tombe entre elle et moi (pas plausible)
          -Toute la classe se rebelle (pas plausible)
          Enfin… il y a mille et unes possibilités . A noter qu’il ne m’est même pas venu l’idée qu’elle pouvait aimer mon dessin . Ca c’était pour moi la moins plausible de toutes, mais j’aurais pu l’envisager .
          Puis, au bout de quelques jours de cet exercice intérieur, il m’est venu celle-ci :
          Je la regarde et je lui dis : « Mais moi je l’aime, mon dessin, je le trouve beau » .
          Alors elle s’est trouvée toute déconfite et sans mots .
          Et cela a été enregistré quelque part …
          A partir de ce moment-là, non seulement ce souvenir précis ne m’a plus fait souffrir, mais en même temps tous les autres mauvais souvenirs d’école . Le souvenir devient alors comme une photo, une image fixe, et non plus comme un film vivant . Il n’y a plus de charge émotionnelle, c’est figé . Et les deux scénarios cohabitent : sa réflexion et ma réponse . Bien sûr, le pardon arrive automatiquement, sans effort (on ne peut même pas vraiment parler de pardon). C’est ma réaction de déception et de souffrance qui a disparu . Il y a comme une déconnexion émotionnelle négative remplacée par une reconnexion positive . C’est un peu comme quand on se trompe de fils dans les branchements électriques et qu’on les remet correctement .
          On peut donc dire qu’en changeant son passé, on change son présent (c’est évident) et aussi son futur puisqu’on n’envisage plus les choses de la même façon (peurs, angoisses, méfiances …) .
          Pour tout te dire, Caroline, ceci n’est qu’un petit exemple de la quantité de choses qu’il y a eu et qu’il reste à débroussailler .
          On peut aussi changer son présent ( courage, action …) pour changer son passé et son futur .
          On peut aussi changer son futur (scénarios catastrophes) pour changer son présent et son passé .
          On en revient à la formule de la loi de l’abondance : nous créons ce à quoi nous croyons .
          La prof n’avait pas l’intention de me blesser . Elle a juste agi par bêtise, insensibilité, inconscience, sans se rendre compte des conséquences . C’est moi qui ai créé de toute pièce ma blessure émotionnelle . Et j’ai pu ainsi créer sa guérison .
          Tu sais, je te remercie du fond du coeur, Caroline, pour me rappeler cette histoire, parce que j’oublie trop souvent de la mettre en pratique . Et cela m’est très utile en ce moment : changer mon futur ; ce qui changera du même coup mon présent et mon passé .

          • Margelle dit :

            🙂 🙂 🙂 ♥♥♥

          • Marie-Anne dit :

            Merci, Marie-Christine,
            Ton témoignage et ton parcours sont émouvants et remarquables!
            Merci pour cet exemple qui nous parle au plus profond du cœur à tous.
            Je t’embrasse, et j’espère ainsi que la petite fille que tu étais/est se sentira elle-aussi embrassée et encouragée!

            Ps: j’espère aussi que tous les profs s’inspireront de certains des conseils de Lonny Gold dorénavant!( merci Graffitique pour le lien que tu as donné lors des commentaires sur Pet Goat)

          • alain thomas dit :

            Marie, ta résolution est superbe… la réconciliation avec soi-même 🙂

          • graffitique dit :

            Ceci me parle très bien de quelque chose qui me touche et que je découvre (ou redécouvre) ces jours-ci. 🙂
            et merci pour toutes ces belles interventions in-temporelles croisées, il y a bien là une belle unité…

          • acacia dit :

            Merci Marie-Christine ! Cette idée de changer les évènements (et leurs effets) par le biais d’une pensée créatrice est remarquable… Ça marche pour le passé – je le sais par moi-même -, et je m’y essaye depuis peu pour le futur – là je n’ai rien encore de probant… juste une certitude que ça fonctionne aussi.
            Le Passeur dit : « on devrait parler de jonctions permanentes et interagissantes entre différents plans inscrits dans une trame temporelle illusoire de la matrice », et ça me parle. Je rajouterais bien que ces jonctions dépassent (à mon avis) le seul plan matriciel où elles se jouent… Pourquoi n’en déborderaient-elles pas ? Pourquoi les ondes créées ne se propageraient-elles pas au-delà de la trame temporelle, jusqu’au fin fond des univers, avec effet retour ? Une vibration émise a t’elle une fin ? Je ne sais pas, moi, mais tout dans ma vie passe par des vibrations énergétiques perceptibles (parfois même si fortes qu’elles en deviennent douloureuses ou épuisantes, mais ce sont des inconforts passagers… heureusement). Alors là je me demande si l’ascension n’est pas tout simplement le passage graduel des différents plans vibratoires auxquels chacun peut avoir accès ? Et comme une marche gravie par un en fait monter mille (mille êtres, pas mille marches… quoique… puisque tout est en accéléré… préparons nos écharpes !), et que les énergies qui se déversent sont si fortes que beaucoup les perçoivent en conscience… eh bien on ascensionne ! C’est inéluctablement en cours.
            Et notre ascension c’est alors à nous, à nous seuls (avec l’aide des éternels), de la créer par notre choix des évènements que nous avons à vivre… Le genre d’évidence qui me donne quand même un peu le vertige…
            Peut-être que très vite nous ne changerons pas de ligne du Temps, peut-être que nous aurons éliminé les lignes du Temps.
            Ah la la la la la on vit une période absolument fantastique… !

          • caroline dit :

            Bonjour à tous et merci pour vos réponses,
            J’étais en pleine réflexion avec une amie sur la capacité de changer le passé que ce soit dans cette incarnation comme dans d’autres. En cherchant sur ce site (formidable) je me suis appuyée sur l’exemple de Marie-Christine car je pratique aussi ce genre de « déprogrammation » émotionnelle quand cela me semble judicieux. Ce que cela implique, la transformation au niveau vibratoire est indéniable et quasi immédiat. Mais en poussant plus loin ma réflexion, l’introduction d’un scénario de rechange pouvait-il devenir concret c’est-à-dire inscrit dans la matière comme si c’était réellement cela que j’avais vécu et non plus l’autre expérience d’avant le changement ? Bien que j’en garderais un souvenir en tant qu’acquis, un passage, un peu comme deux vies « antérieures » qui auraient le même début mais pas la même fin. Idem pour un début de vie dans cette incarnation et que « quelque part » s’inscrit dans la matière le nouveau scénario que je choisis. Là, je me suis demandé si n’intervenaient pas ces « fameuses » lignes parallèles ou temporelles et qu’en validant mes nouveaux choix je ne passais pas justement sur une autre ligne. Mais qu’en était-il des personnes interférant dans mes scénarios ?
            Bon, si je considère qu’il s’agit de cercles ou plutôt d’une spirale évolutionnaire et que je suis actuellement à un certain niveau de cette spirale qui prise en coupe transversale donne un cercle sur lequel se joue mes vies (y compris celle de mai 1147!) en interaction avec tous les autres joueurs de ce plan, vous tous compris avec toutes vos vies, en les modifiant, en enlevant la charge émotionnelle, je m’allège et peu à peu je peux (pourrai(s)) accéder à un autre plan (-cercle) de cette spirale. A ce moment-là les nouveaux scénarios de mon ancien cercle seront-ils mes anciennes mémoires ?
            Finalement, peu importe, non ?
            Je serai passée à tout autre chose où le temps ne sera probablement pas vécu de la même manière…

            Cela m’a permis de comprendre (à mon niveau) le processus d’interaction avec les autres car en m’offrant la perspective d’un nouveau scénario je l’offre aussi à ceux qui y participent (directement ou par des situations analogues), ainsi c’est un possible éclairé, « balisé » qui s’ouvre aussi à eux, avec le choix de le saisir ou non. Tout comme j’en bénéficie aussi grâce au « travail » d’autres.

            Et là, je rejoins Acacia et son ascension sur notre prochain cercle spiralé…
            Et effectivement il me semble que tout impact à quel niveau que ce soit influence toutes les spirales (la notre et celle des copains), en terme de plans et de dimensions.

          • Soleil Bleu dit :

            Merci Marie Christine ! C’est précieux un outil à la portée de tous comme celui que tu nous offres là ! ♥

          • Salvia dit :

            Merci Marie Christine 🙂 ♥
            Ton vécu est celui de temps de personnes! Les tristes souvenirs d’école, je connais … Je souscris sans restriction à ta façon d’opérer la guérison de nos blessures. Et je confirme que cela fonctionne à merveille !

          • Cécile dit :

            Marie-Christine,
            Je retrouve ces paroles de toi aujourd’hui en cherchant autre chose :
            « La prof n’avait pas l’intention de me blesser. Elle a juste agi par bêtise, insensibilité, inconscience, sans se rendre compte des conséquences. C’est moi qui ai créé de toute pièce ma blessure émotionnelle . Et j’ai pu ainsi créer sa guérison. »
            C’est exactement ce qu’il me faut en cette période de grand ménage. Merci, merci !!!

            • Margelle dit :

              Cécile, tu m’as donné l’occasion de revisiter ce passage. Et je précise le grand sourire par lequel j’avais répondu. En fait Marie Christine n’a pas changé les données extérieures, mais sa propre personne, qu’elle a élevée en l’affirmant, ce faisant, quelle que soit la proposition blessante qui lui est proposée…. cela l’atteint plus ou moins… c’est elle qu décide… elle se fait sujet…

              • Cécile dit :

                Margelle,
                Oui, cela me parle, cette possibilité de décider, de reprendre notre pouvoir et d’exercer notre libre-arbitre, même sur ce qui semble a priori complètement cuit : le passé. Changer le passé ! En tout cas, revoir ses modalités pour s’en libérer… Quelles portes cela ouvre !

          • pierrot dit :

            Marie-Cristine, pour ma part ce n’est pas le passé que l’on change mais son souvenir, son interprétation et la prise de conscience de fait dans le présent.

            • Cécile dit :

              Pierrot,
              Eh bien j’ai une expérience un peu différente. Il m’est arrivé un événement traumatique dans une vie ancienne (un passage à tabac assez musclé), qui a des répercussions sur ma vie actuelle. Un jour où j’étais en séance d’acupuncture pour guérir cette vieille souffrance, j’ai eu soudain une vision de cette vie ancienne où le scénario se déroulait autrement : la personne qui m’avait physiquement démolie dans la « précédente version » de cette vie ancienne me témoignait du respect dans la « seconde version ».
              Je pourrais me dire que ce n’est qu’une façon symbolique, pour mon inconscient, de m’informer que le problème était en voie de résolution, mais qu’est-ce qui me prouve que je n’ai pas effectivement modifié cette ancienne vie pour la changer de ligne temporelle, en la faisant passer de la ligne temporelle la plus probable, celle de la violence, à une autre ligne où le cœur et la conscience avaient plus d’espace pour s’exprimer ?

  4. Dania dit :

    C’est un bonheur que de vous lire Cher Passeur. J’ai lu beaucoup d’articles, de livres aussi sur l’Eveil et vos textes sont ceux qui trouvent le plus de résonnance en moi. Je me sens apaisée, confiante en quelques instants. Changement de ligne de temps immédiat! après une journée parfois difficile… Je note d’ailleurs votre réponse à une personne : « vivre en accord avec ce qui vous anime au plus profond de vous ». Un point sur lequel je dois encore réfléchir… sur le plan du travail…
    Merci, merci de nous éclairer sur le chemin de l’Eveil !
    Que le Meilleur SOIT !

    • marie christine dit :

      Merci les amis, pour votre retour !
      Moi aussi, Acacia, j’en suis à tenter d’agir sur le futur (qui est forcément le présent et le passé et le cosmos …) . Enfin, c’est une manière limitée de parler car, comme tu le dis, on sent bien que ça dépasse largement notre espace-temps . En fait, les circonstances ne me donnent guère le choix .
      Mais voici une autre histoire qui m’a fait changer le futur sans savoir que je le pouvais . C’était il y a une vingtaine d’années . Je n’étais pas encore engagée dans la spiritualité .
      Nous habitons au Portugal . Ma fille a 18 ans . C’est une enfant encore ingénue, sensible, habituée à vivre dans un milieu protégé . Elle est acceptée en fac de médecine à Lyon . J’ai lu des horreurs sur le bizutage, et particulièrement en fac de médecine . Mon coeur de mère ne peut supporter l’idée de la voir humiliée, salie, traumatisée comme cela arrive souvent .
      Je commence à me battre comme une lionne dans ma tête, à imaginer des scénarios pour supprimer ce rite barbare .
      Et j’ai fomenté ceci : le jour de la rentrée, je me plante au milieu du campus avec une pancarte « OFFRE 5000 FRANCS A QUI ACCEPTE DE SUPPRIMER LE BIZUTAGE » .
      Et j’étais vraiment prête à le faire ! (j’avais l’argent à l’époque) .
      J’ai tourné et retourné cette idée dans ma tête avec une détermination d’une puissance sans borne .
      C’est alors qu’à ma grande surprise, quelques jours avant la rentrée, j’ai entendu annoncer aux infos nationales qu’on supprimait le bizutage dans cette fac de médecine de Lyon (il y en a plusieurs) .
      Grand soulagement et grande joie !
      Sur le moment, je l’ai pris comme une chance formidable . C’est des années plus tard que j’ai fait la relation .
      Le bizutage a beaucoup été remis en question par la suite dans les autres facs et grandes écoles, et beaucoup réformé, je crois .
      Ce genre d’expérience laisse assez songeur quant à notre potentiel …
      C’est pourquoi je dis que nous n’en sommes qu’aux balbutiements de nos capacités créatrices, ou plus exactement à la conscience et la foi en ces capacités .

  5. Feudanse dit :

    Merci! Plus je me visite intérieurement, plus je monte vers Moi! Mille Mercis d’Être sur ma route, Notre route!

  6. AlKriS dit :

    J’ai un peu de mal avec cette notion de lignes du temps même si je sens qu’il y a quelque chose d’essentiel là dessous. Du coup je creuse, je creuse, et comme je ma lasse de plus en plus d’utiliser mon mental pour ça (je crois que j’y ai eu recours trop longtemps alors que je sais maintenant que ce n’est sans doute pas la meilleure manière) je préfère aujourd’hui laisser parler un peu plus mon intuition.

    Et celle-ci ne s’accrode pas tout à fait de cette vision un peu trop linéaire des lignes de temps parallèles telles qu’on les décrit la plupart du temps. Si je suis en accord avec cette possibilité de « changer » de ligne, je le suis moins dans cette notion de « tous les possibles en même temps » qui se suivent et dans lesquels finalement nous aurions une infinité d’incarnations à un niveau ou à un autre, ces incarnations devant logiquement augmenter à un rythme exponentiel pour expérimenter à chaque décision, chaque « possible », une réalité différente. Je ne le sens pas quoi.

    Ce que je sens par contre plus facilement ce serait une ligne de type « floue » dans laquelle nous suivons un courant général personnel (la ligne collective étant teintée des lignes individuelles) et qui pourrait s’enrichir, se nourir, profiter de réalités ou d’expériences vécues à un niveau plus subtils, comme une résonnance de « possibles » dans lesquelles nous pourrions puiser de manière plus ou moins consciente. Ainsi il serait possible de se connecter consciemment ou pas avec des « moi » du futur, passés ou parallèles pour s’enrichir de ces expériences en décallage et reporter ainsi l’expérience retenue dans nos actions au moment présent. Et pourquoi pas, ne retenir que le meilleur possible pour orienter nos décisions ou nos intuitions au mieux de nos objectifs.

    Je crois également que ce qui est subtil et variable sur un même plan temporel, dans une multitude de présents, peut tout aussi bien l’être dans une notion de passé et peut être aussi de futur.

    Ainsi on peut tout à fait visiter des réalités parallèles plus subtiles, notre « réalité » vécue étant lors une condensation plus importante d’un filament au sein du courant plus flou des possibles. Ce filament pouvant être modifié plus ou moins selon chaque décision prise au présent. Le futur pouvant donc se rorienter en permanence dans la mesure où on agit sur le présent avec conscience, et donc avec énergie (magie). Mais le passé pouvant également être modifié dans une certaine mesure car je ne crois pas que ce qui est derrière nous soit figé.

    En tout cas c’est une approche avec laquelle je vibre plus volontier pour ce que j’en sais pour le moment.

  7. Yuca965 dit :

    Personnellement j’aimerais un monde sans argent, centré sur une commune, un village, ou chacun irais à la mairie, à la place principale pour avoir les infos sur les activités de la journée et pour plus tard, par exemple je chacun pourrais décider d’aller aider un herboriste dans ses recherches, d’aider à la construction d’une maison, prendre des cours de tel ou tel matière, allez aider pour la récolte de pomme de terre…
    Un monde où il n’y aurais plus, ou presque plus de serrure, plus de peur entre personnes, plus de méfiance.
    Chacun pourrait construire sa maison où il veut (en s’arrangeant avec ses possibles voisins).
    Une maison construite en terre, en bois, n’importe quel passant pourrais venir et dire : « salut, jte file un coup de main ? »
    En fait cela peut se résumer : des hommes qui ont une nature altruiste et partageuse.
    Le jeux ce serait pareil, plus question de se battre pour savoir qui est le plus fort, le but ne sera plus de faire perdre la balle à l’adversaire, mais de la garder le plus longtemps en jeu, pour le badminton par exemple ce serait de garder la plus longtemps le volant en l’air.

    Je pense à Minecraft, un jeu, j’y ai joué avec ma team pendant un moment, on a créer une ville, une mairie, chacun s’adonnait à un projet ou avait des compétence particulière dans certain domaine, et on venait facilement s’entraider pour une construction, que ce soit un statue, un bar, un commerce, un chemin de fer, une maison en cohabitage…
    Bien qu’il y avait des frictions pour les ressources rares…

    • Pierre dit :

      Justement, et si on en parlait un peu de la suite. Parce qu’à force de ne parler que de ce qui doit arriver, cela en devient déprimant. J’ai opté pour déjà construire le après, et vous ?

      • Le Passeur dit :

        Ma foi, chacun a son libre-arbitre mais mon point de vue est que se projeter aujourd’hui dans le futur est encore le mental qui cherche à contrôler l’inconnu. Le présent est la seule réalité et il nous apporte une clé. Désolé, je n’ai pas mis le lien que vous indiquiez car pour ce que je viens d’en voir, sommairement je le reconnais faute de temps, je le sens moyennement. il y a là un élitisme exprimé en filigrane que je ne partage pas.

  8. nico dit :

    C’est tout pompé sur Tom Kenyon alors cite les sources et respect l’intégrité du texte
    ou met un lien please pour un monde meilleur et plus juste entre nous

    • Le Passeur dit :

      Tu sembles visiblement bien imprégné d’un monde où tout est hargne et compétition. Je sais ce que dit Tom Kenyon des lignes du temps, j’ai des choses un peu différentes à dire mais le fond est bien évidemment commun puisqu’on parle de la même chose. Tu dois d’ailleurs bien te rendre compte que la plupart des informations délivrées par de multiples canaux disent toutes la même chose depuis des années. Pour finir, je n’ai pas besoin de pomper sur qui que ce soit pour dire ce que je ressens et je te souhaite avec cœur de t’éloigner de l’ego qui t’agite.

  9. Ellvie dit :

    Bonjour
    De tous les sites que j’aie visité celui ci m’appaise enfin…. depuis longtemps je me sens travailler sur d’autres plans, percevoir d’autres shémas de vie et de perception . Cette année fut difficile pour moi affectivement je ne savais pas quelle leçon il fallait en tirer … et enfin je sors de ma prison mentale et me relie de nouveau à mon intuition.. je suis heureuse pour nous tous de tout ce qui se passe…. grace à tous vos articles je comprends enfin tant de choses même si parfois j’aimerais être encore plus claire surtout dans mes choix de vie … je sais que d’autres comme moi perçoive le côté lumineux de l’évolution et je calme mes peurs en vous lisant …merci belle nuit bons jours …

    • Le Passeur dit :

      Bonjour Ellvie, les peurs s’en iront elles aussi et vous finirez par atteindre un état de sérénité qui durera et n’oscillera pratiquement plus. Ca ne prendra pas une vie, mais à peine quelques semaines à présent. Cela dit, il est capital de vivre en accord avec ce qui vous anime au plus profond de vous. Et ça, c’est toujours un choix qui vous appartient.

  10. Anges dit :

    Merci pour ce texte, je lis beaucoup de choses et je ne fais rarement des commentaires. J’ai toujours été méfiant des prophéties car je pense que l’avenir est toujours en mouvement (les lignes du temps). Je rêve de beauté et d’amour depuis toujours et je sens au plus profond de moi que ce rêve va devenir réalité, je me prends même parfois à espérer des catastrophes, pensant que ce nouveau monde arrivera plus vite, je suis par moments très impatient, je sais que je ne devrais pas penser ainsi car je nourris cet égrégore et donc me place sur une ligne du temps plus difficile. Toutefois j’essaie de mieux diriger mes pensées et je suis malgré tout heureux de vivre ces moments actuels. Je te remercie, toi Le Passeur, pour ton travail sur ce blog.
    Amitiés

  11. Tyrael dit :

    J’applaudis avec toutes les mains de tous mes corps physiques et énergétiques de toutes mes incarnations! Bravo!

  12. Cougar Blanc dit :

    Bien dit !
    Ce sur quoi porte notre Attention se Réalise, Ici et Maintenant, Co-Créant l’Instant, Présent !
    Namasté.

  13. temps dit :

    La ligne est extensible, changeante de couleur selon l’humeur, et si je ne sais pas, je ne sais plus, je ne sais peu.
    Cordialement

    • Le Passeur dit :

      C’est une phase normale que celle que j’appelle « l’oscillation ». C’est lorsqu’on commence à vivre l’abandon que tout ça se calme et que l’humeur devient sereine de façon linéaire. Tout arrive en son temps, il n’y a pas de pression à se mettre.

  14. elba dit :

    Je ne comprends pas bien ce phénomène de « ligne du temps ». Cependant, j’ai l’intime conviction, tout comme vous, passeur, que la noirceur que nous connaissons actuellement représente l’aube d’un nouveau jour. Je constate que de plus en plus de gens se réveillent, s’ouvrent à quelque chose de nouveau, même s’ils ne savent pas de quoi il s’agit (et je fais partie de ceux-là) et que les consciences ont une acuité qui s’accroit… J’ai lu, comme tout un chacun, certaines prophéties de « fin du monde ». Cependant, je ne suis pas influencée par ces scénarios catastrophes, même si je suis consciente que certaines choses se produiront, pas toujours agréables. Je reste confiante en cette vie, en l’avenir et je savoure cette époque où nous vivons un moment d’éveil.
    Merci pour ce texte. ^^

    • Le Passeur dit :

      Pour elba : je pense que c’est la meilleure chose à faire que de ne pas donner à présent d’importance aux prophéties sombres. D’abord parce que dans l’intensité de la 9ème onde la pensée crée de plus en plus vite, ensuite parce que se greffer à l’egrégore de ceux qui croient ces prophéties inéluctables ne fait que renforcer cette probabilité. Enfin parce que justement d’autres futurs sont possibles si nous focalisons notre pensée sur eux. C’est ça les lignes du temps, une multitude d’espace-temps existant simultanément et incarnant les possibles. Par ce que nous sommes, c’est nous seuls qui déterminons la ligne qui sera suivie. En changeant de niveau de conscience, nous changeons instantanément de ligne. C’est quelque chose qui sous différentes formes nous est enseigné depuis la nuit des temps, il est l’heure de s’en souvenir.

      • Lila dit :

        Bonjour Passeur,
        Sans vouloir dénoter à l’idéal new age « d’autodétermination » et de libre-arbitre, je pense que ce n’est pas seulement par le désir d’amour et la pensée positive que les choses se placeront.
        Il me semble que le new age et ses aspirations font partie d’une nécessaire mascarade pour mettre de l’intensité et de l’Intention dans un processus qui aurait lieu -de toute façon- mais dans lequel nous pouvons poursuivre notre développement à la seule condition d’être « conscient ». En dramatisant le processus devient « passionant » pour l’âme humaine et son désir de jouer avec les émotions.
        Coeur et conscience sont les bases qui permettent de capter et développer l’énergie qui est nécessaire pour construire le corps d’un éveillé. Il m’a été dit – lorsque j’étais enfant- qu’un être deviendrait suffisamment fort en Coeur/Conscience et Compassion pour faire l’Unité entre son corps et celui de la Terre. Ainsi, il y aurait évolution d’un niveau de conscience pré-déterminé à un niveau de conscience libéré. Cette nouvelle plate-forme est « à venir » bien qu’elle existe déjà dans la structure énergétique de la planéte. Tout est en suspension. Connaître sa propre matrice (son lien intérieur avec la planéte et les gens) est donc la base pour définir ses caractéristisques et sa fonction. Tout est réseau d’intelligence. Fraternellement.

        • Le Passeur dit :

          Juste un bémol, ce qu’est devenu dès le départ le mouvement New Age ne me semble pas correspondre à tout ce dont j’essaie de parler ici. Ce mouvement a été récupéré et détourné dès le départ et il est devenu un vaste fourre-tout où s’égarent bien des êtres. Je ne me sens pas du tout en accord avec ça.
          Il n’en reste pas moins qu’il y a bel et bien un éveil de la conscience qui concerne tout le monde et qui correspond à de grands cycles cosmiques. Cette vague n’a pas besoin de nous pour exister, par contre nous pouvons ou pas en utiliser consciemment le potentiel.

  15. Soleil Bleu dit :

    Ton article a été une petite piqure de rappel pour ressentir en cet instant qu’une nouvelle ligne du temps est bel et bien en marche, et qu’elle se fait avec notre collaboration active.
    Merci de m’être sentie reliée à ce chant des lucioles, perçu et renvoyé en écho par l’univers qui sourit.
    Amicalement
    Soleil Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *