Radioactivement vôtre…

Par le Passeur.

Deux mois et demi après le tsunami, les informations concernant l’irradiation et la contamination radioactive demeurent contradictoires selon qu’elles émanent de sources institutionnelles – les gouvernements, TEPCO, AREVA et les organismes souvent liés aux états, comme l’IRSN ou  le CEA – ou de sources indépendantes, comme la CRIIRAD en France par exemple.

Du coup certains médias traditionnels commencent à agiter leur épouvantail favori contre la CRIIRAD en la suspectant de conspirationnisme. Le grand mot que servent les grands angoissés à tous ceux qui dénoncent le mensonge institutionnalisé.

De son côté, la CRIIRAD se garde bien de paranoïa mais exige la transparence. De ce fait elle dénonce entre autres le fait de ne pas avoir accès aux données du réseau de stations de mesures installées entre le Japon et la France, qui a été mis en place par l’Organisation du Traité d’Interdiction Complète des Essais Nucléaires (OTICE). Ce réseau est constitué de balises extrêmement sensibles, destinées au départ à détecter des essais nucléaires militaires illégaux. Il est donc en mesure de relever avec précision la quantité de radionucléides artificiels présents dans l’air depuis l’accident de Fukushima. Le CEA semble hélas avoir le monopole de ces données en France. Et la fourmi n’est guère partageuse.

Par ailleurs, alors que l’IRSN affirmait en Mars que tout allait bien en France et que le nuage était inoffensif (cette fois-ci on n’a pas osé dire qu’il s’était arrêté à la frontière), la  CRIIRAD affirmait que les mesures effectuées par l’IRSN suivent un protocole inadapté, qui ne permet pas de piéger l’iode présent dans l’air sous forme gazeuse. Une bataille qui ne nous rapproche pas d’une communication limpide.

Quant à la centrale elle-même, on en est toujours à tenter de maintenir les réacteurs à une température gérable, trois d’entre eux étant en fusion, tout en relâchant régulièrement de l’air contaminé et en rejetant l’eau hautement radioactive dans l’océan. Les seules mesures qu’on ait eues du milieu marin récemment sont celles de Greenpeace. Et elles ne sont pas brillantes.

Il est donc toujours aussi difficile de percevoir la situation à travers le rideau opaque de la désinformation, du silence et des déclarations catastrophistes. Ce qui ressort en revanche clairement à présent et ne peut plus être mis en doute, ce sont les mensonges délivrés dès le 11 Mars par les institutions de divers pays et qui ne font que refléter leurs tergiversations et leur embarras. Rien en tout cas qui ne les place en faveur d’une quelconque confiance à leur accorder. Tout est pareil depuis Tchernobyl, les masques sont posés sur la cupidité qui a mené à cette situation et la défense des intérêts de la manne nucléaire l’emporte sur la sauvegarde des populations.

Le Passeur.


Le point ces derniers jours, par l’association Kokopelli :

– 29 mai 2011 : Le blog d’Alexander Higgins détruit aux USA. Le blog d’Alexander s’est fait hacker dans la journée de vendredi: c’était l’un des seuls sites ou blogs conférant des informations authentiques sur le désastre nucléaire de Fukushima. Alors que les psychopathes de tous gabarits tentent de supprimer la liberté d’internet, sous des prétextes fallacieux et humanitaires comme d’habitude, il va nous falloir exercer une extrême vigilance. (Alors même qu’une providentielle attaque cybernétique à l’encontre de Lockheed Martin fait la une de la presse globaliste !!).

– 29 mai 2011 : Le système de refroidissement du réacteur 5 en panne à Fukushima. Le système de refroidissement a failli pendant une durée de 15 heures dans la journée de dimanche. La température avait atteint 95 °C lorsque le système d’urgence s’est mis en marche.

– 29 mai 2011 : Au Japon les langues se délient encore un peu plus. Ichiro Ozawa, un homme politique et rival du Premier Ministre actuel, s’est lâché lors d’un entretien, encore plus même que ce que nous avions évoqué dans une brève du 28 mai: « il est ridicule de mettre en place une équipe qui soit exclusivement composée de personnes qui dépendent professionnellement du nucléaire. Avez-vous vu tous ces experts à la télévision qui affirment que la « crise n’est pas si terrible » et que « cela ne représente aucun danger pour la santé ». Ils font tous partie de la mafia nucléaire. Ce qu’ils affirment est du non sens car leur vie dépend de l’industrie nucléaire. Mais les medias Japonais et les gens ne comprennent pas ce qui se passe. Les media Japonais sont impuissants. »

– 29 mai 2011 : Iode 131 découvert dans du poisson à Hong-Kong, à 3036 km de Fukushima. Un prélèvement de poisson sur le marché de Hong-Kong a révélé la présence d’iode 131 à hauteur de 7,7 becquerels/kilogramme.

– 29 mai 2011 : Iode 131 découvert dans du poisson à Hong-Kong, à 3036 km de Fukushima. Un prélèvement de poisson sur le marché de Hong-Kong a révélé la présence d’iode 131 à hauteur de 7,7 becquerels/kilogramme.

– 28 mai 2011 : Au Japon les langues se délient. Ichiro Ozawa, un homme politique et rival du Premier Ministre actuel, s’est lâché lors d’un entretien: « Si nous ne faisons rien, même Tokyo pourrait devenir hors zone… Il est possible qu’un jour nous ne puissions plus vivre au Japon… Les radiations sont libérées afin que les réacteurs n’explosent pas. Et dans un sens, c’est encore pire que d’empêcher que la centrale nucléaire n’explose. Les radiations vont durer pendant longtemps. Ce n’est pas une question d’argent mais de vie et de mort pour les Japonais… Si le Japon ne peut pas être sauvé, c’en est fini des Japonais. Le gouvernement doit prendre la décision de stopper la contamination radioactive. Les Japonais doivent comprendre la situation. » Nous n’avons aucune illusion sur la sincérité d’Ichiro Ozawa : c’est un politique pour lequel Fukushima n’est qu’une carte à jouer pour détrôner son rival au parti. Une petite querelle entre psychopathes.

– 27 mai 2011: Très forte contamination radioactive d’une bande de 300 km le long de la côte Japonaise. Le Ministère de l’Education et de la Science du Japon vient de contredire les litanies désespérantes du chef de cabinet quant au fait que les produits de la mer soient propres à la consommation. En effet, ce Ministère a commandité une analyse des sols marins sur une bande côtière de 300 km de Kesennuma City, dans la préfecture de Miyagi, à Choshi City, dans la Préfecture de Chiba. Tout d’abord, il faut préciser que la même étude réalisée en 2009 mit en valeur l’absence totale de césium 137 et la présence de césium 134 à hauteur de 1 becquerel/kilo de sol. L’analyse réalisée entre le 9 et le 14 mai a mis en exergue des niveaux de contamination radioactive plusieurs centaines de fois au-dessus de la norme. les échantillons de sol marin furent prélevés sur 12 sites situés de 15 à 50 km de la côte. Tous les échantillons de sol étaient radioactifs et la plus forte contamination se trouvait à 30 km des côtes face à la centrale de Fukushima et à 126 mètres de profondeur: le césium 134 était à 260 becquerels/kilogramme et le césium 137 était à 320 becquerels/kilogramme. Aucune analyse n’a été commanditée eu égard à la présence de strontium, de plutonium, etc.

– 27 mai 2011: Confirmation par TEPCO du contrat AREVA. Aujourd’hui, TEPCO a déclaré à la presse que ce seront 250.000 tonnes d’eau radioactive qu’AREVA va décontaminer, sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima, pour le prix modique de 2.585 dollars par tonne, à savoir pour un total de 646 millions de dollars.

– 27 mai : Un incendie s’est déclaré à la centrale nucléaire de Fukushima-Daini. Selon TEPCO, tout va bien, et il n’y a pas eu de dégagement de radioactivité. Business as usual.

– 27 mai 2011 : La cité de Kawamata va distribuer 1500 dosimètres aux enfants des écoles. Et ce, du jardin d’enfants au lycée. La cité de Kawamata est proche de la centrale nucléaire de Fukushima. N’est-elle pas magnifique la civilisation Occidentale mourante ? Pour quand les masques et les combinaisons de survie sur le chemin de l’école ?

– 27 mai 2011 : Décontamination de l’eau radioactive et plus si affinités ioniques. La grogne commence à s’intensifier au Japon face aux mensonges de TEPCO et du Gouvernement Japonais. Certains académiciens s’insurgent contre le manque d’informations circulant quant à la quantité de radioactivité libérée depuis le 11 mars 2011. Mais le gouvernement a annoncé qu’ils publieraient ces informations lorsque le moment serait approprié! Sans commentaires. TEPCO a confirmé que le processus de décontamination des eaux radioactives par AREVA commencerait vers la mi-juin avec une capacité de décontamination de 1200 tonnes par jour (sans doute du bla-bla, une fois de plus). TEPCO a cessé depuis le 12 avril de notifier la quantité d’eau contaminée sur le site. Les estimations étaient au 18 mai de 100 000 tonnes. Selon d’autres estimations de TEPCO, ce volume pourrait doubler d’ici la fin décembre pour un coût total de décontamination de 42 milliards de yens ou 518 millions de dollars. Au fait, à l’instar de l’ADN d’AREVA dans lequel Anne Lauvergeon a introduit « la sûreté, la sécurité et la transparence », qu’en est-il de l’ADN de TEPCO ? Avec ou sans transparence ?

– 27 mai 2011: Nouvelles contaminations radioactives de thé au Japon. Une nouvelle contamination a été mise en valeur dans la Préfecture de Gunma: 780 becquerels de césium radioactif par kilo de feuilles de thé. D’autre part, la Préfecture de Chiba a demandé aux producteurs de thé de Narita et de trois autres cités de stopper toute commercialisation de thé: ce sont des concentrations de 763 becquerels de césium radioactif par kilo de feuilles de thé qui ont été découverts dans ces quatre cités. Certains producteurs et négociants de thés ont décidé cependant de continuer à exporter et commercialiser leurs productions.

– 27 mai 2011: Les nouvelles cachotteries du célèbre gang nucléaire AREVA-TEPCO. Les rumeurs et questions commencent à fuser quant à un contrat signé entre AREVA et TEPCO portant sur l’installation d’une unité de décontamination des quelque 70 000 tonnes d’eau extrêmement radioactive sises à Fukushima (ou plus, qui sait ?). Lors de la conférence de presse du 19 mai, Matsumoto, le représentant de TEPCO, Goshi Hosono, l’assistant du Premier Ministre et Nishiyama, le représentant de l’agence nucléaire NISA, furent incapables d’apporter la moindre réponse aux questions précises, posées par l’auditoire, quant à la teneur du contrat entre TEPCO et AREVA sous prétexte que ce contrat était secret !

Nous avons, donc, d’un côté, une centrale nucléaire dont trois réacteurs sont en fusion totale et dont les enceintes de confinement sont percées comme du gruyère – sans parler même du réacteur 4 qui peut s’effondrer d’un jour à l’autre – et, de l’autre côté, la clique habituelle des nucléocrates qui n’ont qu’une finalité : se faire beaucoup d’argent. L’enjeu ? La contamination radioactive de toute la biosphère.

Selon les rumeurs, ce serait avant tout le césium radioactif qui serait l’objet de ce processus de décontamination. Quid des autres substances radioactives ? Personne ne le sait. Qu’en est-il des modalités de décontamination ? Les clauses sont secrètes. Et qu’en est-il du coût de l’opération ? Personne ne le sait. Selon d’autres rumeurs, 200 millions de yens (à savoir 2,5 millions de dollars) par tonne d’eau décontaminée. L’opération totale coûterait donc la bagatelle de 123 milliards de dollars ! (N’y aurait-il pas un petit problème de devises ? Ou bien le calcul a-t-il été fait en prévision de la démission prochaine du dollar ?)

Rappelons que les liquidateurs du désastre BP dans le Golfe du Mexique sont en train de mourir comme des mouches, dans l’indifférence la plus totale, après avoir tenté d’enrayer la catastrophe avec les produits dissolvants de BP. Rappelons également que les processus de décontamination des eaux radioactives par AREVA ne font pas l’unanimité quant à la pureté des effluents rejetés dans l’Océan Atlantique.

Quels seront les produits utilisés par AREVA: du ferrocyanure de potassium, du ferrocyanure de nickel, du chlorure ferrique, du sulfate de baryum, du sulfate de cobalt, du sulfate de titanium…??

EXIGEONS QUE LE CONTRAT ENTRE TEPCO ET AREVA SOIT RENDU PUBLIC ET TRANSPARENT! N’est-ce pas Anne Lauvergeon, elle-même, qui lors de sa conférence au Council for Foreign Relations, le 4 mai 2011, a déclaré que, lorsqu’elle créa son AREVA, «elle a intégré dans l’ADN de cette multinationale, la sûreté, la sécurité et la transparence

Sincèrement, ce n’est pas l’ADN de la multinationale d’AREVA qui nous importe mais bien l’ADN de toute la biosphère!

– 27 mai 2011: A Vienne, 11 Etats européens forment une alliance contre l’énergie nucléaire. 11 Etats membres de l’Union Européenne ont formé le 25 mai une alliance contre l’énergie nucléaire. Aucun d’eux n’a de centrale nucléaire existante ou en projet. Ce sont l’Autriche, Chypre, le Danemark, l’Estonie, la Grèce, l’Irlande, la Lettonie, le Liechtenstein, le Luxembourg, Malte et le Portugal. La suite chez ACDN.

– 27 mai 2011: Le super-typhon Songda au-dessus de Fukushima. Un ouragan tropical est en route vers le Japon et devrait passer au-dessus de Fukushima.

– 26 mai 2011: Autres centrales nucléaires au Japon en déroute. TEPCO a informé que de l’iode 131 a été retrouvé près de la centrale nucléaire de Kashiwazaki Kariwa. Les algues contenant de l’iode 131 auraient pu faire le tour du Japon pour s’échouer sur la côte ouest, selon TEPCO. D’autre part, Chubu Electric Power Co a découvert du cobalt 58 à la centrale nucléaire de Hamaoka qu’ils viennent de fermer sur ordre du PM du Japon, pardon sur l’ordre des Autorités US.

– 26 mai 2011: Les psychopathes criminels de l’AIEA à la rescousse de Fukushima. Le grand cirque continue: deux mois et demis après le désastre nucléaire, une équipe d’experts de l’AIEA – l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique qui a signé un accord secret de non-agressivité avec les criminels de l’OMS en 1959 – s’envole à la rescousse de TEPCO et du Gouvernement Japonais. La France est représentée par Philippe Jamet de l’Autorité de Sécurité Nucléaire. Une Autorité, qui comme toutes les autres, fonctionne dans un vide intégral d’autorité morale et spirituelle.

– 26 mai 2011 : Le scandale de l’AIEA : 3000 milliards de doses létales potentielles. Un article de Paolo Scampa, President de l’AIPRI sur les risques véritables de Fukushima. « Fukushima, en outre, dispose de 3 fois plus de carburant que Tchernobyl et 4 fois plus de produits de fission. Si l’on tient maintenant compte de l’ensemble «cœurs» – 577 tonnes – + le carburant «éteint» – 2800 tonnes – c’est 8 fois plus de produit de fission et d’activation que l’ensemble des essais atmosphériques de fission et 39 fois plus que Tchernobyl. »

– 25 mai 2011 : Augmentation de la contamination radioactive à Hawaï / bore et vaches laitières. En raison de l’augmentation de la contamination radioactive à Hawaï, les producteurs de lait ont décidé de donner plusieurs fois par jour du bore à leurs vaches laitières. A Hawaï, les niveaux de contamination radioactive varient de 400 fois à 2.400 fois la dose normale. Tous aux abris. Il reste à voir si le bore – qui est utilisé par l’industrie nucléaire, pour se protéger de la radioactivité – est réellement aussi efficace que les argiles et zéolites pour décontaminer le corps humain ou animal. Note: nous n’avons pas accès aux analyses mettant en valeur de tels niveaux de contamination à Hawaï. Nous avons, de plus, observé que certains internautes confondent 2.400 % et 2.400 fois.

– 25 mai 2011 : La contamination de la France métropolitaine dès le 22 mars 2011 a été cachée à la population: TCHERNOBYL BIS REPETITA ? La CRIIRAD publie ce jour la carte qui prouve que la France a été contaminée dès le 22 mars 2011 :
1/ les masses d’air contaminé par les rejets radioactifs de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI sont arrivées 2 jours avant la date indiquée par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN);
2/ elles ont affecté les trois quarts de la France (et non pas le seul sommet du Puy-de-Dôme);
3/ l’activité de l’iode 131 particulaire était plus de 20 fois supérieure à celle annoncée pour le 24 mars.
Ni l’IRSN, ni les grands exploitants du nucléaire, ne pouvaient l’ignorer. Omission involontaire (mais invraisemblable) ou délibérée… mais dans quel but ?
La CRIIRAD a saisi ce jour, le Premier ministre et le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire d’une demande d’enquête sur la chronologie des faits et les différents niveaux de responsabilités. Le document en PDF est téléchargeable sur le site de la Criirad.

– 25 mai 2011: Le Japon arrête ses projections de particules radioactives émanant de Fukushima. Pourquoi ? Parce que les criminels de l’AIEA ont mis fin à leur requêtes officielles. Prétexte: les projections n’étaient plus en phase avec la réalité. Quelle réalité : l’émission d’un becquerel d’iode 131 toutes les 72 heures ! Sans commentaire car nous risquerions de verser dans les grossièretés.

A voir aussi, un article de Dominique Guillet : Fukushima/2012: Contamination radioactive de la chaîne alimentaire planétaire.

Sources : http://www.kokopelli-blog.org/ et  http://www.cartoradiations.fr/

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

 

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Radioactivement vôtre…

  1. elba dit :

    http://fukushima.over-blog.fr/article-temoignage-de-hirado-norio-chaudronnier-du-nucleaire-1-les-centrales-nucleaires-sont-construi-80540342.html

    Pour ceux qu’un long témoignage à lire n’est pas trop rébarbatif… Je ne veux pas vous donner froid dans le dos, mais… Même sans tremblement de terre le danger est là, et on nous cache tout.
    Argent, quand tu tiens certains d’entre nous !

  2. Tyrael dit :

    D’un côté, je prie pour que le moins de dommages possible soient fait à la Terre et à la population du fait de cette catastrophe *prévisible* (construire des centrales nucléaires dans un pays réputé pour ses secousses sismiques…)
    De l’autre, je souhaite que ces événements empirent pour flanquer la frousse mondiale du nucléaire avec pour aboutissement l’abandon de cette énergie de cauchemar.
    Quoiqu’il se produise par la suite, c’est la volonté divine et je l’accepte.

  3. elba dit :

    « les masques sont posés sur la cupidité qui a mené à cette situation et la défense des intérêts de la manne nucléaire l’emporte sur la sauvegarde des populations. »
     » Selon TEPCO, tout va bien, et il n’y a pas eu de dégagement de radioactivité. Business as usual. » »Ils font tous partie de la mafia nucléaire. Ce qu’ils affirment est du non sens car leur vie dépend de l’industrie nucléaire. » « N’est-elle pas magnifique la civilisation Occidentale mourante ? Pour quand les masques et les combinaisons de survie sur le chemin de l’école ? »…

    … Quelques petites phrases édifiantes que j’ai piochées dans le désordre… Tout est dit !

    Mais qu’en sera t’il de leurs vies également, à ces mafiosos du nucléaire lorsque tout le monde deviendra contaminé, hein ? … Ils mourront comme tout le monde… Leurs enfants ou petits enfants naîtront peut-être avec quelques anomalies..
    Pas grave, me direz-vous, à partir du moment où l’on gagne de l’argent !!!!!!!
    Mais chut !!!…Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !
    Merci, Passeur, de faire la traduction de l’essentiel divulgué dans certains sites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *