Japon : la vérité change officiellement de visage

Ichiro Ozawa, N°2 politique Japonais : « Le Gouvernement ne dit pas la vérité sur la gravité de la situation ».

Voici des extraits d’une interview d’Ichiro Ozawa réalisée pour le Wall Street Journal par les journalistes Yuka Hayashi et Toko Sekiguchi.

Ichiro Ozawa qui n’est autre que le principal rival de longue date du Premier Ministre Naoto Kan du Parti Démocratique. Ses réponses aux questions des journalistes sont diamétralement opposées à la sérénité affichée par le gouvernement actuel, elles donnent un aperçu sans concession du devenir du Japon. D’entrée Ichiro Ozawa considère qu’en fait, « la réalité est que depuis 70 jours la situation des réacteurs nucléaires de Fukushima Daiichi est toujours hors de contrôle ».

Si cette constatation n’est pas une surprise pour les initiés, néanmoins venant d’une personnalité politique de premier plan japonaise, cela démontre qu’il y a au plus haut niveau politique une prise de conscience de la gravité de la situation, ceci même en fonction du bémol à apporter à la sincérité du personnage, controversé et instrumentalisant la catastrophe pour ses ambitions, le tout sur un fond de crise économique.

 

Ichiro Ozawa et Naoto Kan

Qu’Ichiro Ozawa critique la gestion de la crise par Naoto Kan, cela reste dans les habitudes du jeu politique, mais son interview ne s’arrête pas aux critiques, il analyse l’avenir et cette vision fait l’effet d’une douche froide non seulement dans son propre parti, mais dans tout le Japon:

<< […] L’anxiété et la frustration sont de plus en plus palpables. Les gens ne peuvent pas vivre dans les zones contaminées. Ces zones sont de plus devenues totalement inhabitables. Le Japon a perdu cette partie de son territoire. Si nous ne faisons rien, même Tokyo pourrait devenir à terme invivable (zone d’exclusion). Il y a une énorme quantité de combustible d’uranium dans la centrale nucléaire, beaucoup plus qu’à Tchernobyl, c’est une situation terrible. Le gouvernement ne dit pas la vérité et les gens vivent dans un happy-go-lucky (ndlr : au petit bonheur, insouciance).

[…] Un jour, il est possible que nous ne puissions ne plus être en mesure de vivre au Japon. Il est possible que la centrale nucléaire puisse atteindre de nouveau l’état de la criticité. Si elle explose, les conséquences en seront énormes. Actuellement il y a nécessité de décomprimer et décharger en permanence les enceintes de confinement pour maintenir les réacteurs hors explosion ou accessibles, se sont d’importantes pollutions radioactives qui sont libérées de façons chroniques. Donc, en ce sens, c’est peut être encore pire qu’empêcher la centrale d’exploser. Ces pollutions radioactives vont durer encore pendant une longue période de temps. Ce n’est pas une question d’argent, mais de vie ou de mort pour les Japonais.

Si le Japon ne peut pas être sauvé, c’en est fini du peuple japonais (ndlr : sous entendu contraint à s’exiler). On peut toujours diffuser des fausses informations pour tromper la population, mais au final c’est elle qui supportera le fardeau. Le gouvernement doit être déterminé et tout faire pour mettre un terme à la pollution radioactive, peu importe ce qu’il faut, de l’argent ou autrement. Le peuple japonais est en droit de savoir pour comprendre la situation. >>

On peut rajouter que TEPCO abreuve toutes les 3 heures les médias d’informations, généralement futiles, ce qui dans sa stratégie permet de masquer l’essentiel. Pire, il y a actuellement consensus au Japon sur un blackout de certaines informations, notamment celles relatives au plutonium ou encore les questions que beaucoup de Tokyoïtes commencent à se poser depuis quelques semaines à propos de signes inhabituels concernant leur santé. Les problèmes ne sont pas psychosomatiques, mais reposent sur la réalité. Le problème est que les autorités sanitaires nippones admettent n’avoir pas de modèles disponibles concernant la toxicocinétique. … à suivre.

Fin de l’extrait.

L’interview du Wal Street Journal

Source : http://www.cartoradiations.fr/

 

Et les toutes dernières nouvelles de Fukushima par Kokopelli :

– 5 juin 2011 : Transcription de l’excellent interview d’Arnie Gundersen par Chris Martenson. Arnie fait le point, de manière extensive, sur l’état de la situation à Fukushima. Pour les anglophones. Il semblerait que le blog Bistro Bar soit en train de préparer la traduction de la seconde partie de ce long interview. En tout cas, Arnie Gundersen est formel quant à l’extrême danger représenté par le réacteur 4 à Fukushima. Son conseil à tous les habitants de Tokyo, si le réacteur 4 s’effondre, « courez vi vous le pouvez ».

– 4 juin 2011 : Record de radioactivité dans l’enceinte de confinement du réacteur 1. Le niveau au 4 juin est de 250 sieverts/heure.

– 4 juin 2011 : Du Tellurium 132 fut découvert le 12 mars au matin à 6 km de Fukushima. A savoir avant que TEPCO effectue une ventilation du réacteur 1 et avant l’explosion de ce même réacteur 1. Ce même tellurium fut découvert sur la côte ouest US par l’Université de Californie à Berkeley entre le 18 et le 19 mars 2011. L’Agence de Sécurité Nucléaire du Japon (NISA) était informée de ce fait puisque c’est cette découverte qui leur a permis de découvrir la montée en température dès le premier jour. Ils n’ont livré cette information que le 3 juin et se disent désolés d’avoir oublié que cet état de fait était susceptible d’intéresser le public. La capacité de nuire et de mentir de ces psychopathes est grandissime.

– 4 juin 2011 : Niveau de radioactivité de l’eau contaminée. Selon les estimations du NISA au Japon, la quantité de radioactivité accumulée dans les plus de 100 000 tonnes d’eau, en attente d’écoulement dans le Pacifique, serait de 720 000 terabecquerels d’iode et de césium radioactifs. Comme cela est une estimation officielle, la réalité ne peut être que pire. Quoi qu’il en soit, ce niveau de radioactivité à lui-seul justifierait d’un niveau 7 si tant est que ce système de niveau ait encore un sens quelconque lorsque l’on prend conscience que Fukushima est potentiellement Tchernobyl X 39.

– 4 juin 2011 : Vapeur radioactive au réacteur 1 de 4000 millisieverts/heure. Cette vapeur se situe dans la partie sud-est du bâtiment. Voir la vidéo.

– 4 juin 2011 : Situation de l’eau contaminée à Fukushima. Fin mai, la quantité d’eau très hautement contaminée était de 105 000 tonnes à Fukushima. Ce volume est inexorablement en croissance de par l’aspersion quotidienne de centaines de tonnes d’eau pour tenter de contrôler la fusion non contrôlée des réacteurs. Le site de la centrale nucléaire vient de recevoir 10 cm de pluie lors du passage du typhon Sogden. La saison des pluies va commencer vers le 12 juin et va durer approximativement 1 mois et demi. A partir du 15 juin, si rien n’est fait pour remédier à cette situation, les réservoirs de stockage de cette eau contaminée vont déborder et s’écouler. Dans l’Océan Pacifique.

Alors que des rumeurs tenaces affirment que le puits de BP n’a jamais été colmaté dans l’Océan Atlantique, que le pétrole continue de s’écouler, que la fermeture filmée d’un puits lambda n’a été qu’une vaste opération d’enfumage et que la presse globaliste US se félicite d’avoir appris ses leçons de communication de désastre grâce à BP, ce qui est sûr et sans ambages, c’est que l’Océan Pacifique va devenir la décharge radioactive de Fukushima après avoir accueilli, pendant de très nombreuses années, des dizaines de milliers de tonnes de déchets hautement radioactifs dans des containers en béton qui s’empressaient d’éclater en éclaboussant les petits poissons.

– 4 juin 2011 : Radioactivité à Fukushima. Le Gouvernement Japonais vient de concéder qu’ils ont fait une erreur de calcul (juste une?) à Namie-Machi dans la Préfecture de Fukushima. La dose de radioactivité accumulée, calculée pour cette zone pour la période du 12 mars au 11 mai n’est pas de 31 millisieverts mais bien plutôt de 61 millisieverts! Qui plus est, le 25 mai la dose accumulée arrivait à 73,9 millisieverts, à savoir une augmentation de 20 % en l’espace de deux semaines. Et pour la petite histoire, la vidéo sur Youtube d’un petit lapin blanc fraîchement né sans oreilles a été confirmée valide par la presse Japonaise. Et, comme par hasard, ce petit lapin blanc sans oreilles est né… à Namie-Machi!

– 4 juin 2011 : Thé radioactif dans la Préfecture de Shizuoka. Le gouverneur de cette préfecture, Heita Kawakatsu, vient de faire volte face et a décidé de respecter les requêtes du Gouvernement Japonais quant à l’obligation d’analyser tous les thés de sa préfecture et d’éliminer de la vente tous les thés contenant plus de 500 becquerels de césium radioactif par kilogramme de feuilles. Rappelons que cette limite a été fortement relevée pour s’adapter à la situation de contamination radioactive de la chaine alimentaire. C’est la consternation dans la préfecture car de nombreux négociants ont déjà commercialisé le thé au Japon et même aux USA.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Japon : la vérité change officiellement de visage

  1. Pascale DENIS dit :

    A diffuser largement

    http://youtu.be/pN7yFxwxktI

    Merci

  2. elba dit :

    Bien entendu qu’on ment, qu’on ‘oublie’ de dire (quelle horreur d’entendre ça !) sans doute par peur que l’économie s’effondre. Elle s’effondrera de toute façon, puisque le mal est fait.
    C’est une belle leçon que nous recevons de nous croire tout-puissants…

    Il n’y a pas qu’une seule personne qui soit responsable de cette catastrophe… Donc personne à « attaquer » spécialement (ou à juger.) Cependant, les profiteurs n’ont même pas encore de scupules à tenter de garder leurs portefeuilles gonflés, au détriment de gens qui vont mourir à cause d’eux. Vont-ils comprendre un jour que nous avons tous intérêt à nous aider les uns les autres ?
    Bah ! S’ils ne meurent pas eux-mêmes des radiations, ils trouveront le moyen de gagner de l’argent ailleurs !
    La radioactivité va infecter l’océan Pacifique… Mais tous les océans se mélangent un jour ou l’autre, non ?
    Nous sommes tous concernés.

    J’ai visionné la vidéo du lapin blanc. Mais je reste sur mes gardes quant au fait que cette naissance soit due aux radiations. Des animaux – et des humains – naissent parfois ‘anormaux’ (je préfère ‘différents’) alors qu’il ne s’est rien passé. Cependant, les radiations font leur sale boulot sur un plus ou moins long terme. Si cela ne nous est pas caché, comme pour Tchernobyl, nous n’allons pas tarder à constater les dégâts de Fukushima sur les humains comme sur les animaux.
    Apprentis sorciers nous sommes, hélas, sous couvert de ‘progrès’… mais quel progrès ?

    Merci pour les infos. ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *