La Lumière de la surface descend jusqu’à vous

Par John Smallman.

Tandis qu’approche le moment de l’éveil de l’humanité, beaucoup d’entre vous se sentent stressés, lessivés, épuisés, pleins de doutes et anxieux. C’est partiellement en raison des fréquences d’énergies conflictuelles que vous expérimentez : les vieilles énergies négatives de défense qui vous ont accompagnées durant des éons, et les neuves d’amour, de compassion et d’acceptation. On dirait qu’un instant vous êtes totalement enveloppés par des nuages noirs d’énergies négatives et qu’ensuite, ces dernières sont balayées par de nouvelles énergies. C’est très déstabilisant et fatiguant pour vous. Lorsque vous sentez que des vieilles énergies vous enveloppent, rappelez-vous qu’elles approchent de la fin de leur règne, et que bientôt leur influence disparaîtra graduellement. Soyez dans l’intention d’être étreint par les nouvelles énergies et d’ouvrir vos cœurs à l’acceptation aimante.

L’autre raison de votre stress et votre angoisse, est que ce tas de vieux problèmes douloureux auxquels vous avez été accrochés et qui vous ont donné un étrange sentiment de confort (qui est purement et simplement à attribuer à leur familiarité), sont en train de pénétrer votre conscience afin d’être reconnus et libérés. Ce sont surtout des vieilles blessures que vous avez été incapables de pardonner à leurs auteurs. Rappelez-vous qu’eux, tout comme vous, ont souvent réagi de manière peu gentille ou aimante à cause de la souffrance qu’ils supportent. Alors, pardonnez-leur maintenant et pardonnez à vous-mêmes pour toute souffrance que vous avez pu causer à d’autres et pardonnez  à vous-mêmes de n’avoir pu pardonner plus tôt.

 Vous ne pouvez pardonner avant d’être prêt, et vous ne serez pas prêt tant que vous ne cesserez pas d’allaiter les blessures auxquelles vous vous raccrochez comme si elles étaient vos propres enfants maltraités, mais vous êtes maintenant des adultes capables de comprendre que ceux qui vous ont maltraité souffraient eux-mêmes d’extrêmes tourments qui les ont conduit à se comporter de manière si horrible, et vous êtes capables de comprendre que vous avez besoin de leur pardonner et de leur envoyer de l’amour afin d’ouvrir vos propres cœurs pour que ceux-ci reçoivent l’abondance d’amour qui vous est constamment présentée.

Vous avez une vaste quantité d’assistance aimante disponible pour vous aider si vous appelez ceux qui résident dans les royaumes spirituels. Ils sont au courant de votre souffrance et languissent de vous aider à la résoudre et la libérer, parce qu’ils sont heureux de voir que vous sautez de joie lorsque le fardeau est libéré. Si vous pouviez savoir le grand nombre d’êtres spirituels qui vous protègent et sont avides de vous aider en tous temps, vous seriez stupéfaits. Aussi, demandez de l’aide, abandonnez-vous au moment présent et relâchez tout jugement. Lorsque vous faites cela, le sentiment de paix et de bien-être que vous expérimenterez vous réjouira véritablement. Après la première fois où vous aurez accompli cela, les suivantes seront beaucoup plus faciles. Puis, lorsque vous commencerez à en faire une habitude, vous commencerez à vous demander pourquoi vous vous raccrochiez pendant si longtemps à votre soi-disant besoin de juger. Mais bien sûr, le jugement était manifesté en permanence à la vaste majorité d’entre vous durant vos années de formation, alors il apparaissait comme normal, essentiel et totalement approprié.

Une fois que vous l’aurez libéré, vous sentirez comme si un immense fardeau avait été ôté de vos épaules, ce qui est vraiment le cas, puisque vous choisissez de le déposer et de renoncer au sentiment de responsabilité et de vertu qui sont ses compagnons inséparables et permanents. Maintenant vous pouvez interagir de façon aimante et compassionnelle dans toute situation qui implique d’autres personnes – ou bien sûr, seulement vous-mêmes – et la colère que vous aviez l’habitude d’expérimenter dans les situations difficiles diminuera, puis, disparaîtra graduellement. Faire cela est évoluer spirituellement et est une part essentielle du processus par lequel vous devez passez sur votre chemin de l’éveil. Vous ne pouvez pas avancer dans la conscience totale tout en vous raccrochant à la colère, le jugement, le blâme ou le ressentiment, parce que ces attitudes sont totalement incompatibles avec votre état naturel de conscience totale.

Pour établir une analogie, la vie dans l’illusion est comme vivre dans les profondeurs d’un lac boueux ou d’un océan, où des poids lourds sont attachés à vous pour vous maintenir immergés. Afin de vous élever à la surface, dans la brillante lumière de la Réalité, vous devez détacher vous-mêmes tous ces poids. Il faut que le processus soit graduel parce que si vous les relâchiez tous d’un coup, vous partiriez comme une fusée vers le haut en explosant et cela vous mettrait dans un grand état de choc.

Pendant des éons, vous avez détaché ces poids et vous êtes déplacés graduellement vers la surface, mais êtes en grande partie demeurés inconscients de ce que vous faisiez, excepté que vous vous sentiez plus légers lorsque vous vous éleviez des profondeurs. Maintenant, non seulement vous vous sentez plus légers, mais la lumière à la surface vous atteint, vous encourageant et vous attirant dans sa direction.

Pour atteindre la surface et vous éveiller dans la divine Réalité, vous avez besoin de relâcher ces derniers poids : colère, jugement, blâme et ressentiment – lesquels vous maintiennent toujours à terre. Parce que vous les avez portés pendant si longtemps, vous avez souvent l’impression qu’ils sont des parties essentielles de vous et que sans eux, vous ne pourriez plus être vous. Ce n’est pas le cas. Lorsque vous relâchez le dernier d’entre eux, la brillance de qui vous êtes véritablement sera révélée dans toute sa divine gloire. Relâchez ces poids, ces blocs et éveillez-vous dans la gloire de votre état naturel divin.

Avec tellement d’amour, Saul.

Traduit par Nicole pour LaPresseGalactique.com – Source originale (en anglais).

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 Responses to La Lumière de la surface descend jusqu’à vous

  1. marie christine dit :

    Très bel article !
    C’est drôle, la colère, la rancune, le jugement, etc…, qui autrefois (enfin, il n’y a encore pas si longtemps) avaient une grande force d’attraction, semblent à présent comme enveloppés dans du coton . Ca devient des petites suggestions, des petites velléités tellement faibles et floues qu’une sorte de grosse paresse s’en empare et ça s’évanouit …
    Tout se passe à l’envers . Du coup, c’est là qu’il faudrait faire un grand effort pour leur prêter attention, mais on n’en a vraiment plus envie . Ah non, trop confortable !

  2. Helene dit :

    Merci pour ce texte. Aujourd’hui ça été une journée plus difficile où je me suis rendue compte qu’une situation que je pensais en bonne voie de guérison, ne l’était pas tant que ça….. J’ai ressentie de la colère et de la rancune. Je sais que je vais y arriver avec le temps. J’ai ressentie le bonheur d’être en paix avec moi même et je sais qu j’y arriverai de nouveau. Ton texte ne pouvait pas mieux tomber. 🙂

  3. Soleil Bleu dit :

    Quoi ajouter ? C’est exactement ça !

    Merci à toi d’être Le passeur de ces textes vivifiants.
    IN LAKE’CH

  4. sbf dit :

    article intéressant qui me renvoie à des points que j’ai à travailler.
    c’est assez ce je perçois qui m’arrive que de se trouver fermé à l’amour tout autour de soi, à tout ce qui se donne.y a peu de temps je me suis dit que j’envoyais se faire voir des choses qui étaient presque à se présenter comme des cadeaux, car je sais pas les recevoir, ni parfois, les voir..mais pour autant, je n’arrive pas encore à aller plus loin ^^
    tout va trop vite dans ma vie, c’est comme si je devais mourir, renaitre, renoncer, ne pas renoncer, pardonner, ne pas pardonner, accepter, ne pas accepter, donner des claques et des coups de pieds au c** à commencer par soi, lacher prise, et, tout cela un peu pour tout, en un temps records, tout en devant « se donner le temps ».

    D’autant que cela m’inspire des choses ambigues, comme l’absurdité de juger, dans le sens de condamner, qui me semble presque irréel.
    d’un autre coté, je ne crois pas( je dis je, c’est peut-être juste pour moi.. même si je me demande si c’est humainement possible, et souhaitable) pouvoir me débarrasser du jugement complètement, doutant seulement que ce soit souhaitable ..une part de jugement me semble relié à cette limite humaine; jugement ne dit pas’y fixer, s’y attacher, ou encore s’y impliquer personnellementà l’excès, c’est déjà avant tout avoir un point de vue, de vie, un avis, une vision, de son expérience individuelle.des que l’on dit je pense que, je trouve que, je crois, j’aime ça, je n’aime pas cela, je, x positionnement on utilise le jugement, ce qui ne veut pas dire condamner autrui. ou alors c’est pas le même jugement . je doute qu’on puisse ne pas juger du tout : ne serait-ce qu’à écarter ce qui est positif pour soi, ou non, estimer d’une situation.
    si c’est dans le sens de juger l’autre, au fond, je me demande même parfois si c’est « réellement possible », dans le sens qu’une personne suit son cheminement, sa voie, que soi, l’on a pas ce droit, cette capacité d’interférer sur son libre arbitre à choisir de vivre, effectuer telles actions, ou non, quoiqu’elle fasse, ce choix en cette dimension, ne peut se juger.n peut essayer, mais cela n’atteint pas ce qui appartient à cette seule personne. enfin, c’est p-être à coté de la plaque, mais c’est un peu ainsi que je le vois pour le jugement.
    j’ai pour exemple personnel une personne sur laquelle j’ai posé un jugement négatif à un moment, mais c’est aussi car elle m’avait sollicitée en une sphère personnelle à le faire à de multiples reprises, puis car je m’étais laissée envahir relationnellement.c’est paradoxal, car en un sens, je ne la juge pas, je trouverais cela inepte, en un autre, cela m’a tellement saoulé, que d’overdose, un jugement en est ressorti, aussi car j’étais en implication personnelle. ce qui m’est ressorti comme une limite humaine( moche, en plus , et un jugement supplémentaire ^^), alors sur le moment..comme quoi l’on est parfois encombré de soi.

    personnellement jessaierai d’abord de faire confiance un minimum à d’autres etres, personnes que celles qui m’ont causé du désagrément pour ressentir de l’amour :D.
    le pardon, il vient suggérer de l’amour , pour ma part, en des liens de contraintes, et que me représenter, comme je le sais déja, les tourments de tous ceux qui m’ont causé des souffrances,(et d’autres qui en causent à d’autres) cela ne me fait pas ressentir de compassion pour eux.. cela me détourne de ce que j’ai à traiter de la mienne en premier, plutot ..et cela m’inspire un grand ras le bol des patho’s humains ( donc de soi aussi)
    c’est étrange, car je crois que de la compassion, j’ai du en ressentir naturellement..mais c’est plus vraiment le cas..et je ne sais pas pourquoi en fait..c’est peut-être cela la « saturation ».Ëtre soulé des « autres, et de soi, » dans ce qui n’est pas meme un jugement, mais une lassitude, un épuisement..

  5. Jack dit :

    De passage aprés une courte absence.
    Ce message m’a fait beaucoup de bien, une grande simplicité dans les mots, et une grande profondeur dans le sens.
    Merci à toi Passeur.

  6. Annie dit :

    Merci « Passeur » pour ce très beau message, qui tombe à point…..
    Je pensais pourtant avoir réussi à pardonner, je le pense toujours, mais pas facile de lâcher les ressentiments quand on vient les titiller…
    Namasté.
    Annie

  7. Valérie dit :

    Merci Cher Passeur,
    Cette lettre est magnifique !

    • Le Passeur dit :

      Oui j’aime beaucoup ce que dit avec simplicité John Smallman. Ce texte rejoint d’ailleurs ce que j’ai dit dans l’Eveil en Soi. Ca fait plaisir de voir que nous sommes de plus en plus nombreux à passer le message et que quelle que soit la façon de le dire, avec autant de variantes propres à atteindre le plus grand nombre, ce message est finalement toujours le même. Ca devrait tout de même mettre la puce à l’oreille des hésitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *