Incarner le fruit de nos lignées

Par le Passeur.

La conscience qui s’éveille est le plus beau fruit chez l’homme de l’influence du nouveau cycle cosmique. S’il concerne chacun sans aucune exception, il n’est en aucun cas vécu et fertilisé de la même manière pour tous. L’éveil est totalement fonction de ce qu’est l’être, qui est lui-même la somme de tout ce qu’il a intégré ou non au fil de ses nombreuses expériences de vie, au fil de l’histoire de ses incarnations dans le cycle terrestre qui s’achève. Peu importe la conscience spirituelle que peut afficher l’être, la nature de ses croyances, son métier, ses sources d’intérêts ou son ‘intelligence’ au sens de ceux qui conçoivent restrictivement l’intelligence en fonction d’une simple et ridicule mesure du quotient intellectuel. Ce qui est révélateur, c’est ce qu’il est dans sa vie. Est-il juste avec autrui, est-il honnête avec lui-même et avec les autres, est-il clair dans sa façon d’être, est-il aussi conscient qu’il peut des conséquences de ce qu’il manifeste en actes ou en paroles ? Cet homme-là présente les caractéristiques d’un être qui a su évoluer au fil de ses incarnations et par loi de résonance il vivra plutôt aisément les aspects manifestés du grand changement.

Une marche plus loin encore, est-il conscient de la nature influente de ses pensées et de ses émotions ? Et donc en a-t-il acquis une certaine maîtrise ? Exprime-t-il le cœur parce qu’il EST dans le cœur et non parce qu’il a besoin de compenser ce dont il a manqué autrefois ? Autrement dit, a-t-il guéri ses blessures les plus profondes et donc a-t-il su un jour les regarder bien en face ? Celui-là est de ceux qui par la présence et l’exemple plus que par l’expression, aidera les précédents à gravir la dernière marche où ils consolideront leur autonomie. Le passage se fera tout naturellement, non parce qu’il y a un jugement divin comme tant de religions ont menti à ce sujet, mais car ce qu’il porte en lui le rend apte à recevoir et à intégrer plus de lumière encore que le précédent.

Prenons par simplicité la décision d’appeler « Lumière » l’énergie nouvelle en laquelle nous entrons. Nous avons vécu jusqu’alors avec une petite ampoule de 3 watts pour éclairer nos vies et depuis quelques années l’intensité de la lumière a augmenté progressivement jusqu’aux 30 watts actuels. C’était en quelque sorte une approche en douceur pour nous donner le temps d’accoutumer nos regards à plus de lumière et découvrir un peu de la caverne. Certains se sont préparés à recevoir davantage en ayant pris conscience du changement, en ayant relevé la tête pour voir plus loin grâce à cette lumière accrue et en ayant ainsi pu prendre conscience de ce qu’ils ne voyaient pas jusque-là. D’autres ont gardé la tête basse, les yeux rivés au ras du sol sur les routines dont ils jouissent ou dont ils souffrent sans parvenir à détecter les signes d’un changement salvateur. Ceux-là sont nombreux.

A présent, nous allons faire un saut lumineux et c’est vers un soleil que nous allons tourner nos regards. Qu’on le veuille ou pas, la lumière nouvelle baignera la Terre dont la fréquence vibratoire se sera hissée et stabilisée au niveau adéquat du nouvel écrin qu’elle a décidé d’être et de nous offrir. Elle est le joyau magnifique de son propre écrin et nous sommes les invités privilégiés qu’elle accueille. Comprenons bien que ce n’est pas un coup de baguette magique qui va révéler tout cela. La Terre et tout le système solaire traversent une zone du cosmos qui est l’océan où tout baigne dans cette lumière. Nous qui voyageons sur le vaisseau Urantia-Gaïa avons donc abordé les banlieues éclairées de cette zone il y a plusieurs années et le saut dont je parle sera de l’ordre de la lumière qui jaillit à la fin d’une éclipse. On parle là ni plus ni moins d’une transmutation. Donc, cette lumière sera là pour tous et chacun recevra ce qu’il peut absorber de cette énergie colossale, ce qui aura un peu la fonction naturelle de distribuer les destinations en fonction de ce que chacun peut intégrer. On l’aura compris, une bonne part de ceux qui n’ont pas fait le nécessaire au long de leurs nombreuses vies pour se préparer à accueillir pareille énergie ne le supporteront pas. Ils iront donc tôt ou tard parfaire leur expérience là où leur vibration les portera, jusqu’au jour où à leur tour ils seront prêts à évoluer à la faveur d’un autre cycle.

En attendant, ceux qui veulent encore tout obscurcir ici-bas et les inconscients qui servent leurs intérêts, par avidité ou par indifférence, poursuivent la destruction méthodique de la Terre. On ne fera pas l’inventaire, il y faudrait une vie, mais alors que dans un grand silence médiatique la contamination nucléaire venue du Japon et la pollution pétrolière du Golfe du Mexique se poursuivent, une multitude de zones de pollutions et de destructions intensives bouillonne un peu partout sur et sous la surface de Gaïa. Il en est ainsi depuis plus d’un siècle et l’entreprise de sape, devenue méthodique et croissante ces dernières décennies, est à présent démentielle. Il faut bien voir que la plupart des êtres humains s’en désintéressent, du moment qu’ils peuvent consommer l’énergie nécessaire au superflu qui décore leurs existences. C’est un fait, et il a des conséquences. Cette inconscience et cette indifférence aux lois d’harmonie qui prévalent dans les mondes évolués font qu’à l’heure où une nouvelle énergie de vie remplace l’ancienne, la préhumanité  va devoir d’une manière ou d’une autre connaître un rééquilibrage de la balance. Tout ça est affaire d’équilibre des énergies en jeu, en aucun cas de morale et encore moins de châtiment. Tout au moins la morale est-elle en ce sens le reflet de la loi universelle bafouée.

Il y a plusieurs manières de rééquilibrer les mécanismes d’échanges entre les règnes vivants dont la planète en tant qu’entité n’est pas le moindre. L’homme, déjà, peut devenir conscient et changer d’attitude. C’est ce qui est en train de se faire, mais hélas pas pour une majorité et à un rythme trop lent pour qu’il suffise à ce que tout se passe en douceur avant le grand saut programmé. En revanche, Gaïa elle-même est maître à bord et elle est à la manœuvre. Compte-tenu de l’ambiance générale et des énormes egrégores négatifs accumulés par l’humanité dans ses strates aériennes et souterraines, les soupapes habituelles ne suffiront probablement pas et il est très vraisemblable qu’elle va devoir réajuster les énergies de manière plus dragstique.

Je n’ai pas d’idée sûre de ce qu’il en sera et j’ose encore espérer que ce qui fut annoncé il y a longtemps et confirmé plusieurs fois depuis n’arrivera pas. Il y a urgence mais je suis certain que jusqu’au dernier moment, avant que les aiguilles se positionnent en cliquetant sur les cadrans de la grande horlogerie cosmique, il est encore possible de changer un tant soit peu l’ordre des choses. Jusqu’au bout, les lignes du temps peuvent être sautées, individuellement et collectivement. C’est pourquoi il faut encore avoir une foi créatrice en cette possibilité. Je vois trop d’êtres en éveil se réjouir de chaque nouvelle catastrophe naturelle en laquelle ils voient le signe du grand chambardement. Ce n’est pas une attitude responsable, elle ne fait que contribuer à la confusion des esprits qui la nourrissent et à la peur de ceux qui découvrent la situation sans en avoir l’éclairage.

Au lieu d’attendre le cataclysme majeur qui viendra en comptant chaque jour les points, il est sans aucun doute plus constructif de se tourner en soi vers le monde de paix et d’harmonie que l’on souhaite voir surgir de la lumière, tout en l’ancrant à chaque instant de son quotidien, à travers le regard que l’on porte sur tout et les mains qu’on y pose avec amour. Il ne suffit pas de proclamer ce que l’on veut, il faut le voir réalisé et en soutenir avec persévérance l’intention. Quoi que ce soit, faites tout ce que vous faites en aimant ce que vous faites, et quelque chose d’immense arrivera en vous et pour tous. Il n’est peut-être pas trop tard pour adoucir la transition collective.

Les mots véhiculés par le « New Age » ont souvent été trompeurs et pas par hasard. On parle toujours d’ascension, ce qui finalement renvoie toujours à l’idée que l’on grimpe vers quelque chose de plus haut, de plus éthéré. L’ascension n’est que celle de la fréquence vibratoire qui s’accorde (ou se synthonise) sur une dimension elle-même plus haute en fréquence. En fait, dans l’incarnation, c’est une descente qui s’opère. Aux côtés des autres règnes vivants dont c’est la nature simple, chaque artisan de lumière en ce monde est le relais de la substance d’énergie qu’il tire du haut vers le bas. Chacun reçoit et émet sa signature énergétique propre qui est le fruit de son histoire et de ses lignées stellaires et qu’il vient incarner ici. C’est de tout ‘là-haut’ que l’on amène en chaque cellule de nos corps et de celui de la Terre une part de la lumière qui éclairera le prochain cycle de Gaïa et de tout ce qu’elle portera alors.

C’est un ancrage profond et solide qui s’opère, dont nous sommes les passeurs parfois conscients et souvent inconscients. Peu importe la manière dont on l’imagine, qu’on le visualise comme on veut, ce qui compte c’est de le matérialiser dans nos vies de tous les jours, concrètement, et de cesser d’attendre des signes et d’agiter de belles idées, des grands mots et des concepts éthérés qui ne résonnent que dans notre imaginaire et jamais dans nos actes.

Je n’ai rien contre l’imaginaire, bien au contraire, je vois de plus en plus à quel point il est l’un des modes d’expression favori de notre âme quand elle essaie de nous communiquer quelque chose. Mais même l’imaginaire peut s’ancrer et donc parfaitement s’incarner dans la matière. Il viendra un moment où tout sera perçu des différents plans avec lesquels nous interférons directement et nous y sculpterons notre place en conscience. La vie est partout et revêt tant de formes que c’en est un feu d’artifices, les dimensions qui nous entourent sont multiples et notre multidimensionnalité en investit une part dont certaines sont accessibles dès aujourd’hui. Comme l’ont toujours dit les contes pour enfants, il suffit de croire pour voir…

Fraternellement,

En complément de cet article : Funambules des étoilesS’aligner sur la juste fréquence

© Le Passeur – 4 Septembre 2011 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

> Les familles d’âmes se positionnent

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

56 réponses à Incarner le fruit de nos lignées

  1. Deleuil dit :

    A Marie ta peine m a touchée .moi aussi l an dernier j ai vécu la grande bataille entre l’ego et le cœur ,je n’ai laisse qu’unchamps de ruine jusqu’à ce que je me rende compte qu’il fallait que j’integre et l’égo et le cœur et je me suis rendue compte que culpabilité et frustration étaient les 2  »liens qui nous retenaient prisonniers ,depuis j’ai promis a mon ego/âme/soi de les écouter et de ne plus réagir aux accusations de culpabilité et depuis j ai l’impression de retrouver qui je suis mais il me faut d’abord panser mes blessures et retrouver mon vrai soi authentique . et je vous dis a tous,n’ecouter plus ceux qui vous culpabilisent, ce ne sont que des maneuvres de manipulation . J’espère, passeur que tu as assez d’intergrite pour publier mon texte , je ne t ‘accuse en aucun cas de manipulation elle vient de plus haut et ouvrir les yeux, c’est la seule manière de la contrer. Merci. Melusine

  2. Maya Civet dit :

    Cher Passeur,

    Et oui, tout le monde veut monter, peu veulent bien descendre, et pourtant, c’est ainsi que s’éclaire la conscience. Merci de l’avoir rappelé. Le toujours plus, quand on voit l’abondance qu’il y a, quelle folie…Je n’ai pas toujours été sage et certains de mes mouvements de descente furent chaotiques…Et oui, j’ai remarqué que je me plaignais plus quand il semblait que j’avais tout et que je me sentais vivante quand je n’avais rien…En descendant, j’ai pu voir…et voir…et voir s’ouvrir mon coeur. Merci pour cet article.

    Permettez que j’ajoute mon grain de sel aux commentaires. Les notions de richesse et de pauvreté sont relatives. Il est toujours possible, ici et maintenant de faire de son mieux pour ne pas alimenter la machine infernale…ouvrir son coeur aux autres, quelque soit notre situation. Ce qui ne veut pas dire approuver. Oser exprimer sa propre altérité, savoir nager à contre courant, ce n’est pas inutile…pour alerter et prévenir, pour éveiller. Chacun peut-être un éveilleur. Il ne s’agit pas de faire peur mais de passer le relai de la conscience. Et oui, donner l’exemple. Montrer qu’en refusant le système d’exploitation, on n’est pas plus malheureux, bien au contraire. C’est le système qui veut nous faire croire que misère et pauvreté nous attendent si nous ne lui obéissons pas et cette misère et la pauvreté sont entretenus par les obéissants. Ne voyez-vous donc pas ?
    En ce moment, je suis en location et je vis des minimas sociaux, et alors, est-ce que ça m’empêche de limiter mon impact à Gaya, justement pas. Je roule à trottinette, et ça me plait. Les sourires parcourent mon chemin. Je nourris les oiseaux, l’hiver, depuis ma fenêtre, je suis seule et en bonne compagnie de moi-même. Tant pis pour ceux qui n’approuvent pas mon végétarisme et mon altérité rockn’roll, tant pis pour les croissants qui me jugent trop bête pour incarner leur mode de vie. Je suis pleine et entière et je vous aime toutes et tous

    Bisous,

    Maya

  3. pierrot dit :

    On a beaucoup fait ici une corrélation entre confort et pollution mais il me semble que l’on peut vivre en confort sans polluer. Je parle ici de l’énergie libre.
    Donc le souci ne vient pas du confort mais plutôt de la non accessibilité à cette technologie qui ne date pas d’hier, en tout cas pour l’instant.

    Bonne journée.

  4. Je me doute. Mais qu’est ce que je peux faire ? En fait, rien ne me fait vraiment envie. Tout devient besoin et nécessité. Tout ce qui importe est le lâché prise en ce moment. Calme. Ce qui va avec le « moi » c’est de créer ma liberté, de la fonder. Voyager et faire des rencontre en passant le mot veillant à une écoute accueillante et à donner en don d’action, juste pour le geste, rien d’autre. Ce n’est pas une envie, c’est une nécessité. Et je ne sais pas pourquoi, j’ai besoin de trouver l’arbre et de me nourrir de rien sauf de l’arbre. Voilà. Cela se confond, mais maintenant, même quand je mange, je ne peux manger que du cru et essentiellement des légumes cru. Et je reste aussi réveiller pour lire beaucoup votre site depuis le 24 décembre. J’en suis comme assoiffé. Comme si c’était ma reconnaissance spirituel détaché dans le sens où enfin, on prête attention à moi sans plus… Cela fait parti du nétoyage à mon avis.

    Attention je dirais. Cet article me booste et en même temps me met mal à l’aise. Parce qu’il sous-entend que les gens qui ne réagissent pas ou se réjouissent ne sont pas bon ou autre… Mais tout le monde est libre. Et il faut faire confiance en la lumière. Si ça agit comme ci ou comme ça, c’est parce que ça doit se dérouler ainsi. Enfin, ce n’est que mon point de vue… Je me trompe peut être ? Chacun fait selon ce qui est juste et bon pour lui. C’est ça qui importe. Et honnêtement, rien n’est un hasard. Même ceux qui ne peuvent pas… Ils pourront. Tout agit et est extrêmement bien veillant. Faut faire confiance en la lumière, elle réfléchit en ce qu’il a de meilleurs en nous en l’amplifiant.

    Il n’existe aucun ultimatum. La vérité n’est que pure amour. Et quand il s’éveille, tout devient naturel.

    Donc merci de cet article, il m’aide beaucoup à m’orienter vers là où je sens d’aller, de faire afin de poursuivre ma vocation d’être de lumière. Pour le reste, ben c’est dit…

    Avec aveux et dévotion,
    Jenny

  5. joel dit :

    j’aurais certainement dut me taire a propos des lampes économiques et laisser les gens respirer le mercure quand ils les brisent…
    dites moi vous êtes très susceptible il me semble.
    il n’y avait la aucune critique de ma part, mais simplement une info pour les gens qui ne savent pas.
    je n’ai pas souhaiter encombrer le commentaire de ma science et rester a l’essentiel dans le but de proteger la santé des gens et surtout de leurs enfants…
    je suis éclairagiste depuis 30 ans et je peux vous affirmer qu’il y a 10 a 20 fois plus de mercure dans ces lampes que dans les tubes fluo de 1m20… plus la puissance est élevée pour … approximativement … le même volume, plus la concentration est forte.
    bien amicalement

    • Le Passeur dit :

      Excusez-moi mais je ne vois vraiment pas en quoi je suis susceptible, en plus je suis d’accord avec vous mais je pense et je dis qu’il faut un peu relativiser car vous dessinez un tableau assezu sombre quant au au mercure contenu dans ces lampes par rapport aux analyses fournies sur les sites qui veillent à ces problèmes et qui donnent des mesures moindres que ce que vous dites. Maintenant je respecte votre expérience (d’autant que ce n’est pas mon métier) et il vaut mieux plus de précaution que pas assez. Il est vrai aussi que n’utilise que de faibles puissances (+/- 8W) réparties sur plusieurs points, donc d’après ce que vous dites, la concentration en mercure est moins forte dans ces lampes.

      • marie christine dit :

        Eh ben alors, qu’est-ce que je devrais dire !
        Il y a quelques dizaines d’années, on mettait du mercure dans les plombages sans savoir que c’était nocif .
        Mon père, qui était dentiste, me donnait de temps en temps des boules de mercure de la taille d’une noisette . Je passais des heures à jouer avec .
        Il ne faut rien minimiser mais il ne faut pas dramatiser non plus . Parfois, les maladies apparaissent uniquement par peur du danger !

        • Johala dit :

          Exactement, bien d’accord avec toi! Mais tu sais bien Marie-Christine, que maintenant, ils voudraient une société 100% assurée, sans danger, sans maladie, sans problèmes, et que franchement ras le bol de toutes ces précautions qu’on nous force à prendre! Genre les prises électriques où on ne peut plus brancher un truc sans devoir forcer comme un âne! Autrefois , c’était plus simple: On responsabilisait les enfants! Maintenant on infantilise les adultes!
          On a même survécu au thermomètre au mercure! On finit par se demander comment on a fait!!!!! Faire attention, OUI, devenir parano, NON!

          • marie christine dit :

            Oui, bien vu, Johala !
            Et je me demande s’ils cherchent à nous faire peur parce qu’ils ont peur eux-mêmes, ou pour faire marcher le commerce ou pour exercer une emprise sur les esprits faibles .
            Peut-être les trois à la fois …
            Mais le corps est-il une chose inerte sans Force divine à l’intérieur ? Où est la Foi ?

  6. Soleil Bleu dit :

    Encore un beau partage grace à cet article avec lequel je me sens profondément en harmonie et qui me renvoie le sentiment de me sentir comprise.
    Merci le passeur d’être sur mon chemin, et un ptit coucou plein d’sourires complices à Max.

    IN LAKE’CH les amis du blog

  7. Dania dit :

    @Yuca965
    J’ignore quel âge vous avez mais si la structure même de l’école vous est insupportable, il existe d’autres moyens de suivre des cours et formations. Les cours par correspondance par exemple. Il y a forcément des matières ou sujets (hors scolarité) qui vous intéressent, non ? Eclatez-vous en apprenant ce que vous aimez, tout en suivant le cursus « normal » peut-être… selon vos aspirations personnelles!

  8. Dania dit :

    Oui, amusant Elba… 😉
    Amitiés

  9. FCM dit :

    C’est la première fois que je poste un commentaire. Bien souvent j’ai eu envie de le faire, et puis après… à quoi bon ? Dire que je suis d’accord ou pas d’accord ne changera pas la face du monde. Pire, cela nourrira mon illusion d’ « être quelqu’un », mon « moi-je ».

    En fait mon commentaire ne portera pas sur l’article (je conçois que cela puisse être déprimant pour le Passeur :-p) en lui-même mais sur les commentaires formulés.

    Concernant le sentiment de culpabilisation écologique fait à la population : c’est quelque chose que j’ai souvent entendu mais que je ne comprends toujours pas. Comment accepter consciemment et pleinement de vivre dans un monde pollué, tant l’air, la terre que l’eau ? Pourquoi rejeter toute la faute sur les autres générations ? C’est eux qui ont fait ces choix-là et pas nous (parce que nous, c’est sûr, si on nous avait demandé notre avis, on aurait dit non… c’est ironique) ? Il faut être lucide et accepter que nous aussi avons notre part de responsabilité (collective et historique) dans ce qui se passe. Sur la possibilité de dire non, elle existe effectivement, malheureusement je crains que nous n’ayons pas atteint le seuil où l’oeil critique et le ras le bol l’emportent sur l’abrutissement général (voulu et savamment entretenu).
    La voie que j’ai choisi de suivre est celle du retrait. Comme le Passeur, nous payons peu d’électricité, pour les mêmes raisons. Ceci étant, je ne suis pas d’accord sur « C’est un système qui permet de fonctionner avec peu de ressources financières » : pour nous, cela a signifié un investissement assez lourd au départ et donc évidemment des choix de priorité, que je ne regrette absolument pas. Sur le fait d’utiliser des appareils issus de la technologie, c’est un fait que je les utilise aussi, néanmoins si Internet se coupe et les ordinateurs s’éteignent… ma vie ne s’arrêtera pas pour autant : en quoi ces accessoires seraient-ils indispensables à ma vie ? Il faut aussi vivre avec son temps et utiliser, à bon escient, les moyens de communication disponibles. A bon escient… car il est étonnant de voir combien nous nous coupons les uns des autres alors que jamais auparavant nous n’avons pu autant communiquer ! Regardez simplement dans un bus le nombre de personnes qui téléphonent via leur portable, chacun isolé dans sa propre bulle au milieu de dizaines d’autres personnes qui font exactement la même chose. C’est… amusant. Pourquoi confondre écologie et retour à la caverne et à la massue ? Pourquoi la décroissance signifierait le déclin alors que c’est bien une croissance effrénée (de la consommation, de l’énergie, de l’argent…) qui nous conduit actuellement au déclin… Est-il vraiment impossible de penser à consommer autrement, vivre autrement dans le respect de l’être humain et de la nature, sans gaspillage de quelque nature que ce soit (énergétique, alimentaire, matériel, …) ? Chacun est maître de ses choix, même du choix de ne rien faire et de suivre les habitudes de vie communément admises.
    Concernant l’attente de quelque chose… c’est un fait, je suis dans une attente, même si j’aime à penser mon attitude « tranquille » (et j’espère que cette attitude restera vraiment, véritablement, profondément tranquille 🙂 wait and see). Sans être focalisé constamment dessus, je lis les signes. J’aimerais un changement. J’aimerais que ce changement se fasse sans heurt, mais je comprends que Urantia-Gaïa puisse être légèrement agacée par ce qui se passe à sa surface et hélas je ne crois pas l’humanité suffisamment réceptive pour aider à un passage en douceur. Je suis peut-être trop pessimiste… Alors je me recentre sur moi-même car j’apprends à ne rien attendre de l’extérieur. Ainsi se termine ce commentaire et continueront mes lectures silencieuses des articles postés sur ce blog.

    Belles journées à toutes et tous, celle-ci et les autres à venir.

    • Le Passeur dit :

      Je réitère, en fonctionnement, cela demande peu de ressources. En installation c’est autre chose, mais pour ma part, le système y était lorsque je me suis installé.

    • Tout ce qui arrive, qui se déroule n’est pas le fruit du hasard. Grâce à internet, nous créons des blogs. Nous créons notre bulle oui. Nous pouvons être libre-penseur. Nous pouvons communiquer avec des gens facilement sans se déplacé parce qu’hélas la société fait que tout est de plus en plus cher : l’anscient monde… Internet était notre tiket de liberté. Il était là pour nous aider à vivre ce que nous vivions. On en avait besoin pour vivre notre ascension. On vous aide, on a toujours été là pour vous. Internet était notre petite base secrête de lumière vous aidant à acceuillir le culte de vous-même… Comment être si on ne peut se reconnaitre ? Comment passer cette étape si le moi que vous qualifiez de « narssissique » ne revient pas à l’ordre du jour ? Comment peut-on réellement être le Eros de qui il est s’il n’en devient pas l’incarné ? Tout ce qui se vivait à l’heure où vous dites : « changement » n’en était que le fruit de ce qu’il adviendrait tôt ou tard selon vos choix, car la lumière étant toujours présente n’a jamais cessé de briller tout comme ce qui était entrain d’arriver à ce moment de l’univers. Tout est fini. Tout à toujours été bon. Et tout les voyages ont été effectué avec douceur pour tous.
      Euh, ben c’est cool ! lol ! Je ne sais pas qui cause ?! Mais, merci ! Je crois que c’est pour toi : FCM.

  10. joel dit :

    Bonjour a tous,
    juste une intervention technique, qui concerne la santé.

    j’ai lu dans les commentaires, notamment dans une réponse de le Passeur, que vous utilisiez des ampoules économiques… les gaz emprisonnés a l’intérieur contiennent un fort pourcentage de mercure. et ces lampes se cassent de peur et dispersent alors un nuage très toxique dans la pièce.
    parlez en notamment a vos enfants… et ne les laissez pas trainer ces objets dangereux.

    si vous en cassez une, ou si le culot se désolidarise de l’ampoule, arrêtez immédiatement de respirer, ouvrez toutes les fenêtres et portes pour aérer et sortez de la pièce… et n’y revenez pas pendant une bonne heure.
    Idem, si vous ramenez ces lampes usagées pour recyclage dans un collecteur ( conseillé ) enveloppez la lampe avant de la jeter, car en tombant sur ses congénères, elle va se casser et en briser d’autre… arrêtez egalement de respirer car rien ne vous dit qu’une lampe ne vient pas d’etre cassée par une précédente personne.
    Ces lampes sont un véritable scandale et trés dangereuses pour la santé, et aucune précaution d’usage n’est mentionné sur les emballages…. devinez pourquoi ?
    Les Lampes a leds, elles, ne présentent aucun dangers, et encore moins gourmandes en energies.

    Bon chemin a tous

    • Le Passeur dit :

      Il faut relativiser, toutes les lampes ne se valent pas et il faut privilégier celles à faible concentration de mercure. Ensuite les précautions sont à prendre en cas de casse où il vaut mieux ventiler un peu, le mercure étant très volatil. Maintenant il y en a 5 fois moins dans ces lampes que dans un tube néon de 1m par exemple. Qui plus est n’oublions pas que les « anciennes » lampes à incandescence encore majoritaires dans les maisons dégagent du mercure. Dons aucune solution n’est excellente.
      Aujourd’hui on a des leds à éclairage « chaud », donc moins blanches que les premières, ce qui est ne bonne solution pour toutes les pièces dites techniques (cuisines, sdb…)

  11. Yuca965 dit :

    S’incarner ? Pour être encore plus conscient à quel point l’école est insupportable ? Alors qu’on est obligé d’y aller sous peine de recevoir toute sorte de problème.

    Voilà pourquoi je désire une catastrophe (ouragan ou tremblement de terre dans ma région), pour ne plus devoir y aller.

    Y aller c’est comme arrêter de respirer, à quand la fin ?

  12. marie christine dit :

    Etonnant !
    Tous les matins et tous les soirs, le ciel est rose et bleu layette … comme pour accueillir les bébés du nouveau monde … Une vraie douceur .
    Le soleil se couche à l’est en même temps qu’à l’ouest . C’est à y perdre son latin . Tant mieux, je n’ai jamais eu le sens de l’orientation !
    Vaut mieux regarder et admirer sans chercher à comprendre … Sauf si quelqu’un a une explication …

    • Erika dit :

      Je n’ai pas d’explication mais voici que ce matin dans la voiture mon fils a pris mes lunettes de soleil, a regardé le soleil et m’a dit « le soleil a changé, un morceau c’est défait »…

      • marie christine dit :

        Il a sûrement raison le fiston, Erika !
        A 20h30 passées, je vois aussi des traces roses au nord et au sud, en plus de la lumière à l’est et à l’ouest .
        On dirait en effet que le soleil se détache en morceaux pour se manifester de plusieurs endroits à la fois …

    • Abricotier dit :

      Avez-vous remarqué la beauté et l’extrême variété des nuages, ces temps-ci. Je passe des heures à les regarder.

  13. elba dit :

    « Il est…plus constructif de se tourner en soi vers le monde de paix et d’harmonie que l’on souhaite voir surgir de la lumière, tout en l’ancrant à chaque instant de son quotidien, à travers le regard que l’on porte sur tout et les mains qu’on y pose avec amour. Il ne suffit pas de proclamer ce que l’on veut, il faut le voir réalisé et en soutenir avec persévérance l’intention. »

    Vous avez tout dit dans ces quelques mots, Passeur. Personnellement j’ai encore à « travailler » ou à oeuvrer, le mot est plus juste, afin que tout ce que je fasse (ou ce que je dise) soit totalement empli d’amour. Je sens que j’avance, bien sûr, mais j’ai encore tant à faire !

    Merci pour ces paroles emplies de sagesse.

  14. catherine dit :

    Si l’eau ne va qu’à l’eau, qui éteindra le feu ? Si le feu ne va qu’au feu, qui chauffera la nuit froide ? si l’ombre ne va qu’à l’ombre, qui protégera du soleil brûlant ?
    et si l’éveil n’aime que l’éveil, qui pourra aider l’endormi ?
    La caverne dont vous parlez Passeur… avec ma petite loupiote « sur-de-moi », j’explore la mienne, j’ai pris le premier seau d’eau froide, face à moi-même, il y en aura d’autre, de plus en plus tiède peut-être, et ce sentiment se transforme en acceptation de cette créature de l’ombre, celle qui se cache dans cette tanière sombre, et dont j’ai maintenant une forme de compassion, pour cette ombre qui souffre dans l’ombre et qui est aussi moi, pour la mettre aussi dans la lumière, car c’est elle qui en a le plus besoin, de cet éveil. Je parle de moi, pour ne pas donner de leçon.
    Mais je pense la même chose sur l’équilibre des choses dans la vie, j’ai le même regard sur ceux qui brutalisent la terre. J’ai de la colère, mais surtout de la souffrance de ce qu’ils font, et je dois guérir en les guérissant. Nous sommes liés, nous sommes un tout.
    Peut-être que pour arriver à « changer un tant soit peu l’ordre des choses », si nos visages sont heureux, si nous sentons cette harmonie, c’est vers ceux qui ont besoin d’éveil qu’il faudrait les tourner ? Se mettre dans le feu qui brûle pour y porter l’eau qui éteint ? Apporter la lumière là où la caverne n’est pas éclairée ? Et ne pas la murer sous prétexte que dedans s’y cache un monstre ? Si nous sommes Un, nous sommes aussi ce monstre, et nous avons le temps de le transformer aussi. Dans une forte douceur inébranlable.
    C’est sûrement risible ce que je dis… un peu sans doute.
    Mais c’est en moi.
    Je vais retourner à mon exploration, on se sait jamais, peut-être une énorme douche d’eau froide !
    Que de bonnes choses pour vous tous dans la force et la gaieté

    • Le Passeur dit :

      Mais non il n’y a rien de risible. Cette quête fut la notre durant bien des temps mais ces temps prennent fin et il faut se tourner vers soi pour faire de soi ce qui aidera l’autre en ce nouveau cycle.

  15. Dania dit :

    Ce texte est une merveille ! Merci, merci de tout coeur cher Passeur ! Une incroyable résonance en moi… je me répère mais tant pis : pour avoir lu divers ouvrages, articles y compris du New Age, vos mots trouvent une résonance jamais ressentie auparavant.
    C’est d’ailleurs au-delà des mots…

    Je voudrais reciter un des passages qui me semble très important et que je partage totalement : « Au lieu d’attendre le cataclysme majeur qui viendra en comptant chaque jour les points, il est sans aucun doute plus constructif de se tourner en soi vers le monde de paix et d’harmonie que l’on souhaite voir surgir de la lumière, tout en l’ancrant à chaque instant de son quotidien, à travers le regard que l’on porte sur tout et les mains qu’on y pose avec amour. Il ne suffit pas de proclamer ce que l’on veut, il faut le voir réalisé et en soutenir avec persévérance l’intention. Quoi que ce soit, faites tout ce que vous faites en aimant ce que vous faites, et quelque chose d’immense arrivera en vous et pour tous. Il n’est peut-être pas trop tard pour adoucir la transition collective ».

    C’est exactement dans cet état d’esprit que j’ai abordé mon travail ce matin et je vous assure que j’ai passé une très bonne journée ! Sans aucun doute, nos pensées et nos émotions sont créatrices et quand on aborde quelqu’un de façon aimante, compatissante et attentionnée, on apporte un peu de lumière autour de nous !
    Incarnons le changement que nous souhaitons voir advenir…

  16. marie christine dit :

    Très beau texte, Passeur !
    De plus en plus, je remarque des micro-climats : il pleut, il grêle, il vente ici et pas à 2 km .
    En outre, la matière a la capacité de se régénérer par des mantras et des vibrations d’amour, c’est prouvé .
    Personne ne sait rien de ce qui arrivera, mais je suis persuadée que chaque personne sera ciblée individuellement .
    C’EST LA SINCERITE PROFONDE QUI AURA LE DERNIER MOT .

  17. Laurence dit :

    Un grand grand Merci Le Passeur pour ce très beau texte ainsi que tous les autres…C’est un grand bonheur de constater que d’autres partagent les mêmes sentiments, ont la même vision des choses, de la Vie, pendant que notre entourage proche nous prend plutôt pour des extra terrestres….Je me sens moins seule !

  18. Malouise111 dit :

    La lutte est difficile , celle entre mon mental et mon coeur , parfois je vibre de toute mon âme et mon corps et parfois je sombre au plus profond de la mélancolie , tout ce qui m’entoure me désole et pourtant au fond je ne perds pas l’ espoir et j’envoie la lumière et je prie et je donne mais le but semble reculer au fur et à mesure que j’avance et je me noie malgré moi dans le verre d’eau d’où la goutte déborde . A mon niveau je ramasse les piles usagées que les gens jettent dans la rue , quelquefois des bouteilles en verre que je mets à recycler , ce n’est pas grand chose je sais mais je fais ce que je peux …je ne me complets pas dans le malheur de mon voisin , ni dans les catastrophes et je lis de moins en moins la presse et les médias , peut être suis je en position d’attente mais que c’est difficile d’être dans la solitude en un pareil moment , même si on est toujours seul face aux grands problèmes …
    Que la lumière soit , pour tous et pour la terre et l’univers
    Marie

  19. Louange dit :

    Je crois sincèrement que peu importe ce qui se passe en ce moment, les bouleversements climatiques, le changement du taux vibratoire, les prochaines révélations possibles… il ne faut pas s’en inquiété et surtout, surtout, ne pas attendre quoi que se soit. En réalité, il faut se recentrer sur notre âme pour que notre propre taux vibratoire s’amplifie afin que chacune des personnes que l’on côtoie profite de cette énergie. Pour certains ils n’auront pas conscience de cette énergie, pour d’autre elle sera palpable… Une chose est évidente c’est que votre taux vibratoire aura une influence considérable, salutaire, sur Gaïa et sur l’ensemble de l’univers… Paix à vous tous frères et sœurs…

  20. Yuca965 dit :

    Moi ce qui m’a changé c’est « La guerre est terminée, elle est déjà gagné », le signal je j’attendais inconsciemment je pense. La guerre est terminée, on peut lâcher armes et armures…
    A propos des catastrophe j’ai pas trop le sentiment qu’on puisse faire sans, j’ai jamais imaginer faire sans en fait.

  21. Kaerio dit :

    trop de confusion dans tous ces articles sur l’avenir qui trainent. Certains disent que c’est acquis, que les catastrophes vont êtres évitées, etc. Puis 2 jours après, qu’il faut se méfier et changer de comportement sinon on cours au désastre. Y a un moment faut arrêter quoi.

    Et vous dites « Il faut bien voir que la plupart des êtres humains s’en désintéressent, du moment qu’ils peuvent consommer l’énergie nécessaire au superflu qui décore leurs existences. C’est un fait, et il a des conséquences. Cette inconscience et cette indifférence aux lois d’harmonie qui prévalent dans les mondes évolués font qu’à l’heure où une nouvelle énergie de vie remplace l’ancienne, la préhumanité va devoir d’une manière ou d’une autre connaître un rééquilibrage de la balance. Tout ça est affaire d’équilibre des énergies en jeu, en aucun cas de morale et encore moins de châtiment. Tout au moins la morale est-elle en ce sens le reflet de la loi universelle bafouée. »

    Les catastrophes écologiques qu’on nous remet tout le temps sur le dos dans ces articles c’est saoulant. Les auteurs de ces articles utilisent les mêmes technologies consommatrices que les autres, et donc s’en foutent tout autant ! Et puis quoi ? Qu’est-ce qu’on est censé faire ? J’aimerais bien le savoir. Quelles actions doit-on mener contre ces catastrophes écologiques ? Fini l’internet, le PC, les machines à laver, les voitures, les lampes, etc ? Perso j’en peut plus d’entendre la même rengaine à tout bout de champs. Qu’est-on sensé faire ?
    J’ai vraiment l’impression que ce type de phrases fait passer les gens pour des cons qui s’en foutent alors que ceux qui les formules en font tout autant, et mêmes pire car ils sont au courant du problème et continuent à utiliser ces technologies polluantes…

    • Le Passeur dit :

      Je crois que vous mélangez un peu tout. Si vous croyez que globalement, la majorité de la population s’occupe de vivre en harmonie avec le monde qui la porte, c’est qu’on ne doit pas vivre dans le même monde. Entre cette attitude et celle à l’autre extrême, il y a comme on dit un juste milieu qui est le minimum que chacun peut faire et qui est à sa portée. Et ça concerne tous les peuples du monde.
      Maintenant la phrase étant de moi et vu le procès d’intention que vous me faites sans rien savoir de comment je vis, je vous dirai que vous êtes mal tombé : je consomme 10 euros d’électricité par mois, j’ai des toilettes sèches, je chauffe l’eau au solaire, la maison au bois, je suis très attentif à la vie sous toutes ses formes et je cultive mes légumes. Cela dit, je me doute bien que tout le monde ne peut pas en faire autant selon où il vit.

      • Kaerio dit :

        Non c’est impossible en effet dans les conditions actuelles. Et tout ce que vous utilisez est fait à partir de quoi à la base ? Et pas de voiture, électricité à la dynamo, etc ? Ce n’est pas une attaque personnelle et je ne vous visais pas en particulier, je ne vous connais pas comme vous dites et je me fiche de viser quelqu’un en particulier. Je réagis par rapport au texte dont cette partie se retrouve souvent partout. Donc tout çà pour dire que les gens n’ont pas le choix et encore moins les moyens. Même vous qui faites des efforts, vous êtes soumis et obligé d’utiliser ces énergies destructrices, ne serait-être qu’indirectement, peut-être un peu moins que d’autres suivant votre situation, c’est tout.

        Je ne comprend vraiment pas pourquoi en remettre une couche chaque fois sur le dos de la population. Ce n’est quand même pas eux qui ont construit les centrales et font des forages partout et qui choisissent ces politiques de destruction. Je pense que si on avait exposé les risques et conséquences de tout cela à la population clairement et sans rien cacher dans le passé, et demandé leur approbation par un vote, de tels projets et créations n’auraient jamais vu le jour. Les gens (ne seraient-ce que par inquiétude pour leur santé) n’auraient jamais accepté. Le problème n’est pas les gens qui sont asservis et lobotomisés. Il n’y a que quelques-uns mal intentionnés qui doivent partir. Ce sont justes quelques uns qui mènent la danse.

        Sinon comme d’hab j’aurais préféré qu’on réponde au reste de mon commentaire, surtout le début.

        • Le Passeur dit :

          Ce sont quelques uns qui mènent la danse, d’accord, c’est aussi ce que je dis, mais il faut cesser de pleurer en criant son impuissance. Quand un peuple dit non, rien ne peut lui résister, l’histoire l’a toujours montré. Et à titre personnel, chacun a le choix de se mettre en accord avec lui-même ou pas. La plupart ne le sont pas, ce qui crée des problèmes dans leur vie personnelle, jusque sur leur santé. Ce n’est pas un jugement mais un constat. Et on ne parle pas là d’écologie, qui n’est d’ailleurs pas du tout le sujet du papier, mais de vie au sens large. Il ne s’agit pas d’en remettre une couche sur le dos des populations mais de rappeler à chacun ses responsabilités personnelles dans la société à laquelle il participe. L’essentiel de la consommation avec ce qu’elle engendre de destructions et de pollutions est superflu. La course au superflu existe parce qu’un grand nombre justement court, ce qui n’est pas leur obligation que je sache. Partant de là, la dysharmonie du monde a des conséquences non seulement sur l’homme mais sur tous les règnes de vie, y-compris la Terre. Ce qui entraînera des rééquilibrages naturels qui en sont la conséquence. Là est le sens de la responsabilité dont je parle et rien de plus. Ce qui concerne les débats politiques sur qui doit endosser quoi aux yeux de la collectivité ne m’intéresse pas vraiment. C’est un jeu auquel je ne joue pas.
          Sinon c’est quoi la question de départ à laquelle il n’a pas été répondu ?

        • Salvia dit :

          je voudrais tout juste rebondir sur le passage suivant de votre commentaire: « Je pense que si on avait exposé les risques et conséquences de tout cela à la population clairement et sans rien cacher dans le passé, et demandé leur approbation par un vote, de tels projets et créations n’auraient jamais vu le jour. Les gens (ne seraient-ce que par inquiétude pour leur santé) n’auraient jamais accepté ». Etant d’une génération qui a encore le souvenir de la dernière guerre mondiale, j’ai le souvenir du soulagement collectif de la population de pouvoir se dire: enfin un peu de confort, après toutes ces privations; les gens ne rêvaient plus que d’avoir encore plus de confort, et par la suite le confort est devenu le superflu, et ainsi de suite… La majorité ne voulait pas qu’on lui gâche son rêve par des avertissements, par exemple sur la « dangeorosité » du nucléaire. On se faisait traiter de rétrograde tout simplement, on se faisait traiter d’imbécile, d’utopiste voulant revenir au temps de la bougie. Allez faire entendre raison à un ventre plein qui en veut toujours plus, il trouvera toujours des arguments pour justifier son besoin de télé, de piscine, de vacances en hôtel de luxe, lui qui trime tellement tout au long de l’année, il a bien droit à cela …! Ce sont des arguments que j’entends hélas souvent. La santé? Ils se plaignent, disent qu’ils sont bien conscients que leur façon de vivre les rend malades, mais changer? Oh que non!… alors …

        • elba dit :

          « les gens n’ont pas le choix et encore moins les moyens » dites-vous, Kaerio… Je pense que nous avons tous des choix que nous pouvons faire, et des moyens, même limités, de vivre « au mieux » de ce que nous avons à respecter de la vie en général.
          Ensuite, il ne sert à rien d’incriminer qui que ce soit, puisqu’il est évident que vous et moi ne sommes pas responsables par exemple, du nombre de centrales atomiques qui existent sur le globe.
          Mais chacun d’entre nous selon sa conscience, peut oeuvrer à moins de gaspillage. Ce serait déjà pas si mal, non ?

          Amitié à vous.

        • AlKriS dit :

          Je comprends cette confusion. Il n’y a pas si longtemps je me suis pris ce mur dans la tête et je dois dire que j’étais passablement énervé et je me sentais impuissant. Puis j’ai compris que rien ne viendrait de l’extérieur. Que ce qui se passe dehors n’est qu’un écho, une ombre, de ce qui se passe à l’intérieur. Et j’ai alors pris la seule décision qui me semblait utile et productive : nettoyer dedans, remettre les choses en place à l’intérieur, me réaligner. Et je dois dire que depuis tout va bien mieux et je subis bien moins de confusion et ne me laisse plus baloter ni par les évènements, ni par les atermoimants des uns ou des autres.

          • SBF dit :

            je ne crois pas que ce qui se passe dehors soit seulement un écho de notre intériorité .. mais que la réalité nous est souvent encore voilée par les monceaux projectifs de notre monde intérieur que nous projetons à l’extérieur de soi, réactivés par des éléments externes, que nous ne savons y voir et y vivre trop souvent que les ombres de nos conflits et mouvements intérieurs.je crois même que si un alignement & co est tel que décrit, une chose éminemment salutaire, c’est une étape(nettoyage etc) presque encore en deça d’une réelle réceptivité et ouverture à la réalité riche et diversifiée qui nous environne et qui existe bien par delà ce que l’on en reçoit ou non.

      • Johala dit :

        Heu, 10€ par mois????? Vous pouvez me donner la recette SVP?

        • Le Passeur dit :

          La recette ? Elle n’est pas miraculeuse, d’autres l’appliquent aussi : éclairage basse conso (leds et autres) en divers points de lumière bien répartis au lieu d’une source principale, électroménager basse conso réduit à l’essentiel, pas de tv (excellent pour la santé), cuisine au propane, eau chaude solaire, chauffage au bois, maison en bois très bien isolée. La conso d’eau aussi est réfléchie, tout le jardin + potager sont arrosés par récupération des eaux de pluie, économiseurs d’eau sur les robinets, eau de source pour l’alimentaire, lagunage pour les eaux grises et toilettes sèches. C’est un système qui permet de fonctionner avec peu de ressources financières et une relative autonomie. C’est sûr qu’en ville, c’est plus difficile.

          • Johala dit :

            Je fais déjà aussi pratiquement, à part le solaire pour l’eau chaude, et que ma maison n’est pas en bois, une bonne vieille maison de campagne, mais chauffage au bois, ampoules économiques,cuisine au gaz en bouteilles, récup d’eau de pluie, plus de TV depuis longtemps…. j’arrive pas à 10€ par mois d’électricité!
            Ce doit être mon ordinateur qui consomme….c’est ça! LOL
            Bonne journée

  22. Erika dit :

    Autour de moi on me dit que bientôt on verra le premiers signes… et on attend et attend… pourtant les premiers signes sont la depuis longtemps mais nous sommes tellemeent égoiste dans notre petit monde à nous qu’il nous faut une catastrophe qui nous tombe sur la tête pour enfin croire… on oublie tout ce que des milliers de personnes ont déja vécu autour de nous dans notre monde bien loin de notre petit comfort… Quand le signe tellement attendu arrivera il sera trop tard pour voir les signes déja bien présent.
    Je vois et j’entends la vérité qui éclate par ci par la, les gens se remettent en question et parlent d’entraide et d’amour, les enfants nous parlent, les consciences se réveillent… voila pour moi les premiers signes.

  23. HARDY dit :

    merci à vous tous Belle journée méditative

  24. Johala dit :

    Ca, c’est ce que j’appelle un trés bel article! Merci et bravo!

  25. seselwas dit :

    Bon Jour à toutes et à tous,
    Merci le Passeur pour ce texte qui m »éclaire sur la mélancolie que je ressentais ces derniers jours. En effet vous avez verbalisé ce que j’occultais: la difficulté liée à cet accouchement.
    Cette validation me réconforte. Je sais c’est paradoxal mais j’avais besoin de la confirmation de mes états intérieurs. Un grand merci pour votre partage.

  26. Max dit :

    Coucou tout le monde
    Que ça fait plaisir de lire ce texte.
    Il vient d’éclairer une partie sombre de mon attitude qui consistait à compter les points en attendant la catastrophe finale.
    Je le savais déjà, quelque chose me disait que ce n’était pas bon.
    Le fait de lire l’a mis sous les projecteurs.
    Merci le passeur
    un petit coucou à ma E-copine, soleil bleu car nous trouvons tous les deux cette époque formidable!!!
    Que la force soit avec vous
    Max

  27. Salvia dit :

    Bonjour Passeur,
    voilà encore un très beau texte qui vient, une fois de plus, au bon moment! S’ancrer, être ici, conscient à chaque instant que nous sommes des relais. L’autre jour, en regardant le ciel étoilé, je me suis dit, comme à chaque fois, que c’était si beau, toutes ces lumières. Et je me suis posée la question de savoir si de l’espace on pouvait voir autant de petites lumières briller sur notre Terre … Et alors, j’ai souhaité pouvoir être simplement une de ces petites lumières visibles depuis l’espace, une petite lumière consciente de la grande Lumière. Pour cela il suffit, mais c’est aussi indispensable, que dans mon simple quotidien je fasse tout pour que cette petite lumière puisse briller de plus en plus. Et si chacun, là où il est, fait de même, de plus en plus de lumières brilleront, et la Terre s’éclairera de plus en plus. Ce qui m’enchante ces derniers jours, c’est que beaucoup de personnes sont ouvertes au Nouveau qui vient, mais souvent par pudeur ne l’expriment pas, n’en parlent pas, mais elles le vivent au quotidien, en toute simplicité. Sera-ce suffisant pour éviter les heurts, comme vous dites? On verra …

  28. maféejolie dit :

    Frère, je me reconnais en toi,
    une passeuse

  29. Victor dit :

    Incroyable à quel point tes mots résonnent avec ma pensée Passeur.. j’ai justement eu une conversation ce soir avec des amis à ce sujet.

    Je pense que le mois de Septembre va être décisif, une intuition ou je ne sais quoi, mais je pense aussi que nous somme sur la bonne voie. L’humanité va continuer à s’éveiller, et peut être éviterons nous la catastrophe majeure que tous redoutent. Du moins je l’espère.

Répondre à marie christine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *