Témoignage d’un éveil spontané

Un éveil spontané n’est pas chose si rare même si ça ne se voit quand même pas tous les jours. J’espère que ce témoignage touchant permettra à ceux qui ont du mal à comprendre ce que pourrait être un autre monde dans une autre conscience, de mieux percevoir le décalage avec ce qu’ils connaissent et l’immédiateté avec laquelle tout ce qui fait leur fonctionnement habituel peut être jeté aux oubliettes.

Une bonne raison d’en finir avec les tentatives du mental de vouloir trouver un terrain familier qu’il puisse intégrer dans sa compréhension limitée du processus de transition en cours. Ca n’est pas quelque chose qui est à la portée de notre mental, d’où l’importance essentielle de la foi en ce que nous sommes en train de faire.

Le Passeur.

Virgil Hervatin, Témoignage d’un éveil spontané – Publié à l’origine par Marc Lafontan.

– Virgil, comment pourriez-vous résumer votre expérience d’ouverture ?

Ce n’était pas une expérience; c’est venu comme cela. Pour moi, ce n’était pas une expérience. Je ne m’attendais à rien. C’est arrivé spontanément, le matin. Je ne savais pas ce que c’était, mais c’était quelque chose de très grand, d’immense. Je n’avais jamais entendu parler d’une telle chose. C’était beau, très beau. C’était une joie. C’était quelque chose d’autre, quelque chose de formidable.

– Y a-t-il eu des peurs qui ont surgi à ce moment-là ?

Non, non, absolument pas. C’était plutôt la joie : une joie énorme. Je me sentais partout à travers l’espace. Je pouvais sentir tout ce qui pouvait m’entourer, en dehors de la pièce, dans l’univers. C’était immense, beau. On ne peut pas le décrire, il faut le vivre. C’est difficile à exprimer.

– Cela a duré plusieurs heures ?

Oui. Cela a duré de 5h45 jusqu’à environ 13h00.

– Étiez-vous toujours seul durant ce temps ?

Au début j’étais seul, mais après un certain temps ma femme est venue. Mais j’étais toujours dans cet état, dans cette vibration très forte. Est-ce qu’il faut décrire toute cette chose ? Parce qu’il y avait beaucoup d’éléments ! Je ne peux pas décrire tous les phénomènes et ils ne sont pas importants. On ne peut pas vivre dans cet état dans la vie quotidienne habituelle; c’est quelque chose d’extraordinaire.

– Avez-vous ressenti quelque chose de différent dans votre corps ?

Oui, oui ! À l’intérieur, tout mon corps. J’avais vraiment l’impression que je n’étais pas seul, que je ne pouvais pas créer cette chose avec mon mental : c’est impossible ! Je me demandais : « Qu’est-ce qui m’arrive ? » L’énergie était telle que j’avais l’impression de ne pas toucher le sol. Je me sentais comme soulevé, léger, avec une vibration très forte. Et une joie ! Une joie ! Je pleurais de joie.

– Et vous étiez bien, dans votre corps ?

Oh ! Très très bien. Super bien. Je sentais une joie énorme au plexus et au cœur. En quelques minutes tout mon corps était purifié. Durant les deux jours suivants, j’entendais une voix persistante me répéter de prendre soin de mon corps.

– Quand cela vous est arrivé, compreniez-vous ce qui se passait ?

Non, je ne savais pas ce qui m’arrivait. Alors, je me disais que quelqu’un était avec moi à l’intérieur. Mais qui ? Auparavant, je n’avais aucune idée qu’il y avait un tel intérieur ! Quand j’ai vu ma femme, plus tard, je lui ai dit : « Paulette, le Seigneur est avec nous. » Elle m’a regardé avec étonnement, parce que jamais je ne parlais de cela : le Seigneur, Dieu. Je n’y croyais pas en ces choses.

– Voyez-vous un élément qui aurait pu déclencher cette expérience ?

Rien. Sur le moment, lorsque je vivais cette expérience, je ne pouvais voir comment cela s’était déclenché; je le vivais, simplement. Après, je me demandais…

– Vous vous posiez parfois des questions auparavant ?

Jamais ! Je ne connaissais pas la vie spirituelle, je ne savais pas que cela existait. Avez-vous eu envie de communiquer avec des gens alors ? Oui, mais ça ne les intéressait pas. J’ai demandé à ma femme : « Est-ce que j’ai l’air différent des autres jours ? » Elle m’a répondu : « Non, tu es pareil, sauf que les yeux sont très brillants.» Il fallait que je me touche souvent au plexus solaire, tellement c’était fort : ça me faisait pleurer. Je voyais toute cette souffrance dans les gens, je voyais en eux. Je les voyais pleurer en dedans, mais ils prétendaient que non. Mais c’est un phénomène; ce n’est pas important.

– Avez-vous rencontré de l’incompréhension ?

Oui, une grande incompréhension. Certaines personnes se sont éloignées de moi. En général, les gens sont attachés à l’aspect mondain de l’existence ou à ce qu’ils ont entendu sur l’Église et Dieu. On m’a demandé si j’étais dans ce genre d’état; j’ai dit que non. À partir de ce moment-là, vous viviez quelque chose de très différent.

– Votre vie devais être changée, peut-être pas extérieurement, mais intérieurement ?

Tout était changé ! Tout était beau, tout était magnifique. La création est belle et il n’y a aucune raison de se plaindre. Tout de suite après cette expérience, je suis sorti : j’observais les gens marcher ou conduire dans la rue et je voyais des automates. Un automate qui conduit un autre automate. Je les percevais très très soucieux. Je sentais leur souffrance à l’intérieur. À la maison, il y avait une statuette fabriquée au Mexique. Ce matin-là, je la tenais dans mes mains et je pouvais voir là où elle avait été fabriquée, qui l’avait faite, comment, l’endroit exact, les gens qui avaient travaillé sur elle. J’ai pensé : « Mon Dieu ! Qu’est-ce qui m’arrive ? » Alors, il y a des phénomènes, mais on n’est plus dans la peur. Il y a bien des éléments, mais je ne peux pas les raconter.

– Qu’avez-vous fait pour tenter d’intégrer cela ?

Rien. J’ai laissé cela comme cela était. Je me disais : « Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Je ne peux pas travailler comme cela. C’était le paradis. J’ai dit à ma femme que si j’allais voir un psychiatre il me dira que je suis fou. Si j’allais voir un évêque ou un cardinal, il me dirait : « J’ai cherché pendant toute ma vie et tu viens me dire que tu as rencontré Dieu ! » Et il me donnerait des coups de pieds et me jetterait dehors ! Alors, j’ai décidé d’attendre, de vivre et d’observer. Je me suis accepté tout de suite, parce que c’était beau. On ne peut pas résister à une chose pareille : il n’y a pas de mental qui juge et décide quoi faire. Je vivais dans cet état-là. Il n’y avait pas de pensée, sauf celles que j’ai mentionnées, parce qu’il fallait que le lendemain j’aille au travail. Mais dans le moment même, je ne sentais pas ce que je devais faire.

– Et quand vous êtes arrivé au travail ensuite…

Ah ! À 13h30, le jour de l’ouverture, c’était parti, dans le sens que je sentais moins cette présence. Mais il est resté une énergie très forte aussi : différente de celle qui était partie, mais elle était là, très forte, quelque chose de très vivant. Au travail aussi je me taisais. Là aussi on s’est aussi éloigné de moi. Je ne pouvais pas trop m’approcher, car je ne parlais plus comme avant; c’était fini ! Je me suis approché de quelqu’un qui était malade. Je ne connaissais pas son état. Je lui ai dit tout de suite qu’il était malade. Il disait que non, mais moi je lui disais que oui ! Alors il a fini par dire que oui : « J’ai des problèmes de reins et de poumons. » Il me venait un vertige, des nausées : j’étais mal, comme si j’allais tomber. Quand je rencontrais quelqu’un de malade c’est l’effet que ça me faisait. Je les sentais malades et alors je n’étais pas bien : j’avais des vertiges, je perdais le souffle, etc.

– Saviez-vous immédiatement que ce n’était pas vous mais la personne en face de vous qui…

Oui ! C’était clair. C’était comme une communication en moi, qui me disait : « Il est malade. » C’était une très grande force. Si la personne me disait « oui », je me remettais vite : en quelques secondes. S’il niait son état, le malaise persistait. On ne peut pas mentir devant quelqu’un qui vit la vérité. La spiritualité c’est l’honnêteté toute pure. La première chose est l’honnêteté : l’honnêteté avec soi-même. Avec l’honnêteté vient l’amour. C’est l’amour. C’est une force énorme. On ne décide pas de l’honnêteté, on la vit. Je ne dis pas : « Je serai honnête » ou « je ne le serai pas. » Je le suis, je le vis : c’est comme la respiration. Nous sommes cela.

– Après votre expérience, avez-vous senti qu’il y avait des choses à ajuster dans votre vie ?

Non ! Rien. Je ne connaissais rien en matière de spiritualité et pendant un an et demi j’ai cherché à l’extérieur, pour voir s’il y avait des gens qui s’intéressaient à cette chose : j’ai trouvé que oui. Il y avait des revues, des livres. Je suis allé dans des librairies et j’ai connu des gens qui se rencontraient les week-ends. Parfois j’y assistais. J’ai interrogé beaucoup de gens, même ceux qui venaient de la France et des États-Unis. Après un an et demi j’ai vu qu’il n’y avait rien à chercher à l’extérieur et que nulle part quelqu’un me dirait ce qu’était cette chose. Là, j’ai arrêté de chercher et j’ai commencé à progresser par moi-même, seul.

– Lors des deux années qui ont suivi, avez-vous fait l’expérience de phénomènes bizarres dans votre corps ?

Oui, oui, beaucoup. Mais ce sont des phénomènes et ce n’est pas très important. Je pensais surtout à des phénomènes qui auraient pu vous faire croire qu’il y avait quelque problème à votre corps.

Pas vraiment, parce que c’est quelque chose de très pur, très clair. Il n’y avait pas de peur, aucun sentiment d’être enfermé. En tout cas, c’était une liberté totale, une joie, une clarté, une lucidité. Dès que cela est arrivé, ma vie ne fut plus ce qu’elle était. Il n’y avait plus de ténèbres, plus de pensées : tout était clair et présent. Peut-être d’autres gens se posent des questions, peut-être y a-t-il d’autres formes d’éveil; mais en ce qui me concerne, c’était pur et clair. Deux semaines après l’ouverture, il y avait un homme au travail qui avait mal au genou. Je savais qu’il était malade. Je lui ai fait part de ma perception et il m’a dit qu’il avait un problème à son genou et qu’il devait être opéré. Je lui ai répondu : « Ça va te passer. » Je l’ai touché sur le genou et il est tombé endormi ! J’ai tenté de le réveiller en le giflant un peu. Je ne savais pas ce qui lui arrivait. Il est revenu doucement et je lui ai appliqué un peu d’eau froide. Depuis ce temps, le problème au genou est passé : il ne l’a jamais plus éprouvé. Il a senti une force et moi je ne savais pas que cette force pouvais agir ainsi. Au début, pour moi c’était une catastrophe, parce que je ne savais pas qu’une telle chose pouvait passer par moi !

– Quand vous avez réalisé que de telles manifestations pouvaient survenir à travers vous, comment vous-êtes-vous ajusté à cela ?

Je ne voulais pas en parler; quand quelqu’un m’approchait, je gardais le silence. Leurs maux passaient en quelques secondes, mais je ne parlais pas. Cela ne m’intéressait pas. Au début, oui, je croyais que je pourrais aider les gens. Mais j’ai vu qu’il y en a six milliards sur la Terre ? Qu’est-ce que je pouvais faire ? Alors je ne cherchais rien. Quand l’ouverture est arrivée, j’ai vu qu’il y avait une souffrance énorme dans l’être humain. Je me suis dit : « Je ne suis pas la solution pour la souffrance de la Terre; c’est impossible ! Le monde entier est dans la souffrance, dans la douleur. Je n’ai pas voulu m’éloigner, mais je ne voulais pas m’engager dans cette voie qui consiste à vouloir sauver tout le monde. Je me sentais démuni, impuissant. Je vivais : je vivais ce paradis, comme aujourd’hui.

Mais beaucoup de phénomènes du genre arrivent après un éveil : on n’est plus le même. On ne vit plus dans le quotidien de la souffrance. C’est une liberté totale, une joie. Je vis comme cela. Je vois les gens comme ils sont; ils ne sont pas bien, mais je n’ai pas le choix, s’ils veulent vivre comme cela. J’ai pensé me retirer dans la solitude. Mais il y avait constamment quelqu’un qui m’appelait pour quelque problème, quelqu’un qui avait besoin d’aide. J’ai alors pensé que je serais un égoïste de me retirer pour moi-même. J’aimerais que les gens aient cette liberté et cette joie totales, qu’ils s’y intéressent, qu’ils essaient de la vivre. Mais comment leur dire ? Je vous le dis, c’est sérieux.

– Mais avez-vous vu une évolution en vous après l’ouverture ?

Oui. Pendant un an et demi j’étais très attaché à cette ouverture. J’y pensais et il y avait une très forte émotion qui montait. Je pleurais, je pleurais. Je sentais la souffrance humaine. Mais un soir, vers 21h00, j’ai pensé que j’en avait assez de m’interroger sur ce qui était arrivé le jour de l’éveil. « C’est fini, c’est mort, c’est passé. » J’ai vu que je rêvais. J’étais attaché à une idée de l’éveil, que c’était Dieu, ceci, cela. J’ai pensé : « Mais c’est faux ! C’est fini ! C’était la vérité quand c’est arrivé, mais pas aujourd’hui ! Aujourd’hui, je suis dans l’imagination. » Alors, j’ai laissé tout tombé, comme ça, et je suis parti dormir ! À 3h00, je me suis réveillé. C’était comme quelqu’un qui communiquait à l’intérieur de moi. Mon corps me communiquait quelque chose. Je me sentais tellement bien ! Je me sentais léger et plein de force, et j’avais l’impression de ne plus toucher le lit. Je me disais : « Tu vois, pourquoi luttais-tu ? Il n’y a rien à voir. Il n’y à rien à quoi s’attacher au sujet de ce qui est arrivé. » Je sentais fortement que je n’avais qu’à vivre au présent. Depuis ce jour-là, c’était fini : il n’y avait plus cette émotion sur l’éveil. J’ai progressé très vite. Tout est dans la vérité de l’instant même, de ce qu’on voit et connaît. C’est comme si je n’aurais jamais vu le monde autour de moi auparavant.

– À quoi voyiez-vous que vous faisiez du progrès ?

Je vous donne un exemple. Avant l’éveil, j’allais au supermarché et c’était lourd. Mais tout de suite après cette réalisation, celle survenue à 3h00 du matin, je croyais être dans un autre monde : « Mais d’où viennent ces choses ? Qu’est-ce qu’ils vendent ? » Je ne voyais pas cela auparavant. Mais c’était quelque chose de clair désormais. Je voyais comment ce sont les gens qui produisaient cela, la Terre, la nature ! Je ne voyais pas cela auparavant : où étais-je pour ne pas l’avoir vu ? J’ai même demandé à ma femme : « Est-ce que c’était là auparavant ? » Elle me dit : « Oui, tu passais ici avec moi. » Alors, voilà l’être humain qui est aveugle. Il ne voit pas son entourage. Il regarde des dizaines d’années en arrière et fait des plans pour le futur, mais il ne voit pas le moment même ! Mais je voyais désormais cette clarté. J’ai changé, c’était fini ! Je voyais vraiment le printemps, l’été, les plantes, les animaux. C’était le paradis sur la Terre, ici ! Les idées de passé et de futur s’étaient évanouies; tout était présent. Si je vous disais, vous ne me croiriez pas.

Je conseillerais aux gens qui ont une ouverture de ne pas se mettre dans la peur. Ils devraient s’en tenir à eux-mêmes et ne pas se laisser influencer par d’autres, qui leur diront toutes sortes de choses, surtout les voyants, les cartomanciens et autres personnes du genre. Ne pas écouter ces gens-là, mais s’écouter soi-même plutôt. Ils ne devraient pas se tenir à ce qui est arrivé; plutôt, ils devraient vivre chaque instant. On peut lire des livres, mais seulement pour corroborer ce qu’on connaît, c’est tout. Autrement, on n’apprendra rien dans les livres. C’est comme un témoignage, les livres; c’est tout. Vous vous connaissez alors et vous connaissez tout ce qu’il y a à l’extérieur. Toutes les choses qu’on croit banales sont alors neuves chaque jour. À ce moment il ne vous vient pas de vous laisser guider par les pensées. C’est un lâcher-prise. On n’apprend jamais rien en forçant. Quand un conflit survient par rapport à quelque chose d’extérieur, ne prenez pas position. Ne jugez pas : ne jugez personne. Mais je sens fortement l’injustice dans ce monde : l’homme qui exploite l’homme, qui le fait souffrir. Tout est possible dans l’avenir. Mais il faut apprendre cela aux enfants quand ils sont encore tout petits, à l’école. Ceux qui sont intéressés à un chemin spirituel, peuvent y arriver s’ils le veulent. Il faut être persévérant, vraiment persévérant avec soi-même. Ils y arriveront. Tout le monde peut y arriver. Il faut persévérer et ne pas se laisser prendre par ces gourous et tout ce non-sens. C’est possible que certains voient la vérité, qu’ils la vivent; mais voyez en général comment ils entraînent les gens et ce qu’ils leur font.

– Je l’ai vu !

Ce n’est pas bon. Je veux dire aux gens qu’ils devraient être prudents avec cette énergie, parce qu’on peut l’utiliser négativement. Et alors on est pire. Si vous la laissez agir, vous allez grandir; mais si vous l’utilisez, vous allez devenir un monstre, vous serez méchant. L’homme doit être totalement libre par lui-même. Nous sommes tous cette source. C’est ici !

Par Epsilon, Forum Orandia.

Vu sur le site alienx.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

34 Responses to Témoignage d’un éveil spontané

  1. Oly dit :

    J’ai vécu un état qui ressemble un tout petit peu (pas totalement, une partie seulement)
    à cette expérience, qui m’a amené à ouvrir davantage mon coeur, vers plus d’amour !
    Dans une euphorie indescriptible ! Que je n’avais pas cherché, c’est arrivé ! Je n’ y comprenais rien… Maintenant je ne force plus. La vie sait pour moi, ce qui me convient !
    Merci pour cette opportunié…. je me sens moins seule sur cette planète ! Merci

  2. Anne dit :

    Merci , quelle joie de savoir que c’est bien cela….même si moi je n’identifie que peur et tristesse en moi ….let it be….Oui ce site est honnête et sain , merci le Passeur

  3. Alain dit :

    C’est un très beau texte qui traduit de manière spontanée la notion d’éveil. C’est dommage que ce genre de textes ne soient pas plus facilement accessibles dans cette jungle spirituelle que propose le web. Ce texte donne une direction juste, qui va dans le sens de l’éveil, au delà de la sentimentalité. C’est en tous les cas un état que je me souhaite tous les jours, un Etat de Paix !

  4. Nierika dit :

    Très belle expérience,
    Je conseille aussi la Lecture du Livre « Conscience pure et Méditation Véritable » d’Adyashanti aux éditions Ariane que je termine où Adyashanti nous parle de son expérience de l’éveil d’une façon simple et pleine d’humilité. Merci à tous pour vos échanges.
    http://www.ariane.qc.ca/fr/livre.php?idl=180

  5. Ravie de découvrir ce temoignage de Virgil, que j’avais repéré aussi, merveilleux de simplicité, et très proche de mon expérience. Il n’est pas facile de décrire cela, car les mots ne peuvent dépeindre l’intensité de ce vécu, et de ce qui en découle ensuite, mais il important de démystifier tout cela, et se rendre compte que c’est à la portée de tous, que cette quête soit à la première place dans notre vie ou pas…
    J’ai bien aimé à ce titre, le texte sur « Qu’est ce que n’est pas l’illumination », écrit dans une grande justesse.
    La grande ouverture de Conscience est bel et bien là, et dés que nous échangeons, nous voyons que de plus en plus de personnes ont ce genre d’expérience à raconter, chacun à sa façon, car il y a 7 milliards de chemin pour arriver à l’Eveil Spontané!
    Merci au Passeur, Merci pour les Trésors que vous faites partager, Merci pour ce reseau de Lumière!
    Dominique

  6. Waterbreathing dit :

    le sentiment d’être un individu séparé .. cela me fait penser qu’étant dans un certain retrait aux autres, j’ai pris habitude d’une solitude assez .. spacieuse ..ou expérimenter un sentiment d’être.quand ensuite j’ai retrouvé une forme de ‘ »sociabilité », il m’a semblé étrange par delà tout, d' »unir », l’expérience de l’être, de la réalité, de la présence, ‘avec tout le monde »( même ceux avec qui ont pas vraiment .. d’affinités .. ce mélange et partage d’atmosphère, relations, énergies ..). peut-etre que je recherche qq part un tel sentiment de séparation alors .. à travers conduites de retrait, ou apprécier l’etre-seul , ou avec les autres, à « distance », je n’en sais trop rien.

  7. Waterbreathing dit :

    je trouve difficile d’imaginer comment un monde si loin que ce que « nous connaissons actuellement » pourrait voir jour en soi, avec d’autres. et concrètement( j’ai fait un « zapping » de quelques versions de « nouveau monde  » décrit par des sites ..j’avoue, j’ai pas accroché, sur celui ci, c’est différent, mon impression est que je pourrais lire presque autant de la poèsie, et m’en trouver « bien’, pas de « planning » de l’éveil ni de 2012) .. pourtant, j’arrive très bien à ( me fiche)m’envoyer en l’air l’esprit en des univers très différents d’un « monde » que je n’aime pas, j’arrive donc à imaginer autre chose, je porte autre chose en moi.quant à ce témoignage, je suis très loin de pouvoir me le représenter, même imaginer ce que c’est.. la façon dont je m’en sens le plus proche est de considérer le cheminement à mon « niveau ».

    • Soleil Bleu dit :

      Bonjour Waterbreathing,

      Le dernier lien que nous a offert MO nous envoie vers Betty. Dans son blog, cette femme décrit trés concrêtement l’expérience qu’elle a vécu (et qu’elle vit encore) en donnant une lecture pragmatique de la transformation qui s’est opérée en elle.
      C’est intéressant parcequ’elle trace un parallèle entre ce qu’elle vivait avec la personne qu’elle était avant cet éveil, et sa perception éclairée d’aujourd’hui, on se sent du coup beaucoup moins éloigné de la chose et ça ouvre ce « possible » à chacun.
      Pour finir, pas de concepts difficiles à appréhender, la simplicité et l’humilité qui l’imprégnent rendent ses récits accessibles à tous. Que du bonheur !
      Belle journée.
      IN LAKE’CH

  8. solisiter dit :

    Merci pour ce beau texte.

    Cependant j’ai un interrogation, peut-être un peu bête.
    Après cet éveil temporaire (si j’ai bien compris) n’y at-til pas une sorte de « éveil-blues » ?

  9. Doud dit :

    Bonsoir à tous

    Un très beau témoignage .

    Merci Le Passeur et Merci pour ton site ,car j’y vient tous les jours cela me fait du bien de boire ces textes, 1000 Merci.
    la paix dans nos Cœurs.

  10. Augier dit :

    Merci. Avec toute la force du cœur que je puisse y mettre sans savoir quoi dire de plus.

  11. MO dit :

    Bonjour à tous,

    C’est la première fois que je commente sur ce site que je lis pourtant régulièrement. Ce témoignage d’éveil me fait penser à ce que Serge Dulac a décrit dans son livre génial « Maintenant » (pas sûre qu’il soit encore édité….on ne le trouve que d’occasion). Cela me fait également penser aux écrits déroutants de Tony Parsons (on trouve beaucoup de choses sur lui en tapant son nom sur google). Je vous mets deux liens pour exemple:

    http://www.theopensecret.com/french.htm

    http://www.cafe-eveil.org/archives/tony-parsons.html

    D’autres auteurs ont également essayé d’exprimer ce vécu indicible : Jeff Foster, Léo Hartong etc.

    Merci pour ces textes et l’esprit de ce site. Belle journée à chacun !!! ;-)))
    MO

  12. Soleil Bleu dit :

    Quel beau témoignage sur l’éveil spontané, et qui nous montre de surcroît à quel point il est inutile de le « vouloir » non plus que de le « chercher » car de ce que nous fait partager Virgil, c’est que c’est « Lui » qui nous trouve.
    C’est génial parce que ça lève le doute, et donc la peur, de ne pas être à la hauteur de la tache qui m’est demandée. En fait, je ressens à l’instant que « Tout » ce que j’entreprends n’est que la préparation ou la mise en condition à ce que « ça » se fasse quand viendra le moment opportun.
    Franchement, je ne m’attendais pas à ce que ce jour de récup que j’ai posé aujourd’hui, m’offre un tel cadeau.
    Quoi dire d’autre que Merci Passeur, Merci Virgil, et Merci à vous tous qui postez et m’offrez ce kaléidoscope scintillant de vos jeux/je de lumière.

    IN LAKE’CH

  13. Ron dit :

    Superbe temoignage en effet.
    Il m’est arrivé qlqchose de similaire ( mais pas de cette intensité ) il y a qlq mois le jours meme du tsunami au Japon. Je suis resté dans cet etat pendants 2 mois et petit à petit je sentait cette magie partir (je ne sais pourquoi … mais parfois ça revient ) Tout ce que je peux dire c’est que pour la premiere fois de ma vie j’ai reconnu ne pas vivre dans la peur ( n’importe quelle peur ) et il me semble que l’on ne peut uniquement reconnaitre cet etat de joie que lorsque cette peur s’evapore. Je dormais tres peu, j’etais incapable de mentir ( meme une exageration n’etait à mon sens pas correcte ) je vivais dans une joie intense et j’avais parfaitement compris que le temps n’etait qu’une illusion…Mais bien evidement je suis incapable de l’expliquer maintenant 🙂 J’espere et je pense que c’est ce que l’humanité entiere va vivre. Encore faut il le vouloir. Merci

  14. Waterbreathing dit :

    la foi ? ça me fait penser que je pense avoir misé certaines choses à une sorte de pile ou face existentiel, cherchant par delà moi, quelques preuves « du vivant », ou du divin dans le vivant, qui répondrait à une résonance personnelle ..non pas une recherche vers l’extérieur .. quelque chose cherchant entre les deux, une réalité tangible qui ne soit pas juste « la réalité que je crée », pas juste « ma projection sur l extérieur », bref, peut-être cet état d’éveil.
    Du coup, j’ai pas du jouer pour de vrai, en restant trop dans ma tete avec « tous un tas de pièges du mental », .. déjà, car je sais pas jouer.aha. cela m’inspire qu’à un moment, ce n’était pas en ce que je ne voyais pas en quoi je ne croyais pas, mais plus en ce que je « regardais », n’arrivant plus à l’habiter d’une étincelle noble de Vie.
    je crois que j’avais pas mal des expériences de « foi » qui peinaient à s’éprouver concrètement, de confiance en la vie, ce qui est toujours le cas d’ailleurs ..

  15. elba dit :

    « L’instant présent »… C’EST ICI !…

    Merci Passeur pour ce très beau témoignage. Je n’ai pas vécu de pareille chose, mais cela me conforte (comme le dit ce monsieur) dans ce que je ressens du chemin à suivre.

    Joie à tous et à toutes. C’est mon souhait.

  16. Grain de sable dit :

    Merci pour ce témoignage!

  17. alain thomas dit :

    Le Bouddha a décrit lui-même son Eveil comme étant  » profond, paisible, sans complexité, lumineux et incomposé « .
    Il est clair ici que ce témoignage a pour origine une expérience spontanée dont le sujet lui-même (Virgil Hervatin) a été fort surpris, n’étant ni un croyant ni un adepte de la spiritualité, ni un pratiquant assidu possédant l’esprit d’Eveil.
    Cette expérience exceptionnelle, limitée dans le temps (alors que l’Eveil est un état définitif), lui a permis d’expérimenter la non dualité ou Unité, la Joie et l’Amour mais aussi la Compassion.
    Il est frappant de constater à quel point c’est difficile, dans ce type d’expérience, de voir les autres souffrir à ce point.
    La souffrance est la première vérité de tout ce qui naît et est doué de conscience.
    Certes, la Joie est bien présente dans cette expérience mais la souffrance est là, en permanence et ceux qui prétendent que l’on peut vivre sans elle sont ignorants de cette vérité inéluctable.
    Le chemin vers l’Eveil demande une accumulation graduelle de mérites et de sagesse. Son but est d’éliminer les peurs, les voiles, les obscurcissements et en finalité d’amener à la cessation de la souffrance.

  18. Drizd dit :

    Et oui, c’est ce vers quoi je cours depuis plusieurs années sans l’avoir atteint. (peut être que c’est le fait de « courir », justement…)

    Mais je reste confiant : mon cœur s’est soudain allégé d’une manière surprenante il y a une semaine, comme si une chape de plomb avait disparu.

    J’en profite pour te remercier, Le Passeur, pour ces écrits. Et vous remercier également tous, vous qui laissez des commentaires ou des remarques qui, mine de rien, permettent d’avancer.

  19. rita dit :

    merçi je suis dans le même cas et je suis tres heureuse que je peux le faire avec la foi de Dieu

  20. Quintus dit :

    Ce qui est arrivé à cette personne me fait grandement plaisir car il m’est arrivé ces derniers temps des choses similaires avec quelques différences.Ce qui m’a laissé tout chose..

    • CMR dit :

      Quand on lit ça, on ne sent plus seule !!j’ai vécu pratiquement la même chose , sous d’autres façons ,bien entendu , cela date déjà de 5 ans , j’appelle ça ma renaissance .
      la seule chose différente, c’était que j’étais en recherche depuis très longtemps.
      ça m’est arrivé lors d’une lecture philosophique spirituelle. un grand moment où l’on sent qu’on est en plein changement. une grande joie, plus aucun doute ,
      le ressenti du UN etc….c’est depuis, une élévation qui paraît sans fin mais tellement belle, qui apporte à notre vie une joie de chaque instant.
      Merci beaucoup pour ce partage.
      et bravo pour votre blog très positif.

  21. Ambre dit :

    L’éveil se voit dans les yeux…Je confirme..
    Merci pour ce témoignage simple et vrai..

    • Lucie dit :

      …On ne décide pas de l’honnèteté, on la vit…
      Là, j’ai arrété de chercher et j’ai commencé à progresser par moi-même, seul.

      On peut lire des livres, mais seulement pour corroborer ce que l’on connait, c’est tout.
      Autrement, on apprendra rien dans les livres.

      On apprend jamais rien en forçant.

      Je confirme : Magnifique témoignage !

  22. muriel dit :

    Bonsoir,
    Je vous suis depuis un moment déjà, et je suis touchée par beaucoup de vos textes que vous mettez en ligne, celui-ci notamment.
    Il met en joie parce qu’il y est question de joie justement. La joie pure et profonde.
    La joie entre autre est ce qui nous porte les uns et les autres et ce qui nous relie tous.
    Entrer dans la joie et se laisser porter librement dans et par l’instant, sans se poser de question. Prendre ce qui est comme un cadeau.
    Merci pour ce beau témoignage.

  23. marie christine dit :

    Oui merci Passeur . Ca donne du baume au coeur . C’est tout fleuri et parfumé !
    Si c’est ça qui nous attend, ça vaut la peine de continuer !!!
    Et même, quoi qu’il arrive, ça vaut la peine . On est partis sur notre lancée … On ne reviendra jamais en arrière !

  24. seselwas dit :

    Merci de tout coeur Passeur pour ce beau témoignage qui me met en joie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *