Un aperçu et des prémonitions…

Par John Smallman.

Vous allez commencer à avoir un aperçu et des prémonitions des merveilles qui vous attendent.

La densité de la physicalité diminue à mesure que vos fréquences augmentent en vue de votre émergence en pleine conscience. Cela est démontré par le sentiment d’impermanence que beaucoup d’entre vous ressentent au travers des relations, des emplois, des lieux qu’ils appellent leur maison, et que le contact avec de vieux amis et la famille se perd ou se réduit fortement. Toute chose et tout le monde semble être en mouvement, et d’une certaine manière c’est le cas, pendant que vous vous déplacez pour être en position de prendre et de remplir les nouvelles fonctions qui vous attendent lorsque vous vous éveillerez. 

Vous n’allez pas rester assis dans le respect et l’émerveillement ! Vous avez prévu des rôles très créatifs et satisfaisants qui vous rendront très occupés mais aussi très joyeux. Vous avez tous un énorme potentiel de création dont vous êtes particulièrement ignorants parce que ce que vous vivez à travers l’environnement illusoire peut sembler être plutôt vide de sens et, peut-être, ennuyeux. Et comme vous avez perdu vos souvenirs de la réalité, votre quête du sens de «la signification de la vie sur Terre» semble souvent assez peu judicieuse ou inutile.

Cela changera lorsque les voiles sur vos yeux tomberont et que les superbes vues qu’ils vous ont cachées réapparaîtront sous vos yeux. C’est un peu comme être dans un voyage en mer extrêmement long, sans rien en vue à part la mer, parfois calme et de plomb, parfois avec une tempête qui fait rage, et cela depuis si longtemps que vous pouvez difficilement vous souvenir de ce que c’est que d’être sur terre. Puis vous commencez à sentir de nouvelles odeurs séduisantes, peut-être du pollen dans l’air, un papillon occasionnel. Votre excitation monte: vous devez être au bout de votre voyage ! Enfin l’horizon s’agrandit à chaque instant et vous pouvez voir la terre baignée de soleil, de vertes collines, de brillantes plages de sable fin. Votre esprit grandit à mesure que vous vous imaginez la joie de toucher la terre et les arbres, de sentir les fleurs et de goûter les fruits merveilleux qui seront là, une joyeuse anticipation emplit vos cœurs.

Alors que votre voyage de retour tire à sa fin, laissez vos cœurs se remplir de joie dans cette connaissance absolue que ce qui vous attend ne vous décevra sûrement pas. Votre arrivée imminente sera vraiment une magnifique expérience, vous submergeant d’honneurs pour votre détermination inébranlable et votre courage d’avoir oser et réussir votre long et difficile voyage.

Vous éveiller, tel que vous le désirez, est votre destin divin, garanti depuis le moment de votre séparation apparente de la réalité. Au moment où vous êtes tombés dans l’illusion vous avez commencé à expérimenter la misère de cette séparation d’avec Dieu en tant que souffrance, douleur, conflits, et terreur des autres horreurs, inconnues mais vivement imaginées, avec des périodes, apparemment sans fin, de temps pour méditer sur tout cela. Beaucoup tiennent encore fermement à leur croyance en cet état illusoire, aussi tenez à cœur de maintenir haute votre Lumière, et de partager votre amour avec tous, pour les aider sur leur chemin vers l’éveil.

Ce sera un évènement de masse apportant un bonheur intense, qui, dans votre état actuel, vous est tout à fait inconcevable parce que l’illusion semble encore si réelle. Maintenir votre Lumière haute et partager votre amour inconditionnellement et sans discrimination vous aide également dans la phase finale de ce pénible voyage. Tandis que vous continuez à avancer vers votre destination céleste, le champ d’énergie divine qui vous enveloppe s’intensifie, et vous allez commencer à avoir un aperçu et des prémonitions des merveilles qui vous attendent. Vous savez que vous êtes presque rentrés Chez Vous. Fixez-vous sur cette connaissance, laissez le temps s’accélérer et rentrez Chez Vous dans un tumultueux accueil de bienvenue.

Avec tout mon amour,

Saul.

Source originale  traduite par © Christine sur le blog Du Tout et Du Rien.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)


A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 Responses to Un aperçu et des prémonitions…

  1. Isabelle dit :

    Elle est née d’un œuf pondu par sa mère à même la terre. Dérisoire petite larve, elle a vécu en s’enfouissant sous la terre. Elle a mangé des racines, grossi, subi des mues successives au fil des années.
    Quatre ans sous la terre.
    Et puis, un jour, une force la pousse à s’élever. C’est le début de l’été. La chaleur de la terre lui parle différemment des autres années.
    Elle ne sait pas pourquoi elle le fait, mais elle se fraye un chemin vers le haut, traverse la terre, arrive à la lumière et grimpe sur le premier tronc qu’elle trouve.
    Et là, son corps s’immobilise. Il devient dur à l’extérieur, se cristallise, se densifie, et elle est obligée de se réfugier à l’intérieur.
    Tout est différent, tout change ? UN processus de transformation inouï s’est mis en route.
    La petite larve devenue grosse larve n’est plus.
    Le temps passe. Son corps reste accroché au tronc.
    Vu de l’extérieur, il ne se passe rien.
    Et puis cette même force, celle qui l’a faite émerger du sol, celle qui a réalisé cette incryable transformation à l’intérieur la pousse à sortir de là.
    Il y a une ligne de faille dans ce vieux corps devenu chrysalide qui s’agrippe encore au tronc pour que la nouvelle-née ne tombe pas et ne soit pas à la merci des fourmis quipourraient la dévorer.
    De l’intérieur, elle pousse, pousse de toutes ses forces. La chrysalide craque, craque, s’ouvre en deux lentement.
    La poussée dure plusieurs heures.
    Au dehors, la nature se réchauffe, se recueille, fourmille.
    La nouvelle-née pousse, se repose, pousse encore, puis se repose encore.
    Quand son nouveau corps peut se libérer de l’ancien, elle fait un pas de côté, et s’agrippe elle-même au tronc.
    Et là, miracle, elle déplie ses ailes, oui ses ailes, toutes nouvelles, que la nature vient de lui donner. Elles sont vertes, encore humides, pas encore utilisables.
    La nouvelle-née s’assure d’être du bon côté du tronc : bien exposée au soleil, un peu de vent pour sécher, mais pas trop.
    Là encore, un long moment se passe.
    Une heure, deux peut-être.
    Les ailes sèchent, passent du vert au brun.
    Alors, se sentant prête, la cigale prend son envol.
    Elle honorera le soleil tout l’été, pondra ses œufs dans la terre et son cycle sera achevé.

    **********************************

    La larve sait-elle qu’elle va devenir cigale ?
    Peut-elle l’imaginer ?
    A-t-elle l’intuition qu’un jour, elle volera ?
    Se demande-t-elle si elle est folle de vouloir sortir de terre ?

    • Soleil Bleu dit :

      Superbe métaphore ! Qui nous rappelle que le processus d’évolution se « vit », et n’a aucun besoin d’être expliqué ni traduit par un cerveau, sauf à risquer nous éloigner de notre ressenti qui nous guide vers sa lumière.

      L’éveil se fait sous des formes et avec des couleurs différentes pour chacun, et heureusement puisqu’il est unique. Le piège est de vouloir que tous adoptent le même modèle que soi. Or que sait-on du cheminement intérieur de l’Inuit sur sa terre glacée , ou encore de cette personne en Afrique qui meurt de ne pouvoir boire l’eau dont son corps a besoin pour survivre. RIEN ! Et c’est souvent au nom de ce « rien » qu’on s’imagine « devoir sauver » les personnes qui nous entourent.

      Pourtant dans ce « rien », il y a seulement ce qu’on ne peut y voir, car non conforme à notre shéma d’évolution pré-établi par notre égo. L’éveil s’exprime d’autant de milliards de façons qu’il y a d’individus, décider d’un chemin universel qui prenne la même forme pour tous revient à souhaiter uniformiser la variété de l’expression de l’Un jusqu’à lui en faire perdre son éclat.

      Cela fait peu de temps que j’ai pris conscience que ma volonté de vouloir faire profiter les autres de mes « ouvertures » était la voix de mon orgueil, une voix qui niait leur propre éveil parceque celui-ci ne se traduisait pas de la même manière que moi. En réalité c’est le chemin de l’humilité et de la re-connaissance de l’autre en tant qu’Être divin, auquel j’ai été reconnectée ce jour là.
      Là ou hier mon mental/égo les décrêtaient en manque, aujourd’hui je leur dis Merci et découvre tous les jours ce qu’ils ont à m’apprendre. Ho’hoponopono m’est trés précieux et se révèle un excellent nettoyant de mémoires réductrices pour cette tâche.

      IN LAKE’CH et c’est bien grace à vous que je découvre au fil du temps « Qui » je suis.

      • alain thomas dit :

        Oui superbe métaphore et grande leçon d’observation du mystère de la vie.
        Et ce que vous dites Soleil Bleu est symbolique de l’Unité dans l’Universalité. Lorsque nous prenons conscience que nous sommes tous uniques et cependant non séparés du Tout, nous commençons à entrevoir l’amour et l’importance de ne pas juger, d’être juste présent à soi-même et aux autres.
        Cependant, certains êtres ont besoin des autres pour avancer. Autant la petite larve a fait son chemin toute seule au fur et à mesure de sa progression, autant l’être humain a besoin des autres dans cette interdépendance dans laquelle il est trimballé.
        Rester à l’écoute de soi et des autres est nécessaire sur le chemin de l’évolution spirituelle.
        Ce blog est justement un lieu d’échanges et d’amour, en vue de s’entraider les uns les autres pour une meilleure Conscience du Coeur.

  2. shanti dit :

    Il n’est pas nécessaire de « vouloir » ou même « désirer », que telle ou telle personne accepte d’ouvrir les yeux. Il n’est nécessaire que de voir le jeux de la vie en toute chose et son infinie bonté à nous transporter le long du chemin que chacun de nous a choisi. L’exemple de notre vie et les pensées aimantes sont les seules aides réelles que nous puissions apporter à chacun. Dieu ne cherche à convertir personne, il nous donne la liberté de choisir et la responsabilité de notre vie : y a t il plus bel exemple de respect d’un père pour ses enfants ! N’oublions jamais que bien et mal ne sont que des concepts humains, et que tout concoure à nous emmener vers la Paix de Dieu. peut importe le chemin que chacun emprunte. La foi en Dieu c’est aussi la foi dans sa promesse de ramener chacun de nous dans son giron et son expérience.

  3. elba dit :

    Impermanence, mouvement. C’est effectivement ce que je ressens, même si les jours qui se suivent semblent se ressembler dans mon petit quotidien (ce qui est totalement faux, car aucun jour n’est identique à un autre.)

    « …Ce sera un évènement de masse apportant un bonheur intense, qui, dans votre état actuel, vous est tout à fait inconcevable parce que l’illusion semble encore si réelle… »

    J’ignore si ce que dit John Smallman est « juste » ou « vrai » en ce qui concerne ce « voyage (terrestre) qui tire à sa fin » et personnellement je pourrais dire que je n’attends rien : je laisse les événements se dérouler tels qu’ils doivent se faire en me concentrant sur cette paix intérieure que je viens de lire à l’instant dans le précédent message. Pour qu’elle puisse rayonner de plus en plus à l’extérieur de moi, et peut-être se transmettre.
    Je ne veux pas vivre en attendant quelque chose, mais seulement en savourant ou en acceptant le moment présent, selon ce qu’il est dans sa mouvance.

    Cultivons cette belle plante qu’est le bonheur, et surveillons sa « croissance » en en prenant bien soin.

    Ensuite ? Eh bien, nous verrons !
    Belle journée à vous.

  4. Lounis Joyce dit :

    Je suis si heureuse chaque jour de voir la lumière éffacer l’ombre, à l’intérieur comme à l

    ‘extérieur. Je vibre d’une joie intense, et je la partage avec chacun, chacun.

  5. Xablo dit :

    Le message est plus rassurant que cette soi-disant fin du monde.
    Mais peut-on aider des gens bernés par cette illusion ?
    Peut-on les ramener sur notre radeau et les aider ensuite à construire le leur?
    A quoi bon tendre la main aux autres s’ils ne la voient pas ?
    Il y a des gens auxquels je tiens à coeur et j’aimerais leur transmettre un peu d’espoir, leur dire ce que j’ai à dire sans les brusquer.

  6. Alfthon dit :

    le jeux de l’oublie vie sa partition final ,
    Dieu est harmonique
    s’est désir son radieux
    sa joie son univers
    nous sommes sa corde musical

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *