Les nouvelles saisons, l’humanité et Gaïa

Par le Passeur.

Les saisons changent et nous dessinent le sens de la vie. Elles nous indiquent qu’il n’y a pas de but à poursuivre, qu’il y a juste l’intention d’être au sein des cycles naturels, et que ce que nous y voyons fait la différence. Ainsi l’automne est perçu soit par le flamboiement des couleurs qui signe la transformation de toute chose, soit par la baisse de lumière et par la mort apparente du vivant. Jusqu’aux commémorations des hommes, tout est organisé pour faire pencher la balance des sentiments vers la tristesse et la lassitude. Ne vous laissez pas emporter par ces artifices qui se voudraient des fatalités. Si l’automne nous emplit de la palette généreuse de la diversité, l’hiver qui s’annonce amène l’épure nécessaire au rassemblement de toute vie en ses racines, en son essence. C’est dans le langage de la Nature un rappel à l’unicité, un profond inspir qui concentre la créativité de la vie en son énergie primale.

Voyez ce souffle, percevez cette éternelle respiration, elle préside à tout ce que les univers connaissent des formes de la vie. Cette respiration est le pont entre toutes choses de tous temps et de toutes dimensions, quels que soient les rythmes qu’elle épouse selon les univers. Les souffles ainsi qui se croisent et s’interpénètrent tels les courants sur notre Terre produisent une symphonie dans une autre plus vaste et combien d’autres encore, dont la grandeur et la magnificence demeurent hors de portée de notre vision. C’est toute la beauté de la Création que d’être toujours au-delà de ce que nous percevons tout en nous offrant les chemins qui nous conduisent à en connaître toujours davantage. Ceux qui pensent que ces chemins sont bien injustes par toutes les souffrances qu’on y croise confondent l’expression locale de leur personnalité avec la chorégraphie du macrocosme. Cette œillère limite leur vision et impose un filtre qui nourrit le sentiment de séparation d’où naissent la peur, le conflit et la souffrance. Il n’y a pas de jugement à le constater, ni de culpabilité dont on puisse s’alourdir. C’est la nature même de notre expérience que de permettre de laisser naître en nous une fleur dans le béton et de la reconnaître. Il fallait donc bien des murs et des œillères pour créer des fissures et les voir, afin qu’un rai de lumière y passe et nous attire. C’est là qu’une part importante du collectif humain se trouve aujourd’hui. Au point précis où il voit jaillir une lumière nouvelle dans le pénitencier qu’il avait fini par accepter comme sien.

L’humanité est un vieux prisonnier qui avait trouvé un certain confort dans sa geôle où tant bien que mal il avait finalement un toit, un matelas et une pitance sans avoir à être responsable de lui, et qui franchit enfin le pas de la liberté et de sa responsabilité sur lui-même.  C’est un grand moment dans une vie d’homme que de croire enfin qu’autre chose est possible au point de faire un pas vers l’inconnu. Et pourtant, cet inconnu ne l’est point, car une fois le premier pas fait avec sincérité, un sentiment très familier envahit alors l’être. Un sentiment qui ressemble au réconfort de celui qui retrouve après une très longue absence les sentiers de la forêt qui mènent au logis de sa lointaine enfance. Entendez que cette enfance-là est heureuse, qu’elle est empreinte de la pureté de ses origines, celle qui n’est plus troublée par la basse vibration de sa condition préhumaine. Le nombre de ceux et celles qui en sont là est assez grand pour que devienne visible l’expression, par ceux qui les suivent, du refus de la geôle. Et derrière ceux-là qui s’expriment paisiblement à travers le monde aujourd’hui, une masse bien plus importante et encore inexprimée se trouble et s’émeut de son inertie.

Un processus qui ébranlera peu à peu toutes les consciences est en marche que rien à présent ne peut arrêter. On pourrait penser que cela prendra du temps et d’une certaine manière, cela en prendra pour que chacun qui l’ait choisi voit éclore sa pleine conscience. Mais pour autant, ceux qui précèdent le mouvement vivront très vite une ère de joie où leur pouvoir s’élargira en proportion de leur sagesse. Car nul n’exercera plus d’abus sur autrui et chacun connaîtra ce qui nourrit et non plus ce qui affame. Derrière le chaos visible et la noirceur exprimée, l’Âge d’Or revient et ce n’est pas une utopie.

Comment contribuer mieux à ce que nous voulons faire du monde ? Comment louvoyer encore pour un temps entre deux états ? Peut-être justement en comprenant qu’il n’y a pas deux états. Qu’il n’y a pas de séparation entre le monde sombre et chaotique qu’on a laissé s’établir et le monde paisible et lumineux que nous portons en nous. Les deux justement sont en nous et il nous appartient d’orienter nos élans. L’espoir lui-même en un monde meilleur est seulement une illusion. En fait d’espoir, il y a encore et toujours une attente extérieure. C’est une illusion. Ce monde est ce que nous en avons fait et il sera ce que nous en ferons. Pour parler clair, si ce monde est englué dans de basses vibrations, c’est parce que nous, collectivement, vibrons bas. Une fréquence vibratoire, ça s’élève et il ne tient qu’à nous de le faire.

J’en vois beaucoup, vraiment beaucoup, se plaindre sans cesse de ce qu’ils vivent. Il est grand temps pour tous ceux-là de porter un autre regard sur ce que signifient leurs épreuves. Comme cela a déjà été abordé dans plusieurs articles, dont Il était une fois de l’autre côté du voile, absolument tout dans l’univers est en vibration, du plus petit au plus grand, et nous, en tant qu’être humain, sommes une véritable centrale énergétique qui émet en permanence de multiples fréquences vibratoires dont la somme produit une fréquence globale qui est notre signature. Cette signature évolue elle aussi en permanence en fonction des sentiments et donc des émotions que nous laissons naître anarchiquement en nous. Il n’appartient qu’à nous et à nous seul de mettre un peu d’ordre dans ce laisser-aller dont les conséquences impactent des espace-temps allant jusq’au-delà de notre imagination.

Maîtriser un peu mieux sa fréquence vibratoire, concrètement, c’est avant tout veiller à un minimum de probité dans sa façon d’être et de penser. Pour ceux qui ne les connaîtraient pas, les cinq accords toltèques* de Don Miguel Ruiz (oui il y en a cinq et pas quatre) résument très bien cette probité :

Que votre parole soit impeccable
Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire d’autrui. Utilisez la puissance de la parole au service de la vérité et de l’amour.

Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle
Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leur rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.

Ne faites pas de suppositions
Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer leurs vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames. A lui seul, cet accord peut transformer complètement votre vie.

Faites toujours de votre mieux
Votre « mieux » change d’instant en instant, quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets.

Soyez sceptique, mais apprenez à écouter
Ne vous croyez pas vous-même, ni personne d’autre. Utilisez la force du doute pour remettre en question tout ce que vous entendez : est-ce que c’est « vraiment » la vérité ? Ecoutez l’intention qui sous-tend les mots et comprenez le véritable message.

Si vous vous employez à coller au plus près de ces conseils – même si ça n’est pas toujours facile, surtout en ce qui concerne le jugement et le discernement – vous verrez très vite votre univers personnel se métamorphoser en proportion de ce que vous parviendrez à changer dans vos automatismes, je vous le promets. Ceux qui se plaignent sans cesse de ce qu’il leur arrive ne comprennent pas que c’est ce qu’ils émettent, ce qui est leur signature vibratoire, qui crée leurs expériences. Et que l’expérience vécue en retour amplifie la résonance de cette vibration : j’ai peur de me faire voler, je me fais voler, j’ai encore plus peur de me faire voler à nouveau. C’est sans fin tant qu’on n’a pas compris que c’est la peur du vol qui amène le vol. Et c’est le dépassement de cette peur qui est le sens exact de l’expérience vécue. La personnalité, le Moi, l’ego, trouvera toutes sortes de raisons autres que celle-ci pour clamer haut et fort l’injustice qui le frappe, mais si vous n’écoutez que les sirènes vous n’entendrez jamais le chant de l’oiseau qui parle en vous. Que ceux qui ne voient qu’injustice à répétition dans leur vie essaient juste une fois d’envisager leur expérience sous cette autre lumière. Et que si ceux-là en admettent la possibilité, qu’ils intègrent bien que personne d’autre qu’eux ne peut dépasser et donc transcender leur expérience.

Cette transcendance est le jaillissement de la lumière en nous, que nous sommes venus ancrer sur la Terre en cette période où elle-même se libère de l’expérience de la préhumanité qu’elle a bien voulu porter jusque-là. Elle est un être d’une très belle conscience pour avoir porté cette grossesse des hommes jusqu’à son terme en transcendant les souffrances qu’ils lui ont infligées. Nous lui devons en même temps que nous nous le devons à nous mêmes et à toutes les formes de vies qui ont accompagné cette longue et difficile gestation, de reprendre la maîtrise de nous-même, de laisser cette lumière descendre en nous et d’en accueillir la métarmophose qu’elle fait éclore ici et maintenant. Notre Esprit ne nous demande rien de plus.

Tout est parfait dans le processus d’ascension en cours et nous sommes parfaitement à notre place tant que nous intégrons qu’en fait d’ascension, c’est celle de notre fréquence vibratoire en accord avec celle de la Terre et de tout ce qu’elle porte, ainsi que de notre système solaire, et qu’il s’agit en fait de nous imprégner jusqu’au tréfonds de nos cellules de l’énergie qui baigne le cosmos et dont nous étions privés jusque-là. L’ascension est une descente de lumière massive dans la matière, qui a été longuement préparée sur plusieurs plans de vie et dont nombre d’entre nous sommes acteurs depuis le début. Si l’on s’éveille aujourd’hui que le réveil sonne, c’est pour prendre toute la mesure de notre travail et de celui de tous ceux qui y ont été impliqués. Le bénéfice sur le plan de l’évolution personnelle de chacun est immense et sera partagé avec joie ici et ailleurs.

Il est un joyau qu’on aime infiniment qui brillera à nouveau dans ce coin du cosmos et dont l’éclat resplendira longtemps. Un joyau que nous chérirons toujours, nous, un peu plus personnellement que d’autres qui viendront pourtant s’y poser eux aussi avec un immense respect.

Fraternellement,

* Les quatre accords toltèques, la voie de la liberté personnelle – Don Miguel Ruiz – Editions Jouvence.  Le cinquième accord toltèque – Don Miguel Ruiz – Editions Guy Trédaniel.

© Le Passeur – 5 Novembre 2011 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

> Tenir le cap de la Nouvelle Terre

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

82 Responses to Les nouvelles saisons, l’humanité et Gaïa

  1. pierrot dit :

    « Les saisons de la Femme »

    Le mois dernier, j’ai écrit un article sur le cycle féminin (La Femme et la Lune*) dans lequel je disais avoir compris « que pour vivre en harmonie avec elle (la Nature), je devais simplement suivre le (doux) balancement de ses vagues à elle (la Femme) ».

    J’écris ce que je vis. Me revoici donc un mois d’observations plus tard… J’avoue humblement que j’ai été assez étonné de voir (consciemment) à quel point la femme change d’une semaine à l’autre… et étonné de voir que je ne savais presque rien de ces saisons qui rythment sa vie. Je ne dis pas que je ne le sentais pas… mais tout cela était du domaine de l’inconscient.

    Le cycle féminin est séparé en 4 semaines qui reproduisent le cycle des saisons, le cycle de la vie. Si vous êtes un peu sensible, vous avez remarqué que l’énergie change au fil des saisons… et bien cette périodicité se reproduit en raccourci à chacun des cycles de la femme. Si vous avez conscience de ces fluctuations dans l’énergie saisonnière alors il vous sera aisé de faire la correspondance avec les 4 semaines du cycle féminin.

    Le printemps commence avec le début des menstruations. C’est le début du nouveau cycle. L’énergie de cette saison permet de faire un ménage en soi, de semer de nouvelles idées, de commencer des projets. On peut sentir un certain enthousiasme, une fébrilité de sortir enfin de l’hiver.

    L’été arrive avec sa chaleur, son énergie invite à profiter de la vie. Les idées semées poussent bien, les projets sont en route. C’est la semaine de tous les possibles. L’énergie sexuelle augmente, la femme se fait plus câline et cherche la compagnie…

    Et voilà l’automne qui suit. C’est la saison des récoltes. Elles peuvent être bonnes ou moins bonnes… dépendant des 2 premières saisons. Les idées ont-elles poussées comme on l’avait espéré? Les projets donnent-ils des fruits? La lumière baisse, le froid commence à s’installer. On se prépare à entrer en soi.

    L’hiver termine le cycle. La Nature meurt doucement. En attendant le prochain printemps, la femme a le temps de réfléchir sur les leçons apprises, les expériences vécus. C’est un temps pour l’introspection, les longues soirées à méditer près du feu…

    En résumé, je constate que l’énergie des deux premières semaines est tournée vers l’expansion on commence, on se lance, on entreprend, et celle des deux dernières vers la contraction, on termine, on analyse, on se débarrasse… Ceci me rappelle un autre cycle qui revient plusieurs fois par minute.

    … inspiration … expiration … expansion … contraction …

    … boum … boum … boum … boum … boum … boum …

    comme un coeur qui bat, le rythme de la vie est partout, les vagues éternelles vont et viennent… d’un pôle à l’autre… de ton coeur jusqu’au mien.

    ~Jean-Philippe Ruette

  2. francis dit :

    Cher passeur, je me pose la question au sujet du voile et de son autre coté …
    Avez vous été voir, cet autre coté ?… puisque vous en parlez d’aussi juste propos .
    Que de suppositions me sont proposées en ces textes précis.
    La pratique de l’illusion me vient à l’esprit …
    Ou alors j’ai besoin d’être mieux éclairé à ce sujet .

    • Le Passeur dit :

      Nous y allons tous souvent mais nous n’en gardons que rarement le souvenir. Plus jeune, il m’a été donné de pouvoir voyager très souvent en-dehors de ce plan et d’en conserver la mémoire. Je sais qu’il existe bien des mondes et bien des formes de vie où l’harmonie est le règne. Ce en quoi l’on baigne en ces plans n’est pas exprimable. Tout comme l’air que nous respirons, ce bien-être inexprimable par les mots nous environne et nous emplit à chaque instant.

  3. acacia dit :

    « Maîtriser un peu mieux sa fréquence vibratoire, concrètement, c’est avant tout veiller à un minimum de probité dans sa façon d’être et de penser ».

    Apprendre est un mouvement du connu vers l’inconnu.
    J’aurai donc encore et toujours tout à apprendre.
    Tant mieux !
    Si en plus il fallait s’ennuyer …

    L’Ange des dialogues dit :
    « Sur le Chemin n’emportez rien d’ancien avec vous.
    Le vide attire le vide.
    Vous devez partir sans vêtements.
    Un vêtement neuf, encore jamais vu, vous attend. ».
    et :
    « Tu ne peux pas t’habiller de neuf
    si tu n’ôtes pas l’ancien ».
    Tant mieux !
    Si en plus il fallait s’encombrer…

    Sur ton site, Passeur, on trouve beaucoup d’occasions d’ apprendre.
    Je ne m’y ennuie jamais ( ah ça non !) et je me désencombre peu à peu de faux acquis.
    De plus j’ai rencontré quantité de personnes formidables ! (grand sourire que je sais pas copier-coller, et zut).

    Toute ma reconnaissance pour le boulot d’éclaireur que tu fais,
    merci !!! ☼

    • elba dit :

      Je t’ai envoyé un petit message privé, pour les 🙂 et les 😉
      Amitié. ♥

    • Katerina dit :

      Acacia ,

      J ai le meme sentiment que toi depuis que je lis les articles du passeur .
      Je me suis dit aujourd hui que je suis ravie de ne pas tout comprendre. Les articles du passeur sont plein d enseignements d une telle sagesse que je ne m ennuie pas un seul instant . J ai toujours eu du mal à l école il y avait toujours un manque , bien que j ai été une élève brillante , je crois que je m ennuyais .
      Quelque chose que je ne comprenais pas, peut etre qu au fond de moi je n adhérai déjà pas à ce qu on m enseignait . Je suis très étonnée de trouver ici tant de connaissances et de messages qui me touchent . Les peintures et les photos sont également très belles .
      Leur pureté, et leur beauté me touchent vraiment beaucoup .
      Avec mon amitié
      Katerina

  4. graffitique dit :

    Ces propos viennent à point, dissiper les soupçons de fébrilités et malentendus.
    Ce qui est aussi l’occasion de découvrir d’autres textes plus « anciens », quoique leur actualité se fasse davantage sentir aujourd’hui.
    Vraiment, il n’y a pas de mots pour dire ce qu’il faudrait, mais le mieux est juste de s’incorporer ceux qui nous sont ici donnés comme semences…

  5. Soleil Bleu dit :

    « Faites toujours de votre mieux
    Votre « mieux » change d’instant en instant, quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets. »

    C’est le conseil avisé auquel je donne du poids depuis 3 semaines et que m’a offert un ami à qui je déposais mes inquiétudes « écoute ma puce ! JE fais de mon mieux et TU fais de ton mieux, le reste… ne nous appartient pas ! »
    Namasté

    • guil dit :

      CQFD imho.

      Une torsion (un effort) pour comprendre l’incompréhensible pour le mental créé juste
      une disharmonie, un inconfort.

      amitié

      • Cent Nom dit :

        Guil,
        En sachant que certaines choses sont retournées ou inversées voire les deux en même temps.
        N’est-il pas indispensable de se mettre dans une situation d’inconfort ou de disharmonie afin de retrouver l’équilibre sain?
        Parce que justement dans la situation dans laquelle nous étions, nous nous sommes aperçus que nous ne pouvions jamais être et maintenir cet équilibre. Donc un petit effort de temps en temps…ça casse pas une patte à un canard.
        Surtout lorsque tu prends conscience que tous les jours l’extérieur te met dans une situation d’inconfort permanent. C’est qu’il y a bien un travail intérieur à faire imho.

        Et puis CQFD ça veut rien dire imho.
        Parce qu’il y a un paquet d’info que tous savent depuis longtemps et tant que tout cela n’est pas rentré en alchimie alors le temps continue de passer.
        Pour te dire que si CQFD pour Soleil Bleu, alors je suis heureux pour elle.
        Vivement que tous fassent CQFD alors il n’y aura plus de problème et tout le monde sera heureux imho.

        Ps : imho : in my humble opinion

        Porte toi bien

  6. marie christine dit :

    Quelle bonne idée de nous faire relire ces articles régénérants !
    Il arrive un moment où il faut se poser, arrêter la course en avant effrénée qui nous fait survoler les choses sans y prêter attention .
    C’est vrai que plus on s’élève, plus on s’enracine .
    Comme nous voyons tout à l’envers dans un monde falsifié, nous croyons que les racines de l’arbre sont en bas alors qu’elles sont en haut . Jusqu’à ce que l’on découvre qu’il n’y a ni haut ni bas …
    Fraternité à tous et admiration pour tous les commentaires !

    • Cécile dit :

      Marie Christine,
      « C’est vrai que plus on s’élève, plus on s’enracine. »
      Oui, l’arbre ne peut faire pousser ses branches vers le Ciel qu’en s’ancrant toujours plus dans la Terre-mère… sinon, patatras !
      Celle-là va tout de suite dans le carnet où je note les phrases qui me réveillent et me montrent la voie.
      Merci !

    • François dit :

      Bonjour Marie-Christine,

      Hier matin, pour me ‘poser’ un peu, je commence une peinture sur un grand tissu qui décorera une pièce de la maison.
      Je peins un arbre aux racines et au tronc puissants et bien ancrés qui s’élève vers une sphère de lumière.
      Quand j’ai eu fini les bases de ma peinture , je prends soudainement conscience que mon arbre est ….. à l’envers. J’ai fais les racines en haut et la sphère en bas… 🙂 🙂 ça m’a juste fait éclater de rire. Avant ça j’avais ‘vu’ que je devais retravailler un bout sur « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » et que la fusion des deux polarités en créait une troisième qui n’est ni haut ni bas.
      Je suis scotché de ton commentaire que je découvre ce matin….
      Alors , elle est pas belle la Vie…. 🙂
      Et comme à mon habitude…… je t’embrasse. ☼

      • marie christine dit :

        Cécile, François, la nuit porte conseil, paraît-il .
        On a dû voyager et se rencontrer quelque part au clair de lune mais je ne me souviens de rien !
        François, il m’est alors venu ce matin cette image de l’arbre des Séphiroth, l’arbre de Vie renversé, image qui m’avait frappée dans un livre de Annick de Souzenelle : »le symbolisme du corps humain » . Ca a à voir avec les énergies créatrices …
        Les synchronicités vont se multiplier, je crois . On va être de plus en plus émerveillés !
        Je vous embrasse .

        • François dit :

          je ne connais pas mais c’était bien dans mon esprit en référence à l’arbre de vie que j’ai entreprit cette peinture… génial…

        • Tchunka dit :

          Saviez-vous que le chevelu racinaire d’un arbre est similaire au développement de son houppier en termes de volume ? La partie cachée de l’arbre révèle bien des secrets… et l’arbre en quelque sorte pourrait être retourné tel un sablier !
          Je vous souhaite à tous de belles heures à contempler la nature avec un regard à l’envers, à travers les dimensions.

      • Jonas 27 dit :

        En haut, en bas ,fusion,ah comme le chant de la reconnection est jolie quand il se fait entendre ,merci francois.

    • Jonas 27 dit :

      Merci Marie-Christine ,très très puissant (la connection)

  7. Jonas 27 dit :

    J’aime bien l’image de mère nature et le message premier qui en découle bien qu’encors un peu trop orienté,Croyer en ce que vous voulé ,l’important c’est de croire.
    C,est exactement ou nous nous trouvons (le grand retour(la reconnection)de la foi (la vrai).
    Le tout c’est tout,une fois pour tout .Avec toute lumiombre.

  8. Louisetta dit :

    Merci de tout cœur…

  9. Butterfly dit :

    Merci de nous nourrir régulièrement.
    Merci de nous aider à grandir, à tenir bon.
    Merci de nous montrer le chemin.
    Merci de nous aimer.
    Je vous aime.

  10. virginie dit :

    Merci du fond du coeur, merci pour ce langage qui parle à mon coeur, je me sens tellement plus vivante depuis que je te lis Passeur !

  11. balya dit :

    paz seur!! merci beacoup
    ce le baghavd gita de Krisna vivant
    du pure prajna paramita

    inlakesh namaste

  12. Djeez dit :

    Sympa ce site, tu parles avec l’esprit, c’cool. Mais au fond, c’que tu recommandes aux gens c’est de se bouger l’cul en empruntant toujours la voie pacifique et avec toujours plus l’envie de vivre en osmose avec soi même malgré tout c’qui nous arrive parce que tout est notre faute.

    J’ai 18 ans et j’me sens parfaitement bien dans mon corps, après quatres années de travail sur moi même très très éprouvant, à qui il ne manque plus qu’le confort (HLM style insalubre tout ça, le cadre est peu idyllique.) Pourquoi DIABLE (haha.) ai-je l’impression que quelque chose va réellement se produire ? Je sais pas ce que c’est, mais ce sentiment est né y’a cinq mois et depuis j’suis impatient. Par contre je sais qu’c’est pas bien d’être impatient, surtout quand on sait pas pourquoi mais c’est comme si ce truc.. s’était d’ja passé et que j’en voyais pas les effets. Et aussi, j’ai aucune idée du pourquoi mais depuis qu’je sens ce truc je regarde de plus en plus le ciel, nuit et jour. C’est grave, docteur ?

    • Le Passeur dit :

      Bah, pas de quoi creuser le trou de la sécu. Au contraire même…

    • guil dit :

      Salut Djeez,
      Avec des pensées comme « Par contre je sais qu’c’est pas bien d’être impatient », tu peut juste avoir conscience d’être impatient, ca n’est ni bon ni mauvais, si tu essayais d’accepter le fait d’être impatient, sans porter de jugements pour voir?
      Arrêtons peut-être de nous juger si durement, comme nous n’aimons pas l’être.

      tchuss

  13. Ellefenix dit :

    Je n’ai pas lu tous les messages précédents.. Mais j’y reviendrai. J’aimerais juste donner ici un ressenti très fort qui m’envahi depuis le 28 octobre. C’est surtout à l’extérieur que ça devient puissant. Je vais tenter d’exprimer mieux que mal le sentiment, la vision etc.. J’ai le sentiment profond que la nature même de l’éther dans laquelle je baigne a changé. Tout est plus brillant, doux, les sons sortent de partout, comme chaque bruissement de feuille, rien ne s’échappe. Tout est magnifique, et la paix qui découle de cette énergie est lente, profonde et si joyeuse. J’avais envie de le crier au monde.. Mais je me suis apperçue que le monde n’est pas là quand je vis cela et je le vis de plus en plus. Je me demandais, est-ce que les autres ressentent cela? Mais j’en suis venu à la conclusion que c’est un état intérieur qui verse à l’extérieur et que ce n’est pas nécessairement le resenti de tous le monde. Je sais que c’est à la porté de tous, de plus en plus et cela m’a aidé dans la compréhension de ce qui vient, car beaucoups s’impatientent, sont en attente, quand tout est déjà ici et accessible à qui s’abandonne à la lumière et incessamment la vibre. Merci de m’avoir lu.
    Ellefenix

  14. Rachel dit :

    Bonjour Passeur,
    Comme d’habitude ton texte et tes mots sont ajustés au milimètre, il me faut de plus en plus de temps pour te lire car beaucoup de tes images m’envoient très loin, alors je laisse aller. Du coup j’ai trouvé ma solution, je les imprime comme ça je peux encore plus prendre mon temps et puis avec l’écrit j’ai du recul.
    L’autre jour je me suis posée la question sur la saison que je préfère, mais à bien y regarder je les aime toutes et je n’ai pas de préférence, car elles ont toutes leurs couleurs, leurs odeurs, leur énergie, elles sont toutes uniques! Comme tous les êtres vivants. Les feuilles ont revêtu leurs plus belles couleurs, avant de tirer leur révérences doucement au gré du vent. La Nature va s’endormir, bien qu’elle rechigne un peu cette année, et je vais suivre le rythme, descendre dans mes racines pour me ressourcer dans la chaleur profonde de notre Mère Gaïa. Le travail va être intérieur.
    A bientôt

  15. marko dit :

    Toujours autant de plaisir à te lire passeur, ainsi qu’à lire les commentaires toujours plus riches article après article… plein de vie, de joie, de doutes et d’Amour…
    Amitiés à tous!
    Peace 🙂

  16. marie christine dit :

    « Une force divine coulera dans les tissus et les cellules
    Et s’emparera du souffle et des paroles et des actes
    Toutes les pensées deviendront un flamboiement de soleils
    Et chaque sentiment un frémissement céleste .
    Souvent une aurore intérieure viendra briller
    Illuminant les chambres du mental endormi ;
    Une béatitude soudaine parcourra les membres
    Et la Nature s’emplira d’une Présence plus formidable .
    Ainsi la terre s’ouvrira à la divinité
    Et les natures ordinaires sentiront le vaste soulèvement
    Les actes ordinaires s’illumineront du rayon de l’Esprit
    Et la terre découvrira le divin dans les choses ordinaires .
    La Nature sera la manifestation vivante du Dieu secret
    L’Esprit s’emparera du jeu humain,
    Cette vie terrestre deviendra la vie divine .

    (Savitri – Sri Aurobindo)

  17. elba dit :

    Tout simplement merci, Passeur.

  18. elleven dit :

    ce qui va reprendre sa place
    ce qui vient des étoiles
    mystérieux et tellement attendu
    arrivera en battant simplement
    à la porte de nos cœurs infinis

    et portant la lumière sur le chemin
    il nous murmurera tendrement
    que l’illusion de ce monde
    n’est ni sa vérité ni son opposé
    mais le désir et la croyance
    de ne plus avoir à choisir

    vu sur http://nithaiah.unblog.fr

  19. alex dit :

    bonjour passeur ; cela fait un moment que je suis vos paroles et vos articles . Je comprends et ressens tout a fait ce cheminement personnel. Cela fait plus de deux ans que je ressens régulierement comme un frisson , un vent energetique me penetrer . J’ arrives meme à le déclencher . Est- ce cette energie cosmique que j’ arrive a canaliser ? Généralement le pourquoi m’ intereses fort peu mais je voudrai connaitre votre avis si vous le pouvais .
    Que nos corps et nos ames vibrent toujours plus haut .
    alex

    • Le Passeur dit :

      Les ressentis et les expériences liées aux énergies nouvelles et massives que nous intégrons sont différents pour chacun, alors il m’est difficile de répondre. Ecoutez ce que vous dit votre intuition à ce sujet. Par définition, nous canalisons tous les énergies qui nous traversent, ce qui importe est de faire quelque chose le moment venu de ce qui nous est donné. L’erreur serait de s’approprier la lumière reçue et de s’en gargariser. En ce cas l’ego aurait beau prendre une teinte spirituelle, il n’en resterait pas moins l’ego, et souvent dans ce cas il deviendrait plus imbu de lui-même qu’il ne l’a jamais été. N’oublions pas que tout nous est donné, c’est cela qui est naturel, donner à son tour permet de nourrir la fluidité qui préside à toute énergie et à toute création, l’amour étant le plus puissante de ces forces.

      • alex dit :

        Je comprends, en fait je suis bête d’ avoir demandé ça . Je me piège tout seul , le truc c’ est qu’ en plus je cherche même plus à comprendre, je vis c’ est tout. Au final je pense que touts ces questionnements ne font que dérégler la nature de notre état de perception , même si le passage par ces étapes est souvent nécessaire pour s’ ouvrir. Ressentir dans leur totalité chaque instants de vie , aussi simple que ça. La joie apporte le reste.

  20. Anne dit :

    Coucou à tous , merci le Passeur , tu es vraiment le seul qui parle à mon coeur , dégoutée que je suis par tous les » channels  » et autres spiritualisants faussant la donne du coeur , justement , enfin à mon sens ! En ce moment ce sont des boules d’émotions qui montent à ma gorge et me laissent en paix après , mais j’ai la larme facile en ce moment , je suis émue…Je vais en conscience mettre en pratique ces 5 accords , ce que je pense faire en général , mais ….il y a des ratés lol !
    Paix , joie et harmonie à tous

  21. Energie dit :

    Bonjour,
    Beaucoup de monde et moi même surtout, pendant un temps, j’ai attendu les boulversements, réajustements extérieurs (terre, économie….), ils sont là mais peut être pas assez rapide ou intense pour moi. Bref j’ai ressenti puis compris dans l’éveil, aprés un travail sur les énergies qu’à mon sens, l’éveil ne peut prendre son sens réel seulement qu’aprés s’être réaligné avec ses propres énergies, s’être débarrassé de ses noeuds transgénérationelle, qui nous fatiguent de manière quotidiennent et qui nous empêchent d’être dans l’intuitif et le ressenti des énergies, fluidité, intensité, mouvement… Comme nous le souhaiterions, je vous le dit, c’est une sensation extraordinaire de se sentir libéré, fluide, en phase et je suis le citoyen lambda pas un chamane.
    Nul ne sert de s’évertuer à devenir un sage ou boudha, soyons ce que nous sommes ici avec nos bagages.
    Puis le nouveau cycle a commencé depuis le 28 octobre, Avec ces cycles énergétiques plus rapide que jamais, action et réaction des énergies misent en jeu par soi même et l’univers. les synchronicités augmentant de façons significatives, ne désespérons pas. La source laissera du temps pour que l’individu puisse devenir conscient des changements intérieurs, qu’ils puissent se libérer pour être pleinement ici avec lui-même à 100 % au moment de l’ascencion, de passer sur l’autre rive, appelez cela comme vous le voudrez.
    Quelle dommage pour beaucoup de passer dans une autre dimension, sans conscience, gachis de temps, de traversée à travers les âges. l’ère du Verseau dure 2000 ans.
    Je suis certain que parmis ceux qui dans une foi profonde, animés par un désir intense de comprendre le sens de la vie, de leur vie, les réponses leurs seront donnés.
    A partir du 28 octobre, est entrain, viendra une génération d’individu, suffisamment consciente au niveau de leur corps et de l’esprit, ils seront prêts à vous aider à devenir ce que vous devez être réellement, en vous libérant de l’emprise énergétique qui vous tiens et vous empêche d’être pleinement dans votre « je suis ».
    Le travail a déja commencé pour certains, patience, certains travaille déjà dans se sens d’autres se forment, votre libération arrive.
    Une dernière chose, le monde est trés mouvementé comme le montre les actualités, mais la vie reste surprenante et pleine de ressource, même dans les mauvais moments.
    Recevez ma gratitude.

  22. Louisetta dit :

    Bonsoir!

    Je n’ai que 20 ans. Mais je trouve les conseils très juste et très clairs.
    Merci, passeur, de rester si admirablement centré. J’en profite pour vous dire que les articles publiés vibrent en moi pour la plupart et me paraissent aussi cohérents qu’utiles, au grès des mois.
    En effet, il me semble de plus en plus simple de réagir avec une énergie emplie de bon sens et un mental moins prenant autant que plus efficace.
    Je n’ai osée écrire avant car je ne me sentais pas inspirée d’ajouter un blabla supplémentaire, mais il faut parfois savoir exprimer sa gratitude,

    A tous ici, de coeur et d’âme.

  23. Dania dit :

    « Nous sommes tous des anges dans un corps humain »…. comme cette mélodie vibre en moi… Merci

  24. Michaël dit :

    Génail ce texte, je lisais justement les accords toltèques ce matin et je me disais que d »essayer des les appliquer était vraiment un bon processus quotidien, une gymnastique magnifique, tendre vers ces accords du mieux qu’on peut, les garder présent à l’esprit en toute circonstance, même si ce n’est pas évident toujours 🙂
    Merci pour ces messages, encore une fois 🙂

  25. Hildegarde dit :

    Le cinquième se résume, tout simplement, par le DISCERNEMENT !

  26. bastien dit :

    merci pour ce tres beau texte

  27. elleven dit :

    Joli texte Passeur, bravo et merci.
    J’ai rêvé cette nuit que j’étais tellement amoureux que j’en avais les larmes aux yeux de ces années d’obscurité. Trop mimi..

  28. Waterbreathing dit :

    je crois que j’ai du mal à croire à un « nouveau monde » car qd je lis autour, je pense à des personnes qui peuvent faire qq minutes de méditation par jour, et de ce temps peuvent vivre une forme de sérénité, d’unité, puis, ensuite, rangent ça dans la case spiritualité, puis retournent à une vie de société qui est une arène souvent, et qui me semble bien loin d’un monde d’harmonie, bien inconciliable avec l’unité.Je me dis alors qq part, ouai, c’est du « blabla ».En concret on vit toujours l’ego et des « vibrations basses ».
    donc on espère pas de monde meilleur à venir, c’est encore attendre, ce monde il faut le vivre, l’incarner, mais je me demande comment cela peut se concilier avec la réalité quotidienne pour un certain nombre, qui n’est pas en harmonie profonde avec leur ressenti intérieur, ni ce qu’ils sont. comment ancrer ce monde en soi, en vivant des règles qui n’existent pas vraiment, à moins de les faire prendre corps en soi; je pense à des jeux de sociétés dont l’on est pour nombreux plus ou moins tributaire, de sa contribution à ses structures pour ?Des motifs prosaiques de vibrations souvent pas trop élevés, matériels, en somme.Moi cela me donne envie de quitter toutes moindres attaches à ce monde « ancien », et notamment certaines moeurs de société, et ceci, j’en ai souvent envie, car je me dis « cela n’existe pas ».J’éprouve une forme de dissonance à faire exister certaines chose par consensus.Et arrangements collectivs, plus ou moins obligés il faudrait croire?
    Mon sentiment est de ne pas « peser » lourd en ce monde, c’est certain, ou « être » ne suffirait comme pas face à ceux posant des actes qui façonnent un monde qui ne me correspond pas.

    • Le Passeur dit :

      Il n’y a rien qu’il faille croire. Après tout ce qui vous a déjà été dit par beaucoup ici, je ne peux que vous redire qu’à mon avis votre priorité serait de cultiver le ressenti. Allez par exemple dans la nature et essayez de faire le vide en vous, soyez juste à l’écoute de vos sens et concentrez votre attention sur ce que vous percevez, allez au contact du ressenti et rien d’autre, ce serait un premier pas. Parce que toutes vos interventions, par ailleurs intéressantes car elles reflètent aussi un aspect des difficultés du chemin, montrent un mental omniprésent qui semble avoir tout envahi en vous. Vous donnez le sentiment de ne jamais sortir de ce regard-là, de boucler en permanence sur l’analyse de vos observations et les jugements qui en découlent. Vous ne pouvez pas aborder le changement en cours uniquement par le mental, ça ne peut que vous égarer davantage. Il arrive un moment où il faut fermer le parapluie et sentir la pluie en harmonie avec vous. Votre mental fait partie de vous, il n’est pas votre ennemi, mais si vous le laissez prendre toute la place, vous vous isolez de l’essentiel, vous obstruez tous les canaux de la perception intérieure. Refaites travailler ce muscle oublié et vous vous découvrirez une nouvelle force. L’immersion dans la Nature est une aide infiniment précieuse pour réouvrir ce chemin, la méditation, quelle que soit sa forme, est un outil également important.

      • nada dit :

        Certes, les ressentis.
        Certes, lâcher le mental.
        Ce fût, je crois, le but de la méditation, pour ceux et celles ayant maîtrisé cette technique dans ces vies antérieures.
        De retour, sur terre, nous avons été éduqué avec le mental et nous travaillons avec le mental. Cette civilisation est de plus en plus mentale.
        On dit que l’intuition est le canal de communication de l’ange ( l’âme, la présence, …).

        Par expériences, l’intuition est polluée par les consciences de groupes dans lesquelles chacun existe.
        Je rejoins Waterbreathing, il y a la lucidité sur ce monde qui décourage à visionner ce nouveau monde, à moyen terme.

        Je suppose que d’exister avec son intuition et ses ressentis demandera de quitter son job, ses relations, etc…existant toujours avec le mental et son émotionnel de peurs, de désirs.
        De créer son espace d’existence en accord avec son ange, même dans une ville.

        • pierrot dit :

          Pour ma part j’arrive à concilier les deux.
          Il faut juste y mettre du rire, ne pas se prendre au sérieux ou plutôt se surprendre à jouer comme un enfant.
          Cela me rend léger et permet d’appréhender l’arène dans de bonnes conditions car après tout c’est quoi la différence entre le bien et le mal si ce n’est l’ignorance. Donc toute distinction est dû à un manque d’informations.
          Une fois qu’on le sait il n’y a qu’à lâcher prise, c’est à dire être présent voilà tout.
          Tout le reste vient de la sphère du mental: identification, comparaison, jugement, modélisation, extrapolation, analyse, interprétation.
          Mais avez-vous un problème maintenant? Pas demain ou hier maintenant?
          Utilisons le temps horloge pour nos affaires pratiques et revenons ensuite dans le présent, comme cela on n’utilise plus le temps psychologique.
          J’aime beaucoup les exercices de déplacement d’attention sur le corps car ils nous ramènent à l’essentiel la présence, l’espace entre les pensées.
          Et on peut le pratiquer dans le monde du travail, et plus on le pratique plus cela devient naturel. Et alors on influence le groupe par notre attitude et le groupe devient lui aussi rieur car après tout comme le dit Betty ‘on ne rêve que de soit’
          Nous avons tout en nous alors ne nous laissons pas influencer par notre entourage ayons confiance en nos possibilités infinis.
          Et si jamais on se fait avoir et bien rions de nous car on le mérite et que tout cela on l’a voulu.
          D’après Greg Bradden il suffirait de 7000 personnes pour changer la conscience mondiale.
          http://interobjectif.net/le-langage-de-la-divine-matrice-par-gregg-braden/

      • Margelle dit :

        Avec un an de distance, c’est toujours tellement d’actualité ! et que j’apprécie ce rappel !

  29. patrick dit :

    Super texte qui vient encore de me faire beaucoup de bien.Je me sens plus détendu,plus serein.J’ai retrouvai une certaine paix intérieure.Merci Le Passeur d’être là et aussi à tous ceux qui font de trés beau commentaires.

  30. Waterbreathing dit :

    je suis d’accord d’une certaine façon avec ce qui est dit ici ..mais bon, je trouve toujours « injuste » ce principe d’on attire que ce que l’on vibre, plus l’on vibre haut, plus l’on attire des expériences hautes, plus l’on vibre bas, plus l’on attire des expériences en résonance, et puis surement entre les deux de haut en bas; car partant de ce principe, on peut vibrer « haut », il peut nous arriver encore diverses expériences qui peuvent nous atteindre car on est pas encore une super déité invulnérable( chouette c’est pour évoluer), si alors l’on vibre plus bas, l’on attire des vibrations plus basses qui nous font vibrer encore plus bas, oui, car au début, on était p-e bien .. bref, pour ma part, je me vis en fait plus comme expatrié(sentiment..[..]) ne trouvant aucune harmonie ni sens à des expériences dont d’une certaine façon, quelque part, je veux pas apprendre, car je me vis bannie([..].. personnel), après que j’en aurai appris, faudra que j’apprenne d’autres, et d’ailleurs comment y croire. comment croire à sa présence ici ?c’est comme si je ne me trouvais aucune affiliation à ce monde, comme si je me vivais à débarquer d’un ailleurs ou c’était forcément mieux à hériter de ce que l’humanité s’est faite d’elle même.limite, je me sens presque pas concerné parfois..
    tout ça me donne parfois envie de foutre le feu, lol. de me revolter inutilement contre l’univers tout entier.comme si j’avais plus envie d’y mettre de la bonne volonté, cad à « apprendre » ce monde, à coup d’immunisation à ce que certains appèleraient la dualité, ce que moi je nommerais le « bruit », car tout autant à parler d’unité et d’amour, faut bien élever à un certain degré ses anticorps à cette dualité pour raisonnablement trouver son oxygène en ce monde.Faire des médits en s’envoyant de l’amour, par ex, et ensuite de retour à son adaptation en société, mode loup pour l’homme, ou parmi les loups, parfois.bref, j’y arrive pas.

    • Le Passeur dit :

      Parce que vous prenez tout ça comme un combat permanent pour la survie. Il n’y a pas de justice ou d’injustice, il y a juste maîtrise ou inconscience. Et la maîtrise est justement la compréhension sans le désir de contrôle là où l’inconscience est le contraire.

      • elba dit :

        A propos des basses et hautes vibrations, waterbreathing, j’ai eu l’occasion dernièrement de constater une chose : une de mes amies est toujours très « peureuse » et méfiante, surtout à propos de vols qui pourraient l’atteindre (elle ferme toujours sa porte à double tour, même si elle est chez elle etc.)
        Eh bien, il n’y a pas longtemps de ça, elle s’est fait voler sa voiture…

        J’habite tout près de chez elle, et la porte de mon garage reste toujours ouverte, afin que mon chat puisse entrer et sortir jour et nuit… Je n’ai pas peur d’être volée (je n’ai pas grand-chose à perdre, rien de valeureux, même si ce qu’on me volerait me ferait tout de même défaut.)
        Je prends des autostoppeurs même si je suis seule en voiture au grand dam de certaines de mes amies… Jamais il ne m’est rien arrivé de néfaste. Bien au contraire, j’ai fait parfois des rencontres très agréables.

        Je crois que la peur (vibration) qu’éprouve mon amie, a attiré l’événement qu’a été le vol de sa voiture. Je peux me tromper, cependant.
        La méfiance, la peur, sont des choses qui sont nuisibles à tous. Ce sont des basses vibrations qui n’ont rien à voir avec la vibration d’amour et de confiance en la vie. Et qui nous empêchent parfois d’avancer.

        • Maya dit :

          Il y a aussi une autre donnée à ne pas oublier : dès que l’on manifeste une intention, on attirera à la fois les aides et les épreuves qui permettront de la réaliser. Ce n’est pas forcément parce qu’on a une basse vibration qu’on va attirer de basses vibrations. Ce qu’on attire est aussi une épreuve à dépasser pour atteindre sa plus haute intention. Accepter les épreuves comme un cadeau. Le haut et le bas sont la même chose en transmutation. Il se trouve qu’une fois dépassées ces épreuves, puisqu’on n’en a plus besoin, elles disparaîtront et donc effectivement on n’attirera plus de basses vibrations. Mais il faut chérir le chemin plutôt que le maudire. Ce sont les fameux démons que les saints trouvent sur leurs routes. J’ai plusieurs fois constaté que les âmes les plus élevées avaient connues les plus grandes épreuves, les plus grandes injustices de la vie, en termes duels. Courage !

          • alain thomas dit :

            Très profond ce que vous dites Maya

          • Le Passeur dit :

            Absolument, c’est très juste. Une basse vibration attire toujours par résonance une basse vibration. Mais si un évènement éprouvant survient, il peut provenir d’une résonance moins visible, plus subtile, qui est le résultat d’une demande intérieure d’évolution. Le fait que certaines grandes âmes passent souvent par des épreuves lourdes sont le fait que déjà, elles sont à même de les dépasser et de les transcender, ensuite qu’elles ancrent ainsi dans une énergie lourde une lumière à même de déclencher un processus de transformation, ce qui fait partie de leur rôle, enfin que ces épreuves peuvent en effet les amener en plus à parfaire certains aspects de leur expérience personnelle, mais je dirais que ce dernier point n’est pas systématique.

          • Maya dit :

            Merci Passeur ! C’est donc cela que l’on appelle « spiritualiser la matière » ? Merci pour votre site que je suis régulièrement et pour l’espace de discussion que vous ouvrez à vos lecteurs.

    • muriel dit :

      Prenez et aimez pleinement tout ce qu’il vous arrive de beau Waterbreathing… dites « Oui » juste avec la simplicité du coeur. Les hautes vibrations émanent aussi de ces instants-là.
      Amicalement et belle journée à vous.

  31. alain thomas dit :

    « L’humanité est un vieux prisonnier qui avait trouvé un certain confort dans sa geôle où tant bien que mal il avait finalement un toit, un matelas et une pitance sans avoir à être responsable de lui, et qui franchit enfin le pas de la liberté et de sa responsabilité sur lui-même. »

    « L’espoir lui-même en un monde meilleur est seulement une illusion. En fait d’espoir, il y a encore et toujours une attente extérieure. C’est une illusion. Ce monde est ce que nous en avons fait et il sera ce que nous en ferons. »

    Pardonnez-moi Passeur d’avoir extrait deux morceaux de votre symphonie !
    Quand j’écoutais une symphonie de Beethoven, j’avais alors 8 ans, chaque note était mémorisée dans sa totalité, pour sa beauté. Mais il était quelques mouvements qui m’emportaient au paroxysme de l’harmonie.
    La symphonie musicale des grands artistes résonne dans ma tête comme un symbole de ce que l’être humain est capable de produire lorsqu’il se met au diapason de sa divinité par le pont qui le relie à celle-ci.

    Vous venez d’écrire une symphonie Passeur et sa musique est aussi belle que celle des grands musiciens.
    J’ai choisi ces deux passages par mimétisme mais je regrette déjà car tout est beau dans ce que vous écrivez magistralement.
    Vous êtes un ange dans un corps humain.
    Cela change du « channeling. »
    Un grand merci à vous.

    • Le Passeur dit :

      Nous sommes tous des anges dans un corps humain, c’est ce que j’essaie de rappeler à chacun. Sans plus.

      • marie christine dit :

        Pensée fugace :
        Un Dieu se love en nos coeurs et se moule à notre image …

      • alain thomas dit :

        Nous sommes tous des anges dans un corps humain et il est nécessaire de le rappeler. Vous expliquez d’ailleurs dans votre réponse à Waterbreathing comment se connecter au cœur en oubliant le mental prédominant, en ne s’y accrochant pas désespérément comme s’il était notre seule source identitaire, alors qu’il n’est qu’une illusion.
        Nous cherchons à tout prix à exister en tant qu’individu séparé alors nous forgeons, nous fabriquons une bonne raison dans le mouvement de l’esprit. Les pensées émergent de partout et nous créons notre monde personnel par nos histoires.
        Seulement voilà Passeur, nous ne sommes pas tous capables de nous connecter à notre ange intérieur lui-même relié au divin, ces trois aspects étant non séparés.
        C’est donc important de le dire. Lorsque je vous félicite et vous remercie, ce n’est pas vous que je félicite et remercie mais le divin qui s’exprime à travers vous par le pont (foi) que vous empruntez et qui vous relie au Séraphin (ange) qui vous guide.
        Votre corps et son mental sont voués à la destruction parce qu’ils n’existent pas en tant qu’entités indépendantes. Ils sont un vecteur du divin et renferment son étincelle immuable, la même pour tous, qui est non née et non séparée du Tout.
        L’ange qui est en chacun de nous se morfond parfois car on l’oublie, il arrive qu’on ne fasse jamais appel à lui et il ne sait pas descendre dans les basses vibrations. C’est à nous d’élever notre conscience par le calme intérieur afin de nous connecter à lui par le pont.
        C’est ce que vous faites Passeur en créant vos symphonies. Ce n’est pas un gage de supériorité, vous êtes au même niveau que n’importe quel être mais vous ouvrez votre cœur et créez la brèche qui permet à votre divinité de s’exprimer à travers vous. C’est le lot des créateurs, des philosophes, des artistes, qui ouvrent l’espace illimité de leur esprit (cœur).
        Bien sûr vous avez reçu une éducation et une instruction qui vous permettent d’aligner les mots de façon harmonieuse mais c’est votre cœur qui s’exprime et le cœur ce n’est pas vous.
        Ce que vous exprimez dans ces états d’être ne vous appartient pas en propre.
        En créant la brèche par l’introspection, par la méditation, par le calme et la paix intérieure, par l’attention et la vigilance, par l’ouverture du cœur, vous vous connectez directement à votre divinité et les intuitions (ressenti, connaissance) vous parviennent comme étant des mouvements de pensée divine, universelle ; l’esprit de sagesse.
        Votre mérite consiste à avoir fait les efforts pour ouvrir votre cœur, que ce soit dans cette vie et dans d’autres vies, antérieures ou parallèles.
        Alors je vous rejoins dans votre réponse à Waterbreathing.

        Waterbreathing, la méditation n’est jamais une pratique pour rien. Oui c’est vrai, après la pratique, nous retrouvons nos habitudes de vie, avec toutes les vicissitudes et contraintes du système dans lequel nous vivons. Alors vous croyez que c’est du blabla.
        Beaucoup se sont donné les moyens de ne pas adhérer au système. Mais je suis d’accord, c’est difficile pour certains, pour ceux qui naissent dans le désert sans eau ni nourriture, pour ceux qui évoluent dans les favellas, dans certaines cités et pour tous ceux qui n’ont pas accès à des enseignements qui pourraient créer un choc de transformation ou de révélation.
        Quand on sort de la méditation, on peut y rester en l’intégrant dans la vie quotidienne.
        Le plus important est d’ouvrir son cœur en faisant taire le mental.
        Si simplement vous réalisez cela et si chaque fois que vous observez votre esprit en le surprenant à nourrir des pensées dualistes de jugements ou de ruminations mentales, essayez d’en être conscient en allumant votre petite lampe (vigilance), puis faîtes taire ce mental et connectez-vous à votre cœur dans son espace infini.
        Alors, vous ferez un premier pas.

    • pierrot dit :

      Je ne suis pas certain que l’espoir soit toujours synonyme d’attente.
      Ne peut-on espérer dans le coeur?
      L’attente est dans la sphère du mental, donc tout dépend de la définition que l’on donne à l’espoir.
      Ce qui est sûr c’est que dés que l’on est dans l’attente on n’est pas en présence et on est alors le jouet de notre mental.

      • elba dit :

        Tout à fait d’accord avec vous, Pierrot. Pour moi, l’attente est passive. Attendre quelque chose correspond en quelque sorte une inertie, puisque ça peut sous-entendre que l’on compte sur un événement pour que les choses changent.
        Espérer, c’est penser que peut-être ce que nous faisons portera des fruits.

        C’est comme ça que je comprends ces deux mots.
        Nous ne devons rien attendre, mais prendre des dispositions pour que telle ou telle chose arrive. Et espérer ensuite que cela se réalise.
        … Et recommencer, toujours recommencer si ça ne fonctionne pas. Tout ne ‘marche’ pas forcément au premier abord. Le changement (à commencer par celui qui se passe en nous) ne vient pas d’une attente, mais d’un travail (une action).

  32. marie christine dit :

    Passeur, vous nous invitez à valser nos vies plutôt qu’à les arpenter au pas de charge !
    Vous nous suggérez le don de soi, la créativité, l’ audace de devenir .
    Même les saisons semblent échapper à leur ronde du temps : elles jouent la fantaisie, délaissent leur cycle habituel, nous surprennent, se surprennent à essayer autre chose .
    Nous sortons peu à peu de notre lit de sommeil spirituel, tout comme les rivières semblent déborder de l’envie de connaître une nouvelle vie …
    On nous entraîne doucement vers l’idée que rien ne sera plus jamais comme avant .
    Plus de rituels immuables, plus de certitudes du lendemain, plus de caprices de confort …
    On bascule doucement de la notion de « sécurité » conditionnée et planifiée à la notion d' »adaptation » .
    S’attendre à tous les possibles, d’un instant à l’autre . Ouverture et disponibilité totales . Dans la foi, il y a l’élan intérieur et la confiance . Un dernier pas à franchir …

  33. Soleil Bleu dit :

    J’ai lu et relu ton texte Passeur ! Je le trouve tellement beau, tellement juste, et si réel dans la vérité qu’il traduit que j’en ai été émue.
    Mais chose curieuse, ce ressenti n’a pas été accompagné d’émotion, c’était tranquille, harmonieux, trés doux.
    Je continue donc de découvrir des états d’être qui m’étaient encore inconnus la semaine dernière, j’en suis profondément reconnaissante à l’Univers.
    Merci Passeur d’être présent à mon âme.

    IN LAKE’SH en toute conscience

  34. Quintus dit :

    Que dire de plus de ce texte ..une pure poésie, qui ensemence l’âme. Une douce mélodie que l’on ressent dans le plus profond de son être, qui coule,limpide et cristalline.
    C’est vrai passeur, cela fait du bien de recevoir encore et encore une énième piqure de …rappel.
    Car, le capitaine que je suis n’est pas tous les jours maître du navire. Mon second l’égo se mutine souvent.

  35. Dania dit :

    Les 5 accords… pardon

  36. Profondeur, reconfort, vision juste et beaucoup d’amour; voila ce que je ressens quand je lis chacun de tes articles Passeur comme un message personnel m’encourageant achaque pas a poursuivre inlassablement la divine quete interieure menant a l’illumination.
    avec ma reconnaissance, recois mes remerciements.
    Nancy

  37. Dania dit :

    Je relisais justement les 4 accords toltèques hier… S’en tenir à ces accords, vraiment, sincèrement fait une grande différence. Bon, de temps en temps, l’égo reprend le dessus avec son lot d’émotions… mais ça ne dure pas longtemps.
    En fait, quand je regarde en arrière, je mesure le chemin parcouru… Est-ce un changement de vibration ? Je ne sais pas. Mais je peux aisément me recentrer et ressentir une joie profonde… en dépit de choses un peu bancales dans ma vie…
    Merci à toi cher passeur pour tant de poésie, de beauté et d’amour….

Répondre à Soleil Bleu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *