De la foi à la joie

Par Richard Moss.

Si le but de la transformation est de devenir un être humain, une question évidente se pose : Comment peut se communiquer cette humanité vraie et authentique ? Ma réponse est la suivante : le plus grand cadeau que nous puissions nous faire les uns aux autres est la qualité de notre attention. Quand notre attention est enracinée dans la tranquillité universelle, au cœur de notre vraie nature, nous voyons les autres comme des parts de l’infini, participant au mystère. Cette qualité d’attention ouvre à une toute nouvelle vitalité qui n’est plus un transfert de nous vers l’autre mais un appel dans l’autre créé par le seul fait d’être disponible à cette attention plus profonde. Chaque fois que l’un d’entre nous va plus en profondeur, il y invite tous ceux qui l’entourent. C’est la grande voie par laquelle la vraie transformation est contagieuse […] Il naît avec cette attention grandissante un sens que le spirituel n’est pas dans les phénomènes paranormaux, ou dans ce qui se passe dans les lieux de culte, sur le Machu Pichu, les pyramides ou un quelconque lieu de pèlerinage New Âge. Le Sacré est partout. Tout est sacré. Et chacun de nous est une part de ce processus du sacré.

Pour comprendre la notion de plus grande énergie, nous devons considérer que ce que nous appelons ego humain, qui nous donne l’impression d’être un « moi » séparé, est en réalité un moyen de filtrer et même de réprimer une immense vitalité. L’éveil est le processus par lequel la structure de l’ego ordinaire est progressivement dissoute dans une relation avec un plus vaste niveau de conscience, dont nous sommes issus et auquel nous retournerons. C’est à la fois un processus de régression et d’affaiblissement des structures de l’ego définissant le soi séparé, un lâcher-prise et un état permettant de devenir transparent à la Source Universelle.

Dans un premier temps, vivre ce processus est un défi, avec des pics extrêmes dans les hauts et les bas. Mais avec le temps, il s’intègre et se stabilise et nous voyons une vie humaine qui a beaucoup plus de sens qu’auparavant. Quelque chose irradie, une présence plus vivante, une vitalité, une énergie, un calme et une joie tranquille.

Nos vies sont très brèves. Mais vivre en nous engageant à plus de profondeur, c’est reconnaître que nous avons écouté ce que la vie nous demande vraiment. Devenir le disciple de cette immense opportunité est le plus grand cadeau que la vie peut nous faire et notre plus grand privilège.

Richard Moss.

Source originale (article complet). Vu sur Du Tout et du Rien.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

Photo en illustration avec l’aimable autorisation de Michel Corboz.

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à De la foi à la joie

  1. Ambre dit :

    Richard Moss est quelqu’un de très spécial, je l’ai vu en conference, je lui ai parlé ensuite, c’est un homme rare, qui s’exprime simplement, ses mots « tapent juste », il a vecu ce dont il parle ..( » Le papillon noir », son premier livre…)..Merci de le mettre à l’honneur dans votre blog..

  2. alain thomas dit :

    L’attention… cette intelligence non identifiée.
    Le sertisseur devant sa pierre précieuse, l’artiste peintre devant sa toile, le pianiste jouant sa partition, le chorégraphe devant ses danseurs, le cuisinier devant son oeuvre, le méditant assis sur son coussin…
    Sans cette intelligence nue, sans effort, authentique, l’homme ne peut créer ni être.
    Si nous avions la capacité de demeurer attentifs en permanence, l’égo ne trouverait pas sa place dans l’immensité de notre être. Cet espace que nous lui laissons provient de notre ignorance de ce que nous sommes vraiment.
    La foi est ce pont entre notre aspect animal et notre aspect divin qui nous amène à la joie d’être UN.

  3. Louisetta dit :

    Ce message de vie me semble très vrai, sans parler du titre.
    Lorsqu’on se sent dans une grande énergie de joie (sans raison extérieur) nous pouvons tous sentir alors qu’elle irradie, nous traverse et par notre biais se répand la ou nous passons, ou encore nous trouvons les bons mots, la bonne énergie dans une discussion avec quelqu’un qui va aider cette personne.
    Les autres (passants, amis, famille…) y sont immédiatement sensibles de manière plus ou moins consciente. Et même j’ai observé qu’une part de leur être profond nous répond alors. C’est à la fois merveilleux et toujours très étonnant.
    Dans cet esprit la, la vie devient comme un grand panorama des formes que prend le divin, un jeu plein de fantaisie et de surprises y comprit par des gens que nous croyons connaître. Merci pour ce texte, sincèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *