Tenir le cap de la Nouvelle Terre

Par Le Passeur.

Intégrer la part d’ombre en nous, faire quelque chose de nouveau des deux polarités qui nous animent, peut sembler un concept insaisissable. Il n’en est rien, tout en fait est toujours si simple lorsque la conscience voit par le cœur et non plus par le mental qui clame les difficultés du Moi.

L’ego s’est bâti pour notre survivance au sein des épreuves nées de notre dualité non comprise. En ce sens, il est essentiellement le fruit de nos corps de souffrance et revêt l’opacité d’un filtre puissant qui déforme largement notre perception au sens le plus large. Tout est perçu à travers ses mécanismes de défense et compris par son outil de réflexion et de décision qu’est le mental inférieur, celui qui s’attache à fonctionner à travers l’énergie de nos trois premiers centres d’énergie ou chakras, alimentant la force vitale, la survivance et l’émotionnel.

Nous sommes justement ici dans le temps où il nous est offert d’intégrer dans ce centre d’énergie qu’est le cœur les forces issues des trois centres inférieurs et des trois centres supérieurs. Pour bon nombre de tous ceux qui lisent ces lignes, l’expérience des chakras supérieurs est probablement déjà intégrée et il nous est juste demandé de reconnecter cette connaissance en nous réappropriant notre mémoire.

Souvenez-vous que vous venez d’éthers où ces choses étaient acquises et que vous avez accepté d’en déposer la mémoire pour arriver ici, apte à opérer de l’intérieur ce travail de transmutation qui n’aurait pu se faire autrement que dans l’oubli de qui vous étiez (voir L’Eveil en Soi). Il vous en a fallu du courage et de la foi pour arriver jusqu’à ces jours bénis où l’expansion de lumière commence à toucher tous les êtres vivants. Il en a fallu aussi à notre belle Terre pour accueillir avec tant de bienveillance et de sagesse ce théâtre tumultueux de l’inconscience qui l’a si peu épargnée.

Que dit le cœur alors de l’unité retrouvée en nous ? Beaucoup se débattent aujourd’hui avec de profondes interrogations quant à trouver la voie qui permette l’intégration de nos polarités. Sans doute faut-il déjà rappeler qu’en aucun cas cela doit être une lutte en soi. Il n’y a pas à s’opposer à la part d’ombre qui nous habite tous car, comme déjà évoqué auparavant, entre autres dans Les nouvelles saisons, l’humanité et Gaïa, il n’y a pas de séparation entre nos deux polarités. Il nous appartient d’avoir la sincérité de la regarder pour ce qu’elle est à travers les différents aspects par lesquels elle se manifeste dans notre vie. Et de l’accepter pour ce qu’elle est : le cri de nos corps de souffrance qui sont les murs de notre prison. Pour autant, la laisser nous envahir n’est pas le chemin qui nous mène à la libération. Lui accorder l’omniprésence ne nous conduit qu’à ce que nous avons toujours connu du monde et qui fait se désespérer tant encore le plus grand nombre. Et cette désespérance a fait bien de l’ombre aux lucioles qui ont toujours fertilisé l’obscurité.

Lorsqu’on a su regarder sans transiger notre part d’ombre et l’accepter pour ce qu’elle est, peut-on avoir autre chose que de la compassion pour cette part si blessée de nous-mêmes ? Oubliez le jugement, n’ayez jamais de mésestime pour vous, encore moins de dégoût pour ce que vous jugez mal de vous, ça ne peut que vous tirer vers le bas, nourrir vos corps de souffrance et attiser encore les mécanismes réactifs de votre ego. La compassion ne naît pas du jugement, par essence elle ne le peut pas. L’amour épouse bien des formes, et la compassion, lorsqu’elle ne laisse pas la porte ouverte à nos propres failles – par laquelle autrui pourrait littéralement vampiriser notre énergie – est une des formes les plus généreuses de l’amour.

Nos failles sont les douleurs non dépassées que la douleur d’autrui éveille en nous et par laquelle peut naître un ersatz de compassion qui est en réalité le besoin de compenser notre propre souffrance. C’est encore l’ego qui se rappelle à lui-même et à son besoin d’être reconnu.  A l’inverse, la vraie compassion est le sentiment d’amour né de la douleur reconnue, une fois transmutée en lumière. Par lumière, entendez la compréhension bienveillante de tout le mécanisme qui conduit à l’épreuve de la douleur.

Il convient donc que la compassion soit le juste fruit de la maîtrise émotionnelle et non celui du débordement : lorsque l’émotion vient, je la reconnais instantanément et j’en transmute l’essence pour donner ce qu’il y a plus de nourrissant et non ce qui provient de la mémoire encore en douleur de mes propres souffrances. C’est cela la maîtrise des émotions. La lumière ne peut être conservée en soi, elle doit toujours circuler, et ce qui est ainsi redonné avec maîtrise est une lumière transcendée par notre conscience. Ce qui circule de l’énergie cosmique s’est ainsi enrichi de notre expérience de vie. Elle est pour une part notre création propre et ne nous appartient pas. Il est de l’ordre naturel de l’univers que toute création devienne supérieure à son créateur et que celui-ci s’en réjouisse. Là est la vraie noblesse du créateur, dans le don et l’humilité. C’est un concept que nous connaissons bien dans les tréfonds de notre être et que nous reconnaissons dès lors que nous nous sommes suffisamment extraits des douleurs qui nous engluent dans la survivance.

Vous tous qui en êtes arrivés à vivre dans la joie simple, quel que soit votre environnement, en êtes là, à ce moment intense où vous vous réappropriez votre puissance créatrice en-dehors des murs de la geôle. Vous tous qui n’êtes pas encore tout à fait là, même si à tort vous vous en croyez loin, ne perdez pas courage en vous faisant une montagne des ombres qui vous encombrent. Vous pouvez vous croire abandonnés tant votre volonté ne trouve pas en apparence sa résonance et vous pouvez sentir votre foi s’effriter, c’est tout à fait normal; ramené à l’image du chemin de croix qui symbolise votre parcours de porteur de lumière, c’est en quelque sorte le moment de la crucifixion où Jésus se sent abandonné du Père. En cet instant si intime, ni l’espoir ni le désespoir n’ont plus de sens, l’être passe dans le chas, au-delà du monde de l’illusion.

Vos efforts louables ne sont donc pas lettre morte, ils manifestent une intention réelle dont l’énergie résonne là où elle doit. Rien n’est vain et l’époque veut que tout en ce travail sur soi est déjà plus simple qu’autrefois et que tout sera infiniment plus facile d’ici peu à ceux qui s’éveillent. Le poids de la gangue se fera de moins en moins lourd au fur et à mesure que les énergies lourdes vont se dissiper. Elles se dissipent déjà, et va se lever d’ici très peu de temps un vent nouveau dont les premières rafales déjà se manifestent et qui marquera la mémoire de l’humanité en devenir. Ne perdez pas le cap et ne le confondez pas avec l’espoir, qui est encore une attente. Le cap est d’être en ce monde avec force et sérénité sans être de ce monde et de ses résistances et de vous souvenir de la force indestructible qui vous incarne.

Ne vous égarez pas dans votre amnésie, il y a au-delà de votre mémoire et de vos pensées une flamme qui toujours vous rappelle à vous, elle est le phare dans la nuit des tempêtes, vous la reconnaissez dans votre intimité, elle est le cap. Ayez confiance en elle, ayez foi en vous, ne laissez pas votre part d’ombre vous rappeler au passé qui n’existe plus par la peur née de ce manque de confiance en vous qu’on vous a toujours inculqué. Vous êtes un être immense dont émane ce que vous représentez ici et maintenant sur le sol de Gaïa, un relais de l’énergie qui est utile à la transformation de tous. Cette énergie qui vous traverse est enrichie de tout ce que vous avez pu intégrer de votre expérience en son sein, vous avez accepté d’en être le réceptacle, réjouissez-vous de ce don en retour, sans autre forme de reconnaissance. Ainsi il vous sera donné bien plus que les seuls fruits pourtant déjà abondants de votre arbre de vie. Et cette fête de l’unité et de l’abondance retrouvées sera célébrée de votre vivant, ici-bas, ici-haut.

Fraternellement,

© Le Passeur – 21 Novembre 2011 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

> Se situer dans la Grande Histoire

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

41 Responses to Tenir le cap de la Nouvelle Terre

  1. Shalom dit :

    J’ai seize ans, et je lis souvent des articles se ce site. Je tiens à dire que la jeunesse pense aussi au changement, se pose des questions… Merci Le passeur, pour toutes ces graines de vie que tu sèmes dans nos coeurs. Bon courage à toi qui accordes du temps et de l’énergie (qui j’espère t’est rendue) à diffuser de beaux messages.
    A tous, je vous souhaite un beau chemin dans la paix et l’amour.

    • alain thomas dit :

      C’est Vous belle Jeunesse qui détenez la Nouvelle Pensée, celle qui crée le Monde de demain.
      Que ton esprit rayonne et que ta flamme brûle, petite Shalom !

  2. barbara dit :

    Merci passeur, vous etes un homme de coeur,une belle ame et vos textes sont tissés de lumière qui réconcilit ma dualité.Amicalement.

  3. Dhanena dit :

    Merci.
    Le courage et la foi parfois vacillants, dans ces moments si intenses que nous vivons, (et que vous décrivez si bien) reviennent grâce à vos mots.
    Grand merci pour ce partage si pointu des perceptions que vous nous offrez, Passeur, accompagné de leur message d’espoir.

    Merci à Mitsou-Caroline aussi, pour sa belle suggestion…A essayer d’urgence!

  4. maryannick dit :

    parole qui résonne juste

  5. elba dit :

    Merci une fois de plus pour ce texte d’une grande sagesse et d’une aussi grande lucidité.
    J’ai encore du « boulot » à faire avant de parvenir à la sérénité totale. Notamment en ce qui concerne ceci :  » n’ayez jamais de mésestime pour vous… » et aussi en ce qui concerne la canalisation des émotions. Mais ça vient… ^^

    Amitié à tous les internautes qui viennent sur ces pages.

    • Florence dit :

      Merci beaucoup pour ce magnifique texte qui fait « chaud au coeur ».

      Tout comme toi Elba, j’ai aussi du « boulot », surtout au niveau des émotions. En fait ce qui me pose problème, c’est que lorsque je suis confrontée à une situation difficile, je me dis que je dois absolument l’accepter et du coup c’est comme si je mettais un couvercle ou un pansement sur mes émotions (sur la tristesse par exemple) car je confonds « accepter » avec « ne pas ressentir les émotions négatives ». Par conséquent, après un certain temps je réalise que non seulement je n’ai pas accepté la situation, mais surtout que les émotions sont toujours là, et plus fortes qu’avant puisque je les ai étouffées !

      Je me rends compte qu’avant de pouvoir accepter une situation, je dois d’abord accepter de ressentir les émotions qui en découlent pour pouvoir les libérer et c’est seulement suite à cette libération que je peux retrouver la joie et l’acceptation véritables.

      Lunineuse journée à tous

      • alain thomas dit :

        C’est exactement ça Florence

      • Francine dit :

        Florence,
        Tu as mis les mots sur ce que je n’arrivais pas clairement à dire. J’ai fait tellement de démarches depuis plusieurs années pour « libérer », « accepter » mes blessures et émotions… pour me rendre compte aujourd’hui que ce n’était pas véritablement ça guérir. Je perdais le courage aujourd’hui quand je suis tombée sur ce texte et sur ta réponse. Ce qu’on appelle l’ombre n’est pas facile à accueillir et à accepter… pour moi, c’est comme de trouver un gros insecte dans un bon potage. Bref, je me sens moins seule en lisant ces lignes. Merci pour le partage.

  6. Ce texte me va droit au coeur et à réveillé ce qui est au fond de moi.Je suis très heureux ,ravi de me retrouver dans ceci.LE PASSEUR ,tu touches tous ceux qui sont dans l’attente.MERCI

  7. marie christine dit :

    Très beau texte, Passeur !
    S’aimer soi-même, avec bienveillance, tel que l’on est : avec la part d’ombre et la part de lumière . Nous accepter à chaque pas de notre évolution .
    Mais acceptation ne signifie pas démission .
    Comme il est dit dans l’article, nous reprenons possession de notre créativité . Nous redevenons les maîtres de nos vies .
    Au fur et à mesure que nous agissons sur nous-mêmes, une plus grande lumière vient éclairer l’ombre, gagne un peu plus de terrain à chaque fois, et nous transforme définitivement . La lumière de vérité dissout l’ombre de l’inconscience .
    Personnellement, je ne vois pas quel est l’intérêt de la vie sur terre sans la notion de transformation . La solution de nos problèmes n’est pas dans l’au-delà . Ce serait un aveu d’impuissance, une attitude défaitiste .
    Votre texte, Passeur, est un encouragement émanant d’une âme très généreuse .

  8. Scribalcat dit :

    Encore bravo pour ce texte Monsieur le Passeur !
    Vos propos sonnent justes car ils retentissent nettement dans le son de vos phrases, dans le flow de votre syntaxe. Beaucoup de passages de vos textes possèdent ce pouvoir musical qui rajoute une beauté abstraite à la beauté concrète de votre expression littérale. cela aide grandement à prendre vos propos par le cœur plutôt que par la raison seule.
    Merci pour votre talent et pour cette grâce si simplement disponible.
    ST

  9. Nn. dit :

    Chacun à son chemin à parcourir. Vos textes sont un soutien à ceux qui s’éveillent.
    Il y a aussi ceux qui ne s’ouvrent pas à ce nouvel état d’être, cette nouvelle perception.
    Une pensée pour eux…….
    Nn.

  10. isabelle dit :

    merci mille fois pour ces mots que boit mon coeur.Il y a trois jours j’ai voulu mourir submergée par le doute et la souffrance.Je suis là pour te lire, pour vous lire parce que je suis allée chercher de l’aide et j’en ai reçu grâce à ce dont parle Caroline je vis exactement ce dont elle parle à Gaya et la nature nourrit et regénère mes énergies positives.Et je suis allée ensuite vers des gens comme toi passeur,comme moi qui s’ouvrent et se transforment.Ce qui est sûr c’est que nous nous trouvons les uns les autres plus ou moins facilement certes mais les reliances sont là offertes…Et je me sens emplie d’une joie et d’une gratitude qui transformnet mes doutes en foi…Peu à peu.Merci passeur d’avoir écrit ce que j’avais précisement besoin de lire dans ces moments si forts.Je re-nais encore une fois j’ai encore une fois traversé de sombres vallèes pour reconnaître mes ombres et les éclairer de cette lumière que tu évoques si bien….Et je vous transmets cette chaleureuse lumière de foi et de confiance qui émane de mon âme aujourd’hui….

    • catherine dit :

      ah Isabelle je passe devant ton message et forcement ça resonne ecoute moi il y a 4 ans pour mes 43 ans j ai mis fin a mes jours pour de vrai et je suis revenue avec une force dans mon corps et la certitude que c etait pas fini que c etait pas moi qui decidais du moment du jour et de l heure et que en plus c est le pire que l on puisse se faire ¡¡
      Enfin je parle de ton ame pour progresser on a besoin du corps eh oui
      C est le jeu de la vie ¡¡ mais c est que par moment on a un tel decouragement ¡¡¡
      Respire en conscience comme une gamine dis toi que ce n est qu un jeu ¡¡
      Decrete avec moi 3 fois par jour avec conscience
      JE DECRETE ICI ET MAINTENANT L AMOUR LA PAIX LA JOIE L HARMONIE POUR MON BIEN FAIT ET LE GRAND BIENFAIT DE TOUS
      On est tous sur le manege ha ha ha allegria allegria ¡¡
      besos muy fuerte

  11. Nathalia dit :

    Une phrase me vient à l’esprit qui pour moi résume bien ce que chacun recherche : Au cœur de la dualité se trouve l’opposition entre l’amour et la peur et entre l’amour du pouvoir.
    Lorsque l’humanité choisira de remplacer la peur par l’amour et de remplacer l’amour du pouvoir par le pouvoir de l’amour, elle fera un grand pas en avant.

  12. FaBoja dit :

    Merci pour ce joli texte! beaucoup de choses sont dites et sont dans la vérité. Paix et lumière sur vous tous.

  13. Grain de sable dit :

    Merci pour l’article et aussi les commentaires qui me fait dire que je ne suis pas seule….

  14. Ellefenix dit :

    Je ressent toujours l’énergie derrière l’écriture et ici non seulement la plume est d’une aisance merveilleuse, l’essence qui s’y trouve me donne le ton de cette voix intérieure qui la compose. J’aime ce qui y est dit et la douceur que j’y ressent. C’est comme lorsque l’air prend l’éther ambiant et l’embaume d’infini tendresse.

    Merci à vous  » Le Passeur »

  15. elleven dit :

    Vous êtes un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles ; vous avez le droit d’être ici. Et qu’il vous soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devrait. Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui, et quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme. Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Prenez attention. Tâchez d’être heureux.
    Trouvé dans une vieille église de Baltimore en 1692.Auteur inconnu.

  16. Dania dit :

    Tout simplement MERCI. Vous êtes ma luciole préférée 😉

  17. Martine dit :

    Merci Passeur
    j’écoute une musique méditative sur vos douces paroles…mon coeur s’envole
    Oui c’est cela, AIMER, simplement AIMER pour AIMER, sans attente, être simplement présent, là, tout de suite, juste intensément présent à soi et laisser monter de mes profondeurs l’onde de la vie , l’onde de l’Amour…

  18. Gaya dit :

    Bonjour et merci pour ce beau texte.

    Je fais partie des « déçus » du 28 octobre…

    Non pas que je m’attendais à des catastrophes naturelles, mais plutôt à l’ouverture des coeurs, à un début d’amour inconditionnel, que je n’ai constaté ni chez moi (et pourtant j’essaie), et encore moins dans mon entourage…

    Me nourrissant de lectures comme votre site par exemple, j’essaye d’être mon propre « gendarme ». Mais alors… Mes proches… Tout n’est que jugement, pensées négatives, tout est à l’opposé de ce vers quoi nous sommes « censés » aller… Je ne les juges pas, chacun son chemin, mais j’ai du mal à percevoir l’avancée de la conscience collective… Mon collectif actuel étant très ancré dans la dualité… Et dans ressasser le passé… Ce qui rend toute avancée difficile!

    Mais j’espère toujours et je crois toujours en cette humanité d’amour… Je souhaiterai seulement en percevoir les préambules!

    Avec mon amour

    • Le Passeur dit :

      Tout est une question de regard. Le filtre de notre personnalité est déterminant quant à la lumière que nous percevons. Je me souviens d’un gendarme qui racontait à quelqu’un que je connais sa réalité d’une petite ville non loin de chez moi. Pour lui, ce n’était que délinquance et difficultés croissantes. Pour ma part, je n’ai jamais rien vu qui ressemblait à ça dans la ville en question. Au contraire, je n’y ai toujours croisé que des gens souriants et toujours prompts à bavarder ou à rendre service. Nous vivons dans la réalité que nous créons par qui nous sommes et ce que nous faisons. Si la part d’ombre en nous domine certains aspects de notre vie, comme par exemple la vision de notre relation à autrui, alors nous ne pouvons voir que ce qu’il y a de sombre dans cette relation. Je sais la difficulté qu’il y a à dépasser cette attitude, surtout lorsqu’il s’agit de l’environnement qui nous a façonné, mais rien n’est impossible à qui soutient son attention et son intention de concert.
      Pour ce qui est des dates, oubliez-les, tout ça n’est que vision du mental qui a toujours besoin d’attendre quelque chose de l’extérieur, nous n’en avons pas besoin.

      • marie dit :

        Quelle paix au loin.. dedans …à vous lire … « Le passeur » ….

        Une vraie caresse pour l’âme …. Merci .. vous tous …

        j’ai décidé qu’à partir du 28 octobre, je repérerai les caprices de l’ombre et son cortège de malentendus, malencontreux, malheureux, ineffables rebonds qui nous tirent vers le bas … de porter un regard plus près et plus loin en même temps qui me donne à moi une justesse …. et je me vois sourire et je me regarde ressentir et je ne garde que ce qui soulève la Foi … une douce et puissante création …

      • Waterbreathing dit :

        mvoui, attitude difficile à dépasser lorsqu’elle a été construite par un environnement qui l’a rendue tout simplement utile.Si une attitude / regard de ce type nous a conduit à voir des aspects plus sombres qui existaient dans un environnement expérimenté, ce regard a pu nous aider à nous préserver de certains effets, impacts d’un tel environnement.. delà à voir du sombre de partout ensuite, et comme il n’en manque pas……

      • Gaya dit :

        Merci Passeur. <3

      • Nada dit :

        Et bien, j’ai expérimenté ( encore d’actualité) autant ce que dit Gaya que ce que dit le passeur, dans sa réponse.

        J’ajoute.
        Il existe des périodes où cette dualité est si présente dans un collectif, proche ou éloigné, qu’elle réussit à vampiriser l’optimisme, en happant vers le bas astral, comme fait un non nageur avec un nageur moyen.
        D’autre part, je constate que ce chemin de levée des voiles est rythmé par des phases d’équilibre dans toutes les facettes de son quotidien, et donc de son identité humaine, et par des phases de déséquilibres ( les affectifs, les croyances existencielles, voire la biologie/maladie).
        En d’autres mots :
        – une phase comme le film  » La vie est un long fleuve tranquille  » ( on demeure dans les modèles collectifs, on est normaux. Que ces modèles soient matérialistes ou spirituelles
        – une phase où les énergies bougent ( ombre et lumière).
        Je crois que plus les mois passent, plus le rythme de ces 2 phases s’accélèrent chez les éveilleurs des voiles.
        Ce soir, j’utilise la métaphore du jeu de l’oie.

        Un enseignement conseille de respecter le rythme des phases de la lune :
        – nouvelle lune à pleine lune : inspir-ation / vers le haut / vers l’âme / découvertes
        – pleine lune à nouvelle lune : expir-ation / vers le bas / vers le corps / intégration des découvertes dans le quotidien, si 3/4 D.
        Peut-être est-ce ainsi que se révèle la vraie compassion pour les choses de ce monde.

        Néanmoins, ces 2 phases demeurent à mes yeux sacrément personnelles.
        Les découvertes de l’un, fût-ce t-il le plus éveillé des humains, ne seraient qu’illusions pour un autre.
        Mais, l’humain est ainsi. Il a besoin de la validation collective des découvertes, afin qu’elles soient réelles. C’est-à-dire, que les découvertes soient trouvées par plusieurs.
        Or, les channelings, les passeurs, les enseignants sont, à mes yeux, que des focus temporaires, utiles en ce monde si duellement matérialiste, et oligarchique.

        Je n’ai toujours pas trouvé ce truc intérieur qui fait le jour & la nuit, constamment heureux.
        Ce truc qui libère de ces 2 phases : mort / renaissance.

    • Mitsou dit :

      Bonsoir Gaya.

      Je n’ai pas pour habitude de poster des commentaires, trouvant certaines réponses d’internautes beaucoup plus claire que ce que j’aurai réussi à faire. Néanmoins votre message fait écho à ce que j’ai pu entendre depuis quelques semaines dans mon entourage professionnel, alors je me permets de vous laisser ce message.
      Si vous ne parvenez pas à trouver lumière, joie, évolution et harmonie dans votre entourage, ce que je peux tout à fait comprendre au vu de la situation actuelle: les gens sont en proies à leur avancé sur le chemin avec tout ce que cela implique (travail, relation avec soi et autrui, avenir, confort etc.).

      Je vous invites à aller balader ou vous reposer dans un endroit que vous affectionner en pleine nature et à l’écouter, ainsi vous vous rendrez compte que finalement, les choses changent 🙂 Laisser au vent toutes vos inquiétudes, vos pensées « embrouillées », tout ce qui vous prend la tête en somme et dont vous ne voulez plus à l’instant présent. Sentez le vous traverser et amener avec lui tout cela et surtout n’oubliez pas de le remercier pour le présent qu’il vous fait. Quant il vous « traversera », essayer de ressentir cette connexion et peut être ressentirez vous les endroits qu’il a visiter avant d’arriver jusqu’à vous, qui il a croisé en chemin et où il se dirige. Je ne pense pas qu’il existe de mots pour décrire cela, c’est une expérience qui se vie à l’intérieur, une connexion tellement plus facile depuis quelques temps et qui peut s’avérer fort utile actuellement !! Vous pouvez faire cela avec le soleil, l’eau et même la terre elle même, prenez l’élément avec lequel vous vous sentez le plus à l’aise 🙂

      Cela peut paraitre extravagant de prime abord mais j’ai pu constater que de plus en plus d’êtres humains de part le monde commencent à se retourner vers la nature et les éléments et je puis vous assurez que ces derniers en sont heureux, alors n’hésitez pas vraiment.

      En espérant vous avoir apporté un peu d’aide et surtout d’avoir été compréhensible, avec toute mon affection.
      Caroline.

      • Gaya dit :

        Merci Mitsou pour ta réponse pleine de bienveillance.

        Bisous

        • Gaya dit :

          Mais je n’ai pas de « dons » qui pourrait me permettre de percevoir la nature si subtilement!

          Je tenterai toutefois l’expérience 🙂

          Belle journée

          • Mitsou dit :

            Pas besoin de dons particuliers, c’est juste une partie de nous à redécouvrir à la manière d’un enfant 😉 Rien de ce qui compose notre corps n’existe pas dans la nature, nous sommes nature, il suffit juste de s’en souvenir et ceci est à la portée de n’importe qui, vous en êtes capable autant que moi nuls doutes là dessus 🙂

            Une excellente soirée et beaucoup de tendresse.

      • catherine dit :

        Et bien Caroline je me retrouve tout a fait depuis que je suis en pause je prend conscience de ce qui m entoure la nature en moyenne 10 kms par jour¡¡
        J ai pas trop de merite j ai juste a descendre 200 marches et je suis sur un ancien petit chemin des douanier qui borde la mediteranée le ciel n est jamais le meme la mer tambien les pins parasol les mouettes ¡¡¡
        et je DECRETE ICI ET MAINTENANT L AMOUR LA PAIX LA JOIE L HARMONIE POUR MON BIENFAIT ET LE GRAND BIENFAIT DE TOUS ¡¡¡ EN CONSCIENCE evidemment ha haha
        Madré de dios que la terre est belle en plus je chante en marchant je peux meme me mettre a danser ha ha soyons leger
        Muchos besos a todos de Catalogne

  19. Quintus dit :

    Nous sommes toujours en admiration devant les textes du passeur. Quel limpidité délicieuse.
    Merci Passeur.

  20. marko dit :

    Boire à la Source

    Le séjour de l’instinct en terres d’esprit
    Se prolonge à mesure que se retire la nuit.
    Le sombre aveuglement sapiens dissimule
    Mal les splendeurs de l’essence.
    La source originelle est invisible
    Aux yeux avides de matière.
    Elle surprend nos fibres lorsqu’on
    Se laisse aller à l’éther.
    Source complice de nos bonheurs,
    Elle éclipse les peurs et dissipe nos erreurs
    Dans les brumes de sa science.
    Impalpable, seule la connaissance de l’expérience
    Transporte en son sein la délivrance des vents.
    Le souffle régulier de l’amour
    Palpite au rythme de nos sages ivresses.
    Les clameurs de l’instant
    Chantent les refrains de la vie et ses desseins.
    Chacun est unique dans le souffle,
    Emporté bon gré mal gré, entre sagesse et folie.

    Le jour s’élève en conscience
    Pour les élèves de l’éternel moment.
    Ombres et lumières se mêlent
    Pour dessiner les choix qui peuplent nos parcours.
    Le songe révélé de l’apprenti
    Décrit les arabesques de l’autre monde et ses réels inconnus.
    Consciences limitées, perceptions trompées par l’ego;
    Nous sommes des âmes porteuses d’un autre credo:
    Celui de l’amour et du partage, de la chaleur d’une science sans âge.
    Expérience par essence miraculeuse,
    La conscience s’épanouit dans la lumière,
    Telle une fleur, dont les bourgeonnements surprennent à chaque saison.

    Les moissons de l’exploration nourrissent les âmes
    Du miel de l’innocence retrouvée
    Et de l’éther d’une présence enchantée.
    La conscience indescriptible de la vie,
    L’expérience du moment impérissable de l’éternité.
    Au loin du corps de la raison, l’esprit des visions.
    Pas d’hallucination mal placée, mais une prison dépassée:
    La cage entrouverte, la cage découverte.
    Envol du doryphore dans nos métaphores
    Dont les formes dévoilent un substrat d’essence.
    Le nectar de jouvence, l’élixir de la délivrance.
    La vie s’envole à toute vitesse et,
    Si le corps s’effrite sous le pilon des tristesses,
    L’âme s’incarne en déployant sa sagesse.

    ML (2011)

  21. alienox dit :

    Merci pour ce texte, perso heureusement que des personnes comme toi nous remontent le moral, car il y a des jours où l’on se sent vraiment seul et la sensation que rien n’avance extérieurement et intérieurement……..

    Namasté mon ami

  22. Merci pour cet article qui tombe …à pic ! J’aime bien.

  23. bernard dit :

    Merci pour ce petit « vaccin » de rappel .
    Fraternellement♥

  24. Anne dit :

    MERCI …..Décidément j’aime bien quand c’est toi qui qui t’exprime Le PASSEUR ? à point nommé , je me reconnais , tente de m’aimer , de ne pas reproduire , mais AIMER …..MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *