Se situer dans la Grande Histoire

Par le Passeur.

Il est un sujet délicat concernant nos origines, mais qui présente un intérêt quant à la compréhension de notre dualité et la manière de la transcender. Au risque d’en troubler, il existe au sein de l’humanité deux souches distinctes issues de créations génétiques différentes. On parle là d’un temps dont nous n’avons plus les traces que dans quelques cosmogonies issues de cultures différentes.

La première humanité portait en elle au départ la capacité d’une évolution spirituelle lumineuse, la seconde, créée plus tard par manipulation génétique des premiers humains, ne la portant pas. Cette dernière souche ne manifestait pas à sa création les sentiments de compassion et d’empathie qui animaient la première. Cela a généré une humanité plus robotisée dans ses comportements, dont l’archétype a mené à une société matérialiste et tyrannique, car c’est bien cette souche, qui par sa quête du pouvoir et son agressivité naturelle, a dominé l’ère qui prend fin aujourd’hui. Surtout ne cherchez pas de séparation dans l’humanité aujourd’hui, car ces souches se sont mêlées en chaque homme au fil des millénaires sur tous les continents. L’expression de leur opposition est à chercher à présent au sein de chacun dans sa dualité personnelle, la double émergence des parts de l’ombre et de la lumière en soi.

Stimulée par les principes et l’organisation de la société humaine, l’influence de la part sombre est devenue dominante jusque dans les temps modernes, et la période actuelle de transformation est une réappropriation de l’état originel de l’humanité, qui prend mieux son sens à travers la compréhension de l’origine de la dualité que nous portons en nous. Telle que cette dualité s’est développée dans la grande histoire de l’humanité, son origine n’est pas naturelle, elle est le fait ancien d’une intervention extérieure au contexte de la Terre d’alors.

En évoquant le concept de création d’une humanité, je sais que beaucoup seront là encore choqués, habitués qu’ils sont à l’opposition classique et quasi religieuse du Créationisme et du Darwinisme. Pourtant, si l’on voit le créationisme sous un angle plus pragmatique que surnaturel, celui de la manipulation génétique, on saisit qu’il est la volonté d’êtres venus d’autres mondes. Il y a tant d’illustrations de cette intervention dans tant de cultures de notre belle planète que cela occuperait tout un ouvrage sur la question.

Ceux qui furent appelés Elohim dans certaines de ces cultures furent ceux qui ensemencèrent la Terre d’une humanité éclairée. Ceux qui furent appelés Archontes ont été les créateurs malheureux d’une humanité robotisée, et par là de l’expérience humaine de la dualité que nous connaissons si bien.

L’expérience qui se greffa ainsi sur l’expérience d’origine fut finalement acceptée par tous dans le but de récolter le temps venu les fruits de cette voie nouvelle et ô combien difficile de l’évolution.

Là-dessus, les portes du savoir étant closes, se sont greffées les religions et leurs cortèges de faute originelle, de pêchés, de jugement et d’expiations. Tout ça n’est bien sûr que balivernes qui ont servi les intérêts de cette humanité en quête de pouvoir sur autrui et des archontes en mal d’émotions humaines dont se nourrir. Car l’émotion humaine est une énergie complexe extrêmement nourrissante pour qui sait la capter.

J’ai souvent pris l’illustration du tuner radio et de sa bande de fréquences sur laquelle on se déplace pour aller chercher la station qui nous convient. Si l’on reprend encore une fois cet exemple très adapté, notre réalité commune est la fréquence sur laquelle nous nous sommes tous alignés par défaut, la radio que nous écoutons toujours. Certains qui savent selon leur recette personnelle s’extraire de la fréquence commune, vont parfois faire une incursion sur une autre fréquence porteuse d’une autre réalité, ils écoutent pour un temps une autre radio. C’est ce qui se passe lorsqu’on accède à un autre niveau de conscience, on synthonise une autre fréquence qui nous ouvre la porte d’une autre réalité d’où l’on ramène une autre expérience de la création.

Ces incursions revêtent selon les peuples un apparat et une compréhension propres, qui s’inscrivent dans une tradition purement culturelle. C’est pourquoi les sorciers du Mexique, les Dogons du Mali, les Inuits, les Celtes ou les Egyptiens cultivent des cosmogonies aux apparats différents mais dont les sources résonnent de multiples points communs. L’un des points convergents les plus impressionnants est justement l’arrivée au sein d’une humanité de l’Âge d’Or d’êtres venus d’ailleurs, ceux-là même qui furent perçus comme des Dieux et qui ont introduit un Âge des Ténèbres et emprisonné l’humanité résidente, ainsi que la Terre dans un maillage énergétique qui l’isolait des rayonnements cosmiques. Cette introduction serait peut-être le fruit d’une erreur au sein de l’expérience originale plus que d’une intention, mais le changement dans l’évolution fut accepté par tous avec l’idée d’un apprentissage nouveau et à la clé un renforcement de la lumière originelle. Comme déjà dit dans l’Eveil, l’endormissement dans le piège fut plus profond que prévu et le réveil à nos jours plus difficile.

Il est probable que dans le rassemblement qui s’opère des innombrables pièces du grand puzzle, nous sommes encore loin d’avoir embrassé toute l’histoire même s’il se dégage déjà les grandes lignes. Ce qui nous apparaîtra une fois le puzzle assemblé risque de nous étonner encore.

Au fur et à mesure que se démêle l’écheveau, il se crée par contre de nouveaux nœuds qui sont source d’autant d’incompréhensions que nous retrouvons au fil des informations distillées partout aujourd’hui. Les contradictions parfois relevées dans ce qui nous est transmis naissent de la multiplicité des niveaux de conscience qui se manifestent simultanément sur notre Terre et qui rendent incompréhensible pour certains ce qui est accessible pour d’autre. En faire trop cas est s’exposer au risque de plonger dans un jeu qui ne nous appartient plus. Ces polémiques nous éloignent du silence intérieur qui est le préalable à la libération du piège. Entrer dans le tumulte, se questionner sans cesse sur ce qui est juste ou ne l’est pas, ce qui est réel ou ne l’est pas, n’est que nourriture de l’ego avide de bruit. Être à l’écoute de soi, c’est être à l’écoute du silence en soi. Là émerge l’Esprit qui manifeste le vrai. C’est une lumière dans la nuit qui n’appelle nulle justification. Elle EST, elle éclaire, elle illumine.

La réalité dont se gargarise le Moi, ainsi que ce qui s’attache aux grands principes, comme le bien et le mal par exemple, ne revêt pas la même signification pour tous. Lorsque l’être se détache de la seule satisfaction de son bien-être comme expression du Bien, alors il se tourne vers le Soi, cette part de lui dont la conscience est plus élevée, qui sait voir la notion de Bien au-delà de la sphère de son être et même de la sphère humaine. Cette élévation ne peut se faire sans une claire identification de l’ego, du Moi. C’est la première porte à ouvrir, celle qui éclaire la pièce où nous avons joué depuis si longtemps et qui va permettre de relier les raisons et les symptômes de notre personnalité et d’acquérir ainsi la connaissance de soi-même qui fait tant défaut. A partir de là on accède à une autre réalité, plus vaste que celle où nous pensions jusque-là nous définir pleinement. On a commencé à tourner le bouton du tuner pour accrocher d’autres stations, percevoir d’autres réalités, et l’on commence à comprendre comment s’installe notre espace-temps et à acquérir la maîtrise de notre propre mouvement en son sein. Notre montgolfière s’élève et l’on embrasse enfin l’immensité au-delà des murs du jardin. Se libérer de l’emprise tyrannique de l’ego est donc le chemin le plus direct vers l’expansion de notre part de lumière, notre souche génétique originelle, et la renaissance de notre dimension divine.

En nos corps sont unis depuis longtemps les gènes des deux souches de l’humanité. Par la prise de conscience de nos limites artificielles et le bain d’énergie que nous recevons depuis la dissolution du maillage énergétique de la planète, on a déclenché le processus alchimique qui nous permet de renouer par paliers avec la dominante lumineuse de notre genèse. Il s’agit littéralement d’une réactivation de l’ADN correspondant, c’est présentement ce que nous sommes en train de vivre et c’est ce qui a commencé à pousser vers la dissolution le paradigme existant, tout en stimulant l’émergence d’une volonté de vivre autrement, dans une harmonie en résonance avec les êtres de lumière que nous sommes originellement.

Les signes sont là partout, dans la société humaine et son environnement planétaire, de cette déstructuration de l’ancien et du ferment qui pousse à l’éclosion. Parce que nous y sommes attentifs et parce que nous avons un meilleur éclairage du plan dans lequel tout s’imbrique, nous en sommes conscients. Ne vous étonnez pas en revanche si un grand nombre, dont l’attention est captée ailleurs et la vision toujours restreinte par le conditionnement ambiant, ne voit rien venir. Inutile de s’éreinter à démontrer quoi que ce soit, il ne peut être montré à celui qui n’a pas les yeux pour voir. Celui-là verra en son temps que la réalité qui est la sienne n’est pas un monde fini où le début et la fin sont datés. Laissez chacun vivre à son rythme et ne cherchez pas le contrôle là où il ne peut y en avoir.

Nous sommes aujourd’hui, éveillés et debout, au seuil du nouveau monde que nous avons appelé de nos vœux, propulsés par l’élan de nos origines vers u inconnu qui ne sera plus jamais synonyme de peur. Nous n’aurons plus à nous battre avec ça, nous n’aurons plus à cœur que de dessiner l’harmonie dans le mouvement. Voilà quelque chose qui devrait plaire aux funambules dans l’âme que nous sommes.

Fraternellement,

© Le Passeur – 29 Novembre 2011 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

> Se libérer dans l’œil du cyclone

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

83 Responses to Se situer dans la Grande Histoire

  1. Billie_Holiday420 dit :

    Je suis d’accord avec l’ensemble du texte.
    Mais j’ai un petit doute concernant les êtres venus d’ailleurs. Je ne dis pas que cela soit impossible mais bon, il vaut mieux toujours douter 😉
    Comme vous, j’aspire qu’un jour l’humanité puisse voir que l’Amour est surement la plus haute valeur. Je rêve qu’un jour la connaissance et l’Amour règneront sur Terre.
    Qui sait ? Peut-être que l’année 2012 sera la chute du Dragon Matérialiste et de son corolaire, les USA.
    Bref, hasta la vista baby 🙂

  2. Neo dit :

    Bonjour cher Passeur,

    je me permets de vous écrire car je n’ai pas entièrement saisi votre article. Pas dans le sens où cela dépasse mon entendement, mais tout simplement parce qu’il ne correspond pas à ce que décrit le Livre d’Urantia. Le nom de votre site web étant composé du nom cosmique donné à la Terre (d’après ce livre) ainsi que du nom donné à l’esprit de la Terre d’après la mythologie grecque, il me semblait évident que vous aillez lu le livre. C’est d’ailleurs grâce au nom de votre site que j’ai découvert ce fabuleux livre.

    Si on regarde de plus près les fascicules suivants par exemple (il est d’ailleurs conseillé de lire aussi les fascicules intermédiaires) :
    http://www.urantia.org/fr/le-livre-d-urantia/fascicule-62-les-races-l-aurore-de-l-homme-primitif
    http://www.urantia.org/fr/le-livre-d-urantia/fascicule-66-le-prince-planetaire-d-urantia
    http://www.urantia.org/fr/le-livre-d-urantia/fascicule-74-adam-et-eve

    On s’aperçoit que ça ne correspond pas à ce que vous affirmez.

    Il y aurait eu en effet deux sources pour l’homme. L’une serait venu de l’évolution animale influencée par les créateurs, qui aurait donné la race Andonique, les premiers humains, il y a un million d’année environ. L’autre race serait la race Adamique, des descendants d’Adam donc, qui date de 40 000 ans environ. Les deux races se seraient mélangées, la race Andonique ainsi que ses nombreuses dérivées profitant au passage des avantages de la race Adamique.

    Je trouve donc votre article en non-adéquation, comment l’expliquez-vous ?

    Je ne suis pas un illuminé de ce livre, mais ça ne m’empêche pas de lui accorder un assez grand crédit, donc j’espère que vous aurez des explications. Je vous en remercie à l’avance.

    • Le Passeur dit :

      Je n’ai pas lu le livre d’Urantia, hormis quelques passages concernant des points qui m’intéressaient à une époque. Et ce n’est pas un livre qui m’a parlé plus que ça, mais je n’ai pas creusé. Maintenant je dis aussi qu’il y a deux souches principales et il ne me semble pas que ce soit en contradiction avec ce que vous avancez, maintenant comme je l’en sais pas plus sur ce que pourrait en dire ce livre… Cela dit même s’il y avait contradiction, eh bien… il y aurait donc contradiction.

  3. mamitu nammu dit :

    bonjour LePasseur
    depuis tout ce temps où je vous lit , ainsi que les commentaires de la « famille » qui s’est crée suite à vos textes inspirés et inspirants où je reconnais toujours la source lumineuse qui éclaire vos propos, voici que votre dernier billet m’invite à partager ma vision.
    je dois reconnaître que la lecture des « Chroniques du Girku » de Anton Parks m’a , en quelque sorte « transformée » , en ce sens que la qualité surprenante de l’information véhiculée par monsieur Parks a modifier mon ego , et liée la sauce…les divers morceaux du puzzle ( de ma vision du puzzle) forment un tout nouveau tableau et de même que l’ on sait que l’automne est là parce que ça se voit,,,je suis rassurée par les réponses que mon mental déstabilisé par le chaos a pu obtenir de par ces lectures.
    Bien sur, pour une « chrétienne catholique » la surprise fut de taille, mais la logique et l’ampleur de la tâche colossale de recherche sous-jacente à l’écriture des ces chroniques ne pouvait dans mon cas, mieux me convaincre d’accueillir les informations en totale ouverture d’esprit.
    Je crois que votre dernier billet est de cet ordre. l’égo en prend un coup, mais au fond de soi, on sait bien que ça se rapproche d’une certaine vérité, et qu’il vaut mieux explorer ce que ça peut créer plutôt que de résister.
    comme le dit si bien votre dernier billet , face à l’effondrement ( de nos croyances) embrasser l’incertitude….
    merci pour ce courage dont je considère que vous faites preuve
    alotoflove

  4. clara dit :

    Lorsque le passeur s’exprime, je suis en phase exacte avec l’ouverture d’esprit qui sou-tend les informations partagées, et c’est un délice de résonance intérieure, et un accélérateur de rebranchement de mes filaments épars: MERCI!

  5. gui dit :

    il faut toujours des coupables pour expliquer notre mal être, des archontes, des illuminatis, des banquiers, des présidents,

    et de l’espoir pour le futur, ascension, lumiere, energie, amour,

    vous ne vous supportez tellement pas!

    • Le Passeur dit :

      Essayons d’éviter les jugements, surtout à l’emporte-pièces.

      • Robert dit :

        Hormis l’indélicatesse de la 3ème phrase, je vois dans le propos de notre collègue un refus de ce que tu exposes dans ton message. La grande histoire dont tu parles est un mélange de beaucoup de mythes, mais tu n’éclaires pas du tout la vérité dont nous pourrions disposer aujourd’hui.
        Il me semble que cette vérité pour aujourd’hui, pourrait-être le fait de la paternité de notre Créateur, et la réalité que nous sommes tous frères et soeurs. Cette vérité est très pratique et concrète pour solutionner nos véritables problèmes d’évolution.
        La vérité est que tout exposé d’une croyance sans Dieu, ou toute religion sans Père, est destinée à disparaître avec le temps, tout en entrainant dans son sillage ses adeptes crédules.
        L’origine de notre histoire remonte au fait d’une intention divine, et pour notre plus grand bien. Il n’y a pas dans cette intention quelque chose qui puisse sortir de son contrôle absolu.

  6. marie christine dit :

    Une manière charmante de dire les choses … :

    « Tout vient du Divin ; mais le Suprême n’a pas fait sortir le monde directement hors de lui-même ; un pouvoir conscient est sorti de lui et s’est répandu à travers beaucoup de gradations descendantes, en passant par beaucoup d’agents . Beaucoup de créateurs, ou plutôt de formateurs, de faiseurs de formes, ont participé à la création du monde . Ce sont des agents intermédiaires, et je préfère les appeler formateurs plutôt que créateurs, car ils n’ont fait que donner à la matière sa forme, son caractère, sa nature . Ils ont été nombreux ; certains ont formé des choses harmonieuses et bienfaisantes, d’autres en ont produit de mauvaises et malfaisantes . Certains aussi ont été des déformateurs plutôt que des constructeurs, car ils sont intervenus et ont gâté ce qui avait été bien commencé par d’autres .

    -Notre monde n’est-il pas très bas dans l’échelle des mondes qui constituent la création ?

    – Notre monde est le plus matériel, mais ce n’est pas une raison pour qu’il soit « très bas » . S’il est bas, c’est parce qu’il est obscur et ignorant, non parce qu’il est matériel . C’est une erreur de faire du mot « matière » le synonyme d’obscurité et d’ignorance . De plus, le monde matériel n’est pas le seul dans lequel nous vivions ; c’est plutôt l’un des nombreux mondes où nous existons simultanément, et, d’une certaine manière, le plus important de tous . C’est le champ de concrétisation de tous les mondes ; c’est le lieu où tous auront à se manifester . Il est vrai que pour le moment, il est disharmonieux et obscur ; mais c’est seulement un accident, un faux départ . Un jour, il deviendra beau, rythmique, plein de lumière ; car c’est là l’accomplissement pour lequel il a été fait . »

    (La Mère – Entretiens)

  7. Xavier dit :

    Bonjour Passeur,

    Je ne dirais pas que je suis « troublé » à la lecture de ce billet, car j’ai de long mois durant fait tout un nombre de lectures et recherches sur les origines du Monde d’aprés les « légendes » des civilisations anciennes, ce que l’on appelle en effet Cosmogonie. Particulièrement du côté de l’Egypte, de l’Atlantide, les tablettes sumériennes… Ces dernières étant peut être les plus « fantastiques », puisqu’elles parleraient de création par le génétique d’une race d’hommes par des êtres extra-terrestres, etc.

    « Parleraient » au conditionnel car je ne sais quel crédit peut-être attribué à des traductions que l’on peut trouver ça et là.

    Je n’aime pas trop endosser l’habit du berger détenteur de la vérité, ces cosmogonies me poussent à penser que l’Histoire de l’Humanité est fort probablement différente de celle enseignée dans les manuels officiels. Ces cosmogonies, lorsque l’on se lance dans l’entreprise de les faire se recouper entre elles, peuvent laisser entrevoir une autre réalité. Mais les indices ma paraissent trop éparpillés pour en conclure que CETTE Histoire soit LA vraie Histoire. Voila le point où je trouve qu’être affirmatif devient aventureux. Si vous avez des détails nets, des « preuves incontestables » (entre guillemets) qui vous permettent d’être affirmatif, je serais très heureux de les connaître.

    Sans défi ni agressiivté aucune,

    Cordialement,

    Xavier

    • Le Passeur dit :

      Vous savez, je ne cherche à convaincre personne, et comme je l’ai déjà dit chacun fait en fonction de son propre discernement.

      • Xavier dit :

        Bonjour Passeur

        Ça ne répond pas à ma question !

        Découvrir des vérités et les partager est un joli don. Il n’est nullement question de convaincre, celui qui ne souhaite pas écouter est libre de continuer son chemin.

        Je voulais simplement dire que la conclusion à laquelle vous êtes arrivé, c’est une piste que j’ai étudiée, mais sur laquelle j’ai laissé des points d’interrogation. Voyant que vous êtes affirmatif, j’en déduis que sur cette piste vous avez réussi à aller plus loin… j’étais donc curieux d’en savoir un peu plus.

        (Et je suis sûr d’avoir lu sur ce blog que vous ne vouliez pas être un gourou que l’on croit aveuglément.)

        Je ne crois pas avoir trouvé un article que vous auriez écrit traitant de ces cosmogonies. Un billet à propos des connexions que vous êtes parvenu à établir entre elles serait intéressant.

        Cordialement,

        Xavier

      • Xavier dit :

        (je viens de voir qu’Alain Thomas avait soulevé un questionnement proche du mien et auquel vous avez déjà répondu)

    • gui dit :

      Ce post est peut-être le meilleur de ce blog!

      Il faut dire que faire suite a krishnamurti (10 commentaires, normal, ça ne parle pas de dates, d’amour ni de lumière ni d’ascension) ce post a peut-être réveillé pas mal de monde.

      Je devrais dire, pour être dans le ton, que c’est ce qui « vibre en moi », plus simplement ça s’appelle un choix.

      Tout choix engendre souffrance (en tt cas quand on donne son aval dans un sens, on reni obligatoirement l’autre.

      Hmmm, cette personne est dans l’illusion materielle, la pauvre, si elle savait!

      Si elle savait quoi? Vous pensez vous si different?

      Ne faites vous pas la même chose avec le plus puissant des venins? Le domaine spirituel?

      Faire des choix n’est pas la voie, donner son aval ou le contraire n’est pas la voie, être ecolo n’est pas la voix, croire en jesus n’est pas la voie, croire en quoi que ce soit n’est pas la voie.

      Ne pas croire est la voie.

      Voir est la voie, vivre est la voie, comme mourir, ce qui est est, rien a ajouter, rien a retrancher.

      Il n’y a rien de vrai dans mes propos.

      • marie christine dit :

        Notre langage est tellement pauvre ! Un seul mot peut contenir des milliers d’interprétations (selon notre culture, notre histoire personnelle, notre niveau de conscience …) . C’est pourquoi nous vivons dans le malentendu permanent .
        Pour certains, faire un choix signifie peser le pour et le contre, opter pour la solution la plus avantageuse . Pour d’autres, c’est tenir compte de l’aspect moral . Pour d’autres encore, c’est écouter une intuition … Ca peut être aussi obéir à une impulsion subite ou une forte émotion, ou bien laisser faire le destin … Il y a une infinité de « manières » de choisir, une infinité de manières de comprendre le mot « choix », parfois tout à fait contradictoires !
        Et il en est de même pour tous les mots de notre langue .
        L’idéal serait de se placer dans une conscience au-dessus, de voir tout dans une vision globale (et non étroitement impliqué dans la situation) .
        Ainsi le « choix » devient « évidence » .

      • Xavier dit :

        Il y avait dans votre post un quelconque lien avec ma question ou pas ?

  8. Looshmaker dit :

    Intéressant article sur ce que pourraient être nos origines, au-delà des œillères du darwinisme.

    Tous les protagonistes de la grande histoire y sont présents.

    La génétique et nous-mêmes, bien sûr.

    Mais aussi TETO, la Tutelle Extra Terrestre Obscure.

    Et TETEL, la Tutelle Extra TErrestre Lumineuse.

    TETEL bâtissait des empires de Lumière, TETO, au moins sur Terre, est venue y semer la zizanie.

    Notre monde s’est alors enfoncé dans des ténèbres égoïstes propices à la production de nectars émotionnels dont nos obscurs tuteurs sont friands.

    Au cours d’un étonnant (?) conclave entre nos mystérieux tuteurs, il fût admis que la malheureuse (?) et imprévue (??) expérience qui se déroulait sur Terre (et ailleurs ???) allait porter des fruits au moins aussi intéressants que la simple mise en chantier de civilisations baignant dans la Lumière.

    Et, si les participants à ce mystérieux conclave n’ont pas eu plus pitié de nous, c’est tout simplement parce qu’ils nous ont laissé dans cette enfer une porte de sortie : le travail spirituel et l’élévation au dessus des brumes de l’égo.

    De plus, la récolte finale des fruits de notre expérience des ténèbres semble nécessiter au terme de celle-ci la réintégration assistée de nos âmes dans la Lumière au cours de l’avènement d’un nouvel âge d’or.

    La fin justifiant les moyens, quelques milliers d’incarnations dans les ténèbres ne sont, dans cette optique, après tout pas grand-chose.

    Et, une fois de retour dans la Lumière, nous seront probablement les premiers à souscrire à ce point de vue qui, vu d’ici, peut paraître pour le moins choquant.

    Maintenant, faut-il espérer notre réintégration dans la Lumière sous les frimas de l’hiver 2012-2013 ?

    Je ne me permettrai pas de juger de l’existence ou non aujourd’hui de possibles signes avant coureurs d’un tel sommet de l’histoire.

    Je note juste que notre expérience des ténèbres pourrait s’être avérée tellement concluante qu’elle soit prolongée ici et initiée dans d’innombrables autres mondes.

    Je suis personnellement arrivé à la conclusion que notre monde était avant toutes choses gouverné par un principe d’expansion de l’information qui, à défaut de fournir des détails permettant de nous situer dans la grande histoire, permet de voir de façon étonnamment précise au-delà de celle-ci.

    Bienvenue dans les ruches de l’abominable perfection du monde…

  9. Endevenir dit :

    Bonjour le passeur et merci pour tous vos articles limpides et pédagogiques, bien que le sujet soit complexe. Ils sont si éloignés de ceux que l’on peut lire ailleurs, avec un vocabulaire volontairement pompeux, grandiloquent et complexifié à souhait, avec comme objectif premier celui d’impressionner.
    Je réalise comme jamais combien les mots reflètent une énergie qui va bien au delà du vocabulaire, de la syntaxe ou de la simple signification. Cette énergie correspond finalement à une vibration qui résonne en notre âme ou pas. Je ressens cette même vibration, lorsque je lis des messages de Jeshua (http://jeshua.net/). Votre rôle est de « faire passer » des messages, pour ma part vous y arrivez à la perfection. Bravo et merci!

  10. Cyrille Odon dit :

    Je confirme pleinement cette manipulation génétique qui intervint aux temps de l’Atlantide. Je la décris dans mon livre « les Racines du Futur » (chez Louise Courteau Editrice – épuisé) réédité et complété sous le titre « Les chemins de l’Aube » (aux Ed. IERO). La technologie en fut transmise par des entités extranéennes en échange de technologies spirituelles, afin de créer des « choses » (les individus manipulés génétiquement s’appelaient ainsi) pouvant être employées pour toutes sortes d’activités de service, y compris en tant qu’esclaves sexuels.
    Progressivement des mixages se firent par fécondation croisée et notre humanité qui, à l’origine, fut crée à partir d’un patrimoine génétique galactique permettant d’accéder à des niveaux de conscience spirituelle les plus élevés, produisirent les humains abâtardis que nous sommes tous devenus, avec des tares et des pulsions pathologies qui nourrissent la une de nos journaux quotidiens, et dont les plus beaux spécimens ont accédé aux plus hautes fonctions. Nous en portons tous les empreintes mémorielles en nos gênes, avec des bonheurs divers qui nous portent diversement à élire nos hommes politiques corrompus, et nous incline à nous laisser gouverner par les plus puissants et les plus dévoyés. Mais ces temps d’obscurités viscérales et spirituelles s’achèvent. Espérons que nous saurons nous en sortir un peu mieux que les Atlandes qui, à peu près tous, périrent dans le second déluge. Mais des initiés gardiens de la connaissance, av

  11. Soleil Bleu dit :

    Que c’est beau l’harmonie d’un funambule qui ne craint plus la chute.
    Quand à l’origine de l’équilibriste, celle que tu nous offres est fort raisonnable. Je me suis dit, sans passion démesurée, à sa lecture « oui ! ma foi, y a de grandes chances qu’il ait raison ». C’est étrange de ressentir les choses sans débordement émotionnel, un peu comme une évidence qui s’impose, libérée le tumulte du mental, presque silencieuse.
    Si la pensée ne revenait pas dessus, on pourait facilement l’oublier tant son message est facilement intégré à cette nouvelle fréquence de Soi.

  12. alain thomas dit :

    Bonjour Passeur vous dites :

    « La première humanité portait en elle au départ la capacité d’une évolution spirituelle lumineuse, la seconde, créée plus tard par manipulation génétique des premiers humains, ne la portant pas. Cette dernière souche ne manifestait pas à sa création les sentiments de compassion et d’empathie qui animaient la première. »

    Puis-je vous demander comment vous savez cela Passeur s’il vous plaît ?

    • Le Passeur dit :

      Vous savez, je ne peux pas vous dire comment les choses reviennent à ma mémoire. Nous avons tous, et vous aussi, des certitudes qui s’imposent en nous par rapport à certaines connaissances , et ce de plus en plus. Ce sont des mémoires qui refont surface. Il y a des choses que j’ai ainsi en mémoire depuis toujours et qui n’ont pas été remises en question jusque-là. Au contraire, depuis, l’ai trouvé des informations concordantes venant d’autres personnes qui ont également ces résurgences. Anton Parks par exemple en a parlé dans ses récents ouvrages.

      • alain thomas dit :

        Oui Anton Parks a fait des recherches qui ont nécessité un travail collossal et il a fait des révélations qui bouleversent notre histoire mais quand bien même votre mémoire vous ramène à ces « certitudes » comparables à des intuitions, il est impossible d’apporter la preuve d’une moindre parcelle de vérité s’agissant des origines de l’humanité.
        Certes vos convictions et celles d’Anton Parks sont louables mais nous devons autant que possible dans nos recherches « avoir énormément de doutes, de septicisme sans jamais admettre quoi que ce soit selon les apparences ou selon votre plaisir ou la gratification que vous en tirerez (Krishnamurti). »

        • Le Passeur dit :

          Certes, mais ce n’est pas moi qui m’interroge sur l’importance ou non d’y croire. Ce que je ressens de profond me suffit et je n’en fais pas cas, je n’établis pour autant une vérité qui s’impose comme inamovible, et d’ailleurs je l’ai écrit dans l’article, ce n’est probablement qu’une part qui nous revient de la vérité. Je la constate comme présente en moi, mais en aucun cas ça ne déclenche un comportement ou une émotion particulière. C’est juste ainsi et ça fait partie de mon histoire,mais c’est une brindille parmi une infinité. Je transmets ce qui pour moi est une information parce que j’estime qu’elle peut aider à comprendre la lutte intérieure de l’être humain. Maintenant, comme toujours, chacun en fait très exactement ce qu’il veut et j’espère bien que tout le monde remet tout en question.

          • alain thomas dit :

            C’est bien ce qui est passionnant dans l’histoire de l’humanité… cette recherche perpétuelle sur le chemin de l’évolution spirituelle, sans aucune vérité absolue, sans aucune certitude mises à part des convictions profondes et des intuitions auxquelles on a envie d’adhérer parce qu’on a l’impression qu’elles sont là, induites spontanément ou inscrites dans notre mémoire, au-delà du temps.
            Merci pour vos réponses.

          • unisurterre dit :

            Magnifiques dialogues .
            J’en profites pour rebondir sur l’expression « au delà du temps » , pour vous signalez un film incroyable que je viens de découvrir et qui me parait être indispensable à tous les Terriens.Créé par le réalisateur Andrew Niccol et intitulé « Time Out »,ce film pousse le Temps à son paroxisme.A voir au ciné où sur streamiz.com (pardon).

  13. Mza dit :

    D’abord merci pour votre aide, que je lis toujours avec attention et intérêt. Dans cet article qui m’a beaucoup intéressé de part son sujet, vous faites référence au maillage énergétique de la terre qui aurait été dissolu. Pourriez vous donner plus d’infos, vos sources ou bien des sources vers lesquelles se tourner pour en apprendre davantage à ce sujet ?
    Merci encore,

    • Le Passeur dit :

      Je suppose que vous trouverez des choses sur le sujet mais je n’ai pas de sources en particulier à indiquer. Par ailleurs, ce qui compte, c’est que tout ça nous ouvre bien des possibilités. Nous recevons à nouveau une énergie de vie dont nous étions privés depuis longtemps.

  14. marie christine dit :

    Un texte très inspirant !
    Il y aurait deux voix en nous …? Deux voies en nous …
    L’une (celle de l’Absence) nous parle de : « destin, fatalité, danger, impuissance, culpabilité, sentiment d’abandon … »
    L’autre (celle de la Présence) nous parle de : « force, pouvoir, création, joie, paix, ouverture, vision d’avenir … »
    J’écoute/Je n’écoute pas ?
    Je sens qu’on ne pourra plus balancer longtemps, qu’il faut faire le choix définitif : décider une fois pour toutes de quel côté on décide de basculer .

    • Le Passeur dit :

      Une influence qui nous porte à la soumission, une autre qui nous élève vers la liberté.

    • Salvia dit :

      Comment traverser un échiquier? Doit-on emprunter les cases blanches ou les cases noires? Le sage dira qu’il faut rester sur le trait qui sépare les deux couleurs.

      • Salvia dit :

        je précise que ce n’est pas évident de marcher sur ce fil, mais le funambule en moi se réjouit de chaque pas réussi! Cela donne petit à petit une agréable sensation, celle d’y arriver de temps en temps, et là c’est franchement encourageant.

        • alain thomas dit :

          Seriez-vous dans la Voie du Milieu ?

          • Salvia dit :

            Bonjour Alain Thomas,
            votre question, simple en apparence, ne l’est pas du tout pour moi! Elle a déclenché quelques réflexions:
            tout d’abord je ne me sens d’aucune voie, ni du milieu, ni d’ailleurs. J’essaye de trouver mon propre chemin.
            Mais au regard de cet article concernant nos deux origines, l’image, ou l’impression suivante m’est venue.
            J’ai en moi forcément les deux origines, et ce savoir me permet de mieux comprendre mes constants va-et-vient entre l’ombre et la lumière, comme je peux beaucoup mieux comprendre l’évolution des humains. En comprenant cela, la tendance au jugement d’autrui se dissout progressivement en moi. Et puis je me dis qu’il m’est possible de torsader mes deux fils d’ADN et cela donnera un nouveau fil. Par contagion de la lumière que je saurai développer en moi, l’ombre finira par disparaître et mon fil de lumière finira par gagner la partie. C’est certainement un peu simpliste comme ressenti, mais c’est en cela que je peux, pour l’heure, décrire ma quête d’équilibre.
            Voie du milieu?… je n’en sais rien, et je trouve que le nom ou le qualificatif donnés n’ont aucune importance. Au contraire, car j’ai l’impression d’une nouvelle étiquette collée sur mon dos, alors que justement je suis en train d’essayer de les enlever soigneusement au fur et à mesure que je prend conscience de leur existence …
            Une idée me vient à l’instant: jeu de mots avec « les deux fils d’ADN »… ADN=ADAM(?) avait symboliquement deux fils, les deux ont offert un sacrifice à leur Dieu, chacun sur un autel. Mais pour l’un Dieu a laissé s’élever la fumée ce qui était signe de la qualité positive de ce fils Abel, la fumée de Caïn ne s’élevait pas, et il en fut si furieux qu’il tua Abel. Serait-ce une autre version de nos origines et de nos deux ADN? C’est peut-être tiré par les cheveux, j’en conviens volontiers, mais qui sait? …

            Passeur, ceci pourrait-il être une explication de ce passage du Livre?

  15. Valérie dit :

    Petit clin d’oeil à Anne : je reprogramme mon ADN avec le livre de Kishori Aird….
    Je le lis et j’ai le sentiment que mon subconscient (mon moi profond) enregistre les infos et met tout ça à jour.

  16. Dania dit :

    Merci, merci pour cet article cher passeur. Une intuition, un ressenti, une forte résonance….
    J’ignore ce que demain sera pour l’humanité mais je sais que le nouveau monde auquel nous aspirons de tout notre coeur adviendra. Tôt ou tard, il adviendra. C’est la première fois que je le ressens ainsi dans tout mon être.
    Douce soirée à tous,

  17. Doud dit :

    Bonjour

    Enfin un éclaircissement sur nos origines,merci Le passeur de ce message cela réconforte mes impressions de vivre une vie en rêve ou cauchemar parfois.
    la station radio m’a éclairci les questions que me posé ,il est dommage que sur celle-ci l’interrupteur générale ni soit pas ,car les guerres et tout autres confits sur notre terre mère
    cesserai tout de suite.

    Que l’amour soit dans nos Cœurs.

  18. Blandine dit :

    Merci Passeur, c’est tellement « ça ». Ce mot Eloim je l’ai toujours senti en moi depuis si longtemps…. Merci d’oser affirmer, je le sentais je le savais c’est juste que j’attendais les mots, que cela soit dit, enfin ! ! ! je me sens mieux ! Si tu en as d’autres comme ça stp peut être est ce le moment ??? C »est si difficile pour moi parfois de vivre l’incarnation dans ce corps de chair et de sang avec tant de bauge autour…. Souffrance et incarnation je ne suis toujours pas d’accord !!! laborieux ok ! souffrir je ne vois pas le sens, même si je « comprends » mieux après ton texte. Et bien je n’avais pas vraiment rêvé de ce monde là !!! ou plutôt j’ai tout oublié !…. je peux aujourd’hui clamer haut et fort : je suis dans ce monde mais je ne suis pas DE ce monde !!! Même si j’aime aussi l’incarnation… Le paradoxe de la vie…

    Paix Lumière Douceur.

  19. Jess dit :

    Bonjour le Passeur,

    tout d’abord Merci pour vos textes et votre travail
    je vous lis depuis quelques temps déjà, et comme les internautes qui vous laissent des commentaires, vos mots me parlent et me font comprendre beaucoup de choses…
    j’ai l’impression que vous lire ouvre mon coeur… mon esprit…

    Je cherche, comme beaucoup, à élever mon esprit, à trouver le divin en moi (comme vous le dites si bien) j’essai d’ouvrir le canal, une porte sur mon « moi », d’après moi dans un autre monde, sur un autre plan (je sais pas trop comment l’expliquer) un au-delà.
    pour cela j’essai de pratiquer la méditation (« j’essai » car bien que je soit persuadée que cela provoque quelque chose en moi, je n’ai pas vraiment de « résultats »)
    A ce propos, il m’a semblé lire dans un de vos articles qu’il ne fallait pas croiser les jambes lors de pratiques spirituelles ?
    j’avais déjà entendu ce conseil mais si vous pouviez nous expliquer un peu plus…
    cela « bloque » t il la « récéption » ou quelque chose comme ça?
    Concernant notre égo, lui qui me cause tant de fil à retordre, comment s’en libérer vraiment?
    Bien que j’éssai de faire en moi une « introspection » pour l’identifier, le cerner, faire la part de ce qui est vraiment moi, je ne parvient pas vraiment…qui est t-il exactement, comment le démasquer et s’en libérer ?
    votre article sur « l’eveil » m’a fait avancer mais je reste bloquée…

    Merci pour l’attention que vous nous portez,
    Merci pour votre Amour

    • Mon Je Suis... dit :

      Jess,

      Je crois que tu dois juste cesser tout simplement de chercher, plus nous cherchons moins nous trouvons. La méditation peut importe la posture que tu prends est une façon simplement d’apprivoiser son mental et son égo il ne faut surtout pas vouloir sans libérer, ils font parti de toi. Je pense qu’il faut simplement laisser aller toutes tes pensées, tu les regardes et tu les laisses aller, n’essais pas de les retenir ou de les comprendre. Reste juste dans ton moment présent, le passé et le futur n’a plus aucune importance. Avec le temps tu sentiras une belle harmonie intérieure, ce sera ton divin en toi.

      Fais-toi confiance!

      • waterbreathing dit :

        et en matière de méditation c’est habituel d’etre confronté à les aspects les plus penibles, genre lutte & co, de son rapport à l’égo, et des problèmatiques avant d’arriver à méditer ? pour ma part j’ai fait une pause d’essais de méditations pour cela, meme si impression que cela ne me renvoyait juste qu’à moi, et ce qui se passait en moi à ce moment de façon amplifiée..

    • Le Passeur dit :

      J’ai en effet expliqué le processus dans L’Eveil en Soi 1 et 2 et il a encore été abordé différemment à travers plusieurs autres articles de la rubrique L’Eveil ainsi que d’autres auteurs. Le mieux est de les relire avec attention car je crois avoir tout dit sur le sujet dans ces deux articles.
      Pour ce qui est de méditer, la position la plus confortable est la toujours la meilleure. Ne pas croiser les jambes permet juste de laisser mieux circuler l’énergie dans tout le corps. Revoir cet article.

  20. Gaya dit :

    Bonjour Passeur, et merci pour votre texte.

    J’ai entendu que nous venions de planètes type Sirius, Orion, ou autres… Cela a-t-il un rapport avec votre texte, ou aucun lien… ?

    • Le Passeur dit :

      Je parlais dans ce texte des souches génétiques de nos corps humains et des conséquences de cette évolution sur nos comportements. Les êtres que nous sommes n’ont pas vécu que dans ces corps, loin de là, et pour avoir vécu sur bien des mondes nos origines personnelles sont finalement multiples. Cela dit, certaines origines hors notre système solaire reviennent massivement quant aux êtres qui ont investi les corps humains au fil des incarnations. Ces origines sont Sirius, Orion, Les Pléiades et Arcturus pour l’essentiel. Beaucoup de ceux qui lisent ces lignes sont concernés par ces mondes.

      • Valérie dit :

        Pour moi c’est sirius, je le sais depuis deux ans.

        • waterbreathing dit :

          Comment vous l’avez su ?

          • Valérie dit :

            Je ne sais pour les autres (il y a 7 milliard de réalités dans le monde !) mais pour moi, l’éveil est totalement vibratoire : je ressens l’allumage de « moteurs » intérieurs depuis trois ans….L’énergie circule dans l’ensemble du corps….et notament quand quelque chose est vrai pour moi : lorsque je lis un mot, un concept et que cela fait partie de ce que je dois intégrer, il y a une montée d’énergie au niveau du ventre, du centre.
            Cela entre en résonnance.
            S’eveiller c’est avant tout se faire confiance, avoir une foi innebranlable en cette autre réalité qui se dessine, sans se poser de question….
            Si vous commencez à vous poser des questions, tout devient grotesque : je viens de Sirius devient une fable, je suis une vieille indigo devient une dinguerie, l’existence de la source, une utopie….
            Comment dire ? Il s’agit de basculer totalement dans une autre réalité sans douter, de remettre en cause toutes les vérités de nos sociétés et faire confiance à nos ressentis….
            Il y a deux ans j’ai lu un texte sur Sirius, la pensée est venue aussitôt que je venais de là….je n’ai pas de preuve, il suffit que moi j’en sois convaincu.
            D’autres mots me sont revenus de cette lontaine époque, me permettant de retracer mon parcours : ensemenceur, partenaires, sacrifice.
            Pour conclure, il me semble qu’il nous ai rendu ce dont nous avons besoin pour avancer. Par exemple, j’ai quelques souvenirs karmique dont un (je suis une petit bonne femme genre magétiseuse dont le clergé brise les membres un par un sur une table de torture pour me ramener « dans le droit chemin ») m’a permis de comprendre pourquoi dans cette vie je n’ai jamis pris de risque avec mon corps pour ne pas le briser, et ensuite que dans mes tortionnaires il y avait celle qui est ma soeur aujourd’hui, et que cette guerre karmique entre nous (j’ai aussi le souvenir de lui avoir fait du mal) prend fin aujourd’hui.
            Bref, ne jamais coincer sur le « ce n’est pas possible cette idée qui me vient » ! Ces « idées » qui viennent sont souvent des morceaux de vous même qui vous sont rendus…..

          • waterbreathing dit :

            Je trouve cela passionnant ce que vous racontez. j’ai foi en cette autre réalité, mais je ne sais pas lui donner de sens, comme poser des mots comme sirius, atlantide, orion, ou meme dinguerie( genre vocable normotypique), les mots qui me sont venus sont pseudo poétiques ils ne ciblent, définissent pas, ne situent pas, justement; ils chantent cette réalité, mais ne l’expliquent. cette réalité qd elle se fait sentir, elle ne ment pas, c’est une expérience, la mettre en doute, c’est mettre en doute une part de soi, se séparer de soi, même; par contre qd ensuite j’essaie de trouver des liens avec mon histoire, mon présent, et des mots que je peux lire ci et là, impression que c’est moins juste, que je peux  » me raconter des histoires », et puis, je sais pas , comme, dans quelles réalités », y trouver du sens ^^’. vous parlez de tortures, de tortionnaires, c’est quelque chose qui m’a hanté ces derniers mois, tout en me sentant presque plus proche d’une mentalité de tortionnaire que du contraire; je n’arrive pas à effectuer des liens avec mes liens de vie,( en même temps, concrètement, dans cette réalité ci, je veux dire, j’ai croisé une personne ayant vécu des tortures , croisé, sans plus, mais tout de meme, j’ai croisé aussi une autre personne qui me parlait bcp de guerre qu’elle avait faite, et d’une tentative d’homicide, mais là, pareil, connais pas, tout cela aurait pu m’impreigner, je ne sais dans quelle mesure; j’ai aussi un parent, qui est familiarisé avec des vues proche de la sociopathie, qui ne sont pas de la torture, mais n’accorde guère de considération humaine à l’autre) sinon que j’ai le sentiment depuis un bon moment d’avoir encapé d’un « mauvais karma », j’ai détesté ma » famille »( des liens comme de chaines, transmissions que de maléfices, impression, et certes pas d’amour, dans les roles qui ont été joués)et la seule organisation de la famille, (et puis je suis toujours pas pote avec ce mode d’organisation par conventions que je ne partage).aurais-je croisé ces personnes avec lesquelles j’ai des liens de vie actuellement dans d’autres vies ? (j’ai lu qq chose qui m’a drôlement parlé à ce sujet, sur un site en lien de celui ci, comme quoi nous vivrions nos vies antérieures en simultanée ? ou en même temps sur d’autres plans de dimensions, réalités, et tout ?)si oui, je n’ai pas encore idée de sous quelle forme ..faire confiance à ses intuitions, oui, mais je vais éviter d’imaginer des choses qui pourraient être trop farfelues avec moi me connaissant 😮

            • Le Passeur dit :

              En fait, il faut envisager d’accepter que tout existe en même temps. Si bien que lorsqu’on parle de voile qui séparent les plans, ce ne sont pas que des plans dans l’espace, mais aussi dans le temps. Pour reprendre l’image du tuner, en tournant le bouton des fréquences, on capte d’autres plans dans l’espace-temps. Ca peut donc être aussi notre espace mais dans un autre temps. Pour prendre un exemple concret, ma maison est bâtie juste au-dessus d’une ancienne voie romaine qui traversait la région. Les armées de Charlemagne y sont très vraisemblablement passées. Si je tourne le bouton du tuner, il n’y aucune raison pour que je ne vois pas ce qui est mon salon encombré de carrioles, de soldats et de chevaux. J’accroche une autre réalité du même plan de l’espace mais d’un autre plan du temps. Tout existe en même temps et on peut s’y promener tout autant que dans l’espace pour autant qu’on ait retrouvé le moyen de tourner le bouton.

          • alain thomas dit :

            On peut vérifier ça dans l’endormissement attentif.
            J’ai remarqué que c’était plus simple pour moi au moment de la sieste plutôt qu’à l’heure du coucher.
            La pratique consiste à s’endormir en restant éveillé. Autrement dit rechercher l’état de veille, à condition de basculer en pleine conscience.
            On bascule vraiment, mais je dirais plutôt dans une autre vie plutôt qu’un monde parallèle…selon mon expérience personnelle bien sûr.

          • waterbreathing dit :

            pour ce que vous dites d’être convaincu de cette réalité, de ce que son intuition nous souffle, à la fois, oui, je rejoins cela, il est certaines dimensions, aspects pour lesquels j’écouterai toujours cette intuition, cette  » fréquence », pan-plan de réalité, qui me semble presque « native ».Et à la fois, pour ce qui me concerne, je doute encore.. le doute, les questionnements font partie de ma vie.Je pense à certaines personnes que j’ai pu croisées, qui ont étaient convaincues, de certaines choses, vivaient une réalité riche en signes, en synchronicités (trop apparemment?), et adhéraient( pour une du moins) à bien des notions véhiculées par certaines mouvances spirituelles( spiritualistes?) puis , ensuite, elles m’ont elles mêmes dit qu’elle ne rejoignaient plus cette conviction qu’elles avaient, que pour elles, elles considéraient qu’elles s’étaient trompées.y a t-il des convictions justes à suivre, et d’autres moins juste, et si oui, à quoi les discerne-t-on ?

          • waterbreathing dit :

            Pour moi si il s’agissait de parler juste de « mémoire », eventuelle, de choses rendues, ou qui seraient remontées en surface, rapport à ce que m’inspire d’ailleurs ce sujet, je penserais à une période ou j’ai eu impression d’une impression stagnante , rémanente, de « bourreau », de ‘torture », surtout, comme si des personnes pouvaient jouer avec des formes de vie, jusqu’à les chosifier entièrement à leur bon loisir, , jusqu’au pire, sans ressentir la moindre empathie, le moindre ennui avec cela.ce qui était très particulier c’était que j’avais alors des modes de pensées très froids, très impersonnels, très « archontes » 😀 bon, je dis ça, comme ça, car je n’adhère pas forcément à tout ce qui est écrit en cet article.ces modes de pensées m’étaient comme familiers. à la fois, je peux relier cel à une historique juste « normale », de cette « vie  » ci. pour imaginer que tout se vivrait en simultané, concevoir que le passé, présent, futur, se passent en simultané, m’est accessible, c’est toutefois nettement plus complexe je trouve à se représenter, pour des vies antérieures (vois plus trop pourquoi on les appelle les vies antérieures alors si on les vies en meme temps) possiblement, et pour .. tout le reste ..

  21. anne benaros dit :

     » je commande au point zéro l’amplification maximale de mon tout individualisé , même si je ne sais pas comment . » Injonction de reprogramation d’ADN ,selon Kishori Aird .Voilà ce que mon coeur m’a inspiré à la lecture de ton texte Le Passeur! Voilà comment je comprend 2012,ses prises de conscience , ses découvertes , comme les neutrinos qui se déplacent plus vite que la lumière dont parle enfin Daniel Meurois , indiquant une des nombreuses demeures du Père (ou autre ) selon Jésus …..Je ne suis pourtant pas une spécialiste de la méditation ou autres expériences mystique mais je suis née avec ces intuitions …Joie du coeur à tous

  22. cat dit :

    Bonjour
    Ce texte est effectivement clair, puissant et résonne fortement ce matin pour moi
    Je n’ai pas de connaissances spécifiques sur nos origines mais je ressens de plus en plus aisément qu’il y a bien plus vaste
    cette image du tuner radio et de sa bande de fréquences sur laquelle on se déplace pour aller chercher la station est extrêmement parlant pour moi. Lorsque je ne suis pas vigilante, que je rumine ou gamberge c’est exactement comme si j’avais laissé en fond la radio, sans écouter précisement mais en étant envahie par le contenu médiocre speed et parfois violent. Pour ne plus entendre cette « fréquence sur laquelle nous nous sommes tous alignés par défaut, la radio que nous écoutons toujours », je ne me sens bien que dans la nature ou là effectivement et instinctivement il n’y a plus de sons juste le silence vivant de cette reliance à soi.
    Ne plus être parasitée en toute circonstance… C’est là ou je vacille encore et encore, balayée bien trop souvent encore par des émotions négatives (surtout en ce moment) un corps parfois encore trop crispé, des vagues anxieuses etc …
    Alors en conscience je mets en oeuvre l’accès à l’état de paix… Et même si cela n’est que ponctuel ou du moins encore sous contrôle j’espère( j’ai encore cette dissociation en moi ces phases de doute ) que quelque chose se dénoue doucement doucement…
    Je souhaite de tout coeur comme vous l’expliquer si bien au delà de mon mental égotiste
    changer de fréquence. Pour l’instant lorsque je tourne le tuner je capte quelques instants clairs et lumineux et puis cela se brouille.
    Merci de faire parti de ce changement auquel j’aspire

    • waterbreathing dit :

      pour ce que cela m’inspire, je suis souvent parasité par la fréquence  » bruit », je crois qu’un immense coup de fatigue y est pour bcp, comme une baisse du système immunitaire, une fragilisation, rendant tout plus aigu, d’acuité monstrueuse, ainsi des détails anodins pour d’autres me résonnent comme assassins, pollution, et pour ma part, tant qu’on est physiquement encore dans un tel environnement, je ne crois pas que l’on peut s’absoudre complètement d’éventuels effets nocivants.Cette fréquence commune, au lieu d’évoluer vers d’autres fréquences, je la ressens comme de plus en plus insupportable ..pourtant , même si je ne vogue pas vers d’autres « fréquences » de vie, ( j’en sais rien, ce que je sais c’est que je passe bcp de temps à etre comme ailleurs ..) j’ai eu des périodes ou je vivais presque comme en des mondes parallèles tant de je m’ex extrayais de cette fréquence commune; pour ma part je considérais que c’était de l’imaginaire, ou de l’évasion, jusqu’à ce que cela se rencontre avec d’autres imaginaires, se croisent avec la « réalité ».
      Bref j’aimerais bien savoir comment ne plus être sensible au bruit / violence de la fréquence commune sans pour se téléporter ailleurs ?

      • waterbreathing dit :

        Si je devais expliquer comme je change de fréquence (si c’est ça, car donc pour ma part je suis toujours très sensible à des nuisances, de plus en plus, même on dirait, comme une allergie franche ) ce serait difficile, impression que ce n’est pas à faire , car je ne vais pas spécialement en des espaces de paix intérieures; est-ce que je ne me contente pas de m’évader, et de trop imaginer ?pour moi ce serait comme changer de plan, d’axe de vue d’observation/ressenti de la réalité que chacun vit( limite un monde parallèle, et je sais que c’est considéré comme une forme de délire donc :/), cette fréquence d’ou j’ai souvent impression de voir les choses, c’est un lieu-espace, ou il n’y a pas le langage , ni le bruit de l’humanité / monde tel qu’il est aujourd’hui, ainsi, je passe parfois bcp de temps à cheval sur deux perceptions différentes de la réalité pour expliquer à des personnes comment on pourrait vivre autre chose; comment le monde pourrait être différent, comment il a pu être différent, je ne sais pas d’ou je tiens cela, mais ce serait comme une évidence pour moi, car une part de moi serait/viendrait d’autre chose/ailleurs…. de là à se dire que c’est une forme de folie ..?je rejoins untel ressenti du monde presque spontanément..pour moi c’est l’évasion, mais pas que.Il y a aussi autre chose.

        • waterbreathing dit :

          est-ce qu’il y a d’autres gens ici qui ont le sentiment de vivre des mondes-parallèles s’entrecroisant dans leur vie ?

          • Le Passeur dit :

            Oui, ça m’est arrivé plusieurs fois plus jeune. Aujourd’hui je vois plutôt les voiles s’affiner entre les plans, avec parfois des incursions les uns dans les autres sans que ça ait obligatoirement une implication par rapport à notre histoire personnelle. Cela dit, (on va se tutoyer, ça m’est plus naturel,) il me semble que ton problème par rapport à ça est que tu essayes toujours de te situer dans tout ça, et ça c’est un fort désir de contrôle. Tant que tu ne lâcheras pas prise, tant que tu n’accueilleras pas tout simplement ce qui vient sans chercher à contrôler ou même comprendre, ça entretiendra un mal-être.

        • marie christine dit :

          Excuse ma crudité, Waterbreathing, mais je dirais que si tu sens des choses bénéfiques, tu accueilles . Si tu sens un malaise , tu envoies balader sans te poser de questions !

          • waterbreathing dit :

            En fait au moment ou ça m’est arrivé, je ne pensais pas qu’on pouvait accueillir/ ou non ce genre de choses( puis au début, c’était bénéfique, amusant, sur la fin, c’est devenu horrible, avec de la torture et tout brr j’écrivais bcp de choses très sombres, je parlais de chorale agoniques violées de la torture, de deités kidnapées torturées , dont il ne coulerait qu’une décevante humanité à la fin de sévices- registre gore), et puis je suis partie complètement dedans, comme une vie parallèle, parfois quand je parlais à des personnes, j’étais dans cet univers parallèle ^^( elles se rendaient pas forcément compte, ça m’a bcp amusée ensuite, mais sur le moment, ça m’énervait, car elle ne m’entendaient pas ) , j’ai croisé une personne au moins qui vivait cela aussi(c’est déjà beau !), ensembles on restait en des plans de réalités différents, et on regardait le reste du monde comme à en etre extrait, ( toujours en parallèle de ce monde)et pour moi tout cela était très naturel, (sauf que vers la fin, je crois que je suis un peu trop partie, limite en état de transe, à plus reconnaitre ce monde, j’étais très loin, je ne sais pas ou, et le sentiment d’avoir un corps était lui même insolite ). le controle, oui, car c »est pas évident d’avoir l’air suffisamment normal pour ne pas se faire enfermer, tout en étant à moitié ailleurs, enfin, j’ai pensé à tout : je deviens cinglé, (bah oui)et à la fois j’aurais laisser dire à personne que tout cela était de la folie) je me tape des voyages astrals, sorties de son corps sans s’en rendre compte, et j’ai oublié que j’avais un corps, genre.. pour moi vivre d’autres réalité cela serait, intuitivement, tout à fait normal, et j’ai essayé d’expliquer à d’autres de raison, que ce serait normal.et puis je me demandais si c’était une expérience euh habituelle .. je ne vis plus ça à l’intensité à laquelle je l’ai vécu, mais me semble que je suis toujours perché assez loin de la réalité commune ..oui, y a une forme d’obsession de controle très poussée, je ne sais pas d’ou ça vient , parfois je me reveille avec des pensées qui me harcèlent en vestige de ce controle.Jessaie d’y remédier peu à peu, mais p-e aussi que le fait d’utiliser » ce genre d’états pour s’extraire de la fréquence commune alimente ce controle..
            bon, ben merci de la réponse.je me sentais vraiment bizarre avec mon expérience insolite et incommunicable ..pas sur de bien comprendre comment des voiles devraient faire incursion les uns dans les autres par contre.

          • waterbreathing dit :

            Que sont les voiles ?

            • Le Passeur dit :

              Ce sont les « frontières », les bornes fréquentielles qui marquent la « séparation » vibratoire entre les plans, des zones où la fréquence vibratoire de plans différents se rapprochent, des no man’sland en quelque sorte. Dans la vie en 3D ici-bas, ça peut se traduire par des apparitions furtives de formes ou de lumières par exemple lorsque notre propre niveau vibratoire nous rapproche de la 4D. C’est juste un exemple.

          • Pierrot dit :

            Pour ma part j’acceuille l’ombre et la lumière car les deux sont issus de le même source donc au lieu de rejeter l’ombre faite la lumière dans l’ombre.
            Quant à l’astral, ce plan ne m’interesse tout simplement pas, je préfère me centrer sur le coeur.

          • waterbreathing dit :

            L’astral ?c’est quoi ça encore , bien que déjà entendu ce terme.
            Si c’est à moi que cela s’adresse, je ne sais pas si l’ombre est mon prob, pour ma part, je ressens mon problème comme l’humanité.l’ombre me semble, je crois, plus amicale que l’humanité encore..je vous lis tous, et je me sens juste incapable de centrer quoique ce soit sur le « coeur », les éprouvements divers pour ma part ne m’ont pas permis de gagner en « lumière » ^^mais n’ont fait que me foutre en l’air les nerfs, venir à bout de toute empathie réelle que j’avais, user ma tolérance, me désolidariser d’une humanité que je trouve inhumaine( et qui je trouve parfois mérite son sort de bétail tant elle va le chercher) me taper un burnout existentiel, pour ne finalement trouver que mélancolie et dégout au bout du chemin, qui pour lors, s’enlise dans un marécage désespéré.je ne ressens pas d’amour pour ce monde-humain.je n’ai pas envie d’y vivre.je n’ai pas tellement envie de le rencontrer après m(‘en etre tenu en retrait, en observation, j’ai eu envie de faire demi tour, « ailleurs ».
            le controle par ex, je ne sais meme pas comment arreter d’essayer de controler son environnement à un périmètre de plus restreint et sans portée effective.depuis des années tout ce que je fais, dis, vis est mentalisé, je n’ai pas de comportements spontanés avec les autres, jamais, meme en cas de très grande perturbation, ou de douleur aigue(et en qq sorte, c’est comme si j’avais cherché des extrèmes pour sortir de cela, mais, toujours pas), alors comment changer cela ?j’ai essayé de se reconnecter à son corps, c’est terriblement difficile, j’y arrive pas trop.ça m’est arrivé de passer 1 h à essayer de méditer dans la lutte intérieure, pour qq secondes de calme sur la fin .. surtout, pourquoi tout cela ? au fond, je ne vis encore que par instinct de survie et de controle, donc.

  23. elba dit :

    Pour être sincère, Passeur, lorsque j’ai lu le début de votre nouveau billet, je me suis tout de suite rappelée de l’histoire que l’on nous raconte sur St-Thomas, et comme pour certaines choses que je lis sur le net (ou ailleurs), je me suis dit « faut le voir pour le croire »… 🙂
    … Et j’ai pensé aussitôt après : « quel joli conte ! Ce serait chouette, si c’était vrai ! »

    Voilà en toute franchise ce que j’ai pensé. En réalité, je ne sais pas trop en quoi je crois, si ce n’est que je crois qu’un Esprit (que j’appelle Dieu ou Allah…) a créé l’univers. Par cette croyance, je sais que tout ce qui existe vient du Grand TOUT. Et que toute chose retourne à ce Tout.

    Je ne crois pas entendre une autre fréquence quelle qu’elle soit. Je ne suis sans doute pas suffisamment éveillée pour ça, et j’ai une admiration réelle pour des personnes connues ou moins connues que je reconnais bien plus « centrées » sur l’essence même de cette vie, que je ne le suis.

    Seulement, je voudrais dire une petite chose, intuitive et réelle pour moi : je sais ce qui m’apporte de la joie. Je sais ce qui me nuit. Je sais aussi ce qui nuit aux autres (humains), et à la terre en général. Même si encore j’applique des principes qui me sont néfastes, ou que je fais des actions qui le sont aux autres (je ne m’exprime pas bien lorsque je dis ‘les autres’… cela englobe le genre humain, animal, végétal et minéral) Je sais que ma joie, mon bonheur, ne sont générés que par ce qui fait sourire les autres, que par ce qui les rend heureux.
    Peut-être que c’est cette part d’Archonte en moi qui fait que je ne parviens pas toujours à sourire ou à faire sourire les gens qui m’entourent… Je n’en sais rien. Mais peut-être aussi parce que je suis un peu égoïste, je cherche cette voie qui me donne la joie que je recherche pour chaque instant de ma vie : celle qui me montre le sourire de l’humanité. Cette voie (qui est la même que ma voix intérieure) qui tend à ce que tout soit respect et amour. Même si je me rends compte que je suis loin encore d’avoir domestiqué cet égo « archontique ? » 🙂

    « Funambules dans l’âme »… Vous avez trouvé là une bien belle image !

    Je ne vous ai jamais remercié de toutes ces images qui jalonnent vos textes… Elles sont toujours bien à-propos et très belles. Merci pour cet autre travail que vous effectuez en parallèle. (C’est grâce à vous que je ne confonds plus Vladimir Kush et Salvador Dali ;).)
    Merci de prendre du temps pour nous !

  24. Christel dit :

    Merci pour ce beau message !….Un message qui a résonné en mon coeur !
    Belle et douce journée !

  25. lucia dit :

    Bonjour Monsieur,
    j’ignore qui vous êtes,mais je dois vous dire que depuis quelques temps je lis
    vos articles que j’apprécie énormément, tout est dit sans débordements et surtout
    ils résonnent avec ce que je suis.
    le chemin paraît long quand on cherche seul, mais en réalité nous avançons à pas de géants et lorsque
    le découragement se manifeste nous sommes heureux de constater que
    d’autres personnes jouent le rôle du grand frere.
    bien à vous.

  26. waterbreathing dit :

    choqué non .. cela fait partie des informations qui me laisse dubitative ..je ne valide, ni ne rejette, ne sais pas quoi en penser, et cela m’inspire, au niveau du ressenti un sentiment mitigé, probablement du au fait que là, sont servies les origines humanies, et que bah, c’est qd même une sacrée quête là, une sacrée recherche pour bcp d’humains, plouf, là, plus de recherche, plus de quete des origines, les voici, en partie, c’est une info presque facultative d’ailleurs à présent..me sens suffisamment étrange à ce monde pour pouvoir imaginer ce qui est dit comme plausible…ces propos me font penser à ce que j’ai lu des livres de jeshua, là aussi, concernant des passages ou j’ai mis en suspens, ce que j’ai lu sur le sujet des origines humaines.
    L’image de la station radio me plait bien, c’est une image parlante et accessible pour expliquer que certains sont plus ou moins perchés( bien que cela ne faisait p-e pas du tout référence à ce genre de euh, mode adaptatif à la réalité environnante, eu pollution environnante), au lieu de se référer aux vocables courants/collectifs attribués généralement aux personnes qui se vivent comme d’un autre monde.pour ma part, bien que je n’ai pas impression d’avoir dépassé toutes étaps sur un chemin de l’éveil, j’ai parfois pris l’exemple de stations radios, ou j’aurais eu l’effet d’etre à une station eloignée des grandes ondes, et que lorsque jessaierais de me cabler sur la station collective, par défaut, celle que l’on expérimente tous, l’être et l’oxygène m’était arrachés ..ainsi comme une personne passablement déséquilibrée 😀 j’ai passé, et passe bcp de temps « perché », je ne sais pas ou .. je n’y suis pas souvent dans la réalité commune, j’ai l’impression ..
    les propos de ce site me sonnent souvent etonnament juste, mais pour des propos comme sur les origines humaines, hm, sil me faut le ressentir, par moi sans le lire, pour valider qqchose d’aussi gros..

    • joyce dit :

      j’adresse un immense merci au Passeur pour ce travail intelligent et serein qu’il fait :moi aussi je me sens en terre connue avec tout ce qu’il dit ,et cela me rassure dans mon Etre !! Nous ne sommes pas seul sur le « chemin » et à tous je souhaite une merveilleuse aventure de renouveau :retrouvons notre origine ensemble ( c’est un merveilleux cadeau pour nous les « humains » du futur cosmique )!!! Milles baisers à tous et en particulier au Passeur ….. une grande Amoureuse de l’Amour universel .

    • marie christine dit :

      Notre corps est un refuge .
      Pour voyager dans l’astral par exemple, il faut être bien enraciné .
      Il suffit de remarquer à quel point on est soulagé de se réveiller d’un cauchemar !
      S’intéresser à son corps, à se qu’il s’y passe, savoir ce qu’il aime ou n’aime pas, comment il réagit, comment il perçoit, ressent les événements, les vibrations, connaître la volonté des cellules, leurs peurs, leurs dégoûts, leurs choix, leurs aspirations …
      Le corps est un champ de connaissances inestimables car il contient tout .

      • Emilie dit :

        J’ai envie de répondre à tout le Monde …

        Juste communiquer, écrire, la joie que je vois peindre à l’horizon du coeur humain.

        Tu es magnifique,
        sacré Conscience incarnée …

        Emilie

      • waterbreathing dit :

        je trouve excessivement difficile de s’enraciner en son corps, entres autres-et plus encore dans ses actes devant nous signifier aux autres dans une réalité commune,-non- partagée.J’en mesure l’importance, d’ou le fait qu’à un moment j’ai emis hypothèse parmis d’autres de faire des voyages astrals en ayant oublié d’avoir un corps mdr quant à une certaine expérience(et à la fois, j’emploie ce terme comme une image, vulgarisé, car je ne sais pas ce que cela impliquerait au fond), d’ou petits soucis, mais, j’y arrive pas.je ressens la nécessité de s’ancrer », quelque sens on y entende, mais je n’y arrive pas du tout..pour lors je trouve juste « douloureux » les affres reliés à l’existence à travers un corps.je crois avoir plutot cultivé l’expertise à s’en couper, je me vis d’ailleurs comme une sorte de parasite d’un corps que je n’arrive pas à habiter foncièrement, dont je me distingue presque( c’est mal barré, j’arrive pas du tout à changer ça)

        • Le Passeur dit :

          Et s’il fallait arrêter de vouloir tout changer et juste accueillir ?

          • waterbreathing dit :

            on parle bcp de l’ouverture du coeur, moi je me rends compte que je n’ai au fond pas envie de communier directement de « coeur » avec tout le monde, les autres, la communauté humaine, d’utiliser ce « centre », comme pont de communication naturelle aux autres; comme les gens qui communiquent avec les émotions, les utilisent etc.pour ce qui est d’accueillir, je trouve cela très difficile comme attitude à composer avec une adaptation au monde-humain qui m’entoure, pour ma part, un monde en partie composé de survie urbaine au bord de la marginalisation sociale, en un climat emprunt d’une violence sociétale de plus en plus grande.Apprendre des occasions, synchronicités de vie aussi, ne prend pas grd sens pour qi vit un certain retrait, évite activement bien de ces situations, ne se vit parfois meme pas en relation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *