L’exceptionnel témoignage d’Anita Moorjani

Voici l’exceptionnel témoignage d’Anita Moorjani , revenue de la mort au terme d’un cancer en phase terminale qualifié d’incurable, et qui nous parle de ce qu’elle a vécu dans l’au-delà, les raisons pour lesquelles elle est revenue et comment elle a guéri son corps en quelques jours à l’hôpital, uniquement parce qu’elle avait compris l’être divin qu’elle était.

Les propos qu’elle tient ne seront pas sans vous rappeler ce que vous lisez à travers les articles de ce site. Ce que j’ajouterai par rapport à son magnifique témoignage est que l’identification des mécanismes de notre ego est la phase essentielle qui nous ouvre les portes de notre propre divinité ici-même, incarnés que nous sommes dans un corps de matière au sein de la dualité. Ce qu’elle a fait à travers son expérience exceptionnelle est ce que nous sommes tous en train de faire en conscience, pour peu que nous entreprenions de déconditionner tranquillement tous les aspects du moule de nos limitations, qui finalement est essentiellement tissé de peurs et d’ignorance. (Voir L’Eveil en Soi 1 et 2). La beauté de la chose en ces temps extraordinaires est qu’il ne faudra pas passer par la case « mort » pour le réaliser.

Le Passeur.    Merci à Guillaume qui m’a transmis ce témoignage.

Anita Moorjani / Lilou Mace : Guérison d’un cancer de classe 4B – 46mn 47″ – VO sous-titrée en français

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, 08- Vidéos, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

146 réponses à L’exceptionnel témoignage d’Anita Moorjani

  1. Françoise TERRAUEDE dit :

    Post-Scriptum : c’est vrai qu’on a 1 peu « perdu de vue » (chemin faisant) le Témoignage extrêmement profond et important d’ANITA MOORJANI , qui nous renforce dans nos croyances. Mais « tout est dans tout », ne trouvez-vous pas? C’est pourquoi on en revient toujours à l »Essentiel », et c’est cela qui est utile. Cordialement, Françoise

  2. Françoise TERRAUEDE dit :

    Chers « Intervenants » et « tchatteurs », Ai laissé 1 rép. pour « Waterbreathing » et « Marie Christine », hier, car un échange fructueux me semble intéressant. Je ne sais s’ils ont été trouvés par les destinataires. // . Il ne s’agit pas de faire une « tribune » de ce Forum pour ma part, mais seulement d’apporter ma pierre à l’édifice, comme tout un chacun ici !!. « De la discussion jaillit la lumière », dit 1 proverbe. C’est ce que nous faisons tous, et le fait d’échanger nous aide à apercevoir, parfois, un « truc » qu’on avait pas vu la veille…et nous améliorer ! MERCI à ceux/celles qui s’intéressent « à tout », ainsi qu’aux Organisateurs de ces Forums. . // Reste à dialoguer sympathiquement, pour ne pas se « braquer », à cause d’un égo (toujours lui ! ) égratigné. Cela n’aide rien, ni personne. Bien cordialement à tou(te)s, et à bientôt pour ceux/celles qui veulent échanger sur « PORTRAIT ROBOT DES SANS-EGO » :super:.

  3. Françoise M. dit :

    Bonsoir,
    Ce que je trouve fou c’est que l’on ne parle plus du tout du sujet posté là qui pourtant est extrêmement intéressant et là je me répète, lisez donc le livre qui vient de paraître (en anglais, possible obstacle ;-). Ensuite, revenez pour en parler.
    A la place, on dérive vers des échanges qui visent soit à s’affirmer, soit à réfuter, soit à assurer que non bien sûr on ne juge pas, etc. En bref, accepter ou non l’autre « virtuel », tel qu’il s’exprime et tel qu’il semble être, ce qui est assez vain. C’est bien la limite des échanges sur le net d’ailleurs, du fait de l’interprétation que l’on fait des mots écrits. Il y a aussi l’instrumentation de ce moyen dans le but de mesurer sa propre valeur, selon la réaction des autres participants « virtuels », ce qui pousse parfois à l’inflation … mais pas toujours à quelque chose susceptible d’intéresser les autres.
    Il me semble qu’il vaut parfois mieux tenir un journal, ou alors se décider pour une thérapie, plutôt que de déverser ses pensées en vrac sur le net. Comme le dit Françoise T. il est peut-être temps d’aller échanger sur un autre banc !?

    • waterbreathing dit :

      Je ne vois pas trop où je pourrais tenir le type de propos que j’ai exposé au sujet d’une vision de la réalité collective/ disant ne pas trouver tellement moins irréel l’idée de vivre une « autre réalité » (qu’est-ce, déjà, à définir, une « réalité »?) au coeur même d’un lieu qui est organisé par « nos » conventions sociales « ordinaires »,  » présentes »; celles qui font que nous avons tels roles/statuts.Si j’exposais en une thérapie une telle pensée, je crains pour ma part, que je ne ressorte pas sans quelques ordonnances médicamenteuses ..au mieux.

  4. Lucie dit :

    Humm…
    J’admire votre patience et votre compassion à l’égard de watherbreathing.
    Vertus qui me manquent cruellement.
    Quoi que nous fassions pour certains êtres que nous voulons aider…

    • waterbreathing dit :

      Quant à moi ces histoires de compassion et de patience (dont je serais l’objet ? de la part de stéphanie ?ou pour des fautes d’inattention que je ferais, ho crime suprème ?) ne m’inspirent pas de patience.Je trouve que c’est une façon de se donner un « beau » rôle, par ailleurs, ce serait voué en effet à échec avec moi, car contrairement à ce que vous, où d’autres pensent peut-être, je ne me donne pas le  » mauvais rôle ».Et qu’il faut être deux au moins pour jouer ce genre de jeux, où d’autres jeux.

      • waterbreathing dit :

        Je m’excuse si mon propos semble dur/ peu transigeant/ non-patient.Ce n’est pas pour rien que je suis en quarantaine du monde 🙂 cela me semble mieux, pour moi, comme pour les autres.

        • Lucie dit :

          Être en quarantaine du monde celà te semble mieux, pour toi, Watherbreathing.
          Pour les autres …
          Je doute qu’il en soit mieux ainsi.

      • Stéphanie dit :

        Bonjour à tous,

        Cette histoire de compassion et de patience, je ne l’a sens pas vraiment non plus. Je suis d’accord avec ce qu’écrit Waterbreathing ici. En réalité, il n’y a pas de bons ou de mauvais rôles (c’est un enseignement que je viens de recevoir d’elle). Nous jugeons et nous agissons toujours et exclusivement selon nos propres filtres, c’est le fonctionnement de ce monde de dualité action/réaction, attraction/répulsion et il est extrêmement difficile de sortir de ce cercle ou de cette prison dans lequel on tourne en rond à l’infini.

        Je suis à 100% d’accord avec ce que dit Elba sur les échanges que nous avons ici (grâce à l’immense générosité du Passeur). Oui nous nous aidons TOUS en partageant nos avis et nos expériences et cela nous aide parfois à évoluer et à changer de point de vue mine de rien. Françoise m’a permit de me remettre en question par rapport à Waterbreathing, et cette dernière m’a donné l’opportunité de revoir mes propres concepts de « Lumières » et « d’ombres » de bien et de mal. Etant donné, que j’éprouve de la gratitude envers Waterbreathing pour l’aide non intentionnelle qu’elle m’a offert, je voulais simplement lui restituer son don, mais si cela ne fonctionne pas ça n’a pas d’importance.

    • elba dit :

      Bonsoir Lucie. Je pense que si Waterbreathing s’exprime, c’est qu’elle sent qu’elle a quelque chose à trouver elle-même, peut-être à travers nos commentaires. 🙂 Si ce n’était pas le cas, je crois qu’elle ne viendrait plus sur le site.
      Et peut-être qu’indirectement, elle nous aide également à travers ce qu’elle dit. Qui sait ?

      Notre passeur a énormément de patience, c’est vrai. Et de l’empathie aussi. Je l’en remercie.
      Amitié à vous.

      PS – Avons-nous vraiment le rôle d’aider certaines personnes ? Ou sont-ce elles qui cherchent des réponses à leurs questionnements, parfois à leur mal-être ? En réalité, je crois que nous nous aidons tous les uns les autres en échangeant nos points de vue. Cela nous permet parfois de changer d’avis sur ce que nous pensions initialement.

  5. Françoise TERRAUEDE dit :

    Info pour les Modérateurs de ce Site : Il me semble qu’il y a parfois des erreurs dans la chronologie des réponses et des interventions. A titre d’exemple, il y a 1 courrier de « Waterbreathing »(03 MARS/18h18) qui est « rangé » complètement en fin de liste, bien en dessous des Messages de JANVIER. // Ceci est 1 simple signalement.

    • Le Passeur dit :

      Ma chère Françoise, et si vous sortiez un peu du contrôle ? Les réponses s’affichent là où vous répondez, donc en-dessous du message auquel vous répondez ou des autres réponses déjà faites à ce message. Si vous ne répondez à personne, votre message s’affiche en haut de la liste. C’est une logique comme une autre. Et il n’y a pas de modérateurs ici, il n’y a du moins que moi pour gérer le site.
      Avez-vous remarqué comme vos idées sur les choses prennent le pas sur l’identité même de ces choses ? Tout ne fonctionne pas selon votre réalité, c’est ce que j’essaie de vous dire. Et si vous essayez de tout voir à travers le filtre de ce qui est votre réalité, vous ne pouvez être à l’écoute de rien ni personne.

      • Françoise TERRAUEDE dit :

        Merci beaucoup pour votre réponse ! En effet, on comprend mieux. C’est, comme vous dites, une classification comme une autre, qui est un choix comme un autre. // Cela m’amuse un peu de « voir » que j’ai l’air de quelqu’un « qui veut toujours être dans le contrôle » 😆 .. Ce que c’est que les « apparences », tout de même. // Quoi qu’il en soit, même de m’avoir accueillie sur ce Forum, où j’ai débarqué « comme 1 chien dans 1 jeu de quilles »… Bien cordialement à vous.

  6. Françoise TERRAUEDE dit :

    Rép. pour « Marie Christine »/du 03 MARS 14h49 : Chère Marie Christine ! Ce n’est pas ma façon de croire, que de penser « qu’un Etre éclairé placé au milieu de dix « au ras des pâquerettes » va voir son « niveau » baisser d’un cran » . C’est comme de dire que beaucoup d « obscurité » va finir par faire diminuer la « lumière »!! En réalité, c’est le contraire qui se produit (c’est 1 principe « ésotérique »/ voir: « le Kybalion », par exemple/ , mais « physique » aussi) car la lumière ne vient pas des ténèbres !! Sauf, peut-être, avant que « la Lumière soit », c.à d. peu après le début du Big Bang, mais, là, il s’agit d’1 autre « principe », et les lois physiques n’étaient pas encore (vous en conviendrez?) ce qu’elles sont devenues ensuite. .// C’est la même chose en « Thermodynamique » (pour ceux qui connaissent un peu, mais c’est simple à comprendre !) : ce n’est pas « le froid » qui donne son « froid » au « chaud », c’est « le chaud » qui donne sa « chaleur » au « froid » . Exemp: Votre main va se coller sur 1 truc gelé, parce que c’est votre main qui va donner de sa chaleur à l’objet gelé.Certains Yogis arrivent à faire fondre la glace sur eux sans paraître en être affecté: c’est pas pour rien.. // Alors : comment faire quand on est (+ ou-..mais « un peu tout de même » ) « spirituellement élevé » –ici, nous le sommes tous, sinon, nous ne serions pas sur ce GDD!–pour ne pas se faire « baisser d’1 cran » quand on est dans un « milieu » (disons) qui nous « semble » nous faire « baisser » ? Pour ma part (c’est 1 bonne « recette » que la plupart des « spirituels » emploient ) je me « relie » à ce que certains appellent « l’amour inconditionnel », ou « dieu »(enfin: du moins, un des aspect de Sa nature !..), ou « la paix », la lumière », etc..etc… Et, SURTOUT, j’essaie de « voir » avec LE POINT DE VUE DE L’AUTRE, ce qui justifie (pour lui-même) son propre comportement. Il ne s’agit pas de fuir l’autre ou de le rejeter, mais de l »amener » vers 1 plus haut niveau QUI LUI CORRESPOND (et non pas qui correspond à ce que nous en attendions) . [Bien sûr, pour certains, ça a l’air de « réinventer l’eau chaude », mais je vous écris, car ça a l’air de vous « questionner »]. Grâce à cela, on peut « éviter » de se faire « descendre (!) d’un cran », et, au contraire, apporter un peu de sa « vibration lumineuse » à l’entourage. Rappelez-vous : c’est la lumière qui éclaire les ténèbres. Et la lumière est. Les ténèbres « sont » , aussi, mais par contraste uniquement (= dans le « Tao, par exemple (mais dans d’autre ouvrages aussi) : » l’Un engendra Deux « . Et pas l’inverse 😆 . Bien cordialement, Françoise-MaTerre

    • marie christine dit :

      D’accord avec vous Françoise . Mais pour ne pas descendre d’un cran et rester « branché » en permanence, encore faut-il être totalement pur en soi, c’est-à-dire sans être jamais perturbé par aucune émotion alentour, en gardant constamment une paix intérieure parfaite .
      Heureux ceux qui y arrivent . Chapeau bas !
      Je ne dis pas que c’est impossible …

      • Françoise TERRAUEDE dit :

        Re-bonjour, chère ! N’en croyez rien ! Je ne sais pas ce que ça veut dire « être pur en soi », ni « garder constamment une paix intérieure parfaite ». A ma connaissance, je n’y suis jamais arrivée 😉 😆 . Par contre, rester « centré », oui, ça tout le monde peut y arriver, avec un peu d’entraînement (!), un peu d’humour (mais oui) , et …un regard bienveillant sur ses propres « errances », comme sur celles de tout un chacun. Bien cordialement, Françoise.

        • marie christine dit :

          Je ne sais pas, Françoise, ce que vous appelez « rester centré » . Pour moi, ça signifie principalement rester dans le rythme juste, dans la vérité de son être .
          Toute précipitation, toute impatience ou toute force d’inertie sont dejà des choses qui décentrent, qui nous font sortir de ce Rythme, garant de notre paix intérieure .
          Or, je maintiens qu’il est plus facile de rester centré dans la solitude que dans le tourbillon des incessantes sollicitations du monde .
          On ne peut pas être centré dans sa tête et décentré dans son coeur ou son corps, pour l’ action physique . Il faut une harmonie générale .

          • Françoise TERRAUEDE dit :

            Ok pour l’harmonie générale : c’est sûr qu’il est + facile d’être « bien en soi »…quand on n’est pas dérangé. Facile…trop facile ! Si vous êtes dans 1 lieu où il y a de l’agitation (ex. perso:ma profession,c’était Instit.!…), ce n’est pas en 5mn que vous allez « répandre » la paix, le silence, le calme, « autour », et l’installer en vous [enfin : l’installer d’abord, le répandre ensuite]. Cela se fait par « petits morceaux » au début (trouvez, au milieu de l’agitation, un mini moment qui est « vous » : cela vous ressourcera. C’est une sorte de « patience »envers les choses extérieures, et d’indulgence à avoir envers vous-même), puis plus « vaste ». Et,avec ce que j’appelle « de l’entrainement », vous serez « centrée ». Bien cordialement, Françoise

  7. Françoise M. dit :

    Bonjour, je m’appelle Françoise également, mais … toute ressemblance avec …
    Je viens de recevoir le livre qu’a écrit Anita, en anglais. Il me semble qu’avant de faire des commentaires qui partent dans tous les sens, certains feraient bien de le lire d’abord, afin de pouvoir juger de la chose « de l’intérieur », soit le point de vue de celle qui a vécu cette expérience. La mettre en doute … quel intérêt ? Et pour ceux qui se réclament de preuves « médicale » (je travaille moi-même dans ce milieu et peut attester de son manque d’ouverture et de ses failles), il faut savoir que la préface du livre est écrite par un médecin. De plus Anita dit tenir à disposition les résultats d’examens tels qu’elle les décrit dans son récit.

    • Le Passeur dit :

      Merci de ces précisions.

    • Stéphanie dit :

      Bonjour Françoise M,

      Oui merci pour votre témoignage. Je ne me suis pas encore exprimée directement sur l’exceptionnelle expérience d’Anita Moorjani, beaucoup d’autres l’ont fait avec sagesse, humanité, profondeur et justesse. Son témoignage est vraiment extraordinaire, et je pense exercer mon discernement à travers le cœur en l’écoutant. Je n’ai absolument aucun doute sur sa bonne foi. Il est évident qu’elle a vécu ce qu’elle affirme et qu’elle ne souffre d’aucune maladie mentale, au contraire elle respire la santé physique et psychique. La lumière, la sérénité et la joie qu’elle émane sont tout simplement transcendantales, et cela me suffit largement pour croire à l’incroyable.

      En fait, je voulais juste rebondir sur votre témoignage pour dire qu’on peut agir à la fois dans le CONCRET et avoir une grande ouverture spirituelle. Les deux ne sont pas incompatibles, au contraire on peut prendre les cas de la Mère Theresa de Calcutta, de Sœur Emanuelle ou de Pierre Rabbi. Ce sont bien sur des êtres hors du commun, mais des millions de gens à travers le monde incarnent cela aujourd’hui dans leur vie de tous les jours. J’ai un jour rencontré une femme qui exerce la profession d’infermière dans un service de réanimation, il s’agit donc d’actions bien concrètes au service des autres, elle avait une grande lumière intérieure. Elle m’a confié qu’en réalité le personnel soignant y compris les médecins étaient souvent confrontés à des choses inexplicables, dans le sens qu’il arrive que certains patients qui devraient rationnellement et biologiquement s’en sortir meurent, et d’autres qui devraient mourir s’en sortent. Je crois que les médecins en perdent parfois leur latin, et qu’ils réagissent comme ils le peuvent.

  8. Françoise TERRAUEDE dit :

    Pour « Waterbreathing », du 02/MARS, 04h52 : Cher inconnu ! Parez-en, au contraire , de « tout ça » ! Ne pensez pas que ce monde est une « 3D » (= ça m’est arrivé, à 1 moment, où j’ai « réalisé » que nous sommes « dans l’esprit de dieu », c’est à dire, Sa création : ce jour-là j’ai été « très mal » :lol:, car je me suis sentie comme coincée dans 1 immense ascenseur …d’où, –quoi que je fasse–, je ne pouvais pas sortir ! C’était affreux (pour moi en tout cas). Actuellement, il y a énormément de gens qui versent dans cette « schizophrénie », qui consiste à croire que notre « autour » est « issu » (!) de nos pensées (on peut vraiment dire qu’y en a qui se prennent pour dieu => Re-lol!). Une COPINE à moi m’a fait cette réflexion que je vous livre pour vous faire sourire : « La meilleure preuve que cet escalier existe, c’est que je l’ai descendu tout à l’heure » ! J’en suis arrivée (après 1 long détour) à la même constatation qu’elle ! Encore 1 fois, je ne pensais pas avoir de rép… Mais, si ça peut aider … Bien cordialement, et…n’essayez pas de « zapper » l’escalier : il est CONCRET !

    • Le Passeur dit :

      « Actuellement, il y a énormément de gens qui versent dans cette « schizophrénie », qui consiste à croire que notre « autour » est « issu » (!) de nos pensées (on peut vraiment dire qu’y en a qui se prennent pour dieu => Re-lol!) »

      Pour quelqu’un qui ne juge plus… Vous savez, celui dont le trajet de vie le conduit à ne vivre que dans une pièce sans fenêtres de la maison a beaucoup de mal à imaginer qu’il existe le reste de la maison et l’au-delà encore. Celui-là a vite fait de juger schizophrènes ceux qui ont eu l’expérience des autres pièces, voire de l’extérieur. Ca le conduit à dire des choses comme « ce siège existe puisque je suis assis dessus ! Mais pour ce que vous me racontez, ce ne sont que des rêves qui n’ont aucune réalité, moi j’AGIS dans la réalité ! ».
      Il arrivera un moment, pour vous comme pour n’importe qui, où non seulement vous toucherez à d’autres réalités, mais vous vous rendrez compte à quel point celle en laquelle vous croyez dur comme fer est une construction servant une expérience.

      • waterbreathing dit :

        schizophrénie- ce concept semble trop souvent, utilisé de façon à porter atteinte au crédit des personnes fragilisées par des mauvais psychiatres, où abusant de leur statut.C’est intéressant, je pense, et à à faire réfléchir sur ce que cette maladie mentale articule socialement, voire politiquement.Cela me semble « mensonger », j’y vois une forme de mystification, au service d’institutions auxquelles je ne me sens pas appartenir.

        Françoise, pour ce qui est du monde de 3D, je suis dans une position incompréhensible pour la plupart des gens ; je ne crois pas que le monde existe.Je ne crois qu’il soit le produit de nos seules pensées, par contre, mais pour moi le  » monde » dans lequel l’on vit, est essentiellement notre création, qui nous échappe.Il est une forme d’hallucination projetée à ma vue : ainsi pas plus que les braves gens bien normaux ne prètent crédit à la désillusion d’un « schizophréne », pas plus je ne prète grande attention aux gestivulations du  » monde », de bien du monde, du moins . 😉

        • waterbreathing dit :

          je parle essentiellement du monde humain-social.Pas spécialement du reste de l’univers, je me trompe p-être.En tous cas, la société humaine est pour moi un délire collectif.Pretez vous attention aux illusions des fous stigmatisés de ce concept ?Pourquoi prêter attention à des fous qui se donnent la mains pour réaliser leur folie, folie, moche, et destructrice ?Tel est ma vue.

        • waterbreathing dit :

          J’aimerais bien que Françoise commente ma vision du monde-société-3D(selon certains) 😉

          • Françoise TERRAUEDE dit :

            Cher « Waterbreathing », je vous ai laissé 1 rép. à votre commentaire, car, justement, il me semble que vous voyez le « monde » comme une « hallucination projetée à votre vue » !…Cela m’est arrivé, comme je vous l’ai noté, et ça me semble pas « utile » (pour vous ni pour personne ,d’ailleurs) de garder trop longtemps cette façon de voir !! . Bien sûr, quand j’emploie « schizophrénie », c’est toujours avec un peu d’humour(pas forcément drôle). Pour dire que, alors qu’on est (=par la force des choses ! ) dans un monde où nous ne pouvons faire autrement que d’y vivre, bien des gens sont persuadés qu’il n’a pas d’existence « réelle » = « sorte d’hallucination », comme vous dites !. // C’est pas très logique (quand vous aurez des rhumatismes, vous saurez que ce n’est pas une hallucination :lol:)…à moins de faire de l »anti-logique » son mode de fonctionnement favori. Mais,(et vous l’avez sûrement remarqué), beaucoup semblent penser que les rhumatismes, l’escalier (!), le tabouret, que nous ressentons…ne sont pas une « preuve » de l’existence du monde où nous vivons…Et peut-être que vous vous êtes laissé convaincre + ou – par ce genre de raisonnement… qui ne mène à rien(puisque, précisément, nous n’avons pas d’autre possibilité que d’être « de ce monde ») .// Donc, toute discussion sur la « nature- de- cette- réalité » (discussions qui ne datent pas d’hier, dans l’histoire de l’humain !! ) me paraît « oiseuse », c’est à dire, n’apportant aucune solution utilisable. . // A part celà–contrairement à ce qu’on semble penser au sujet de mes écrits–, il n’y a rien « d’anti-spirituel » dans mes commentaires. Qui connaît, ici, la vie des uns ou des autres, pour pouvoir dire qu’un(e) tel(le) ne comprend « que le matériel »? Personne ne se connaît, ici, suffisamment, pour asséner ces affirmations. On « discute », voilà tout ! . // Ceci est mon commentaire pour vous répondre. « Françoise-MaTerre » ( comme « matérialiste », pour rigoler un peu !…Et pour différencier d’avec la nouvelle « Françoise » qui vient d’arriver sur ce GDD, et qui ne souhaite pas être confondue). Bien cordialement à vous « Breathing », et aux autres lecteurs de ce Forum.

          • waterbreathing dit :

            Je ne sais pas si j’entends que le matériel est  » projeté », est une illusion, comme certains l’entendent.Plus prosaiquement, et sans référence à une quelque spiritualité, je parle du monde que se construisent les humains, leurs sociétés, leurs croyances, leurs drames; tout cela ne me semble pas réel, et pour moi, on est pas obligé de vivre en un tel monde, justement.. je ne parle donc pas du seul matériel, mais du monde du collectif humain.

          • waterbreathing dit :

            Ce que je dis sur le collectif humain, a pour conséquence, que je ne vois pas pourquoi il faudrait vivre une même « réalité » humaine; un peu comme si je croyais qu’on pouvait vivre d’autres « réalités ». par ex, vivre en plein centre de paris, une réalité qui aurait pu exister il y a des temps de cela, (réalité = en semble de croyances, de moeurs, de partages, de savoirs ?).Oui, vraiment, c’est comme si pour moi, une part de la réalité que se forge les gens n’existait pas vraiment à ma vue : pour les guerres, si demain tous les gens qui alimentent cette réalité lachent les « armes », abandonnent toute position offensive, défensive, si il n’y a plus de gens pour nourrir les conflits ces réalités n’auront plus d’existence.Et c’est nous qui lui donnons corps.

          • waterbreathing dit :

            De la correction, pour le passeur 😮 :
            un peu comme si je croyais qu’on pouvait vivre d’autres « réalités ». par ex, vivre en plein centre de paris, une réalité qui aurait pu exister il y a des temps de cela, (réalité = en semble de croyances, de moeurs, de partages, de savoirs ?) * voire, qui n’existe pas encore*.

          • Françoise TERRAUEDE dit :

            [OK, compris pour le « système » des réponses à placer avec les courriers] Cher « Breathing » (ou chère?). peut-être que je comprends (un peu) mieux ce que vous voulez dire… C’est sûr que si on ne « veut plus » faire (la guerre par exemple, ça sera compréhensible pour tous, comme exemple), il suffit de ne plus faire. Donc, stop, on arrête tout, et ça va aller. ; // MAIS c’est pas si simple, car, si VOUS arrêtez, le monde (qui est « notre seule réalité habitable », je le redis à nouveau),lui, ne va pas s’arrêter. C’est comme dire : « Bon, allez, maintenant, j’y joue plus ». Mais les autres, eux, ils continuent à « y jouer », avec..ou contre vous (= je veux dire avec, ou contre votre volonté). Voilà pourquoi –puisque c’est notre seule réalité habitable–, je pense qu’il est nécessaire de « s’engager », d « agir », pour le mieux possible (= chacun a sa propre notion de ce qui est « le mieux », mais il y a quand même des « dénominateurs communs », comme on dit). A part ça, je n’ai –pas plus que quiconque– de « prêt-à-penser » à vous proposer ( JE SUIS SÛRE QUE VOUS N’EN VOUDRIEZ PAS, d’ailleurs, car vous semblez un esprit « indépendant »!). Aussi, comme disait 1 auteur (Jean Giono je crois, mais pas de préf. pour lui ou 1 autre, c’est la phrase qui m’intéresse) : « Cheminez seul ! Eclairé par votre propre lueur ! » . // Cela n »illumine » peut-être pas très « loin », mais, au moins, cela est… »vous » ! Quelques écrits de Krishnamûrti pourraient peut-être vous « éclairer » (précisément 😆 ) pour ce genre de réflexion perso. . // Bon. Je crois qu’il va plus y avoir de place sur ce GDD. Si on veut continuer à « échanger », va falloir aller sur un autre « banc » à côté. Cordialement, Françoise.

  9. Françoise TERRAUEDE dit :

    Pour « elba », du 02 MARS, 10h22 : OK pour votre façon de voir ! On peut changer SON humeur, SA journée (et encore…il y a les « choses à faire », que, contrairement à ce que beaucoup « croient » de nos jours, nous ne créons pas dans notre « esprit »). Ce monde est notre « seule » réalité…que ça nous plaise ou non ! Il importe que nous y fassions notre « devoir »d’habitants de ce monde, EN ACTES. Pas en « visualisations », qui –c’est mon avis, d’autres en ont 1 contraire !–ne changent « pas assez » les évènements ( je veux dire :pour le « monde », alors que c’est le moment où .. plus jamais !). On peut choisir de se mettre la tête dans le sable (divin), mais, perso., ce n’est pas mon choix. Merci pour V/rép. …je ne pensais pas en avoir !! With love ! Françoise

  10. Françoise TERRAUEDE dit :

    Rép. à « Stéphanie » du 29/02, + « Passeur » : Quelle idée de croire que le « Torquemada » pouvait vous concerner ?? J’en suis stupéfaite !! Car, bien sûr, dans mon idée, il ne s’agissait pas de « juger » quelqu’un de ce Site (comment le pourrais-je, et, même, à supposer…je ne le ferais pas, ayant cessé de « juger » LES PERSONNES, mais seulement, les COMPORTEMENTS) . Il me semble que , de nos jours (dans les « Années 70 », que j’ai connues, c’était pareil, mais moins grave…vais vous dire pourquoi..) où la Planète et l’humanité n’ont jamais été autant en danger A CAUSE DES « MALFAISANTS » QUI MALFONT –je pense, là, aux MULTINATIONALES par exemple et aux « puissances de l’argent », qui sacrifient tout l »Avenir »….à leur ..aujourd’hui !!–, il me semble, disais-je, que tous ceux « qui ont leur conscience dans leur tête » (et dans leur coeur !!) devraient agir DANS LE CONCRET , et non pas « planer » en s’imaginant pouvoir « changer le monde » par la puissance de leur pensée (ce qu’on faisait dans les Sixtie’s,voir ci dessus !). // A l’époque, déjà, c’était embêtant, car, à cause de ça…les « malfaisants » ont pu continuer « tranquilles » : ce qui donne le résultat où nous sommes. Mais, à présent, c’est encore pire, vu l’urgence de la situation !!! Bon. Bref. Bien sûr, c’est agréable de croire qu’on « agit sur le Monde », en méditant, en visualisant positif, en influençant mentalement (dans 1 modeste mesure) les individus en vue du de changer le monde. Mais il y a des millénaires que des Sages, des Méditants de haut niveau, des moines (même) dans les monastères, consacrent LEUR VIE à « visualiser positif »… Ont-ils réussi à quelque chose ? Je ne le pense pas. // Aussi, je vous en prie, mes « Frères-en-la-Terre » (et soeurs, évidemment ) ne croyez pas ceux qui vous parlent d’espoirs « supra-terrestres » ! Ce sont des empoisonneurs (et des empoisonnés eux-mêmes !), qu’ils le sachent ou non ! Employez votre temps pour agir sur cette Terre, pour qu’un jour, sur Terre, vienne le règne de la nouvelle humanité ! Mais ne croyez pas qu’elle sera faite (à supposer qu’elle passe ce cap ) de « gens qui imaginent une vie » dans leur « pensée » (quel que soit le mot employé, c’est TOUJOURS les illusions du Mental) !// Admettons notre impuissance réelle face à…ce qui se passe ! Et « retroussons nos manches », mettons les mains dans le cambouis ! Bien sûr, c’est pénible…et tout le monde ne sait pas faire… Mais encore faut-il « vouloir le faire » …au lieu de « rêver » au monde nouveau ! Nous ne pourrons le rêver (bien sûr, on peut prendre plaisir à l’imaginer, pour le moment, ce qui n’est pas inutile !) que lorsque la « situation actuelle » sera dépassée . // Admettons ensemble que nous sommes encore des « Neandertals » avec nos grosses massues (je grossis le trait exprès! ) : je vois la façon dont les « égos » ont réagi à mes écrits !! Ce genre de réaction NE SERT PLUS, ni les intérêts humains de celui qui réagit ainsi, ni , bien sûr, les intérêts de ce monde en perdition. AGIR (= manifs, pétitions, « révolution », que sais-je ! ) sera le seul moyen de –peut-être –sauver encore ce qui peut l’être (sauf si « ça vous va », de voir « tout ça » continuer, et …finir !! ). // J’espère, cette fois, que personne ne se sentira « visé » –ce qui , déjà, indique qu’on se pense être « ce que la personne a dit » ,c’est bizarre !–, car, on l’aura compris, il n’est plus temps pour les « égos » écorchés, mais pour l’entr’aide physique, concrête, matérielle, entre humains, et à l’échelle PLANETAIRE. Bien cordialement, Françoise.

    • Le Passeur dit :

      Vous avez bien de la chance de ne plus juger les personnes, c’est quelque chose que peu atteignent tant c’est difficile dans la dualité. Toutefois, à votre façon de nous dire ce que nous devons faire et ne pas faire, je vois que vous n’avez pas lu grand chose de tout ce qui est publié ici sinon vous auriez vu que je n’ai cessé, et d’autres avec moi, de dire qu’il nous faut incarner concrètement ce que nous sommes.
      L’amalgame est aisé lorsqu’il s’agit de placer tout le monde (sans juger bien sûr!) au même niveau d’incompréhension de ce que signifie l’éveil et la réappropriation de notre pouvoir. Qu’il y en ait qui « planent », certes, il y en a pas mal, mais croyez-vous moins planer lorsque vous vous persuadez que vous changerez le monde à coup de pétition, de manifs et de révolutions ? Ca a donné quelque chose à terme jusque-là ? Croyez-vous que les marionnettistes de l’humanité ont des préférences quant aux régimes en place ou aux idéologies dominantes ? Ils amènent à leur point d’émergence toutes les révolutions qu’ils veulent, déclenchent les famines, les épidémies, la misère et guerres qu’ils souhaitent et envoient les gens mourir en leur faisant croire que celui d’en face est le méchant. Ce qui leur importe, c’est que tout le monde continue à s’agiter de manière à nourrir tous les aspects de la matrice qu’ils ont bâtie. Peu importe que ce monde-là soit capitaliste, communiste, fasciste, à dominante réactionnaire, sécuritaire ou baba cool, leurs affaires sont au-delà de ces artifices où chacun est conditionné à se débattre loin de toute influence sur les buts qu’ils poursuivent.
      Il y a par contre une autre voie qu’ils ne maîtrisent pas, c’est de cette voie dont nous parlons ici, celle qui consiste à animer la matière de l’esprit et donc déjà à nous déconditionner, à nous extraire de la matrice en nombre toujours plus grand jusqu’à ce que ce pouvoir grandisse et que l’ancien s’affaiblisse. Et je tente depuis le début de faire des ponts entre les avancées de la science dans ce domaine, les enseignements de nos lointains ancêtres et ceux des Sages qui sont venus parfois illuminer l’ombre. Vous dites que cette voie ne sert à rien parce que vous ne la comprenez pas encore, ce qui fait que vous persistez dans le mécanisme d’action-réaction typique de la dualité. Mais rien n’est inéluctable, hormis nos trajets de saumons, notre remontée vers la Source.
      Si vous êtes intéressée par cette autre voie, il y a un moment où vous franchirez le cap de modifier votre propre attitude par rapport à ce qui vous fait souffrir dans le monde, et qui vient de vous. A ce moment-là vous ne nourrirez plus les mêmes certitudes.

      • waterbreathing dit :

        Vous avez bien de la chance de ne plus juger les personnes, c’est quelque chose que peu atteignent tant c’est difficile dans la dualité.
        Je trouve difficile en effet de ne pas juger, dans le sens que se positionner me semble solliciter le jugement de sorte élémentaire; avoir un avis, une appréciation.Se positionner implique de gérer une forme de violence, ne serait-ce que de vie; on put considérer que la vie, et ses mécanismes ne sont juste pas complètement doux-merveilleux-tout-parfait-lumineux en tous points, sans aucune violence.Se positionner implique de faire des choix que l’in trouve « bon », pour soi, son chemin, ce qui implique que certaines voies empruntées par d’autres sont des antithèses de ces choix, des explorations d’autres chemins.L’on peut le concevoir, et théoriquement, ne pas le juger, et aussi, on peut considérer comme bien des gens de ce site, que les autres sont « soi » qui visitent d’autres voies.Mais en pratique, solliciter le jugement pour vivre n’est-il pas nécessaire ?

        • Le Passeur dit :

          C’est l’une des choses les plus difficiles à dépasser et c’est d’ailleurs souvent ceux qui disent ne plus juger qui jugent le plus. Cela dit, on parle là du jugement de l’autre, ce qui n’empêche pas de faire des constats utiles à notre propre attitude sans pour autant juger le point où l’autre en est sur son chemin.

          • waterbreathing dit :

            J’en suis pour ma part à une attitude ou je « juge » et ou je ne « juge  » pas tout à la fois.L’idéal pour moi serait de ne pas se positionner, et là, plus besoin de juger ahah !mais voilà, personnellement, je juge encore; mais même en mon jugement, je ne crois pas.ex de choix positionant/jugeant, si j’ai eu durant l’enfance un parent dont l’alcoolisme aura eu des effets néfastes sur mon enfance( ce n’est pas mon vécu), je pourrais choisir un mode de vie qui excluera cette possibilité; au fond, est-ce que je ne la juge pas comme  » mauvaise » ?

      • Françoise TERRAUEDE dit :

        Cher Monsieur, Ne vous connaissant pas, je vous remercie d’autant plus d’avoir pris du temps pour me répondre. // Je connais cette « Théorie » des « marionnettistes » pour qui la seule chose qui importe, c’est que les humains restent dans la « dualité », dans la « bagarre » contre les évènements (ou les personnes!), pendant qu’ils tirent les ficelles. Et, donc,–j’espère citer correctement ce que vous avez écrit– , il nous faut nous extraire de la matrice ( je suppose que vous employez ce mot dans le sens de : « cette sorte de fonctionnement de l’humanité en général »..car il y en a qui emploient le mot « la Matrice » comme étant, au contraire, le « sein » du tout et de l’absolu) pour que ce pouvoir {=animer la matière de l’esprit} grandisse. C’est BIEN AINSI que j’exhorte ceux/celles que je rencontre…à « agir » dans le concret (car pour mettre en place qq chose dans le concret, il faut l’avoir « conçu » en son esprit — dans le sens où , si l’on veut, « Marie » a « conçu » un enfant divin = être « le réceptacle » / ou « médium » si l’on veut /d’une idée, …et la mettre au monde–.// ((On est dans la haute philosophie, là, et je manie ces concepts du « mental » à regret, car les mots traduisent mal ces choses-là)).. Comme dans la Baghavad Ghitta –orthog.non garantie par moi :lol:–, je pense qu’il est nécessaire d’agir…sachant bien à « Qui » tout appartient !!. C’est vrai que vu de l’extérieur, ça donne l’impression de « rester dans la dualité », et…continuer ce qui a toujours été sur cette Planète. Mais –il est difficile de « se comprendre » par Mails–ce n’est pas ma façon de voir, ni d’agir. // Ai lu sur ce Site le Blog de Pierre Rhabbi, et bien d’ autres infos, qui m’ont « plu » et intéressée …qui parlent d’ ACTIONS menées par des pers. qui, précisément, ne rêvent pas le monde à venir, mais LE CONSTRUISENT, modestement, mais très concrètement ( matériellement !) au quotidien.// Font-ils, eux aussi, le « jeu » des « marionnettistes »? Je ne le pense pas (mais on peut penser qu’ils le « jouent » aussi,évidemment : tout est affaire de point de vue, et du « développement » qu’on pense (ou pas) être « bénéfique » pour l’humanité) . // De toutes façons, c’est pas encore ce matin qu’on sauvera le monde ( quoique !..) . Mais on peut encore essayer, comme cet homme qui a créé l’Université des va-nu-pieds, comme l’Assoc. « Colibris » (du « sage » cité ci-dessus), et tant d’autres !. La « part » de ceux/celles qui « rêvent-positif », je la leur laisse. Mais, au moins, qu’ils soient conscients qu’ils sont « peu utiles » (je ne dis pas inutiles !)dans la mise en action du monde à venir .Votre point de vue semble différent, et je peux le comprendre (de votre point de vue). Mais –j’ose dire–n’avez-vous pas, vous-même « démissionné », en pensant que, au fond, la seule chose qui reste à faire…c’est de retourner « en dieu » (= « mourir », je vous le rappelle!) .// C’est, en effet, notre commun sort!. Mais pas avant d’avoir « Servi » (je mets 1 majuscule). Et, comme les fourmies, qui, contre tout « bon sens », essaient jusqu’à la mort (précisément!) de sauver la Fourmillière inondée, pas sans avoir essayé d »agir » selon sa conscience, et à sa mesure. Vous le faites à votre façon, avec ce Site ! Grâces vous soient rendues. Mais, SVP, incluez un peu + d’infos sur des actions « matérielles » (bienque non « matérialiste », j’aimerais en trouver +, ici) Cordialement à vous, Françoise.

        • Le Passeur dit :

          Je crois vous avoir déjà très largement répondu, maintenant vous comprendrez que je ne vais pas reprendre juste pour vous – surtout que j’ai nulle vocation à vouloir vous convaincre – l’ensemble de ce que j’ai déjà écrit et qui étaye ce en quoi vous ne croyez pas. Ce que vous dites de l’incarnation de ce que nous sommes en ce monde ne sont que portes déjà ouvertes dans maints articles ici et que vous n’avez pas lus.

          Pour ce qui est de la ligne éditoriale de mon site, je la suis comme je l’entends en partageant ce qui me semble utile en cette époque précise. D’autres le font autrement et tout se complète. Si vous avez le désir d’autre chose, vous le trouverez sans problème ailleurs, y-compris sur des liens que je donne.

          • marie christine dit :

            Prenons un individu très inspiré spirituellement, il peut s’élever très haut en conscience .
            Plaçons-le au milieu de 10 personnes ordinaires, son niveau de conscience descendra d’un cran .
            Imaginons les dégâts sur une planète composée de milliards d’individus en évolution .
            Le problème est bien le décalage entre la possibilité individuelle et la possibilité générale .
            Il faut agir, certes, mais en gardant toujours à l’esprit la conscience de la lenteur du progrès général .
            Nous avons tous un rôle à jouer dans ce monde, et il n’est pas le même pour chacun .

  11. Françoise TERRAUEDE dit :

    Bonsoir à tou(te)s! Je viens de lire les échanges au sujet de la Vidéo de Anita Moorjani. Et il ne me viendrait pas à l’idée de dire que cette jeune femme « raconte des illusions ». Selon moi, c’est indubitable qu’elle a vécu ce qu’elle dit.// Maintenant, je remercie pourtant les Interno-Sceptiques ( « Pitz »; 25/01-« Margotte »;30/01- « Waterbreathing »20/02- et quelques autres, de signaler que, en effet, il n’y a « rien », je veux dire ,dans les archives médicales trouvables sur Internet (et pourtant on trouve tout sur Internet !) concernant la réalité concrête (oh, le vilain mot !) de ces faits, là où ils ont eu lieu . Lisant couramment l’anglais, j’aurais pu en lire…s’il y en avait.Mais…rien (only le book qui va « sortir », c’est donc toujours dans le « dire » et le « croire » que nous sommes). Mais, bon, bref! // Ce qui m’intrigue le plus, c’est le retour de l’Inquisition (=> vous ne croyez pas en: « la Pensée-visualisation positive », ou en: « le choix-karmique que- nous-faisons- avant -de-revenir- ici-bas », donc vous êtes un abominable matérialiste, et vous êtes (virtuellement) exclus du débat ! .. // Où sont passés les Humanistes, les « honnêtes hommes » d’autrefois, qui avaient une vision globale de toutes les connaissances de leur temps, et…en tiraient une connaissance utilisable pour tous ? . // Au lieu de celà, on est « retombé » dans des affirmations « démentes » (exemple : le bébé qui choisit 1 mère qui va le tuer le fait par amour inconditionnelle pour cette personne pour la faire « évoluer » : je peux vous certifier que la « mère tortionnaire » n’évoluera pas(sauf, peut-être à supposer qu’elle soit traduite en justice!). Elle sera simplement heureuse de s’être débarrassée de quelque chose qui la gênait. Et que dire des « sérials killers », pour qui les autres humains sont ni plus ni moins que des proies , dans leur jeu « divin » personnel? .. // Mais, là, Torquemada-pas-mort va crier « à l’impie », haro sur celle qui ne se concentre (sic!) que sur les horreurs de ce monde!! . // Triste constat que de voir que, sous le prétexte (très louable et souhaitable) d’apporter un peu de bien-être et d’espoir dans ce monde qui ne sait plus à quel saint se vouer, …le « néo-new âge » ( inspiré d’un bouddhisme mal compris! ) en vienne à créer 1 nouvel esprit sectaire de ceux qui veulent pouvoir « croire » (et rester bien planants dans leur bulle) tout en rejetant ceux qui veulent pouvoir « savoir » (et acceptent de se coltiner avec ce monde et ses contradictions). Mon avis est qu’on « n’en sortira pas  » (= des pblms. de notre société et pour l’avenir de la Planète!) en disant que « notre réel est le reflet de nos pensées »; ou, pire encore, que « nous créons notre réalité par nos pensées » ! . // Alors : question : qui a oublié de faire sa « Méditation Positive » aujourd’hui, pour qu’il y ait encore eu des tirs sur les foules en Syrie ou ailleurs ?

    • Le Passeur dit :

      < < Mon avis est qu’on « n’en sortira pas  » (= des pblms. de notre société et pour l’avenir de la Planète!) en disant que « notre réel est le reflet de nos pensées »; ou, pire encore, que « nous créons notre réalité par nos pensées »! >>

      Mon avis est que si et qu’à l’évidence aucune autre voie n’a jusque-là fonctionné, alors que même des expériences rigoureuses (relatées ici) ont montré l’efficacité d’une méditation de groupe par exemple sur des quartiers à forte criminalité. Mais je ne vais pas reprendre tous les faits qui amènent à cette prise de conscience. Si vous vous voulez vous y intéresser, vous pouvez lire la rubrique L’Eveil.

      Sinon, ne jugez donc pas non plus sans véritablement savoir, il n’y a absolument aucune inquisition ici du type de celle dont vous parlez, il n’y a que des gens qui échangent leurs points de vue dans le respect de l’autre.
      Je ne reprendrai pas tout ce que vous dites, mais juste pour finir pourquoi croyez-vous ce qui est martelé dans les médias traditionnels sur la Syrie et comment savez-vous qui se trouve derrière les tireurs ? Je vous suggère d’essayer simplement d’approfondir cette question et peut-être que votre regard sur qui fait quoi avec efficacité dans le monde changera.

    • Stéphanie dit :

      Bonjour Françoise,

      J’ai lu et relu votre commentaire en me remettant sérieusement en question, et sincèrement j’ai beau chercher mais je n’arrive pas à comprendre pourquoi mon échange avec Waterbreathing vous a autant dérangé et troublé. Certes on me dit souvent (et cela depuis mon enfance) que je vis dans mon monde sur les nuages. Ok, je comprend également que vous puissiez prendre mes propos pour de la démence, c’est votre vision des choses et je la respecte, mais de là à me comparer à Torquemada et à l’inquisition qui ont torturé, massacré de façon atroce des millions d’innocents pour la plupart des femmes qui avaient eu le malheur d’être femme et de penser différemment. Je trouve franchement que vous pousser loin le bouchon où vous nagez en pleine incohérence !

      Premièrement, je ne nie en aucun cas l’existence de l’obscurité où du mal comme vous voulez l’appeler, en effet, les sérials killers existent bel et bien. J’ai moi aussi d’énormes difficultés à en comprendre la raison (si raison il y a), et à ne pas être révoltée face à certaines abominations et crimes barbares commis par le genre humain. Mais que devons nous faire selon vous ? Nous laissez entrainer dans ce bourbier sans fin ?

      Deuxièmement, ma mission dans cette incarnation n’est pas de faire du prosélytisme ou d’instaurer un nouveau dogme, encore moins d’exercer un quelconque pouvoir sur quelqu’un, mais simplement d’incarner la lumière dans ce monde et de focaliser mon attention et mon intention sur l’amour inconditionnel.

      Bien à vous

      • waterbreathing dit :

        moi, je ne veux plus parler de tout ça ^^.Effectivement, l’affirmation du bébé qui choisit la mère qui va le tuer par amour inconditionnel est difficile pour moi.Je ne suis pas dans le savoir, je crois que le croire est une dimension agissante de la réalité sur elle même.Mais je ne vais pas croire tout ce que l’on me dit, comme ça, tiens, le fin mot de l’histoire, c’est l’histoire qu’untel ou un autre raconte.Cela me dépeint une vision du monde déterministe, et factice, ainsi, je ne vois pas comment croire en un monde, une vie, ou tout est précalculé (et comment ? ); on croirait de la tv réalité.Je ne comprends pas ce que je lis parfois sur le fait que bientot le théatre du monde 3D va cesser.Je crois que de toute façon, la 3D comme elle est comprise, je la vis différemment déjà.
        pour ce qui est du monde que l’on façonne par les pensées, je crois que ça ne suffit pas.

        • Stéphanie dit :

          Bonjour Waterbreathing,

          Vous avez bien raison de ne pas croire aux versions des autres, c’est aussi mon avis. Le temps n’est plus aux religions, aux croyances et aux gourous, mais à l’expérience dans la matière de la vérité à travers le corps et l’ouverture du cœur (je sais que c’est incompréhensible pour le mental à comprendre, tant que justement on ne l’a pas réalisé à travers la matière).

          Pour revenir à ma « malheureuse » phrase, je vais être sincère avec vous Waterbreathing et avec moi-même, il ne s’agissait pas d’une affirmation, mais d’une hypothèse reçu de mon intuition et aussi d’une provocation. J’avoue que j’étais énervée contre vous parce que vous porter toujours votre regard vers les « ombres ».

          Vous avez un jour écrit que vous aviez le don le l’empathie, et que donc vous ressentiez tous les sentiments involutifs de l’humanité. Cela m’a beaucoup troublé, car moi aussi j’ai cette faculté depuis mon enfance, or je sais (puisque cela est mon expérience dans la matière, et non par mes pensées ou mon mental) que cela donne accès aussi bien à la lumière (amour inconditionnel) qu’aux ombres (souffrance, peur, colère ecc.), après je crois que tout est question d’intention. Il est difficile pour moi de me confronter à quelqu’un qui a choisit de porter son regard vers « les ombres », car je n’arrive pas à comprendre ce point de vue, la lumière est si belle et si juste! Mais qui suis-je moi pour avoir un tel jugement ? Personne, je ne suis pas meilleure que vous, je suis simplement une âme en cheminement, et peut-être que si nous continuons toujours à penser en terme de lumières et d’ombres, de bien et de mal, nous ne dépasserons jamais le stade de la dualité et nous ne parviendrons pas à atteindre l’unité. Oubliez ce que j’ai écrit, si je vous ai blessé je m’en excuse, car je vous assure que cela n’était pas mon intention.

          Je souhaite conclure en vous remerciant du fond du cœur pour nos échanges, car je crois sincèrement qu’ils m’ont enrichi. Tout compte fait, Waterbreathing, je crois que nous nous ressemblons plus qu’il n’y parait au premier abord. Nous sommes toutes les deux très sensibles, passionnées et rebelles, d’ailleurs j’aime beaucoup le texte que vous avez écrit dans la section « Lucioles ». Je profite de l’occasion pour vous le dire, oui votre style est complément différent de celui du Passeur, mais cela m’empêche en rien le fait de reconnaitre que vous avez du talent, et que les qualités que je viens de citer plus haut s’y retrouvent. Le saviez vous que selon le chamanisme le don de l’écriture est l’un des pouvoirs du chaman ?

          Bien à vous.

          • waterbreathing dit :

            Vous avez un jour écrit que vous aviez le don le l’empathie, et que donc vous ressentiez tous les sentiments involutifs de l’humanité.
            /
            Je ne me souviens pas l’avoir formulé de cette façon.Ce que j’ai dû dire, c’est que pendant un moment, les gens venaient me remettre leurs souffrances, assez spontanément.Je l’ai ressenti comme cela ( par ex, une personne qui rencontrée après deux jours seulement, le confie les phases les plus douloureuses de sa vie etc), en résonance à une souffrance personnelle.

            Je ne pense pas avoir choisi de porter mon regard vers l’ombre initialement( ou alors j’ai « choisi » mon enfance, ses facteurs, etc, ce n’est pas ma vision pour ma part) je ne vis pas la souffrance par procuration, seulement; j’ai eu des facteurs souffrants, de parcours, et je ne vois pas de lumière en certains comportements.Je crois d’une certaine façon, que si je la voyais, je la projèterais, de le vouloir, de vouloir y croire, seulement, et je n’y crois pas.Tout comme je n’arrive pas à croire au monde.
            Mais cette condition n’est pas vraiment sombre non plus, elle est comme non-née, incrée, comme hors du jeu de la vie, un refus d’y prendre part, un retrait salubre.Une incapacité à y croire; vous imaginez que je ne crois pas « au monde »?C’est un peu comme si le monde était une hallucination projetée colective.ce n’est pas sombre.

            « Le temps n’est plus aux religions, aux croyances et aux gourous, mais à l’expérience dans la matière de la vérité à travers le corps et l’ouverture du cœur (je sais que c’est incompréhensible pour le mental à comprendre, tant que justement on ne l’a pas réalisé à travers la matière). »

            Oui, effectivement, ce n’est pas très clair pour moi..cette histoire d’ouverture du coeur m’est difficile , car pour j’ai l’effet d’être a-émotionnel, et c’est un peu comme si mes expériences avait validé un retrait aux autres, une connexion à soi, et eux par l’émotion, entre autre.Je ressens jamais rien comme les autres avec les gens, j’ai surement de l’empathie, mais d’une autre façon, c’est inexplicable, je n’en ai pas.
            Pour ce qui est de votre hypothèse.Comme tel, je l’accepte, mais je ne le ressens pas comme tel.Si une hypothèse tel est pertinente, elle parle d’un monde/cycle que je veux quitter de toute façon.Pour l’écriture, non je ne savais pas.Je ne savais pas que des chamans utilisaient spécialement l’écriture; je n’écris plus trop, car quand je le faisais je vivais des états « particuliers », et qu’il n’est pas sain/équilibré de rester tout le temps en ce genre d’états, je crois(euphémisme).Pour moi, parfois, il me semble que c’est autre chose que « moi », qui s’exprime à travers ce vecteur d’expression.
            Merci à vous, et bonne continuation.

          • waterbreathing dit :

            Il est difficile pour moi de me confronter à quelqu’un qui a choisit de porter son regard vers « les ombres », car je n’arrive pas à comprendre ce point de vue, la lumière est si belle et si juste! Mais qui suis-je moi pour avoir un tel jugement ? Personne, je ne suis pas meilleure que vous, je suis simplement une âme en cheminement,

            Ce que vous exprimez ici m’est étranger.Je ne ressens pas de confrontation avec vous pour ma part, je ne partage pas vitre ressenti dans l’autre sens, de l’autre bout.J’ai l’impression que vous ne parlez pas de moi, ici, mais de vous, de ce que mon expression provoque en vous, mais je ne m’y retrouve pas vraiment.Je pense que cette histoire d’ombre » peut-être une étape, et pas nécessairement fixe.

          • Stéphanie dit :

            Bonjour Waterbreathing,

            Merci pour vos réponses très constructives. Pour l’empathie vous avez raison, j’ai interprété cela avec mes propres filtres. Vous voyez le langage écrit ou parlé est vraiment limité d’une certaine façon d’où les incompréhensions ou différentes interprétations.

            En ce qui concerne le choix du regard, là aussi je me rends compte que vous avez raison, en fait nous ne choisissons pas au niveau conscient. Je comprends votre discours sur la souffrance et j’entends bien que votre état d’esprit actuel est lié à cette souffrance. Vous savez Waterbreathing, j’ai connu moi aussi une enfance parsemée de souffrance (comme d’ailleurs beaucoup d’entre nous), mais j’ai toujours porté mon regard vers l’amour inconditionnel. Au fond, c’est vrai je ne sais pas bien pourquoi, cela s’est imposé naturellement à moi, il s’agit peut-être d’une prédisposition ? Une chose est certaine une fois les épreuves de mon enfance et de mon adolescence passées, le fait de porter mon regard sur l’amour inconditionnel par effet de résonance n’a apporté que sérénité, paix, joie et amour dans ma vie CONCRETE. Je suppose que nous avons tous un destin et un chemin à suivre et je ne serais pas surprise de découvrir que nous l’avons programmé avant de venir ici.

            Pour les ombres, plus qu’une confrontation je pense qu’il s’agit d’un miroir qui peut fonctionner par résonnance mais aussi par dissonance, mais vous avez raison cela n’engage absolument que moi.

            Enfin, pour l’écriture mon histoire de chamanisme n’est peut-être pas clair, simplement nous ne sommes que des antennes qui captent les ondes émises par le champ de conscience unifié. D’ailleurs le fait que cela vous provoque des états difficiles à gérer prouve que vous avez un don et du talent, l’écriture peut être un support médiumnique, donc si vous vous connectez (même si vous n’en avez pas conscience) à des énergies négatives et lourdes, cela ne peut forcément que vous perturber et être au bout du compte dangereux.

            Bonne continuation à vous aussi Waterbreathing !

        • waterbreathing dit :

          Pour les ombres, plus qu’une confrontation je pense qu’il s’agit d’un miroir qui peut fonctionner par résonnance mais aussi par dissonance, mais vous avez raison cela n’engage absolument que moi.
          Je n’ai pas compris cette phrase.
          Pour ce qui est de l’amour inconditionnel, je ne le vis pas.Au contraire, toutes formes de relations me semblent soumises à des conditions, me semblent contractuelles, par bien des aspects.Je me souviens de phrases de michael brown ( je crois) , de ses réflexions sur l’amour inconditionnel: il dit.sait dans ses vidéos que c’est son travail à soi de s’aimer /accepter inconditionnellement.Je ne vois pas pourquoi l’on vit avec les autres, pour ensuite continuer à engager des contractualités conditionnelles( il disait ensuite que une fois cet amour inconditionnel contracté pour soi, l’on attirait des personnes qui nous aimeraient sans conditions).Cet amour inconditionnel est p-être moteur, mais s’exprime à travers une forme conditionnelle, une expression restreinte.Je ne trouve pas d’envie en moi de me tourner vers le monde extérieur pour vivre des formes de relations conditionnés, et donc conditionnelles.Je ne trouve pas pour lors d’amour inconditionnel en moi.

    • elba dit :

      Bonjour Françoise. J’ai aimé vous lire, parce que vous « ne vous retranchez pas dans votre bulle ». Ce que vous dites est intéressant et porte à réflexion, ce qui est toujours bon pour les uns ou les autres.
      Je voudrais juste vous dire que si je viens régulièrement lire les lignes mises ici par le passeur, c’est seulement à fin de me remettre en cause encore et toujours… Je crois que j’ai besoin de ça… Peut-être parce que j’ai envie que les choses changent. Cela ne m’empêche pas de rester moi-même et de ne pas toujours être en accord avec ce qui est publié.

      Concernant une chose dont vous parlez à la fin de votre commentaire, je ferais une réflexion qui me concerne personnellement : lorsque j’ai des pensées positives, que je lâche prise par rapport à une colère ou à un ressentiment, je me sens mieux. J’ai remarqué que chez moi, lorsque je ‘pense mauvais’ dès le matin, ça m’empoisonne la vie, et parfois aussi celle de mon entourage. Ce site m’aide donc à prendre conscience de certains aspects en moi, particulièrement DANS CE QUE JE PEUX CHANGER EN MOI vis-à-vis des autres. Pour une vie et des relations meilleures.

      Je sais pertinemment qu’en pensant à la Syrie ou à la Lybie, à l’Iran (et à bien d’autres pays !), je ne pourrai sans doute pas changer les gens qui tuent leurs semblables pour le plaisir ou pour l’argent. Mais changer soi-même n’est-il pas déjà une petite goutte dans l’océan de cette vie que nous partageons tous, même si nous sommes parfois très éloignés les uns des autres ?
      Nous ne devons pas être des moutons, nous voiler la face, mais au contraire nous forger notre propre opinion. Et vouloir avancer pour une meilleure humanité. Cependant, pas en faisant la guerre à notre prochain. (je peux vous dire en tout cas que j’ai encore bien du « boulot » à faire dans ce sens… ;))

      Voilà ! Je voulais juste partager cela avec vous. Et dire que TOUS les commentaires postés enrichissent ma compréhension de ce monde assez chaotique, il faut bien le dire. Comprendre, c’est déjà un pas vers des solutions, peut-être.
      Amitié à vous. 🙂

  12. catbec dit :

    Bonjour Pitz

    J’aime voir les gens heureux.
    Décrivez-moi le plus beau de vos rêves, et je vous croirais, sans condition, sans chercher à savoir s’il est « vrai » ou pas, sans exiger de vous des preuves.
    Dans notre bonheur d’être en vie, nous avons aussi tous accès au rêve.
    La réalité du rêve est une réalité qui nous concerne tout autant.
    Qu’y-a-t-il de gênant à entendre des mots qui sont comme un baume pour soulager d’autres maux et cela d’une manière qui ne sera pas reproductible, à l’inverse de ce qu’exige tout le temps la technoscience actuelle, qui souhaite reformuler sans cesse le vivant ?
    Cette belle personne nous parle uniquement d’elle et de soin expérience, sans intention de nous vendre de salades ou de thérapies.
    C’est toujours un bonheur d’entendre de bonnes nouvelles, avez-vous remarquer ?
    Nous ne nous disons pas assez de bonnes nouvelles.
    Et quand nous entendons de bonnes nouvelles pour les autres, c’est-là que nous exigeons qu’elles soient vraies pour soi aussi. Cela ne dépend que de notre écoute, c’est de notre seule responsabilité, c’est ce que je crois.
    Mais je parle avec de petites références.
    Merci à vous de recevoir ce que mon coeur avait à vous dire, que je ne peux pas prouver :), mais qui est sincère.
    belle journée

  13. pitz dit :

    bonjour,
    Je voudrai juste poser une question concernant le témoignage video d’Anita.
    En fait, j’ai cherché sur tout le web peut être mal, je le conçois, mais je n’ai rien trouvé qui prouve la véracité des faits exposés. Pas de témoignage des médecins ou du personnel soignant ayant eu en charge Anita. Pas d’article de presse non plus juste une vidéo reprise et commentée par des centaines de site. Ca me laisse perplexe surtout lorsque c’est ma meme video qui revient partout.
    Peut etre avez vous une explication ?

    • Le Passeur dit :

      Qu’on ne trouve pas tout sur le web et probablement encore moins des témoignages de médecins qui pour leur grande majorité sont assez mal à l’aise avec ce genre d’expérience et font tout pour ne pas s’y mouiller. Quant à la presse, ça vous étonne vraiment ? Cela dit, la femme qui l’interviewe anime bien une émission. A noter qu’Anita a aussi écrit un livre.

      • pitz dit :

        Merci d’avoir pris le temps de me répondre.
        Des témoignages de médecins on en trouve sur le web et même de nombreux
        (charbonnier , Jourdan, Van prim…. pour ne citer que les plus médiatisés et européens…
        Mais dans le cas présent aucun non pas pour témoigner de la véracité de la nde mais pour témoigner de la guérison.
        Quand une personne se trouve au stade 4 d’un cancer et qu’elle guérit en dehors de toute considération, il s’agit d’un cas de guérison spontané, la même chose se passerait à Lourdes, on dirait un miracle. Qu’une équiipe médicale passe sous silence un cas de guérison spontané me parait surprenant, contraire à toute éthique. On ne lui demande pas d’expliquer mais de constater et la rien. Une vidéio sur le net reproduite des milliers de fois est ce que cela fait preuve de vérité ?
        Une journaliste qui fait un reportage et qui se satisfait du seul témoignage est plutot une journaliste de sensationnel mais non d’investigation.
        Comment peut elle ne pas faire d’interview de l’équipe médicale ?
        Et le fait qu’Anita écrive un livre ne prouve rien non plus. Il y en a tellement qui ont écrit des livres il y en a même qui écrivent comme walsch qu’ils communiquent avec Dieu Pourquoi pas…..
        Désolé mais je suis un peu révolté contre ce que je nomme de la désinformation sur le net.
        Pourtant, je crois aux nde et aux témoignages mais qui sont corroborés par des équipes.

        • elba dit :

          Pitz, une de mes cousines a guéri d’une leucémie à l’âge de six ans, après un voyage à Lourdes. Elle était condamnée par les médecins. Sa guérison inexplicable n’est relatée dans aucun bouquin, ni nulle part ailleurs. Seuls nous, les membres de sa famille, sommes au courant de ce qui est arrivé, et nous ne nous sommes jamais expliqués cela d’une façon pragmatique, parce que ce n’était pas possible. Mais la guérison était bien là. Finie, la leucémie !
          Et je crois qu’il doit y avoir tout un tas de cas de par le monde qui sont tout aussi « miraculeuses » qui restent méconnues. La vie est un mystère pour nous tous qui n’avons pas fait d’expérience hors du commun.
          Amitié à toi.

    • alain thomas dit :

      Dans la majorité des cas, les personnes qui ont vécu une expérience de NDE n’en parlent pas parce qu’elles pensent que l’on va les prendre pour des « folles » et elles disent toutes :
      « Mais à qui voulez-vous que j’en parle, personne ne me croira ? »
      En fait, depuis les années 1980 et l’extraordinaire travail du Dr Moody aus Etats-Unis et la parution de son livre « La vie après la vie », le sujet est vraiment tabou.
      Ce n’est que récemment que les personnes commencent à en parler sans que cela pose trop de problèmes pour elles. Au contraire, il y a eu des films au cinéma, quelques articles dans la presse, des reportages à la télévision et surtout, les expériences de NDE sont toujours aussi nombreuses.
      Elles sont authentiques dans la mesure où elles concordent quasiment toutes.
      Bien sûr, le témoignage d’Anita pourrait être un « faux », alors, depuis que des témoignages sont recueillis et ont tous des critères communs identifiés, ce serait des millions qui seraient des « faux ».

      • pitz dit :

        Ok il y a des gens qui n’en parle pas c’est certainement vrai mais c’est pas le cas de la video. Anita parle……
        Des livres sur les nde emi etc , j’en ai lu _kubler ross, moody, jourdan, charbonnier, etc…….
        Mon propos concerne une video duppliquée sur des centaines de site et qui affirme une guérison stade 4 de cancer. Peut être est ce vrai mais comment peut on sans témoignage ni de médecin ni de personnel soignant jeter ainsi une video en pature aux internautes qui se dépèchent de la reproduire sans vérifier quoi que ce soit.
        Ceci dit je ne conteste pas la véracité de certains récits argumentés et étayés de preuves.
        Pour être crédible et faire avancer les choses et les comprendre, il faut pouvoir s’appuyer sur des témoignages qui peuvent etre recoupés, vérifiés, faute de quoi il est impossible d’apporter un quelconque crédit aux reportages.
        Je suis dans ce cas alors j’attend qu’on apporte des preuves aux assertions.

        .

      • elba dit :

        J’ai personnellement été en contact avec une personne qui avait fait une NDE. J’ai d’ailleurs son témoignage écrit qu’elle m’a envoyé. Je ne peux pas le diffuser parce que je ne fais pas partie de sa famille et qu’à présent elle est décédée.
        Mais je peux vous dire qu’au moment de son décès, ça a été pour moi un moment très très intense : cette jeune femme est partie avec une dignité, une confiance et une foi dans la vie que je n’avais jamais rencontré. Connaître quelqu’un qui part de ce monde dans la joie, ce n’est pas une expérience que l’on fait tous les jours.
        Ca existe, c’est tout. Et je peux dire que c’est déroutant, fabuleux, émouvant… Bref ! tant de mots peuvent s’appliquer à cela !

    • MARGOTTE dit :

      Je suis assez d’accord pour me demander pourquoi on ne voit qu’une vidéo et rien d’autre où qu’on cherche sur Internet…c’est quand même étonnant qu’il n’y ait aucun compte rendu médical, aucun e trace plus « légale » de cet évènement qui pour l’instant apparait plutôt comme une magnifique supercherie avec juste une jolie vidéo

      • Le Passeur dit :

        Bah, je n’ai qu’une chose à dire, pensez ce que vous voulez…

      • pitz dit :

        Merci de faire le même constat que moi. A force de ne voir que des gens émerveillés, je finissais par me demander si je n’étais pas le seul à me poser des questions.
        Un cas aussi extraordinaire devrait paraitre dans les revues médicales spécialisées, car réchapper d’un cancer au stade 4 est assez rare puisque c’est le dernier stade pourqu’on en parle dans les revues spécialisées.
        Que l’homme ait besoin de merveilleux, je le conçois, qu’il s’y accroche c’est normal mais ne pas faire d’investigations c’est laisser se propager de la désinformation;
        Et cela ne manque pas sur internet, vérifier les sources rechercher des témoignages c’est le minimum qui puisse être fait, car à défaut on ouvre les portes sur tout et n’importe quoi.
        Pour répondre au Passeur, je dirai que je ne veux pas croire ce que je veux, je veux des preuves et non pas me laisser emporter par mes émotions.
        Alors de grace vérifiiez vos sources.
        Maintenant, je vous rends hommage car ce n’est pas un forum fermé, facile d’accès contrairement à d’autres qui sont controlés etc ….

        • Le Passeur dit :

          Et pourquoi pensez-vous être dans le vrai ? A ce moment-là, vous pouvez dire la même chose de la plupart des articles publiés ici et demandez donc d’ailleurs aussi des preuves au physicien qui parle du champ de conscience unifié (dernier article). Que ce soit au-delà de ce que pouvez accepter, soit, mais de grâce, pour reprendre vos termes, imaginez un peu que JAMAIS vous ne trouverez relaté pareil cas dans les revues médicales. Et si vous pensez le contraire, alors désolé mais vous n’avez vraiment pas compris comme fonctionne le système en place. Je pense pour finir que le bouquin qu’elle a écrit, bien plus visible, aurait été contesté par le milieu médical en question.

          • pitz dit :

            je ne pense pas être dans le vrai , je veux juste des preuves et qu’une expérience vécue puisse être corroborée par les témoignages de ceux et celles qui en ont été les témoins directs. C’est tellement difficile à avoir…..
            Je n’ai pas lu le dernier article sur le champ de cosncience unifié donc je n’en parlerai pas.
            ( mais je vais le lire …)
            Et puis pourquoi changer de sujet dans les revues médicales on trouve pas mal de sujets même sur les nde ou autres.
            Je ne suis pas naïf contrairement à ce que vous pouvez penser.
            Maintenant pourquoi que des témoins directs d’une manifestation extraordinaire n’ont font-ils pas cas ?
            Ecrire un livre nombreux sont ceux qui l’ont fait mais cela ne fait pas force de preuve.
            Je suis entrain de lire le dernier de JJ Charbonier pour autant je ne partage pas tout ce qu’il écrit.
            Enfin pour répondre à Louisetta, il y a des gens qui prennent du temps pour beaucoup plus que ça comme Wallsch que j’ai déjà cité « Conversations avec Dieu » excusez du peu et pas qu’un tome…
            Maintenant le fait d’être dans l’émotion ne confirme en rien la véracité d’un témoignage. bien des films m’ont arraché une larme mais cela ne reste que des films.
            De grace donnez moi des preuves et non des « je pense que »…. « Je crois que… » etc…
            Je ne demande qu’à croire….. mais pas sans preuves..

            • Le Passeur dit :

              Plusieurs aspects dans ce que vous dites. D’abord je n’ai jamais pensé ni dit que vous étiez naïf. Et puis même, être naïf est finalement bien moins un obstacle à l’ouverture du cœur que d’être un invétéré chercheur de preuves. C’est quoi une preuve pour vous ? Le témoignage des médecins ? Et vous vous demandez pourquoi il n’y en a semble-t-il pas ? Au mieux, à part de rares exceptions, les NDE sont officiellement reconnues par le corps médical comme une perturbation chimique du cerveau et pour ne pas se faire rejeter de la pensée unique du milieu, on reste bien à l’abri de faire des vagues en prenant position. On a vu la même chose durant des décennies de la part des pilotes d’avions civils qui voyaient des ovnis. Ils sont parmi les mieux placés pour ça.
              Ensuite lorsque vous dites « De grace donnez moi des preuves et non des « je pense que »…. « Je crois que… » etc… Je ne demande qu’à croire….. mais pas sans preuves.. », je ne peux que vous inviter à lire si vous ne l’avez pas fait les articles de la rubrique L’Eveil, ou au moins le dernier sur le petit bréviaire de l’ego, qui vous aidera peut-être à mieux percevoir ce qu’il y a derrière un tel besoin de contrôle.

          • alain thomas dit :

            Pour ne citer que lui, le Docteur Raymond Moody a recueilli dans les années 70-80 un nombre incalculable de témoignages qu’il a étudiés sous tous les angles, ce qui lui a permis de déterminer les différentes étapes rencontrées à l’occasion d’une NDE.
            Je ne comprends pas comment on peut encore aujourd’hui émettre des doutes sur la véracité des expériences de NDE vécues par ces êtres.

        • Louisetta dit :

          Pour compléter ce que dit le Passeur, si la prudence peut être un bon allié, pour ce genre de chose il est fort dommage de ne pas savoir lâcher les rennes du raisonnement-à-preuves-tangibles, car il y a bien des choses réelles et très belles qu’on ne peut pas (encore?) prouver de la manière dont vous l’entendez.

          C’est d’ailleurs cette peur de « s’émerveiller », encore très courante, qui nous lie au fonctionnement encore présent.

          • pitz dit :

            Je crois bien que vous mélangez tout.
            Alain Thomas me parle de Moody. Je ne remet rien en cause sauf que dans les cas que Moody donne comme Charbonnier ou Jourdan il y a les témoignages des soignants qui corroborent les affirmations des expérienceurs. Mais aucunément dans la vidéo que vous adulez tous.
            Pour l’instant on cherche à comprendre des phénomènes inexplicables que je ne nie pas mais qui ne se résument pas à une attitude béate qui ne fait rien avancer.
            Et puis il y a les personnes qui vivent des expériences négatives et pourquoi ?
            Tenez expliquez moi pourquoi ?
            Je peux faire une video et raconter n’importe quoi, c’est peut être une expérience à tenter.
            Pour Répondre à Elba, qui parle de sa cousine miraculeusement guérie d’une leucémie suite à un voyage à Lourdes et dont personne ne parle. c’est en effet surprenant car ce n’est pas commun et que ses médecins se contentent d’être dubitatfs
            est étonnant. Que les parents qui l’ont accompagné à Lourdes et qui sont les témoins de ce miracle se soient tus m’étonne beaucoup mais bon. L’église ne demande qu’à officialiser des miracles vérifiés.
            Tant mieux pour la cousine car la leucémie fait des ravages.
            J’en ai vu des personnes mourir du cancer, je les ai tous vu souffrir et n’être plus que l’ombre que de leur ombre lorsqu’elles sont parties et pourtant on nous dit « on ne souffre plus  » les traitements anti douleur et j’en passe. Des affiches il y en a partout mais ça n’empêche pas les gens de souffrir. De ça je suis témoin…..
            Je ne puise pas mes sources dans des vidéos mais dans la réalité quotidienne.
            c’est tout ce que j’ai à dire ……

            • Le Passeur dit :

              < < Et puis il y a les personnes qui vivent des expériences négatives et pourquoi ? Tenez expliquez moi pourquoi ? >>

              Parce qu’elles correspondent à ce qu’ils sont au moment où ça leur arrive. Rappelez-vous, on rencontre ce que l’on émet.

              < < L’église ne demande qu’à officialiser des miracles vérifiés. >>

              Détrompez-vous. Ca les gêne bien plus qu’autre chose.

              < < J’en ai vu des personnes mourir du cancer, je les ai tous vu souffrir et n’être plus que l’ombre que de leur ombre lorsqu’elles sont parties et pourtant on nous dit « on ne souffre plus » les traitements anti douleur et j’en passe. Des affiches il y en a partout mais ça n’empêche pas les gens de souffrir. De ça je suis témoin….. Je ne puise pas mes sources dans des vidéos mais dans la réalité quotidienne. c’est tout ce que j’ai à dire …… >>

              Je crois que c’est vous qui mélangez beaucoup de choses. Et ne pensez pas avoir le mononopole de cette réalité-là.

          • louisetta dit :

            Cher Pitz,

            Il est bien des choses virtuelles desquelles je me méfie, y comprit des choses pour lesquels certains ignorants sortent les mouchoirs.
            Il est dommage de croire d’avantage en certaines choses du système actuel que de croire en la sincérité d’une femme qui délivre un tel enseignement.
            Mais si on veut pinailler, quand bien même son expérience de NDE serait un fourbe mensonge, ce qu’elle dit ensuite suffit à mon sens à éveiller l’intérêt. Après, si même ça ne vous touche pas, je vous plains.
            Je connais très peu de personnes qui n’ont pas vu des proches atteints d’un cancer, et je ne suis pas non plus dans cette heureuse minorité.
            Mais de la, on peut choisir l’extrême méfiance, ou bien ouvrir son cœur à ce genre d’expérience très révélatrice, sans besoin d’une figure sociale particulière ou un diplôme pour mettre un tampon à nôtre crédit.
            Ce dont elle parle est réellement intéressant.

      • Louisetta dit :

        Franchement, je ne vois vraiment pas en quoi elle prendrait du temps pour témoigner de cette manière et écrire un livre sur une expérience qu’elle n’a pas vécue.
        On sent bien que c’est sincère et vivant, et même il lui arrive de chercher ses mots pour tenter de décrire son ressenti.
        Je crois qu’elle veut tout simplement offrir son expérience au plus grand nombre, et partage sans détour les certitudes qu’elle a eu la chance d’embrasser;
        Il est assez étrange d’imaginer un tel message de vie, de tels propos au service de la supercherie, de la vanité, de l’exagération, et que sais-je encore.
        Je crois que beaucoup de femme ont encore du mal à assumer et épanouir leur part féminine de manière juste. Je parle de cet éclairage particulier sur le ressenti, cette douceur, ainsi que cette énergie d’accueil et du donner de soi comme d’une source illimité, que nous ressentons toutes particulièrement au fond de nous (dites-moi si je me trompe mesdames) et je trouve que cette femme parvient bien à l’harmoniser. J’avoue que j’admire beaucoup ça, et je crois que c’est une preuve d’honnêteté en soi.
        Mais qu’avons-nous besoin de médecins pour être touchés de ce beau témoignage?

        • elba dit :

          Pitz, pour ma cousine, j’ai été témoin de ce qu’elle était avant de partir… Une petite fille boulotte à force de cortisone. Elle avait six ans, et je n’étais pas beaucoup plus vieille qu’elle lorsque cela s’est passé.
          Mais franchement, je pense que mon oncle et ma tante n’ont pas voulu faire de leur fille une enfant harcelée…. par l’église ou par les médias, ce qui serait peut-être arrivé si ils avaient parlé de cette guérison.
          En fait, ils étaient tellement heureux que leur fille soit vivante et en bonne santé ! N’est-ce pas un beau cadeau pas franchement utile à mettre dans les mains des médias, cette vie préservée ?
          Je suis certaine qu’il en existe pas mal d’autres exemples de par le monde.
          Je pense comme Louisetta, personnellement, concernant Anita Moorjani. Et peu m’importe que d’autres personnes pensent différemment de moi : chacun a son propre point de vue que l’on se doit de respecter. Je respecte le votre. Peut-être êtes-vous dans le vrai. Peut-être pas. Quelle importance, après tout ?
          Amitié.

        • waterbreathing dit :

          Parce qu’elles correspondent à ce qu’ils sont au moment où ça leur arrive. Rappelez-vous, on rencontre ce que l’on émet.
          ça commence ou cette histoire d’émission ? le nourrisson qui est frappé par ses parents lui causant traumatismes et handicap, ou le gosse qui a été mis dans une machine à laver à rencontré ce qu’il émettait ?

          • Le Passeur dit :

            Je crois que ton ego qui fait beaucoup de résistance prend un malin plaisir à ce qu’on lui répète mille fois les choses, mais je crois que je ne vais plus trop lui donner ce contentement.

          • waterbreathing dit :

            Je n’ai pas eu de précisions sur ce point précis, non.ça commence ou, et comment? à moins que oui, on choisisse d’emblée de naitre dans une vie ou on va finir dans la machine à laver : ok, j’ai alors des difficultés à m’avaler ça.ça me donne une vision du monde abominable.

          • Stéphanie dit :

            Bonjour Waterbreathing,

            Comme le répète souvent le Passeur tout n’est qu’une question de regard. Et si l’âme qui a choisi de s’incarner dans le corps du bébé qui va être jeté dans la machine à laver (le plus souvent par sa propre maman), l’avait choisi non pas pour sa propre évolution mais simplement par pur amour inconditionnel pour faciliter l’évolution de l’âme de son « bourreau » ? C’est une vision qui me semble très intéressante à suivre.

          • waterbreathing dit :

            liste de ce que je peux trouver beau dans le monde, ou qui m’en donne une belle vision?Je dirais la musique, qui me donne l’impression d’un langage originel, un langage, pas que l’émotion, un langage d’onde, à vrai dire, de « vibrations », à parler vibratoirement..franchement..parfois je suis monomaniaque au point de me couper de tout et je vois plus rien, je perds, ou n’ai jamais eu, une grande connexion à la nature, j’ai jamais quitté divers trous urbains faut dire, je dirais bien les paysages du monde, meme si j’en connais pas grand chose.j’aime assez qu’on puisse créer des images et les transmettre à d’autres, faire naitre des images qui voyagent des uns aux autres.j’aime rever eveillé , jusqu’au point d’en faire des cauchemars, mais à part ça..C’est un peu comme si j’avais vidé le monde des couleurs dont on l’insuffle.Je vois un peu un monde fait de son, d’élément, de couleurs(, ou tout cela et plus encore serait langage, et ça l’est, donc.. insufflé de vie, et expressif de cette vie.
            tiens ça, je trouve ça « beau’

            http://annagaloreleblog.blogs-de-voyage.fr/archive/2010/11/20/couleurs-du-monde.html

            « Comme le répète souvent le Passeur tout n’est qu’une question de regard. Et si l’âme qui a choisi de s’incarner dans le corps du bébé qui va être jeté dans la machine à laver (le plus souvent par sa propre maman), l’avait choisi non pas pour sa propre évolution mais simplement par pur amour inconditionnel pour faciliter l’évolution de l’âme de son « bourreau » ? C’est une vision qui me semble très intéressante à suivre ».
            oulalala…tout cela me donne une vision terrible de la spiritualité, de la vie, du monde qu’elle décrirait, au contraire, comme si on ne pouvait évoluer qu’au travers du sacrifice, de la souffrance, voire du martyr comme expression d’amour.d’ou vous pouvez affirmer que ça passe comme ça? ça vous vient d’ou, de guides, d’intuitions?

            • Le Passeur dit :

              Donc tu es bien capable de voir le beau, et cela t’apporte une source de joie. Mais au vu de tout ce que tu as pu nous dire ici, tu choisis l’essentiel du temps de te tourner vers ce qui te donne une vision horrible du monde. Est-ce que cette contradiction ne t’indique pas que tout ça se résume bel et bien à une simple question de choix ? Je sais déjà ce que la part de toi qui s’échine à ne voir que le laid va me répondre, mais si tu essayais de laisser répondre la part qui voit le beau, celle qui est ta véritable identité, celle qui, comme le photographe de la mouche dans le lien que tu nous as donné, sait voir le beau dans l’infiniment petit, dans le « négligeable », voire le repoussant ?
              Comme tu le dis toi-même, tu perçois finalement le langage de la vie, ses échanges. Tu le perçois par ce qu’il y a de juste en toi. Et tu l’oublies en laissant dominer cette autre part qui se complaît dans la contemplation de la souffrance et qui va bientôt me répondre que pas du tout, il n’y a aucune complaisance là-dedans. Tu as grandi dans le même conditionnement que tous et n’échappes pas plus que tout le monde à l’emprise de l’ego. Tant que tu lui laisses la décision, ne doute pas que le choix restera le même. Puisque tu sais prendre de temps en temps le dessus, cultive ces moments et laisse grandir cette force en toi. Il t’est peut-être plus important de suivre ces désirs de connaître le monde et de sortir des « trous urbains », pour reprendre ton expression. Au contact d’autres lieux, d’autres cultures, il y a des chances pour que que la vérité sur la beauté de la vie et sur la capacité des humains à aimer jaillisse à ton regard. A toi de voir. Tout ce que je sais, c’est que tu viens ici et ailleurs chercher un souffle qui te permette de gonfler les voiles, c’est donc qu’il y a une volonté d’aborder ces rivages où tu pourrais « faire passer ces images des uns aux autres ». Je vois là un désir puissant et une vocation qui pourrait te conduire à éclairer bien des zones d’ombre.

          • waterbreathing dit :

            je pense aussi que j’ai tendance à aller à contresens, du courant.. j’ai connu des environnements lourds, oppressants, et aller à contresens était positif, véhiculer au contraire le reve, une certaine légèreté.C’est presque plus un problème d’intégration, d’adaptation à ce stade.Or, dire , faire eloge de ce qui est beau, ‘( je l’ai fait) ne suffit pas, car pour ma part, je ne changeais pas mon mode de vie, qui me rend malade.J’ai du vider de l’energie à mouliner dans le vide, à alimenter la reverie, au lieu de l’investir dans le monde qui me semblait désespéré..et aujourd’hui, c’est un fait, je suis extrèmement fragilisée à la souffrance ( les gens souffrants, de toutes sortes, sont comme aimentés à moi comme si j’étais le samu social)et vis des moments de dépression très sombres, régulièrement, comme quasi fragilisation, contrecoup.
            J’aime bcp le lac manaux aussi sur ces photos, en fait, j’aime aussi les illustrations , artistes que tu postes, (d’ailleurs une personne m’a offert un calendrier illustré par une des artistes que tu as posté, séverine pineaux, je crois, sans que ce soit recherché du tout)
            et d’autres, jon foster
            http://3.bp.blogspot.com/-TuKrV3K3kuo/TtGeSnYJjAI/AAAAAAAAAWM/Gxcb_9LPauc/s1600/21193.jpg
            plus « sombre » tout le monde n’aimera pas, mais il y a aussi quelque chose de très puissant dans ces illustrations, je trouve , beksinski
            http://1.bp.blogspot.com/-uek7h0bRX7Q/TsrhCHKmSnI/AAAAAAAAAPs/tIAf9ybWgYs/s1600/beks-niwa-mokoszy-makosz-002461.jpg
            http://2.bp.blogspot.com/-FntP3u7G-wE/TsrhU-t2RWI/AAAAAAAAAQU/jFDwxhkc7YM/s1600/beksinski_6-zaswiaty-komora-sowiego.jpg
            http://beksinski.dmochowskigallery.net/galeria_past.php?lang=f
            j’aime bien le surréalisme.
            si je ne parle pas du beau que je vois.. je ne sais trop pourquoi, je suppose qu’il n’est besoin de le « dire », et qu’il n’est pas accessible à un certain discours, langage.Tu as raison, je crois..

          • Stéphanie dit :

            Bonjour Waterbreathing,

            Et bien c’est votre vision et je la respecte, car elle est en parti vraie comme la mienne est en parti vraie tout dépend du regard que l’on y porte. Je ne sais pas si vous croyez à la réincarnation ? Moi j’ai cette conviction, intuition, perception depuis mon enfance, donc cela replace les choses dans une prospective beaucoup plus large, pour moi la vie est un théâtre, le théâtre de la vie. Cette planète est une gigantesque scène de théâtre et au fil de nos incarnations nous endossons différents costumes et nous jouons divers rôles pour apprendre, évoluer et remonter vers la lumière (d’ailleurs le Passeur explique très bien cela dans ses articles).

            Je n’ai aucune preuve rationnelle que ce que j’affirme, mes guides (s’ils existent) ne me parlent pas directement, mes intuitions me viennent à travers l’écoute du ressenti de mon corps et surtout par l’intermédiaire du don de l’empathie qui n’est autre que la connexion au champ de conscience unifié via le chakra du cœur. L’amour inconditionnel dans la perception qui est la mienne EST tout simplement, il englobe tout et EST en tout, c’est l’essence de la vie et de tout ce qui EST. Je n’ai pas la mission ni la prétention de convaincre qui que ce soit, je partage seulement ma vérité qui est une parmi tant d’autres.

  14. Yolane dit :

    Merci au Passeur, Nada et Relience pour leur aide. Chaque réponse amène d’autres questions. Peut-être faut-il, à un moment, arrêter de s’interroger. Pour moi, s’interroger c’est encore excercer un contrôle pour limiter la peur et l’incrédulité devant ce qui me devient de plus en plus évident : LA PUISSANCE de ce que je, ce que nous sommes. Cette puissance est si loin de ce que les conditionnements de vie ont imprimé en moi au fer rouge.

    Merci à tous et à bientôt sur le chemin.

    • waterbreathing dit :

      IL y a surement des questionnements qui parlent un mental qui souhaite controler, mais s’interroger, est-ce n’est pas aussi et simplement de la curiosité ? soit, si on est, et est en harmonie avec un soi supérieur, on « connait-sait-vit des révélations », et n’a p-e plus besoin d’interroger, car s’interroger est sortir de l’unité ?Mais moi, je ne trouve pas que négatif le fait de se questionner.

  15. marie christine dit :

    Et pour ajouter un peu d’humour à tout ça …

    L’ENFANT DIVIN

    J’avoue honnêtement
    Que je n’y comprends rien
    A tous vos sacrements,
    Je suis Enfant divin .

    Ignorant ingénu
    Et du mal et du bien,
    Ma pureté est à nu,
    Je suis Enfant divin .

    Religieux de tous temps,
    Vos anges, vos esprits saints
    M’ennuient profondément,
    Je suis Enfant divin .

    Prêchez la bonne parole
    Et semez le bon grain,
    Entre nous, je rigole,
    Je suis Enfant divin .

    Confessez le pécheur
    Et chassez le Malin,
    Moi j’ignore la peur,
    Je suis Enfant divin .

    Athées, « Spirituels »,
    Bouddhistes ou Chrétiens,
    Je ne connais qu’un Ciel,
    Je suis Enfant divin .

    Pour conjurer le sort,
    Impassible et serein,
    J’annihile la Mort,
    Je suis Enfant divin .

    Ma vie est un jouet
    Dans les mailles du Destin,
    Je ne suis pas parfait,
    Je suis Enfant divin .

    L’avenir est promesse,
    Le bonheur est certain
    Dans la Main qui caresse
    Tous ses Enfants divins .

  16. marie christine dit :

    Chère Waterbreathing, il ne m’était jamais venu à l’idée de me culpabiliser d’avoir un corps ! Je n’ai jamais considéré que le corps était l’ego (même s’il le porte) .
    Je considère que le corps est un prolongement condensé et assombri de l’esprit, en quelque sorte .
    Comme le dit si bien Philippe Mousselon, l’essentiel est de devenir le maître de soi-même : maîtriser ses pensées et ses émotions .
    Car la conscience supérieure ne peut communiquer directement avec le corps sans passer par les corps subtils que sont le mental et le centre émotif . C’est par leur intermédiaire qu’il reçoit les intuitions, les messages, les influences divines …
    Or, si notre mental ou notre état émotionnel sont encombrés par leurs mouvements propres, leur volonté propre, leurs désirs propres, s’ils ne sont pas en paix, si nous nous laissons balloter par leurs fantaisies et leurs caprices, comment avons-nous une chance de recevoir quelque pure vérité d’en haut ?

    • waterbreathing dit :

      je ne pense pas parler de culpabilité d’avoir un corps.Mais pour ma part prendre conscience d’être incarné sous une certaine forme me fait me heurter à l’ego, conscience de son indivualisation, d’être distinct des autres.d’ou ma question, d’ailleurs, peut-être est-ce aussi question de comment on place sa conscience ?

      • waterbreathing dit :

        ceci par ex, m’amenant juste à considérer qu’une part duelle semble être une des dimensions de la réalité que nous vivons.Qu’on ne pourrait pas la détruire, mais effectivement, la transcender, la sublimer; tout comme nos corps meurent, une part de nous, meurt aussi, mais seulement une part, à laquelle il ne faut pas s’identifier.

      • marie christine dit :

        Chère Waterbreathing, le fait d’avoir un corps ne devrait pas poser problème, c’est normal dans les circonstances actuelles ! Ce qui est intéressant, c’est d’observer ce qui se passe à l’intérieur (et il s’en passe des choses !) . Et plus on voit ce qui se passe (pensées, sentiments, sensations physiques …) plus on voit ou sent ce qui se passe à l’intérieur des autres, et plus on s’aperçoit qu’il s’y passe des choses qui nous sont très familières !
        On s’aperçoit qu’on se ressemble beaucoup plus qu’on ne le croit car tout ce que les humains éprouvent est universel et que tout cela est contenu dans tous les corps (avec quelques petites variations de parcours) d’un bout à l’autre de la planète. Il ne faut pas se fier aux apparences .

    • Thierry dit :

      Bonjour,
      A mes yeux, le mot maîtrise amène avec lui toute la dualité et les combats entre deux entités virtuelles. Il me semble, par expérience, que l’approche proposée ici, « accepter ce que l’on est » est infiniment plus « efficace », car l’accepta

  17. Philippe Mousselon dit :

    Bonjour à tous,
    les commentaires concernant ce témoignage d’Anita nous montrent à quel point nous sommes touchés lorsque la Vérité (l’Amour Inconditionnel) est au centre du débat.
    Je vous propose une définition du Maître : « Celui qui est sur son Chemin ». Nous sommes tous des Maîtres; nous l’avons seulement oublié ! A chacun d’entre nous de lever les voiles de l’oubli.
    Merci à tous. Avec tout mon Amour.

  18. Yolane dit :

    Bonjour à tous.
    Merci pour tous vos commentaires si éclairant.
    Il y a une question que je me pose depuis un moment. Quelqu’un pourra peut-être m’aider à y répondre : Pourquoi l’Etre de lumière que nous sommes, au fin fond de nous-mêmes, éprouve-t-il le besoin et/ou le désir de s’incarner et de se charger d’un égo aussi limité et limitatif ?
    Je ne suis qu’au début de mes questionnements et je bute la-dessus.

    Merci et amour à tous.

    • Le Passeur dit :

      Disons que c’était plus une nécessité qu’un besoin. Un éclairage sur la question est disponible dans L’Eveil en Soi.

    • Nada dit :

      « Pourquoi l’Etre de lumière que nous sommes, au fin fond de nous-mêmes, éprouve-t-il le besoin et/ou le désir de s’incarner et de se charger d’un égo aussi limité et limitatif ? »

      Je me permets de répondre ce qui me convient.
      L’incarnation dans la biologie terrestre est un choix volontaire afin que la lumière ou l’énergie puisse se mouvoir dans les densités créées depuis l’origine de la vie.
      Si l’égo ou le soi unique est limité, la cause est le délai entre une pensée et sa manisfestation. Ainsi que les perceptions de l’espace de déplacements du corps.
      L’égo libéré ou ascension a compris comment fonctionne la manisfestation d’une pensée créatrice, et donc quoiqu’il fasse, l’innocuité est constamment respectée.
      Il peut de nouveau utiliser l’énergie et créer, choisissant la durée de vie de sa création.
      C’est la joie d’exister dans un corps humain.
      Ce corps humain est alors absolument aimé, car l’esprit l’anime dans toutes les cellules.

      2012 est enfin l’année de l’amour : l’esprit et le corps sont amoureux l’un de l’autre.
      Vaste programme pour chacun…

    • Relience dit :

      « Pourquoi l’Etre de lumière que nous sommes, au fin fond de nous-mêmes, éprouve-t-il le besoin et/ou le désir de s’incarner et de se charger d’un égo aussi limité et limitatif ? »

      Ce qu’expose Nada est intéressant. Cela rejoint le témoignage de Lilou Mace : L’intemporalité. Tout se vit simultanément et n’a pas de temps. J’aime beaucoup parce que je sens, je sais que c’est vrai. C’est ce qui créer d’ailleurs l’idée de « téléportassions ».

      Merci beaucoup Guillaume, Passeur et Lilou Mace.
      Oui, Eveil expose beaucoup de réponce à ta question. Lilou Mace aussi.

      Je vais maintenant te donner mon senti sur la question :

      La limite est ce qui permet l’opération directe d’une vitesse ressentis. Le vieillissement est ce qu’engendre la vitesse superposé à l’attraction qu’elle inverse dans une averse temporel/corporel. L’égo est la matière carboné de l’Homme.
      L’être, esclave de l’égo asservit à la dépendance s’infiltre dans les peur les plus ancestrale
      —> jusqu’à ~ 1979, où la lumière n’était que simulation jusqu’à sa guérison actuel vrai.

      L’égo au service de l’être permet une réunification de deux pôles par « pack » voir « pacte » selon ses choix tant individuel que collectif. Il est deux pour devenir un. L’émotionnel carboné en peur est ce qui pose la limite. L’infini, l’illimitation est une libération total, une réunification, redevenir : un.

      L’instant présent, la contemplation permet d’ouvrir la porte de l’infini.

      Cependant, sur ce plan, on devait passer par là. On devait se carboné. Pour accélérer ce que dans d’autre dimension n’existe pas. Une extension par l’intensité. Une fusion vécu afin
      « d’Imploser »; « de se décomposer ».

      Que ce soit passion cela reste destruction permanente ici. Elle est souffrance car elle se nourrit du manque insécure de toute forme à laquelle elle dépend.

      L’état complet unifié en un est un état indépendant. Impeccable. (voir l’article http://www.urantia-gaia.info/2012/01/04/limpeccabilite-sinon-rien/#more-3481 ) Parfait. Il n’est plus pensé. Il n’est plus rien. Il est tout simplement. Il agit en état d’être qu’en état d’âme. Il est intime. Il est secret. Il est impeccable en se confondant à la nature elle-même. Il n’y a plus d’intention. Il est le lâché prise total de toute forme et de toute volonté. Un peu comme le film Indiana Johns via la coupe de la tentation et le pas de la mort. Ou encore le haut de l’arbre dans le film : The fontaine via L’esprit :
      « Courir en laissant couler, marcher en laissant aller, vivre en laissant pourrir, mourir en laissant jouir, au delà de ces mots imparfaits… Leur incompréhension révèle leur élévation… » –> voir l’article de la/ »ma » canalisation au complet sur mon blog :
      http://aveux.skyrock.com/3056856023-posted-on-2011-12-28.html

      Voilou…

      Avec douceur et dévotion,
      Relience.J

      • Relience dit :

        J’ajouterais : le voyage pour l’aboutissement : voilà un peu le mystère du message de notre passage sur ce plan actuel de dimension. Différencier. Souffrir pour se reconnecter. Sentir. Ressentir. Vivre cette expérience. Renoncer. Renier pour avouer…
        Une évolution, un miracle.

        Briller en divinité n’est pas autant amusant que ça pour l’enfant divin qui aime de tout son être !

        Ainsi, l’intemporalité se vit de manière plus directe dans sa sensation ressentis. L’observateur/l’acteur que nous sommes se perd jusqu’à se retrouver en paix.
        Là est la magie, la beauté de ce processus.
        Deux pour un. Diode/triade pour l’unité…

        Mélodie sympathique : http://www.youtube.com/watch?v=NzudfaUZ25k

        Je ne cherche pas à me convaincre de mes dires, ça non alors !!! LoOl ! (^_-)
        Ben si, je passe par une étape en ce moment dans vie via ce site…

        Merci la vie et cette expérience !

        R.J

  19. Luc dit :

    Le miraculisme (religion pour croyants en attente de ce qui pourrait se produire ) n’a rien à voir avec le destop qui, lui, débouche réellement les canalisations.

  20. woua!!!! merci je le transmet imédiatement

  21. marie christine dit :

    Cher Alain Thomas, le problème est que nous discutons avec notre mental et que le mental de chacun a sa propre interprétation des notions en question .
    Je ne serais pas étonnée que l’idée que je me fais de l’ ego soit complètement différente de la tienne (et que je ne connais pas) . En plus, quand tu parles de désirs, je ne sais pas s’il s’agit des désirs de l’ego (pour une satisfaction personnelle) ou des désirs de l’âme noble, des aspirations, des élans de l’être intérieur directement insufflés par l’influence divine … L’ego n’est pas le coeur . Pour moi, l’ego est quelque chose de superficiel, du surajouté qui n’est pas nécessaire . C’est comme une tempête au milieu de l’océan . On peut s’en passer, mais il faut aimer la paix ! L’ego nous fait croire que sans lui, c’est le vide intérieur, l’ennui, le néant . Il attise toute la gamme des sentiments de toutes sortes qui nous occupent depuis des millénaires (de la haine féroce à la déprime la plus noire) .
    D’après ce que je sais, il y a plusieurs sortes d’ego dans l’homme .
    Il y a un ego mental, celui des opinions, des dogmes, des convictions, des préjugés …
    Il y a un ego vital, celui des passions, des émotions parasites, de l’esprit de compétition, des désirs et des déceptions, de la recherche du plaisir et de la colère, de l’affirmation de soi …
    Et souvent ils collaborent entre eux : le mental justifie les états passionnels en leur donnant de bonnes excuses, et le vital apporte l’énergie, la véhémence aux convictions, par exemple .
    Et puis nous avons un ego physique (l’ego du corps), celui qui nous met en garde contre les dangers, un ego de survie en quelque sorte, mais qui est aussi celui de tous nos comportements mécaniques et inconscients .
    Je pense que c’est de ce dernier que tu parles lorsque tu dis qu’il ne peut pas disparaître sinon la matière disparaît . Bien sûr, celui-ci ne peut pas être éliminé brusquement . Ca fait partie d’un long processus de transformation .
    Mais les deux premiers peuvent très bien se convertir en se taisant, en se tournant vers le haut, en se faisant transparents et en écoutant les messages de la conscience supérieure sans interférer par leur propre volonté, mais en mettant leurs qualités (organisation des idées et dynamisme vital) au service de cette conscience afin de la révéler sur terre .

    • alain thomas dit :

      Tu dis ne pas connaître ma position sur l’égo.
      L’égo n’est pas le cœur.
      Notre vraie nature immuable est sans artifice. Le cœur est sans artifice. Notre vraie nature est l’expression du cœur, c’est l’AMOUR et la LUMIERE indivisibles.
      L’égo est donc l’artifice, toutes ces fabrications mentales, ces souillures adventices qui émanent de cette mentalisation. Mais sans cette mentalisation, pas d’introspection, pas de libre choix, pas de raisonnement, pas de méditation analytique sans lesquels nous ne pouvons évoluer.
      Par exemple, pas d’échanges de ce type où l’égo est toujours présent.
      Il faut reprendre l’histoire au début de la vie. Nous avons probablement choisi de nous incarner pour une mission individuelle précise. Nous participons à un jeu dont le but serait effectivement pour chacun d’éliminer l’égo pour rejoindre la Source indestructible et indivisible.
      Seulement à notre naissance, tout est fait pour que nous recouvrions notre vraie nature au profit de voiles ou d’obscurcissements par la saisie du monde extérieur qui apparaît. Cette illusion de la forme devient dans notre enfance petit à petit une réalité à laquelle nous nous identifions solidement. C’est un leurre mais cela fait partie du jeu. A l’adolescence, nous sommes souvent perdus parce que nous réalisons que tout cela n’est pas aussi solide que ça et nous souffrons. Il faut du temps et de nombreuses expériences pour comprendre que l’égo est un artifice, si tant est que nous arrivions à en prendre conscience.
      Devons-nous le rejeter ou réaliser son caractère illusoire mais bien présent du fait que nous croyons en son existence en tant qu’entité indépendante et autonome ?
      Il y a plein de pièges tendus dans ce jeu de la dualité, contraire à la Réalité Absolue, telle qu’elle est présentée dans le témoignage d’Anita, lors de son expérience de NDE.
      J’ai pris le parti (pour l’instant car je me remets en question en permanence) que je devais m’aimer tel que j’étais et accepter mon égo comme un collaborateur qui me permet d’apprécier la vie dans tous ces aspects. Mais surtout, c’est lui qui va aussi me pousser à plonger régulièrement dans l’inconnu, le nouveau, parce que chaque fois que je prends une décision, que je m’engage dans une action, il est toujours là et il est impossible de vivre sans lui.
      C’est pourquoi je pratique la méditation du calme mental et chaque fois qu’il est possible, dans la solitude et loin des mondanités, je pratique la contemplation, une sorte de méditation sur la vacuité de toute chose, qui amène à la joie et à l’émerveillement.

    • Louisetta dit :

      Chère Marie Christine, ce que vous dites est très clair.
      Mais ne pensez-vous pas que si nous avons des corps séparés, incarnés sur cette planète, c’est aussi pour nous épanouir à travers une certaine identité? Entre l’être entièrement identifié à son ego et l’être entièrement dissout dans la matière divine, il y a des marches, non?
      Que nôtre ego soit éclairé de nôtre part plus vaste me parait le choix le plus sain. Tenter (si il est possible, vous me direz si vous réussissez) de le supprimer tout à fait me semble également contre nature. L’ego me paraît tout simplement un bon serviteur mais un mauvais maître.
      Et si la part d’ego de chacun, vu comme une petite part de nous dont on choisi de se servir ou non selon la situation, pouvait refléter l’immense et merveilleuse palette du divin dans sa diversité?

      • marie christine dit :

        Chère Louisetta, je suis d’accord avec vous et je ne dis pas que nous devons être entièrement dissous dans la matière divine, c’est impossible actuellement, on éclaterait en mille morceaux !
        En ce qui concerne le mental et les émotions, je sais simplement, par expérience, que tout comportement réactif par rapport à une situation, quelle qu’elle soit, est produite par l’ego : euphorie, déception, indignation, orgueil, colère, tristesse, peur, etc … et tous ces petits sentiments passagers ou non qui nous piquent régulièrement à l’intérieur . Et je m’aperçois que plus on s’en remet à la conscience divine, ou petite voix (ou toute autre appellation), plus on a de chance d’agir juste . Je pense que laisser la place à l’ego c’est manquer de confiance en la guidance divine . Il faut parfois avoir l’esprit kamicase, se lancer sans savoir où on va, accepter de ne pas rechercher la solution de sécurité . C’est difficile mais c’est ça la vraie confiance, la foi véritable . Bien sûr que je n’y arrive pas à tous les coups mais j’apprends .
        Quant à la question de la multiplicité dans l’unité, je ne crois pas que l’ego soit nécessaire . Nous pouvons être différents dans nos talents, nos compétences, nos intérêts, nos particularités, nos vibrations, sans pour autant être dans la dualité . La différence n’est pas forcément une cause de dualité . Les différences peuvent être complémentaires, ou s’enrichir mutuellement, s’apprécier mutuellement, se mêler, oeuvrer ensemble …
        Ma réponse est aussi pour toi, Alain Thomas .
        Je ne sais pas si j’ai répondu dans le sujet . C’est un peu anarchique comme réponse, mais quand on tâtonne on ne peut pas toujours être clair !
        L’essentiel est d’avoir la volonté de communiquer pour se comprendre, justement parce que nous sommes différents mais avec ce besoin de rapprochement, ce désir d’unité qui nous relie tous .

        • Louisetta dit :

          Ce débat est vraiment intéressant. Et paradoxalement, il est fort probable qu’au delà de ce que nous entendons derrière les mots, nous soyons d’accord tous les trois. A quelques nuances près, bien sur. Peut être que chacun doit justement faire selon ce qui sonne juste pour lui.

        • waterbreathing dit :

          Je rejoins plutôt la vision d’Alain thomas.Tant que l’on est manifesté par une forme, une forme individuelle, tant, que par ex, si quelqu’un vous touche, vous vous distinguez distincte, et séparée de cette personne, ou objet, pour moi, on est dans une forme de dualité, d’ego, c’est à dire.Alors peut-être que cela tient au ressenti, et à la conscience que l’on y place?Cette distinction, cette individualité, et cette forme de séparation ¨, je ne vois pas comment l’appeler autrement, est une des dimensions de la réalité que nous expérimentons(et pour ma part, je trouve lassant de parler d’illusion..je trouve que l’on peut banaliser bien des choses en disant bah, c’est illusion de tout façon, cela n’existe pas réellement, soit. et bien arretons donc dans l’immédiat de nourrir une réalité illusoire si c’est le cas.) , je ne comprends pas comment l’on pourrait la « détruire », si il le faudrait seulement; faudrait-il détruire nos corps ?pour ma part j’ai essayé de tuer mon ego à un moment, de lui mener la vie dure, il n’en est ressorti que plus fort, et virulent de ce régime drastique.C’est comme lorsque je lis de ne pas préter intéret à des choses trop matérielles et superficielle, je crois que lorsque l’on prète attention et intéret à l’intéret que l’on prète aux choses matérielles, aux formes du monde, l’on est toujours pas dans le détachement, mais toujours dans l’ego.Je crois aussi qu’il faut vivre avec, même si je ne sais pas comment.

          • marie christine dit :

            Bien sûr qu’il faut vivre avec l’ego qu’on a ! On ne peut pas faire autrement .
            Si on est heureux comme ça, il n’y a pas de raison de changer .
            Si ça nous perturbe, il faut essayer de comprendre pourquoi, calmement, sans se culpabiliser, sans dramatiser, avec une attitude de scientifique, en observateur .
            « Voyons ce qui ne va pas . Voyons ce que ce qui m’est tombé dessus depuis des lustres et des lustres . Eh ben, y a du boulot ! Procédons dans l’ordre . qu’est-ce qui est le plus urgent ? Regardons cela de près, cela seulement ; on s’occupera du reste plus tard … »
            Ca peut être une méthode (parmi d’autres) .
            C’est l’ego qui culpabilise .
            Lutter contre l’ego en se culpabilisant revient à lutter contre l’ego avec son ego !

          • waterbreathing dit :

            J’ai effectivement l’impression qu’on parle ici de la même chose, voire que nous nous rejoignons sur l’essentiel, mais que les mots nous en content des visions différentes.Pour moi, vivre avec l’ego, et devoir composer avec, bien, ou mal, c’est entre autre, vous écrire ce message, ou seulement, communiquer en tant qu’entité individuelle à une autre par support de mon véhicule corporel que j’utilise à cet escient.A un moment, ce qui me déprimait c’était qu’en ce monde on ne pouvait semble t-il entrer en communication avec d’autres qu’au travers de l’ego, du moins c’est ce qu’il me semblait( desgens entrent apparemment en connexion en des méditations poussées, mais bref, notre ordinaire, monde passe par cet « ego », ou cette individualité, peut-etre que j’assimile de trop les deux ? que l’ego n’est que l’aspect illusoire en toute chose ?).. comme à ne pouvoir mettre en connexion que la périphérie de notre êtres. c’est déjà de l’ego, certes, il est décrit la 5 ème dimension, qui ressemble assez à une vision de l’harmonie que je porte en moi, mais en pratique, je ne comprends pas bien comment ce passage de dimensions à d’autres devrait se faire.

        • alain thomas dit :

          « Tant que l’on est manifesté par une forme, une forme individuelle, tant, que par ex, si quelqu’un vous touche, vous vous distinguez distincte, et séparée de cette personne, ou objet, pour moi, on est dans une forme de dualité, d’ego »…

          Cette phrase de Waterbreathing a le mérite d’enfoncer une simple vérité. Certes, c’est très pragmatique, mais justement au moins, on est dans une réalité concrète.

          On n’échappe pas à ce que nous avons accepté de réaliser sous forme de « mission » en nous réincarnant dans une enveloppe corporelle où l’on est prisonnier de son être et que l’on fait l’expérience une fois encore de ce qu’est la dualité, la division, l’égoïsme et la souffrance.
          C’est important de ne pas oublier que nous l’avons accepté.
          De là à dire que nous devons absolument souffrir, non bien sûr puisque grâce à cette enveloppe qui contient nos agrégats (les cinq sens), nous apprécions la splendeur de la nature, la beauté d’une fleur, la sensualité d’un être que l’on aime, l’amour maternel et j’en passe.
          La vie est précieuse, nous avons une chance inouïe de poser le pied sur cette planète en bénéficiant de son abondance (pas pour tous) ; nous possédons au fond de nous l’étincelle, cette part invisible « divine » à laquelle nous pouvons nous connecter en la reliant par le pont (la foi).
          L’ange et l’animal si séparés l’un de l’autre, peuvent, par notre intermédiaire, par notre volonté, par notre foi, être reliés, être unifiés. Alors, TOUT EST POSSIBLE.
          Les plus belles oeuvres de l’humanité existent parce que les hommes ont su trouver en eux la part divine en s’y connectant.
          Sans l’égo, cela n’est pas possible.

          Je dis « sans l’égo » parce qu’il participe de tout ce que nous faisons, tant que nous sommes prisonniers de notre corps.
          C’est aussi cela… le jeu.

          • Relience dit :

            @waterbreathing :

            J’adore ce que tu dis ! C’est adorablement vrai. C’est un joyaux du coeur…

            On dit « 5ème » dimension… Mais la vérité n’est pas dans les mots.
            C’est l’état…

            Comment savoir si on est en méditation relationnel entre dimension ?

            Parfois, la lumière emploi un langage.
            Celui le plus approprier, le plus proche, le plus acceptable de l’être.

            Par moment, le filtre est tellement pure qu’elle n’a ni besoin d’image, ni besoin de mots. Elle devient l’être à son état le plus serein qui soi; avec une sensation d’être là sans être là. Où on quitte son corps sans le quitter… Sauf si on pousse plus en profondeur sans se mettre au travers du lâcher prise total. Mais, c’est un alignement propre à celui qui reçoit. Je dirais une relation entre émetteur et récepteur via l’être supérieur… Deux films que je connais et que je cite souvent pourrait te donner l’élément qui illustre ce que je dis :
            -The Fountain. & : -the legend of bagger vance.

            Donc en fait, il n’y a rien…
            Encore, je citerai l’article sur l’impeccabilité exposé sur ce site.

            En gros, tout ce que nous disons ici ne veut rien dire.
            Concentre-toi dans l’entre-ligne !
            Si ça existe c’est parce que tu prête ton attention dessus…
            Vision, temps, expansion, réalisation…

            Donc tu dis des choses qui justement révèle le niveau impliqué de cette magie…
            Laisse toi porté ! Es confiance en tes canalisations. Ta logique est très fine.
            Elle est belle et divine.

            Avec douceur, écoute et âmour,
            Relience.J

          • Béa dit :

            Echange passionnant !

            Toute cette quête serait inutile sans l’égo ! C’est lui qui nous enferme dans le tourbillon des questions-réponse,nous assurant qu’il nous faut aller d’un point A au point B,qui nous ballade entre avant et après et nous embrouille dans la profusion de son délire et projette ce monde de douleurs et de craintes que nous voulons dépasser sans y parvenir…

            Nous ne pouvons résoudre les questions portant sur l’égo avec un résonnement d’égo !

            -En premier,nous vivons de manière inconsciente,inconséquente.
            -Puis,parce que nous sommes toujours frustrés par cette course folle vers des « plus » des « mieux » des « autrement »,nous cherchons à comprendre et réalisons que nous n’avons fait que chercher à l’extérieur de quoi combler un vide existentiel intérieur.
            -Nous comprenons alors que nous sommes des êtres créateurs et que nous avons des outils pour cela (pensée-parole-action entre autres).Alors,nous commençons à choisir avec plus de conscience,à faire une claire sélection entre « bien » et « mal » et ce,pour le bien de tous (et non plus pour notre seul soi!).
            -Au final,on réalise que, dans cette troisième approche,nous prétendons savoir et connaître mais,nous continuons à voir la vie par un trou de serrure,incapables d’appréhender Tout ce qui est inaccessible à notre perception, ce Tout qui est( au-delà des mots,de l’espace et du temps) entier,parfait,éternel.

            Ce n’est qu’en lâchant totalement prise ici et maintenant,en déposant nos prétentions de savoir et nos exigences de vouloir,en nous abandonnant avec une pleine conscience et confiance au Plan Divin,ce n’est que dans ce dépouillement,dans cette nudité de l’être que l’ultime vérité se révèle à nous .Cette expérience ne peut être vécue que dans un espace temps dans lequel l’égo ne sait fonctionner .C’est l’éternel Cadeau qui nous est fait : Le Présent !

            Il n’y a plus d’avant-après,de question-réponse,de vrai-faux…car dans l’éternel Instant Saint le brouhaha assourdissant se tait (de n’être plus écouté), Tout est simultané, indicible,tout est perfection,complétude.

            L’intégration de notre filiation Divine reconnue et intégrée,la gratitude nous submerge et nous porte instantanément vers ce Nouveau Monde,au-delà du voile de l’oubli…

            Nous ne pouvons dépasser nos maux d’égo avec des remèdes d’égo,même si ce passage est inévitable dans nos chemins de croix !

            L’éveil est un voyage sans distance qui part du mental pour habiter le coeur car c’est là que nous résidons, aimés depuis toujours et à jamais,au-delà de l’espace et du temps,au-delà des illusions de séparation,au-delà de toute quête(qui introduit le manque et le temps).

            C’est là,dans l’unité qui nous a engendrés que nous découvrons qu’il n’y a pas séparation mais extension du grand Tout .Nous pouvons alors nous abandonner à la simple certitude que :
            Tout est Amour et n’a pas d’opposé !

            Alors,nous sourions devant l’erreur d’avoir cherché si longuement,d’avoir errer si douloureusement dans les méandres confus et complexes de l’égo alors que…Tout est là !

            Tout est là ,au-dessus d’un monde qui n’est que la projections de nos peurs insanes.Tout est là dans la pleine acceptation de « ce qui est »,dans la reconnaissance et le plein accueil de la perfection éternelle qui n’attend que cette réalisation pour déployer toute la grandeur et la beauté de sa Divine impermanence !

            Tout est parfait.Il n’y a rien à faire ,juste accueillir, en dignes enfants du Divin, »tout ce qui est » sans le juger,le trier,le séparer,sans y introduire la notion de temps…juste en portant notre attention bienveillante sur la Réalité de « ce qui est » car là est l’ultime vérité…

            « Tout prendre et rendre tout meilleur » par la foi et le service car,le coût de « recevoir »est « donner »…

            Il n’y a rien à craindre quand nous faisons du Présent notre résidence principale,incarnant l’unité de toute vie, dans la gratitude des multiples dons qui nous sont faits quand on intègre l’Etre et que l’on réalise que Tout est là !

            Lumineuse journée à tous et désolée pour la longueur !

          • alain thomas dit :

            Béa, je suis totalement en phase avec ce que vous écrivez.
            Vous démontrez que l’égo est un allié dans ce jeu de la vie. Si nous croyons en son existence, nous sommes piégés. Il est le reflet de ce que le monde extérieur, le monde de l’apparence nous renvoie. Nous croyons en la dualité et notre souffrance et notre mentalisation nous font croire que cela est la Vérité.
            Or, quelque part, c’est une vérité, toute relative certes mais dans ce jeu de la vie, nous existons bien individuellement et ça, nous ne pouvons pas le rejeter.
            Pourtant, Anita nous révèle, avec sa joie transcendante, que ce n’est pas ça, en réalité.
            En réalité, au-delà de la naissance et de la mort, dans un continuum de conscience, la réalité est totalement différente. Il n’y a plus de forme, plus de moi, seulement une Présence de lumière et d’amour dans laquelle nous sommes tous indivisibles.
            C’est une telle chaleur qu’elle en est indicible.
            Nous passons d’une réalité illusoire à une autre réalité immuable, hors du temps, au-delà du temps.
            Comme vous le dites, l’égo est un collaborateur ici, certes fabricant de tout un tas de pensées dualistes mais quoi de plus naturel dans un corps bien identifié… apparemment.
            Si on arrive à le reconnaître dans toutes les situations de vie, alors nous pouvons l’utiliser pour dé-couvrir notre vraie nature immuable, chaque fois que nous sommes conscients.
            Seulement voilà, ce n’est pas si simple. Il faut sans cesse nous remettre en question car l’impermanence de tout ce qui naît et meurt nous oblige à rester attentif et vigilant devant chaque événement nouveau.
            Cette nature si splendide, cette magnifique Terre, Gaïa, notre Mère, qui nous offre tant de beauté et de délices. Il suffit de tourner notre regard au-delà de notre égo pour tout accueillir et vivre l’instant, cet instant de conscience unique, à chaque fois unique, au-delà de la folie, au point d’émerveillement du coeur de l’enfant, dans son innocence la plus pure, symbole de l’intemporalité ici et maintenant.

  22. anne benaros dit :

    MERCI ….oui ce témoignage est différent des autres NDE plus éclairé ,mieux compris , c’est bon signe ,notre conscience a évolué ! C’est bien de savoir qu’il est vain de lutter contre l’égo mais de l’accepter ,que de culpabilité en moins .Hier avec une amie lors d’une conversation où nous faisions le point de « notre  » évolution spirituelle , nous avons conclu qu’ AIMER était la seule voie ….Mon coeur déborde de joie nous sommes tous liés donc je vous prends tous ds mes bras !!!!!

    • MERCIER dit :

      Merci de votre message, je suis entièrement d’accord avec vous et vous envoie également beaucoup d’amour et essayons de tisser une énorme toile afin que chacun en profite et que le mal soit éradiqué.
      J’envoie du bonheur à chacun et à chacune.

  23. Françoise dit :

    Bien cher passeur,

    Hier soir, j’ai découvert par un autre site, l’interview d’Anita et j’ai longuement lu sur son site, la retranscription d’autres interviews. Ce matin, en me préparant à ouvrir mon ordinateur, j’ai pensé que cette expérience avait la qualité de ce que vous nous transmettez et qu’elle serait bienvenue sur votre site …. Vous avez fait le choix de la partager et je vous en remercie. C’est avec la richesse de mon expérience professionnelle d’infirmière, mes questionnements, très jeune encore, sur l’accompagnement des comateux et des mourants, mes lectures sur la physique quantique et mon cheminement intérieur que j’ai accueilli ce document exceptionnel. Son vécu est bien au-delà du vécu généralement partagé après une NDE, il est un socle, une clé pour aborder autrement et libérer des résistances. J’ai été touchée que les peurs aient été aussi pour elle comme pour moi, un enfermement, une prison et je puis dire que l’outil d’Inélia Benz pour traiter les peurs m’est particulièrement précieux pour y faire face.
    Je vous remercie, Ami, de la qualité de votre site qui est un lieu pour ouvrir ma conscience, un havre de paix pour me régénérer, pour votre écriture sobre et riche à la fois.
    Sincèrement.

  24. gallépé dit :

    COMPLÈTEMENT BOULEVERSANT !
    MIRACLE !
    Merci de ce partage, je vais le partager à mon tour.
    gallépé*

  25. Agathe dit :

    Ce témoignage est très significatif de tout ce que l’on nous enseigne ici et ailleurs dans nos vies! l’importance de se relier au Soi, de faire l’apprentissage de notre retour à la Source, de construire une nouvelle vision de notre vie en reconnaisant notre véritable identité. La nouvelle terre se trouve en chacun de nous, si nous faisons le choix d’entrer dans notre royaume intérieur… à chacun le chemin qui lui correspond, peu emporte par quel biais on y entre. Ce n’est ps exclusivement par la spiritualité car la vie est un tout qui se fiche de nos catégorisations et notre échelle de valeurs. Ce qui a de la valeur c’est à chacun de le reconnaître dans son être profond.
    Cocréer sa vie c’est simplement être relié à toutes les parties de nous-mêmes éparsent dans les différentes dimensions de la conscience. Découvrir que notre ETRE est en mouvement dans le continium espace temps ne peut que nous réconforter dans notre vision de l’illimité en soi! Merci la vie pour tous ses cadeaux que je reçois à travers les autres moi qui se propagent à l’infini dans une danse en éternel mouvement.
    Richard Bach qui est l’auteur du célèbre livre Jonathan Livington le Goéland a écrit un merveileux livre qui s’appelle Illusions! je vous le recomande pour continuer dans l’esprit du témoignage d’Anita, L’illimité côtoie le merveilleux.

  26. Isabelle dit :

    Ce témoignage est merveilleux, MERCI !!

  27. Béa dit :

    Au final,ce qui compte c’est de se rappeler,dans l’éternel présent,notre entièreté,notre perfection originelle et d’incarner ,d’habiter cet Etre avec une telle assurance,une telle certitude et foi que plus aucune attaque extérieure ne pourra nous faire chuter de nos centres.

    La voie pour y parvenir est au-delà de nos perceptions mentales et limitantes,au-delà du faire,de l’avoir et du paraître,loin des rigidités du connu…La voie s’ouvre quand nous habitons l’Instant,que nous sommes pleins de ce qui est,reconnaissant la perfection du Plan Divin,même quand nos perceptions, encore atrophiées, n’en captent pas toute la magie.

    L' »ici est maintenant » est l’éternelle offrande de Présents que Dieu donne à ses enfants qu’Il aime inconditionnellement depuis toujours et à jamais.Tout le reste est illusion,égarement,errance,voué au manque,à l’absence,à la frustration et à l’éphémère.

    C’est là que nous avons tous rendez-vous,dans cet espace-temps hors du temps (d’où « la fin des temps »!),un monde défait de tous les obstacles à l’amour.

    Vivre,Etre la grâce de celui qui est de retour au foyer,libéré des illusions aliénantes de l’égo,rendu à son entièreté,plein de « ce qui est » et simplement heureux d’incarner la filiation Divine,d’être l’Un au-delà de la dualité en réalisant simplement la vérité ultime et inchangeable …. le TOUT N’A PAS D’OPPOSE !

    C’est ce que je nous souhaite à chacun et qui ne manquera pas d’arriver car la vie n’attend pas notre accord ou notre participation pour poursuivre son expansion dans le champ infini des possibles…

    Lumineuse journée à tous et merci pour cet espace de pur échange que chacun alimente avec une même soif d’Etre éveillé !

  28. alain thomas dit :

    Trop souvent on nous parle d’efforts, de progrès, de travail sur soi ; on nous parle d’évolution, de hiérarchie, de dimension. Et puis on nous demande de pratiquer pour éliminer un égo illusoire qui serait la cause de tous nos maux.
    Alors on s’évertue, on évite de faire du mal, on se crispe, on a de plus en plus peur et pendant qu’on nous parle de lâcher prise et d’accepter, on ne sait plus trop bien comment faire.
    Puis Anita nous explique qu’en ayant choisi d’être là avec un corps, nous avons accepté le jeu de la dualité, nous ne pouvons échapper à cette dualité dans nos corps limités.
    Elle nous dit qu’il faut accepter notre égo comme un collaborateur sur lequel s’appuyer et duquel tirer l’énergie comme si l’égo et notre aspect divin ne sont aucunement séparés et ne faisant qu’UN.
    Alors on peut entrevoir ce qu’est l’abandon dans la foi, ce chemin où il n’y a pas d’effort à fournir ni d’objectif à atteindre, juste ÊTRE, dans la joie et la certitude que CELA EST, que l’AMOUR est notre vraie nature immuable, que notre enveloppe corporelle n’est qu’un support pour expérimenter la souffrance et le bonheur et pour aider les autres à les vivre en éveil chaque fois que cela est possible car TOUT EST POSSIBLE, ICI ET MAINTENANT.

    • marie christine dit :

      Je crois que l’énergie que l’on tire de l’ego est une énergie falsifiée qui nous trompe, nous fait dévier et nous conduit tôt ou tard vers la souffrance .
      Je crois que par le lâcher-prise on trouve un autre type d’énergie, plus pure, une énergie divine qui met dans un état de joie, de simplicité, de recul par rapport aux émotions .
      Magnifique expérience de Anita Moorjani !
      Elle pouvait ressentir tout ce que les autres ressentent mais sans en être imprégnée, sans phénomène de contagion, car elle était dans un état privilégié d’amour inconditionnel .
      Notre défi sur terre est d’atteindre cet état avec un corps . Et pour cela, nous devons nous transformer puisque (comme elle le dit très bien) notre enveloppe charnelle actuelle n’est pas tout à fait adaptée pour vivre cet état en permanence .

      • alain thomas dit :

        C’es pour cela qu’Anita nous dit qu’il faut accepter son égo… le prendre dans ses bras quoi… ou l’aimer, le comprendre, le dorloter, l’unir à SOI en quelque sorte.
        En d’autres termes, je dirais que l’on ne peut pas se séparer de notre égo car il est toujours présent, sauf peut-être dans les rares moments de pure attention que nous avons et qu’effectivement il est souhaitable de cultiver.
        Mais si vous rejetez votre égo, non seulement vous vous leurrez mais vous ajoutez de la souffrance à la souffrance car vous niez votre propre existence dans ce plan dimensionnel.
        Grâce aux techniques de l’attention, vous pouvez être conscient le plus possible de tout ce qui émerge. Quand l’égo prend le dessus dans certaines situations de vie et Dieu sait s’il y en a une multitude chaque jour, le simple fait déjà d’en être conscient est un grand pas vers « l’amour de soi », à condition de ne pas rejeter et surtout de ne pas culpabiliser.
        J’aime beaucoup le soir dans mon lit me prendre dans mes bras, sur le côté, sourire les yeux fermés et dire : « je t’aime » ; c’est très apaisant et réconfortant. C’est le meilleur moyen de m’endormir.

    • Louisetta dit :

      Cher Alain Thomas, de quel « on » parlez-vous?
      Le message d’Anita, quoiqu’exprimé de manière très féminine qui personnellement me touche beaucoup, se révèle le même que la plupart des artisans de lumières les plus sincères. Qui a dit de lutter contre l’ego?
      J’ai remarqué que ce « on » revenait souvent dans le vocabulaire lorsque quelqu’un voulait se plaindre de la difficulté d’une évolution personnelle, comme si nous étions des écoliers. Toute prise de conscience demeure un choix. Nous seul et personne d’autre, devons trouver nôtre cheminement le plus approprié en ce monde pour s’épanouir et se révéler peu à peu.
      Ce « on » a beau dos. Les conseils éveillés sont des phares, plus ou moins lumineux selon la direction de nôtre voile, ne pensez-vous pas?

      • alain thomas dit :

        Je parle des éducateurs, des maîtres, des prêtres, des enseignants, etc… mais ce n’est pas péjoratif dans mon esprit, c’est vous qui le ressentez comme ça. Et puis les maîtres sont bien obligés d’enseigner et donc ils sont soumis à la critique, ce qui est bien naturel.
        Le témoignage d’Anita est exceptionnel mais il est courant car toutes les NDE disent à peu près la même chose.
        J’ai lu le livre du Docteur Moody en 1980 et depuis je suis assez friand de ces expériences. J’ai donc été amené à lire les livres de Stevenson et je me suis intéressé au bouddhisme, au chamanisme et à l’ésotérisme en général.
        S’agissant de l’égo, j’ai remarqué qu’il était souvent présenté comme le fait Marie-Christine plus haut et je ne peux être d’accord avec ça car beaucoup de personnes fragiles ne s’en sortent pas par rapport à cette culpabilisation qui est faite sur l’égo, donc sur ce point nous sommes d’accord.
        Par contre je suis surpris que vous jugiez, faisant par là-même une projection quand vous laissez entendre que je serais en « difficulté » dans mon évolution personnelle. Entre parenthèses, personne n’est à l’abri dans une évolution et là encore je peux vous concéder que je ne détiens pas la vérité. Je reste un chercheur passionné sur le chemin de l’évolution spirituelle.
        Je répète, le « on » ne s’adresse qu’à ceux qui enseignent, ce qui n’est pas mon cas. Je donne juste un point de vue… infime… et un ressenti… plus vaste.
        Fraternellement

        • Le Passeur dit :

          « Le témoignage d’Anita est exceptionnel mais il est courant car toutes les NDE disent à peu près la même chose. »
          Pour ma part, je trouve qu’il va plus loin que les autres témoignages de NDE, en ceci qu’elle n’est pas sous le choc de quelque chose de totalement nouveau et merveilleux pour elle. Elle semble avoir très vite dépassé ce stade pour en comprendre les implications profondes et nous les transmettre avec une clarté qui enrichit considérablement la seule expérience de la NDE.

          • alain thomas dit :

            Oui il va plus loin que les autres témoignages et c’est en cela que je dis qu’il est exceptionnel. Anita tout d’abord, a une faculté d’expression orale qui lui permet d’ajouter à son expérience des mots et des situations qui correspondent à la fois à ce qu’elle a expérimenté et aussi bien sûr à sa philosophie et à sa spiritualité..
            Quand je dis que son témoignage est courant, je vais dans le sens de sa crédibilité car il reprend tous les thèmes abordés par le Docteur Moody dans son livre, notamment la décorporation, le fait de se mouvoir à la vitesse de la lumière, de se trouver à l’endroit précis où une pensée émerge, de traverser les murs, d’entendre tout et d’avoir le don d’ubiquité. Mais aussi, elle est allée au bout du bout de l’expérience puisque semble-t-il (à aucun moment elle ne parle de tunnel), elle est arrivée quasiment au point de non retour et c’est en cela qu’elle a vécu une expérience exceptionnelle.
            Elle y a trouvé son père et cette immense vague de chaleur qu’est l’AMOUR. L’AMOUR, qu’elle appelle INCONDITIONNEL, qu’elle aurait pu appeler UNIVERSEL. Elle insiste sur la différence fondamentale qui existe entre l’amour duel et l’amour non duel.
            Ce qui rend authentique le témoignage est qu’il recoupe en gros tous les autres et c’est pour cela que j’ai dit que c’était un témoignage « courant ».
            Je m’aperçois Passeur que je n’arrive pas à me faire comprendre. C’est sans doute parce que je ne souhaite pas trop m’étendre, du fait que c’est toujours pénible de lire de longs commentaires.
            En tout cas, je vous rejoins, ce témoignage est particulièrement exceptionnel pour sa richesse d’expression et sa qualité pour une compréhension profonde qui amène à la Joie.
            Pour tout vous avouer, j’ai été bouleversé en fait.

        • Louisetta dit :

          Je n’ai pas voulu dire que vous étiez en difficulté en quoique ce soit. Loin de moi cette idée d’autant plus que je ne vous connais pas. A mon sens, il y a autant d’évolutions personnelles que d’êtres humains, et je ne me permettrais pas de juger la vôtre, comment le pourrais-je?
          J’avais simplement compris qu’au début de vôtre commentaire vous reprochiez que « trop souvent » les conseils des « maîtres » vis à vis de l’ego étaient au final plus crispants qu’autre chose (d’ou le terme de difficulté)
          En effet, nous pouvons vite tomber dans cet état d’esprit d’exigence envers soi même et de culpabilité. Et quelque part vous avez raison de le souligner.
          Mais ma réponse à cela était simplement vis à vis de ce « on »: Y a t-il un autre maître que soi même? Il me semble que le temps n’est plus a considérer telle ou telle personne comme un maître, mais bien plutôt comme un conseiller éclairé à tel moment en sachant que nous devrons en grande partie nous fier à nôtre propre ressenti dans la réalisation de soi.
          L’enseignement n’est pas à un seul sens, et avec mes simples amis il nous arrive bien souvent d’échanger les rôles de conseiller selon les moments. C’est un procédé qui me semble le plus naturel, et qui pousse à une grande modestie.
          Voila ce que je tenais à souligner.

          • marie christine dit :

            Et je fais miennes ces paroles de la Mère :

            « Au début de la création de l’humanité, c’est l’ego qui a été l’élément unificateur . C’est autour de l’ego que les différents états d’être se sont groupés, mais maintenant que se prépare la naissance de la surhumanité, l’ego doit disparaître et laisser la place à l’être psychique (l’âme individuelle) qui s’est lentement formé par l’intervention divine pour manifester le Divin dans l’être humain .
            C’est sous l’influence psychique que le Divin se manifeste dans l’homme, et ainsi se prépare la venue de la surhumanité .
            Le psychique est immortel, et c’est par lui que l’immortalité peut être manifestée sur terre .
            Ainsi la chose importante maintenant est de trouver son psychique (son âme), de s’unir à lui, de le laisser prendre la place de l’ego, qui sera obligé de se convertir ou de disparaître . »

          • alain thomas dit :

            Je vous rejoins en tous points Louisetta.
            J’insiste particulièrement sur l’égo. Je pense qu’il faut être très prudent avec cette notion. L’égo est, parfois, considéré presque comme un « ennemi étranger », qu’il faut à tout prix éliminer. Quand on commence à franchir ce cap, la porte est ouverte à tous les dangers… à mon sens.
            Non, l’égo est partie intégrante de notre fusion matière/esprit et participe de notre activité. Sans lui, point de salut. Le désir passe par lui et sans le désir pas d’action ni création. Le désir émerge de cette étincelle « divine ».
            Ce n’est pas l’égo qui pose problème mais bien ce que l’on en fait. Si on commence par le rejeter, on n’en sortira jamais. La façon romantique de le dissoudre est de l’absorber par le pont (la foi), qui relie notre partie animale à notre partie divine. Exercice hautement simple parfois, compliqué souvent, qui nécessite en premier lieu de vivre avec lui, de l’accepter, de lui vouer même un amour inébranlable. L’impermanence de toute chose fait que nous sommes remis en question en permanence, comme si tout était à recommenecr à chaque instant. C’est extraordinaire et parfois difficile, c’est le prix à payer de notre évolution à forme spiralaire.

            S’agissant des maîtres, là aussi j’ai compris qu’ils étaient là pour nous guider, seulement nous guider, l’erreur étant de croire que nous pourrions nous identifier à eux. Oui, c’est bien notre maître intérieur qui nous guide et permettra notre évolution personnelle sur le chemin de notre vérité.

          • alain thomas dit :

            « Ainsi la chose importante maintenant est de trouver son psychique (son âme), de s’unir à lui, de le laisser prendre la place de l’ego, qui sera obligé de se convertir ou de disparaître. »

            Il me semble qu’il y a une grande différence entre un égo qui se « convertit » et un égo qui « disparaît ».
            Je ne comprends pas ce que signifie un égo qui se « convertit », cette notion est limitative et non universelle, je n’arrive pas à l’intégrer. Un égo ne peut pas « disparaître » dans le monde de la forme où règne la dualité. Tant que nous ferons des expériences duelles, l’égo est toujours présent. Si il disparaît, la matière disparaît avec lui et le monde du sans forme apparaît.

    • Soleil Bleu dit :

      Cela résonne fortement en moi ce que tu développes Alain Thomas. Il me semble en effet que l’égo ne peut et n’a pas à disparaître car sans lui, pas d’expérience possible de cette réalité duelle dans laquelle nous avons tous individuellement choisi de nous incarner en vue de réaliser notre ascenssion.

      Le rôle et la place que tient l’égo dans notre vie quotidienne peuvent à mon sens se résumer à l’image d’un guerrier, dont la fonction unique est celle de défendre l’intégrité physique, morale, psychologique et narcissique de l’être humain qui l’abrite. Il tire sans discernement sur tout ce qui porte ou est supposé porter atteinte au produit humain qui le construit et le nourrit en permanence, soit, exclusivement le produit physique (émotionnel et sentimental compris) de l’incarnation dans la matière. Son action ne prends en compte, ni la raison initiale de cette incarnation, pas plus que l’Être à la source de cette intention qui fut celle de s’incarner dans la matière.
      En ce sens, on peut dire que c’est effectivement un outil qui concourt à séparer l’être de l’Être, mais comment ne pas dire « Merci » à sa présence !

      Sans lui, pas d’aventure 3D impliquant nécessairement d’établir une frontière entre soi et les autres (la psychose est en cela une expérience de vie mal ancrée en 3D) car de la construction de cet égo, dépend la séparation indispensable qui rend possible ce retour librement choisi vers la source ou son Être, autrement dit : exactement l’expérience qui me semble être la nôtre aujourd’hui.

      L’égo, qui en se construisant depuis notre naissance nous éloignait à chaque pas et simultanément de notre Être Divin, nous a permis de donner de la densité à l’être humain que nous incarnons pour qu’il s’alligne sur la fréquence nécessaire à l’expérience 3D. C’est une lapalissade de dire que sans l’égo, nous redeviendrions à notre état initial de lumière, bien évidemment et sans aucun doute possible. Mais justement, nous avons librement décidé d’oublier notre nature divine pour…..

      A mon humble avis, nous avons eu besoin de l’égo pour vivre pleinement cette aventure ou cette illusion d’éloignement et de séparation signifié par la matière. Aujourd’hui ou les voiles de l’oubli se dissolvent, nous avons besoin de le transcender (et non le tuer), de tomber en amour avec lui pour ainsi se ré-unir à notre essence divine et pouvoir enfin rentrer à la maison.

      IN LAKE’SH les lucioles

      • waterbreathing dit :

        c’est assez… bizarre ? de lire qu’il faudrait vivre la séparation pour pouvoir se reunifier.Je trouve cela tortueux, personnellement.De même que lire que la « psychose » serait une expérience de vie mal ancrée en 3D.. je connais pas mal de personnes mal « ancrées » en 3D, même si ce n’est pas mon vocable.Etre « mal ancré » en un monde dit illusoire, de bien des façons, auxquels il faudrait se désidentifier, serait une forme de « maladie » ? là encore, cela me semble tortueux..

      • alain thomas dit :

        Oui Solei Bleu « nous avons librement décidé d’oublier notre nature divine pour….. »

        ….. Pour de nouvelles aventures tellement la vie est précieuse. Et puis nous avons notre « mission ».
        Il y a beaucoup de paradoxe et de contradiction sur le chemin de l’évolution spirituelle. Le jeu de la vie est peut-être « tortueux » Waterbreathing mais il en vaut la chandelle sinon nous ne reviendrions pas.

        Yolane, la « mission » c’est l’AMOUR… d’AUTRUI…

        • waterbreathing dit :

          le terme de psychose m’a interpellé.. car c’est un vocable qui est estimé pertinent par une discipline qui ne reconnait pas bien des témoignages qui sont exposés notamment sur ce site, comme possibles.Le channeling, les extraterrestres qui communiquent avec vous par télépathie, des êtres de lumière, tout cela, et bien plus encore, une personne qui pense en terme de psychose le réfute souvent.Javais d’ailleurs ce questionnement d’ou se situe des limites entre dérives de l’esprit et expériences spirituelles, notamment d’avoir croisé chemin de personnes qui quant à elles ont semblé dériver en partie.Ici il est mentionné par soleil bleu pour décrire un mauvais ancrage en ‘3D », et j’ai trouvé paradoxal, finalement de pointer comme pathologique le fait de ne pas être bien adapté à une dimension d’existence dit illusoire.

          • alain thomas dit :

            L’étymologie du mot « psychose » vient du grec et signifie « anomalie de l’esprit/âme ».
            Dès que l’on approfondit ce qui se rapporte à l’esprit, les termes sont toujours discutables. Ceci dit, votre remarque est très intéressante pour ne pas dire pertinente parce que le « psychotique » est un individu qui présente des troubles du comportement pouvant aboutir à des hallucinations ou des illusions et le « channeling » est effectivement une pratique qui peut laisser penser à cette anomalie ; Jeanne d’Arc a bien été brûlée sur le bûcher pour avoir entendu des voix, elle était devenue une sorcière.
            Maintenant si on va plus loin dans la définition, la « psychose » est une disposition mentale impliquant une « perte de contact avec la réalité ».
            Chez les orientaux, la réalité ne revêt pas le même sens que chez les occidentaux.
            Autant nous croyons dans notre société que la réalité est celle qui apparaît devant nous et l’individu en est une preuve matérielle, autant chez les orientaux, la vie est un mirage, tels les reflets de la lune dans l’eau. Ils soutiennent même que nous vivons ici-bas dans le monde de l’illusion alors que dans la réalité absolue, au-delà de la forme, au-delà de la naissance et de la mort, nous ressentons ce que nous révèle Anita dans son témoignage, une vision tout à fait différente de ce que nous expérimentons ici.
            D’ailleurs, il est remarquable de signaler que tous ceux qui ont connu des espériences de NDE et avec qui j’ai conversé disent qu’ils ne parlent jamais de leur expérience car ils s’imaginent que l’on va les prendre pour des « fous ».

          • waterbreathing dit :

            Je me souviens moi même d’une personne croisée qui pour elle, parlait avec Dieu.. donc dieu lui parlait, et n’était pas toujours très sympathique avec lui; selon ses dires dieu était parfois autoritaire, dur, peu transigeant.En plus de cela cette personne se faisait harceler par des « entités négatives », sous formes de voix.Moi sur le moment, j’ai pensé que la personne entretenait peut-être dialogues intérieurs avec des aspects d’elles mêmes, une dimension plus sacrée, peut-être, mais aussi des aspects plus « ombrageux », vraisemblablement, et qu’elle avait l’impression que cela venait de l’extérieur d’elle, lorsque non, cela viendrait bien d’elle.Mais bon, ce n’est pas mon expérience.Ce qui est intéressant, selon ma vue, c’est qu’une telle personne pourra se dire médium, ( j’en ai croisé une autre qui disait communiquer avec d’autres mondes, là ça ressemblait assez au channeling, mais elle vivait aussi des grosses périodes d’instabilité par delà, instabilité =comprendre trouble du comportement voire plus :p ) puis aussi se faire envisager de « psychotique ».. quelle place d’ailleurs fait la médecine psychiatrique qui utilise ces outils psychologiques pour les notions de médiumnité, et de spiritualité?Assez peu.Perso, c’est une réflexion que je me fais parfois, sans vouloir manquer de respect aux intervenants de ce site, que pour des gens sceptiques, et adeptes de la notion de réalité matérialiste, pas mal de gens cheminant spirituellement seraient des gros malades mentaux, lol.déconnectés du réel, quoi.enfin, pour ma part, mon intuition personnelle est que certains termes de médecines occidentale, notamment psy, sont restrictifs et limités pour appréhender certaines expériences.Ils les discréditent de plus, en jetant le doute de la « folie », et je me suis posé question si il n’était donc pas question de choses semblables ou proches entre par ex, channeling, communications avec des voix, ‘ »perception sans objet » ( ou hallucination). pour ce qui est de la notion de la réalité en occident, j »ai aussi l’impression qu’elle véhicule un bon ordre des choses/société.systèmes etc

  29. schuss dit :

    bonsoir,
    tout ce que raconte Anita, est vrai car il est donné à tous de le vivre maintenant. Avec plus ou moins de facilité selon notre expérience. Le mental est le principal obstacle à cette réalisation car il créer un bornage, une limitation de notre ressenti profond. En acceptant d’être là, présent, sans aucune contrepartie en échange ( quête d’être aimer, d’être le plus fort, d’être accepté, de plaire, de ne pas se tromper, etc…) alors notre attention ,dénuée d’agitation mentale, se transforme en une présence à l’instant sans autre effort à produire. cet état d’être nous met en relation profonde avec l’objet de notre attention, avec l’autre s’il s’agit d’une personne. C’est comme cela que je travaille depuis quelques années déjà et que mes patients, en retour m’aident à devenir de plus en plus libre de mes peurs les plus profondes qui sont autant de restrictions sur le chemin de ma réalisation. Ce qu’ Anita à vécu d’une manière exceptionnelle , nous avons le « devoir » par amour de le réaliser tous. Les temps changent et de plus en plus de gens savent intuitivement que cela est possible. ils nécessitent simplement d’être accompagner dans leurs premiers pas vers ce nouvel horizon. c’est génial !
    les temps changent et cela se voit .

  30. THOUVENIN LAURENT dit :

    Bonsoir,

    Sentir le monde bouger autour de soi, dans un présent figé centré sur son corps au détour d’une méditation dans le silence. Se concentrer sur ses chakras. Ce manque de confiance en moi face aux connaissances, surmonter, comprendre, réagir… Aimer les actions délicates…

    « Un éveille »

    Notre corps est capacitif…

  31. antenanco dit :

    La vie… se trouve là, maintenant, où je suis, et nul part ailleurs. Je suis quasiment toujours bien dans ma peau, j’essaye d avoir confiance en moi. Jusqu’au au moment ou la goutte fait déborder mon vase de trop plein de merde venu de l extérieur, qui est venu se loger a l intérieur, sans mon consentement. Heureusement j arrive a me guérir facilement et rapidement en écrivant ou en méditant par exemple.
    Mais jusqu’à la prochaine goutte, que je redoute de son existence réel mais irréel, informe et uniforme.
    Tel des vagues couleur caca d’oie venant danser au sein de la belle bleue. J’emprunte alors mon bateau à voile, car il y souffle un vent de bonté et de tristesse mêlée, pour y débusquer l’intrus ou le non-voulu. Je saupoudre ces vagues d amour et de compréhension pour les transformer en beautés.
    PS: la vie à la montagne, ou la vie que j’ai eu en bateau à voile, me manque et me donne l’exemple. La ville, la pollution, l’ignorance, l’autoritarisme sont des expériences inqualifiable…bon? mauvais? je pencherais pour la deuxième solution si seulement cela existait concrètement. Mais tant de paramètres incalculable et inconnu sont à prendre en compte. Et ce n est pas à moi de rendre des comptes ou à juger.
    Quelques pensées d’un cerveau fatigué et secoué après une journée.
    Amicalement en espérant ne pas vous perdre dans la tête.
    (pour le passeur: je ne t’en voudrai pas si tu supprime mon commentaire;-)
    Arnaud

  32. Alain dit :

    Bonjour,

    Cela me rappelle, les 5 accords Toltèques.

    Bonne journée.

  33. Gaya dit :

    Merci c’est un très beau témoignage!

  34. Dania dit :

    Fascinant témoignage !! J’en ai les larmes aux yeux… Alors que mes journées sont un peu difficiles en ce moment, ce merveilleux témoignage me remplit de joie…
    Cet amour inconditionnel, je l’ai approché, ressenti plusieurs fois, dans des circonstances différentes. Je réalise que je suis trop souvent happée par un quotidien qui m’éloigne de qui je suis vraiment. J’ai beaucoup de mal à rester centrée dans un environnement souvent hostile. Il m’est si difficile de trouver un juste « alignement », une juste « harmonisation » dans ma vie. Il me manque une ou plusieurs clés, apparemment…
    Merci Passeur. Merci de tout mon coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *