La voie royale de l’impeccabilité

Par le Passeur.

Vous êtes le centre d’un axe cosmotellurique qui vous traverse et vous imprègne en permanence. A la fois émetteur et récepteur, vous transmutez l’énergie qui vous traverse et celle-ci transmute votre corps de matière et vos corps subtils. Lorsque vous vous centrez en vous-même, vous vous alignez en conscience sur cet axe et vous recréez instantanément en vous les conditions de l’harmonie. Conditions par lesquelles vos pouvoirs sont restaurés. Vous en avez alors, dans la mesure de la santé de vos corps, tout le potentiel. Bien peu de gens ont conscience de cela, et parmi ceux qui le savent, le plus grand nombre pour ne pas dire la quasi totalité sont limités dans l’exercice de ce potentiel par leurs seules croyances.

Le temps est venu où ces croyances restrictives sont en train de se fissurer, ce qui nous amène pour une brève expérience sur un nouveau terrain de jeu où il s’agira d’apprendre rapidement à discerner le juste au sein de dimensions entremêlées. Je ne sais si l’ouverture sera graduelle comme elle l’a été jusqu’à présent ou si elle se fera plus brutale, mais l’horloge cosmique tourne et nous nous rapprochons de l’aiguillage vers plusieurs réalités où chacun vivra la sienne. Il est donc important de se recadrer sur les fondamentaux.

La multiplicité des informations dont nous sommes abreuvés, les remises en question et les contradictions qu’elles induisent peuvent égarer l’indécis.  Chercher dans un premier temps à l’extérieur de quoi reconnecter ses mémoires est une étape, mais trop persister dans cette direction conduit à l’indécision. Et comment l’indécis peut-il trouver son chemin dans ce chaos informatif et désinformatif qui grandit bruyamment autour de nous ? Toute voie empruntée nous apprend quelque chose et c’est pourquoi il n’y a pas de mauvaise voie en soi, mais pourquoi faudrait-il chercher la lumière dans l’obscurité… Partout elle emplit l’espace parce qu’elle est en nous. Si on ne la perçoit pas, c’est juste qu’on n’est pas là où notre Moi le voudrait, mais là où notre âme le souhaite, là où l’on a quelque chose à comprendre avant de retrouver la clarté.

C’est ce nomands’land oscillant entre lumière et obscurité qui est notre terre d’apprentissage et d’expérimentation et soyez bien sûr que nous n’y sommes pas malgré nous, nous en avons fait le choix pour évoluer et pour aider à l’évolution de tous. A tout moment, ce que nous dépassons comme difficulté, dans l’apparente solitude de notre effort, nous l’offrons en réalité en dépassement à tous. Rien de ce que nous vivons, rien de ce que nous avons vécu de difficile auparavant, dans les murs inventés d’une injustice illusoire, et que nous avons dépassé pour remonter vers la lumière de la surface, n’a été un seul instant inutile ou perdu pour le collectif humain. Tout a été scrupuleusement observé par les différents aspects de notre être multidimentionnel et par ceux qui nous accompagnent avec bienveillance dans cette aventure. Même ceux qui, moins bienveillants, ont contribué à l’expérience par leurs rôles ingrats, ont vu et appris à des niveaux supérieurs de leurs êtres quelque chose d’essentiel à leur propre évolution. Rien, absolument rien, n’a été inutile.

Pour certains d’entre vous qui lisez ces lignes, vous êtes passés ou vous êtes sur le point de passer à un stade de l’éveil qui offre de nouvelles difficultés à éclairer. Comme cela a été décrit dans de précédents articles, il est un moment où les perceptions s’élargissent. Les plus communes sont la perception télépathique, peu perturbante, ainsi que les perceptions clairvoyante et clairaudiante, beaucoup plus perturbantes pour celui qui les vit pour la première fois. Il y a plusieurs manières de réagir à cela, toutes dans le rejet ou l’acceptation.

De celui qui ne comprend pas ce qui lui arrive et pense à tort perdre la raison, à celui qui prend tout sans le moindre discernement en en faisant sa nouvelle vérité, on observe un panel d’attitudes plus ou moins bien inspirées. L’inspiration est justement le maître-mot dans cette histoire. Qui nous inspire ce que l’on reçoit et comment le savoir ? Chacun aura pu constater le foisonnement des canalisations (channeling) à travers le monde. Les noms des êtres canalisés sont toujours plus prestigieux et les langages toujours plus emphatiques. Très peu proviennent de plans lumineux et énormément de « channels » sont le jeu d’êtres peuplant les plans intermédiaires. Oublions les impostures conscientes – celles des escrocs du New Âge exploitant un filon –  et intéressons nous aux impostures inconscientes, les plus nombreuses.

On est typiquement là dans le cas d’une ouverture des perceptions qui n’ont pas ou pas assez appelé le discernement et la vigilance. Certains reçoivent les informations par ce canal depuis l’enfance ou l’adolescence, âge où la remise en question de ce qui est soi n’est pas à l’ordre du jour, et ont donc laissé s’installer une communication jusqu’à l’âge adulte qui est tellement rôdée qu’elle n’a plus appelé la vigilance nécessaire. D’autres ont vu, parfois brutalement, leur perception s’ouvrir au moment de l’éveil et peuvent aisément se croire « arrivés ». Lorsqu’on pense être en communication directe avec Sainte-Chose ou Maître Machin, l’ego a vite fait de vous emballer le cadeau et vous avec. La question est donc bien là : où se situe votre vigilance ? Où en est votre discernement ? L’ego, toujours lui, fort de la nouveauté perturbante qui vous saisit, a beau jeu d’embrayer sur l’artifice spirituel sans vous laisser souffler. Une fois le forcing réalisé, la forfaiture est en place et il faudra une bonne dose de lumière personnelle pour surmonter le piège et s’en extraire. Comme je l’ai dit dans « Le petit bréviaire de l’ego« , cette facette du Moi est celle qui bâtit les prisons les plus solides. C’est que l’humilité est souvent loin de celui qui s’est ainsi piégé.

L’humilité, c’est avoir une vision de soi au-dessus de l’engagement permanent de l’être en mouvement dans les méandres de son incarnation. C’est la compréhension née de la vision supérieure de l’Esprit sur la matière. Celui qui voit du ciel l’ombre qu’il dessine sur la Terre est conscient de l’éphémère illusion dont il se berce lorsqu’il se suffit à la contempler du sol. Sans humilité, l’être s’échine au combat qui lui donnera la satisfaction de voir son ombre prendre plus de place au sol. Son univers est restreint au pouvoir qu’il exercera dans les murs de sa tour d’ivoire personnelle. Dans l’humilité, il ne poursuivra pas ce combat car ce qu’il projette de lui, son ombre, il le sait, ne lui appartient pas. Elle est la fraction d’une œuvre plus grande en laquelle il trouve la joie d’apporter tout son amour, quelle que soit la tâche qui est la sienne. A l’image de ce que fut Thérèse de Lisieux, il a de la joie à tout offrir dans le petit, là où d’autres dans la vision de l’ego ne voient que souffrance et humiliation. A son image, celui-là est grand au-delà du théâtre du monde.

L’humilité est le signe le plus flagrant que l’ego a retrouvé sa juste place. Elle est la clé, le moyen le plus sûr de demeurer dans la justesse lorsque les perceptions s’élargissent et que nous commençons à « recevoir » des informations par d’autres canaux que ceux habituels. Beaucoup des « éveillés » dans ce cas foncent de bon cœur alors même qu’ils n’ont pas accompli de guérir les troubles du pré-humain qu’ils ont été jusque-là. Souvent ils ne l’ont pas même envisagé. L’ego est alors à son aise pour revêtir les habits d’appârat du « spirituel ». Il est si facile de se nourrir du privilège illusoire de l’élu alors qu’on est juste le jouet d’un mauvais branchement.

L’élargissement des perceptions n’est que la conséquence d’une ouverture plus grande au champ de conscience unifié dans lequel nous baignons tous en permanence. Les circonstances – à commencer par notre taux de fréquence vibratoire et celui de la Terre – permettent à présent cette ouverture jusque-là graduelle. Nous avons en nous les moyens naturels de répondre à ces nouvelles circonstances, c’est pourquoi la perception va s’élargir pour chacun aux auras, à la télépathie et à la vision de dimensions jusque-là invisibles au plus grand nombre. Tout ceci représente une source d’information conséquente qu’il va falloir intégrer dans la sérénité.

Jusque-là, ces ouvertures étaient plus rares, elles ne concernaient pas tout le monde, et ceux et celles qui en étaient les bénéficiaires pouvaient aussi en être les jouets. D’abord parce que le taux vibratoire global était plus bas et que les incursions en des dimensions vibratoirement plus élevées demeuraient souvent assez proches de notre plan. Ce que l’on a appelé le bas astral et qui était le terrain de jeu favori d’entités peu évoluées qui se sont jouées de générations de médiums, et se jouent encore de bon nombre de ceux qui ont troqué le nom de médium pour celui de channels. Car même si le taux vibratoire global s’élève et que ces connexions erratiques se feront de plus en plus rares, n’imaginez pas que ce qui est « ailleurs » soit très différent de ce qui est ici. Il y a aussi sur d’autres plans des êtres farceurs, des êtres manipulateurs et d’autres franchement malveillants. Lorsque l’on synthonise des fréquences de réalité différentes de la nôtre, on touche encore ce qui est en rapport avec ce que l’on émet. Il faut donc se préparer à être intouchable.

Quelques rares « canaux » sont justes, ceux qui ont fait un sincère travail de guérison et se sont efforcés par la suite de demeurer centrés. Mais dans le nombre de ceux qui canalisent à tout va aujourd’hui, combien ont vraiment envisagé qu’ils avaient eux aussi à guérir avant de prétendre guérir autrui ? Combien d’entre eux ont accepté humblement de se considérer comme chacun et pas au-dessus ? Les messages que ceux-là transmettent ou les thérapies qu’ils pensent exercer sont à prendre avec la conscience qu’ils ne sont pas obligatoirement inspirés par des plans très lumineux. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne transmettent pas aussi des vérités et de vrais enseignements, mais il s’y mêle parfois subtilement, parfois grossièrement, des éléments qui éloignent le chercheur de son chemin de libération et le ramènent vers une autorité à suivre.

Les choses sont complexes, car il n’y a pas de séparation entre l’ombre et la lumière. Sur notre plan de vie, les deux aspects vivent ensemble et tendent à s’unifier vers quelque chose de très nouveau dans l’univers. Ce qui fait que des êtres, dont le vêtement est obscur, sont parfois le chemin emprunté par la lumière. Je sais que ces concepts d’ombre et de lumière peuvent paraître manichéens mais il est difficile d’être plus juste et précis avec d’autres termes que ceux-là, qui s’avèreraient finalement restrictifs.

Ce qui importe lorsque l’on souhaite évoluer et non se complaire dans l’état jusqu’où nous avons pu arriver, c’est de se remettre régulièrement en question, de s’interroger sur la justesse de ce que nous sommes, de savoir regarder avec une grande honnêteté et toujours un peu d’humour ce qui n’est pas droit, ce qui n’est pas clair et ce que cela reflète. Car par ces voies s’engouffre tout ce qui est à même de nous ralentir et de nous dévier dans notre ascension. C’est ce qui arrive aux channels qui ne canalisent pas des plans très lumineux mais qui sont sincèrement persuadés du contraire. Ceux-là n’ont pas fait le travail de guérison préalable, ils n’ont pas la vigilance d’un décryptage honnête d’eux-même, et ceux qui boivent leurs paroles manquent de discernement. Comme toujours tout est à sa place entre pourvoyeurs et receveurs, jusque dans les jeux de pouvoir et de la soumission. Là est la route de ceux qui ont à comprendre qu’il y a en eux quelque chose à guérir, mais là n’est pas celle du chercheur sincère en quête de justesse et de vérité.

Le discernement est une expression de la sagesse. La sagesse est la connaissance, avant tout celle du cœur. Ainsi le discernement semble difficile à exercer pour celui qui demeure dans l’opacité de ses limites égotiques – autrement dit celui qui n’y voit pas encore assez clair parce qu’il n’a pas entamé ou pas été assez loin dans sa désidentification à l’ego. Mais le discernement devient aisé lorsque l’humilité est aux commandes, signe que l’ego est redevenu l’outil nécessaire qu’il est, et pas le tyran auquel on a fini par s’identifier dans la souffrance. C’est dans l’humilité que la vision de l’être s’élargit et celui-là devient incompris de ceux qui voient d’un œil encore voilé par l’illusion.

L’humble, parce qu’il a su voir clair en lui, a naturellement renoué avec son essence et voit clair en autrui. Son discernement est aiguisé, sa vigilance est sereine, sa parole est juste et aimante et sa vision des errances de l’humanité est toujours compatissante car il en connaît les raisons. Il y a bien des chemins qui mènent à la Connaissance, mais il n’y a finalement pas d’autre seuil à franchir que celui de l’humilité pour acquérir la Maîtrise. Elle est la porte ouverte de l’impeccabilité. A l’humble qui cultive l’intention d’incarner l’impeccabilité il est beaucoup donné pour l’aider sur cette voie. Soyez humble et présent,  demandez de l’aide aux êtres de lumière qui vous accompagnent, vous la recevrez sans attendre. En cette « êtreté », vous pressentirez toujours ce qui est juste et ce qui provient de l’illusion. Là est le discernement, là s’éteint l’indécision. Car c’est dans l’humilité que naît l’impeccabilité.

Fraternellement,

En complément de cet article : Les nouvelles saisons, l’humanité et Gaïa 

© Le Passeur – 16 Février 2012 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

118 Responses to La voie royale de l’impeccabilité

  1. Katerina dit :

    Personne ne connait personne ici. En tous les cas face aux messages exprimés .
    La prudence est une bonne conseillère .
    Tu ne sais pas ce que j ai fait dans ma vie .
    Je crois que les pièges sont assez nombreux de toutes les façons .
    Le risque est autre chose .
    katerina

    • François dit :

      Katerina,
      Si tu me le permets bien sûr…. J’aurais une question pour toi.

      Dans quel but publies tu des commentaires sur ce site?

      Pour ma part , c’est principalement dans le but de partager (donner et recevoir) les avis sur des expériences en ces temps de nouveautés énergétiques et émotionnelles dans lesquelles je découvre que je ne suis pas le seul à vivre ‘des choses’ particulières et souvent étonnantes.

      C’est ma très modeste participation à un collectif qui bouge vers sa destinée.

      Quand j’écris ici, j’écris à mes sœurs et frères de voyage ♥ , et comme ce n’est simple pour personne , je suis heureux de partager le peu que je constate pour moi.

      • katerina dit :

        François ,

        Je n ai aucun but , ni ici , ni dans la vie .
        J observe simplement et écris dans l instant .
        Peut etre que je dois le faire tout simplement .
        Je te remercie pour ce message .
        Affectueusement
        Katerina

    • Salvia dit :

      Tu as raison, Katerina, personne ne connaît personne, sur ce site ou ailleurs.
      Et je sais de ta vie que ce que tu exprimes ici, et toi de la mienne que ce que j’exprime. Où est le problème?
      Il me semble que la diversité des humains en fait la richesse. Alors laissons-nous égratigner, troubler, interpeller par nos propos échangés, jamais dans la polémique, toujours dans l’accueil de ce que l’autre peut nous apporter.
      Donc sois assurée de tout mon respect vis à vis de ta façon d’appréhender ta vie car seuls sont importants les choix que toi tu fais pour toi dans ta vie 🙂

      • Katerina dit :

        Salvia ,

        Je comprends .
        Mon premier message était simplement pour t éviter peut etre des désagréments et cela n était rien d autre .Je n ai peut etre pas compris ce que tu as exprimé . Tu as raison je n ai pas à intervenir dans ce que tu vis .
        Il est bien sur évident que toi seule peut savoir ce que tu dois faire .
        Affectueusement
        katerina

    • pierrot dit :

      Tu n’as pas raison Katerina car avoir raison veut aussi dire qu’on peut avoir tord hi hi hi 🙂

  2. Katerina dit :

    Salvia ,

    Les pièges comme tu le dis s effaceront .
    Y penser c est les faire exister .
    Je suis prudente , et vigilante .
    Katerina

    • Salvia dit :

      Katerina,
      Peut-être est-ce nous-même qui fabriquons nos propres pièges? Va savoir… la pensée étant créatrice. Il ne faut pas seulement se le dire, mais l’intégrer dans notre quotidien.
      Cependant, n’ayons pas peur, ne soyons pas frileux. Ces pièges sont nos lumières sur le chemin, osons prendre des risques. Le saut dans le vide, la lame 22 du tarot (le Fou) indique la fin de quelque chose et le début du nouveau, donc de l’inconnu. Si on n’ose franchir le pas, on retourne dans le monde d’avant, et on recommence un nouveau tour de piste, ce qui est évidemment le droit de chacun. Il n’y a aucun jugement en cela. Mais je crois que trop de prudence ou de vigilance freine notre avance.
      Les pièges sont nos aides car ils révèlent quelque chose que nous ne voulons ou ne pouvons voir. C’est comme pour une maladie: il faut soigner le malade et non la maladie…

  3. Katerina dit :

    Le rien le tout …
    Et l infini peut etre?
    Katerina

  4. Ana dit :

    Merci d’avoir exprimé et de savoir exprimer.
    Avec vous tous,
    A.

    • pierrot dit :

      Oui avoir des connaissances est une chose, savoir les transmettre en est une autre même si nous sommes connaissance bien au-delà de ce que peut expliquer le mot.
      Mais bon je n’en suis pas là. Alors contentons nous de se laisser porter par le ressenti que le mot peut déclencher.

  5. lefranc dit :

    bonjour
    je voudrais simplement savoir si le passeur a trouvé l eveil.
    merci.

    • lefranc dit :

      ou s il y a des gens ‘eveillés’ sur ce site..

      • Salvia dit :

        … drôle de question … Je me méfie des classements en « éveillé » et pas « éveillé ». Peut-on dire de soi-même qu’on est éveillé? Eveillé à quoi? On est en route, ça oui, vers quelque chose qui nous attire sans relâche. Quoi? Le saura-t-on dans cette vie? L’a-t-on déjà su dans une autre vie et oublié dans celle-ci? Seul compte le moment présent et la conscience qu’on a de ce moment.
        Eveillé?… Peut-être que des êtres que nous voyons endormis sont plus éveillés que nous.
        Sur ce site on cherche, on tâtonne, on échange, on parle et on se tait, et chacun poursuit sa route, confiant et rassuré parce qu’on ne se sent plus seul. Et chacun est unique et respecte l’autre dans ce qu’il est unique également.
        Et donc lefranc: bienvenue à toi 🙂

        • lefranc dit :

          merci a toi

        • pierrot dit :

          je me méfie de la méfiance 🙂

          • Salvia dit :

            sacré Pierrot ! 🙂 Si le mot méfiance te rend méfiant, alors disons prudence, car l’expérience m’a enseigné d’être attentive. Donc j’essaye d’éviter les pièges. Ceux-ci s’affinent au fil de mes expériences, et c’est ainsi, que pour ma part, j’enrichis mon vécu. Mais cela est très personnel, à chacun son mode d’emploi sur son chemin.
            Et des pièges, que je préfère justement appeler expériences, il y en aura tout au long de ma vie. C’est ce qui la rend, entre autre, bien riche et passionnante!

      • alain thomas dit :

        Et toi que sais-tu de l’éveil ? 🙂

    • Le Passeur dit :

      L’éveil ne se trouve pas, ni ne se cherche. Il résulte d’une conscience arrivée à maturité pour déclencher naturellement le processus. Trouve-t-on l’éveil lorsque l’on dort ? Ou se réveille-t-on soudain quand tout est arrivé au moment où il n’est plus possible de dormir ? C’est inévitable, à moins que le sommeil ne soit artificiellement prolongé, ce qui est le cas par le biais du conditionnement.
      Si toi-même tu es arrivé jusque-là sur ce site et ne rejette pas à priori ce que tu y trouves, c’est que tu as déjà ouvert les yeux et que tu t’éveilles. Après, tout s’enchaîne à ton rythme et le reste n’est que jeux de mots.

      • lefranc dit :

        merci.
        j ai la reponse a ma premiere interrogation..

        • pierrot dit :

          Et c’est quoi la deuxième ?

          • lefranc dit :

            la deuxieme?savoir s il y a au moins une personne reelement eveillée ici..j aimerais rencontrer quelqu un qui le soit.je pense que la simple presence d un etre eveillé a coté de soi peut tout changer.

            • Le Passeur dit :

              Ca veut dire quoi « réellement éveillée » ? Il y a donc des critères ? Un label ? Je crois que ta démarche elle-même t’éloigne d’une certaine façon de ton propre éveil. Il y a de quoi lire ici, ne serait-que dans la rubrique « L’Eveil », et de quoi comprendre en quoi cette intention n’a pas vraiment de sens.

          • Taoufiq dit :

            le jeu des 7 familles version 2013,

            Il y a la famille

            Endormi,
            Rêveuse,
            Songeuse,
            Réveillée,
            Pré-éveillée 3D,
            Pré-éveillée 5D,
            puis …
            Illuminée 😉

            Désolé si c’est une blague de mauvais goût, mais c’était une franche réponse 🙂

          • Salvia dit :

            Si quelqu’un de ce site te disait: « moi, je suis réellement éveillé », qu’en dirais-tu? En quoi cela t’aiderait-il?
            Un être éveillé ne se détermine pas comme tel. Ou alors il n’est pas éveillé, mais seulement un somnambule près de tomber dans le piège de l’ego.
            Cet être que tu désires connaître, il est en toi, c’est là qu’il faut aller le chercher, alors il sera à tes côtés.
            C’est du moins mon expérience.

          • pierrot dit :

            Disons Lefranc, à côté de certaines personnes, on sent une présence qui nous met nous même en présence.
            C’est ce que j’ai senti à côté de Betty.
            Le mental était au repos même si c’est nous même qui le mettons mais ça aide quand même il me semble.
            Et après le hamster reprend

          • lefranc dit :

            merci a tous pour vos réponses.

  6. oliveman dit :

    Je suis un pre’humain qui lit les message canalisation qui me font du bien et qui font rever sur TerreNouvelle en esperant que Bernard les filtres pour les novice qui debarquent dans cette realite’
    depuis peu.(4 mois)
    Cela me rend heureux de voir (et pleins d’espoir )de gens qui font ce qu ‘il faut ,meme si Moi je n’y arriverais peut-etre jamais peut-etre quand je mourrais physiquement,mais ayant pris conscience j’essaye de ne pas juger et attentionne’ par rapport a mes tendance mantal en regrettant chaque soir d’avoir trop parle’ou mal pense’ car exemple :mes collegues raciste ,alcoolique…+pensees de desir sexuel mal attentionne'(car j’ai une compagne).+fragilite’ au remarque contrarriete’ maisje suis moins terrorise’ peut-etregrace mes petite medidation ,aux messages spirituel,aux Etres qui veillent sur moi et aux effort que je fait pour changer le monde,aux effort pour eviter de manger des animaux . . .Enfin un grand Merci a Tous et bisous Merci passeur<3

  7. Martine dit :

    Bonjour Le Passeur
    je voulais juste vous demander un petit détail:
    Dans votre article, vous utilisez le terme « impeccabilité ».
    sachant que ce terme fort veut dire « sans défaut » pourquoi l’avez-vous choisi ?

    • Le Passeur dit :

      Parce que c’est le plus approprié pour exprimer ce que je veux dire. S’efforcer d’être impeccable dans l’humilité, c’est demeurer vigilant à par rapport à soi-même et des conséquences petites ou grandes de toutes nos pensées, nos paroles et nos actes.

  8. Claude de l'Est dit :

    Pour la première fois je poste un message, venant très régulièrement et me délectant de ces articles bien pensés et magnifiques. Il était temps que je laisse un commentaire de remerciement et d’encouragement à notre énigmatique « Passeur », dont les qualités de plume (ou de clavier) et de verbe sont très à mon goût et aux goûts de nombreux lecteurs je pense.
    Cet article me faisant réagir, car allant bien évidemment sur d’autres sites qui semblent canaliser (c’est très à la mode en ce moment) de nombreux Etres de lumière, je me demandais aussi comment pouvaient-ils transmettre des messages si importants, évoquant avec certitude une ascension collective de l’ensemble de la population humaine et parallèlement proposer des stages jusqu’en décembre 2012 !
    C’est quelque peu paradoxal. Mais il est vrai qu’il est préférable d’assurer ses arrières, au cas où …….. ce qu’on annonce ne se produise jamais.
    En tout cas, les texte de ce site sont très beaux et toujours de bons conseils. Continuez comme ceci et bravo pour votre site cher « Passeur » d’informations d’éveil.

  9. oceanie dit :

    bonjour j’aimerais bien echangé avec vous tous ..

  10. Tibo dit :

    Encore une fois Passeur, que ce soit l’aisance de ton propos ou la sagesse et la bonté qui se dégagent de tes textes, c’est toujours un véritable bonheur de te lire. Pour ce soulagement, cet espoir, cette réflexion, merci de tout cœur.
    Merci également aux autres chercheurs de lumière qui alimentent intelligemment le sujet de leurs expériences et ressentis personnels. Voici donc les miens, my two cents…

    Au final, je trouve cela quelque peu rassurant de se dire que l’ego ne disparaît vraiment jamais. Alors que moi qui avait tendance à penser qu’après avoir atteint ou obtenu quelque chose, tout était plié (pour dire, j’ai longtemps cru qu’après avoir eu le baccalauréat, je n’aurais plus besoin de bosser dur), je me disais qu’une fois l’Eveil atteint, tout serait on ne peut plus facile et que je serais sorti d’affaire.
    Or j’ai réellement pris conscience que tout ça était très enfantin et relevait du fantasme.
    J’ai ressenti il y a peu dans un somme après une méditation que l’Eveil, je ne sais pas si ça passera par une montée de kundalini comme évoqué avec John, n’est pas une mince affaire et est quelque chose de très puissant à ne pas prendre à la légère.
    Je sais que je vais encore devoir changer beaucoup de choses en moi, dans ma manière de vivre mais aussi de voir les choses pour en être réellement digne. Cela viendra dans mon parcours quand je serai prêt… ou pas… dans cette vie ; )

    Je me suis rendu compte en percevant enfin ce que c’est peut être du prendre recul par rapport à mes pensées, que certaines parties de moi ne devaient pas encore être prêtes à l’Eveil et qu’il n’appartenait qu’à moi-même de les accepter et les aimer afin d’espérer les rendre prêtes.
    Et en attendant cela, je sais que mon ego est là pour me protéger de tous dégâts que pourrait provoquer pareille énergie sur des parties non guéries émotionnellement de moi-même.
    Je pense donc que de voir l’ego comme un ennemi à abattre (je sais que personne n’a évoqué cela mais à vrai dire c’était mon opinion au début de ma recherche) est une mauvaise perception.
    L’ego a son utilité, certes il a tendance à prendre beaucoup de place mais il fait partie intégrante du travail et ce travail ne s’arrête jamais, même après avoir un certain degré de réalisation. Rester humble prend donc tout son sens.

    Cela me fait penser à la notion de kihon waza dans les arts martiaux et spécialement en Aïkido que je pratique depuis plusieurs années.
    Le kihon waza est un ensemble de techniques très codifiées et dites de « base », dans le sens où ce sont les techniques par lesquelles on commence et celles sur lesquelles on reviendra constamment et que l’on ne pourra jamais maitriser parfaitement. C’est le début et l’aboutissement. Dans un stage de Christian Tissier (un véritable artiste martial), nous avons pratiqué pendant une heure Ikkyo, le 1er mouvement. Celui que tout le monde connait par cœur et que certains pratiquent à l’échauffement pourtant qu’est-ce qu’il y avait matière à travailler !!

    Je pense donc que pour l’ego, c’est la même chose, tant que l’on ne se sera pas guéri émotionnellement, on ne se débarrassera pas de lui. L’attitude humble est aussi de se demander de manière honnête et franche si l’on est bel et bien guéri (même si on l’est) plutôt que de se croire le roi du pétrole avec des squelettes qui trainent encore dans le placard ! ; )

    Je vous souhaite bonne route sur votre chemin.
    Amicalement

    Tibo

  11. Martine dit :

    Bonjour à tous
    j’aimerais partager ce nectar avec vous tous dans l’ amour :

    http://pensees.positives.over-blog.com/article-2012-annee-du-pouvoir—lee-harris-98942762.html

    soeur’ènement

    • Stéphanie dit :

      Bonjour Martine,

      Merci du fond du cœur pour ce merveilleux partage ! Ce message est en effet un pur « nectar », il parle directement à mon cœur et à mon esprit. Ces intuitions résonnent en moi avec une parfaite clarté et sont le miroir de mes propres intuitions.

      J’aime beaucoup votre « sœur’ènement », il sonne très juste.

  12. Lunesoleil dit :

    Savoir si la voie royale existe réellement ?, nous avons chacun un chemin à suivre qui est différent pour chacun d’entre nous. Je suis assez d’accord avec vous de mettre son égo en veilleuse et de travailler sur l’humilité et je m’y emploie au travers de mon blog…

  13. Viviane dit :

    Texte à lire et à relire… Merci pour le juste rappel de la voie du milieu, de l’équilibre….

  14. René Foulquier dit :

    Je n’ai qu’une chose à dire, à vous dire, c’est grand merci pour ce texte merveilleux sur l’impeccabilité. Il me parle tout particulièrement et c’est dommage que ceux peut être qui en auraient le plus besoin ne le lirons pas. Mais dans les deux cas c’est bon de savoir que vous avez écris cela et c’est merveilleux et je vous en remercie grandement.
    Que l’amour toujours ainsi vous accompagne. René

  15. freespirit dit :

    Je voulais vous envoyer à tous cette merveilleuse joie que je ressens à vivre ce moment présent.

  16. Pom dit :

    Bonjour à tous,

    Ce texte et vos commentaires sont complétement en cohérence avec ce que je vis en ce moment et je crois avoir besoin de soutien pour changer ma perception. Car je suis en ce moment prise dans un étau et cela me fait souffrir.
    J’ai commencé un nouveau travail il y a un mois environ et je suis encore pendant deux mois en periode d’essai. Je suis dans l’entreprise considérée comme en formation et venant en soutien sur différents projets. Mon problème est que je mets tous mon coeur pour faire au mieux le travail que l’on me demande et sans le vouloir je crée de nouvelles manières de faire plus rapide et je fais de manière différente. Dans mon esprit, je crois que tous les autres font pareil mais en mieux alors que la plupart ne font pas du tout comme ça. MOn deuxieme probleme est que comme j’essaye de bien faire, je ne suis pas toujours comprise dans mes raisonnement car j’anticipe énormément et suis tres en avance. Je dirai meme que globalement je suis deja en avance par rapport à la fonction que l’entreprise attends de moi sauf que je « grille » les étapes. Il faut dire que l’entreprise en meme temps essaye d’impacter des changements sur les methodes de travail et se « sert » aussi de moi à cette effet. Hier, en croyant bien faire, j’ai essayer en réunion de parler des petits plus qui pouvaient nous faire gagner du temps si on les faisait ensemble en disait que cela manquait d’esprit d’equipe mais sans m’en rendre compte je me suis mal exprimée et j’ai blessé les autres qui sont là depuis bien plus longtemps que moi et qui sont censés etre mes chef.
    J’ai l’impression que je n’arrive pas à me mettre à la place des autres et à descendre mon niveau car je « vois’ tres vite la ou il faut aller + ce que l’entreprise cherche à faire mais cette clairevoyance et cette envie de bien faire m’eloigne de la realité et je n’arrive pas à m’y ancrer. Je n’ai pas d’équilibre car je ne suis que dans la globalité et non dans mon soi et surtout dans la realité. QUe me conseillez-vous ? Comment dois-je me positionner ? Est-ce que je dois cesser d’etre creative et garder mes idees pour moi le temps de m’integrer ? J’ai l’impression d’avoir aussi beaucoup d’orgeuil inavoué et cela me fait souffrir car mon « vrai’ rpojet serat de travailler dans le développement durable ou bien de partir faire le tour du monde mais en ce moment il me faut ce travail pour vivre meme si je suis moins libre ?
    Je suis dans la confusion et cela me fait mal. Que dois-je faire ? Qu’en pensez-vous en tout sincerité ?
    un grand merci.

    • Le Passeur dit :

      Vous savez personne n’a à vous dire ce que vous devez faire. Vous êtes conscient qu’il y a un problème et les réponses sont déjà formulées dans votre explication. Déjà, penser que vous êtes en avance sur les autres est une erreur, vous fonctionnez juste sur une autre perception avec d’autres conclusions, ensuite vouloir communiquer sans s’adapter à autrui, ce n’est qu’un manque de pédagogie. Si vous parlez français à quelqu’un qui ne parle que le mandarin, en quoi lui êtes-vous supérieur ? Et en quoi pensez-vous pouvoir partager quelque chose avec lui ? Pour trouver un peu plus de sérénité dans cette confusion, il faut juste faire un peu de silence en vous. Ce qui est décrit dans moulte articles de ce site. (Voir rubrique L’Eveil entre autres. Et surtout les vidéos de Krishnamurti)

    • alain thomas dit :

      Vous êtes en période d’essai. Peut-être avez-vous peur de vous faire éjecter à la fin de cette période alors vous anticipez et montrez ce que vous êtes capable de faire en « brûlant les étapes » comme vous le dites vous-même.
      Les choses vont si vite mainetenant que vous êtes comme un cheval fou qui a perdu son cavalier.
      Pourquoi ne pas dans un premier temps aller doucement, respecter la culture de l’entreprise et les anciens qui font apperemment mieux que vous ?
      Pourquoi tout simplement ne pas apprendre le savoir faire de l’entreprise et plus tard, doucement, apporter votre sens créatif quand vous serez sûre de vos idées ?
      Vous voulez faire le tour du monde ou travailler dans le développement durable ?
      Alors faites le tri dans vos priorités, avec tout le recul nécessaire !

    • Relience dit :

      Oui, c’est tout à fait ce qui est bon ce que dit Passeur.

      J’ajouterais aussi que tu vis là la différence entre pensé/parole et agir.
      Plus tu parles, plus tu te fatigue. Plus tu écoute, plus tu t’honnore.
      Pense à faire des dons dans l’action. Pas en parole.
      Essaie d’utilisé l’écoute pour répondre à un besoin qui sera don.

      Si l’entreprise fonctionne dans un état d’esprit, essaie de trouver le bon de cet état d’esprit. Essaie de trouver l’avantage dans la situation. Le travail en équipe c’est agir ensemble sur un accord entre réception et acceptation.
      Trouver sa place c’est sentir qui on est en étant ce qu’on est. « je suis ce que je suis ». Répondre à l’idée précise c’est faire acte de don parce qu’ainsi, tu enlève un poid à la personne. Vous commencez à être en phase.

      Le but est quoi ? Obtenir quelque chose de plus ?
      Ou être qui on est en soi pour la sérénité et l’échange parfait mutuel ?

      Je conseil un livre : Conversation avec Dieu; de: Neale Donald Walsch.
      Ainsi que cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=Ab1FiQixE-A

      Jenny

      • Pom dit :

        Merci pour vos douces réponses. Je travaille beaucoup pour canaliser mon énergie, apprendre à écouter et être plus dans l’action que la parole.
        bonne semaine à tous.

  17. Coeur dit :

    Merci Passeur,
    vous écrivez bien, beau et vrai. (j’étais prof de philo et j’adore Platon et ses 3 intelligibles…)
    Cela me ressource au milieu de ma vie difficile, certes tournée vers la lumière (que j’ai « vue » dans une NDE éblouissante, sans mot pour la peindre), vie douloureuse par les maux physiques depuis tant et tant d’années…
    Au début de votre texte, j’ai été interpelée par :

    Vous êtes le centre d’un axe cosmotellurique qui vous traverse et vous imprègne en permanence. A la fois émetteur et récepteur, vous transmutez l’énergie qui vous traverse et celle-ci transmute votre corps de matière et vos corps subtils. Lorsque vous vous centrez en vous-même, vous vous alignez en conscience sur cet axe et vous recréez instantanément en vous les conditions de l’harmonie. Conditions par lesquelles vos pouvoirs sont restaurés. Vous en avez alors, dans la mesure de la santé de vos corps, tout le potentiel.

    Est-ce que la « maladie » (qui me dit tant de choses et que j’écoute pour me comprendre et m’aimer mieux) est un frein à la régénération de ce corps même?
    Je suis pourtant dans l’amour, la paix et l’harmonie… du coeur et de l’âme que j’adresse à tout être comme moi en chemin (ou non), j’envoie toutes mes pensées de gratitude et de respect envers la Terre-Mère et l’Humain…
    J’ai bcp lu Kryeon que je pense être « vérace », je parle à mes cellules, je suis dans l’intention-pure…
    Mon passé fut lourd mais je suis dans le Maintenant, je sais que nous vivons une époque « extra-ordinaire » de passage et que chacun doit apporter sa pierre à l’oeuvre collective…
    Il n’en reste pas moins que mon corps crie ses infortunes.
    Ma question porte sur cette transmutation de l’énergie quand on se centre en soi-même…
    Merci

    • Le Passeur dit :

      Rien n’est un frein définitif à l’évolution, même nos erreurs. Vous dites vous-même que la maladie vous apprend beaucoup, qu’elle est devenue une sorte de dialogue avec vous-même, donc vous avez d’une certaine manière choisi de péréniser cette manière d’avancer. Puisqu’elle semble efficace, pourquoi pas. Mais en rien ce n’est une fatalité. Vous pourriez donc également choisir, ou pas, d’avancer à présent d’une autre manière en en formulant la volonté de manière très claire en vous et auprès de vos guides.
      La maladie est toujours le fruit d’un dysfonctionnement sur un autre plan que celui de la matière. Les causes peuvent être nombreuses, elles peuvent même venir d’un fardeau transgénérationnel qu’au niveau de votre âme vous avez choisi de porter. Il n’en reste pas moins que cela traduit la cristallisation d’un problème par un blocage énergétique qu’il vous appartient d’entretenir ou de libérer, selon ce que vous souhaitez vivre. Là encore, pour se libérer, il faut remonter à la source, trouver l’amas d’émotions qui constitue le barrage et le laisser s’exprimer en conscience pour rompre une digue (voir L’Eveil). Maintenant peut-être avez-vous aussi besoin d’aller plus loin dans ce processus d’apprentissage par la maladie, cela, vous seul le sentez. Pour ma part je pressens que vous être prêt à vivre autre chose et qu’il vous faut juste rompre, non dans la lutte mais dans la joyeuse découverte de celui dont le bateau quitte le quai, l’habitude de la maladie.

    • Relience dit :

      Visiblement vous présentez votre propre intension à vouloire fleurir vers un des jours meilleur et plus légé.

      Vous êtes malade. Mais ce n’est pas votre faute. L’univers est là autant pour vous-même que vous-même pour lui.

      Peut être que votre corps à trop dormi… Il a besoin de s’exprimer.
      Le pouvoir lumineux diffère en chacun de nous selon son rayon prédominant en soi.
      Lorsque l’intellectuel est trop cérébrale, parfois, la nécessité consisté à l’éveillé sur sa capacité physique afin de créer l’équilibre de ces deux pôles.
      Cela devient une communication plus profonde et elle ne suit aucun manuel.
      Souvent, pour accépter d’être libre, l’être à besoin d’un processus afin d’y accéder.
      Ainsi, l’incarnation devient une émanation. Une relation entre l’intension et sa destination carboné en activité révélé et enfin aprouvé afin d’en faire l’expérience.

      A ce que je sens, les prières ne suffisent pas. Peut être que le corps à aussi besoin de se faire prier ?

      Je dirais donc qu’il n’y a rien. Aucun conseil à suivre. Ni aucun manuel à lire. Pas besoin d’être rassurer par un protocole. Juste l’écoute de ce que vous sentez à accomplir en vous-même jusqu’à le manifester en vous et autour de vous.

      La maladie était peut être cette posibilité d’accéder trouver une porte.
      Il est peut être temps de l’ouvrir maintenant afin de vivre son miracle.

      Bonne soirée,
      Jenny

    • Relience dit :

      Ps: Je conseil ce lien http://www.youtube.com/watchv=pK1oK2ikwas&feature=related
      Il illustre ce que je dis à propos du corps et son moyen d’expression. C’est en ce moment ce que je vis et ça fait écho. Ce n’est pas un hasard ton commentaire. Ainsi, la raisonnance est bien au rendez-vous impeccable d’un alignement.

  18. freespirit dit :

    « Cultiver l’humilité revient à cultiver l’hypocrisie ; l’humble n’a pas conscience de son humilité. »
    Citation de Gandhi

  19. sibylle dit :

    J’aime bien tes choix d’illustrations

  20. John dit :

    Bonjour Le passeur, j’ai lu cet article, comme tous les autres, mais ce n’est pas vraiment pour cela que je viens écrire ces lignes. Je veux vous faire part de mon témoignage de ce que je ressens aujourd’hui, et ainsi espérer avoir vos commentaires, afin de m’aider à mieux discerner le chemin parcouru et celui qu’il reste à parcourir. Vous êtes la première personne vers qui je viens et ce n’est pas par hazard, aprés avoir lu tous vos articles, j’ai une grande confiance en votre discernement. Bon passons à moi, je vais essayer d’être le plus clair possible.

    Commençons par le début, enfant, je me suis mis très tôt, vers 8-10 ans, à me poser des questions existentielles, qui ont perduré et avancé jusque 14-15ans.A l’adolescence la recherche de la séduction, aussi bien des femmes, que des hommes mais d’une manière différente, m’a poussé à développer ma personne dans l’ego, plus l’ego devenait puissant, plus la séduction opérait. Arrivé à 20-21 ans, l’égo avait déjà commençait un cycle de souffrance, car il faut comprendre je pense que plus il gonfle plus il devient fragile et fera souffrir. A ce moment là, plus mature, j’ai recommencé à avoir des réflexions, j’ai même pu de moi même commencer à discerner sans vraiment aller au bout, le rôle de l’ego et son importance. Mais à cette période là, à un moment de ma réflexion, je suis tombé sur une réflexion qui allait me faire stagner plusieurs années et qui est « les mots embrouillent l’esprit, arréte le questionnement, il ne t’avance à rien ». Voilà pour les grandes lignes du passé, et maintenant le présent, celui qui m’amène ici.

    En septembre 2010 (26 ans donc), j’ai soudain eu une soif de connaissance, qui germait depuis un moment, mais c’est à ce moment que j’ai joint la parole aux actes. J’ai littéralement passé mes journées à m’informer, j’ai pris connaissance des médias alternatifs, et de tout ce qu’ils proposaient, plus j’en voyais, plus je voulais en savoir, sans jamais n’oublier mon discernement. J’ai tout de suite su que dans cette avalanche de nouveautés, il fallait savoir garder la tête froide. Passons toutes les réflexions que j’ai pu avoir dès lors sur l’archéologie, la politique mondiale, les phénoménes extra terrestres, enfin tout ce que proposent en général les médias alternatifs, qui sont certes des sujets passionants mais qui ne nous concernent pas ici. Cette série de réflexions m’ont tout au moins permis de remettre complétement à plat mon système de croyances, tout en ayant la lucidité de ne pas m’en imposer un autre tout fait. De là petit à petit, j’ai pu commencer à isoler en moi même les réflexions faites par mon ago et celle par l’autre partie de moi. J’ai pu voir à quel point, j’avais pu être l’esclave de mon ego, et cette réflexion m’a transpercé comme jamais nulle autre. Elle ne semblait pas provenir du mental comme une opinion, mais une vérité qui est ressenti au plus profond de soi même. Une fois la réflexion faite sur soi même on finit aussi par le voir chez ceux qui nous entourent, eux aussi sont encore l’esclave de leur ego à part entière. Etonnement ce qui aurait pu me conférer un sentiment de supériorité, c’est d’ailleurs ce dont vous parlez dans cet article, m’a plutôt rendu encore bien plus tolérant.

    Concernant un phénomène qui m’est arrivé durant cette période, j’aimerais tout particulièrement votre commentaire, qui je l’espére m’aidera à comprendre. Aprés avoir bien avancé, assis devant mon ordinateur, j’ai commencé à ressentir une présence, que je situerais au dessus de moi, par derrière, cela m’a surpris au départ, mais je n’y ai pas prété grande attention, c’était toujours au même endroit, à un moment aussi ou j’avançais dans ma réflexion. Mais c’est lorsque cette présence a pu se manifester n’importe ou que j’ai compris qu’elle n’était qu’un reflet de moi même. Elle ne me parle pas, je ne la vois pas, je la ressens c’est tout. Récemment par vos articles, j’ai aussi commencé à comprendre la deuxième étape, celle du lacher prise et de l’encrage dans le présent, mais cela me demande une forte concentration et n’est possible qu’un cours instant. Mais lorsque j’y arrive, j’ai été surpris de l’état que cela pouvait procurer, tout d’abord par une liaison renforcée par la présence dont je parlais juste avant, le sentiment de sérénité qui en découle, et même quelque chose que j’avais totalement pris pour du folklore par le passé, la sensation de montée en température entres les deux yeux et le concept du troisième oeil. La dernière chose étrange qui m’est arrivé s’est produite dans un rêve dont je ne me rappele que d’une seule chose, une sensation, une émotion, que je décrirais comme une montée en puissance orgasmique (différente de celle sexuelle) qui s’est terminé par une explosion, comme une bombe de sérénité plate. Très étrange. Certains disent que l’éveil se produit une fois que l’on a pu reconnecter avec ses vies précédentes, ce n’est pas du tout mon cas, qu’en pensez vous?

    • Maya dit :

      Bonjour, l’explosion qui s’est produite dans votre rêve ressemble à une montée de la kundalini (vous trouverez beaucoup de choses dessus sur internet). En général elle se fait à l’état de veille mais le rêve lucide est également très propice à ce genre de manifestations. Si je peux me permettre, à ce stade il faut être bien guidé car on peut « péter les plombs ». En effet l’Eveil peut être préparé ou accompagné de telles manifestations mais il ne se confond pas avec elles. Il faut rechercher la clarté d’esprit.

      • John. dit :

        Merci Maya pour cette réponse, j’ai fait quelques recherches sur ce dont tu parlais, j’en conclus que c’est une possibilité, mais je suis bien loin de tous les effets indésirables que cela peut causer. Ce que je racontais là n’était juste qu’un petit événement de toutes façons, c’est juste que j’ai de la misère à le comprendre. Resentir dans le rêve quelque chose que l’on a jamais resenti est assez étrange, en premier lieu parce que l’on sait que ça ne peut pas être quelque chose qui relève du souvenir.
        Pour revenir sur ce que tu disais, je ne peux pas être guidé, j’ai fait mon chemin tout seul, et je n’ai pas dans mon entourrage des personnes à qui ce sujet parle. Mais je ne suis pas inquiet, être capable aujourd’hui de séparer les décisions qui proviennent de l’ego, m’a apporté au final beaucoup de bien être, ça a été très curatif pour ma part. Comme je disais c’est la seule chose pour laquelle je ressens vraiment que ce chemin est le bon, pas que mon opinion pense que c’est le bon, mais une fois cela acquis on le ressent au plus profond de soi même j’ai l’impression. Pas que le chemin soit fini, non, juste que tu as la clef pour le prendre, peut-être que tu feras des erreurs sur ce chemin mais la clef de l’ego elle, restera quoiqu’il arrive.

    • Le Passeur dit :

      Bonjour John. Comme l’a dit Maya, il s’agit d’un réveil de la kundalini. C’est une énergie phénoménale et c’est pour cela que Maya parle d’un certain danger. Pour ma part, je dirai que si tu l’as vécue de toi-même, c’est que tu es parfaitement prêt à intégrer ces montées énergétiques le long de la colonne vertébrale. Il y a danger en fait lorsque certains, obsédés par ce phénomène comme s’il s’agissait d’un aboutissement en soi ou de je ne sais quel adoubement, essaient de forcer la chose à l’aide de divers palliatifs. Certains « thérapeutes » – du moins est-ce le nom qu’ils se donnent – proposent ce genre de chose. Au mieux c’est n’importe quoi et il ne se passera rien, au pire il a de l’efficacité et les conséquences seront lourdes. Ca peut aller dans des cas extrêmes jusqu’à tuer le corps physique.
      Pour en revenir à ton expérience, dis-toi que jamais tu ne t’imposeras à toi-même plus que tu ne peux assurer et tes guides par ailleurs ne laisseraient pas non plus un « accident » de ce type arriver si ce n’était la volonté de ton esprit.
      La seule chose qu’il y ait à faire lorsque la perception s’élargit, c’est d’accueillir calmement, mais avec vigilance. La présence que tu décris peut-être une part de toi ou un guide. Elle peut aussi être un « curieux » de passage, bien que je n’ai pas ce sentiment dans ton cas. Etant donné le trajet que tu suis, je te sens vigilant et posé. Aies confiance et demeure toujours bien centré en toi, n’accepte jamais ce que tu ne sens pas juste ou bon, même si l’intuition est furtive. Cela dit, un être centré et serein, qui demeure vigilant à le rester, ne capte rien de mauvais pour lui. Par résonance, en cet état, tu seras toujours « dirigé » vers la fréquence qui te correspond.

    • Relience dit :

      Tout va bien, tu as besoin de trouver en toi cet endroit :
      http://www.tantra.fr/yoga/Kundalini.htm

  21. Tchunka dit :

    Cher Passeur,

    Je vous lis depuis des mois avec toujours autant de plaisir car vous restez simple et aujourd’hui j’aimerais vous féliciter pour le contenu de ce message.

    Vous nous donnez la perspective que nous sommes tous une « superwoman » ou un « superman » dans le sens où nous avons le potentiel de changer notre vie si nous mettons un terme à nos limites de croyances, de société, d’ego, de peurs…

    En ce qui concerne notre ego, le plus on se concentre sur notre âme, sur notre lien avec elle, le plus clair nous entendons, voyons, ressentons. Nous avons TOUT en nous pour avancer, le tout est de croire en nous.

    Nous sommes fait de cette lumière d’amour et plus nous nous voyons avec un regard à la fois de femme/homme investi(e) dans sa vie ici bàs et en parallèle avec un regard qui associe la globalité de notre âme alors le plus lumineux et confiants nous sommes/serons.

    Merci pour ce magnifique moment de sagesse, de discernement et de modestie qui est si vrai.

    Je viens de comprendre une situation un peu chaotique qui s’est déroulée ces jours derniers et je saisis maintenant pourquoi je ne voyais pas de lumière jusqu’ici. Flute, mon ego était de retour. Merci !

    Très bonne continuation à tous.

  22. Charles-Antoine dit :

    « et sa vision des errances de l’humanité est toujours compatissante car il en connaît les raisons. »
    Je bute toujours ici! Comment rester compatissant face à la complaisance du petit égo, la victimisation et cette haine qui ne cesse de s’exprimer avec après une petite voix: »mais pourquoi je souffre? »!!!!

    Sans parler du mépris ou du refus de s’unir ou meme de reconnaitre la divinité en chacun…

    A vouloir aider les autres, j’en ai perdu mon Amour vrai et humble de l’autre.L’égo ou l’humain me sortent par les yeux! Et chers amis je m’y inclus !

    Je pleure cette spontanéité perdue et prie pour ne plus aider mais simplement, et en silence, aimer et rayonner.

    Bien à vous.

    • waterbreathing dit :

      pareil.

      • waterbreathing dit :

        En connaitre les raisons n’en change rien à un dégout, une lassitude; dire que la solution c’est de changer de regard sur l’humain, c’est un peu pour moi comme de dire à un dépressif, que la solution à son problème c’est d’arreter dêtre malheureux/triste.

    • Martine dit :

      Bonjour Charles-Antoine
      Vous dites  » l’ego ou l’humain me sortent par les yeux, je m’y inclus  » et  » je prie pour aimer et rayonner « .
      ces deux déclarations sont contradictoires et ne peuvent pas cohabiter.
      Vous devez choisir.
      Vous ne pourrez rayonner l’amour autour de vous que si vous trouvez sa source en vous. C’est à dire éprouver de l’amour envers vous-même. C’est la première étape sur la voie de la guérison

      « Plus vous devenez les ambassadeurs d’un silence et d’un espace aimant plus le modèle que vous créez à l’interieur de vous sera ressenti par les autres.(citation)
      C’est aussi valable pour la haine

    • christalya dit :

      cher Charles-Antoine !
      ton message me touche…Oh combien je te comprends..Saches que tu n’es pas seul, les larmes sont nécessaires pour la transformation, l’anéantissement de nous-memes,de ce que nous croyons etre …avec la perte quasi totale de notre estime personnelle, et j’en sais quelque chose pour m’etre sentie tellement minable, persécutée injustement, avec les lassitudes que cela engendre. en réaction avec ce monde, dans lequel je ne me suis jamais sentie vraiment faire partie intégrante, mais, qui ne me montrait qu’atrocité sur atrocité…Non, je n’étais pas à ma vraie place, qui ne me parlait que d’amour, de joie, d’harmonie, de douceurs
      partagées …Le role de victime cesse quand je prends conscience que tout ce que je vis est crée par moi- meme. Je pense sincérement que notre mental surchauffé ne peut que nous amener à des impasses.Pour ma part, je pense que mon seul choix aujourd’hui est de manifester la Lumière sur notre Terre, dans la matière, c’est-à-dire en créant un nouveau monde. Bref, comme tu peux le voir, je suis une chercheuse, parmi les autres, et je me sents de plus en plus reliée avec mes frères et soeurs en chemin. C’est tellement simple au final, mais nous n’avons de cesse de nous tourmenter…haha .tant que nous dissocions l’Ombre et la Lumière…que nous nous jugeons si impitoyablement… Je te remercie oh Passeur ! de laisser passer
      des paroles qui nous parlent de ce que nous sommes vraiment, des etres libres, qui peuvent créer dans la joie et l’amour ! tes textes résonnent dans mon coeur, dans mon corps, je suis heureuse que tu sois ce que tu ES. Ne sommes nous pas tous des PASSEURS…des grains de sable dans le désert, des goutelettes de rosée sur l’herbe tendre…des sourires triomphant des tristesse passées … Merci à tous d’ETRE qui vous ETES !

  23. anne benaros dit :

    MERCI ,quelle limpidité, ma recherche d’impeccabilité a trouvé son moteur , en conscience , l’humilité….Je demande à mes guides de me ….guider ! par ta voix Le Passeur , mission accomplie , et en route avec tous les allés et retours inérants , que la joie soit avec tous

  24. Christiane M dit :

    Ce texte magnifique tombe à point et je remercie infiniment Le Passeur. Pour l’humilité j’essaie d’avoir toujours à l’esprit ces quelques mots :

    Etre humble n’est pas s’effacer devant l’autre
    Etre humble c’est laisser s’exprimer l’autre
    Etre humble c’est Etre sans dominer.
    L’humilité est la porte grande ouverte sur l’Amour inconditionnel.

    Pour déjouer les pièges de l’ego ces quelques mots m’aident :
    L’ego peut transformer l’amour en sa faveur
    Mais il n’a aucune prise sur l’humilité.
    Très belle journée à toutes et tous. Avec amour.

  25. freespirit dit :

    Bonjour Passeur,
    Où trouves tu toutes ces belles images qui illustrent les articles ?

    • Le Passeur dit :

      Sur le Net pour la plupart. Il faut chercher et demander les autorisations lorsque c’est possible.

      • sybe dit :

        La photo de votre site est a couper le souffle
        Bugarach et son vaisseau en partance au sommet
        Je ne sais si c’est une photo de vous mais elle est somptueuse
        J’habite ces terres fières et âpres que sont les Corbières depuis quelques années déjà, téléguidée sans savoir pourquoi au début dans cette région haute en vibrations et je m’interroge sur votre identité de « Pré humain ».
        J’aime la clarté et la mesure dont vous faites preuve dans vos écrits dans un souci d’équilibre judicieux dans un monde souvent de pure chimère.
        Merci pour votre être et le travailleur de passeur que vous partagez avec équanimité.

  26. Béa dit :

    Abandonner le vouloir de l’égo (que l’on reconnait incapable de nous offrir une paix durable) à la volonté d’une Puissance qui nous dépasse et que l’on sait parfaite.

    C’est l’humilité du sage qui fait le choix de servir la vie au lieu d’exiger qu’elle le serve.

    C’est la grâce pour qui est plein de la réalité de « ce qui est »,défait de tout manque à combler et de tout besoin à satisfaire car il a levé en lui tous les barrages à l’Amour et laisse,en toute confiance, la Divine inspiration le guider hors des douloureuses illusions de la dualité.

    « Que Ta Volonté soit faite » !

  27. alain thomas dit :

    L’humilité est un « état » sans égo.
    On ne peut maintenir cet « état »… tout est impermanent.
    Ce n’est pas un acte volontaire.
    L’humilité est liée à la foi profonde, cette mystérieuse certitude qui fait courber la tête.
    J’ai beaucoup de difficulté avec l’humilité parce que je n’arrive pas à demeurer en elle, étourdi que je suis par les pièges de la dualité et des préjugés.
    Garder son âme d’enfant, demeurer dans l’émerveillement, sourire devant le Nouveau, la beauté d’une fleur, d’une mère, d’un paysage, d’un ciel bleu blanc.
    J’ai beaucoup de mal car je répète chaque jour des gestes du « connu » et je m’enferme dedans. Le mental est omniprésent.
    Inventer, créer, innover, conquérir, se mettre à nu, donner, partager.
    Comme c’est difficile devant les préjugés constants qui émergent de mon esprit devant une situation.
    Fuir les mondanités, les regroupements, les partis, les religions, les discussions, les affinités, copinages, compromissions.
    Même le soir, dans la merveilleuse ambiance d’une chambre solitaire, au moment du « dormir », une pensée subtile non maîtrisée brise la splendeur de l’humilité.

    • AlKriS dit :

      Joliement dit. Je vais être moins poétique 😉 A force de se prendre des murs, un jour on arrête de foncer tête baissée dedans.
      Et de guerre lasse, l’humilité s’impose. D’abord sous forme d’une prise de consicence qui nous force à constater notre impuissance. Et si on reste attentif et qu’on demande à être éclairé, sincèrement, souvent avec des cris et des larmes de révolte, alors on peut, sous le verni du « renoncement », comprendre que cette décision seule aura été courageuse et qu’elle seule nous donne accès à notre véritable potentiel.
      Car même si l’impulsion du renoncement est souvent imposée par les circonstances, la décision de continuer à foncer tête baissée dans la dualité ou au contraire de stopper le monde et de décider de ne plus joeur ce jeu, en acceptant d’écouter la source, d’y répondre et de revêtir notre rôle véritable, loin des spot lights de l’égocentrisme, cette décision là donc nous appartient.
      Et je crois que c’est en quelque sorte la décision la plus guerrière qu’il nous soit proposé de prendre. La voie du lâcher prise est la plus évidente…. mais à posteriori 🙂
      Et je crois qu’on peut s’intaller dans l’humilité (je ne parle pas de la représentation fortement dévalorisée que s’en fait notre monde actuel) de manière durable et définitive beaucoup plus facilement qu’on ne pense. C’est le premier aps qui n’est pas facile je trouve, le basculement d’une vision du monde à une autre. Une fois ce basculement fait, c’est comme une prise de conscience et je ne vois vraiement pas alors l’intéret de revenir en arrière. Ni volontairement, ni involontairement.

      • alain thomas dit :

        Je reviens sur ce que j’ai dit :
        L’humilité n’est pas une décision à prendre. Ce n’est pas un acte volontaire.
        C’est un « état » sans égo.
        C’est donc en premier lieu une prise de conscience de ce que nous sommes vraiment.
        Si l’on prend conscience que nous sommes une « expérience » dans un jeu, au service de l’Unicité dans la pluralité, alors on commence à s’effacer. Mais c’est graduel. Ce n’est pas comme une révélation qui peut transformer un être, pas forcément dans le bon sens d’ailleurs.
        Nous avons la vision de ce que nous sommes ; nous comprenons alors que nous n’existons pas en tant qu’entité indépendante. Nous n’avons pas vraiment d’identité. Alors nous sommes là pour une raison que nous avons pour la plupart oubliée. Nous avons notre mission. Le problème est qu’il a fallu passer par notre enfance et notre éducation. Alors que l’enfance nous a permis de vivre dans l’émerveillement (pas toujours), le mental s’est forgé par le système éducatif.
        Jusqu’au jour où nous avons réalisé notre vraie nature.
        L’humilité s’est alors dévoilée par petites touches que l’on pourrait appeler « aperçus ».
        On se met vraiment tout nu, on devient transparent. Seulement l’égo revient en force à la moindre occasion, c’est-à-dire en permanence.
        Si nous stabilisons notre « vue » par une pratique quotidienne de l’observation, notre humilité ne va pas grandir, je dirais plutôt que la poussière qui la recouvre va la révéler progressivement parce que nous aurons pris de nouvelles habitudes de vie.
        J’en ai parlé plus haut en les décrivant.
        Vous dites la même chose Alkris. Merci.

        • AlKriS dit :

          Il n’y a qu’une chose sur laquelle je ne suis pas tout à fait d’accord je crois, c’est le fait que ce soit graduel et que ça puisse être compliqué à ancrer dans le quotidien et sur le long terme. Je pense que nous pouvons tous avoir des expériences différentes, et si j’ai mis bien du temps à comprendre bon nombre de « trucs », j’ai le sentiment qu’à un moment ça s’intègre. Bien entendu une fois intégré il peut parfois y avoir des ratées, mais ce ne sont que des ratées intermitentes et de moins en moins présentes au fil du temps. Pour mes soucis d’ego, je crois que les choses se sont plutôt passées brutalement. J’ai luté, combattu, cherché, voulu, désiré, réclamé, trépigné, revendiqué aussi…. et baffe, baffe, baffe et encore baffe. Jusqu’à ce que j’en puisse plus et que je décide de ne plus m’en soucier et de laisser venir (bon où est vraiment la décision je ne sais pas en fait, c’est peut être juste par dépit, faut être honnète, mais je crois qu’en plus d’un certain sentiment de désespoire il y avait aussi une prise de décision, comme la certitude que j’avais fait le tour de toutes les manières possibles et que j’avais échoué – en fait non, c’était juste l’ego qui avait échoué).
          Tant qu’on garde le nez dans le guidon on ne voit rien. On pourra prétexter que finalement ce rapport au « juste-ego » aura mis du temps à s’intaller et que ce n’est que la prise de conscience qui a été soudaine ? Bon, après tout qui de l’oeuf…. ? Ca n’est pas très important.
          Parfois une poussée d’égo refait surface. Souvent juste un ancrage persistant, une habitude pas encore totalement débarassée. Puis très vite on observe ça, on n’arrive pas, malgrés encore quelques efforts, à garder son sérieux… puis on en rit soi même. Et ça n’a pas d’importance. Et on retourve notre liberté d’action. En conscience.
          Et au final même cette question d’humilité devient floue et n’a plus réellement d’importance. C’est comme ça que je le ressent en tout cas.
          Quand le mental se tait…. ça fait des vacances. Et des bonnes 🙂

          • alain thomas dit :

            « Cultiver l’humilité revient à cultiver l’hypocrisie ; l’humble n’a pas conscience de son humilité. »
            Cette citation de Gandhi que nous propose freespirit est pleine de sens.
            L’humilité est un « état » et non une décision ou un acte volontaire.
            Le fait que ce soit un « état » ne le rend pas permanent. C’est lorsque notre prise de conscience s’approfondit que nous dissipons nos voiles par le renoncement et le lâcher prise.
            Vous voyez par exemple, lorsque nous échangeons sur ce blog, nous faisons appel à notre raisonnement. L’égo est forcément présent. Quand nous sourions aux gens dans la rue en les croisant, nous leur offrons un instant d’amour… un instant d’humilité.

          • Soleil Bleu dit :

            Bonjour AlkriS

            « J’ai luté, combattu, cherché, voulu, désiré, réclamé, trépigné, revendiqué aussi…. et baffe, baffe, baffe et encore baffe. Jusqu’à ce que j’en puisse plus et que je décide de ne plus m’en soucier et de laisser venir (bon où est vraiment la décision je ne sais pas en fait, c’est peut être juste par dépit, faut être honnète, mais je crois qu’en plus d’un certain sentiment de désespoire il y avait aussi une prise de décision, comme la certitude que j’avais fait le tour de toutes les manières possibles et que j’avais échoué – en fait non, c’était juste l’ego qui avait échoué). »

            Voilà une superbe et parfaite illustration de ce qu’est ce fameux « lâcher-prise », qui est tout sauf de la résignation puisqu’il introduit la dynamique puissante de l’humilité, premier pas du processus permettant l’acceptation qui libère.
            Energie au combien plus puissante et créatrice de « nouveau » dans nos vies, que le mental de l’égo, limité et identifié au seul savoir qu’il a engrangé ne peut pas même envisager.
            Et tes mots l’ont très justement dévoilé.
            In lake’sh

      • elba dit :

        Suis d’accord avec toi, Alkris (très beau commentaire… tout y est dit d’une façon claire.)
        A force de se prendre des claques, je crois que l’on finit par renoncer, parce que l’on se rend compte que l’on ne peut presque pas faire autrement pour atteindre une certaine sérénité.
        Et ce renoncement nous rend plus humbles…

  28. louisetta dit :

    On pourrait presque dire l’humilité est la seule chose qui peut nous différencier des hommes de l’ombre. C’est ce qui change tout le reste.

    Les âmes qui se réveillent un peu avant le lever de soleil, pendant que les autres dorment encore un peu (et peut être que certains vont vouloir faire la grasse mat’, après tout, ça arrive) …perçoivent bien l’obscurité mais elles assistent également au magnifique lever de soleil, et seule l’humilité leur permet d’embrasser ce moment avec justesse.
    Merci pour toutes ces belles interventions de parts et d’autres.

    • freespirit dit :

      Le lever de soleil est merveilleux.
      La lumière prend sa place sur l’ombre. L’invisible devient visible. Tout s’éclaire.
      L’obscurité se trouve piégée et ne peut que s’enfuir.

  29. joyce dit :

    oui, c’est très dur de dénicher l’orgueil ,et tes rappel à l’humilité est d’un grand secours pour nous les âmes sur le chemin …; prudence et discernement sont toujours judicieux ! quel bonheur de lire tant de douceur et d’espoir ! Paix et Amour pour tous

  30. Yolane dit :

    Je rajoute une petite phrase à mon précédent commentaire : comment fais-tu Passeur pour éviter les pièges que te tendent tous nos commentaires élogieux sur tes articles ? Si tu sais rester humble dans ces conditions, chapeau l’artiste.

  31. Yolane dit :

    La vraie humilité est un état d’être très difficile à cerner en soi. Entre la fausse qui n’est que surdimension de l’égo et le déni de soi qui est fausse réponse à un égo assoiffé d’amour et d’attention, l’équilibre est périlleux.
    Pour échapper à l’un et à l’autre il faut trouver et reconnaître sa juste valeur. Tâche délicate et de longue haleine.
    Soeurellement (c’est vrai, quoi, pourquoi tjs le masculin !!!)

    • Salvia dit :

      je rebondis sur « soeurellement » car je ne peux réprimer mon sourire. Récemment, entre amies qui nous retrouvons dans un groupe mixte, on s’était fait la même réflexion et nous nous sommes mises d’accord pour « soeurnellement »…! Nous avons gardé le « n » de « fraternellement ». Comme quoi, même pour des petites choses bien banales ça se met aussi à bouger.
      Au fait: « humilité » n’est pas « soumission », je me demande si dans l’inconscient de pas mal de personnes il n’y a pas confusion entre ces deux aspects.

      • Yolane dit :

        « et nous, les petits, les obscurs, les sans-grade…. »
        Non, je ne parlais pas de soumission, Salvia, mais d’oubli ou de négation de soi. Quand on a l’impression de n’exister que par le regard des autres on ne peut être humble. Avant cela il faut se re-connaître, savoir que l’on existe par soi-même et seulement après trouver sa juste valeur et juste place.
        Soeurnellement (j’aime bien aussi)

        • Salvia dit :

          Yolane,
          je ne sais si je comprends bien ton propos « quand on a l’impression de n’exister que par le regard des autres on ne peut être humble », mais il éveille comme un écho en moi d’un passé plus ou moins lointain. C’est peut-être le sentiment de manque de confiance en soi?
          L’humilité me pose aussi problème, c’est une notion qui fut tellement galvaudée, entre autre par la religion chrétienne. Mais les commentaires des uns et des autres, sans évidemment oublier les propos du Passeur qui sont à la source de nos échanges, me permettent d’y voir un peu plus clair. Mais je ne me sens pas encore vraiment sereine, il y a encore des coins d’ombre en moi.

          • Béa dit :

            oui,Salvia,longtemps on attend d’être reconnu par les autres pour se sentir digne.

            Et puis,à cause des trahisons ou abandons que l’on subit,notre frustration pousse plus loin la compréhension du processus en jeu.

            L’autre est toujours miroir de soi et,tant que l’on n’a pas trouvé en soi notre propre valeur,on reste à la merci du jugement extérieur.

            Quand on s’assume et s’affirme dans notre intégrité,on devient détaché face aux critiques(positives ou non!) des autres.

            Etre en paix avec soi-même nous rend imperméables aux attaques.

            En accord avec soi,on peut aller au devant des autres sans crainte (ni orgueil,ni fausse modestie).

            Se soumettre ,c’est se poser en victime.L’humble ne se soumet pas,il choisit,en toute conscience, de s’en remettre à une autorité supérieure qu’il reconnait parfaite.

            L’humilité est quelque part par là !!

            Bien à vous !

            Et un GRAND Merci,Passeur ,pour ce bel espace d’échanges !

    • Maya dit :

      Il y a aussi « sororalement » ! Yolande je salue tes propos coquins et pertinents ! La voie royale de l’impeccabilité est on ne peut plus démocratique et révolutionnaire car tout le monde est roi, tout le monde est reine !

      • Yolane dit :

        Ah oui, ça me rappelle La sororité de l’épée. Confrérie de femmes guerrières de Marion Zimmer-Bradley dans sa série de romans de Fantaisy contant l’histoire de la planète Ténébreuse. J’ai bcp aimé.
        Alors, votre majesté (et la mienne), je vous dis sororalement à bientôt

  32. ambrevi dit :

    La douceur, la limpidité, la fluidité de l’expression de vos propos Passeur est un baume sur mon parcours de cheminante. Il y a là un parfum de reconnaissance intime, de rappel. Merci Ami.

  33. Rodolphe dit :

    Salut Passeur, cela fait maintenant 1 an que je lis tes articles et profite de la clarté qu’il diffusent. Alors merci pour ton travail, du fond du cœur.

    L’humilité est, comme tu le dis, le signe d’une réel prise de conscience.
    Chaque instant nous met a l’épreuve de rester humble…
    « Dieu se sentait seul… Il créa les étoiles, les galaxies, les nuées célestes et le firmament. L’amour Divin fit de cette création la plus belle chose qui existait, en dehors du créateur.
    Alors l’univers se vit, lui-même, beau… Et il se crut supérieur à Dieu… Alors le grand architecte fut triste et il décida de créer la Terre avec ses océans, ses montagnes, ses plaines et ses forêts. Le pouvoir Divin est tel que notre Monde était la plus belle planète…
    Notre Monde se vit alors comme il était… Et il se crut supérieur… Nul ne peut comprendre le Créateur mais il Créa à ce moment là tous les animaux de la Terre… La Justice Divine voulue qu’il y ai une multitude de créatures différentes, dotées de pouvoirs multiples et variés. Ils étaient magnifiques. Les animaux virent qu’ils étaient la plus belle création… et ils se crurent supérieur… Mais Dieu ne s’arrêta pas là. Dans une ultime vibration de Joie il créa L’être humain. A son image… Les humains se virent et (deviner quoi?) il se crurent supérieurs… Dieu était si triste… »
    On pourrait croire que cette histoire finit mal; Mais non!!! Je peux témoigner devant la vie qu’il y a sur Terre des humains qui ne se croit pas supérieur!
    Toi « Passeur », tu n’es pas orgueilleux, tu fais tout ce que tu peux pour prévenir tes frères et sœurs… Toi et ceux qui suivent le chemin de l’humilité donner du bonheur à notre créateur.
    Merci pour tout. Allez de l’avant avec votre Amour de la vie comme étendard!
    Votre frère de cœur
    Rodolphe.

  34. catbec dit :

    beaujour aujourd’hui
    je remercie toutes les présences visibles et invisibles qui s’expriment sur ce site et nous aident dans l’évolution de la conscience.
    Merci Marina de m’avoir permis sans le savoir de découvrir au juste moment l’article
    A l’origine vous êtes des anges.
    Quelle belle inspiration le Passeur d’avoir déposé Humilité au centre de notre réflexion. C’est vers ce mot que ma conscience m’a précisément guidé pour continuer à trouver l’équilibre.
    Reste que plus j’apprends, plus je sens fuir de moi ce qui m’a amené jusque là. Comme si l’enfant que j’étais en savait plus intérieurement avant, et que la formulation de ces savoirs, aujourd’hui possible, évapore toute cette certitude et me rend moins signifiante. Comme si de dire ce qui « est » le faisait disparaître.
    Et pourtant, j’ai ancré la force en moi d’évoluer sans douter.
    Comment ne pas perdre la tête ? Le coeur à lui seul suffit-il ?

    • Béa dit :

      Les mots ne pourront jamais exprimer l’indicible,d’où ce sentiment que tes certitudes instinctives s’évaporent quand elles sont nommées.

      Etre ne s’explique pas mais se vit.Cependant,dans l’échange,nous tentons tous d’exprimer fidèlement ce que nous ressentons… sans vraiment y parvenir!!

      Vivement que nous soyons tous opérationnels pour communiquer par télépathie !

      Bien à toi !
      Lumineuse journée à tous !

  35. Nn. dit :

    Confiance en soi. Etre à l’écoute de nos ressentis. Conscience du tout dont nous faisons parti. Acquérir petit à petit la sagesse du savoir dans une humilité clairvoyante.
    La connaissance est en nous. A chacun de faire le chemin qui mène au divin.
    Nn.

  36. dit :

    Humblement Merci…..Un texte qui tombe à propos concernant mes présents questionnement …Merci Le passeur pour ta Lumiére et ta sagesse…

  37. Feudanse dit :

    Merci Le Passeur! Bonne journée, aujourd’hui! 🙂

  38. Buttin Pierre dit :

    Je vous rend Gràce Passeur pour toute ces infos qui nous réveils,nous fonts prendres conscience de ce qui se passe, pour votre guidance…………Que l’humilité et la présence soit notre demeure………ainsi soit-il……..
    Pura vida……..
    Pierre 🙂

  39. Salvia dit :

    merci de tout coeur, cher Passeur, pour ce texte qui va m’aider à me centrer davantage. Je crois souvent l’être, et puis oups, sortie de route …!
    Ce texte est si riche qu’il me faudra le lire et le relire pour le goûter pleinement.

    • Feudanse dit :

      Moi aussi Salvia, je dévie du Chemin sans m’en rendre compte et… la Vie me ramène par des situations nécessaires à ma route empruntée!

      Merci à toi et belle journée, aujourd’hui!

      • Salvia dit :

        Tu sais, ce n’est certainement pas volontairement que ni toi ni moi on dévie de notre route. Heureusement qu’il y a des poteaux indicateurs et des garde-fous, sous forme par exemple de petits ennuis et autres bobos, et puis il y a le Passeur, et là, nous avons de quoi retrouver notre centre, pas vrai?

    • vuolo dit :

      dans l’Amour tout devient plus fluide, et notre âme retrouve sa raison d’être ici incarnée. Que l’Amour soit. La Guérison vient de là. Bonne continuation.

Répondre à katerina Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *