Que nourrissez-vous ?

Par Sarâ Julia Rodrigue.

Que nourrissez-vous ? La fin du monde ou la naissance d’un nouveau monde ?

Oui, nous vivons des temps de turbulence, c’est évident !

Nos vies, nos manières de penser, nos attitudes, nos croyances, tout y passe.

Partout où se porte notre regard, nous voyons des gens aux prises avec des difficultés matérielles, émotionnelles ou mentales. Mais justement…

Comment est-il ce regard ?

Car c’est lui qui crée le sentiment que nous éprouvons et qui revient ensuite, comme une boucle, teinter à nouveau notre vision des choses. Un cercle vicieux, qui se nourrit de lui-même, qui se confirme, se valide d’avoir porté ce regard…

C’est bien là toute la définition de ce qu’est un cercle vicieux, ou vertueux !

Le sentiment qu’on porte en soi, qui teinte le regard sur la vie, crée ensuite notre réalité, puisque, par magnétisme, on attire à soi  les mêmes vibrations qu’on émet, souvent bien inconsciemment.

Comment est mon regard sur le chaos qui règne en ces temps dans pratiquement tous les aspects de la Vie sur cette planète et sur ce que nous sommes en train de traverser ?

Est-ce que je ne vois que guerres et catastrophes ?

Est-ce que je vis dans l’inquiétude, la peur, la préoccupation, l’urgence de faire quelque chose mais dont je ne sais même pas quoi ?

Est-ce que je me sens impuissant devant l’ampleur de ce qui m’apparaît comme un désastre ?

Ou est-ce que je vois le désir de l’humanité à vouloir sortir enfin des prisons qu’elle s’est créées ?

Est-ce que je perçois le chaos comme une étape normale de déstructuration des conditions rigides d’existence, de cette matrice inhumaine qui prévaut depuis si longtemps ?

Est-ce que je me réjouis de ce vent de liberté qui souffle sur les pays dirigés par des dictateurs ?

Est-ce que je ressens de l’optimisme à voir les gens parler de plus en plus de ce qui les fait vibrer et de vouloir vivre ce qu’ils portent dans leur cœur ?

Est-ce que je célèbre mes pas et ceux des autres pour nous affranchir des croyances limitatives  et gagner peu à peu notre liberté, tant intérieure qu’extérieure ?

Deux regards, deux réalités… Que choisissez-vous ?

De ce choix si important  dépendra non seulement notre vie mais aussi ce que collectivement nous nous donnerons à vivre.

Car, étant tous reliés ensemble, le choix personnel participe au choix collectif. Et ce choix collectif manifestera une réalité planétaire.

Vous connaissez les egrégores ?

Ces amas d’énergie qui gravitent tout autour de la planète ?

Il y en a de toutes sortes : des egrégores d’amour, de bienveillance, de compassion, ainsi que beaucoup d’autres moins lumineux,  des egrégores de peur, de domination, de tristesse, etc…

En ce moment, il en est un qui s’amplifie à mesure que la fin de 2012 approche.

C’est l’egrégore de peur de la fin du monde ! Et pourquoi s’amplifie-t-il ?

Parce que lorsqu’un être vibre dans une émotion, celle-ci ouvre un chemin vers la même vibration, créant un circuit énergétique qui alimente les deux pôles.

Vous ressentez la peur ?

Vous vous branchez automatiquement sur cet egrégore qui fait en sorte que votre peur augmentera de manière démesurée. Vous devenez ainsi contrôlé par cette émotion intense de peur générée par tous ceux qui la nourrissent.

Parallèlement à ce mouvement de peur qui court sur la planète entière, un autre mouvement, nourri d’amour et de conscience par les êtres humains qui croient en l’avènement d’un nouveau monde et, comprenant que l’ancien doit s’effriter, crée un egrégore de paix, de sérénité et de certitude que nous allons manifester ensemble, le monde auquel nous rêvons.

Sachant que nous créons nos vies, individuellement et collectivement, et que chacun de nous est aussi important que l’ensemble, que choisissez-vous de nourrir : la fin du monde ou la naissance d’un nouveau monde ?

Sarâ Julia Rodrigue.

Source. – Vu sur Les Chroniques d’Arcturius.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

26 réponses à Que nourrissez-vous ?

  1. marie christine dit :

    Belle expérience, Soleil Bleu !
    Je dirais que c’est l’intention de ton âme (si on peut dire) qui s’est révélée .

    • Maya dit :

      Pareil que Marie-Christine, merci pour cette expérience. Comme quoi les miracles sont aussi (d’abord ?) intérieurs. Etre capable de maîtriser ses actes, son alimentation, voilà qui est beau !

  2. Gaya dit :

    ***J’adore*** Simple et magnifique***

  3. Mikael dit :

    Comment espérer la naissance d’un nouveau monde sans abandonner le vécu de l’ancien?
    2012 est peut-être l’avènement de quelque chose de différent mais ne va-t-on pas y laisser des plumes?L’optimisme ne peut pas être de mise quand la plupart des humains n’ont même pas conscience de leur propre « vie intérieure »leur priorité étant de subsister physiquement et individuellement.Que la route est longue avant le rassemblement des consciences!

    • Viviane dit :

      On est responsable que de notre propre ouverture. Cependant, en s’ouvrant soi, on ouvre une porte pour que l’autre s’ouvre à son tour. Et puis l’ouverture chez l’autre que nous croyons absente n’est peut-être en fait que masqué à notre regard? Durant la période des Fêtes, j’ai été invitée comme à toutes les années chez l’un de mes frères. J’ai remarqué chez 2 de mes neveux des changements d’attitude. L’un d’eux depuis longtemps malheureux, me semblait tout autrement ce jour là, plus léger. Et un deuxième avec qui je ne semblais jamais en mesure d’entrer en contact auparavant, était posé, me regardait dans les yeux lorsqu’il me parlait et me semblait particulièrement habité par un calme, une sérénité que je ne lui connaissais pas. Je me suis alors demandé, les jours qui ont suivis, si c’était là, le résultat du changement de conscience prenant place actuellement sur la planète. Ni l’un, ni l’autre n’étant sur un chemin d’éveil spirituel comme nous le concevons. Il n’y a aucune raison, pour que l’éveil ne se fasse que selon notre compréhension de la chose. La Vie comme je le mentionne plus bas, a maintes façons de s’expanser. Elle prend des chemins souvent inconnues de nous pour aller là où elle veut, semer ce qui doit l’être et porter fruit en temps voulu…

    • Soleil Bleu dit :

      Bonjour Mikael,

      Bien sûr que nous y laisserons des plumes. Celles qui nous empêchaient de voler de nos propres ailes et qui nous avaient été offertes comme un leure par un système plus soucieux de dominer le monde à son avantage unique, qu’oeuvrer à son bien-Être.

      Ces plumes, nous les payons à crédit au prix de catastrophes écologiques majeures et suicidaires, de famines des uns pour que les autres s’empifrent jusqu’à l’indigestion, de centaines de milliers d’enfants morts de conséquences d’embargos barbares et irresponsables, de conditions de travail dégradantes pour les uns ou qui conduisent au burn out pour d’autres, d’une médecine sélective et coûteuse qui répare à son profit des corps de plus en plus malades et affaiblis par sa surconsomation, d’asservissement aux intérêts de la haute finance qui impose ses dictas et fait payer la note aux individus qu’elle exploite, de notre conscience qui s’affaiblit entre le marteau de l’info manipulée et l’enclume de la peur, et j’en passe….malheureusement pas des meilleures !

      Alors sans regret je laisse tomber ce duvet de moineau qui ne sert qu’à me maintenir au chaud dans mon nid douillet, pour laisser pousser les ailes créatrices d’un « possible » qui émerge déjà un peu partout.

      La nouvelle conscience est bel et bien en expansion et se densifie par les millions (peut-être des milliards, que sait-on du rapport des 7 milliards d’individus avec leur êtreté ? absolument rien ! en dehors de nos shémas formatés par nos croyances et nos peurs) d’actions individuelles et collectives qui apparaissent, tels des pépites lumineuses, dans l’obscurité provisoire et agonisante d’un ordre qui tire ses dernières salves.

      C’est au cours des nuits noires et sans lune que se révèlent la brillance, la beauté, et la multitude des étoiles dans le ciel. Certains choisissent d’être incomodés ou appeurés par l’obscurité, d’autres choisissent de s’émerveiller du spectacle qu’elle offre. C’est pourtant la même chose qui est observée, mais l’un voit en creux ce que l’autre observe en plein. Ce n’est qu’affaire de vision, que l’on est libre de changer ou pas.
      NAMASTE à toutes les lucioles d’URANTIA GAÏA

      • Mikael dit :

        Merci Soleil Bleu pour ta réponse,
        Bien sûr que la nouvelle conscience est belle!Il y a effectivement de plus en plus de signes d’élans de coeur collectifs ou individuels qui re-équilibrent heureusement nos erreurs.Il est peut-être un peu tôt pour penser qu’un changement total des mentalités( sans certains sacrifices)avec pensées positives,malgré l’immense beauté qui nous entoure,est pour demain.
        Il suffirait ,comme tu nous l’écris,de vivre dans » l’émerveillement ».
        Ce n’est pas si facile tant que nous ne règlerons pas nos problèmes matériels et individualistes,tous ceux relatifs à notre égo.
        Nous avons encore du travail sur cette terre;à chacun de participer à cette évolution dans une humanité toujours aussi imparfaite.
        Promouvoir l’acte positif avant la pensée positive(qui à l’heure actuelle ne suffit pas)est plus responsable.

        • Maya dit :

          Bonjour Mikael. Tout à fait d’accord avec l’importance des actes. Mais je pense que sur un axe temporel, la pensée positive précède l’acte positif. Pour qu’un acte ne soit pas vain (nous enfermant dans l’impuissance de la victime) il faut qu’il soit l’expression d’une pensée positive, d’une foi. Dans notre monde, n’oublions pas qu’agir, c’est souvent parler, convaincre, calmer par des mots. La décision précède l’action. En général on ne parle pas seulement des pensées et des actes, mais de la tripartition pensée, parole, acte. La force réalisatrice de des mots vient de la foi. Les politiques en savent quelque chose puisqu’ils nous assènent leur vision du monde par le langage, avec une conviction inébranlable. Reprenons le pouvoir des mots, qui est celui de la conviction et de la foi.

        • Soleil Bleu dit :

          Re-bonjour Mikael,

          L’expérience que j’ai de la pensée me laisse entrevoir qu’elle est à l’égo, ce que le ressenti-vibration est au coeur.
          Aujourd’hui, ma tête, mon corps, mon coeur a compris et assimilé que tout ce que je vivais (donc, y compris tous les évènements qui se passent dans le monde et dont je suis témoin ou acteur par un biais ou un autre) n’est que l’expression dans la matière de mes pensées qui ont rendu possible leur avènement.
          La pensée êmet une énergie qui ira inévitablement à la rencontre et renforcera un égrégore de même fréquence. Et l’Univers qui ne juge pas, fabriquera dans la matière ce qui y correspond.
          Nous créons inévitablement et en permanence les conditions favorables ou défavorables à nos intentions. Malheureusement pour Soi et les autres, dans l’ignorance souvent partielle ou totale de ce pouvoir de la pensée auquel pourtant on ne peut se soustraire.
          Quand cette évidence nous pete un jour à la face, alors l’humilité pointe le bout de son nez pour nous chuchotter « tu es responsable de tout ce que tu vis car c’est toi qui en crée les conditions de réalisaion, mais l’oeuvre qui en découle est le cadeau de sa création à LUI/ELLE, la Source ! »
          Nous n’avons pas le choix de la forme (heureusement ! petit humain limité par la goute de « savoir » que l’orgueil veut traduire en « connaissance absolue ») nous avons par contre la lourde responsabilité d’assumer les obstacles créés par nos pensées qui séparent l’observateur (Soi) de la chose observée ou souhaitée, et les ponts, créés de notre capacité à « Être » la chose dans nos plus petits actes et pensées de tous les jours.
          A partir de cette expérience là, on ne peut plus chercher à agir sur les éléments extérieurs, sauf à nourrir sa vanité, on se met seulement en disposition d’accueillir et d’accepter ce qui Est, comme une occasion de le transmuter en Soi. Pour le moment…. l’alchimiste le plus performant qu’il m’est donné de voir à l’oeuvre dans des changements palpables dans la matière est « l’Amour de Soi ».
          D’autres expérimentent probablement un autre truc, peu importe la forme puisqu’elle porte inéxorablement « Sa » signature, nous allons tous de toute façon, habillés de vêtements aussi divers qu’improbables, vers l’aube du même rencard.
          IN LAKE’SH

          • Maya dit :

            Soleil Bleu si je ne me trompe, vous faites allusion à la différence entre passer par le coeur et passer par l’intention. Passer uniquement par le coeur, c’est poser l’intention de fonctionner par le coeur, dans l’Amour, sans plus de précision, en s’en remettant au divin. On l’oppose généralement à l’intention en tant que telle, qui peut être « pourrie » comme celle des sorciers de magie noire. Mais la véritable intention si je puis dire, telle qu’elle est enseignée par des maîtres (tel que les Toltèques comme Miguel Ruiz), des guides, ou retrouvée en Soi, part en réalité elle aussi du coeur. Ainsi, quand on fait une prière, on passe par l’intention, une intention sacrée, les mots donnent une direction même si comme vous le dites c’est la Source qui choisit la forme. Le problème de l’Intention c’est qu’elle doit être pure, l’une de ses conséquences si elle ne l’est pas, est l’alourdissement du karma. Ceci dit, si bien des personnes mettent en garde contre le mauvais usage de l’intention, certainement à raison, cela n’empêche pas que de plus en plus de personnes découvrent ou utilisent peut-être même sans le savoir le pouvoir de l’intention. Je crois qu’il vaut mieux être conscient de ce pouvoir, quitte à ne pas l’utiliser si on n’a pas confiance en la pureté… de ses intentions. Nous sommes responsables de nos intentions. La notion de responsabilité ici me paraît aussi cruciale que celle d’humilité. Car l’humilité mal comprise peut devenir un déni de responsabilité. Ne pas oublier que les guérisseurs, les magiciens fonctionnent à l’intention (en partant du coeur). Il est vrai que tout le monde n’est pas guérisseur, mais tout le monde est à même de le devenir…car nous sommes tous appelés à transmuter la matière.

          • Maya dit :

            Je précise ce que j’entends personnellement par intention : ce n’est pas n’importe quelle pensée, mais plutôt une volonté, une demande de l’âme qui est faite de manière consciente. Le pouvoir de l’intention, c’est quand on est aligné sur son âme. Nous créons tous nos expériences, mais sans le savoir à l’état conscient. Quand on est aligné sur son âme on a la possibilité de co-créer consciemment son expérience, sous la forme d’une demande. (la prière en est l’exemple parfait). Je m’éloigne peut-être de la définition de Miguel Ruiz, auquel cas je vous prie de m’en excuser. Si quelqu’un s’y connaît en la matière…

          • Soleil Bleu dit :

            Bonjour Maya,

            Je ne post probablement pas au bon endroit pour te répondre, mais il n’y a pas de signet « répondre » sous ton commentaire.
            Je ne crois pas que je mentionne la différence entre passer par le coeur et passer par l’intention, je témoignais seulement de ce que j’ai observé de l’alliance qui se fait entre la pensée émise (et le lot d’émotions qu’elle accompagne) avec ce qui se traduit concrêtement dans ce que je vis ou qui pénetre mon environnement.

            Pour t’en donner un exemple concrêt : Cela fait un bout de temps que je suis profondément écoeurée des conditions d’élevage et d’abattage des animaux que nous consommons aujourd’hui, néanmoins je mange de la viande parce que j’aime ça et que je ne m’inscris pas dans une démarche spirituelle qui dit « pour arriver à..il faut que je..) ce conflit moi/l’animal crée indubitablement une disharmonie en Soi bien sûr, mais j’ai l’intuition profonde que ces 2 états de fait (j’aime la viande et pour autant je ne supporte pas le prix que j’en fais payer aux animaux) trouvera une issue harmonieuse dans l’amour sincère et vrai que je porte à chacune d’elle.

            Cette issue s’est concrétisée il y a 10 jours, face à un reportage sur l’abattage industriel. De nouveau bouleversée par cette séparation entre le traitement des envies des hommes et le respect de la nature que nous maltraitons, j’ai seulement pensé, calmement, sans colère mais avec beaucoup de tristesse « c’est pas possible de continuer un truc pareil ! »
            Et le lendemain, à ma grande surprise parce que je n’avais posé aucune intention d’âgir, l’action s’est faite toute seule. En faisant mes courses, je n’ai pu que constater que pour la première fois de ma vie je n’avais pas envie de mettre de la viande à mon menu. C’était même drôle à vivre parce que cette nouveauté ne me demandait aucun effort, je percevais que cette transformation alimentaire n’était ni pensée ni décidée, qu’elle m’était proposée comme quelque chose de trés naturel et harmonieux, hors de toute lutte ou dogme. Cet aspect carnivore de ma personne s’est tout simplement dissous depuis 10 jours.

            ça peut sembler futile une si petite chose, mais en réalité j’ai observé ce mécanisme dans une foule de petits et grands pas que j’ai fait et continue de faire dans ma vie.
            C’est cette union des contraires qui s’accordent, dans la paix et le respect de qui l’on Est en chacun d’eux, qui ont pour temple ce que j’ai nommé « Amour de Soi ».
            Namasté

  4. Viviane dit :

    Permettez moi d’ajouter en partie quelques paroles d’un article intitulé « un regard libre » écrit pour une amie et qui disait ceci:
    « Nous est-il possible en tant qu’être humain aux prises avec un bagage impressionnant d’expériences ayant façonné notre vision et notre jugement, nous est-il possible donc, de traverser chaque jour en posant sur les événements qui le composent un regard neuf pour ne pas dire libre ?
    Si nous éprouvons cette difficulté à ajuster notre regard à ce qui se dévoile véritablement dans les événements, les choses et les gens de la vie de tous les jours, à élargir notre vision, comment arriverons-nous à admettre d’autres possibilités de vie, comment arriverons-nous à faire place au monde de demain ? Comment espérer changer ce monde si nous n’en changeons d’abord notre conception? Comment pouvons-nous nous engager sur de nouvelles avenues si nous restons toujours campés dans nos certitudes, si nous recherchons la sécurité du connu, si nous refusons ce qui en diffère ? Trop souvent, ce qui est inconnu de nous, donc nouveau pour nous, est rapidement rejeté et considéré comme sans fondement. Trop souvent, parce qu’improbable à nos yeux, et surtout à ceux de la société en laquelle nous nous fondons, nous refusons de porter attention à de nouvelles théories, découvertes, ou simples possibilités…
    Pourtant, la Vie recèle en elle un potentiel infini d’expansion et surtout d’expression. Ici même sur notre Terre, elle n’en fini plus d’étaler ses couleurs, comportant tous les tons et toutes les nuances. (…) »
    Si vous jugez pertinent, je vous (et nous) invite à changer ce regard afin de le rendre « libre »…

    • marie christine dit :

      Bien dit, Viviane !
      « C’est à cause de nos imperfections que la vie n’est pas harmonieuse . Quand les imperfections disparaissent, les difficultés disparaissent en même temps . »

      • Martine dit :

        Je ne dirais pas que les difficultés disparaissent car la vie et les autres autour de nous restent ce qu’ils ont choisi d’être selon la Loi du libre-arbitre.
        Je dirais plutôt que c’est en changeant notre vision de la vie et notre façon de la vivre que nous entrons en contact avec notre propre force intérieure, ainsi les difficultés perdent leur pouvoir sur nous et nous les franchissons plus aisément .

        A partir de là, nous voyons la vie à partir d’un niveau supérieur de conscience.

        • Viviane dit :

          En effet, le message ne porte pas sur nos imperfections, mais bien sur le regard que nous portons sur les choses, incluant celles que nous qualifions selon notre compréhension limitée d’imparfaites. Parfait ou imparfait a bien peu d’importance à mon avis. Ce qui est parfait aujourd’hui pouvant devenir imparfait demain et vice-versa tout cela, selon les circonstances mais aussi selon notre propre vécu du moment incluant les émotions qui nous traversent à tout instant. Tenter simplement de regarder ce qui est là, et de s’y ouvrir sans à-priori.

          • marie christine dit :

            Le regard que nous portons sur les choses a le pouvoir de les modifier .
            Un regard en conscience n’est pas un acte passif mais un acte qui met en mouvement des forces dynamiques puissantes .
            C’est là tout l’intérêt du regard …
            Sinon, à quoi sert l’esprit s’il n’agit pas sur la matière pour la transformer ?

          • Viviane dit :

            Marie-Christine, oui, le regard que nous portons sur la matière a le pouvoir de la changer. Mais… il me semble que l’esprit ne sert pas… il Est. Il n’a pas de raison d’être, il n’en a pas besoin, il Est. Tout simplement encore une fois. Que les choses changent à la qualité du regard qu’on leur porte est simplement un résultat. Pas nécessairement un but. Le but, est d’Être… Mais ne nous perdons pas dans le mental… à expliquer, et expliquer encore. Je suis en accord avec ce que tu affirmes, car c’est une vérité qui est en voie d’être reconnue par tous.

    • Relience dit :

      Bonjour,

      Je pense que dans la vie, dans toute sa magnificence, l’important est de vivre le sentiment qui nous habite sans le craindre en le jugeant et en le cataloguant.

      La peur logé par nos bagages peu intervenir et réintervenir aussi souvent que nous le souhaitons. Cela arrive lorsque nous traversons une période de doute. Le mieux à ces moment là est de lâché totalement ses activités spirituel en se laissant tranquille. En ne cherchant pas à forcer quoi que cela soit. Se nourrir de ce qui nous apaise. Retourner à ce qui est connu aussi. Revivre un peu de ce monde. Revivre certain mécanisme passé. Ce n’est pas mal. Le mal est une illusion. Ce qui compte est d’écouter l’intuition. Par ce qui fait du bien. Appeler l’aide. Manifester sa demande. Autant sur le plan humain que divin. L’aide Divine et l’aide humaine. Cela s’imbrique afin de créer un dessein qui permet justement de se relever. Cela se complète et l’humain arrive sans hazard selon l’écho qui est lancé : la loi d’attraction. Tomber de haut permet de remonter de ci bas. Et souvent pour traverser encore quelques turbulence qui n’avait pas été totalement intégré par l’être. Donc ce n’est ni bon, ni mauvais, c’est une expérience qui aide à se réaliser, à se grandir, à embellir… C’est comme des niveaux. Quand le premier niveau est entamé, accéder au second niveau est un apprentissage qui se doit de retomber au premier afin d’arriver au troisième avec l’expérience du second. Cela fonctionne ainsi dans un saut à différent sceau.

      « Courage, après l’orage, la rage appel le naufrage
      de ton nouvel âge au cœur de ce voyage »

      Aussi, les imperfections sont parfaite dans le sens qu’on y apporte.
      L’intention, le vecteur temporel est riche lorsque nous sommes à la croisé des chemins… Je sens que l’imperfection est l’impeccabilité de l’un.
      Tant que le mentale recherche la perfection il reste bloqué.
      Le tout est peut être de lâcher prise ?

      Jenny

      • marie christine dit :

        Bien sûr, Viviane . Je te taquine !
        Dans l’Etre, il y a l’Un et le Multiple, l’Immuable et le Dynamique, la Cause et le But … Il y a Tout .

  5. freespirit dit :

    merci pour ce jolie texte plein de vérité.

  6. Maya dit :

    L’année 2011 a été la plus belle de ma vie. La révolution tunisienne est une des plus belles expériences ayant existé. Les remous actuels, dans ce pays et dans le reste du monde arabe, sont une nécessaire transition. Nous allons vers l’abandon de l’ancienne figure non seulement du leader, mais de l’homme providentiel. C’est le collectif qui reprend son pouvoir. Au passage, le reste du monde doit déconstruire l’image diabolisée de l’islam qui a permis tant de dérives guerrières. Cela s’épure par des débats, certes d’un autre temps, sur la charia etc. Mais derrière cela, un désir d’honnêteté, la foi dans l’égalité et le bonheur. Je suis confiante et enthousiaste. Quant à la crise financière mondiale, c’est une bénédiction. Nous tous qui souffrions de l’absurdité du système capitaliste, ne pouvons que nous réjouir de sa défaite. OUI je n’ai jamais été aussi heureuse pour le monde et notre Terre qui réagit et ne se laissera pas faire. Si notre destin était de mourir pour que la terre renaisse, c’est un beau destin. Mais La Terre veut que nous vivions dans la JOIE. Amen.

    • Stéphanie dit :

      Bonjour Maya,

      Je ne sais pas si « la terre veut que nous vivions dans la joie », mais je suis en total accord avec vous sur « si notre destin était de mourir pour que la terre renaisse, c’est un beau destin », de toutes façons nous sommes immortels seul notre corps physique retourne justement à la terre.

      • marie christine dit :

        Il y a une belle intuition de l’avenir dans ce que tu dis, Maya .
        C’est certainement l’action des peuples qui changera l’orientation de notre monde .
        Mais pour l’instant, les peuples sont encore très diversifiés (pour ne pas dire contradictoires) dans leurs motivations .
        Les uns veulent la liberté, d’autres veulent la paix dans le monde, d’autres veulent sauver la nature, d’autres sont révoltés contre l’injustice sociale et économique, d’autres ont peur pour leur avenir et celui de leurs enfants, d’autres voudraient tout casser, etc …
        Sans compter l’influence des medias qui sont toujours prêts à montrer le « sacrilège » de la violation des lois (José Bové, Greenpeace, etc …) .
        Alors ceux qui prônent la paix dénoncent les actes de sabotage ou de révolte . Ceux qui agissent dénoncent la passivité des autres . Ceux qui veulent un changement politique « dans les règles » ne comprennent pas forcément ceux qui agissent directement . Il y a aussi ceux qui approuvent par la pensée et font autrement par les actes, etc, etc, etc …
        Le problème est donc un problème d’UNION DES MOTIVATIONS .
        Tout cela est en gestation . Tout cela mûrit peu à peu …
        Pour qu’il y ait union des motivations, il faut qu’il y ait des leaders qui incarnent la volonté divine avec calme, certitude, détermination et audace . Ils ne manquent pas de par le monde . Nous en connaissons déjà quelques-uns grâce à ce site et d’autres .
        Je suis persuadée que le temps viendra où ces personnes seront propulsées en avant et seront capables de donner l’orientation générale de pensée et de volonté . Ils seront capables d’inspirer la confiance d’un grand nombre de populations, et l’enthousiasme en donnant une vision riche et précise de notre destinée .
        C’est pourquoi, personnellement, j’évite de prier pour la paix dans le monde ou pour toute autre cause car je ne sais pas si c’est la volonté divine . Je ne sais pas si, le faisant, j’interfère dans le plan divin . En d’autres temps, cela aurait freiné Jeanne d’Arc , renforcé Pétain, favorisé l’invasion du Tibet par exemple .
        Je préfère offrir toute l’énergie de ma conscience neutre, en liaison avec mon âme afin que les forces divines agissent à travers elle, à leur manière . Elles seules savent . Tout au plus, puis-je diriger cette conscience vers un point de la planète, mais toujours sans aucune volonté personnelle, sans aucun désir qui pourrait parasiter une Intention dont seule la Source a la Connaissance et la Maîtrise absolue des tenants et des aboutissants .

        • Maya dit :

          Marie-Christine merci pour ton message. J’imagine qu’ici plus qu’ailleurs tout est question de point de vue et de parcours. Mais si on considère que nous avons tous une signature spirituelle unique, nos intentions, certes alignées sur la Source, sont l’une des couleurs de la palette de notre monde. Ce serait une perte pour tous de ne pas l’exprimer. Peut-être qu’il y a bien des leaders, mais pour moi plus comme des exemples, dans le sens où ils montrent la voie de la reprise du pouvoir intérieur, que comme des maîtres à penser auxquels on remet aveuglément notre liberté.

          • marie christine dit :

            Je comprends bien ton point de vue, Maya .
            Personnellement, je pense que le monde aura besoin de leaders éclairés pour remplacer les détenteurs des pouvoirs actuels .
            Des hommes comme Pierre Rabhi et tant d’autres, s’ils sont reconnus comme éclairés et si on choisit de coopérer, peuvent amener les peuples à leur libération (intérieure comme extérieure) .
            Il arrivera un jour où chacun devra sortir de son cocon spirituel et mouiller sa chemise . Car il va falloir le créer réellement ce nouveau monde .
            Le temps des paroles sera dépassé …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *