La physique nouvelle et l’expérience mystique du « corps cosmique »

Peut-être que cet article ne séduira pas tout le monde en ceci que le langage de la science, même vulgarisé comme ici, est peu attractif pour certains. Pourtant, avec bien peu d’efforts d’attention, ce qui suit est parfaitement accessible à chacun dans les grandes lignes. Et ces grandes lignes suffisent en ceci qu’elles apportent à ceux dont la perception se fait encore essentiellement par le mental une caution à la voie spirituelle qui les appelle en leurs tréfonds.

La physique de notre temps rejoint la compréhension mystique de l’univers, tout enfin trouve sa place dans la réconciliation. Bonne lecture.

Le Passeur.

Par Robert Linssen. (Revue Epignosis.  No III, 1er  Cahier. Février 1984)

C’est d’une façon complètement inattendue que l’évolution rapide des sciences actuelles confirme chaque jour davantage le bien-fondé des expériences mystiques.

Cette convergence résulte principalement de la physique. Elle est d’ailleurs soulignée par de nombreux physiciens de réputation mondiale. Comme le déclare Gary Zukav: « La seule grande révolution du siècle s’est faite dans la physique ». Celle-ci donne une vision entièrement nouvelle de la nature réelle de l’Univers et de l’être humain.

Dans l’optique des physiciens d’avant-garde, tels David Bohm, Fritjof Capra, Geoffroy Chew, et les Prix Nobel Brian Josephson ou Eugen Wigner, l’Univers est considéré comme l’unité organique d’un seul et même Vivant. Le processus de vie de ce géant cosmique se manifeste par un immense réseau de milliards de relations entre des éléments apparemment séparés, mais complètement interdépendants.

L’ancienne physique accordait un caractère de priorité à des corpuscules qu’elle considérait comme des éléments constitutifs nettement individualisés. La nouvelle physique quantique dépasse cette vision dite « réductionniste ». Celle-ci considérait l’édifice universel formé par des « briques » ultimes douées d’une certaine autonomie. La physique nouvelle nous montre qu’au contraire une approche différente s’impose: celle d’une vision globale, dite « holistique ».

Les constituants ultimes de la matière n’auraient qu’ « une tendance à exister ». La plupart des phénomènes qui nous sont familiers, tels que surfaces, solidité, immobilité, ne sont que des phénomènes interférentiels conditionnés par la situation d’observateurs utilisant des échelles d’observation particulières.

Mais du fait que nous avons dès notre naissance pris contact avec le monde extérieur par nos perceptions sensorielles, ces premiers contacts ont eu sur nous une influence prédominante qui se poursuit généralement durant toute notre existence. Tout en ne niant pas cette échelle de valeurs, nous devons admettre qu’il on existe une autre profondément révélatrice.

Comme le disait Bergson, « notre logique, née dans les solides, est une logique des solides ». Mais voilà que la logique quantique nous révèle que rien n’est solide au sens où nous le percevons et concevons généralement. La solidité n’est qu’un phénomène interférentiel d’ondes entre observateurs et objets observés.

Mais il y a plus encore. On avait considéré jusqu’à présent que les corpuscules atomiques comportaient simultanément deux aspects opposés mais complémentaires: dans certaines expériences, l’électron manifestait les caractères spécifiques d’un corpuscule, tandis que, dans d’autres expériences, il se manifestait comme un pur rayonnement. On en concluait que l’électron englobait simultanément deux propriétés, celle d’une onde et celle d’un corpuscule. La notion de complémentarité, introduite par Niels Bohr, a été reprise et complétée par la mécanique ondulatoire qui valut au prince Louis de Broglie le Prix Nobel en 1925.

Mais les physiciens vont beaucoup plus loin. Tout en ne contestant pas les principes qui viennent d’être rappelés, ils envisagent d’aller bien plus en profondeur.

La physique quantique nous oblige en effet à considérer que l’aspect corpusculaire n’est aussi qu’un phénomène interférentiel. Il résulte de l’interférence de l’aspect ondulatoire avec un obstacle ou un observateur qui « existentialisent l’aspect corpusculaire », selon l’expression d’Olivier Costa de Beauregard. L’évidence de ce qui vient d’être dit est démontrée par le fait que, dans sa tentative de formulation du champ unitaire, Werner Heisenberg a supprimé le facteur de masse qui avait été introduit auparavant par le soviétique D. Ivanenko, et avant lui par Paul Dirac.

Le facteur « masse », déclarait Werner Heisenberg, est inutile, car, dans « un champ véritablement unitaire », il ne peut exister de points privilégiés ni dans l’espace, ni dans le temps. La masse ne peut apparaitre et ne peut être évaluée qu’en interférence avec des localisations privilégiées — ou « apparemment privilégiées » — de l’énergie.

Le sens original des valeurs de la nouvelle physique se trouve d’ailleurs remarquablement résumé par Gary Zukav qui écrit (La danse des éléments, Robert Laffont, 1982):

« La théorie quantique des champs est fondée sur le postulat que la réalité physique est essentiellement non substantielle. Selon cette théorie quantique des champs, seuls les champs sont réels. Ils sont le substrat de l’Univers, et non la matière. La matière — les particules — n’est tout simplement que la manifestation éphémère de champs interagissant, qui, pour intangibles et insubstantiels qu’ils soient, demeurent les seules choses réelles de l’Univers. Leurs interactions prennent l’aspect de particules parce que ces champs interagissent de façon très abrupte et dans des régions de l’espace très réduites ».

Les grands bouleversements que la physique nouvelle provoque dans notre vision du monde ne proviennent pas seulement de la mise en évidence d’une Réalité intemporelle, a-causale, en perpétuelle pulsation créatrice, de nature spirituelle. Le facteur le plus important réside dans le fait que les physiciens les plus audacieux, tels David Bohm, Fr. Capra, et bien d’autres encore, accordent un caractère de priorité fondamentale à cette Réalité par rapport aux apparences multiples dites « surfacielles » qui nous sont familières.

Et ce n’est pas tout. Il y a aussi le fait que David Bohm et plusieurs physiciens de pointe considèrent que le monde extérieur qui nous est familier est « in-substantiel », et que « seul le Réel est suprêmement tangible ». C’est en lui que se localise la plus haute concentration d’énergie.

Nous reproduisons ci-après quelques fragments des déclarations de David Bohm au Colloque de Cordoue (Science et Conscience, Stock, 1980, pp. 108-109), reprises d’ailleurs dans son ouvrage fondamental Wholeness and the Implicate Order (Londres, Kegan, 1980) :

« Toute cette énergie est présente dans l’espace vide, et la matière, telle que nous la connaissons, n’est qu’une petite ondulation sur cette mer immense. Celle-ci se situe dans l’’ordre impliqué’ et nullement en mode essentiel, dans l’espace et le temps. Pourtant, c’est la totalité de l’Univers, comprenant l’espace, le temps et la matière connus de nous, qui se manifeste dans cette ride légère.

« La matière en tant qu’elle serait faite de formes particularisées de cette plénitude se propagerait au sein de celle-ci comme si elle était vide.

« L’idée suggérée ici est que ce que nous percevons par nos sens comme un espace vide est en réalité la plénitude qui constitue le fondement de toute existence, y compris la nôtre. Les objets perçus par nos sens sont des formes dérivées dont la véritable signification ne peut être saisie que par référence à la ‘plénitude’ dans laquelle ils ont été engendrés et maintenus avant de s’y résorber fatalement à la fin ».

Nous rappellerons ici qu’Einstein considérait également que l’univers manifesté n’était qu’une « ride » provisoire à la surface d’un champ fondamental.

Le fragment le plus saisissant de la déclaration de David Bohm concerne le renversement complet du sens et des valeurs que nous accordons au mot « réalité ». Il écrit (Science et Conscience, p. 105): « L’’ordre impliqué’ implique assurément quelque chose de hautement subtil et d’intangible.

« Or, c’est ce fondement subtil et impalpable que nous  proposons de prendre comme base et source fondamentale d’action. Nous l’avons vu: ce qui est tangible en est ensuite abstrait comme un sous-ensemble qui n’est que relativement indépendant, récurrent et stable.

« C’est là un renversement complet de la procédure habituelle: au lieu de dériver le subtil comme une forme abstraite du tangible, nous dérivons le tangible comme une forme abstraite du subtil ».

Ce fragment constitue l’un des passages les plus importants de l’œuvre de David Bohm.

Nous comprenons maintenant l’erreur qui consistait à nous situer a priori dans le monde des apparences extérieures conçu comme centre de l’univers, et, de ce domaine familier considéré faussement comme une « terre ferme », à envisager vaguement l’essence ultime de la matière en tant que très hypothétique et placée vers la périphérie. La physique quantique nous montre l’absurdité de cette situation. Nous sommes en réalité au niveau d’une périphérie très « insubstantielle », et le « centre » représente le côté le plus intensément actif de l’Univers. C’est en lui que se localise la plus haute énergie. Signalons cependant que cet aspect « de profondeur » est complémentaire de l’aspect surfaciel, et que c’est au niveau de ce dernier que l’Acte créateur de la plus haute énergie s’exprime en l’homme et par l’homme. Nous avons développé ailleurs ce point de vue important.

Il y a une dizaine d’années déjà, grâce aux travaux de Raymond Ruyer (La Gnose de Princeton, Fayard, 1974), nous avons eu un premier écho d’un nouveau sens des valeurs. Les « gnostiques de Princeton » — qui comprennent une majorité de physiciens —déclaraient que le monde extérieur qui nous est familier n’est que l’ »Envers multiforme » d’un « Endroit unique et fondamental » qui en est la base essentielle. En outre, cet « Endroit » existe sous la forme d’un « champ de conscience cosmique » de nature spirituelle.

Ce bref tour d’horizon qui vient d’être fait des conséquences philosophiques, psychologiques et spirituelles de la nouvelle physique quantique nous permet de mieux saisir les similitudes existant avec certaines expériences mystiques. Dans le cadre de celles-ci, la priorité du monde spirituel par rapport aux apparences du monde extérieur n’est pas le résultat de spéculations intellectuelles ou scientifiques. Il s’agit d’un processus d’expériences vivantes dépassant les concepts et les formulations de la science. De nombreux savants commencent à l’admettre. Parmi les plus célèbres, G. F. Chew, professeur à l’Université de Berkeley et père de la fameuse théorie physique du « bootstrap », déclare très courageusement (Cité par Gary Zukav, op.cit., p. 324) :

« Notre combat présent avec certains aspects de la physique avancée n’est peut-être qu’un avant-goût d’une forme complètement originale d’effort intellectuel humain, qui s’établirait non seulement en dehors de la physique, mais qui ne pourrait même plus être décrit comme ‘scientifique’ ».

L’expérience du silence intérieur complet, résultant non d’un acte de volonté, mais d’une vision pénétrante, constitue la condition essentielle d’une disponibilité aux richesses du champ de conscience cosmique. Les formulations ne peuvent nous y aider. L’évolution prodigieuse des sciences et de la physique peut néanmoins nous aider à prendre la bonne direction en nous démontrant que l’Univers et l’être humain sont bien autre chose que ce que nous avons pensé qu’ils étaient. Mais un « saut » intérieur est à faire. Une sorte de toucher intérieur, plus vivant que les concepts, peut nous révéler, dans une perception globale immédiate, le potentiel pratiquement inépuisable de l’énergie spirituelle formant notre être véritable. Ce n’est qu’à partir de cet instant que nous commençons à vivre la « conversion » que nous suggère la science, et dont les traditions mystiques ont été les interprètes.

Dans les spiritualités orientales, le champ de conscience cosmique est évoqué par trois termes sanscrits très connus: SAT – CHIT – ANANDA.

SAT se réfère à l’Être: l’Être intemporel, a-causal, existant par Lui-même, très différent du climat suscité par les verbes « avoir », « avoir plus », « devenir », qui nous sont trop familiers.

CHIT évoque une Conscience infinie, nouménale, inconditionnée, très différente de la conscience égoïste qui nous est habituelle. Celle-ci est épiphénoménale, conditionnée par nos mémoires, notre hérédité, notre milieu, notre éducation, notre structure cérébrale.

ANANDA est un terme suggérant l’état de félicité, félicité existentielle cependant, quoique demeurant consubstantielle à l’Essence suprême des êtres et des choses. ANANDA peut être aussi considéré comme une forme supérieure de ce que nous éprouvons à l’échelle humaine comme « amour ».

Le Dr.Harold Kelman de New York, neurologue et psychiatre de réputation internationale, déclare à ce propos lors du récit d’une expérience (Dans R. Godel, De l’humanisme à l’humain, Les Belles Lettres, 1963) :

« Je sens que dans ces éclairs d’illumination de la Réalité moi-même et d’autres avons pu saisir des lueurs de ce qui est impliqué dans l’homme ‘éveillé’.

« En passant par des séquences répétées de tels états de communion, moi-même et d’autres avons éprouvé l’expérience de cette position axiale, intemporelle, plus fréquemment, plus profondément.

« Ces moments comportent trois des attributs de l’expérience transcendante des ‘libérés vivants’ en Inde.

– Leur venue est soudaine et inattendue.

– Ils opèrent instantanément une transformation significative du comportement.

– Ils sont dépourvus entièrement d’images et souvent de contenu intellectuel.

« C’est un état d’infinie disponibilité et de possibilité d’être relier par quelque chose de profond en moi. Je ne peux pas faire que cette expérience se produise, ni assurer qu’elle se produira. Car, par définition, ce qui est véritablement spontané est imprévisible et incontrôlable ».

Dans la réalisation authentique de cet « état d’être », nous expérimentons le caractère de priorité de l’essence ultime des choses par rapport aux apparences du monde extérieur. Nous pourrions ajouter aux commentaires du Dr Harold Kelman quelques détails qui nous semblent utiles afin de préciser ce qu’apporte le vécu de cette expérience fondamentale.

Lorsque le silence mental est parfait, une véritable mutation psychologique et spirituelle se produit. Elle s’accompagne instantanément d’un déplacement ou d’un transfert du centre de la conscience, généralement éprouvé dans le cerveau avant l’expérience, vers le « plexus solaire » et le « Hara ». Lorsque cette expérience est pleinement vécue, ce transfert du centre de la conscience est définitif. Il n’est pas le résultat d’un acte de volonté de l’ego.

Cet état d’être comporte une très grande énergie spirituelle, une félicité, une clarté, et le vécu d’une pulsation extatique, qui ne sont pas dus à un travail quelconque de l’ego, quoiqu’ils se manifestent dans ce qui reste de lui.

Dès lors, nous avons tendance à ériger notre seule demeure au niveau de cette ultime Réalité, tout en ne perdant pas le contact avec le monde extérieur. Il semble au contraire que nous l’apercevons pour la première fois dans sa signification réelle et avec sa part paradoxale d’éternité et de relativité. Tout en vivant dans le monde, nous ne sommes plus prisonniers de la seule apparence des choses ni de la nôtre. Nous sommes enfin délivrés de notre « exil ».

L’intensité du vécu expérimental de cet état d’être suprêmement naturel nous donne par-dessus tout le sens d’une corporéité cosmique. La notion de « Corps cosmique » a été de tous temps évoquée dans les formes supérieures de la plupart des expériences mystiques. Ainsi que l’exprime le lama Govinda (Les fondements de la mystique tibétaine, Albin Michel, 1960, p. 318) :

« Pour l’homme éveillé, dont la conscience embrasse l’Univers, l’Univers devient son propre ‘corps’, tandis que son corps physique devient une manifestation de l’esprit universel, et sa vision intérieure une expression de la Réalité suprême… »

Le bouddhisme évoque la notion de corps cosmique dans l’expression très connue de « Corps de Bouddha », qui ne désigne pas le corps d’une personne divine, mais le caractère prioritaire d’une Réalité spirituelle à la fois omniprésente, omni-pénétrante, intemporelle et a-causale. Le brahmanisme et l’advaita vedântin utilisent souvent le terme sanscrit de Dharma-kâya, qui signifie « Corps de Vérité ». Le christianisme emploie l’expression de « Corps du Christ », et l’Eucharistie manifeste clairement la notion de « chair cosmique ».

Il est intéressant de souligner que l’un des éminents physiciens d’avant-garde, Fr. Capra, professeur à l’Université de Berkeley, déclare à ce propos (Le Tao de la physique, p. 310):

« L’expérience du CORPS est, en fait, privilégiée dans bien des traditions orientales, et considérée souvent comme la clef de l’expérience mystique du monde. Lorsque nous sommes en bonne santé, nous ne sentons aucune fragmentation de notre corps, mais nous le percevons comme un tout unifié, et cette conscience engendre un sentiment de bien-être et de bonheur. De façon semblable, le mystique perçoit l’intégralité de l’univers comme un prolongement du corps ».

+ + +

Nous terminerons ce très bref commentaire sur l’expérience mystique du « Corps cosmique » par la reproduction d’un poème confirmant pleinement ce que nous apporte le vécu de cet état simple et naturel. R. Nirmayananda Dorje écrit (La Divine Féerie. Passion transcendantale de l’état sans ego):

« O Vie immense et sans borne !

Immortelle et radieuse Splendeur,

Tu es désormais mon unique CORPS !

Tu es mon unique demeure !

En une lumière véritablement divine

Je suis à jamais transfiguré…

Et je transfigure toutes choses,

En termes de l’Éclair éternel que je suis !

Au cœur de la pierre froide

Je suis le Feu divin

d’un Amour inconnu !

Au-delà du visage glacial

des êtres où la Mort a fait son œuvre…

Je suis la Flamme de Vie divine

Qui brille sans fin

Bien au-delà de tout ce qui naît…

Et de tout ce qui meurt !

Au cœur de la branche morte

Qui porta tant de sève, de fleurs,

et de fruits,

Je demeure la Lumière suprême

d’un éternel Printemps…

L’Univers est mon CORPS !

Mon seul CORPS !

CORPS de béatitude infinie et d’Amour ! »

Est-il utile de rappeler ici les trois mots, émouvants dans leur simplicité, par lesquels les anciens Maitres chinois désignaient cette réalisation que tant d’êtres humains considèrent malheureusement comme inaccessible?

« RETOURNER CHEZ SOI ».

Robert Linssen.

Source originale : La Revue du 3ème Millénaire

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

 

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

73 Responses to La physique nouvelle et l’expérience mystique du « corps cosmique »

  1. thierry dit :

    @ Passeur

    votre avis m’interresse ; depuis quelques jours, j’ai l’impression d’être dans une autre dimension, en effet plusieurs personnes me certifie m’avoir dis quelque chose ou que j’aurai dit une autre mais je n’en ai aucun souvenir, ça s’explique ?

    • Le Passeur dit :

      Tout s’explique, mais ça n’est pas pour autant la voie la plus judicieuse.

      • thierry dit :

        que voulez vous dire ? je ne contrôle pas .

        • Le Passeur dit :

          Le mental cherche toujours des explications qui puissent le satisfaire à hauteur de ce qu’il peut envisager. Accueillir et ressentir ouvre la voie du cœur, celle qui sait et n’a pas besoin de plus.

      • TULIPE ROSE dit :

        bonjour et bonsoir à tous,

        Et MERCI pour le passeur pour ce blog nourrisant
        pour l’âme et qui inspire justesse, humilité et le sens
        du beau.

        Je suis nouvelle parmi vous.

        Mon pseudo est tulipe rose.

        Comment faut il s’inscrire ?

        Merci de votre réponse
        et à trés vite.

        • Le Passeur dit :

          Si vous vous voulez laisser votre email pour la lettre lorsque j’en envoie une, c’est dans la colonne de droite (newsletter). Pour le reste il n’est pas nécessaire de s’inscrire pour laisser des commentaires mais je vois que vous l’avez fait.

          • TULIPE ROSE dit :

            MERCI le Passeur.

            Je me permets ce post à propos d’un sujet que vous avez traité récemment sur les l’ascension.
            ( je suis peut être hors sujet, désolée mais
            j’ai envie de partager cela avec vous).

            Aprés avoir fait le tour du net sur ce qu’on appelle
            les symptômes de la transition, je constate qu’à part les énumérer, il n’ya pas à proprement parler
            d’expertise sur la question.

            Je vis à titre personnel ces symptômes, d’une maniére telle que cela m’oblige à m’immobiliser chez moi car toute tâche devient difficile à mener;

            Il ya quelques jours, le Passeur disait que cela était le début de la guérison. Soit

            Mais quand les symptômes sont exacerbés,et extrêmement douloureux, que faudrait il faire
            à ce moment là?

            Le lâcher prise devrait il exister face à la douleur ?

            Merci de votre réponse

            salutations fraternelles

            • Le Passeur dit :

              La douleur exprime et évacue quelque chose. Si en soi elle est peu confortable, en revanche elle aide à évacuer l’encombrant qui n’a pas été évacué autrement. Changer son regard sur elle aide à mieux la vivre, c’est là aussi une manifestation du lâcher-prise. Si ça peut aussi vous aider, sachez que pas mal de personnes vivent cet inconfort actuellement, particulièrement depuis l’éclipse du 20 Mai, mais en même temps l’une d’entre elle me faisait remarquer pas plus tard que tout à l’heure toute l’énergie dont elle débordait.

      • TULIPE ROSE dit :

        j’ai le sentiment que pour DECOLLER , rentrer à la maison
        comme vous dites, il faudrait s’enfermer chez soi
        et faire silence….

        Autrement, le bruit de monde empêche ( pour ma part),
        l’acceptation de ce qu’on est et là ou on doit aller.

        • tulipe rose dit :

          Bonjour Le Passeur,

          Disons que mes douleurs existent depuis 2006 déjà,
          la manifestation du 20 mai, n’est pour ma part,,
          qu’une facette.

          J’ai été obligée depuis quelque temps d’arrêter mes actiivités professionnelles.

          et le diagnostic médical a identifié une fibromyalgie.

          Tu dis, le Passeur, qu’il faut changer de regard sur la douleur. De quelle maniére ?

          Le lâcher prise doit il inclure le fait de ne pas savoir
          quand serai à nouveau  » opérationnelle » pour mon
          travail?

          Car, j’ai découvert depuis peu que je deviens petit à petit
          inadaptable pour le rythme actuel du travail en société.

          Certes, au fond de moi, j’ai tj refusé ces rythmes de dingue
          mais fallait bien se nourrir ….!!!!

          Le vide monumental que j’expérimente me met parfois en béatitude, et souvent en panique totale.

          Que vais je devenir ?

          Comment puis je subvenir à mes besoins si je ne peux plus travailler ?

          c’est la raison pour laquelle, ton parcours, le passeur,
          me touche et m’interpelle sur la CONFIANCE EN L UNIVERS;

          et à ce sujet, je reconnais que malgré toutes mes recherches liées au lâcher prise et à la loi de l’attraction,

          Quelques chose me dit encore : cela est il possible?

          Bonne journée à tous

          • Le Passeur dit :

            Tu comprendras je pense que je ne peux répondre à chaque nouvelle personne qui vient poser des questions dont les réponses se trouvent dans les écrits déjà publiés. D’autant qu’il passe beaucoup de monde par ici. J’ai donc écrit plusieurs articles sur la prise de conscience et le processus de guérison qui tous sont visibles dans la rubrique « L’Eveil ». Je t’invite donc à les lire si tu cherches les réponses ou des éléments de réponse à ces questions.

          • TULIPE ROSE dit :

            Merci le Passeur

            J’ai lu tes articles et ça me parle, et j’y reviendrai
            aussi souvent que j’en aurais envie.

            Hélas, rien ne répond jusque là à mes questions d’ordre pratique, du style comment renouer
            avec mon activité professionnelle .

            Depuis le 20 MAI, même les séances énergétiques
            et l’acupunture n ‘ont aucun impact.

            Etrange éveil spirituel !

            • Le Passeur dit :

              Tu n’as pas du tout lire ou bien faut-il relire certains articles, car tu aurais perçu qu’il n’y a rien à chercher, rien à renouer, mais tout à dénouer pour que s’épanouisse ce qui est toi. Je doute fort que l’acupuncture puisse t’amener à retourner vers quelque chose qui peut-être, si tel est le cas, ne te correspond plus.

          • TULIPE ROSE dit :

            sage réponse le Passeur

            Quand tout a foutu le camp, ecxusez
            l’expression,

            On à s’accroche à tout et à rien,

            car la renaissance est lente à venir
            et peut être à accepter…

            surtout quand surgit ce vide abyssal,
            ce néant qui ne fait rien entrevoir …!

            J’aimerais vivement lire ceux et celles
            qui ont APPRIVOISE le vide !

            Salutations fraternelles
            j aimerais li

          • Salvia dit :

            Bonjour Tulipe Rose,
            Tu dis « On à s’accroche à tout et à rien, » mais il ne faut justement pas s’accrocher!
            Ailleurs tu dis « Hélas, rien ne répond jusque là à mes questions d’ordre pratique, du style comment renouer avec mon activité professionnelle ». Les réponses sont en toi, et uniquement en toi, pas en-dehors.
            Tu dis aussi « J’aimerais vivement lire ceux et celles qui ont APPRIVOISE le vide ! »
            Il ne s’apprivoise pas car il est une illusion. Nulle part dans l’Univers le vide n’existe. Tu sembles plutôt avoir peur d’un sentiment de vide en toi. Mais cela aussi est une illusion, il y a en chacun une petite lumière qui brille et qui n’attend qu’une chose de nous: c’est que nous lui prêtions attention, alors elle brillera de plus en plus, et l’illusion du vide sera dissoute.

          • catb dit :

            bonjour,
            je ne sais si je ce que j’ai vous dire vous servira. J’ai appris par la lecture d’un livre sur le corps quantique que nous habitons un corps qui se régénère sans cesse. Certaines cellules qui le composent aujourd’hui n’existaient pas il y a un an, et n’existeront plus dans un an. Sans cesse le corps que nous habitons se transforme. Nous habitons un corps d’énergie, nous sommes peut-être même cette énergie. Une « cristalisation » en mouvement sensible aux vibrations du monde.
            Quelque chose d’autre aussi… venu de mon intellect sûrement mais bon :
            En tout, par tout, nous avons tout l’amour nécessaire à notre disposition. Aussi longtemps que nous le désirons.
            Douce fête à tous.

    • mesnet dit :

      Tiens, il est arrivé à ma fille aînée quelque chose de similaire.
      Il y a peut-être un mois, elle m’a appelé en pleurant et en se disant qu’elle devenait folle : elle disait par exemple à sa tante qu’elle s’excusait de ne pas avoir été très présente auprès de l’ami de cette dernière…..et la tatie ne voyait pas de quoi il était question, n’ayant reçu personne !
      A priori, c’est passé, elle ne vit plus deux réalités en même temps.

      • TULIPE ROSE dit :

        Bonsoir Salvia,

        Quand je parle du vide, je voudrais dire que j’expérimente
        en ce moment le non contrôle, car j’ai découvert récemment
        que j’étais quelqu’un d’hper contrôlant.

        Cela m’a couté beaucoup. Car, avec le recul, je
        me rends compte que j’ai fait advenir certaines choses
        par la force. et cela a donné lieu par la suite à des situations
        extrémement compliquées.

        Aujourd ‘hui, je peux dire MERCI pour cette prise de conscience
        et je sais, au fond de moi même, que je suis entrain de lâcher prise
        à tel point, que d’habitude, femme « battante » et tj dans le faire,
        je me féminise en quelque sorte, en acceptant de recevoir.

        Et depuis quelques jours, les choses viennent à moi sans trops
        d’efforts. il ya moins de lutte, moins de batailles….

        Je peux dire que c’est magnifique comme paysage, mais
        c’est tellement nouveau pour moi que cela me terrorise…

        Salutations fraternelles

        • TULIPE ROSE dit :

          Bonsoir Mesnet,

          Ta fille à mon sens, expérimente les différentes réalités temporelles,

          A ce sujet, certains textes parlent même d’unification
          de toutes nos réalités temporalités, pour ne faire qu’UN
          avec ce processus de l’ascension.

      • TULIPE ROSE dit :

        Bonsoir le Passeur,

        Si j’ai bien compris tes propos, veux tu dire que des
        méthodes alternatives telles l’acupunture ne sont plus utiles?

        si tel est le cas, inclue tu les récentes méthodes
        dites énergétiques ?
        ( programmation cellulaire et cie)

  2. François dit :

    Voilà, j’y suis.
    Je suis venu sur ce site de façons épisodiques depuis une année environ. J’y venais lire les articles car je les trouvais toujours intéressants. Puis il y a deux mois j’ai senti le besoin soudain de participer aux commentaires. Je l’ai respecté et ai commencé à les lire, ce que je ne faisais donc pas auparavant. Puis j’ai découvert un monde nouveau pour moi. Des commentaires de gens qui m’ont agréablement surpris. Il m’arrivais d’en lire de temps à autres , sur d’autres sites mais il y avait souvent un arrière-goût de colère ou en tout cas quelque chose d’agressif. Et Ici, chez Monsieur Le Passeur, rien de tout cela. Non que des interventions pour la plupart sincères, calmes, respectueuses, riches d’enseignements mais aussi de confidences d’états d’Âmes. Woaw… !
    J’ai adoré immédiatement. Je me disais enfin une personne qui offre à d’autres personnes son travail, son temps, son Cœur bien souvent. Aujourd’hui je me dis qu’ il y a quelque part en France un Homme qui a su se faire suffisamment confiance pour entendre les synchroniques créées par son Soi et de vivre l’expérience de ce site internet avec tout ce que cela comporte dans un sens comme dans l’autre. Merci donc d’être l’Ami de tant de personnes car il est nul doute de l’utilité spirituelle, thérapeutique et humaine de ton travail. Je te remercie également d’avoir permis de réveiller cet appel de la terre en moi et je vais fort probablement aller vivre une expérience avec ton ami Hervé en 2013 car il me semble qu’il soit un Passeur vers ce que la Terre a de plus précieux à nous offrir,,, : son ventre. C’est déjà en voie d’organisation de mon côté.
    Et puis vous toutes et tous que je ne connais pas non plus je veux également vous dire un tout grand Merci. Quoi que j’aie pu lire j’ai très souvent été interpellé en mon centre. Il y a quelques semaines maintenant que j’avais demandé à la Vie de bien vouloir me permettre de guérir un peu plus mon mental car je le sentais alors capable quelque fois de me déstabiliser aux vues d’évènements extérieurs ou familiaux. Je suis arrivé en osant l’écriture à aller vers ce que mon mental justement pouvait exprimer et ceci en accord le plus possible avec mon cœur. J’ai eu, grâce à cela, donc grâce à Vous beaucoup de réponses à mes questionnements conscients et aussi inconscients que j’ai découvert bien cachés au fond de ma cave personnelle. Vos commentaires ont occupé un temps mon esprit et mes méditations pour que je trouve en moi la source de mes déséquilibres occasionnels. C’est chose faite dans la mesure de mon niveau de conscience actuel. Je sais que je viens d’entrer dans un mode totalement nouveau pour moi de relation entre mon mental et les autres corps subtils de mon aura. Ma santé est meilleure, je me sens plus solide et en société, je perds beaucoup moins, voire plus du tout, d’énergie lors de rencontres collectives en tous genres.
    Je sais également que quand je dispose de nouvelles informations , d’un nouveau ‘programme’, il me faut du temps pour découvrir, intégrer, digérer ce nouveau mode, ce nouveau monde qui s’offre à moi , qui m’attends et que je souhaite joyeusement expérimenter.
    Je vais donc vous dire au revoir et vous souhaiter à toutes et tous un très très beau chemin de Vie.

    • Le Passeur dit :

      Bon chemin à toi François ! Et fais signe lorsque tu viendras dans le coin en 2013.

    • alain thomas dit :

      Salut François, âme sensible au coeur d’enfant (image) !
      Merci à toi.

    • Marie-Anne dit :

      Merci, François, beau chemin à toi aussi, belles découvertes, douces intégrations , excellente digestion et joli déploiement à toi!
      Cela a été un plaisir de « parler » avec toi! Peut-être continuerons-nous plus tard , ici ou sur d’autres plans( et peut-être, d’ailleurs que sur d’autres plans, nous sommes toujours en train de le faire!) ?
      En tout cas, en ce qui concerne ce monde-ci, merci pour tes commentaires toujours justes et plein d’une belle humanité!
      Je t’embrasse, Marie-Anne

    • Stéphanie dit :

      Bonjour François,

      C’est moi qui te dis un grand merci pour toute l’aide consciente et inconsciente que tu m’as généreusement et chaleureusement offerte, ainsi qu’à beaucoup d’autres. Oui ta belle âme sensible et lumineuse, ton cœur pur, ta force intérieure, ton équilibre et ta grande sagesse me manqueront. Mon cœur et mon âme sont pourtant en paix et en joie, parce que tu prends ton envol vers une nouvelle conscience plus ample celle dont nous parle le Passeur ici. Tu as réalisé l’alchimie divine entre ta polarité masculine et ta polarité féminine et tu en recueilles tous les fruits ici et maintenant.

      Je te souhaite un fantastique voyage sur ton chemin lumineux mon ami, et je n’ai aucun doute qu’il en est déjà ainsi car c’est écrit dans les étoiles. Merci de tout cœur François.

      Gratitude et Amour.

    • Tchunka dit :

      Cher François,
      C’est avec beaucoup de tendresse et d’amour que je découvre ton message. Je ne suis pas coutumière des commentaires, je n’en fais qu’épisodiquement car je n’ai pas toujours matière à le faire dans la mesure où les commentaires sont déjà riches et rebondissent dans des directions très souvent intéressantes. Ce que je trouve fabuleux car très puissant en apprentissage sur moi-même et sur le monde qui m’entoure. À chacun ses spécialités, ses sensibilités et ses expériences, ce partage sur le site est une véritable merveille à mes yeux.
      Tu nous annonces un choix de vie qui t’éloignera de ce site aussi je te souhaite une bonne route et beaucoup de belles rencontres. Mon petit doigt me dit que la plupart de ceux qui visitent ce site se retrouveront d’une manière ou d’une autre. Ce n’est donc qu’un à plus tard.
      J’en profite pour remercier les commentaires des uns et des autres qui m’aident énormément pour avancer en plus des choix des textes du Passeur que j’adore car la thématique varie et m’ouvre des portes que je ne soupçonnais pas.
      Merci à tous et bonne soirée.
      Un coeur qui bat à l’unisson de ce très beau site.

      • Soleil Bleu dit :

        Que ta lumière aille briller ou illuminer d’autres chemins, d’autres rencontres avec lesquelles tu continueras de jouer l’alchimiste du coeur comme tu nous en a fait profiter chez le Passeur.
        Belle route à toi et bon vent François.
        Je t’embrasse.

    • muriel dit :

      Que la lumière soit sur ton chemin François, sous chacun de tes pas, et que le souffle de chaque instant te porte dans la joie intérieure et profonde.
      Merci à toi pour ta richesse de coeur.

    • Florence dit :

      Tout de bon à toi, François et merci pour tes lumineuses interventions sur ce site !

      • elba dit :

        Bonne route, François. Merci de ton commentaire chaleureux. Merci d’être ce que tu es. De toute façon, nous restons ensemble où que nous allions.

  3. Marie-Anne dit :

    Bonjour Passeur, bonjour à tous,
    Je viens de visionner les vidéos d’un séminaire donné par Gregg Braden, à Milan (+traduction française); séminaire sur ce qu’il appelle la Divine Matrice et sur ce qu’il appelle la Nouvelle Science.
    Je vous le recommande chaleureusement; aux scientifiques comme aux « nuls » en sciences ( je ne vise personne, bien entendu! 🙂 )
    Voici le lien:

    http://www.connaissancessansfrontieres.net/GreggBraden/GreggBradenVideoPage5bis.html

    • elba dit :

      Merci, Marie-Anne. Je n’ai visionné que la première partie, et n’ai pas le temps pour le moment de tout écouter. Mais c’est vraiment intéressant, et tu as raison, Greg Braden s’exprime avec des mots simples, ce qui satisfait la « nulle » que je suis.
      🙂 🙂 🙂 😉

      • marie christine dit :

        Passionnant Gregg Braden . Merci Marie-Anne pour cette mine d’informations !

        François, ta présence et tes belles paroles de sagesse sortant du coeur vont nous manquer !

  4. titi dit :

    Bonjour Passeur,

    plus de chemtrails depuis vendredi, ciel bleu immaculé, les énergies cosmiques passent maintenant, comment expliquez vous cet arrêt total ?

    merci

    • Benoît dit :

      Peut-être parce qu’ils ont beaucoup de travail ailleurs!
      Pour ma part c’est presque tout les jours que j’en voit, et sa me pourrit la vie!
      Il m’est presque impossible de profiter des rayons du soleil et la dernière journée entière de ciel bleu sans merdes dans le ciel remonte à longtemps.
      J’étudie à Caen et je peut dire qu’ils ont mis le paquet ces derniers mois! et actuellement je suis en belgique entre anvers et bruxelles et c’est pareil, j’ai l’impression qu’ils me poursuivent!
      Et les conséquences de ces chemtrails sont claires:temps pourrie (pluie et ciel couvert), donc moins de soleil et donc moins d’énergie. Perso j’en ai vraiment ras le bol, d’autant plus que j’ai l’impression d’etre le seul à percevoir cette nuisance!!!

  5. Soleil Bleu dit :

    Le ressenti de la connection parfaite qui se crée entre cet article et l’état d’Être qui est le mien depuis quelques jours est difficile à mettre en mots, ou plutôt je suis plus attentive et intéressée à le vivre qu’à le décrire ou à en faire état, alors je le réduirai à un seul : « OUI…. »

  6. alain thomas dit :

    « Insubstantiel »
    Ce mot signifie « vacuité », pour celui qui l’a expérimenté dans la méditation.
    La science de l’esprit est une science expérimentale.
    Les sciences font appel à des recherches et à des travaux conduisant inéluctablement à ce que chacun peut expérimenter lui-même par la qualité de sa méditation.
    Pourquoi aujourd’hui les scientifiques spécialistes des neurosciences et de la physique quantique aiment converser et échanger avec les spécialistes de la méditation ?
    Et bien tout simplement parce qu’ils arrivent au même résultat, au même constat.
    Tout est vacuité, les formes sont vides et le vide est forme. Les scientifiques ont découvert que la forme n’était que le résultat de la magie créatrice de la conscience (esprit).
    Les bouddhistes, au travers de la méditation, font l’expérience de l’insubstantialité (vacuité) des phénomènes, qui les rend interdépendants, non séparés. Ils ne sont que luminosité, clarté et leur énergie est illimitée.
    Les scientifiques observent qu’aucune forme n’est divisible en entités distinctes ou séparées. Prenez une pomme, coupez là à l’infini, vous ne trouverez que du vide parce que la plus petite des particules n’existe pas, elle n’est qu’énergie.
    C’est pourquoi l’esprit possède une capacité illimitée à se manifester.
    C’est pourquoi nous avons une chance inouïe de vivre dans ce monde certes ô combien difficile mais ô combien magique, qui laisse à l’artiste une capacité de créativité insoupçonnée et illimitée.
    C’est pourquoi la physique quantique est appelée la physique de tous les « possibles ».
    Si nous avions conscience de notre immense capacité, nous traverserions tous sans difficulté les chutes du Niagara en marchant sur un fil, sans harnais de sécurité.
    Ce sont bien nos peurs qui nous empêchent d’accéder au niveau des possibles mais pas seulement. Il y a un continuum de conscience depuis des temps remontant à la création (autocréation) qui souille la nature inaltérée de notre esprit.
    C’est comme si notre ciel immaculé était constamment recouvert par diverses couches de nuages incessants.
    Si l’on se pose en toute simplicité sur la splendeur de Gaïa, nous pouvons les yeux fermés communier avec elle en son sein et ressentir les bienfaits d’une telle communion (purification).

    Retourner chez soi, c’est accepter de quitter ce merveilleux manteau, cette enveloppe corporelle, ce fardeau vieillissant, qui nous a permis d’expérimenter tous les « possibles » possibles au coeur de l’Océan tumultueux et indomptable de la vie au profit d’une Mer calme et sans altération où seule la Lumière de l’Amour rayonne et diffuse.

    Un extrait du Livre des morts tibétain.

    « Sois sûr que la nature de l’esprit est la vacuité sans fondement.
    Que tu le veuilles ou non, regarde ton propre esprit !
    Sois sûr que ce n’est pas en essayant d’expliquer les choses que tu le connaîtras !
    Il se meut de manière impalpable comme un souffle d’air dans le ciel.

    Il n’est rien qui ne soit inclus dans l’esprit.
    D’où vient la méditation sinon de l’esprit ?
    Il n’est rien qui ne soit inclus dans l’esprit.
    Il n’est pas d’engagement que l’on puisse tenir hors de l’esprit.
    Il n’est rien qui ne soit inclus dans l’esprit.
    Il n’est pas de but que l’on puisse atteindre hors de l’esprit.

    Regarde encore ! Regarde encore ! Regarde ton propre esprit !

    En regardant ici à l’intérieur de ton propre esprit.
    Ton esprit est la clarté sans hallucinations.
    C’est le Corps de Vérité, conscient de lui-même, la vacuité de la claire lumière,
    Sans nuages et translucide comme un lever de soleil dans le ciel,
    Il n’est pas contraint par des formes, il est clairement connu partout.
    Ta compréhension de ce point ou ta non compréhension fait toute la différence.

    Cette claire lumière, non produite à l’origine,
    Il est admirable que cet enfant-conscience n’ait pas de parents !
    Cette sagesse spontanée, il est admirable que personne ne l’ait faite !
    Alors qu’elle n’a jamais connu de naissance, il est admirable qu’elle ne puisse jamais mourir !
    Claire visiblement, il est admirable qu’elle n’ait pas de prophète !
    Alors qu’elle vagabonde dans le cycle des existences, il est admirable qu’elle ne soit pas le vrai mal !
    Alors qu’elle contemple la Bouddhéité, il est admirable qu’elle ne soit pas le vrai bien !
    Alors qu’elle est partout, il est admirable qu’elle ne connaisse pas la réalité !
    Au-delà de tout cela, il est admirable qu’elle espère d’autres fruits !
    Alors qu’elle est toi-même, il est admirable que tu la cherches ailleurs !

    Ema ! Cette conscience de l’ici et maintenant, brillante, dépourvue d’objets palpables,
    Cela même est le pinacle de toutes les visions !
    Cette liberté totale, universelle, qui ne perçoit rien,
    Cela même est le pinacle de toute méditation !
    Cette approche sans artifices et détendue de la vie,
    Cela même est le pinacle de toute conduite !
    Cet accomplissement non cherché, primordial et sans effort,
    Cela même est le pinacle de toutes les réussites.

    • Marie)Anne dit :

      Magnifique, Alain Thomas!
      Bien sûr, qu’on ne connaît pas vraiment l’Esprit en essayant de l’expliquer! Mais enlisés comme nous le sommes encore un peu trop dans la densité, encore un peu trop tributaires de notre Mental, comme nous le sommes presque tous, des explications ou des poèmes comme celui -ci, peuvent nous servir de déclic et/ou, de tremplin…Après,  » Seul le silence est grand; Tout le reste est faiblesse! »

      Une petite question concernant ton excellent commentaire : tu dis:…ce ne sont pas uniquement nos peurs qui nous empêchent d’accéder au niveau des possibles. « Il y a un continuum de conscience depuis des temps remontant à la création (autocréation) qui souille la nature inaltérée de notre Esprit. »
      Je suppose que tu parles de la création de la 3D et de toutes ces limitations, pas de la Création, avec un grand « C »? La Création provoque certainement des « rides » dans l’Incréé, pour les passionnants besoins de l’expérimentation, du Jeu, de la prise de conscience,etc….; mais parler de souillure là où il y a « quelque chose » me semblerait excessif et péjoratif ! D’ailleurs, tu parles toi-même de « magie créative », « d’artiste » et de « capacité de créativité insoupçonnée et illimitée »!
      En tous cas, je reste encore bercée et émerveillée par cet extrait du Livre des Morts tibétain que tu as pris la peine (ou la joie, peut-être?) de nous retranscrire, merci encore à toi! MA

      • alain thomas dit :

        Bonsoir Marie)Anne

        Si tu as bien lu l’extrait du Livre des morts, s’agissant de ce que tu appelles la Création avec un grand « C », cet enfant-conscience (la nature de l’esprit) n’a pas de parents. Elle n’a jamais connu de naissance et rien ne peut causer sa mort.

        Cette vision est différente de celle exprimée souvent ici.

        S’agissant de ce que tu appelles la création 3D, c’est une dimension comprise dans ce que les scientifiques appellent le big bang et les bouddhistes l’autocréation (le big bang personnel).

        Ce que j’appelle souillure n’altère en rien la nature de notre esprit, elle la recouvre en fait, telle la poussière recouvre un meuble. Dé-couvrir sa vraie nature, c’est ôter ce qui la recouvre. Ce sont les nuages dans le ciel immaculé ou plus précisément le mental associé aux pensées de toutes sortes que nous prenons pour réelles et qui forment notre « moi » inexistant, au sein de notre esprit inaltéré.
        Tu as raison le mot « souillure » peut être mal interprété.

        Rien ne peut altérer la nature de l’esprit. Elle est comme le miroir sur lequel se reflètent des images qui apparaissent et disparaissent.

        Oui, la vie est une magie, une splendeur que l’on s’est offerte, un jeu contradictoire où justement la contradiction serait le seul moyen d’échapper au « moi », au-delà de la folie.

        Bien à toi

      • alain thomas dit :

        Quand ce qui anime les êtres rend tout « possible ».
        Attention, document bouleversant et très touchant

        http://www.youtube.com/watch_popup?v=BfL2U0BJ48g&vq=medium#t=81

        • elba dit :

          Bouleversant, effectivement ! Comment ne pas être émue aux larmes devant tant de beauté, de gentillesse, de persévérance et de joie ? Pourtant, rien n’est facile, on le voit bien.
          Une belle leçon de vie que nous donne ce petit garçon.
          C’est un rayon de soleil. Un ange.

          Merci, Alain Thomas. ^^

  7. François dit :

    hé ben dis donc….
    j’ai les neurones qui s’agitent sérieux là…
    Je n’ai pas lu jusqu’au bout non plus, enfin j’ai lu un bout du texte puis le poème. Et là c’est tellement clair. Tout y est dit.
    Le poète essaie d’expliquer ce qu’il a vécu et les scientifiques essaient d’expliquer ce qu’ils n’ont pas vécu. L’un pense suite à son expérience personnelle, les autres pensent ce que pourrait être l’expérience. Pour ma part je préfère et de loin l’expérience vécue.
    Merci donc Passeur pour ce merveilleux poème.
    (merci Claude pour ton analyse)

    • Soleil Bleu dit :

      Si si François, ces savants le vivent mais sous un autre angle, d’ailleurs ils témoignent de moments d’éveil où ils ont baigné dans cette réalité « Je sens que dans ces éclairs d’illumination de la Réalité moi-même et d’autres avons pu saisir des lueurs de ce qui est impliqué dans l’homme ‘éveillé’. »

      Trés jeune, j’étais passionnée par les mathématiques qui pouvaient me mener au bord d’une forme d’extase, elles exprimaient pour moi une poésie de la vie et une joie qui m’amenaient à d’autres confins que celles qui délimitaient mon environnement, mais pour beaucoup d’autres elles ne représentaient pourtant qu’un casse tête rébarbatif.
      Comment communiquer alors à partir d’une réalité ressentie tellement différente ?

      C’est à travers cette incompréhension juvénile « Comment ça se fait que les autres n’aiment pas quelque chose que je trouve, moi, tellement fabuleux ? » que se dévoilait à la gamine que j’étais, de manière consciente, que la réalité des choses était toute relative, que la forme n’avait pas de signification en tant que telle mais que la communication avec son essence créait la félicité ou pas avec elle (heuu… j’utilisais pas ces mots là mais le ressenti c’était ça).
      Ma quête du Grall « qu’est-ce qu’il y a derrière tout ça… » ne faisait alors que commencer..

      Coeurdialement

  8. Claude Ferdinand dit :

    Enfin….

    il leur en aura fallu du temps aux scientifiques pour en arriver là !….faire enfin le lien entre la science et le sacré…..

    trop mental, pas assez  » par le coeur « ….

    trop de refus de ce qui leur crevait les yeux dans les vieux livres qui ne semblaient pas à leurs yeux dignes d’être consultés parce que ceux qui les avaient écrit n’étaient pas scientifiques, mais avaient le don de s’ouvrir aux informations transmises par le TOUT et reçues par le coeur ….

    Il serait temps maintenant qu’ils y regardent ! et de près….
    il y a du travail pour remonter le retard accumulé pendant des centaines d’années et ce qu’ils ont trouvé n’est qu’une larme dans un océan !

    Tous ces hommes, hauts penseurs qui ne pouvaient rien dire sans risquer de finir sur le bûcher de l’inquisition et qui, de l’endroit où ils sont actuellement, commencent à retransmettre leur connaissances à l’homme devenu conscient qui saura les capter….

    Ce que l’on voit n’existe pas; c’est ce que l’on ne voit pas existe: Il n’y a pas de plus grande vérité que celle-ci.

    merci Passeur pour toutes tes recherches, ça fait longtemps que je te suis et tu oeuvres sur la bonne route !

    Claude Ferdinand

    • Soleil Bleu dit :

      Les scientifiques n’ont mis aucun temps pour faire le lien avec le sacré. Ce sont deux faces d’une seule et même réalité qui a toujours existé, mais qui se sont dévoilées d’elles-mêmes au fur et à mesure que la conscience humaine évoluait et pouvait l’absorber, selon une temporalité qui nous semble réelle mais entièrement factice, créée de toute pièce par notre mental pour rendre possible l’expérience 3D.
      Personne en réalité ne fait le lien entre la matière et l’énergie créatrice, c’est le lien qui apparaît de lui-même lorsque les deux parties de cette réalité qui s’étaient dissociées pour l’expérience, sont sur le point de se réunir à nouveau pour en faire une nouvelle.
      C’est à ce signe que nous pouvons être sûrs d’avoir oeuvré favorablement à l’expansion de notre conscience qui nous ramène individuellement et inévitablement à notre propre réunification au Tout.
      In lake’sh

  9. elba dit :

    Je n’ai pas lu jusqu’au bout… Comme Marie-Christine, la physique a toujours été pour moi comme un amas de hiéroglyphes que je ne parviens pas à déchiffrer (n’ai pas fait d’études secondaires…) et un peu comme Pierrot, j’ai de la difficulté à rester mentalement accrochée au texte. J’aimerais comprendre, mais peut-être suis-je trop paresseuse en ce moment pour m’accrocher à tout ça ?

    Je reviendrai peut-être lorsque j’aurai un peu plus de temps.

  10. laurore dit :

    Le texte, Passeur, est d’une grande lucidité.., auquel il serait superflu qu’on y ajoute quelque autre chose.
    Toutefois, je me plaît souvent à évoquer une exemple naturel: en, physique quantique et nucléaire apparaissent en effet des « évènements » qui semblent reliés mais dont la relation défie toute explication en termes ordinaires.
    Ainsi, dans l’expérimentation d’Einstein – Podolsky – Rosen, de même que dans les observations soulevées par le théorème de Bell, les perturbations d’une particule élémentaire peuvent immédiatement « influencer » une autre particule qui se trouve à distance, alors que la seule relation entre les deux particules devrait normalement relever du facteur temporel.
    A l’intérieur du noyau, l’apparition de quarks peut être décrite mathématiquement, mais ces descriptions impliquent le renversement occasionnel de la flèche du temps et de la causalité.
    Ce qui est décrit par la physique, ce sont des « corrélations », c’est à dire des connections a – causales, et donc intemporelles.
    En fait, toute observation commence en notant des corrélations.
    Et ce qui est cause de difficulté, c’est la tentative de déterminer un ordre de causalité au sein de ces corrélations.
    Voici l’exemple: entre un coq qui chante et le soleil qui se lève, c’est typique.., le coq chante, puis le soleil se lève.
    D’habitude, on s’attend à ce que le premier évènement soit la cause du suivant. Or, dans l’exemple du coq et du soleil, la causalité semble se propager en sens inverse.
    Cependant, un examen plus profond révèle que les rythmes circardiens du coq sont déterminés par le lever du soleil et que, par conséquent, son chant peut anticiper le lever. Les rythmes circardiens constituent un ordre, un arrangement d’évènements qui se situent en arrière de la corrélation observée.
    Ainsi, peut – on reconnaître un ordre qui se trouve en amont de la corréaltion observée? D’où l’importance de l’observateur et de l’outil d’observation que celui – ci choisit.
    L’exemple du coq et du soleil devrait suggérer que l’on étudie les cerveaux des scientifiques – et les cerveaux en général – pour voir s’il n’y a pas certains mécanismes ( comme ce fut le cas pour les rythmes circardiens), qui expliqueraient les corrélations observées.
    L’humain, c’est certain, est truffé de rythmes cicardiens qui le relient aux confins de l’univers ainsi que dans des univers parallèles.
    A LUI DE FAIRE L’EFFORT DE LES RETROUVER. CE N’EST PAS IMPOSSIBLE!!!

    • Le Passeur dit :

      Peut-être est-ce même pour cela que la seule observation modifie l’expérience en cours.

      • marie christine dit :

        D’où l’importance pour le scientifique (tel l’alchimiste) de travailler sur lui-même . Ainsi je suppose que plus l’ego diminue, plus la lumière et la compréhension des phénomènes s’imposent à lui … Il devient de plus en plus partie intégrante de ce qu’il observe et ce qu’il observe « pénètre » de plus en plus sa conscience en l’éclairant . Pour découvrir à la fin que c’est un tout indissociable . Enfin, logiquement, il me semble que c’est ça l’unité .
        Le coq serait donc de connivence avec le soleil pour se manifester en même temps, par un phénomène de conscience unique .
        Bon, mon explication est peut-être fantaisiste …
        Il faut dire que j’ai un mauvais souvenir de mes cours de physique en classe de seconde au lycée . J’étais très intéressée par une matière toute nouvelle pour moi . Le premier jour, le prof nous parle d’une force qui s’exerce de haut en bas et de bas en haut … Je suis subjuguée par ce mystérieux phénomène invisible que je ne soupçonnais pas . Ah ? Et d’où vient cette force ? Qu’est-ce qui provoque ce mouvement ? Quelle est l’origine de cette magique énergie ? Mais dans ce temps-là on n’osait pas poser de questions … Le prof continue son cours en expliquant les effets et conséquences de ces forces . Ma tête n’y est plus . Je reste bloquée définitivement sur mon questionnement . Impossible d’avancer plus loin, malgré tous mes efforts . Mon cerveau est figé . J’ai espéré avoir une piste au cours suivant mais le prof a continué sur sa lancée en nous apprenant des calculs basés sur du « vent » . Je ne pouvais pas concevoir de partir sur une base mouvante, sans fondement, sans origine … Impossible ! Comment pouvait-on échafauder toute une théorie en prenant comme point de départ une évidence qui n’en était pas une pour moi ? Est-ce que d’autres se posaient la même question ? Je ne sais pas . J’ai complètement perdu pied et passé l’année avec des 0/20 en physique .

        • Marie-Anne dit :

          Si,si, Marie-Christine, d’autres se sont aussi posés ce genre de questions !
          Mes 2 premières années primaires (le CP, CE1 en France?), pour des raisons d’organisation un peu longues à développer ici, je les ai passées dans une école catholique .
          J’adorais le cours de religion, alors que je le suivais en « élève libre » ,en quelque sorte ( arrangement de mes parents agnostiques avec le Ciel et la direction de l’école).
          Le problème, c’est que je posais des questions embarrassantes sur des questions de dogme, sans m’en douter, et la réponse qu’on m’assénait alors était: c’est comme ça, c’est une question de Foi!
          Oui, mais ma foi à moi, me disait autre chose, et à 6 ans, on dit ce qu’on pense.
          Au bout de 2 ans, la direction a gentiment fait savoir à mes parents ( qui allaient déménager), qu’une nouvelle école ,non catholique! serait sans doute souhaitable pour moi .
          Plus tard, dans un Athénée du pays (donc, religieusement neutre), vers 13 ans, au cours de Physique, on nous a aussi parlé de forces s’exerçant dans un sens et dans un autre, puis de calculs rébarbatifs . Mais toutes les explications butaient à un moment: celui où il fallait expliquer, sans tourner en rond, ce qu’étaient réellement ces forces et comment elles étaient produites, à la « base ». A ces questions, on me répondait: C’est comme ça, c’est ce que montre l’expérience !
          Bien plus tard encore, d’excellents professeurs de physique admettaient :  » effectivement, l’expérience , en physique quantique, dépend de l’expérimentateur et des conditions de cette expérience! »
          OK, et dans notre monde, n’en serait-il pas de même, d’une façon ou d’une autre?
          Cette question-là, je ne l’ai pas posée: j’avais +/- 20 ans et j’avais compris comment ne pas avoir d’ennuis et jouer le jeu, en attendant +/- inconsciemment, de voler de mes propres ailes.
          Et toi, Marie-Christine, tu as peut-être été « nulle » en physique, mais tu fais bien battre tes propres ailes aujourd’hui!
          ( et puis, le 0 contient le tout!)
          Amitiés, MA

          • marie christine dit :

            Ah oui, elle est marrante, ton histoire de CP-CE1, Anne-Marie !
            Je crois que pour beaucoup d’entre nous, un moment donné, on est forcément rebelle sans le vouloir .
            Ensuite, il s’agit de ne pas le rester ! C’est ce que nous nous efforçons de faire …
            La physique, la chimie, les mathématiques, la géométrie, la logique, le verbe créateur, la musique … Tout est d’essence divine . A nous de percer les mystères …
            Et le 0 contient le tout . Merci, Anne-Marie, je n’y avais pas pensé !!!

          • marie christine dit :

            Pardon pour l’erreur dans le prénom ci-dessous : c’est Marie-Anne .

          • Marie)Anne dit :

            Christine-Marie, tu me copieras Marie-Anne 3x …ah! Et tu as un 0 ( plein de potentialités , tout de même) en écriture !

          • marie christine dit :

            Pour les erreurs et les amnésies, MARIE-ANNE, j’ai une bonne excuse : je dois déjà avoir un morceau de mon cerveau dans le Tout 0 !

    • Marie-Anne dit :

      Bonjour, Laurore, ou plutôt, à cette heure-ci: bonne nuit!
      Les rythmes circadiens ( donc de 24h) sont vraisemblablement dûs à l’existence « d’horloges  » biologiques internes qui déclenchent ces rythmes.
      Des expériences ont montré que ces rythmes persistent chez des organismes totalement isolés de tout repère temporel ou autre.
      Donc, leur déclenchement semble bien inscrit à l’intérieur des organismes- humains ou autres- et ce, probablement au niveau cellullaire.
      L’horloge semble bien interne, mais son réglage, lui, se fait, apparemment , en fonction des stimuli extérieurs ( essentiellement la lumière et l’obscurité dues à la rotation de la Terre).
      Si ces stimuli changent, l’horloge, après une sorte de temps d’adaptation, se règle sur ces stimuli extérieurs.
      Je suppose que l’on peut extrapoler ces rythmes basés sur la rotation de la Terre
      à ceux basés sur la rotation du système solaire, de la Galaxie, etc…
      De toutes façons, ces conditions extérieures sont en train de changer ( rotation de la Terre qui, pour l’instant, diminue; idem avec le champ magnétique,etc…);
      changements au niveau de la Terre comme aux différents niveaux cosmiques, pour ne parler que des changements les plus  » superficiels « !
      Nous nous dirigeons donc vers des rythmes bien différents, vers des capacités bien différentes, et peut-être serons-nous bientôt capables de régler nous-mêmes nos horloges? On verra bien!
      Voilà, Laurore, nous avons bien fait plaisir à notre Mental -et pourquoi pas, si on reste connecté au Coeur?
      Et mon Coeur me dit: » Fais confiance à l’Univers, tout vient à point, cool, cool; stoppe les efforts, les réponses arrivent, mais accueille-les l’esprit vide .
      Si tu veux vraiment remplir ton esprit, remplis-le de moi . »
      Et voilà, je fais passer le message, pas toujours facile pour moi, d’ailleurs, mais, bon: cool ! 🙂
      Très amicalement, MA

      • laurore dit :

        J’ai beaucoup aprécié ton message.
        Ce qui est fort étonnant dans les rythme circadiens ( 24 heures environ), c’est qu’ils existent depuis fort longtemps – 3 milliards et demi d’années. Et qui plus est, ont été  » importés  » sur terre par des météorites provenus des confins de l’univers.
        Je veux parler par là des cyanobactéries « extra – terrestres » qui ont cet âge – là.
        Les oscillateurs bio chimiques des cyanobactéries sont des mécanismes autonomes qui préexistaient bien avant l’apparition de la vie sur terre.
        Ce qui m’a fait dire que les photons luminescents générés par de telles entités entretiennent des rapports ondulatoires étroits avec leurs frères situés à des millions d’années lumières – selon la théories de la « double fente » et de l’unité du monde…
        Et que l’humain, avec ses propres cycles circadien n’est sûrement pas en reste…, pour « toucher » ce qui est loin dans le temps et l’espace.
        Bien à toi.

        • Marie-Anne dit :

          OUI, Laurore, je comprends ce que tu veux dire : nous sommes, dans l’univers, interconnectés à tout, puisque nous avons tous, dans cet univers-ci, été en contact plus qu’étroit, au moment du big-bang .
          En fait, nous sommes l’Un qui s’est, en quelque sorte démultiplié dans des espaces et des temps qui lui servent de terrains de jeux et de découvertes !
          C’est fascinant, tu ne trouves pas?
          Je suppose que les ryhmes biologiques comme les rythmes circadiens nous relient ,entre-autres, aux confins de l’univers (tout comme à la banlieue directe de notre Terre).
          Concernant les 3 milliards et demi d’années, je me demande s’ils ne correspondent pas à l’assise de la pyramide des différentes horloges, selon les Mayas? A vérifier!
          Mais les différentes assises de cette pyramide arrivent toutes en fin de cycle.
          Nous changeons tous; normal puisque nous sommes interconnectés!
          Bonne connexion à toi,
          M-A

          • laurore dit :

            Bien intuité!
            Et pour ce qui est de la pointe de la pyramide?
            La FOI, synchronisation parfaite, Trésor inestimable, propriété inaliénable du Temple de l’Homme.
            Bonsoir MA.

          • Marie-Anne dit :

            Vérification faite, l’assise de base de la pyramide maya des inframondes, a , en fait, selon les Mayas, commencé il y a 16,4 milliards d’années : elle correspond au cycle cellulaire, et va ,tout comme les autres cycles, bientôt se terminer.( le cycle suivant (mammalien) a commencé, lui, il y a 820 millions d’années). Donc, il y a 3,5 milliards d’années, nous étions effectivement en plein cycle cellulaire .(Je ne savais pas que les rythmes circadiens dataient de cette époque (3,5 milliards d’années)) !

          • Marie-Anne dit :

            La pointe de la pyramide? La Conscience absolue, peut-être?
            On verra!
            Amitiés, M-A

    • mesnet dit :

      Mon coq est mort ce jour.
      Prédation. Logique 3D.

  11. Anne B dit :

    MERCI THAU…Dans cette « boue » quantique je sens bien que quelque chose se met en place , mais que c’est déroutant ! très fraternellement….ici et maintenant

  12. Marie-Anne dit :

    Mille fois merci, cher Passeur, pour ce beau texte qui réunifie Science et Esprit ( qui les réunifie en tout cas pour nous, les humains actuels, car Science et Conscience sont unis de toute éternité).
    Ce texte donne encore plus envie à mon Mental puissant de se (re)mettre au service de l’Amour, du Coeur : belle… « performance »!
    Encore merci, Passeur , de prendre tant de soin à chercher (et à trouver) des textes variés de si haute teneur , et pourtant à la portée de tous!
    J’aimerais recommander à tous ceux qui ont été intéressé par cet article, le livre « Electrons », du Maha Chohan, aux éditions « Agorma » pour lequel je donnerais un avertissement en miroir à celui du Passeur dans cet article:  » ne vous laissez pas arrêter , dans « Electrons », par le langage un peu particulier de l’Esprit; avec un minimum d’effort, vous serez très vite …passionnés!  »
    De tout Coeur, amitiés à tous, M-A

  13. pierrot dit :

    Tiens c’est marrant je venais juste de le survoler sur un autre blog, mais je n’arrive pas à entrer dedans, cela fait trop appel à mon mental et le désir de comprendre ou de besoin de justification est de plus en plus faible en ce moment.

    • Marie-Anne dit :

      Ca, Pierrot, c’est l’idéal, évidemment. J’aimerais en dire autant, et pourtant, je sens que tout est juste: ton lâcher-prise, l’inertie confiante de Anne, mon bouillant Mental si séduit par notre Coeur ,…etc, etc…
      Bon , donc, tout va bien !

    • En effet, je rectifie, après la mention « Source originale : La Revue du 3ème Millénaire

      Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

      Donc: source intermédiaire:http://serenagaia.blogspot.fr
      (qui se donne beaucoup de mal pour proposer des textes de qualité et gratuitement)

  14. Quintus dit :

    Bonjour
    Je suis un passionné de physique cantique, et de de médecine holistique depuis plusieurs années. Bohm, Wheeler, planck, heisenberg, Pauli, Michelson, Kaku et beaucoup , beaucoup d’autres aussi importants tel que S. Hammerhoff, F.A. Wolf, Satinover, Radin, H. Everett,
    Tiller,E. Laszlo, Dispenza, J. Hagelin, sans oublier Goswami. A ou M. Emoto et je n’oublierai pas C. G. Jung A lire et relire certains ouvrages de ces éminents scientifique qui pensent le nouveau paradigme à venir .
    Un nouvelle page de l’histoire des sciences et de la conscience humaine est en train d’émerger grâce à des gens comme ça. Et l’ancienne est en train de tomber en désuétude.

  15. graffitique dit :

    Bonjour à toutes et tous,
    Bien heureux de retrouver ici la mention de Fritjof Capra, et aussi belle intervention de David Bohm.
    Très belle synthèse. Merci

  16. michel dit :

    Merci.
    Absolument excellent dans la définition de cette approche quantique, où rien n’existe en soi, mais où tous les possibles peuvent se manifester.
    .

  17. Anne B dit :

    aaaaahhhh MERCI ,je revenais sur le site pour remercier tous les intervenants, votre clarté du coeur alors que je me sens si confuse ….La physique quantique a déclenchée chez moi il y a quelques années un grand sursaut spirituel , un livre « le quantique des cantiques  » presse universitaires m’a simplement énoncé les choses .Et pourtant je ne décolle pas de mon inertie! Je garde malgré tout confiance il y a forcément du sens même si cela m’échappe pour l’instant ….Lumière à tous

    • AlKriS dit :

      Je crois qu’il y a une chose essentielle à retenir : Revenir Chez Soi. Pour reprendre la fin de l’article.

      On cherche trop souvent et avec bien trop d’énergie contradictoires à l’extérieur ce qui est depuis toujours à l’intérieur. A chaque fois qu’on pose son regard à l’extérieur en apportant trop de crédit à ce grand théatre que nous animons, nous perdons le contact avec la flemme qui brule à jamais à l’intérieur.

      C’est plus facile à dire qu’à faire, mais à un moment la béquille mentale doit céder la palce à la marche ou l’érance spirituelle (dans le sens très large).

      Il est certain que les quelques moments extatiques et fugaces qu’on peut ressentir parfois laissent songeurs quant à ce qu’on se cache encore pour le moment. Vivement qu’on rentre 🙂

    • Thau dit :

      Anne,
      Excellente approche l’inertie: ne rien faire, laisser faire, être tranquille et en paix est le meilleur chemin pour traverser avec fluidité (et pourquoi pas décoller…) dans un futur proche.
      Vous êtes tout à fait « synchrone » avec ce temps (qui n’existe pas…).
      D’ici et maintenant
      Fraternellement

Répondre à Marie-Anne Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *