Se libérer des dépendances

Conversation intuitive avec Erena.

Quand l’être, sur Terre, devient dépendant d’un produit médicamenteux, d’une substance toxique telle que les drogues, d’un comportement, d’une habitude jugée malveillante envers lui-même ou autrui, quand il s’aventure sur des terrains de non compréhension de son chemin et qu’il devient toxico-dépendant de tout produit ou comportement excessif, Nous disons que son chemin risque de prendre des tournures très divergentes, trop tendues, parfois destructrices, souvent déstabilisantes…

Quand cela tourne au cauchemar, au drame, aux besoins affectifs tels qu’il ne s’en sort pas, Nous disons que le chemin sera parsemé de difficiles prises de conscience, mais Nous disons aussi que tout est en soi, et que lorsque ce chemin semble bouché ou est mis en attente, entre parenthèses, il y a fort à parier que l’être sera aidé, que des moyens seront placés devant lui, que tout pourra être changé…

Nous savons combien il est difficile pour un être humain, de se sortir de ses dépendances, quelles qu’elles soient… Mais Nous savons et disons aussi que, tel un ermite, tel un initié, il traversera ses déserts, se rencontrera, trouvera des buts à sa vie, trouvera une opportunité plus porteuse que d’autres, ne pourra rester en l’état, dès lors qu’il le demandera, qu’il avancera pour obtenir de lui-même, pour obtenir de la vie…

Il est toujours donné une occasion de dépassement, de grandir, d’évoluer, mais si la personne est arrivée à un stade trop éloigné de son âme, de son être, de sa personnalité, la difficulté sera énorme, parfois insurmontable sans l’aide de thérapeute… Tout ce qui peut être apporté, alors, cherchera à montrer la voie plus juste, et nul, ici-bas, ne peut dire qu’il n’a pas trouvé une main tendue sur son chemin, sauf s’il ne l’a pas vue…

La dépendance alcoolique, par exemple, peut être difficile à transformer, mais souvent, les familles font des pas pour la personne concernée, à moins que ce soit des amis qui tendent la main… Par contre, cette personne peut ne pas vouloir changer, peut s’accrocher à ses déboires, refuser l’aide, refuser de regarder les situations en face, par culpabilité, dégout de soi, refus, rejet… Mais toujours, une aide sera proposée, quels que soient les mécanismes d’involution, avancés ou moindres…

La dépendance physique, lors d’accidents graves, est d’un autre domaine, mais demande toutefois une attention particulière de l’entourage, et pourra apporter de grands moments d’amour et de fraternité… Nous disons que le cas est toujours pris en considération par les thérapeutes, médecins, ergothérapeutes, etc… Si la personne se replie sur elle-même, il y aura une main tendue, qu’elle acceptera ou refusera…

Une dépendance médicamenteuse demandera une attention particulière de la part du corps médical, mais aussi de l’entourage, et sera longue à évider de soi, car la mémoire cellulaire agit fortement… D’ailleurs, dans d’autres dépendances, cette mémoire agit aussi, y compris par la mémorisation de faits, tels que « faire la bringue », « boire entre copains », etc…

Toute forme de dépendances est toxique pour la vie quotidienne, elle enferme, emprisonne, détruit, mais seule, une personne est impuissante, car elle tourne en rond, se culpabilise, se refuse la joie d’exister, souvent voudrait en finir, mourir, partir, et souvent se tait, par peur du jugement d’autrui, du jugement de la famille, par peur de ne pas être comprise, et tout simplement non aimée…

Citons également la dépendance au jeu, tous les jeux, vidéos, sur internet, jeux de société, tarots, belotes répétitives, et cela peut commencer dès le plus jeune âge, jeux virtuels, jeux d’argent, courses, etc…, toute forme de jeu, émotivement, émotionnellement, est une compensation, et naturellement, la dépendance alcoolique l’est également… La dépendance médicamenteuse vient parfois des prescripteurs qui ne cernent peut-être pas suffisamment la fragilité de leurs patients, ou bien ne savent pas comment agir mieux, et nul ne les condamne… Nous observons simplement les comportements humains…

Une compensation, par émotion non guérie, non aboutie à une clarté de vision ou un apaisement, verra toujours un moyen mis à la portée de la personne, par un choix à faire, une décision à prendre, un pas à faire… Pourra-t-elle le faire ?… Ce n’est pas sûr, car elle tourne encore et encore des problématiques affectives en elle, et s’en veut très souvent, de ne pas savoir comment s’en sortir, comment guérir, comment accepter le passé, aller vers la Vie…

Nous connaissons toutes les difficultés de chacune et de chacun… Comprenez que la Lumière aide en permanence, à la mesure de ce que l’individualité accepte de recevoir, à la mesure vibratoire de la réceptivité inconsciente, parfois consciente… Nous savons que vous avez tous à comprendre le sens des évènements vécus, mais lorsque la dépendance devient criarde, vous risquez fort de vous trouver pris dans des goulets d’étranglement, et seule votre conscience pourra aider réellement, par des impulsions directement versées dans votre mental… Cette aide s’ajoute à l’aide de la Lumière, de vos Guides Subtils Supérieurs, à l’aide de vos Proches… Ne jamais rejeter cette aide des proches, ils vous connaissent, et savent souvent qui se cache en vous, quelles souffrances vous avez vécues, quels sentiments d’infériorité vous masquez, quels sont vos problématiques de santé, de manque de joie, de peur d’être rejetés…

Soyez simplement conscients de vos dépendances, y compris au chemin spirituel qui, parfois, est envahissant… Puis, dans une observation, évaluez vos sensations d’exister, par exemple sur une échelle de 1 à 10, et selon le chiffre qui vous viendra à l’esprit, vous saurez comment agir pour trouver l’aide appropriée… Si vous avez déjà cette aide, si vous suivez une thérapie, ne vous découragez pas, ne vous enfermez pas davantage, la solution apparaîtra tôt ou tard… C’est toujours par la persévérance que vous êtes tombés dans un piège conduisant à une dépendance, c’est par la persévérance que vous en trouverez la sortie, et ce, quelle que soit la dépendance dont vous souffrez…

Pour vous aider, fermez vos yeux… Voyez une esplanade, une estrade, un lieu sympathique, et beaucoup de personnes autour de vous, que vous voyez en cet endroit… Observez vos sentiments et sensations par rapport au regard d’autrui… Puis, dédramatisez… et sachez accueillir la part inférieure en vous, reptilienne, qui a subi un affront, une défaite, un manque de confiance, une peur… Cette part se sentira déjà plus à l’aise, puisque vous vous rendrez compte que le regard d’autrui est votre propre regard qui vous est renvoyé par votre conscience…

Accueillir est le premier pas de la guérison !… Quand vous refusez l’évidence, quand vous pensez pouvoir vous en sortir seuls, quand vous croyez que tout est contre vous, vous rejetez tout : vous-mêmes, la situation, la dépendance, les autres, et l’ensemble de la vie… Acceptez, acceptez ce qui est là, et vous rencontrerez la guérison… C’est le second pas… Le suivant se fera ensuite, par l’association de votre accueil et de votre confiance en un Moi Supérieur qui sait comment agir, comment vous libérer, comment faire ce que votre personnalité ne sait pas faire…

Nous disons qu’en ces temps, la conscience évolue, les changements arrivent, les dépendances seront flagrantes… Il y a tant à valoriser en vous tous !… Tant de chances vous seront données d’aller vers votre vie, pas contre elle !… Tant de fois vous êtes et serez soutenus !… Tant de fois vous comprendrez que toute forme de dépendance est le reflet de la misère que votre Terre traîne depuis des milliers d’années… Tant de fois vous comprendrez que toute forme de dépendance vient du fait que vous vous aimez mal, que vous croyez ne pas l’être suffisamment, que vous êtes tout simplement pris dans vos propres mécanismes d’involution, d’autodestruction, et qu’il est temps d’en sortir, tête haute évidemment, et sans perdre de temps à tergiverser dans les culpabilités, celles-ci ne pouvant plus servir dans les plans de la 4e Dimension de votre être…

Nous disons qu’il vous reste encore du temps devant vous, et que tout peut s’allier, au cœur de vos sens, et quelles que soient les dépendances, puisque l’être indivisé en vous se réveillera… Il se révèlera à votre conscient… Il émergera… Il sera plutôt sensible aux éclats de vos sentiments, et à la puissance créatrice…

Donc, ne doutez pas que les forces de Vie vous amèneront à ressentir la joie d’exister, et que les formes de dépendances viendront à éclater les structures auxquelles elles avaient donné vie… Nous vous informons de cela, afin que tous, vous soyez plus circonspects dans vos choix, plus libres, et déjà moins dépendants… Oui, la dépendance sera vaincue, Je vous l’assure…, puisque tout est Un, et que ce que l’un guérira, l’autre le recevra, et par voie de conséquence, en sera lui aussi guéri, quand bien même les dépendances seront différentes…

Nous disons aussi que toutes les personnes en parfaite santé, sans réelle dépendance, – mais qui n’est pas sous la coupe d’une force auto-dépendante ? – aideront mentalement, psychiquement, par télépathie automatique, tous ceux qui peinent ou peineront, tous ceux qui n’auront ni le courage de changer, ni la force de le vivre, parce que trop atteints dans leurs sensibilités et sentiments… Sachez, mes amis, voir clairs en vous, et définir de quelles dépendances il s’agit, y compris dans vos attachements matériels qui sont déjà une forme de dépendance, y compris dans vos attachements à certaines nourritures excluant d’autres tout aussi intéressantes, y compris dans vos attachements de collections diverses, de compulsions d’achats, de dépendances à la pratique de certains sports, etc… Qui n’a pas, dans le cours de sa vie, une façon d’être qui peut s’assimiler à une dépendance ?… Cherchez, et trouvez comment réaliser la Puissance Créatrice qui, déjà, a créé cela… Et puis, pardonnez-vous, pardonnez-vous les uns les autres, aimez mieux qui vous êtes… Vous serez déjà plus à même de grandir en Sagesse, en Puissance, en Liberté, et d’aider autrui…

Je rappelle que toute guérison viendra de l’acceptation, que toute acceptation de la situation aspirera une meilleure entente en vous, et que cela dénotera une foi en vous capable de vous amener sur le terrain de la compréhension de processus d’involution, et de joie de faire autrement… Le chemin est toujours là, ouvert, spontané, vivant, prêt à vous aider à passer des caps, votre conscience vous guide en permanence, vous pouvez construire votre devenir autrement, et sans calculer combien de temps cela pourrait bien prendre…

Je dis que vivre est une expérience de longue haleine, et que tout, absolument tout, est « expérience », vous apprend à communiquer avec la Vie, avec l’ensemble de vos composantes, avec votre humanité, vous-mêmes, et aussi avec l’Energie… Puisque tout, absolument tout, est Energie… Qui pourrait donc juger que telle expérience est plus néfaste que telle autre ?, bien sûr en excluant la destruction de vos sentiments, de votre personnalité, en plaçant haut votre constance quotidienne… Je dis que les dépendances sont aussi des moyens de communiquer avec soi, autrui, et le grand Tout, pour appeler au secours, pour dire son mal-être, pour se placer dans le sillage de la configuration menant à l’estime de soi, l’amour de soi, par autre voie qui tôt ou tard s’imposera…

Que chacune, chacun, ressente qu’il n’y a pas à se culpabiliser d’être dépendant de quoi que ce soit, voire même de qui que ce soit, puisque cela vous amène à faire le point, à prendre un autre chemin, une autre force, une autre valorisation, même s’il vous faut passer par le point noir que représente la peur de respirer, la peur de vivre, de continuer… Nous disons que vous êtes, de toutes façons, à un grand tournant, et que toutes les dépendances financières aux bourses, aux multiformes prises par les sociétés, ou même aux idéologies, seront destinées à s’effondrer, ce qui engendrera d’autres effondrements en cascades, tout devenant une structure interne et externe qui aura besoin de refaire le chemin de la confiance en soi et en la Vie… Cela va prendre quelques temps, le processus est enclenché, la peur de devenir mendiant tient déjà de nombreuses personnes en alerte, inutilement d’ailleurs, parce que le vent tourne en faveur de la justice, de l’équilibre, de la participation à la lumière, à l’amour, à la joie, et cela ne peut s’installer si vous co-dépendants de vos systèmes…

Prenez donc conscience de vos co-dépendances, de vos manques de liberté, de vos besoins et attentes, et comprenez comment vous devez agir, pour le meilleur et non le pire, pour la Lumière et non l’Ombre, pour le sentiment et non la peur, pour quitter les dépendances de forme ancestrale, d’impuissance, de manques d’estime de vous, manques de valeur, manques de foi en la Vie… Combien de dépendances peuvent ainsi être détrônées et libérées ?… Réfléchissez à cela…

Nous vous en remercions, au nom de la Vie, de l’Eternel, de la Puissance de votre Constance, et de votre Esprit…

Paix sur vos chemins !… Paix sur votre Planète !… Aimer est le vrai chemin de l’Indépendance totale…

Erena.

Source originale. Vu sur La Presse Galactique.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, 07- Messages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

54 Responses to Se libérer des dépendances

  1. wince dit :

    J ai du mal a cerner la subtilité de tout ça mais qd j ai eu mon sévère miroir j ai eu a un moment « piégé » une entité en lui faisant dire qu elle AIME faire le mal et la une chose c est débloqué, je sais au plus profond de mon être que bien et mal n existe pas, ça EST . Maintenant nous vivons dans monde encore dual et j’utilise l anti talion qui est le plus possible renvoyer la propre force de » l agresseur « en y mettant la forte vibration et intention : Grandi mon ami … beau en paroles,des actes !!! 😉

  2. ma complémentaire santé dit :

    Sortir de la dépendance n’est pas une mince affaire mais on peut y arriver avec beaucoup de volonté. Courage à ceux qui ont franchi le cap

  3. mutuelle dit :

    Bonjour,
    Vous avez un très bon article, pour se libérer de ce dépendance, il faut une certaine degré de maturité spirituelle.

  4. Xablo dit :

    Les articles comme on les aime sur ce site.
    Merci de nous offrir de belles lectures, depuis… wow… longtemps.

  5. Jonas dit :

    J’ai un ami qui est guide et je lui dit souvent tu ma apris 99,9 %et je vais t’apprendre 0,01 % a la fin.L’ombre et la lumière ce n’est pas un choix et (le tous )c’est (LE TOUT)alors,S.V.P ne parlez plus l’ombre comme du mal et de la lumière comme du bien car je ne vois pas l’unification la dedans .Très belle article sinon merci et pardonnez mon entêtement mais j’y tien.

  6. michel dit :

    bonjour
    je viens de prendre conscience du fait que je souffre de paranoïa(ou forme paranoïde): j’interprête, je suis méfiant, j’ai du mal à faire confiance aux autres , à mon amie, et pourtant je suis qq’un d’apprécié. C’est très souffrant pour moi, j’ai honte, je me cache et souffre.
    je me sens en ces temps, hagard , sans énergie créatrice…
    as-yu un conseil Passeur, j’ai besoin d’aide…
    Michel

    • Le Passeur dit :

      Je sais te l’avoir déjà indiqué au fil d’une autre de tes questions, mais je ne peux que t’inviter à relire L’Eveil en Soi 2 où il est question des hontes et des souffrances et de la manière de les laisser partir. Il y a toujours une blessure profonde derrière la défiance envers autrui, tant que ce lien énergétique existe avec le passé, il y dissonance et maladie, physique ou/et psychique. Une part de toi vit dans le passé et tente d’établir un équilibre par rapport à lui, alors que l’ensemble des trames du corps vit dans le présent. Au point de friction naissent les maux.

  7. Béa dit :

    Merci au Passeur pour cet espace de re-connaissances et de partages où chacun vient déposer de riches et belles empreintes.

    Tout cela m’inspire une prière que je formule pour chaque Un et pour tous ceux qui,comme moi,discernent l’éclat du paradis, au-delà de l’enfer de nos perceptions distordues.

    Puissions-nous nous libérer de tous les jugements qui nous gardent prisonniers et dépendants de l’illusoire,douloureuse et indigne dualité !

    Puissions-nous parvenir à cesser d’enfermer l’indicible dans des mots !

    Puissions-nous percevoir la perfection jaillir de nos centres et révéler l’infinie magnificence de toute vie ?

    Puissions-nous assouplir nos esprits,ouvrir grand nos coeurs et laisser nos consciences s’élever par delà les limites arrogantes de notre mental-égo !

    Puissions-nous goûter enfin à cette totale légèreté de l’Etre ,pleins de « ce qui est »,manifestations inconditionnelles et joyeuses d’un Tout fait de petits riens,d’un absolu fait de mille relatifs,car l’unité englobe la dualité comme la Vision la perception et le Tout ses parties…

    La plus grande dépendance n’est-elle pas de s’accrocher à la matière,à l’avoir,au paraître,à l’idée que la petitesse puisse être la demeure des enfants (que nous sommes) de la grande Création?

    La plus grande dépendance n’est-elle pas d’incarner la peur,nous qui sommes manifestations de l’Amour ?

    Voyage sans distance que cette incarnation,exil au pays du doute et de la peur,enfer d’un esprit distordu,isolé et craintif qui s’éveille peu à peu du cauchemar de l’oubli et s’apprête à revenir d’où il n’est,en réalité, pas parti…

    Merci à vous tous qui,peut-être sans le savoir,alimentez ma soif de vérité en me rappelant le sens et la direction, en m’incitant à ne plus confondre essentiel et futile,en m’invitant à habiter l’éternel cadeau du Présent où rayonne la perfection infinie du Tout…

    • Marie-Anne dit :

      Et merci à toi Béa, merci de nous offrir cette prière et ces justes prises de conscience.
      Ce voyage que nous avons offert par Amour et pour l’Amour , il est temps en effet de le terminer et de sortir de son illusion …et de notre dépendance à cette illusion.

  8. catb dit :

    Merci le Passeur pour cette voie que vous ouvrez qui va m’aider à aider quelqu’un que j’aime, et certainement bien d’autres personnes encore
    bon chemin à tous

  9. marie christine dit :

    Il peut arriver qu’une peur, lorsque le moment est arrivé de la faire disparaître, se manifeste avec une intensité extraordinaire : angoisse profonde et obsédante ou même panique .
    Là, on n’a pas d’autre solution que de travailler dessus !
    Pour s’apercevoir finalement que tout a une solution, que tout est simplicité et miracle .
    Pour s’apercevoir que la peur était un regard qui masquait la réalité .
    Les peurs ont pour spécialité la dramatisation des situations . Elles imaginent, prévoient, suggèrent des hypothétiques conséquences … et le mental y croit !
    Mais si on se retourne et que l’on regarde sa peur en face, et qu’on l’observe pour ce qu’elle est, en s’éclairant de la lumière de l’Esprit, pfftt ! Elle finit un jour par disparaître définitivement, se transformant en confiance et foi accrue en l’avenir .
    Il y a aussi des méthodes plus douces . On est souvent confronté à tous les cas de figures .

    • mesnet dit :

      Je vais essayer d’exprimer ce que je ressens, en employant l’image d’une machine à laver. Il s’agit ici de ma perception des choses, pas de la vérité. Vous me direz si certains s’y retrouvent.
      Nous sommes incarnés sur terre pour expérimenter la vie, coupés de la source. Ce cycle étant terminé, nous nous éveillons à une autre réalité.
      Nous vivons une expérience nous permettant de nettoyer un élément particulier, puis une autre expérience, puis une autre. J’ai souvent l’impression d’être dans une machine à laver, c’est à dire que pour en sortir propre, il faut faire remonter la crasse : pendant trois jours environ, je massère dans des angoisses, peurs, colères…enfin tout ce qui doit être transcendé.
      Chacun a sa propre machine à laver, donc son propre tempo, ses propres expériences, ses propres « saletés » à enlever.
      Mais….il y a des périodes, comme en ce moment, ou j’ai le sentiment de passer dans une machine à laver cosmique qui est celle de tous, et pas seulement la mienne. C’est à dire que je pénétre l’égrégore de tous les humains, que les angoisses ou les peurs qui me traversent ne sont pas liés à mon expérience, mais appartiennent à la planète. L’effet n’est pas le même….
      Cela a débuté samedi chez moi : angoisse douloureuse….et je crois que c’est lié à Pluton et Vénus. J’ai l’impression que nous avons passé collectivement, comme un portail énergétique.
      Sentez vous aussi que parfois, les peurs qui vous habitent ne sont pas vraiment à vous ?

      • Le Passeur dit :

        Plus généralement et plus encore aujourd’hui, ce qui est guéri pour soi l’est pour l’ensemble. Je dirai que le « secouage du prunier » a commencé au fin fond de nos cellules lors de l’éclipse solaire du 20 Mai dernier et que bien des personnes, en fonction de leurs résistances, vivent des difficultés dans leurs corps depuis cette date.

      • Stéphanie dit :

        Bonjour Mesnet et à tous,

        Oui, j’aime bien cette métaphore avec la machine à laver. Je vis moi aussi le processus de l’éveil comme un grand nettoyage ou purification ? Ces trois jours dont tu parles ne sont en rien agréable à vivre, mais quelle joie, quelle lumière et quelle pureté lorsque nous ressortons transcendés du côté de la lumière.

        Je ressens moi aussi que les peurs qui me traversent ne sont pas toujours les miennes en effet. Cette conscience est cependant nouvelle pour moi et arrive après un long chemin de guérison, mais c’est une libération que je vis, que nous vivons de notre Karma individuel et collectif puisque nous sommes tous interconnectés les uns aux autres.

        Le « secouage du prunier » pour reprendre le terme imagé du Passeur, a bien commencé le 20 Mai, et j’ai eu la chance de l’avoir expérimenté à la fois au sens propre avec mon corps physique au moment du tremblement de terre en Italie, mais aussi au sens figuré ou à un niveau plus subtil, quelque chose de très intense s’est activé dans mes/nos mémoires cellulaires.

        Je n’ai plus aucun doute sur le fait que nous allons bientôt cueillir les fruits que nous avons semés avec patience et abnégation tout au long de notre périple au sein de Gaia. La libération est désormais très proche, réjouissons nous mes frères et sœurs !

        • Jonas dit :

          Salut a toi Stephanie ,
          Je veux te parler des fruits que tu as semés en moi et des résultats car ,tu le mérite .Peut être ne comprend tu pas l’importance de ta lumière mais j’ai traversé des dimensions ou bien d’autres se serait perdu .Quand j’étais dans le noire tu étais la par tes conseils ou tes espoirs que tu fonde en moi, j’ai continué.je ne veux pas vulgariser en te donnant des détails mais je me suis libèré et tu ma beaucoup aidé a des moments déterminants .Je connais mes forces mais je ne suis pas la lumière(le chemin),pas encors.Toi tu est le chemin et je t’en remercie .L’attention que tu porte a mes guide et la transparence avec laquel tu as lu en moi me touche profondément.Je t’admire pour ce que tu fais et comment tu le fais.Moi je suis le corbeau et mon kouack! n’est pas très doux mais,il est très important.
          Je ferai de la musique bientôt je le sais ,j’espère que tu vas me reconaitre.Je t’aime beaucoup et je t’envoi ma lumière .

          • Stéphanie dit :

            Bonjour Jonas,

            Je te remercie du fond du cœur pour tes mots et leurs vibrations qui me remplissent de joie, d’amour et de gratitude. C’est un cadeau de la synchronicité qui me donne la confiance et la force nécessaires pour vivre avec foi et courage un travail de guérison important ces prochains jours.

            Tu sais, tout n’est qu’échange d’énergie, tout ce que j’ai pu t’envoyer de lumière et d’amour tu me l’as renvoyé amplifié d’où ce lien que nous avons tissé. Je veux te dire que nos échanges et le fait d’être entrée en résonance avec toi ont débloqué beaucoup de choses en moi, cela a permis la guérison de nombreuses peurs. Je te rejoins totalement lorsque tu affirmes que le Tout est l’unité entre la lumière et l’ombre.

            Le lien entre Gaia et mon âme est très fort et c’est l’un des points communs que nous partageons toi et moi. Il y a quelques temps, tu avais écris un magnifique commentaire en disant que lorsque tu étais enfant tu souhaitais confier la terre aux animaux car eux ils étaient en mesure d’en prendre soin. Je ne peux pas te dire à quel point cela m’avait émue, lorsque j’avais le même âge, je pensais que la terre devait retourner aux gardiens de la terre, à ceux qui savent vivre en harmonie avec elle et tous les êtres qui la peuplent.

            Il y a quelques années, je suis allée à une exposition de photo dans une ville à ciel ouvert qui traitait des peuples autochtones et de leur rapport à la nature, c’était magnifique. Dans la section où il y avait de vieilles photos en noire et blanc d’indiens d’amérique une émotion très forte s’est emparée de tout mon être, les larmes ont commençées à couler sur mes joues, j’avais la sensation de regarder mes ancêtres et je ressentais une force qui me poussait de me mettre à genoux pour les honorer. Je n’ai pas pu céder à cette impulsion qui venait de mon âme, car les personnes autour de moi me regardaient d’un drôle d’air en voyant mon émotion et mes larmes coulées (je devais ressemblée plus ou moins à une illuminée !). J’aime ces peuples car ils savent écouter leur cœur et pas leur ego ou leur mental, c’est là leur grande force, leur connexion à la vie et au grand Tout !

            Pour finir, je voulais te raconter une anecdote qui peut-être te feras sourire. Je vis depuis 13 ans loin de ma terre natale, l’été dernier lorsque je suis revenue dans ma ville natale, elle était complètement envahie par les corbeaux. Il y en avait partout et c’était la première fois que je voyais un tel spectacle. Comme j’étais à la fois fascinée et perplexe face à ces oiseaux, j’en ai parlé à mon père qui a un lien très fort avec Gaia. Les corbeaux ne le perturbaient pas le moins du monde, au contraire, il semblait enchanté et affirmait qu’il s’agissait d’un très bon présage car selon lui les corbeaux purifiaient et nettoyaient l’atmosphère et la terre. J’avoue que tu as raison le corbeau a un couac qui n’est pas très doux et son plumage noir fait un peu peur, mais il est fascinant et très important (c’est aussi l’avis de mon père).

            Qui sait, il s’agissait peut-être d’un signe pour m’avertir que je croiserais sur mon chemin un être important pour moi ayant cet oiseau comme guide de l’être ? Je sais que tu n’as pas un chemin de vie facile Jonas, mais tes guides sont vraiment puissants et importants au sein de Gaia, ce sont ceux d’un être qui a unifié la lumière et l’ombre en lui. J’ai une confiance et une foi totale en toi et en ton chemin lumineux au sein de la nouvelle Terre et de la nouvelle humanité.

            Ta voie est la musique, j’en suis moi aussi convaincue, sais tu que l’orque apporte le don de guérir à travers la musique et le chant ? Tu dis que c’est l’animal qui représente ton égo, donc ta voie dans cette incarnation présente. Je suis certaine de te reconnaitre le moment venu et cela sera une grande joie !

            Je t’aime moi aussi mon ami !

        • Jonas dit :

          Mille merci mon amie ,
          Tu me fais tellement plaisir et tu me donne le courage nécessaire pour faire tout ce que j’entreprend .La connection qui nous relie na pas son égal pour moi .Tu lis en moi comme dans un livre ouvert et tu m’apporte maintenant des réponses sur mes guides et mon role et tu vois juste .Comme tu le sais déja j’en suis sur,ton histoire sur les corbeau me touche profondément .Tu laisse tomber la peur et tu traverse de l’autre coté du pont ,je t’en remercie.Je ne savais pas pour l’orque et la musique et tu me donne un courage qui est tres important car il faut maintenant que j’accomplisse mon destin.(Tu est le chemin)je ne sais pas si tu sais ce que cela veut dire .Mon meilleur ami est aussi le chemin (la lumiere) peut etre ne me croira tu pas mais comme lui tu est un guide et en meme temps que je t’écris ces mots j’entend dehors les cris des corbeau .Je ne peux pas te dire quoi faire ou comment le faire car, c’est l’amour qui va te guider et ce n’est pas mon role .Cela explique notre lien unique .Je dois partir car tu le sais je n’ai pas internet chez moi et je suis aujourdhui comme mon peuple autrefois (un nomade),a la prochaine mon amie.

          • Stéphanie dit :

            Bonjour Jonas,

            Merci pour l’amour et la force que tu m’envoies. L’histoire des corbeaux est incroyable c’est une rencontre inoubliable. Là où je suis, je ne rencontre que des oiseaux blancs qui d’ailleurs viennent me visiter aussi en rêve, mais ce matin en allant travailler en voiture un corbeau noir a traversé ma route et attiré mon attention par son croassement. Cela m’a beaucoup émue car je sais désormais qu’il s’agit de synchronicité, et que d’une manière ou d’une autre tu me l’as envoyé, il symbolise cette connexion entre nous.

            Cette connexion est très importante pour moi aussi, c’est difficile à expliquer parce que je n’ai pas encore toute la clarté nécessaire pour la comprendre rationnellement. Je sens cependant à un niveau subtil que cela concerne mon destin ici et maintenant. Je connais mon rôle dans cette incarnation celle de porter la lumière et l’amour dans ce monde, mais je n’ai pas encore vraiment trouvé les instruments pour l’incarner pleinement. Mes mémoires cellulaires sont en train de se réveiller et la clarté renait peu à peu en moi.

            Ce lien que nous avons est comme un catalyseur d’énergie, si je lis en toi comme dans un livre ouvert, c’est tout simplement parce que nous avons de nombreux points communs au niveau de l’âme, nous nous ressemblons beaucoup (d’où l’effet miroir). C’est encore difficile pour moi à assumer complètement ici et maintenant, mais tu as parfaitement raison je suis le chemin (la lumière, l’amour) un guide qui apporte la chaleur à son clan, et toi tu es mon frère d’âme, tu portes le même fardeau et la même responsabilité que moi. Tu es le chemin, le moment venu tu le comprendras et tu l’incarneras, et si la peur peut encore me faire douter de mon propre chemin, sur le tien je n’ai aucun doute puisque je le vois ! Tu le sais aussi bien que moi nous sommes les gardiens de la terre, nos guides sont ceux qui accompagnent les êtres qui portent la lumière et sont le chemin, dans les cultures autochtones ils sont appelés chamans.

            Peu importe toutes les épreuves et l’immense solitude que nous avons dû traverser dans cette vie et dans nos nombreuses incarnations, elles étaient nécessaires pour pouvoir remonter vers la source et unifier l’ombre et la lumière en nous. Tout cela appartient au passé Jonas, à présent nous sommes libres, je vois et je ressens l’énergie de la lumière dans toutes les cellules de mon corps et de mon cœur, elle est tout autour de moi et en tout à chaque instant de ma vie ici et maintenant.

            C’est une grande joie de t’avoir retrouvé mon frère, mon ami. Reçois ma gratitude et mon amour éternels !

          • Jonas dit :

            J’aimerais savoir quest-ce que tu rescent quand tu pense a la colombe.Si ce n’est pas la colombe ,c’est un oiseaux qui lui ressemble c’est sur ,(le tien).Je ne tue plus aucun animal depuis 1 ou 2 moi et tu trouveras ca exageré je dis a mon garcon de ne pas couper la moindre brindille d’herbe .Il sait passé quelque chose en moi et je ne peux plus retourner en arriere ,la nature a tellement a nous apprendre.J’aimerais savoir aussi ce que tu pense de la communication avec les animaux .Tu en parlait avec quelqu’un dans un article précédent et moi aussi je l’utilise.C’est bizarre on dirait que sa fait 1000 années ou plus que je n’ai pus parler avec mon coeur avec quelqu un merci d’exister.Mon role est complexe,je peut guider mais je ne suis pas un guide pas exactement ,pour te donner une imagerie.Un vielle homme peint une toile (la vie) et sur son épaule il y a un corbeau qui regarde la création du monde et dans l’oeil du corbeau réside l’univers ,l’espace ,la terre , l’humanité.L’oeil du corbeau est totalement noir et c’est le dessin du créateur (nous) qui donne vie a tous ce qui est et je me bats pour les deux .Tu me comprend ,je le sais et c’est pour ca que j’ai tant besoin de toi pour leur dire .Je n’ai pas l’intention de partir sur une autre planete ou sous une forme plus évoluer ,j’ai déja choisis je reste dans le monde des ombres avec les moin que rien les voleur et criminel de toute sorte .Dieu me demande toujours (est- tu sur ,va tu vraiment y retourner).Oui ,car je retrouve toujours mon chemin car j suis la lumiere, le tienne. Merci mon amie.

          • Stéphanie dit :

            Bonjour Jonas,

            La colombe m’évoque la paix, la joie, la pureté, la douceur et la grâce. Je suis si heureuse que tu te sois rapproché de la nature. Elle a tellement à nous apprendre, tu sais pour moi elle symbolise la Mère et le principe féminin. Moi non plus je n’ai pas l’intention de partir sur une autre planète ou sous une forme plus évoluée, ma place est ici au sein de Gaia.

            Lorsque j’imagine la nouvelle terre et ma nouvelle vie, je la conçois dans l’unité, la paix et la joie non seulement avec mes frères humains (car cela est déjà réalisé dans mon cœur depuis toujours), mais surtout avec mes frère les animaux (ça aussi c’est déjà réalisé), avec les arbres, les plantes, les fleurs, les minéraux, les éléments, avec le petit peuple ou êtres d’autres dimensions comme les fées, les elfes, les ondines, les êtres de lumières venant du cosmos. Tu vois, je suis un peu folle moi aussi à ma façon !

            En ce moment, je ressens un appel très fort de retourner vivre en Bretagne près de la forêt et je sais que cela sera peut importe quand, je n’ai aucun doute que cela soit lié à mon destin dans ce qui vient, mais concrètement c’est un peu compliqué à mettre en place avec ma famille, je dois faire cela en douceur sans traumatismes pour ceux que j’aime.

            Je pourrais t’écrire un roman sur la communication avec les animaux (c’est l’une des grandes passions de ma vie ! et cela fait partie de mes talents et de ma sensibilité). J’en ai beaucoup parlé sur ce site, mais je veux partager avec toi l’expérience de télépathie et de communication la plus intime que j’ai vécue (et cela de nombreuses fois). Lorsque, j’avais 6 ans un être extraordinaire est rentré dans ma vie, en fait, je suis convaincue qu’il s’agissait ni plus ni moins d’un ange gardien sous la forme d’une chatte grise. Ma relation avec ma mère a toujours été compliqué et m’a beaucoup fait souffrir de ma naissance jusqu’à ce que je commence un parcours de guérison il y a quelques années. Lorsque j’avais 6 ans, 7 ans, 8 ans, 9 ans, 10 ans et que mon cœur explosait de souffrance et de tristesse parce que ma mère ne me voyait pas, je me rendais auprès de cet être et je lui ouvrais mon cœur. Il se passait alors quelque de chose de merveilleux, la chatte arrêtait de lécher ses chatons qu’elle était en train d’allaiter, me regardait intensément et la magie avait lieu, une grande chaleur et une grande joie envahissait mon cœur car elle me communiquait de ne pas être triste pour ma mère, qu’elle elle me reconnaissait comme sa fille et qu’elle m’aimait inconditionnellement. J’aurai pu penser que ce n’était que le produit de mon imagination fertile, mais elle se mettait alors à me lécher vigoureusement et avec amour la main comme elle le faisait avec ses propres chatons.

            Lorsqu’elle a disparu quelque temps avant la mort de ma mère j’étais très triste, j’ai fait de nombreuses fois le même rêve où elle revenait pour me dire de ne pas être triste, que nous ne pouvions plus être ensemble physiquement, mais que tel un gardien elle continuerait à veiller sur moi d’où elle était et de ne jamais oublier l’amour et la connexion qui nous unissaient.

            Je t’aime et je respecte ton chemin (même s’il peut sembler l’opposé du mien). Je n’ai qu’un conseil à te donner mon ami suis ton cœur, écoute le et n’hésite pas à l’ouvrir à tes frères, à ta mère Gaia, à ton père Divin, et à la vie sous toutes ses formes.

  10. Tchunka dit :

    Merci Cher Passeur,
    Merci à ceux qui ont posté différents commentaires,

    Ce texte ne nous incite-t-il pas à prendre conscience de l’essence même de la vie ?

    Nous pouvons apprécier mille et une choses sans pour autant tomber dans l’excès de la dépendance à trop profiter/consommer ou au contraire à s’interdire de profiter/consommer. Un point d’équilibre est à trouver pour chacun selon ses propres critères de vie, car nous sommes nos propres lumières.

    Des personnes comme Le Passeur ont le talent d’âme de venir poser quelques balises ici et là pour nous (lecteurs volontaires) inciter à mieux voir en nous-mêmes, à lâcher nos peurs, nos incompréhensions, à découvrir que si nous sommes dans l’expectative que quelque chose arrive de l’extérieur pour nous faciliter la vie, pour changer le monde dans lequel nous vivons, qu’une situation se résolve par simple demande, sans investissement personnel, alors le chemin est long. Toutefois si nous nous affranchissons de cette expectative, de ce mode de penser nous devenons libres, acteurs de nos vies et reliés à nous-mêmes pour le meilleur…

    Si du jour au lendemain nous n’avions plus accès à ces dépendances nous découvririons nos richesses de cœur et serions à même de voir que la vie continue grâce à l’amour, au respect de l’autre, à l’acceptation des différents points de vue, des choix d’expériences. Nous possédons tous une liberté de décision, libre à chacun de l’utiliser comme bon lui semble (passif/actif), inutile de juger, de se juger car une prise de conscience permet de penser qu’à l’avenir nous pouvons faire mieux.

    Certains parviennent à ce cheminement par la voie de la sagesse, d’autres par contrainte lorsque survient une maladie, une mésentente familiale, une perte d’emploi…

    Heureusement ce texte nous rappelle qu’il est à notre portée de changer nos modes de vie, sur simple décision de notre cœur avec l’appui de notre mental, nos vies sont à l’image de nos souhaits les plus profonds. Ne nous plaignons pas, ne cherchons pas un responsable et changeons ce qui ne nous plait pas en nous car nos souhaits les plus purs se réalisent toujours, d’une manière parfois inattendue ; ils embellissent nos vies et créent notre futur grâce à nos simples pensées.

    Bonne journée à tous

  11. Anne B dit :

    Graffitique ,

    merci de ton mot , je suis très dépendante de l’affect , peur du manque , eh oui, et forcément j’en manque ! Marie – Anne tu exprimes parfaitement le phénomène qui effectivement en ce moment semble vouloir être pris en charge sereinement et pas ds la culpabilité ….Le Passeur merci de nous aider à briller de notre lumière , je comprends que tu intrigues et c’est vrai qu’on aimerait te connaître….Lumière à tous

  12. titi dit :

    @ Le Passeur

    pouvez vous m’expliquer la signification de la blancheur actuelle du soleil ?

    merci

    • Le Passeur dit :

      Les trois messages que vous avez postés sont trois questions : l’une concernant vos problèmes intestinaux, l’autre les chemtrails et maintenant la blancheur du soleil. Pensez-vous vraiment que ces questions cherchant leurs réponses finalement sans grande importance soient de nature à vous avancer ? Ne pensez-vous pas qu’il serait finalement plus intéressant de chercher à comprendre pourquoi vous avez besoin de ces réponses qui ne changeront rien ? Je vous invite à lire « le petit bréviaire de l’ego » (rubrique L’Eveil).

  13. Marie-Anne dit :

    Bonjour à tous; merci Passeur pour ce nouvel article.
    Pour moi, les dépendances ont toutes une même cause commune: la peur du manque…
    Du manque d’Amour, de Bien-Etre et de Vie : alors, pour y remédier, on comble, on comble encore , on s’étourdit et on baillonne ses peurs et ses douleurs… et on ne fait que renforcer ainsi l’illusion de manque, de vide, de besoins et de peur.
    C’est une fuite loin de son centre, une fuite qui s’auto-entretient; un cercle vicieux qui, à chaque tour, grave un peu plus son sillon dans nos mémoires.
    Je pense qu’un premier pas est de prendre conscience de tout cela, de prendre le temps de s’arrêter un instant, de regarder en soi et d’écouter Qui Nous Sommes réellement.
    Nous comprenons alors que nous n’avons jamais été abandonnés, que nous sommes inconditionnellement aimés, et, que lorsque nous aurons retrouvé sagesse et maîtrise, nous pourrons, à nouveau, créer tout ce dont nous avons besoin ( pour notre plus grand bien, tout en tenant compte du bien de tous).
    Ce sont ces prises de conscience qui m’ont donné le désir et la volonté de changer mes comportements.
    J’ai remarqué que, même pour les comportements en principe les plus faciles à éradiquer, les habitudes et les automatismes étaient très, très puissants . De l’intéret, donc, de rester très vigilant, tout en essayant de ne pas culpabiliser, ce qui serait pis que mieux.
    C’est un travail d’équilibriste!
    D’autres comportements sont plus difficiles à maîtriser.
    Parfois, il faut déjà les débusquer!
    Pour certains de ces comportements difficiles , j’essaie de les maîtriser, sans forcer , même si je tombe souvent et que je dois souvent me relever.
    Pour d’autres, je me rends compte que je ne suis pas encore prête à les lâcher.
    Alors, je les accueille et j’essaie de comprendre quelle blessure ou quelle peur est à la base de ces comportements.
    Ensuite, je déclare leur inocuité en leur envoyant Amour, Lumière et tendresse.
    Cela semble peut-être un peu  » facile », mais je me rends compte que la culpabilité, la lutte et la confrontation me maintiendraient dans la dualité et me feraient finalement plus de tort que le comportement incriminé.
    C’est aussi, pour moi, une façon d’apprivoiser, d’apaiser et de transmuter en douceur les craintes tenaces à l’origine de ce comportement.
    Et puis, je n’oublie pas que les croyances créent : si je crois qu’un comportement est nocif, je ne ferai que renforcer cette nocivité.
    Bien sûr, je ne veux pas dire que cela nous autorise à faire n’importe quoi : nous avons des responsabilités envers nous-mêmes et envers les autres(nous sommes aussi un collectif !).
    Mais dans cette illusion que nous avons mise en place, je sens qu’il est temps pour nous de se montrer plus légers, beaucoup plus légers, et d’éviter les drames , même au nom d’un nettoyage spirituel bien nécessaire.
    Voilà, j’ai juste voulu apporter mon témoignage et mon point de vue, notamment en réponse à certains commentaires parus sur ce site.
    J’espère ne pas avoir été trop longue.
    Amitiés à tous, M-A

    • Salvia dit :

      Bonjour Marie-Anne,
      j’aimerais tout juste rebondir sur le début de votre commentaire: la peur du manque. Pour moi cela semble être un point central en ce qui concerne les dépendances. Cette peur est très, très vieille, elle est inscrite dans les gênes depuis la nuit des temps par les conditions de vie difficiles telles que famine ou guerre, la simple lutte pour la survie. Ces peurs nous sont déjà transmises par nos parents, et plus particulièrement pour des enfants nés durant une guerre, ce qui fut mon cas.
      Maintenant rien ne nous empêche de prendre conscience de cela et alors le travail de libération de ces peurs, donc de ces dépendances peut réellement commencer. Je m’aperçois pour ma part que c’est souvent un jeu de cache cache. Dès que j’ai déniché une dépendance, heureuse de pouvoir m’en délivrer, ou mieux de l’accueillir comme un enfant blessé, une autre, toujours plus subtile se met en place. Mais ce processus va en s’accélérant et ma capacité à voir clair augmente de jour en jour, c’est un peu comme une lampe torche dont la luminosité augmenterait au fur et à mesure que j’éclaire les coins sombres de ma maison intérieure. Mais que ce ménage est long et semble sans fin! Et je suis des fois un peu paresseuse pour faire le ménage :-))

      • alain thomas dit :

        Bonne idée que d’être « paresseuse » lorsqu’il s’agit de faire le ménage.
        Un sourire sur un visage, l’effort libéré et l’Acceptation EST.

      • Marie-Anne dit :

        Oui, Salvia: faisons le plus sereinement possible ce que nous pouvons, sans nous laisser piéger par la perfection ni par un timing rigoureux!

  14. mesnet dit :

    Nous parlions ailleurs de la dépendance alimentaire.
    On peut admettre dans cette réalité être drogué au sucre, à l’alcool…..mais la dépendance à la nourriture ? Il faut accepter une autre réalité pour se dire que l’on peut ne pas manger et que manger répond à une pulsion.
    Pour les hommes (plus que pour les femmes, il me semble) il y a la dépendance au sexe. Le sexe est un plaisir, pas un besoin ni une force….il y a de chemin à faire pour, lol.
    La dépendance aux autres est aussi à libérer, c’est vrai. Redessiner les liens familiaux, amicaux…..
    Nous avons un sacré job cosmique à mettre en place !

    • waterbreathing dit :

      La dépendance à l’air que l’on respire aussi ?La dépendance à notre véhicule corporel ?Maintenant, est-ce que tout le monde, peut,  » se passer de la drogue qu’est la nourriture », est-ce que tous, peuvent, dès aujourd’hui, cesser d’avoir « besoin » de s’alimenter physiquement ?Je n’adhère pas vraiment..

      « La dépendance aux autres est aussi à libérer, c’est vrai. Redessiner les liens familiaux, amicaux….. »
      Pour ma part, je me demande en quoi nous aurions besoin d’un autre, et d’entrer en relation avec lui, si l’on était parfait, et parfaitement guéris.. là se dessinent les nuances entre « dépendance », et inter-relations ( interdépendances, diraient d’autres ? )..

      • Tchunka dit :

        Waterbreathing,

        Je partage en partie ton point de vue.

        Tout est question d’équilibre, ne plus manger ou ne plus voir sa famille ou ses amis n’est pas l’objectif, pour ce qui est de l’appétit il évolue avec nos besoins et les plaisirs procurés par notre alimentation (gustatifs, olfactifs, visuels, tactiles…) sont essentiels pour notre bienêtre, en tout cas au jour d’aujourd’hui. D’autre part sur le plan astral la communication peut se faire de manière plus intense avec nos proches. Libre à nous d’avancer sur ce chemin.

        Chaque entité forme une part du réseau UN, les interrelations sont très profondes surtout avec les familles d’âmes avec qui nous œuvrons régulièrement. Alors quand tu dis que nous pourrions nous passer des autres, en un sens oui, en un sens non.

        Nous sommes amenés à accepter que nos repères actuels sont intéressants car ils reflètent ce que nous sommes mais nous devons aussi ouvrir les yeux et faire tomber nos limites pour voir au-delà des schémas actuels. Si nous arrivons à être en paix avec nous-mêmes, il n’y a plus de raison de réagir, nous serons guéris et ouverts à toute nouveauté sans la juger de prime abord. Je vois ce texte comme un rappel à « soyez souple » pour vous adapter et pensez avec votre intelligence de cœur.

      • FLO dit :

        Je pense ici qu’il est important de dissocier dépendances (drogue, internet …) et besoin physiologique (air, eau et nourriture et à la limite sexe).

        Ensuite évidemment tous excès de besoin physiologique tombe dans le panel des dépendances.

        J’aurais presque envie de ultra-résumer -> excès = dépendance 😉

        • waterbreathing dit :

          j’ai pas « critiqué » le texte.. juste ce passage du message de mesnet.. que je trouvais.. justement, excessif.

          • mesnet dit :

            L’être que je suis n’a plus aucune limite dans la vision qu’il a de la réalité.
            Cela ne veut plus rien dire pour moi d’affirmer : cela est possible, cela ne l’est pas……
            Je sais qu’il m’est possible de ne m’alimenter que d’énergie. Une évidence qui prend forme ces derniers temps. Est-ce le chemin pour tous ? Aucune idée et cela n’a pas d’importance. Tout est parfait.

            Quand tu exprimes que ce qui est vécu en dehors de toi est excessif, il s’agit d’un jugement émis en fonction de tes propres barrières.
            Se soigner de l’intérieur et ne plus être malade est excessif ?
            Ne plus échanger avec l’autre en laissant s’exprimer son ego mais l’amour est excessif ?
            « Magnétiser » et sentir la vibration de « l’autre » est excessif ?
            Voir l’aura ou regarder le soleil est excessif ?
            Vivre le temps présent comme un nouvel espace temps ou l’illusion du passé ou du futur disparait, est-ce excessif ?
            Ou est l’excès ? Il est là ou tu mets tes propres limites….
            Si je rencontre un eveillé qui me dit « je marche sur l’eau », ça ne me posera pas de problème. J’y verrais un paradigme qu’il a bousculé et moi pas.
            Dans ce temps particulier, nous allons devoir faire table rase d’un passé qui n’existe plus et vivre un chamboulement total de ce que nous sommes.
            Et c’est une telle évidence que le corps, en s’alimentant par obligation, vit une dépendance (qui te parrait aujourd’hui incontournable), qu’il me parait parfait et dans l’ordre des choses, que cette dépendance tombe, comme toutes les autres. C’est la liberté qui vient vers nous. la dépendance alimentaire n’est pas la liberté, enfin pour mon être profond….il a travaillé à chaque instant pour dissoudre ce programme.

          • mesnet dit :

            Carlos Fuentes : « tout est possible, on ne devrait rien dédaigner. Rien n’est incroyable, rien n’est impossible. Les possibilités que nous rejetons ne sont que les possibilités que nous ignorons. »

  15. Quintus dit :

    Dans la continuité des autres textes..j’adore.
    Passeur je suis vraiment curieux de savoir quel est votre motivation en diffusant pour le plus grand nombre de personne désireuses de savoir ou perdues, des textes d’élévation et de compréhension. Curieux de savoir l’être que vous êtes. Vous semblez apporter dans votre domaine la lumière du changement et sur ce support (l’internet). Secret, mystérieux, réservé, pondéré.. je dirais effacé. Faisant preuve d’abnégation.
    Pourquoi ne seriez vous pas un de « ceux » qui sont chargés de transmettre discrètement et sans bruit l’information nécéssaire en ces temps du changements
    Vous m’intriguez sincèrement??
    Respectueusement votre

  16. laurore dit :

    Chapitre LII du Livre des Morts des anciens égyptiens:
    Une incantation contre les Ordures:
    Horreur! Dégoût!
    Je n’en mange point moi!
    Car c’est une Horreur et un Dégoût pour moi
    Que les Ordures, au lieu des offrandes pour mon esprit!
    Que je ne les touche point avec mes mains!
    Et que je ne marche pas par – dessus mes sandales!
    – De quoi vivras – tu donc?
    – Je vois arriver Râ vers moi.
    Il m’apporte les 7 pains qui me sont ces pains qui me feront vivre!
    C’est 8 heures du matin; tu t’es couché vers 21 heures.
    Durant ton sommeil réparateur qui a duré 11 heures, tu n’as point touché aux Ordures parce que ton sommeil l’a exigé.
    Tu es à jeun et ton palais et ta bouche ont oublié la saveur des Ordures. Mais les Ordures sont toujours là. Tant que tu ne les as pas touchées, ton palais et ta bouche demeurent insensibles à leurs effets destructeurs. Pourtant, les Ordures encore t’attirent comme la foudre.
    Tu tournes 10 fois autour des Ordures et les encercles de la puissance de tont palais et de ta bouche qui ont oublié la saveur des Ordures.
    Ton palais et ta bouche t’intiment l’ordre de repartir te coucher pour méditer 1 heure sur ton palais et sur ta bouche qui ont oublié les Ordures durant 11 heures de sommeil.
    9 heures du matin. Tu te dois de nte diriger vers les Ordures: les Ordures sont toujours là mais elles n’ont plus la même apparence; leur viqge s’est terni comme celui de Seth. Elles n’ont plus la même attraction qu’elles exerçaient sur ton palais et sur ta bouche qui ont oublié lasaveur des Ordures. Ton palais et ta bouche t’intime l’ordre de repartir te coucher 1 heure de plus pour méditer encore et encore sur ton palais, ta bouche et les Ordures
    10 heures du matin. Tu te dirige a nouveau vers les Ordures, mais les Ordures ne sont plus là et sont toujours là à la fois.
    Horreur! Dégoût!
    Je n’en mange point, moi!!!!!!
    ………….

  17. TULIPE ROSE dit :

    Bonjour à tous,

    Une inspiration me vient ;

    Je me demande si les symptômes de l’ascension,
    différents selon chaque personne, ne sont en effet
    qu’un catalyseur de ce que chacun doit travailler

    Il a été évoqué la question de la nourriture,
    peut être que ce processus aide à régler une fois
    pour toutes ce shéma…..

    question

    salutations raternelles

    • TULIPE ROSE dit :

      Précision pour le Passeur,

      Je parle à nouveau des symptômes, car je me rends compte
      de jour en jour, que leur signification va de plus en plus loin.

      toujours en profondeur !

    • Le Passeur dit :

      Les symptômes sont significatifs, certains le sont de manière commune, par exemple les yeux qui brûlent ou le feu dans le corps, d’autres de manière plus personnelle. Ces derniers sont en effet des indicateurs de ce qui est dysharmonie en soi.

  18. Anne B dit :

    Merci de ce sujet qui me touche plus que je ne le voudrais…Merci d’en parler cela permet déjà une reconnaissance de soi sans (‘moins) de culpabilité, même si je comprends des symptômes actuels , sensation de vide à remplir etc…Toute ma vie j’ai triché avec moultes dépendances , jamais graves en apparence , sociétales, fêtes , habitudes , et aujourd’hui les choses se présentent à moi de façon plus péremptoires , un sens à ma vie à découvrir que j’ai tendance à anesthésier en dormant beaucoup, mais néanmoins pas le choix :avancer ! J’espère ne pas avoir abusé de cet espace en ne parlant que de moi , la synchronicité du sujet avec mes préoccupations est trop forte , fraternellement à tous

    • graffitique dit :

      Bonjour Anne,
      Non ce n’était pas abuser de parler de toi (d’ailleurs brièvement)
      Je voulais juste dire que je ressens aussi le besoin de dormir souvent, avec un peu ce même ressenti d' »anesthésier » quelque chose.
      Au reste, la fin de l’article mentionne aussi les dépendances croisées qui nous tiennent tous à des degrés divers, et qui engendrent pas mal de souffrances conscientes ou inconscientes. Peurs et croyances, implicites ou non, sont encore beaucoup d’aliénations dans le monde.
      Bon courage dans la suite 🙂

    • Thau dit :

      Bonjour Anne,

      On ressent à la lecture de vos commentaires une grande sincérité et une vraie volonté « d’avancer » comme vous dites. Néanmoins ne vous laissez pas « toucher » par cet article quelque peu obsolète par rapport à notre réalité présente. Tentez de regarder votre passé du point de vue d’un observateur externe en acceptant les faits de votre vie sans qu’ils puissent, maintenant, et en quoi que ce soit, vous « affecter ». Donner un sens à votre vie (et à la Vie…) n’est plus un but en soi. Faire taire le mental, lâcher l’ego, laissez faire, être en paix favorisent la fluidité nécessaire à l’évolution qui se manifeste Naturellement dans cet univers. Le bébé pour se développer dort lui aussi beaucoup et sa « transformation » n’en n’est pas moins spectaculaire. Alors bonnes nuits…
      Fraternellement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *