Le monde n’a pas besoin d’être sauvé

Par Mary Amato.

“Quel Est Le Message Que Vous Transmettez Dans Le Monde?”

Nul besoin d’être écrivain de profession, orateur doué, professeur, médium, guérisseur ou artiste afin de communiquer votre message dans le monde. Certains n’ont pas encore découvert leur propre message et le cherchent encore. Notre vie est notre message pour le monde. Nous transcendons notre message à travers les vérités auxquelles nous croyons, nos valeurs, la façon dont nous vivons notre vie, nos action et réactions, nos peurs, forces, faiblesses, limites, libertés, défis et leçons que nous apprenons par nos expériences, ou par l’autodestruction, le respect de soi, notre valeur personnelle, etc. Tout ce en quoi nous croyons, ce que nous exprimons et faisons dit qui nous sommes et comment nous habilitons les autres.

L’énergie que nous transmettons aux monde nous revient plus tard multiplié. En réalisant cela nous devenons plus attentifs à chacune de nos pensées, à chaque mot et aux actions que nous posons chaque jour. Quoi que nous fassions aux autres, nous le faisons à nous même. Pour créer un meilleur avenir, vous devez vous poser la question: «Qu’est-ce qui donnera plus de sens, de direction, de joie à ma vie?»

Votre message est que vous êtes votre propre Messie, capable de sauver votre propre vie. Le monde n’a pas besoin d’être sauvé. Ceci est une idée que nous avons créée de toute pièce avec notre système de croyance individualiste. Le monde est une école pour l’évolution de notre conscience. Si tout est relié et tout est UN, alors, nous changeons le monde par ce que nous sommes, pas juste par ce que nous faisons. Changez-vous vous-même, vous changerez le monde. Sauvez donc le monde en vous sauvant vous-même. Voyez le monde pour ce qu’il est et vous permettrez à la vérité de s’infiltrer dans votre esprit – pensée. Vous serez alors rempli d’amour, de compréhension et de connaissance de vous-même. La Vérité Divine est éternelle et immuable et nous en sommes tous nourris parce que la vérité est évidence même, au-delà des mots, des théories et des doctrines. Nous sommes des êtres de Lumière, d’Amour et de Sagesse. En d’autres mots, nous sommes des êtres spirituels d’Illumination, des déités. Aussitôt que nous nettoyons les fils d’araignée de l’égoïsme, de la peur, des insécurités, de l’immaturité et de l’ignorance, la vérité rayonne.À chaque fois que nous émettons un juron, cela transmet une énergie négative et, chaque fois que nous exprimons de l’amour cela transmet une fréquence élevée d’énergie d’amour positive. Tout ce dont vous avez besoin dans la vie est déjà vôtre. Vous devez seulement ARRÊTER DE VOUS INQUIÉTER afin de LAISSER LA CONFIANCE, ÊTRE…

Vous ferez alors l’expérience du synchronisme et de l’équilibre dans votre corps, votre esprit et votre âme. Souvenez-vous que nous sommes tous nés en tant qu’incarnation d’amour et de connaissance de soi. Et cela, nous ne le perdons ni ne l’oublions jamais; on peut seulement l’ignorer ou le mettre de côté. Notre monde est exactement ce que nous en avons individuellement ou collectivement fait. Car nous sommes des créateurs conscients créant la création à chaque moment de notre existence. Chaque instant est un point d’illumination et de pouvoir, spécialement quand nous nous sentons attristé, vide à l’intérieur, perdu ou confus, non – aimé et seul. C’est là le signe que notre moi divin nous rappelle à notre divinité. Les sentiments sont la reconnaissance du cœur. Le cœur ressent, le mental ne ressent pas. Le cœur est vivant, le mental est inerte. Le cœur expérimente, le mental conceptualise. Le cœur unit, le mental sépare. Les émotions sont issues des pensées et les sentiment sont issus du cœur et sont signe d’amour, de compréhension et de sagesse. C’est la raison pour laquelle nous devons vivre dans notre cœur plutôt que dans notre moi émotionnel ou mental.

La force de vie que nous appelons Dieu est notre propre nature qui est esprit, qui est l’essence et l’assemblage de tout ce qui est. Voici donc quelques moyens d’améliorer notre connexion avec notre esprit.

•  Vivez dans la paix, car la paix est l’harmonie qui apporte l’équilibre à notre vie et avec les autres.

• Ayez l’esprit ouvert afin de laisser votre moi supérieur passer à travers votre non-moi.

• Soyez l’exemple que les autres ont besoin de voir afin qu’ils puissent laisser manifester le meilleur d’eux-mêmes.

• Soyez amour car l’amour est la réalité de ce que nous sommes et le pouvoir qui soutient toute forme de vie.

• Vivez dans le moment présent, le pouvoir et l’illumination sont le «maintenant».

• Croyez en vous-même, pour aider les autres vous devez d’abord croire en vous-même.

• Voler quelqu’un est vous tricher vous-même.

• Ne jugez ni n’offensez personne, car en le faisant vous permettez aussi aux autres de vous le faire.

• Respectez-vous afin de respecter les autres, ainsi les autres vous respecteront.

• Acceptez le changement comme le moyen que votre moi divin prend pour vous faire évoluer vers un meilleur chemin de vie.

• Le pardon commence envers nous – même, ensuite nous pardonnons les autres, puis les autres nous pardonnent.

• Soyez reconnaissant, humble, généreux, gentil, avenant, sincère, loyal, accueillant. etc.

• Ne contaminez pas la planète en vous polluant vous-même avec des énergies immatures.

• Soyez celui et celle qui prennent soin de la terre.

• Remerciez et appréciez.

Rester assis et ne rien faire ne vous fera pas aimer votre message pour le monde. Parce que chaque âme individuelle a besoin d’explorer et de choisir son chemin vers l’illumination spirituelle qui nous ramène à notre divinité. L’essence de ce que nous sommes est parfaite, entière et complète. Alors comment l’essence de toute chose peut-elle avoir des désirs, des besoins, des attentes. Nous n’avons de désirs et d’attentes que parce que nous nous identifions à notre moi physique, émotionnel et mental. La réalisation de la conscience spirituelle est dans le «JE SUIS».

Alors, afin de vous trouver perdez le besoin de vouloir et de désirer. En lâchant prise, vous laissez être et il en sera fait ainsi.

Nous vivons au moment le plus accéléré de l’histoire humaine. L’âge de l’ombre de la Lumière est stimulé et émerge avec l’âge du nouvel éveil à la conscience de la connaissance de soi, de la maîtrise de soi et de l’illumination de soi. Le temps est venu pour nous de choisir de nous réveiller ou de continuer à errer dans la sphère de la conscience non illuminée. La réalité est que nous nous sommes détachés de Dieu (notre connexion avec la divinité) ce n’est pas Dieu qui nous a laissés. Si nous avons été un étudiant sérieux, nous avons alors appris et nous sommes prêt pour cette transformation.Si nous avons ignoré la voix de«l’appel» nous somme encore au moment du «changement». Le choix est seulement le nôtre!

Je vous bénis et vous donne à tous pleins pouvoirs sur la réalité que vous êtes un être divin au travail pour récolter les fruits de votre arbre de vie.

Mary Amato.

Vu sur La Presse Galactique

Source originale.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Le monde n’a pas besoin d’être sauvé

  1. jb dit :

    bonjour ,HELENE ce que vous vivez est super,c’est tout simplement une crise de guerison,
    consecutive a tt ce que vous avez vecu et fait,ne dites pas que rien ne marche pour vous,
    puisque vous reagissez a ce que ces memoires vous quittent:donc jusqu’ici vous avez bien bossé….accompagnez juste ce qui remonte de vous, et dites, ‘ »merci,pour ce que vous m’avez apporté,maintenant je n’ai plus besoin de vous, je vous libere »…puis d’autres vont arrivées, meme topo,vous refaites la meme chose,puis d’autres encore,et rebelote …..ainsi
    petit a petit vous allez devenir de+ en + legere ,et hop !libre………guerie…………….
    nous faisons tous le meme chemin maintenant……..cette dimension s’efface et entrons
    dans un autre champs de conscience, alors ce qui se passe chez vous est un bon
    symptome.remerciez-vous vous meme parce que vous vous le devez qu’a vous meme..
    tout cela s’exprime par le jeu de la dualité (qui est naturelle )un + et un -, alors
    un coup je suis bien ,un coup je suis mal etc….l’illusion est parfaite, et n’oubliez pas
    que l’illusion est un maitre (naturel,puisque relevant de la dualité )mais un maitre avec
    un miroir magique qui vous ramene a VOUS MEME, enfin et vous libere…………merci a vous……………………………………………………………
    Ce qu’il y a de super dans cette »affaire »,HELENE, c’est que sans connaitre « les autres personnes », l’on parle tous et toutes le meme langage a quelque chose prés,cela vient
    du coeur et correspond parfaitement a ce que nous vivons tous et toutes maintenant,
    et ça croyez moi c’est un bon symptome,et vous etes du voyage chere HELENE..j’en
    profite pour saluer ts les autres,grace a vous………quelle famille !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • François dit :

      Hé oui…. Merci Passeur d’attirer par l’Energie de ton noble Cœur toutes les personnes qui commentent ici et c’est vrai JB que c’est divinement bon.

  2. muriel dit :

    Hélène,

    Pour vous des pensées d’amour et de douceur…
    Que la paix en votre cœur vous guide à chaque instant…

  3. marie christine dit :

    Il me vient de plus en plus des images symboliques (reliées à ma vie quotidienne) .
    je vois le pétrole, cette nappe noire souterraine, comme le subconscient de la terre qui s’épuise peu à peu . Nous avons beaucoup fonctionné jusque-là sur les énergie du subconscient qui contient les mémoires ancestrales, les règles de conduite automatisées, les tabous, les morales, les refoulements, les peurs … tout ce qui ne veut pas se remettre en question .
    Mais l’homme rêve d’autre chose, aspire et prie . Il tourne son regard vers le ciel et découvre d’autres sources d’énergie, plus aériennes, plus naturelles, plus pures . Et il invente le photovoltaïque, l’éolienne, etc …
    Certains se battent encore et font la guerre pour sauvegarder les acquis d’un monde figé dans son passé pendant que d’autres remontent la pente et s’allègent .
    En même temps, il y a dans la terre des trésors innombrables : nos trésors intérieurs .
    L’enjeu n’est-il pas de transférer ces trésors vers l’extérieur ? Les volcans sont des points de jaillissement de cette belle flamme . Ils ne sont pas endormis . Rien n’est endormi .
    Peu à peu, inexorablement, il me semble que les valeurs intérieures se frayent un passage vers l’extérieur, que la vérité, encouragée par le soleil notre ami, se fait jour, gagne du terrain et montre de plus en plus son visage . La lune facilite en douceur cette éclosion et tout l’univers y participe .
    J’ai la conviction qu’un jour, il n’y aura plus de distinction entre l’intérieur et l’extérieur, entre ce que l’on pense et ressent, et ce que l’on dit et fait . Il n’y aura plus de retenues, plus de contradictions . Tout sortira directement, librement, car tout sera en parfait accord, en paix entre soi et soi, entre soi et le monde . Il n’y aura rien à cacher, rien à regretter, rien à désirer . Tout sera transparent et facile, tellement facile !

    • CB dit :

      C’est trés beau ce que vous venez d’écrire Marie-Christine.
      J’en ressens l’effet d’une source dont le bruissement promet à lui seul la clarté de l’onde.
      Peut-être cela est-il déjà comme vous le dites, cela est dans ce monde,
      mais nous ne sommes pas encore tout à fait là nous-mêmes ?

      • marie christine dit :

        Bonjour CB,
        Ca existe sûrement déjà, puisque tout existe potentiellement .
        Personnellement, je sens une douce pression de l’intérieur vers l’extérieur, qui me pousse, jour après jour un peu plus, à affirmer, installer, vivre extérieurement ma vérité intérieure . Ce n’est pas toujours aisé à cause des habitudes .
        Je remarque aussi chez les gens dits « ordinaires » une croissante attention à leurs ressentis .
        Tout marche dans le bon sens …
        Je souhaite le meilleur pour vous, CB, et aussi courage à Hélène et Soleil Bleu et à tous .

  4. Hélène dit :

    « Lacher prise » je n’entend que ça depuis des années.
    Depuis toute petite je suis ouverte à tout, j’ai experimenté et testé et adéré à pleins de choses que j’ai lu ou découvert par d’autres personnes.
    Au final me voici en dépression et au plus bas. Je ne me stabilise plus depuis 1 an, je ne retrouve pas de travail qui me corresponde et le dernier en date je ne peu même plus y aller tellement j’angoisse. Alors me voila en dépression, a pleurer sur mon sort et qui je suis, me detestant de plus en plus chaque jour, ayant plus de culpabilité que jamais.
    Que m’ont apporté toutes ces années de développement personnel, quand je fais le bilan, RIEN.
    Mes paroles sont totalement décentrées, et je n’avance plus.
    LA seule différence c’est que j’ai conscience de tout ça mais je NE SAIS PAS COMMENT FAIRE!
    Et je ne supporte plus que tout le monde me dise de lacher prise, de lacher mes peurs, de faire confiance. Bon sang mais si c’était si simple je n’en serait pas là actuellement.
    Je ne sais même pas ce que cela veux dire! Je ne sais même pas comment faire!
    Je vois des tas de gens qui ont suivit mes conseils car je leur ai prodiguer les même et ils ont tous des « révélations » et « ça marche » pour eux. Je me rend compte que moi même je ne sais pas les appliquer. Je suis totalement bloquée par un ego sous dimenssionné, et je ne sais comment le regler seule.
    Alors lacher prise…
    Pardonnez mon pessimisme sur la chose mais j’en fini par rejeter tout autour de moi tellement g de colère qui remonte en moi.
    Bonne chance à vous.

    • Le Passeur dit :

      Si l’ego était sous-dimensionné vous n’auriez aucun mal à lâcher prise. L’ego justement fait tout ce qu’il peut pour vous en empêcher, il me semble donc que vous devriez réévaluer ce qu’il est et la manière dont il vous leurre encore pour le moment. Peut-être aussi cherchez vous trop à être quelque chose, au lieu de vous accepter sereinement comme vous êtes ? Il n’y a pas d’objectif à se fixer, il n’y a pas de course ni de challenge, il y a juste à se laisser filer dans le courant enveloppant de la vie sans chercher à résister et en corrigeant au fur et à mesure ce qui fait en soi résistance au courant, et donc souffrance.

      En tout cas laisser remonter une colère n’est pas mauvais en soi, le tout est d’essayer d’en comprendre les raisons profondes. Et une dépression n’est mal connotée que par la société. Que veut en réalité « dépression » ? Faire baisser la pression, relâcher les tensions. Ca passe par une phase de décompression physique et psychique que la médecine traditionnelle n’a pas trouvé mieux que de combattre, qui plus est avec des chimies destructrices. La dépression est en réalité un sas de décompression où vous vous préparez à la phase suivante de votre vie, où votre respiration sera autre. Le seul danger durant cette phase est de mal en comprendre le sens et donc de laisser une fois de plus s’exprimer l’égo qui va pleurer sur lui-même en accusant tout le monde de tant d’injustice. J’ai décrit pas mal des facettes et des pièges de l’ego dans les articles de la rubrique « L’Eveil ». Je vous invite donc à les lire. Ou les relire.

    • François dit :

      Salut Hélène,
      Un TRES grand merci de ton commentaire. Oui je suis sérieux et sincère. Je me souviens incroyablement bien des (nombreux) moments tels que ceux que tu exprimes ici à l’époque où je les vivais. Je me souviens aussi que la dernière chose que j’aurais souhaité c’est que quelqu’un me donne un conseil!!! Bon… sauf si je le demandais évidement et c’est ce que tu as fait et c’est pourquoi je te trouve , en fait, bien courageuse. Je ne vais pas t’en donner néanmoins mais je sais qu’ici tu vas recevoir du soutien et le Passeur a déjà ouvert le bal. Et puis si cela se reproduit alors , personnellement, je t’invite à utiliser tous les mots que tu reçois comme et pour ce qu’ils sont …: des béquilles. Marche un moment avec des béquilles Hélène, un jour tu les rendras. Maintenant je sais aussi que ta grande, puissante, magnifique et divine colère peut être une très grande alliée si tu veux la laisser vraiment s’exprimer. Pour cela, et ce n’est pas un conseil, mais une expérience que j’ai fait , laisse donc cette colère te brûler de son feu sacré dans ton intérieur. Vas y , entre dans cet état de puissance volcanique qui vient du plus profond de ton ventre et laisse le sortir. Pour cela utilise toutes les astuces égotiques que tu connais: la manipulation, le jugement, la peur, etc… Rends un dernier service inconscient à ton Ego. Gave le!!! Comme pourrait le faire un paysan hystérique à une oie dépressive.
      Mais à UNE condition. Que tu te regardes en même temps ou tout du moins juste après ta crise. Pour se regarder soi-même ce n’est pas très compliqué. Pour ma part j’ai utilisé des personnages. Un blanc et un noir. Le noir était le colérique et le blanc observait comme s’il regardait un film avec lequel il ne s’identifie pas. Le blanc se sent comme ‘étranger’ à la scène qui se déroule devant lui. Vois tu?! Le noir s’excite de toutes ces injustices qu’il y a sur cette **** de planète ou dans ma **** de vie et se met en colère car il SAIT qu’Il a raison. Il a des arguments pour dire que ça va mal, LUI ….. et le blanc tout calme regarde, observe. Ensuite quand le noir s’était calmé , venait souvent le moment de dépression et je repartais alors dans l’abattement, la tristesse, bref, vers le bas. Mais j’ai observé alors à l’époque qu’entre les deux; entre la colère et la dépression il y avait comme un temps de pause. QUELQUES SECONDES DE CALME. Et c’est là qu’avec le maximum de conscience que je pouvais, avec la plus grande honnêteté possible, aussi de l’humilité ‘raisonnable’ , je laissais, enfin, le blanc donner son avis sur la scène qu’il venait d’observer. Et, c’est le plus dur, je l’écoutais et je tenais compte de ses conseils. A ce moment là, vois tu Hélène, tu es en équilibre. Il ne dure pas longtemps, on le loupe souvent au début , mais sois assurée qu’il existe, cet instant de pause. Et quand tu prends des décisions, quand tu fais de choix de vie et que tu te trouves dans cet instant d’équilibre, alors tes choix sont inspirés par la lumière de ton être et alors les événements changent tout seul autour de toi. Tu commences, alors, un apprentissage dur mais tellement merveilleux… t’Aimer toi-même. A partir de là la Vie démarre… je t’embrasse tendrement et je ne te souhaite pas bon courage car du courage tu en as, non , je vais plutôt te souhaiter de l’utiliser par amour pour toi.

    • Salvia dit :

      Hélène,
      tout comme François je fus souvent en dépression. Moi non plus je ne te donne pas vraiment de conseil, si ce n’est de suivre l’invitation du Passeur à te glisser dans L’Eveil.
      Mais j’aimerais te parler un peu de mon passé, tout simplement.
      Le souvenir que j’ai de mes états dépressifs, et comment je m’en suis peu à peu détournée, est qu’aux moments de grande douleur, de grande détresse, je me voyais sombrer dans des eaux profondes. Alors venait toujours la certitude que les eaux les plus profondes ont un fond. Je me laissais aller jusqu’au fond, des fois à en hurler d’impuissance. Lorsque le fond était atteint je savais qu’il suffisait de donner un coup de talon pour immédiatement émerger à la surface de ces eaux. Et je savais aussi que jamais on ne remonte au même endroit. C’est cela qui me permit peu à peu de me rapprocher des rives et de prendre pied sur la terre ferme.
      Avec mes bonnes pensées pour toi … 🙂

    • CB dit :

      bonjour Hélène
      Mes mots ne soulageront pas les vôtres sur ce que vous vivez personnellement, je m’en excuse.
      Voilà ce que je vous transmets sincèrement.
      Je sens de plus en plus en vivant que ce qui « est » dans ma vie, ce que je « construis » ou le chemin que je mène, doit l’être sans rien en attendre en retour. Quand je raisonne ou résonne en calculant les choses de la vie, cela ne va pas, cela me contraint, me condamne même à un résultat qui en découle de fait.
      Rien à découvrir en moi ou en l’autre si je pose en préambule les conditions de ma découverte.
      Je trouve quelque fois une quiétude infinie à ne pas prédestiner mentalement ma vie et mes relations, et de moins en moins en faire le bilan comptable affectif.
      Tout cela a été dit dans tous les commentaires et de manière touchante, c’est que je réalise à cet instant. Merci à l’éclat généreux de chacun.

  5. Relience dit :

    Merci

    Moi qui suit situé entre les bavardages des uns et pourtant
    le balayage de ma propre image idéal du désir !
    Difficile. Mais je sais que dés que je réalise que ce n’est pas
    grave et que c’est en moi, ça va mieux.

    Mais sans ce site, je n’y arriverai pas.
    Merci beaucoup beaucoup de tout ces articles.

    Jenny

  6. Esprit dit :

    J’ai beaucoup apprécié ce texte, je vais le partager sur un forum  » Le pouvoir des pierres » avec la citations des sources.

    Merci

  7. Béa dit :

    Plus que jamais,affirmons,dans l’éternel Présent,notre aspiration à nous joindre à l’unité universelle au lieu de poursuivre nos illusions dans la dualité.
    Ainsi,au lieu d’alimenter les peurs,nous portons notre attention sur l’amour qui rend tout réel et vivant.
    Merci à chaque Un de vous pour vos interventions pleines de sagesse…un vrai réconfort !

  8. marie christine dit :

    Le monde est une boule de cristal entre nos mains . Nous sommes tous des madame Irma .
    « Le monde n’a pas besoin d’être sauvé », il a besoin d’être vu à sa juste valeur, avec les yeux de l’âme et la vaillance de l’esprit . Il a seulement besoin de notre confiance puisqu’il a un avenir radieux . La confiance est l’arme destructrice de la peur et le pilier du nouvel Edifice .

  9. anne.b dit :

    à cette lecture mon coeur est un grand OUI…ouvert , aimant , confiant , même si j’ai l’impression d’être assise et de regarder , mais je vois finalement , MERCI? amoureusement

  10. graffitique dit :

    Est-ce que ça rejoint la théorie du dédoublement de JP Garnier Malet ?
    http://nous-les-dieux.org/La_Th%C3%A9orie_du_D%C3%A9doublement

    • laurore dit :

      J’ai trouvé cette vidéo excellente.
      Des propos plein d’humilité qui rejoignent ce que j’ai toujours pensé sur la notion de « temps relatif »‘.
      Les clés du « dédoublement » sont à notre portée. C’est facile.
      Le texte de Mary Amato va dans ce sens, « parlé » différemment.

      • graffitique dit :

        Merci 🙂
        la notion de « parlé » différemment me semble importante, justement dans la mesure où le langage est relativement peu propice à circonscrire certains champs de la « réalité » ou de la « perception ».
        C’est peut-être ça qui rend difficile l’accès à certaines clés.
        C’est un peu son côté « équivoque » …

        • muriel dit :

          « C’est un peu son côté « équivoque » »… parce que le mot doit être juste, plein et porteur (autant que faire se peut)… vers le haut.
          Alors le silence est là, suite à un autre silence, au détour d’un questionnement, ou encore d’une évidence, pour nous rappeler que parfois, il est préférable à tout autre mot… Et le divin qui se trouve en chacun de nous s’exprime ainsi avec une douce et tendre complicité.
          Belle soirée à vous

          • Thibou dit :

            « parce que le mot doit être juste, plein et porteur (autant que faire se peut) »

            Certes mais comme dit l’expression entre ce que j’entends, ce que tu dis et ce que tu penses… le mot le plus juste peut très bien rester lettre creuse si l’interlocuteur n’est pas prêt à l’entendre ! ; )

            C’est pour cela qu’il ne me semble pas inutile d’écouter plusieurs discours et de se fixer sur un qui nous corresponde et, après qu’on se soit fait mettre le pied à l’étrier, laisser place au silence puis essayer d’en parler à sa propre manière (à moins qu’on ne soit capable de développer tout de suite son propre propos mais ça perso j’en aurais été bien incapable !!! : D )

            Namaste

          • muriel dit :

            Bonjour Thibou,

            J’en suis de même bien incapable Thibou, pour suivre la fin de votre commentaire, mais pourquoi vouloir développer tout de suite tel ou tel propos ?
            Je vous rejoins dans ce que vous écrivez, et comme vous le soulignez, deux discours valent mieux qu’un. La richesse nait de la pluralité.
            Je ne conteste pas ce qui a été dit et écrit précédemment, bien au contraire, d’autant que le texte, diffusé par le Passeur que je remercie au passage, prend une résonnance toute particulière… qui porte vers le haut (et j’en remercie aussi l’auteur).

            Je souhaite simplement donner un « sens » (si tant soit peu on peut lui en donner un) au mot « juste, plein, porté vers le haut » parce que j’ai tout de même la sensation (en règle générale) que trop de mots ou trop de discours peuvent semer la confusion. Tout dépend de chacun bien sûr. Ainsi le « trop » peut dissimuler la clarté d’où l’importance (toute relative) du « peu » pour la justesse notamment et le silence.
            Il m’apparait Thibou que souvent les mots naissent à profusion pour courir on ne sait où, sachant qu’ils véhiculent des vibrations.
            Il arrive que nous nous perdions dans les mots, sans écouter ce qui entre eux se manifeste, sans prêter attention à ce qui vibre en nous et autour de nous. C’est un constat et je ne fais pas exception à la règle. On se perd dans les mots comme on se noie dans certaines de nos émotions, en oubliant que le silence est aussi une ressource qui nous permet d’écouter et de sentir ce que l’on a déjà en nous.
            Cela étant nous avons tous un chemin à parcourir, un chemin qui nous est propre car chacun est unique avec son ressenti, son vécu, sa perception de la vie… et de lui-même.

            Les mots « justes » et « pleins » (s’ils le sont) peuvent évidemment sonner différemment en fonction des uns ou des autres.
            Ils ne sont pas entendus ou sont perçus d’une autre manière du fait de nos interprétations multiples et de nos comparaisons, de nos suppositions plus qu’hasardeuses, de notre cheminement plus ou moins laborieux mais aussi parce que nous avons pris l’habitude par le biais de notre système de pensées de fixer en nous ce qui nous vient de l’extérieur.

            Maintenant si le mot vient du cœur, il sera juste, plein et porteur.
            Issu du cœur de celui qui émet, il sera perçu par le cœur de celui qui reçois (même si (son mental) ne l’entend pas dans l’immédiat) et c’est un échange de cœur à cœur… le mot juste est entré pour réaliser son cheminement, et de recoupements en recoupements si je puis dire, au fil du temps avec les expériences, le cœur de celui qui perçoit, reçoit, réagit et émet puisqu’il est entré en résonnance avec tel ou tel propos.
            Si les mots sont exprimés dans la conscience du coeur, avec bienveillance et sincérité (comme c’est le cas dans le texte de la page en cours), ils portent vers le haut… parce qu’ils ont en eux des vibrations d’amour… et les mots me semble t’il, comme les pensées, impactent sur la matière.

            C’est pourquoi je dis dans mon propos précédent que le mot « doit » (autant que faire se peut, autrement dit, dans la mesure des possibilités de celui qui émet) être juste (ce qui n’est pas facile), plein (ce n’est pas facile non plus) et porté vers le haut (c’est-à-dire « constructif », dans le cheminement du cœur et de son ouverture).
            Je rejoins le propos de graffitique quant au « parlé » et cet aspect « équivoque »… parce son écho il est vrai diffère de l’un à l’autre, d’autant que trop souvent nous sommes dans l’interprétation. Mais il nous porte toujours quelque part…, d’où l’importance de la justesse, et du silence quel que soit le moment. Car le silence, celui qui se trouve en nous, nous accompagne et nous guide afin de nous permettre de prendre conscience de ce qui résonne au fond de nous, en la profondeur du cœur.

            Vivre en conscience passe par tous nos comportements, y compris celui du langage, ou des mots, tous les mots, tout ceux que l’on pose un peu partout de façon aléatoire, sur nos discours qu’ils soient parlés, écrits, pensés, sur nos actes, nos émotions, nos perceptions, nos sentiments et nos silences.
            Il est vrai que ce n’est pas facile parce que l’égo prend souvent et tout particulièrement le dessus mais le cœur, quand nous prenons le temps de l’écouter, le cœur… quand nous prenons le temps de choisir en notre âme et conscience… ouvre bien des portes.
            L’essentiel c’est d’être cohérent avec soi, d’être naturel et patient… d’être soi… parce que c’est le cœur qui détient La Clé.

            Voilà Thibou. J’ai souhaité, du mieux possible, être cohérente dans mon propos, même si les mots courent un peu partout et sont parfois si superflus… sourire… et ils le sont ! La preuve ici même, je les ai alignés pour le moins longuement.

            Merci à vous Thibou et que la paix vous accompagne.

Répondre à Relience Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *