Le Portail

Par Pamela Kribbe.

Pamela transmet Marie-Madeleine.

Chers amis, je suis Marie-Madeleine. Vous me connaissez, ma silhouette et mon visage font partie de votre histoire, et de ce fait, ils ont été déformés et défigurés. Mais vous connaissez bien mon origine, parce que nous vivons à partir de la même source, l’espace intérieur du cœur, le Foyer de l’âme. Vous êtes poussés par le même désir que celui que j’avais lors de ma vie sur Terre. Une aspiration, un désir ardent pour la vérité, pour ce qui est réel, pour l’Être. Un désir de vivre à partir de l’âme, de l’inspiration, de votre centre. C’est ce qui est important pour vous.

Vivre de cette façon peut faire mal. Cela vous amène dans vos zones les plus obscures, parce que vivre depuis votre centre intérieur signifie que tout doit être vu. La lumière a besoin de briller sur tout, de façon que vous puissiez devenir Un et complets en vous-mêmes. Beaucoup de gens sont engagés dans un combat contre eux-mêmes et c’est pénible à voir. Les gens vivent souvent selon des images, des représentations et des séries de règles idéalisées à propos de ce qu’est un être humain réussi, reconnu et respecté par le monde. Alors, avant que vous le sachiez, vous êtes déviés par les opinions et les exigences du courant principal de la société. Vous avez l’impression d’avoir besoin de vous ajuster à leur mode de pensée, de façon à pouvoir paraître séduisants et bons aux yeux du monde. Cela vous éloigne de votre centre intérieur et c’est ainsi que vous vous déconnectez de vous-mêmes. Mais il y a encore une petite voix qui dit : « Va en toi, découvre qui tu es ».

Dans cet espace ouvert sans jugement, il vous est possible de découvrir qui vous êtes : les facettes de lumière et d’ombre, et tout ce que vous avez traversé : vos sentiments, vos émotions et vos réactions. S’aimer soi-même c’est permettre cet espace ouvert en vous, être avec vous et observer ce qu’il y a là. Mais la voix de l’extérieur, bien souvent la voix de la peur, vient encore vous dire : « Sois gentil-le, sois obéissant-e et conforme-toi à la norme. Ne parais pas différent-e ou bizarre aux yeux des autres ». Et là encore, vous perdez le dialogue avec avec vous-mêmes et cet espace ouvert. Vous vous entravez de force, vous jugez selon les critères de référence du monde extérieur, de la société, et ce faisant, vous vous blessez. Vous êtes ainsi tirés à hue et à dia, entre l’appel du monde qui est bien souvent la voix de la peur, et le cri de votre âme, qui aimerait vous amener vers l’intérieur, vers le centre de qui vous êtes. Et comment pouvez-vous gérer ce combat, ce bras-de-fer entre l’intérieur et l’extérieur, entre le centre et la périphérie ?

Écoutez la voix de votre cœur. Choisissez vous-mêmes. Choisissez de quelle manière vous voulez vivre cette vie. Décidez de le faire de toutes vos forces, sans condition ! Plongez dans la profondeur, là où prévaut l’amour réel. Mais sachez que dans cet espace profond, il n’y a pas de fond, et vous pourriez avoir l’impression de faire un saut dans l’abîme, dans le vide. Vous n’aurez plus le soutien des approbations, des compliments et la reconnaissance des autres, vous y serez seuls.

Ressentez un instant l’espace immense au centre de votre cœur, là où il n’y a pas de jugement, ni d’images idéalisées de l’endroit où vous devriez aller. Seul, l’Être y est présent, l’Être pur. Pourrez-vous supporter une telle liberté ? Ou préférez-vous rester tenus en laisse par les normes et valeurs imposées par les autres ? Pourrez-vous faire cette plongée ? Pourrez-vous vivre vraiment ?

La vie vous met au défi de faire un saut dans l’inconnu, ce qui est effrayant. Mais le pire serait de vous restreindre au chemin étroit du connu et de ne pas vivre pleinement. Vous devenez alors esclaves des impulsions extérieures, vous perdez ce « vous » et vous n’êtes plus heureux. Trouver une vraie satisfaction dans la vie ne peut arriver qu’en suivant le courant de votre cœur. Votre battement de cœur est unique dans tout l’univers et il est le seul à connaître son chemin.

Parfois, quand vous vous sentez perdus, un temps d’obscurité est nécessaire pour vous ramener à vous , pour vous aider à vous souvenir de qui vous êtes dans votre for intérieur. Toutes les certitudes extérieures s’effondrent, et dans mesure où vous avez vécu selon des critères et des idéaux extérieurs, vous avez l’impression que tout est perdu, que vous êtes tombés dans un grand trou noir. Et ça, c’est horrible ! C’est ce qu’on appelle « la nuit noire de l’âme ». Mais ce n’est qu’un passage. Vous êtes arrivés au Portail, qui s’ouvre sur quelque chose de plus grand, un horizon qui va au-delà de ce que votre vision habituelle conditionnée par les peurs et les vieilles idées peut envisager.

Imaginez que vous êtes dans un tunnel obscur. Vous ne voyez même pas les murs de ce tunnel, et vous avez l’impression d’être entourés de néant. Il n’y a rien de mauvais dans le néant. Dans son essence, le néant n’est ni mauvais ni néfaste. C’est une ouverture absolue, sans idées préconçues ni attentes sur lesquelles vous reposer. Mais le néant suscite la peur en vous, comme s’il allait vous détruire. Ce que le néant détruit en fait, ce sont les vieilles entités que vous pensiez faire partie de vous. Mais sachez que ce que vous êtes réellement ne peut être détruit ou disparaître. C’est éternel et aussi illimité que l’espace de votre cœur dont j’ai parlé tout à l’heure. Cet espace est toujours là. Imaginez que vous acceptez le néant et l’absence de certitudes et en même temps, vous ressentez votre force et votre indépendance. Alors vous n’êtes plus enchaînés au monde, vous êtes libres dans les profondeurs de votre être !

Continuez à vous imaginer traversant ce sombre tunnel et soudain, un Portail apparaît devant vous. Regardez ce que cette image vous fait : avez-vous peur du Portail, ou bien voulez-vous le franchir ? Les portes sont-elles lourdes et fermées ou bien l’une d’elles est-elle entrouverte ? Y’a-t-il de la lumière qui filtre de l’autre côté ? Observez simplement. Vous n’avez pas besoin de faire quoi que ce soit. Imaginez maintenant que vous êtes face à ce Portail et vous posez la main dessus. Permettez à l’énergie du Portail de passer en vous. Ce Portail est le seuil au-delà duquel se trouve la nouvelle énergie que votre âme veut vous montrer, quand vous êtes prêts à la voir. En mettant votre main sur le Portail, vous vous familiarisez avec cette nouvelle énergie et avec ce qui veut circuler dans votre vie, à un rythme qui vous convient. Voyez si vous pouvez recevoir l’énergie nouvelle, l’énergie du Foyer, celle de votre âme. Permettez-lui de circuler dans votre main et dans votre corps entier, d’une manière qui vous semble bonne, ni trop, ni trop peu. L’énergie circule dans et autour de votre tête, vos épaules, votre cœur. Elle va plus loin : dans votre estomac, votre pubis, votre coccyx, et des jambes jusqu’aux pieds.

Et soyez conscients de ceci : quand vous êtes dans la nuit noire de l’âme, c’est que quelque chose de nouveau vous attend au-delà du Portail, même si vous ne pouvez pas encore le voir avec les yeux que vous avez maintenant. Avec des yeux neufs, vous verrez la réalité qui se tient de l’autre côté, et vous développerez ces yeux neufs en lâchant prise de votre ancien mode de vie. Quand vous ne vous agripperez plus aux certitudes et aux schémas de survie auxquels vous étiez attachés auparavant.

À quoi reconnaissez-vous le moment où vous êtes prêts à lâcher l’ancienne énergie ? Ce sont souvent des sensations de mécontentement, de colère, d’insatisfaction ou de désespoir qui vous indiquent que vous ne voulez plus que les choses soient comme elles ont été. Vous pourriez alors penser : « je ne veux plus être ici. Je ne veux plus vivre sur la Terre ». Mais en fait, ce que vous dites, c’est : « je ne veux plus de l’ancien mode de vie. Je ne veux plus que les choses soient ce qu’elles étaient ». Toutefois, votre mental formaté par le passé peut ne pas avoir encore imaginé qu’il existe d’autres modes de vie et par conséquent, la nuit noire de l’âme devient désespérée et intense. À mesure que les choses anciennes disparaissent, mais que les nouvelles ne sont pas encore arrivées, être dans ce tunnel sombre et cette ligne de démarcation vous force à choisir. Soit vous continuez à suivre la voix de votre cœur et vous restez confiants, soit vous vous repliez vers les voix extérieures : celles de la peur, celle de l’habitude, celle du passé. Je vous en supplie : si vous êtes actuellement dans cette expérience de la nuit noire de l’âme, restez avec cette expérience. Continuez à aller à l’intérieur, et ressentez ce qui est là. S’il y a de la peur, de l’incertitude, de la tristesse, ou du désespoir, ne les jugez pas. Restez avec cela et ne battez pas en retraite.

Votre lumière est plus forte que toutes ces émotions. Elles ne sont pas le point final mais une halte le long du chemin. Voyez le Portail au loin, qui est déjà là ! Connectez-vous à l’énergie nouvelle, par le biais de ce Portail. Et un jour, les portes s’ouvriront toutes grandes. Voyez cela devant vous. Peut-être que c’est trop de tout ressentir maintenant, mais observez-le quelques instants à distance. Comment ce sera lorsque les portes s’ouvriront et que vous le franchirez ? Qu’est-ce qui vous attend là ? Quelles sensations cela génère-t-il en vous ? Vous n’avez pas besoin d’aller de l’autre côté pour l’instant. Cela viendra, chaque chose en son temps. Mais ressentez-en la promesse maintenant : la beauté de la lumière, le plaisir, la joie et le réconfort d’être là. Ressentez la sérénité de la vie en ce lieu et réjouissez-vous, parce que ce chemin que vous parcourez maintenant, celui qui ressemble à une nuit sombre qui attise vos peurs, vous mène là !

Gardez cette perspective présente à vos yeux, et le chemin sera plus facile. Je vous donne la main, ressentez ma présence. Chaque fois qu’un Portail s’ouvre, cela nous rend heureux et nous nous sentons profondément unis à vous tous. Nous sommes tous reliés les uns aux autres et chaque pas individuel apporte quelque chose de nous tous au Tout.

© Pamela Kribbe – Traduction Christelle Schoettel.

Source originale.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, 07- Messages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

68 Responses to Le Portail

  1. GC dit :

    ou est la source de cet article??????et le lien????il ne vient pas d’urantia gaï

  2. Auer dit :

    Merci pour les textes et les commentaires, ca me fait du bien…. Ma vie, mes sentiments, mon corps hurlent le desaccord avec mon reel. Mon travail est un calvaire, ma solitude une plaie ouverte. Grace a vous je me sent moins seul.. Pourtant elevant seul mes quatre enfants( heureusement qu ils sont la), je suis bloquer dans mon travail, je n ai plus la force de rencontrer d autres personnes… Je me plains pas… Mon travail personnel, cette traversee du desert m a permis de me decouvrir lentement mais parfaois qu est ce que c est dur…..merci mille fois a vous tous

    • Le Passeur dit :

      N’oubliez pas que toute la différence réside en la nature du regard que l’on porte sur toute chose. Là où vous voyez un calvaire vous vivez un calvaire, mais si vous acceptez l’idée que la situation où vous vous trouvez est la plus parfaite pour apprendre sur vous et pour progresser, alors la nature du regard que vous portez sur cette situation pourrait changer. Et du coup, très vite à présent, la situation aussi.

    • François dit :

      Auer, le Passeur dit : « N’oubliez pas que toute la différence réside en la nature du regard que l’on porte sur toute chose » et c’est totalement vrai, je me permets de rajouter……… et sur TOI!.
      Le regard que l’on porte sur nous-même créé des synchronicités agréables ou moins agréables. Si tu t’aimes, si tu as un regard sur toi plein d’amour et de bienveillance alors tu sais que tu mérites un travail qui te convient, une vie heureuse, etc. alors tu créé (car tu en as les moyens) des évènements plus appropriés à Qui tu Es. Càd un magnifique Être. Et un Être magnifique, qui sait aimé ses enfants de tout son cœur, qui souhaite le meilleur pour eux est un être qui mérite de se créer du beau. Ose t’aimer avec autant de vigueur, d’ardeur, d’énergie que tu en développes pour tes petits et les choses vont commencer à changer, inévitablement.
      Bonne route à toi et à nous tous dans cette période chaotique d’intenses et divins questionnements.

  3. Relience dit :

    Merci passeur, merci Pamela

    Courage, après l’orage, la rage appel le naufrage
    de ton nouvel âge au cœur du voyage. ©Jenny

    En ce que je vis en ce moment, j’ai appris à tout saisir.
    C’est à dire ne manquer aucune opportunité.
    Que mon choix de métier est lié à ma résonnance intérieur.
    Et de se lancer dans le bain aide à saisir sa propre main.

    En fait, lorsque l’extérieur se manifeste comme étant
    d’un regard réactif, péjoratif, cela donne une sensation
    d’une tempête sauvage où l’impression est que l’on va se noyer.
    Mais cela reste qu’une impression. Car si cela arrive, c’est que ça arrive.
    Donc c’est et c’est ainsi. Lorsque l’individu se met à ne plus douter
    du plan divin, il retrouve son centre. Et ça presque à chaque instant
    lorsqu’il s’éloigne de ses peurs et causes passé d’une souffrance
    momentanément vécues pour en ressentir l’essence du sens
    que cela aura révélé.

    Je me rend compte que c’est un plateau de jeux.
    Une porte paraît salle… Mais c’est une occasion de faire un saut
    pour dépasser l’illusion et aller au delà de ses raisons conditionner.
    Qu’une personne extérieur dans le jeux commencer avec toutes
    les pièces du jeux à sa place. Neutre.

    Sans en créer un égrégore affectif où l’émotionnel
    serait une foi de plus mêler à ça, en un débordement.

    Lorsque que l’élément de neutralité se met en place,
    l’élément extérieur aura juste été le facteur nécessaire
    pour accomplir la suite de son attente intérieur…
    Comme le petit remue nécessaire pour s’aider à avancer,
    à évoluer en son chemin vivant étincelant que sa lumière aspire à briller.
    Pas pour une reconnaissance, mais pour vivre l’élément de son cœur
    vivant, battant s’aidant à battre des ailes pour interagir avec l’élément
    de l’air le propulsant à l’émerveillement du prochain tournant
    qu’engage un gage enfin dégagé en art de vie reposé.

    Tout est une question de ce qu’on y met et de reconnaitre
    son chemin aux travers des dires des uns, des épreuves des autres,
    et des conseils en générales.
    Car je sens qu’ Eros est la peur transcender en cœur.
    Confiance des liens entre les évènements et chaque manifestations
    créant les réponses d’adaptation de l’élévation au nouveau suivant :
    être prêt en en faisant l’expérience tout en en donnant son interprétation
    à l’expérience vécu… Soit elle sera malheureuse, soit cela aura été
    l’occasion de dépasser un niveau trop bas en soi afin de revenir
    à l’origine et vivre effectivement cette solitude profonde mais
    cependant conductrice de sagesse et d’abondance interactive.

    Jenny

  4. Xablo dit :

    Je rêve ou il n’y a que sur ce site où les gens comprennent ce que je vis au quotidien sans même me connaître ?
    En tout cas, merci !

    • François dit :

      hé hé… et oui la magie du Passeur qui en se permettant d’être qui il est, nous offre la possibilité d’être qui nous sommes et ce , toujours dans un grand respect. On dit que cela s’appelle de l’Amour. Je pense qu’il va falloir s’habituer car cet homme est un précurseur parmi d’autres, cela veut donc dire que ça va se généraliser de plus en plus… et tant mieux.!

    • Soleil Bleu dit :

      On se connait Xablo puisque tu es/je suis/nous sommes/ chacun et ensemble, de la même essence divine. Et c’est de notre relation à ce grand Tout dont nous échangeons ici, alors on se reconnait en les uns et les autres inévitablement et je suis d’accord, ça fait du bien de sentir cette résonnance humaine.

  5. Liliane dit :

    Que ce texte fait du bien ! Tout mon corps s’est mis à vibrer au fur et à mesure de sa lecture.
    Après 27 ans passés dans le sud de la France, et une démarche personnelle de nettoyage et simplification de vie, je suis revenue, il y a 10 mois, dans ma terre natale en Bretagne, pour « épauler » ma mère suite au décès de mon père.
    Ces mois ont été assez difficiles et je m’y suis « blessée » douloureusement, rattrapée par le poids de toute l’histoire familiale, les jugements, la « bienséance », l’intolérance et les peurs du manque, …mais soutenue par ces beaux textes, que le Passeur sait si bien nous partager, et par vos témoignages.
    Sans doute devais je passer par cette « nuit de l’âme » pour y régler, dans la bienveillance et le pardon le plus possible, des blessures d’enfance encore bien présentes dans mes cellules alors que je croyais les avoir réglées depuis longtemps !
    J’ai pris la décision, il y a quelques semaines, de repartir, sachant que ma mère est dans une résidence où elle se sent en sécurité et, s’il elle le voulait, pourrait s’épanouir, et que d’autres membres de la famille sont proches d’elle.
    « La voix de l’extérieur » se fait durement ressentir, mais je sens cette décision juste, au plus profond de l’âme.
    Je reprends donc ma route personnelle, début octobre, avec très peu d’argent devant moi, mais confiante en ce « nouveau » qui m' »attend au-delà du Portail » … pour me guider vers l’endroit (Drôme, Ardèche ?… ?) où je pourrai –enfin – partager avec d’autres, la création d’un lieu de vie, porteur des nouvelles énergies.
    Je ne sais pas où, je ne sais pas quand, je ne sais avec qui, mais le Portail s’est entrouvert et un chemin lumineux m’est apparu … Et avec lui, des silhouettes qui me rejoignaient de chaque côté pour poursuivre ensemble ce chemin de lumière, de joie et de sérénité pour construire une nouvelle « réalité ».
    Merci infiniment.

  6. Dania dit :

    Merci Lune pour ton témoignage. Je m’y retrouve tellement ! Une nouvelle énergie circule en moi (le portail s’est entrouvert) et de nouveaux horizons s’ouvrent devant moi! J’ai réalisé combien je cherchais encore la reconnaissance de mes proches, leur approbation, leur regard et je sens que ses chaînes invisibles ont sauté… Et mon amour pour eux n’en est que plus fort!
    Chaque étape, aussi difficile et inconfortable soit-elle, est un pas vers Qui nous sommes Réellement, vers notre Moi Divin, vers la Lumière, vers l’Unité.
    Garder cela à l’esprit permet vraiment d’aborder les expériences de vie autrement!
    MERCI
    Belle journée à tous,

  7. Saam Enki dit :

    « je ne veux plus être ici. Je ne veux plus vivre sur la Terre ». Mais en fait, ce que vous dites, c’est : « je ne veux plus de l’ancien mode de vie. Je ne veux plus que les choses soient ce qu’elles étaient ».

    Le passage qui me parle, que je vis….

    l’obscurité depuis la nuit des temps est synonyme de maléfice, danger, sorcellerie, Satan etc…idée qui nous a été donnée, transmise ou même implanté dans notre conscience par les religions, les traditions, les médias bref par le SYSTÈME…Mais là je crois qu’il s’agit d’une autre obscurité celle qui est en nous , en chacun qu’on doit vaincre, apprécier à juste valeur et qu’on transformé en lumière…cet ainsi que même seul dans la pénombre on pourra se sentir rassurer et sans crainte…ceci est ma compréhension de ce texte de Pamela.

    • Quintus dit :

      Oui Saam Enki c’est le paragraphe que j’ai souligné et qui àmoi aussi me parle parce que je le vis en ce moment.

      • Doud dit :

        Oui c’est cela que je vie aussi ,mais j’ai l’impression d’être un étrangé dans ma famille sauf ma femme,où on a tout les deux l’impression de se connaître depuis plusieurs vies.
        Merci à tous merci infiniment.

        Amour Joie et Paix.

        • Soleil Bleu dit :

          Comme vous trois Saam Enki, Quintus et Doud, ce passage a résonné en moi, mais un peu autrement, car je l’ai mis immédiatement en lien avec ce qui se révèle à moi en ce moment.
          J’ai pris conscience depuis peu (je l’avais étudié sous toutes les coutures et en connaissais tous les contours mais sans l’utiliser activement), que ce moment de transition difficile entre l’ancien et le nouveau, était « Le » moment unique qui m’était offert pour que je « me » transforme et « me » crée en nouvel Être porteur de tout ce que je désirais recevoir et pouvoir ainsi le vivre à l’infini.
          A partir de cette prise de conscience, j’ai regardé les choses autrement et ressenti les difficultés différemment. Chaque obstacle ou difficulté qui se présente à moi devient aujourd’hui un moyen de me faire connaître mes encombrements et me permettre ainsi de les nettoyer et m’en libérer.
          J’ai découvert ainsi la dimension réelle du « Merci » de Ho’hoponopono, que j’utilise depuis des années mais dont j’avais mal intégré le principe et que je dévoyais dans son utilisation.
          Et alors que j’ai si ardemment souhaité que ce monde là disparaisse tellement j’y étais inadaptée et en souffrance, depuis peu de temps où je me mets en action concrête et consciente de transformation en co-création avec mon Être, et devant la libération que cela produit, je demande au Divin de me laisser encore du temps pour aller visiter tous mes recoins et nettoyer de mon Amour les mines qui s’y cachent et me blessent encore, moi et les autres.
          J’ai tout simplement saisi que personne, en dehors de nous mêmes, n’allait intervenir de façon spectaculaire sur les changements à venir, et que les manettes de la création, ben…il était temps que je les saisissent sinon j’allais, même avec mes souhaits les plus humanistes et les plus vertueux, irrémédiablement me crasher et remettre le couvert pour un tour.
          Et de ça ! Ah non ! Plus envie de goûter au plat 🙂

          • Cent Nom dit :

            Je suis d’accord avec toi : pas envie qu’on nous resserve le même plat.
            En lisant ton post, je viens de me rendre compte, que j’ai une course vers l’avant toujours vers l’avant.
            Et qu’il faut changer, tout et à tout prix.
            Seulement, comme j’étais déjà « perché » depuis petit et que j’ai laissé pas mal de zone d’ombre, je pense que je devrais faire une pause dans ma « fuite » en avant le temps, comme tu l’expliques si bien Soleil Bleu » de nettoyer les mines que j’ai si bien caché afin de nuire à tous et à moi même.
            Je crois que c’est urgent désormais…
            J’ai pas envie de traîner les vieux bagages sur ma futur île paradisiaque…parce qu’il y aura sûrement des bestioles dont je vais devoir apprendre à me méfier. Et si je suis pas concentrer sur le nouveau, je risque de de me faire avoir
            Merci Soleil Bleu.
            Sinon si tu peux approfondir sur le pardon, je suis preneur. Je n’ai pas besoin d’une thèse. J’ai besoin que tu me dises si tu fais ça tu vas obtenir ça. Ensuite j’essaye, si ça marche c’est bien, sinon je passe à autre chose. Et surtout sent toi libre…

            Une belle journée
            Porte toi bien

          • Saam Enki dit :

            Comme toi Soleil Bleu, je suis entrain de faire le même travail sur moi même mais très difficilement car je suis absorbé par mes problèmes financiers qui me tracassent au plus haut point car ils jouent sur ma famille qui est mon environnement direct.
            Il est arrivé un moment ou j’ai cru et j’ai voulu qu’il ait une intervention divine ou extraterrestre pour mettre fin à beaucoup de chose enfin qu’on atteigne l’ère de Kali , l’âge d’or qu’aucun être humain ne souffre plus à cause de ce système qui perdure.
            Malgré toutes mes prières je n’ai encore aucun résultat, malgré que je me tue à la tâche au boulot c’est sans succès, je ne n’arrive pas à communiquer avec mon subconscient à faire le vide total et à faire un avec l’énergie cosmique.
            c’est difficile mais j’y arriverai.

          • Soleil Bleu dit :

            Bonjour Cent Nom,

            Oh, rassures toi, je n’ai pas de quoi faire une thère sur le « Pardon » d’Ho’oponopono, c’est juste l’histoire d’une vibration qui n’était pas en phase avec le message d’ensemble, je m’explique :

            En fait, j’adressais ce « Merci » à mon étincelle divive « Soi », de me pardonner à « moi », les pensées, paroles ou actes que j’avais pu produire et qui avaient « fabriqué » de la souffrance pour le monde.
            Mais « moi » et « Soi » c’est le même Être, or, cette fusion, eh bien je me suis apperçue que je ne la faisais pas, ou plutôt que je l’appréhendais avec mon cerveau mais sans la ressentir.

            Comment en ai-je pris conscience ?
            Tout simplement parcequ’un jour, devant les effets mitigés qu’il produisait concrêtement, j’ai écouté attentivent le sentiment exact qui m’habitait lorsque je faisais Ho »oponopono (je le fais des dizaines de fois par jour) et j’ai pu observer que je n’étais pas « lavée » d’un petit sentiment de culpabilité qui, insidieusement, m’envoyait un message qui prenait du poids au fil des années, celui de « Tu te rends compte de tout ce que tu as à nettoyer, t’as pas intérêt à lâcher le karcher, t’es vraiment partie loin dans l’ombre et…peux-tu même prétendre parvenir à rejoindre la lumière dans ces conditions là..? »
            Bref ! l’opposée même de l’énergie d’Amour que j’entrevoyais au travers du message global d’Ho’oponopono.
            Alors j’ai été à la rencontre de chaque mot, j’ai écouté la vibration que chacun produisait en moi, et là ! ça a coincé sur le « Merci » (de m’accorder le Pardon). Y avait quelque chose qui n’était pas d’équerre et qui avait le goût de « tu parles à ton « je » là ! t’es limite de penser que tu n’es pas digne de le recevoir ». J’étais tellement contente de la révélation du couac qu’un « Merci » a jailli du coeur à ce moment.
            Et là ! tout d’un coup ! C’était clair ! Y avait plus de « moi » dialoguant avec « Soi » et avec lesquels je m’enberlificotait les pinceaux pour savoir qui causait à qui.
            Non, en cet instant, Le « Merci » d’Ho’oponopono s’adressait à l’Univers d’avoir mis ou remis sur ma route, les éléments que je pouvais, en toute conscience, nettoyer de leur charge négative et ré-offrir en cadeau au monde. Et le « Je t’aime » en conclusion repprenait alors tout son sens.

            Cette petite aventure semblera une lapalissade en matière d’éveil pour certains, d’autres encore se diront peut-être qu’ils entrent dans une vibration différente avec Ho’oponopono, mais là n’est pas l’essentiel.
            L’essentiel est que, depuis cette harmonisation qui s’est produite à partir d’un détail de perception infime, c’est toute une vision et une action beaucoup plus vaste qui s’en trouve changée pour moi : Les difficultés me sont donc présentées pour que je m’en libère, et si c’est le cas (Dieu m’ayant montré qu’il était Tout sauf inconscient) alors c’est que j’ai le « pouvoir » de le faire. Eh ben croyez-moi ! ça fait du bien de ressentir un truc pareil au delà de le penser et le cogiter avec le mental.

            En un mot, la confiance (alliance de l’égo rassuré et du Soi magnifié) a pris la place de la défiance devant l’adversité, je te laisse imaginer Cent Nom, comment toutes les peurs que j’ai accumulées dans cette vie et depuis la nuit des temps, s’en trouvent aujourd’hui allégées.

            Belle continuation à toi et Merci d’être là Cent Nom.
            S.B

          • Soleil Bleu dit :

            @ Saam Enki,

            Je trouve ton message trés inspirant car il met en lumière la différence qu’il peut y avoir entre croire, vouloir, et être.

            « croire que.. », « vouloir que.. » ne sont que nouriture avec lesquelle l’égo (en tant qu’entité dont le rôle est de protéger et donc renforcer notre propre individualité dans ce monde duel) nous biberonne, pour qu’on souffre moins de l’inefficacité de ses actions à nous rendre heureux, et continuions ainsi à lui laisser la primauté, souvent à notre insu, d’être le chef d’orchestre de nos vies.
            On a beau voir qu’on se gourre souvent, que les options prises n’offrent pas les promesses annoncées, mais on reste pourtant focalisés sur un hypothétique extérieur, qui nous rassure ou nous laisse englué dans le désaroi.
            Le fait d’avoir à charge des enfants est un facteur puissant à nous faire se réaffilier avec la causalité materielle 3D car il entraine une triple responsabilité/culpabilité vis à vis de soi-même :
            – Affective « Est-ce que je leur donne l’amour qu’ils attendent de moi si je leur impose une providence en laquelle je « croie » mais qui se montre trop insécure pour eux.
            – Sociale « Ai-je le droit de les impliquer dans mon choix personnel de « vouloir » m’affranchir de la peur édictée par le système et affirmer un projet de vie qui n’en a plus (de projet) car je m’inscrit dans le moment présent ? Ne va-t-on pas me juger insensée et donc incapable de bien les élever »
            – Economique ( le plus coriace) « Je n’ai pas le choix, il FAUT avant Tout que je trouve le moyen matériel de payer mes factures pour leur assurer une sécurité de vie, c’est bien le moins que je leur dois ».

            Tout ça est bien normal et découle d’un Amour profond pour nos chers bambins, mais il n’en est pas moins vrai que cela s’appuie et prend racine sur des peurs profondes, les mêmes qui nous font aspirer à « croire en.. » ou « esperer et vouloir que.. », questions et réponses se fondent alors dans la même essence et s’auto alimentent sans qu’il ne soit plus possible de les extraire l’une de l’autre.
            Oh bien sûr ! Cela n’empêche pas de se retourner souvent vers le Soi qui pédale derrière et même de choisir de poser le pied pour retrouver sa compagnie, mais le mental garde son avance et mène inexorablement la course. C’est un processus qui implique le « temps » entre soi et Soi et offre au mental le soin de le combler.

            A l’inverse, « Être » n’est pas le fruit d’une décision ou d’une volonté. On ne peut « vouloir » être car c’est un état sans processus d’action mentale et qui ne peut impliquer d’autre souhait que l’atteinte de lui-même , c’est comme un effet kiss cool qui apparait lorsqu’on parvient à s’ancrer dans le moment présent.
            En cet instant là, on s’apperçoit que la causalité mortifère des 3 temps n’existe plus, ça apporte comme un immense soulagement et on peut alors écouter autre chose, une sorte de résonnance qui appelle à la joie et invite pour cela à une nouvelle confiance en Soi. ça se perçoit mieux que ça ne s’écrit, et j’ai pas vraiment les mots pour le décrire.
            Alors on goûte timidement à la chose, et le résultat est déjà tellement apaisant qu’on lui dit  » OK tu m’as convaincue, garde le gouvernail, désormais c’est « moi » qui te suit » sans même se rendre compte qu’on vient d’abdiquer son rôle de capitaine pour celui d’exécutant…confiant !

            Je ne sais si mon témoignage t’éclairera sur les difficultés que tu rencontres Saam Enki, mais je me suis reconnue en toi et j’avais besoin/envie d’apporter un écho à tes questions.
            Prends soin de toi.
            In lake’sh
            S.B

    • Salvia dit :

      Bonjour Saam Enki, Cent Noms, et autres lecteurs … voici un aphorisme de Sri Aurobindo que j’aime beaucoup, qui m’a souvent aidé lorsque je n’en pouvais plus de lutter. J’aurais pu en choisir d’autres car ils sont tous pleins d’une sagesse infinie.
      « Plus la destruction est grande, plus libres sont les chances de création; mais la destruction est souvent longue, lente, oppressive, la création souvent tarde à venir et son triomphe est interrompu. La nuit revient encore et encore, et le jour s’attarde ou semble même avoir été une fausse aurore. Ne désespère donc point, mais veille et travaille. Ceux qui espèrent avec violence sont prompts à désespérer. N’espère ni ne crains, mais sois sûr du dessein de Dieu et de ta volonté d’accomplir. »

      • Saam Enki dit :

        Merci Salvia, ces paroles je les ai en moi je ne découvre rien de nouveau quand je les lis, les appliquer comme il faut c’est ce qui pose problème. car peut-on vivre sans matériel dans ce monde fait de matière? nous sommes rattachés à la matière car notre corps est fait de ça. La patience est un chemin d’or…je suis entrain de mener mon dernier combat, celui contre mes ténèbres intérieures , celui de pouvoir me détacher de la matière. En toute sincérité, je pense que c’est un combat perdu d’avance, peut être que je n’ai pas assez la foi.Ma vie sur terre me semble être comme un réveil brutal après un long rêve doux et paisible. j’ai beau rêvé , la réalité me frappe et me rattrape car incapable maintenant de me libérer des emprises de la matière car ayant famille et obligations quotidiennes. Comment s’y prendre ? chers amis.

        merci à vous tous surtout à Cent nom j’essaie de percevoir ta lumière

        • marie christine dit :

          Saam Enki, je n’ai pas de conseils à donner mais je sais que la peur, quand elle nous envahit, a la spécialité de nous hypnotiser en nous faisant croire qu’il n’y a aucune issue possible . Tout semble absolument bloqué .
          Mais au lieu de regarder ce qu’elle veut nous montrer, c’est ELLE qu’il faut regarder en face .
          Saam, prends-la, rassemble-la, et dans un ultime geste d’impuissance, offre-la toute entière au Divin afin qu’il t’allège de ce poids . Quel que soit le temps que ça prendra .
          C’est seulement à ce moment-là, un fois la noirceur soulevée, que les solutions apparaîtront au grand jour .
          Courage !!!

        • François dit :

          Saam Enki,
          je rejoins Marie-Christine dans ce qu’elle te dit et je rajouterais qu’il n’y a PAS de combat, il n’y a qu’acceptation de tes zones de peurs, si tu te maintiens dans un espace de combat, là tu as parfaitement raison…tu perdras. La matière n’est en rien négative, elle est belle, elle est bonne et la juger revient a s’auto-priver de l’abondance et nous avons tous droit à l’abondance autant qu’à la lumière. « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut » a dit quelqu’un.
          Je te souhaite aussi bon courage.

        • Salvia dit :

          Saam Enki, tout comme Marie-Christine, ce n’est pas un conseil que je voudrais donner, mais plutôt une possibilité d’envisager autrement ce côté matériel qui pèse tant. Si la matière paraît lourde, c’est que la Lumière qu’elle renferme nous est voilée, ou autrement dit, la Lumière dont est faite la matière est réalité. Tout ce qui existe n’est que Lumière aux fréquences multiples. C’est nous qui ne la percevons pas, pas encore… Mais je suis certaine qu’un jour cette Lumière sera une évidence pour nous.
          En attendant, sache que tu n’es pas seul, tous les jours il y a des coins d’ombre qui viennent à nous, comme pour nous inciter à les accueillir, et ce n’est pas toujours évident. Mais petit à petit les choses changent, un peu comme l’aurore qui pointe son nez et commence à éclairer notre coin de terre. Alors les ombres sont encore longues, mais seulement pour un moment.

        • Cent Nom dit :

          Bonjour à tous et merci pour vos encouragements et pour tous ces petits mots de rien qui peuvent tout changer.

          Ce matin je voulais poster, j’ai commencé à écrire et puis d’un coup, bof, rien à faire….
          J’ai laissé tombé et je me suis mis sur quelque chose de bien plus rigolo (je crois) afin de vider ma tête.
          En fait, lorsque j’ai lu vos messages, je me suis rappelé la détresse de certains et je me suis demandé d’où avait pu venir ma lassitude?
          Finalement je me rappel avoir demandé le nettoyage des zones que j’avais passé vite fait comme ça sans même y jeter un coup d’œil.
          Ah ma lassitude….
          Bon…

          Saam Enki regarde les mots que tu utilises : un combat…
          Tu es en train de combattre et de perdre???
          Tu n’as pas la foi????
          Ce n’est pas la peine de me répondre, mais tu devrais savoir ce qu’est la foi pour dire que tu ne l’as pas.
          Et si tu dis que tu ne la pas c’est que tu ne sais pas ce qu’est la foi.

          Alors soit tu acceptes ce qui t’arrive.
          Soit on (Celui qui a mit tout ça en place) te le fera accepter. Plus ça dure plus tu souffres et plus tu souffres plus tu te bats contre et tu n’acceptes pas.
          Le mal attire le mal.
          C’est la Loi de l’analogie.
          Ton monde ne peut pas être autre parce ton intérieur est tel…
          Mais fait attention le piège est de penser à faire le bien.
          C’est une fausse direction. Parce que tant que tu n’as pas
          ACCEPTE, afin de passer au nettoyage des zones d’ombre,
          tout le bien que tu pourras espérer faire tournera à ton désavantage à cause de toutes les zones de blocages, de refoulement, de dégoûts…etc
          Reprend le message de Marie Christine sur le Hoponopono, elle explique très bien.
          Moi, je préfère savoir ce que signifie vraiment une chose avant de l’utiliser.
          Donc je me suis servi du pardon. C’est comme hoponopono.

          J’ai donc défini ce que pour moi signifie le pardon. Pas uniquement la définition mais le mot lui même.
          Par – don : donner au travers, au delà de donner, avec donner…bref j’ai remuer le mot dans tout les sens pour savoir ce qu’il avait dans les tripes.
          Je me suis concentré, mais je n’y ai pas mis toute mon attention.
          Il faut savoir doser…et pour cela je te fais confiance, tu vas y arriver.
          Donc, je suis rentré en résonance totale avec le mot tel que je le comprenais. En me disant : bien que je ne le comprenne pas totalement (ou bien que je le comprenne en partie…. à toi de trouver ta formule).
          Ainsi, je laisse toujours une porte ouverte afin que du nouveau puisse entrer.
          Bref, dès que tu t’aperçois que tu as deux secondes, pardonne.
          Moi, lorsque je faisais la route pour aller travailler au lieu d’écouter la musique ou de siffloter, je me faisais une séance de pardon.
          Je me pardonne, je pardonne untel, je pardonne unetelle, je pardonne mon père pour (souvenir traumatisant), je pardonne ma mère pour (souvenir traumatisant), je pardonne les femmes pour (souvenir traumatisant)….
          Je peux te garantir que tu ne perds pas ton temps.
          Accepte toutes émotions ou sentiments qui te traverse lorsque tu fais une séance de pardon.
          Tu peux aussi faire une séance de pardon à deux, ou trois ou plusieurs…ça c’est un démultiplicateur (1+1=3 pas 2)

          Tu dois faire tien les explications qu’on te donne et tu dois pouvoir expliquer si on te demande ce que tu fais.
          Tu dois pouvoir expliquer à un enfant comme à un adulte, sans que cela soit chiant ou infantilisant. Alors une fois que tu possèdes et que tu l’as donné, ici à travers tes explications, c’est à toi.

          Ne fixe pas ton esprit sur quoi que ce soit qui pourrait te perturber. Considère les choses comme des mouches. Elles sont utiles.
          donner = recevoir
          défendre = attaquer
          Je te donne ces deux raccourcis qui sont importants à mes yeux.
          Considère une victime et un bourreau.
          L’un n’existerai pas sans l’autre.
          Sans bourreau point de victime.
          Sans victime pas de bourreau.
          Cela veut dire, tu l’auras compris, que de la façon dont tu te considères tu attireras à toi, la confirmation de ce que tu penses être.
          Si tu penses être une victime, un bourreau viendra confirmer ta façon de penser.
          Si tu penses que tu es un être aimant, qui mérite tout l’amour de l’univers, tout l’univers se fera une joie de te le montrer.
          C’est la Loi d’attraction.
          Et c’est pour cela que savoir recevoir est très important.
          Parce que si tu demandes mais que tu n’es pas prêt à accepter ce qui arrive…qu’espères tu recevoir…
          C’est Dieu, ou l’Univers ou le Grand Esprit ( appel le comme tu veux) qui définit les moyens pas toi, ne l’oublie pas.
          Les moyens c’est la façon dont ça arrive.

          Je pourrais continuer. Mais il est important que tu commences ou recommences par quelque chose.
          Si ce dont je te parles entre en résonance avec tes sentiments du moment alors vas-y, oubli momentanément toutes les voies spirituelles que tu avais commencé afin de pardonner et uniquement pardonner.
          Si c’est de la lecture, ferme ton livre.
          Si c’est de la médiation ou une activité physique inclus-y le pardon, lorsque tu manges ou avant de t’endormir pardonne.
          Tu dois devenir le pardon. Tu dois le vivre.
          Et lorsque tu pardonneras vraiment, tu t’apercevras que tu ne penses plus au pardon et tu ne ressens plus les anciennes blessures. Le pardon sera dans ton esprit mais tu n’y penseras plus.
          Maintenant tu dois décider ce que tu veux vraiment…
          Sois tu pardonnes et tu pardonneras tout.
          Sois tu ne veux pas pardonner une seule chose, et le pardon n’aura jamais été dans ton esprit.
          Suivant l’intensité de ton pardon, les choses changeront plus ou moins rapidement devant ton regard incrédule.

          Pour moi, le pardon est la première pierre de l’édifice spirituelle, je pense que tu l’auras compris.
          Il doit être parfait, tu dois le perfectionner dès que tu le peux…la libération des blessures sera sont grands cadeaux. Et le cadeau sera à la mesure de l’intensité de l’énergie que tu auras déployé pour pardonner.

          Tu n’as pas besoin de courage tu as besoin de pardonner.
          Porte toi bien

          • Cent Nom dit :

            ah ah ah, ce n’est pas Marie Christine qui parle d’oponopono c’est Soleil Bleu….

            Désolé, mais dès que quelqu’un dit quelque chose qui me parle, cette personne s’appelle Marie Christinie.
            C’est vrai, Boudha s’appelle Marie-Christine.
            Jésus s’appelle Marie-Christine.
            J’ai lu des livres de Jiddu KrisnaMarie-Christine, très intéressant…

            Soleil Bleu, Marie Christine m’a éblouit de la plus belle manière dans un de ses commentaires voilà pourquoi, mais rendons à Caesar ce qui lui appartient…

            sorry pour la confusion

  8. Dania dit :

    Un grand MERCI pour ce partage.
    Une synchronicité parfaite, once again..

    Bonne soirée à tous ♥

  9. Lune dit :

    Etonnant! Je pensais à vous tous ici aujourd’hui, avec une envie de partager le point où j’en suis ces jours, après des mois de mal-être.

    Presque une année écoulée à me cogner aux vitres comme une mouche, à tenter de me conformer sans pouvoir le faire, en souffrant quand je tentais de le faire, à avoir envie de tout plaquer tout en sachant pertinemment qu’il fallait que je saute l’obstacle. Un long travail de maturation et d’éclaircissement, à mettre au jour la plus grande part d’ombre possible, à traverser déprime, ennui, désespoir, solitude, écœurement, colères, découragement. Tout ce temps à écouter mes colères, frustrations, à renoncer à vouloir (vouloir arriver ici ou là, vouloir être ceci ou cela, être considérée comme ceci ou comme cela), mais à plutôt chercher à écouter mes besoins, à être en accord profond avec moi-même dans ce qui me tient à cœur, à revenir sans cesse m’accrocher à ce que je sens juste. Tout ce temps à mettre à plat tout ce qui ne me convient pas ou plus, tout ce qui me hérisse, dans les échanges humains et dans les échanges de choses réelles dans le monde, la valeur des choses, la place du vivant, etc… Jusqu’à avoir tout posé, jusqu’au bout, jusqu’à ce que ce soit parfaitement clair. Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de compromission de ma part.

    Alors tout d’un coup, il y a peu, l’horizon s’est éclairci (le portail s’est ouvert…) et j’ai pu voir les choses autrement, sortir de mes formatages inconscients, et voir d’autres possibles.
    Je me suis aperçue que les possibles étaient infinis, que je pouvais proposer joyeusement et choisir, et j’ai compris que nous nous restreignons à une minuscule partie du grand jeu du monde. C’est notre peur de laisser ces possibles ouverts et de prendre la responsabilité de choisir qui fait qu’on se laisse refiler cette « réalité » qui nous fait souffrir. Notre peur aussi de mettre à jour nos parts d’ombre, qui sont pourtant de puissants indicateurs de ce qui est juste pour nous ou non…

    Courage, à vous, à nous, à moi la prochaine fois que ça m’arrivera: le mal-être est précieux, il nous parle, nous hurle dans les oreilles ce dont nous avons besoin… Le mal-être est inconfortable, mais heureusement, sinon nous ne l’entendrions pas et nous dormirions toujours… Il nous réveille, nous pousse à nous rapprocher de ce qui nous convient vraiment, en totalité et en profondeur, pas juste en surface. Nous fuyons l’ombre, alors qu’en la laissant être et parler, elle nous permet de nous tourner vers la lumière…

    • Tchunka dit :

      Ta lumière de Lune est très belle.

      Ton message montre à quel point chacun trouve des réponses en lui-même dès que les peurs tombent et que renait le dialogue intérieur.

    • François dit :

      Merci Lune

    • Quintus dit :

      La même chose que toi Lune, à la différence que je suis encore dans l’ombre à chercher la sortie.

      • François dit :

        Salut Quintus,
        Je ne suis absolument pas ok avec ce que tu dis ici, si tu étais encore dans l’ombre je ne serais pas en train de t’écrire car tu ne visiterais pas un site comme celui-ci et tu y laisserais encore moins un commentaire. Donc….
        Ce que je souhaite te dire c’est que la lumière et l’ombre vont et viennent.
        Lorsque tu vis un instant, disons, moins agréable (que certains nomment ‘ombre’) ce n’est qu’une partie de toi qui demande à être aimée, reconnue et/ou qui souhaite avoir un espace dans ta vie pour s’exprimer dans le potentiel qui est le sien et que ton copain et ami l’ego n’autorise pas pour diverses raisons liées à ton histoire personnelle. Donc cette ‘partie’ qui se sent rejetée, jugée, etc. vient cogner à la porte de tes zones sensibles comme la tête, le ventre, le dos ou alors sur ton énergie en général générant ainsi une grosse fatigue. Ce n’est pas de l’ombre , c’est de la lumière en devenir. Si tu entends ce message (de ton corps) comme venant de ton Soi ou simplement de ton cœur alors l’Alchimie, la transformation a lieue et quand la transformation opère la magie aussi! L’ombre change son habit pour devenir Amour. Car alors tu ne rejettes plus rien de toi-même, au contraire tu veilles à exister dans l’intégralité de ce que tu ES. Alors l’univers tout entier se tourne vers toi et t’applaudit.
        C’est regrettable de se sous-estimer car alors tu donnes raison à ton colocataire (oui c’est comme ça que je nomme mon Ego) qui lui ne souhaite pas que les changements interviennent. Cela on peut le constater dans les ‘prises de têtes’ mentales qu’on lit ici ces derniers temps. Ce ne sont que des résistances. Or tu es sur le seuil , comme nous tous, car si l’ego résiste c’est qu’il est sur le point d’être démasqué…. Donc finalement tu es dans une merveilleuse période car ombre et lumière sont complémentaires pour notre montée actuelle de conscience.
        Je t’embrasse.

        • Lune dit :

          Vous avez raison tous les deux, François, Quintus. La nuit que provoque l’ego aux abois est vraiment noire… Et au moment où on a le courage d’ouvrir les bras à toute cette noirceur, à la laisser s’exprimer, c’est bientôt le bout du tunnel. Courage Quintus!

  10. Thau dit :

    La sincérité des commentaires postés sur ce site est vraiment émouvante. Le « mal être » ressenti ainsi l’immense espoir du changement de « condition » sont réellement palpables. Le portail dont il est question dans ce texte n’existe pas: c’est une image décrivant un accès à une autre réalité. Le chemin pour y parvenir consiste en un changement radical de point de vue: nous ne sommes pas notre histoire…Une fois installé ce nouveau regard sur nous même et notre réalité de tous les jours, la souffrance existentielle (la nuit noire de l’âme) se dissipe.
    Il ne s’agit donc pas d’un travail à réaliser sur soi mais d’un retournement de conscience a opérer. Pour cela il s’agit d’être en Paix, de rester Tranquille, de laisser faire, de se relier le plus possible avec les éléments et la nature et d’accueillir l’Autre dans un amour dénué de jugement.
    Bref devenir des Observateurs bienveillants des changements en cours. Laisser se dérouler notre vie sans en être Fondamentalement partie prenante.
    Accueillons ce qui vient (donc ce qui Est) avec Joie !
    Fraternellement

  11. Anne B dit :

    Angie ma soeur de larmes et de joie retrouvée ,oui souris toi , crie ,pleure et aime , même le noir ds lequel tu es , il est le chemin …pas trop long quand même , hein ? DEMANDE à PLEINS POUMONS à TES GUIDES DE L’AIDE JE T’ASSURE QUE JE NE CONNAIS RIEN DE PLUS EFFICACE , merci pour cette oasis , joie et amour à tous

  12. marie christine dit :

    Et pis, faudrait pas oublier l’humour dans l’histoire !
    Peut-être que le bon Dieu, là-haut, il nous dit : « On peut devenir fou d’Amour pour Moi » .
    Ah ! Ah ! Ah !
    Même les psy diront que c’est pas grave !

  13. marie christine dit :

    J’aime ce texte de Pamela Kribbe (enfin, de Marie-Madeleine !) .
    Angie, j’ai envie de te dire « courage ! », tout comme je me le dis à moi-même .
    Je ne vois pas la noirceur et la lumière de l’amour sur le même plan, donc ils ne sont pas en opposition . Les noirceurs (peurs, etc …) disparaissent dès que je m’en remets à la protection divine, dans le coeur .
    Je vois que la tendresse a le pouvoir de dissoudre instantanément les noirceurs . Et celles-ci réapparaissent dès qu’on relâche son attention . Mais elles réapparaîssent chaque fois moins fortes, jusqu’au jour où elles disparaîtront complètement (le chemin vers le portail ?) .
    Et il y a comme une sorte de douce pression intérieure, un rappel de plus en plus fréquent, des dizaines de fois par jour : « Relie-toi ! » . Je crois que cela deviendra de plus en plus automatique . On sent une inquiétude pointer le bout de son nez ? Hop, on ne lui laisse pas une chance de nous envahir . Immédiatement, on arrête tout et on recontacte son âme .
    Je vois la lumière comme une immense Conscience d’une puissance inouie capable de phagociter n’importe quelle pensée, n’importe quel sentiment négatif, de l’avaler tout cru avec grand délice quand on le lui demande . Je sais, c’est une image, c’est mon image mais elle me plaît bien ! Nous aussi nous pouvons recréer des images, mais des images d’un autre genre, des images qui neutralisent celles qui sont nocives pour nous .
    En tout cas, je crois que nous serons de plus en plus poussés à recontacter notre âme, nous recentrer comme le dit Pamela, de plus en plus souvent, jusqu’à ce que ça devienne un état permanent parce qu’on ne pourra plus supporter d’être une seule minute dans l’autre état, l’ancien état, qui se révèle de plus en plus douloureux .
    Alors, le portail, on ira ! De gré ou de force, on ira ! Il n’y a pas de soucis à se faire . C’est une certitude .

  14. ha merci pour cette image du portail qui va m’aider
    cette nuit noire dure un peu trop longtemps a mon gout,et j’ai de plus en plus de mal a me connecter a mon etre profond,es ce que quelqu’un sait pourquoi,d’autre personnes sont elles dans le meme cas que moi?
    ha la la! qu’elle aventure de dingue quand on y pense
    c’est tellement beau est puissant par moment et tellement désespérant et a devenir fou a d’autre moment.
    bon courage à tous.AMOUR

  15. François dit :

    Avoir besoin d’être comprise est un manque, une peur de plus fabriquée par le mental qui cherche alliance afin se rassuré, c’est en tout cas mon point de vue. Il arrive un moment où il peut être intéressant (surtout reposant) de s’assumer dans qui l’on est. Assumer ses pensées, ses paroles, ses actes, ses croyances, ses peurs et ses manques, mais aussi sa lumière, sa beauté, sa générosité, sa capacité d’Amour. A partir de là , les autres pensent ce qu’ils veulent et tout va bien puisque leurs pensées leur appartiennent.
    Bonne continuation.

    • François dit :

      oups c’était une réponse à Angie.

    • angie dit :

      Oui bien-sûr…Mais concrètement je crois que j’ai cette force d’être moi-même sauf qu’ elle m’échappe à certains moments, je me sens flancher alors…..Et là c’est le non sens qui l’emporte…

      • François dit :

        Angie, je lis ton commentaire et me revient en mémoire un film que je ne saurais que trop recommander qui est « Oui, mais ». C’est de et avec Gérard Jugnot. Il est très bien fait et on peut prendre conscience de beaucoup de schémas de base qui peuvent nous engluer dans les jeux psychologiques inconscients. Il en ressort que lorsqu’on répond ‘oui, mais…’ c’est que le propos n’a pas été entendu dans son essence et génère une réaction de défense ou d’argumentation.
        Je te souhaite tout de bon comme on dit par chez nous.

    • Soleil Bleu dit :

      Oui, ce que dit François a valeur de piqure de rappel.
      « Assumer ses pensées, ses paroles, ses actes, ses croyances, ses peurs et ses manques, mais aussi sa lumière, sa beauté, sa générosité, sa capacité d’Amour. A partir de là , les autres pensent ce qu’ils veulent et tout va bien puisque leurs pensées leur appartiennent. »
      J’ajouterai même pour répondre à Angie, que lorsqu’on parvient à s’accepter tel que l’on est et à s’aimer avec nos attributs et nos manques, l’attitude des autres change positivement puisque, rappelons nous, l’extérieur n’est qu’un miroir qui reflête en images et situations 3D la nature des rapports et sentiments que l’on entretient avec Soi.
      Mais comme le rappelait très justement Cent Nom, il ne s’agit pas de s’en persuader mentalement, il s’agit plutôt de lâcher la pensée que l’on s’en fait, revenir à l’écoute du moment présent et créer l’issue en se choisissant Soi, un peu comme une mère choisirait de soutenir en Amour et inconditionnellement son enfant dans les difficultés qu’il traverse.
      Être tout simplement, sans forcément le communiquer par des mots, ce que l’on souhaite pour Soi. C’est peut-être ça le saut dans l’inconnu tant il nous ouvre d’horizons possibles (que le mental nous souffle dangereux puisqu’il ne les contrôle plus) mais exige en contre-partie une confiance aveugle en l’Amour de l’Un.
      C’est souvent la foi en cet Amour de l’Un pour Soi (et donc notre propre Amour et estime de Soi) qui est réintérrogée au travers des peurs qui nous empêchent de lâcher prise sur les situations inconfortables. Il est bon alors, si c’est le cas, d’aller regarder la chose avec confiance et surtout dans le non jugement de qui l’on est, de poser toutes les cartes sur la table (les bonnes et les moins bonnes) et oser légitimement Lui demander son aide si besoin est.
      Belle route à toi.

  16. Béa dit :

    Toute quête nous éloigne du but qui est d’Être pleinement ici et maintenant,dans l’accueil inconditionnel de l’éternel instant .

    Se dissoudre dans « ce qui est » pour faire Un avec le Présent.
    Il n’y a rien à craindre,fuir,nier ou changer,juste reconnaître la perfection de la grande Œuvre cosmique et se fondre dans ce courant porteur qui nous recrée à chaque seconde.

    Ne confondons plus éphémère et absolu et ne laissons plus la peur nous éloigner de la Vérité Une qui est Amour inconditionnel.

    Lâchons le connu et laissons-nous surprendre par l’infinité des possibles car l’Amour est Tout et ne connaît de limites et d’opposés que dans nos esprits distordus et nos mal-perceptions .

    Merci pour ce texte inspirant et plein de sagesse.
    Lumineuse journée à tous !

  17. Jonas 27 dit :

    Apporte quelque choses de nous (tous),
    je ne veux pas critiquer mais encors et encors (la nuit noire de l’âme)????????
    Accepter l’ombre et la lumière c’est vraiment loin de l’acceptation.
    PROMESSES DE QUOI???J’y suis de l’autre côté ,il n’y a pas de lumière étincellante mais plutôt,L’acceptation la transcendance et L’amour de moi même et quand on croit porté plus d’ombre que de lumière ce n’est pas un chemin facile.Les premier dieu d’égypte étaient ceux du jour et de la nuit et ont servit a créer la peur car la nuit les gens ne voyant rien ne se sentait pas en sécurité face au bête qu’il ne voyait pas.On a créer deux dieu orus et iris (je pense)et c’était la naissance du sommeil profond pour nous alors?????Comme d’habitude ce sont de très belle article incomplet (sauf votre respect Mdm Kribble).
    Demander aux Animaux si il aiment mieux le jour ou la nuit??Il y a des lieux d’obscurité ou l’on peu se perdre ou on peut être aveuglé par la lumière.
    Demandons a un aveugle ce qu’il en pense.

    • Cent Nom dit :

      Jonas 27, je ne comprend pas quand tu dis :
      Accepter l’ombre et la lumière c’est vraiment loin de l’acceptation.
      Pourrais tu m’expliquer?
      Merci pour tes commentaires.

      Porte toi bien

      • Jonas 27 dit :

        (La nuit noire de l’âme) ou (le jour des ames aveugle).
        Nous sommes 7 milliard d’humain sur la terre =7 milliard d’être évelllés.En réalité combien sont VRAIMENT éveillé???En phase d’éveil bien sur !La paix interrieur si on ne parcour pas le chemin ,peut-être l’illusion de…La photo que j’ai choisis représente bien mon ressentis.Un corbeau et une colombe =le choix=faux .L’éternel erreur de l’humanité, la dualité même a l’interrieur de nous il n’y a pas de choix .La fusion ,l’unification ,le troisième choix,L’ENSEMBLE ,(((((LE TOUTTTTTTTTTTTTT)))))))).
        Donc le contact du corbeau et de la colombe=le pheonix qui renait de ces cendre.Comment expliquer avec des mots ce qui se trouve sur le chemin.(((((((LE CHEMIN))))))))le plus important de tout mais,il ne se trouve pas seulement a l’exterrieur mais aussi a l’interrieur et la fusion des deux=le chemin.Comment savoir ,((((l’i nstinct)))) oui oui!! pas l’intuition mais, l’instinct!!!Nous avons perdu cette forme évoluer de l’intuition( l’instinct )dans cette d’évolution.
        ((Les guides ))pas ceux qui se proclame mais,ceux qui viennent a nous sur le chemin .Animaux,homme,ange gardien(défunt),Dieu,chiffre etc…….Quest -ce qui est vrai et quest qui ne l’est pas et si tout était vrai,quel beau piège pour l’esprit car, si il se ferme, il se handicape .Si nous ne voulons plus de la peur alors ouvrons -nous au autre sans jamais accepter aucune forme de servitude ,prière ,dons d’argent etc …mais juste écouté, pour le VRAi avec le coeur et alors ,peut-être que…

        • Cent Nom dit :

          Jonas27, je te remercie pour ta réponse.
          Mais je n’ai toujours pas compris.
          Comme me l’a suggéré Le Passeur, je vais lâcher un peu mon bas-mental.
          Je ne vais pas essayer de comprendre ce que tu as voulu m’expliquer.
          Si je ne l’ai pas compris c’est qu’il y a une raison.
          Donc, on se prend pas le tête.

          Porte toi bien

          • Jonas 27 dit :

            Je suis désolé mon ami(e).
            Tout simplement,(la nuit noire des Âmes),
            (je trouve que cela ne reflet pas l’acceptation de l’ombre a l’interrieur).Pour le reste du message ,il n’y a rien a comprendre mais bien, tout a vivre car c’est sur le chemin(l’éveil)qu’on peut vraiment voir la portée des mots.Bonne route mon ami et si j’ai pus parraitre compliqué ,j’essairais de mieux m’exprimer ,a la prochaine.

  18. angie dit :

    ça me parle tant….. Les larmes jaillissent enfin…. Gros passage à vide comme si tout me fuyait, et le ressenti que l’essentiel est simplement en moi….Cela me fait encore un peu peur, cet inconnu si tentant….Ce portail me semble si loin et si chimérique…Mes rêves sont si vrais, impossible de partager… JE ME SENS SEULE dans ce monde et aspire à retrouver des êtres qui me comprendraient….

    • Cent Nom dit :

      Angie, je peux tout à fait comprendre ce que tu ressens.
      Ce genre de site semble des oasis, dans le désert de nos vies…
      Mais en fait, il n’y a pas de désert dans nos vies, il y a seulement un vide laissé par tout l’amour dont on n’a pas remplie ce désert.
      Seul parce que je me fuis.
      J’essaie mais je ne m’accepte pas. En ne m’acceptant pas je n’arrive pas à accepter l’autre donc je suis seul.
      Je te proposerai de faire le chemin à l’envers, reconnaître sa solitude, ne plus la fuir. Ensuite se porter toutes sortes d’attentions agréables.
      Bref s’apprécier, sourire intérieurement (imagine quelqu’un qui sourit à l’intérieur de ton corps). S’autoriser certains plaisirs et ne pas porter de jugement sur le déplaisir qui pourrait être présent (parce que le temps que ton environnement change parce que tes pensées changent il peut y avoir un délai, et ce délai dépendra de ce que tu veux vraiment et des différents blocages présent dues à tes croyances et à l’héritage familiale.)
      Il se peut qu’une personne se présente à toi et t’agresse mais en fait elle est porteuse de l’énergie qui est en toi et que tu nies, accepte ce qu’elle te dit, ça peut être dur mais bon…
      Le contraire est possible, une personne peut te complimenter parce que c’est ce qui se passe dans ton for intérieur.
      Une fois que tu t’es acceptée, que tu as arrêté de marmonner à droite et à gauche, ton énergie arrête de se disperser.
      A toi de faire le reste et de te rendre disponible pour les autres, ceux qui t’attendent. Rend toi disponible pour eux et ils apparaîtront….comme par magie

      Juste comme ça…es tu prêtes à accueillir les gens? Parce que parfois on crie, et on est tellement concentré sur ce qu’on crie, qu’on entend pas la personne qui nous touche l’épaule et nous dit ne crie plus, nous sommes là.

      Sinon, c’est un très beau texte.
      Merci

      Une belle journée à tous

      • angie dit :

        Merci de me partager ton ressenti…Il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis….Je sais que cette solitude est un passage obligé, mais je n’en comprends pas le sens profond…Certainement est-elle reliée au fait que je ne m’aime pas complètement et que je ne me sens pas aimable au fond….. C’est l’enfant en moi qui s’est sentie si souvent à côté, et rejeté…..Je sais que cela crie en moi pour que j’y mette un baume, que je guérisses enfin…..Mais j’en suis toujours là, à entrevoir, la fin du tunnel au loin…..à l’espérer plus qu’à le voir en fait…..
        Merci encore à toi Cent Nom!

        • Cent Nom dit :

          Angie, comme on me l’a laissé plusieurs fois sous entendre dans les commentaires qui m’étaient adressés, j’utilise trop mon mental. Et pour le cas, je te dirai que ce aussi le tien.
          Donc, ne réfléchi plus quand ce genre de chose arrive, ressent.
          Laisse faire ton ressenti.
          Lorsque tu te fais envahir par ces émotions et ces sentiments ressent les, c’est tout. Ils sont en train de t’indiquer quelque chose.
          Sort de ta façon habituelle de penser, cela te demandera un effort, ou un gros effort ou pas d’effort du tout…
          Lorsque que ça t’arrive et que tu viens pour faire un commentaire dans ta tête, stoppe tout et dis toi : ah, c’est donc ça la peur…
          Ou la colère, ou la jalousie, ou la joie….
          Il se passera quelque chose quand tu arriveras à ne plus commenter la moindre de tes émotions ou sentiments.
          Si tu les commentes ce n’est pas grave, mais essaie de t’apercevoir que tu commentes (juge, en fait) tes émotions et tes sentiments.
          Pour faire court, ce sont tes « bébés »… Et imagine lorsqu’on te faisait une remarque, surtout de la personne aimée, ce que ça te faisait.
          Et bien c’est en quelque sorte pareil pour eux.
          Sans rentrer dans le détail….commence gentiment par ça et tu verras ensuite ce que peuvent réellement être ces énergies et états pour toi…

          Porte toi bien

    • Quintus dit :

      Ma chère angie, je ressens la même chose que vous. Ce texte publié par le passeur; « c’est à croire qu’il me lit de l’intérieur » est un révélateur de la période que je traverse et que nous traversons.
      Au moins je sais ou je me situe. Je commençais à me demander si je n’était pas fou.
      Merci passeur pour cet aiguillage.
      angie.. courage vous savez que vous n’êtes pas seule maintenant dans ce cas.

      • angie dit :

        Oui du courage j’en ai, mais je trouve ce bout de chemin bien long. En fait, je me sens vide et je dois continuer à donner, sans réfléchir, sans retour…. Je trouve cela parfois si injuste que ma partie rebelle s’emballe, dit des mots aigres. Heureusement que d’autres parties de moi, adoucissent un peu le tout. Je n’arrive finalement à en vouloir à personne, et à aller chercher en moi pourquoi j’ai si mal…Problème: je ne trouve pas d’élément qui m’aiderait à passer à autre chose…Alors, j’oscille entre diverses pensées, parfois plutôt positives parfois moins. Et j’essaye d’en tirer le meilleur partie…Merci pour ton soutien Quintus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *