Croyances

Par John Ptacek.

Les croyances nous séparent tels des fils de fer barbelés. Sont-elles vraiment nécessaires ?

Ce que je crois n’est pas important. Le fait que je puisse mettre de l’ordre dans mes pensées, les trier en opinions et croyances n’est guère impressionnant. En fait, une telle pensée est inévitable. C’est ce que font nos cerveaux humains évolués. Ils comparent, évaluent et jugent dans une tentative sans fin de donner un sens au monde qui nous entoure.

Croire est aussi automatique que marcher, parler ou éternuer, et à peu près aussi remarquable.

Il fut un temps où je considérais que mes croyances étaient quelque chose de plus qu’un simple assemblage de pensées. Je les ai prises pour quelque chose de beaucoup plus important. Je pensais qu’elles venaient de moi.

À divers moments de ma vie, j’ai cru être un Catholique, un Holistique, un Agnostique et un Laïc humaniste. J’étais un libéral, féministe, écologiste et pacifiste. Je prenais de nouvelles identités à la recherche d’une plus grande autonomie et, tout au fond, je crois, pour me distancer de certaines vulgarités qui caractérisent la condition humaine – des qualités telles que la cupidité et l’agression. En reliant certaines pensées, en bricolant de nouvelles identités, j’ai pu convaincre, moi et les autres, que ces traits malsains de l’homme ne pouvaient pas me définir. Ils définissaient des voleurs, des violeurs et des assassins. J’étais au-dessus de tout cela, et je disposais d’un portfolio de croyances pour le prouver.

Je n’étais pas seul dans ma tentative d’adopter une nouvelle identité. Tout le monde de par le monde l’a bien fait avec moi. Hindous, Musulmans et Bouddhistes. Les Socialistes, les Communistes et les Verts. Les Syndicalistes progressistes, Démocrates-chrétiens – des identités élaborées tout comme les étudiants de première année élaborent des majors. Nous avons tous été tenter de nous élever au-dessus de notre nature animale héréditaire, mais nous élever au-dessus ne la fait pas disparaître. Nous restions toujours avides et agressifs en dépit de nos convictions profondes. Nous marchions dans les contradictions, projetant nos conflits intérieurs sur le monde, en fait, nous étions le monde, et c’est pourquoi il était un tel gâchis.

Après avoir erré d’un système de croyance à l’autre, je pensais avoir exploré les grandes questions de la vie, mais je ne faisais que poser des questions auxquelles mes croyances me fournissaient des réponses toutes faites. Je ne m’étais pas encore posé les questions les plus radicales, celles qui finiraient par fracasser mes croyances. Il s’agissait de questions qui ne semblaient pas nécessaires de se poser, des questions comme :

Si un conflit de croyances peut être trouvé à la racine de toute la violence dans le monde, alors ne devrions-nous remettre en question leur validité – pas la validité d’une croyance particulière, mais la croyance elle-même ?

Séparés de nos croyances, perdrions-nous notre portée morale ? Serions-nous la proie de nos instincts les plus bas et secourions-nous le monde par des actes de violence dépravés ? Ou est-ce précisément le comportement que nous avons quand nous sommes sous le charme hypnotique de nos croyances ?

Imaginez une ville dont les bâtiments ont été détruits par un tremblement de terre. C’est l’image que je me faisais de mon esprit après que mes convictions aient été renversées. Je sentais que je pouvais voir à l’infini dans toutes les directions. Les imposantes structures de pensées qui se trouvaient dans mes croyances n’ont plus bloqué ma vision du monde. J’ai ressenti un  déroutant sentiment de liberté. Libéré des croyances qui avaient édifié mon identité, je me sentais merveilleusement anonyme. J’étais une personne sans suffixe, sans iste- pour affirmer mon existence. J’avais inconsciemment rejoint le seul club qui importe. Il nombre dans les milliards, ne fait pas payer de cotisation et accueille les criminels de carrière. C’est ce qu’on appelle la race humaine.

Il y a des années que j’ai déposé mes convictions, et je ne suis pas encore transformé en tueur sociopathe. Au contraire, j’ai développé une profonde affection pour mes camarades de la planète, maintenant que je ne les mesure plus à l’aune de mes croyances. Finis les murs de la pensée qui m’empêchaient de voir qui ils sont vraiment. Finies les conférences que je donne dans une tentative d’élever leur conscience. Et disparue, heureusement, ma compulsion à les pointer comme mauvais pour pouvoir paraître vertueux.

Aussi sacrée ou profonde que soit une croyance, elle n’est rien de plus qu’une pensée, et la pensée n’est jamais la chose qu’elle décrit. Elle peut seulement permettre d’entendre les merveilles qu’elle tente de toucher. Les sermons sur l’amour déforment la beauté ineffable de l’amour . Les discours sur l’unité crachent après la première syllabe. Courtiser les croyances est une prescription pour une vie virtuelle, pas une vie vertueuse.

John Ptacek – Traduction par Christine sur Du Tout et Du Rien

Source originale

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

À propos de Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

151 réponses à Croyances

  1. Jonas dit :

    Le contenue de cette article mavais énormément décu mais je regarde la première image avec les nouveau faits qui sont apparu et cette image est frappante .Quest-ce que tu en pense mon ami.

  2. Cent Nom dit :

    L’aspect le plus étrange du mental

    L’aspect le plus étrange du mental est qu’il s’efface sous le rayon silencieux de la conscience profonde .

    De même que la lumière chasse les ténèbres, la conscience pure disperse le contenu du mental, les pensées, les fantasmes, tous les artefacts.

    Autrement dit, la méditation est simplement un état de pleine conscience, d’intelligence claire non fragmentée. Cette clarté intérieure révèle la nature des choses. Cela ne résulte pas d’une invention quelconque. Le témoin intérieur n’imagine rien. Il découvre ce qui est.

    Et qu’est ce qui est? En rentrant en vous-même, vous découvrez la vacuité infinie, indiciblement belle, absolument silencieuse, débordante de lumière et de fragrance. On l’a appelée « Dieu ». Je préfère parler de votre propre essence divine.

    En quittant cet état de plénitude, vous ne serez plus le même homme ou la même femme. Vous aurez totalement changé. Vous existerez sans masques, votre visage originel au grand jour.

    Vous continuerez de vivre dans le même monde, mais n’y vivrez plus de la même manière. Vous côtoierez les mêmes gens, mais votre attitude sera différente.

    Osho

    • alain thomas dit :

      C’est exact

      • Thau dit :

        L’ aboutissement de toute introspection conduit le plus souvent à ce changement de regard ou de point de vue. La méditation est l’une de ces portes, pas la seule…a chacun de trouver sa clé.
        C’est probablement le but essentiel de notre présente existence.

        • alain thomas dit :

          Oui Thau mais ce n’est pas ce qui est écrit ici.
          Il est fait état de l’expérience de la vacuité infinie, indiciblement belle, absolument silencieuse, débordante de lumière et de fragrance, cette clarté intérieure qui révèle la véritable nature des choses, vide d’existence propre.

          L’introspection est une autre forme de méditation, non contemplative comme celle qui est décrite ici mais analytique, qui fait appel au raisonnement, union du coeur et du mental.

  3. François dit :

    Bonjour Marie-Anne, je te réponds ici pour une question de place.

    tu demande: « comment être plus conscient(e) du Nouveau qui n’arrive pas, mais qui est là? »

    En devenant action, en expérimentant tout simplement.

    Je vais tâcher d’être clair dans l’explication de mon point de vue en sachant que mon ‘don’ n’est pas l’écriture. (je suis plus à l’aise en contact direct)

    Nous sommes toutes et tous ‘doués’ pour quelque chose. L’objet n’est pas important, ce qui l’est c’est de l’exprimer, de le vivre et, de fait, de le partager. Notre prochaine destination sera (est déjà) ce partage de nos connaissances, compétences offerts pour le bien de tous.
    Observons ce que nous aimons ‘faire’ par dessus tout et faisons le ou plutôt soyons le. Devenons , dans notre quotidien ce que nous aimons être. Vivons le , partageons le, offrons le au monde à l’instar du Passeur et d’autres Êtres (R)éveillés.

    Les êtres les plus ‘épanouis’ que je rencontre ne sont pas obligatoirement orientés spiritualité. Non, ils sont justes heureux. Pourquoi le sont-ils? Parce qu’ils ont trouvé leur voie et ils la vivent.
    La dimension supérieure sera (est) de trouver sa voie et d’y …. plonger…. le cœur ouvert et à fond de gratitude pour la joie que cela nous procure. Et ce sera chacun la sienne car ‘il faut de tout pour faire un monde’.

    Qu’est ce qu’être sauvé ? C’est être heureux de notre incarnation, c’est accepter chaque matin de ‘redescendre’ dans ce quotidien qui est le notre et que nous construisons à grands coups de croyances (une conséquence), de choix conscients (une autre conséquence), de prises de risque (encore une autre conséquence), de positionnement etc… Il n’y a d’autres sauvetage que nos choix, notre détermination et notre capacité à désirer une vie pleine de vie. Quelques soient les supports ou aléas extérieurs.
    Il ne cesse , à cet endroit (ce site) plus qu’ailleurs d’y avoir des messages, des réponses qui disent, en substance, ceci:
    « toutes les réponses sont à l’intérieur de toi. Vas en ton centre le plus souvent qu’il t’es donné. Écoute ton silence. Ose créer ta vie. Prends des informations qui t’interpellent, qui t’inspires, qui te donne envie et … vis les en vrai , pas seulement en théorie. Vis les dans la matière, dans le quotidien.  »
    Laissons les belles phrases des autres que nous aimons tant pour ce qu’elles sont: de la pure théorie. Prenons-en l’essence et expérimentons les dans notre quotidien et ensuite nous pourrons en parler, nous pourrons les partager et les offrir au monde sur la base de notre propre et divine expérience. C’est sortir du mental pour exprimer une vibration. Ça change tout….
    Revenir c’est prendre de l’élan pour notre prochain saut. L’un ne va pas sans l’autre. Alors vive les retours en arrière si je puis dire. Redescendre c’est venir chercher du carburant pour aller plus haut la fois d’après. Alors vive la descente.
    Tu es un grand cœur Marie-Anne, sois le pour toi d’abord car alors tu l’es (ou le sera) pour les autres. On ne peut donner que ce qu’on a.

    Comment avoir des attentes, des peurs de ce que sera fait demain si je vis l’instant présent (mon quotidien) avec Présence à moi-même et à l’objet de mon attention? Ce n’est pas possible. Je ne peux pas être totalement présent ici et ailleurs en même temps. Quel choix est le plus judicieux, vivre en se demandant ce que sera demain ou vivre ce qu’il m’est offert aujourd’hui? Perso aujourd’hui c’est déjà pas mal et ça m’occupe à plein temps, alors demain……
    Je t’embrasse ainsi que vous tous.
    PS: (Merci Passeur de choisir tes textes avec tant d’amour, de lucidité sur ce qui se vit pour chacun dans l’instant.)

    • marie christine dit :

      Magnifique, François !

    • Marie-Anne dit :

      Merci, François,
      Tu as parfaitement raison de me rappeler de vivre le moment présent et d’être et d’agir là où est ma plus grande Joie.
      Mais, vois-tu, tout m’incite à me faire prendre conscience que, dans ce moment présent et dans cette action, j’ai tendance à ne pas suffisamment diriger mon attention vers une ou des dimensions autres qui sont là et qui n’attendent que mon attention. J’ai des difficultés à m’expliquer. C’est une sensation indescriptible qui me suit ( ou me précède) dans mes rêves et dans toutes sortes de signes de la vie quotidienne. C’est comme si « on » ( mon Moi » supérieur », je suppose) me disait: « arrête de poser ton attention ici, pose-la là ; s’il- te- plaît ,ne résiste pas ».
      Je veux bien, mais je n’ai pas l’impression de résister et je ne sais pas comment poser mon attention là (où, là?) plutôt qu’ici .
      Mon attention, je la porte le plus souvent possible ( et maintenant de plus en plus spontanément) vers le Beau, vers la Paix, vers la joie,…, mais peut-être que je n’ose pas suffisamment accepter que je suis plus prête que je ne le crois pour…Dieu sait quoi!( cela me vient maintenant, en parlant avec toi).
      Bon, je vais suivre vos bons conseils à tous: lâcher prise et faire confiance à la Vie qui saura me faire comprendre là où elle veut que j’aille!
      Merci, François, et merci au grand coeur que tu es toi aussi!
      Je t’embrasse

      • Soleil Bleu dit :

        Bonjour Marie Anne,

        Il me semble que c’est moins notre attention qui se porte vers telle ou telle chose, qui ne porte aucune beauté ou laideur en soi, que ce ne sont les choses qui se révèlent à nous dans telle ou telle essence par rapport à notre état d’Etre du moment.

        Tout est miroir à nous faire prendre conscience de notre Être, à partir de cette constante on peut affirmer que nous sommes la Joie ou la Paix lorsque celle-ci nous habite quel que soit le spectacle ou l’évènement qui s’offre à nous. A ce moment on est dans la conscience que ce n’est plus l’extérieur qui influe et fait fluctuer notre ressenti, c’est notre ressenti qui crée l’extérieur dont on devient le témoin.

        J’ai pu goûter à cet état d’Etre un jour où je prenais le soleil dans la cour commune de mon immeuble, tout à coup tout fut beau, ou plutôt rien n’était plus dissonnant, pas plus les papiers et déchets divers qui l’encombraient que les végétaux hirsutes qui lui donnaient un air misérable.
        Tout était à sa place et harmonieux, car je n’étais plus habitée par ma vision personnelle du beau. Ce jour là y a eu un déclic en moi sur le shéma duel et relatif que chacun instaure en fonction de Qui il Est à l’instant, et qui ne peut s’objectiver ou s’ériger en valeur sous peine d’en perdre toute la quintessence.

        Cet état d’acceptation et de joie sans objet ne s’exprime que dans le « vivre », sans qu’il soit possible de le « penser » puisqu’il demande de lâcher prise à tout parti-pris ou toute valeur instruite dans un shéma +/-

        J’aimerai tellement le vivre plus souvent 🙂
        Je t’embrasse.
        S.B

        • Marie-Anne dit :

          Comme je te comprends , Soleil Bleu!
          Mais lorsque je parle du Beau, de la Paix, ou de la Joie, je ne parle évidemment pas de leur apparence extérieure, bien au contraire( même si j’apprécie aussi de voir du beau à l’extérieur, mais je le prends pour ce qu’il est : une belle apparence agréable à regarder – et qui pour cela peut avoir ma gratitude- mais je ne le prends pour rien d’autre à ce niveau-là).
          Lorsque je dis que je me tourne vers le Beau ou la Joie, cela veut dire que je me permets tout simplement de les ressentir derrière ce que je vis , et qu’au début, je devais souvent me le rappeler; maintenant, cela « va de soi » beaucoup plus fréquemment ;.
          D’une manière plus générale, je dirais que je laisse entrer l’extérieur en résonance avec le Beau, la Paix et la Joie en moi: cela vient d’ailleurs de plus en plus naturellement, de plus en plus spontanément, mais je dois encore, dans les moments plus « difficiles » veiller à ne pas me laisser emporter par l’illusion;
          => d’où mon attention vigilante , ferme( mais douce, rassure-toi 🙂 !)
          Merci pour ton commentaire,
          Je t’embrasse à mon tour!

          • Soleil Bleu dit :

            Ah OK ! Autant pour moi Marie Anne.
            Merci à toi d’avoir pris la peine de m’éclaircir sur le sens véritable de tes questions.
            Bizzz
            S.B

    • acacia dit :

      Alors là, François… BRAVO !
      C’est pile ce qui devait être dit.
      Je t’embrasse et te remercie

    • Margelle dit :

      C’est très juste, c’est très beau, c’est surtout tellement simple que ça parle ! en tout cas, ça me parle ! et c’est également courageux…

  4. guil dit :

    Lumineux.

    Dans cette veine de non croyance, j’ai bcp aimé lire Nisargadatta Maharaj, même si ce fut (très) difficile intérieurement, je sus après ce qu’est un véritable nettoyage des croyances, nous en sommes remplis à ras bord, nous ne sommes que ça tant l’illusion prédomine en fait.

    Attention tout de même, le monsieur décape à sec, vous êtes prévenus, ces livres ne sont pas les plus plaisant à lire… Qui aime aller se faire opérer? 😉

    Il faut être prêt pour le lire, et quand sachons nous que nous sommes prêt? Quand on est conscient que l’on est complétement perdu dans nos croyances peut être, en tout cas faut être bien ouvert.

    « Quand je vois que je ne suis rien, c’est la sagesse. Quand je vois que je suis tout, c’est l’amour. Et entre les deux, ma vie s’écoule »
    Nisargadatta Maharaj

    Qui est ce ?

    Nisargadatta Maharaj est considéré par ceux ou celles qui l’ont cotoyé et se considérent ses disciples comme un guru traditionnel hindou, humble dans sa démarche, ne cherchant pas la notoriété et la richesse, continuant à vivre de son commerce de cigarettes malgré la célébrité internationale.
    Dans l’esprit de l’Advaita Vedānta, il enseigne principalement qu’il n’y a rien à chercher, que tout ce que l’être humain recherche est déjà là, qu’il est l’absolu.
    Quand cela est réalisé, le chercheur ou le questionneur disparaît et devient identique au Brahman.
    C’est alors la libération, ou mokṣa.
    Il reste l’un des inspirateurs principaux d’un certain courant de la non-dualité venant de l’Inde exporté en Occident.

     » Mes mots ne peuvent échouer, ils vont pulvériser les concepts de quiconque les écoute. »

    N.M

    Amitié.

    • Soleil Bleu dit :

      Guil, ça resonne en moi ce que tu dis de Nisargadatta Maharaj, d’autant qu’un autre personnage accueilli avec frilosité par nombre de « chercheurs » en spiritualité U.G Krishnamurti (l’autre, « Jiddu » est beaucoup plus connu et cité fréquemment ici et ailleurs) a vraiment été une pièce du puzzle trés importante dans mon cheminement.
      Je m’en vais à la rencontre de ce personnage que tu m’as donné envie de rencontrer.
      Amitié et Merci.
      S.B

      • guil dit :

        Salut Soleil Bleu,
        Que te dire, a part que te lire est comme d’habitude, une véritable joie.
        Merci pour tes retours, tjrs très sympathique sur mes posts, et surtout pour ta simple présence ici.
        Je post peu, mais je lis bcp, et tes messages ne sont que sympathie et amour discret mais pur, je le ressent très profondément.
        La Bhakti!
        J’essaie de voir Amma à chaque passage en france, cette personne me fait du bien, je sais pas comment mais c’est clair, j’ai eu lasbas la méditation la plus profonde de ma vie, pourtant dans le brouhaha que je ne supporte normalement que difficilement.
        Bref, pour la faire un peu new-age : Quelle belle lumière! 😉
        Je pense qu’il y a bcp de chance que tu apprécie Nisargadatta Maharaj , il complète effectivement très bien des Krishnamurti, E.Tolle, Jac o’keeffe, Jeff Foster (etc…)
        Cependant je trouve qu’il va bien plus loin que les autres, il est aussi du coup plus difficile de le suivre des fois, mais quel mise à nu, quand tout, absolument tout (même le concept que nous ne serions que conscience pure), vole en éclat, il ne reste que ce qui est.
        Buenas noches!
        Amitié
        Amitié

        • guil dit :

          Oups c’est de U.G Krishnamurti dont tu parle, désolé j’avais pas capté,
          Je ne connais pas, mais je vais y remédier ^^
          Bises.

          • Soleil Bleu dit :

            Tes paroles ont été un baume de douceur lorsque je les ai lues guil, c’est drole comme je n’imagine jamais qu’on puisse me percevoir avec autant de mansuétude dans le regard. Je reste surprise et étonnée à chaque fois, comme si c’était la 1ere fois. J’apprends…un ptit peu chaque jour. Merci !

            J’ai ammorcé ma rencontre avec Nisargadatta Maharaj, tu avais raison ! elle est pleine de promesses avec lesquelles je m’accorde déjà bien ! Que de belles aventures et découvertes en perspectives !

            Belle nuit, la lune est très brillante dans le ciel, je viens de lui rendre une ptite visite.
            Bises
            S.B

        • Stéphanie dit :

          Bonjour Guil,

          Quelle chance tu as d’aller voir Amma à chacun de ses passages ! C’est une expérience que j’aimerais moi aussi vivre car elle est l’une des incarnations de la Mère Divine. Je ne supporte pas non plus la foule et je sais qu’il y a beaucoup d’attente, moi qui suis une grande impatiente, cela mettrait mes nerfs à rude épreuve.

          Ceci dit, le moment que tu vis lorsqu’elle te prends dans ses bras efface à l’instant tout le reste. C’est le pur Amour Inconditionnel/Divin celui qui n’appartient pas à ce monde qui descend en toi, alors pas étonnant que son effet perdure dans le temps et qu’il soit immensément puissant et intense et cela pour tous sans exception.

          Merci d’avoir partagé cette merveilleuse expérience avec nous Guil.

          • guil dit :

            Merci a toi Stéphanie,
            J’avais écrit une réponse très longue, et comme ca m’arrive souvent, tt c’est effacé je sais pas trop comment.
            La j’ai le flemme de recommencer tt de suite, mais si tu as le moyen d’aller la voir, n’hésite pas, tu seras soit enchantée soit très déçus, mais il y a quelque chose qui se passe bien au delas des ressentis je crois, des fois on le ressent ou comprend d’une certaine façon, bien après l’expérience, des fois, ou pour d’autres, c’est immédiat.

            Amitié

          • Stéphanie dit :

            Bonjour Guil,

            Merci pour ta réponse et surtout merci de tout cœur pour ton témoignage sincère. J’ai découvert Amma à travers une émission italienne qui s’appelle Mistero (mystère) et traite des sujets qui nous tiennent à cœur ici. Un journaliste était allé à l’un de ses meeting près de Milan et décrivait donc l’ambiance et l’expérience vécue (qui ressemble d’une façon très troublante à ce que tu décris toi-même).

            Avec ce que je suis (c’est-à-dire avec mes propres filtres), j’ai vu une femme qui était l’incarnation de la Mère Divine, et ce qu’elle transmet c’est l’Amour Inconditionnel qui n’appartient pas à ce monde. Tu as, cependant, tout à fait raison la meilleure chose à faire pour en avoir le cœur net c’est de tenter l’expérience et ton récit est un encouragement dans ce sens, Merci Guil.

    • Thau dit :

      Si tu vas sur le site « autresdimensions » et que tu sélectionnes les canalisations au nom de BIDI, sur l’absolu, tu vas te régaler: c’est du même tonneau.
      Fraternellement

      • Le Passeur dit :

        Personnellement, comme je l’ai déjà dit, j’invite au plus grand discernement vis à vis de ce site et de ces canalisations.

        • marie christine dit :

          Est-il encore besoin d’enseignements « en amphi » ?
          Je ne sais pas, je sens que nous bénéficions maintenant de « cours particuliers » .
          Si on reste bien attentif et concentré sur l’intérieur, il y a comme une présence toute proche qui nous guide et nous ait avoir des expériences …

          • graffitique dit :

            Oui c’est le cas, il me semble.
            Quelque chose qui affleure parfois ici en témoigne d’une autre manière.

          • Cent Nom dit :

            Je suis entièrement d’accord avec toi Marie Christine.
            Je rajouterai seulement peut être sommes nous plus attentif à ce qu’on nous dit désormais.
            Porte toi bien.

  5. HAYAH dit :

    la réalité de la vie c’est l’UNITE.
    http://lapressegalactique.blogspot.fr/2012/10/la-realite-de-la-vie-cest-lunite.html
    élimination de nos croyances
    amitiés

    • Soleil Bleu dit :

      Alors là ! Ce lien là Hayah, je le garde en pense-bête sur mon bureau.
      Merci de nous l’avoir offert.
      S.B

  6. Béa dit :

    La connaissance de l’égo est ignorance ! Elle nous enferme dans la dualité et l’illusion !

    Il faut oser n’être rien pour redevenir tout.C’est par l’humilité et par l’abandon confiant à « ce qui est »dans l’éternel Présent que La Volonté Supérieure peut nous traverser,nous combler et Divinement nous guider selon un plan qui,même s’il nous échappe,manifeste la perfection de l’infinie Création.

    Débrancher le mental qui nous égare, nous sépare,nous limite et nous piège dans le manque et l’absence et oser le grand saut dans l’inconnu avec l’esprit d’aventure qui caractérise ceux qui ne craignent plus de dépasser les limites.

    Il n’y a rien à croire,rien a chercher,rien à attendre car il n’y a pas plus de passé que d’avenir.Le temps linéaire va se dissoudre dans l’éternité,la dualité dans l’unité et l’éphémère dans l’absolu car c’est La seule Vérité qui EST .Tout le reste n’est que confusion et complexité,labyrinthe( ou impasse) construit par nos esprits distordus ,incapables de concevoir la simplicité,accumulant,pour notre grand malheur, les barrages à l’Amour.

    Défait des peurs,doutes,jugements,prétentions de savoir et autres stratégies (fumeuses et insanes) ,l’Être,devenu Divinement transparent, peut tout naturellement ( en conscience et confiance) se fondre dans la magnificence originelle du Tout.Un Tout en perpétuelle expansion qui EST expression d’ Amour inconditionnel, Vie en création,lumière et vibration…

    La peur divise alors que l’Amour multiplie .Nous sommes laissés libres d’expérimenter l’une ou l’autre de ces voies à chacun de nos pas ,d’explorer la dualité,jouer à se faire peur ou grandir en conscience au sein de l’Unité …

    Accueillir,pleinement,simplement,humblement et en toute transparence, l’Amour qui coule dans l’éternel cadeau du Présent…Être !

    Lumineuse journée à tous et à chaque Un !

    • Cent Nom dit :

      Bonjour Béa,

      Je suis sur de ne pas être d’accord avec toi quant à l’ego.
      Tu as décrit une façon d’être. ok.
      Est-ce bon de stigmatiser cette façon d’être?
      Je suis sur que non.
      Je suis dans le cas inverse de toi.
      Est-ce qu’une âme est forcément vertueuse?
      Je dirai que non.
      Et je n’ai pas d’exemple à te donner que ce que je te dis.
      Est-ce qu’un ego est forcément machiavélique?
      Je dirai que non.
      Et je n’ai pas d’exemple à te donner que ce que je te dis.

      Je sais « maintenant », et en fait je m’aperçois que je l’ai toujours su que mon ego m’a sauvé. Il a toujours été très conciliant me permettant de faire toutes les conneries que je voulais, il était toujours là pour moi.
      Comme je ne savais pas qui j’étais, je me suis identifié à lui et je lui est fait subir tout ce que je ressentais, tout ce que j’éprouvais. Et tout ce que je trouvais bon, c’était grâce à moi, et tout ce que je trouvais dégueulasse c’était à cause de lui.

      Désormais, je sais que tout ce qui était dégueulasse c’était mon plaisir.
      Et tout ce qui était bon, c’était de lui afin de me maintenir la tête hors de l’eau.
      Je peux dire que mon ego a été d’une patience exagérée, et d’une gentillesse sans borne.
      Je reconnais ce qui m’appartient et ce qui est de lui désormais.
      Ensemble que pouvons nous faire?
      Parce qu’avant il y avait « moi » et que « moi » : à travers lui.
      Tout ce que tu appels : doute, peur, anxiété, jalousie, colère, mensonge.
      Ce n’était pas ceux de mon ego, mais ceux de mon âme.
      Maintenant je n’ai qu’une envie c’est de le laisser sans entrave de moi, de mes croyances et d’être uni à lui qui a été si « courtois » avec moi.
      En fait, il est mon idéal.
      Je commence, tout juste à comprendre sa façon de fonctionner.
      Sa façon de vivre et d’être.
      Avant c’était qui je croyais être et je n’était pas ce qu’on appel un cadeau.

      Je ne suis pas en train de te dire que tu n’as pas raison de fouetter ton ego.
      Je te dis juste qu’il y a des gens qui fonctionne différemment mais qui croyaient fonctionner comme tu penses fonctionner.

      Il y a des âmes incarnées pour apprendre de leur ego.
      Que leur ego soient bons ou pas n’a pas d’importance.
      Il y a des ego qui reçoivent une âme pour apprendre à grandir.
      Que cette âme soit bonne ou pas n’a pas non plus d’importance.
      Certains diront, que c’est la même chose, et c’est pas faux.
      Mais cela signifie une chose : que l’on soit dans un des quatre cas vu ci-dessus entrainera une façon de voir, de comprendre et de réagir tout à fait différente pour quelqu’un dans un autre cas.
      Et il y a peut être d’autres façon d’être. Qui sait?

      C’est pour cela que les généralités sont déroutantes, déconcertantes et parfois perturbantes. Ce qui s’applique pour un n’est pas le cas pour tous.
      Et c’est pour cela qu’il y a des choses qui nous parlent et d’autres non.
      Une certaine résonance et un discernement sont les bien venus.

      Ce commentaire n’est pas pour toi Béa, toi tu sais déjà ce que tu veux.
      Et c’est bien.
      Ce commentaire est pour ceux qui ne sont pas comme toi, mais qui croit être comme toi, et qui se font du mal à suivre ton exemple.
      Alors qu’ils peuvent être ce qu’ils sont sans vouloir s’identifier à ton exemple, tout simplement parce qu’ils n’ont pas d’autres exemples et/ou qu’on leur dit qu’il n’y a que cette façon de voir et de faire.

      Une dernière chose, le mental est à l’ego ce que les pensées sont à l’âme.
      Lorsque les pensées et le mental fusionnent dans la conscience que l’on a des choses alors les choses changent littéralement devant nos yeux.
      Et si on partage une relation et que l’on est dans ce cas de figure, alors les changements sont démultipliés.

      Agréable journée
      Porte toi bien

      • Le Passeur dit :

        « Une dernière chose, le mental est à l’ego ce que les pensées sont à l’âme. »

        Les pensées sont l’expression du mental, non de l’âme. Les pensées sont le tumulte du mental, le bruit et le plein, elles alimentent sans cesse l’illusion dans laquelle se meut l’égo. Ce n’est pas pour rien que les sages ont toujours invité à contacter l’espace entre les pensées, le silence et la vacuité.

        • Béa dit :

          Bonjour Cent Nom et merci pour ce temps pris à répondre à mon com.!

          Il semble que nous nous ne soyons pas tout à fait d’accord sur le sens de l’égo !
          Je ne prétends pas détenir La Vérité et c’est dans le partage et l’échange de nos différents points de vue que nous pouvoir assoir nos convictions ou changer d’orientation.Alors,merci de me donner l’occasion de préciser ma position. »On enseigne ce que l’on apprend » !

          Je ne diabolise pas l’égo.Il est l’outil indispensable à l’expérience de l’individualité.Il fonctionne sur la base (illusoire)de la séparation et de la peur.

          Sa place est,à mon sens,au service du coeur.S’il est prédominant,il influence nos choix dans le sens de la dualité et nous égare dans la peur,le doute,la complexité, le manque et l’absence.Le jugement,l’opposition,comparaison,rentabilité…sont ses caractéristiques et ce monde est à son image.
          Tant qu’il reste notre cadre de référence,nous sommes soumis à une quête sans fin : chercher à l’extérieur de quoi combler le vide intérieur induit par l’idée même de séparation.Il se base sur l’illusion d’un temps linéaire,se réfère au passé pour échafauder l’avenir et fonctionne sur un mode action-réaction, attaque-défense.

          Le Cœur te dit qu’en tant qu’enfant de l’Un tu es naturellement parfait.
          Il t’installe dans la complétude et t’offre en cadeau un Présent éternel qu’il te suffit d’accueillir en conscience et confiance,de manière inconditionnelle, pour goûter pleinement à la légèreté d’Etre .
          Il te ramène à l’Unité,te sauve de l’impasse des confusions mentales,t’invite ,en douceur et fermeté,à lever tous les barrages à l’Amour ,dans la solitude et le silence de ton centre.Ses caractéristiques sont la simplicité,l’humilité,l’Amour inconditionnel.

          L’égo est indispensable à l’expérience terrestre .L’erreur serait de nous identifier à lui ou à tous les liens qu’il cultive pour nous donner l’illusion d’être séparés et nous garder craintifs,soumis et incomplets.

          Tout est question de point de vue !

          Voir la vie à travers le filtre de l’égo( la peur) ne peut qu’offrir des satisfactions éphémères et jamais ne nous comble durablement.

          Vue avec le cœur(l’Amour),la vie révèle mille richesses et nous rend à la vérité,à la légèreté d’Être,simplement.

          Merci Cent Nom pour ce partage et Merci Passeur pour ta réponse et cet espace qui nourrit, rassemble et nous rappelle si justement l’essentiel !

          • Cent Nom dit :

            Béa bonjour,
            Je ne prétends pas non plus détenir la Vérité.
            J’ai une certaine expérience de la Vérité et je crois que sur le site, et même ailleurs, c’est le cas.

            On enseigne ce que l’on apprend » c’est ce que tu dis et c’est bien le nerf de la « guerre », si je puis me permettre.

            Pour moi, lorsque je regarde un chien, je regarde un ego qui s’affaire.
            Il a toute l’intelligence pour répondre à ses besoins. Et lorsqu’ils sont en meutes on a affaire à un esprit grégaire c’est à dire à un rassemblement de mental formant une entité plus grande. C’est le cas des oiseaux, des poissons…

            C’est pour cela que je dis que nous sommes des ego. C’est notre comportement dit « animal » et qui rentre en conflit avec des intérêts ou des cas de conscience qui ne sont pas les siens.
            Mais chaque lignée d’espèce à sa propre intelligence.
            C’est pour cela qu’un oiseau n’a pas besoin d’apprendre à voler.
            L’ego relève de l’instinct. Il sait.
            L’âme relève de l’intuition. Il est probable.
            D’ou les conflits.
            Les émotions guident l’ego.
            Les sentiment guident l’âme.
            Suivant ou se situe ta conscience tu juges ou pas.
            L’ego ne juge pas. Un animal n’en juge pas un autre. Si tu juges tu ne relève pas de l’ego.
            Le mental qui est de l’ego permet d’appréhender la réalité des dimensions en présence. On peut le distordre, vu toutes les publicités qui sont partout, je n’ai pas besoin d’élaborer dessus.

            Le point que je voulais soulever, c’est que la conscience se ballade de l’ego à l’âme. Cela engendre une certaine confusion. Mais si nous sommes suffisamment attentifs alors nous pouvons nous en rendre compte.
            C’est pour cela que parfois nous sommes la conscience de l’âme et nous nous adressons à des consciences d’ego, d’ou une incompatibilité d’intérêt. Et parfois c’est le contraire.
            Il résulte de ces va et vient de conscience des problèmes si la personne en face n’est pas dans les mêmes dispositions que nous au moment ou nous lui adressons la parole.

            Pour finir, je dirais que la peur est une énergie émotionnelle qui nous renseigne. Le seul moyen de la transcender c’est de l’accepter pas de la fuir ou de la rejeter.

            Le point que je partage avec toi, c’est le Coeur.
            Je te rejoins entièrement lorsque tu dis que le Coeur et l’énergie qui en découle permet de tout transcender.
            Et c’est pour cela que l’activation du coeur doit se faire dans les différents corps afin de permettre à l’harmonie d’être et de transcender les barrières entre les différents protagonistes qui nous sont propres.

            Merci à toi Béa pour ce partage.
            Agréable soirée
            Porte toi bien

          • alain thomas dit :

            Béa, cette démonstration sur le sens de l’égo est une des plus remarquables que je n’ai jamais lu.
            Fort clair, précieuse et significative de ce qui différencie tous les aspects de notre esprit, notamment ce qui vient du coeur et ce qui vient du mental, l’importance de l’un et de l’autre lorsqu’ils se conjuguent au présent.
            Super Béa

          • Cent Nom dit :

            Béa bonjour,
            Je ne prétends pas non plus détenir la Vérité.
            J’ai une certaine expérience de la Vérité et je crois que sur le site, et même ailleurs, c’est le cas.

            Ce n’est pas ce que je voulais exprimer.
            Je voulais dire c’est que j’ai une certaine expérience de la Vérité et je crois que sur le site, et même ailleurs, il y a beaucoup de gens pour qui c’est le cas.

            J’ai oublié les « gens » !
            Quel petit présomptueux j’ai fait !

            Portez vous bien

          • Le Passeur dit :

            C’est en effet très juste.

          • Marie-Anne dit :

            Ah, le beau commentaire, doux, limpide et fort!
            Merci, Béa

        • Cent Nom dit :

          Le Passeur,
          Tu dis que le mental inclut les pensées qui incluent l’ego?
          Je n’ai pas bien compris le rôle que tu attribues à l’ego.
          C’est un peu comme un empêcheur de tourner en rond, c’est ça?

          Puisque tu m’en donnes l’occasion j’en profite pour rentrer un peu plus dans les précisions.
          L’ego est notre corps et le mental la partie immatérielle de cet être qui lui permet d’agir. Par la télékinésie et la transmission de pensées….
          La cogitation mentale n’étant qu’une perturbation problématique et tout à fait maitrisable.
          L’ego est totalement autonome. Sauf si on le contraint par un jeu de croyances subtiles et retors.
          L’âme est la partie invisible du corps qui émet des pensées et qui reçoit des autres leurs pensées.
          C’est pour cela qu’on a parfois des pensées qui ne sont pas les nôtres.
          Le partage entre l’humanité se fait de deux façon différentes.
          Une immatérielle au travers des pensées traversant toutes les mondanités.
          Et l’autre immatérielle au travers du mental qui se décompose en cogitations diverses (dites « intelligentes ») et qui reste profondément clanique.
          L’intelligence résulte de l’expérience pour l’un et l’autre.

          L’ego et l’âme sont le symbole des énergies cosmo-telluriques. Elles doivent être ensemble, séparées elles ne sont rien et n’ont pas de pouvoir d’action ni de création.
          Pour les regarder observe un homme et une femme. C’est pareil.

          Le bruit mental et le bruit dans la pensée sont la résultante soit d’ajustement soit de distorsion naturelle ou artificielle.

          L’observateur Tout Puissant sur ce « couple » attend leur consentement afin d’agir à travers eux. Il attend leur harmonisation…volontaire.

          Espérant avoir été plus clair.
          Merci à toi

          Porte toi bien

          • Le Passeur dit :

            Eh bien disons que c’est une vision très personnelle des choses, en tout cas pas la mienne. Peut-être est-ce une question de terminologie.
            L’ego, c’est le sujet d’à peu près tous mes articles réunis dans « L’Eveil« , je ne peux donc pas reprendre tout ça dans les commentaires. Mais pour résumer, l’ego, c’est ta personnalité, ton Moi, façonné en grande partie par le corps émotionnel, et son outil de prédilection pour se maintenir dans la position dominante qu’on lui a donné par identification à lui, c’est le mental. Pour plus de détail, vois dans « L’Eveil ».

          • Cent Nom dit :

            Ben heureusement que c’est une vision personnelle des choses.
            C’est pas le but des commentaires?
            Je commence à être heureux d’avoir cette vision des choses.
            Que ce ne soit pas la tienne, c’est bien. Je n’ai pas demandé à qui que ce soit d’avoir la même façon de voir les choses que moi.
            C’est le libre arbitre et la multitude des choix de vie.
            Mais le contraire est aussi de rigueur.

            J’ai bien compris que l’ego est la personnalité.
            J’ai répondu à quelqu’un. Je vais pas faire une thèse, je ne crois pas que cela soit le lieu.
            Et en même temps, que l’ego soit la personnalité façonnée par le corps émotionnel n’empêche en rien ce que j’ai écrit sur l’ego.
            Bien au contraire.

            Sauf que tu as écris que tu veux que tout le monde qui s’exprime ici ait la même vision des choses que ce que tu as écrit dans tes articles.
            De quelle liberté parles tu?
            De quoi parles tu?

            Porte toi bien

            • Le Passeur dit :

              Houlà, tu commences un peu à ronger ma patience l’ami. Si tu comprends mes propos de travers, je n’y peux pas grand chose et si tu te sens attaqué là où il n’y a qu’une réponse amicale, je n’y peux pas grand chose non plus. En attendant, tu es souvent à la limite de l’agressivité et tu devrais peut-être te demander pourquoi, ça ferait avancer les choses.

          • Zeitgeist dit :

            N’y aurait-il pas + de 7 milliards de manières, à définir « l’Ego » ?

            Sommes-nous pas tous confrontés à n’en connaître qu’un seul dans le fond ?

            Il me semble que l’ego soit propre à chacun.

            Il y a l’eau, le sirop et tous ses mélanges….

            🙂

        • Cent Nom dit :

          C’est en effet très juste : le Passeur.

          Et c’est pourquoi j’ai signalé qu’il y avait une erreur dans le ce que j’ai écris qui me faisait passer pour un présomptueux .
          Tu ne l’avais pas noté que tu le soulignes?
          Si j’avais été présomptueux je n’aurais pas repris ce que j’ai écrit. Non?

          Vu la teneur du site je me serai attendu à mieux comme remarque. Mais bon on fait ce qu’on peut.
          Porte toi bien

          • Le Passeur dit :

            Dis donc l’ami, faudrait voir un peu à se détendre, ça te ferait du bien ainsi qu’à tout le monde. Ma réponse s’adressait à Béa comme tu aurais pu le voir si ton ego n’avait pas été aussi à l’affut (ego dans le sens où je l’ai indiqué auparavant).

          • Cent Nom dit :

            Je suis détendu…
            Mon ego à l’affut???
            Tu veux dire qu’il y a en moi une chose qui n’attend qu’une chose c’est de te sauter dessus au moindre de tes faux pas?
            LoL, si tu le dis. Mais je me sens pas concerné.
            Même si tu dis que je devrais.

            Quel est mon intérêt de te rentrer dedans????
            ah oui surement mon ego qui veut dominer la Terre.
            Et j’ai commencé par toi le modérateur du site.
            Eh bien sur tu me demanderas, quel est ton intérêt de me rentrer innocemment dedans : toi seul le sait…mais j’ai une petite idée.
            Mais moi je ne peux pas te bloquer sur le site.
            … alors réfléchissons 2sec…

            Mais je trouve ça joli les pirouettes
            Un coup de l’ego ça, non?
            Porte toi bien

            • Le Passeur dit :

              Visiblement tu ne veux ni relire « l’échange » ni comprendre, tout ton numéro partant je te le rappelle d’une réponse faite à quelqu’un d’autre qu’à toi. Comme tout ceci n’a aucun intérêt et pas sa place ici, je te le dis une dernière fois, garde ton agressivité au placard et sors-nous plutôt ce qu’il y a de meilleur en toi. Désormais, tout message agressif de ta part sera tout simplement laissé de côté et non publié.

      • Marie-Anne dit :

        Bonjour, Cent nom,
        Tout est question de définition et de compréhension du rôle de chaque « instance »(égo, âme, pensées,etc…).
        Voici, schématiquement, ce que j’ai retiré de mes recherches en « externe » et en «interne» :
        Au début, avant de nous enfoncer dans la densité de plus en plus forte provoquée par la dualité , nous étions en contact avec notre Moi divin ( ou notre « Je Suis », ou…,appelle-le comme tu veux).
        Le Moi divin (qui est notre moi réel et toute sagesse) nous envoyait ses messages, ses informations et ses directives, qui étaient alors reçus par notre Coeur.
        Notre coeur envoyait ces infos au cerveau pour que celui-ci exécute ces directives au niveau terrestre : notre cerveau a toutes les compétences pour cela. Notre intellect (ou le mental, associé au cerveau) est un précieux outil qui est capable de traduire les infos lumineuses divines en quelque chose de compréhensible , d’accessible et de tangible pour nous qui sommes ici, sur Terre, dans les dimensions plus basses ;
        parallèlement, l’intellect reçoit et traduit aussi les infos du monde terrestre extérieur( via les 5 sens) : ainsi l’être humain était ( est, à l’origine) la parfaite extension de son Moi divin dans les dimensions les plus basses : le Moi divin envoyait ses directives, le mental les traduisait et mettait, intelligemment en œuvre, leur extériorisation adaptée à la vie terrestre.
        L’intellect était à la fois connecté au monde divin ( via le cœur) et au monde extérieur terrestre( via nos 5 sens physiques) .L’être humain était la parfaite extension terrestre de son Moi divin.
        Mais l’Homme s’est laissé entraîner sur la voie d’une certaine facilité, en écoutant uniquement ses 5 sens physiques, délaissant de plus en plus l’écoute de la Sagesse de son coeur ;
        En fait, l’intellect n’a plus écouté que les infos venues de « l’extérieur » et ne s’est plus basé que sur elles (elles qui ne sont, en fait, qu’apparences et créations illusoires de l’Homme).
        Au lieu de traduire les pensées divines en pensées adaptées à la vibration de notre vie terrestre, l’intellect (le mental, l’égo) a fonctionné avec ses propres pensées basées sur ce que lui renvoyait l’extérieur illusoire ; pensées renforcées par les émotions qui leur étaient associées, et attirant à elles des vibrations( des pensées, des évènements, …) du même acabit .(Auparavant, lorsqu’une info était captée par un être humain, elle passait d’abord par le Cœur, et si elle était acceptée par lui, elle était alors transmise au mental pour être comprise à notre niveau et mise en forme dans notre monde aux vibrations plus basses. Sans ce passage par le Cœur, les vibrations basses ou inutiles n’ont plus été filtrées et sont venues s’ajouter à tout ce qui canarde l’égo et renforce son « sentiment » d’insécurité.
        L’insécurité entraîne la peur,qui renforce le besoin de tout contrôler, qui renforce la lutte pour le pouvoir, qui renforce la dualité, qui renforce le sentiment de séparation, qui entraîne une densité encore plus lourde et un éloignement ( apparent) de son Moi Divin encore plus important, donc une écoute de ce Moi divin encore plus compliquée ; et l’égo reste toujours maître du Jeu.
        Tout ceci a été voulu pour nous permettre d’expérimenter la dualité et la séparation apparente d’avec le divin( dans le but d’expanser la Conscience, de créer du nouveau, etc…)
        Mais ce Jeu se termine, et l’égo qui nous a bien servi doit maintenant retrouver sa juste place, er sera, par la suite, réintégré à la totalité de notre Être ;
        C’est pour cela qu’il est temps aujourd’hui; de nous tourner à nouveau vers notre Cœur ( par l’attention et par la méditation, p.ex.) tout en aimant notre égo, en le rassurant et en le remerciant.
        Voilà, Cent Nom, mon explication simplifiée de la situation. Qu’en penses-tu ?
        Merci pour toutes tes interventions ! Je t’envoie toute mes amitiés

        • marie christine dit :

          De la grossièreté par ci, de l’agressivité par là, de l’hypocrisie … Encore des choses à nettoyer pour TOUS .
          Merci Anne-Marie de maintenir le niveau de vibrations à un niveau raisonnable .

        • Cent Nom dit :

          Ce que j’en pense Marie Anne?
          Ben qu’on a dit exactement la même chose. Mais d’une manière différente.
          Sauf que nous ne plaçons pas l’ego au même endroit.

          Si je me suis identifié au corps, pourquoi dire que c’est au mental que je m’identifie?
          Le mental n’est, qu’un outil. Et cet outil est utilisé par l’ego. C’est lui qui collecte les informations par tous ses sens et qui sont envoyés en traitement au mental qui appréhende les dimensions. Et un retour d’info est fait à l’ego.

          « Au lieu de traduire les pensées divines en pensées adaptées à la vibration de notre vie terrestre, l’intellect (le mental, l’égo) a fonctionné avec ses propres pensées basées sur ce que lui renvoyait l’extérieur illusoire »

          L’ego n’a pas de pensées qui lui sont propres.
          Il ne fait que raisonner grâce au mental et maintenir son personnage dans un environnement.
          La « personne » qui pense et qui est responsable de l’amalgame n’est pas l’ego. Tout simplement au vue de son fonctionnement tout à fait basique.
          Le responsable de cet amalgame est bien quelque chose de plus subtil capable de contraindre les causes et les effets. Et au vue du fonctionnement de l’ego ce ne peut pas être lui.

          Mais en fait quelque soit le raisonnement sur l’ego.
          Tu soulignes un point important.
          C’est l’ouverture du Cœur et que les choses doivent reprendre leur place.
          La façon tout à fait personnelle que j’ai de voir les choses me permettent de lâcher prise correctement. Et de tourner mon être vers l’ouverture du Cœur.
          C’est tout ce qui importe le reste n’a pas d’importance.
          Une discussion reste une discussion.
          On peut en retirer de bonne choses, le reste importe peu.

          Je te remercie de ton message.
          Porte toi bien

          • Margelle dit :

            Je ne pense pas qu’une discussion soit anodine. Je crois -c’est une croyance !- que nous devons y apporter toute notre attention, car elle émet des vibrations que nous recevons tous, celles et ceux qui lisent, et nous sommes nombreux. Là ce n’est plus de la croyance, c’est du ressenti… Mais il est vrai qu’il est difficile de percevoir la totalité de ce que nous émettons…. J’en fais l’expérience chaque jour !

      • Marie-Anne dit :

        Hé, Cent Nom!
        Oui, j’apprécie tes interventions; mais quand elles sont plus cools (qu’elles correspondent ou pas à ma façon actuelle de voir les choses)!!

        • Cent Nom dit :

          Marie Anne
          Merci.
          Je n’aime pas le mot « cool » depuis que je sais qu’il signifie être froid et insensible.
          Loin de moi être cool qui ne signifie pas du tout sympathique.
          Mais si c’est bien de sympathie dont tu parles, alors je travaillerais un peu plus avec mon cœur. Ou différemment je ne sais pas encore, c’est tout nouveau pour moi.
          Je prend sur moi ce qui doit m’appartenir de reproche pour le reste ça ne me regarde pas chacun doit faire son travail.
          Si on reste sur le plan-plan, lui il est gentil, lui il est méchant il y a quelque chose à revoir.

          Porte toi bien

          • Marie-Anne dit :

            Oui, bien sûr, Cent Nom, que je voulais parler de sympathie!
            Pour moi, cool, évoque plus la fraîcheur ( d’une idée, d’un comportement,…) ou le calme de la sérénité, de la détente.
            Comme quoi, un même mot peut-être compris de façon différente!
            On le voit aussi avec cette notion d’égo dont nous avons parlé. C’est une question de manière de voir, comme tu le dis;
            et il est vrai que notre Cerveau est effectivement l’organe que l’on a l’habitude de nommer ainsi, mais aussi, semble-t-il, l’ensemble des cellules de notre(nos) corps , qui sont intelligentes.
            Pour le reste, on se rejoint parfaitement sur l’essentiel: l’ouverture du Coeur.
            Merci à toi pour ce rappel à l’essentiel

    • Jonas 27 dit :

      Ce message est pour cent nom et seulement pour lui.
      J’ai attendue que les choses se calme pour t’écrir car je n’avais pas envie que ce sois vue comme (mettre de l’huile sur le feu) alors,je m’adresse a toi mon ami et si tu le veux bien, adresse moi ,a moi seul la réponse.

      Premièrement bravo !mon ami pour ton premier commentaire .
      Si tu savais combien il me fait du bien .
      Quand les gens redécouvre l’être ,il est amour inconditionnelle et c’est confortable et merveilleux .On ne peut leur en vouloir de ne plus vouloir de l’égo.
      L’être a été enfermé sous ces couches de masques imposés depuis nos premiers jours et l’ego lui ne sais même pas qu’il est au commande car son chemin est trouble . Il cherche l’être toute sa vie car il déteste sa facon d’être (imcomplète).
      Quand il finit par retrouver l’être (la lumière),il est chassé hors du corps et est remplacé par la peur de l’égo.Tout est la !le choix ,la dualité,homme ou femme,gauche ou droite,haut ou bas,vrai ou faux et on peut continuer longtemp dans la bêtise humaine.Si il y a des gens qui avancent plus vite que les autre ce n’est pas qu’ils sont meilleur ou même des élus c’est seulement qu’ils traversent de l’autre côté du pont et ce qu’ils y trouvent c’est un miroir .Même si nous disont j’ai vue un miroir ,écouté moi!!!!j’ai vue un miroir ,tout va bien aller j’ai vue un miroir!!!
      ils leurs manquera toujours le pont et le pont est unique a chacun comme tu la si bien décris.J’ai vue deux corbeau géant avec une chouette (hiboux)???J’ai demandé a mon beau père ce qu’ils fesaient,il ma dit (ils se battent),moi je crois qu’ils s’amusaient, a bientôt sans nom.

      • Jonas 27 dit :

        Désolé mon ami (cent nom)je voulais dire et ni vois aucun message car c’étais accidentel

        • Cent Nom dit :

          Ne sois pas désolé !
          Je n’y vois aucun message que celui que tu me montres car il n’y a pas d’accident.
          Et je ne fais aucune déduction ou interprétation.

          Porte toi bien Jonas27

      • Cent Nom dit :

        Tu aurais du écouter ton beau père Jonas27, ils se battent.

        C’est un message uniquement à l’attention de Jonas27.

        J’ai écris puis effacé, écris puis effacé.
        Je ne sais pas si j’ai envie de répondre ou pas.
        Tu appels une réponse, donc je vais te la donner.

        Fais attention, il y a deux choses.
        Le miroir et ce que tout le monde ici appelle « ego ».
        Et qui est confondu avec le véritable ego.
        Je ne suis pas encore sur que « l’ego » fasse partie de l’image que l’on voit dans le miroir.

        Effectivement ils se battent !
        Ce n’est pas ce que tu crois non plus.
        Ne voit pas dans ces corbeaux ton totem, qui n’est pas ce que représente ces volatiles de mauvaises augures.
        Ils ne sont qu’illusions. Et ils agissent sur deux fronts à la fois.
        Mais il faut regarder au delà des apparences.
        Le hiboux chasse dans la nuit le rat qui se cache dans l’ombre de la nuit.
        Ce qui veut dire que ces deux corbeaux géants ne sont pas ce qu’ils semblent être.
        Ca veut dire qu’il y a quelque chose que je regarde et qui est au delà des apparences, sur ce site et ailleurs.
        Tout le monde croit que mais effectivement ce n’est pas le cas.
        Ils n’arrivent pas à mettre en relation les différentes facettes afin de voir ce qu’il se passe vraiment. Parce qu’ils ne traversent pas le pont.

        Ca ne me dérange pas ce que les gens croient, tant qu’il y a partage. Mais du moment ou il y a imposition, mon regard refait surface et je regarde ce que je recherche, moi.
        Quand les gens se sentent anxieux à la lecture d’un message c’est parce qu’il y a confusion et cette confusion est entretenue par celui que j’observe et que je décèle de mieux en mieux.
        Ca ne me dérange pas que l’on me montre du doigt.
        j’ai mes propres indicateurs.
        Et celui que je regarde n’aime pas cela et tente de brouiller les pistes. Ca me convient, la partie devient amusante.
        Je suis passé de chassé à chasseur.
        Le commun des mortels ne s’intéresse pas.
        La plupart du temps ils sont incohérents.
        La seule chose qu’ils aiment faire c’est s’écouter parler, moi j’ai raison ceci, moi j’ai raison cela et ne capte même pas qu’autre chose se sert de leur ignorance.
        Mais généralement ils se prennent pour des cibles et s’auto-mutilent le plus souvent inutilement en invoquant l’injustice et crie à l’agression.
        Je sais ce que je recherche et j’ai ma cible.
        Avant je me disais c’est ma faute si l’autre se sent agressé.
        Maintenant que je regarde ce qui agit et s’agite dans l’ombre je laisse l’autre avec ses problèmes de compréhension et d’agression et je continue ma filature.
        Parce qu’il y a véritablement autre chose.

        Et c’est pour cela qu’il y a tant d’affrontement dans l’espèce humaine.
        Ce n’est pas parce que l’homme est dans son enfance et qu’un enfant fait n’importe quoi et va même jusqu’à se blesser lui même.
        Ce n’est pas parce que l’homme est un loup pour l’homme, ça c’est du n’importe quoi.
        Un enfant n’est-il pas fondamentalement bon, lorsque ses parents le sont?
        Et si il ne l’est pas c’est parce que cet enfant est « possédé ».
        C’est ce possesseur qui engendre déviance, incompréhension, discordance, malentendu, guerre, maladie, pénurie…

        C’est de lui dont plus personne ne veut.
        Et moi je le regarde et je lui parle.
        L’effet malheureux c’est qu’il apparait et disparait aussi vite et tellement vite que la personne chez qui il est va jusqu’à croire que la « mauvaise » action qu’il vient d’entreprendre vient de lui.
        Mais on peut le suivre si on est conscient de sa présence.

        Si tu veux le voir c’est facile, remet en cause ce qu’il tente de faire et tu vas le voir apparaitre et réagir.
        Et généralement les gens s’approprie son « œuvre malsaine », sans même reconnaitre ce qui est malsain qu’ils prennent pour quelque chose de sain désormais. Quand c’est le cas tu sais « qu’il » se cache quelque part par là.

        Il a sa propre civilisation qu’il oppose à la notre et qu’il veut absolument détruire.
        Tu peux le voir dans la sagesse des anciens et la stupidité des dirigeants actuels.
        Bien sur, afin de facilité la lecture ne rentrons pas dans tous les cas particuliers de guerre fratricide.
        Il compartimente, il sectionne, il fait des secrets et aime cacher des choses, de plus il parle à l’envers.
        On le voit clairement dans le double langage sociétale employé, il possède, il est hypocrite, il filtre et aveugle, il établie des hiérarchie et donne des ordres et une ligne de conduite à suivre.
        Si cela n’est pas suivie il intervient violemment.
        Sur soi par un accident, ou par l’intermédiaire d’un tiers.
        Une meilleure connaissance du subconscient serait très utile car il semble que c’est le lieu ou il se cache et d’où il agit.

        Tout ce que je rajouterai c’est ce que m’apprends mon exercice sur l’ouverture du Cœur.
        Je ne suis pas parfait encore dans la libre circulation de cette énergie et l’ouverture 24/24 de ce centre énergétique, mais je regarde la perfection donc je ne me fais pas de souci.

        Un greffon que je partage avec toi : ça n’a pas d’importance.
        Ne lis pas tout cela n’a pas d’importance mais bien ça n’a pas d’importance. 🙂
        Si ça te parle fait le tien, tu en auras utilité.

        Une fois que le centre énergétique du Cœur sera totalement actif et libre, ce que je veux ne saurait tarder.
        En attendant ne confond pas l’image dans le miroir avec le reflet de celui qui se positionne devant toi et te fait croire que c’est toi.

        Et quand tout sera dissipé grâce à l’énergie du Cœur alors les deux corbeaux et l’hiboux seront comme tu l’as dit, en train de s’amuser.
        En attendant, vigilance et discernement.

        Agréable journée pleine de Vie
        Porte toi bien

        • Cent Nom dit :

          Jonas 27 je ne t’ai pas remercié
          Merci pour le coup de main.
          Passe le bonjour et mon respect à ton beau père.

          Porte toi bien

        • Jonas 27 dit :

          Mon très cher ami,
          Maintenant observe bien et tu saura,c’est vraiment drôle et a la foi flatteur.

  7. mimosa dit :

    « Je ne sais qu’une seule chose, c’est que je ne sais rien » (encore notre ami Socrate).

    • marie christine dit :

      Cent Nom, j’ai beaucoup d’affection pour toi, mais là, je crois que tu t’égares .
      Laisse tomber l’ego . Il a été utile . Il ne l’est plus .

  8. Saam Enki dit :

    Dieu pour une appellation plus simple ou la source, l’entité supérieure etc…, la religion, la croyance, la foi, le dogme voilà bien des mots qui sont encrés en nous depuis la nuit des temps. L’homme a toujours eu besoin de croire en quelque chose ou en quelqu’un car il s’est toujours senti imparfait et limité. c’est difficile de croire en soi même que de croire en une divinité ou en un être extérieur c’est pourquoi il est facile de rejeter la faute aux autres. Les gens ont peur de faire ou de dire le contraire de ce que fait la société qui les as vu naitre et grandir.Ils suivent comme des moutons, et Jésus est le berger.
    Pourtant il est clair que Dieu même nous dit: comment pouvez vous m’adorez sans me connaitre?
    et Socrate de nous dire « connais toi toi même ainsi tu connaitra la vérité ». Nous sommes Dieu, en cherchant à nous connaitre, nous connaitrons Dieu. Pour moi la meilleure des religions est celle qui résume en ces mots: » Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’autrui te fasse et donne tant que tu reçois en restant dans la lumière du juste ».

  9. Jonas 27 dit :

    merci passeur pour ce texte ,
    Pour ceux qui me connaisse vous aurez compris que je suis en désacord total avec ce texte mais,néanmoin l’expérience personnelle d’un être y ait décris alors,j’écoute.Il y a des choses (clefs)qui me dérange a très fortes doses (comment et pourquoi)?Cela nous apportera a parler du divin (dieu),certain pour et d’autre contre.C’est quand même étrange, c’est comme si on nous poussais a la dualité.Pour parler de croyance il faut assurément parler des premiers peuples qui ont foulés la terre (GAIA),nous tous mes frère.
    Pour ceux qui vivaient pacifiquement en contact direct avec (GAIA) ,ils ont su d’instinct qu’il y avait quelque choses d’invisible mais bien présent.
    Le chemin qui nous unis tous, vivant et non vivant.
    Alors étaisse une croyance?Je crois que non!C’était un savoir!!!
    je m’explique .Le mot croyance est celui utilisé par ceux qui regarde les autres de haut mais, en réalité ce sont des savoirs immémoriaux .Car ces peuples(que nous étions et sommes toujours)SAVAIENT!!! ,il ne croyais pas!!!
    Ceux qui ne croient en rien, croient en quelque choses, ils croient qu’il n’y a rien (je crois)haha!!Sachez que les mots sont très important dans ce qui va suivre .Sentez ,l’hésitation dans le mot croyance ,je crois ,je ne sais pas .Un vrai croyant dirait affirmatif,JE SAIS.J’étais mort dans un monde sans vie.J’ai vue comment les hommes se sont servis des croyances (savoirs)pour tout détruire alors,j’ai voulu détruire Dieu.Même si je savais qu’il n’avait rien a voir avec ce que les hommes avaient fait.C’était ma mission dans la vie(détruire Dieu),ce que l’homme en avait fait.C’était la seul solution pour sauvé notre mère (Gaia).J’ai peulré ,je lui ai dit (je vais te détruire et après je leur dirai que je crois en toi). J’ai plongé dans les ténèbres(substance) ,jusqu’au jour ou sur mon chemin j’ai commis un acte terrible ,j’ai donné cette substance a une femme qui portait un enfant.
    je me suis rendu a l’église car j’étais perdu et j’avais besoin de lui .Quand j,ai essayé d’ouvrir les portes ,elle était fermé a clef ,je me suis effondré en larme .C’est a ce moment que ma foie est revenue.Par la suite j’ai beaucoup souffert car la substance avait complètement rongé mes os de l’intérieur .Je ne pouvais plus vivre sans .
    J’ai tout fait pour m’en débarrasser(10 jours et recommence ,ainsi de suite ),rien a faire .Elle était plus forte que moi,puis un soir alors que j’étais hospitalisé une femme ma remis un livre (le livre des ange).J’ai fait tout ce qui était écrit dans ce livre et le lendemain j’étais sur mes jambe ,debout sans aucune souffrances .
    En sortant de l’hôpital je lui ai dis(que ta volonté sois fait).
    Je n’avais jamais compris (l’essence de cette phrase)avant
    Alors est-ce que je crois???NON!JE SAIS!!!

    • marie christine dit :

      Jonas, c’est ce que j’appelle traverser la mort et acquérir la Conscience de l’Immortalité dans les cellules mêmes du corps .

      • Jonas 27 dit :

        Ce sont les mots que j’utiliserai pour décrire cette expérience a l’avenir.Merci mon ami(e)

      • Thau dit :

        L’Immortalité des cellules de notre corps…vieux chemin arpenté avec acharnement par Aurobindo, Mère, Satprem…tous 3 décédés aujourd’hui. L’immortalité (comme tant d’autres notions: le zéro et l’infini comme disait l’autre) peut être concevable depuis ce monde…mais comme nous elle n’est pas de ce monde (comme disait un Autre)
        Fraternellement

    • Stéphanie dit :

      Marie Christine tu résumes parfaitement le chemin initiatique de notre ami Jonas. Ceci dit, si le corbeau est son guide animal c’est qu’il y a une excellent raison à cela. Ce sont les esprits des animaux qui nous choisissent pour nous guider et pas le contraire. Il n’y a aucun hasard …

      Et pourquoi tel guide (animal, ange, ET, être de lumière, ect.) nous suit dans cette incarnation ? C’est une très bonne question ! Moi, je sens (mais ce n’est évidemment qu’une croyance !!) que la réponse se trouve justement dans nos vies parallèles (pour faire plaisir à Cécile). Et pourquoi nos voiles (pour reprendre l’expression de Jonas) sont ils en train de tomber justement en ce moment précis ?! Tout simplement parce que l’horloge cosmique tourne et que le grand saut dans l’inconnu est pour bientôt.

      Vous avez tous raison mes amis, c’est mon mental qui s’agite pardon. Il faut s’abandonner, attendre patiemment en toute confiance, rire et s’éclater … Et c’est vrai, mais alors pourquoi ces mémoires sont –elles en train de remonter comme des bulles d’eau à la surface sans que je ne travaille dessus, sans que je ne demande rien, simplement spontanément comme ça ? Certaines sont très douloureuses, ce sont des traumatismes profonds qui ont besoin de guérison (comme le dit si justement Cécile) que j’accueille avec amour. D’autres sont simplement extraordinaires puisqu’elles me reconnectent à l’être divin que je suis, et là non plus il n’y a aucun hasard …

      Tout ça pour vous dire, oui dépouillons nous de nos vieilles croyances, car elles n’ont plus lieu d’être, laissons les aux morts vivants qui peuplent cette terre et retrouvons l’essence de notre être à travers les cellules de notre corps.

      • Le Passeur dit :

        L’égo doit finir à nu, Stéphanie. c’est pour ça qu’on le veuille ou non que tout ce qui relève de lui remonte à la surface, pour chacun sur cette Terre.

        • marie christine dit :

          Stéphanie, reconnaissons que les choses s’évacuent beaucoup plus facilement maintenant qu’il y a 10 ou 20 ans .
          On a l’impression d’être entendu tout de suite …

          Cécile, à mon sens, être n’est pas synonyme d’inertie ni d’attente ni de laisser-aller (le lâcher-prise n’est pas le laisser-aller) .
          Pour moi, être, c’est rester centré, relié, en toute circonstance : dans le travail, le repos ou le divertissement .

          • Cécile dit :

            Marie Christine,
            Je le sais intellectuellement, mais au quotidien, je suis dans des schémas assez interventionnistes, je le reconnais (il faut que j’avance, il faut que je médite, il faut que je m’éveille…)
            J’envie celles et ceux qui – comme toi, ou d’autres parmi vous sur ce site – savent être dans l’accueil, sans se démener, sans gamberger, sans s’accuser de paresse ou d’inconscience. Si quelqu’un a une recette pour calmer un mental en perpétuelle ébullition, je prends !

        • Stéphanie dit :

          Oui, le passage du chas approche … Je vais être sincère, je n’avais pas fait le rapprochement entre ces mémoires qui remontent, nos perceptions qui s’élargissent et l’égo car lorsque cela m’arrive le cœur est toujours la porte d’accès, cela se traduit physiquement comme une valve qui saute, et mes corps physique et émotionnel y sont impliqués intensément.

          Il est vrai qu’après l’ego spirituel peut s’en emparer et c’est peut-être le message que tu voulais me faire passer ? J’avoue que mon mental galope beaucoup suite à ces expériences et j’ai bien du mal à le tenir à frein ou à rester centrée comme tu nous le répète sans cesse …

          Par contre, si tu voulais dire que ces mémoires remontent pour que nous puissions les laisser aller car c’est notre égo qui s’exprime encore et toujours à travers elles, alors là, je n’ai sans doute pas encore intégré tout ce que tu as écrit.

          • Le Passeur dit :

            Je voulais juste dire que nous ne ferons pas l’économie de tout mettre à nu de ce qui relève de l’égo. Ce qui remonte sont des mémoires qui ont encombré nos cellules par leur charge émotionnelle, telles ces bulles de méthane qui sortent de la vase du fond des océans et dont je parlais dans L’Eveil en Soi (2). Tout ce qui possède sa charge émotionnelle lourde fera surface d’une manière consciente, ou même inconsciente à travers des douleurs ou des maladies, parfois fulgurantes et aussi vite terminées qu’elles ont commencé.

          • Stéphanie dit :

            Merci pour ta présence bienveillante et attentive Passeur. Je vais relire attentivement « l’éveil en Soi » même si j’ai bien compris que nous devons nous dépouiller de notre égo pour passer le chas, d’ailleurs comme le dit si Justement Thau la Terre vit elle aussi le même processus actuellement … Tout est relié …

        • Marie-Anne dit :

          Marie-christine : parfaitement d’accord avec toi: » être, c’est rester centré, relié, en toute circonstance », et d’accord aussi avec Le Passeur, Stéphanie et toi-même, M-C : tout ce qui doit être évacué s’évacue.
          J’ai déjà évacué beaucoup, et je suppose que ça continue; mais je remarque, notamment via mes rêves qui se sont toujours montrés précurseurs en ma vie, qu’une autre  » difficulté » apparaît (difficulté car je résiste, semble-t-il). Cette « difficulté »: accepter le changement de dimension (ça, c’est ok pour moi, comme à peu près pour tous ici); accepter de ne pas s’escrimer à revenir dans les anciennes dimensions (ce que ,manifestement, je fais ou je fais trop), et prendre conscience de notre immersion déjà avérée dans une ou des dimensions supérieures( ce que je ne fais pas assez).
          Je croyais pourtant que je me débrouillais bien , en « étant » et en lâchant prise ,de mon mieux: eh non, je résiste au nouveau, ou, plus exactement, je ne me rends pas assez compte que ce Nouveau est là avec ses nouvelles « lois »: dans mes rêves, je cherche, par tous les moyens, à « redescendre », et j’ai un mal fou à y parvenir (et encore!) ; tous les bâtons me sont mis dans les roues( y compris la gravité qui refuse de fonctionner lors de mes chutes dans le vide);et je reçois encore beaucoup d’autres signes qui vont dans ce sens.
          Cela, c’est pour les rêves relativement clairs!
          Les autres rêves me sont assez incompréhensibles, au « réveil » , ce qui, franchement, est rare chez moi!
          Y a-t-il quelqu’un d’autre qui rencontre les mêmes difficultés , car j’ai du mal à me positionner vis-à-vis de ces nombreux messages que je reçois de Moi-même: comment être plus conscient(e) du Nouveau qui n’arrive pas, mais qui est là?
          Merci et amitiés à tous

          • marie christine dit :

            Marie-Anne, je ne sais pas répondre à ta question .
            François avait abordé ce sujet il y a quelques jours .
            Personnellement, quand je pense à ce que j’ai été pendant de nombreuses années, j’ai un peu de mal à imaginer que je sois un être de lumière !
            Oh, oh, la bonne blague !
            Et pourtant …il paraîtrait que oui …
            Ah, l’amnésie nous a bien caché son jeu !

          • acacia dit :

            Chère Marie-Anne
            Comment pourrait-on être conscient d’un état que l’on ne peut pas encore connaître ? La conscience nous en viendra d’elle-même quand nous aurons changé de dimension. Quand nous serons dans le Nouveau nous saurons le Nouveau.
            ça ressemble à une lapalissade ce que je te dis là… mais je ne sais vraiment pas l’exprimer autrement.
            Et si tu essayais de ne pas te préoccuper des messages ou non messages de tes rêves ?
            Avec toute ma tendresse !
            Acacia

          • Marie-Anne dit :

            Merci, Marie-Christine de t’être penchée sur mon interrrogation.
            Je crois que je vais tout simplement garder confiance et même cultiver un peu plus cette confiance;
            et, comme le conseillent les « lumineux » amis de Monique Mathieu( et les nôtres aussi), je vais aussi continuer à cultiver L’Amour, la Fraternité et la sérénité…
            Je t’embrasse!

          • Marie-Anne dit :

            Oui, chère Acacia,
            Ce que tu dis est la sagesse même: » comment pourrait-on être conscient d’un état que l’on ne peut pas connaître? »
            Mais pourquoi mon psychisme insiste-il si fort et de toutes les façons possibles et imaginables sur le fait que cet état est déjà à notre disposition et que nous ne le voyons pas ?
            Et pourquoi est-ce que je sens qu’il a raison(indépendamment du fait qu’il m’a toujours étonnamment bien inspirée)?
            That’s the question!
            Je sens aussi autre chose, mais rien de bien clair pour le moment.
            Bon, donc, comme je le disais à Marie-Christine : Confiance et Sérénité!

            En tout cas, merci à toi aussi, chère Acacia de m’avoir donné ton point de vue;
            Je t’embrasse!

          • Tchunka dit :

            Marie-Anne, tu me fais sourire mon amie. Prends tes rêves comme ils viennent. S’ils n’ont ni queue ni tête ils sont tout aussi libérateurs – les bulles de méthanes remontent – accorde toi un espace de non-sens. Message ou non, profite de ces moments pour lâcher prise et vivre des choses impensables/incompréhensibles par l’intellect humain. Vole ma belle et découvre le bel être de lumière que tu es.

          • Marie-Anne dit :

            Merci, chère et sage , Tchunka: vous avez toutes raison: wait (calmement), and see ( en son temps)!
            Je t’embrasse

      • Thau dit :

        En effet Stéphanie, les « bulles » remontent à la surface, on peut même dire que ça bouillonne vraiment tant à la surface de la terre que dans notre vécu quotidien. Il faut juste les regarder passer ces mémoires qui affleurent, à la bonne distance, les accepter qu’elles soient agréables ou non. Elles sont en nous mais nous ne sommes pas elles. Eclatons nous, éclatons les…
        Fraternellement

      • Cécile dit :

        Tu as raison, Stéphanie. Encore faut-il que nous puissions identifier la croyance quand elle se manifeste. Comment sortir de mon propre cadre pour voir au-delà ? Comment le poisson peut-il voir la mer ?

        J’ai des yeux pour voir mais mon cerveau ne traite pas toujours l’information correctement. Cela m’est arrivé cette semaine. J’ai trouvé un animal qui m’était très cher, mortellement blessé sur la route en bas de chez moi. Mes yeux l’ont vu. Mon cerveau ne l’a pas reconnu. Je l’ai pris et déposé sur le talus en me disant « Ce doit être le chat d’un voisin, comme c’est triste ».

        Ce n’est que le soir, ne voyant pas revenir mon chat, que je suis retournée sur la route, à la tombée de la nuit, avec une lampe de poche, et c’est là seulement que je l’ai enfin reconnu.

        Que s’est-il passé pour que je refuse ainsi l’évidence ? Manque de présence à ce qui est ? Peur de voir la réalité telle qu’elle s’offrait à moi en cet instant ? Croyance que cet animal merveilleux était immortel, que la vie allait toujours rester comme elle est, avec mon petit monde bien tranquille autour de moi ? C’est probable.

        Toujours est-il que j’ai eu la démonstration, dans la souffrance, que mes yeux ne savent pas encore voir ce qui est, que la présence à la vie telle qu’elle se manifeste exige une vigilance de chaque instant, que le voir ou le non-voir se joue en une fraction de seconde, et que je n’ai pas encore trouvé le secret pour reconnaître une croyance quand elle se présente et crier « Le roi est nu ! »

        • Tchunka dit :

          Cécile,
          Ton récit me touche beaucoup, je t’imagine dans mes bras, je t’adresse beaucoup d’amour et de tendresse pour que tu reprennes ton souffle. Ton récit effleure nos cordes sensibles et nous montre à quel point nous sommes aveuglés, à quel point nous nous prenons les pieds dans les mailles de l’illusion, à quel point nous nous sentons coupables et nous nous jugeons, nous interprétons et nous créons un pataquès émotionnel.

          Cet être EST, tout comme le poisson dans l’océan, ils ne se posent pas de question, ils font partie intégrante de ce qui les entoure, ils ne cherchent pas à s’identifier, ils SONT. N’oublie pas que ce chat a rejoint son âme et que la facette de ce joyau qui le représente, de ce cristal qu’est l’âme, sera toujours accessible, tu peux le ressentir dès que tu penses à lui. Visualise et crée ta réalité, invite le à te rendre visite dans cet espace.

          As-tu lu le commentaire de Béa en haut de cette liste, il est d’une immense sagesse.
          Je t’embrasse bien fort et te souhaite d’être très vite en paix et en joie ♥

          • Cécile dit :

            Tchunka,
            Ah, oui, la culpabilité, je fais ça très bien. Par tes paroles de pardon, et aussi celles de Marie Christine, et d’autres sur ce site, je commence à m’autoriser à m’en délester. Sois-en, soyez-en tous remercié(e)s du fond du coeur.
            Et, oui, je commence à comprendre cette histoire de « créer sa réalité », je progresse de jour en jour. Ce mois d’octobre 2012, marqué par une accélération des prises de conscience (dans ma sphère de réalité) m’y oblige de toute façon.
            En vérité, le mot « accélération » ne rend pas compte de ce qui se passe. C’est plutôt un décollage à la verticale qui me scotche à mon fauteuil tellement la pression est puissante. Ça passera ou ça cassera, selon mon degré de souplesse, d’ouverture et d’abandon…
            Plein de belles et bonnes choses à toi, et à vous tous.

          • Marie-Anne dit :

            Bonjour , Cécile,
            Juste un petit mot encore :quand « ma » chatte nous a quittés, Tchunka m’ a dit, en substance, à peu près les mêmes mots qu’ à toi: et effectivement, ma chatte est revenue en rêve, et je l’ai libérée de toutes les attaches qui la liaient à moi de manière inadéquate – et pour elle et pour moi ( hormis celles de l’Amour qui nous lie tous).
            Je me rends compte , grâce à un de mes autres commentaires ici, que je ne l’ai pas délivrée de son nom d’ici: donc, si cela est adéquat et juste, je le fais ici, maintenant.( non que pour l’instant, je ne l’appellerai pas de ce nom qui fut le sien ici, dans cette incarnation précise-ci, mais je laisse aussi la place à son/ses éventuel(s) nouveau(x) nom(s).
            Voilà.
            Je sentais que je devais le dire ici, c’est fait!
            Amitiés à toi, Cécile, à toi aussi mon amie Tchunka, et à vous tous

        • marie christine dit :

          Cécile, ton histoire me touche beaucoup, et je trouve admirable la manière dont tu l’interprètes .
          Personnellement, ce que j’écris est ce à quoi j’aspire de toute mon âme, pas forcément ce que je vis à chaque instant .
          Comme le dit le Passeur, il y a encore toutes les bulles d’émotions enfouies qui remontent pour éclater .
          Il y a aussi l’orgueil spirituel, comme le dit Stéphanie, et qui sera peut-être la dernière croyance à éliminer .
          L’orgueil spirituel, c’est croire que nous sommes les auteurs de nos actes, de nos sentiments, de nos pensées alors que nous ne sommes que traversés par eux . C’est croire que notre propre cheminement, nos propres outils d’évolution, parce qu’ils ont été efficaces pour nous, sont forcément les seuls valables . C’est ne pas attacher d’importance à ce qui ne nous « branche » pas mais qui est primordial pour d’autres . Il faudrait voir l’importance de toutes les manières d’arriver au but, même celles qui nous paraissent les plus farfelues, les plus étrangères à notre nature, les plus alambiquées ou les plus directes … Ce n’est pas si facile . C’est ce que j’appellerais un défi . Une sorte de défi que nous lancerait Dieu, Lui l’Etre le plus complet, le plus ouvert, le plus vaste ; Celui qui englobe tout, Celui qui sait tout de l’Alpha à l’Omega, Celui qui a la vision parfaite de l’Ensemble avec ses tenants, ses aboutissants et l’infinité de connections qui font la Cohérence générale .
          Je nous vois comme un Orchestre en répétition générale . Il y a des tambours, des flûtes, des violons, des harpes, des cuivres, des familles d’instruments qui s’ajustent … Mais ils se regardent encore les uns les autres en se demandant comment on peut être si différents et pourtant destinés à produire une Oeuvre d’Harmonie .
          Il faut que le tambour reconnaisse pleinement l’importance de la flûte, et inversement ; que le violon reconnaisse l’importance de la batterie, et inversement, etc …
          Alors ils se rendront compte qu’ils sont tous indispensables comme les quatre pieds d’une table : si on en élimine ou en minimise un, tout devient bancal dans l’univers . Et ils se rendront compte qu’ensemble ils s’enrichissent à l’infini par un phénomène d’interactions continues . En fait, nous créons constamment parce que nous sommes créés constamment . Je pense que l’humilité suprême, c’est de reconnaître les pleins pouvoirs du Chef de l’Orchestre, le seul vrai Connaissant .

          • Cécile dit :

            Marie Christine,
            « L’orgueil spirituel, c’et croire que nous sommes les auteurs de nos actes… alors que nous ne sommes que traversés par eux. »
            Je ne demande qu’à adhérer à ton point de vue, qui d’une certaine façon est assez libératoire, mais si je considère que je ne suis pas l’auteur de mes actes, comment puis-je en assumer la responsabilité ? Pour moi qui crois (encore une croyance !) qu’il n’y a pas de liberté sans responsabilité, comment puis-je aller vers la libération si je n’assume pas mes actes ? Thau (si ma mémoire est bonne, je ne retrouve plus le commentaire) va dire que je suis encore dans la causalité, mais je ne sais pas comment résoudre cette équation. A moins que ce soit un faux problème que je m’invente… Un de plus.
            Quoi qu’il en soit, merci pour les paroles au début de ton message. Soit je transforme cet événement en prise de conscience, soit je deviens dingue.
            Amitiés

          • Thau dit :

            Vu autrement tu es le Chef d’orchestre…

          • Cent Nom dit :

            Bonjour Cécile

            Je pense que la première chose que tu devrais faire est de te surprendre.
            Il faut se surprendre.
            Non pas dans le sens de se faire une surprise mais plutôt de « t’attraper la main dans le sac ».
            Je m’explique.
            Lorsque tu parles essaie de te surprendre à écouter les mots que tu emploies.
            Les mots que tu emploies dénotes la « couleur » de la partition que tu es en train de jouer.
            La plupart du temps les gens agissent machinalement.
            Et il faudrait que tu te réappropries ce « machinalement » en surprenant qui parle pour toi.
            Que tu aies conscience de comment tu t’exprimes.

            Lorsque tu y arriveras, tu auras accès à la valeur des mots que tu emplois et qui d’une certaine manière crée ton cadre de vie(sérénité, souffrance), ton ambiance interne (joie, peine)
            …etc. Pour la suite c’est à toi d’entreprendre ta propre exploration de toi même.

            Aussi, tu vas t’apercevoir que les mots que tu emplois et qui ont une valeur énergétique ou de création appellent des actes.
            Une fois que tu sais ça, pour changer la portée de tes actes tu dois changer ou utiliser un autre vocabulaire.

            Sauf qu’avant les choses étaient machinales et que désormais c’est toi qui prend les choses en main.
            Une fois que tu l’expérimentes dans ta vie quotidienne, tu auras un aperçu de la véritable responsabilité.
            Parce que tu ne pourras plus dire l’homme est un loup pour l’homme, ou l’humanité est une plaie pour la planète ou que ta voisine est débile.
            Parce qu’en disant cela tu engages consciemment ta responsabilité dans la création de cette réalité nauséeuse.
            Et ensuite, vraiment après tu laisseras agir le chef d’orchestre comme l’a si bien décrit Marie Christine.
            Et par un lâcher prise, c’est toi qui lui ouvrira les portes du libre accès à ta conscience et à tes corps afin de participer à la symphonie qui se joue et ta responsabilité aura une toute autre définition que celle que tu as à l’heure actuelle.
            Tout cela a été dit afin de te servir Cécile.

            Agréable journée pleine de Vie
            Porte toi bien

        • Marie-Anne dit :

          Cécile,
          Ton chat, en partant t’a donné son dernier cadeau: cette prise de conscience que tu nous a évoquée avec tant de sincérité .
          Je suis, moi aussi « confrontée » d’une certaine façon, à cette épreuve du « voir » et du « non-voir »( je viens d’en parler dans un autre commentaire); et ton récit me donne déjà quelques clés: tu vois, ton chat m’a aussi fait un cadeau et je l’en remercie de tout coeur.
          Ton chat bien-aimé est allé rejoindre ma petite chatte, Câline, qui nous a quittés, à l’âge de 17 ans, ce 5 septembre, et qui, elle aussi, comme tous ces petits félins magnifiques, nous a beaucoup apporté( je la remercie encore de tout mon Amour).

          Merci, Cécile, pour tes commentaires empreints de sincérité et de beauté de l’âme;
          Amitiés à tous

          • marie christine dit :

            Cécile, assumons le mieux possible tout ce qui nous traverse .
            Je suis responsable de ce qui me traverse .

        • Stéphanie dit :

          Bonjour Cécile,

          Tout d’abord merci de tout cœur pour ce partage de ton expérience qui m’a profondément émue et touché. Je dois aussi t’avouer que j’ai trouvé cet événement tout à fait incroyable … de ceux qui n’arrivent qu’en cette période extraordinaire …

          Ensuite, j’aimerais te dire de ne pas culpabiliser pour ce qui est arrivé, à travers l’énergie de tes mots je peux cueillir tout l’amour inconditionnel que tu vouais à ton chat, et son âme (de ton chat) connait elle aussi ton cœur et les trésors qui s’y trouvent … Dans la dimension où il/elle se trouve il/elle continue à ressentir cet amour qui vous lié à jamais, la connexion entre vos âmes n’est pas interrompue, elle est éternelle …

          J’adore le commentaire de Tchunka et je t’assure qu’elle dit vrai lorsqu’elle te conseille ceci : « Tu peux le ressentir dès que tu penses à lui. Visualise et crée ta réalité, invite le à te rendre visite dans cet espace. » Il pourra aussi venir te rendre visite dans tes rêves …

          Je ne t’apprends rien en te disant que les chats sont vraiment des êtres merveilleux, extraordinaires (Je suis moi aussi une grande amoureuse de ces divines créatures). Ce sont des animaux qui ont la capacité d’être de grands médiums et de traverser les dimensions avec une très grande facilité. Tu sais, la leçon que t’envoie l’univers à travers cette expérience n’est certainement pas qu’il te faut prendre conscience de tes limites (car tu es en mesure de le faire très bien toute seule), mais plutôt de prendre conscience qu’il n’y a justement pas de limite à ton pouvoir créateur. Le côté positif de toute cette aventure est peut-être de te faire avancer dans la connaissance de qui tu ES réellement, et de renforcer ta confiance en toi-même, réaliser pleinement à travers l’expérience directe que nous sommes UN, que la séparation est une illusion …

          Je t’embrasse tendrement et fraternellement.

        • Thau dit :

          Cécile, les filles de ce site sont formidables: tous ces messages d’amour reçues vont bcp t’aider. L’Amour est la clé qui va te permettre de « ne pas devenir dingue » comme tu dis.
          Fraternellement

          • Cécile dit :

            Je réponds ici à tout le monde pour simplifier.

            Marie-Anne,
            Je me suis fait la même réflexion il y a cinq minutes, en allant sur sa tombe. Je l’appelle encore Pippin mais là où il est, il doit avoir un autre nom, porteur d’une autre vibration. Nos réflexions se rejoignent. Merci de la suggestion de le libérer de nos attaches qui ne sont pas adéquates, et j’ajouterais, de l’amour-souffrance que je lui envoie depuis quelques jours, et que j’essaie de remplacer par de l’amour-lumière. Ce que tu dis me parle vraiment. Sois-en remerciée.

            Marie Christine,
            « Je suis responsable de ce qui me traverse. » Tu viens de résoudre la quadrature du cercle. Je comprends mieux maintenant cette responsabilité qui n’est pas culpabilité mais création d’un espace de transformation, de guérison, de libération possible (comme le propose par exemple la méthode Ho’oponopono). Merci à toi de cette jolie compréhension que tu m’offres. Si, si, tu es une magicienne de la formule juste !

            Stéphanie,
            Tu as raison, mais ne crois-tu pas que tous les amoureux des chats pratiquent l’amour inconditionnel ? On ne peut aimer un chat que d’amour inconditionnel. Eckhart Tolle dit quelque part « J’ai eu plusieurs maîtres zen, certains étaient des chats. » Je crois que cela dit tout.
            Tu viens me rappeler au meilleur moment pour moi certaines évidences que j’ai tendance à oublier. Du fond du cœur, je te remercie pour ta compassion.

            Tchunka,
            Grâce à toi, mes limites sautent les unes après les autres. Tu ne croises pas mon chemin pour rien.

            Thau,
            Les filles… et les garçons ! Même s’ils ne manifestent pas leur compassion de la même façon, je n’en déduis pas qu’ils n’en ressentent pas. Cela dit, tu as raison, cette avalanche d’amour, de compassion et de paroles justes est un baume sur mon petit cœur meurtri.
            Certain(e)s sur ce site s’expriment régulièrement, d’autres de temps en temps, d’autres encore pas du tout. Peu importe, nous sommes tous là. Alors à vous tous et toutes qui m’aidez à traverser ce passage délicat, par vos paroles ou par votre silence : Recevez toute ma gratitude, votre présence m’est précieuse.

        • Stéphanie dit :

          Bonjour Cécile,

          En effet, pour être amoureux des chats et des animaux en général, une certaine ouverture du cœur est nécessaire … Si je pense à tous ceux que je côtoient qui partagent cette passion, tous ont à cœur ces valeurs qui nous sont si chères : La fraternité, le partage, la paix, le respect de la vie sous toutes ses formes, l’amour …

          Ce sont aussi de très grands enseignants spirituels, et je partage totalement la phrase d’Eckhart Tolle « J’ai eu plusieurs maîtres zen, certains étaient des chats. ». Bienheureux les amoureux des chats et des animaux …

    • Marie-Anne dit :

      Ton récit est extraordinaire, Jonas; je ne trouve pas les mots!
      Ces mots-là, donc, je ne les dirai pas, ils sont…hors champ!
      ——————–
      Pour le reste, Jonas, tu mets le doigt sur tout l’abîme qu’il y a entre « croire », « savoir »,et « connaître ».
      Je vais te donner mes définitions:
      Croire, c’est considérer quelque chose comme étant vrai , en partant de bases tout à fait subjectives et limitées tout en étant souvent persuadé que ces bases sont « objectives » et incontestables ;
      Savoir, c’est avoir emmagasiné un ensemble d’ informations acquises que l’on a – en principe- bien comprises et retenues;
      Connaître, c’est être conscient, intimement( de l’intérieur, donc), de l’existence de quelque chose; c’est aussi « reconnaître » , retrouver ce qui a toujours été en nous, mais qui était voilé.
      Je pense que le texte proposé par le Passeur parle des 2 premiers termes: le « croire » et le « savoir ».
      Toi, quand tu dis  » je sais », cela ressemble plus à un  » je connais », ou plus exactement, à un  » je reconnais le vrai de cela, car, ce vrai-là résonne avec le Vrai de mon Coeur ».

      Jusqu’à présent, nous avons surtout été dans le « croire » et le « savoir », et très peu dans le « connaître ».
      Apprenons maintenant à bien nous connaître et à mieux connaître Ce Qui Est; Pourtant, nous ne serons des « Tout Connaissants » que lorsque nous serons de retour à La Source de tout.
      As-tu lu le premier commentaire que j’ai fait à propos de ce texte sur les croyances?
      Je crois que si tu as le temps de lire, cela complètera bien ce que je viens de te répondre!
      A bientôt, cher Jonas

  10. alain thomas dit :

    La première croyance qui entraîne les autres est celle en l’existence d’un « soi » individuel, indépendant et autonome.
    La deuxième est la croyance en l’existence de tous les phénomènes, animés ou non, comme étant séparés du reste et substantiels.
    De là découle l’illusion des concepts, sous toutes leurs formes et à l’infini.
    Tant que nous prenons la vie autrement qu’un mirage ou que les reflets de la lune dans l’eau, nous solidifions nos pensées comme étant réelles alors qu’elles ne viennent de nulle part et meurent comme elles sont venues.
    Vivre, c’est naître et mourir en instants de conscience discontinus entre deux émergences.
    Notre vraie nature immuable est amour et lumière, dénués de toute souillure adventice, esprit inaltéré.
    Accepter de vivre, c’est faire l’expérience d’un corps, de ses agrégats et des contradictions douloureuses entre la magie de la vie et la non dualité.
    L’humour est la base qui caractérise les êtres qui n’ont pas de croyances. Ces êtres deviennent libres au fur et à mesure de leur cheminement, préférant le silence aux bavardages inutiles, en se débarrassant des préjugés perpétuels.

    Il n’y en a pas beaucoup.
    Pourvu que je puisse en rencontrer un, au moins une fois, pour qu’il me montre comment on fait, parce qu’en ce qui me concerne, boudiou qu’c’est dur !!!

    • graffitique dit :

      Bonjour,
      On ne peut pas mieux dire.
      Pour illustrer ces textes je propose ceci à l’intention de celles ou ceux qui n’en auraient pas eu connaissance :
      « La nécessité de la désillusion » : http://fr.sott.net/article/8013-La-Necessite-de-la-Desillusion
      La née cécité …

      • alain thomas dit :

        Bonjour,

        Merci pour le lien.
        Tout n’est pas bon à prendre dans ce lien mais il est intéressant.

      • marie christine dit :

        Merci pour le lien, graffitique . Du coup, j’ai essayé de me rappeler mes désillusions . Je sais que j’en ai eu des tas . Eh ben rien ! Black out . On dirait que chez moi c’est la notion du temps qui commence à dérailler, euh, enfin … à s’estomper …

        • graffitique dit :

          Bonjour Marie-Christine,
          Comme l’a dit Aain Thomas il y a un tri à faire dans cet article de sott.net, mais il rend bien compte du chamboulement intérieur qui résulte de l’effondrement d’un système de croyance.
          Ce point me semble important au moment où nos repères ont l’air de se dérober comme le sol sous nos pas.
          Nous devons sans doute chacun reconstruire toute notre représentation intérieure du monde à partir de ce point.
          A l’échelle collective ça devient terriblement passionnant, créatif, efficace.
          Pour ma part je relie évidemment tout ceci à ‘La Révélation’. Il y a co-création dans plusieurs dimensions (avec ou sans guillemets) à partir de cette (re)naissance de nos consciences.

    • Soleil Bleu dit :

      C’est tellement vrai alain thomas 🙂
      Bon ! J’suis pas forcément celle avec laquelle tu vas t’en payer une bonne tranche, mais j’aimerai bien ! Oui, je crois que je suis en osmose avec les grands éclats de rire.
      Bizzzzz
      S.B

      • alain thomas dit :

        Oui, le rire, le sourire, la dérision sont des remèdes naturels pour tout.
        Bises aussi

        • Soleil Bleu dit :

          J’en suis absolument convaincue Alain thomas . Et quoi de meilleur et de plus spirituel qu’une vraie rencontre avec un moment sans fioriture ni question dans la forme, mais rempli de gaîtés et de joies qui n’attendent qu’à être vécues.
          Je lève mon verre ! En ta compagnie si tu m’accueilles tchin 🙂

          • alain thomas dit :

            A la tienne Soleil Bleu !
            Tu me fais penser à mon soleil que j’ai créé sur ma planète dans mon ciel bleu blanc, au-delà des étoiles ; à moitié émergé au milieu d’un lac rond et salé, sa chaleur est si douce que la température est toujours adéquate.
            Il n’y a plus de sexe sur ma planète, seulement mon âme soeur, au corps grâcieux et subtil, des enfants et tous les animaux de la terre.
            La plage est faite de poussière d’or et quand on trinque, c’est pour boire l’eau de la Source, qui descend directement du Ciel infini, au milieu des fleurs déracinées qui virevoltent autour de nos corps éthérés.
            Nous sommes dans la neuvième dimension.

    • Thau dit :

      Regarde dans le miroir, tu le rencontreras…

      • alain thomas dit :

        Le matin c’est dur quand même, faut voir la tronche.
        Alors j’évite de regarder, je me lave les dents tête baissée, je me rase en insistant sur ce que je rase puis je vais vite à la douche et là, miracle, il n’y a plus de miroir.
        Alors je m’éclate.
        Une bonne douche bien chaude dont l’eau s’écrase sur la nuque, quel bonheur !
        Je peux alors chanter.

        • marie christine dit :

          Alain Thomas, je te trouve cruel avec le toi du miroir .
          Le pauvre ! Il attend que tu l’aimes !

          • alain thomas dit :

            Je l’aime en fait, mais le matin au réveil, il me fait tellement rire que je n’arrive pas à me laver les dents sans avaler du dentifrice.
            Ce n’est pas que je n’aime pas le dentifrice mais je dois en conserver pour nettoyer mon attelle que je garde la nuit pour éviter de bruxer.
            Et comme je porte une minerve toute la nuit, le matin j’ai les yeux à l’envers.
            J’ai beau me dire que tout va bien, quand je suis devant le miroir, j’éclate de rire.
            Comme ma prostate est énorme et que je me lève souvent pour aller pisser, si j’éclate de rire en me voyant dans le miroir, je risque de ne pas me contenir si tu vois ce que je veux dire.
            Alors je chante sous la douche.
            Au fait la Marie, depuis quand tu m’appelles Alain Thomas dis ?

          • Tchunka dit :

            Marie Christine a tout à fait raison Alain Thomas. Il est dommage d’éviter du regard celui qui a été/est/sera avec toi toute ta vie !
            Si tu évites ton reflet dans le miroir, apprivoise le dans le noir, raconte lui ton histoire, un jour viendra où dans la lumière tu lui feras face avec un grand sourire ♥

    • Zeitgeist dit :

      En rencontrer un, c’est une chose….

      Cela fait moins de 24h que je te lis et je découvre (il me semble) que ce que tu cherches a comprendre…. et bien tu l’as compris !

      Tu as fait CE FAMEUX pas ! Propre à chacun… ne pouvant plus revenir en arrière.

      On ne pourra plus te demander, de ne pas savoir compter…

      Je me retrouve (sur un certain plan) bcp dans tes textes …. 🙂

      Merci !
      A++
      Z.

      • alain thomas dit :

        Tu te rends compte si on savait, qu’aurions-nous à faire dans cette vie ?
        Cependant, tu as raison, il me semble que je sais, tout en ne sachant rien.
        C’est cela la Foi, l’Unique Certitude… cette mystérieuse certitude.
        Bonsoir l’Ami

  11. acacia dit :

    Tant qu’on est coupé de « Celui (Celle) Que Je Suis » on ressent le besoin de croyances.
    Pour moi, la seule vérité qui vaille qu’on entame pour elle un chemin est La Vérité : notre essence, notre Christ intérieur.
    Telle est ma « croyance ».

    J’ai fait un jour le rêve suivant :
    Je marchais dans une très large rue grise, entourée de gens qui n’étaient que des silhouettes grises et qui avançaient lentement, tous ensemble dans la même direction. Je les voyais tous de dos. J’avais l’impression d’avoir marché déjà longtemps et je ressentais un grand mal-être, lorsque je me dis soudain « pourquoi suis-tu ce cortège ? laisse aller tous ceux là ». Je m’arrêtai, étonnée de n’en pas avoir eu l’idée plus tôt, et je regardai s’éloigner ces ombres grises toutes semblables. Et brusquement une grande joie me vint, qui me disait « tu n’es pas obligée de suivre les convenances ! ».

    Convenances… croyances… les secondes découlent souvent des premières. Convenance personnelle ou convenance collective, une croyance n’est-elle pas supposée nous aider à vivre ?
    Sauf que trop souvent c’est tout le contraire. Des millénaires de querelles aux mille prétextes l’ont prouvé.
    Je ne dis pas que j’ai atteint le plein état de mon Christ intérieur – mais ça va se faire ! avec l’aide de Dieu.
    Maintenant ne me demandez pas « qui appelles-tu Dieu ? » ! … parce que je serais bien infoutue de vous répondre.

    Je joins ici le seul mantra que je connaisse.
    Il m’accompagne depuis longtemps.

    LA GRANDE INVOCATION

    « Du point de Lumière dans la pensée de Dieu,
    Que la Lumière afflue dans la pensée des hommes.
    Que la Lumière descende sur la Terre

    Du point d’Amour dans le cœur de Dieu,
    Que l’Amour afflue dans le cœur des hommes.
    Puisse le Christ revenir sur Terre.

    Du centre où la Volonté de Dieu est connue,
    Que le dessein guide le faible vouloir des hommes.
    Le dessein que les Maîtres connaissent et servent.

    Du centre que nous appelons la race des hommes,
    Que le Plan d’Amour et de Lumière s’épanouisse,
    Et puisse t’il sceller la porte de la demeure du mal.

    Que Lumière, Amour et Puissance restaurent le Plan sur la Terre. »

    Si je crois une chose eh bien elle est formulée ici.
    Je souhaite à chacun une belle nuit ouverte sur le Monde Nouveau
    Acacia

    • HAYAH dit :

      attention à cette invocation! si vous controlez le taux vibratoire sur la règle de Bovis où à l’antenne de lécher, vous allez être surpris.
      Ce sont de jolis mots. Le texte est plaisant!!!
      Cette invocation n’appartient à personne!!! mais un homme nommé « Benjamin CREME »se l’est accaparée et l’a diffuse dans ses livres ainsi que son annonce de la venue d’un certain Maitreya qui serait le Christ qui viendrait sauver l’humanité.
      amitiés à vous tous

      • Le Passeur dit :

        Il faut en effet arrêter avec ces leurres. Personne ne viendra sauver personne, chacun a juste un travail à faire sur soi pour se déconditionner, se guérir et le reste vient de lui-même.

      • acacia dit :

        Bonjour Hayah.
        Pour autant que je sache l’échelle de Bovis et l’antenne de Lecher servent à mesurer le champs vibratoire d’une personne, pas des mots.
        Et puis ces instruments sont à régler très régulièrement, les valeurs vibratoires indiquées étant fluctuantes.
        Qu’un certain Crème dont je n’avais jamais entendu parler se serve de ce mantra pour jouer les prophètes n’est pas mon affaire.
        En ce qui me concerne ces phrases me sont juste apaisantes et belles.
        Faut donc pas s’affoler.
        Lis le à haute voix, en te libérant de toute croyance incrustée, et peut-être ressentiras tu que ce texte est neutre en lui-même.
        Enfin bon, chacun sa façon de vivre les éléments que nous propose la vie.
        Belle journée à toi
        Acacia

      • Cécile dit :

        Haya, je te rejoins sur ta mise en garde, ayant moi-même expérimenté des énergies pas forcément très sympathiques en prononçant cette invocation. Il est à craindre que le mouvement organisé par B. Creme parlant au nom de Maitreya en ait ternit l’éclat. Dans mon expérience, il est souvent préférable de ce relier soi-même aux énergies de ceux que l’on appelle maîtres ascensionnés plutôt que de s’en remettre à un intermédiaire, même si des channels tels que Pamela Kribbe pour Jeshua ou Lise Côté pour Marie me semblent d’une parfaite intégrité.

        • Cécile dit :

          Acacia, je viens de voir ton commentaire. Il est plein de bon sens mais je tiens à préciser que mon ressenti « difficile » par rapport à cett invocation est survenu dans un cadre de totale confiance. Je n’avais pas de croyance négative par rapport à ce texte. Je ne me fie pour dire celà qu’à mon ressenti, qui me tient lieu d’échelle de Bovis. Et tu as raison, l’invocation en elle-même était à la base un texte certainement lumineux. Je crains seulement que des égrégores un peu moins lumineux (lumineuses ?) s’y soient accroché(e)s. Mais rien n’est définitif, rien n’est gravé dans le marbre, et en cela, ton intervention me semble très juste. Cette invocation est belle, à nous d’en faire ce que nous voulons qu’elle soit.

          • Cécile dit :

            Encore moi. Je viens de comprendre quelque chose. J’ai découvert cette invocation et l’ai prononcée DANS LE CADRE des méditations proposées par B. Creme. Donc, je me suis probablement branchée sur ces egrégores-là, sur ce bazar autour de B. Creme.
            Si j’avais prononcé les mêmes paroles EN DEHORS DE CE CADRE, à partir d’un autre « point de vue », j’aurais probablement été épargnée par ces vibrations sans grand intérêt pour l’évolution de l’âme, pour dire les choses gentiment.

          • acacia dit :

            Bonjour Cécile
            Tu vois, je croyais faire plaisir à certains en transmettant ce texte que je trouve porteur de beaucoup de beauté, mais le fait est que je me suis trompée.
            J’ai été extrêmement étonnée de lire que le texte en question a maintenant les pieds fourchus…!
            Je te remercie de tes commentaires et de la sincérité de tes propres ressentis,
            je t’embrasse
            Acacia

        • Le Passeur dit :

          Ce sont des leurres, délaissez tous ces mouvements qui vous annoncent des sauveurs, ils ne sont là que pour vous égarer.

          • Cécile dit :

            Tout à fait d’accord avec toi, Passeur. Je ne m’intéressais pas à cette époque au salut promis par ce monsieur Creme. Je ressentais plutôt l’envie de participer à un mouvement pour élever les vibrations globales, et à l’époque je n’avais rien d’autre comme « porte d’entrée ». L’aspect prophétique de ses discours ne me touchait pas, et même m’irritait déjà un peu.

      • acacia dit :

        J’oubliais : quand on lit « puisse le Christ revenir sur Terre » il va de soi (enfin pour moi…) qu’il s’agit de l’énergie christique, pas d’une personne.
        Tendresse à tous
        Acacia

  12. marie christine dit :

    Sages paroles de John Ptacek . Pour se débarrasser de ses croyances, encore faut-il en prendre conscience !
    Personnellement, qui je Suis vraiment, je le saurai vraiment quand j’aurai fait vraiment le saut dans l’Inconnu . C’est à ce moment-là que tout sera révélé . S’il j’ai une seule certitude, c’est bien celle-là .

  13. Soleil Bleu dit :

    Je cite tes mots Passeur :
    « Aussi sacrée ou profonde que soit une croyance, elle n’est rien de plus qu’une pensée, et la pensée n’est jamais la chose qu’elle décrit. Elle peut seulement permettre d’entendre les merveilles qu’elle tente de toucher. Les sermons sur l’amour déforment la beauté ineffable de l’amour . Les discours sur l’unité crachent après la première syllabe. Courtiser les croyances est une prescription pour une vie virtuelle, pas une vie vertueuse. »

    Ces mots entrent tellement en résonnance avec ma perception des choses ! J’me sens reliée tout à coup et ça fait un bien fou.
    Merci de tout coeur

    • Soleil Bleu dit :

      Gloups !! En relisant l’article je vois qu’il est de John Ptacek, Merci donc à cet homme tellement authentique et vrai avec lui-même.
      Tout autant Merci à l’Être qui en est le passeur
      S.B

  14. Marie-Anne dit :

    Bnnjour, Passeur,
    Merci de nous soumettre ce texte de J. Ptacek : Ptacek nous offre -là un beau partage de son parcours; et je ne peux que souscrire à tout ce qu’il dit.
    Une petite chose, néanmoins: rendons-nous compte que ses conclusions sont elles aussi une croyance!
    Une croyance respecteuse qui ne cherche pas à s’imposer, mais une croyance tout de même , même si je la partage entièrement.
    Alors, comment s’en sortir: tout est croyance, y compris la croyance que- nous- devons- éradiquer- toutes- nos- croyances!
    Je suppose que ce qu’il y a de dangereux dans une croyance, aussi belle et aussi large soit-elle, c’est la manière dont l’homme la manipule.
    Très souvent, l’homme veut l’imposer aux autres – pour se conforter dans sa propre croyance ou même par désir sincère de faire le « bien »; très souvent, il rigidifie cette croyance et ne la remet plus jamais en question – ou si peu- alors que la vie est perpétuel mouvement; très souvent, l’homme n’est même pas conscient que sa croyance est une croyance: pour lui, c’est un fait, une vérité!
    J’ai discuté, il y a quelque temps, avec un professeur de biologie d’une de nos  » universités libres » ( c-à-d laïques, en quelque sorte): ce professseur me disait qu’elle n’était pas croyante. Je lui ai demandé alors « ce qu’elle était »; et elle m’a répondu qu’elle était « farouchement athée ».
     » Ah bon? »
    « Oui, elle ne croyait pas- je cite- à toute ces foutaises ( Dieu, etc…) »
    Je lui ai alors fait remarquer, que c’était donc là sa croyance: « ces foutaises n’existent pas ».
    Elle s’est indigné:  » mais non, ce n’est pas une croyance, c’est la vérité ! »
    Et comme je m’étonnais qu’elle possède la Vérité, je lui ai demandé de développer:  » mais enfin, m’a-t-elle dit, c’est la vérité scientifique! »
    Donc, c’est une croyance scientifique, lui ai-je répondu!
    « Mais non, je ne suis pas croyante!!! Je suis scientifique!!! »…
    J’abrège là : je n’ai pas réussi à faire comprendre à cette femme intelligente qu’une non-croyance était un mode de croyance; et que la science (actuelle surtout) était uniquement basée sur une autre croyance: celle que nos sens et nos observations ont toujours « raison ».
    Tout cela pour dire que nous avons tous des croyances.
    Le tout est sans doute, d’en être conscients; d’éventuellement les partager avec les autres, mais dans le respect de leurs propres croyances et de leur propre chemin ( la Vérité est une, mais faite de nombreuses vérités; faite de nombreuses expérimentations qui ont chacune leurs règles); et d’être toujours souples avec ses propres croyances, car elles correspondent seulement à une étape sur notre chemin vers la Réalité Suprême.
    Voilà, il y a encore beaucoup à dire sur le sujet de la Croyance- et aussi sur celui de la Confiance; mais voilà déjà quelques bribes de mes croyances à moi!
    Amitiés à tous!

    • angie dit :

      Dès que nous mettons en mots notre ressenti, quelque chose de la vérité profonde intérieure ne peut être rendue, d’où la difficulté de l’auteur d’exprimer l’indicible….Le vide d’être sans croyances ou opinions ou convictions…..
      j’ai vécu ce nettoyage radicale de toute croyance et me suis sentie libérée…
      Par la suite, j’ai choisi consciemment d’adhérer à certaines façons de penser, de dire; tout en sachant bien que cela est simplement une illusion rassurante….qui me permets de ne pas m’engloutir dans le vide….
      Un jour, ce vide me prendra, je souhaite ce moment doux et libérateur, mais même ce passage qu’est la mort, je ne peux savoir ce qu’il sera….Au fond, les mots ne nous sont d’aucune aide, la vérité est ailleurs…Tiens ça me rappelle quelque chose! Sourire……
      En fait, vivre en profondeur l’aspiration des croyances permet de remettre les compteurs à zéro, et de continuer autrement….

    • Quintus dit :

      Je plaint cette pauvre femme qui fait de sa docte biologie une vérité générale.
      Si on l’écoute, c’est même plus la peine de vivre. Boire, bouffer et b….. la règle de trois.
      Moi aussi j’en connais des comme ça. Mon père qui ne croit en rien.. du tout. Même pas en lui. Un voisin qui porte haut et fort à qui veut l’entendre que quand nous mourrons .. et bien c’est fini, c’est le néant etc..
      Le conditionnement à bien fait son travail de sape.
      IN NOMINE PATRIS ET FILII ET SPIRITUS SANCTI
      Amen

    • Jonas 27 dit :

      Merci a toi mon amie pour ton commentaire,
      Je vais te dire c’est parfait et je n’ai rien a rajouter .
      L’illusion de? C’est ce que Pré-sent pour Bientôt mais a grande échelle.
      Tu apporte beaucoup d’aide dans tes commentaires et même si les gens ne sont pas d’accord ,ils ne peuvent plus se mentir alors??
      J’aimerais qu’on discutent ensemble sur l’ego quand l’occasion se présentera.
      Bravo!encors c’est parfaitement claire

      • Marie-Anne dit :

        Et merci à toi Jonas.
        Pourrais-tu expliquer mieux le point d’interrogation de « l’illusion de? » ?
        Quant à une discussion sur l’égo: quand tu veux.
        Béa en a déjà magnifiquement parlé dans un de ses commentaires à Cent Nom ; et moi-même, j’ en ai aussi déjà donné quelques mots, en réponse aussi à Cent Nom( je n’avais pas encore lu le commentaire de Béa).
        Mais on pourra en discuter plus en profondeur quand tu veux!
        A bientôt, mon ami!

  15. Thau dit :

    Est-ce que lorsque vous dormez profondément, vous vous préoccupez de vos croyances?
    Alors reposez vous bien.
    Fraternellement

    • CB dit :

      . .
      .
      .



      _
      _
      _
      __ _____
      Merci Thau

      • CB dit :

        Et voilà !
        les petits signes de la mise en scène de mon précédent mail sont tombés comme un souffet. Je vous ai apporté sur la table un amalgame de signes sans aucun sens.
        D’avoir vu disparaître tous mes petits effets m’a rempli de gaieté.
        J’espère faire mieux la prochaine fois !
        Toute ma joyeuse tendresse

        • Soleil Bleu dit :

          ahhhhhhhhh ! j’adore ces loupés (sans ironie) ça m’attendrit tout bonnement et je leur trouve une saveur merveilleuse.
          S.B

      • Thau dit :

        you’re wellcome !

  16. Martine dit :

    Bonjour à tous et merci au Passeur

    voici un petit extrait du livre « La Vie des Maîtres » de T. Spalding qui illustre bien ce thème mieux que je ne saurais le faire.

    « … l’homme n’est absolument pas limité car il est la reproduction de l’infini.
    Seule sa pensée peut l’amener à se limiter.
    Vivez la vie au fur et à mesure qu’elle se construit de l’intérieur et vous découvrirez sa vraie nature . Voilà la clef de la maîtrise. »

    Radieuse journée à tous

  17. Tchunka dit :

    Merci Cher Passeur pour ce nouveau texte, la croyance peut autant nous soutenir que nous perdre, selon que nous l’écoutons avec notre cœur ou avec notre mental.

    Régulièrement j’entends de petites phrases, toutes simples, qui s’alignent à la perfection avec les propos de ce texte : « Ne mettez pas de limites, allez au-delà, ne pensez plus comme autrefois, vous pouvez le faire », « Laissez de côté vos croyances, ce qui est autour de vous et devant vous est bien au-delà de ce que vous pourriez comprendre avec vos connaissances actuelles », « Ayez confiance en vous », « Ouvrez votre cœur, pensez avec votre cœur, tout ira bien ».

    Un immense merci pour la richesse des peintures qui illustrent les textes, ils alimentent à mon plus grand bonheur la Galerie du Passeur sur mon ordi. Merci. Certains tableaux en disent tellement long, la sensibilité des artistes me surprend régulièrement.

    • angie dit :

      Oui tu me fais penser Tchunka que je trouve les illustrations souvent si fortes et parlantes, si complémentaires du texte….Merci encore une fois Passeur, pour l’inspiration que tu partages…..