L’empreinte de la servitude

Peinture de Leonora CarringtonPar le Passeur.

La quête de la Vérité signe la noblesse de l’Homme. Elle est le Graal. Qu’y a-t-il sous la volonté de maintenir ce fil ténu mais indestructible qui guide toute incarnation éveillée ? Quelle force puissante se manifeste ainsi dans la verticalité de l’être arpentant la densité du sol qui le porte ? Nous sommes des saumons qui remontons coûte que coûte les puissants courants vers l’amont d’où nous sommes un jour partis et cela reste le mystère de la Source qui brûle en nous.

En sa quête de Vérité sur lui-même, dans sa remontée du torrent, l’être en chemin cherche souvent du regard la main qui se tendra, l’exemple à suivre, le signe qui le rassurera, parfois aussi le maître, le mentor, le professeur. La frontière est parfois bien mince entre la main qui vous propulse et celle qui vous retient. Entre l’aide ponctuelle et l’inféodation. Et lorsque les failles de son humanité n’ont pas été vues ou suffisamment vues en soi, alors l’asservissement s’empare de chacun à travers la distribution des rôles.

L’asservissement est le résultat de deux forces qui se rencontrent : la peur d’avancer seul et le besoin d’emprise. Ces besoins naissent tous deux au fin fond des failles de l’être devant ce qu’il perçoit comme une immense solitude dans l’immensité. Cela le terrorise et cette terreur demeure la plupart du temps diffuse parmi les brumes lointaines du fond des abîmes, creusés et longtemps érodés par les blessures qu’il a reçues au fil des vies qu’il a incarnées. Être seul, petit et désemparé face aux courants qui emportent nos vies est un sentiment reconduit à chaque incarnation, jusqu’au jour où nous nous libérons de toute peur fondatrice de l’illusion et où nous pouvons enfin sourire aux flux en qui nous nous sommes abandonnés.

A ce point du chemin d’ascension, il n’est plus possible de faire l’impasse sur cette prise de conscience. Il n’y a plus à remettre ce qui est essentiel mais que l’égo voudrait voir comme secondaire, voire inexistant. L’asservissement est de ces remèdes dont les effets secondaires sont bien pires que le mal qu’il est sensé pallier. Ne le sous-estimez pas, il s’infiltre dès notre plus jeune âge sous les aspects les plus variés à tous les niveaux de la psyché humaine, il sait se faire remarquablement discret, c’est un as du camouflage et il a su sous certains apparat se faire accepter à visage découvert comme étant la norme admissible. Chassez-le par une porte, il revient aussitôt par une autre. Car il y a toujours quelqu’un pour exercer une emprise et toujours un point que nous avons négligé à ce propos. Sans cesse en ce monde duel, nous nous soumettons à une autorité ou une influence que nous reconnaissons comme telles, qui ne trouvent leur justification que dans les constructions illusoires des hommes. En sa mésestimation, en son manque de confiance en lui, devoir subir est une des puissantes croyances de l’égo.

Maintenant qu’en est-il de ce que nous apprend l’asservissement ? Il désigne les limites que nous nous créons, autrement dit celles en qui nous croyons, il nous les montre de manière claire et lancinante jusqu’à ce que la gêne devienne trop forte pour qu’on persiste à l’ignorer plus longtemps. Voilà quelque chose qui peut prendre plusieurs vies avant d’en sortir. La preuve en est que l’on voit encore aujourd’hui, où cette vie est la dernière du grand cycle d’apprentissage jusque-là vécu sur Gaïa, des êtres qui ont fait un certain chemin d’éveil se réfugier à la première occasion sous la coupe de quelque nouveau gourou sorti de nulle part. Peu importe ce qu’il raconte pourvu qu’il séduise, au diable les contradictions émises, l’improbabilité des propos, la grossière infiltration de la peur, tout est bon à qui réclame encore un peu de flagellation pour se sentir une place dans le processus de libération en cours. Que ceux-là ne doutent pas qu’ils ont à regarder sérieusement sous le tapis pour voir quelles douleurs ils cherchent à dissimuler, parce qu’à persister dans cette vieille habitude de servitude, ils trouveront tout le contraire de la libération. Et que ceux qui jouent encore de la manipulation d’autrui, quelles que soient leurs intentions, s’interrogent aussi dans le silence à l’écoute de soi sur la nature profonde du pouvoir ainsi exercé. L’apprenti-sorcier est une éternelle tentation pour l’égo.

Même ponctuelle, il ne doit être nulle emprise dans la main qui se tend, ni de la part de celui qui la tend, ni de la part de celui qui la prend. En-dehors de cette attitude, nous manquons de lumière. C’est un exercice qui demande pour celui qui tend la main une grande vigilance et une interrogation permanente sur ses vraies motivations et sur la dépendance qu’il peut voir naître en celui qu’il souhaite aider.

Peinture d'Anne BachelierNous sommes entourés d’êtres bienveillants en ce plan comme en d’autres, qui de bien des manières nous viennent en aide sur nos trajets en fonction des choix que nous avons posés, souvent avec eux, avant de naître en ce monde. Quelles que soient les sollicitations pour nous en écarter et pouvoir ainsi estimer ponctuellement où nous en sommes, aucun de ces êtres de lumière ne nous contraindra jamais à quoi que ce soit. Il nous sera juste présenté de quoi dépasser nos insuffisances et notre libre-arbitre fera que nous le ferons ou pas devant toutes les sollicitations qui se présenteront et se représenteront à nous, jusqu’à ce que nous fassions de nous-même le choix du dépassement ou de la transcendance. Jamais un guide ne nous forcera à quoi que ce soit, jamais non plus il n’insinuera la peur en nous, ne cherchera le contrôle ou pire, l’inféodation, ou n’essaiera de nous tirer d’une quelconque façon vers le bas. Toute autre attitude n’est que subterfuge. Et le Service à autrui n’est pas la servitude.

Seuls ceux de nos guides qui incarnent la lumière sombre tireront ces ficelles. En cela ils seront parfois pertinents dans l’estimation que nous pourrons faire de nous-même, mais pour autant ils ne sont en rien indispensables à notre progression. Nous n’en avons pas besoin. Mieux, nous n’en avons jamais eu besoin. Nous l’avons longtemps cru, collectivement, cela a été organisé, exploité et institutionnalisé par les pouvoirs dominants tout au long de l’histoire et de toute évidence bon nombre encore y croient.

Nous avons en fait toujours eu les moyens de notre pleine souveraineté sur nous-même. Ceux-là parsèment le chemin de l’Amour et il nous a toujours été offert de l’emprunter.

L’être présent à lui-même, qui n’agit plus comme un robot façonné dans le moule de la pré-humanité aux commandes du monde, et qui n’est plus essentiellement la proie de son égo réactif, se suffit dans sa capacité de transcender ses limites.

N’en déplaise aux religions et autres gourous, on n’ascensionne pas dans la crainte et sous le fouet vers une hiérarchie finalement faite encore d’emprises, d’expiations et de souffrances, mais dans la libération totale de l’être qui bascule en lui-même, là où se trouve la porte lumineuse de l’Ascension. Le moteur de cette bascule étant la vibration, tout ce qui peut abaisser sa fréquence vibratoire est contraire au sens du chemin. Il a pourtant été dit des milliers de fois toutes ces années par quantités d’êtres éclairés, que la Joie EST le chemin. La Joie dans la Simplicité et dans l’Amour de la vie en toutes ses expressions. Elle est gratitude, elle est ce qui réside au-delà de l’humilité et de l’abandon, elle est ce qui emplit la coupe une fois qu’elle s’est vidée. Elle est la porte de lumière grande ouverte en nous. (Voir L’invitation à l’abondance). La fausse joie, celle qui sert à masquer les douleurs, n’est par contre qu’illusion.

Il y a ceux qui croient que la souffrance et la peur sont les bons moteurs pour leur évolution, soit, ils vivront alors cela. Souvent les mêmes pensent que la dévotion à un maître qu’ils ont choisi de reconnaître les soulagera de toute responsabilité quant à leur existence, soit, ceux-là sont mûrs pour un asservissement de plus. Comprenez-vous comment cela fonctionne ? Nous créons toutes les lignes de vie auxquelles nous attachons une croyance et nous les appelons alors dans notre expérience. Au sein de l’illusion collective, elles deviennent notre réalité, puis un egrégore à la mesure du nombre et de la crédulité de ceux qui y adhèrent.

Peinture de Leonora Carrington

C’est donc simple, quel egrégore voulez-vous désormais créer ? Une oligarchie pyramidale de plus où vous serez encore embastillés dans une matrice close, bernés par ceux qui détiennent une connaissance qui vous est soigneusement cachée ? Ou bien allez-vous choisir enfin de vous libérer de tout, à commencer par l’emprise de qui que ce soit, et de retrouver votre vraie place au sein de la Création ?

A l’image de Jérémie, ne vous compliquez pas la vie, ne vous créez pas de peurs et surtout n’adhérez plus aux combines des faiseurs de peurs qui font commerce de la crédulité. Tout est beaucoup plus simple, mais nécessite néanmoins une quête sincère de la Vérité, une exploration des méandres intérieurs de nos psychés, afin de débusquer nos mensonges à nous-même et par voie de conséquence de discerner clairement les mensonges d’autrui, quelles que soient les nombreuses vérités au sein desquelles ils se dissimulent pour mieux endormir.

Soyez alors vous-même sans chercher de norme à laquelle se confondre, sans chercher l’approbation dans le regard de l’autre, soyez celui qui incarne ce qu’il a déjà croisé de la Vérité et qui dans cette quête sincère s’enrichira chaque jour un peu plus. Quel que soit l’endroit où vous en êtes, quelles que soient vos éventuelles insuffisances, ça sera pour tous un grand bénéfice.

Fraternellement,

© Le Passeur – 10 Mars 2013 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la diffusion à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

271 Responses to L’empreinte de la servitude

  1. Chantal dit :

    Très chère fratrie, Comment abandonner la maison des manques? En devenant stable, comme l’a dit un maître authentique, visez ce qu’il y a de plus haut, de mieux, si vous devez vous comparer à quelque chose ou quelqu’un, comparez-vous à la Conscience divine; En contemplant le Soi, nous atteignons la stabilité, en restant tranquille et encrez dans notre coeur.Il n’est rien qui puisse se comparer à la beauté somptueuse du coeur. Quand notre coeur est ouvert, quand je demeure dans mon coeur, la perception du soleil levant, des arbres, des montagnes a quelque chose d’unique, d’extraordinaire, les yeux du coeur vous ouvre à cette conscience rayonnante de plénitude, bien sûr la conscience vibre dans les montagnes, les arbres, les animaux, les oiseaux, dans l’eau, l’air, le feu, néanmoins c’est dans le coeur qu’elle rayonne dans sa plénitude, et le coeur subtil, le noyau le plus intime de notre être, connaît le contentement; Découvrir la splendeur divine de ce coeur, c’est le but du voyage intérieur, le coeur est la source du courage et du contentement, la méditation est l’outil nécessaire car il faut amener le mental dans le coeur, je vous souhaite à tous de vous éveillez à votre courage intérieur et de vous plongez dans le contentement divin.

  2. marie christine dit :

    Quelqu’un connaît-il le neuro-marketing ?
    L’art d’utiliser le cerveau reptilien …

  3. graffitique dit :

    Il est parfois question de malentendu.

    Faute de mieux, les mots : puisque les sons n’ont que peu de place, dans cet espace d’écriture, encore moins les gestes, les interactions sensorielles.
    Le mot est une commodité d’usage dans la transmission, et il a ses limites :
    il ne peut pas se substituer à la chose.
    En désignant celle-ci, si nous n’y prenons pas garde, il nous en sépare, il rompt la conscience d’une continuité, voire d’une multiplicité, du phénomène qu’on veut décrire et pour lequel on le met en oeuvre.
    Ainsi que ses polarités comme, par exemple : Raison – Intuition.

    Alors, par exemple, on invoque l’Un, un autre mot. Par exemple.
    Ainsi du mot de l’ego, dont on fait grand usage pour incriminer ce qu’on discrimine.
    Il semble porter en lui certaines manifestations de l’individu qui, à travers la diversité des formes, sont pourtant parfaitement universelles.

    La linéarité du discours ne rend certes pas aisé le compte-rendu de la transversalité de l’idée. Ou, pour reprendre la métaphore du temps, ses multiples dimensions, et les implications qui en résultent. Ou pas.

    C’est bien à l’intérieur de toute limite qu’on expérimente l’infini de la création, puisqu’on y entrevoit à quoi elle pourrait ressembler : nous sommes en charge d’influer, sans doute, sur les combinaisons de formes et de structures, recelées dans l’univers informel des possibilités.
    Peut-être pouvons nous « agencer » notre propre syntaxe de polarités.

    Ce serait peut-être une autre sensation si on communiquait, par exemple, par glyphes.
    🙂
    Par moments, ça y ressemble…

    • graffitique dit :

      (((((gruiiiik?)))))

    • katerina dit :

      Graffitique ,

      Agencer notre propre syntaxe des polarités .
      Serait ce insuffler au vocabulaire existant un nouveau sens , par notre esprit .
      Les malentendus sont infinis c est pourquoi j ai arreté pratiquement de parler à un certain moment de ma vie .
      Effectivement donner un sens nouveau aux mots par l esprit changerai les choses .
      Ou tout au moins nous permettrait d etre libre ?
      Katerina

      • graffitique dit :

        Katerina,
        Ce n’est pas tant « donner aux mots un sens nouveau », que peut-être, en disposer à sa guise : prêter une meilleure attention à leur vibration permet peut-être d’en jouer autrement, de prendre quelque recul avec le présupposé du « sens ».
        C’est à nous de jongler avec tout cela comme des enfants, avec quelque fraîcheur et distance, avec l’envie joueuse et exploratoire d’un enfant.
        Comme le suggérait Pierrot, ils sont en lien, comme tout ce qui est de nature vibratoire, avec l’ADN.
        Ainsi il nous revient la liberté de « créer », sans se laisser assujettir par les marionnettistes dont les codes sont sempiternellement aliénants et anxiogènes 🙂

        • katerina dit :

          Merci Graffitique ,

          Tu exprimes ce que je ressens . Je n ai pas encore vraiment pris assez de distance peut etre .
          Ou je suis lasse d essayer .
          Ce que tu dis est sans doute pour moi de trouver de l insouciance au delà des mots .
          Cela doit etre sans le regard des autres .
          Merci pour ta réponse
          Affectueusement
          Katerina

  4. Li dit :

    Passeur,

    Je ressens presque de l’indécence et de l’impudeur, dans certains cas, à parler de moi et je vous demande pardon pour cela.
    J’ai souri du début à la fin en lisant votre texte.
    Ce que vous dites est exactement ce que je pensais ces derniers temps.
    Pourquoi ce ressenti de joie et de bien être en lisant les paroles d’un autre, de quelqu’un que je ne connais pas et qui pourtant traduit si bien mes ressentis et mes idées?

    Mû par une force d’inertie, créée par une paresse et certainement un reste d’habitude, je cherche encore un peu (sans vraiment être sûre de l’utilité) celui ou celle qui m’aidera à savoir si je suis bien sur le bon chemin (si je ne me suis pas endormie en plein milieu) et qui peut-être pourra m’aider à accélérer les choses.
    Mais à chaque fois que ces pensées font surface elles s’effacent pour laisser la place à d’autres qui sont : Chacun a son propre rythme, j’ai tout en moi, je dois me faire confiance, je dois écouter mes ressentis, je n’ai pas besoin de l’approbation des autres, leurs chemins n’est pas le mien, je n’ai besoin ni de flatterie, ni de mots à connotation trop ésotériques…

    Me gargariser de « divin » juste pour faire bien et faire partie de la bande, écrire de longs textes tirés textuellement de manuels sans en avoir intégré le tiers serait une perte de temps pour moi. Ça ne me ressemble pas. C’est pourtant ce que je ressens chez certaines personnes en lisant leurs textes ou leurs commentaires un peu partout sur la toile.

    Je comprends que nous employions tous, facilement, les vocables qui nous correspondent le mieux. Nous utilisons tous un langage qui nous est propre. Il provient de notre culture, de notre éducation parfois ou est le résultat de notre parcours. Je ne suis peut être pas encore mûre pour certains langages. Bien que je les respecte, la plupart du temps ils ne me parlent pas, je ne les ressens pas.

    Une conversation, toute récente, avec ma sœur m’a fait comprendre combien un mot, anodin pour moi, avait pu la traumatiser au point de ne pas répondre au mail qui contenait ce mot. Plus tard elle m’a demandé de ne plus l’employer. Il s’agissait du mot « formatage »…
    Voyez comme le même mot peut être un ami teinté de réconfort pour les uns ou bien comme il est diabolisé pour d’autres …
    En l’occurrence, à partir du moment où les mots sont dits avec le cœur, sans intentions de heurter ni de nuire, ce n’est peut-être pas à moi de les retirer de mon vocabulaire…? Même si je le fais bien volontiers, pour ne pas blesser inutilement, cela devrait être à celui qui les perçoit comme une agression de chercher à savoir quelle émotion se cache derrière. C’est là encore une hypothèse tout à fait personnelle!

    Vos mots par contre, Passeur, me parlent bien !

    Si mon chemin ne m’a pas préparé à maîtriser (à donf) certaines matières, comme la physique, les mathématiques, l’astronomie, l’astrologie par exemple, c’est certainement que ma voie était ailleurs. (Ce sont pourtant des secteurs qui m’intéressent mais je sens lorsque mes limites sont atteintes et je comprends plus avec le cœur qu’avec mon intellect.)

    Rien dans ma vie ne m’a jamais empêché de me cultiver, mais je n’en ai jamais fait une priorité. Par contre j’ai toujours été intéressée par l’Être humain et le fonctionnement de son cerveau.
    Je me disais qu’il était impossible que je sois aussi limité.
    Lorsque j’ai lu, quelque part, que nous utilisions seulement 10% de notre cerveau, je me suis mise en quête de faire progresser ce pourcentage. Sans grands résultats !
    En fait notre cerveau n’est pas limité à ces 10%, nous utilisons simplement qu’une partie à la fois. Il est utilisé à 100% mais pas en même temps. Apparemment nous ne sommes pas conçus pour utiliser toutes les parties de notre cerveau en même temps au risque de « surchauffer ».

    Quant à l’intelligence, est-ce que ce ne serait pas, tout simplement, notre capacité à nous adapter ?

    Peut-être qu’un jour je me débriderai et que toutes ces choses, que je ne sais pas et qui sont peut-être en moi, ces choses auxquelles je n’arrive pas à donner l’importance qu’elles semblent avoir pour certains, feront surface si c’est nécessaire à mon évolution.

    Pour l’instant j’ai le sentiment que la recherche de culture, cette boulimie de savoir, sont des diversions, qui certes peuvent apporter une ouverture d’esprit et faire grandir mes compréhensions, mais qui risquent aussi de m’éloigner de l’essentiel et de la simplicité que je recherche en toutes choses.
    De plus, la culture divise les êtres humains. D’un côté il y a ceux qui savent, et qui bien souvent en font état de façon un peu voyante, et de l’autre il y a ceux comme moi qui n’arrivent pas à donner de l’importance au fait de savoir ou non ce qu’est un torseur en mathématique par exemple. Et lorsque je lis le début de la définition simplifiée d’un torseur : C’est un champ de vecteurs équiprojectif…
    Je me dis que certaines matières sont comme nos vies et nos relations: bien compliquées parfois !
    Et qu’avant de maîtriser tout cela, je dois plus me pencher sur des compréhensions susceptibles de me faire progresser sur mon chemin. Pour moi, aujourd’hui, c’est d’une remise à zéro dont j’ai le plus besoin et non pas d’une remise à niveau !
    Mais chacun son chemin n’est-ce pas ? Je m’égare un peu ! C’est juste un point de vue parmi tant d’autres! Nous avons tous nos priorités en fonction de notre chemin personnel. Le mien, en ce moment, est d’essayer de tout simplifier au maximum.

    Bien souvent mes échanges épistolaires se soldent par une incompréhension de ce que j’ai voulu exprimer.
    Par ce fait, ce besoin de communiquer est en train de se déliter et je ne vais plus réellement au fond des choses et ne recherche plus les mots exacts pour me faire comprendre.
    C’est un non sens n’est-ce pas ?
    J’ai peut-être compris que l’on ne peut pas être compris sur tout et à tous moments par les autres. C’est bien normal car j’ai déjà pas mal de boulot à essayer de me connaître moi-même que ce serait une gageure que de prétendre être comprise à tout moment par tous!

    Je le dis souvent, mais j’ai vraiment envie d’être télépathe et d’envoyer juste des ressentis simples et compréhensibles par tous, pas des messages hermétiques et alambiqués qui ne seraient compris que par un groupuscule.
    Apparemment ce qui semble simple pour les uns peut être compliqué pour d’autres !
    Tout est relatif en somme !?

    C’est tellement plus facile et plus confortable de n’être qu’avec moi-même qu’il m’arrive de devoir me forcer un peu pour communiquer.
    J’aimerais connaître des personnes qui me voient, sans la barrière des mots, qu’il y ait juste des ressentis entre nous. Des personnes avec qui je pourrais rire de nos dérives, de nos erreurs, qui me diraient sans trop de fioritures quand je déraille, surtout des relations sans conditions, avec qui je pourrais parler et avec qui je pourrais partager des silences, progresser de concert avec eux.
    Je pense que de telles relations doivent faire grandir l’amour qui est en nous et vraiment donner toute sa signification à la notion de ne faire qu’UN.

    Je peux concevoir que nous provenions tous d’une même cellule, originelle, mère, stellaire ou autre. Mais j’ai du mal à m’y retrouver face au déphasage que je ressens tous les jours dans les relations humaines.

    Faire partie d’un Tout, tout en étant unique c’est bien !
    Mais qui dit unique dit souvent seul et ça c’est moins bien !

    Au début lorsque je venais sur votre site, je ne lisais pas les commentaires, puis petit à petit j’ai « mordu à l’hameçon »…
    J’ai fonctionné avec le cœur et j’ai laissé des commentaires. J’ai apprécié aussi certains commentaires, les mains tendues et la gentillesse qu’il y a le plus souvent dans les réponses.
    (A ne faire que lire sans laisser de post je me sentais un peu faire preuve de voyeurisme.)

    Je ne comprends plus très bien aujourd’hui pourquoi je me dévoile, pourquoi j’exprime mes ressentis sur telle ou telle chose à présent et pourtant je le fais encore un peu !
    Lorsque je clique sur « envoyer » je me dis : J’ai oublié encore une fois de faire passer mon post par les 3 tamis de Socrate !

    Je ne me pose pas continuellement des questions, au contraire c’est plutôt le vide dans mon esprit le plus souvent, mais il m’arrive qu’elles surgissent par « paquets ». Comme aujourd’hui !

    Même si j’ai une tendance à préférer le « miel » et le monde des bisounours, je ne décolle pas pour autant. Je n’occulte rien. Je me recentre le plus souvent possible.
    J’essaie de ne plus me polluer inutilement lorsque c’est de mon ressort.

    En ce moment mon chemin se fait tout en douceur. Tout se fait naturellement, sans trop de contrainte. Je dirais même sans trop d’efforts. Tout est zen autour de moi. J’essaie de faire simple dans tous les domaines. Et si quelque chose m’interpelle, je travaille sur moi.

    Je n’ai plus l’impression d’être, comme par le passé, cette éponge qui absorbait tout le malheur du monde, ni ces épaules qui ployaient sous le poids de la souffrance et de la misère des autres. J’ai compris que ce n’était pas en souffrant moi-même que j’allais aider qui que ce soit.

    J’ai le profond sentiment que ce travail de nettoyage, avec tout ce qu’il comporte, je ne le fais pas uniquement pour moi. C’est une graine que je sème, consciente que je n’en verrai peut-être pas l’éclosion.

    Je n’ai que très rarement des expériences extrasensorielles.

    J’applique seulement les règles de bases que j’ai apprises, celles que je ressens.

    Ce n’est pas pour autant que je sois en joie du matin au soir, je suis plutôt dans un état neutre mais positif. Mon cœur ne déborde pas en permanence d’amour. Je ne connais que rarement un état de plénitude. Mais je suis sereine. Pas de peur, pas d’inquiétude.
    Cela semble trop beau pour être vrai…(ça c’est un reste de doute !)

    A présent je suis plutôt du genre à voir la bouteille à moitié pleine, à avoir une grande envie de bien faire. Peut-être que cela m’aide…?
    Est-ce que le fait de voir le plus possible le positif dans toutes choses gomme progressivement le négatif dans ma vie…?

    J’ai plus l’impression, aujourd’hui, d’avoir fait une auto-analyse et de me retrouver enfin, libre, bien avec moi-même et avec les autres que d’avoir fait un travail spirituel.

    Je vois la vie, sous un nouvel angle, dépouillée de tout ce qui l’encombrait et la rendait trop difficile pour moi. Elle a enfin un sens.

    Je n’ai plus de dépendance affective et j’apprécie la solitude par moment. J’ai pris de la hauteur par rapport au formatage que j’ai pu subir.

    Je reste quand même vigilante, car mes travers du passé ne demandent qu’à resurgir si je n’y prends pas garde. Je fais des gammes et bien sûr encore des fausses notes.

    Je n’attends rien. Je suis là seulement avec mon grand cœur prêt à tout et mon altruisme indémodable. J’accepte ce qui vient, comme ce qui ne vient pas avec la même philosophie. (Il ne vient pas grand chose en ce moment !)
    Et dire qu’il ne dépendait que de moi pour avoir accès à cet état d’être!

    Pensez-vous qu’en étant un peu trop simpliste l’on puisse passer à côté de l’essentiel ?
    Est-ce le calme avant la tempête ?

    Je suis consciente qu’il me reste encore beaucoup de choses, à comprendre, à intégrer et à nettoyer.
    Il y a encore des paradoxes en moi : D’un côté je trouve que les mots sont devenus inutiles (pire, ils me fatigues!) et pourtant je les emploie à foison par moments et j’éprouve du plaisir à lire certains textes, ils me permettent de me recentrer.
    J’aime qu’un autre exprime ce que je ressens.
    Ça me conforte en quelque sorte!
    Certains textes me font grandir aussi. Ils me font voir un angle de vue que je n’avais pas encore exploré.
    Grâce à vous, Passeur, j’ai appris à prendre du recul et à ne pas confondre ressenti avec réactivité.

    Je me nourris toujours de ce qui me parle en premier, puis je laisse le reste dans un coin de mon esprit pour, peut-être, y revenir plus tard.
    Tout va si vite. Des choses qui ne me parlent pas, que je ne comprends pas sur le moment, deviennent quelquefois des évidences une semaine après.

    Pour moi tout a été dit et bien dit.
    Mes commentaires sont inutiles et n’apportent rien de plus à ceux qui les lisent.
    La plupart du temps j’exprime des vérités qui ont été développées dans tous les sens par d’autres et bien mieux que je ne le fais.
    Se triturer l’esprit pour en faire sortir des idée que l’on croit lumineuses et personnelles, alors qu’ en fait elles ne sont, le plus souvent, que des réminiscences glanées ça et là, à quoi bon ?

    D’un côté, j’ai l’impression de ne plus avoir besoin de personne pour rester sur ma voie, et de l’autre je me demande si ce chemin ne doit pas se faire tous ensemble… Dilemme ou dualité ?
    Mes ressentis ne sont pas clairs à ce sujet.
    Toujours trouver le juste milieu, tout est une question de bon sens me direz-vous ?

    Décidément tout n’est que questions pour moi aujourd’hui !
    Conseiller la prudence à quoi bon ? N’avons-nous pas tous essayé de donner des conseils à nos enfants lors de leur éducation ? Qu’en ont-ils fait ?
    Ne devons-nous pas tous faire notre propre expérience ? Ne fait-elle pas partie de notre chemin ?
    Tous les chemins et toutes les erreurs sont respectables.

    Pourquoi ne sommes-nous pas plus simples ?

    Pourquoi cette dualité entre l’envie de faire ce chemin seul et celle de partager nos connaissances et d’apprendre des autres ?

    Pourquoi c’est si facile de voir le schéma mental chez l’autre et si difficile de voir le sien ?
    Pourquoi voyons-nous de façon flagrante : l’Ego, l’orgueil, la colère, la dépendance, le manque de confiance en soi, la mésestime de soi, la réactivité, la fragilité, le chaos, la difficulté à rester sur le chemin, la bêtise, l’ignorance, etc… chez l’autre et que nous ne les voyons pas toujours chez nous ?

    Pourquoi chercher à être crédible ?

    Pourquoi avons-nous toujours besoin de nous poser autant de questions ?

    Pourquoi se désir d’exprimer ce que je pense, ce que je ressens, de façon très basique et naïve quelquefois, si ce n’est pour que certains se retrouvent dans mes lignes et qu’ils éprouvent peut-être un peu de réconfort…?
    N’y a-t-il rien d’autre caché derrière ce désir d’exposer mes ressentis et mes idées ?
    La peur d’être seul et l’incapacité à nous suffire à nous mêmes sont-elles encore un peu présentes?

    L’Ego n’en finira-t-il jamais de nous surprendre là où nous pensions l’avoir débusqué?

    Prendre sans donner ce n’est pas le but n’est-ce pas ? Encore faut-il savoir quoi, à qui, à quel moment donner et si nous en sommes vraiment capables !
    Peut-être ne devrions-nous donner qu’à ceux qui nous en font la demande, sans devancer leurs requêtes. Mais quelquefois un noyé n’a pas la force de crier au secours… C’est bien compliqué tout ça!

    Je n’ai pas encore assez de sagesse pour voir très clair et trouver vraiment ma place dans les relations avec les autres !

    Dans mon entourage beaucoup voudraient avoir une vie plus simple. Mais lorsqu’ils voient la façon dont j’ai simplifié la mienne, ils ont peur et s’éloignent un peu.

    J’ai l’impression que nous sommes des insectes englués dans une mare et que même ceux qui réussissent à s’en sortir gardent quand même un peu de glu sur leurs pattes.

    Vous semblez bien connaître l’être humain, Passeur, car j’ai remarqué que toutes les fois où la température monte un peu, dans l’arène des commentaires, vous publiez un texte, une musique, une vidéo qui fait rapidement redescendre la fièvre…Vous avez le don de recentrer tout en douceur et quelquefois vos réactions énergiques me surprennent un peu (et m’amuse plutôt).

    Savez-vous ce que je pense après avoir écrit ce laïus ?
    -Est-ce que je l’envoie, qu’est-ce qu’il en a faire de mes allers-retours, de mes circonlocutions et de mes labyrinthes mentaux le Passeur ?
    -Saura-t-il, en deux mots, répondre finalement à la question : Doit-on faire ce chemin seul ou doit-on le partager avec les autres ?
    La réponse qui me vient est encore : trouver un juste milieu !

    Désolée, Passeur, de vous soumettre mes états d’âme aussi longuement. En ce moment vous êtes la seule personne que je connaisse et en qui je fasse assez confiance pour faire un peu le point.
    Pour l’instant pas besoin de me mettre en garde, mes ressentis sont bons à votre égard et je leurs fais confiance aussi! ☺

    Je viens de perdre un ami. (Il n’est pas mort☺, du moins je l’espère, il s’est simplement éloigné de moi !) J’en profite pour lui faire un bisou car je sais qu’il passe de temps en temps sur votre site.
    Il m’aidait beaucoup sur ce chemin que je vis un peu en accéléré. Il me « voyait ».
    Sa guidance était très juste. C’était bon de pouvoir partager nos points de vue.
    Mais apparemment « La main qui m’a propulsée était devenue celle qui me retenait ».
    Comme vous le dites dans votre texte : il y a toujours quelqu’un pour tenter d’exercer une emprise ou une pression.
    (J’ai toujours un voyant rouge qui s’allume lorsque quelqu’un pense savoir mieux que moi ce que je pense et ce que je ressens.)
    Surtout lorsque l’on débute ce chemin et que l’on rencontre des personnes qui ont de longues années de travail derrières eux.
    C’est peut-être le signe que je dois continuer toute seule ce chemin et trouver seule mes réponses…?

    J’hésite à envoyer ce message.
    D’un côté c’est un peu égoïste et contradictoire de ma part d’espérer votre aide, mais d’un autre côté, vu le travail considérable que vous faites sur le site pour nous éveiller, je me dis que si j’étais à votre place cela me semblerait normal de tendre la main à quelqu’un (qui se dit simple, mais au vu de toutes ses questions ne doit pas vraiment l’être) qui rame un peu.

    Allez, je l’envoie encore une fois, sans le faire passer par les 3 tamis sinon c’est sûr que je ne l’enverrai pas!

    Ce n’est pas de soutien dont j’ai besoin en ce moment, c’est de vérité.
    Si vous voyez quelque chose qui vous semble important que je travaille, n’hésitez pas à me le dire SVP.

    Amicalement et avec beaucoup d’amour.

    Lisa. ❤✿❤

    • Le Passeur dit :

      Que dire que vous ne sachiez déjà… Il y a bien des questions… et aussi déjà toutes les réponses. Donc finalement vous n’avez pas besoin de mon éclairage. La voie du milieu est celle du funambule et nous sommes tous des funambules, vous le saviez.
      En tout cas, votre démarche dans la vie, vos interrogations et vos réflexions montrent la grande sincérité qui vous anime. Vous ne vous cachez rien, vous savez regarder en vous et autour de vous et vous ne réchignez pas à corriger la trajectoire en fonction. Une amie dirait “c’est la voie du chevalier”. Elle a raison, il n’y en a pas d’autres pour les êtres comme vous. Simplifiez sa vie ramène toujours à l’essentiel, ce qui n’est pas compris de beaucoup autour de soi et donc a tendance à nous isoler. Mais ce que l’on a guéri en nous nous libère du moule non pas pour nous propulser seul en un lieu inconnu des autres, mais pour nous amener sur une nouvelle terre d’expérimentation ou d’autres nous ont précédé et d’autres nous rejoignent peu à peu.
      Ceci pour vous dire qu’il ne s’agit pas de choisir entre poursuivre seul ou pas. On est seul par rapport à ceux que l’on côtoient et qui n’ont rien guéri en eux, mais on est amené à rencontrer ceux qui résonnent avec nous et qui rompent ainsi cette solitude. Parfois il convient de changer de lieu de vie pour cela, seule l’âme le sait et le dit, c’est en ce cas un appel intérieur qu’il convient d’entendre. Il est clair que dans les villes les conditions sont plus difficiles pour trouver cette résonance. Parfois pourtant notre rôle est de demeurer là où nous sommes incompris pour rayonner ce dont les autres ont besoin. Seule vous savez si vous devez demeurer où vous êtes ou pas. Et s’il faut partir, vous serez conduite sans hésitation là où il convient.
      Beaucoup de bavardages en effet dans les commentaires, mais aussi beaucoup de partages qui aident souvent quelqu’un au moment où il en a besoin. Si parfois, je suis un peu énergique pour reprendre vos termes, c’est lorsque je pressens une dérive ou que je perds patience.
      Le chemin intérieur est un chemin éminemment solitaire. Mais pour autant, on est amenés à partager à présent ouvertement nos expériences avec ceux qui peuvent l’entendre. C’est une aide et un réconfort pour tous. Il est à présent possible collectivement d’amener et d’intégrer un tout autre enseignement de la vie, car un certain nombre ont commencé à vider leur coupe et laissent ainsi la place au renouveau. Mais bien peu encore offrent avec humilité une coupe vide, bien peu offrent en silence leur nuque au divin en eux. Le chas de l’aiguille dont j’ai parlé ne se présente à l’être qu’à ce moment. Il faut avoir tout perdu de ses projections, devenir totalement fluide, renoncer à toute volonté jusqu’à avoir perdu l’espoir et vivre pleinement l’abandon. Car tout ceci n’est que l’expression de l’égo, nous sommes au-delà de tout ça et c’est ce qui nous est offert que nous ne prendrons pas tous cette fois encore. Quelle importance ? Il n’y a pas d’objectif, il n’y a que le chemin.

      • alain thomas dit :

        … le chemin de l’inespoir…
        Bel échange… fraternel… comme c’est agréable !

      • Li dit :

        Passeur,
        C’est vrai que pour l’instant je me sens plus dans un lieu inconnu des autres qu’en compagnie de ceux qui résonnent avec moi.
        « Côtoyer ceux qui n’ont encore rien guéri en eux » est ma plus grosse difficulté sur ce chemin.
        Je me laisse encore surprendre par les réactions disproportionnées que peuvent avoir mes proches. Je reste bien souvent sans voix.
        Vous dites: « tout ce qui peut abaisser sa fréquence vibratoire est contraire au sens du chemin. »
        Pourtant toutes les fois où je constate que mon entourage puise dans mes énergies, abaisse ma fréquence vibratoire, c’est un bon exercice pour moi que de devoir faire en sorte qu’elles remontent. J’essaie toujours de comprendre ce qui a pu les altérer. La présence de mon entourage est une bonne école car je mesure à quel point nous sommes tous différents et tout le travail qu’il me reste à faire.
        Même s’ils confondent un peu Amour avec aide morale et physique, si c’est plus un amour-intérêt qu’un amour inconditionnel je sens bien qu’ils m’aiment tous beaucoup à leur façon.
        En étant plus moi-même je ne suis plus tout à fait la même. Je les déstabilise et les inquiète un peu par moments.

        Vous m’avez dit un jour : « Le moment venu, chacun est toujours au rendez-vous et chacun n’a pas la même chose à faire. »
        Du plus loin que je me souvienne, enfant déjà, je rêvais d’harmonie, d’entraide et d’amour entre les êtres humains.
        J’ai fait du mieux que j’ai pu, j’ai aimé comme j’ai pu. J’ai compris ce que j’ai pu.
        Par ignorance j’ai confondu amour de soi avec égoïsme.
        J’ai cru que tant que l’on n’avait pas tout donné l’on n’avait rien donné…
        Je me suis épuisée physiquement et moralement.
        Je me suis totalement oubliée. Je pensais que c’était mon chemin, je l’acceptais bien volontiers faute d’en avoir trouvé un autre satisfaisant.
        Jusqu’au jour où j’ai compris tout le ridicule d’agir comme cela et l’irrespect que j’avais pour moi.
        L’esclavage était révolu !
        Ça n’avait servi à rien, je ne me respectais pas en agissant ainsi. J’ai découvert que je ne m’aimais pas, que je ne pourrai sauver personne malgré lui, avec toute ma bonne volonté j’étais incapable de rendre vraiment heureux quiconque et personne ne me voyait (même pas moi-même).
        Comme vous le dites: « Le service à autrui n’est pas la servitude  » (et encore moins l’oubli de soi).
        J’ai donc commencé un travail sur moi. J’ai tout repris à zéro.
        Je voulais mieux comprendre les autres et surtout me connaître mieux.
        J’ai appris à dire non et à ne plus tout accepter. Je passe sur les détails de ce chemin vers soi et vers les autres car il est plus ou moins le même pour tous.
        J’ai quand même dû prendre certaines décisions radicales et pas toujours faciles.
        Même si j’ai pu blesser en m’éloignant de certaines personnes, je l’ai toujours fait en pensant fermement et très sincèrement que cet éloignement était autant, (sinon plus) bénéfique pour eux que pour moi.
        Cela a été un peu difficile de renoncer à l’idée que je n’étais pas là pour sauver mon entourage mais pour me sauver moi-même dans un premier temps.

        Tout cela pour vous dire que tout me prédisposait à être dans l’aide à autrui et aujourd’hui, à moins de recevoir une aide « extraordinaire », je sens bien que je suis limitée. Bien que l’envie soit là, je n’ai pas les capacités pour aider réellement les autres. Je n’ai pas de signes et très peu de résultats dans ce sens.
        Je suis certainement là où je dois être mais le moment n’est pas encore venu de connaître ce que je dois faire…
        C’est un peu comme si je n’étais plus vraiment concernée, comme si le monde s’était séparé en deux…
        Je suis une partie d’un tout, mais pour l’instant je ne sais pas quel est mon rôle dans ce tout!
        Je ne suis pas impatiente, mais je cherche encore un peu par moment à comprendre tout en sachant qu’il n’y a rien à comprendre, qu’il y a seulement à Être et si possible le plus souvent : Être dans l’instant présent, être dans les ressentis, être dans le cœur.
        N’en étant pas à une contradiction près, j’aime à croire que celui qui cherche fini toujours par trouver !
        Mes compréhensions se feront lorsque ce sera le moment pour moi n’est-ce pas ?
        Il faut de l’humilité pour accepter qu’ils en sachent plus que moi ( là haut) sur mon chemin ! Je plaisante bien sûr car j’ai choisi de vivre cette remontée vers la source et j’ai certainement accepté ce voile de l’oubli.
        En attendant que le voile ne se déchire un peu, je fais le ménage sous les tapis!!!!!!
        Je dois être prestidigitatrice pour mettre autant de grosses choses sous de si petits tapis sans que cela ne se voit trop!

        Merci pour cette phrase: « Pour rayonner ce dont les autres ont besoin ».
        En quelques mots vous avez traduit tout ce à quoi j’aspire.
        Le chemin peut être difficile, mais il n’est pas dur une fois que l’on a bien compris et intégré quelques règles de base.
        Si l’on me demandait un seul conseil aujourd’hui, je dirais: Essayer de FAIRE SIMPLE, même si tout semble compliqué.
        Merci passeur.❤✿❤✿

        • Le Passeur dit :

          Vous faites juste ce qu’il faut. Si nous avions une mission dans cette vie, c’était celle de nous réveiller, puis de nous secouer de toutes les scories qui nous ont alourdis, enfin d’aller dans tous les aspects de notre vie vers le simple essentiel. Là nous rayonnons ce que nous sommes, là nous aidons ainsi au réveil de chacun.
          N’oubliez jamais que vous n’êtes ici qu’une toute petite part d’un être vaste qui vit en plusieurs dimensions et que cette petite part a été envoyée là par vous même sous les voiles de l’oubli afin de mener cette remontée aveugle jusqu’à la lumière qui inonde la surface au-dessus des abîmes. Au plus loin de la Source, nos flammes ne se sont pas éteintes et nous ont conduit sans faille jusqu’à la surface.

          • Li dit :

            Oui je sais, Passeur, que je ne suis qu’une toute petite part d’un être vaste qui vit en plusieurs dimensions. J’ai eu cette révélation.
            Mais je me sens si petite, qu’il m’arrive de me demander ce que font les autres Moi dans les autres dimensions, sur d’autres planètes peut-être, pour que je me sente aussi bridée par moments. Dans ces moments là je leurs envoie de l’amour et un grand sourire, faute de pouvoir communiquer.
            Un grand merci encore, Passeur.❤✿❤✿

        • Taoufiq dit :

          Bonsoir Lisa,

          je n’ai pas eu le courage de te lire la première fois, mais non seulement je t’ai lu après, mais je l’ai fait à haute voix en présence de mon neveu et son adorée blonde.
          Tu as suscité tellement de réactions et de débats entre nous 3,
          Jusqu’à même leur faire lire « le monde selon Jérémie Regard ».

          Merci d’avoir cliqué sur « laisser un commentaire » après tes hésitations, nous l’avons je pense tous fait …
          Tu as couché sur ce blog tes ressentis et c’est honorable.
          Nous recevons tes questionnements, nos questionnements aussi … avec leurs réponses également 😉
          En parlant de ton ami disparu (pour un moment) de la toile, j’ai pensé à Jonas et espère que Myah et lui vont bien.

          • Li dit :

            Bonjour Taoufiq,
            Tu as la chance d’avoir beaucoup de jeunes autour de toi et de pouvoir partager tes connaissances.
            C’est merveilleux de pouvoir le faire.
            Te connaissant, un peu, à travers tes commentaires, j’aurais été surprise que tu me dises t’être découragé définitivement devant la longueur de ce dialogue et de tous ces questionnements!☺☺
            Il faut toujours donner le temps au temps. Des choses qui peuvent nous sembler rébarbatives, voire soporifiques, sur le moment peuvent devenir ludiques ou nous inciter à revoir notre copie à d’autres moments.
            Même les divergences d’opinions ne sont pas à mettre à la corbeille. Peut-être qu’un jour elles nous ouvriront un nouvel angle de vue…ou pas!
            Reçois toute mon amitié et quelques rayons de soleil.
            Merci à toi et tous ceux qui ont pris le temps de me lire, et de me poster un commentaire, pour votre ouverture d’esprit.
            Mon cœur est en train de reprendre sa croissance et cela me fait du bien!.
            Lisa.❤☼❤☼

          • Taoufiq dit :

            Bonsoir Lisa, Li …

            je viens de relire ton message ce soir et je voulais t’écrire une expression marocaine affectueuse :

            « Khallik Lili »

            Je traduis littéralement : « Que Dieu te garde pour moi »
            🙂
            Mais cela ne veux pas dire « réellement » pour moi, mais plutôt pour la Communauté, car le « moi » a une connotation négative dans langue arabe, quand on dit « moi » on rajoute toujours « je retourne auprès de Dieu pour avoir dit ce mot: moi »
            C’est pas évident à traduire, mais j’ai fais de mon mieux 🙂

            Alors, khallik Lili !

    • pierrot dit :

      On peut être seul et ne pas vivre de solitude et être en compagnie et vivre la solitude.
      J’ai bien aimé te lire même si j’ai du mal à lire les longs commentaires mais le tien ne m’a pas paru long c’est l’essence derrière le contenu que j’ai aimé.

      • Li dit :

        Pierrot,
        Désolée, c’est vrai qu’il est un peu long ce commentaire.
        Une idée amenant un mot…un mot amenant une idée et je ne peux plus m’arrêter!
        Ce que tu dis sur la solitude est vrai au premier abord. Je ne développerai pas au risque de tous vous endormir!❤✿❤✿

        • Patricia dit :

          Bonjour chère Li et Merci !

          J’ai reconnu une partie de mon être terrestre dans cette facette de ton kaléidoscope.Dans une autre facette j’ai vu le reflet d’une éléphante ordinaire dans un magasin de porcelaines… sa trompe me dit de lâcher la « prise » de ne plus « prendre » conscience…mais de laisser La Conscience émerger de mon sommeil lourd.
          Dans une autre facette que je n’ai pas encore aperçue, je devine que je m’éveille à mon identité impersonnelle.

          A toi,à Nous avec Amour

          • Li dit :

            Patricia bonjour,
            L’identité…vaste sujet!
            J’ai beaucoup de mal à faire comprendre à mon entourage, bien assoupi encore, le fait que je n’ai pas d’identité.
            L’identité n’est qu’une illusion de plus! Cela nous le savons tous ici, n’est-ce pas?
            Bisou. Lisa. ❤✿❤

          • pierrot dit :

            Oui Li cela s’appelle la personnalité

    • muriel dit :

      Par-delà tes mots Lisa… un beau ressenti
      Que l’amour et la douceur t’enveloppent…

      Merci à toi et à vous Passeur pour cet échange profond et d’une grande simplicité

      • muriel dit :

        Quand je dis « beau » Lisa… c’est plus que ça

      • Li dit :

        Merci Muriel,
        De l’amour et de la douceur, c’est tout ce qu’il me faut!❤✿❤✿

        • marie christine dit :

          Li, ton commentaire me fait penser à un bilan ; la fin d’une étape accomplie avant de faire un grand bond dans l’étape supérieure …

          • Li dit :

            Marie-Christine,
            J’avoue que je ne sais pas…Je n’ai pas ce ressenti pour le moment.
            Passer à une étape supérieure serait pour moi très encourageant. Il y a encore trop d’allers-retours ne crois-tu pas?
            Belle nuit Marie.❤★☽❤

        • katerina dit :

          Li,

          Ton commentaire a un sens .
          Ce qu il me vient à l idée c est que le présent ce que tu vis va changer ton futur qui n existe pas encore . Ou qui existe déjà . Ce qui est impossible de comprendre .
          Il est illusoire de faire des hypothèses . Ce que tu vis maintenant , je pense que tu n as aucune idée de ce que cela va induire dans ton futur ou peut etre en as tu une idée .
          Les choses changent , subtilement , vis le moment et crois en ce qui t a amené jusque là .
          C est pour moi déjà beaucoup .
          Affectueusement
          Katerina

          • Li dit :

            Bonjour Katerina,
            C’est vrai que mon dialogue avec le Passeur pourrait être pris pour un bouillonnement car il est long et part un peu dans tout les sens. Si je t’ai donné le sentiment de chercher à comprendre ce qu’il m’est encore impossible de comprendre, ce n’est pas ce qui m’anime la plupart du temps. Sincèrement je suis là, c’est tout et c’est déjà bien! Je constate sans jugement, consciente de n’être qu’un être humain, encore bien dense, avec,encore un peu, la panoplie qui le caractérise. Je manque encore de fluidité. Crois bien que le futur n’a aucune importance pour moi. Si je dois me désintégrer sous les rayons brûlants du soleil peu m’importe à partir du moment où cela aura un sens. A partir du moment où j’aurai terminé ce que j’avais (mon Moi supérieur) prévu de faire lors de cette incarnation. Tu as raison, et je me le répète souvent, ce qui m’a amené jusque là: c’est moi et je dois plus y croire.
            Avec tout mon amour.
            Lisa❤✿❤✿

          • katerina dit :

            Li ,

            Je n ai pas pensé que tu essayais de comprendre . Je pense que tu as dépassé cela .
            Ce que j ai voulu dire c est par rapport à mon chemin . je m aperçois que ce que j ai pensé il y a un mois , deux , je ne sais pas a influencé ce que je suis aujourd hui . C est donc que le présent au moment où on le vit prépare ou conditionne notre futur .
            je sais aussi que c est bien plus compliqué que cela . En tous les cas je suis en paix et je m émerveille aujourd hui .
            Bien à toi
            Katerina

    • Margelle dit :

      Li, que j’aime ce que tu as écrit ! ♥♥♥
      Merci

  5. Katerina dit :

    Marie Christine ,

    Je suis aussi en train de continuer …
    Le vrai du faux vient quand on a purifier une partie , puis une autre …
    On peut savoir …
    Cela se fait progressivement …
    Les logiques du monde sont illogiques …
    Katerina

    • Katerina dit :

      J ai oublié de te dire que je ressens ce que tu écris …
      Katerina

      • marie christine dit :

        Oui Katarina, je ressens aussi ce que tu ressens .
        « Les logiques du monde sont illogiques » .
        Tellement vrai !
        Parce que les logiques du monde, nous les avons échafaudées avec notre mental qui a cru pouvoir remplacer Dieu . Nous avons ainsi falsifié la logique divine . Toute notre soit-disant logique est un château de cartes . C’est ça l’illusion (entre autres) .

        Pierrot, je crois qu’il y a un malentendu sur le mot « comprendre » .
        Il y a comprendre avec son mental, qui est toujours une compréhension sujette à caution et donc sans intérêt … Mais pour moi « comprendre », ce n’est pas ça . J’estime que l’on a compris quelque chose quand on en a fait l’expérience . C’est la conscience qui qui s’éclaire et qui fait comprendre vraiment et définitivement quelque chose . Cette compréhension-là devient une certitude . C’est ce qu’on peut appeler une connaissance .
        Alors, nous sommes en accord car on ne peut comprendre (ou connaître) de cette manière-là que si on fait le silence mental .
        Et quand une connaissance apparaît, on peut ne pas en avoir conscience . Elle s’enregistre en nous et fait changer nos comportements intérieurs . Mais si en plus on en est conscient, c’est encore mieux parce qu’on devient plus maître de sa vie, on sait mieux où on va et comment les choses se combinent .

        • Katerina dit :

          Marie Christine ,

          C est ce que j ai ressenti … Chateau de cartes ou dominos …
          Tout le monde a voulu etre dieu sans le savoir …
          Ce que je vis est très intense il faut prendre le temps d intégrer ce que nous recevons …
          Et je reçois quand je dois recevoir …
          C est pour cela qu il faut comprendre …
          Je ne me sens pas autre que ce que je suis , ni dieu ni rien .
          Enfin comprendre est sans doute une illusion alors je dirai intégrer …
          De toutes les façons cela s effectue pour moi et je comprends tout de meme de moi de mon passé des choses qui étaient tellement obscures …ou difficiles à intégrer dans mon esprit …
          Jouer sur les mots est inutile …
          Affectueusement
          Katerina
          Nous sommes et je suis humaine évidemment …

    • marie christine dit :

      Li, ce que je ressens quand on arrive à un pallier, c’est une certaine lassitude, une impression de tourner en rond, d’avoir fait le tour de la question, et en même temps de ne pas voir quelle peut bien être l’étape suivante . C’est une phase de flottement, mais en même temps une importante phase de préparation à autre chose .
      Comme toi, je sens que je fais des choses « ailleurs » (on en a parfois quelques indices en rêve) mais quoi ? En tout cas, ça fait du bien de le savoir . On se sent utile …
      Je suis sûre que tu ne vas pas tarder à voir les choses se débloquer . Tu as l’air tout à fait mûre pour que ça arrive bientôt … C’est assez inconfortable mais si ça se trouve, ça fait partie du jeu . Ne faut-il pas ressentir une certaine frustration chez nous les humains pour avoir envie d’avancer ? Parce qu’autrement je crois qu’on aurait assez tendance à nous reposer sur nos lauriers …
      C’est tout le bien que je te souhaite, comme je me le souhaite aussi à moi-même .
      Affectueusement .

      • Béa dit :

        La phase de flottement que tu évoques,Marie-Christine,est ce que j’appelle le saut dans le vide.C’est l’écroulement des repères et des limites qui semblaient nous sécuriser et dont l’absence se fait aussi excitante que troublante.C’est l’ouverture à l’inconnu,le passage de la porte étroite que l’on ne peut franchir que nu de tout jugement et apriori,de tout savoir et habitude.
        C’est le début d’une fin, inscrit dans notre parcours d’incarnation,la révélation d’un rien redouté qui s’avère être tout,le vide révélant un plein,c’est la chenille qui se fait papillon,l’envol d’un Soi allégé des lourdeurs passées et délesté d’un futur projeté,c’est l’installation réjouissante dans le seul espace-temps réel : le Présent !
        Bien à toi !

      • katerina dit :

        La lassitude , nous savons tous ce que cela est . Et nous savons aussi que nous avons continué . Quelque chose nous y invite , et les obstacles sont là pour nous faire avancer . Parce que nous avons aussi cette idée de la perfection en nous , et je pense que nous voulons l atteindre meme si nous ne savons pas ce qu elle est . C est certainement ce qui fait cette grande force , cette lumière intérieure si infime mais là . Je continue mon chemin aussi parce que je me rends compte grace à vous que je ne suis pas la seule à ressentir cela .
        Affectueusement
        Katerina

      • Li dit :

        Coucou Marie-Christine!
        C’est très paradoxal tout ça!
        D’un côté j’ai l’impression de ne pas faire grand chose, d’où la question que je posais à savoir si; en étant simpliste l’on ne passait pas à côté de l’essentiel?
        Et d’un autre côté lorsque je regarde le chemin parcouru en un peu plus d’un an et demi… Je me dis que ce n’est peut-être pas si mal que ça d’être passée du compliqué au simple et que le fruit tombe de l’arbre qu’une fois qu’il est à maturité.
        C’est ce côté « me reposer sur mes lauriers » qui m’a incité à poser la question au Passeur. Tout me semblait un peu trop simple pour la terrienne que je suis.
        Le jeu je pense l’avoir compris, mais je suis un peu dans les starting-blocks par moments et je me sens inutile parfois. Enfin, inutile n’est pas vraiment ce que je ressens, je pense que je pourrai faire plus (si j’en avais les capacités).
        Si saut il y a, ce sera avec de l’aide. Je sens que mes limites sont plus ou moins atteintes. Ça c’est ce que je pense à cet instant. Je ne ferme pas la porte aux bonnes surprises!
        Lorsque ces flottements apparaissent, je me recentre et garde comme cap mon nettoyage. Je calme mes ardeurs en pensant que, ce nettoyage je le fais pour les générations passées et futures.
        Si comme tu le penses je suis sur un pallier qui me permettra de débloquer certaine choses j’en serai ravie. Car j’ai beau rechercher la fluidité elle ne semble pas encore être au rendez-vous!
        Dans sa réponse le Passeur dit: »…renoncer à toute volonté jusqu’à avoir perdu l’espoir et vivre pleinement l’abandon. »
        Tout m’interpelle dans cette phrase.
        Lorsque j’en serai là peut-être aurai-je accès à l’étape qui à cet instant me semble encore inaccessible: « Rayonner ce dont les autres ont besoin ».
        Voili, voilou, voilà, Marie! Je prends tes souhaits et je te les renvoie.
        Je t’embrasse.❤✿❤✿

    • Li dit :

      C’est ça Katerina, nous sommes des créateurs. C’est pour cela qu’il faut être attentif à nos pensées.
      Bisous.❤✿❤✿

  6. Katerina dit :

    Béa ,

    Tes messages sont éternels …
    Tout est en nous comme le dit si bien Mesnet …
    Suffit il d y croire …
    La musique est pour moi cette harmonie …
    La vie est cette musique
    Quand les ombres auront disparus …
    Il y a un but meme si nous savons que ce n est qu une illusion …
    Parce que nous connaissons les ombres …
    Le dire est il illusion
    Affectueusement
    Katerina

    • Béa dit :

      Oui,Katerina,la vie est une mélodie parfaitement orchestrée par le Divin et virtuose Créateur.Il nous suffit de nous synchroniser à sa partition,à son rythme,chacun jouant de son propre instrument (ses particularités) car nous sommes finalement tous musiciens ou chanteurs,jouant à l’unisson,avec plus ou moins de conscience,d’application et de bienveillance .Quoiqu’il en soit Le Chef d’orchestre nous pardonne les fausses notes que nous semblons faire encore !!!
      Affectueusement Katerina et merci pour tes retours !

      • katerina dit :

        Béa ,

        Le divin nous pardonne nos erreurs .
        Ne serait ce pas lui qui orchestre aussi nos erreurs ?
        Je sais que je vais peut etre un peu loin dans mes idées .
        Seulement j ai mis un peu de temps avant de lui pardonner aussi mes erreurs . Je ne sais meme plus . Cette idée de pardon est subtile .
        J ai dailleurs abandonnée cette idée . Je me disais mes erreurs sont aussi une de ses créations .
        J ai été très vigilante face à mes erreurs, mes actions étaient alors minimes ce qui me permettaient d etre attentive .
        Nous avons aussi le libre arbitre .
        Tout cela est bien difficile à comprendre .
        Merci pour tes messages également .
        Affectueusement
        Katerina

        • Béa dit :

          Nous sommes venus faire l’expérience illusoire de la séparation (dualité) pour revenir en co-créteurs conscients à la Source(unité).
          Nos erreurs (qui ne sont pas péchés!) sont les tremplins qui nous permettent de gravir les marches de l’ascension,de la libération consciente.
          La perfectibilité est la voie au sein du relatif alors que la perfection est la règle en absolu.
          Les erreurs sont riches de leçons à l’école de la vie.En y puisant l’enseignement qu’elles recèlent,nous devenons de merveilleux alchimistes et d’authentiques enfants du Créateur.
          Si l’erreur est humaine la réparation,à portée de Cœur,est Divine !
          Nous sommes dans un jeu de rôles qu’il serait inutile de dramatiser car nous ne pouvons manquer de rentrer où nous ne sommes partis qu’en rêve(plus ou moins cauchemardesque suivant notre niveau d’éveil!).
          Merci Katerina pour tes retours qui me permettent de clarifier ma position du moment !

          • katerina dit :

            Béa ,

            Je suis en accord avec toi . C est ce que je ressens effectivement .
            L émerveillement de ce que nous sommes est dans l essentiel .

            Affectueusement
            Katerina

  7. Katerina dit :

    Mesnet ,

    Ce que tu exprimes est vrai .
    Tellement vrai .
    Merci
    Katerina

  8. marie christine dit :

    Juste un peu d’humour …

    Toutes les lettres d’amour sont
    Ridicules .
    Elles ne seraient pas des lettres d’amour si elles n’étaient pas
    Ridicules .

    Moi aussi, j’ai écrit autrefois des lettres d’amour,
    Comme les autres,
    Ridicules .

    Les lettres d’amour, s’il s’agit bien d’amour,
    Se doivent d’être
    Ridicules .

    Comme j’aimerais revivre le temps où j’écrivais
    Sans m’en rendre compte
    Des lettres d’amour
    Ridicules .

    La vérité, c’est qu’aujourd’hui
    Ce sont mes souvenirs
    De ces lettres d’amour
    Qui sont
    Ridicules .

    FERNANDO PESSOA

  9. François dit :

    Rien de ce qui est digne d’être connu ne peut s’enseigner.

    Oscar Wilde

  10. Katerina dit :

    Mesnet ,

    C est toujours époustouflant .
    Cet après midi je viens d avoir c ette idée que tu viens d exprimer . Je me suis dit que j ai toujours été comme je suis aujourd hui et pourtant tellement différente . Je me suis dit que j avais toujours été un etre spirituel naturellement en aimant les autres et pourtant …
    Je ne pensais pas avant que je l étais … C est certainement cette lumière cette énergie qui me protègent réellement aujourd hui … Cela je ne sais pas … Cette liberté retrouvée , cette sensation de pouvoir exister …
    Ton message est sage .
    Je suis toujours vigilante de toutes les façons ..
    Affectueusement
    Katerina

  11. Katerina dit :

    Louisetta ,

    Tu exprimes avec lucidité …
    C est pour cela que c est difficile …
    Les ombres sont en nous …
    L essentiel est en nous …
    La vie est en nous …
    Affectueusement
    Katerina

  12. Béa dit :

    Bah,mes amis,mes frères et sœurs,ne sommes-nous pas tous en train de nous engluer dans les délires du mental-égo !?

    Certes ces questionnements sont inévitables dans la voie du salut et de la libération mais je vous crois tous suffisamment avancés sur la voie de l’éveil pour ne plus tenter de mettre des mots sur l’indicible !

    Toutes les questions ne sont qu’élucubrations d’égo cherchant à limiter l’infini.Il n’y a pas d’issue à ce verbiage et,il me semble que seul le silence peut traduire nos compréhensions instinctives à saisir l’essentiel.

    « Alors,Béa,pourquoi tenter d’exprimer l’inexprimable ? »Je suis moi-même piégée par l’aspiration à traduire (et réduire!) en mots ce qui n’a pas de limite.Pardonnez-moi d’avoir une telle aspiration à inviter chaque Un à se dissoudre dans le Tout et à ôter les barrages à l’Amour que l’égo dissèque et valorise…

    Décidément,il n’y à rien à réduire ou craindre,rien à faire… que ce que l’on est dans le mouvement perpétuel de l’éternel instant…

    Puissions-nous,chaque Un,lâcher la volonté de comprendre ou maitriser ce qui nous dépasse et couler ,en confiance,sur le flux vital de La Vie qui est perfection en perpétuelle expansion!

    Mes amis et mes frères,soyez libérés de toutes les intentions de l’égo qui,dans tous les cas,n’est qu’un empêcheur de tourner en rond,selon la spirale inévitable du temps et de l’espace qui n’attendent pas nos accords pour poursuivre leur parfaite progression.

    Glissons-nous,serviles en ce courant porteur et laissons être ce qui est sans souiller de nos jugements arrogants et factices ce qui de tout éternité nous faits Divinement vivants…

    Je vous aime !

    • Katerina dit :

      Je ne comprends pas la servilité .
      Affectueusement
      Katerina

    • mesnet dit :

      Je t’ai posé une question, plus bas…Je te laisse la chercher, lol.
      Comme on ne relit pas forcement tous les commentaires, je te le signale en haut de page.
      A te lire, mon amie.
      A vous lire tous.

      • Béa dit :

        Oui,Mesnet,ma soeur,on s’est déjà croisé et la connexion s’est faite tout naturellement entre nous !

        Je suis bien l’auteure du commentaire que tu cites et que j’ai signé de mon prénom !

        Tu sais,la plupart de mes écritss me sont…inspirés et,je suis touchée qu’ils parlent à ton cœur et confirment à travers toi une certaine justesse de vue.

        « On enseigne ce que l’on apprend »(UCEM)

        Merci à toi et au beau miroir où nos reflets fusionnent en une même identité !

        • mesnet dit :

          C’est après avoir posté ça que je me suis souvenue…Béa…Béa, celle avec qui il y a eu un si bel échange, un si beau travail, sur un autre site ?
          Mince, c’est la même Béa ?!
          Je pense que nous expérimentons là ce qu’est être l’enfant du nouveau monde : les humaines que nous sommes ne se connaissent pas, et pourtant un véritable amour divin dans nos échanges, une reconnaissance absolue de la beauté de l’autre.
          On pourrait encore parler du miroir, mais je pense que cela va au delà.
          J’ai autant travaillé sur les miroirs « positifs »que sur les miroirs « négatifs », ceux qui me renvoyaient « l’ombre » en moi, et donc au travail à faire pour transcender ma douleur…
          Comment dire ? Ce que je ressens vis à vis de toi est au delà du miroir sympathique que l’on est bien aise de percevoir en l’autre…
          Je suis allée en ville hier, à Brest….et j’ai vécu quelque chose d’extraordinaire….je sentais un réel lien entre mon « centre du coeur » et le « centre du coeur » de ces gens que je croisais…il n’y avait plus de beaux, de moches, de vieux, de jeunes, de vulgaires ou de chics, de sympathiques ou d’agaçants…..il y avait d’abord ce lien d’amour que je vivais avec un « sourire jusque là »…et le reste n’était plus qu’enveloppe, illusion….
          J’aimais, mais j’aimais tous ces êtres !!!
          La dernière fois que l’on a communiqué, toi et moi, je t’ai fait part de ce manque de connexion à l’amour divin que je vivais, parce que ma (re)naissance devait passer par quelque chose de « technique »….Et là, « on » me disait que cette technicité devait faire place à l’amour de façon à être guéri et complète.
          Et bien je crois que c’est ce que nous vivons timidement toutes les deux….pas un miroir agréable et valorisant, mais de l’amour divin….
          Et ma foi, Dieu que c’est bon ma soeur !
          J’ai imprimé ce bout de texte ou tu parles de cette nouvelle affirmation de soi, entre douceur et fermeté….
          Tu utilises le terme « incoruptible », j’utilise le terme « invincible », mais cela est équivalent….
          Et je te mets ici une partie des mots que j’ai utilisé auprès de ceux qui me connaissent…. des mots qui rejoignent les tiens à quelques semaines d’intervalles :

          « J’affirme aujourd’hui totalement ce que JE SUIS sans rien renier.

          Pas de reniement et donc pas de « milieu » ou de compromis.

          Je ne vous offre que ce que JE SUIS. Rien d’autre.

          Car ce que JE SUIS est mon choix.

          Et vous avez les vôtres à faire.

          Vos choix.

          Je n’ai pas besoin de vous car le besoin est une perception humaine.

          Je n’ai pas besoin de vous, car je vous aime et respecte vos pas et vos chemins.
          Si vous ne désirez pas ce que JE SUIS, cela ne me pose aucuns soucis puisque je vous aime et respecte vos pas et vos chemins.

          Si vous désirez vous connecter à ce que JE SUIS, je serais là.

          Je ne dirais rien d’autre que ce que je sais.

          Je ne vous montrerais rien d’autre que le monde qui est aujourd’hui le mien.

          Je ne percevrais rien d’autre que ces lignes de travail que je perçois en vous.

          C’est cela que je vous donne….ou pas.

          C’est votre choix…et je sais qu’il est en train de vous percuter.

          Vous avez pensé que l’éveil consistait à mettre de jolis mots sur la vie comme l’amour, la joie, la paix…..

          L’éveil, c’est mourir. C’est vivre ces mots en transcendant tout ce que tu as appris.

          Accéder à ces fréquences demandent de défaire pierre après pierre ce que tu as cru être.

          Pendant que tu montais tes murs à la chaux, je défaisais les miens….les murs de mes propres prisons. Cela m’a demandé un courage et un travail que vous n’imaginez pas.

          Et vous m’y avez aidé en me tendant jour après jour le miroir de ce que j’étais.
          Je n’ai pas d’autres choix aujourd’hui que de vous rendre au centuple ce que vous m’avez donné.

          Je vous offre donc l’accès à un autre monde…..ou pas….

          Un miroir que je vous tends à mon tour pour vous éclairer…ou pas….

          Tout est entre vos mains. Tout est question de choix.

          Je t’aime. Je vous aime…..et surtout, j’aime ce que JE SUIS.

          JE SUIS guéri et complète car je suis un élément du TOUT et de façon miraculeuse, JE SUIS la somme du TOUT. »

          « Et ce que JE SUIS » prend la route dans un mois, lol, pour obéir à « la feuille de route » que j’ai reçu début janvier…je pars en Inde fin avril pour 6 mois, laissant les miens avancer sur leurs chemins….si cela tente quelqu’un ici…allez donc savoir ?!
          Merci Béa, encore une fois…
          Joie, amour, confiance absolue, abandon, paix….ce monde me plait bien mieux qu’avant !

          • pierrot dit :

            Est-ce limité à vous deux hi hi hi?

          • mesnet dit :

            Limitation n’est plus dans mon vocabulaire, lol…
            Mais comme je l’ai lu plus bas, deux personnes ici se sont rencontrées (« pour de vrai », je crois) et ont partagé quelque chose de grand.

            Béa et moi avons fait une rencontre d’un autre genre, toute aussi belle.
            Je dirais qu’à ce moment précis, c’était entre elle et moi, mais sans exclure l’autre…
            Souvent, en lisant les commentaires, je me sentais mise à l’équart, « pas aimée »….Alors je comprends ta question…
            Ce que je donne à l’un, je ne le retire pas à l’autre….enfin plus maintenant…
            Quelqu’un que je connais vis très fort cette perception : si je dis « cette fille est belle », elle entend « c’est pas comme moi qui suis moche »….si je dis « j’aime cette personne », elle entend « tu l’aimes plus que moi »…
            Je comprends cette douleur, elle fut mienne très longtemps….

            Ce que je vis avec Béa ne se fait pas contre l’autre….C’est juste un instant T ou l’on vibre à l’unisson sur la même fréquence….
            Et mon ami Pierrot (sans jeu de mots, lol), je t’aime et admire ta lumière joyeuse tout autant que celle de nos compagnons de route, ici ou ailleurs.
            Pour l’instant, ces connexions du coeur à travers l’espace, semblent un peu limitées. Elles se font par deux, trois ou quatre et pourraient traduire encore une fermeture à l’autre…je pense simplement que nous tatonnons sur cette nouvelle forme de communication, mais que l’amour pour chaque être y est bien présente….
            Bonne soirée à toi, Pierrot.

          • Béa dit :

            Je te reçois 5 sur 5 Mesnet !Rien à ajouter à tes dires, si ce n’est Merci !

            @ notre ami Pierrot,
            comme le dit Mesnet,il est bon de lever le concept de « limitation » pour laisser notre vision se dissoudre dans le Tout !

            Comme je l’ai dit,la plupart de mes commentaires me sont inspirés.Ils sont un message intérieur qui s’adresse autant à moi qu’à ceux qui me lisent.

            Je n’ai pas l’intention (ni le désir) d’Etre au-dessus de quiconque.C’est peut-être juste l’expression de ce vers quoi je tends (moi et chaque Un de nous?).

            J’aspire réellement à dépasser la dualité et le jugement que mon mental-égo continue à m’imposer.J’ai compris qu’il n’avait aucune fiabilité et je m’applique à déconstruire ses conditionnements et automatismes qui,jusque là,guidaient mes choix.

            La peur m’assaille encore bien souvent mais,par la pratique,et de manière de plus en plus rapide,je lui « tords le cou »!.Mauvaise conseillère bien qu’enseignante hors pair,je la remercie d’être la cause et l’effet de mon avancement sur la voie du salut et de la libération.

            Le temps ne sert qu’à défaire les fausses croyances et les mal-perceptions.
            Ce n’est qu’en habitant pleinement le Présent,là où hier et demain se dissipent,que nous pouvons retrouver l’innocence de l’enfant,sa confiance et son émerveillement.Là,dans l’attention simple portée à « ce qui est »,s’envolent les références au passé et les aspirations en des lendemains sublimés.Là,le regard se fait neuf,neutre,unifié et l’Etre peut alors se laisser pénétrer par la grâce d’incarner le Vivant en symbiose avec le mouvement perpétuel qui manifeste le Néant à chaque instant.

            Ces moments,bien que furtifs,impriment en nous La Vérité ultime et révèlent,par l’humilité et le service(l’abandon),l’insanité de nos volontés personnelles.Alors,on réalise l’ampleur de notre prétention à vouloir limiter l’infini ou maitriser ce qui nous dépasse.

            L’éveil est pour moi la pleine ouverture au champ de tous les possibles que seule une confiance sans faille peut permettre.
            Mais,nous avons été si conditionnés,si restreints par un système de croyances perverti qu’il paraît encore inconcevable de viser plus haut que nos perceptions altérées.C’est pourtant le grand défi de cette fin des temps,le passage de La Porte étroite,le grand saut dans l’inconnu qui,pour qui est prêt et ose,libère,guérit et confirme l’absolue perfection de « tout ce qui est » !

            C’est ici et maintenant que le miracle se vit !

            Bien à tous et à chaque Un,avec l’assurance que nous ne pouvons manquer de revenir là où nous ne sommes partis qu’en rêve (cauchemar de séparation).Chacun est libre de choisir le moment où,jouer à se faire peur,ne l’amuse plus !!

          • alain thomas dit :

            ☼ Béa ☼

          • mesnet dit :

            C’est à Béa que je vais répondre, lol, parce que nous avons entamée une conversation d’un nouveau type, mais c’est un partage avec tous, ici…
            Personne ne te dira que tu es guéri et complète.
            Aucun être, aucune entité, aucun esprit, aucun extra-terrestre…et encore moins un humain.
            Même Dieu ne fera pas cette affirmation à ta place.
            Elle viendra de ce que j’appelle le « grand retournement »….Je me suis retournée, et j’ai vu que j’étais déjà ce que je désirais être.
            Je suis un esprit incarné et je suis ainsi liée au tout : à mes différents corps, à Gaïa, aux esprits, au cosmos, à la feuille sur l’arbre, au cœur de mes frères….Je suis déjà complète !
            Et guéri car je peux l’affirmer sans me battre contre tout ceux qui affirmeront le contraire. Il n’y a rien à prouver, rien à argumenter, personne à convaincre, juste percevoir ce que je suis, dans l’amour et la confiance absolue.
            Il m’a été dit ces derniers jours qu’il ne peut exister « des petits bouts de confiance » en ceci mais pas en cela…
            « On » m’a dit : « fait confiance en tous ces éléments qui te composent aujourd’hui et notamment tes frères. Ne cherche plus le sens de leur chemin, il n’y a pas de sens, mais aime. Juste ça. ».
            Ce que je perçois en toi Béa, c’est que tu es guéri et complète….mais que tu n’oses pas encore l’affirmer.
            Tu parles à ton esprit à travers « ces messages inspirés ». Tu sais déjà que tu es un esprit incarné.
            Et donc…tu es complète ! A moins que tu t’attendes à autre chose ? Aller sur une autre planète ?
            Tu es pleine d’amour, c’est très fort chez toi. Et pleine d’humilité.
            La guérison et la complétude doivent être affirmées en nous-mêmes, personne ne le fera à notre place, c’est cela aussi l’éveil. Affirmer ce que nous sommes en toute humilité, c’est rejoindre l’humilié totale qui existe de l’autre côté du voile.
            Chaque main qui déchire ce voile de l’oubli et qui demande de l’aide de l’autre côté sera accueillie avec la même joie.
            Obama, ne sera pas mieux reçu que moi.
            Un professionnel du spirituel reconnu par les hommes, ne sera pas mieux accueilli que moi.
            C’est cela l’amour que l’on nous offre et c’est cet amour qui me permet d’aimer ce que je suis et d’affirmer ma grandeur en toute humilité….les paradoxes divin, lol
            « Heureux les simples d’esprits », c’est comprendre ce qu’est la simplicité.
            Et la simplicité c’est d’admettre sa complétude lorsqu’elle advient…seuls le mental et l’ego voudraient encore nous faire croire que « c’est mal et très orgueilleux » de notre part que de percevoir Dieu en nous.
            L’humain apprend à être gêné lorsqu’on lui fait un compliment, l’être divin doit apprendre à s’octroyer le droit d’affirmer sa propre beauté.
            En ce qui me concerne, le pas est fait, et la validation de mes frères de lumière est totale.
            Mes frères humains ne le verront pas, et cela n’a pas d’importance.
            C’est pour cela aussi que ce texte que tu as écrit sur l’affirmation de soi est aussi important.
            C’est cette affirmation là aussi « je suis complète et guéri » qui me rend invincible ou incorruptible. Il n’y a plus de guerre à mener contre celui qui voit ou perçoit le contraire….plus de guerre et de peur, juste ce lien d’amour avec mes frères.
            Voilà ce qu’est mon éveil.
            Rien de plus, si simple finalement.
            Je ne suis rien de plus que ce que je suis et pourtant différente de ce que j’étais.
            Je ne demande plus rien, je ne cherche plus le sens, je n’ai plus de questions, je ne décortique plus les propos ou les chemins, je vis cette lumière dans sa plénitude….
            Il y a aussi des mutations physiques car je ne suis plus jamais malade, je regarde le soleil, mon corps se régénère, je vois des couleurs, des auras, et tout cela est jeu et joie….
            Tout est pareil mais tout est différent.
            « Je suis pareil », mes frères ne voient rien d’autres que ce qu’ils veulent voir, mais « je suis différente », ô combien.
            Bref, je vois en toi un être complet et guéri, mais ce n’est qu’une perception qui m’est propre….c’est ta perception à toi qui devra s’affirmer.
            Je t’aime, ma sœur, ta lumière complète la mienne et ne me fait plus d’ombre.
            Je vous aime mes frères, votre lumière complète la mienne et ne me fait plus d’ombre….
            C’est aussi cela la paix.

          • Béa dit :

            Mesnet,
            Une fois encore tes mots font écho à mes ressentis.Tu as tout à fait bien cerné que je suis dans ce basculement,cette aspiration à affirmer ma beauté en dépassant les injonctions de l’égo qui me dirait orgueilleuse.
            Ta perspicacité à capter l’exacte phase où je me trouve et tes justes et sages conseils me touchent,me réconfortent et m’encouragent à franchir plus avant ce cap que tu décris si bien.
            C’est bien là que j’en suis : « sortir de la gêne du compliment,admettre ma complétude » sans honte ni orgueil.Simplement être qui je suis dans l’instant et pleinement,sans rien justifier,sans argumenter,sans rien attendre d’autre que la liberté d’être que l’on est seul à pouvoir s’accorder.
            Ma sœur,je n’ai plus les mots mais tu sauras capter combien ta fréquence a touché la mienne,combien ton éclairage m’a rendue plus lumineuse.Alors,en ton nom : »je suis complète et guérie »!!…MERCI pour ce don d’Amour ! Je nous aime !

          • mesnet dit :

            « sans rien attendre d’autre que la liberté d’être ce que l’on est seul à pouvoir s’accorder. »
            Oui, là était le secret….si simple…et combien de milliers d’années pour y arriver ! un grand éclat de rire me vient….Dieu que nous avons été compliqué, alambiqué…..mais cette aventure valait le détour, non ?
            Au fait, en plus d’être guéri et complète, sais tu aussi que tu es aussi une merveille, lol ?
            Nous sommes tous des merveilles….
            J’ai terminé d’écrire cet après midi…je crois que ces derniers mots sont pour toi, pour vous, pour tous…..
            « Je suis une merveille.
            Combien ici ou là, j’ai vu la conscience s’éveiller:
            d’un coup, le voile se déchire et l’on perçoit un paysage, un animal, un fruit, un lac, une fleur comme étant LE miracle.
            On s’extasie devant la simplicité de cette merveille que l’on semble découvrir.
            Mais en ce qui nous concerne, on attend quelque chose de nouveau et de merveilleux : une autre planète, un autre corps, des extra-terrestres aimants et beaux, des guides lumineux, des entités éthérées et magique, des elfes….Le merveilleux peut prendre tant de forme ! Nous l’attendons depuis si longtemps ! Nous voulons de la magie !
            L’enfant en nous trépigne d’impatience et échafaude encore et encore tant de scénarios plus merveilleux les uns que les autres.

            Je suis LA merveille.
            Là ou mon ego me menait à la détestation de moi-même, l’humilité me mène vers l’acceptation de ma lumière.
            Aucun esprit que je côtoie ne se dévalorise et n’assume pleinement ce qu’il est : beauté, lumière, grandeur, amour, don….
            J’ai pu m’extasier devant le fruit de la terre sans m’apercevoir que je suis égal à ce fruit, que je suis un miracle de la vie.
            L’enfant en nous attend encore quelque chose « d’autre » qui serait plus merveilleux, coloré, originale, grandiose, différent, inconnu….
            L’être complet que je suis s’émerveille de ce que JE SUIS.
            Le retour à moi-même est simple, si simple !
            Que pourrais-je attendre d’autre puisque je suis la merveille de la création ?
            Que pourrait-il bien avoir de plus merveilleux que ce que JE SUIS ?
            Il y a juste un changement de regard sur ce que JE SUIS. Juste cela, un changement de regard et les portes du TOUT s’ouvrent à moi, sans limites et avec simplicité.
            La merveille que JE SUIS ne fera rêver personne, lol….car l’humain imagine et rêve le merveilleux en dehors de lui-même.
            Le voir en soi est si difficile, car l’ego veille ; alors le voir en l’autre, impossible ! L’ego y veille deux fois plus, lol.
            Nous sommes tellement convaincus que nous ne pouvons être le merveilleux que nous attendons.
            Je ne suis rien de plus qu’une humaine complète et guéri qui marche sur ma planète bénie avec mes frères de tous poils, de toutes feuilles, de toutes pierres, de toutes chairs….Je reçois cela comme un cadeau, une vérité toute simple.
            Mais beaucoup cherchent encore et encore le merveilleux ailleurs, très loin de la simplicité d’être.
            Il n’est plus temps d’attendre ce qui ne viendra pas puisque c’est déjà là.
            Et je vis cette phrase tant et tant de fois rabattue : « vous êtes ceux que vous attendez ».
            Vous êtes la merveille. Rien de plus. Rien de moins. Juste une merveille dans toute sa simplicité et son humilité.
            Se reconnaitre c’est renaitre et c’est changer le monde.
            Il n’y a jamais eu autre chose à faire….rien de compliqué…et c’est si drôle quand on y pense, cette multitude de chemins pour mener à la simple merveille que nous sommes.
            Reconnaitre le merveilleux en soi, c’est reconnaitre le merveilleux en l’autre.
            Plus de concurrence, de plus grands ou plus petit. Juste la complétude de l’un augmentant la complétude de l’autre… »

          • muriel dit :

            mesnet, Béa, merci à toutes les deux…
            Votre échange est magnifique.

          • Romarin dit :

            Ce que c’est beau ce que vous dites, cet échange m’a touché et m’a donné envie de pleurer!
            parfois j’ai l’impression de toucher du doigt quelque chose, ou bien comme lorsqu’on cherche un mot et qu’il est « sur le bout de la langue! », et puis, pfff…ça s’en va !
            je n’arrive pas à ôter ce p….. de couvercle.
            que je suis heureuse de voir la simplicité d’être pour vous et d’autres personnes.
            je reste pleine d’espoir. Merci en tout cas pour tous ces messages.

          • Cécile dit :

            Mesnet, Béa,
            Quelle douce et forte lumière dans votre échange ! Elle m’éclaire et me réchauffe… Quelque chose en moi est touché et subtilement transformé par la simplicité, l’évidence, la sérénité qui émanent de vos paroles, qui coulent entre vos paroles, comme l’eau d’une rivière entre des galets.
            Du fond du cœur, merci.

        • pierrot dit :

          ce que l’on apprend ou ce dont on se rappelle ?

    • Béa dit :

      Bonjour Katerina,

      Quand je parle de servilité,je veux dire,comme je le dis souvent,servir La Vie au lieu d’exiger qu’elle nous serve !
      Mais,je comprends tout à fait que mon positionnement puisse porter à confusion.
      Merci pour ton retour,en espérant que la précision que j’y apporte répondra à ton questionnement !

      Bien à toi !

      • Katerine dit :

        Je pense que je n ai rien à servir . Ni la vie , ni rien .
        Je vis simplement .
        Je comprends ton message néanmoins .
        Afffectueusement
        Katerina

      • pierrot dit :

        Servir la vie ou demander à la vie qu’elle nous serve? That is the question.
        On pourrait dire aussi ne pas avoir d’objectif ou en avoir un non?
        La voie du milieu serait avoir un objectif mais ne pas y accorder d’importance, aprés tout on vit dans la matière alors ne faut-il pas naviguer dans la dualité?

        • Katerina dit :

          Servir … Il y a ser … Service ….
          Pourquoi toujours attendre quelque chose …
          Des autres de soi de la nature …
          et meme du Tout …
          Je crois que cela me dépasse …
          Affectueusement
          Katerina

          • Béa dit :

            Chère Katerina,

            Je capte que l’idée de servir te pose problème.Servir est pour moi l’expression de l’abandon de notre volonté propre,la levée des barrages de l’égo sans laquelle nous ne sommes que des morts-vivants,la reconnaissance d’une autorité supérieure,notre mise à disposition consciente d’une énergie qui nous traverse et que l’on reconnait aussi parfaite qu’absolue.

            Cela dit,je comprends ta remarque mais,tout, dans la vie, est un choix entre subir et choisir.

            JE choisis de m’en remettre à ce qui me dépasse et n’y vois là rien de l’ordre de la soumission subie au sens dominant-dominé.C’est un « que Ta Volonté soit faite » humble et reconnaissant qui se vit dans l’instant et exclue toute attente comme tu sembles le suggérer.

            Bien à toi qui me permets,comme beaucoup ici,de clarifier mon positionnement ou de le remettre en question pour dépasser des aprioris devenus obsolètes !

            Merci Katerina !

          • pierrot dit :

            Prenons le corps humains, imagines un instant si chaque cellule ne servait pas au bien être du corps, que se passerait-il?

      • Katerina dit :

        Chère Béa ,

        Je ne suggère rien …
        Que ta volonté soit faite ….
        Cela me rappelle ….
        Subir ou pas …
        Si ce qui te dépasse existe … Lache prise ….
        Et vis tout simplement …
        La vigilance dans l utilisation de certains mots ou expressions …
        Je sais que l on ne peut faire autrement , le verbe ….
        L abandon qui sait réellement ce que c est …
        Chacun en a une idée et est celle de sa vie …
        Je comprends ce que tu exprimes ici c est ton chemin ..
        Affectueusement
        Katerina

    • Louisetta dit :

      Chère Béa,

      Oui, évidement, à qui tout cela ne donne t-il pas envie?
      Mais nous ne pouvons pas être cet état en toute honnêteté si nous n’avons pas d’abord nettoyés en nous. Il y a des temps pour vibrer, des temps pour nettoyer. Et ce nettoyage s’accompagne forcément, entre les sensations, du commentateur en nous, et de réflexions qui émergent naturellement des observations de nous mêmes (comme la servitude, par exemple)
      Et c’est d’ailleurs là tout l’intérêt de textes comme ceux que publie le passeur.

      Après, je tire mon chapeau très bas à ceux qui sont déjà de purs esprits, et à ceux qui parviennent à vibrer et ressentir, sans aucune entrave ni interruption, leur être essentiel en toile de fond de leur vie, car j’entrevois effectivement ce par quoi il faut passer pour installer cette présence.
      Mais enfin, on ne peut en étant honnête, faire abstraction en un seul instant et définitivement, sous prétexte qu’on a juste compris intellectuellement les principes spirituels, des siècles d’habitudes et de souffrances personnelles ou collectives, car nous sommes la justement pour les transformer consciencieusement, et de ne pas renier ce qui demande de ne pas l’être.

      Donc bravo à toi si tu as déblayé les pierres, et que tu ressens la cascade de la vie s’écouler pleinement et sans cesse en toi; c’est en effet ce vers quoi nous allons tous, je te le promet.

      • Katerine dit :

        Je ne pense pas que l on sache jamais si on a fini ou pas …
        Chaque jour est différent , Comment peut on réellement savoir … On approche, on éloigne , pour moi je ressens que meme si je ne suis pas loin j ai encore à comprendre et de toutes les façons à vivre .
        Je sais par les éléments qui m entourent et les synchronisations …
        Ce qui ne m empeche pas de vivre l instant présent …
        Penser qu il y a un travail à effectuer pour un résultat est illusion .
        Nous ne savons pas vers quoi nous allons meme si nous le présentons
        C est pour cela que les leçons sont inutiles …
        Ce qui n empeche pas chacun d entre nous de parler de son ressenti ..puisque je le fais également .
        Affectueusement
        Katerina

      • Béa dit :

        Louisetta,
        Il n’y a pas un moment où l’on peut dire « c’est bon,j’y suis »(et,je n’ai pas cette fausse prétention!).La vie étant mouvement,rien n’est statique.Etre est ce processus perpétuel qui nous invite à nous centrer dans l’éternel présent et ces oscillations sont parties intégrantes de la vibration,une succession de haut et de bas à accueillir sans juger…
        Que vaudrait le fertile bonheur sans la traversée aride du malheur ?
        Il n’y a rien à trier ou privilégier quand on s’accorde à reconnaitre que la perfection Une ne souffre d’aucun opposé (comme notre mental-égo duel persiste à nous le faire croire !).
        Bien à toi !

        • Louisetta dit :

          Oui, c’est vrai.

          Je ne considère pas non plus que nous « arrivons un jour » quelque part en particulier, et même, en effet, le chemin n’est pas graduel comme nous voudrions le voir, mais cela n’empêche qu’il y a des étapes à ce que Krishnamurti appelle si bien « l’éveil de l’intelligence ».
          Et je ressens très clairement que le principal mur dressé entre nous et cet « éternel présent » dont tu parles si bellement, est constitué de nos blessures enfouies, ce sont elles qui en grande partie veulent à tout prix que notre mental accroche tout, veulent nous protéger de tout et nous faire contrôler tout, ou bien encore nous distraire ou nous surenchérir.
          Et il me semble bien que l’essentiel du déblayage émotionnel étant fait, nous pouvons mieux et surtout plus durablement émaner de cet état en toile de fond dont tu parles également et que tu prônes avec une chaleur touchante, Béa.

          J’admire sincèrement les états et tirades littéralement divines ou tendres des interventions sur ce site, que je crois véritablement justes quand à ce vers quoi nous allons tous, mais quand je m’observe moi, je ne vois pas toujours toute cette « bisounourserie ».
          Je refuse de me mentir et de me croire exempt de « travail », C’est une chance d’avoir en soi une flamme innée de douce passion pour la beauté de la vie, mais pas une excuse ou un refuge, et il est parfois temps de se retrousser les manches.
          La dessus je rejoins totalement l’article du passeur sur « de l’ultime jeu des miroirs ». Et peu m’importe en réalité si mon discours ne parle pas de « divin » de « un », et de « voyage astral », pourvu que l’essentiel soit découvert consciencieusement.

          Ceci étant dit, je ressens bien ta sincérité et ta sagesse, Béa, ainsi que ton honnêteté aussi Katerine.

          • Katerina dit :

            Merci Louisetta ,

            Vigilance ….
            Vivre …
            Je connais les longs discours …
            Affectueusement
            Katerina

          • Béa dit :

            Merci Louisetta pour ta touchante réponse dont je ne peux être en désaccord.

            Cela étant dit,la voie de l’éveil est pavée de dichotomies et il y a toujours plusieurs lectures possibles d’une même information sans qu’aucunes ne soient contradictoires dans l’absolu.

            Juste une chose que je relève dans ton commentaire : ton refus ! car qu’elle qu’en soit la raison,il est,à mon sens,l’expression d’un combat contre « ce qui est » (et que je reconnais pour le vivre également).

            C’est assez contradictoire et déroutant en apparence que d’être CONTRE en n’aspirant qu’à être AVEC,juste un essentiel « travail » de discernement entre vérité et illusion jusqu’à ce travail lui-même se révèle obsolète comme tout ce qui nous pousse à saisir l’indicible.

            On cherche jusqu’à réaliser qu’il n’y a rien à chercher puisque tout est là et que la quête elle-même introduit la notion illusoire d’un temps linéaire,d’un but à atteindre,d’un avant ,d’un après…qui tous nous égarent de la magie de l’éternel instant…

            Merci de me permettre de clarifier ce qui,en moi,est encore empêtré dans les brumes d’un mental à débrancher !…

          • Katerina dit :

            Accords désaccords ….
            La musique est parfois suffisante …
            Affectueusement
            Katerina

          • Louisetta dit :

            Merci pour ta sensible réception.

            Eh bien oui, Béa, un refus! Un refus que j’accepte pleinement!
            Car l’éveil de l’intelligence n’est, il me semble, pas que douceur et acceptation. Je m’explique:
            Refus de tomber dans la moelleuse tentation de pas mal de ‘travailleurs de lumières’ qui ont pour la plupart beaucoup soufferts sur cette terre.
            J’ai comme tout le monde sur ce site le sentiment exact et précis d’une dimension magnifiquement belle, douce, elle coule dans mes veines aussi et rend parfois le monde abominable, alors on aime a se réfugier dans cette énergie, c’est normal. On a saisi l’essentiel.
            Mais cela ne nous rend pas exempt de nous pencher vers les enfants qui pleurent en nous, aussi effrayants soient-ils parfois. On est comme tout le monde, on est ce monde qui nous effraie et ne regarder que le beau et le un en soi fait quelquefois manquer une case! En fait, je pressens même que les travailleurs de l’ombre se nourrissent en grande partie de ces failles en nous. Et ils ont raison, quelque part.
            Refus est un mot un peu fort lorsqu’on pressent l’unité, oui, mais je le joue volontiers et en toute conscience. Il faut bien parfois refuser. De tomber dans la médiocrité ambiante, de se laisser couler à son ego, ou de de faire vacciner ses enfants (si on en a) ce refus peut être bienveillant au fond, mais il fait parti de la vie et de l’évolution aussi!

    • graffitique dit :

      « Alors,Béa,pourquoi tenter d’exprimer l’inexprimable ? »
      Je trouve passionnantes ces vues de l’invisible, ces mots de l’indicible.
      N’est-ce pas justement quand ils expriment la conscience de cette difficulté, qu’ils ont alors leur plus grande force et résonance.
      Soyez remerciées pour offrir en partage cet échange vibrant.
      S’il s’agit de lumière, les mots ont bien d’autres rôles que leur surface.
      Ils deviennent une interface.
      C’est magnifique. Merci.

  13. Relience dit :

    Bonjour,

    Je ne pense pas qu’une blessure noie, et que l’incarnation est « mal ».

    Je suis actuellement entrain de traverser mes propres émoi.
    Il n’y a pas d’ascention. Le changement en soi à toujours éxisté.
    Tous ceux qui ont voulu faire le grand saut des sceau y sont arrivé.
    Il y a différent niveau d’accès à la conscience.
    Chacun sont « bénis ».

    En ce moment je suis en dépression. J’ai vécu une co-création de liberté totale magique parce qu’elle était noué de synchronisité de taille que c’était magnifique. Seullement, j’en arrive à un point où mes blessures surviennent, où de nouvelles choses n’ont pas « survécu » ou plutôt où à un certain moment donné où j’étais en situation de faiblesse, l’influance extérieur en a profiter pour donner de le coup de grâce ! Ce qui fut abobinable. Cependant pas inutile. Car si nous sommes ici, tous, c’est qu’effectivement il y a blessure. Peur amenant l’égo en première ligne de tire. Je ne veux pas mentir. Mais la vérité c’est que plus il y a de synchronisité, plus il y a d’évènement répondant à un dessin qui se créer ficellé à des files du passé car la continuité entre chaque chose s’éfile d’aiguille en aiguille. Et la manière d’arriver au BUT, à la CONSCIENCE, est de laisser couler, admettre la nécessité de faiblir, de souffrir sans le juger, sans se heurter contre le « moi » afin de laisser respirer le soi. Ce n’est pas inutile, c’est imprégner en nos cellules. Des tromatismes resurgissent dés que la crainte cogne un peu, beaucoup… Le seul moyen est l’acceptation en se laissant le temps qu’il est nécessaire, à son rythme.

    Le taux vibratoire ne baisse pas. Tant que la foi et l’espoire règne, la fabrication, la co-création divine passe à travers soi, car son potentiel réside dans but qu’on se fixe : se redresser, le courage, oser dire ce qu’on pense, oser faire ce qui nous semble être juste et bon pour soi. Accepter ses limites justement : je peux/je ne peux pas : elles définissent notre capacité à se respecter soi. Faire preuve de sagesse c’est apprendre à se connaitre et la

    • Relience dit :

      *Et la vérité réside dans le fait de se connaitre au travers de ce qui est bon pour soi de ce qu’il ne l’est pas. Tout en se remettant en question justement. Lorsque le but, le projet est lancé, l’univers s’arrange pour permettre au soi d’arriver à bon port. Seulement si l’objectif est réaliser en conscience. Ainsi il nous fera franchir plusieurs étapes du moi douloureux afin d’accéder au but : l’étape suivante permettant de répondre à l’intuition première. Voilà comment et pourquoi il n’y a pas d’ascention. Il y a des niveaux, des étapes à franchir depuis toujours. La clef de la vérité est en soi, parce que la vie est en soi. Rien ne sert à rien. Tout est fait pour revenir au point de départ mais avec plus d’expériences qui permettront l’accord parfait afin d’accepter enfin sa destinée sans passé, mais dans le présent. Autant de parcourt est nécessaire pour faire le pas et le saut d’un sceau quantique, car sous différents angle de vue, il est plus facile d’accéder aux étapes supérieur de la conscience qui permettent de se sentir enfin libre partout où nous sommes tout en oubliant pas que l’illusion collective est un pallier important dans la mesure où ce qui le conduit est la peur anscetrale primitive de la mort. Pour ne plus être l’obstacle de la mort, il ne faut plus être l’obstacle de la vie, pour ne plus être l’obstacle de soi-même, il faut franchir chaque étape qui permettent de choisir la partie du jeux à jouer de sa vie.

      • Teonanacatl dit :

        Amen 🙂

        Merci pour ces paroles hautement inspirer, sa fait du bien car tu met des mots sur ce que je n’ose voir en profondeur que quand je me laisse absorber par l’océan de vie…

        En ce moment je suis terrassé par les résistances de mon égo et j’en souffre, en même temps je me sent en flirt avec la plénitude de vie quand j’accueille la souffrance qui remonte encore…
        Il est peut-être temps de tout lâcher une bonne fois pour toute afin de retrouver enfin la douce insouciance de l’innocente enfance.

        Merci a vous tous pour vos partage emplit de qui vous êtes dans l’authenticité de votre voie…

        Paix et unité aux frères et sœurs de la terre

  14. Teonanacatl dit :

    Le saumon :Nadau …

    léger léger, légèrement…

    http://www.youtube.com/watch?v=ye5HK-9O8Ow

    Merci pour la limpidité de tes écrits Passeur 🙂

  15. Mélanie dit :

    Cet article reflète la Joie et l’Amour sincères, Lumière, Divin. What else… 🙂 tout est là. Dans la simplicité. Merci Passeur, ça résonne la famille.

  16. Liliane dit :

    Merci …

  17. Louisetta dit :

    Chers amis,

    En ce moment, lors de mes « méditations d’accueil émotionnels » j’ai l’impression que c’est un puis sans fin qui se déverse de moi, et il me faut bien souvent fermer le barrage momentanément, car il faut bien aller à la fac, vivre, manger, prendre du repos sans vivre perpétuellement avec l’air de sortir d’une nuit sans sommeil…
    Mais j’ai la sensation que je pourrai continuer sans interruption durant des jours et ressentir des choses sortir, unes à unes, sous des formes et des sensations toutes différentes, sans « jamais » s’arrêter et cela me donne un peu le vertige…

    Certains d’entre vous le vivent t-ils également, par le plus grand hasard?

    • alain thomas dit :

      Même avec une méthode préalablement guidée, pas une méditation ne ressemble à une autre.
      Comme chaque être humain est unique, chaque méditation est unique.
      C’est ce qui fait la richesse de l’esprit dont la capacité de manifestation est illimitée.
      Laisse-toi porter par les vents de la mer, il semblerait en te lisant que tu vis de très belles expériences.
      Bien à toi 🙂

      • alain thomas dit :

        Le paradoxe est que tant qu’il y a un sujet pour méditer il y a un égo pour empêcher de VOIR la réalité telle qu’elle est.
        Le but de la méditation est la compréhension que l’égo est illusion née de constructions mentales et qu’il nous cache notre vraie nature immuable.
        La réalisation de la véritable nature de notre esprit (libération) montre l’absence d’identité intrinsèque de toute chose.
        Dans la libération, nous devenons à la fois l’archer, la flèche et la cible.
        Tant que nous croyons à l’existence d’une âme en tant qu’entité autonome, l’égo ne peut être totalement dissout.

        Ceci n’est que le fruit de mon expérience méditative, non en tant que réalisation mais en tant qu’aperçus sur le chemin.

    • Taoufiq dit :

      Louisetta, bonjour ou bonsoir, (il est 6 heure du matin chez moi en ce moment)

      J’aime Le puis qui te berce et te donne le vertige … Tu Sais ce qui est bénéfique pour Toi, laisse toi emporter par ton flux, (si je peux me permettre te dire cela) pour suivre ton chemin avec discernement, seule ta Foi peut te guider.

      « aller à la fac, vivre, manger, prendre du repos » cela fait parti de ta route, en même temps que tes questionnements …?…

      Apprends

      Bonne route Louisetta ❤

      • Louisetta dit :

        Merci.

        En effet je le crois aussi, ce n’est pas vraiment un problème en soi. C’est plutôt questionnement un peu « pratique », et vous allez comprendre en quoi…

        @ Alain Thomas, même si ce que tu dis est vrai en partie, très franchement en ce moment ça ne m’intéresse pas de planer à mille lieux de mes démons en me dissolvant dans le tout ou en me connectant à ma part la plus belle. Quand tout va bien, me brancher à une énergie en moi merveilleuse, douce, et que je connais si bien. ça je sais faire, pas de soucis.
        Mais il faut bien faire aussi le « sale boulot » et nous ouvrir aussi ce qui nous taquine et nous fait réagir si irrationnellement parfois!

        Ce qui m’intéresse avant tout en ce moment ce n’est justement pas de dissoudre mon ego, mais de lui prêter une oreille attentive, à travers mon corps qui fait d’ailleurs l’essentiel du boulot, et au regard l’intelligence de vie… bref, pas de tableau, on en parle assez ici.

        Or, il est des jours ou lorsque je me « laisse aller à mon flux » comme tu dis Taoufiq, il y a du monde au portillon, si je puis dire, avec la sensation que ça peut durer des heures et des heures… En soi, tant mieux, aurais-je tendance à me dire.
        Mais un exemple tout simple: il est fort délicat de ressentir pleinement des émotions quand on doit faire un exposé en cours, juste parce que le matin on a fait une « méditation » (ce mot est tellement usé!) mais que ça continue de travailler en nous et on le sent!
        Les émotions et parts sombres se fichent de notre emploi du temps, on le sait.

        Je suis certaine que je suis loin d’être la première à passer par ce questionnement très concret: comment fait-on pour nettoyer et les choses, et garder un minimum de vie sociale dans ces jours ou il y a « du monde qui bouge »?

        • alain thomas dit :

          Et bien cela peut être simple comme cela peut être difficile, cela dépend du regard que nous avons.
          Parce que le travail sur soi, l’effort à fournir sont à la fois des moyens et en même temps des obstacles.
          Le seul effort à fournir, c’est l’attention, la présence. Si on y ajoute l’intention bienveillante, il ne sert à rien de lutter. Tout effort devient obstacle.
          Accueillons, renonçons… dans la joie…. pffft !!!
          🙂 ♪♫☼♫♪ 🙂

        • François dit :

          hello,
           » comment fait-on pour nettoyer et les choses, et garder un minimum de vie sociale dans ces jours ou il y a « du monde qui bouge »? »

          perso je structure mon nettoyage, chaque jour sa dose et le reste attends le lendemain… et ça le fait plutôt bien , c’est comme si ‘l’intention sincère’ de venir s’en occuper suffisait et temporisait les choses à transformer.
          à +

          • graffitique dit :

            Merci François pour cette utile indication,
            je vais aussi m’en inspirer.
            Heureux de te lire

          • Mj auer dit :

            Euh… Merci a toi … Mes ardeurs de nettoyage hatifs attendront…Je profite pour envoyer des Bisoux a tous.. car en ce moment je prefere rester dans le silence . Merci au Paseeur de continuer de m inspirer a chaque instant.

          • acacia dit :

            Merci pour les bisous Mj auer !
            Bon nettoyage-récurrage à toi aussi ( on dirait bien que ça bosse et que ça brosse de partout par ici… 🙂 chacun à sa façon ) et je t’adresse toute mon affection – ainsi qu’à tes enfants !

        • Marie-Anne dit :

          Louisetta,
          Pour ma part, ce n’est pas tant au moment des méditations que le  » nettoyage » s’effectue, que la nuit, lors de mes rêves.
          Et actuellement, effectivement, ce nettoyage est très intense et très souvent inattendu car il semble concerner aussi d’autres vies qui sont les miennes, et qui ne sont pas de tout repos!
          Au « réveil », je me retrouve parfois comme « crucifiée »par ce que je viens de voir et de vivre, mais, heureusement, sans ressentir de douleur physique ou psychologique( car cela pourrait être puissamment le cas).
          Je suis alors dans une sorte d’état de sidération, au mieux, d’interrogation et de consternation, ma respiration complètement suspendue!
          Alors, je me rappelle de respirer ! et je décide volontairement d’accueillir ce qui est venu; je l’accepte vraiment; je me « rassemble », et je propose , à ce qui est ainsi venu en rêve, une transmutation par mon Amour….et la transmutation a généralement lieu.
          Sinon, j’explique à mon rêve que ce n’est pas grave: cette transmutation se fera petit à petit, par étapes; l’essentiel est que cela se soit présenté à moi. Je me recentre alors, et je confie ce qui m’a  » crucifiée » à Qui Je Suis » en le remerciant de tout cœur et en lui demandant sa bénédiction pour moi, pour la journée qui s’annonce, pour la Terre et pour tous ses habitants.
          Cette confiance réitérée et sincère, cette gratitude pleine d’amour tendre et retrouvé m’apaisent considérablement .
          Peut-être pourrais- tu agir un peu dans ce sens après chaque méditation? Ou tout du moins t’en inspirer?
          Je t’embrasse!

          • Louisetta dit :

            En effet, peut-être que par des telles intentions je pourrais essayer de m’apaiser afin de « déconnecter » momentanément, lorsque c’est nécessaire, de ces remous qui se pressent à la sortie de mon être.

            Merci Marie-Anne, j’en profite pour te dire que me sens très proche de toi par l’énergie.

          • Marie-Anne dit :

            Merci, Louisetta,
            Moi aussi , je me sens proche de ta vibration!

            Comme notre ami François me l’a suggéré, j’ai essayé de m’accorder à ce qu’il nous a dit à propos des 7 planètes présentes en même temps dans le signe des Poissons, et ce que j’en ai ressenti m’a évoqué ce que tu nous a rapporté ici à propos de tes émotions débordantes et aussi ce que j’ai eu la surprise de vivre en rêve: j’ai en fait ressenti, dès que je me suis connectée par le cœur, non aux planètes, mais au signe des Poissons, comme un immense bain d’Amour, d’émotions douces et fortes et de rédemption.
            Toute cette eau qui  » fluait » avec grâce!
            J’y ai vu un puissant bain d’Amour , donc, mais aussi d’ouverture à tous les niveaux, de dissolution des scories et de guérison.
            Pas étonnant que toutes les émotions ressurgissent à flots et que les portes entre les dimensions s’ouvrent!

            Alors, je suis allée voir sur internet ce que l’on disait de cette période actuelle très particulière: 7 planètes dans le mystérieux signe des Poissons!
            Je t’envoie, ainsi qu’à François, Cécile et tous ceux que cela intéressent , le lien suivant qui m’a beaucoup interpellée car il s’est révélé en parfait accord avec mon intuition de néophyte en astrologie:

            http://www.vers-la-lumiere-fr/2013/astrologie/nouvelle-lune-en-poissons-11-mars-2013

            ( j’espère que l’adresse est correcte!)

            Amitiés à vous tous

          • Louisetta dit :

            Merci, Marie Anne…

          • François dit :

            Merci Marie-Anne 🙂

    • François dit :

      Salut Louisetta,

      J’ai également par moments ce genre de vécu. D’autant plus que ces derniers jours nous avions la fin de la lune et que c’est toujours une période propice au nettoyage et au rechargement. Beaucoup d’énergie disponible en plus de ce qui nous arrive déjà dessus du cosmos en général (sans parler de 7 planètes en poisson !!!!). Nous sommes aidés à notre transformation.
      Et oui moi aussi , par le plus grand des hasards comme tu dis 🙂 , je dois apprendre à ne pas trop avoir la tronche dans le c… quand je vais à mes activités extérieurs, ce qui n’est pas toujours aisé…. 😉
      Voilà je ne sais pas si ça répond à ta question ….
      bises

      • Marie-Anne dit :

        Des Poissons? Que des Poissons pour nos planètes? Sans compter le Saumon du Passeur ? 🙂

        François, bien que ce soit là une demande de mon mental ( mais je l’aime aussi, mon mental, même si je dois parfois lui rappeler son vrai rôle), pourrais- tu nous expliquer succinctement, bien sûr, ce que cela entraîne, ces 7 planètes en Poissons ?
        D’avance, merci 🙂

        • Marie-Anne dit :

          Ah…c’est un indice de transformation, je suppose?

        • François dit :

          Ha ha ha …. Chère Marie-Anne, ça me fait plaisir de refaire un peu de causette avec toi…. et ton mental…. 🙂
          L’astro……. voici mon expérience en ce domaine….
          Lorsque j’ai rencontré ma compagne de vie (il y a 8 ans) nous avons rapidement constaté que nous avions chacun nos ‘spécialités’ et avons décidé de nous les partager. Une , parmi d’autres chez elle, est l’astrologie. Moi je n’y entendait rien. Alors quand elle a commencé à me faire profiter de ses connaissances, je ne comprenais rien, j’avais même l’impression qu’elle me parlait dans une langue inconnue 🙂 je trouvais ça marrant et en même temps bien compliqué.!. mais l’énergie qu’elle dégageait lors de ses monologues me remplissait de bien-être. J’ai donc ‘appris’ cette ‘chose’ à travers ses vibrations et les miennes. Et là, c’est devenu beaucoup plus clair pour moi. Donc pendant toutes ces années, lorsque l’occasion s’est présentée, j’ai eu droit à ces cours particuliers pendant lesquels elle me parlait et moi je ‘partais’ dans mon monde intérieur. Résultat, je connais de l’astrologie la vibration plus que la théorie. Depuis tout ce temps ‘j’intègre’ planète par planète, tranquillement, à mon rythme, dans ce que chacune nous offre de potentiel pour notre évolution. J’ai rencontré les planètes une à une et chacune m’a enseigné vibratoirement ce que je devais savoir pour mon chemin dans cette vie.
          Donc lorsque j’ai eu l’info , en début d’année, que nous allions avoir beaucoup de monde dans le même signe, je suis ‘allé dire bonjour’ à cette joyeuse clique qui se donnait rdv au même endroit. Et j’ai été accueilli comme un enfant aimé qui rentre d’un long voyage…. très chaleureusement. Je me suis retrouvé au centre du système solaire et , en une fraction de seconde, j’ai ‘reçu’ une partie de l’énergie de toutes les planètes simultanément. L’enseignement a été clair: une telle énergie au même endroit permets , pour qui le veut bien et pour qui c’est le chemin, de procéder à une ‘reprogrammation’ (je ne trouve pas d’autres mots) récurrente , de ces énergies en constant changement que nous recevons dans nos êtres actuellement. Comme un amplificateur au service de qui nous sommes et qui nous permets de nous aligner à ces nouvelles et décapantes énergies. Mais soyons clairs que ce n’est là qu’un élément , qu’un outil, parmi des milliers possibles pour notre chemin. Pour ma part il se trouve que c’est un outil très agréable, efficace et magique à vivre de par sa diversité, originalité et puissance. Peut-être que dans une autre vie j’ai acquis la théorie et que dans celle-ci je la mets en pratique, je la vibre car ça me parait tellement naturel alors que je suis toujours incapable de retenir mentalement les signes, maisons et interactions entre toutes nos compagnes cosmiques. 🙂 comme quoi !!! 🙂
          Bien-sûr , je ne pourrais, à la vue de ta curiosité, que t’inviter à assister à ce spectacle absolument grandiose qu’est la Danse cosmique de notre système Solaire , je ne pourrais que te souhaiter cette rencontre de ♥ avec ces Consciences supérieures que sont les planètes…. comme , je pense tu m’inviterais à la magie de la rencontre avec le tarot et/ou les rêves dont je ne me souviens que très rarement contrairement à toi…. et en même temps, on sait aussi qu’on ne peut pas tout expérimenter en une vie. Comme on ne peut , non plus, tout nettoyer en une nuit (clin d’œil à Louisetta) 🙂
          à tout bientôt très chère…. ♥ et , bien sûr, je t’embrasse chaleureusement.

          • Cécile dit :

            François,
            « J’ai rencontré les planètes une à une et chacune m’a enseigné vibratoirement ce que je devais savoir pour mon chemin dans cette vie. »
            Merci à toi François pour ce témoignage. Les trois points que tu y résumes parfaitement sont un rappel qui tombe au bon moment dans mon parcours :
            1. Aller à la rencontre des énergies (en l’occurrence, celles des planètes, mais cela pourrait aussi être celles des plantes, des minéraux, des cartes du Tarot…) pour un enseignement direct, sans l’intermédiaire d’un maître extérieur ou de notre mental ;
            2. Les aborder l’une après l’autre, en leur donnant le temps de délivrer leur message et en se donnant le temps de le comprendre, de l’intégrer, de le métaboliser ;
            3. Apprendre « ce que l’on doit savoir pour son chemin de vie », ni plus ni moins, sans accumulation inutile de savoir, mais plutôt dans un esprit de connaissance adaptée à nos besoins du moment – en d’autres termes, ne prendre que ce dont on a besoin et laisser le reste.
            Voilà une jolie leçon d’écologie spirituelle, qui parle à mon cœur !
            Amitiés,

          • Marie-Anne dit :

            Merci,François,
            Moi aussi je suis ravie de ce petit brin de causette!
            🙂
            Cela fait plaisir à ma « personnalité » , mais c’est parfois aussi( et dans ce cas, c’est sûr), un agréable chemin vers  » une compréhension instantanée à saisir l’essentiel », comme dirait Béa.

            Merci pour toutes tes explications donc, et merci pour ton partage, François.
            Tu dis : » je connais de l’astrologie plus la vibration que la théorie »; mais c’est magnifique, cela; c’est même « idéal », non?
            C’est en tout cas ce vers quoi je tends avec le Tarot et mes rêves.
            Merci aussi pour ton invitation à assister à la Danse Cosmique de notre système solaire: je n’y avais accès qu’en rêves; maintenant, je vais essayer d’y avoir accès en conscience via ma façon à moi de méditer.
            Je te tiens au courant! 🙂

            Je t’embrasse tout aussi chaleureusement!

            PS: tu as vu, le nouveau pape a choisi ton nom! 🙂

          • François dit :

            Merci Cécile, 🙂

      • Louisetta dit :

        @ François (celui sans avatar -vous êtes deux François?) et Graffitique, merci, je me sens moins seule à être littéralement un pied dans chaque rive par moments.

        @ François -avec avatar- tu as bien de la chance de maîtriser l’expression de tes émotions à ce point. Il m’arrive aussi de sentir certains jour que « ça suffit pour aujourd’hui » et le timing est alors parfait. Mais ce n’est pas toujours le cas. Et c’est pas vraiment moi qui décide, mais mon corps qui parle. Je ne peux pas tant le raisonner sur ce que j’ai à faire par ailleurs, alors c’est un peu un travail de jonglerie.

        @Alain Thomas,

        L’intention bienveillante, l’attention etc sont en effet des alliés;
        ce dont je parles est la difficulté très concrète de par exemple parler en public d’une biographie d’auteur parce que notre emploi du temps nous l’impose, tandis qu’au fond de soi on a une boule au ventre réveillée par une méditation au préalable, qui demanderai une attention soutenue dans l’instant au lieu d’ élucubrations intellectuelles encore inévitables si on ne veut pas encore vivre en autarcie.

        • François dit :

          Salut Louisetta,

          Il m’arrive d’utiliser un autre ordi que le mien et sur le deuxième je zappe parfois de me connecter pour l’avatar… 🙂
          « tu as bien de la chance de maîtriser l’expression de tes émotions à ce point » …. merci mais non…. 🙂 je suis comme les copains (enfin je pense) j’ai du prendre une ou deux (plutôt deux d’ailleurs) baffes pour comprendre que je devais calmer mon enthousiasme quant au ‘volume’ de nettoyage qu’il m’était permis de régler par moments de centrage. En effet, étant d’un naturel passionné et , je dois l’admettre, quelque peu impatient, je me suis dit que pendant que j’y étais, j’allais pouvoir faire la poutse à fond. J’ai appris , à mes dépends, que ce n’est pas comme cela que ça devait se passer pour moi. En effet, les états modifiés de conscience dans lesquels je me trouve lors de ces ‘voyages au centre de mon être’ peuvent fatiguer mon système nerveux pour une part et que je ne peux transformer que ce dont ma conscience du moment me le permets d’autre part. En clair je ne peux mettre en lumière que ce que je suis capable d’intégrer en conscience. Belle leçon d’humilité aussi 🙂
          J’ai donc du apprendre à me ‘contenter’ d’un pas à la fois, ce qui s’est avéré être le plus judicieux d’ailleurs car en acceptant le ‘peu’ , tout relatif, je reste dans un équilibre ‘joie de vivre’ qui me convient parfaitement. Je constate que c’est la régularité qui est ma meilleure compagne de transformation. Peu, mais chaque jour. Et comme tu le dis si bien ‘le timing’ est alors ‘parfait’. Voilà, j’espère avoir été compréhensible.
          Je te souhaite de trouver un équilibre qui te convienne. Pour ma part il a été et est toujours d’ailleurs, « sois heureux de constater ce qui est fait, plutôt que de regarder ce qui ne l’est pas encore et vis ce que tu as à vivre comme expérience à ce stade de ton avancement »

          • Louisetta dit :

            Je pensais que c’était notre corps qui décidait, ou plutôt à travers lui bien des choses face à laquelle notre ‘volonté’ ne pouvait entrer en ligne de compte, et je me sens comme avec une cascade intérieure dont les pierres bouchent parfois l’entrée, exactement comme le décrit Darpan, qui me parle beaucoup.
            Il est évident que l’on ne peut tout accueillir en une nuit, cela reviendrait à vouloir nettoyer un immense palais en quelques heures. Mais en vérité je n’avais jamais réfléchi à tout cela jusqu’à ce que je me retrouve dans des situations de décalage comme je l’ai décris.

            Peut être que certaines prises de conscience comme celles que tu me suggère permettent spontanément une régulations de ces flux.
            Merci pour ces réflexions.

    • graffitique dit :

      Il y a de ça, oui. Je serais bien en peine de le dire avec les mots. Je ne suis sûr de rien. Je ne fais pas de méditations (en tous cas pas intentionnellement ni consciemment : ce qui revient à dire que, si méditation il y a, je n’y suis pour rien^^)

      • alain thomas dit :

        Ouais mais ça, ça se savait hein 😀

        • graffitique dit :

          😀 bon ok, je ressors

          • Katerina dit :

            Toute expérience doit etre …
            Je pense qu il m aurait été difficile de pouvoir réfléchir en aillant une activité extérieure .
            Ne pas parler ou parler peu me semblait indispensable et ne pas subir encore l influence des autres et rajouter à mon histoire , le peu suffisait et suffit à me faire comprendre où j en suis de mon évolution .
            Chacun suit son chemin , je crois vraiment qu il n y a pas de méthode .
            Affectueusement
            Katerina

          • alain thomas dit :

            Fais faffe quand même il gèle ce matin, couvres-toi bien farceur ! 😉

    • pierrot dit :

      Moi je ne vois rien, j’entends rien et pourtant quelque part le silence rayonne.

  18. Cherchant omega dit :

    Beau texte qui résonne pour moi, belle synthèse qui correspond à ma perception du monde, merci de ce cadeau.

  19. dit :

    Merci ….. ce texte inspire beaucoup de commentaire et de par ce fait , nous montre encore notre fragilité face à la reconnaissance de nous même et notre acceptation à ce qui est….
    Gratitude à Madame la Vie…..Maitresse….

  20. AlKriS dit :

    Il est étrange ce texte, et me semble presque simpliste. Je pense que les mécanismes de « domination » sont plus riches que cette simple dualité « Maître/Esclave ». Et n’est pas toujours le dominateur celui qu’on croit. Je crois aussi que nous avons tous un peu de chaque posture en nous. Le défi je crois étant de s’affranchir de ces forces complémentaires. Vis à vis des autres, mais également de soi.
    A la fin tout ceci n’est jamais qu’une danse des énergie et un échange permanent sur la scéne de notre théatre de rue.

    • Le Passeur dit :

      Ces mécanismes ont déjà été décrits dans de précédents articles de « L’Eveil » et résumés pour l’essentiel dans « Le petit Bréviaire de l’Ego ».

    • alain thomas dit :

      Oui, toutes les énergies ont leur raison d’être.
      Elles participent de l’harmonie.
      Elles nous habitent toutes invariablement.

      Voici un texte écrit récemment par Framboise après sa libération :

      Quelle mascarade !

      Que suis-je ? où vais-je ? le je, le moi, le petit je, le grand Soi… vouloir sans vouloir, chercher sans chercher… aimer sans condition… créer sa réalité… le rêve… l’illusion… l’égo…
      J’étais hypnotisée par ma recherche, par mon évolution personnelle, par la libération. Mais l’évolution de qui, la libération de quoi donc ? La réalisation ? mais la réalisation de quoi ?
      Qu’il n’y a PERSONNE pour réaliser quoi que ce soit !!!

      Quand « voir » a pris toute la place, il n’y a plus de quête, tout s’arrête car tout est là. Plus d’explications, plus de vouloir, plus de progrès à faire, de but à atteindre, plus personne à convaincre, à sauver, plus de questions, plus besoin d’être le témoin de soi-même et du reste, plus besoin de comprendre, plus besoin de désapprendre, tout a lâché !

      Quel gag ! je croyais être la personne que j’imaginais être, le héros de ne je sais quel drame ou quelle farce.

      L’abandon est total à Ce Qui Est,
      Je n’observe plus, je suis observation.
      Je ne m’efforce plus à la vigilance, je suis la vigilance.
      Plus besoin d’être le témoin de moi-même ou de ce qui est, je suis toi, je suis Tout, je suis la Vie.
      Plus d’individu, plus d’identité, plus de soi séparé, c’est frais, c’est doux, c’est joyeux, le vide est plein, plein d’Être, tout se joue sans Moi, merveilleux silence si vivant.

      Bien à toi

      • Machachouette dit :

        Bonjour Alain Thomas,

        ne prends pas mal mes propos, ils sont aussi sans animosité, mais le fait que tu mettes en ligne un mail de Framboise est très intéressant, un par la richesse du propos, et deux car cela me permets de t’expliquer un peu mieux ce que je voulais dire l’autre jour.

        Lui proposer une conversation à huis clos en dehors de ce site, n’a pas permis à tout un chacun-e de bénéficier de l’expérience de Framboise, qui est, grosso modo, la recherche de bon nombre d’entre nous, sur ce site. De plus, elle disait elle-même vouloir aller vers les autres après une longue retraite. N’était-ce pas le lieu idéal (ce site) pour cela et partager son histoire, ses découvertes et répondre aux questions qui n’auraient pas manqué (ça avait commencé mais ça a stoppé dès ton intervention).

        Je le redis : c’est sans animosité, bien au contraire, cela se veut constructif mais non complaisant.

        Si tu peux transmets lui un chaleureux bonjour!

        Bonne journée!

        • alain thomas dit :

          Bonjour Machachouette,

          Tu me fais sourire 🙂

          Vois-tu je ne prends pas mal tes propos et pour quoi donc d’abord ?
          Je ne mets pas un mail de Framboise en ligne bien sûr mais un écrit, parmi tant d’autres magnifiques mais que tout le monde ne peut pas lire facilement, même sur ce site.
          Framboise peut écrire ce qu’elle veut sur ce site.
          Et surtout, tu peux lui demander ce que tu veux, elle n’a rien à cacher, bien au contraire, c’est un être authentique.

          Framboise a tendu sa main à un moment important sur son chemin personnel.
          Nous avons convenu de nous rencontrer, ce qui a été fait. Elle a souhaité partager son expérience et j’ai souhaité la partager avec elle.
          Notre rencontre et notre échange ont été exceptionnels d’authenticité, en toute liberté, sans emprise, sans artifice, sans attachement.
          Framboise avait besoin d’un certain éclairage, nous avons échangé nos expériences méditatives basées sur une méthode très proche, nous pouvions donc échanger.
          Personne d’autre que moi pouvait à ce moment précis entrer dans l’expérience de Framboise et elle a été très heureuse de cela.
          Quand à moi, j’ai réalisé certaines choses importantes sur mon chemin.
          Ce fut un échange merveilleux, détaché des artifices. Notre conversation a été unique comme si nous parlions une langue unique tellement nous sommes proches dans l’étude du cheminement.
          Ni l’un ni l’autre avons imposé quelque point de vue ou attitude à adopter, nous avons avancé dans la compréhension de ce qu’est la vie et ce que nous sommes réellement.

          Bon, tu sais Machachouette très chouette (sympa je veux dire), tu peux lui transmettre un chaleureux bonjour toi-même, je pense qu’elle serait ravie.
          Et puis comme nous l’a déjà dit le Passeur, que je remercie au passage parce que c’est lui qui a permis cette échange exceptionnel, tu peux envoyer directement un mail à Framboise, il a déjà expliqué comment cela était possible.

          Alors moi, je t’embrasse chaleureusement et si tu as des questions à me poser, tu peux le faire par mail ou sur ce site aussi.

          Bien à toi avec toute ma sympathie 🙂

          • pierrot dit :

            « Personne d’autre que moi pouvait à ce moment précis entrer dans l’expérience de Framboise »
            hummm et qu’as tu ressenti en écrivant cette phrase?

          • graffitique dit :

            Hum Pierrot 😀
            Si c’était à moi que ta facétieuse question s’adressait, je répondrais tout de go :
            « Mais…euh, rien. Ah mais nan, rien du tout »
            Bon, Ok je sors 😀

          • alain thomas dit :

            Une profonde complicité comme un enfant retrouvant sa mère après de nombreuses vies….
            🙂

            Graffitique tu as raison de sdortir, je te laisse m

          • alain thomas dit :

            Graffitique, tu as raison de sortir, je te laisse manger ton nan, il te va bien 😀

          • Taoufiq dit :

            Cela fait plusieurs minutes que je ris aux éclats 🙂 🙂 🙂 🙂 …. 🙂 🙂 🙂
            Ah … Pierrot, Pierrot ? tu es le troubadour Joyeux de la troupe et j’adore ton sourire, ton humour inclassable !
            Je reprends mes esprits … Ouf ! 🙂 🙂 🙂

            Même, toi, Alain Thomas (ou ton clavier) a bugué 🙂

            Bien Pierrot … et si entre 2 blagues, on introduisait (je pèse mes mots …) une once de sérieux ?
            Comme un silence entre 2 pensées, entre 2 notes de musique, non ?
            Ou le contraire, entre 2 réflexions, une pincée d’humour, pourquoi pas ?

            Framboise a lancé une bouteille à la mer, avec son message, Alain Thomas l’a trouvé et recueilli, non sans hasard, l’a ouvert et répondu, sa main était tendue.

            Ceci dit, j’applaudis ton commentaire plein d’humour chaleureux 🙂

          • alain thomas dit :

            Oh Taoufiq tu sais, pierrot, entre deux orgasmes (ça peut durer plusieurs vies), il aime bien taquiner le goujon 😉

          • pierrot dit :

            Je serais donc drôle malgrés moi, interessant.
            J’ai donc dû ne pas respecter le second accord Toltèque hi hi hi

          • Taoufiq dit :

            A Pierrot avec toute ma sympathie,

            J’aime ta spontanéité, elle apporte toute sa fraîcheur, tu sais ?

            « Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle » n’est-ce pas 😉

            Bien à toi ainsi qu’à Alain Thomas et à tous bien entendu 🙂

      • Katerina dit :

        Je cherche ce que je cherche …
        Ultime espoir …
        Merci pour tes paroles, elles sont justes …
        Y a t il quelque chose à trouver ?
        Etre dans l instant ..
        Affectueusement
        Katerina

  21. Katerina dit :

    Cher Passeur ,

    La subtilité de vos textes est la sensibilté retrouvée .
    La terre s enveloppe de cette douceur .

    Affectueusement
    Katerina

  22. Li dit :

    Puisque ce texte a déclenché de nbreuses vibrations et des commentaires tout aussi vibrants, je rajoute ma note personnelle afin que notre orchestre soit un peu plus rondelet.
    Merci Passeur. Merci à vous tous.❤♯❤♯❤

  23. Frédérick dit :

    Cher passeur,
    un grand merci pour cet article qui fait suite à celui du 25 février et que j’intuitais fortement car j’avais bien lu entre les lignes que tu faisais allusion à la récente apparition sur la scène bloguesque spirituelle d’un gourou d’un genre nouveau, prétendument Etre de Lumière et détenteur du rayon de la Vérité divine. Nullement troublé par ses discours fracassants et ses propos abracadabrantesques, j’ai recraché tous ses propos sans en être perturbé mais je n’ai pas manqué d’être surpris par les commentaires qui remerciaient pour les « coups de pieds au cul » et autres propos guerriers qui, il est vrai, tranchaient avec le ton bisounours et lénifiant des canalisations traditionnelles. Comment peut-on accepter sans discernement des prédictions teintées d’eugénisme et de séparatisme en fonction d’un soi-disant mérite spirituel individuel avec classement et affectation personnalisée à la clé? Voilà qui me paraît si totalitaire que ça m’a fait froid dans le dos de voir qu’on puisse se dire spirituel et accepter un tel tri de l’humanité. Le ventre est encore chaud d’où est sortie la bête immonde et ils l’ont déjà oubliée? Il y a toujours eu des collabos mais des collabos spirituels ça j’aurais jamais cru! Il est vrai comme tu l’as fait remarquer que l’Ascension ne se fera pas sans effort ni travail sur soi mais penser qu’en suivant une certaine voie prônée on y arrivera mieux que les autres, n’est-ce pas rester dans le compétition de 3d?
    Ainsi donc un égrégore est en train de se créer et il se renforce chaque jour car il a des appétits impérialistes et beaucoup se rallient à sa cause de peur de ne pas faire partie des meilleurs classés de la course à l’Ascension.
    Si tous les lecteurs de ce blog croient en ses prédictions vont-ils créer une réalité qui s’appliquera à toute l’humanité ou rien qu’à eux? Et moi par ma simple lecture et restant spectateur, est-ce que je ne contribue pas à alimenter cet égrégore?
    Encore une fois merci, cher passeur, pour ta grande perspicacité ainsi que pour ton langage soutenu et ta prose savoureuse qui ravit aussi bien le cœur que l’intellect.

    • Didier dit :

      Je te rejoins complètement Frédérick, suite à une présentation proposé du site dont tu parles, je t’avoue que j’ai été séduit au départ (tout le monde fait des erreurs), mais très vite mon cœur me disait que quelques chose ne collait pas, c’est effectivement sur la peur et surtout sur un jugement de soi que ce site fonctionne, il n’y a pas pire que le déni de soi, il n’y a pas plus sournois, or ce site en question énonce un classement qui provoque en jugement de soi et comble du comble un classement hors Gaïa, que cherche cet égrégore sinon nous couper de Gaïa ???

    • Béa dit :

      Merci Frédérick pour ton commentaire que je trouve pertinent et dans la lignée du message du Passeur !

      Cependant,la vie étant diversité,il revient à chacun de trouver sa voie et nul ne peut objectivement dire si l’une est plus cohérente que l’autre à moins de retomber dans le piège de la dualité.

      Pour « grandir »,il faut se tromper et tant qu’on croit se tromper,il faut grandir !!

      Le cheminement personnel est parsemé de ce que nous découvrons être une erreur quant à un choix passé auquel nous avons pu adhérer avec toute la force de notre conviction et foi.

      A l’école de la vie,tous les chemins mènent à La Vérité et il serait (peut-être!) prétentieux de prétendre qu’une seule voie est La bonne.

      L’aspect subtile de la progression spirituelle et de l’évolution personnelle implique un perpétuel changement de vision.Ce que nous avons cru vrai hier peut nous sembler faux aujourd’hui selon une grille de lecture qui bouge constamment en fonction de l’éveil de nos consciences profondément endormies.

      « Il faut de tout pour faire un monde » et,si l’on ne peut nier qu’il y a des niveaux au sein de la dualité,l’absolu se définit par une unité qui rassemble au lieu de diviser.L’élève de terminale est plus avancé que celui du CP sans être pour autant supérieur !

      Si nous admettons que le Tout est parfait,par définition ,Il ne souffre d’aucune exception (sauf au sein de nos perceptions distordues toujours en quête de clarté!).

      Sortir du jugement n’empêche certes pas d’être dans le discernement et de nous positionner en fonction de notre ressenti du moment mais nous ne sommes (et quelque soit notre niveau d’éveil) détenteurs que d’une part de La Vérité ultime.

      Bien qu’englués dans l’éphémère,nous tendons vers l’absolu sans jamais l’atteindre et c’est ce voyage sans distance qui,à mon sens, motive notre incarnation…

      Nous apprenons à « slalomer » entre les pièges que la vie nous tend pour parfaire notre réveil et nous ouvrir toujours plus à l’unité.On cherche jusqu’à ce que l’on réalise qu’il n’y à rien à chercher…juste accueillir la perfection du Présent et éternel cadeau, l’ici et maintenant dans toute la richesse de sa diversité qui est l’attribut premier de La Création en perpétuelle expansion…

      Merci à toi et à vous tous qui me permettez cette progression parsemée d’erreur qui ne sont que marches essentielles à l’éveil !

      • alain thomas dit :

        Encore un commentaire plein de sagesse 🙂
        Bien à toi

        • Béa dit :

          Merci Alain Thomas toi qui,une fois encore ,me fais des retours qui,au-delà de flatter mon égo,me rassurent dans l’idée que,peut-être!!,je ne suis pas folle (jugement quand tu nous tient!)en ayant pour seule aspiration que d’accepter inconditionnellement « ce qui est » !

          C’est peut-être(sûrement!)un manque de personnalité que de renoncer à tout affrontement dans un monde qui persiste à vouloir nous mettre les uns contre les autres et…un signe de bonne santé que d' »être si mal dans un monde si distordu » !???…

          Je persiste et je signe !Écoutant fidèlement ma voix intérieure qui m’assure que tout est parfait,que je le perçoive ou pas.J’ose cette radicalité qui semble être la seule à lever tous les barrages à l’Amour!…C’est ma façon à moi de faire ce grand saut qui élève au-delà des confrontations et qui dépasse la peur de gagner ou perdre,d’avoir raison ou tort ,la seule qui concilie toutes les manifestations de La Vie et dépasse toutes les douloureuses séparations du mental qui voudrait nous garder apeurés et soumis…
          Merci de m’avoir lu et entendue !

          • alain thomas dit :

            Tu n’es peut-être pas folle finalement 🙂
            Quant à ta personnalité, tu en manques sûrement et c’est tant mieux, y a moins d’égo comme ça 😉
            Bien à toi chère Béa ♪ ♫ ☼ ♫ ♪

      • acacia dit :

        Impeccable ! Merci Béa
        ♥♥♥

        • Béa dit :

          Merci Acacia toi qui semble également résonner avec l’expression de mon « moi » en cet instant T si sacré!

          Merci également à tous ceux pour qui seraient en désaccord avec mon commentaire.Vous êtes pour moi des enseignants au même titre que ceux qui se retrouvent aujourd’hui en ce moi que j’exprime.

          Merci à tous et à chaque Un d’incarner la diversité dans la différence de point de vue .C’est ce qui fait la richesse et la nourriture de notre aspiration à connaître et grandir.

          Je reconnais être devenue radicale ,une sorte de non-dualité pure qui,en m’épargnant toute confrontation,toute justification,m’épargne tout ce que je ressens comme involutif : la bataille des égos !

          C’est un « travail » de chaque instant que d’accueillir en son sein ce qui,à priori,fait opposition à ce que l’on croit être juste et vrai mais c’est également dans cet accueil inconditionnel que se produit la magie d’être dissout dans le Tout qui nous recrée à chaque instant…

          Merci à tous et à chaque Un!

          Merci Passeur de nous offrir cet espace d’échanges et de communion qui nous permet d’unir ce qui,illusoirement,semble nous diviser !

      • Le Passeur dit :

        Absolument. Chacun à son rythme passe par les expériences qui lui sont utiles à grandir. S’il faut parfois mettre un coup d’accélérateur à soi-même, c’est soi-même qui doit le décider. Je pars du principe qu’un fruit arrivé à sa saine maturité doit mûrir au rythme qui lui est propre et sans qu’on l’y force d’une manière ou d’une autre. Il lui manquera sinon l’essentiel de ce qui fait son harmonie et que l’on retrouve dans sa saveur.
        Les uns et les autres, lorsque nous souhaitons aider, nous sommes là pour proposer et qui est mûr pour cela se sert. On n’a à forcer personne pour embarquer, on se doit de faire au mieux pour éclairer mais en aucun cas pour convaincre ni manipuler autrui dans le but très personnel de vouloir réveiller. Nous ne sommes pas des sauveurs, ça c’est l’égo qui s’en empare, nous sommes tous des passeurs. On n’offre pas quelque chose en le jetant à la figure de l’autre. C’est ainsi que je vois les choses pour ma part, mais toute autre vision est respectable et présentera sa résonance envers ceux qui l’appellent. En ce sens, tout est toujours parfaitement juste.

        • Béa dit :

          Merci Passeur !

          Nos commentaires se sont croisés et invitent également à respecter chacun dans son positionnement aussi personnel qu’éphémère jusqu’à ce que LA Réalité ultime nous ramène tous à l’unité originelle,bien bien loin des séparations mentales et égoïques !

          Passeur,tu es un exemple d’ouverture que je salue,un miroir inspirant d’un moi assoiffé de vérité,de justice,de paix et de ce pur Amour trop souvent souillé et falsifié par nos inaptitudes à oser aimer PLEINEMENT !

          Mon cœur touché (mais pas coulé!!)est rendu plus fort malgré toutes les blessures et souillures qui ont jalonné mon humble existence.Sois remercié pour ton abnégation et ton authentique aspiration à unir quand tout porte à diviser…

          J’en pleure…de grâce retrouvée !

        • Chantal dit :

          Bonjour à tous les éclaireurs sur le chemin vers soi. L’âme a ses saisons et on ne peut l’éclairer d’un soleil trop violent simplement pour en précipiter l’éclosion a dit Anne Givaudan, le vrai langage de la vie qui est en nous se découvre et croît en étape pour se métamorphoser en beauté, c’est l’amour qui poursuit son oeuvre…Il faut aussi accepter qu’elle continue de respirer à son rythme, accepter qu’elle expérimente l’erreur (qu’est-ce que l’erreur:rien d’autre que l’expérimentation d’un itinéraire difficile mais nécessaire à la maturation, la notion d’erreur est toujours très relative. La vérité est unique et insaisissable, on ne peut que cheminer vers elle en étant humble, elle ne se tarit jamais, elle est au delà de la dualité , la vraie lumière brille en nous, chaque étincelle qui se cherche s’allume et fait un pas vers la joie Ultime, quand l’amour sera révélé son objet disparaîtra, la tristesse sera enlevée, la mort sera une fête comme la naissance car les deux sont permutables. C’est dans le silence, avec un coeur pacifié et un mental éclairé que l’on vainc l’égo en sachant que rien n’est à soi. Le bonheur n’est pas de ce monde tant que nous ne pratiquons pas la loi du détachement; La nature est le règne le plus équilibré, le plus authentique, la nature pratique la conscience d’égalité, seuls les humains font des distinctions entre les gens, les pays, mais un être conscient et accomplit considère tout d’un même oeil; Sur terre il y a des êtres réalisés qui vivent et donnent leurs expériences et nous mettent en garde de les idolâtrer;Ils sont des canaux de lumière; Aujourd’hui la connaissance est inscrite dans le coeur, elle ne demande qu’à germer. pratiquons la voie du discernement et ayons une foi vive et un coeur aimant et nous serons pleinement humain. Paix, gratitude à chacun de vous. Merci.

      • Marie-Anne dit :

        Parfaitement en accord avec toi, Béa;
        Merci de tout cœur pour ton intervention, emplie de bonté et de grandeur d’âme.

      • mesnet dit :

        Béa, puis je te demander si c’est toi qui as écrit cela, ailleurs?
        « L’Amour ne s’éveille réellement que quand à la douceur nous n’omettons pas d’y joindre l’indispensable fermeté sans laquelle nous pourrions risquer encore d’accepter l’inacceptable et retomber ainsi dans les distorsions mentales.

        La Vérité est Une et simple (bien que compliquée pour les esprits tordus).Elle passe par une affirmation droite de la guidance intérieure quelque soit le prix à « payer » dans la matière.

        « La foi passe par une vision claire,un positionnement ferme et une détermination de tous les instants.D’où une certaine forme de radicalité qui tranche et ne se laisse plus leurrer et égarer dans des directions longtemps éprouvées et qui ont largement démontré leur fausseté par de cuisantes souffrances intérieures.

        Etre sur la voie de l’Un n’est pas compatibles avec de quelconques tergiversations.C’est à prendre ou à laisser,à décider en toute conscience jusqu’à ce que notre nature originelle émerge pleinement et que notre fidélité à la Source devienne incorruptible au point de nous pénétrer et nous guider au-delà de notre volonté propre qui n’est qu’ignorance et prétention ! »

        Ces mots sont pratiquement ceux que j’ai offert à ceux qui m’entourent. Il y a quelque temps, j’ai affirmé que je ne serais plus « l’image qu’ils désiraient voir à leur côté », mais bien Mesnet, connectée à la source et parlant aux esprit ».
        J’ai le sentiment que c’est une phase de « finition » pour la plupart des éveillés : affirmer notre fidélité à la source et ce faisant être incoruptible. Incoruptible, libre, aimant tous nos frères qu’ils soient sur un hors-bord, un yacht, une barque…Nous sommes liés par le coeur avec tous, le reste n’est que le pas et le chemin de l’autre, donc pas de jugement mais une confiance en ce qu’il est….
        Nous n’avons plus à donner du sens au chemin de l’autre, mais à aimer ce coeur lumineux que nous voyons en lui.

        Je me suis tellement retrouvée dans ces mots, et dans ceux que tu poses ici, que je me suis dit que tu étais montée dans le train, que j’allais m’y installer avec toi et avec tant d’autres…Tout les autres.
        Merci Béa.
        Véritable cadeau de te lire.

    • Mi dit :

      Effectivement, un égrégore ne peut s’assécher que lorsqu’on ne lui prête plus d’attention, l’indifférence est un moyen, mais si chacun se consacre à son ouverture intérieure sans se balader à l’extérieur pour y trouver la clé, m’est avis que tout un tas d’égrégores s’assècheraient, c’est pourquoi quelques personnes en ce moment crient sur tous les toits enewagés ou non : L’essentiel est en soi.

      Le coeur résonne par rapport à un texte, mais son outil le mental raisonne aussi, c’est pourquoi tant de personnes se déséquilibrent en privilégiant l’un plutôt que l’autre. Je pense que les deux sont indissociables pour permettre le discernement, à condition bien sur que l’égo ne soit pas de la partie.

    • Li dit :

      Bonjour Frédérick,
      Je ne sais pas si nous pensons au même blog et à la même personne, mais finalement peu importe!
      Une question me vient: comment peut-on se considérer comme étant dans le service à autrui et virer de bord de façon aussi radicale?
      Quel a été le détonateur dans le cœur, dans l’esprit et dans les motivations de cette personne?
      Parler franc, je veux bien! Mais insulter les gens, les séparer, les tester, les classer, c’est bien différent de ma conception de l’altruisme et de l’amour…
      Si quelqu’un a des réponses, merci d’éclairer ma loupiote.
      Bonne journée à tous.❤✿❤✿

      • pierrot dit :

        Peut-être faut-il se sentir bousculé pour transmuter nos zones d’ombre?
        La souffrance bien ressentie est un puissant catalyseur d’éveil.
        Ce que je dis ici n’est pas propre au blog dont tu parles bien entendu.

      • marie christine dit :

        Bonjour Li,
        Je dirais qu’on n’est insulté que si on se sent insulté .
        Chaque fois qu’on est affecté par quoi que ce soit, cela correspond à une faiblesse en nous, surtout si on est dans une attente, une dépendance .
        A mon avis, si tu as trouvé un maître évolué qui te fait sentir bien, qui te fait progresser (qu’il soit contemporain ou non), par sa parole ou par ses écrits, c’est cela que tu dois suivre . Parce que tu y sens des vérités qui te correspondent et te font aller de l’avant .
        Si tu peux le vérifier dans ta vie de tous les jours, alors c’est la bonne voie .

        • Li dit :

          Coucou Marie-Christine!
          J’entends bien ce que tu me dis et je suis d’accord.
          Je ne sais pas si je me suis bien exprimée… Je parlais d’une personne qui vient d’ouvrir un nouveau blog.
          Mon questionnement se rapportait à lui. Ses motivations semblent avoir changé. Qu’il ait trouvé un Maître, je veux bien! Mais il est en train de guider des personnes qui semblent avoir une grande confiance en lui. C’est une responsabilité qui demande du discernement. En a-t-il encore? N’est-ce pas un peu trop simple de penser que son Ego spirituel lui joue des tours, qu’une forme de pouvoir sur les autres lui monte à la tête…?
          Quant au schéma mental de ceux qui le suivent je le comprends bien et je ne m’étendrai pas sur le sujet. Béa, Frédérick, Le Passeur, Didier et toi-même avez fait un bon résumé de ce que je ressens.
          Bisous Marie-C.
          Bon WE à tous.❤✿❤✿

          • marie christine dit :

            Bonjour Li,
            Je suis arrivée après la bataille et j’ai découvert cette histoire depuis peu .
            En effet, c’est assez déroutant .
            Mais je préfère ne pas avoir d’opinion parce que je n’en ai pas la capacité . Et d’ailleurs, j’essaie d’apprendre à ne plus en avoir, et ce n’est pas toujours facile !
            Les personnes qui adhèrent sont majeures et vaccinées (enfin vaccinées je ne sais pas…) et c’est ce qu’elles ressentent comme juste .
            Comment distinguer le vrai du faux ?
            Je n’ai pas de réponse .
            Mais je sais à peu près au jour le jour ce que je veux purifier en moi . Et ça occupe déjà tout mon temps !
            Bien . J’ai parlé pour ne rien dire, finalement .
            En tout cas je t’embrasse en toute amitié . Ca au moins c’est une certitude .

          • pierrot dit :

            Egrégore quand tu nous tiens

  24. angie dit :

    Merci Passeur pour ce texte et ces mots: « Quel que soit l’endroit où vous en êtes, quelles que soient vos éventuelles insuffisances, ça sera pour tous un grand bénéfice. »
    light and love….

  25. ylanou dit :

    Merci passeur
    me libérer des jeux de pouvoir , me positionner , cheminer sur la voie du coeur, j’avance pas à pas depuis une vingtaine d’années :c’est un travail de longue haleine .
    Sur le sujet gourou j’avais lu « périls et promesse de la vie spirituelle « qui rejoint votre message. merci de confirmer cette voie

  26. Stéphanie dit :

    Ce texte est lumineux et d’une justesse qui fait vibrer mon cœur de pure joie ! Si tu savais « Grand Frère » combien cette quête de la vérité est la mienne et combien j’ai pu me sentir seule et différente de mes frères humains (aussi loin que remonte ma mémoire) malgré tout l’amour que mon cœur avait à leur égard. Ma gratitude est sans limites envers mes frères les animaux, les végétaux, notre mère la terre et les « êtres de lumières » qui ont toujours été mes fidèles compagnons sur le chemin de la JOIE …

    Aujourd’hui, je prends conscience que la joie est un état, une vibration, elle est en nous simplement et c’est une Source infinie qui ne se tarira jamais … Oui, « Elle est la porte de lumière grande ouverte en nous », je te remercie de mettre des mots sur mes ressentis et vécus profonds. Ta main n’asservit pas Passeur, elle permet simplement de dissiper les derniers doutes qui pouvaient encore survenir sur le chemin … mais la voie est tracée depuis fort longtemps en nous et ta main est légère et discrète à la fois, elle est là au cas où l’un d’entre nous en aurait besoin.

    Reçois mon éternelle gratitude « Grand Frère », je ne suis plus seule sur le chemin comme je l’étais dans mon enfance et mon cœur est en joie, nous sommes des millions à présent à marcher sur la même route celle de la liberté, de la joie, de la gratitude, de l’amour et nous voyons et ressentons la lumière au bout du chemin, dans nos cœurs et dans toutes les cellules de notre corps.

  27. Roge1326 dit :

    GRANDIOSE !…
    Merci Anonyme Passant Anonyme Passeur ! CHRISTIQUEMENT GRANDIOSE ! Avec Grand Respect et profonde Gratitude : Mon Coeur te remercie !
    Nous Savons la Flamme de Vérité qui anime tes sélections et tes écritures alors puisque tu nous l’autorise : en application du « SAVOIR ET DU FAIRE SAVOIR » : J’ecoule et j’ecoulerai ton message partout ne t’étonnes pas de le voir fleurir dans cet UNI VERS ! Merci pour la justesse de ton timing ! Touché !!!

  28. Marie-Anne dit :

    Voilà qui devait être dit, Passeur; merci, de tout cœur.

    L’écueil principal pour tout enseignant dit spirituel est celui de son égo qui se laisse gonfler sous l’effet de l’adulation de ses disciples;
    Beaucoup de « maîtres » aguerris se sont, paraît- il, laisser prendre; beaucoup de disciples n’y ont vu « que du feu ».
    Un maître qui n’est pas assez vigilant, oublie qu’il apprend aussi de ses disciples et de ses erreurs ; d’ailleurs, son but principal devrait être celui d’apprendre à ses disciples et à tous que nous sommes chacun notre seul vrai maître et que nous ne devons jamais donner notre pouvoir à quicquonque si nous voulons retrouver Qui Nous Sommes réellement.
    Ce n’est pas un manque d’humilité que de rendre sa Grandeur au Maître que Nous Sommes en réalité.

    Au passage, j’ai beaucoup aimé aussi le parallèle entre le saumon qui remonte le torrent et nous- mêmes qui remontons vers notre Source: cela correspond si bien à mon vécu actuel, qu’hier, je faisais exactement le même parallèle en moi-même !

    D’ailleurs, dans le Tarot de Merlin, le Saumon est  » la créature primordiale, à la Sagesse profonde ; le Grand Poisson nageant dans les Eaux de l’Éternité ».
    Il correspond, chez Merlin, à l’As de Poissons;
    Il est associé à la Coupe ( le Graal, le Mystère de la rédemption spirituelle et de la régénération); à la Porte entre les Mondes; à l’Ouest (qui correspond à la direction associée à la Vision spirituelle idéale, au  » Monde Bienheureux); et au Cœur.
    ( C’était une petite parenthèse « tarologique »)

    Encore merci Passeur pour la mise au point que tu nous as offerte ( j’ai failli mettre » remarquable mise au point », mais j’ai voulu préserver ton Égo, bien que je te sache suffisamment vigilant ;….donc: merci pour cette remarquable mise au point! ) 🙂

    • pierrot dit :

      C’est pour cela que lorsque tu prends comme maître la nature, tu n’as pas ce souci de pétage de bretelle!

      • Marie-Anne dit :

        Très juste, Pierrot: pas de bretelles, pas de  » pétage » de bretelles!
        …proverbe cosmique (je crois!)…
        🙂

      • KaKa dit :

        Pour ma part, le Maître est potentiellement Partout ( y compris dans la nature ) pourvu que l ‘on veuille bien s’ouvrir à son Enseignement en déposant à ses pieds tout ce que l’on croit savoir. Personnellement, l’une des formes qui m’a le mieux enseignée est celle de l’Ennemi, l’Autre, le Différent de soi, le soi-disant ennemi qui s’est révélé être mon plus grand Maître, le Soi. ( Je remercie, au passage, tous ceux, qui dans ma vie, ont dû endosser ces rôles trés ingrats afin de m’aider à voir Qui Je Suis et Qui Ils Sont avec moi, à égalité parfaite.)
        Les « premiers » SERONT les « derniers ». Là non plus il n’y a pas de souci de pétage de bretelle.
        Bisous

        • Marie-Anne dit :

          Oui, KaKa,
          L’ Enseignant est partout; nous pouvons croiser – de la manière la plus adéquate pour nous, selon la « leçon » à voir, à comprendre et à intégrer – ses apprentissages ou ses rappels, partout et en tout être , en toute chose ou tout événement.

    • Thau dit :

      Le Tarot de Merlin: ça sent la contrepèterie si je ne m’abuse…

      • Marie-Anne dit :

        Eh bien, je ne sais pas si tu t’abuses, Thau!
        On dit que pour apprécier une contrepèterie, il faut être trois: celui qui l’énonce, celui qui la comprend et celui qui ne la comprend pas.
        À cette heure tardive, je te laisse deviner lequel des trois je représente? 🙂

    • acacia dit :

      Marie-Anne
      tu dis « Ce n’est pas un manque d’humilité que de rendre sa Grandeur au Maître que Nous Sommes en réalité. »
      … j’approuve de tout mon être !
      ♥♥♥

  29. robertespierre dit :

    Passeur,
    cette nuit,je passe par google chez les ME(Benji),
    en tête de présentation…. »il y a 24 mn,le Passeur…. »
    je viens voir cet article que nous devrions tous relayer,
    ensuite je retourne chez les ME….impossible d’accéder au site!
    j’étais curieuse de voir sa motivation car il fait du très bon travail
    ce matin,j’accède au site….plus aucune trace;
    ma conclusion:la censure ne freinerait-elle pas l’éveil des consciences?
    car dans ce domaine,Tu es un Personnage!
    Ce que j’ai dit en introduction permettra à d’autres au hasard des passages
    de s’arrêter un instant sur la portée de ce texte ou tout au moins d’être interpellé
    restant dans ton cadre,tu n’enfreins aucune loi,
    libre à nous de relayer tes paroles
    le texte sur Jeremie est une autre merveille
    celui sur Rameau :cette musique mène à l’harmonie qui est aussi le nombre d’or
    Merci,

  30. Ulys dit :

    Tout simplement magnifique, plein de lumières ; merci beaucoup ^^
    Cela conforte quelques intuitions

  31. Jonas 27 dit :

    Bonjour mes amis,
    merci Passeur pour ce texte qui soulève de bon point .
    Ce qui me dérange le plus c’est ,ce ton que l’on sert jours après jours et qui,(pour moi)ressemble a un enregistrement qui tourne et qui tourne .
    Ce servir de la peur contre la peur c’est…………………..déplaisant.
    Il est temps d’ouvrir les yeux et d’arrêter de chercher des énemies partout car vous les créés.
    Ce qui se trâme dérière ,c’est nous même qui le mettons en scène.
    Personne ne peut rien contre la transcendance (la vrai )
    Elle n’a aucune énemie,aucune couleur ou plutôt (tout les couleurs) les sombres comme les claires,ce sont celle de l’arc -en-ciel,de la guérison et du miracle.
    Pour transcender il faut deux opposés ou une limite et un extrême.
    Alors le contact se produit et puis après plus rien pendant un certain temps(le temps de la gestation)et un beau matin ((((((LA RÉPONSE)))))
    Ce n’est jamais celle(La réponse) que l’on attendait car (((la transcendance )))ce n’est pas un choix ,c,est une fusion qui donne naissance au papillon.
    (((((Il a été dit des milliers de fois ((toutes ces années))par quantités d’êtres éclairés,que la joie était(((le chemin))).
    L’opposé de la joie est bien ((la tristesse)).Si une personne ((au hasard)),protègerais son âme avec de la fausse joie pour rendre suportable sa profonde tristesse,il ne serait que la moitié de lui même .
    Je ne suis pas docteur ni un être supérieurement illuminé mais (moi),je lui dirais, plonge dans le noir(en bas si vous voulez)pour connaitre (ton) ombre.Deuxièment va jusqu’au bout avec les personnes concernées s’il sont encors de ce monde sinon fait ce que tu sens le plus vrai pour transcender et attend le temps qu’il faut sans fermer les yeux a ta réponse.L’arc-en-ciel de la transcendance(guérison) surplombera a jamais ton chemin qui est bien plus que la simple joie (ou la fausse joie) ,ce sera le chemin de la vérité(la tienne).
    Avec toute ma lumiombre.

    • Le Passeur dit :

      Que tu ressentes la peur est une chose, qu’elle soit présente dans cet article en est une autre.

      • Jonas 27 dit :

        Peut-être devrait-tu le relire(respectueusement).
        Quand j’ai peur je transcende et c’est ce que je fais(nous fesons) dans mon commentaire.Si nous arrêtons là, notre discussion (la peur est bien présente et la dualité l’emporte .Moi je ne porte pas de masque alors???C’est bien la preuve que (La transcendance) a besoin d’oposé .Cela peut te parraitre complexe (sans vouloir t’offenser )mais elle sera (la transcendance)quoi qu’il en soit mon ami,avec toute ma lumiombre.

        • Taoufiq dit :

          Bonsoir Jonas,

          je n’ai peut-être pas bien compris quand tu dis « Quand j’ai peur je transcende »
          Est ce que la peur a une réelle emprise sur toi pour te faire avancer, où veux tu dire « quand je vois la peur telle qu’elle est et sans m’identifier à elle, je transcende » ?

          • Jonas 27 dit :

            Bonjour mon ami,
            Je ne peux rien pour de ce qui est de la peur des autres.Même si je vien faire mon ((((KOUACK)))) ,ca secoue mais ca ne vaut pas grand chose ,si tout le monde l’adore(la peur).Je trouve qu’elle est présente dans cette arcticle(se servir de la peur contre la peur) et dans( presque )tout les précédents.Pour aller jusqu’au bout de cette peur qui n’est pas mienne,j’attire ceux qui sont concerné dans un dialogue(de transcendance).Ce sentiment de dualité ne m’appartien pas car ,je suis un messagé de la lumiombre et tant que l’on ne me montra pas (la porte),je continurai a livrer ce message.Cette peur m’appartien (celle d’être banis de la tribu) et je passe par ta réponse pour passer mon message a qui de droit, faute de réponse pour aller jusqu’au bout .C’est là que l’on peut voir (au grand jour),ceux qui on peur de perdre leur aquis.Peut-être suis-je impatient ,peut-être que la réponse est en gestation.J’espère que tu comprend( Taoufiq) que je fais une pierre deux coup par cette réponse,avec toute ma lumiombre

        • Taoufiq dit :

          Jonas mon ami,

          C’est drôle, mais je ne pensais pas avant, qu’on se parlerait avec tant de franchise (même si en vérité, je le sentais)
          Je ressens que tu as envie d’éveiller nos semblables, à ta manière, au discernement du cœur (même meurtri par l’expérience de la vie à cause de l’Ego omniprésent) …
          Et si tu faisais un break avec toi même … (je ne me m’immisce pas, c’est juste un pressentiment, alors désolé si je déborde)
          En tout cas, c’est avec joie que je te réponds, ainsi qu’à toutes les personnes ici sur cet espace d’échange,

          Bien à Toi (((lumiombre))) et à Anouk,

          • Jonas 27 dit :

            Merci mon amie ,ha non!!!je veux dire mon ami haha.Tu es un ami pour moi et comme toi ,je le sens.Quand ,il faut que j’aille jusqu’au bout ,je ne réfléchit pas .Je suis le courant qui guide l’univers (le flux).Sentir et agir sans peur .Tout est indispensable même et surtout l’ego.Je te donne un petit conseil que tu peux suivre ou pas.Embrasse le(ton ego),remercie le ,il est le plus grand protecteur en nous.La théorie (du tout),c’est une immense toile d’araigné.L’éternelle transcendance,de la mort a la vie ,au multiple transcendance de l’existence,de la vie a la mort(le flux)mon ami!!!Merci d’être la mon ami

        • Taoufiq dit :

          As-tu lu le livre « Le passeur » de Lois Lowri, dont le personnage principal s’appelle Jonas?

          Le « dépositaire de la Mémoire »

          Il s’agit bien sûr d’une allégorie, mais … on peut la translater dans notre Monde , avec une échelle de temps à une origine différente de celle dont on croit (((Kroi … pour te faire plaisir)))

          Je répondrai plus tard à ton commentaire si Dieu le veut … mais avant et si tu le veux, j’attends ta réponse après la lecture du  » passeur  »

          P.S. hier le 13 c’était mon anniversaire, mon père m’a dit que j’étais plus vieux que lui (il parlait de la flèche du temps) et mon fils le 13 mars aussi m’a suggéré qu’il était plus vieux que moi …
          Qui est le plus vieux dans l’évolution ? l’ascendant ou le descendant ?
          Taoufiq

          • Marie-Anne dit :

            Bon anniversaire et un jour,Taoufiq!
            🙂
            Qui est le plus vieux ou plutôt qui est celui, du grand- père, du père ou du petit- fils, qui a connu, notamment, le plus d’incarnations ou de manifestations dans la Création?

            Je suppose que cela dépend ;il n’y a sans doute pas de règle fixe puisque le choix d’incarnation est multidimensionnel et qu’il dépend aussi du « programme » propre de chacun, et de son « avancée ».

            Et puis, il y a aussi cette notion de « temps » , qui n’a rien de linéaire et d’unidimensionnel.

            Je crois avoir compris tout de même que les enfants qui naissent actuellement, ne sont plus que des âmes expérimentées (avant, il y avait un  » mélange » de jeunes et de moins ou beaucoup moins jeunes âmes; depuis les années 80, je crois, ce « ratio  » aurait basculé en faveur d’âmes plus « avancées »; et maintenant, il n’y aurait plus que les âmes plus expérimentées , vibrant haut , qui s’incarnent sur la Nouvelle Terre).

            Bon, ce sont là juste quelques éléments apportés à une question plus vaste qu’il n’y paraît, j’en ai bien l’impression!
            Mais finalement, l’essentiel n’est- il pas de savoir que chacun est à sa place, et au bon moment pour lui, et au bon endroit et avec les bonnes personnes?

            Et…Encore un excellent anniversaire à toi, Taoufiq

          • Taoufiq dit :

            Marie-Anne 🙂

            merci pour tes vœux qui me viennent droit au cœur (ce n’est pas l’Ego qui parle, bien que … (((((((((((((((((((((((((((((((il) te remercie aussi ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;)

            Tu sais ? un bug de mon clavier fait que certaines touches se répètent, et là, avant de corriger ce bug, je me suis dit, « Taoufiq ne change Rien » !
            je laisse donc le message tel qu’il est 🙂
            C’est Jonas qui doit interférer 😉 je le salue au passage
            A propos du 13 Mars (plus un 🙂 ), j’ai souhaité joyeux anniversaire à Corine, voisine de table en classe, à Ernest Renan, l’école où j’étais à Casablanca. Corine est probablement retournée en France après, j’ai les photos de classe où on était ensemble au CP et CE1 (peut-être en maternelle, pas sûr …) mais en tout cas, je lui souhaite mes vœux presque chaque année 🙂 et ça me replonge dans mon enfance …

            Que demande le peuple 🙂 😉

            Le plus vieux ? oui je suis en accord avec toi quand tu dis « multidimensionnel » les mondes parallèles où le temps est relatif 😉
            Le temps comme dit justement Einstein est relatif non ? « to be or not to be ? that is the question » a demandé Shakespeare.

            Je vois comme toi, que la nouvelle génération porte en elle les potentialités d’éveil plus que rassurantes quant-à l’avenir de notre Humanité.
            Je le vois autour de moi et ça me fait chaud au cœur !

            Chacun est à sa place comme tu le dis si bien

            Bien à toi Marie-Anne

          • Jonas 27 dit :

            Bonne Anniversaire Taoufiq,
            Je vais lire le livre mais ,ca peut prendre du temps car je ne te lai pas dit(je ne lis pas beaucoup).La curiosité est très forte alors je t,en redonnerais des nouvelle(un jour).
            Je voudrais te parler des ages.
            Moi j’ai 35 ans de vie humaine mais (???) de vie antérieur.J’aide des gens plus agés que moi a transcender et quelque fois ,je sens une minime frustration quand une certaine personne (a mon travail)livre son conseil périmé et que moi je dit le contraire .On me sort subtilement le(l’expérience de la vie)et la je sais que ca va faire mal mais,,,,la valeur d’un conseil non transcendé ,ca vaut ce que ca vaut(mes excuse si je blesse quelqu’un).
            Je vais maintenant redessendre de mon pied d’estale et je vais te parler de ma fille (MYAH).Elle est née le 24 décembre 2012 ,3 jour après la fin du monde(d’un monde).Elle représente (le nouveau monde).Je sais qu’il elle est ,j’ai eu un mode d’emploi fourni avec .Dieu ma tout dit avant et tout était juste alors???Je regarde cette enfant dans les yeux et elle comprend tout et bien au dela.J’ai senti un certain inconfort car elle en sait deja plus que je n’en saurais jamais et je dois lui servire de modèle.Je suis heureux c’est un miracle et j’en suis témoin.(TOUT)était indispensable(mes erreurs,mon passé,ma souffrance,ma colère,mon amour,ma foi,etc…et ma transcendance ,pour être celui que je dois être aujourd’hui.Voila ce que je voulais partager avec toi mon frère,avec toute ma lumiombre.

    • pierrot dit :

      Pour ma part, je préfère le terme de transmutation (spiritualisation de la matière) à transcendance que j’interprète comme le dépassement de la matière.
      Mais bien sûr c’est juste un choix personnel.

  32. Didier dit :

    Dans ces derniers virages avant la fin de ce paradigme, nous aurons plein de faux messies, merci infiniment Passeur pour ce message plein de cohérence, en ces temps difficiles le chemin du cœur est rempli de ronces, et beaucoup choisiront la voie la plus facile, n’oublions pas que chaque êtres avancent à sa manière en restant souverain dans son royaume.

    De cœur à cœur, je vous embrasse tous.

    • pierrot dit :

      N’oublions pas non plus que les roses fleurissent au milieu des ronces.

      • Taoufiq dit :

        De quel végétal penses-tu t’être réincarné en ce monde Pierrot ?
        🙂 (J’adore ton nom ou ton pseudo affectif) (j’aime ton Être…)

        Avec toute mon affection ! sincère

        • Marie-Anne dit :

          De quel végétal Pierrot se serait- il réincarné en ce monde?

          Taoufiq, je ne sais pas ce que Pierrot te répondra éventuellement, mais moi, je proposerais: l’Originalis Virtualis Novens Iridens- enfin, sa variété canadienne, assez sauvage.
          🙂

  33. Taoufiq dit :

    Bonjour,

    Ce merveilleux texte, me rappelle comment certains domptent, asservissent … les éléphants :

    « Lorsqu’un éléphant sauvage est capturé, on attache autour de sa patte des fers épais en acier inoxydable, qu’on relie à une chaine en métal.
    Cette chaine est elle-même attachée à un piquet solidement enfoncé dans le sol à coups de marteau.
    Pendant plusieurs semaines, l’animal se débat, gesticule, tire, tire, et tire encore sur la chaine. Qui ne bouge pas.
    Durant cette période, les dompteurs parlent et apportent régulièrement à manger à l’éléphant, en colère et désespéré.
    Peu à peu, la vigueur de l’animal va s’estomper. Fatigué à force d’essayer, l’éléphant renonce à essayer s’échapper. Il cesse de tirer sur la chaine.
    C’est là que sa programmation, son conditionnement est fait.
    Les dompteurs ont inscrit un nouveau programme dans l’éléphant : pour son cerveau, l’anneau autour de la patte symbolise l’enchainement, l’immobilité.
    Pour son cerveau à présent, ça ne sert donc à rien de tirer, il ne peut s’échapper.
    Ce conditionnement est si puissant qu’il permet aux dompteurs de remplacer la chaine d’abord par une corde assez épaisse, puis par un simple bout de ficelle.
    Et voilà comment ils attachent au bout d’une cordelette un animal de plusieurs tonnes, sans jamais craindre qu’il s’enfuie. »
    (Plusieurs sources sur internet racontent cette histoire, je ne sais pas à qui faire référence)

    Excellente journée 🙂

    • jean dit :

      Je trouve que ton exemple de l’asservissement des éléphants est une excellente métaphore pour illustrer les paroles du Passeur :
      « Nous créons toutes les lignes de vie auxquelles nous attachons une croyance et nous les appelons alors dans notre expérience. Au sein de l’illusion collective, elles deviennent notre réalité, puis un égrégore à la mesure du nombre et de la crédulité de ceux qui y adhèrent. »
      merci Taoufiq

  34. elba dit :

    Tout simplement ça : 🙂 Merci à vous tous, Passeur et internautes, d’être là, tout simplement, au creux de mon cœur. Et de m’accueillir au creux du votre.

    Merci aussi à tout les « Jérémie » qui croisent nos chemins.

  35. VirginieLume dit :

    Merci Passeur bien sûr, tes mots sont une source qui vont à mon coeur…Mais moi je n’y arrive toujours pas vois tu, à marcher seule…Et même si je crois que je ne suis pas asservie à toi, à la lumière de ton accompagnement, le suis je vraiment ?
    Je crois en ce que je suis, oui, mais j’ai encore besoin de ta main. Cela fait il de moi, cela fait il de nous 2 des êtres emmêlés dans les fils de l’asservissement ?
    Crois tu que je puissse trouver ma Vérité quand je sais que j’ai encore besoin de ta main pour marcher ?
    Et puis, cette approbation dont tu parles à la fin, je la cherche tout le temps, et le fait d’en être consciente ne m’en libère pas pour autant…Oh là là, comme c’est dur ! Je suis pourtant heureuse d’être sur ce chemin, mais voilà, j’ai encore besoin que tu éclaires mes pas. J’en reviens donc à mes premières questions …

    • Le Passeur dit :

      Désolé, je n’avais pas vu tes questions, je ne peux pas lire tout en temps et en heure. Pour te répondre, je t’inviterai à plutôt de tourner vers ce que tu crois et non ce que tu constates.
      Suite à des accidents, j’ai quelques fois expérimenté les béquilles dans ma vie et je me suis toujours rendu compte qu’il y avait un temps où l’on en avait besoin, puis un temps où l’on croyait encore en avoir besoin, puis un temps où on essayait de les lâcher pour qu’enfin soit venu le temps de marcher seul.
      L’asservissement ne naît que sur l’humus fertile de notre manque de confiance en nous.

  36. Kraken dit :

    Je découvre ce texte aujourd’hui, qui illustre à merveille mon apprentissage du week-end.
    La servitude découle du triangle d’impuissance où chacun de nous joue le rôle de victime, bourreau ou sauveur (reconnu ou inconscient, notre ego jouant son rôle dans chacune de ces situations)
    Les mots et la théorie sont une chose, l’expérimentation en est une autre et semble être la seule Vérité, chacun à son niveau, chacun sur son chemin.
    Espérer le sauveur qui nous guidera revient à chercher encore une dépendance du regard de l’autre, d’un Dieu punissant alors qu’il suffit de changer sa perception des événements pour les interpréter différement.
    Voir plus loin que le bout de son négo, pardonner et se pardonner afin de reprogrammer les schémas comportementaux que nous avons créé ou les structures karmiques que nous avons accepté de porter dans cette incarnation et qui nous font transgresser les lois cosmiques et nous font vivre dans la peur et non dans l’amour inconditionnel.
    Tous mes remerciements à toi, Passeur et à nous, Passants

    • graffitique dit :

      le  » bout de son nego  »
      en l’occurrence c’est aussi beau que la (((((lumiombre)))))

    • Sabine Ferguson dit :

      C’est le triangle infernal (bourreau-victime-sauveur) où chacun y trouve son compte,dans la co-dépendence et sur un fond sado-maso.
      Les individus sado-maso, dominants/dominés, maîtres/esclaves sont TOUS asservis à leurs besoins, instincts, pulsions, passions et tutti quanti. Ils sont sous l’emprise leur ego. Ils sont tour à tour en manque et en souffrance.
      Or la dernière leçon qui m’a vraiment remise sur les rails a été de comprendre que TOUT ce qui est souffrance relève de l’ego… Notre véritable Soi, notre Être Essentiel, est au delà de toutes ces émotions qui nous entravent, nous bloquent et nous retardent sur le chemin de l’éveil.
      Enfin, c’est ce qu’il me semble…
      Et puis vraiment il faut apprendre à se poser, à cet effet, voici un lien envoyé par un ami, vous verrez, c’est inspirant et reposant à la fois
      http://youtu.be/EI3cCdjJsB8

      • Katerina dit :

        Il y a des souffrances qui sont au delà de l ego …
        Katerina

        • Taoufiq dit :

          Tiens donc Katerina …

          Au delà de la douleur physique, existe t-il une souffrance qui ne relève pas de ce l’on s’inflige inconsciemment ?

          avec toute ma modestie

          • alain thomas dit :

            Si tu le permets, cher Taoufiq, amiombre, ici j’interfère… ♥
            Au-delà de la douleur physique, il n’y a plus de corps (spiritualisation de la matière).
            Tant qu’il y a un corps (dualité), la souffrance est inhérente à la condition humaine… 🙂

          • Katerina dit :

            Je ne sais absolument pas …
            Cette réflexion est venue comme cela …
            Tu as certainement raison …
            Je pensais aux souffrances d avant …
            Des images …
            C est sans doute le souvenir de cette souffrance qui est encore là …
            Néanmoins est ce l ego ???
            Katerina

    • pierrot dit :

      Doit-on comprendre pour se réaliser?

      • Sabine Ferguson dit :

        Pierrot, la video répondra peut-être à ta question… http://youtu.be/EI3cCdjJsB8

      • Katerina dit :

        Je pense sincèrement que oui …
        Comprendre permet de comprendre ….
        Katerina

        • pierrot dit :

          Je pense sincèrement que peut-être, cela dépend de chacun.

          • marie christine dit :

            Peut-on se réaliser sans comprendre ?

          • Katerina dit :

            Evidemment …
            Je parle pour moi , je ne vois pas comment cela peut se passer autrement …
            Comprendre … Permet de se libérer … des mots …
            Enfin je parle pour moi
            Amitiés
            Katerina

          • Katerina dit :

            Remarque se réaliser je ne vois pas ce que cela veut dire pour moi …
            Je n aurais peut etre pas du répondre d ailleurs …
            Se réaliser n est il pas un but ?
            Katerina

          • alain thomas dit :

            Tu poses bien le problème à résoudre Katerina.
            Que veut dire « se réaliser » ?

            Je ne crois pas au but ni à la finalité, plutôt à la continuité dans la mission.
            Ainsi, la seule réalisation possible serait l’Eveil.
            Mais qu’est-ce que l’Eveil ?

            Se promener au milieu d’une multitude d’arbres… ou s’adosser contre l’un d’entre eux ? 🙂

            Hum !!! ♀♂

          • pierrot dit :

            Comprendre la nage, c’est avoir lu un livre sur la nage.
            Réaliser la nage c’est nager.

          • Katerina dit :

            Pierrot, Alain Thomas, Marie Christine ,

            Il me semble que rien de ce que nous avons connu dans cette vie ne ressemble à ce que nous vivons … Tout est à inventer … Alors comment peut on savoir à l avance ce que nous allons trouver …En nous … En chacun de nous .. Pour le reste nous avons déjà expérimenter … Si je suis là aujourd hui c est que j ai décidé que c était assez … Que je ne pouvais plus …Sans savoir ce que j allais penser aujourd hui … Alors réaliser , éveiller , tout ces mots ne peuvent avoir de sens pour moi dans un futur hypothétique .
            Ce qui ne m empeche pas de comprendre , de chercher ce qui a fait obstacle dans ma vie … Pour reprendre l image de la natation , je pense que c est inné , pas besoin d explication ni de lire un livre … Et pour les arbres me vient la phrase : l arbre qui cache la foret … Je crois que comprendre nous permet d etre unique sur notre chemin …Si je ne comprends pas je ne peux au moins avancer … Cela se fait d ailleurs sans volonté aucune … Je vois ma vie comme une pelote avec plein de noeuds et j essaie d enlever tous ces noeuds , meme des fois ce sont les fils qui sont emmelés … Cela se fait dans un temps et un espace qui n est plus celui d avant …
            Affectueusement
            Katerina

          • alain thomas dit :

            En gros « se réaliser » c’est « être » n’est-ce pas pierrot… enfin, c’est ce que je crois « comprendre » 😉 dans ce que tu dis 😀

          • pierrot dit :

            Heureux les simples d’esprit car ils sont comme les enfants

  37. jean dit :

    Lumineux !
    Puissent ces paroles de simplicité et de sagesse éclairer le chemin de ceux et celles qui se soumettent encore « aux combines des faiseurs de peurs qui font commerce de la crédulité » comme tu le dis dans cet article.

    merci de tout cœur, à toi Passeur et à vous tous et toutes, pour tout ce partage offert ici avec générosité et lucidité.

  38. CB dit :

    Bonjour Le Passeur

    Permets-moi de mettre en avant les mots que tu nous offres

    (…) Il nous sera juste présenté de quoi dépasser nos insuffisances et notre libre-arbitre fera que nous le ferons ou pas devant toutes les sollicitations qui se présenteront et se représenteront à nous, jusqu’à ce que nous fassions de nous-même le choix du dépassement ou de la transcendance (…)

    Une fois dans ma vie je sais que je me suis « approchée » du libre-arbitre et j’ai mesuré mon insuffisance au dépassement. Incapable d’être dans le chemin juste car incapable de dépasser ma crainte de choisir. C’était un aller-retour permanent qui a duré quelques secondes, des minutes, des heures, peut-être des jours tellement j’avais conscience de ne pas me sortir de cet instant.

    (…) Le moteur de cette bascule étant la vibration, tout ce qui peut abaisser sa fréquence vibratoire est contraire au sens du chemin (…)

    Je sais que le temps vient vers moi de quitter l’illusion de la représentation pour aller vers la simplicité d’être

    (…) Quel que soit l’endroit où vous en êtes, quelles que soient vos éventuelles insuffisances, ça sera pour tous un grand bénéfice (…)

    merci pour tout cela

    très belle journée à toi
    et à ton inspiration fraternelle

  39. Christel dit :

    Merci passeur pour ce message éclairant !…..

  40. MICHEL dit :

    🙂 MERCI <3 AVEC JOIE Sans LIMITE …..

  41. verhaegen ana dit :

    Nomade sur le chemin de la joie d’être… à partager au fil du vent … au gré des rencontres…
    de coeur à coeur tout simplement…
    Merci Passeur… Merci François !
    Joyeuse journée… et jubilation à Babouchka dans la neige…

  42. fabienne dit :

    Merci tout simplement Merci
    A chaque lecture de tes articles, j’ai les reponses a mes questions;
    Tout a fait en accord de mes penséés et reflexions et je ne suis pas la seule…. c’est cela qui est merveilleux…..

  43. Brigitte Lopez dit :

    Tout à fait en résonance avec cette parution : la main tendue peut être captive..les enseignants spirituels pullulent actuellement ,certains sont sans scrupules, ils sont dans le « job » lucratif alors,oui, cultivons le discernement et suivons notre lanterne intérieure , ce qui n’empêche pas de bénéficier des lumières alentours qui éclairent nos zones d’ombre ! Merci donc pour ceux et celles qui mettent si bien en mots leur ressenti .

  44. Moonlight dit :

    Cher Passeur, Très cher Passeur,

    J’honore Qui Tu Es avec gratitude et reconnaissance.

    Exactement tes mots nourrissent les sensations de mes réflexions d’ici et maintenant.
    Tes mots résonnent si justes dans mon coeur et m’accompagnent vers le chemin du retour…vers Qui Je Suis.
    Merci du fond du coeur.
    C’est une belle journée pour vivre !
    C’est une belle journée pour aimer !

    Encore s’il te plait ! (sans asservissement !)

    Lumineusement;

    Moonlight.

  45. babouchka dit :

    Hier, j’ ai eu une longue conversation avec une amie-guérisseuse au grand cœur et à extreme simplicité et… en termes moins élabores ,ce fut cette discussion sur l’asservissement..et je decouvre ce texte ce matin.
    Merci Passeur…c’est une grande JOIE de se sentir en union de vibration avec TOUT et TOUS.
    Peu de mots pour exprimer ces ressentis mais une grande paix intérieure..
    Sous un blanc manteau de neige qui accentue le calme de ma campagne.
    belle journée

  46. alain thomas dit :

    De l’ancien monde il n’y a que l’empreinte de la servitude, dans tous les domaines, dans tous les pouvoirs, dans toutes les entreprises, dans toutes les familles.
    La grande vague dont parlent Muriel et Stéphanie sur une autre page est un « grand vent de la mer » qui amène la libération individuelle par la perception des choses telles qu’elles sont.

    Aujourd’hui plus que jamais, le monde est coupé en deux, entre l’ancien et le nouveau.
    D’un côté les pouvoirs qui s’accrochent à leur asservissement depuis des temps reculés, de l’autre une vague nouvellement éveillée qui avance en groupe serré dans la fraternité des éveilleurs de conscience.

    Les pouvoirs sont ceux qui continuent à pratiquer le sens de la hiérarchie pyramidale au sein des grands organismes, dans les grandes entreprises, les grandes administrations, les religions, la politique, la finance et tous les groupements et associations dans lesquels s’installe une once de pouvoir.
    Il y a des victimes partout de cette mondialisation abominable qui ne laisse aucune chance à l’individu de trouver son autonomie et sa liberté d’être ou de penser.
    Peu d’entre nous ont la chance de pouvoir être autonomes, libérés de ces hiérarchies malveillantes, seulement édifiées pour accentuer des pouvoirs méprisants et destructeurs.

    Dans le nouveau monde de fraternité qui est en marche, il n’y a pas de hiérarchie, un « grand vent de la mer » entraîne un sens aigu de l’autonomie, de la liberté et de la responsabilité individuelles nécessaires à l’épanouissement spirituel.

    La main tendue présente deux aspects dans l’effondrement de l’ancien et l’avènement du nouveau.
    Cette main tendue a toujours existé. Elle a sauvé de nombreuses vies comme elle en a asservi beaucoup d’autres.
    Qui dans sa vie n’a pas eu besoin de la chaleur de sa mère ou de son père, de ses frères, ses amis et de tout un chacun dans des circonstances de vie où la spontanéité de la main tendue s’est présentée.
    Cette main tendue est le symbole de la fraternité, de l’amour, de l’unité.
    Elle représente à mes yeux l’espoir d’un monde plus responsable et moins égoïste car de plus en plus d’êtres s’éveillent à une conscience où chacun a sa place, détaché des contraintes asservissantes de la hiérarchie. De cette main tendue surgissent des frères et des sœurs qui aident à l’épanouissement personnel.
    Mais elle est en même temps la possibilité pour toute cette hiérarchie d’user de son pouvoir pour asservir encore et encore.

    Qu’ils soient chefs d’entreprise, hauts fonctionnaires, hommes politiques, prélats, maîtres ou gurus, chefs de toutes sortes, ils n’auront plus l’emprise de la servitude parce que l’être humain va comprendre dans cette grande vague qui s’annonce que sa destinée unique lui est entièrement donnée et qu’il possède lui seul les clés de sa libération.
    Pour cela, il y aura toujours des êtres sur son chemin, des guides intérieurs qui éclaireront sa route sans n’avoir sur lui aucune emprise quelle qu’elle soit, juste une lampe ou une balise inamovible, symboles de l’amour universel où l’Un est confondu dans le Tout.

  47. Béa dit :

    Merci Passeur pour cette sage et brillante piqûre de rappel !

    Délaisser la norme et viser le naturel,reprendre notre souveraineté individuelle,être authentique,dire ce que l’on pense et faire ce que l’on dit dans une droiture qui ne laisse nulle place aux doutes et autres complexités mentales… avoir une confiance sans faille en notre guidance intérieure qui,au-delà des barrages de l’égo, nous accorde Divinement au rythme de la magistrale œuvre cosmique et nous gratifie de merveilleuses synchronicités…

    Rien à chercher,rien à fuir,rien à craindre ! Être, simplement, dans l’accueil inconditionnel de l’éternel cadeau du Présent qui,par sa perfection, n’inspire que gratitude et service à la loi de l’Un !

    Puisse chaque Un pénétrer la voie du Cœur et se délester des illusions de séparation afin de guérir les multiples souffrances qu’immanquablement elles engendrent.Telle est la porte étroite,celle qui nous rend à la Source de l’Amour inconditionnel qui est Tout,ici est maintenant…

    Lumineuse journée à vous tous qui,en cet espace de partage et communion,manifestez en conscience les prémisses du Monde Nouveau …

    Merci de libérer les perceptions de nos croyances distordues pour Voir ce qui ne souffre d’aucun jugement,d’aucun opposé,d’aucune limite, étant naturellement parfait et infini…

  48. mazal dit :

    Tout à fait , passeur, tu fais partie de ceux qui ne cherchent aucune emprise sur les autres,
    on peut faire la différence avec ceux qui apparaissent avec violence et fracas pour nous punir nous pauvres pécheurs!! Ils réutilisent les vieilles ficelles de ceux qui ont créé les religions, et ça fait de la peine de voir ceux qui écoutent ces sirènes de fausse lumière qui les aliènent…
    Continuons dans ce chemin de confiance en l’étincelle divine qui est en chacun de nous, à être à son écoute, pour que la vérité éclaire tous ces mensonges: c’est le moment où tout va être mis en lumière et révélé..
    Merci Passeur

  49. François dit :

    Il fût un temps où ma joie était en lien avec mon environnement matériel, puis est venu un temps où ma joie était dépendante de l’autre , il est un temps où ma Joie est celle d’être ici et maintenant sur cette planète , en cette époque merveilleuse, avec le corps que j’ai et dans la Vie qui est la mienne….simplement.
    Joyeusement, à toi Passeur et à toi Passant.

    • acacia dit :

      🙂 J’aime que tu nous donnes de toi de joyeuses nouvelles, François !
      ♥♥

    • Taoufiq dit :

      Tes paroles sont touchantes François … Merci !
      Si tu le permets, j’aimerais répondre par ces quelques mots :

      « Il fût un temps, sous le poids des années durant …
      Je songeais à l’instant dans sa complétude … présent

      Il est un temps, où le passé s’égraine …
      au reflux des marrées

      Pour rejoindre son devant et se fondre lentement,

      Dans son éternel Océan »

      • François dit :

        Merci Ana, Acacia et Marie-Anne 🙂 Oui je vais bien , de mieux en mieux. Pas à pas , tranquillement, avec respect pour mon être, je chemine… Je viens vers moi avec détermination, amour et tendresse, c’est là que ma Joie prends sa source. En fait, je découvre à quel point je suis chanceux d’être là et cela me réjouis le cœur. Je vous embrasse de ♥ à ♥

        Taoufiq, Merci de tes mots , mon Feu intérieur m’invite à devenir cette goutte unique et joyeuse dans cet océan d’amour que sont mes sœurs et frères de cette humanité dans laquelle je me reconnais tellement. Je suis toi et tu es moi , cette magie me sourit et ravie mon cœur… d’enfant.
        Mes amitiés à ta famille ♥

  50. Jonas 27 dit :

    Peur,peur ,peur où espoir ???

  51. pierrot dit :

    Et bien je viens de passer 2 jours avec Dame Nature et je ne me pose plus trop de questions 🙂

    • graffitique dit :

      En effet Pierrot 🙂
      Du reste, l’article dit exactement et clairement doit ce qui doit être entendu. Quand je l’ai lu sur le coup de 6h, je n’ai pas au l’impression qu’il soit besoin d’y ajouter le moindre mot. Mais je lis ceux que ce texte aura inspiré et qu’il ne manquera pas de … révéler 😉

  52. Machachouette dit :

    yes! bravo et merci!

Répondre à alain thomas Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *