Transcender ses souffrances pour s’élever en cinquième dimension

Bernard RomainPar Lydia Feliz.

Après une nuit encore mouvementée, le réveil dynamique et enjoué malgré le vent qui souffle avec une rare violence dehors, m’a amené à réfléchir sur mon enfance. Tout comme la pluie m’indique la nécessité de libérer la tristesse de mon enfant intérieur, le vent me pousse à libérer la colère. J’ai cherché dans google, à partir de cette phrase : « guérir de l’inceste » espérant y voir mon blog, mais j’ai vite réalisé que je n’en parlais pas suffisamment pour être dans ces pages. Il n’y pas de raison de se vanter de ce genre de vécu mais d’un autre côté, je peux dire sans émotions que ce passé m’a ouvert la porte de l’humain divin. Je ne souhaite évidemment à personne ce genre d’épreuve néanmoins, je peux voir à quel point le choix d’incarnation de mon âme a été très, très judicieux. Je peux donc aujourd’hui la remercier sincèrement même si j’ai souffert pratiquement toute ma vie de ce trauma. Tout ce que j’ai pu recevoir d’amour et de lumière, est entré par cette faille immense. La joie qui en résulte est proportionnelle à la souffrance vécue. Là encore, l’équilibre se fait naturellement et c’est la manifestation  de l’intelligence de tous nos corps qui sont autonomes et programmés pour réaliser l’unité.

Ce phénomène de société constitue un véritable fléau dont beaucoup d’âmes ont pris sur elles de casser ce cycle infernal d’abus de pouvoir transmis de générations en générations. Je suis déjà soulagée de constater que ma recherche dans google m’a amenée sur une grande quantité de sites, de forums et de blog qui abordent cette douloureuse question. C’est un immense progrès qui confirme que nous vivons une époque de révélation. Ce phénomène prédit par bon nombres de prophètes se manifeste aussi dans les relatons humaines au travers des secrets dévoilés. Il y a bien évidemment le déballage au grand jour de tous les scandales de sociétés et il est logique que le secret des familles soit aussi enfin percé.

L’humain a une idée si distorsionnée de l’amour que celle-ci fausse toute relation. Il est très souvent question d’interdépendance affective plutôt que d’amour réel.

L’amour pur est associé au respect de l’autre et à la liberté. Trop souvent les relations filiales sont à la limite de l’inceste. Puisque nous ne savons pas grand-chose sur la sexualité et que celle-ci a été trop longtemps considérée comme taboue, il est logique qu’apparaissent des déviances. Personne n’aime en parler parce que ça n’est pas très clair et trop rarement vécu de façon libre et responsable. Les hommes et les femmes voient en elle un moyen d’avoir du pouvoir sur l’autre. Cet acte pourtant sacré et innocent à la base, est très souvent considéré comme un business. Parmi les gens de pouvoir, ceux qui légifèrent et appliquent les lois, beaucoup participent à des rituels où la pédophilie représente un acte suprême de domination. On voit mal comment ce problème sociétal pourrait être pris en compte honnêtement. Comme tout sujet tabouisé, celui de l’inceste comprends beaucoup de préjugés que peu de personnes osent démonter. J’ai copié-collé le lien qui amène sur la page d’accueil du site de l’association « Le Soleil Blanc » et publierais l’article, dans le prochain post, qui éclaire grandement la question. Ce point de vue reste humain et mon propos ici est de parler de ce sujet au travers de la foi en l’humain divin.

Il est clair que ce vécu a été la porte qui m’a ouvert à la reconnaissance de mes origines divines et à la connexion intime à mon âme.

Tous les aspects négatifs du trauma portent en leur essence des aspects positifs extraordinaires.

Premièrement, il n’est « d’épreuve » vécue que nous puissions « surmonter ».

L’authenticité et la sincérité amènent à pouvoir affirmer les choses. Non pas à dénoncer le bourreau bien que ce soit nécessaire mais ça n’est pas le but de cette démarche. Ce qui compte en premier lieu, c’est de briser la loi du silence. D’abord vis-à-vis de soi-même afin de libérer tout le poison contenu dans ce genre de vécu. Si ça reste dans l’inconscient, c’est encore plus destructeur parce que la personne qui aura subi l’inceste ne saura pas définir la cause de son mal être profond et aura donc beaucoup de difficulté à guérir.

Beaucoup de bourreau abusent de bébés croyant être protégé puisque ceux-ci ne pourront pas dénoncer les faits. Or, tout ce qui est vécu s’imprime dans l’inconscient. D’autre part, la société reconnaît une âme à l’enfant depuis très peu de temps et encore pire concernant les bébés. Il n’en demeure pas moins que ce genre d’acte cause de profondes blessures qui sont souvent refoulées tant la souffrance est immense.

Le premier pas vers la libération est donc de nommer les choses. Là, il reste encore des difficultés puisque peu d’adulte sont capables d’entendre ce genre de choses qui bien souvent réveillent en eux quelque chose de vécu et refoulé. Ce trauma qui reste secret, se transmet de génération par un phénomène de reproduction très souvent inconscient. Beaucoup de mères nient les faits pour ne pas revivre ce qu’elles ont-elles mêmes subi.

En plus, ce genre de révélation les renvoie à la culpabilité de ne pas avoir su comprendre et protéger leur enfant. Elles doivent gérer beaucoup d’émotions négatives qui  bien souvent les poussent à nier.

La culpabilité et la trahison sont mises en évidence et le réflexe presque logique reste de se voiler la face. Il ne s’agit pas ici de dénoncer, d’accuser ou de victimiser mais de mettre les choses à plat afin d’envisager la question de façon neutre.

Zdzislaw BeksinskiPuisque nous choisissons notre vie au niveau de l’âme, tous les acteurs de ces drames ont l’occasion de guérir les blessures profondes de l’âme.

Il est difficile de chiffrer le nombre de cas d’inceste mais comme cet acte de domination et d’abus est le plus facile puisqu’il se vit dans l’intimité des foyers, on peu supposer qu’il est assez courant. Le contexte qui amène ce genre de comportement est bien souvent le même.

D’une part la reproduction, le cycle karmique et générationnel est en cause mais il semble aussi qu’il y ait des terrains propices à ce genre d’abus.

Une mère indépendante qui va travailler et qui doit confier ses enfants à d’autres personnes, des grands parents, des oncles et tantes, des nourrices, des crèches…

Un père qui est écrasé, dominé par sa femme ou par son patron. Un couple qui vit sa sexualité dans la culpabilité, la honte ou le sentiment d’impureté. En bref, toute situation qui amènera l’abuseur à se sentir dominé et qui aura besoin de se venger.

Tout ces comportements sont très souvent inconscients et répondent au besoin d’équilibre et d’estime de soi dont toute personne a besoin pour vivre.

Derrière tout cela, il y a la difficulté à prendre en charge ses propres émotions, le besoin de trouver la reconnaissance à l’extérieur de soi et l’ignorance de la souveraineté, de la possibilité pour tout être humain d’être autonome affectivement et dans tous les domaines.

Ceux qui ont la conviction d’être un humain divin peuvent considérer ce genre de comportement sous une perspective totalement nouvelle.

C’est en lisant les messages de Jeshua que j’ai pris conscience de ma vraie nature et que j’ai pu voir la pertinence du choix de mon âme. Même si j’ai longtemps refusé d’admettre que j’aurai pu moi-même faire subir ce genre d’abus dans une autre vie, j’en suis venue à me dire que si la vie est une expérience pour connaître le vrai sens de l’amour et que la notion de bien et de mal est totalement erronée, la culpabilité n’a donc pas lieu d’être. Cette perspective m’a permise d’envisager la question sous un angle neutre et de trouver les cadeaux derrière ces souffrances.

Depuis l’enfance, j’ai le fort sentiment d’avoir choisi ce parcours de vie pour une raison bien particulière. Il semble que ma mission soit premièrement d’apprendre à m’aimer inconditionnellement afin de pouvoir aimer de façon divine et de participer à la modification de la structure de la matrice de troisième dimension tant dans la relation à soi-même que dans celle du couple et finalement envers toute vie. Les termes ne sont peut-être pas tout à fait justes mais l’idée est celle-ci ; révolutionner les relations humaines jusqu’au cœur des foyers, de l’intimité. Il y a aussi derrière ça, la volonté de casser le cycle karmique familial et celui de réviser de fond en comble le sujet fort délicat et totalement faussé de la sexualité.

On ne peut envisager de relation de couple équilibrée basée sur l’interdépendance. Bien que l’on puisse « régler » son karma et celui de son partenaire par une relation amoureuse, nous sommes à une période de l’humanité où l’objectif étant d’amener les énergies de cinquième dimension sur cette terre afin d’instaurer l’âge d’or, celui-ci ne peut se faire dans l’inconscience. L’éveil consiste à sortir de l’inconscience.

Tant qu’on n’est pas en paix, en équilibre et dans l’harmonie intérieure, les relations humaines seront toujours bancales.

Le processus commence par s’éveiller à sa véritable nature, à reconnaître le divin en soi afin d’accueillir ses parts d’ombre sans crainte et sans lutter. Je vais publier le message de Jeshua que je lis actuellement et qui a certainement suscité celui-ci, transmis par Pamela Kribbe ; « Ceci vous concerne ».

Tout comme le message d’Adamu à propos de l’acceptation était un prélude à ce que j’écris aujourd’hui. Je dois dire que je n’aurais pas pu le faire avant puisque beaucoup de signes me montraient que mon enfance restait à guérir et que l’enfant intérieur vivait encore trop d’émotions douloureuses réveillées par ce trauma. Le fait d’avoir spontanément recherché dans google, des infos à propos de ce thème sans en avoir été affectée, m’indique qu’il est l’heure d’aborder le sujet de façon neutre et claire. De plus, ce constat m’amène à voir que la neutralité s’installe en moi et que l’équilibre des forces complémentaires est de plus en plus évident.

Nicholas RoerichComme je sais que le fait de prendre en charge ses blessures, libère de toute souffrance et de l’état de victime, je continue d’appliquer ce processus de guérison dans ma vie qui porte enfin ses fruits. L’autonomie affective et la recouvrance de sa souveraineté tout comme la mémoire de nos origines divines est à ce prix. La guérison définitive, l’amour inconditionnel de soi et la liberté en sont les cadeaux.

Quand on arrive à accepter ce qui est, notre cœur s’ouvre et notre conscience qui s’élargit nous permet de voir toute chose sous un nouveau jour, une perspective beaucoup plus large.

Il y a bien-sûr des moyens « humains » de guérir de ce genre de trauma mais ça reste des schémas de troisième dimension qui maintiennent dans le triangle victime, bourreau, sauveur. La dénonciation, le jugement qui est une forme de vengeance, ne remplacent pas le pardon bien qu’ils puissent procurer un soulagement, ça n’amène pas de guérison profonde et définitive.

Je peux en témoigner puisque j’ai toujours affirmé avoir été victime d’inceste sans que la souffrance ne disparaisse pour autant. Au contraire, je nourrissais la victime intérieure et ma vie me renvoyait cette croyance, créant sans cesse de situations où j’étais abusée.

Puis le pardon sincère a amené un immense soulagement puisque je sortais de l’emprise de mon bourreau, le laissant seul avec sa culpabilité. Tant qu’on ne pardonne pas, l’abuseur garde le pouvoir de nous dominer par la colère intérieure, le ressenti, la culpabilité. Tout ces sentiments nous pourrissent la vie et nourrissent en permanence la victime intérieure qui reste active. Comme notre âme et notre conscience sont aussi présentes, la culpabilité est de la partie puisque ces aspects de nous ravivent la mémoire de l’amour inconditionnel et il s’en suit un conflit intérieur. Parce que le pardon implique qu’il y ait victime, bourreau et sauveur, on ne sort toujours pas de la roue karmique.

On peut à ce stade, se croire maudit mais heureusement, notre présence divine nous permet de comprendre que la neutralité, l’acceptation et l’amour inconditionnel de soi, délivrent de tous fardeaux et permettent d’accéder à notre souveraineté.

Geneviève JostGuérir son enfant intérieur en le laissant exprimer toutes ces souffrances enfouies depuis des éons, libère de Tout. On peut alors aimer comme la source puisque l’énergie d’amour inconditionnel imprègne tous nos corps et le christ intérieur se révèle être la fusion de l’enfant et de l’ange intérieur, l’aspect divin et l’aspect humain.

Voici le lien du site dont je parle :

http://ados.discussionforyou.com/t41-L-inceste.htm

Connaître le sujet, le voir de façon objective permet de faire un premier pas vers la guérison qui commence par la reconnaissance des faits et la capacité de les nommer. Nous sommes soutenus par les énergies célestes et terrestres dans ce processus. Si vous lisez ce message, c’est que ceci vous concerne de près ou de loin et que vous êtes prêts à prendre en charge votre enfant intérieur. Même si vous n’avez pas vécu l’inceste, prendre soin de vos souffrances intérieures est un choix de l’âme nécessaire à l’élévation en cinquième dimension. On ne peut y amener des énergies lourdes, des bagages douloureux qui créent automatiquement un conflit intérieur qui se manifestera à l’extérieur. Or la cinquième dimension est celle de l’unité, de l’amour inconditionnel, de la liberté qui implique la responsabilité, de la fraternité, de l’équité, de la paix…

C’est parce que je considère que mon âme a choisi le contexte qui me permettrait de guérir ses blessures profondes, que je peux aujourd’hui la remercier. La délivrance est tout ce que je souhaitais et elle est là. Bien sûr, il faut aussi être patient dans le processus de libération mais quand on a la foi et que l’on arrive à chopper le réflexe d’aimer son enfant intérieur, ça devient facile. De plus nos anges, nos guides, les êtres de lumière dont on se sent proche, sont indéniablement là et nous soutiennent grandement.

Lydia FelizLydia Feliz.

Source originale (son blog)

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 Responses to Transcender ses souffrances pour s’élever en cinquième dimension

  1. CB dit :

    merci pour la bienveillance de ce message et la source qui le nourrit.
    les paroles de ce texte ont su apaiser ma colère dont je ne savais pas encore les raisons.
    je te remercie Le Passeur
    pour l’enfant qui est en moi
    à nous tous, je nous souhaite une belle continuation

  2. katerina dit :

    Chaque texte apporte une lumière , et celle de ce texte est belle .
    Le choix de mon ame a été très très judicieux .
    Nos ames ont choisi ces chemins pour etre aujourd hui ici .
    C est ce que je comprends , et cela vient de très loin me semble t il .
    Merci à tous et toutes , je trouve ici beaucoup de paix de sagesse et de sérénité .
    L amour s y exprime tellement , c est une grande joie pour moi de participer à ces grands changements ici et ailleurs .
    Merci Passeur .
    Katerina

  3. Machachouette dit :

    Merci Lydia, merci Passeur,

    la clé : le pardon…qui mène à l’Amour inconditionnel…

    Merci

  4. Relience dit :

    Bonsoir

    Les épreuves de la vie sont multiples.
    Les souffrances sont, d’après moi, des principes actif permettant d’accéder à des phases en soi-même, des opportunités d’en faire l’expérience, de réaliser chaque souhaits au moment où nous réalisons que nous sommes en fait, depuis le début, prêt à le vivre.
    Être en éveil c’est comme réaliser que tout est à sa place. Que pour accéder d’un point à un autre point il fallait vivre telle expérience. Son interprétation est ce qui diffère… Comment, le soi, en tant qu’observateur de ses émoi, ressentis, va-t-il réagir ? Sera-t-il capable de discerner, de prendre la juste distance ou plongera-t-il pas au fin fond de sa bulle rempli d’eau à s’en noyer ? Percer sa bulle consisterai à relativiser les choses en les voyant dans leur ensemble et ce qu’à fait Lydia au travers de sa rédaction autobiographique.
    Lorsque le soi commence à regarder les choses avec foi et conviction, son aura le guide plutôt que ses interprétation. Il est guidé et la petite voix qui transparaît au delà du visible est l’intuition qui te dit : écoute et exécute… Fais confiance, saisi tout et surtout respecte-toi. En faisant l’effort nécessaire pour s’aider à aller mieux, le divin, lorsque la foi est écouté, fait tout le reste du travail. Certain appellerais ça : « la bonne étoile »… Mais il n’en est en fait rien puisque la confiance est décupler lorsque l’innocence de l’être s’abandonne à son âme et tire les résolutions de chaque « erreur » comme une leçon (le son) à écouter avec modestie et estime de soi, reconnaissance et gratitude.
    Le pardon c’est facile à dire… Mais qu’est-il ?
    Je sens que le pardon est de ressentir en agissant dans les actes en adéquations avec l’appel profond de l’âme via le discernement, relativiser, ne pas laisser l’amertume consumer le corps et le cerveau, rebondir pour favoriser l’intégration de ce qui à été vécu par le ressenti. Les actes, comme le don, l’écoute, répondre, etc… Permet de rayonner dans une harmonie entre chaque actes et évènements car je n’oublis pas les synchronisités.

    Merci Passeur de ce texte de Lydia; il m’aide à mettre mes pensées en mots.

    Bonne soirée,
    Relience

  5. marie christine dit :

    Je crois que les souffrances de l’humanité sont presque toujours des histoires de viols : viol de territoire, viol de liberté, viol d’innocence, viol de pureté, viol de l’âme …
    La chute primordiale, en provoquant la séparation, donne le sentiment d’abandon, de non protection . Alors chacun se rassure à l’extérieur, principalement par 3 moyens : sexe, pouvoir, argent .
    En fait, se sentir en contact avec la Source, c’est sentir la Vie en soi . Si on ne le sent pas, on sent la Mort en soi, avec toute la peur, l’insécurité, la menace de danger que cela représente .
    Il y a quelques années, j’ai compris que le violeur d’enfants cherchait à absorber la candeur, la fraîcheur, la vie perdues en lui, pour s’en nourrir ; une sorte de résurrection commode . Et comme dans l’acte sexuel, il y a un fort échange de vibrations (surtout en cas d’émotion intense), le violeur prend la « vie » de l’autre et lui donne sa « mort » en échange . Ce qui expliquerait pourquoi les personnes violées se sentent sales et même coupables sans raison .
    La spiritualité est donc à l’évidence le seul remède .
    Mais qui dit spiritualité dit sincérité, et pas forcément église . La religion catholique entretient religieusement (on peut le dire) le culte de la mort . Le Christ n’en finit pas d’écarter les bras . Pourquoi ? Qui y trouve son intérêt ? En tout cas pas les enfants !
    Beau parcours de Lydia Feliz, courageux, ardu et plein d’amour .
    Des personnes comme elle, qui réussissent à transcender une grande souffrance, contribuent à élever le niveau vibratoire de la terre et en font profiter des centaines d’autres, pour qui ce sera un peu plus facile .

    • Chapeau bas, Marie-Chritine. Vous touchez là le centre des turpitudes de l’humanité. Des psychologues tels que W. Reich avaient eux aussi cerné le mal profond et en leur temps ont été d’une certaine façon éliminés, même si leur nom restait objet de prestige. Mon cher Proudhon aurait pu dire : « La propriété c’est le viol ». Je vous salue avec tout mon respect.

      • marie christine dit :

        D’accord avec vous, André .
        A partir du moment où nous vivons dans un corps physique, nous sommes en état permanent de survie .
        Mais la nature est abondante et il y en a assez pour tout le monde, dans un esprit de partage et de solidarité spontanés .
        Malheureusement, nous sommes tous élevés au biberon du sens de la propriété, et il ne va pas être facile à extirper !

    • Saam Enki dit :

      Je te rejoins Marie, ici en Afrique là où je suis né et je vis, des personnes âgées ( hommes et femmes) cherchent par tous les moyens à faire l’acte sexuel avec des gens plus jeunes voir des adolescents ou même plus jeunes. Pour cela ces personnes n’hésitent pas à convaincre leur (proie) avec de forte somme d’argent ou une promesse de biens matériels ou d’embauche etc…pour pouvoir les sucer, les vider de leur énergie vitale! moi je dis que c’est tout simplement du vampirisme!

    • Delta de la Lyre dit :

      Merci Marie-Christine pour ta constatation que mes oreilles ont bien entendue et retenue depuis le jour où tu l’as écrite :
      « Je crois que les souffrances de l’humanité sont presque toujours des histoires de viols : viol de territoire, viol de liberté, viol d’innocence, viol de pureté, viol de l’âme … »
      Je vais quand même la recopier car on a tendance à oublier facilement et cette simple phrase pourtant remet bien les idées en place lorsqu’on la lit !

      Bonheur

      Fred

  6. TAM dit :

    Merci à Toi Passeur pour ce texte qui met du miel sur les blessures….Comme l’écrit l’auteur : »On ne peut amener des énergies lourdes, des bagages douloureux qui créent un conflit à l’intérieur et qui se manifestera à l’extérieur » …..La 5eme D est celle de l’unité, de l’amour inconditionnel…. » Le monde étant notre miroir  » Nous n’avons le reflet que de ce que nous sommes » et donc de ce que nous avons à guérir et sortir en nous…..Si je ne me respecte pas les autres ne me respecterons pas, si je me fais violence les autres me feront violence….Si j’arrive enfin à me libérer de toutes mes souffrances ( et de celles que l’on me fait porter et qui ne m’appartiennent pas) Je serai libéré(e) et je m’aimerai….Et le monde extérieur sera ce que je suis….Lumière d’étoile

  7. Delta de la Lyre dit :

    Lydia a un aperçu vraiment Sage !

    Elle recense bien les maux en amont :

    « D’une part la reproduction, le cycle karmique et générationnel est en cause mais il semble aussi qu’il y ait des terrains propices à ce genre d’abus.
    Une mère indépendante qui va travailler et qui doit confier ses enfants à d’autres personnes, des grands parents, des oncles et tantes, des nourrices, des crèches…
    Un père qui est écrasé, dominé par sa femme ou par son patron. Un couple qui vit sa sexualité dans la culpabilité, la honte ou le sentiment d’impureté. En bref, toute situation qui amènera l’abuseur à se sentir dominé et qui aura besoin de se venger. »

    En numérologie l’inceste est détectable. Il y a donc bien une programmation d’avant la naissance.

    Ses conclusions et propositions sont vraiment belles. Le tout inspire le respect.

    A relire une seconde fois. A faire circuler également car son témoignage et ses conclusions sont réellement riches et vont apporter beaucoup à celles et ceux qui en prendront connaissance.

    Merci à Elle, ainsi qu’au Passeur.

  8. Soleil Bleu dit :

    Gloups ! J’ai écrit un long commentaire que mon ordi n’a pas voulu envoyer….comme ça lui arrive souvent. Alors je le synthétise en une phrase.
    Nous n’avons pas le pouvoir de s’accorder ou accorder le Pardon, Il éclot spontanément lorsque nous avons créé en amont les conditions favorables à son avénement, et s’accorde de lui-même à tout Être prêt à en accepter principe essence-ciel : Le Pardon de soi/Soi.

    Belle aprés-midi à toutes les lucioles.
    S.B

    • pierrot dit :

      J’aime quand c’est court et synthétique !

      • Soleil Bleu dit :

        Oui, j’a cru le comprendre Pierrot ☺
        Les limites du condensé néanmoins, c’est que cela apparait comme un axiome, donc établi pour tous et non discutable. Les religions sont friandes de ces raccourcis laminaires qui au final interdisent chaque Un d’avancer dans la connaissance, or le partage que nous nous offrons mutuellement ici est d’une autre nature.
        Mais bon ! en même temps que j’écris ça, l’évidence est là que nous n’échangeons jamais que de soi/Soi à soi/Soi, sur une réalité temporaire qui évolue elle-même d’instant présent en instant présent en même temps qu’on en fait l’expérience.
        Offert et partagé sous cet angle, alors oui, la moelle substantique d’un com court et direct a la saveur délicieuse d’une « vérité aléatoire temporelle » que je peux introduire dans l’univers que je crée si me prends le désir de goûter à ses effets.
        Ne rêve-t-on pas jamais que de soi ? 🙂

  9. spot dit :

    Oh non
    So don’t you bring me down today
    Alors ne m’accablez pas aujourd’hui

    No matter what we do
    Peu importe ce que nous faisons
    (No matter what we do)
    (Peu importe ce que nous faisons)
    No matter what we say
    Peu importe ce que nous disons
    (No matter what they say)
    (Peu importe ce qu’ils disent)
    We’re the song inside the tune
    Nous sommes la chanson à l’intérieur de l’air
    (Yeah, oh yeah)
    (Ouais, oh ouais)
    Full of beautiful mistakes
    Plein de belles erreurs
    And everywhere we go
    Et partout où nous allons
    (And everywhere we go)
    (Et partout où nous allons)
    The sun will always shine
    Le soleil brillera toujours
    (The sun will always, always, shine)
    (Le soleil brillera toujours, toujours)
    And tomorrow we might awake
    Et demain trouvera nous pourrons nous éveiller
    On the other side
    De l’autre côté
    ‘Cause we are beautiful no matter what they say
    Car nous sommes beaux peu importe ce qu’ils disent
    Yes, words won’t bring us down
    Oui, les mots ne nous abattront pas
    Oh no
    Oh non
    We are beautiful in every single way
    Nous sommes beaux de toute manière
    Yes, words can’t bring us down Oh no
    Oui, les mots ne peuvent pas nous abattre, oh, non
    So don’t you bring me down today
    Alors ne m’accablez pas aujourd’hui
    Oh, oh
    Oh, oh
    Don’t you bring me down today
    Ne m’accablez pas aujourd’hui
    Don’t you bring me down, oh
    Ne m’accablez pas aujourd’hui
    Today
    Aujourd’hui
    http://www.youtube.com/watch?v=eAfyFTzZDMM

  10. acacia dit :

    Je te remercie, Passeur, de nous transmettre le texte si magnifiquement constructif de Lydia…
    Voilà une femme capable d’ouvrir son cœur sans restriction au rôle divin qui a façonné son expérience de douleur… Elle en dit aujourd’hui « le choix d’incarnation de mon âme a été très, très judicieux ».
    Pas évident… Je veux dire pas « directement » évident.
    Oui il s’agit de parvenir, pour chacun, à la claire neutralité, au point zéro, à l’équilibre de toutes les forces en nous, à cette re-connaissance de l’âme, de la volonté de l’âme, dans les courants de nos vies.
    Il y a heureusement des moments où enfin, sans qu’on s’y attende mais c’est en fait le fruit du travail souterrain entrepris en amont, où enfin on bénéficie de soudaines lumières.
    J’ai reçu il y a quelques jours l’apport-surprise d’une telle lumière : je me tenais debout, mains ouvertes, et j’ai soudain reçu simultanément cinq faisceaux lumineux très exactement centrés dans la paume de chaque main, sur la fontanelle, et les derniers remontant par la plante de chaque pied…. Pshit, comme ça ! Etonnant… Et fabuleux de précision et de centrage ! Un bel afflux de Lumière crépitante…
    Le lendemain j’ai su que j’étais mûre pour un déménagement.
    J’ai déjà déménagé maintes fois, mais c’est la première fois que je crée un départ sans la moindre idée de l’endroit où je vais être amenée ni quand … Ça peut paraître curieux cette espèce de démarche à l’envers mais je sais que c’est pour moi la direction à suivre.
    Je range et je trie, en pensées et en actes, pour être prête au moment où le lieu qui m’attend sera accessible physiquement.
    Hier il m’est apparu que je devais opérer de la même manière en ce qui concerne le boulot. Créer le changement en esprit et en intention, lui donner vie et réalité.
    Parce qu’il y a urgence : je dois me rendre plus disponible pour mon enfant intérieur.
    Je ne lui consacre pas toute l’attention dont il a besoin, à cause de cette dispersion épuisante que provoque trop souvent mon emploi du temps.
    C’est une priorité, comme le serait la disponibilité qu’une mère doit avoir pour le petit dont elle est responsable.
    Et là je sens par un net appel de mon âme que cet enfant réclame sa re-connaissance.
    Il a à me dire le pourquoi de ma présence, car j’ai besoin de savoir aujourd’hui le sens précis, du moins en ce moment de ma vie, de cette incarnation-ci.
    Tous ces petits morceaux épars en moi et qui se regroupent maintenant et forment peu à peu un ensemble dans lequel je me re-trouve… c’est ce que je vis.
    Les propos récemment tenus ici par Marie-Christine et d’autres sur le sujet de l’intention ont fait en moi leur chemin, et je les remercie pour leurs interventions. Là-dessus le coup des faisceaux d’énergies de Lumière. Sitôt après la foi sans faille en ma capacité à créer délibérément et matériellement une nouvelle étape. Et l’accompagnement devenu journalier de présences d’Amour dont la seule évocation me parcourt le corps de frissons brûlants et doux… quelle gratitude je peux témoigner à ces êtres de Lumière … !
    Je suis aidée sur Le Chemin, nous sommes tous aidés sur Le Chemin…
    Lorsque je serai parvenue à me stabiliser sur des fréquences aussi élevées que celles où vivent ces anges qui nous accompagnent je pourrai devenir à mon tour un ange pour les autres.
    C’est vous dire si je m’applique 🙂 !
    A toutes les âmes présentes une très belle journée de Lumière et d’Amour

    • Delta de la Lyre dit :

      Nous sommes vraiment heureux pour toi Acacia.
      Je ne sais pas comment m’exprimer, mais si j’avais une seule chose à te dire c’est de ne pas perdre le fil, reste centré sur ce bel élan. Avant que je ne change tout dans ma vie, il est vrai que j’y fus énormément aidé, j’aurai très bien pu ne pas franchir le pas tout simplement par paresse et inattention, or de tels signes apparurent + une synchronicité d’évènements + une bien grande aide tant sur le plan physique que sur des plans non physiques que je ne pus faire autrement que de franchir le pas. Lorsqu’il y a des « fenêtres de tir » il faut les utiliser. Si l’on ne change pas alors qu’on y est convié (ou qu’on se l’était programmé longtemps avant) je suppose alors qu’à moyen terme par exemple des maladies peuvent facilement s’installer dans le corps et surtout on passe à côté de ce qui nous correspond donc on s’éloigne de notre avancement ou de notre retour à nous-mêmes.

      Ceux des mains je ne sais pas, mais les rayons aux pieds et à la fontanelle laisse penser à une belle reliance Terre Soleil ! …. et Toi : tu es entre !

      Voici un entretien d’une qualité exceptionnelle concernant la reliance incroyable entre l’être humain et le dauphin, Lilou Macé donnant la parole à Frédérique Pichard. Mieux que de la vitamine C, un vrai regain ! Ceux ayant le bleues vont vite le perdre !
      http://www.lateledelilou.com/Les-dauphins-leurs-messages-a-l-homme-Frederique-Pichard_a1099.html

      L’air de rien des clefs non négligeables sont distillées par les propos que le chamane amérindien Ernesto Ortiz délivre à Lilou Macé à Lyon. Très riche ! … en l’occurrence : « que se cache-t-il derrière le cœur ? »

      http://www.lateledelilou.com/Conseils-sur-la-lecture-des-archives-akashiques-et-comment-y-acceder-partie-1-Ernesto-Ortiz_a1154.html

      http://www.lateledelilou.com/partie-2-Qu-est-ce-qui-se-cache-au-fond-de-votre-coeur-Ernesto-Ortiz_a1157.html

      Je te souhaite plein de belles et bonnes choses, ton chemin est beau, ne lâche pas le cap !
      Bonheur à Toutes et à Tous

      • marie christine dit :

        En effet, je me joins à Fred et ses sages conseils pour te souhaiter un joyeux grand chambardement, Acacia .
        Peut-être ne seras-tu plus citadine …
        En tout cas, le signe infaillible, c’est une espèce d’impératif intérieur . On ne doute pas, on n’hésite pas . Il peut y avoir des obstacles mais on fera tout pour les surmonter parce qu’il y a cette certitude infaillible que c’est LA chose à faire, point .
        Tiens-nous au courant !
        Je t’embrasse .

        • acacia dit :

          Coucou Marie-Christine
          Je viens d’envoyer ma réponse à Delta-Fred et je découvre ton mot.
          J’aime beaucoup « le grand chambardement », je trouve ça extrêmement tonique !
          Et, oui, tu dis vrai, c’est bien d’un impératif qu’il s’agit.
          Effectivement je ne serai plus citadine, mais d’ici là Pierrot aura trouvé l’élixir de paix qui aura rétabli la meilleure entente du monde entre fourmis et humains, et tout sera là aussi dans un ordre et un équilibre parfaits !
          Bisou !

      • acacia dit :

        Cher Delta
        Je te remercie de ta bienveillance et de tes encouragements à ne pas perdre le cap.
        Il s’agit effectivement de rester activement centré, et je n’imagine pas que quoique ce soit advienne sans ma participation de chaque instant… et la Foi.
        En fait je ne me sens pas tellement « conviée » à changer que « convoquée à la table du changement ». Ce n’est même plus une invitation c’est une exigence.
        Je me disais récemment que puisque j’ai déjà su faire cet incroyable saut dans l’inconnu que constitue une venue sur terre j’avais en moi la capacité de refaire un autre saut pour un autre inconnu.
        Merci pour les liens.
        Les dauphins… les dauphins sont des guides participant à l’Eveil de l’Etre dans sa dimension sacrée et divine, ils sont des esprits de la Joie et de l’Amour… Comme beaucoup j’adorerais nager avec des dauphins ! Mais sans doute peut-on se relier à eux, de loin, par le biais de fréquences adaptées… ce que je n’ai pas encore appris à faire.
        Ernesto Oriz transmet une connaissance qu’il tire des annales akashiques. En résumé « l’Esprit me donne ce dont j’ai besoin », « si je rencontre des résistances c’est que les énergies de La Vie ne vont pas dans le sens que je suis (suivre). », « créer sa vie c’est re-écrire le scénario, comme un metteur en scène », « le nettoyage nécessaire à tout avancement vers l’Eveil se fait dans (ce qu’il nomme) l’arrière du cœur, la cave et le grenier ».
        Eh oui, tout ça… mais « tout ça » se fait peu à peu, parfois très vite parfois moins vite, et quand j’observe la marche déjà accomplie ça m’encourage drôlement à aller encore de l’avant. M’immobiliser maintenant serait un joli gâchis tout à fait mortifère.
        Pour toi, pour tous, une belle nuit d’étoiles et de Paix

  11. pierrot dit :

    Tout est parfait dans l’unité.
    L’imperfection vient de notre croyance en la séparation du tout.

  12. Taoufiq dit :

    Magnifique texte, merci Lydia Feliz et merci Passeur d’avoir transmis.

    J’ai lu la paix intérieure de Lydia,
    la justesse de ses propos,
    comme un fleuve limpide qui coule,
    sans jugements, ni violence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *