Les dernières transformations du feu

Nicholas RoerichPar Bertrand Duhaime.

Les dernières transformations du feu : phase de ravages ou de purification ?

Constat des fluctuations énergétiques, cliché du 28 juillet 2013.

Depuis le 26 juillet, ce qui se poursuivra jusqu’au 12 août, vous traversez le Portail du Lion qui, au terme d’ajustements aussi insécurisants qu’épuisants, vous permettra de vous embraser et de vous sentir véritablement vivants comme vous ne vous êtes jamais sentis depuis votre naissance. Mais, d’ici là, dans votre crise de croissance et d’expansion, vous pourriez connaître des états perturbants de dichotomie entre la version illusoire de votre ancienne réalité et celle, tellement plus réelle, de votre Réalité cosmique, ce qui pourrait vous induire dans des états émotionnels surgissant comme de nulle part, et s’accompagner de symptômes divers, pas toujours agréables, mais plutôt différents pour chacun, selon la position qu’il occupe dans la Spirale cosmique. Mais l’émotivité et les palpitations cardiaques devraient signaler un nouveau mode de socialisation qui implique jusqu’à votre matière.

À partir de maintenant, certains jours, dans cette phase douloureuse ou déstabilisante, mais transitoire, vous pourriez en venir à croire que vos aspirations les plus profondes n’ont jamais tenu d’autre réalité que celle de vains fantasmes, ce qui ne parviendra jamais, pour autant, à vous faire perdre complètement espoir puisque, dans le secret de votre cœur, vous sentez une autre réalité, plus prometteuse, se confirmer, s’approcher.

Cette phase évolutive signale que le temps est venu pour chacun de permettre à son Centre divin de devenir l’autorité absolue dans sa vie, de le prendre en charge et de le mener, par la voie du cœur, dans son Retour à la Maison du Père-Mère. C’est de cette manière que vous parviendrez à réaliser que vous êtes un Esprit divin qui vit dans un corps, un Temple de Lumière divine. Déjà, vous pouvez constater que, dans une intensité accrue, vous complétez l’œuvre de nettoyage et de purification des réalités désuètes et stériles, particulièrement dans le domaine émotionnel, ce qui vous permet de vous sentir, un peu déconcertés, comme tout autre, comme un être tout neuf.

Toute transformation accélérée implique sa part de complications et d’incompréhensions. C’est un peu comme si vous sortiez tous vos tapis à l’extérieur pour découvrir ce que vous pouvez avoir choisi de cacher dessous, à un moment où l’autre de votre long passé, mais surtout pour bien les battre, pour les nettoyer, ce que vous ne pouvez faire sans remplir l’air qui vous entoure d’un nuage de poussière plus ou moins étouffante, selon leur degré de saleté.

À travers un certain brouillard, résultat du dernier ébranlement de vos fondations, vous devez vous former une image puissante de Qui vous êtes, un Être de Lumière, pendant que vous achevez de vous libérer du paradigme du vieux monde et que vous vous insérez davantage dans la trame du Monde nouveau. Abandonnés à la Lumière divine, vous devez laisser ce travail de purification se poursuivre jusqu’à ce que vous soyez complètement libérés des vestiges des anciens modes de pensée et de ressenti, ce qui doit s’accomplir jusqu’au plus profond de votre inconscient et de vos cellules physiques.

Pour l’heure, chacun est engagé sur la Voie du Retour à la pureté originelle de sa Source divine qui vibre dans l’Absolu. À vrai dire, tout est déjà accompli pour rendre possible la vision du Paradis, sauf qu’il vous reste à en attester au sein de votre densité. Le Paradis terrestre ne représente-t-il pas la fusion du Ciel et de la Terre?

Actuellement, par moments, vous sentez fatigués et démotivés, mais, la plupart du temps, vous vous percevez plutôt comme le génie de l’une ou de l’autre de ces fables arabes, soit comme un être rempli de pouvoir qui viendrait tout juste de sortir de sa bouteille, mais qui ne sait pas trop comment s’en servir ou en quoi l’investir. C’est-à-dire que vous avez l’impression de vous libérer de plus en plus des limitations et des entraves sans pour autant parvenir à oublier que, au fond de la bouteille, se meurent les anciennes parties de vous-mêmes pendant que d’autres, prises dans son goulot, vous amènent encore à éprouver de la souffrance et à passer à travers de fortes émotions. C’est ce qui explique que, certains jours, des bouffées d’émotions vous restent prises dans la gorge.

Voytek NowakowskiDans la présente phase plus ou moins périlleuse, qui pourrait s’étirer sur quelques mois et s’accompagner, en nouvelles semonces, de désastres naturels, d’accidents étranges, de drames collectifs et d’actes de débilité d’une violence et d’une aberration incomparables, vous gagneriez à vous maintenir dans votre Centre sacré, concentrés sur votre But ultime, pour vous rappeler que, quoi qu’il arrive, tout se démontre infiniment bienfaisant et évolutif.

Cela implique évidemment que vous appreniez à vous aimer tels que vous êtes, dégagés du regard d‘autrui et de toute autorité extérieure, en vous rappelant que vous représentez bien davantage que ce que les apparences permettent de réaliser. Comme vous avez choisi de vivre à la présente période, il importe que, par la qualité de vos vibrations, malgré les aléas du quotidien, vous restiez un facteur de changement afin de produire la différence qui permettra au monde de se libérer plus rapidement de rets de la dualité et de ses dernières velléités matérialisantes.

Actuellement, à travers le chaos apparent, vous devez faire preuve d’une adaptabilité sans précédent, ce qui vous appelle à cultiver la souplesse par un état constant de neutralité et de renoncement afin de poursuivre votre ascension, à la manière que vous suggère votre cœur, tout en restant solidement ancrés dans la Terre. Il importe que vous mainteniez en tout temps un état de sérénité joyeuse ou de joie sereine et que vous gardiez le cœur ouvert, ce qui représente le plus beau présent que vous puissiez faire à l’humanité, dont tant de membres pourraient connaître des moments difficiles. Car, désormais, lorsque la Causalité empoigne un être, pour lui faire réaliser ses choix inconséquents dans le miroir de la Vie, elle ne lâche plus qu’il ait fait la bonne prise de conscience.

Pour certains d’entre vous, la présente phase devient si intense en tristesse que, parfois, vous avez l’impression d’avoir plongé dans un trou noir dont vous pourriez avoir du mal à vous tirer. D’autres sentent plutôt monter en eux des accès de forte colère, aussi soudains que brefs, mais qui leur ressemblent si peu, qu’ils commencent à se demander s’ils ne seraient pas psychiquement un peu déséquilibrés, en danger de sombrer dans la névrose ou la psychose ou au risque de retarder leur évolution. Votre psychisme, mais encore plus votre corps, ne sont pas habitués à recevoir des vagues d’énergie récurrentes aussi puissantes que celles qui vous atteignent présentement, ce qui vous tire souvent, dans l’étonnement le plus complet, des moments de douceur et d’harmonie, de plus en plus fréquents, que vous vivez.

Il est vrai que le fait que de nombreuses activités continuent de solliciter constamment votre attention, sans pouvoir en compléter une avant qu’une autre, bien que courte, ne s’impose par son urgence, ne vous aide pas, vous empêchant de prendre le repos qui semblerait s’imposer. Pourtant, vous finissez toujours par trouver l’énergie ou par découvrir une nouvelle manière de vous y prendre qui vous permet généralement d’atteindre vos objectifs. N’empêche que, par moments, vous avez l’impression de pouvoir atteindre un point de rupture tellement les diverses situations vous maintiennent dans la surcharge et la surtension, surtout avec ce retour d’anciens ennemis déguisés qui ne se pointent de nouveau dans votre vie que pour reprendre leur petit jeu de vous compliquer de nouveau l’existence par leurs manigances et leurs intrigues.

En fait, les événements servent à vous induire dans des situations extrêmes qui permettent d’interrompre le contact de vos vieilles synapses fragmentées, comme si elles permettaient de les brûler, ce qui vous permet de renaître dans un état différent. Ainsi, votre quotidien ne manque pas d’expériences qui, de toute évidence, vous amènent à approfondir vos émotions. Même lorsque vous en avez terminé d’une crise d’émotivité, parce que les circonstances qui l’entretenaient ont disparu, dans le registre de la sensibilité, vous conservez de la profondeur, comme si cette réalité était devenue un élément de la texture de votre être. Comme phénomène, cette expérience ressemble assez à un territoire qui a été inondé et qui, même après le retrait des eaux, conserve la marque indélébile du changement qui s’y est produit.

Désormais, vous constatez que les nombreuses tempêtes intimes que vous avez essuyées au cours des plus récentes années, qui vous ont tant perturbés lors de leur passage, ne représentaient que des jeux d’enfant par rapport à ce qui se prépare.

Avec ce qui vient, certains jours vous ne pourrez que vous demandez si vous êtes éveillés, plutôt qu’en train de faire un cauchemar, ne sachant trop si vous devez gémir ou vous réjouir.

Un pareil désarroi peut s’ajouter au fait que, déjà, le travail particulier que vous effectuez au cours de certaines nuits, pendant votre sommeil, peut devenir si exigeant que vous vous réveillez complètement à plat et que, au matin, vous retrouvez difficilement l’énergie pour vous tirer du lit et passer aux tâches qui vous attendent. Pourtant, la nuit d’après, vous pouvez si bien dormir et reposer que, pour avoir refait le plein d’énergie et réparé votre corps, autant que votre psychisme, vous effacez toute trace d’une pareille accumulation de fatigue.

dragon02Cependant, alors, le fait de pouvoir vous dire que tout finit toujours par se passer à merveille ne revient pas à dire que tout est resté comme auparavant. Jour après jour, maintenus dans le feu de la purification, vous subissez le traitement spirituel qui permet de brûler les reliquats de vos diverses phases d’expériences sur la planète, alors que vous vous y retrouviez en état de service commandé, et qui ont souvent pris l’apparence d’ordures, ce qui vous facilite le choix de vous en départir, tout en vous aidant à vous préparer, comme le Phénix légendaire, à prendre votre envol à la manière d’une flèche tirée vers le Soleil.

Au cours des prochaines semaines, vous devriez pouvoir commencer à battre des ailes, pour vous libérer des derniers tisons dont vous êtes recouverts, dans votre auto-combustion, avant de les déployer tout grandes, ce qui vous permettra de leur découvrir une envergure insoupçonnée. Dès lors, dans un regain de courage, de confiance et d’amour, vous devriez pouvoir prendre votre envol pour vous élever dans une Vérité sans cesse grandissante. Alors, préparez-vous à vous tirer du feu, à déployer vos ailes et à entreprendre le plus grand envol de votre histoire vers la Maison originelle.

À chaque moment, sur la Voie de l’Évolution, chacun reçoit ce qui lui revient, conformément au projet de son âme, déterminé par son Esprit divin, alors qu’il ne cesse de rétablir sa reconnexion à la Source unique. C’est par son positionnement intime que chacun peut déterminer la vitesse de sa réalisation et la facilité de son parcours, d’où il importe que vous évitiez la tension et la résistance. Désormais, par un étrange paradoxe, ce n’est que dans un abandon complet et inconditionnel à la Lumière divine que vous pouvez obtenir ce que vous espérez. Aussi gagneriez-vous à vous soumettre à la prise en charge de la Lumière unique.

Enfin, le moment est vraiment venu où chaque être humain peut redevenir, en s’éveillant, un être pleinement conscient, capable de réaliser qu’il ne fait qu’un avec l’Absolu et avec toutes les créatures, ce qui requiert l’abandon complet des anciennes conceptions, surtout des anciennes habitudes de jugement et de ressenti, de même que des sentiments de culpabilités, du mépris de soi, des peurs inutiles, des doutes stériles.

Dans ces circonstances, vous devriez vous abstenir de juger de la qualité de l’un de vos semblables ou de la voie qu’il suit parce que vous ne pouvez obtenir aucune idée des raisons pour lesquelles il a choisi de la suivre ni de la destination où elle peut le mener, puisque, comme vous, il l’a déterminée avec beaucoup de soin avant de s’incarner, à la lumière de son âme, pour l’adapter à ses propres besoins évolutifs, dans un système où l’Absolu à choisi de connaître tout ce Qu’il est, dans tous les registres positifs et négatifs de son Être infini. Cela ne devrait-il pas inviter chacun à vivre et à laisser vivre, à la manière de son Créateur, sans jugements, sans attaches et sans attente de résultats précis?

Chacun a reçu la vie afin qu’il parvienne à se connaître, à s’aimer et à s’accomplir, ce qui implique qu’il en vienne à aimer et à bénir toutes les autres formes de vie, en évitant de se les approprier, de les asservir, de les domestiquer, de les manipuler, de les exploiter, de les dominer. Un être n’est libre que dans la mesure de son degré d’éveil ou d’ouverture de conscience, ce qu’il réalise en apprenant à se connaître, en récupérant sa propre liberté et en exerçant sa propre souveraineté et en accordant en tout temps le même privilège à autrui. En cela, il n’acquiert la Sagesse qu’au rythme de son ouverture à la vie, plutôt qu’aux activités de la survie, car seul l’idéal le plus élevé amène à échapper aux limitations et aux illusions et à entrer dans la plénitude.

Bertrand Duhaime© 2013 Bertrand Duhaime (Douraganandâ). Tous droits réservés. Toute reproduction strictement interdite pour tous les pays du monde. Ou emprunté, avec permission de l’auteur, à https://www.facebook.com/bertrand.duhaime.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

229 Responses to Les dernières transformations du feu

  1. marie christine dit :

    « … Et quand le chercheur aura eu une première ouverture décisive sur le haut, qu’il aura vu la Lumière, il sentira presque simultanément un coup de boutoir en bas, comme si quelqu’un en lui avait mal ; il saura alors ce que Sri Aurobindo entendait par « cette obscurité blessée qui proteste contre la lumière » . Et il aura appris sa première leçon : on ne peut pas faire un pas en haut sans faire un pas en bas .
    Au lieu de prendre ces incurvations brutales comme une sorte de fatalité, le chercheur en fera la base de son travail . Ce double mouvement d’ascension et de descente constitue le processus fondamental : « A chaque hauteur conquise, nous devons revenir sur nos pas pour faire descendre l’illumination et le pouvoir nouveaux dans le mouvement mortel d’en bas », c’est à ce prix seulement que la vie se transforme, sinon nous restons à poétiser et à spiritualiser sur les sommets, tandis qu’en dessous la vieille vie cahote .
    … Tout se passe comme si l’on introduisait brutalement un excès d’oxygène dans les bas-fonds : quelques murènes et barbillons divers se débattent anxieusement ou même éclatent . C’est un étrange renversement de conscience, comme si l’on passait d’une chambre illuminée à la même chambre obscure, d’une chambre joyeuse à la même chambre douloureuse – tout est semblable et tout est changé .
    Comme si c’était la même force, la même intensité vibratoire – peut-être même une vibration identique – mais affectée soudain d’un coefficient négatif . On perçoit alors, presque à la trace, comment l’amour se change en haine et le pur en l’impur – tout est le même, mais à l’envers .
    … Après avoir vécu assez longtemps entre deux crises, nous finirons par nous apercevoir d’une méthode dans l’action de la Force, et que chaque fois que nous semblons quitter la courbe ascendante, ou même perdre une réalisation acquise, c’est pour retrouver au bout la même réalisation, mais à un degré immédiatement au-dessus, élargie, enrichie de tout le reste de notre domaine qui, par notre « chute » précisément, est venu s’intégrer dans la lumière nouvelle -si nous n’étions pas « tombés », ce bas ne serait jamais venu s’adjoindre à notre haut .
    Peut-être, collectivement, est-ce un processus identique qui amenait la chute d’Athènes afin que d’anciens barbares, eux aussi, pussent un jour comprendre Platon . »….
    (Satprem : »L’aventure de la conscience)

    • graffitique dit :

      Merci Marie-Christine 🙂
      Je ne connaissais pas ce texte de Satprem, et j’y souscris entièrement.
      Il y a cependant une chose qu’il ne dit pas…
      Mais désormais, et puisqu’il s’agit d’une « pensée induite » elle semble inéluctablement sur le point d’apparaître, conditionnellement.
      Marie-Anne, je songeais ce matin à replacer le lien de Pamela Kribbe, en réponse à Athos, ou à Katerina. Puis je me suis dit que ça viendrait bien au bon moment.
      Merci de l’avoir fait 🙂
      En échange, je replace ici un petit quelque chose d’insignifiant :

      « L’univers n’est pas un système de lecture, c’est un système d’écriture »
      (Wladimir Stevanovitch – cité par Franck Hatem)

      • katerina dit :

        Marie Christine ,

        Ainsi qu à Graffitique , Alain Thomas ,
        Mon hypersensibilité a été transmutée .
        J avais lu le texte de Pamela Kribbe , merci Graffitique , c est vrai que cela m avait aidé .
        Est ce que les anciens barbares pourront un jour comprendre Platon ?
        Et est ce que la sagesse touchera un jour l homme ordinaire ?
        Marie Christine c est réellement la question que je me pose et elle est fondamentale aujourd hui pour moi .
        Sans doute vivons nous en ce moment pour aider cette transformation , je n ai pas la réponse .
        Graffitique , tu écris que cela semble inéluctablement sur le point d apparaitre .
        Chercher une réponse est ce déjà entrevoir la solution .
        Affectueusement
        Katerina

        • marie christine dit :

          Bonjour Graffitique, Marie-Anne, Katarina,
          Je crois que nous sommes tous dans l’interrogation . On peut seulement avoir quelques pistes …
          Je dirais que certains anciens barbares ont déjà compris Platon (mais on ne les connaît pas …) .
          On peut dire aussi que quelques éclaireurs tirent l’humanité en avant et que de plus en plus de gens s’éveillent à la spiritualité (en dehors des religions). Ce qui nous rapproche du fameux nombre décisif qui provoquera le basculement .
          Il est dit que l’humanité ne pourra se transformer que toute entière, jusqu’au dernier barbare .
          Et je pense que pour cela, cette époque d’insécurité que tout le monde ressent permet justement une plus grande réceptivité, même de la part des plus récalcitrants . Car l’insécurité rend plus réceptif donc plus malléable . Pleins de doutes, ils seront plus facilement entraînés dans le courant ascendant propulsé par ceux qui savent où ils vont, confiants et guidés .
          Nous sentons que nous sommes dans une époque de transition, mais cette transition peut durer plus ou moins longtemps . A mon avis, il reste encore beaucoup à nettoyer au niveau individuel et collectif . C’est pourquoi il ne faut pas céder la place à l’impatience ni trop prendre au sérieux les canalisations de toutes sortes qui nous disent que c’est pour demain . Il vaut mieux se focaliser sur ses progrès personnels, qui auront toujours une répercussion élargie . Je sais aussi que le temps s’accélère, donc logiquement, le nettoyage peut se faire de plus en plus rapidement, et surtout nous savons de mieux en mieux comment nous y prendre . Mais parallèlement, il y a des défis nouveaux, des situations inédites auxquelles nous devons faire face … parce que nous sommes mis à nu devant nous-mêmes, le vrai nous, sans voile, et que nous sommes poussés à agir comme nous ne l’avions jamais fait derrière le voile . On s’était forgé une image qui était fausse, ou plutôt incomplète, faite d’habitudes comme un fait acquis sans remises en questions . On avait fini par croire que c’était nous, point . Et, par commodité, on avait accepté nos incapacités comme des choses auxquelles on ne peut rien changer ; par une certaine lâcheté et une certaine paresse, il faut bien le reconnaître .
          Mais le voile, quand il se soulève, nous oblige à nous regarder autrement . Il nous oblige à regarder notre propre lumière, non plus comme un potentiel plus ou moins lointain, virtuel, mais comme une réalité qui a ses exigences . Il faut désormais assumer l’être qui se découvre . Il faut en prendre la pleine responsabilité . On ne peut plus se cacher derrière des prétextes . Alors ça peut faire peur dans un premier temps : la peur du vaste, de l’infini, de l’éternel .
          Après avoir vécu enfermés dans une coquille, « protégés » dans un cocon, en sécurité dans une cage, se retrouver projeté en pleine liberté, c’est angoissant, c’est l’inconnu, ça demande un temps d’adaptation ! Et que faire de cette liberté sans balustrades où s’appuyer ? Il faut désormais changer toute sa manière de voir et d’agir et de sentir . On flotte dans l’espace sans repères et il n’y a plus qu’une solution : s’en remettre entièrement à l’intuition, aux guides invisibles, à Dieu . Pas d’autres sortie possible !

          • Margelle dit :

            Marie Christine !! 🙂

          • marie christine dit :

            Je dois faire une petite rectification : ce n’est pas LE voile mais un pan du voile qui se soulève . A chaque fois, on a l’impression que c’est le voile tout entier !

          • katerina dit :

            Marie Christine ,

            Je crois que notre cheminement doit d abord se faire de façon individuelle . Rien de nouveau d ailleurs , mais je continue sur cette voie .
            Mon expérience personnelle m a fait passer d un stade de dépouillement total pour une re constitution . Ce temps où je me sentais vulnérable est loin . Il reste cependant encore à travailler , à faire des efforts , et meme si des éclaireurs ont et ouvrent le chemin , je sens que beaucoup reste à faire et que cela est notre responsabilité en tant qu etre unique .
            Cette période est aussi unique .
            S en remettre à Dieu , au soleil , à la terre , et à nous meme est essentiel .
            Je n en dis pas plus car tu dis dans ce message l essentiel et je t en remercie .
            Affectueusement
            katerina

    • Marie-Anne dit :

      Excellent texte, Marie-Christine; merci de l’avoir retransmis ici. 🙂
      A lire et à relire!

      Graffitique, 🙂 on dit que les grands esprits se rencontrent, non? Enfin la preuve sur le site du Passeur! 🙂
      (Et je me sens tout à fait en accord avec la citation de Stevanovitch, merci à toi aussi).

      • katerina dit :

        Marie Anne ,

        Il y a effectivement sur le site du Passeur quelque chose en plus , qui a fait que nous y sommes .
        Un quelque chose ou des quelque choses qui font que nous nous sommes reconnus .

        Amitiés
        Katerina

    • François dit :

      Coucou Marie-Christine, 🙂

      « Et il aura appris sa première leçon : on ne peut pas faire un pas en haut sans faire un pas en bas »
      Comme dit si bien Marie-Anne, à lire et relire et je rajouterais ‘ à expérimenter en conscience’ car il y a là une clé fondamentale à intégrer afin d’éviter la houle quelques fois désagréable quand la vague se met à redescendre … merci donc et gros becs 🙂
      Merci Graffitique, cette phrase de Wladimir Stevanovitch est excellente ! 🙂

      • marie christine dit :

        Oui François, sans parler du « double mauvais » :
        « Un individu qui a de grandes capacités pour le travail; dit Sri Aurobindo, a toujours ou presque toujours (peut-être ne doit-on pas faire de règles universelles trop rigides en ce domaine) un être qui lui est attaché, ressemblant parfois à une partie de lui-même, et qui est exactement la contradiction de ce qu’il représente centralement dans le travail à faire . Ou, si cet être n’est pas là dès le début, pas encore attaché à sa personnalité, une force de ce genre entre dans son atmosphère dès qu’il se met au travail pour réaliser . Sa tâche semble être de créer des oppositions, des conditions mauvaises, de faire faire des faux-pas ; bref, de mettre devant nous tout le problème du travail que nous avons entrepris . Il semblerait dans l’économie occulte du monde, que le problème ne peut être résolu sans que l’instrument prédestiné fasse sienne la difficulté . Ceci expliquerait bien des choses qui semblent déconcertantes à la surface . »

        La Mère souligne le même phénomène dans ses entretiens avec les disciples :
        « Quand vous représentez la possibilité d’une victoire, vous avez toujours en vous la chose opposée à cette victoire, qui est votre tourment perpétuel . Quand vous voyez une ombre très noire quelque part, quelque chose qui est vraiment pénible, vous pouvez être sûr que vous avez en vous la possibilité de la lumière correspondante .
        Et elle ajoute ceci : Vous avez un but spécial, une mission spéciale, une réalisation spéciale qui vous est propre, et vous portez en vous tous les obstacles nécessaires pour que cette réalisation soit parfaite . Toujours vous trouverez qu’au dedans de vous l’ombre et la lumière vont de pair : vous avez une capacité, vous avez aussi la négation de cette capacité . Mais si vous découvrez une ombre très épaisse et très profonde, soyez sûr, quelque part en vous, d’une grande lumière . A vous de savoir utiliser l’une pour réaliser l’autre . »

        • katerina dit :

          Merci Marie Christine , cela va dans le sens de mes réflexions .
          Pas facile à intégrer , mais d une telle ampleur .
          Katerina

        • alain thomas dit :

          Oui marie, je ressens les choses comme cela. C’est le principe de la polarité 🙂

        • Margelle dit :

          Cela correspond si bien à là où mes pas m’ont portée.. Pas toujours facile à vivre et qui demande un grand détachement et un grand déconditionnement de toutes les valeurs antérieures et environnantes… cela demande de se réclamer d’une réalité dont j’étais plutôt inconsciente au départ, mais qui se découvre, s’impose et se reconnaît à ma conscience de plus en plus précisément… de plus en plus lucidement… Merci pour ce texte..

        • François dit :

          Marie-Christine…. ♥

          • marie christine dit :

            Les amis, je vois que nous sentons tous la même chose …
            Pour ma part, je commence à m’interroger sur cette dernière phrase : « A vous de savoir utiliser l’une (l’ombre) pour réaliser l’autre (la lumière) . »
            Tout un programme !
            Si quelqu’un a des exemples de vécu dans ce domaine, je suis preneuse .
            Comment utiliser l’ombre ? Cela ne signifie-t-il pas qu’il faut d’abord savoir la détecter, la connaître et la maîtriser pour ensuite éventuellement s’en servir ?
            Ah, je commence à voir …!
            Une colère, une révolte, un désespoir, une rancune conscients d’eux-mêmes peuvent produire l’élan nécessaire pour un acte de courage, de bravoure, d’héroïsme ; ensuite ils retombent (ou disparaissent) parce qu’on a accompli la tâche à accomplir .
            Les mêmes sentiments, inconscients d’eux-mêmes, c’est-à-dire lorsqu’on est aveuglé et submergé par l’émotivité, nous font faire les pires désastres, ce qui en plus a pour résultat de multiplier l’émotivité et renforcer l’ombre .
            Et pourtant, au départ, c’est exactement la même ombre …

            • alain thomas dit :

              Entrer dans l’ombre, la vivre… avec la bonne intention.
              Je ne pense pas qu’il faille la maîtriser car il y a encore cette notion de rapport de forces.
              La reconnaître pour ce qu’elle est, prendre le recul pour le discernement tout en rentrant dedans et l’intégrer dans sa propre lumière.
              Ce sont des mots bien sûr mais nous trouvons cela dans certaines situations de vie, chacun peut l’expérimenter, à condition d’y aller…. comme un saut dans le vide.
              Ne pas rejeter l’ombre, la prendre avec soi, la prendre dans ses bras… l’accepter donc.
              Si l’intention est bonne, elle est éclairée…
              Elle se dissout dans la lumière.

            • Soleil Bleu dit :

              C’est tellement simple d’entrevoir les choses avec des enseignants comme Satprem et Mère, même si leur enseignement résonne pour moi aujourd’hui à un autre niveau que celui d’il y a 30 ans quand ils sont venus à ma rencontre. Il se savoure avec d’autres ingrédients mais qui soulignent d’autant mieux son arôme et sa saveur profonde initiale.
              L’extrait de Mère m’a renvoyé à une phrase de l’Ange disant à Gitta qui pleurait devant la présence active de son « petit moi » (Dialogues avec l’Ange) (ce n’est pas du tout les mots exacts mais ils disaient, ou je les avait assimilés comme tels) « C’est justement ton petit moi qu’il te faut aimer, car si tu es capable de voir l’imparfait c’est qu’il te renvoie l’image du parfait que tu portes ainsi en toi et qu’il t’est donc possible d’atteindre ».
              J’entrevois l’ombre comme ce révélateur des mémoires invisibles et oubliées qui minent nos efforts à s’élever. Pouvoir enfin les regarder au travers de nos créations visibles et s’en servir de levier pour les transmuter et se transformer m’apparaît être un rôle divin que jouent les emmerdes, qui méritent du coup toute notre attention et notre Amour reconnaissant à leur apparition.
              La dualité ne s’estompe qu’en présence de l’Amour, il reste cependant à éviter l’écueil d’en faire un argument combatif avec soi/Soi.
              Dieu sait si ce n’est pas une tâche facile quand on est dans le feu de l’action de cette 3D où « choisir » peut revêtir des habits de lumière autant que ceux de l’égo déguisé en martyr de sa quête. L’Acceptation dans l’instant déjoue immanquablement sa forfaiture et remplit l’Être d’attention à Soi. En cet instant, parfois furtif, l’union se fait et la dualité se tait.
              Bises Marie Christine et Merci ♥

              .

            • Marie-Anne dit :

              Oui, Marie-Christine,

              Sans obstacle (l’ombre) notre créativité ronronnerait gentiment; avec un obstacle à surmonter, cette créativité devra se décupler, se centupler!
              Lorsque l’on obtient la réalisation de quelque chose malgré un obstacle inédit, c’est qu’on a résolu cet obstacle en faisant appel à une solution inédite qu’on a dû découvrir (et qu’on pourra désormais reproduire en pareil cas).
              Pour trouver cette solution inédite, il aura fallu être courageux et créatif.
              L’obstacle( l’ombre) est une façon de stimuler, d’éperonner, de susciter la créativité.
              L’avantage, c’est que si un obstacle existe, on peut être sûr que sa solution lumineuse existe.
              C’est le jeu de la dualité derrière lequel se cache l’Unité.
              L’ombre a valeur d’obstacle, mais aussi de contraste.
              C’est ce contraste qui permet la prise de conscience de la lumière.
              Exemple simpliste:
              On ne se rend vraiment compte de ce qu’est la gentillesse que lorsque l’on s’est frotté à la méchanceté.
              Si nous ne connaissions que l’éternelle Gentillesse, nous aurions beaucoup de difficulté à en être conscient, à comprendre sa vraie valeur, sa vraie portée, ses véritables bénédictions.
              En rencontrant la méchanceté, on comprend toute la valeur de la gentillesse.
              De même, quelqu’un de « méchant » peut-il, p.ex., après avoir recueilli les fruits amers de sa méchanceté, être touché par la gentillesse d’une personne rencontrée ( et qui vient lui rappeler le reflet de sa propre gentillesse).
              Cet ancien »méchant » peut être alors illuminé par cette gentillesse qui vient transmuter sa méchanceté en bonté.
              Non pas que l’énergie associée à la méchanceté ait disparu, mais que cette énergie a été requalifiée en bonté(sa vraie nature, celle de l’Un) ; bonté qui sait maintenant pourquoi elle est là- bonté consciente de ce qu’elle est et de ce qu’elle vaut.
              La « méchanceté » ( l’ombre) a permis de prendre conscience de ce qu’était véritablement la bonté( la lumière): l’une a donc permis de connaître et de réaliser l’autre.

            • graffitique dit :

              🙂 ♥

              • marie christine dit :

                Alain, je crois que nous ne donnons pas le même sens au mot « maîtriser » . Sans doute le vois-tu comme un rapport de forces à la manière sportive (toi le foot-balleur !) : on maîtrise son adversaire .
                Pour moi, maîtriser veut dire : devenir souverain dans son royaume intérieur, ne plus se laisser ballotter à droite à gauche par les émotions . C’est donc comme tu le dis : »Reconnaître l’ombre pour ce qu’elle est, prendre le recul pour le discernement tout en rentrant dedans et l’intégrer dans sa propre lumière . »

                Bonjour Soleil Bleu, magnifiques dialogues avec l’ange . Et ils laissent encore bien des mystères à expérimenter …
                C’est vrai que les choses ne sont pas faciles quand on est dans le feu de l’action mais comme tu le dis l’Amour et l’Acceptation mettent fin à la dualité . Le problème c’est que je ne sais pas toujours ce que je dois accepter . Doit-on tout accepter …?
                Bises à toi .

                Oui, Marie-Anne, j’adhère complètement à ce que tu dis .
                Le but est de finir par transmuer toutes nos ombres jusqu’au jour où nous n’en aurons plus besoin . Elles sont utiles tant qu’on en a besoin pour nos prises de conscience mais ce n’est pas destiné à être un état éternel .

                Il faut toutefois faire une distinction quand on parle de l’Ombre :
                 » La résistance normale de la Nature inférieure dans les êtres humains et l’action des Etres hostiles sont deux choses différentes . La première est naturelle et tout le monde en est afffecté ; la seconde est l’intervention d’un monde non humain (…) »

              • alain thomas dit :

                Il y a effectivement plusieurs sens au mot « maîtriser ».
                Devenir souverain dans son royaume intérieur peut aussi signifier entrer dans ses émotions quelles qu’elles soient sans leur donner un jugement de valeur…
                Car tant que l’on classifiera nos émotions, nous serons ballotés à droite et à gauche, entre le bien et le mal, dans la séparation.
                🙂 ☼ 🙂

              • Margelle dit :

                Réagis tu de la même façon, Alain, à une émotion colérique ou de haine et à celle de l’amour ???

              • alain thomas dit :

                C’est cela la dualité.
                La non dualité, en absolu, c’est l’équanimité, devant tout ce qui émerge.
                Suis-je équanime ? Non, sûrement pas, mais j’y tends, autant que possible.
                Cela signifie que je me prépare pour tout recevoir, dans un sens ou dans un autre, de façon équanime.

                Dur dur 🙂

              • marie christine dit :

                Je comprends bien, Alain, m’enfin il y a quand même des émotions qui nous font sentir bien (sentiment de tendresse, de douceur, de compassion) et d’autres qui nous sont douloureuses .
                Alors, sans parler de bien et de mal, je rechercherai toujours la bonne attitude intérieure qui me remettra dans les émotions de bien-être . Je vois ça comme une erreur d’aiguillage à réajuster en quelque sorte .
                Mais nous avons chacun notre méthode … Et la mienne peut changer un jour, rien n’est jamais définitif …
                « Il y a habituellement deux manières de faire face aux attaques : les rejeter par des moyens dynamiques, ou rester indifférent et les laisser passer . » dit Sri Aurobindo .
                Je crois que ça dépend du tempérament ou de la tournure d’esprit de chacun …

              • alain thomas dit :

                Face aux attaques, il n’y a rien à rejeter, juste à se défendre.
                Quand à l’indifférence, c’est impensable à mon niveau… pour quoi que ce soit.
                ☼ ♥ ☼

              • alain thomas dit :

                L’acceptation, dans le sens philosophique ou spirituel du terme n’a rien à voir avec par exemple le fait d’accepter qu’un enfant insulte son maître d’école. On ne parle pas de la même chose.
                L’acceptation, dans le sens spirituel, est éducative.
                Il s’agit, lorsqu’un événement survient, quel qu’il soit, de mettre de la distance entre son avènement et la réaction. Cette distance est un intervalle (espace supposé de temps) pendant lequel l’émotion engendrée (qu’elle soit positive, négative ou neutre) se dissout dans notre esprit.
                Il y a parfois des situations où il est bon (pour soi ou pour autrui) de réagir spontanément si cette réaction engendre une issue éducative et positive.
                Un enfant qui hurle et ne se contrôle plus au point de devenir convulsif a besoin d’une douche froide immédiate pour se calmer (ça peut être une baffe).
                Ce qui importe dans l’acceptation, c’est l’intention que l’on y met, le recul nécessaire pour ne pas saisir la situation et vivre tout ce qui émerge sans jugement de valeur.
                Sur ce site, nous disons sans cesse qu’il faut arrêter de juger et de séparer. Il serait peut-être temps de commencer 🙂

              • marie christine dit :

                Mais non Alain, ce n’est pas du jugement, c’est juste parfois des petites pointes d’humour, rrra la, la !!!
                Attention, là je vais juger : je trouve que tu es injuste car on a fait beaucoup de progrès depuis quelques mois !
                En résumé, on s’aperçoit que le langage n’a jamais la même signification pour tous .
                C’est mon ami Cent Nom qui avait bien raison .
                En tout cas, merci pour ta définition de l’acceptation qui élargit et enrichit mon point de vue .

              • marie christine dit :

                Et il faudrait encore définir ce que chacun entend par indifférence : je m’en fous, ou bien je n’attache pas d’importance . C’EST PAS PAREIL !
                Au secours ! Il va falloir définir chaque mot . Il faudrait autant de dictionnaires que d’individus . C’est mon ami Cent Nom qui avait raison !

              • alain thomas dit :

                Cent Nom où es-tu s’il te plaît viens 🙁
                Tu peux pas laisser marie comme ça toute seule, elle appelle à ton secours, allez viens viiiiiiiiiiiiite

                T’inquiète marie, le alain parfois il titille, il aime bien mais faut jamais le prendre au sérieux et pis t’as qu’à faire l’indifférente, il a horreur de ça 😀 Y dit qu’il tend à être équanime, tu parles charles, il est incapable le bougre, il est ben trop émotif, je le connais bien non mais allez… un câlin 🙂 ☼♥☼

              • Margelle dit :

                Quelle belle question tu pose, Marie Christine : doit-on tout accepter ? Je me la suis posée également bien des fois. Je commence à la résoudre à mon niveau : en fait d’abord accepter comment je réagis, comment je vis la situation et à partir de là le fil se déroule.. en fait comme on l’a dit plus haut, j’accepte mes colères, mes refus, et même mon mauvais caractère, mes réticences, etc… et comme ça les lignes bougent. La situation se montre différemment… et je l’accepte mieux. Ca prend un peu de temps… ♪♫
                C’est mon niveau à moi. Il y en a sûrement d’autres..

              • marie christine dit :

                Oui, c’est une attitude pleine de sagesse ce que tu dis là .
                Quand les problèmes sont clairement détectables, on peut les accepter, mais quand le mal-être est diffus, mal indentifiable, c’est plus difficile …
                Il se peut même qu’on ressente des vibrations collectives qui se baladent dans le monde . Alors là c’est la poisse !
                Il faudrait arriver à s’entourer d’un halo de protection divine .

              • Margelle dit :

                Je vois mieux, Marie Christine, tu sembles faire partie de celles et ceux qui sont en prise avec le monde entier, et plus vaste encore… ce qui n’est pas une mince affaire. Tu aides à mieux cerner cette notion d’acceptation dont on nous rebat les oreilles et qui est sans doute d’être à l’écoute, en premier lieu.. Entendre serait ce premier temps d’acceptation… la totalité des réponses possibles.. la jungle n’est pas un lieu familier ni vraiment agréable, et pourtant ce fut l’origine du monde. On peut s’y perdre… s’y angoisser… et comme tu le dis s’entourer de sa propre protection divine… La plupart des humains préfère se construire des citadelles… Mais savoir que nous sommes d’abord un lieu de marécages peut aider à sortir de l’idéal des douces collines boisées… vers lequel nous courrons tous, coupés de nos origines ? accepter le mal être, sans rêve d’autre monde, plus beau, plus gai, meilleur… je me suis surprise à le faire un matin… et me suis dit que je recommencerai… j’étais dans le réel.. nulle part ailleurs en train de rêver… je suis plutôt du type rêveuse.. ce n’était bien sûr pas des plus confortables. Mais nous sommes attirés vers tant d’horizons, n’est-ce pas ? Ce sont peut-être ces horizons qu’il nous faut revisiter… c’est mon questionnement actuel… et la sincérité de ton positionnement, comme souvent, aide à amener un peu de lumière là où elle n’a pas encore trop l’habitude d’aller…. Je me doute que je suis loin de tes perceptions, mais je livre ma réflexion…

              • marie christine dit :

                Je vois que tu ressens ce que je veux dire et je ressens bien ce que tu dis .
                Tu sais, je ne cherche même pas des horizons lointains et c’est peut-être bêtement égoïste (je m’interroge) : je cherche seulement le bien-être total ici dans cette vie .
                Le halo de protection divine est une chose possible . Il ne nous coupe pas du monde ni des autres, au contraire, il permet de se sentir en harmonie avec soi, avec tout et avec tous . C’est comme un coussin moelleux qui nous entoure, au lieu de sentir la dureté du fer dans l’atmosphère et dans le coeur .
                J’ai ressenti cela en Inde . Moi qui suis assez douillette question matelas, j’aurais pu dormir sur une planche, ça ne m’aurais pas gênée . Et dehors, tous les sons, les cris étaient étouffés à mes oreilles comme dans du coton .
                Je pense que ça peut être la même sensation après une profonde méditation ou après une séance chez un (bon) thérapeute .

              • Katerina dit :

                Oui , on peut rever le monde .
                Puis y revenir , plus léger , en s étant alléger de tant de fardeaux .
                Et changer le monde , avec amour , dans notre quotidien .
                pas toujours facile et je ne pensais pas que cela serait comme ça .
                Le divin nous aide .
                Etape par étape .
                C est une joie , de pouvoir etre cela .
                Et tant pis si je reve encore .
                Affectueusement
                Katerina

            • François dit :

              🙂 🙂 🙂 ha ha ha ça fait du bien cet état que l’on vit quand on est entrain d’écrire ce que tu viens de nous offrir là Marie-Christine, n’est-il pas ? … merci de tout ♥…. et bravo de t’offrir ce cadeau… 🙂 🙂 🙂 …. et puis tiens comme c’est toi je te le fais en bon élève… kiss !

              • marie christine dit :

                Ah, ah, François, je parie que tu sais de quoi je parle, et beaucoup plus …, toi pour qui la vie n’a pas été un long fleuve tranquille, mais quels enseignements tu en as tiré !
                Moi, j’ai l’impression d’en être aux premiers balbutiements, de tout recommencer à zéro mais ça doit être une phase de transition …
                Bizzz à toi et merci pour tes encouragements !

              • François dit :

                N’est-il pas merveilleux de tout recommencer à zéro 🙂 (nouvelle chance)
                N’est-il pas excitant de se lever chaque matin sachant que l’on va apprendre , donc balbutier 🙂 (enfant)
                Une transition n’est-elle pas un passage (porte)
                Alors, quand l’enfant à la chance de passer une porte, ne grandit-il pas ?!
                Assurément ! 🙂
                Merci à toi ♥

              • marie christine dit :

                Merci François pour ces belles perspectives d’avenir ! Ca rassure .
                Pour l’instant, je me sens encore dans un sas de compression (si on peut dire comme ça) . C’est le foetus qui sent bien qu’il est en train de quitter quelque chose mais qui n’entrevoit pas l’autre chose, le col de l’utérus n’étant pas encore ouvert . Il meurt à quelque chose pour arriver à la vie, mais l’inverse est aussi valable . Un casse-tête !
                Merci de me rappeler qu’il y a une vie après la vie !

          • François dit :

            Marie-Christine, je te réponds ici à ton dernier com
            C’est drôle que tu parles de naissance car aujourd’hui c’est nouvelle lune et si j’en crois Danielle Clermont astrologue intuitive que je lis depuis plus d’un an et qui est surprenante de justesse la plupart du temps, plus ma compagne qui semble le confirmer, nous entrons astrologiquement dans une phase de préparation à l’ouverture d’une porte nous offrant la possibilité de tutoyer un peu plus l’amour inconditionnel. De maintenant jusqu’à la pleine lune du 19 septembre c’est prépa et la PL sera une porte amplifiée par l’équinoxe du 22 septembre (qui est une date significative pour nous 2 au moins)… Alors oui , mon intuition me dit la même chose , nous allons avoir toutes et tous la possibilité de renaître très prochainement…. Je t’embrasse et te souhaite courage dans le tunnel de la matrice de laquelle tu es en train de sortir, et comme tout accouchement il peut y avoir du frottement , mais c’est si c’est pour enfin savoir aimer, je me dis que cela en vaut certainement la peine…. 🙂 ♥

            • Stéphanie dit :

              Ah mon cher François … Toi, tu as le don de mettre de la joie dans mon cœur et je t’en remercie infiniment ! Je ne suis pas une experte des phases de la lune et de l’astrologie, mais cette porte (du cœur) qui va nous permettre de côtoyer davantage d’Amour Inconditionnel me parle intimement. Comme Marie Christine et bien d’autres, je suis en pleine période de préparation (pas toujours agréable) … Je suis émerveillée parce que je pressens dans toutes les cellules de mes corps « l’explosion de lumière » qui vient.

              Je vous embrasse tous.

            • marie christine dit :

              Ah François, je ne veux rien gâcher en disant : « C’est trop beau pour être vrai » .
              Puissent tes paroles s’accomplir . Ce serait une merveilleuse apothéose, que je souhaite à tout le monde !
              Je suis confiante car je sens vraiment que quelque chose se prépare .
              Je me sens vide comme une coquille . Je cherche désespérément ce que je pourrais bien encore travailler en moi qui ne va pas, et je ne trouve rien ! C’est ça qui est déroutant . Parce qu’en même temps, il y a vraiment quelque chose qui ne va pas . Je me raccroche bien à l’amour dans le coeur sans arrêt, sans arrêt …
              Alors ce que tu dis serait une explication magnifique, au-delà de mes espérances .
              MERCI FRANCOIS !

              • marie christine dit :

                Tu es émotif, Alain ? Ah ben on a la même maladie et je n’ai pas encore trouvé le médicament .
                La solution est sans aucun doute l’indifférence, heu … non, l’équanimité .
                Où il est passé, Cent Nom ?
                Il a peut-être trouvé l’équanimité maintenant …
                Comme la belle histoire de Stéphanie et Jonas …
                Bises à tous .

              • Margelle dit :

                L’équanimité ou l’accueil ?? Aimer ses émotions… ♪♫
                les reconnaître comme elles sont, ne pas les rejeter…. 🙂

              • Margelle dit :

                je rajoute : ce sont les émotions de l’humanité… elles sont à reconnaître…

              • alain thomas dit :

                Marie l’émotion est naturelle, laissons-là être, la solution c’est la reconnaître pour ce qu’elle est.
                Quand elle arrive, elle nous prend aux tripes puis elle monte.
                Si tu veux retenir des larmes par exemple, soit tu les étouffes lorsque l’émotion remonte vers ta gorge soit tu appelles Stéphanie 😀 et elle te dira comme parfois il est bon de pleurer.
                Et puis c’est normal que les conduits lacrymaux soient sollicités sinon ils s’assèchent et on attrape des infections hein Stéphanie 🙂
                Gros bisous

              • marie christine dit :

                Il y a émotions et émotions : celles qui abaissent nos vibrations (peurs, colères, détresses,etc ..) et celles qui les élèvent (le beau, le bien, le vrai).
                Bon alors, une fois que j’ai reconnu mes émotions empoisonées, je ne vais pas m’apesantir dessus cent-sept ans, à les chouchouter et les câliner ! Je pleure parfois, mais j’ai tellement pleuré par le passé que j’ai envie de passer à autre chose .
                J’ai une autre méthode pour les dissoudre . Je ne sais pas si elle c’est plus efficace ou plus long … mais c’est ce qui est à ma disposition .
                Ce qui « marche » pour les uns ne marche pas forcément pour les autres . Il y a mille méthodes correspondant chacune à notre histoire personnelle et à nos capacités et nos besoins .
                Alain, demande à ta compagne ce qu’elle entend par « inconstance », je parie qu’elle n’y met pas le même sens que toi (hi, hi) .
                Ah, c’est mon ami Cent Nom qui avait raison !

              • Margelle dit :

                Cent Noms reviens !!
                Dis nous ta méthode Marie…. je suis sûre qu’elle nous apprendra… ♥♥

              • alain thomas dit :

                Bien sûr qu’il y a des émotions positives, des émotions négatives et des émotions neutres.
                Ce sont toutes des émotions.
                Si on commence à en accueillir certaines et pas les autres, on n’y arrive pas, sinon tu le saurais depuis longtemps hein marie !

                Pour ce qui est de ma compagne marie, nous en avons parlé bien sûr, maintenant si tu veux, je te donne son numéro de téléphone, elle sera ravie de te donner elle-même son point de vue 🙂
                😀

              • marie christine dit :

                Ah non, Alain, on ne va pas t’accabler !

                (mais tu serais peut-être content ; c’est mieux que l’indifférence …)

              • Stéphanie dit :

                Coucou les amis,

                Les larmes sont un immense don que la création nous a accordé … Je les trouvent tout simplement « magiques » !

                Dans la Joie, elle sont l’expression de l’émerveillement, de l’ouverture du Cœur, de l’Amour, de « l’extase » décrite par les mystiques, dans la tristesse, elles symbolisent la libération, après être descendu tout au fond du puits noir, elles signalent la remontée vers la lumière !

                C’est drôle, j’ai beaucoup souffert de sinusite dans ma vie, mais sans doute parce que je pleure beaucoup depuis que je suis de nouveau sur mon chemin, je ne souffre plus de ces infections chroniques … Leur magie agit donc aussi dans notre dimension physique. C’est normal puisque tout est lié.

                Je t’embrasse Alain Thomas.

              • marie christine dit :

                Merci pour ton témoignage, Stéphanie .

              • alain thomas dit :

                Je t’envoie les larmes du cœur Stéphanie
                🙂 ☼ 🙂

              • Katerina dit :

                Marie Christine ,

                Des fois c est bien de ne pas chercher ce qui ne va pas . C est que l univers te laisse te reposer .
                Ce n est jamais fini quand on est sur le chemin , le plus sage est de vivre l instant présent .
                Si tu sens que quelque chose se prépare , cela va arriver .
                Je suis moi meme en attente d un changement dans le monde , je suppose que cela se fait doucement sans que l on puisse savoir tout évidemment .
                Nous avons chacun notre vérité et cela contribue à l ensemble .
                L amour comme tu le dis est l essentiel .
                Affectueusement
                Katerina

              • alain thomas dit :

                Katerina, si le plus sage est de vivre l’instant présent, ne sois pas en attente d’un changement dans le monde, c’est contradictoire… 🙂

                Ceci dit, la contradiction, ça me fait sourire parce que c’est ce qui anime tout le monde, y compris moi-même bien sûr.
                La contradiction n’est pas le problème ni le paradoxe… le problème c’est notre ignorance.
                L’ignorance c’est l’inconscience de notre contradiction naturelle, une ambigüité à faire sourire.
                Lorsque l’on prend conscience de notre contradiction, on devient moins exigeant avec nous-mêmes, plus drôles et on pratique l’autodérision, le pardon, la compréhension avec beaucoup plus de souplesse.
                Et surtout, on comprend que la hiérarchie est une douce illusion… Les animaux ont tellement à nous montrer 🙂

                Bien à toi Katerina ☼

              • marie christine dit :

                Katarina, tu dis : « Des fois c’est bien de ne pas chercher ce qui ne va pas » . Tout à fait d’accord ! Il arrive un moment où on décide de ne plus chercher et de s’en remettre entièrement à la foi, au Divin qui soulage le coeur .
                Et puis ne fais pas attention à ce que dit Alain Thomas, il cherche la petite bête !
                En même temps, il a bougrement raison en parlant de la contradiction !

              • alain thomas dit :

                C’est vrai marie, je cherche la petite bête, c’est exprès.
                Ma compagne dit que je suis quelqu’un d’inconstant.
                Si elle savait comme cela me fait sourire.
                Comment pourrions-nous être constants dans ce monde qui change tout le temps, en permanence ?
                Comment pourrais-je être constant, alors que je suis tourné le plus possible vers le nouveau et l’inconnu, dans mon univers intime ?
                Quel bonheur de naître à chaque seconde !
                Merciiiiiiiiii la vie !!!
                ☼♥:-)♥☼

              • Katerina dit :

                Alain Thomas ,

                Pas sur qu il y ait contradiction .
                Bien que ton message m a fait sourire .
                Si je m en remets au divin c est tout de meme pour vivre un monde meilleur . En moi d abord , puis avec les autres .
                Meme si ce monde sera meilleur après moi , j aurais toujours essayé .
                Je suis aussi en accord avec toi , rever d un monde meilleur c est se projeter .
                Amitiés
                katerina

              • alain thomas dit :

                Alors disons « paradoxe »

                Ceci dit, tout est là.
                Tu dis :
                « Si je m en remets au divin c est tout de meme pour vivre un monde meilleur . En moi d abord , puis avec les autres. »

                Alors fais-le, tout est là, en toi… pour le faire !
                🙂

              • Soleil Bleu dit :

                Alain Thomas,

                Le paradoxe est un merveilleux signe qui apparait pour nous signifier qu’il ya des éléments de cohérence qui nous échappentet dont nous ne captons pas encore la réalité. C’est un puissant fabricant d’humilité,et de lâcher prise qui fait apparaître les seuils nouveaux à franchir. La médecine occidentale et bien d’autres domaines de recherches se suicident en ce moment de ne pas prendre en compte les paradoxes qui signent (à un certain niveau) l’obsolescence du principe de causalité qu’ils appliquent. Le lien de spot sur la fabrication de nouveaux circuits neuronaux en est un exemple criant.
                Bises et à+

            • Margelle dit :

              Merci François, je reçois les bulletins de Danièle, mais n’ai pas encore lu le dernier !!
              Je vais m’y pencher, avec toute l’attention nécessaire… ♥

              • marie christine dit :

                Margelle, toi-même tu as ta méthode, tout le monde a sa méthode, qu’elle soit apprise ou inventée ou un mélange des deux .
                Personnellement ma méthode c’est que je n’ai pas vraiment de méthode mais c’en est une quand même finalement …
                Comme je ne suis pas très disciplinée de nature, je concocte à ma manière mais ce n’est pas forcément recommandable .
                Je reste à l’affût de la moindre baisse de vibration et alors je fonce vers la photo de la Mère qui me regarde droit et chaudement dans les yeux, en répétant le mantra (une petite phrase) qu’elle m’a donné un jour dans mon sommeil . Je promène aussi avec moi une pierre de quartz rose que je colle sur mon centre du coeur en appelant l’amour . Je m’adresse aussi au Divin ou aux anges . Je leur offre mon mal-être ou je demande de l’aide .
                Enfin tu vois, c’est un bidouillage, mais qui fait du bien .
                Je sais, les puristes de la méditation vont crier au scandale ! Mais l’essentiel n’est-il pas de se sentir avancer ?
                Je crois que Dieu accepte tout ce qui cherche à se rapprocher de Lui, par toutes les façons possibles .
                Oui Cent Nom, reviens !
                (ben, s’il n’a pas les oreilles qui bourdonnent …!)

              • Katerina dit :

                Merci Alain Thomas ,

                Je le fais , ou plutôt je n ai pas vraiment le choix .
                Et c est tant mieux .
                Tu ne peux pas nier le fait que toi aussi tu le fais pour un monde juste et fraternel ou alors je n ai rien compris .
                J essaie à l instant présent d etre le plus juste possible en restant simple et spontanée .
                Alors ,je laisse le divin œuvrer , parce que je ne comprends pas tout et que ce n est pas en mon pouvoir de faire autrement .
                Amitiés
                katerina

              • alain thomas dit :

                🙂 ☼ 🙂

              • Margelle dit :

                Oui, Marie Christine, je crois que Dieu accepte tout (ou presque)… Tu sais, j’ai encore moins de méthode que toi ! En fait j' »essaie » d’écouter, d’entendre… quand le mal être arrive, je reste prostrée, et j’écoute, le vide, le silence, le brouhaha infâme, je ne trie rien, j’écoute… je sais qu’après le clair reviendra mais en même temps je ne le sais plus… alors je plonge, j’accepte la plongée parce que je n’ai pas le choix. J’accepte la souffrance, tout en essayant de la calmer, de la prendre avec moi… de lui dire des mots, mais je ressens toute l’immensité de ma maladresse… aussi je prends mon mal en « patience », (qu’il est beau ce mot…) et je me remercie de ma patience… 🙂 Et puis il s’en va… sans s’expliquer… mais j’ai appris.
                J’aime que tu aies fait part de ton mode à toi… en toute simplicité. Il y aurait tellement à dire. Nous n’en avons pas fini. Mais nous avons fait du chemin et la route reste belle !
                Merci à toi Marie Christine…

              • Katerina dit :

                Nous savons que le chemin est difficile . Nous avons nos méthodes , ce que je crois c est que Dieu nous entend et nous comprend , qu il sait ce qui est bon pour nous et des fois nous ne comprenons pas tout .
                Le lacher prise est au fond ce que nous faisons chacune à notre façon .
                C est parce que Dieu nous connait , qu il sait , que les larmes peuvent couler et que nous pouvons avoir confiance il ne nous abandonne pas .
                Je vous embrasse
                Katerina

              • Margelle dit :

                Katerina, ce serait intéressant que tu nous contes comment tu as rencontré Dieu…. et comment tu le connais….

              • Katerina dit :

                Margelle ,

                Je crois que Dieu était avec moi enfant .
                Puis l école , le caté , le lycée , la fac , le mariage , les lectures, le cinéma , les sorties, les voyages , les enfants , les deuils , le divorce , la lutte .
                La recherche tout ce temps du pourquoi , du comment .
                Enfin , la présence , à un moment , cette présence douce , réelle qui comprenait , qui savait .
                Depuis ce moment rien ne pouvait etre comme avant .

                C est un long chemin , et je sais aujourd hui que Dieu a toujours été avec moi.
                Katerina

              • Margelle dit :

                Merci ♥
                Katerina

              • marie christine dit :

                Merci à toi Margelle de nous livrer ta « méthode » . C’est vraiment très intéressant de comparer chaque manière de s’y prendre dans les mêmes situations . Nous avons tous la même motivation, le même élan, le même appel, et chacun y répond par ses propres moyens (plus ou moins artisanaux) . Et tous sont efficaces au final .
                Merci à toi Katarina . Je reprends tes paroles :
                « Le lâcher-prise est au fond ce que nous faisons chacun à notre façon » .

              • katerina dit :

                Marie Christine ,

                Chacun y répond par ses moyens plus ou moins artisanaux c est cela qui est sublime , nous sommes ces artisans .
                Je t embrasse de tout cœur
                Katerina

  2. Louisetta dit :

    Cette période me fait un peu penser à « la belle » d’un feu d’artifice.

    Tout fuse en même temps une bonne fois pour toutes avant les applaudissements. Fin du spectacle. Rideau.

    Ensuite, le silence s’installe, et nous percevons de nouveau les éternelles lumières de l’espace, qui ont toujours été là derrière, et qui se révèlent de nouveau à nos regards une fois les feux illusoires évanouies… Profondes, majestueuses, et vraies.

    Tout ce qui a été annoncé, nous le voyons, nous le ressentons surtout. Il n’est pas d’éveillé ni d’endormi qui puisse échapper à cette libération. Pour ma part, je me sens comme une surfeuse devant une magnifique vague. Par la connaissance que nous avons, il ne nous est plus permis de mettre notre part céleste en veille. Nous ne devons pas prendre la vague de pleine face, nous sommes des surfeurs intergalactiques. Nous savons que la vie répond parfaitement à l’état de nôtre coeur.

    Tout ne sera question que d’amour et de manque d’amour.

  3. Alain dit :

    Bonjour à tous,

    Je ne peux pas croire avoir créer ce monde à moins que cela soit un camp d’entrainement avec simulateur hightech pour élite humaine.
    Mais là, je ne me reconnais plus dans ce monde, à part la beauté de la nature.
    La reine d’ Angleterre qui fait un discours en cas de 3 ème guerre mondiale, les USA qui ferment leurs ambassades, Israël, la Syrie, le nouvel ordre mondial, je suis pas paranoïaque, mais cela conspire pas mal, fukushima qui part en vrille. Certaines canalisations qui arivent avec d’autres synchronicités Tous cela puent bien fort, j’ai beau vouloir être dans la co-création, c’est chaud devant mon général. J’ai du prendre le all inclusive avant de me réincarner.
    Moi je ne veux plus être dans ce système de bovinsation de l’humanité. Mais vas-y aigle, continus tes battements d’aile à travers ces sombres vallées.
    Je veux ce monde différent, là, on est dans les summums de la bêtise.
    Inch Allah, si Dieu la voulu ainsi, continuons, mais je suis curieux de voir comment l’on va s’en tirer.
    Bon courage à tous.

    • alain thomas dit :

      Comme d’hab. Alain, on va s’en tirer … en évoluant …
      Y a ce qu’y faut dans la jeunesse crois-moi !
      Maintenant, sans casse … c’est une autre histoire 🙂

      • pierrot dit :

        ou en involuant ?
        Je ne sais pas si on doit y donner un sens.

        • alain thomas dit :

          L’univers est en perpétuelle expansion… c’est notre condition, et donc notre évolution… jusqu’au big crunch… qui a peut-être commencé (voir Mr Nobody).
          Je suis fasciné par la forme spiralaire de notre évolution… justeùment à l’im

          • alain thomas dit :

            justement à l’image de l’expansion de l’univers.
            Le big Crunch pourrait représenter notre involution…
            Ça nous dépasse de toute façon…
            Tu es en France ? 🙂

    • François dit :

      Salut Alain,

      Avant tout changement il y a un chaos, c’est ainsi que la vie fonctionne en général. Il faut bien que l’ancien système qui tend à s’écrouler sur lui-même arrive à son paroxysme pour procéder à sa propre transformation. La situation doit être poussée jusqu’au ridicule avant de lâcher enfin sa seule béquille; la peur qui engendre le pouvoir. Les affaires du monde sont nos propres affaires en miroir, le chaos mondial n’est qu’un reflet de notre propre chaos intérieur. Tes réflexions sont on ne peut plus légitimes mais qu’en est-il de la foi? Comment concilier la pensées que tout est parfait tout en constatant les imperfections les unes derrière les autres ? Comment ‘vouloir un autre monde’ peut-il se vivre dans l’acceptation du monde tel qu’il est? Pourquoi rejeter une partie du monde qui n’est, somme toute, que la contre-partie de ce que nous pouvons être véritablement et qui va permettre justement le changement?
      La fleur a deux options possible: soit elle vit son état en se demandant pourquoi il y a de la boue sous ses pieds, soit elle vit son extase de fleur en regardant le soleil. D’une façon ou d’une autre , elle vivra son temps ! quoiqu’elle pense ou veuille, elle devra vivre ce qu’elle a demandé en autorisant la gangue de sa graine de s’ouvrir. Nous sommes toutes et tous cette fleur et si le regard posé constate que la boue est nécessaire (même si on n’en comprend pas le sens) pour l’élévation, alors peut-être que la paix s’installe. Je nous la souhaite à tous. ♥ car je pense , effectivement que nous vivons actuellement le Feu. Et cet élément est porteur , déclencheur, révélateur de la transformation nous invitant (avec amour certes mais aussi fermeté à notre quête de notre propre pierre philosophale , bref notre cœur …. Comme le dit Alain-Thomas, la jeunesse est là et j’ai envie de rajouter les ‘vieux’ aussi ! chacun a sa part à assumer, la sienne justement ! s’occuper de sa propre transformation permet au monde de procéder à la sienne. C’est la multiplication des ‘individuels’ qui peut constituer le collectif. Si notre ‘mission’ est d’être porteur de lumière alors merci à la nuit d’exister sinon nous ne serions qu’une petite flamme de bougie devant le soleil. Où en serait l’intérêt?
      Quelle option la fleur va t-elle choisir , l’Épanouissement ou le jugement de son environnement ? Elle est libre de choisir justement et tous les choix sont justes puisqu’elle est venue vivre sa propre histoire sur cette grande scène de théâtre qu’est le monde.
      Il y a certains jours c’est moi qui aurais pu écrire ton commentaire et c’est toi qui m’aurais répondu comme je viens de le faire, là est aussi le collectif. Je t’embrasse. ♥

      • Katerina dit :

        Merci François .

        Ton message exprime ce sur quoi je suis a-menée à réfléchir .

        Très affectueusement

        Katerina

      • Soleil Bleu dit :

        Ahhh ces synchronicités bien-heureuses !

        François, tu viens d’exprimer à la virgule prés une situation que j’ai vécue hier au travail.
        Je ne m’étalerai pas à la décrire, mais c’était une situation collective qui contenait tous les éléments d’un feu, qui je crois, pour la 1ere fois, était déclaré entre moi et mon équipe, le même que celui qui embrase le monde actuel quoi !

        C’est bel et bien au paroxisme de ce conflit ouvert depuis déjà 2h que tout à coup, avant d’être totalement asphixiée mentalement, moralement, physiquement et surtout émotionellement que j’ai, dans un sursaut de survie, pensé « recentre-toi, sors de cet exercice mental et émotionnel épuisant, rappelle-toi que Je t’aime car Je t’Aime assurément » et j’ai accompagné cette pensée par une inspiration (alignée avec toi Alain Thomas) dirigée vers le coeur.
        L’effet a été immédiat, ça a laissé la place à un lacher-prise à mes « devoirs » de responsable, à mes peurs qui les accompagnaient, à mes talents de calculatrice vitesse grand V, bref ! un plongeon innattendu dans un silence intérieur (et extérieur de plomb) dont je ne pouvais que constater le ressenti d’Acceptation qui le constituait.
        C’était incroyable ! Je regardais pour la 1ere fois me semble-t-il un évènement qui hier encore m’aurait dézinguée à plusieurs niveaux, être présent de manière désagréable certes, mais sans remous au niveau émotionnel, vide de questionnements. Je n’étais plus extérieure à la situation, j’étais sans distance avec elle, j’Etais elle, immobile et silencieuse.

        De cet instant j’Acceptais d’être sans réponse, de ne pas être gagnante, de ne pas « savoir » quoi dire ni quoi faire, de ne pas chercher à épargner l’autre, de n’être pas aimée. Je ne pouvais que constater, au coeur d’une tourmente qui disqualifiait mon image, que j’Acceptais enfin de manière concrête et consciente, d’Être Telle que je Suis. Quelle découverte pour moi d’y goûter, vous ne pouvez même pas vous imaginer….
        Ce détachement émotionnel, opéré à partir d’un axe de gravité rétabli sur mon centre, le coeur, m’a, aussi paradoxal que cela puisse paraître (Alain Thomas je te rejoins là encore sur les paradoxes apparents auxquels l’ouverture confronte), mise en paix à devoir imposer un type de sortie de crise. Cette décision, dont je n’ai pas cherché à dissimuler le caractère autoritaire (je trouvais ça piteux et dommage mais j’Acceptais aussi que cela le soit) n’a cherché à être ni bonne ni mauvaise pour personne, juste à rester en dehors du terrain de jeu de l’égo, et croyez-moi, j’ai jamais eu autant le sentiment de respecter l’altérité de chacun, la mienne y comprise, que lorsque je m’épuise tous les jours à « vouloir » être bien traitante avec les autres.

        Oui, franchir la porte de l’Amour de Soi est vraiment porteur du miracle de l’ouverture à l’Amour du monde, ce qu’il Est, mais aussi pour et surtout Pour Ce qu’Il Est.

        Depuis hier j’adresse plein de Merci reconnaissants à l’Univers pour ce pas qu’il m’a poussé, même s’il était brutal, à franchir. Je vous l’offre à tous ici, ainsi qu’au Passeur, qui y êtes pour beaucoup dans l’aide que vous m’apportez pour passer des principes aux actes.

        MERCI INFINIMENT ♥♥♥
        S.B

        • François dit :

          ♥ ♥ ♥ 😉 ha ha ha ….. Ta Joie vient de m’Être offerte en vibration car je sors d’un ‘grand moment’ et suis encore un peu ‘décollé’ donc je suis dans une réceptivité à l’énergie décuplée, je te laisse le soin d’Imaginer 🙂 …. Merci à Toi ainsi qu’à la Vie, ici et maintenant !

        • Marie-Anne dit :

          Merci, Soleil Bleu, et merci à François et aux Alains ! 🙂

          Décidément, nous sommes en pleine Révélation (Apocalypse) intérieure et extérieure!

          Après l’Eau qui nous lave, qui nous ébranle et amollit les rigidités imposées par le mental; après l’Eau qui vide nos gros nuages tristes et gris, en tombant , sous forme de pluie :
          …voici le Feu! Brûlant, destructeur ou bienfaisant, mais aussi, purificateur et illuminateur.

          Soleil Bleu, tu nous as donné un beau témoignage de purification, par le Feu, des attachements de l’égo!
          Bravo! 🙂

          Nous avons connu, ici, en Belgique, à la côte et ce lundi, un terrible orage très impressionnant.
          Il n’a duré que 10 minutes,mais il a bien évidemment rassemblé, comme toute tempête de ce type, les effets des 4 Éléments :
          – les Eaux, sous forme d’une longue et étonnante muraille noire nuageuse , serpentant et avançant dans les airs;
          – l’Air, mugissant avec force, animant l’ensemble à sa guise, et, surtout, annonçant son souffle dévastateur sur tout ce qui ne possède qu’une solidité très illusoire;
          (… Sans compter le tonnerre, comme une voix de la puissance divine dans ses œuvres de Justice et de Justesse);
          – le Feu, sous forme d’éclairs; aussi- ou terrifiants -ou illuminateurs, que peut l’être une intuition subite;
          – et l’Eau, à nouveau, sous forme de pluie libératrice, initiatrice et/ou fécondante;
          – et, bien sûr, la Terre, notre « Terrain de jeu »(et puis, nous aussi et notre Planète , en gestation).

          Nous retrouvons tous ces éléments en « ébullition » un peu partout sur la planète; et quand on sait que l’extérieur est le reflet de l’intérieur!…

          Cet été, j’ai rencontré ces 4 éléments sous leur aspect bienfaisant et plein d’amour; ce qui ne m’empêche pas de les rencontrer encore , par moments , sous leurs aspects plus difficiles!
          Oui, nous sommes en pleine (r)évolution, en pleines purifications, en pleins ajustements, en pleines révélations…
          Merci à tous

          • Soleil Bleu dit :

            En t’écoutant Marie Anne, je me dis que je vais regarder les éléments météorologiques avec ton regard qui me plaît beaucoup.
            Merci ♥
            Bises
            S.B

        • acacia dit :

          Eh bien Soleil Bleu ! … tu viens de vivre l’un des merveilleux aspects de La Lumière…et le plus beau de l’histoire est que cet aspect là est dorénavant ancré en toi et disponible à jamais.
          Ton récit participe pour moi à la beauté de cette fin de journée, merci ! ♥♫♥

          • Soleil Bleu dit :

            Merci Acacia, en tout cas je suis encore en paix ce soir. La veille de retourner dans la fosse aux lions, ça me fait drôle de ne pas être habitée par la peur qui m’est si fidèle d’habitude.
            Bises

        • Margelle dit :

          Soleil Bleu, ton expérience est tellement superbe que j’en reste également sans voix… toute ouïe, émerveillée, pleine de joie. Tu nous communiques une révélation qui va porter ses fruits. Merci de tout coeur…. ♥♥♥

          Ah ! les orages ! ici en Dordogne, ce fut les grêlons gros comme des oeufs de poule, impressionnants… Depuis dimanche j’habite au pays des toits bâchés…. les couvreurs sont sur les dents et les toits aussi… je n’ai été que légèrement touchée mais j’ai vu des toits criblés de trous…

          • Marie-Anne dit :

            Bonjour, Margelle,
            Pour toi aussi, j’aimerais tenter une explication poético-symbolique toute personnelle de cet orage et de ces grêlons énormes tombés dans ta région ( grêlons dont j’ai vu des images à la télévision: impressionnant!).

            Je vois donc surtout dans cet orage, l’action conjuguée de l’Eau ( l’eau glacée des grêlons) et du Feu ( le tir, le feu de projectiles et le feu de leur énergie destructrice;…et puis, la glace n’est-elle pas un feu froid, qui brûle aussi la peau?).
            J’y vois donc le flot nourricier vital glacé , figé, et aussi le trop plein de frustration affective et de manque d’Amour ( les grêlons) , qui vient bombarder ce mental présomptueux qui empêche l’ouverture au Ciel ( les toitures?).
            Mais, la bonne nouvelle, c’est que , dans cet orage, les nuages se délivrent de cette tristesse liée au manque d’Amour, et envoient leurs grêle ébranler nos fausses certitudes basées sur le Mental.

            Pour moi, toutes ces « catastrophes » climatiques n’ont de « catastrophique »que leur apparence.
            Bien sûr, elles ne sont pas faciles à vivre, surtout, si on ne comprend rien à cette époque!
            Mais c’est pourtant à une restructuration en règle, une restructuration totale, que nous assistons, j’en suis persuadée!
            Et ce, tant extérieurement qu’intérieure.ent!

            Évidemment, par mes explication, je fais aussi travailler mon mental, en plus de mon ressenti , de mon imaginaire et de mes inspirations!
            Mais je sens que j’ai le  » FEU » vert de mon Anima, donc, tout va bien! 🙂
            (Désolée pour ceux qui n’aiment pas les explications symboliques,; ils zapperont; de toute façon, je pense que c’était là mon dernier bulletin météorologique!:-) )

            • Margelle dit :

              aaahhh ! Marie Anne, le bonheur de t’entendre dérouler de façon poético-symbolico-mythique ces catastrophes naturelles qui ne vont pas s’arrêter de si tôt, je le soupçonne. J’espérais bien un peu ta vision, car je ne savais pas le faire ! Je suis tout à fait ton interprétation. Je crains qu’il en faille encore quelques unes pour ouvrir plus grand les coeurs… Ils ne sont pas trop fermés, ici, mais c’est du basique, faut voir à pas trop bousculer quand même ! et quand quelqu’un dénote, on ne cherche pas trop à se frotter, on s’écarte, on met à l’écart… naturel, quoi, 3,5D en quelque sorte !
              Tu peux poursuivre tes bulletins météo, ils sont vivants et pas mentaux du tout (j’ai pas senti ça). A mon avis tu as un bel avenir dans ce domaine, qui risque de devenir bien chargé dans les temps à venir… 🙂

              • Margelle dit :

                il vaut mieux mettre le 🙂 après bel avenir !! sinon on risque d’interpréter des intentions malignes….

              • Marie-Anne dit :

                Merci, Margelle, je vais penser à mon éventuelle reconversion! 🙂

                Pour ce qui est de ton voisinage humain, il est fort probable que, malgré tout, il soit, lui aussi, beaucoup plus en re-structuration intérieure que tu pourrais l’imaginer:
                L’extérieur (qui peut aider à la prise de conscience ) est effectivement, le reflet de l’intérieur .
                Ces personnes ont leur propre chemin à suivre, mais je sais à quel point il est dur d’être entouré de gens qui ne sont pas en phase avec soi!
                Peut- être , Margelle, t’est- il demandé de rayonner ta Lumière pour eux ,simplement en étant là, sans jugement de valeur, et sans qu’ils le sachent nécessairement?

                Je pense aussi que, si nous restons centrés et le plus en paix possible lors des éventuelles tempêtes ou autres difficultés à venir, nous les supporterons et nous les traverserons beaucoup plus facilement …sans compter que nous aiderons à leur apaisement ( et pour commencer, à l’apaisement des gens qui nous entourent et nous voient calmes et confiants).
                Donc… Restons centrés et confiants! 🙂

              • Margelle dit :

                D’accord avec toi Marie Anne. Je suis régulièrement surprise par la bonté qui se dégage de chacun, l’attention à l’autre. Ce qui n’empêche pas les manifestations extérieures un peu violentes des uns parfois et de la nature comme il y a peu. Il y a donc nécessité à ouvrir plus, aller plus avant.
                Ce que tu dis me pousse à m’ouvrir plus encore, avec le centrage et la confiance.
                Tu sais depuis toujours je suis un peu décalée avec l’environnement, et je n’en souffre plus trop, j’ai appris à l’aimer comme il est… et je perçois des trésors. Et j’ai ma caverne à moi…
                Ce qui demande attention est ce que tu soulignes : rayonner la Lumière… et là (au risque de m’attirer foudre et grêlons) je me sens toute petite lumière ! J’entends déjà « attention au jugement » ! mais il est vrai que j’en souffre un peu. J’aimerais tellement rayonner plus !! 🙂
                Il y a tout le travail (je ne déteste pas ce mot) de centrage et de paix, que je poursuis… avec le lâcher prise également… et l’éclairage des ombres. C’est à l’oeuvre…. et je sais que nous y sommes tou-te-s en plein dedans.. Les pieds dans la boue, la tête au vent et au soleil !!

              • katerina dit :

                Margelle ,

                Nous en sommes tous là .
                Petites lumières , et nous voulons tellement rayonner plus .
                Je te comprends tellement .
                Je t embrasse de tout mon cœur .
                Katerina

              • Margelle dit :

                merci Katerina !!

              • Marie-Anne dit :

                Margelle,
                Katerina :
                🙂 🙂 🙂 , de tout cœur!

              • acacia dit :

                Petites lumières deviendront grandes… merci les filles pour vos paroles, elles vont droit au cœur …. et elles éclairent déjà joliment bien ! ♥♫♥

              • Margelle dit :

                je viens d’avoir la femme du couvreur. Hier soir il pleurait…

              • Marie-Anne dit :

                Je compatis de tout cœur, Margelle et je me centre dans ce Cœur pour vous envoyer des brassées de Lumière….. des brassées d’Amour et de Paix.

          • Soleil Bleu dit :

            Bises pleines de tendresse Margelle ♥

        • alain thomas dit :

          Salut Soleil Bleu,

          Tu as vécu une expérience personnelle de l’apprentissage de la patience, cette vertu peu visible en Occident, ce trésor de vertu oserais-je dire.
          La patience, c’est l’observation attentive, dans toute situation qui se présente, de ton propre esprit…. comme si devant un obstacle mental, tu tends le bras et oppose ta main pour te donner un espace de temps.
          Cet espace de temps est une suspension entre ce que tu observes et le jugement qui suit. Dans cet intervalle, tu es dans la vraie nature de l’esprit ; il n’y a plus d’obstacle, le temps est suspendu. Cet espace de temps favorise la dissolution des pensées dans la nature même de l’esprit immuable, à l’instar des vagues de l’océan qui, une fois échouées sur le rivage, redeviennent eau en se retirant.
          La patience est une immense vertu dans le contrôle de l’esprit.
          La méditation contemplative est un moyen habile pour comprendre ce mécanisme.

          Ce qu’il faut retenir :
          Dans tout conflit, l’image du bras qui se tend, comme pour stopper l’action agressive, permet de contenir pour un espace de temps la réaction qui entraîne le jugement et la division (séparation).
          Celui qui a expérimenté cette situation sait régler un conflit parce qu’il se situe toujours au-dessus de celui-ci.
          Cela demande une présence attentive permanente. Comme la présence attentive est impossible à maintenir en permanence, c’est la vigilance (rappel de l’attention) qui permet de ramener l’esprit en lui-même pour maintenir cet état d’observation de notre propre esprit.
          Nous connaissons cela dans la pratique de la méditation. La vigilance est représentée comme une lampe qui maintient l’attention en éveil.
          Le but de la méditation n’est pas de méditer mais d’intégrer celle-ci dans l’action de chaque instant de la vie quotidienne.
          Le vrai méditant est celui qui, à tout instant, est capable de maintenir son esprit dans l’attention, la vigilance et le calme mental.

          Soleil Bleu, il est impossible de dissoudre l’égo. Le paradoxe est justement que grâce à l’égo, nous raisonnons et évoluons avec lui.
          L’égo est comme un enfant capricieux qui veut tout tout de suite. Notre rôle consiste à le reconnaître pour ce qu’il est, le comprendre, l’aimer, l’accepter et faire en sorte qu’il ne prenne pas le dessus sur nous-mêmes …. comme un enfant peut le faire avec ses parents.

          Dans ton expérience, cela m’intéresse de savoir ce que les autres ont vécu, s’ils ont été étonnés de ta non réaction et si les conséquences ont été bénéfiques… car notre « mission » dans cette vie consiste à nous rappeler inlassablement que ce n’est pas nous qui sommes le centre d’intérêt … mais les autres.

          Bien à toi ☼ ♥ ☼

          • Katerina dit :

            Alain Thomas ,

            Notre mission dans cette vie serait que ce sont les autres le centre d intérêt ?
            Je ne sais où j en suis de mon évolution , seulement je pense qu aujour d hui que je ne suis pas plus le centre d intérêt que les autres .
            Ce qui m importe est d etre messagère d autre chose en vivant .
            Pour ce qui est de l égo , j avoue avoir encore des difficultés à conscientiser son role et son programme .
            Je sais qu il me gene encore , sans pour autant le rejeter .
            Je remarque que tout est en meme temps dans mon esprit , qu il y a de moins en moins de compartiments et de remplissage du temps .
            Amitiés
            Katerina

            • alain thomas dit :

              Oui, privilégier les autres dans l’amour, c’est un point de vue qui éradique la division.
              Si nous partons du principe que nous ne sommes pas séparés et que le « moi » est inexistant, l’autre devient le TOUT vers lequel on se consacre.
              C’est une autre façon de s’aimer soi-même.

              Pour l’égo, tant que tu le prendras pour une entité indépendante et séparée de toi, tu n’avanceras pas.

              Bien à toi

            • Soleil Bleu dit :

              Katerina,
              « Je ne sais où j’en suis de mon évolution , seulement je pense qu’aujourd’hui je ne suis pas plus le centre d intérêt que les autres  »

              En te lisant je me disais « c’est ça ! c’est exactement ça ! »
              Merci d’avoir été la « passeuse » de la vibration que je traverse 😉
              Bisous affectueux ♥
              S.B

              • Katerina dit :

                Soleil Bleu ,

                L amour se définit peut etre plutôt comme une vibration .
                Les mots et les phrases permettent d émettre .
                Si tu as capté ce que j ai exprimé ,
                c est que tu ressens ses vibrations .
                Je suis bien sur ravie de cela , et mon égo n y est pour rien .
                Nous entrons réellement en vibration avec les autres , comme il est dit dans un article ici , l univers est électromagnétique et nous permet de conscientiser .
                Serait ce pour déployer nos ailes .
                Je t embrasse
                Katerina

          • Soleil Bleu dit :

            Salut Alain Thomas,

            Je ne sais pas s’il est possible ou impossible de dissoudre l’égo car ce n’était pas la suppression de l’égo qui était visée dans cette expérience. J’ai juste lâcher prise à mon cerveau qui était sous l’emprise de maitre égo et recevait des injonctions pressantes de sa part et me suis recentrée sur le cœur en m’adressant justes des mots d’Amour que je me suis efforcée de ressentir. Immédiatement j’ai changé de terrain de jeu/Je et de coach, et ce que j’observais avec stupéfaction, c’était le détachement et le regard paisible que je portais dans celui-ci, sur ce qui « me » posait problème seulement deux minutes avant dans le 1er.
            Ce que les autres en ont retiré leur appartient, dans ma vision du monde, de ses lois de cause coeurales à effets créateurs cosmiques et universels, il est impossible que l’énergie qui était présente dans ce moment et qui agissait à travers moi/Soi ait pu avoir été source de chaos pour les autres, de ma paix intérieure dépend celle qu’ils me renverront puisque les autres…c’est moi/Soi.
            La reprise du travail ce matin s’est faite avec beaucoup de cordialité et de fluidité dans les échanges, j’ai même ressenti de la chaleur humaine entre nous tous, on était, je peux le dire, joyeux et attentifs les uns envers les autres. Mais pouvait-il en être vraiment autrement si je n’ai pas rêvé ce pas réel et concret de l’Amour de Soi ?
            Assurément non, et je m’en réjouis 🙂

            Bises A.T
            S.B

        • Cécile dit :

          Bonjour Soleil Bleu,
          Une fois de plus tes paroles me touchent en plein cœur… Merci à toi.

          • Soleil Bleu dit :

            Chère Cécile,
            Les portes de mon cœur ne se sont qu’entrouvertes, il me reste encore à les ouvrir sans retenue pour le laisser battre à tous les vents…et certains sont sacrément plus décoiffants que d’autres…;-)
            Je t’embrasse ♥
            S.B

    • Alain dit :

      Bonjour,

      Merci pour ces réponses.

      fraternellement

      Alain

  4. laurore dit :

    salut passeur, ça fait du bien de revenir après un très long voyage.

  5. François dit :

    Stéphanie, 🙂

    Voilà que j’ai un petit moment pour quelques lignes sur ton ‘interprétation’ au sujet du livre… et la synchronicité…. ♥

    Depuis quelques années maintenant il me vient régulièrement des envies d’écritures. Et puis il y a eu jusqu’à présent et à chaque fois une petite voix en moi qui me disait en gros ceci:
    « Mais François tu es en plein délire, tu n’as pas le niveau intellectuel et tu espères pouvoir écrire un livre… pffff… mon pov’ vieux, tu crois que ça va intéresser quelqu’un ?  » (oui j’ai parfois un saboteur très familier et direct 🙂 )
    Et… il y a quelques jours (avant ton intervention) il m’est apparu , de nouveau, cet appel, et là ce fût légèrement différent, la petite voix s’est tue et a laisser place à un espace vide en moi. D’abord interpellé par ce vide et conscient qu’il portait en lui un potentiel de compréhension, je l’ai laissé prendre sa place malgré une certaine crainte je l’avoue. Bien m’en a prit , car de ce vide est né ‘un passage’. En fait il s’agit d’un passage astro qui me concerne qui est que le saturne de maintenant passe sur mon neptune de naissance. Je ne vais pas faire un développement astro ici , mais en gros voici ce que cela peu signifier. Neptune c’est la première étape des matrices. Ce sont les idées, pensées, la foi, l’intuition , l’état extatique, le sans forme, le sans contenant, la liberté en terme d’espace et de temps, les rêves, les ‘envolées’ méditatives, les visions , etc… Saturne lui est la deuxième étapes des matrices : la structure, la matière , la terre, le concret, les autres, le social, le temps, etc….
    Donc cette porte que je suis en train de franchir actuellement m’invite comme dans la mythologie à ce que saturne fusionne avec neptune. (dans sa version harmonieuse) J’ai donc , lors d’une rencontre avec ma compagne, permis à mon saturne d’avaler mon neptune. En clair j’ai ouvert un espace où mes expériences vécues en matière de spiritualité, de fusion et de créativité (neptune) peuvent entrer dans une forme de structure indispensable à une éventuelle divulgation extérieur , que ce soit sous la forme d’un livre ou tout autre. De plus , deux ou trois jours avant ton intervention j’ai relu une partie de mes commentaires de 2012 sur ce site (oui je les conservées dans l’idée du livre justement ha ha ha …)
    Aujourd’hui , je n’a pas encore totalement fait ce passage, je me sens sur le seuil , un pied dans une pièce et l’autre pied dans la pièce voisine, mais le travail (saturne) demande du temps. Ce sont deux états opposés et complémentaires. Neptune le planant et saturne le rationnel. L’un dans l’autre ça devrait bien se passer (comme on dit aux jeunes amoureux 🙂 )…. les idées, les pensées , la fusion (N)… tout ça dans un cadre sécure, délimité (S) afin de ne pas se perdre est la ré-unification , l’union qui permet de dire ce que je ressent, vit, et comprends de façon claire (là on voit qu’il y a encore à faire hé hé…) à l’extérieur. Ce qui me freinait jusque là dans l’écriture c’est justement le manque de structure et non pas les expériences …. J’ignore où cela me mènera, peut-être qu’il ne sortira jamais de livre, peut-être que oui mais ce n’est pas le plus important, non ce que je ‘gagne’ c’est la possibilité d’unir ces deux ‘états’ en conscience et , de fait, ne plus être complètement ‘affolé ou frustré’ de ne pouvoir partager ce qu’il m’est offert par la vie. C’est de pouvoir expliquer aux gens que je rencontre de façon claire ce que je ‘lis ou sens’ en eux et de répondre sur un plan compréhensible, positif et constructif pour eux et pour moi. C’est également de pouvoir me détendre dans les changements. (un peu comme dans l’histoire de cette personne qui sort de chez lui , monte la montagne, vit un état d’extase , sort de l’état extatique, remets ses sandales , redescend la montagne et rentre chez lui faire une soupe) La vie nous invite au changement permanent, se laisser aller sans résistance, regret ou peur à ces changement permanents et inévitables et un confort qui génère la Paix.
    Voilà pourquoi j’ai souris à ton lapsus qui n’est en fait qu’une très bonne connexion de ta part au Tout et cela ne me surprends d’ailleurs absolument pas, de ce que je te connais. 🙂
    Je t’embrasse et à bientôt…. ♥

    • graffitique dit :

      François, j’ai juste envie de te dire : oui, vas-y, fais le 🙂
      (Je ne sais pas ce qui m’y pousse, ce n’est pas les planètes, c’est juste que je le sens comme ça, entre tes lignes peut-être)

    • Katerina dit :

      François ,

      Tu dois certainement savoir si c est le moment .
      Comme tu le dis si justement et si j ai bien compris , cela serait un changement pour toi .
      Et cela m amène à penser que le confort qui génère la paix n est pas toujours ce que l on croyait . Merci .
      Affectueusement
      Katerina

    • Stéphanie dit :

      Cher François,

      Je te remercie pour ta sincérité, ta transparence et ta lucidité qui sont tes forces. Je suis très heureuse d’avoir pu être un instrument au service du Tout ou comme le dit avec beaucoup de sagesse notre ami Alain Thomas «Nous avons des intuitions qui nous traversent et qui ne nous appartiennent pas » parce que nous sommes connectés par le cœur au champ unifié nous recevons simplement …

      Je continue à lire tous les commentaires avec toujours beaucoup d’intérêt et parfois de joie. Je me sens connectée par le cœur avec beaucoup d’entre vous mais je n’ai plus le besoin de m’exprimer. En lisant ton commentaire, j’ai vraiment reçu « l’impulsion » d’y répondre, un peu comme une petite lampe qui s’est allumée en moi alors j’ai obéit simplement …

      Je connais bien le processus d’appels et de doutes que tu traverses puisque je suis passée par là moi aussi … J’adore ce que tu dis sur Neptune et Saturne (et c’est une autre syncronicité) parce que ces deux planètes sont celles qui sont les plus importantes dans mon thème natal … Lorsque j’ai lu ton dernier message, mon cœur était vraiment en joie et j’étais vraiment émerveillée (il y a pas d’autres mots) par toutes ces synchronicités autour de l’écriture. Tous les amis avec lesquels j’ai tissé des liens grâce à ce site unique (merci Passeur) ont tous un lien avec la création et les mots … Je trouve cela tout simplement « magique » …

      Je sais que tu vas écrire un livre que je vais adorer lire ! Je t’embrasse de tout cœur François !

    • Soleil Bleu dit :

      As-t-on envie de répondre à l’appel de Soi ? d’écrire pour Soi ?
      Si oui, on laisse le livre s’écrire 🙂 à ses desseins à Lui ♥
      C’est fou comme par moment la Vie me semble simple 😉 sans une once d’ironie en+, et je trouve ça bonnnnnnnnnnnn……

    • François dit :

      merci les potes 🙂

  6. Marie-Anne dit :

    Bonjour Passeur, bonjour à tous.
    Me voici revenue d’un beau périple dans le sud- ouest et le sud de la France où je me suis sentie accueillie dans la Joie, le Feu, le Vent, l’Amour et la Paix.
    Merci à ces magnifiques régions!

    C’est avec plaisir que je retrouve aujourd’hui les publications du site du Passeur, ainsi que les divers commentaires toujours très intéressants, et parfois très émouvants pour moi.
    Merci à tous, et merci Passeur, pour ce texte de Bertrand Duhaime.

    Oui, le Vieux Monde nous colle encore un peu à la peau, et, même, il insiste!
    Plus que jamais, je me sens assaillie de pensées dites négatives, de craintes pour mes proches ou de projections automatiques autant que désuètes en ce qui concerne l’avenir.
    Mais, aussitôt, dans un tendre jaillissement, le  » Nouveau » se rappelle à moi, et démonte et démontre ces mécanismes anciens et perturbateurs ; ce qui m’aide à transmuter ces modes dépassés, sans trop me juger!
    Pourtant, il est vrai que ce processus (chez moi, en tous cas), s’effectue encore en dents de scie et s’accompagne ( effectivement), encore un peu trop souvent, de tangage émotionnel.

    Et dans ce cas, oui: le meilleur et le plus magnifique recours est de me rappeler Qui Je Suis; et, comme le préconise B.Duhaime,  » de me former une image puissante de Qui Je Suis, un Être de Lumière, pendant que j’achève de me libérer du paradigme du vieux monde et que je m’insère davantage dans la trame du Monde Nouveau ».
    Et, oui, je sens aussi que je dois  » m’abandonner à la Lumière divine et laisser ce travail de purification se poursuivre jusqu’à ce que je sois complètement libérée des vestiges des anciens modes de pensées et de ressenti, jusqu’au plus profond de mon inconscient et de mes cellules physiques »…( et que cela nous est recommandé à tous, bien évidemment).

    Cet abandon Total est encore un peu difficile, pour moi.
    Pourtant, tout m’y pousse – tout nous y pousse : les nombreuses synchronicités, p. ex.; et aussi (en ce qui me concerne, mais cela doit être le cas pour beaucoup d’entre nous ?),
    les visions fortes et nettes qui affluent ( surtout, chez moi, dès que je ferme les yeux); les nombreux rêves puissamment évocateurs ou purificateurs;etc, etc,…
    Depuis quelques temps aussi, je suis aussi conviée, intérieurement, à m’imaginer, de façon de plus en plus claire et à l’aide d’allégories et d’intuitions, les dimensions dites supérieures , leurs qualités, leurs possibilités, la manière de les appréhender, etc, etc,…

    Bref, puisque Portail du Lion il y aurait, passons- le avec le plus de grâce et de gratitude possibles,… jusqu’au prochain portail, de plus en plus purificateur? ajusteur? affineur? expanseur? libérateur?…..

    Amitiés à tous

    • marie christine dit :

      Heureuse de te retrouver, Marie-Anne !!! Grosses bises !
      Oui, nous avons tous, semble-t-il, nos « soucis » spirituels, et chacun, dans un beau foisonnement de créativité, ses remèdes personnels . Et c’est intéressant de les partager, sans rien imposer, juste partager … Et ainsi on s’aperçoit que nous avons tous des points communs (dans l’un) et des variations d’expériences et de stratégies (dans la multiplicité) .

      • Marie-Anne dit :

        Merci, Marie-Christine 🙂
        Moi aussi , je suis ravie de te retrouver!
        Je n’ai pas encore eu le temps de lire toutes les nouvelles publications du site , ni tous les commentaires attenants, mais j’en ai déjà découverts avec joie et intérêt quelques-uns ( dont certains des tiens).

        Concernant les différents et multiples parcours des êtres, je suis tout à fait en accord avec toi: chaque chemin est unique et a son propre rythme. C’est là l’un des secrets de l’infinie créativité de l’Un.
        Ici, sur ce site, nous apportons simplement le témoignage de notre parcours personnel :je trouve cela très enrichissant et parfois très inspirant, réconfortant ou encourageant!
        Le tout ( bien d’accord avec toi) est de respecter et même d’honorer chaque chemin, sans juger et sans forcer quoique ce soit!

        Je t’embrasse moi aussi, de tout cœur!

    • François dit :

      🙂 hé ben , t’en as mis un temps !!!… ha ha ha …. content de te lire à nouveau… bises 🙂

      • Marie-Anne dit :

        Coucou, François 🙂

        Ravie de retrouver ton rire….et très heureuse aussi de te lire à nouveau sur le site du Passeur!
        Comme je l’ai dit un peu plus haut à Marie -Christine, je me réjouis de lire la suite de vos commentaires à tous, dont bien sûr!!! les tiens , tu penses!!! 🙂
        Je t’embrasse, et de tout cœur aussi!

    • Margelle dit :

      Marie-Anne, un grand merci pour ta si belle humanité qui me touche profondément…. ♥

      • Marie-Anne dit :

        Merci, Margelle 🙂
        Ton message me va droit au Cœur : il vient d’une si belle Âme!
        Merci pour ton accueil! Je t’embrasse 🙂

    • acacia dit :

      Bonjour Marie-Anne !
      « dans un tendre jaillissement, le Nouveau se rappelle à moi, et démonte et démontre ces mécanismes anciens et perturbateurs ; ce qui m’aide à transmuter ces modes dépassés, sans trop me juger! ».
      Voilà très exactement exprimé ce qui se vit en moi et je te remercie de l’avoir formulé ainsi, de manière si juste.
      Je suis bien contente de te retrouver ici ! 🙂 ♥

  7. JP dit :

    Bonjour tout le monde,

    je me pose cette question depuis très longtemps.. comment expliquez vous que la plupart des gens que je croise tous les jours, qui ne se poses et ne ce sont jamais posés de questions, sont compléments pris dans le système, n’ont pas grande conscience de la préciosité de la nature, de l’eau, exploitent leur environnement sans vergogne.. consomment a outrances .. Enfin pour résumer les gens dans la norme, et ils sont majoritaires, ne semblent pas subir tous ces changements, sont en relative pleine forme, et au contraire semblent prendre un très mauvais chemin, accentuant leur égoïsme, le politiquement correct pour mieux obtenir, la perte de tous sens profond des choses et le respect très généralement.
    J’ai depuis longtemps ma petite idée la dessus, mais j’aimerais avoir votre avis, et si il est différent du mien il n’en est que plus enrichissant

    Joel

    • marie christine dit :

      JP, en fait on ne sait pas exactement ce qui se passe en eux, derrière les apparences …

    • TAM dit :

      Ouf ! Joel….Je v

      • TAM dit :

        Je pense qu’ils ont été coupés de la réalité (la vraie)….conditionnés depuis leur naissance, endoctrinés par le Grand Pouvoir…. qui se retrouve partout (à commencer dans l’éducation des enfants dans l’enseignement)….Ainsi, on a le pouvoir…..Ensuite, on lobotomise les gens en leur inculquant par les médias de fausses valeurs, une fausse histoire de l’ Humain….On leur met des œillères pour qu’ils ne voient pas…..On leur fait croire que ….avoir une femme, des enfants, une maison, une piscine, une voiture, ça les rend heureux….On leur dit que consommer , consommer, consommer leur apportera le BOHNEUR ( car cela rapporte du fric aux grands PONTES)….On leur dit qu’ils sont malades ( et en avant pour se faire encore du fric sur leur carcasse)….Ils sont conditionnés … Je crois me souvenir d’un film qui répond bien à cette situation c’est TRUeMan show ou un truc comme ça….Un homme qui vit la vie que les « manipulateurs » veulent qu’ils vivent….Mais, il finit par comprendre et se libère…Nous ne sommes pas nombreux à réaliser que la Vie ce n’est pas ça….Que notre vie n’est pas faite pour servir ceux qui se nourrissent de nous , qui nous ont usurpé nos pleins pouvoirs pour leur propre bénéfice….Il ya trente ans les gens été à 90% éteints (mais iln’y avait pas cette frénésie de consommer )et il y avait encore des zestes d’humain….Maintenant, c’est n’importe quoi….Mais il fallait en arriver là et tomber vraiment très très très bas….Pour peut-être que vienne une ouverture de conscience qui va de pair avec la prise de conscience….Arrêtons de nous faire téléguidés….Arrêtons d’accepter tout ce que l’on nous dit, d’être un clône au milieu de clônes …..Comme ils ont voulu que nous le soyons. pour mieux nous posséder. La prise de conscience est la liberté !!!!!

    • Margelle dit :

      Je suis d’accord avec les 2 réponses données. Connais-tu l’expérience du chien mis dans une cage électrifiée sans possibilité de sortir ? Ensuite on refait l’expérience avec ce même chien et un autre qui a expérimenté la possibilité de sortir… dans une cage qui possède cette possibilité. Et bien, comme attendu le premier ne cherche pas à s’évader, alors qu’il le pourrait… ce qui montre la force de l’engrammage. Maintenant, dans la réalité pourquoi certains se rebellent et d’autres semblent accepter ? il y a tellement de réponses possibles… je crois bien qu’elles sont toutes justes.. Ensuite il y a nous et notre présence au monde… toujours à actualiser….

    • Cécile dit :

      Bonsoir Joel,
      Comme le dit Eckart Tolle :  » Si son passé était le vôtre, sa douleur la vôtre, son niveau de conscience le vôtre, vous penseriez et agiriez exactement comme lui. ».
      Nous ne sommes simplement pas tous au même point d’évolution. Cette prise de conscience permet d’être en paix malgré l’état actuel du monde et de l’humanité qui le peuple majoritairement.
      Bien à toi,

    • alain thomas dit :

      Derrière cette question il y a un jugement, une discrimination, une séparation… une dualité, bien humaine et bien naturelle 🙂
      Chaque fois que nous manifestons une opposition, nous projetons une partie de nous-mêmes sur les autres comme s’ils en avaient la responsabilité.
      Comment savez-vous que les gens pensent ou ne pensent pas, qu’ils sont complétement pris dans le système, qu’ils n’ont pas grande conscience de la préciosité de la nature, de l’eau, qu’ils exploitent leur environnement sans vergogne… consomment à outrance ?… 🙂

      Quelles sont ces réponses qui corroborent votre question et qui lui donnent du crédit ? 🙂

      Comment pouvons-nous nous séparer à ce point de toutes ces énergies qui sont là pour nous offrir leur vertu, leur justification, leur raison d’être, celle de nous montrer le chemin à suivre ?… Comment ne pas tendre la main à toutes ces énergies opposables, qui donnent tant par leur intensité ? 🙂

      Et comment pouvons-nous assurer, nous… les autres donc, que nous nous posons bien toutes les bonnes questions, surtout celles que les autres ne se posent jamais, que nous ne sommes pas pris dans le système, que nous seuls avons une grande conscience de la préciosité de la nature, de l’eau, que nous exploitons notre environnement avec vertu… que nous consommons modérément… que nous n’accentuons pas notre égoïsme, que nous ne perdons pas tout sens profond des choses, que nous sommes toujours respectueux de tout… 🙂

      Mon avis est différent du vôtre et j’espère qu’il vous aidera à regarder en vous pour accepter le principe de l’amour universel, sans séparation…

      Avec toute ma gratitude pour votre observation !

      Bien à vous ♥☼♥☼♥

      • JP dit :

        Merci a tous pour vos points de vue différents.. complémentaires plutôt…
        J’ai bien sur totalement conscience de ne pas être parfait, loin de la.. mais peux t’on tendre a l’être le plus possible a chaque instants ?, être au plus parfait de ce qu’ont peut être dans chaque situations, car dans ce cas l’attention doit être totale, sans détours sur ce que nous sommes, en acceptation de notre imperfection. si je dois prendre une décision a propos de quelqu’un, ou d’un arbre qui devient un problème et que je devrais couper, et si je ne prends pas ça a la légère, alors je suis face a ce que je suis réellement intérieurement, avec mes habitudes, mes arrangements, la façon dont je peux séquencer mes actes pour ne pas subir de plein fouet la vision globale de ce qu’il pourrait signifier pour moi.. sur moi. Nous faisons tous ça la plupart du temps, très habilement inconsciemment d’ailleurs…
        Je ne crois pas qu’il soit suffisant d’être dans l’amour universel pour se changer et par la suite, ensembles, changer les choses.. d’ailleurs je ne sais pas ce qu’est cet amour avant d’avoir changé radicalement. quel est la qualité de l’amour de quelqu’un qui aime parce qu’il est agréable d’aimer, et que ça lui apporte plus de bien être que d’être dans la haine..
        D’autres ont deja donnés dans le peace and love, c’était certainement pour eux une expérience inoubliable et merveilleuse, et rien n’a changé, tout a empiré très vite au contraire. D’ailleurs tous les prédicateurs de nombreux mouvements spirituels et New âge ne sont ils pas des rescapés du mouvement hippie ?
        J’ai passé environ 40 ans de ma vie a voyager entre bien des récifs spirituels, je m’en suis toujours éloigné avant de m’y échouer et malgré moi et mon insatisfaction je suis toujours revenu au discutions de Krishnamurti, la seule voix qui parlait vraiment a mon être intérieur. c’est un des seuls a dire, « si vous n’êtes pas dans l’amour alors ne chercher pas a venir a l’amour, il est la et vous ne le voyez pas, regardez ce fait en vous ».
        Merci a tous pour vos discutions.
        Je crois qu’il est très important d’être au mieux de ce que l’ont peut être dans chaque situation, ce qui entraine de nous voir tel que nous sommes et non comme nous aimerions nous voir. l’acceptation d’une certaine imperfection de nous même en toute conscience est indispensable pour changer.

        Mais en fait j’ai très mal formulé ma question, beaucoup de textes édités sur le site nous parlent de passages douloureux, tant émotionnels que physiques. C’est une vérité que je vis.
        Ma question était pourquoi la plupart des gens, disons « conformes » , ne souffre pas de ces choses. pourquoi ces énergie n’influx t’elles pas sur eux ? puisqu’aucuns changement n’est perceptible, alors qu’il l’est très clairement sur une minorité ?
        Rien n’a l’air de se passer pour ces gens.. C’est très naïf comme question.. mais j’ai un coté comme ça

        En tous cas, Je vous souhaites tout le meilleur et une vie pleine de sérénité.
        Joel

        • alain thomas dit :

          Merci Joël, je crois que nous n’avons aucune idée de ce qu’est l’amour universel mais il est là et si proche et si simple qu’on ne le voit pas, comme le dit Juddi.
          Nous pouvons en avoir un bref aperçu non pas dans l’observation mais dans la contemplation, juste avant que le mental se manifeste.
          Bien à vous

        • Cécile dit :

          Joel,
          Tu demandes : « pourquoi la plupart des gens, disons « conformes » , ne souffre pas de ces choses. pourquoi ces énergie n’influx t’elles pas sur eux ? puisqu’aucuns changement n’est perceptible, alors qu’il l’est très clairement sur une minorité ? »
          Il me semble que c’est simplement parce que nous n’évoluons pas dans les mêmes dimension. A partir de là, chaque événement ne peut être perçu de la même façon par tout le monde, et ne peut donc exercer les mêmes effets sur nous. Une jeune âme ne verra tout simplement pas certaines choses que, pour ta part, tu perçois avec une grande acuité.
          C’est ainsi, et il n’y a pas lieu de s’en émouvoir outre mesure. Ou plutôt, je dirais que ton émotion est probablement légitime en elle-même, mais qu’il n’est peut-être pas indispensable de l’entretenir par la résistance ou le jugement. Plus tu vis la paix en toi, plus tu appelles la paix autour de toi. Au bout du compte, n’est-ce pas cela le plus important ?

          • Cécile dit :

            Pour illustrer cette histoire de dimensions différentes dans lesquelles nous évoluons, imagine un bouchon de liège et un morceau de plomb sur une plage.
            Une vague arrive. Le bouchon de liège est emporté par la vague, le plomb ne bouge pas.
            Ils se trouvent tous les deux dans le même espace physique, au même moment. Ils sont tous les deux de même nature fondamentalement : composés d’atomes, de molécules, etc.
            Par contre, leur densité n’est pas la même. Le bouchon de liège ne vaut pas mieux que le morceau de plomb, il est juste plus léger.
            Voilà, d’un certain point de vue, tu es un peu comme ce bouchon de liège, et les « gens conformes » sont un peu comme ce morceau de plomb : juste à des stades différents, chacun sur son chemin d’évolution.
            Bien à toi,

        • François dit :

          Salut Joël,

          Tu demandes: Ma question était pourquoi la plupart des gens, disons « conformes » , ne souffre pas de ces choses –

          Je peux t’assurer que tout le monde a sa part de souffrance. Cela me semble d’ailleurs inévitable sinon juste puisqu’en lien direct avec notre vie présente et celles passées. La différence est , à mon humble avis, dans le niveau de conscience. Quelqu’un qui développe sa conscience va ‘ressentir’ beaucoup plus les éventuels déséquilibres que quelqu’un qui a la sienne au niveau du sol. La ‘douleur’ générée par un déséquilibre aurique (puisqu’elles viennent essentiellement de là) n’est perceptible qu’en fonction de notre conscience. Ca ne veux pas dire non plus que ‘monter sa conscience’ implique obligatoirement des souffrances mais c’est assez courant. En fait, les ‘déséquilibres’ dans notre corps sont légions et se règlent à mesure que notre CS s’élève en appelant ainsi d’autres (des déséquilibres) afin de les travailler en profondeur et de les transformer (c’est une spirale). Nous sommes là, à cette époque merveilleuse pour cela justement. J’ai pu vérifier maintes et maintes fois des souffrances et/ou des douleurs chez beaucoup de personnes et de tous niveaux de CS. C’est chacun son cadeau et chacun sa croix…. 🙂
          Les ‘conformes’ comme tu dis avalent leur dose de médicament, d’alcool, de diverses choses qui, illusoirement, calme ces états désagréables. Quelques autres vont demander à leurs guides, anges, Soi supérieur, etc…, et d’autres encore auront recours à d’autres choses encore pour essayer de trouver ‘la position antalgique’ de leur vie.
          Cela dit ils sont comme toi et moi et le reste de la planète…. nous cherchons tous à être heureux, sereins et créateurs de notre petite et magistrale vie.
          Bonne route à toi.

        • Margelle dit :

          Je crois également que nous n’avons aucune idée de ce que vit réellement l’autre…. que lui-même ne le sait pas, que nous ne le savons pas toujours pour nous-même… que notre approche et de nous-même et de l’autre laisse encore beaucoup à désirer. Faisons avec, tout en visant mieux… Il me semble aussi que nous avons à faire la paix avec notre être, notre solitude… qui n’est pas une calamité, mais une présence à chérir… et faisons confiance à celle de l’autre…. J’ai une petite tendance à m’inquiéter pour la solitude de l’autre…. qu’est-ce que j’en connais ? Projection sûrement…. J’exprime difficilement mon attrait pour une solitude reliée à celle de l’autre… en toute quiétude.

        • TAM dit :

          Joël ! Aimer l’Autre (amour universel) ce n’est pas non plus tout accepter ….Je regrette….J’aime les plantes , les animaux et toute vie sur notre si belle Terre….Je suis en profonde adéquation avec eux (mais que c’est dur pour cet arbre que l’on coupe, cet animal que l’on tue….) Par contre, j’aime ces multitudes de gens….et leur porte beaucoup d’Amour….Mais attention il ne s’agit pas non plus de se faire exploiter, manipuler…..Jésus (sans esprit de religiosité OK) aimait, aimait….Mais il a tout de même dit aux marchands du Temple d’aller se faire voir ailleurs. L’Amour universel oui mais devenir victime de certains non. On peut aimer mais avec toute notre conscience….et avoir un regard de compassion pour ceux qui n’ont pas encore capté. PS : encore une idée un peu farfelue certes mais que j’ai eu envie soudain d’exprimer. Lumineusement Tam

          • marie christine dit :

            Et les choses sont parfaites car si tout le monde avait le même niveau de conscience, personne n’aurait pu émerger pour tirer en avant .
            Inversement, il se trouve que dans ma vie actuelle je suis poussée à fréquenter ce genre de personnes dont parle Joël, et CA ME FAIT DU BIEN d’être avec des gens simples, gentils, insouciants, joyeux . Ca me soulage de mes angoisses existentielles . Ce qui n’est pas le cas avec les « avancés spirituels » qui ont les mêmes angoisses que moi .
            Dieu a tout prévu !

            • marie christine dit :

              Je ne sais pas ce qu’est un niveau de conscience … Et je me demande parfois si on ne confond pas avec : niveau de connaissances (spirituelles) .

              • JP dit :

                Un niveau de conscience pour moi est certainement lié a la capacité a être par moment dans une lucidité sans analyse, une sorte de compréhension immédiate, sans réflexion ou raisonnement qui autrement introduisent le temps et t’éloigne immédiatement de cette sorte de regard immédiat et universel.
                Ce n’est pas présent tout le temps chez moi, mais quand le lien s’établi, je dis souvent a ce moment, et c’est en tout cas comme ça que je le ressent, que ce que je vois n’est pas de moi ou a moi, mais a cette totalité. Alors dans ces moment des myriades d’éléments, de donnés qui habituellement te perturbent, s’imbriquent naturellement pour ne laisser place qua une grande carte parfaitement claire et lisible. Si j’introduit une infime partie de moi, de doute, de désir, de raisonnement, alors je me sépare immédiatement et ce contact naturel s’évanouit comme il était venu.
                Personnellement je ne médite pas, j’observe simplement. Ca m’arrive souvent quand j’écoute les confidences torturées de quelqu’un avec une grande compassion.. je crois.. alors le schéma psychologique de la personne se déroule en moi par une sorte de vision fulgurante. d’ailleurs je suis a ce moment ce schéma, il n’est pas différent de ce que je suis, seul certains paramètres insignifiant finalement sont différents..
                Je crois en effet qu’un être humain peut être universel, dans le sens d’être consciemment toutes choses. Alors certainement qu’il n’y a plus de mystères et que tout est clair.
                Krishnaji était certainement cet universel permanent, et il a tenté sa vie durant d’amener les gens a ce point de contact.
                J’espère que ce que je voulais partager est clair, car ce n’est pas simple de parler de cette lucidité avec des mots.

                En tout cas merci a tous d’avoir rebondi sur mes questions, tous vos avis sont passionnants et teintés d’une grande lucidité.
                Continuons de chercher car je crois que c’est notre tache et que ce travail difficile sera utile a toute l’humanité
                Joel

              • alain thomas dit :

                « Un niveau de conscience pour moi est certainement lié a la capacité a être par moment dans une lucidité sans analyse, une sorte de compréhension immédiate, sans réflexion ou raisonnement qui autrement introduisent le temps et t’éloigne immédiatement de cette sorte de regard immédiat et universel. »

                C’est pourquoi nous pouvons soit graduellement approfondir notre compréhension en atteignant des paliers par l’analyse, le raisonnement et la pratique de l’observation et de la contemplation soit lors d’une absorption méditative ou encore d’une rencontre sublime avec une fleur ou un champ de blé… une connaissance spontanée qui donne un aperçu sans pensées de ce qu’est notre vraie nature profonde et immuable.

                Alors l’Absolu ne devient pas forcément un endroit où des êtres seraient différents parce que chacun à des niveaux différents mais un TOUT indivisible où rien n’est séparé, rien n’est comparable, rien n’est supérieur ou inférieur, sans pour autant que l’on sache exactement ce que c’est tant que nous n’en avons pas fait l’expérience.

              • Margelle dit :

                Joël, j’aime beaucoup ton point de vue, et je ne pense pas utile de le discuter….

              • pierrot dit :

                Attention avec le mot niveau de pas faire entrer la comparaison

              • Katerina dit :

                Un niveau de conscience est simplement le degré de libération de l ego .
                Nous sommes tous identiques , meme si nos idées sont différentes dans un temps diffférent , nous sonmes reliés à la meme source .
                Je crois que la spiritualité apparait obligatoirement à un moment ou à un autre de notre chemin , nous aidant à nous libérer .
                Ce n est pas non plus la seule chose . Il y a tant à découvrir .
                Affectueusement
                katerina

            • JP dit :

              oui tout a fait d’accord Marie Christine, je ne suis pas sectaire et j’aime fréquenter toutes sortes de milieux.. Mais depuis quelques années et c’est exponentiel je remarque quand même une perte de sens évident chez la plupart, et pour peu que j’écoute de façon extrêmement lucide ce qui se cache psychologiquement derrière les attitudes, sujets de discutions, intérêts.. c’est a faire peur
              alors quand je suis avec des gens aujourd’hui, j’évite surtout de gratter la peinture, car autrement ce ce que j’y vois ne me donne pas beaucoup d’espoir pour l’humanité, la terre et la nature.

              • Béa dit :

                Quand nous apprécions la perfection d’une œuvre artistique et le jeu subtil des contrastes,il nous parait tout à fait évident et logique que des parties sombres côtoient des parties lumineuses et il ne nous viendrait pas à l’esprit de souhaiter renoncer aux ombres sachant qu’elles révèlent la lumière et inversement.
                Le regard neutre ne met pas de niveau,ne compare,ni ne s’octroie le droit de juger. Humblement,il reçoit et accueille sans condition « ce qui est » en englobant l’ensemble,simplement,totalement,sans permettre au mental de souiller,falsifier ou brouiller ce qui ne souffre d’aucune imperfection initiale ou discrimibation quelconque (étant reconnu Création Divine.
                C’est cet accueil inconditionnel de ce qui nous est donné à voir et à vivre qui nous offre la légèreté d’Etre partie intégrante de l’éternelle Création de l’Un .
                L’oeuvre n’est réalisée que par l’attention bienveillante que l’on s’autorise à y poser !
                Il n’y a ni bon ni mauvais,ni supérieur ou inférieur.Un photographe ou un peintre joue avec les contrastes ,trouve le bon angle pour révéler la beauté magique que tout détient.Il ne fonctionne pas en séparant ou excluant,il unit et harmonise avec toute la palette des possibles…La Vision unitaire permet cela alors que la perception (projection de nos croyances limitées et insanes-dualité) nous en prive pour notre plus grand malheur !
                Bien à tous et chaque UN !

              • Margelle dit :

                Béa, attention à l’angélisme ! certaines oeuvres me font vibrer, d’autres non… certaines oeuvres passent à la postérité, d’autres non…
                Bien à toi…

            • François dit :

              Salut Marie Christine,
              De mon point de vue , plus la conscience est élevée chez un être plus cette personne sait qui elle est. Qui elle est vraiment et ce qu’elle est venue faire sur ce monde à cette époque.
              La connaissance effectivement, mais la connaissance de soi surtout. Se connaître requiert beaucoup de travail sur soi et sur Soi. Plus un individu accepte ses parts inconscientes de qui il est véritablement et qu’il s’aime ainsi, plus sa conscience s’envole. Les manifestations concrètes qui permettraient de savoir si on s’élève sont multiples , j’en cite quelques-unes au hasard : On sait pourquoi on est là (missions de vie) , on créé des synchronicités heureuses , notre santé s’améliore grandement, la Joie apparaît dans notre vie (là je ne parle pas d’être content d’un spectacle ou d’un événement , non je parle d’une joie profonde, tranquille, sereine qui donne envie de chanter la vie quoiqu’il se passe), on ‘voit ou sent’ les choses, on rayonne sans le vouloir, on trie nos relations, on change beaucoup de choses dans notre vie (couple, travail, etc sont possible), on ose être, dire, etc… etc… bref on devient ou plutôt on EST notre vérité propre et individuelle sans aucune peur d’être juger par qui que ce soit et pour quelque raison…..
              Si la conscience est présente on sait d’emblée si un lieu, une personne ou tout autre chose nous sert ou nous dessert. On comprends le pourquoi des situations que nous sommes amenés à vivre et on en prend le sens profond. Il y a de moins en moins de questions et de plus en plus de réponses… bon j’arrête là sinon j’en ai pour la journée et j’ai un livre à finir… 🙂
              je t’embrasse Marie-Christine
              ha j’oubliais… surtout … ON S’AIME ! ♥

              • Stéphanie dit :

                Coucou François,

                Ta définition de la conscience qui « s’élève » résonne parfaitement en moi …

                Au bout du compte, c’est très simple mais il faut beaucoup de courage et de détermination pour parcourir ce chemin.

                Si tu es en train d’écrire sur ce sujet, je serais enchantée de te lire ! J’aime ta vision et ton parcours de vie.

                Je t’embrasse chaleureusement.

              • François dit :

                Merci Stéphanie, ♥
                Je n’écris pas (pour l’instant en tout cas) , je parlait d’un livre que je lis en ce moment, 🙂 maintenant si d’aventure le clavier me démangeait (et que j’ai ton e-mail) , je me ferais un plaisir de te partager bien entendu. Tu as parfaitement raison, ce n’est pas facile mais c’est simple et, effectivement il s’agit de courage et de détermination avec en filigrane la quête d’Amour pour soi. En espérant que tu ailles bien ainsi que ta petite tribu, je t’embrasse

              • Stéphanie dit :

                Oups (pour le livre) … Comme quoi nous interprètons la parole des autres selon nos propres filtres.

                C’est toujours une joie d’échanger avec toi François ! Tu as le don de m’éclairer (d’une façon inattendue).

                Tout va très bien pour moi. Merci de tout coeur.

              • François dit :

                🙂 Ha Stéphanie… Peut être que grâce à ton interprétation tu viens d’arroser une graine en moi. Te raconterai plus en détails… promis.. ♥ 🙂 🙂

              • TAM dit :

                ET ON DEVIENT, François, L’HOMME (féminin masculin) COMPLET DU GRAND TOUT A SON IMAGE…..Les temps sont là pour qu’enfin le long travail sur soi et pour le SOI arrive à ses fins….Se trouver et s’aimer soi-même pour que cet Amour déborde et se déverse. C’est divin !!! (lol)

              • Katerina dit :

                Tam ,

                Ta lumière et ta confiance illuminent .

                Katerina

              • marie christine dit :

                Toutes les manières de voir sont enrichissantes . Ca serait bien de se rencontrer un jour …
                Je dis mes pensées et ressentis en vrac (ça sera plus spontané) :
                Bien sûr que l’ombre doit être pleinement acceptée puisqu’elle existe mais on ne peut pas en rester là . Il y a une phénomène alchimique qui consiste à la transformer en son équivalent lumière . Il me semble que le but n’est pas de garder cette ombre=ego=souffrance éternellement !
                JP, je n’invente rien en disant que les personnes placées sur notre chemin, c’est pour l’effet miroir ou pour apprendre quelque chose . Il se trouve que justement en grattant la peinture, je découvre des êtres apparemment ordinaires avec des drames ou des vies hors du commun et un courage et une force époustouflants, des gens conscients écologiquement aussi, qui aiment tout simplement manger bien par exemple . J’étais devenue blasée, je pensais avoir fait le tour de la nature humaine qui ne m’intéressait plus guère, et maintenant quand je les regarde, je me dis qu’ils sont Dieu comme moi, Dieu tordu, Dieu imparfait, Dieu incomplet, Dieu ignorant, Dieu dans tous ses états, Dieu sous toutes ses facettes, Dieu inachevé, Dieu en progression, en évolution vers sa perfection qui EST déjà, Dieu qui joue à être imparfait comme les enfants jouent aux adultes en imitant leurs manies et leurs problèmes .
                Beau programme, François ! Je pense que Eckhart Tollé (et d’autres) est arrivé à ce stade de paix et de joie profonde . Malheureusement, il ne suffit pas de se dire qu’on s’aime pour s’aimer !
                Il est évident que ne pas s’aimer ou ne pas aimer les autres équivaut à ne pas aimer Dieu . C’est avoir une fausse image du Divin . Il y a toujours des culpabilités qui traînent … La vieille morale catho qui nous colle aux basques comme une glu . Nous en sommes imprégnés jusqu’à la moelle, même si on ne met pas les pieds dans une église .
                Je suis en train d’étudier « les sept lois spirituelles du succès » de Deepak Choprah .
                Je viens de lire aussi « De l’amour du pouvoir à la puissance de l’amour » de Jean-Jacques Crèvecoeur, un livre profond sur les relations humaines qui m’a beaucoup éclairée . Je te le recommande chaudement, Alain . Ca explique vraiment bien nos automatismes inconscients en rapport avec notre passé, et comment y remédier .
                Bref, pour tout dire, je ne me soucie guère de mon « niveau de conscience » mais plutôt du niveau de l’eau tumultueuse dans laquelle j’essaie de surnager pour ne pas sombrer .
                J’apprends à passer de la peur de l’inconnu à la joie de l’inconnu .
                Mère dit à peu près ceci : « Finalement, si on s’en remet totalement au Divin, sans intermédiaires, c’est la meilleure des sécurités . Le laisser faire tout à notre place, ne rien planifier mentalement, on est sûr que ce sera toujours la meilleure
                chose à faire, la meilleure solution . Ainsi, la plus grande des sécurités, c’est l’inconnu . »

              • François dit :

                Marie-Christine,
                « Malheureusement, il ne suffit pas de se dire qu’on s’aime pour s’aimer !  » Tu as raison, ‘dire’ ne suffit pas , je pense qu’il faut se le dire puis , et surtout, actionner. Le dire puis le mettre en application. Et c’est en passant à l’action que les ‘freins qui empêchaient jusque-là de vivre cet état’, se révèlent et c’est là que ça devient intéressant justement car c’est à cet endroit que le véritable travail sur soi commence. 🙂 et pour finir tu dis :  » mais plutôt du niveau de l’eau tumultueuse dans laquelle j’essaie de surnager pour ne pas sombrer . » Pour ma part, je pense qu’il est vital d’apprendre à mourir (sombrer) à qui on veut plus être afin de renaître à qui nous sommes vraiment. En passant ‘l’eau tumultueuse’ n’est que des états émotionnels anciens qui demandent de la lumière… la tienne à travers ton regard compassionnel sur toi-même , sur ce que tu es et sur ce que tu as été. S’aimer est un acte de courage et ce courage là , nous l’avons tous si nous lui permettons d’exister.
                Merci de cet échange. ♥

              • marie christine dit :

                Merci François pour ces paroles de sagesse et de réconfort .
                J’en suis à ce qui pourrait s’appeler un « transfert d’appartenance » .
                On ne possède rien ni personne, pas même soi-même . On appartient entièrement à Dieu . Tout appartient à Dieu : nos actes, nos circonstances, les êtres chers …
                Nous ne sommes propriétaires de RIEN et nous ne décidons de rien en réalité car toute situation peut changer du jour au lendemain si Dieu a décidé que c’était le moment pour notre progrès .
                « La matière est un moyen, pas un but » comme disait Aivanov .
                La matière, notre corps, les autres, la nature, les choses qui sont à notre disposition ne sont que des moyens pour y insuffler l’esprit . Notre seul but est de faire descendre l’esprit dans la matière, avec la force de l’amour sincère dans le coeur . Et bien sûr, s’aimer soi-même donne cette force .
                L’ascension en soi ne peut pas s’envisager dans une perspective égoïste . Il me semble qu’elle doit servir à transformer toute l’humanité pour son évolution, sinon ça ne sert pas à grand chose .
                C’était juste quelques petites réflexions personnelles .
                Merci encore, François, de m’avoir répondu . « S’aimer est un acte de courage » . Je retiens !

              • alain thomas dit :

                « Tout appartient à Dieu : nos actes, nos circonstances, les êtres chers … Nous ne sommes propriétaires de RIEN et nous ne décidons de rien en réalité car toute situation peut changer du jour au lendemain si Dieu a décidé que c’était le moment pour notre progrès . »

                marie, tant que nous avons l’image d’un dieu séparé de nous, nous ne pourrons nous affranchir de la liberté.

                Nous ne sommes propriétaires de rien et rien n’est propriétaire de quoi que ce soit… même dieu…. ♥

                Toi qui aimes Jiddu, revois sa vidéo que nous propose Fred !

                Avec tout mon amour

              • Katerina dit :

                Marie Christine ,
                Merci .
                C est aujourd hui mon questionnement et je crois que tu réponds à ma question .
                C est Dieu seul sait , et sa force nous permet d etre . Je ne savais plus exactement pour quoi ni pour qui je me suis éveillée .
                Alors je lache prise encore une fois .
                Katerina

              • Katerina dit :

                Désolée , mon commentaire était destiné à Alain Thomas .
                Alors Alain Thomas je te remercie et t embrasse
                Katerina

              • alain thomas dit :

                Gros bisous Katerina
                ☼♥☼

          • Katerina dit :

            Tam ,

            Jésus aurait dit cela aux marchands du temple ?
            L expression aller se faire voir ailleurs me fait vraiment rire . J aime beaucoup . Ta spontanéité est lucide , tendre . C est ce que je ressens .
            J en suis là pour ma part , Jésus aimait , il aimait ,c est tout .
            Ma part d ombre et d égo font que j ai encore à travailler à ce sujet . Pas facile d aimer tout le monde ou au moins ne pas juger ne pas critiquer .
            J avance grandement , seule la communication avec certains peut d ailleurs effacer ces zones encore brumeuses .
            Neutralité , seulement il y a subtilité aussi dans cet amour universel .
            Affectueusement
            katerina

            • Margelle dit :

              « Jésus aimait, aimait, c’est tout »… Oui, à ce qu’on dit… mais comment aimons nous, NOUS ? Comment aimer quelqu’un (par exemple) qui aime manipuler, sauf à lui dire NON… Pas toujours facile… Je sais, pour ma part, que je dois trouver la force du NON en moi… je l’exerce, je l’entraîne… moi qui ai été conditionnée à dire « oui »… ou plutôt à ne pas savoir dire non, par peur de blesser l’autre…
              La question de l’amour reste entière… Nous avons tou-te-s à la réinventer… un coup de pied au cul est souvent une preuve d’amour… autant qu’un baiser peut être une faiblesse…
              Qu’est-ce qu’aimer sinon dans le désir de grandir ?
              Bien à toi Katerina

              • TAM dit :

                Margelle ! Apprendre à dire NON est aussi le processus

              • Katerina dit :

                Margelle ,

                Tu sais je crois que nous avons tous la meme histoire finalement .
                Je n ai pas pu non plus dire non .
                J ai laissé faire plus ou moins .
                Enfin mon égo semble t il , ce devait etre une de ses stratégies .
                Alors , d abord il faut effacer , comprendre la souffrance , puis doucement le dire non vient , sans effort , dans le lacher prise .
                Il n y a pas à apprendre à dire non , l essentiel est pour moi plus loin et vraiment je te l accorde , c est compliqué .
                Amitiés
                Katerina

              • Margelle dit :

                Ce n’est pas forcément compliqué, Katerina… il s’agit de s’écouter… et ça vient… mais ça s’apprend aussi. Enfin, chacun-e fait comme il-elle veut ! 🙂

              • Katerina dit :

                Si tu veux Margelle .
                Je t embrasse
                Katerina

              • Katerina dit :

                Finalement c est la question du oui ou du non qui me pose question .
                Je suis désolée si ma réponse était un peu catégorique.
                Katerina

              • Margelle dit :

                Katerina, oui, tu as raison, le oui, le non, c’est important, et nous avons à les « travailler », chacune selon son mode.. écoute,ressenti, décision …. mais être bien dans notre oui ou notre non… en pleine sérénité… en pleine conscience.
                bien à toi…

              • Katerina dit :

                Oui Margelle ,
                Tu as parfaitement raison .
                Katerina

              • Soleil Bleu dit :

                Coucou Margelle,

                Je crois que le « non » s’inscrit toujours et encore en vis à vis de quelque chose ou quelqu’un, cela veut dire que notre attention et intention restent concentrées sur l’autre.
                Un « Oui » aimant, sincère et constant vis à vis de Qui l’on Est, fait qu’on se connecte à ce qui lui est bénéfique, on ne dit pas « non » au reste, on ne le prends seulement pas, parce qu’en réalité personne ne peut nous y obliger à part soi.
                Lorsque l’on reprend le chemin de s’aimer soi/Soi, on se remêt à l’écoute de ses envies, ses besoins, ses aspirations, et l’on y souscrit dans la mesure des possibles que l’on se donnera les moyens de réaliser. On réendosse tout simplement la responsabilité d’être attentif à soi grace et en Amour avec Soi. Dans cette perspective, il n’y a plus à se poser de questions en creux et en plein, ni à en craindre les effets qui sont par nature justes et bienveillants pour tous.
                Que les plans d’action pour Soi ne rencontrent pas d’écho favorable dans ceux de l’autre n’est pas un problème en Soi, cela relève du problème de l’autre à disposer et à se rendre dépendant de notre personne pour établir les siens.
                Le souci lorsque nous cotoyons des personnes manipulatrices, c’est que nous perdons toute spontanéité et réfléchissons constamment à la bonne attitude à adopter tant nous voulons épargner tout le monde et ne blesser personne. Nous naviguons entre la peur de perdre l’amour de l’autre et celle de perdre l’amour de soi, contraints par toutes sortes de pressions, sociales, morales, psychologiques ou spirituelles à devoir trouver un consensus qui se montre invariablement instable.
                En réalité, je crois que l’effet miroir des manipulateurs est sans doute de nous montrer à quel point nous manquons d’ambition volontariste aimante vis à vis de soi/Soi.
                Répondre à l’invite de se remettre sur la Voie de l’Amour de soi/Soi offre le cap à suivre dans Tout ce qui fait notre quotidien, autant qu’elle nous dissuade de chercher à s’accorder à des fréquences vibratoire dissonantes et spéculatives pour notre paix intérieure et extérieure.
                Mais comme le dit François, cela demande au final beaucoup d’efforts d’attention et de vrai courage pour vivre avec sincérité et authenticité dans l’Amour de Soi.

                Je t’embrasse affectueusement Margelle.
                S.B

              • marie christine dit :

                Margelle, le dire non (entre autres) est très bien expliqué dans le livre de Jean-Jacques Crèvecoeur : « De l’amour du pouvoir à la puissance de l’amour » .
                Le fait de ne pas savoir dire non est la peur de ne pas être aimé, et, à son origine : la peur de la mort .
                Tout comme la fuite dans le mental, c’est la peur de s’incarner (traumatisme de la naissance) .
                Nous sommes tous concernés !

              • Margelle dit :

                Merci à toutes deux pour votre retour. J’en suis à expérimenter et à voir comment cela remue en moi.
                S.B. la vie est souvent très concrète…. et j’aime ce concret.. mais ce serait un peu compliqué à exposer ici… résultat : parfois nous partons dans de longues digressions ?? (que j’ai du mal à suivre, entre nous soit dit 🙂 ) Mais je sais que tu te la coltines la vie…. alors tout va bien !! ♥♥
                Oui, Marie nous sommes tous concernés !! ♥♥

              • Soleil Bleu dit :

                Oui Margelle tu as raison, la vie je me la coltine et le peu de connaissances avec lesquelles je navigue à ce jour je les ai apprises, parfois encore par de sacrés coup de poing, à son école.

                Mon com peut apparaître comme une digression par rapport à la question du « non » que tu posais dans le tien, et sans doute l’était-il. Je voulais cependant juste te dire que ce que j’y exprime c’est le cadeau que m’a laissé la rencontre avec un PN grace auquel j’ai découvert, et continue d’explorer chaque jour, la voie salutaire de l’Amour de Soi.
                Car c’est seulement à partir du moment où j’ai cessé de dire « non » de façon frontale à ses manipulations, pour dire « oui » aux connaissances sur moi-même qu’elles devaient me révéler que la pression mortifère a commencé immédiatement à se relâcher.
                A partir de cette Acceptation, j’y ai adjoint de ne plus prendre de décisions volontaires d’agir dans un sens ou dans l’autre, mais de demander à mon Être Divin de m’envoyer les signes concrêts (je définissais moi-même les signes pour être sûre de ne pas les louper) qui m’indiqueraient quelle direction prendre.

                Durant cet exercice qui a duré 2 ans j’ai accepté de ne plus réflêchir à résoudre les situations tordues qui se présentaient (pour une cérébrale comme moi c’était un vrai défi), d’avancer en aveugle, de ne pas savoir « pourquoi » je faisais ou ne faisais pas tel acte puisque la révélation de l’Amour de Soi ne n’a été rendue visible qu’à l’issue de ces deux années de traversée du désert.
                J’étais seulement portée par une confiance totale car nourrie par un sentiment de libération qui se densifiait un peu plus chaque jour.

                Bien sûr des « non » j’en ai posé durant cette période, mais ils ne provenaient pas de ma décision à moi et cela me faisait un bien fou de ne pas me sentir seule pour une fois, en Le laissant gérer une situation qui de l’extérieur apparaissait vraiment kafkaienne.

                Peut-être ai-je encore digressé 🙁 tu sais Margelle je ne sais jamais pourquoi je me sens à certains moments inspirée à poster sur tel endroit du site. Beaucoup de posts me touchent par l’empreinte d’Amour qui s’y marque, certains m’éveuvent par leur sincérité au delà du fait qu’ils s’allignent ou pas sur ma ligne de vie du moment, d’autres encore m’ouvrent à des dimensions qui me font vibrer, tous en tout cas m’invitent toujours à une belle rencontre avec moi-même 🙂
                Je rejoins Betty qui affirme qu’on ne parle jamais que de soi/Soi pour soi/Soi.

                Gros bisous ma belle ♥
                S.B

              • François dit :

                ♥ SB

              • Marie-Anne dit :

                Quelle joie de lire ton com.,
                Soleil Bleu!
                Je suis touchée par l’empreinte d’Amour qui s’y marque; par sa sincérité , son ouverture à de belles vibrations et par son invitation à une belle rencontre avec moi-même! 🙂
                Merci à toi 🙂

              • Soleil Bleu dit :

                Et un bisou plein de tendresse amicale en retour Marie Anne.
                Merci aussi à toi ♥

            • marie christine dit :

              Alain, je crois qu’en parlant de Dieu (que nous connaissons si mal), le plus judicieux est de TOUT envisager .
              A mon avis, Il est tellement Tout qu’Il peut tout faire, même être séparé sans être séparé ; être immuable en bougeant ; être imparfait en étant parfait ; être sombre en étant lumineux ; être dedans, dehors, à côté, au travers, en haut, en bas, en diagonale et je ne sais quoi encore ; être limité en étant infini et éternel ; être la mort en étant immortel, etc …
              Et Il doit bien rigoler avec tout ça !
              Mais nous, on ne rigole pas toujours . C’est pourquoi, quand je m’adresse à un Dieu séparé, je m’adresse à Son Essence : la Source de Vérité, d’Amour, de Perfection, de Paix, de Joie éternelle . Je m’adresse à ce Dieu que je n’ai pas encore rejoint . Parce que le Dieu qui est en moi est encore voilé par mon propre regard encore falsifié (ou calcifié, si on veut !), et par mon coeur encore trop anesthésié . Je suis consciente de ces limitations que je n’ai pas encore traversées, c’est pourquoi je m’adresse au Dieu « pur » afin qu’Il m’aide à déchirer le voile de la séparation .

              • alain thomas dit :

                Quand tu t’adresses à son Essence, tu t’adresses à toi-même … ta véritable nature … ♥

            • Margelle dit :

              Soleil Bleu, je réponds ici, j’espère que ça va bien « tomber » !
              Un très grand merci pour ta réponse, qui éclaire tant et tant…. ☼☼ ! elle est superbe et m’apporte un grand bol d’air du large.
              Je te suis, cette fois, si bien. Mon conjoint, hypersensible, avec toutes les tendances possibles réunies dans un cocktail explosif pour tous les gouts, présente parfois ce côté PN en système de défense.
              Comme toi, j’apprends, à ma façon, à voir le miroir qu’il me renvoie… Et très certainement, je saisis de plus que j’ai ma part dans sa souffrance. Il est hyper lucide, hyper sensitif, mais pas du tout adapté à le vivre, ce qui est redoutable.
              Je trouve étonnant le nombre de personnes qui présentent cette caractéristique. Ne seraient-ils pas là pour nous éveiller, si nous acceptons, comme tu l’as fait, comme tu m’aides à le faire, d’aller voir en nous nos zones d’ombres… les reconnaître, les aimer… les mettre au jour… Superbe boulot !
              Ce site m’a aidée, comme tu l’as fait à ne plus réagir en contre, mais en acceptation, avec tous les aléas, les sommets et ravins que cela comporte… Je suis sur le chemin, je n’en ai pas fini.
              Lors de mon intervention, je pensais plutôt à un voisin qui promet et ne fait jamais. Il est connu pour ça à 10 km à la ronde. Son terrain jouxte le mien, et ses broussailles envahissent mes murs… Après ses belles paroles sans effets, je m’y colle en le prévenant, mais refuse -contre mon tempérament- à rentrer dans le contact mielleux qu’il me propose… et décide de garder la distance… Je crois qu’il faut « apprendre » à dire non également…

              Je t’embrasse si fort….

              • Soleil Bleu dit :

                Ah la rigolade quand je découvre que tu parlais de ton voisin Margelle 🙂 🙂 🙂 Comme quoi !!! grace à toi je découvre la force des projections qui sont encore en moi.
                Jolie leçon et je t’en remercie ++
                Aujourd’hui mon guide s’appellait Margelle 😉
                Merci infiniment de ta bienveillance chaleureuse ♥ Je t’en renvoie une étincelle en retour.
                S.B

              • Margelle dit :

                🙂 (au risque de lasser le Passeur ! 🙂 )

              • Margelle dit :

                Tu nous as passé un si beau message !

              • TAM dit :

                Margelle….J’ai vécu un PN….Dur au point de craindre pour ma vie ( le corps de la chenille et le cocon qui va avec). Je pensais que par mon Amour( c’est ainsi que l’on nous a éduquées les femmes) il serait l’homme de ma vie . Si j’ai beaucoup souffert, j’ai beaucoup appris sur ce que j’étais (un papillon). Un papillon n’a plus besoin du regard des autres pour exister, un papillon donne de l’Amour et quand il en reçoit c’est tant mieux….Si les autres ne l’aiment pas ce n’est pas son problème c’est le leur. Un papillon avant de l’être était une chenille qui rampait sur tout une décharge de passé(s)…et n’a trouvé comme miroir que ce qu’il a vécu ou a été…dans l’acceptation , la soumission, le oui-oui permanent d’une culture de « religiosités »( fais plaisir à Maman, Papa….et j’en passe. Le papillon sait dire Non s’il le faut…Mais, ceux qu’il rencontre maintenant sont à son image( ils ont de magnifiques ailes de toutes sortes, de toutes couleurs…Alors, tout est bien puisqu’il sait qu’il s’aime. et il peut se dire que ces PN ont été sur son chemin de chenille pour qu’il prenne conscience de l’ange-papillon en lui..Mille lumières Margelle et vous tous !!!

              • Margelle dit :

                Lumineux témoignage, Tam !

              • Marie-Anne dit :

                Oh que oui!
                Merci, Tam

              • TAM dit :

                Anagramme de Marie = AIMER……. A Marie-Christine, Marie-Anne et aux autres Anne-Marie

              • Katerina dit :

                Baptisée Catherine suivie de Marie .
                Est ce Tam ton vrai prénom?
                Bises
                Katerina

              • Katerina dit :

                Merci Tam ,

                Ton message est très touchant .
                Et me renvoie l écho d un passé plus que difficile .
                Les papillons sont la délicatesse infinie de la nature .
                Leur beauté , leur fragilité , leur élégance .
                Ils sont juste magnifiques .
                Je t embrasse très affectueusement
                Katerina

              • marie christine dit :

                Ouah, Tam, je n’avais jamais pensé à l’anagramme de Marie = Aimer .
                Puisse le désordre (des lettres ?) retrouver l’ordre …
                Quoique … marie, mariage (intérieu, union …
                Il n’y a peut-être ni ordre ni désordre .
                Merci pour l’hommage, Tam Anne-Marie !

              • Soleil Bleu dit :

                Très jolie métaphore Tam ♥ même si l’Amour de Soi continue pour ma part d’être interpellée à des strates de l’expérience humaine de plus en plus élevées. Mais c’est l’jeu 🙂

              • TAM dit :

                MERCI à TOI, sssssssssssssoleil Bleu….et Marie-Christine….Nous sommes dans la redécouverte d’AIMER… Oui ou Non !?! (lol) Anne-Marie (mon vrai prénom Katerina !!!

              • Katerina dit :

                Tes Anne Marie
                T.A.M.
                Une vraie sœur
                Toutes mes plus belles pensées .
                katerina

    • Katerina dit :

      A tous ,

      Mon expérience actuelle, mes rencontres me font dire en ce moment que certaines personnes sont véritablement en train de vivre quelque chose de difficile .
      Meme si ils n ont pas conscience du monde dans lequel ils vivent , si ils ne se posent pas de question , des choses se passent . Pour ceux qui sont avancés , ou qui ont compris où en était le monde et l humanité , qui se sont posés des questions et ont eu des réponses , le chemin est différent . Chacun semble etre là où il doit etre .
      Facile à dire , pas toujours facile à comprendre .
      Unifier l ombre et la lumière , est une occupation de tous les instants .
      Le synchronisme est une réalité , je suis étonnée de cela .
      Plus l ego s efface , plus la réalité apparait .
      Je vous embrasse
      Katerina

      • Thau dit :

        Full synchro. avec mes ressentis Katerina…et nous devons être nombreux dans ce cas.
        Coeurdialement

      • Soleil Bleu dit :

        Je suis alignée avec ce que tu exprimes là Katerina. Beaucoup de disparité dans la nature même des difficultés auxquelles à un niveau ou un autre chacun semble néanmoins s’atteller en ce moment.

  8. François dit :

    Au sujet de la résistance à notre propre guérison….

    http://www.arcturius.org/chroniques/?p=16202

  9. Aigle dit :

    Bonjour à tous,

    Des rêves ou cauchemars bien particuliers, d’ami décédé par exemple, être présent dans deux dimensions à la fois. tremblement de terre non loin de chez moi.
    Laisser prise, purifier ses énergies de toutes formes avec ho…….no, par exemple.
    Attendre simplement, laisser l’ expansion à sa divinité et à l’amour de soi.
    Je joins ici une réponse de Bertrand à un de mes courriels dans son intégralité.

    Fraternellement.

    Bonjour ,
    Comment allez-vous? C’est vraiment un plaisir de vous retrouver.
    Pour le reste, quoi que j’écrive, dans mes textes inspirés, je ne redoute rien, dans la mesure où je reste uni à l’Absolu par mon Atome divin. En fait, tout dépend du point de vue. Celui qui s’est bien ancré dans le Monde nouveau ne peut ressentir de la même manière les tribulations de l’ancien monde, celui de la troisième dimension, que celui qui y reste accroché par sa résistance, ses attachements ou ses fascinations illusoires. Celui qui participe de la dualité et de la densité de la troisième dimension subit, à travers ses expériences du moment, les affres de la dissolution des fondations illusoires, désuètes, vaines et stériles qui s’y produisent, mais celui qui a ouvert son cœur, s’est abandonné inconditionnellement à la l’Amour pur et à Lumière cosmique, s’est relié à l’Unité ne peut assister à ces effondrements, perçus comme lointains, qu’en observateur neutre, rempli de joie sereine. Quel être éveillé ne se réjouirait pas, sans penser à l’accélérer, pour laisser l’Ordre cosmique agir à son rythme, de voir disparaître ce qui s’oppose à la réalisation ou à l’enfantement du Monde nouveau? Sauf que, pour que ce monde apparaisse, Le Paradis terrestre ou le Ciel sur Terre, qui n’a rien de commun avec l’ancien monde, il faut que tout ce qui ne sert plus disparaisse, qu’il n’en reste pas pierre sur pierre. Celui qui s’est donné intégralement à la Lumière dans le complet renoncement, pour éviter de tenter d’amener avec lui dans le Monde nouveau des aspects qui ne peuvent y accéder, n’a absolument rien à craindre et il n’a rien d’autre à faire que de vivre de son mieux dans le moment présent, confiant que, à chaque instant, il obtiendra toujours tout, à tous égards et sur tous les plans, pour vivre la présente phase de transition d’un monde à un autre. Il n’y a que la peur et le doute qui peuvent le ramener dans les tribulations d‘un monde qui agonise, pour ce qu’il en reste et dans lequel, au-delà des apparences, il ne vit déjà plus. Pour échapper à tout danger, il suffit d’être soi, du mieux que l’on est, en cessant de se voir comme un simple être humain, pour se concevoir comme un Dieu voilé qui se révèle progressivement à lui-même. Chaque être n’attire-t-il pas ce qui lui ressemble, le retour de ce qu’il vibre le plus intensément, consciemment ou inconsciemment? Cela révèle où, pour chacun, il importe d’œuvrer.
    En tout cas, pour ma part, je ne crains pas la fin du monde puisqu’il ne s’agit jamais que de la fin d’un monde qui cède la place à un autre, tellement plus merveilleux, celui de nos plus grandes aspirations passées de toutes nos incarnations.
    Dans l’Amour pur,

    Bertrand Duhaime

  10. Moonlight dit :

    Il n’y a pas selon moi de demi-teintes, de demi-poids, de demi-mesures… les faux semblants et autres compromis ou simulacres sont totalement out…TERMINES
    c’est oui ou non, point à la ligne.
    Et pour moi c’est L ENGAGEMENT TOTAL ENTIER ABSOLU à moi-même, et prendre toutes les décisions, faire tous mes choix de vie ici et maintenant en ne perdant jamais de vue la promesse que je me suis faite. Je désire profondément (euphémisme…!) incarner Qui Je Suis, donc je suis à poil et j’y vais, je saute, je navigue à vue dans l’essentiel du moment présent.

    C’est tout, oui ou non, point barre !

    In lakesh.

  11. Mj auer dit :

    Bonjour a tous …. Ah periode incomprehensible pour moi. . Nuit agites, enorme difficultes a s endormir. Tout projets au point mort, amis qui disparaissent.. Il reste que moi… Peut etre qu il serait temps que je m occupe de moi meme.. Toutes les conditions sont la pour que cesse la fuite de moi . Merci , ce texte me rebooste… Mille bisoux a tous

  12. Katerina dit :

    J ai l impression que quand je prends conscience de quelque chose de lourd en moi et donc d égotique une sorte de feu intense se manifeste dans mon corps sous forme de chaleur .
    Le soleil brule mes peurs , est ce bien raisonnable de penser cela ?
    Katerina

    • pierrot dit :

      J’ai l’impression que quand je me laisse aller, plus rien n’est important.

    • Soleil Bleu dit :

      Si tu le ressens comme tel Catherina, alors c’est que tu Le vis, alors c’est Ce qui Est. Le reste, la raison, la pensée mentale qui fabrique cette raison, n’est qu’un frein de l’ancien shéma qui veut calmer l’ardeur à dire Oui au nouveau.
      En 2010 j’ai vécu comme toi de véritables flambées de mon corps, je n’avais pas d’idée précise sur ce qui se passait, mais je me disais « mes molécules chauffent et quel que soit le processus à l’oeuvre c’est déjà Super parceque ça signifie un changement, donc une évolution en marche ». Ces chauffées se sont peu à peu raréfiées, mais j’en ai de nouveau connu quelques unes depuis 2 mois. Mes filles qui sont dans la fleur de l’âge m’avaient confié vivre le même phénomène. Alors ça m’a rendue juste « joyeuse » qu’une mutation, de nature imprécise, opérait également à l’intérieur de ces corps physique. Quoi ? Je n’en sais rien ! et le savoir n’aurait aujourd’hui pour intérêt que de soutenir une posture intellectuelle vis à vis de ceux qui sont dans cette goumandise. Est-ce Cela qui m’importe vraiment ??? 😉
      Assurément non ☼ donc……
      Je t’embrasse
      S.B

      • Katerina dit :

        Soleil bleu ,

        Je sens que le soleil et ses manifestations , particules , chaleur , tout ce que l on peut en dire mentalement est là pour m aider à transcender . Il brule mes peurs et nettoie ce que j ai encore en moi de l ancien monde . C est ce que je ressens et je communique en pensée avec lui en le remerciant de sa bonté et de sa douce force .
        Tout ce que j ai vécu jusqu ici est une preuve si il en faut de la réalité de ce nouveau monde qui est quelque part et qui existe , a existé ou existera .
        Comme tu le dis je sais que je ne sais pas et Dieu seul sait et c est sa volonté .
        Il est souvent difficile pour nous humains de comprendre avec toutes les bonne intentions possibles , notre esprit est limité , meme si notre imagination est grande . Nous croyons tout savoir , l humilité et l infini de l univers est à l œuvre pour nous aider à vivre finalement car l expression de cet absolu est parfaite .
        Nous sommes là pour témoigner et vivre cette mutation.
        Je t embrasse
        Katerina ou Catherine ou Catherina .

  13. François dit :

    Garder l’ancrage à la terre me semble essentiel en cette période de grands changements.

    En lisant ce texte je constate qu’il y a plusieurs choses en parallèle qui se manifestent à mon esprit. Il me semble parfaitement clair qu’absolument aucun ‘vieux schéma’ ne passera le chas, la porte de ‘qui nous sommes’, bref l’accès à une dimension supérieure. Il nous faut-(dra) nous débarrasser de toutes nos anciennes émotions, croyances, etc. , absolument toutes !
    Ensuite à chaque étape de nettoyage, purification ou changement de point de vue, il semble aussi important de mettre de la conscience dans l’acceptation de notre nouveau potentiel. C’est bien sûr à chacun le sien et à chacune ses manifestations dans notre quotidien. Mais sans notre capacité d’adaptation à notre évolution c’est de nouveau le mur de la résistance qui se dresse. Accepter de devenir un être lumineux jusqu’au fond de chacune de nos cellules, de chaque particule de ce qui nous constitue , nous fait ‘travailler’ aussi sur l’ego. (du genre: ‘qui suis-je pour devenir un être multidimensionnel au sein même de ce chaos qu’est le monde? ) ou encore (pourquoi moi ?, est-ce que je mérite de passer à la dimension supérieure ?) autant de question , bien légitimes au demeurant, qui sont aussi des freins. C’est en tout cas mon point de vue.
    Ainsi transformer le lourd et accepter de vivre ma propre élévation devient l’axe de visée du centre du passage. Redevenir un enfant au cœur pur et au tempérament de feu , voilà une vie intéressante et plaisante dans l’alternance des différents états que cela génère.
    Bon-jour à toutes et tous. ♥

  14. Katerina dit :

    Il y a avant . Avant hier , la semaine dernière , le mois dernier , je pensais j y suis , enfin je crois que j y suis . Et je croyais savoir . Aujourd hui j en sais plus et je ne peux savoir ce que cela sera demain dans un mois dans un an . A chaque instant c est la foi , la confiance l amour qui m accompagnent et chaque instant est différent .
    Ce n est pas facile , l égo et ses faiblesses sont aussi parfois là où on ne le soupçonnait pas .
    S abandonner à la lumière divine , se laisser à sa bonté à son amour .
    Lacher prise , cet état que nous sommes tous à chercher et qui échappe parfois .
    Dieu seul sait .
    La quete du Graal est au dessus de l égo , merci Passeur pour cette phrase qui résonne en moi .
    Il y a humilité dans cette recherche de l absolu , Dieu est absolu .
    Acacia , nous cherchons tous à nous rassurer , je crois qu il se passe en ce moment dans l univers quelque chose d incroyable , en tous les cas c est ce que je ressens en ces temps de grands changements .
    Nous sommes tellement petits , nous humains et en meme temps tellement grands .
    Je vous envoie à tous et toutes tout mon amour .
    Katerina

  15. acacia dit :

    J’ai eu la curiosité de chercher ce qu’était ce Portail du Lion que nous traversons jusqu’au 12 août, et la seule chose que j‘ai trouvée c’est qu’il était mentionné dans un message transmis par l’Archange Michael le 19 août 2005 :
    « Cette période du temps du Portail du Lion, et l’influx d’un Haut Niveau d’énergie à travers la Porte des Étoiles de Sirius feront en sorte que vous soyez nombreux à réaliser que ce ne sont que vos propres illusions qui vous empêchent d’expérimenter l’amour et la joie de la Nouvelle Terre maintenant ».
    Ça m’ennuie un peu… Pas qu’on me renvoie au chapitre trois du manuel explicatif à l’usage de l’artisan de lumière – une révision peut être très utile – mais qu’on me le présente en chapitre douze comme si c’était du nouveau.
    Peut-être que ce Portail du Lion représente une configuration des astres qui revient tous les huit ans ?… Peut-être que sa dernière manifestation m’a permis de dépasser quelques uns de ces effets émotionnels déstabilisants et autres réajustements dont il est ici question ?…
    Ceci dit ce texte reste d’actualité : le travail de purification n’est pas achevé – pas en moi du moins 🙂 … même si j’ose me dire que je progresse en matière d’élimination de bien des vieilleries.
    Et pour toi, Katerina : la confiance que tu exprimes est un rayon de lumière, merci.
    A tous une belle soirée de Lumière et de Joie ☼♥

  16. Moonlight dit :

    Merci Passeur de ce beau texte qui résonne bien en moi; c’est bon pour moi de lire « les symptômes » du moment présent… !!! Ce texte me met du baume au cœur.

    Quelle vie ! Waouhhhh ! !

    Oui l’envol de l’Ange, le saut de l’Ange… c’est maintenant pour moi…j’y Suis !…

    ENFIN…
    Paix Douceur Amour.

  17. Katerina dit :

    En ce moment les expériences de mon quotidien me bousculent .
    Les reliquats du passé sont autant de pierres sur mon chemin que je dois comprendre , enfin je suppose que c est cela .
    Pas toujours facile , je suis encore humaine .
    Cet article me permet de comprendre et me rassure .
    J ai depuis quelques jours une chaleur vraiment intense dans mon corps et des nuits un peu agitées .
    Je laisse faire car le retour en arrière est impossible .
    Tout ce qui est dit dans ce texte s actualise dans ma vie .
    Il y a un temps pour tout .
    C est vraiment une expérience incroyable que nous vivons , tous et toutes .
    Cela me demande pour ma part beaucoup de temps , il semble que j avais prévu cela il y a longtemps .
    Je ne sais ce que demain sera , j ai confiance , a t on de toutes les façons le choix ?
    Affectueusement à tous et toutes
    Katerina

    • Thau dit :

      Beaucoup de ressentis « clés » dans ce que tu exprimes Katerina. En te lisant l’image
      des espèces aquatiques poussées par je ne sais quelle  » force » qui se mirent à coloniser la terre ferme c’est imposée à moi ???
      Fraternellement

      • Katerina dit :

        C est étonnant ce que tu me dis Thau .
        J ai vu en me promenant un rocher en forme de dauphin qui souriait .
        Ton message me fait penser à cela .
        Katerina

        • katerina dit :

          Margelle ,

          Raconter mon histoire serait vraiment trop long et je crois que cela me dépasse aussi .
          Je cherche depuis tellement longtemps .
          Un jour , j ai senti cette douceur et cette force en moi , j ai
          laissé faire depuis et elle ne m a pas quitté . Comme le dit Marie Christine je suis enveloppée depuis comme dans du coton et je me sens bien .
          J ai pleuré toute les larmes de mon cœur et comme le dit si bien Stéphanie , ce sont les larmes qui libèrent .
          Il n y a pas de méthode , ce que je peux dire c est que de grands guides m ont accompagnés et m accompagnent .
          Il n y a pas de logique dans tout cela , et je pense que j évolue comme je le dois avec eux .
          Je n ai aucun autre contact humain dans le domaine spirituel , je suis seule sur ce chemin entourée et aimée par Dieu .
          Et ce Dieu est éternel , il est tout .
          Je peux vous dire que je vis tout à fait normalement dans la société .
          Simplement je suis seule , parce que c est mon chemin .
          Cette recherche ne se fait pas sans beaucoup de travail et de réflexion , je sais qu il n y a pas pour moi de retour en arrière possible .
          Je crois aussi que le fait que je sois une femme est important .
          Affectueusement
          Katerina

          • Margelle dit :

            Katerina, je crois (parce que je le sens ainsi) qu’effectivement chacun a sa voie à mener… en pleine responsabilité. Chacun est librement seul-e, quel que soit son mode de vie… Y compris, je crois, face à ce qu’on peut appeler Dieu ou autrement… avec qui chacun a une relation totalement différente. Cette solitude, pour moi, est un présent. Nous sommes seul-e-s, mais sans l’être également…il y a les vibrations, les échanges, les reliances. Tout est paradoxe comme le dit Alain. Ce que j’essaie de dire, c’est que Dieu ou pas Dieu, nous avons à être, en toute présence, en toute actualité… Ce lieu de partage, sur ce site, atténue sans aucun doute ce sentiment de solitude… avec ou sans Dieu. Il me semble que nous avons chacun à expérimenter un mode d’être, et qu’il est important de le reconnaître. L’expérience de l’autre peut accompagner, seulement ça. Nos pas, c’est à chacun de les tracer… Nous le savons.
            Si je t’ai posé ma question c’est parce que tu parles de Dieu comme d’une donnée totalement naturelle 🙂 j’ai eu envie que tu précises d’où cela te venait. Merci de l’avoir fait ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *