Voyage en Atlantide et Lémurie

Auteur inconnuVisions d’un voyage hors du corps dans les anciennes civilisations. Extrait du livre « Alliance », d’Anne Givaudan.

Par Anne Givaudan.

Je souris intérieurement à l’idée d’habiter momentanément le corps d’un homme. L’homme baisse la tête, ce qui me permet de voir combien ses membres sont longs et minces, seules les hanches paraissent plus larges.

Je constate, par là même, qu’il est nu et de peau foncée, presque noire.

Une jeune femme avance vers lui, j’ai tout d’abord un peu de mal à détailler ses traits tant l’atmosphère environnante est épaisse… humide et comme baignée d’une brume persistante. Elle se rapproche et tend à l’être que j’habite une calebasse remplie d’un liquide odorant qu’il boit d’un trait. Elle aussi a la peau noire et la silhouette longiligne. Elle n’est guère plus vêtue que son compagnon mais des décorations d’herbes tressées ornent ses bras et sa taille.

Autour de nous, la végétation est dense, semblable à une jungle tropicale ce qui ne m’étonne guère étant donné l’humidité qui règne ici.

J’entends des voix ou plutôt des chants, très envoûtants, très sensuels, à la fois graves et cristallins. Je n’ai aucune idée de leur provenance car je ne vois aucun village, aucun type d’habitation alentour. Cependant comme mue par un septième sens, le couple semble savoir ou se diriger. Nous partons dans une marche rapide qui ne semble pas affecter leurs corps souples.

À l’intérieur de moi, la voix de mon guide reprend: «Nous nous trouvons dans l’une des civilisations principale de la lointaine Lémurie. La race noire était alors dominante et sa culture était un exemple pour le reste de la planète…»

Le couple s’arrête enfin devant un lieu qui pourrait être un village. Je n’ai encore rien vu de tel: les maisons ressemblent à des fourmilières géantes. Elles sont là telles de grands rochers rouges en forme de cônes. On les croirait naturelles tellement tout est savamment intégré dans le lieu géographique. Seules quelques ouvertures artistiquement pratiquées laissent penser que des vies humaines y habitent. L’homme se glisse rapidement et souplement par l’une des ouvertures du bâtiment le plus grand. Mon regard à travers le sien s’accoutume à la lumière ambiante. Une salle aux multiples couloirs… sans attendre nous prenons l’un d’eux qui nous mène à une grande pièce où nombre de personnes de cette même race sont occupées à diverses taches. Un groupe chante et joue d’instruments qui me paraissent complexes, d’autres dessinent sur les parois et sur le sol de la pièce, certains réalisent de très artistiques tissages et je comprends qu’il s’agit d’un endroit consacré essentiellement aux arts. Des fontaines agrémentent le lieu et j’ai même l’impression lorsque je regarde plus attentivement les peintures sur le mur, de les voir bouger et s’animer d’une vie autonome.

«C’est tout à fait juste.» La voix est là, rassurante et paisible.

«Cette civilisation a eu pour fonction de développer d’une façon remarquable tout ce qui concerne les sens. L’atmosphère humide et brumeuse de cette époque a largement contribué au fait que ces êtres ont d abord développé leurs sens intérieurs.

Leur intuition est tout à fait étonnante, ils savent d’instinct comment appliquer les grandes lois naturelles et ils s’en servent à travers l’art sous quelque forme que ce soit.

Regardes attentivement le plafond de cette salle. Vois-tu l’extraordinaire voûte étoilée qui y est peinte.»

Je regarde en effet ce que je croyais tout d’abord être une ouverture sur un ciel bien réel.

«Leur connaissance des étoiles et des astres est immense et leur contact avec nous est fréquent.»

Tu parles au présent de ce passé. Est-ce voulu ?

«Tout à fait et tu en comprendras peu à peu la raison. Cette sensibilité, entraîne chez eux une grande sensualité et de gros besoins sexuels. Par contre au niveau du corps physique ils ressentent peu, ce qui les rend plus insensibles à la douleur et plus résistants à l’effort.

Les fresques que tu as pu remarquer tout à l’heure peuvent te faire vivre leur histoire ou celle que l’artiste a voulu y mettre, ces peintures vivantes sont l’un de leur savoir. Il te suffit de te placer face à ces peintures en état de vacuité pour qu’elles puissent t’envelopper et te raconter des épisodes de leur vie.»

Je n’ai guère le temps d’approfondir ces paroles car la compagne de l’homme à travers lequel je regarde, l’entraîne vers une autre pièce et le pousse en riant sur une vaste couche que je sens très confortable. Il se laisse tomber bien volontiers sous la pression musclée de la jeune femme qui d’une main prend prestement au pied du lit un bol en tout point semblable à celui qu’elle lui avait proposé lors de son arrivée. Cette fois ils se partagent le breuvage avant de s’allonger côte à côte.

La voix rassurante ne me parvient plus que de très loin…

«Ne crains rien, ce breuvage, tiré d’une plante aux propriétés hypnotiques, va leur permettre de faire une expérience à travers une âme animale. Ils ouvrent ainsi des portes à une sensibilité qu’ils savent diriger sans excès sur les conseils de leurs grands instructeurs».

Je m’engourdis, je ne sens plus le corps que j’ai emprunté, je sens par contre une odeur fauve et animale qui me serre la gorge. Quelque chose d’acre et de rude veut sortir de ma gorge, un rugissement, c’est bien cela, je cours, je grimpe je rugis avec une sensation intense de vie qui coule à travers moi, avec l’impression de faire corps avec cette nature qui m’entoure… La surprise est telle que j’en perds ma concentration, je me retrouve aussitôt dans la salle des informations.

Je regrette de n’avoir pu prolonger l’expérience mais mon guide me rassure :

«Tu ne peux prolonger trop longtemps une expérience qui ne t’appartient pas, c’est bien ainsi.

Matti KlarweinLes Lémuriens, vois-tu, ont développé leur sensualité jusqu’à l’excès et comme toute civilisation elle a eu une apogée et un déclin. Il est très difficile de rester en permanence sur la crête d’une vague, il faut savoir accepter de descendre pour mieux remonter ensuite. C’est ce qu’aucune des civilisations de la Terre n’a encore accepté et c’est ce qui fait de la période de repos logique un déclin difficile à vivre fait d’excès et de violences.

Le déclin de la Lémurie s’est traduit par des mœurs de plus en plus dissolues. Les êtres de cette civilisation par leur grande insensibilité à la douleur ont cru comprendre que cela pourrait leur être utile. C’est alors qu’ils ont commencé à conquérir et à réduire à l’esclavage de grandes parties des populations terrestres de l’époque. Peu à peu, la paresse, la lascivité ont transformé ce peuple aux capacités psychiques étonnantes en une civilisation mue par ses pulsions. Le Cœur avait perdu sa place et les éléments naturels dont l’eau, emportèrent les restes de cette civilisation.

Seuls les sages purent sauver un peu de leur savoir qu’ils transmirent oralement et qui persiste sous la forme de certaines connaissances déformées que l’on peut rencontrer sur le continent africain.»

A peine ai-je eu le temps d’entrevoir les murs moirés de la salle des informations que déjà je me sens projetée au centre d’un autre décor. Cette fois, il ne s’agit plus de nature mais de ville.

Le corps que j’habite une nouvelle fois me paraît plus dense que le précédent.

Je marche dans la rue d’une ville étrange : très moderne, elle semble aussi très agréable à vivre. L’air que j’y respire est plus pur que dans la plus retirée de nos campagnes; nous paraissons être au centre de la cité mais la circulation y est faible. De petits engins sont en déplacement à quelques mètres du sol… Comme s’ils glissaient sur d’invisibles rails.

«Ils pourraient être comparés à vos taxis collectifs. Ils attendent d’être loués ou empruntés à l’entrée de la ville. Là où chacun abandonne son véhicule personnel pour celui-ci. La circulation est ainsi beaucoup plus fluide, » résonne une voix connue à l’intérieur de mon crâne.»

«Je ne parle pas de pollution car cette civilisation a déjà résolu le problème depuis longtemps.Leur source d’énergie est unique, éternelle et non polluante. Elle sert à tout, que ce soit le chauffage, la propulsion de leurs machines ou toute autre utilisation.

Tu es ici en Atlantide, cette civilisation qui intrigue tant les êtres de la Terre et dont certains vestiges ont déjà été découverts et tenus secrets.»

La voix féminine continue… «Mais sois sans inquiétude, dans peu de vos années, des bouleversements de la Terre et de l’eau permettront de grandes redécouvertes à ce sujet.»

Je continue à marcher le long de bâtiments faits d’une matière semblable à celle rencontrée dans le vaisseau mère : une sorte de cristal à la dureté du diamant.

«Des villes complètes sont construites avec cette matière qui n’a pas de nom pour toi. La technologie, la science de cette ère est très avancée. L’être dont tu habites momentanément le corps travaille dans un des grands laboratoires de recherche de cette ville. Des expériences génétiques sont en cours et cela le préoccupe. Le travail qui est le sien aujourd’hui est de greffer des formes pensées négatives sur un organisme vivant.

Il vient de faire une découverte étonnante. L’homme n’est pas préoccupé par les dangers que peut représenter sa découverte mais plutôt par les moyens de la rendre plus active. Il est comme certains chercheurs qui éprouvent une jouissance extrême dans le fait de chercher, de comprendre et finalement de trouver. Ces intelligences oublient parfois ce qui découle comme conséquences de leurs découvertes.»

Le scientifique s’arrête devant une porte de cristal. Il ouvre la paume de sa main. Un code semble inscrit dans la peau, code de reconnaissance puisque la porte s’ouvre. Il rentre dans une pièce parfaitement blanche où la lumière semble régner partout bien qu’il n’y ait aucune fenêtre ni aucune source apparente d’électricité.

«La source est la même que celle qui permet à leurs véhicules de se déplacer… C’est une flamme qui la génère. Une flamme gardée par un collège de sages. Chacun peut en recevoir une parcelle, pour son usage personnel. Regarde. »

La main de l’homme prend une sorte d’éprouvette dans laquelle bouge quelque chose que je distingue mal. Il l’approche de ses yeux ce qui permet d’apercevoir une petite bête à l’abdomen blanchâtre et gonflé. C’est une bête que je connais bien.»

Je ne peux retenir une exclamation intérieure. C’est bien une tique ?

«Tout à fait, la tique est l’une des expériences génétiques qui a survécu à la chute de l’Atlantide. Elle est créée à partir des pensées négatives qu’elle capte dans son environnement.»

Le savant pose son éprouvette et sort. Je sens à l’intérieur de lui une vibration, une sensation de victoire. Il se dirige maintenant d’un pas leste vers un petit véhicule taxi qui attend à un arrêt d’éventuels clients. Nous l’empruntons avec une sensation agréable et étrange d’un déplacement très rapide mais très doux et sans bruit. L’homme est nerveux. Après un temps qui me semble un peu long le petit véhicule s’arrête devant un lieu magnifique. Une allée de fleurs parfumées rosés et mauves conduit à une sorte de palais aux nombreuses coupoles. Quelque chose comme le grand temple d’Ankor-Vat en plus transparent, plus cristallin, plus majestueux encore.

«Ce chercheur va faire part de ses progrès, de sa découverte au collège des administrateurs de ce pays. Chaque colonie de l’Atlantide et l’Atlantide elle-même possède une législation bien précise. Un collège de 12 personnes : six hommes et six femmes, y président aidés par 12 autres personnes réparties de même et dont le but est de conseiller sur un plan plus subtil et de maintenir une harmonie générale par leurs pensées, méditations et visualisations.

Max ErnstLe premier législateur de l’Atlantide et aussi le plus grand fut l’être Jésus. C’est lui qui érigea les lois essentielles qui permirent l’harmonie et le bon fonctionnement de cette civilisation pendant des milliers d’années. Cette ère à son apogée avait pour fonction de développer le potentiel de sciences et de savoir contenu dans l’être humain. Encore une fois, le savoir, la science, les connaissances furent telles qu’elles occultèrent les fonctions du cœur. Peu à peu se développèrent la soif de puissance et les jeux de pouvoir. L’être humain avait perdu la place que la technologie et la science lui prenaient.»

Cela me laisse une terrible impression d’échec de chaque grande civilisation, ne puis-je m’empêcher de penser un peu nerveusement.

Ne peut-on éviter ces excès et débordements qui semblent une fatalité…

«II n’y a ni échec, ni fatalité…»

Je reconnais cette fois les intonations plus fermes de la voix du chef des informations.

 «Comprends-moi» , le ton se fait plus doux. «Lorsqu’une énergie est émise, par des pensées traduites en paroles ou en actes, elle a toujours des conséquences qui lui sont propres. Cette énergie correspond à un fonctionnement, un mécanisme, une habitude, une croyance de celui qui les émet. C’est une réalité pour l’émetteur ou le groupe d’émetteurs tel un pays ou une civilisation. Il n’y a donc aucun échec puisque la réponse sera toujours en résonance avec l’énergie de départ.»

Je suis perplexe. Je sais qu’il n’y a pas d’échec et que chaque pas, est une expérience à accepter et à comprendre. Mais alors, comment se fait-il que des milliers d’années plus tard nous répétions inlassablement ce même schéma qui nous mènera à un résultat analogue : la fin d’une civilisation ?

Je sens dans le ton de la voix qui me parle une sonorité plus enjouée.

«Non, rien n’est jamais identique. À chaque étape de la Terre, à chaque période de civilisation, à chaque moment de la vie humaine, une compréhension plus vaste est acquise. La Lémurie a fait croître en l’être humain tout ce qui touche à la sensualité, à l’intuition, à l’art, d’une manière plus vaste, plus intense. L’Atlantide a eu pour but d’enrichir la connaissance, d’expérimenter les domaines de la science, de la génétique, le savoir du cristal, le pouvoir du son. La première a permis une plus vaste connaissance des étoiles, du psychisme et des émotions humaines. La seconde a mis en valeur le sens de l’organisation et du pouvoir. Toutes deux ont laissé dans l’actuelle civilisation terrestre leur savoir, leur connaissance mais aussi leur contrepartie d’excès et de soif de pouvoir.

La Lémurie a développé à la fin de son ère une maladie qui touche à l’amour. Cette maladie que l’on nomme S.I.D.A. est réactivée aujourd’hui, car les êtres humains actuels ont réveillé en eux et autour d’eux des mémoires qui sommeillaient. Les conjonctures planétaires et les perturbations personnelles de chacun ainsi que les facteurs de vie sociale ont permis un réveil de cette entité maladie. Aujourd’hui, vous serez en mesure de la guérir car votre ouverture de cœur est autre.»

Pourrais-tu m’expliquer plus précisément ces réveils planétaires de certaines maladies ou de certains comportements ?

«Bien sûr : lorsqu’en thérapie, tu regardes l’aura d’une personne et que tout à coup apparaissent des scènes de vies antérieures, tu sais que le problème pour lequel la personne t’a contactée a son origine dans cette vie et dans ces scènes. Tu sais aussi que si ces scènes t’apparaissent, c’est parce que le moment est venu pour elle de pouvoir régler ce passif. Eh bien…, pour la Terre, c’est la même chose. La planète contacte des maladies à travers les civilisations qui l’habitent. Ce qu’elle n’a pu guérir à une époque réapparaît alors, dès qu’une civilisation propose des événements analogues : par ses mœurs, les incarnations de ses habitants, les conjonctures planétaires. C’est alors pour elle et pour une partie de la civilisation qui l’habite et qui est en rapport avec ce problème, la grande opportunité de pouvoir résoudre et comprendre ce qui ne l’a pas été auparavant.

De la même façon, l’Atlantide a laissé en certains d’entre vous une connaissance scientifique élevée mais aussi un goût du pouvoir marqué qui se traduit notamment par des manipulations génétiques désordonnées et des actes magiques concernant le pouvoir du cristal.»

Nous sommes donc, à ce jour, en tant que civilisation, le résumé des précédentes ? Et si oui, comment tout résoudre en même temps ?

«Vous êtes bien plus que la somme des civilisations précédentes car vous êtes VOUS, un être divin à part entière, à la fois autonome et unique, mais aussi inclus dans chaque parcelle de la création… Dans un temps et aussi dans tous les temps que vous pouvez concevoir. Aujourd’hui, vous avez réveillé en vous tout ce qui sommeillait des grandes civilisations antérieures, vous vous trouvez face à un moment unique qui ne s’est encore jamais présenté. Celui de pouvoir nettoyer en vous la somme de ce que vous avez pu capter du passé  et que vous aviez laissé, depuis nombre de vies, en attente pour… plus tard. Et n’oubliez pas que ce que vous vivez à une échelle individuelle, la Terre le vit aussi à son propre niveau.»

Anne GivaudanAnne Givaudan. Extrait de son livre « Alliance » – Editions S.O.I.S.

Vu sur Elishean.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

161 Responses to Voyage en Atlantide et Lémurie

  1. Margelle dit :

    Hello à toutes et tous.. Je place ici une interview de Serge Reiver Nazare « la vibration de l’univers », découverte récemment, qui me semble synthétiser beaucoup de vidéos ou d’interventions vues sur le site. Je ne connaissais pas Serge Reiver, mais il m’a transmis une très bonne vibration. Il me semble sincère, honnête, juste et impliqué dans cette exploration, avec une connaissance qui paraît très large, très approfondie. Pour ceux qui ont un peu de disponibilité, cette interview dure 1h30, et là impossible à résumer !!

    http://www.youtube.com/watch?v=txt-H8tCLmk

    Bien à vous tous… ♥

    • marie christine dit :

      Vraiment très intéressant cette video, Margelle !
      Pas de résumé possible, en effet . Et là, ç’eut été dommage .
      Cet homme raconte avec tellement de simplicité et de naturel ce qu’il vit ! Impressionnant comme ça démystifie les autres dimensions, en ce sens que ça nous les rend plus familières, toutes proches, moins mystérieuses et effrayantes .
      Et je me suis dit que tous ces jeux video dont les jeunes sont si friands, finalement ça les emmène dans des mondes extraordinaires, des mondes parallèles qui les attirent . Et ça devient comme une seconde nature pour eux, une évidence . Tout comme le phénomène internet : ils naissent avec . Pareil pour les films de science-fiction (pour tous les âges) .
      Bien sûr, il y a certains dangers, mais aussi du positif .
      Le grand avantage que j’y vois, c’est que tous ces gens qui ont des expériences spirituelles ou occultes, qui n’osaient pas en parler parce qu’on les traitait de fous, maintenant racontent et sont écoutés avec intérêt . Il y a une ouverture .

    • Cécile dit :

      Merci Margelle,
      Ca a l’air très intéressant en effet. Je mets cette vidéo de côté pour mon prochain week-end pluvieux !
      Amitiés,

    • graffitique dit :

      J’aime ce document Margelle. Il m’a évoqué d’ailleurs un ressouvenir de rêve d’enfant dont je ne percevais pas encore la raison profonde. Merci 🙂 ♥

    • katerina dit :

      Excellent , simple , à mon avis logique , compréhensible .
      Merci Margelle
      Catherine

    • Margelle dit :

      Merci pour ces retours, mes amis. J’apprécie ton sentiment, Marie Christine, il se dégage effectivement une sorte de familiarité dans ce qui ressort de l’expérience de Serge Nazare..
      Graffitique, tu nous mets l’eau à la bouche avec ton rêve d’enfant…. mais chut ? 🙂

    • Margel,
      Nous sommes inspirés !
      J’ai justement découvert cet homme EXTRAORDINAIRE il y a quelques jours.
      De ce fait j’ai partagé cet enthousiasme en plaçant un petit commentaire et un résumé que j’ai fait concernant les attributs de la Confédération Intergalactique et une liste non exhaustive des ses interviews sur le net afin qu’un maximum de consciences puissent en prendre conscience si toutefois cela les intéresse :

      http://www.choix-realite.org/6842/confederation-intergalactique-definition-et-roles

      Je prends beaucoup de notes.
      Et si l’on peut avoir tôt à un moment donné la question qui apparaît  » et est-ce qu’il n’y aurait pas du faux parmis le vrai (ombre, obscure) », et bien les jours passant il s’avère que les enseignements qu’il a reçus sa vie durant non seulement son très riches et véridiques (mais nous savons sur Urantia-Gaïa qu’il n’y a jamais rien d’absolument vrai, cependant il faut bien utiliser des mots).

      Quoiqu’il en soit si ainsi nous nous apprêtons enfin à découvrir les rouages de l’Univers grâce à cet enseignement, il n’en demeure pas moins intellectuel car le Vrai travail que chacun chacune d’entre nous à a faire est de continuer à explorer notre propre intériorité et depuis quelques mois ce ne sont pas les épreuves qui nous manquent afin que l’on comprenne, afin que l’on se positionne.

      Sourire
      Frèd

      • Margelle dit :

        Fred, je suis réellement enchantée de ton enthousiasme. Et je suis entièrement d’accord avec ton point de vue. Ces informations nous encouragent à poursuivre notre exploration intérieure, avant toute autre chose, et surtout ne nous en dispensent pas. Ce resterait de la délégation, et j’espère que nous n’en sommes plus là. En revanche elles nous donnent une direction qui n’est pas négligeable… et nous confortent à être de réels accompagnateurs de ces pionniers…. dans ce pèlerinage de la vie…
        Bien à toi, ♥

  2. katerina dit :

    Passeur ,

    Juste pour te demander si tu vas bien .

    Affectueusement
    Katerina

  3. Saam Enki dit :

    À l’intérieur de moi, la voix de mon guide reprend: «Nous nous trouvons dans l’une des civilisations principale de la lointaine Lémurie. La race noire était alors dominante et sa culture était un exemple pour le reste de la planète…»

    Regardes attentivement le plafond de cette salle. Vois-tu l’extraordinaire voûte étoilée qui y est peinte.»
    «Leur connaissance des étoiles et des astres est immense et leur contact avec nous est fréquent.»
    «Tout à fait et tu en comprendras peu à peu la raison. Cette sensibilité, entraîne chez eux une grande sensualité et de gros besoins sexuels. Par contre au niveau du corps physique ils ressentent peu, ce qui les rend plus insensibles à la douleur et plus résistants à l’effort.
    Les fresques que tu as pu remarquer tout à l’heure peuvent te faire vivre leur histoire ou celle que l’artiste a voulu y mettre, ces peintures vivantes sont l’un de leur savoir. Il te suffit de te placer face à ces peintures en état de vacuité pour qu’elles puissent t’envelopper et te raconter des épisodes de leur vie.»

    Ces phrases et le premier tableau me font comprendre maintenant comment et pourquoi nous les Africains sommes ce que nous sommes. Et aussi un passage dans les livres saints qui dit: les premiers seront les derniers.

    je commence à voir clair sur l’histoire du monde, de ma race et de mon existence sur terre…les morceaux se recollent comme les pièces d’un puzzle.

    Merci à l’auteur et à Passeur.

  4. Margelle dit :

    Passeur, si tu permets, j’aimerais partager ce lien qui invite l’ensemble du monde à participer à une méditation cosmique : portail de la paix, ce soir, 25 août à 23h15 heure de Paris.
    Ils évoquent un rendez-vous astrologique, un parmi tant d’autres, mais pourquoi pas ? l’occasion de se rassembler autour d’une cause qui nous tient à coeur…

    http://www.youtube.com/watch?v=gncuITLTcf8

    Merci à toi si tu acceptes.

    • katerina dit :

      Margelle ,

      Les prières sont importantes .
      Merci
      Katerina

    • Taoufiq dit :

      Margelle,
      J’ai lu ton post quelques minutes avant l’heure que tu as indiqué pour la méditation collective, et j’ai prié aussi.
      Je me pose simplement la question de savoir si une méditation ou une prière personnelle ou collective, suffit à initier un changement positif. Entre autres termes, si une action ne suit pas la pensée projetée, cela sert-il à quelque chose …

      L’action n’a pas les même facilités que la pensée …

      C’est juste une question

      • Margelle dit :

        Je suis d’accord avec ta question Taoufiq. Je me la pose souvent. Il me semble que l’un n’empêche pas l’autre, bien au contraire… Je sais que Mère Térésa se disait soutenue par les prières de ceux qui ne pouvaient être sur le terrain à ses côtés.. Je sais également que tout ce que j’ai fait aurait aussi bien pu ne pas être fait… A quoi cela a-t-il servi, sauf à m’apprendre la vie, la matière, la relation ? parce qu’au niveau du résultat, cela paraît bien maigre… (sans jugement 🙂 ), mais nécessaire pour moi… bien que la prière ou méditation auraient certainement été plus conséquentes…. ??? Tu ne peux imaginer le nombre d’erreurs de jugements que j’ai pu commettre en toute bonne foi, en toute bonne conscience, sur le moment… et je crois que c’est le cas pour la plupart de nos actions, à tous…. mais nous ne pouvons pas ne pas les faire…. (7 ans d’âge mental en moyenne, elle a l’humanité, je rappelle -et encore je suis optimiste !)

        Cela dit, j’ai ressenti un très fort courant hier soir, mais ai lâché ma méditation trop vite, un peu fatiguée…. 🙁

        Bien à toi Taoufiq, merci pour ce retour ♥

      • Marie-Anne dit :

        Taoufiq,
        Moi aussi j’ai participé à cette méditation(merci Margelle pour l’info).

        En ce qui me concerne, je pense que la méditation et la prière ont une grande importance, dans la mesure où elles touchent les Cœurs.

        Si tu entoures d’Amour, de Paix et d’Harmonie toutes les personnes impliquées dans un conflit( persécuteurs, fomentateurs, victimes, spectateurs,…); et si cet envoi d’Amour est suffisamment puissant pour balayer tous les cœurs et tous les esprits concernés, tu peux provoquer une prise de conscience et donc, une vision et des désirs tout différents, chez les antagonistes.
        Ceux-ci peuvent alors être touchés et élevés par l’Amour et la Paix qu’ils reçoivent : et lorsqu’on est en Amour, en Paix et en Harmonie, on n’a plus envie de se battre ou de gruger l’autre.

        Si nous sommes nombreux à méditer ou à prier sincèrement dans ce sens, d’abord nous montrons que beaucoup d’humains veulent la Paix, et ensuite, nous créons fort probablement une vague beaucoup plus importante d’Amour, une vague plus  » efficace »
        Ainsi, dans ces zones de conflit, entourées et portées par cette vague d’Amour, on peut espérer que les actions qui suivront, seront (d’où qu’elles viennent) basées sur plus d’Amour et de Paix ainsi que menées dans une atmosphère plus baignée d’Amour et de Paix.
        Bien sûr, cela ne résout pas tout, mais cela peut aider.

        Bien sûr, le plus urgent, pour nous, est de poser cet Amour, cette Paix et cette Harmonie en nous : soyons cette Paix que nous voulons voir et vivre aussi à  » l’extérieur ».

        Mais l’un n’empêche pas l’autre: installer cette Paix en nous, la rayonner; et -notamment – la rayonner de façon plus ciblée (et avec d’autres ) lors de méditations groupées.

        Evidemment, à chacun d’agir comme son cœur le lui propose ! 🙂

        • muriel dit :

          Je te rejoins dans ce que tu écris Marie Anne… Et quelque part j’assimile ton propos à la compassion. C’est la compassion qui favorise le lien profond entre les êtres, et c’est la compassion qui aide aussi à la prise de conscience de ce que chacun est ou vit dans son univers.
          J’aimerai juste ajouter en réponse à Taoufiq, que par-delà cette compassion et la bienveillance bien sûr qui s’en dégage et qui restent indispensables, il y a en amont le calme et la douceur en soi qui facilitent grandement l’ouverture du cœur pour laisser entrer et s’étendre la lumière.
          Ce matin alors que je faisais quelques pas dans mon jardin, l’esprit ouvert à tout ce qui s’y passait, le cœur en contemplation face à la nature, j’ai senti et pris conscience un instant du calme intérieur, en mon coeur… comme une respiration lente et apaisante, où tout en soi et autour de soi se meut en douceur.
          Je me suis dit : chacun en son centre (cœur) est le centre (cœur) de l’univers et l’infini s’étend par-delà ce centre. Quand je me déplace alors dans la paix avec mon centre, en ce calme intérieur, en mon silence et ma quiétude, je crée le mouvement infini du calme et de la paix, qui se déplace en moi et avec moi… autour de moi. Je le crée et le propage.
          Mes pensées et mon cœur sont en harmonie dans l’ici le maintenant, là où je suis dans l’instant et tout participe alors de ce mouvement dans son ensemble, dans, avec et grâce à ce calme intérieur.
          Tout est action, dans le moindre de nos gestes et mouvements bien sûr mais aussi dans la moindre de nos pensées, dans le plus petit instant de silence intérieur… que l’on soit en action dans l’entraide mais aussi en méditation, en prière ou simplement là, posé en silence ou en train de marcher… en cohérence, et quand le calme est en soi, le cœur s’ouvre et déploie l’amour et sa générosité. En laissant s’étendre ce calme intérieur, en le laissant s’approprier l’espace en soi puis l’espace entre soi et les évènements extérieurs, l’amour, l’harmonie et la paix se manifestent et s’amplifient…

          • katerina dit :

            Quand je me promène dans la nature , je m aperçois que plus je suis en paix , moins mon mental s exprime dans mes pensées plus la nature m envoie des signes , hier un écureuil , l autre jour deux papillons se sont posés sur moi .
            Je crois que le mental dérange l environnement .
            Observer sans juger , sans penser est vraiment aussi un bien fait pour notre terre .
            Tout existe déjà , la nature ne juge pas , elle est .
            Ce sont les vibrations que nous emettons qui influent , il n y a pas à juger nos pensées , juste les comprendre , les apaiser , et lacher notre égo .
            C est ainsi aussi il me semble pour nos pensée envers les autres .
            Je vous envoie plein d amour
            Katerina

          • Marie-Anne dit :

            Oui, en accord avec toi, Muriel.
            J’ajouterais juste que dans ce com. ( en réponse à Taoufiq), mon  » explication » ne repose pas seulement sur la compassion et la bienveillance, mais aussi sur la prise de conscience, la compréhension et la reprise en main de notre pouvoir de rayonner notre Amour et notre Paix (et notamment, de les rayonner de façon plus  » ciblée »)

            C’est un acte puissant d’installer cette Paix en nous, puis de la rayonner.

            Amitiés 🙂

            • katerina dit :

              Marie Anne ,

              Oui , et oui .
              C est un acte puissant d installer cette paix en nous puis de rayonner .
              Et parfois l égo prend le dessus et aimerais bien que l on aille plus vite , et d une façon qui lui conviendrai mieux .
              J essaie de rester le plus possible centrée et de ne pas me dispersée .
              Ce qui ne m empeche pas d agir et de rencontrer .
              Je me rends compte que les choses se mettent en place sans effort aussi les objectifs sont atteints si ils le doivent et cela me permet aussi d identifier ce qui me gene .
              C est pour cela que je ne fais pas de projection dans le futur , enfin le moins possible . Et le futur c est l instant présent .
              C est à mon sens le plus difficile à réaliser , car nous avons été habitué à agir par impulsion ou réaction .
              Chacun évidemment ayant son propre chemin .
              De toutes façons nos ames savent ce qu elles font .
              Amitiés
              Katerina

            • muriel dit :

              Oui je suis en accord moi aussi Marie Anne
              Amitiés 🙂

      • Stéphanie dit :

        Cher Taoufiq,

        Je te remercie pour avoir posé cette question au sujet de la prière et de l’action. Elle est fondamentale !

        Prier ou méditer est (pour moi) une action. Je rentre la plupart du temps dans un état de conscience modifiée lorsque je prie. Je rentre dans un espace qui est au delà du mental, de l’ego ou/et de ma personnalité, c’est ce que j’appelle la porte du Cœur. Se connecter, ne faire qu’un avec le champ unifié, avec la Pure énergie Divine/Universelle, ce que je nomme l’Amour Inconditionnel, à partir du cœur et non de la pensée et du mental permet de co-créer des « miracles » en et autour de soi.

        C’est (je crois) le message et l’enseignement de mon Maître bien aimé Jésus. C’est en tout cas de cette façon qu’il m’a été donné de l’interpréter depuis que je suis enfant. Nous avons tous ce potentiel d’accomplir des miracles et de co-créer (avec la Source) notre réalité. Notre problème, c’est que nous (humains) sommes déconnectés de ce champ unifié (l’Amour Inconditionnel) pour la plupart par un mental et un ego trop enflés … Nous sommes freinés par des croyances qui nous limitent et des peurs qui nous bloquent.

        Je vous aime mes frères et sœurs, puissions nous tous (re)découvrir l’espace Sacré du Cœur …

        • François dit :

          Merci Stéphanie ♥

          La peur est le frein , le cœur est la porte…. c’est aussi simple que cela… même si ce n’est pas toujours facile de lâcher la peur pour prendre à pleines mains la poignée de la porte… c’est l’entre deux qui est un grand vide et qui peut re-nourir la peur si la détermination n’est pas encore totalement ancrée…. ce passage est justement une forme d’action …. souvent courageuse d’ailleurs….

          • Stéphanie dit :

            Cher François,

            Oui … C’est tellement simple (la porte du cœur) que la peur est là pour freiner son accès ! Tu sais, plus j’avance sur mon chemin et plus ma (re)connexion au champ unifié s’intensifie, elle se fait avec une extrême facilité ses derniers temps. J’ai constaté les « miracles » de la co-création en et autour de moi, je connais le « pouvoir » illimité de la connexion à l’Amour Inconditionnel.

            La complexité de notre nature humaine est infinie … Je me reconnais totalement dans ce que tu dis à propos « de la difficulté de lâcher la peur pour prendre à pleines mains la porte … ». J’en suis exactement à ce point là, dans l’autre deux, j’ai peur de mon plein potentiel (que je connais). C’est comme si je ne m’en sentais pas encore digne, comme si je devais encore avancer sur le chemin de la guérison … C’est un travail (sur soi) qui semble ne jamais avoir de fin même si la lumière au bout de chemin est de plus en plus proche. Suivre ce chemin demande un courage, une force et une détermination sans faille … sans parler de notre ego et de notre mental qui ne cherchent qu’à nous égarer en chemin.

            Merci François pour t’exprimer ici parce que tes témoignages sur tes propres expériences m’encouragent grandement !!! Je me sens ainsi moins seule sur le chemin … Je sais que j’ai un compagnon de voyage qui est quelque part devant moi sur le même chemin et qui éclaire par sa lumière intérieure mon cœur et mon esprit lorsque ma foi vacille … Voilà sans doute pourquoi je pleure comme une madeleine à chaque fois que tu annonces ton départ définitif de cet espace crée par notre ami le Passeur.

            Je t’embrasse de tout cœur avec toute ma gratitude.

            • François dit :

              Stéphanie, ♥
              Quelle douce et tendre douleur que cette peur de notre propre Lumière. C’est un peu comme être amoureux dans l’ancien monde, c’est doux comme le miel et ça tord les tripes comme le vinaigre par moments tout en étant fort et puissant comme un ristreto bien serré 🙂 …. quel bonheur n’est-ce pas que d’être invitée à l’humilité devant sa propre divinité… Oui ces larmes là sont notre nectar de Foi que nous absorbons chaque fois que l’on ferme les yeux pour aller à notre propre Rencontre Intérieure, précisément là où le mot amour devient Vibration …. C’est cette divine Vibration qui nous enivre et devient notre carburant pour travailler sur notre élévation de conscience, car on sait que c’est elle qui nous révèle à qui nous sommes…. quand bien même il faut pour cela traverser nos plus sombres marécages égotiques…. ha ha ha , que du bonheur , en somme !
              Moi aussi je t’aime ma sœur ! ♥
              PS: je pense que je vais arrêter de partir, maintenant j’ai trouvé mon rythme ! 🙂 tu peux ranger la boite de kleenex… 🙂 bises

              • Stéphanie dit :

                Merci cher François pour tes mots qui résonnent intensément en moi !

                « Quel bonheur d’être invitée à l’humilité devant sa propre divinité ». Oh oui, comme tu as raison c’est que du bonheur ! Et c’est vraiment ce que je ressens au plus profond de mon être.

                Merci pour la bonne nouvelle qui me rempli de joie, mais tu sais avec un cœur comme le mien, il est impossible de me séparer bien longtemps de ma boite de Kleenex …

                Je t’embrasse de tout cœur.

              • François dit :

                Stéphanie , je vais te survoler 🙂 🙂 🙂 ….

                dans quelques jours, je vais une semaine en Sicile , si tu te tiens dehors vendredi 6 en tenue traditionnelle , je devrais t’apercevoir depuis l’avion non ?! 🙂
                (au fait ma fille aussi se prénomme Mathilde, avec la fille d’Alain et la tienne on pourra bientôt monter un fan club ♥… ) à tout bientôt et merci encore.

              • Stéphanie dit :

                Super ! Je penserai à toi le 6 et je te souhaite de très belles vacances en Sicile !

              • katerina dit :

                Merci François
                Avec tout mon cœur .
                Katerina

        • Marie-Anne dit :

          Oui, Stéphanie, puissions-nous!

          De tout cœur à toi!

          • Stéphanie dit :

            Chère Marie Anne,

            Je suis heureuse de te retrouver ici ! Je suis en train de lire le livre « Anna, la voix de Madeleines » de Claire Heartsong qui est la suite de « Anna, grand-mère de Jésus ». C’est notre amie Tchunka que je viens de rencontrer durant mes vacances en Bretagne qui me l’a prêté.

            J’adore le message et l’énergie qui se dégagent de ce livre … En le lisant, je pensais justement à toi et à François, nous en avions parlé tous les 3 (de ces livres) et puis vos énergies sont tellement similaires à certains des personnages de ce livre que je reste émerveillée … C’est très beau ! C’est comme retrouver sa famille d’âme … Je très émue que vous ayez tous les deux répondu à mon message et je sais qu’il n’y a aucun hasard.

            Je vous embrasse chaleureusement tous les 2.

            • katerina dit :

              Stéphanie ,

              Je suis également de tout cœur avec toi .
              Si je puis me permettre , je ressens de la lucidité dans tes messages .
              Tu dis ce qu est le chemin .
              Affectueusement
              Katerina

              • Stéphanie dit :

                Merci de tout cœur Katerina. Je me sens aussi très proche de toi, je sais que nous parcourons le même chemin. Je te ressens aussi comme une sœur d’âme.

                Il n’y a cependant pas qu’un chemin et le mien (le notre) n’est pas meilleur qu’un autre. Tu le sais autant que moi, le respect de soi et de l’autre tel qu’il EST est essentiel. Ce qui m’importe, c’est d’écouter et de suivre mon cœur à chaque instant de ma vie, là réside mon chemin et ma vérité.

                Je t’embrasse de cœur à cœur Katerina.

              • katerina dit :

                Stéphanie ,

                Bien sur il n y a pas qu un chemin .
                Je suis allée un peu vite , serait ce mon égo ?
                Merci
                Je t embrasse de tout mon cœur .
                katerina

              • Stéphanie dit :

                Don’t worry Katerina !

                Le mien aussi n’arrête pas de me sortir des trucs de son sac !!! Il est drôlement entêté et malin … mais avec nos fidèles alliées : la vigilance, le discernement, l’intégrité, la patience, la compassion et bien sûr la pureté du cœur nous pouvons le remettre à sa juste place.

                Je t’embrasse de tout cœur.

            • Marie-Anne dit :

              Merci, Stéphanie!
              Je n’ajouterai pas grand chose de plus, car François t’a trop joliment répondu pour que je parle à sa suite!

              Ah, peut-être puis-je juste te dire à quel point, moi aussi, j’aime et reconnais la vibration des « Anna », et que oui, je pense comme toi, qu’aujourd’hui, nous retrouvons notre famille d’âme- que nous nous retrouvons!
              Et quelle joie douce et forte à la fois! On ose à peine y croire… Et pourtant! Quelle Grâce!

              Je profite aussi de ton com. pour embrasser notre amie Tchunka , en espérant la lire bientôt!

              Très affectueusement, Stéphanie!

              • alain thomas dit :

                La vibration des « Anna » résonne en moi depuis toujours comme quelque chose d’indéfinissable, de puissant, un mélange de force et d’amour universel.

                Quand ma fille est née, je voulais l’appeler Anna et je me suis effacé devant la volonté de sa mère de l’appeler Mathilde.
                Ses deux autres prénoms sont Anna et Marie.

                J’apprécie profondément ce très bel échange entre François et Stéphanie.
                Je vous rejoins donc Katerina et Marie-Anne pour vous faire part de ma profonde émotion devant de si beaux propos d’amour fraternel.

                Les temps qui arrivent demandent beaucoup de recul. Nous devons rester ancrés au sol et déjà dans une dimension plus légère, plus aérienne, plus profonde.
                Le temps de la prière est plus que jamais présent. Le temps du recueillement aussi.
                Et puis vient le temps de la méditation pour envoyer tous ensemble des ondes d’amour en direction de ces êtres qui souffrent et vont souffrir d’atrocités.
                Je serai avec vous Marie-Anne, même si je le suis en permanence… à ma manière.

                Je vous embrasse tous… et Tchunka aussi ♥

              • Marie-Anne dit :

                Merci, Alain Thomas, la sincérité de ton message me touche beaucoup!

                Et si je le dis, ce n’est pas pour t’encenser ( petit clin d’œil ã Laura), mais parce que je n’hésite plus ( trop) à parler avec mon Cœur!

                Oui, Alain Thomas, nous sommes , de toute façon, connectés par le Cœur: la méditation que je propose pour le 29 septembre  » viserait » surtout à nous connecter en conscience, à créer un » lieu » où nous rencontrer consciemment en dehors de notre espace-temps (d’apparence encore « fort 3D » dans notre quotidien), et à nous habituer à cette nouvelle façon de communiquer.
                Bien sûr, chacun y amènerait ses propositions aussi.

                J’ai demandé à Qui Je Suis de bénir cet  » espace » que nous créerons/ créons « officiellement » le 29 septembre. Bienvenue donc à tous les Cœurs sincères qui s’y présenteront dans la Paix et l’Amour! 🙂

                Paix et Amour à tous, donc!
                🙂

              • Cécile dit :

                Coucouc Marie-Anne,
                Je vois que tu mentionnes une méditation que tu as proposée ailleurs, mais je ne trouve pas où !!!
                Bien à toi,

              • Cécile dit :

                Oups, je voulais dire « coucou ». Quand on veut aller trop vite…

              • Marie-Anne dit :

                Coucouc , Cécile! 🙂
                Si tu vas voir dans les comm. de la publication » Quand l’égo prend le dessus », tu pourras suivre la genèse et les explications de cette proposition de méditation.
                (Descends assez loin dans les com. ( vers 26/ 27 août).
                Bizz! 🙂

              • Margelle dit :

                je propo- sais d’ouvrir un site !! 🙂

              • Stéphanie dit :

                Cher Alain Thomas, tu ne pouvais pas manquer à ces échanges « d’amour fraternel » …

                Ma fille aussi s’appelle Matilde (version italienne) … Plus sérieusement, je partage inconditionnellement ce que tu exprimes à propos des temps qui viennent, du rôle de la prière et du recueillement. Je trouve aussi que l’idée de la méditation collective proposée par Marie-Anne est excellente !!!

                Je t’embrasse de tout cœur !

              • alain thomas dit :

                Merci Stéphanie
                Alors ainsi, nos filles ont le même prénom.
                La mienne a un fort caractère.
                Elle est hypersensible.

                Je t’embrasse aussi !

              • Stéphanie dit :

                La mienne est exactement comme la tienne !!! Et je rajouterais qu’elles sont tout à fait conscientes du pourquoi elles sont ici ; pour apporter la grâce, la beauté, la joie, la paix et l’harmonie partout où elles passent et auprès de tous ceux qui croisent leur chemin …

                Je suis ravie de partager une autre très belle synchronicité avec toi et François !

              • alain thomas dit :

                ☼ 🙂 ☼

              • katerina dit :

                Bon ,

                Vous n etes pas obligés de me croire .
                Mais si j avais eu une fille je l aurai appelé Mathilde .
                Katerina

  5. Aurélien dit :

    L’égo sera toujours présent dans l’amour universel car c’est lui qui individualise, qui se détache d’une un partie de la source pour la contempler tel du sable dans les deux parties d’un sablier, Dieu se regarde à travers nous. Il faut faire attention à ne pas confondre supprimer et accepter l’égo car se sont deux voies différentes. L’un est de revenir à la source créatrice aimante et l’autre est de créer une source créatrice aimante où nous sommes. Il n’y a aucun mauvais choix, les deux sont magnifique.

    • MB dit :

      Oui mais…DIEU N A PAS CREER L EGO car L’Amour n’ a pas besoin de se contempler le nombril.
      C’est l’esprit tordu de l’humain qui en est l’origine.

      La crucifixion signifie  » notre propre arrêt de mort » en acceptant de fonctionner au ordre de l’ego.
      Le Christ étant notre frère , c’est nous tous qui nous sommes crucifiés.

      lire  » un cours en miracles » dicté par le Christ , toutes nos questions y trouvent leur réponse.

      • Le Passeur dit :

        Il n’y a pas d’esprit tordu dans cette histoire, tout est juste et utile à notre expérimentation dans la densité qui se croit séparée de tout. Et l’égo nous est indispensable au sein de cette expérience. Essayez toujours d’examiner ce en quoi vous croyez avec un autre niveau de lecture, c’est le moyen de faire évoluer nos croyances.

        • MB dit :

          Bonjour Passeur
          Ce ne sont pas mes paroles mais celles du Christ qui nous dit qu’il nous faut choisir entre notre ego et sa densité (ou nos croyances qu’on se croit obliger de faire évoluer pour devenir un être humain « acceptable » –selon les croyances de chacun–)ou l’Amour- légèreté qui est déja présent en nous et n’a besoin de rien.
          Question de choix simplement .
          Tout dépend le but que l’on se fixe.

          • Le Passeur dit :

            Que sait-on des paroles de Yeshua ? Si elles sont issues de la Bible et de ses nombreux remaniements au fil des papes…
            J’ai beaucoup écrit ici sur la nécessité de nous désidentifier de notre ego pour pouvoir enfin cheminer vers la guérison, pour autant je ne l’ai jamais présenté comme le fruit nombriliste d’un esprit tordu et j’invite une nouvelle fois à le respecter comme une facette de nous à aimer et non à juger, c’est pourquoi j’ai souhaité répondre. Tout ce que nous n’aimons pas de nous ne va pas dans le sens de la guérison.

            • MB dit :

              C’est vrai Passeur qu’il y a là de quoi palabrer pendant des lustres…

              Pour faire court, il suffit de regarder le monde que nous avons crée ensemble et individuellement .

              Nous savons bien qu’il est le fidèle reflet de nos façons de penser et qu’il est juste utile de les remettre en question…pour finalement ne plus se poser de question et entrer directement dans l’Amour…Quand on est prêt.

              Merci pour cet échange.

            • Cécile dit :

              « Tout ce que nous n’aimons pas de nous ne va pas dans le sens de la guérison »
              Oui, et je commence à comprendre que la guérison devient possible quand nous parvenons à rassembler ces fragments de notre âme, ces parts de nous-même que nous avons oubliées, perdues, niées, voir rejetées. Merci à toi Passeur pour ces paroles qui arrivent au bon moment.

  6. Aurélien dit :

    Jésus a sacrifié son corp de chair pour marquer la conscience des gens car il savait que le chemin vers un amour universel allait prendre du temps et beaucoup de temps à éclore dans la tête des gens. C’est pas un suicide mais il a donné son corp à l’universel pour que le bourgeon de cette conscience mûrisse au file du temps. Maintenant on est capable d’apercevoir l’amour dont Jésus parlais.

    Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé veut simplement dire aimez-vous plus que la chaire, dans la conscience universelle.

    • katerina dit :

      Aurélien ,

      Merci .
      Mon chemin est celui de cette recherche . La recherche de l amour universel et cela se fait par étape . L égo est toujours présent , de moins en moins , et cela devait etre comme cela . Le temps n existe plus dans cette recherche .
      Je laisse à Dieu , les manifestations de cet amour .
      L essentiel est le travail de mon esprit à travers les méandres de ma vie , ou de mes vies , qu importe .
      Je crois que l on ne décide plus quand on a trouvé cet amour là .
      Amitiés
      Katerina

      • alain thomas dit :

        « L’égo est toujours présent, de moins en moins » Katerina

        Quand l’égo est de moins en moins présent, c’est qu’il n’a plus de prise. En fait, il est toujours présent car indissociable de notre esprit par notre lien permanent entre l’animal et le divin.
        S’il a de moins en moins de prise c’est que l’on parvient à le dissoudre dans la vraie nature de notre esprit, semblable au ciel immaculé… inaltéré.

        Ne pas lui donner de prise, c’est avoir toujours cette petite lampe (vigilance) allumée, comme un éveillé devant un obstacle et qui le prend dans ses bras sans lui donner plus d’importance que cela.

        Ne pas donner de prise à l’égo c’est le prendre comme il est, non séparé, sans rivalité ni animosité, au contraire avec beaucoup de tendresse et d’amour, lui témoigner son intérêt tout en montrant que notre prise de conscience s’approfondit un peu plus chaque jour sur le chemin.

        Ne plus avoir de prise sur l’égo c’est l’associer à chaque action de la vie, le prendre en considération devant chaque obstacle, l’aimer sans lui laisser la possibilité de prendre le dessus.

        Ne pas laisser l’égo prendre la place, c’est aussi parfois lui laisser du champ pour s’exprimer car la souffrance est toujours au bord du chemin, chaque fois que l’obstacle imprévu se présente ; c’est ne pas l’étouffer en permanence car la colère ou le chagrin sont souvent nécessaires à l’animal pour rejoindre l’humain et le divin.

        Ne pas laisser d’espace à l’égo c’est laisser de l’espace devant chaque événement pour qu’il se fonde en soi, là où le cœur s’ouvre, où l’ange apparaît, où le guide survient et où toutes les énergies fusionnent pour faire naître l’Amour dans la Lumière.

        Fraternellement

        • Marie-Anne dit :

          Oui 🙂 merci pour cet éclairage d’une grande force et d’une belle douceur, Alain Thomas!

        • katerina dit :

          Merci Alain Thomas ,

          Je n avais aucune connaissance particulière dans le domaine de la spiritualité . J en connaissais ce que j en avais appris , tout me paraissait obsolète , inadapté .
          Aussi , après une épreuve extrêmement difficile , et en meme temps la découverte de cette lumière si petite soit elle mais tellement belle en moi , j ai commencé un chemin seule et je suis ici aujourd hui .
          C est vrai que meme si je reconnais l égo en moi , je le laisse et je ne sais pas si mon chemin m amènera à le dissoudre complètement ou le laisser tel qu il est .
          Aurélien parle de deux chemins différents .
          En fait je ne sais pas réellement ce qu est l égo .
          Je crois qu il me gène , mais je laisse faire .
          Merci à tous pour vos lumières , il y a réellement ici une possibilité d exprimer les choses sans se sentir emprisonner dans une quelconque voie spirituelle .
          Cela permet au contraire d avancer au mieux .
          Je suis persuadée que les idées créent le lieu , l espace , c est ce que je ressens sur ce site .
          Amitiés
          Katerina

          • alain thomas dit :

            « En fait je ne sais pas réellement ce qu est l égo . » Katerina

            L’égo est un concept.

            Il ne peut être identifiable que si nous partons du principe que notre vraie nature est Claire Lumière (l’Amour Universel), sans forme ni dimension d’espace, de temps, de taille, de direction ou encore de centre et qu’ainsi, son essence est vide et lumineuse…. la Plénitude sans forme.

            Dans cet état (méditation, EMI, etc…), toute fabrication mentale est ce que nous appelons « égo », c’est-à-dire l’illusion d’un « moi » (voir Krishnamurti) qui d’une certaine manière existe dans ce monde de l’apparence (magie ou miracle de la vie) et d’une autre manière n’existe pas (dans le monde de l’Absolu… de l’Autre Côté).

            Tant que nous sommes prisonniers de notre être (Einstein), nous faisons l’expérience d’un « moi » et donc d’un « égo ».
            Ce n’est pas inutile, au contraire, mais c’est une illusion car nous sommes dans le jeu de la dualité (séparation, division)… que nous avons accepté.

            L’erreur, à mon sens, serait de croire que nous devons éliminer coûte que coûte notre égo, comme s’il était séparé de nous… vil et mauvais, alors qu’il est un outil nécessaire à notre évolution individuelle et collective.

            Si nous avons choisi de nous incarner, c’est pour accepter les règles du jeu et de jouir de la splendeur de la nature, de vivre des espaces sublimes de la vie en favorisant l’amour altruiste car c’est celui qui nous permet de ne pas laisser l’égo (égoïsme) prendre le dessus sur notre chemin, au fur et à mesure de nos expériences.

            C’est un mariage d’amour incessant entre « l’égo », le « moi » et l' »autre » pour une fusion graduelle, en équilibre avec toutes les énergies, les souffrances, les joies, les douleurs, les plaisirs… et l’humour inconditionnel au cœur d’enfant émerveillé, spontané et intuitif.

            Bien à toi

        • katerina dit :

          Alain Thomas ,

          En relisant mon message , je me suis aperçu que je parlais beaucoup de moi !
          Tes dernières phrases sont très justes , merci , c est l essentiel me semble t il .

          Je t embrasse
          Katerina

        • guil dit :

          Et bien que de changement avec le Alain Thomas que je connaissais (mal),
          j’ai pelé mes croyances, il ne reste rien, je suis cela?
          Salute amigo!

          • alain thomas dit :

            Amigo, Alphonse Allais disait :
            « La première impression est toujours la bonne… même quand elle est mauvaise ».
            Alors tu sais, c’est pas gagné hein.
            Par contre, le changement est permanent et là, tu en as la preuve…. par toi-même 😀

            Bien à toi amigo

  7. laurore dit :

    bonsoir à tous. Bonsoir passeur. Voyage voyage! Ah Ciel, infinies possibilités!! Mais il importe l’intention!! La force de l’intention, et le reste est cadeau.

  8. guil dit :

    @ Taoufiq :
    J’ai vu un post ou tu était assez surpris que les dires d’Anne Givaudan soit classé new age, sache que toute canalisation est new age.
    New age = nouvel age, c’est exactement ce dont on parle sur ce blog, l’apres 2012, le nouvel age, le changement, la transition.
    Pour bcp de personnes le new age à une connotation negative, je me demande vraiment pourquoi, et pourquoi rejeter la prise de conscience massive vers 1968, qui, quoi qu’on en disent, était un superbe élan du vivant.
    Donc oui, le blog du passeur est new age, mais la ballade n’est pas là comme dirait son auteur.
    Les textes c’est sympa, c’est comme les religions ou tout mouvement de la conscience, s’y accrocher c’est manquer de respect comme dirait Eric Baret, c’est ne plus s’ecouter.

    Au passage, bjr à tt ceux qui me connaissent.

    ++

    • Marie-Anne dit :

      Et re-bonjour à toi, Guil! 🙂

      Oui, les textes des auteurs qui parlent, d’une manière ou d’une autre, de l’expansion de conscience, c’est « sympa » 🙂 ; cela peut être encourageant, éclaircissant, inspirant voire même éveillant!
      Cela demande aussi notre discernement; sans oublier qu’après la compréhension, la mise en résonance et/ou la prise de conscience à laquelle ils peuvent nous amener, ils demandent, une fois intégrés (y compris dans la vie concrète) à être dépassés.

      Ils sont le plus souvent des étapes indispensables , et ils méritent toute notre gratitude ( et leurs auteurs aussi).
      Par ailleurs, certaines des valeurs universelles qu’ils relaient, elles, valent la peine de nous être régulièrement rappelées!

      Mais je reste d’accord avec toi sur le fait que, s’accrocher aux autres infos de ces textes, peut finir par nous freiner, car tout bouge, tout évolue – surtout actuellement, semble-t- il.
      Une étape reste une étape.
      De toutes façons et bien évidemment, aucun texte ou aucun discours ne nous dispense d’écouter notre voix intérieure, notre Je Suis!

      Donc, restons centrés et accueillons, en conscience, la Lumière toute-connaissante, transmutatrice et guérisseuse Que Nous Sommes; rayonnons cette Lumière; acceptons les soi-disant qualités et défauts que nous nous sommes donnés pour mener au mieux cette incarnation: en les comprenant , en les acceptant et en leur étant reconnaissants, nous les illuminons de notre amour et nous leur permettons de nous apporter le meilleur qu’ils recèlent (les « qualités » deviennent plus authentiques belles et lumineuses; les soi-disant  » défauts » libèrent leurs qualités et leurs bienfaits).
      Tout cela, c’est ce que je ressens comme étant le plus important pour moi aujourd’hui ( et ce n’est pas toujours facile à réaliser, mais ça aussi, j’essaie de l’accepter calmement et sans jugement de valeur).

      Bien sûr, à chacun son chemin, son rôle à jouer ici ; et à chacun son rythme!

      … En attendant d’Être dans l’éternel présent…

      • guil dit :

        Coucou Marie-Anne 😉
        Merci pour ton com, j’y reviendrais si je peux, ce soir j’ai pas trop le tps je recois.
        Bonne soirée!
        Amitié.

      • guil dit :

        Oui Marie-Anne,
        Pour ma part je pense qu’il n’y à absolument rien à faire, puisque tout « faire » nous eloigne de ce que nous sommes.

        Juste rester tranquille (ce qui peut aller bien loin!)
        Belle soirée

    • katerina dit :

      Merci Guil,

      Je ne connaissais pas Eric Baret .
      Je me sens proche de sa façon de voir les choses .
      On ne décide rien .
      Amitiés
      Katerina

      • guil dit :

        Ah ben de rien,
        Tient, un texte de Jiddhu K qui va bien de pair :

        Jiddhu :

        « La vraie liberté est au commencement et pas à la fin.
        Là, où vous êtes, sont tous les paradis où cessent toutes les recherches. »

        « Les gens avalent tout ce qui est dit par n’importe quel barbu qui débite des promesses, affirmant : « Vous connaîtrez des expériences merveilleuses à condition de faire certaines choses ! » Il me semble qu’on devrait dire : « Je ne sais rien. » Très évidemment, je ne peux pas m’appuyer sur les autres. S’il n’y avait ni livres ni gourou, que feriez-vous ?
        Supposons qu’il n’y ait aucun livre, aucun gourou, aucun instructeur, que feriez-vous ? On est plongé dans la confusion, dans le remous des tourments, que feriez-vous ?
        Dès l’instant où le gourou prétend savoir, vous pouvez être sûr qu’il ne sait pas. Parce que ce qu’il sait, c’est quelque chose de passé, évidemment. Tout savoir appartient au passé.
        Et quand il dit qu’il sait, il pense à une expérience qu’il a connue, qu’il a pu reconnaître comme étant quelque chose de grand, et cette reconnaissance est née de son savoir passé ; autrement il ne pourrait pas le reconnaître. Et son expérience, par conséquent, a ses racines dans les passé. Par conséquent, elle n’est pas vraie.
        Ce n’est pas être honnête que de se conformer à certains principes, à certaines croyances, de se rendre esclave de certains engagements ; mais il s’agit de voir honnêtement les choses exactement telles qu’elles sont, sans déformation, non seulement extérieurement, mais encore intérieurement : ne jamais se laisser abuser. Parce qu’il est très facile de se laisser abuser si l’on a soif de certaines expériences religieuses ou autres.
        La solitude est le propre d’un esprit qui ne dépend psychologiquement d’aucun autre, qui n’est lié à personne, et ceci ne veut pas dire qu’il soit sans amour – l’amour étant autre chose que l’attachement.
        Tous les exercices auxquels je puis me livrer, toutes les disciplines que je peux m’imposer, toutes les méthodes mécaniques dans le sens habituel du mot, ne font que rétrécir mon esprit de plus en plus, le limiter, le rendre plus obtus, et vous me promettez le paradis à la fin de tout cela. Moi, je dis que cela ressemble à des soldats que l’on dresse jour après jour – un exercice, puis un autre exercice – jusqu’au moment où ils ne sont plus rien d’autres que des outils entre les mains de leur officier ou de leur sergent. Laissez-leur quelque initiative ! Donc, je mets en doute toute cette façon d’aborder la question en fonction d’un système ou d’une méthode devant conduire à l’illumination.
        Une méthode implique que l’on s’exerce, que l’on dépend ; il y a votre méthode, ma méthode, son chemin à lui et celui de quelqu’un d’autre, mon gourou qui est un peu plus savant, ce gourou qui est un faux gourou et celui qui ne l’est pas ( mais tous les gourous sont des pseudos-gourous, cela vous pouvez l’admettre dès le départ, que ce soit des lamas tibétains ou catholiques ou hindous) : tous sont des charlatans, parce qu’ils fonctionnent encore dans un petit recoin du champ sur lequel on a craché, piétiné et qui est détruit.
        Vous avez cherché à dominer votre pensée, vous avez suivi différent systèmes ; ce n’est pas cela la méditation. Il nous faut rejeter tous les systèmes qui se sont offerts à nous : le zen, la méditation transcendantale et différentes croyances qui nous sont venues d’Inde ou d’Asie, et auxquelles les gens se sont laissé prendre.
        Quand vous suivez un système, que devient votre esprit ? Qu’implique ce système et cette méthode – un gourou ? Je ne sais pas pourquoi ces gens s’appellent de gourous – je ne peux pas trouver un mot assez énergique pour rejeter complètement cet univers de gourous, leur autorité venant de ce qu’ils croient savoir. Tout homme qui dit : « Je sais » ne sais pas. Ou si un homme vient vous dire : « J’ai fait l’expérience de la vérité », méfiez-vous de lui complètement. Ce sont ces gens-là qui nous offrent des systèmes. Un système entraîne des exercices, un état d’obéissance, de répétition, l’effort pour changer « ce qui est » et, par conséquent d’augmenter vos conflits. Les systèmes font de l’esprit une mécanique, ils ne vous procurent aucune liberté ; ils peuvent vous promettre un état de liberté à la fin de vos efforts, mais la vraie liberté est au commencement et pas à la fin.
        Si vous recherchez la vérité grâce à un système, si vous n’êtes pas libre au début de votre recherche, vous finirez forcément par adopter un système et, par conséquent, par vous retrouver avec un esprit incapable de toute subtilité, de toute délicatesse, de toute sensitivité. On peut donc rejeter complètement tous les systèmes.
        Naguère, j’ai rencontré un « gourou » très connu en Inde. Il vint me voir. Il y avait sur le sol un matelas, et nous lui avons dit poliment : « Je vous en prie, installez-vous sur ce matelas », et, paisiblement, il s’assit sur le matelas, prit la position classique du « gourou », posa son bâton devant lui et se mit à discuter – une très belle performance – et il nous dit : « Les autres hommes ont besoins d’un « gourou » parce que nous autres « gourou » savons plus de choses que les laïques, et pourquoi passeraient-ils tous seuls à travers ces dangers ? Nous allons les aider. » Il se révéla impossible de discuter avec lui, parce qu’il avait admis par avance qu’il était seul à savoir et que tous les autres étaient dans l’ignorance. Au bout de dix minutes, il nous quitta très vexé.
        Je crois que ce désir d’aider n’est, dès le début, pas valable, sauf peut-être dans le monde médical, ou celui de la technologie.
        C’est une chose terrible de dire : « Je veux aider quelqu’un d’autre. » Qui êtes-vous pour aider un autre ? – et la question vaut aussi pour l’orateur.
        Ne retournez pas vers vos gourous, vos sociétés, vos autorités, laissez-les tomber comme une vulgaire patate chaude. Vous pouvez voir comment vous gaspillez votre énergie quand vous acceptez un compromis. Vous savez ce qu’est un compromis ? Il y a compromis quand il ya comparaison. Or, depuis notre enfance, nous sommes entraînés à comparer ce que nous sommes avec celui qui est le meilleur de la classe ou le meilleur de l’école ; ou encore nous comparer avec ce que nous étions naguère, nobles ou ignobles, nous comparer aux moments heureux par lesquels nous avons passés hier, qui sont survenus sans que nous soyons prévenus, mais subitement ce bonheur nous est arrivé, la joie de contempler un arbre, une fleur, le visage d’une belle femme, d’un enfant, d’un homme, et nous comparons l’état d’aujourd’hui avec celui d’hier. Une telle comparaison, une telle forme de mesure, c’est le commencement d’un compromis. Je vous en prie, voyez ceci par vous-même. Voyez-en la vérité, voyez que, dès l’instant où vous mesurez, c’est-à-dire où vous comparez, vous êtes en train de négocier avec ce qui est.
        Quand vous vous complaisez à des activités purement intellectuelles, des théories, vous demandant s’il existe ou non une âme, s’il existe un atman ou pas d’atman – tout cela c’est du temps perdu, de l’énergie gaspillée. Quand vous lisez ou que vous écoutez les sempiternelles citations d’un saint quelconque, ou d’un sannyasi, ou les commentaires qu’il a pu faire de la Gita ou des Upanishads, mais pensez combien c’est absurde, combien c’est puéril ! Voilà quelqu’un qui donne une explication d’un livre, lequel est lui-même mort et écrit par un poète qui est mort, pour lui attribuer une signification immense. Tout ceci montre l’infantilisme d’un tel gaspillage d’énergie.
        Seul un esprit immature se compare à ce qui est et à ce qui devrait être. Un esprit mûr ne compare pas, ne mesure pas.
        Tant qu’en moi-même je suis absolument clair, je ne me trompe pas. Je peux me tromper dès l’instant où j’ai une mesure. Dès l’instant où je me compare à celui qui roule en Rolls-Royce, ou au Bouddha, j’ai une mesure ; me comparer à quelqu’un, c’est le commencement de l’illusion. Mais quand je ne me compare à rien, pourquoi est-ce que je me mettrais en mouvement ?
        Quand on se sert du mot « essayer », vous savez qu’un tel état d’esprit est déplorable et bête ; quand il dit : « J’essaie, je fais des efforts », c’est le symptôme d’un esprit essentiellement bourgeois qui mesure, qui a le sentiment de faire un peu mieux chaque jour. Donc, découvrez par vous-même si vous êtes capable de vivre non pas théoriquement, mais vraiment sans comparer, sans mesurer, sans jamais évoquer les mots « mieux » et « plus ». Voyez alors ce qui ce passe. Seul un esprit mûr ne gaspille pas son énergie, et un tel esprit peu vivre une vie très simple. J’entends une vie d’une simplicité réelle, non pas la simplicité de l’homme qui ne prend qu’un repas par jour et qui ne porte qu’un pagne – ça c’est de l’exhibitionnisme – mais un esprit qui se refuse à mesurer et qui, par conséquent, ne gaspille pas son énergie.

        Tous ces gens qui croient à une nouvelle naissance ne se soucient absolument pas de ce qui se passe maintenant, c’est une affaire de croyance, rien de plus.
        La Gita et tous ces gens prennent pour acquis que Dieu existe. Ils affirment que Dieu existe. Mais qui sont-ils tous, Krishna ou X, Y, Z, pour me dire qu’il existe ou non ?

        Celui qui sait qu’il aime ne connaît pas l’amour, ne connaît pas le silence.
        Là, où vous êtes, sont tous les paradis où cessent toutes les recherches. »

        J. Krishnamurti.

        Au plaisir!

        • marie christine dit :

          Je trouve ces paroles bien catégoriques !
          Krishnamurti a eu des déboires avec l’Ecole Théosophique et autres … Mais l’erreur n’est-elle pas justement source d’apprentissage ?
          Tout jeter au panier comme appartenant au passé ? Comme si personne jusqu’ici n’avait jamais dit des vérités éternelles ?
          Comment aurions-nous progressé, comment en serions-nous où nous en sommes si aucun « Ancien » ne nous avait montré la voie ?
          Dieu ne s’est-il jamais incarné comme Avatar par le passé ?
          Où est la gratitude ?

          • François dit :

            Bien vu Marie-Christine…. 🙂

            Comme l’a dit Soleil Bleu (je crois…) récemment :
            « Finalement on ne parle jamais que de soi » ce que je pense aussi d’ailleurs en rapport aux effets ‘miroirs’, je peux dire que ce texte laisse , pour le moins , rêveur…. 🙂 bises à toi.

          • François dit :

            Allez , en parlant de gourous…. on me reconnait bien , je suis le 5ème en partant de la droite… c’est facile je suis tout frisé…. 🙂

            http://www.20min.ch/ro/multimedia/videostory/story/La-voix-de-son-ma-tre—-19979316

          • alain thomas dit :

            Marie ce n’est pas la première fois que Krishnamurti expose ses points de vue sur les maîtres et gourous et peut-être ici que la virulence est plus grande qu’à l’accoutumée mais là encore n’est-ce pas la richesse de l’individu de toujours aller dans le Nouveau de ses idées.

            Je crois que Krishnamurti est un anarchiste qui n’aime pas la hiérarchie et sur ses deux points, je le rejoins totalement.
            Tu vois, lorsque le petit enfant écoute le gourou présenter sa méthode, personne ne sait qu’il est un grand artisan lorsqu’il travaille le bois.
            Les apparences tendent à démontrer qu’il existe des êtres soi-disant « supérieurs » à d’autres et nous savons bien nous que c’est faux, que la différence n’existe que sur l’illusion de l’apparebnce.
            Tout ce qui nous traverse ne nous appartient pas, nos dons sont justement des « dons », ils nous sont donnés.
            Alors bien sûr, dans certains domaines, nous allons penser qu’untel a vraiment une grande expérience de ce qu’il fait ou de ce qu’_il dit mais on oublie de voir ce qu’untel, dans d’autre dom

          • alain thomas dit :

            Krishnamurti a toujours exprimé ses points de vue de cette façon…. sans doute avec moins de virulence mais tout de même, nous savons tous ici qu’il est plutôt anarchiste et qu’il n’aime pas la hiérarchie quelle qu’elle soit.
            Sur ces deux plans, j’aurais tendance à penser comme lui…. pour l’instant en tout cas.
            La hiérarchie est une illusion dans le sens où il y a une telle diversité que la plupart du temps, ceux qui se dégagent du peuple pour prendre le pouvoir dans les domaines connus sont trompeurs et manipulateurs.
            Là, on parle des gourous, des maîtres, des marionnettistes, des politiques, des scientifiques mais bien sûr, on ne catégorie pas.
            Dans le domaine spirituel, il faut reconnaître que c’est un sacré foutoir et que celui qui dit savoir et donne des leçons est souvent manipulateur car nous savons très bien que dans ce domaine, il n’y a pas de Vérité.
            Il n’y a aucun maître et il n’y a aucun disciple, disait Krishnamurti.
            Celui qui parle devant les foules et suscite l’admiration bon d’accord, François nous a montrés un troupeau de moutons et c’est vrai moi je l’ai vu au fond en train de courir la gueuse 😀
            Mais dans ce troupeau, avons-nous remarqué celui qui, dans tout autre domaine, est un artiste qui travaille le bois mieux que personne ou encore celui qui joue du piano sans regarder son clavier ou encore ce sportif émérite qui pulvérise des records… et j’en passe.
            Alors bien sûr, il y en a qui n’ont pas d’autre choix que de vivre dans des cases, au milieu de la boue et de la misère mais ceux-là n’ont-ils pas au fond d’eux la même capacité que tous ces grands orateurs ? Bien sûr que si puisque nous disons à peu près tous ici que nous émanons de la Source, que rien n’est séparé et que toutes les énergies fusionnent entre elles.
            Le jour où nous comprendrons que tout vient de l’esprit et que la matière est vide alors nous verrons cette illusion telle qu’elle est, comme les reflets de la lune dans l’eau.
            Pour ma part, je persiste à dire qu’il n’y a pas de hiérarchie et que tout le monde émane du Divin, qu’il n’y a pas de séparation, d’enfer, de paradis, de lieux pour les uns et d’autres lieux pour les autres et si je me trompe, c’est pas grave, je trouverai autre chose 😀

            • graffitique dit :

              Pour paraphraser Young, ou bien le Sapeur Camember, je ne sais plus :
              Certains, pourtant, sont plus ego que d’autres 🙂

            • Katerina dit :

              Alain Thomas ,

              Je trouve beaucoup de légèreté, si tu me permets dans tes messages . Et certains me font vraiment rire . C est bien agréable , merci .
              Quant au Gourou , j avoue , cela fait la deuxième fois aujourd hui pour j avoue ,que j ai toujours été vigilante et meme ici sur ce site .
              Cela est peut etre du aux nombreux stages , cours … non dans le domaine spirituel , mais pour moi l idée est proche .
              C est vrai qu il est parfois plus facile de s en remettre à un discours plutôt que de se faire sa propre opinion .
              Je suis vraiment d accord avec toi Alain Thomas , il n y a pas de hiérarchie , seulement je parlerai d autorité naturelle .
              Dans une société fondée sur des réels fondements humains , chacun participe à l évolution de l ensemble en synergie .
              Bon on n est pas encore dans ce monde là , alors vigilance .
              De toutes les façons il est assez facile pour une personne ayant un peu de bon sens de faire la part des choses .
              C est très bien pour évaluer son sens critique .
              Amitiés
              Katerina

              • alain thomas dit :

                « il n y a pas de hiérarchie , seulement je parlerai d autorité naturelle . » Katerina

                L’autorité est un rapport de forces. Celui que tu vois autoritaire peut se trouver soumis dans une autre situation… c’est courant.

                Tu connais l’histoire du Procureur de la République qui, une fois la journée terminée, s’en va dans les rues noires de la ville, frapper à la porte d’une maison close pour y trouver une dominatrice. C’est ainsi.

                Et celle du chef d’entreprise qui toute la journée gueule après ses employés et qui le soir, une fois rentré chez lui …….. bla bla bla bla bla

                Tu parles de synergie… oui. La vie est une danse permanente aux multiples charmes, aux multiples paradoxes et aux multiples contradictions mais quelle synergie !

                La vidéo que nous a proposée François… je parle pas des moutons là hein, l’autre… tu l’as vue ?
                Moi, j’ai eu des frissons parce que mon attention a été si forte que son numéro est un enseignement majeur, si on prend la peine de rester attentif…. c’est de la pure méditation.

                Bises

              • marie christine dit :

                Faut pas se gourrer de gourou, c’est tout !

              • alain thomas dit :

                Gare aux loups-garous !!!

              • katerina dit :

                Alain Thomas ,

                Méditer , c est bien , seulement je n ai pas envie de vivre dans un monde de méditants ou de spirituels justement . Seulement je ne vois pas comment créer un monde sans dirigeants , ou gouvernants ou présidents , le mot n a pas d importance .
                Et quand je dis que chacun doit etre à sa place , cela doit se faire naturellement .
                Disons alors des organisateurs si tu préfères .
                De toutes les façons on n en n est pas là .
                C était juste une idée .
                Affectueusement
                Katerina

              • katerina dit :

                Quant aux histoires de nos responsables actuels , je les connais bien , j avais un réseau de connaissances assez bien développé .
                Si je suis ici maintenant , c est que je sais bien que la société telle que je l ai vécu ne peut continuer ainsi et que j ai quitté tout cela .
                Je vis néanmoins encore dans ce monde , et on ne peut nier qu il existe encore , et que sa dissolution ne va pas se faire du jour au lendemain .
                Enfin ce n est que mon opinion toute relative .
                Amitiés
                Katerina

              • alain thomas dit :

                C’est un peu comme la chenille qui devient papillon… ça n’empêche pas le monde de tourner bien sûr…
                Bien à toi

              • Taoufiq dit :

                L’équilibre oui, mais entre quoi et quoi Alain?
                Comment renverser la tendance pour revenir à un état d’équilibre entre le positif et le négatif, état Zéro ? état Un ?
                Avons nous notre mot à dire? Sommes nous influents?
                Comment ? Si tu le sais…
                Excuses-moi ces paroles mais je parle à cœur ouvert,
                Ton ami des sables

              • alain thomas dit :

                C’est justement cela la transcendance pour moi.
                L’équilibre est d’aller au-delà des polarités. Pour Jonas, c’est le mariage de l’ombre et de la lumière ou plutôt la vision que l’une et l’autre sont confondues et ne font qu’UN.
                Pour moi, c’est la Voie du milieu ou encore la Voie médiane, celle qui transcende les extrêmes, toutes ces notions manichéennes qui certes, existent bien, parfaitement bien ici, dans cette vérité relative que nous vivons mais que nous pouvons transcender sur le chemin.
                C’est l’acceptation au-delà des émotions, de la réaction, c’est l’espace que l’on crée devant chaque événement.
                C’est l’équilibre fragile du funambule qui, sur son fil, avance sans jamais laisser de place au doute sinon il tombe.
                C’est lorsque l’on décide de mettre de côté le mental sans jamais y revenir, le temps d’être.

                Pourtant, dans chaque instant de notre vie, nous sommes sollicités par nos habitudes, nos peurs, nos projections et nous errons devant ce que nous voyons comme si cela existait vraiment. C’est pourtant cela l’illusion. Nous prenons pour « vrai » ou « réel » ce que nous voyons.
                En fait, ce que nous voyons est un mirage. Si nous voyons les choses telles qu’elles sont, alors nous trouvons l’équilibre, au-delà de tout extrême… et nous transcendons.

                Ceci est mon point de vue, « frère des sables » et je n’ai rien de « concret » pour étayer ce que j’écris là, juste des expériences personnelles dans ma vie de « méditant » et d’analyse intérieure.
                Il n’y a donc aucune crédibilité sur ce que j’écris, juste un point de vue isolé qui est né à un moment de nulle part et qui meurt ensuite nulle part.

                J’en profite si tu veux bien, pour saluer Jonas car en te répondant, je réponds en même temps à son éclairage sur la transcendance… d’une certaine manière.

                Bien à vous deux mes frères
                Avec tout mon amour

  9. François dit :

    Bonjour tout le monde,

    Pour ma part ce texte représente plus une symbolique qu’une ‘vérité historique’. C’est une invitation à la réflexion sur l’utilisation du pouvoir. Quand l’humain découvre une puissante forme d’énergie , qu’en fait-il ? La met-il au service de tous par l’intelligence de son cœur ou va t’il l’utiliser pour tenter de canaliser ses peurs et son vide personnel ? C’est chacun sa réponse en fonction de son vécu….

    C’est évident qu’il y a eu des civilisations qui sont nées, sont arrivées à leur apogée et se sont auto-détruites. (Je pense d’ailleurs que nous sommes actuellement dans la phase d’auto-destruction de la notre.) La question qui monte en ce moment est souvent : serons-nous suffisamment intelligent pour inverser le processus ? J’aimerais être optimiste…. 😉

    La question que je me pose personnellement c’est plutôt, ‘Ai-je suffisamment nettoyer mes propres égouts pour m’offrir et donc offrir à l’autre ma puissance, mon énergie, bref, ce que je Suis dans mon plus bel apparat, ma version la plus Sacrée ?’

    Que l’on soit sur le chemin de la Science ou celui de la Rencontre inter-personnelle la question de l’utilisation du pouvoir conféré à mesure de notre ‘avancement’ , je dirais de notre montée de capacité à créer reste la même, alors que décidons nous d’en faire? Est-ce qu’on la partage (vulnérabilité/puissance) ou est-ce qu’on l’utilise dans le pouvoir (fragilité/force) ? L’un est le chemin du cœur, l’autre celui de la peur. Cela reste , de toute façon un chemin…. Cette humanité actuelle s’est mis un auto-goal, ok …. bon et ensuite?!… ben rien ! de nouveau comment vivre cette dualité entre ceux qui croient et œuvrent à travers le pouvoir et ceux qui croient et œuvrent à travers la rencontre de qui ils sont réellement ? A chacun de vivre la conscience de ce pourquoi il est venu dans cette incarnation. Mais nous sommes toutes et tous dans ce choix et toutes et tous avons utilisé les deux versions, soyons honnêtes, alors finalement quel est notre choix actuel, quel est notre choix aujourd’hui, maintenant ? Et ce choix existe, il est là , à portée de décision. Celui de la peur est inconfortable mais facile, celui du cœur est lumineux mais demande détermination, courage et surtout, surtout la Foi. C’est finalement complètement personnel. Mais quelque soit notre choix , il va influencer notre environnement et donc influencer l’environnement général tant sur le plan de la matière que sur les plans subtils. Nous ne vivons que et uniquement les conséquences de nos choix passés. Pas ceux de nos frères et sœurs du passé, non les nôtres uniquement, de notre vie actuelle quand bien même ils concernent nos vies passées. En résumé et si je devais me poser une question ce serait celle-ci:
    Combien de fois devrons nous revenir sur cette planète en tant qu’humain pour , enfin, arriver à trouver la voie centrale qui inclue les deux formes d’énergies en équilibre et ce pour le plus grand bonheur de tous ?! Je pense qu’il en faudra, au moins, encore une….. non pas que nous ayons échoué une nouvelle fois , mais plutôt que nous ayons encore quelques leçons à apprendre avant d’avoir accès à un pouvoir de créer plus grandiose….. plus …. divin, plus juste !
    Je me réjouis d’être là ici et maintenant et je me réjouis également à l’idée de revenir , recommencer encore et encore, car le cadeau final sera inévitablement la Rencontre avec moi-même, avec ‘qui je suis’ et ce que je dois expérimenter …. permettre à la Lumière de fusionner avec la matière et inversement. Ainsi, aujourd’hui, je remercie chaleureusement et publiquement mon Âme de cette opportunité qu’elle m’offre de vivre ce que je ne veux plus afin de trouver la voie de mon ♥ et de fait, de vivre ce que je suis …. une Lumière qui éclaire le chemin de la Vie…. et peu importe son intensité, l’essentiel est que j’aie conscience qu’elle existe, c’est cela ma Foi.

    • Margelle dit :

      « La question que je me pose personnellement c’est plutôt, ‘Ai-je suffisamment nettoyé mes propres égouts pour m’offrir et donc offrir à l’autre ma puissance, mon énergie, bref, ce que je Suis dans mon plus bel apparat, ma version la plus Sacrée ?’ »
      Et ben oui, François, d’ailleurs, pour ma part, je ne me la pose même pas cette question ! je sais que mes égouts sont encore bien encombrés !! j’essaie d’aiguiser mon regard, mais souvent il ne veut pas voir !! alors exercices, exercices ! avec le coeur, et si possible la bonne humeur ♥♥♥ ☼☼☼
      Bises à toi.

      • François dit :

        Merci Margelle, il est clair que ce serait dommage en ces temps « d’être seulement chargé de livres » comme dit Gibran, 🙂 🙂 alors oui exercices dans la bonne humeur permettent des miracles…. nul doute !
        bien à toi ♥

    • Marie-Anne dit :

      Coucou, François,

      Et si nous avions la possibilité de trouver cet équilibre déjà dans cette vie-ci?

      Nous ne sommes plus du tout dans les mêmes conditions que celles qui ont prévalu pendant des éons, même si, pour le « moment » , peu de choses peuvent nous le laisser extérieurement soupçonner!

      Pourtant!….
      Pour prendre un exemple( loin d’être parfait, mais suffisamment explicite) : en 1989,
      qui aurait parié sur la chute du Mur de Berlin, la veille de celle – ci, voire même, quelques micros secondes avant de l’apprendre?
      Je me souviens que, quelques jours auparavant, ma mère avait affirmé, lors d’une discussion, qu’il faudrait probablement plusieurs générations avant cette abolition!
      C’était bien sûr méconnaître tout le travail sous-jacent et invisible qui avait permis cette chute inattendue pour le commun des mortels!
      Bien sûr, il s’agit là d’un exemple appartenant à un monde encore fort lié aux anciennes énergies ( mais post 1984).

      Aujourd’hui, nous sommes vivants dans un monde nouveau; je pense (après l’avoir ressenti et donc traduit en pensées) que nous avons appelé l’Amour qui nous a répondu; que, malgré nos difficultés et nos régressions apparentes,nous croissons en conscience, nous nous nettoyons comme nous pouvons et nous nous ouvrons plus consciemment aux nouvelles énergies: et aussi, que nous retrouvons peu à peu le souvenir ou l’intuition de Qui Nous Sommes,…
      En retour, nous sommes très puissamment aidés; et je pense aussi que nombre de « choses » ont été transmutées qui nous ouvrent un nouveau chemin!

      Ayons confiance en le encore « sous-jacent » et le encore  » invisible »; un bon  » tuyau » : allons voir tout cela en notre Cœur! 🙂

      🙂

      • François dit :

        Coucou Marie-Anne, quel plaisir de causer un moment avec toi 🙂

        Oui , oui et re-oui 🙂 …. bien sûr que ce que tu viens d’écrire me semble parfaitement juste…. L’endroit où je pourrais m’interroger n’est pas tant d’être convaincu de l’aide apportée par la lumière à cette époque, c’est très clair! Je la sent, la vit, la vibre chaque jour de ma vie , je ne te contredirai pas donc…. simplement, depuis mon point de vue, la question est : l’humain que nous sommes , l’humain que je suis – sommes-nous capable de le recevoir cet amour, sommes-nous si prompt à s’en enivrer jusqu’à plus soif ? Sommes-nous si ‘à l’aise’ de le vivre, de le partager avec notre environnement ? Sommes-nous dans l’acceptation totale et inconditionnelle de notre pouvoir créateur et l’utilisons-nous de façon limpide, joyeuse, naturelle et juste?
        Sommes si déterminés que cela en rapport avec notre santé physique, émotionnelle, aurique, etc. ? etc….
        Je n’ai comme réponse que la mienne et je ne vit que et uniquement les conséquences de mes choix….. Et il semble que je sois bien-heureux car mon corps est en très bonne forme, mon aura est dense et fluide, mon ♥ enfin découvre de plus en plus comment recevoir ce que je m’offre… l’amour !
        Et c’est sur ce dernier mot que je t’embrasse chère Âmie.

        • Marie-Anne dit :

          Coucou, François,

          Moi aussi, comme toujours, je suis ravie de discuter avec toi! 🙂

          Je comprends les questions que tu te poses: je me suis posée les mêmes; et quand je vois avec quelle facilité et quelle complaisance, parfois, je retombe dans les multiples pièges de la dualité et de l’égo, je me les re- pose très souvent, ces questions-là!

          Et pourtant…
          Je pense que ce n’est pas si grave, si nous avons encore tant de difficultés avec notre égo et si nous nous heurtons encore un peu à la dualité: ce qui compte, c’est ce que nous avons réellement décidé en notre cœur, ainsi que notre intention claire et sincère de retrouver notre connexion avec Qui -Nous- Sommes -de -toute -éternité -et -au-delà.
          Voilà ce qui appelle le  » Divin » à nous et Lui permet de nous élever!
          Bien sûr, plus nous prenons conscience de nos  » errements » égotiques , plus nous les entourons de Lumière, et plus nous rendons cette élévation facile.

          Sommes-nous capables de recevoir cet Amour?
          Oui, à partir du moment où c’est nous qui l’avons appelé en conscience .
          Nous ne sommes peut-être pas capables de le recevoir encore « d’un seul coup » et à très forte dose: c’est probablement pour cela que nous avons à passer des paliers, des ouvertures, des intégrations, etc, etc,…
          L’acceptation totale et inconditionnelle de notre pouvoir créateur et son utilisation joyeuse et naturelle, suivront cette progression.
          C’est vrai que plus nous mettons d’obstacles à cette progression (doute, peur, inertie, désespérance, orgueil, et autres colifichets égotiques du même tonneau), plus cette progression se fait avec des résistances pouvant être douloureuses.
          C’est pour cela que la Confiance et le lâcher-prise sont si importants en cette période.
          L’Amour s’installe sur Terre ; nous sommes suffisamment nombreux aussi à l’avoir appelé pour nous tous, avec une conscience et un cœur suffisamment ouverts et sincères; et l’Amour qui sait nous sonder, a décidé que nous étions suffisamment prêts: alors l’Amour vient à nous, que nous Lui résistions momentanément ou pas – cette résistance dépend de nous .
          Je crois que, vu notre parcours et nos « antécédents »multi- millénaires (euphémismes!!), il est compréhensible que nous résistions !
          Surtout, voyons ces résistances éventuelles comme l’Amour les voit: avec compréhension et compassion.
          Soyons doux avec nous-mêmes tout en restant conscients de notre cap actuel et en nous ouvrant de plus en plus à Qui Nous Sommes ( donc, en restant aussi centrés que possible; en nous rappelant régulièrement Qui Nous Sommes – en Lui parlant même; en méditant; en nous tournant vers ce qui élève nos vibrations ( vers le Beau, p. ex., vers la nature,…); en transmutant ce qui abaissent nos vibrations, etc, etc…
          C’est un cercle vertueux: le reste suivra tout naturellement.

          Et puis, bien que les apparences semblent dire l’inverse, l’Être Humain n’en a pas fini de se montrer remarquable!
          …Et un petit groupe peut aider tout l’ensemble et tout faire basculer (…et comme je l’ai déjà mentionné plus haut, nous sommes aussi puissamment aidés!)

          Bref, soyons dans la Paix et la Confiance, tournés vers « ce » qu’il y a de plus Beau en Nous!
          Voilà ma réponse à moi, qui ,bien sûr, me vient droit de mon propre ressenti et de ma propre expérience!
          Et, cher François, que ton Cœur s’ouvre de plus en plus à cet Amour que tu lui donnes et te maintienne ainsi en belle santé, témoigne de cette capacité que nous avons d’accueillir l’Amour et ses innombrables bienfaits.
          Je t’embrasse itou, cher Âmi 🙂

      • katerina dit :

        Marie Anne ,

        Oui , merci .
        Il est tout à fait impossible de savoir ce qu il va se passer . Tu rappelles la chute du mur de Berlin , il y a dans notre histoire contemporaine d autres exemples de ce que tu exprimes : mai 68 ,
        la révolution … Ce qui me parait important c est que c est toujours après , que les hommes réalisent et se demandent parfois pourquoi , sans vraiment toujours comprendre .
        On ne sait en vérité pas vraiment ce qui est sous jacent et qui provoque un évènement . La physique quantique explique certainement cela .
        C est en 2012 que j ai eu conscience qu il se passait quelque chose d historique , et l histoire est elle ce que l on vit ou ce que l on raconte .
        Pour ce que je ressens , c est que nous sommes en train de la vivre , à un niveau subtile .
        C est vrai que j espère par instant , fugace , car je sais que l espoir est illusion , que le chemin ouvrira la voie à un autre monde .
        Cela de toutes les façons est certainement d un autre ordre , si l on se réfère à l age de la terre .
        De l ordre du divin , infini .
        Je n ai de toutes façons pas la réponse , seulement je suis grandement aidée par l univers .
        A tous les niveaux , santé , sommeil , stabilité , capacités visuelles , mémoire , intelligence , émotions ….
        C est réellement une bénédiction .
        Je vous embrasse tous et toutes .
        Katerina

  10. Michel dit :

    Je ne résonne pas vraiment avec ces informations données sur ces anciennes civilisations, notamment celles sur la Lémurie.
    Certaines d’entre elles sont plus crédibles que d’autres, mais dans la longue histoire de l’humanité, il a existé des époques bien plus lointaines dont la mémoire s’est effacée avec le temps.

    L’astral et les plans divins sont deux domaines différents. Plus nous nous élevons en conscience et plus la perspective sur l’histoire de l’humanité et de ses origines prend une version modifiée.
    Autant il existe des vestiges avérés de la présence de la civilisation atlante sur cette planète, autant celles concernant la Lémurie sont absentes.
    Elles n’étaient probablement pas comparables dans la forme et dans la présence à cette époque lointaine…

    Nous avons tous imprimés dans nos mémoires cellulaires les souvenirs de ces périodes lointaines, oblitérées par la densité de notre existence actuelle.
    Mais elles peuvent ressurgir progressivement, au fur et à mesure que nous prenons conscience de qui nous sommes et de l’histoire de nos origines premières…

    La vérité est aussi changeante que les images d’un kaléidoscope, elle provient d’une source en constant mouvement…
    .
    .

  11. Taoufiq dit :

    « Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eût un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

    Lorsque les dieux furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci: « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. »

    Mais Brahma répondit: « Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera. »

    Alors les dieux dirent: « Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans. »

    Mais Brahma répondit à nouveau: « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface. »

    Déconcertés, les dieux proposèrent: « Il ne reste plus que le ciel, oui, cachons la divinité de l’homme sur la Lune. »

    Mais, Brahma répondit encore: « Non, un jour, l’homme parcourra le ciel, ira sur la Lune et la trouvera. »

    Les dieux conclurent: « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. »

    Alors Brahma dit: « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme: nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. »

    Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, exploré la lune et le ciel à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui. » ♥

  12. Aurélien dit :

    Salut tout le monde,
    Je voudrai simplement vous dire que lire est une somptueuse scène de nos vies que l’on a pu se faire durant tout le temps qui n’existe pas, le passé-présent futur n’est que l’instant.
    Tout est inscrit dans notre être qu’il soit subtil ou dense. Il faut juste lire pour vivre le récit, je me suis plongé radicalement dans ces deux visions, je me suis réellement senti éthéré en lémurient puis dense en atlante, il faut juste ré-apprendre à lire sans faire marcher notre mental bien éduqué par la soif de jugement. Tout le monde se pose la question de savoir si c’est vrai ou pas ce qu’elle raconte…mais votre discernement et votre libre arbitre est le problème…il faut simplement lire pour comprendre que rien est vrai ou faux, tout est là, devant nous et en nous.
    Le cœur et l’amour est la solution à chaque mot et maux. Mettez l’allure devant connaissance et vous verrez que l’énergie libre sera dans notre instant de vie, mettez amour devant sexualité et vous verrez que le sexe ne se perverdira plus et que l’instant sera harmonieux.
    On est tous là avec notre haine de l’amour pour pouvoir manipuler cette énergie qui n’a rien à avoir à ce qu’on lui accorde de nos jours, il faut simplement émaner ce pouvoir d’amour au lieu de le chercher dans de sombre suppositions haineuse de frustrations passées.
    Ce que l’humanité ne comprend pas c’est que le seul choix à faire c’est de vivre l’amour avec la subtilité et la connaissance de tout ce que l’on a vécu depuis cet espace temps de gestation, comme un fœtus dans le ventre de sa mère, libérons-nous de tous jugement haineux et raisons face â notre propre choix de vivre l’instant en harmonie unifié ou de vivre l’instant en dysharmonies dualisé.

    Je suis le premier à juger, à réfléchir sur n’importe quoi ou à perversifier mes pensées mais tendons la corde de cette énergie amour qui est l’aboutissement d’un nouveau cycle à entreprendre.
    Aimons-nous.

    • Margelle dit :

      Entièrement d’accord avec ce que tu dis Aurélien… Je pose juste une question qui me vient en te lisant : comment vivre l’amour face à la haine ? c’est une réelle question, qui se pose quotidiennement. Compatir est-ce suffisant ? je ne le crois pas.

      • Le Passeur dit :

        En demeurant le plus possible centré sur son axe, en se rappelant sa connexion au divin. C’est l’exemple que j’avais déjà pris du cerf-volant chinois avec un œil dessus. Placer sa conscience dans ces moments difficiles dans l’œil du cerf-volant que l’on tient nous permet de nous détacher émotionnellement de l’expérience vécue par l’égo et de ne pas entrer dans son jeu.Bref, de se souvenir de l’expérience dont l’égo voudrait faire quelque chose de personnel. Ce qui n’est pas toujours facile, ni toujours couronné de succès, ça je te l’accorde. Cela dit, quand on y arrive, la compassion s’installe alors naturellement.
        Accords toltèques… (voir Les nouvelles saisons, l’humanité et Gaïa, ainsi que La voie royale de l’impeccabilité).

      • Aurélien dit :

        L’amour au dessus de l’humanité.

        Cette amour n’est pas physique et encore moins un sentiment pulsé par nos désirs.
        L’amour nouveau que tous le monde parle, qu’il soit inconditionnel, énergique, cristallin, christique, paradisiaque est le même amour pour chaque culture.
        L’amour au dessus de nos croyance est d’avoir conscience que toute nos facettes dimensionnelles soient gérées sur des plans plus harmonique que le notre actuellement. Cela revient à dire qu’il ne se joue pas sur notre plan car il est trop ancré dans notre instinct animal. Cet instinct animal est d’une grande précarité au niveau énergétique, cette amour précaire n’est que la frustration du concept dominant/dominé. Tout cet amour primitif est dans l’accoutumance au sommeil de l’âme.
        Quand notre âme se réveil de ce long sommeil, elle se met à changer la polarité de l’humour humain endormi. Elle se met à comprendre plus en profondeur l’amour qui n’est qu’une synchronicité. Par synchronicité j’entends les gens qui comprennent que la rencontre entre deux êtres humain n’est pas anodin et est fait pour satisfaire la définition du mot amour. Après cet éveil sur l’amour, certains vont se replonger dans la matrice primaire d’un amour dominant/dominé. D’autres vont chercher encore plus loin que l’inversion de polarité de l’amour éveillé, ils vont chercher â créer un contact dans le monde qui nous est invisible. Cette amour devient d’une conscience inouï qui crée une barrière psychique avec l’autre âme. Cette muraille est psychique, elle ne veux pas qu’il se concrétise un acte primaire sur le plan humain.
        L’acte n’étant pas assouvie comme d’habitude construit une éducation pour l’amour au dessus de l’humanité, cet amour devient impalpable par nos sens humain donc il transcende l’amour humain.
        On fait tous des choix pour expérimenter des situation et l’amour qui ce trouve au dessus de nous est celui qui est de conscience sans assouvissement physique. L’amour conscient est un pacte entre les deux âmes pour ne pas succomber à la tentation précaire de l’assouvissement.
        Tout ceci ne veut pas dire de se rendre chaste mais de cibler une âme pour signer un contrat d’expérimentation d’un amour invisible dans l’humanité. Ce contrat consiste à ne pas franchir le pas de l’amour physique.
        Plus on avancera dans le temps avec ce contrat, plus l’amour sera extrêmement inqualifiable pour le mental humain car il y a vacillement entre l’attire ce physique et l’attirance conscientiser.
        L’attirance conscientisé est l’amour télépathique entre deux âmes et un jour si on est assez puissant contractuellement, il se transformera en télépensée. 

        À nous de jouer…

        • Katerina dit :

          Aurélien ,

          Je suis bien d accord avec toi .
          C est une évidence pour moi , meme dans une logique dite linéaire que cela se passe sur d autres plans .
          Ce que je vis et ce que je ressens n auraient pas pu se réaliser sans cela .
          Amitiés
          Katerina

        • Katerina dit :

          Aurélien ,

          Pour mon expérience dans ce monde depuis pas mal d années , je pense que l amour physique a été une erreur fondamentale . Utile certes mais certainement à l origine de tant d autres erreurs .
          La déclinaison de tout ce qu’ implique cet amour crée un monde illusoire .
          Domination, désirs , culpabilité , frustrations …
          L énergie donnée n est pas rendue , elle se perd dans un labyrinthe et épuise l etre .
          L amour conscientisé , contrat entre deux ames comme tu dis , c est autre chose qui à mon sens ne s explique pas .
          Je n en n ai en fait aucune idée , c est juste ce que je ressens que cela doit etre .
          Amitiés
          Katerina

      • Katerina dit :

        Margelle ,

        Franchement ce n est pas facile .
        Dès que je sors de chez moi , je sens ces regards , ces suppositions .
        Je vois les papiers par terre , je sens des odeurs qui m indisposent .
        J évolue sans trop me poser de questions , mais vraiment comment aimer cela ?
        Alors je relie les accords toltèques , et j essaie surtout d avoir un regard neutre et simplement observer .
        Franchement cela ne se réalise pas du jour au lendemain .
        Je sais que ce sont mes pensées qui jugent , je sais que finalement je m en fiche un peu que je ne peux rien y faire .
        Sinon etre tout simplement .
        Je sais que je dois etre ici pour me rendre compte de tout cela , mais franchement je suis tellement bien dans la nature .
        Je pensais ce matin aux paroles de Jésus :
        Aimez vous les uns les autres .
        Je n ai jamais lu une phrase aussi compliquée .
        Affectueusement
        Katerina

        • Margelle dit :

          Merci pour vos retours, qui aident à la méditation et à l’approfondissement de la prise de conscience. que je vais poursuivre, bien sûr…
          « je n’ai jamais lu une phrase aussi compliquée » (aimez vous les uns les autres), Katerina j’adore !! Et c’est bien vrai !! Ca commence bien sûr par s’aimer soi… je perçois de plus en plus ce que cela signifie, en sortant de l’ego et du narcissisme. Ca signifie aussi peut-être également : apprivoiser sa propre haine du monde… si on la rencontre chez l’autre, on la porte sans doute un peu en soi ???
          J’ai du pain sur la planche… Passeur, je vais lire et relire pour rentrer plus dedans.. passer du mental au coeur… ♥♥♥

          • Katerina dit :

            Margelle , merci ,

            J avais oublié Monsieur Narcisse .
            Pour moi cela veut dire aujourd hui ne pas chercher à aimer les autres .
            Laisser plutôt la vie œuvrer .
            Et quand cela se présente , essayer d aimer dans la neutralité , sans sentiments .
            Ce serait plutôt de partager cet espace de liberté fraternelle .
            Affectueusement
            Katerina

            • Salvia dit :

              Katerina et Margelle,
              « Aimez vous les uns les autres  » n’est que la moitié de la phrase citée dans la Bible, la suite c’est  » comme je vous ai aimé », ce qui change beaucoup le sens de la phrase. C’est tout le problème des citations incomplètes et des demies vérités, donc des déformations qui découlent d’elles.
              « Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimé » implique un travail de recherche et de méditation sur ce qui est sous-entendu, et alors la compréhension peut venir par un éclairage tout nouveau.
              Ce qui ne facilite pas le chemin, mais peut éviter bien des erreurs, car ce seront des erreurs qui alors nous permettront de mieux comprendre, et ainsi ces erreurs auront eu leur nécessité et leur sens.

              • katerina dit :

                Merci Salvia ,

                Je comprends ton message .
                L enfant que j ai été a entendu ce aimez vous les uns les autres .
                Aujourd hui bien sur le sens de cette phrase :Aimez vous les uns les autres comme je vous ai aimé ,
                résonne différemment en moi .
                Merci d avoir apporté cet éclaircissement .
                Il n en reste pas moins vrai que je médite encore pour en comprendre sa réalité .
                C est une phrase tellement forte .
                Affectueusement
                Katerina

              • Salvia dit :

                Katerina,
                laisse venir à toi tous les sens qui peuvent surgir à travers cette phrase, même, et surtout s’ils sont contradictoires, car de là peut venir « Le Sens ».
                Cela se déroule comme une spirale, on n’en a jamais terminé. Si on en avait terminé on n’aurait plus besoin de s’incarner…
                amicalement ♥

              • katerina dit :

                Salvia ,

                Ce que je crois c est que l on doit aimer tout en nous , c est à dire tout nos nous .
                Et c est toujours la meme chose , quand on a guéri ou conscientiser nos nous , alors on peut aimer vraiment .
                L histoire de Jésus racontée dans les textes est ce qu elle est , je ne suis pas certaine que ce soit toujours la vérité . L enfant en moi à été bien naive d y croire .
                Amitiés.
                Katerina

              • Margelle dit :

                Salvia, je connaissais la phrase dans son entier… mais j’aimais la manière dont Katerina la traduisait… je l’ai prise comme elle la présentait, qui parle très bien à sa façon… et d’ailleurs je me demande ce que le Christ en personne apporte de plus ? Sait-on vraiment comment il nous a aimé ?? A vrai dire, je n’en suis pas sûre… aussi j’aime le mode de Katerina : aller chercher au fond de soi… et bien sûr on peut également méditer sur tous les apports qui se présentent… Mais je crois que nous avons à trouver le Christ (ou notre divin, ou notre Soi, ou notre plus grand amour) en nous… C’est sûrement ce que tu voulais dire… Bien à toi Salvia ♥

        • François dit :

          🙂
          Personne ne peut nous aimer plus que vous ne pouvons nous aimer nous-même, de même que nous ne pouvons aimer quelqu’un d’autre plus que nous-même.
          🙂

          (Une belle âme dans un corps de jeune fille nous l’a justement rappelé il y a quelques jours en disant qu’il n’était aujourd’hui que question d’amour ou de manque d’amour….) ♥

          • Louisetta dit :

            Je suis fort touchée de cette citation, cher François.

            Quand à ce que tu dis sur l’amour de soi, il se trouve que j’ai été tentée de rappeler exactement la même chose dans ce débat. Tu vois que, si belle âme il y a, je suis loin d’être la seule ici… <3

  13. Delta de la Lyre dit :

    Cet extrait du livre « Alliance » par Anne Givaudan correspond au 4ème chapitre nommé : « Au-delà de l’espace et du temps ».

    Le livre est consultable sur Internet sur le site Scribd.com en 3 exemplaires comme par exemple celui-ci :
    http://fr.scribd.com/doc/137398100/Alliance
    ou celui-ci :
    http://fr.scribd.com/doc/55642111/Alliance-Anne-Givaudan

    Cependant on constate que désormais seules les 4 premières pages sont lisibles car pour lire le reste il faut télécharger, et n’ayant pas utilisé cette nouvelle mesure cette nouvelle procédure instaurée sur ce site depuis quelques semaines je ne garantis rien.

    Sinon, à défaut, a été placé sur Choix-Réalité le 14ème chapitre intitulé « Le Conseil des douze » :
    http://www.choix-realite.org/6431/le-conseil-des-douze

    Bonheur
    Frèd

  14. Delta de la Lyre dit :

    Alliance de Anne Givaudan est une bible. Une fois lu on n’est plus comme avant. Le passé et l’avenir s’ouvrent. Le présent devient un peu plus compréhensible. Un ouvrage mémorable. C’est profitable que des extraits tournent ainsi sur le Net. Une fois découvert on n’est plus comme avant. Excellent recueil permettant d’entrevoir ce que sera ici sur Terre le type de vie à venir (5ème dimension) grâce à la comparaison avec le mode de vie ainsi décrit sur Vénus la planète protectrice de la Terre (même si les vénusiens sont actuellement à un ou deux échelons dimensionnel au dessus du 5ème). Un ouvrage remarquable. Des œillères qui se décollent du visage. Un horizon si prometteur.
    Bises à Tous et à Toutes

  15. spot dit :

    Je suis désolé de prendre un peu du recul avec ce texte, perso je ne ressens aucune dynamique transcendante, mis à part la traversée étanche d’une salle des pas perdus, où stagne la présence défunte d’un sanctuaire dédié à l’inertie du subconscient.

    • acacia dit :

      Inerte ? le subconscient ?! Mince alors !… il me semblait que comme sous-couche y’avait pas plus présent ni plus agité… 🙂 🙂

      • spot dit :

        Acacias,
        Peut-être que notre sensation d’exister, n’est qu’une rencontre, un rendez-vous inopiné avec une conscience mémorisée dans un ordre d’apparition,,,
        Stimulant la subjectivité de nos sens.
        Et dans cette hypnose, tout est immobile et en mouvement à la fois^^

  16. Margelle dit :

    Anne résume dans sa conclusion tout ce que nous vivons, en rappelant les grandes étapes précédentes, dont nous avons à nous souvenir, ou du moins connaître en cas d’oubli, ce qui est mon cas… Je trouve très intéressant ce raccourci qui nous remet face à des réalités invisibles pour la plupart, mais bien réelles et que nous vivons sans le savoir…
    comme dit Acacia « toute prise de conscience » est bénéfique et ouvre notre champ de vision… Tout le monde n’est pas au même niveau de connaissance, aussi je ne me lasse pas !! comme des petits volets qui s’ouvrent sur un autre horizon que je n’avais pas encore perçu 🙂

  17. acacia dit :

    Pour ma part j’ai lu sans scepticisme ces deux voyages en Lémurie et en Atlantide.
    Je ne suis pas systématiquement en phase avec les paroles d’Anne Givaudan, ne fut-ce que parce que je n’ai aucune expérience personnelle du type de voyages qu’elle vit avec tant d’aisance. Mais j’apprécie sa façon toujours aimante de dire ce qu’elle vit. Bien sûr l’amour ne préserve pas forcément du délire, mais je ne ressens aucun délire… ou alors c’est que je partage ce délire 🙂
    Il y a une quinzaine d’années j’avais lu, de la même auteure, « Les dossiers sur le gouvernement mondial ». Les informations y sont données sous forme de documents journalistiques et scientifiques, appuyées par ce regard d’un autre plan qui est un peu la « marque de fabrique » d’Anne Givaudan. Ce qui est tout de même frappant c’est de voir aujourd’hui se confirmer, non seulement les thèmes développés dans les dossiers, mais aussi cet appel grandissant à se réveiller de nos rêves ordinaires.
    Toute prise de conscience me paraît bonne à saisir.
    Ici on lit les raisons anciennes pour lesquelles la pulsion animale, puis l’intelligence développée pour elle-même, peuvent éloigner du cœur.
    La civilisation à laquelle nous appartenons aujourd’hui serait celle où, enfin, l’opportunité nous est donnée de rassembler tous ces outils mal utilisés, et de les manier par Amour – ce qui change sacrément la donne.
    Le Cœur est là, à notre disposition, ramené à la conscience des hommes par la venue du Christ – il y a deux mille ans… déjà ?! comme le temps passe !… et comme nous sommes lents…
    A chacun ici je souhaite une belle journée remplie d’amour à donner et à recevoir !

    • Marie-Anne dit :

      Belle journée remplie d’Amour à toi aussi, Acacia; et merci pour cette mise au point d’une grande fraîcheur!

       » Le Cœur est là, à notre disposition, ramené à la conscience des hommes par la venue du Christ – il y a deux mille ans…déjà?!comme le temps passe!… et comme nous sommes lents… »

      …Lents, oui, mais avoue que l’exercice était/ est « costaud »! 🙂 🙂 🙂 ; et, oui, le Cœur est là…Waouw! C’est tout ce qui compte!

    • Marie-Anne dit :

      R.: j’ai déjà eu , en pleine conscience, et pourtant, en rêve, ce genre d’expérience qui consiste à habiter momentanément un corps inconnu, à côté de l’âme ( toujours bien présente et active) habitant habituellement ce corps.
      (Rien à voir avec les rêves courants dans lesquels nous pouvons jouer plusieurs rôles).

      Cette expérience de  » partage » momentané de corps est très très particulière, même en rêve, où pourtant, » j’en ai vu d’autres »!…. Mais c’est une expérience qui vaut « toutes les explications du monde » ( dans toutes les acceptions de l’expression).

    • katerina dit :

      Ce message d Anne Givaudan me laisse dans le questionnement .
      Je n ai pas à remettre en cause sa nature et son origine .
      Je me demande simplement si il y a une raison , sinon une logique pour qu il se manifeste maintenant .
      Ce voyage étonnant d Anne Givandan est loin de mes préoccupations somme toute humaines , seulement il y a en meme temps quelque chose de familier en filigrame .
      C est également vrai que je me pose des questions quant à l argent issu de la spiritualité .
      Et si ce site était payant quelle réaction aurions nous ?
      Ou plutôt quelle réaction aurais je ?
      Il y a certainement des contradictions dans tout cela , et ce n est pas toujours facile d etre clair .
      Faut il vivre de la spiritualité ou vivre la spiritualité ?
      Je n ai pas la réponse , et je crois surtout que ce n est pas à moi de la donner .
      Affectueusement
      katerina

    • katerina dit :

      Acacia ,

      Je me rends compte de plus en plus combien les hommes sont enfermés dans une sorte de je ne sais meme pas comment le nommer .
      Le monde me semble de plus en plus étrange .
      J étais si heureuse hier sans aucune raison objective .
      La vie est merveilleuse , elle est en nous .
      Après toutes ces années de lutte , c est un cadeau qu elle me donne et que je souhaite universel .
      Je vous embrasse tous et toutes .
      Katerina

  18. Taoufiq dit :

    Assez perplexe après cette lecture d’Anne Givaudan …
    Une impression de balade disons sympathique.
    Sur Wikipédia je lis « Anne Givaudan est une écrivaine française, auteur d’ouvrages de spiritualité New Age »
    New age ? …

    • Le Passeur dit :

      Ce n’est pas capital je te l’accorde, mais de grâce évitons les jugements sur les gens, l’intérêt de la balade n’est pas là.

      • Taoufiq dit :

        Je suis loin d’avoir la prétention de juger, d’ailleurs qui suis-je pour pouvoir juger une personne?
        C’est vrai que ma question par rapport au mouvement new-age prête à confusion, elle parait orientée, elle l’est sûrement d’ailleurs pour être franc. C’était une question facile pour me situer par rapport à ses écrits.
        Sinon, au delà de la pensée qui veut rationaliser, cataloguer, je suis sensible à cette fenêtre sur le passé, en résonance avec le présent.
        J’ai enfin vu Cloud Atlas hier soir, merci Passeur d’en avoir parlé.

  19. TAM dit :

    Perso, ce qui me dérange …..C’est que l’on sait que le S.I.DA est fait de toutes pièces par nos grands pontes…..je vais mettre une majuscule cela fera plus royal Grands Pontes ….Cela a été fabriqué en laboratoire….et c’est DIBOLIQUEMENT réussi : LA PEUR de l’avoir….(zut ! j’ai eu un contact avec une mouche)….LA CULPABILITE….et surtout le pouvoir de l’argent encore et toujours ( examens, laboratoires, médicaments…A votre bon cœur messieurs dames avec le Sidaction et sa « marraine » qui est avec eu,. qui a signé aussi pour devenir ce qu’elle est ,…Arrêtez de prendre les vessies pour des lanternes ! Quand on se fait du fric avec tout ça (voyage astral, livres et j’en passe) ce n’est pas donner aux autres (zut avec un grand A) c’est prendre.Et l’Amour (avec un grand A) ne prend pas il donne.

    • Le Passeur dit :

      Est-ce quoi tu ne prends pas quand tu viens ici ? Et je faisais payer le site, ça changerait quelque chose quant à la validité que tu donnes à son contenu ? On n’est jamais à l’abri de nos propres contradictions, tous autant que nous sommes.

      • TAM dit :

        Tu sais bien Passeur que j’ai encore à gérer une partie de chenille en moi, sinon je ne serais plus là pour recevoir et donner ou donner et recevoir !Lumineusement TAM

        • Le Passeur dit :

          T’inquiète, nous avons tous une bonne part de la chenille qui a du mal à devenir papillon. Mais tout viendra en son temps.

          • TAM dit :

            Mais entre nous….J’aurais préféré être  » ailleurs » papillon que revenir chenille sur notre Terre….Même si j’ai encore des choses à « capter » en moi et autour de moi….C’est aussi cela ma vérité….Je n’ai pas dit la vérité soyons bien OK. Quant à Frédéric, delta de la Lyre, le Pérou peut-être ….Mais c’est loin (et cher lol !) Le Ventoux c’est efficace aussi mais c’est plus discret(il a une forme pyramidale) Lumineusement à Vous TAM

    • Delta de la Lyre dit :

      Lorsque Anne et sans doute onze autres personnes se rendirent au Machu Pichu elle n’a rien demandé à quiconque, pas d’argent, au contraire elle en a déboursé. Et cette mission de quelques semaines, il y a quelques mois, fut faite dans le but d’aider notre Mère la Terre et tout ce qu’elle contient, tout ce qu’elle porte en tissant des liens énergétiques entre divers points terrestres et en réanimant des énergies sur Terre grâce à la rencontre entre le Machu Pichu et les énergies intrinsèques des participants. Ces personnes là ne t’ont rien demandé et pourtant elles travaillent au grand œuvre !
      Sourire.
      Frédéric.

  20. Marie-Anne dit :

    Un texte très intéressant concernant l’expérience de la Lémurie et de l’Atlantide, de leurs acquis et de leurs excès ; ainsi que concernant la capacité, qu’a enfin eu, la civilisation à laquelle nous appartenons aujourd’hui, de comprendre et résoudre ce qui n’avait pas été résolu « auparavant ».
    Mais ce texte date de 1996, et je me demande si, depuis, nos compteurs n’ont pas été remis à zéro, et qu’il n’y aurait plus rien à résoudre ?
    Il n’y aurait juste plus qu’à : Être, Accueillir, s’aligner avec Qui Nous Sommes , et nous tourner le plus souvent possible vers ce  » Nouveau » que notre Cœur appelle.
    Évidemment, tant que nous croirions que nous avons des problèmes à résoudre , nous attirerions encore des problèmes à résoudre!
    C’est peut-être cela le plus dur à réaliser, à accepter et à manifester aujourd’hui: il n’y à plus rien à résoudre ; il n’y à plus qu’à Être…

    • Marie-Anne dit :

      R.: quand je dis » plus rien à résoudre », je parle du nettoyage des problèmes liés à nos vies  » passées ».; pas du Mystère de la Vie !

    • Aurélien dit :

      À force de penser ce que les autres pensent, on se noie dans une non gérance de l’instant présent. On oublie le présent pour penser au passé combiné au futur ce qui nous vaut une grande déprime car l’instantané devient obsolète.
      L’âme a besoin de vivre dans l’instant pour créer son présent, elle se sent joyeuse que quant on arrête de penser n’importe quoi avant et après le concret. On vie que le moment présent alors pourquoi faut-il s’encombrer de négativité passées ou futures? On ne sait pas mais on sait qu’en créant le présent dans la joie il se passe plein de miracle d’amour, il se passe que l’on omet le passé du futur pour émaner la vie dans le présent, on se moque d’hier et de demain car l’instant est vécu simplement dans la joie de l’amour.
      Beaucoup de gens oublient de vivre car ils se trouvent ailleurs dans la ligne du temps, leurs énergies s’estompent dans les secondes car elles n’ont plus la force nécessaire de vivre simplement l’acte du maintenant vue la dépense phénoménal de tout leur bien-être dans des futilités qui ont guère d’intérêt pour la vie.
      Ceux qui n’ont pas compris que vivre c’est agir dans le maintenant se transforment en mort-vivant, leur chair devient d’une pâleur qui fait que les vivants s’écartent de leur route mais les morts persistent et essaye de pomper l’énergie des vivants pour se regonfler, ils essaient de trouver des failles dans celui qui vie le présent mais en vain. Ils ne comprennent pas pourquoi un vivant ne s’occupe ni de son passé ni de son futur alors que c’est d’une simplicité incroyable. Le vivant a compris que pour accepter son passé il faut bien acter dans le présent donc il travaille sur son présent pour ne pas que le passé se présente devant lui, à se morfondre dessus, il l’a accepté. Pour ce qui est de sont futur, il sais qu’il se joue dans ce qu’il projette de ses pensés, vu qu’il ne projette aucun passé, il ne vie que l’instant, il ne se morfond pas sur son sort mais crée son sort avec ou sans personne. Ceux qui vivent trop dans les projections future se trouvent dans le même cas que leurs homologues vivants dans le passé, leurs corps sont dans le présent, leurs esprits sont dans le passé ou le futur au lieu d’être synchronisé corps et esprit dans le présent. Le nom « mort-vivant » a vraiment sa place dans se contexte car leurs corps vivent la mort de leur esprit dans l’instant présent.
      On ne dit pas de ne plus penser, d’oublier quoi que ce soit ou de ne rien projeter mais tout simplement de se poser une seule question:
      Comment puis-je rayonner la joie?
      En ayant le corps est l’esprit dans l’acte présent, tout le reste est futile pour la vivre la joie.

      J’ai écrit ça pour toi, mon frère, ma sœur car je t’aime, je veux que tu sortes de ton passé / futur pour que ton esprit se ré-accapare son corps dans l’acte présent et qu’il agisse pour la joie de vivre. Oublie tout le reste, vie le présent.

      • guil dit :

        Lumineux, merci Aurelien, j’aimerais echanger avec toi plus en profondeur.
        Je post ici un texte d’Eric Baret, s’il ne parle pas à certain, c’est tres bien ainsi hein, pas de soucis, mais je pense qu’il est vraiment d’actualité.

        Eric :

        « La spiritualité est un concept. Ce que les gens projettent dans la prétendue spiritualité, à six ans ils le projetaient dans leur équipe de scouts, à dix dans leur équipe de foot, à vingt dans la politique et à trente dans le mariage …
        Chacun, selon la forme de ses anxiétés, se trouve attiré par un certain type de spiritualité. Quand c’est présent, il faut le respecter ; mais ce n’est rien d’autre que la peur.
        Vient un moment où vous n’avez plus besoin de vous chercher dans les différents courants de la vie. C’est vous qui éclairez la spiritualité, non l’inverse.
        La vraie spiritualité est un non-dynamisme qui s’incarne dans une disponibilité de chaque instant.
        Comprendre qu’il n’y a rien à comprendre, rien à acquérir. Je n’ai pas besoin d’inventer des outils pour faire face à la vie, de créer des moyens de défense ou d’appropriation pour faire face aux situations.
        Il faut vivre la médiocrité : elle révèle l’ultime en nous. Quand je refuse la médiocrité, quand j’imagine, que je projette un supérieur ou un inférieur, des choses spirituelles qui devraient me libérer de la vie quotidienne, là, je suis dans un imaginaire. C’est une forme de psychose.
        Je n’ai besoin de rien pour pressentir ce qui est primordial. Inutile de changer quoi que ce soit en moi.
        Je n’ai pas besoin de changer quoi que ce soit en moi : mes peurs, mon arrogance, mes prétentions, mes limites, tout cela m’est nécessaire pour pressentir le sans-limite.
        Tout change, mais aucun changement autre que celui qui apparaît dans l’instant n’est nécessaire.
        Certaines découvertes sont à faire et à oublier dans l’instant. Et pour la personne, c’est la terreur, car l’ego a besoin de s’approprier des qualifications : être spirituel, méditer, se libérer.
        La vie ne consiste pas à faire, à acquérir ni à obtenir quoi que ce soit.
        La grâce ne frappe que dans les moments de non-savoir, de non-prétention.
        Nous n’avons pas à changer notre vie.
        Le bonheur est ici lorsque je ne prétends plus qu’il est ailleurs.
        Ce que je veux, c’est ce que j’ai.
        Dans la tranquillité, il n’y a nulle part où aller.
        Ce que je peux trouver à l’extérieur, je peux le perdre.
        Alors je ne vais nulle part, je reste ici, présent . »

        ++

        guil.

        • Soleil Bleu dit :

          Merci guil, un texte qui résonne bien avec ma perception de la Vie.
          Bises à+
          S.B

        • alain thomas dit :

          Eric Baret dis-tu Guil…
          Tu vois, je crois que lorsque l’humain en arrive là, il a approfondi beaucoup de choses parce qu’il a expérimenté par lui-même et sa sagesse trouve son point zéro, peut-être celui de tous les possibles.
          Maintenant, il reste la foi, cette unique certitude qui nous relie au divin par le mystère et qui nous emporte au-delà de tous les possibles, avec une joie qui ne dit pas son nom….
          Merci en tout cas
          Bien à toi ☼

        • Margelle dit :

          Oui Guil, merci pour cette transmission. Eric Baret m’intéresse. Il aide à se débarrasser de nos attaches, liens, à tout ce qui nous encombre… ☼☼

  21. Ambre dit :

    Resonance…:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *