A l’écoute des émergences

Nicholas RoerichPar le Passeur.

Tout ce qui surgit dans nos vies est un langage qui nous demande d’être entendu et intégré. « Tendre l’autre joue » ne signifie pas la soumission ni la résignation, mais l’acceptation de sa responsabilité dans ce qui arrive, ce qui est le premier pas incontournable de la guérison.

Je ne parlerai pas ici du causal – qui est très lié à nos origines sur cette Terre et que j’aborderai peut-être plus tard lorsque j’en aurai mieux intégré l’histoire – mais du fonctionnement qui nous conduit à tourner en boucle dans ce qui est tout à fait assimilable à un programme, comparable à un programme informatique, avec ses lignes de codes dont nous portons tous une ou plusieurs séries.

Dans d’autres articles, et plus particulièrement dans le dernier publié ici, Sandrine et Jenaël ont abordé à travers leur expérience vécue ce thème qui est essentiel à l’amorçage du vrai chemin de libération de l’être. Si je ne devais insister que sur une phrase de leur article, ce serait-celle-ci : « chaque individu quel qu’il soit, est simplement spectateur de son propre univers et que quoi qu’il puisse voir, entendre ou percevoir dans sa vie, il ne fait que décrypter le scénario que son programme d’incarnation vibre à travers ses propres champs d’énergie ».

Je vais essayer d’en parler autrement, dans une perspective complémentaire, non pour ajouter mon grain de sel, mais parce que j’ai reçu plusieurs messages me demandant des éclaircissements et que j’ai vu s’exprimer des rejets prévisibles dans certains commentaires. C’est donc qu’il faut essayer de contourner ce qui est dit de front et qui ne peut être perçu lorsque les schémas erronés de défense se dressent.

Accepter de voir en toute chose le miroir de nous-mêmes est l’outil le plus fantastique pour ce travail, je le comparerais volontiers au traducteur instantané d’un langage qui jusque-là pouvait passer inaperçu ou pour incompréhensible.

Le temps continue à s’accélérer et l’horloge cosmique tourne. Personne ne peut dire ce que sera cette année et les prochaines mais tout le monde y va de ses conjectures tant dans le monde matérialiste que dans le miroir aux alouettes du New Age et des religions. Les faux prophètes et les invocations religieuses pullulent et s’affirment à la mesure de l’adhésion que leur offrent les égarés. Ce miroir-là est le leur, qui les renvoie à leur peur d’être seuls et nus devant eux-mêmes et au réconfort illusoire d’un faux maître à suivre, d’une communauté à créer, d’une aile sous laquelle se réfugier. Parce qu’ils ne voient pas ce que leur dit ce miroir, ils s’égarent en s’éloignant d’eux-même pour ne pas aller voir ce qui fait encore mal en eux et qui refaçonne sans cesse leurs peurs. Comment croire que l’on peut s’éveiller dans le déni de ses ombres… Comment avoir toujours aux lèvres le mot « amour » alors qu’il demeure tant de parts de soi que l’on ne veut pas aimer… Il est temps pour tous ceux-là de se réveiller.

A coté du grand cirque new age, il y a dans la discrétion, des êtres qui ont une vraie sincérité avec eux-mêmes et un grand courage pour aller là où si peu acceptent d’aller. Car c’est la promesse d’un véritable bouleversement que de prendre le chemin du décodage de soi et des énergies à libérer. Et c’est bien peu confortable quand tant de distractions nous endorment dans les croyances du rêve collectif. Chacun de ceux-là y va à sa manière, celle qui lui semble la plus appropriée, mais ils ont compris et intégré ce qui a été déjà été dit ici et ailleurs, que sans cesse nous créons entièrement toutes les expériences et le contexte de notre vie.

Intégrer cela en soi, c’est accepter que tout ce qui se manifeste à nous, absolument tout, est la résonance, l’une des facettes du parfait miroir de ce que nous émettons, de ce que nous vibrons. Donc que tout ce qui vient à notre rencontre nous dit où nous en sommes et nous indique ce qu’il y a à lâcher en nous. Intégrer cela en soi, c’est désamorcer notre réaction à ce qui se manifeste pour en admettre la responsabilité, même si cela paraît injuste à la part de nous qui y réagit.

Cette part de nous est notre Moi, notre égo, dont il n’est absolument pas question de se débarrasser ni de combattre. Il est le bouclier que l’on dresse contre la flèche, il nous « sauve » de la douleur parce qu’il a été conditionné à faire cela et que nous nous sommes abandonnés à lui comme la seule alternative, la seule façon d’être, ce qu’il y a de plus « naturel ». Notre égo, cette part magnifique de nous qui s’est tant dévouée à vouloir nous préserver qu’elle en est devenue un tyran malgré elle, parce que nous nous y sommes peu à peu identifiés en lui déléguant notre responsabilité, est à présent l’obstacle qui nous prive de ce traducteur.

Nicholas Roerich

Réagir à une situation par le rejet n’est pas le meilleur réflexe, mais cela présente l’avantage de nous montrer qu’il y a là quelque chose qui fait mal et dont nous portons la responsabilité. Ainsi dans les conflits entre les personnes se manifeste toujours quelque chose que nous vibrons, quelque chose que nous rejouons une fois de plus pour enfin le voir, l’accepter et le libérer. En ce cas, lorsque l’égo lève son bouclier en criant à l’injustice de ce qui nous est dit ou fait, même si notre identification à lui dans ces moments nous assure que nous avons raison et que nous ne pouvons le remettre en question, sa posture de défense nous éloigne de notre guérison et amplifie davantage le conflit. Le truc, c’est de parvenir à ne pas embrayer sur la réaction, mais accepter que ce qui nous est dit et nous hérisse tant est juste, car c’est ce que nous vibrons et que vibre aussi la personne qui nous le dit.

C’est le choix de l’âme des deux que de jouer et rejouer la scène tant que c’est nécessaire jusqu’à ce qu’elle soit comprise pour ce qu’elle est et devienne enfin l’opportunité de guérir ce qui s’exprime là et que nous devrions recevoir avec gratitude. Il en va de même avec toute situation qui nous est présentée et suscite en nous des réactions émotionnelles.

En ces temps où rien ne peut rester enfoui, tant qu’elles n’ont pas été vues et prises en compte, les émergences de ce qu’il y a à libérer en nous se font de plus en plus pressantes et violentes. C’est pourquoi la plupart vont de plus en plus vers des situations de chaos intérieur personnel et de chaos collectif dans la mesure où tant sont dans l’ignorance et l’incompréhension de ce qui se passe en eux et autour d’eux.

Nous en sommes à ce point de l’histoire que j’avais décrit il y a presque trois ans, à la naissance de ce site. Il m’est étrange de le vivre à présent en observant des situations explosives, des déroutes psychiques et physiques chez les êtres qui ont les plus grandes résistances, en vivant moi-même des bouleversements intérieurs qui m’amènent par étapes à ne plus vibrer certaines choses qui relèvent de l’histoire personnelle et collective, en voyant changer du tout au tout la vie de ceux qui font ce travail, vers une abondance de plus en plus fluide. Nous y sommes vraiment et je peux vous assurer que de voir disparaître en soi des schémas de pensées que j’appelle « parasites » et qui ont toujours été là est à la fois une immense surprise et un grand apaisement. De même que lorsque vous vous sentez ne plus réagir à quelque chose qui jusque-là impliquait fortement vos émotions, ce que beaucoup d’entre vous ont déjà expérimenté.

Remettre cette plongée en nous à plus tard nous expose pleinement à ce chaos croissant qui nous demandera un grand centrage si nous conservons encore trop de résistances. S’atteler à changer sa perspective pour accepter le miroir, c’est à dire notre pleine responsabilité de tout ce qui se manifeste à nous – « j’attire toujours les mêmes personnes, je revis toujours les mêmes problèmes, un tel m’accuse de ceci, telle administration me harcèle, je n’ai que des galères, ma voiture est toujours en panne, j’ai encore une inondation, je ne sors pas des problèmes de santé, ou d’argent, je ne suis pas vu pour qui je suis », etc. etc… – c’est s’octroyer le moyen instantané de traduire chaque élément de notre vie comme un signe précis qui nous montre quelque chose d’utile pour notre croissance, soit que cela révèle une saillie de notre subconscient, soit que cela répond à une question qui nous taraude. Tout est significatif et seule notre vigilance à ne pas l’oublier nous garde en contact avec ce langage, alors que le pouvoir qui organise le monde duel s’évertue à nous le masquer.

La répétition crescendo des évènements n’est que la volonté de notre Soi supérieur d’éclairer les méandres de notre Moi englué dans ses réactions émotionnelles et ses croyances limitées. Tout n’est que nous en communication avec nous. Se battre contre nous-mêmes nous épuise, dénier ce que nous voulons nous montrer par effet miroir nous épuise, nous forcer à le répéter encore nous épuise. Vouloir amener l’autre à épouser son point de vue ou vouloir l’amener à changer, n’amène que de la souffrance.

Alors comment sortir du programme, comment décoder ces lignes de code que nous incarnons tous ?

Dans une première étape, par l’acceptation TOTALE et SANS CONDITION du miroir. Ne jamais perdre de vue qu’il ne nous envoie QUE ce que nous vibrons, même si cela n’est pas visible dans l’instant par les yeux de l’égo que nous avons investi et que celui-ci hurle à l’injustice. Ne pas oublier que dans le cas où le miroir nous décoche des flèches, brandir armes et bouclier amplifie la vibration, tant du côté de l’émetteur que du récepteur, puisque face à notre image nous ne sommes qu’UN qui jouons un rôle avec nous-mêmes dans le but de libérer quelque chose (tendre l’autre joue).

Cette acceptation passe par le mental ET par le cœur. Le mental n’a pas à être laissé pour compte, il est l’outil favori de l’égo et ce dernier ne demande finalement qu’à s’élever avec nous. Comme l’ensemble de notre être incarné, il mourra à ce qu’il est de limité pour s’élever à son vrai potentiel. Mais l’acceptation par le mental seul ne suffit pas à libérer quoi que ce soit, cela nous épargne juste l’épuisement du combat avec soi-même et encore, dans une certaine mesure.

La vraie guérison passe par la libération des énergies captives qui alimentent nos schémas répétitifs et la qualité de nos réactions. Nous appelons ces énergies « Emotions ».

Vladimir KushAller au contact de ces émotions enfouies sous des strates d’isolement demande une réelle volonté, particulièrement tenace tant le conditionnement nous a modelés à nous en détourner. Ce n’est pas là que le fruit d’une éducation, mais l’empreinte de vies et de vies d’une violence qui nous a parfois anesthésiés. Hommes et femmes peuvent considérablement s’aider et se soutenir dans cette quête. Et le partage de leurs compréhensions entre ceux qui cheminent dans cette sincérité est un apport considérable. C’est un « sacré » chemin, le véritable amour n’est-il pas là ?

Autre chose. Changer les codes à l’origine des schémas comportementaux qui amènent de façon répétée les conflits et la souffrance, ne nécessite pas forcément d’en trouver les causes, même si dans certains cas l’apparition de la cause peut avoir un impact énorme sur la prise de conscience. Inutile donc de s’acharner à en trouver l’origine. Il suffit de repérer ces schémas à travers leur symptômes (ce que j’ai dit ou fait) et ce qu’ils créent dans le miroir (comment l’autre réagit si c’est un autre qui fait office de miroir), puis partir littéralement à la pêche de l’émotion liée à ce qui émerge pour la libérer une fois pour toutes, tant pour l’un que pour l’autre. Si l’un seulement y parvient, l’œuvre de guérison sensibilisera les deux, mais si les deux sont à même de faire ce travail, alors quelle avancée !

Dans cette perspective où nous pouvons voir que tout est créé dans nos champs d’énergie en fonction de ce que nous émettons, nous pouvons donc dire que tout est illusoire dans l’expérience vécue et que cette illusion est renforcée par nos systèmes de croyances. Croyances qui sont à l’origine de nos jugements, de nos systèmes de valeurs et détermine le niveau de conscience que nous avons atteint. Au-delà de cette dimension, cette illusion est jouée avec notre plein accord sous la guidance parfaite et incessante de notre Soi supérieur et de tous ceux qui nous assistent avec notre bénédiction.

A l’échelle collective les systèmes de croyances s’érigent en sociétés qui, selon l’égrégore sociétal, vont d’une absence de règles définies à l’élaboration toujours plus poussée de règles et de sous-règles accompagnées de systèmes répressifs échelonnés. Tout cela, juste en fonction de croyances. C’est le même jeu pleinement accepté par tous, élaboré pour nous permettre de nous éveiller. On peut voir ça comme une couveuse en agitation permanente, d’où de temps à autre s’extraient des êtres qui ont appris ce qu’ils devaient apprendre dans la couveuse. Ils ascensionnent car ce qu’ils ont intégré leur permet de s’extraire de l’illusion où tout le monde s’agite et de retrouver leur sain(t) pouvoir.

Un autre aspect des choses… Hors de la conscience des véritables lois de la vie dont nous nous sommes tant éloignés durant si longtemps, le langage mathématique naturel de l’univers s’applique en fonction de sa nature équilibrante. Si vous jouez à pile ou face en adhérant à la croyance que la loi des probabilités est dominante, vous avez toutes les chances d’obtenir un résultat très proche du « un sur deux ». Si vous le faites en ayant intégré dans vos cellules votre réelle responsabilité sur tout évènement en cours, alors vous êtes en mesure d’influencer le cours des choses parce que votre niveau de conscience prévaut sur la loi de probabilité par défaut. Le résultat en sera modifié, faites-en l’expérience.

En extrapolant un peu, on pourrait dire que les lois de la probabilité n’interviennent naturellement sur l’expérience que lorsque la conscience fait défaut. Dans un monde expérimental comme le nôtre, où le libre-arbitre a été laissé à l’homme sans une conscience développée, ces lois de la probabilité sont amenées à régir plus souvent les évènements au sein de la matrice.

Elles sont ni plus ni moins des lois d’équilibre des polarités de la matrice duelle à laquelle nous avons adhéré. Tant est si bien que dans l’inconscience de ce fonctionnement, si nous privilégions une polarité, l’autre devra se renforcer pour maintenir l’équilibre.

Nicholas RoerichImaginez que vous soyez propulsé au sein d’un jeu vidéo très intelligent dont on ne vous dit rien et dont vous devez tout découvrir à commencer par ce que vous faites là et ce qu’il y a à faire maintenant que vous y êtes. C’est à peu près votre situation à la naissance. C’est par l’observation et par l’éducation que vous découvrez ses règles, décelez ses pièges, ses niveaux de compréhension et par conséquent ses paliers d’évolution au sein du jeu. Mais dans le jeu, il existe quelques lignes de code qui autorisent, non pas d’aller au bout et de recommencer un cycle, mais de s’en extirper. Cette porte de sortie, ce chas de l’aiguille, est véritablement très étroit car il implique que vous ayez pu déjà imaginer qu’il y a autre chose que ce que le jeu vous propose, mais encore que vous pouvez accéder au niveau de maîtrise qui vous libèrera du programme.

Ne pensez pas que tout ceci est trop complexe pour s’en sortir, au contraire, c’est d’une infinie simplicité.

Cette maîtrise arrive au point neutre. Là où nous ne sommes plus dans le jugement de tout ce qui se manifeste à nous, parce que nous avons compris que nous ne faisons qu’observer notre propre rayonnement. Nous sommes, nous émettons, nous créons. C’est tout. Il n’y a rien d’autre.

En l’intégrant jusqu’au plus profond de notre densité, nous nous déprogrammons des croyances qui nous intégraient au programme. Nous nous décollons tout naturellement de sa dominance et nous prenons progressivement la maîtrise de ce que nous vibrons. Tant que nous aspirons à cet état de « co-création » dont on nous rabat les oreilles, tant que nous essayons de l’amener à nous au sein du programme, nous ne sommes pas dans la maîtrise parce qu’il demeure en nous des zones d’ombres non libérées puisque non acceptées, d’où naissent nos attentes et nos volontés de faire. Ainsi, pour prendre un exemple concret, toutes les communautés très à la mode en ce moment dans le milieu new age, sont encore des tentatives d’amener le nouveau au sein du programme. Toutes, comme les précédentes, sont vouées à l’échec parce que les individus qui les composent ne sont pas dans leur maîtrise.

Il n’y a pas d’autre voie que la voie intérieure. Elle s’ouvre à notre accomplissement.

Pensez qu’il y a quelques années encore, cette description du jeu de la vie n’était que de la science fiction pour tout le monde. Aujourd’hui un nombre de plus en plus grand de personnes sont en mesure de l’entendre car elles la sentent résonner en elles. Mieux, les physiciens de pointe sont en mesure de l’observer et de la décrire par la science depuis des décennies et élargissent chaque jour leur compréhension des implications de leurs découvertes. Véritablement, les choses avancent, et de plus en plus vite. Pour autant le plus grand nombre reste totalement inféodé au programme dont ils ne voient que la seule réalité possible. Et cette réalité-là les accable de plus en plus. C’est un bien, car c’est là une opportunité de plus en plus pressante d’évolution de la conscience, mais ce sera compris par peu et cela fera souvent le jeu duel de la réaction. Peu iront en ce cycle jusqu’à leur maîtrise, mais ceux qui ouvrent grand l’angle de leur acceptation, donc qui repoussent les limites de leurs croyances, et qui sentent vibrer le potentiel qui est le leur, sont en mesure de l’expérimenter en conscience.

Lorsque je dis que nous sommes, nous émettons, nous créons, cela implique que nous ne pouvons créer QUE ce que nous émettons. Être dans la posture de l’observateur attentif et dans l’acceptation de ce que toute chose nous renvoie de nous-mêmes, nous permet de découvrir les reflets de notre inconscient et de souligner nos attitudes déjà perçues mais ignorées. Il nous conduit peu à peu à un état émotionnellement neutre du point de vue de l’égo. C’est dans ce couloir d’observation lucide que nous avons la capacité de nous libérer des scories dont le programme nous a imprégnées. Et la porte étroite de sortie est au bout de ce couloir, à l’endroit exact où toute souffrance est revenue au point zéro, où nous sommes devenus un virus incontrôlable pour le programme. A ce point d’équilibre, en harmonie avec les Lois de l’Univers, instantanément, le jeu s’efface et le couloir disparaît pour laisser place à l’expression en conscience de cette nouvelle Terre qui nous a toujours attendus puisque nous la portons depuis toujours en notre sein, en notre ADN.

Fraternellement,

© Le Passeur – 11 Janvier 2014 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est volontiers autorisé à la diffusion à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

254 Responses to A l’écoute des émergences

  1. Margelle dit :

    Ce texte illustre si bien celui-ci….
    http://www.vers-la-lumiere.fr/2015/03/messages-personnels/avis-de-tempete
    et toujours d’actualité.

  2. Asiamoon dit :

    Je découvre ce texte, l’ai déjà lu attentivement plusieurs dois hier et relu encore ce soir…à chaque fois une couche d’imprégnation supplémentaire (en profondeur bien sûr!), une évidence qui se fait jour et fascine, interpelle puissamment comme toute « leçon de Vie  » (dans le sens le plus noble et spirituel), la reconnaissance de la difficulté à cheminer ainsi courageusement en soi et encouragé à poursuivre..merci pour cette belle guidance, Le Passeur. je serai encore plus vigilante pour capter ce que le miroir me donne à voir, avec confiance, indulgence et sans trop de culpabilité…(j’ai lu d’autres articles D’Eveil hier) ça serai mieux désormais!! Merci « infiniment ».

  3. ∞ Véronique ∞ dit :

    Merci à toi, Passeur, pour ce texte, et à mon « être-émanation-création », qui m’a gentiment conduit à retrouver et relire ce texte au moment où une « repasse » des vicissitudes de l’égo se profile à l’horizon. Je la vois arriver, je suis consciente de ce qu’elle suscite en moi et je sais que je peux faire autrement que de replonger dans des boucles déjà jouées mille fois.

    Depuis tout à l’heure, je suis entre deux eaux. Exactement comme décrit dans le texte, entre une part qui ne veut pas se « faire vampiriser » par autrui, et l’autre qui sait que c’est un jeu, dont je croyais avoir déjà trouvé l’issue, mais qu’il reste quelques points à éclaircir, à ouvrir et lâcher totalement.

    Je sens qu’il y a là quelque chose de décisif. Je vais partir à la recherche de l’émotion et de la croyance à l’origine de cette situation, et accueillir ce qui se présente. Merci pour cette mise au point, qui me sert aujourd’hui de préambule avant le plongeon intérieur.

    Merci encore.

  4. Margelle dit :

    J’ai eu l’envie de partager cette vidéo, et j’ai trouvé ce texte pour l’accueillir… texte toujours à l’oeuvre, mais pas toujours évident à vivre ! Parfois le miroir est flou… cela demande de le dépolir, le nettoyer…. et les avis des uns et autres, inattendus m’aident à mieux plonger en moi…. Ce n’est jamais évident de s’apercevoir de ce qu’on ne voit pas !!! mais quand c’est vu !!! joie ! et la rivière coule mieux…

    http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-comment-les-loups-changent-les-rivieres-123224580.html

  5. Jonas 27 dit :

    Aujourd’hui j’avais envi de retranscrire ce paragraphe du texte du passeur qui résonne particulièrement en moi ,car ces mots sont aussi mes mots.

    (((Cette part de nous est notre moi,notre ego,dont il n’est absolument pas question (((DE NOUS DÉBARASSER)))(((NI DE COMBATTRE))).

    (((IL EST LE BOUCLIER)))que l’on dresse contre la flèche,(((IL NOUS PROTÈGE)))contre la douleur parcequ’il a été conditionné a le faire et que nous sommes abandonné a lui comme seul alternative,la seul facon d’être,ce qu’il y a de plus (((NATUREL))).

    Notre ego,cette part magnifique de nous qui s’est tant dévouée a vouloir nous préserver qu’elle en est devenue un (((TYRAN)))malgrés elle,parce que nous nous y sommes peu a peu identifier en lui déléguant notre responsabilité.

    99% de la perfection a part cette dernière phrase que je ne retranscrirai pas.

    Si nous demandions au lecteur de répondre a cette question(qu’est-ce que( L’EGO)???
    Nous aurions de longue discussion puisque ne peut être compris que ce qui est (((ACCEPTÉ)))!!!
    Le bout de texte du passeur décris assez bien ce qu’est l’ego (((un protecteur))).
    Pour ceux (((qui comme moi)))ont connu (((l’abus)))qui engendre (((les trauma))).
    A ce moment (l’abus)de la fracture ,(l’être)ne veut plus souffrir (être au contrôle)alors ,il se passe un phénomène assez extraordinaire (une sortie de corps).
    C’est a ce moment que l’ego (fidèle défenseur,meilleur amis de l’être),vient a sa rescousse et active l’opération survie.
    Il prend tout les coup ,pour nous ,pendant que nous flottons a quelque part ,a l’extérieur du crâne dérrière la tête humaine ,condanné a essayer de réintègré le poste de pilotage qui n’est plus libre puisque ,quelque chose a pris le (((DEUXIÈME)))poste disponible ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,(((la peur))).
    L’ego fidèle chevalier fait tout ce qu’il peut pour assurer notre survie car,cette danscette état(la survie) que nous sommes sans (l’être).
    L’ego n’est pas responsable a 100% puisque le co-pilote sait déresponsabilisé en laissant un fantôme(la peur) prendre sa place.
    Qui est ce fantôme(la peur) ,c’est le fantôme de cette abus qu’elle qu’el soit(viol,brutalité physique,mental,émotionnel ou même spirituel.
    Et là!!!Tout les pièce de ce puzzle reste derrière nous en milliers de morceaux d’éclat de vie brisé ,jusqu’a ce qu’il ne reste plus rien.

    (((l’être humain)))n’est plus ,puisqu’e l’ego est guidé par la peur .Il crée cette illusion(((l’être sait éteint )))sur nous donc ,sur le monde aussi.
    C’est la fin en moi ,donc c’est la fin de ce monde!!!
    Il pousse des gens a faire des acte horrible ,puisque des marrionnettiste on apris comment utiliser ce poste de pilotage resté vacant.
    C’est ce poste de pilotage (état second)qu’utilise les hypnotiseur qu’on voit a la télé.
    C’est un des plus grand crime(hypnotiser) que l’on regarde pour ce divertir en mangeant nos pop corn.
    D’autre gens parmis nous(nos proche utilise aussi ,ce poste de pilotage(conjointe,parent,enfant,profeseur,etc)…
    C’est ce que nous sommes(étions)donc nous le reflettons sur notre société (déchiré).
    Arrivé au seuil de l’obscurité ,il n’y a qu’une solution(vous me dîtes),s’éteindre (((RENTRÉ A LA MAISON)))de l’être et abandonner (((l,ego)))avec son nouveau meilleur amis(((la peur))).
    Et non ,car c,est dans l’obscurité la plus sombre que n’est la flamme la plus vives.
    Tout (((CA))!!!était (((NÉCESSAIRE))!!!
    La lumière(l’être)a piègé (la peur)et elle est maintenant assis entre (l’être et l,ego)=(le ying et le yang)=(le mâle et la femelle en nous)et la peur fait ce qu’elle sait faire le plus (((ELLE A PEUR A SON TOUR )))car devant elle se dresse quelque chose qu’elle no croyait pas possible,,,,,,,,,,,,,,,,(((la fusion par la transcendance))),la lumiombre qui (((N’EST PAS LA NEUTRALITÉ)))et (((NE LE SERA JAMAIS))).
    La neutralité est un mot qu’utilise la peur pour vous garder loin de la transcendance(pour resté au commande).
    La fusion ne peut être décris ni orienté car elle a les couleur que (((VOUS SEUL)))avez choisis,vous êtes vos seul maître et personne(même moi)ne peut vous guider ,car c,est de cette((( volonté))) que découleront (((VOS FORCES))).
    Si vous ne sentez pas cette nouvelle étape(reconnection avec votre (corps,le monde ,l’humanité,la terre)demandez vous ,si ce n’est pas la peur qui essais de vous maintenir dans cette zone de confort en lui donnant des non comme (équilibre,paix intérieur,lumière ).Au dela de ces idée préconcu ,il y a le nouveau monde(9)le votre (a chacun) a son plein potentiel avec les répurcution sur le monde extérieur alors,bon saut les amis.(((kouack)))

    • Patricia dit :

      Jonas,

      Je découvre ton commentaire et je suis époustouflée !
      Tout ce que tu décris sur la peur… cette dévoreuse de l’être… a été une réalité interminable et la plus sinistre des ombres rencontrées dans mon expérience.
      Je te remercie… et remercie la Vie de m’avoir permis de rester vivante grâce à la vénération que je lui ai toujours voué de façon inconsciente. j’ai toujours su que j’allais apercevoir un jour un paisible rivage… ma sœur, elle, a rencontré le visage de la schizophrénie.
      Pour moi la paix intérieure, l’équilibre, la Lumière ne sont pas des zones de confort mais bien de sublimes cadeaux renouvelés…rien ne nous est dû et pourtant oui, c’est bien cela, nous nous créons nous-mêmes !

      Bien à toi, merci Jonas !

  6. Thau dit :

    54 secondes de pure émotion: le geste d’un chimpanzé envers la primatologue Jane Goodall
    au moment de sa remise en liberté…impossible de ne pas partager.

    http://www.dailymotion.com/video/x1a44wr_le-geste-emouvant-d-un-chimpanze-a-jane-goodall_news

    Fraternellement

    • Soleil Bleu dit :

      Oui, j’ai vu cet instant extraordinaire à la télé ce soir, un moment magnifique et très fort qui m’a profondément touchée. Quelle grande dame cette Jane Goodall ♥

    • Stéphanie dit :

      Merci infiniment Thau pour le partage de ces 54 minutes qui touchent si profondément mon cœur, que des larmes de pure émotion (joie & amour) coulent en abondance.

      Merveilleux … Les animaux sont comme les bébés et les petits enfants, ils ont une telle pureté de cœur, qu’ils comprennent tout à travers l’énergie, parce que la Vie coule à travers eux. Ce sont de grands « empathes » qui enseignent l’amour inconditionnel.

      J’admire l’œuvre extraordinaire que des femmes comme Jane Goodall ou Diane Fossey et bien autres encore ont crée, en consacrant leur vie à la protection des animaux.

      A chaque fois que j’entends ou vois qu’une espèce animale risque l’extinction ou que des animaux sont maltraités et massacrés cela me crève littéralement le cœur. Mes larmes coulent en abondance, cela m’obsède durant des nuits et des jours. La plus grande richesse de cette planète, c’est la (bio) diversité de tous les êtres vivants qui la peuplent. Le jour où tous les hommes auront intégré cette simple vérité dans leur cœur, ils redeviendrons les gardiens du « paradis » terrestre.

    • acacia dit :

      Une pure émotion, c’est vrai…
      Merci, Thau ♥♥♥

  7. mesnet dit :

    Puisqu’avec bienveillance tu m’ouvres ta porte, passeur, je mets ici l’adresse du site qui porte désormais ma vibration.
    http://cellequiregardaitlesoleil.eklablog.com/

    Comme tu le dis, je me sens prête. Comme une évidence depuis….hier seulement !

    Je vais poser ma mémoire sur mon blog car comme je l’explique, je ne retiens pas le mouvement qui me mène d’un point à un autre et depuis un an, MOI m’incite à écrire.
    Il s’agit donc là d’un témoignage parmi tant d’autres, une perception qui évolue à chaque instant.
    Je viens par exemple de comprendre ce qu’est un être multidimensionnel !

    Bref, voilà des mots, un vécu, une perception, qui ajoutent une harmonique à l’édifice.

    Merci encore à toi, à vous tous qui m’apprenez tant.

    http://cellequiregardaitlesoleil.eklablog.com/

    Mesnet

    • Marie-Anne dit :

      Très beau site Mesnet, merci et bravo!

    • spot dit :

      MESNET,
      Nous ne faisons qu’écrire ce que nous sommes,,,, et nous sommes cette filiation solaire propice à (ce qui est) à cet état dans lequel on navigue à vue.
      L’information se crée au fur et à mesure qu’on l’imagine libre, et ton écriture partage ce sentiment, BRAVO !!!!!

    • Stéphanie dit :

      Merci de tout cœur Mesnet pour cette création qui porte une vibration, claire, simple, essentielle et lumineuse dans laquelle je me reconnais parfaitement.

      • mesnet dit :

        Merci à vous.
        Editer mes écrits à travers un blog est aussi « l’exercice » : je perçois la dimension humaine qui est survoltée par cette tâche et n’arrive pas à s’en déconnecter….jusqu’au moment ou je fais LE CHOIX d’apaiser cette « obsession ».
        Je perçois comme aujourd’hui je sais faire ce type de choix qui me ramène aussitôt « vers mon centre ».
        D’un coup, cette dimension de moi même qui « s’affole » se regarde faire et fait le choix de rejoindre l’unité apaisée de toutes mes autres dimensions.
        Et mon blog redevient ce qu’il est : un jeu, une joie, un partage…

    • Margelle dit :

      Merci Mesnet pour ce magnifique et si authentique partage… qui m’apporte beaucoup.

  8. Milou dit :

    « Le temps continue à s’accélérer et l’horloge cosmique tourne. Personne ne peut dire ce que sera cette année et les prochaines mais tout le monde y va de ses conjectures tant dans le monde matérialiste que dans le miroir aux alouettes du New Age et des religions. » On est d’accord pourquoi vous obstinez tous à mettre des articles sur la venue d’un telle… oh oui mon ange m’a dit…cette année là est un tournant dans le cycle de l’humanité…Vous dîtes tous oui il faut avoir un regard différent vis-à-vis de son mental,il faut qu’il soit léger…bah tout ce que je vient citer c’est beaucoup de « remplissage pour le mental » que du blabla.Bref si ce message n’apparaît pas,ça veut dire beaucoup de chose aussi,on est tous frères de lumières hein…

      • Lisa dit :

        Bonjour Passeur,
        je ne parviens pas à ce que l’image choisie pour mon profil apparaisse. Pourtant, elle est bien dans mon profil quand je me connecte. J’ai refais plusieurs fois la manip mais sans succès.
        S’il y a une astuce, je suis preneuse.
        belle nuit à toi.

    • SHUNYA dit :

      Il en faut pour tous! Dans l’absolu tous les chemins mène à Soi. Certain se perdent dans les lectures, d’autres n’en ont plus besoin, d’autres encore écrivent pour ceux qui en ont encore besoin.
      Ce que je trouve intéressant c’est le partage après-coup. Des avis, des expériences, des points de vue différents qui se complètent, se comprennent, se libèrent.

      Bien à toi

  9. SPOT dit :

    MOONLIGHT,
    Tout particulièrement POUR TOI , un aspirateur X X L ^^^^
    Il existe aussi le do li prana^^^ comme antidote hihihihih^^

    http://www.youtube.com/watch?v=b1I9PFPE3Hg#t=28

    • Moonlight dit :

      Pour Spot :

      T’es un rigolo Toi ! Hein ??? !!
      MERCI ! et aussi de me faire rire !

      Comment dois je te le dire ?? mon cerveau ne capte plus rien, …! Je ne PEUX pas regarder ta vidéo, je ne suis QUE dans la sensation…

      C’est comme si tu demandais à une fillette ou follette de 3 ans de regarder cette vidéo. Franchement…!

      • pierrot dit :

        En résumé ça parle de la toute puissance de la pensée et que l’amour est une conséquence de la pensée, donc une simple émotion qui ne pourrait pas exister sans la pensée bien entendu.

        • graffitique dit :

          Une autre façon de dire qui me semble converger dans ce sens :
          Théorie de la Double Causalité (Philippe Guillemant)
          http://www.youtube.com/watch?v=o7Sh4HpnVA8
          Voilà une formulation imagée qui ne me semble pas exclure la sensation 😉

          • pierrot dit :

            j’irais pas parler de ce genre de truc a des personnes qui sont en samadhi, ils pourraient trouver ce genre de propos risible.
            Etre en samadhi est un état de grâce où justement les pensées sont absentes.

            • graffitique dit :

              Tu as raison Pierrot. Cela dit, l’auteur est un adepte de la montagne et de la randonnée, aussi connaît-il de façon vibrante certains de ces états de grâce.
              Ça le change un peu des systèmes de vision en robotique, ce qui est actuellement son casse-croûte au CNRS 😀

        • Moonlight dit :

          Merci Pierrot =) je préfère l’expérimenter !

        • Marie-Anne dit :

          Comme quoi, à chacun sa vision!

          Pour moi, l’Amour n’est pas la conséquence de la Pensée; l’Amour est la nature sous-jacente- même de la Pensée, son support, son origine.
          En fait, tout est Amour!

          Je vois la Pensée comme une sorte de focalisation (de volonté, de curiosité, d’amour du Jeu , de l’expérience, etc, etc,….) naissant au sein de l’Amour océanique- focalisation qui permet d’expérimenter et de prendre conscience de cet Océan et de ses potentialités infinies ( via la Création).

          De plus, pour créer, la Pensée a besoin d’être nourrie par cet Amour; sans compter que sans Amour qui maintient « ensemble » la chose créée, celle-ci se désagrègerait.

          C’est là une compréhension qui sonne comme une évidence pour moi (en plus d’une résonance personnelle avec certains enseignements) – et j’en ai déjà fait quelques fois l’expérience à un niveau très modeste, mais édifiant ( p. ex., en cocréant de petits événements, ou en constatant qu’une pensée, sans réel désir de la voir s’accomplir, sans amour pour cet accomplissement, sans confiance et gratitude pour cet accomplissement à venir, cette pensée- là, ne créait rien du tout!…pas plus qu’un désir qui n’est pas clairement pensé ou qui est mal précisé ! Etc,etc,…).

          ( R: je ne parle pas ici de « l’amour » humain, encore très conditionnel, projectif ,névrotique, etc,…) , mais de l’Amour divin – et bien sûr de la Pensée divine, tous deux inextricablement indispensables à la Création)

          • Moonlight dit :

            La seule pensée qui fait sens aujourd’hui pour moi, est simplement le jeu de me rappeler, me souvenir de Qui Je Suis, en ce sens je nomme, revenir à Moi.

            Me reconnecter à ma Bien-Aimée présence Divine Je Suis, qui n’est que Pur Amour.

            Le reste….=)

            Oui Marie-Anne, merci de m »mettre » de l’Amour dans ces pensées ! =)

            • Marie-Anne dit :

               » Me reconnecter à ma Bien-Aimée Présence Divine Je Suis, qui n’est que Pur Amour ».
               » …me rappeler… »

              Oui, Moonlight, pour moi aussi, c’est là le plus important aujourd’hui…

          • acacia dit :

            « Pour créer, la Pensée a besoin d’être nourrie par cet Amour; sans compter que sans Amour qui maintient « ensemble » la chose créée, celle-ci se désagrègerait ».
            C’est tellement exact, Marie-Anne !
            ♥♥♥

          • pierrot dit :

            oui dire que l’amour est la conséqence de la pensée c’est comme dire que l’essence est la conséquence de sa manifestation.
            c’est confondre l’outil et celui qui le fait fait vivre.
            Alors de parle de cause conséquence qui est un raisonnement linéaire, il serait peut-être plus juste de parler de partage, de cycle, l’un nourrit l’autre et l’autre nourrit l’un.

  10. Moonlight dit :

    Merci Eric de ton joli message qui est bon pour moi de lire, je suis toujours très touchée lorsque des hommes témoignent et vivent ce chemin de retour vers Soi, la femme a probablement plus de « facilités » innées pour le faire….Même si ce n’et pas facile pour les uns et les unes…

    Je t’encourage à aller jusqu’au bout de Toi, …. quoiqu’il se passe … !

    Effectivement il n’y a pas de mal à se faire du bien seul, ce que je sens pour moi aujourd’hui est que dans ce chemin que j’ai choisi de retour vers Moi, ou je lâche toute mes croyances, la sexualité sacrée est maintenant une évidence; mon corps ne peut pas faire « autrement », c’est une évidence dans la sensation énergétique de mes cellules.

    Je sens, je « sais » aussi qu’il est possible d’atteindre certain espaces sacrés uniquement à deux, lorsque les 2 principes (ying-yang) sont réunis…

    Alors comme tu le dis si justement, un pas à la fois… Doucement et surement =)

    Lumineuse journée. Moonlight.

  11. Moonlight dit :

    Pour Pierrot : oui Pierrot c’est tout à fait possible, c’est un choix… de Vie.

    Je partage ici mon expérience, faisant suite à mon dernier message, je travaille ma sensation et mon discernement depuis… des années, simplement depuis que je vie ici, comme c’est une Terre où tout est amplifiée, je sens pour moi l’espace temps encore différemment; tout s’accélère et va très vite…

    J’ai fais des choix car dans ce monde, pour revenir, à Moi, à Soi, j’observe que l’extérieur peut d’une part me prendre de l’énergie, et d’autre part être très dispersant, dans le sens me disperser et j’ai besoin dans ces moments de transition de rester centrer et axer sur Moi, Moi, Moi…. aller à l’essence-ciel, et être détachée (dans le sens du détachement), être totalement disponible à Moi…

    Donc un mode de vie, à l’opposé d’une vie parisienne que j’ai vécu pendant des années….

    L’extérieur est aujourd’hui uniquement pour moi, une prise de température; observer, sentir où je me situe, ce qui se joue encore pour moi dans les schémas à transformer et à guérir… Et comme je vois peu de monde et est peu en contact sauf avec une amie très proche, ces moments avec les autres sont intenses…. dans le jeu de miroir..

    J’observe en étant ce que je nomme pour moi, à la bonne distance, en sortant du drame, de la réaction, de l’émotionnel, de l’attente et tutti cuanti !!

    Evidement lorsque que mon corps vient me chatouiller en me rappelant que je suis une femme vivante, en santé…c’est parfois un peu frustrant à gérer…=)

    Je préfère et de loin être (dans) la sensation que le ressenti. Le ressenti n’est pas à aujourd’hui un mot juste et une vibration juste pour moi; (le ressenti ment entre autre…), le senti, la sensation, ce que je sens oui.

    De mon point de vue, l’homme ( le mâle), touche et vie, vibre le senti, la sensation lorsque qu’il est en paix et à intégrer son ying.

    J’ai la sensation de fonctionner depuis toujours à l’inverse ou à l’envers lol !!! ce qui fait que je me sens franchement décalée…

    J’ai d’abord une sensation dans mon corps et ensuite ça monte au « cerveau », à l’intellect ou pas d’ailleurs; c’est pourquoi j’ai parfois beaucoup du mal à mettre en mots, à nommer.

    Car pour moi, par essence, une sensation se vie, se vibre, se danse, ondule (reliée aux sens) bref un langage non verbal !

    Divine incarnation ! Vive le corps !

    Mon rêve d’Unité : Etre la sensation !

    Sensuellement, Moonlight.

  12. pierrot dit :

    Je me demande par moment si il est possible de penser par soi-même ?
    C’est à dire sans faire appel à tel guide, telle revue, tel blog, si il est possible à l’être humain de se réaliser sans influence extérieure en ayant uniquement comme baromètre son ressenti par rapport à ce qu’il fait et pense.

    • SHUNYA dit :

      Je me pose la même question que toi Pierrot. Il semble que se détacher de nos pensées nous amène a voir concretement que nous sommes dans une sphère mentale où on capte ce que qu’on vibre, parfois on se demande vraiment si on vibre ça mais la vie nous met en face de notre réalité (consciente et surtout inconsciente pour ma part). Cerveau = émetteur récepteur, et les pensées viennent comme le vent souffle sur nos feuillages.

    • Soleil Bleu dit :

      Je crois Pierrot que celui qui a vécu toutes les étapes de la Voie de son propre éveil, revient à l’étape initiale de sa naissance et tel un Phénix qui renaît à lui-même, s’inscrit et inscrit le monde qui l’entoure dans une autre dimension grâce à d’autres moyens de perception et d’action.
      Mais cela ne se décide pas, pas plus que cela ne se réfléchit ou se pense, ça c’est une marque de fabrique de l’égo. Le changement réel, lui, se vit et s’applique sans intention préalable de le faire ni possibilité de ne pas le faire, puisqu’il EST. C’est ce qui le distingue de son mirage égotique.

      • pierrot dit :

        Oui Soleil bleu,
        la pensée nous maintiennent dans la personnalité, elle crée notre histoire.
        Ne plus s’identifier à nos pensées revient à ne plus s’identifier à notre personnalité.
        Et cela fait peur.

    • Margelle dit :

      Pierrot, très belle proposition, qui je pense se réalise une fois qu’on a fait le chemin d’aller vers soi. En attendant ce jour, des balises sont sur le chemin qui peuvent nous aider à nous repérer. Je crois me souvenir que tu nous en proposées quelques unes. C’est bien sûr que pour l’apprenti itinérant il y a des risques de perdition ou déperdition… mais de toutes façons nous avançons ainsi… et un jour nous pouvons nous en passer ou être de moins en moins dépendants…. cela se fait…. avec plus ou moins de bonheur… il n’existe pas de risque zéro dans cette avancée…. et ce n’est pas pour ça qu’il ne faut pas se lancer…. nous apprenons à nous tenir debout sur nos pieds en marchant…

  13. Moonlight dit :

    Pour Spot : Coucou ! je ne comprends rien à tes mots, ton dernier message relié au miroir…

    les mots, le mental, le pourquoi du comment je m’en fou total !! je SENS, point barre, ou point à la ligne! je n’ai plus de temps ou d’énergie à perdre dans (ou le besoin d’être rassurée…)….comprendre, le pourquoi du comment, jusqu’où etc…. ( ce que je nomme la « mastubartion intellectuelle »)

    Spot je ne sais pas si tu es un gas ou une fille, j’ai simplement envie de te poser cette question :

    Que sens tu dans ton corps ?? Aimes tu te faire masser, aimes tu danser, es tu à l’aise avec ton corps, l’aimes tu ?? si oui que sens tu pendant ce moment Là ?? dans la sensation….? Ondules tu , vibres tu dans ton bassin ??

    Es tu en contact proche avec la nature ??

    Désolée, je ne suis pas intrusive, je suis une femme et je SENS !

    Bien à toi, à vous =)

    • pierrot dit :

      Chère Moonlight,
      c’est en cela que la femme peut nous aider grandement à condition bien sûr qu’elle assume sa féminité si longtemps bafouée et ne se laisse pas emporter par ses valeurs masculines qui demandent réparation.
      D’autant plus que chacun a été homme et femme.

      • Moonlight dit :

        Merci Pierrot de ta réponse.

        Selon moi ce qui « demande réparation » est ma profonde féminité, ma féminité Sacré… Vaste débat…Et bien entendu cette guérison se fait moi avec moi..et cette guérison pour moi est totale lorsque elle est « passée » par mon corps, vibre dans mon corps…

        Oui mon masculin… autre vaste débat !….Ce qui fait sens pour moi c’est de sentir, en remontant aux origines de l’humanité comment j’en suis arrivée là…. dans ce déséquilibre ying-yang en moi…

        Certes il y a mon histoire, mes lignées paternelles et maternelles et au delà les origines…

        J’ y travaille tous les jours et j’ai bien avancé dans mes sensations à ce sujet….!

        Dans le grand mystère de la vie, c’est la femme qui initie l’homme à l’Amour, c’est un fait, une loi universelle, c’est une grande responsabilité..
        En même temps c’est possible selon moi lorsque la Paix est déjà là en soi et chez l’autre, c’est bien fini les schémas de 3D…hommes-femmes…

        Et dans ce grand carphana OM ! qui dure depuis la nuit des temps, lorsque chacun chacune RECONNAIT ses actes quels qu’ils soient et les guérit alors, pour moi, un temps neuf est possible… Une troisième Voie…
        Pour que la Femme puisse initier l’Homme à l’Amour alors il est nécessaire selon moi que l’un et l’autre nous nous réhabilitions chacun à sa place…dans le féminin sacrée et dans le masculin sacré..

        C’est Bô !!

        Ma passion de cette incarnation !!

        =)

    • SPOT dit :

      MOONLIGHT bonjour,
      Je te l’accorde, le thème de la masturbation nous concerne tous^^ où plutôt il s’immisce subtilement dans le flux de nos pensées comme dans une immersion profonde, et peut-être même, plus exactement dans l’intention de rassurer ces mêmes pensées sur la consistance de leur réalité.
      Bon, j’espère que tu suis un peu l’orientation de mon inspiration.
      Les pensées sont constituées de pensées, et elles mettent un malin plaisir à vouloir représenter le contenue de notre vie, par accumulation de sensations vibrantes dans le bassin et partout ailleurs où elles peuvent laisser leurs traces indélébiles, et même dans ma tête de garçon qui adore les brunes^^ c’est mon karma^^
      Et puis j’aime aussi les pensées, comme j’aime regarder les jolies femmes (brune), les fleurs qui parsèment mon regard de sa nature ondulatoire et changeante.
      MOONLIGHT, j’aime aussi confier mes pensées à quelque chose qui observe leur présence inopinée, quelque chose qui et là dans l’ici et maintenant, et qui ne se ressent pas en terme de pensée, mais qui vie d’une présence que je n’arrive pas à te décrire avec les mots convoyés par mes pensées, quelque chose qui n’est pas des pensées mais qui est là, en arrière-plan des émotions, de notre envie de serrer une personne dans nos bras, pour partager notre désir d’être en vie.

      • marie christine dit :

        Cultiver aussi la Paix dans les pensées, les sentiments, les émotions et le corps .
        Seule la Paix apporte la véritable plénitude .

        • Moonlight dit :

          Merci Marie-Christine, oui comme tu dis cultiver, comme un jardin si précieux, si rare, si beau…

          Etre en Paix,
          Vibrer la Paix,

          Etre LA Paix =)

          Merci mes amis de vos beaux messages qui nourrissent mon Cœur !! Merci =)

      • Moonlight dit :

        Spot !!! Grrrrrrrrrrr !!! Non je ne te suis pas dans tes aspirateurs….!! lol ! Je n’ai pas du tout envie de me faire ASPIRER ! Là.

        Les brunes pfff !!! En es tu encore là ??? rires !

        Je suis brune et alors ???? je me fou d’être brune, blonde (quoique j’aurais adoré être rousse dans cette vie !!) ce qui fait sens pour moi est simplement Qui Je Suis, ce que je VIBRE, ce que je dégage ( dans tous les sens du terme !!)

        Merci de ton dernier joli paragraphe, c’est exactement cela pour moi la sensation…. merci de l’écrire avec tes pensées….!! ou de penser à l’écrire !

        Ouai trop cool,! Permets moi stp :

        je te me serre dans nos bras et j’entends battre ton cœur et je danse la vie de nous sentir vivants !!

        THE FOOT ! Divin ! MERCIIIIII Spot !

    • acacia dit :

      Bonjour Moonlight
      Tout ce qui célèbre la vie est beau !
      La danse offre de merveilleux moments de joie, elle harmonise, elle allège, elle respire, elle aspire et inspire le corps vers les mouvements de la vie elle-même et c’est si bon.
      Je danse moi-même beaucoup, et depuis toujours, suivant les envies du moment , sur des chants amérindiens ou des musiques celtiques, parfois aussi sur des rythmes africains, sur de la musique classique également… J’aime ! C’est la plus jolie façon – il en existe forcément bien d’autres mais je ne les connais pas – que j’ai trouvée pour me mêler à l’esprit d’un oiseau, et du Vent, ou d’un arbre, et de la Terre, ou d’un poisson, et de l’Eau, ou d’une fleur, et du Soleil…
      Et bien sûr l’amour que peuvent danser deux êtres reliés est aussi une bien belle musique de la vie !
      Pour autant, en ce qui me concerne, je ne refuse pas les moments où des pensées se manifestent à travers moi. Je les vois comme un autre genre de danse, un autre mouvement de la vie.
      Il me semble que la conscience de la vie qui nous habite ne peut être associée à rien… à rien de tangible. A rien qui se ressente ou se sente ou se perçoive. Elle n’est pas perceptible par les sens et ne peut être saisie par la pensée. La conscience est ce que je suis au-delà des mouvements qui vont et viennent, qu’ils soient physiques ou mentaux ou les deux.
      La vie inclut tout. Tout est voie vers le Tout.
      Simplement, suivant nos étapes sur le chemin, nous privilégions un aspect ou l’autre en fonction des énergies dont nous disposons et des besoins qui nous sont suggérés par notre âme.
      Tout ce qui célèbre la Vie est beau !
      Merci de ton partage ♥

  14. Thau dit :

    Les Neurones miroirs…

    Par HUBERT REEVES
    À la une du Point.fr
    L’astrophysicien nous explique le fonctionnement des « neurones miroirs », qui, chez le singe, sont à l’origine d’une empathie dont l’homme lui-même a hérité.

    Fraternellement

    Les primates n’ont pas fini de nous surprendre. Une expérience, exécutée par l’équipe d’un biologiste italien Giacomo Rizzolatti, directeur du département des neurosciences à l’université de Parme, obtient un résultat étonnant sur le comportement de primates. Ce qu’il met au jour n’en finit pas de faire causer par ses implications, non seulement pour la biologie, mais aussi pour toute la pensée humaine. L’étude concerne le comportement de certains neurones dans le cerveau d’un singe macaque. Ces neurones portent le nom de neurones moteurs, parce qu’ils s’activent (émettent une décharge électrique) au moment où l’animal exécute une action spécifique. Par exemple, un macaque soulève un objet. On observe les neurones qui s’activent dans son cerveau. Mais, surprise ! On observe la même activation dans les cellules d’un autre macaque qui, sans bouger, regarde l’action du premier. Pour cette raison, on a donné le nom de « neurones miroirs » à ces cellules cérébrales. Depuis, on a observé la présence de ces neurones miroirs chez bon nombre d’autres espèces vivantes, y compris des oiseaux et des humains (enfants et adultes).

    Selon les auteurs, le petit singe perçoit le geste de son collègue, l’interprète correctement et transmet cette perception aux réseaux neuronaux associés aux actions. Un contact d’une nature tout à fait inattendue entre les cerveaux de deux individus. Un tel résultat a excité l’imagination des chercheurs.

    Altruisme animal

    Dans son livre Le bonobo, Dieu et nous, Frans De Waal, un biologiste hollandais spécialiste des chimpanzés, y voit une racine physiologique de l’empathie animale. Il observe et relate de nombreux cas d’altruisme animal. Un singe va spontanément au secours d’un autre singe en difficulté. Ses neurones miroirs s’activent. Il ressent en lui la souffrance de l’autre. Cet affect intériorisé l’amène à interagir pour la réduire. Il va à son secours.

    De Waal va plus loin. Il s’adresse au problème philosophique très ancien des sources de la morale chez les êtres humains. Pourquoi, partout sur la planète, les hommes ont-ils adopté des codes de législation altruistes (« tu ne feras pas de tort à ton voisin ») qui sont parfois très contraignants ? Les observations de Rizzolatti impliquent que ce comportement est, au départ, relié à la physiologie des neurones miroirs. Souffrir des malaises observés chez un autre donne envie de le (se) soulager. Dans cette optique, l’empathie humaine s’inscrit tout naturellement dans le cadre de l’évolution biologique de Darwin. Elle est là bien avant l’arrivée de l’Homo sapiens. Il en hérite du monde animal d’où il émerge lui-même.

    Pour terminer, j’ajoute une remarque intéressante de Frans De Waal : « On me demande parfois comment on peut parler d’empathie chez les chimpanzés, sachant qu’il leur arrive de s’entretuer. » Je réponds : « Si nous retenions ce critère, ne faudrait-il pas conclure que les humains n’éprouvent pas d’empathie ? »

    – Les neurones miroirs, Giacomo Rizzolatti avec Corrado Sinigaglia, traduit de l’italien par Marilène Raiola, 2007, édition Odile Jacob, collection sciences

    – Le bonobo, Dieu et nous. À la recherche de l’humanisme chez les primates, traduction aux Éditions Les Liens qui libèrent,‎ 2013

    • SPOT dit :

      L’état de conscience diurne nous permet d’accéder à l’état d’induction
      Sensorielle.
      Mais cette transe sensorielle se focalise sur nos influences concentrées à la périphérie d’un environnement (mémoire) qui n’a rien de spontané, et qui décapite l’information perçue en termes d’empathie ou d’aversion.
      Cet état de conscience est suggéré par la neuroscience contemporaine, comme un état de veille paradoxal. (( ici certain le nomme programme^^))
      L’état de perception ne s’amorce pas sans cet environnement singulier qui organise l’extraction de la mémoire avec l’interaction des neurones miroirs, et cela pose la question de la perception, qu’est que la perception, de quelle substance est-elle constituée.
      http://www.dailymotion.com/video/xee0xf_entretien-avec-patrice-van-eersel-p_shortfilms
      http://www.dailymotion.com/video/xee0z6_entretien-avec-patrice-van-eersel-p_shortfilms
      @ toute pensée,

    • marie christine dit :

      C’est très intéressant, Thau ! Et même passionnant .
      Enfin une étude qui apportera de grandes découvertes et des prises de conscience chez les humains, et en relation avec les animaux .
      Comment nous sommes connectés harmonieusement, ce qui fausse les connexions, etc …
      Les animaux sont notre miroir, paraît-il . Quand on voit de plus en plus de cas d’animaux complètement différents de races qui se lient d’affection, il y a de quoi être optimistes : une tortue avec un oiseau, un tigre avec un chien, une chouette avec un chat, etc, etc … Ca foisonne de plus en plus sur le net .

    • graffitique dit :

      @ Thau et @ Spot : très intéressant ces observations des neurones miroirs, merci 🙂

    • acacia dit :

      Merci Thau.
      Je découvre toujours avec joie que la science n’en finit pas d’avancer vers cette réalité : nous sommes reliés, tout est relié, chaque élément de vie est relié à toutes les fréquences de La Vie… !
      Le fait que des scientifiques adoptent un tel schéma de pensée me paraît important dans la mesure où leur voix se fait entendre par beaucoup. Je veux dire beaucoup que leur scepticisme spirituel écarte de la voie directe : l’acceptation de l’Esprit – mot conceptuel, je sais bien, mais il y a tant à inclure dans son essence que je n’en trouve pas d’autre.
      Cher Thau, poursuis tes lectures et continues à les partager ici, si tu veux bien ! ♥

    • Soleil Bleu dit :

      De telles informations apportant des indices de compréhension sur l’hypersensibilité est vraiment bienvenue pour avancer avec. Merci Spot et Thau ♥☼♥

  15. Le Passeur dit :

    J’ai modifié quelque chose qui pourrait faire qu’à présent les commentaires fonctionnent pour tous comme avant, qu’on soit ou non connecté en tant qu’utilisateurs.
    J’attends vos retours pour voir si c’est ok.

  16. SHUNYA dit :

    J’avoue que tu as visé juste Marie-Anne. J’ai délaissé mon enfant interieur au profit du mental « rassurant ». Je n’ai personne à qui en parler, incompréhension de la famille, plus d’ami, j’ai presque oublié ce que veut dire avoir un ami. Tout ca, je me rends compte que je l’ai bien cherché indirectement, je ne peux pas en vouloir a qui que ce soit, et tout ce que je peux faire c’est de me pardonner. Sauf que je ny arrive pas. Au fond il y a cette peur du rejet que je fais vivre au dehors. Emotionnellement, comme dit le passeur, mon ego fait barrage, et mentalement je n’arrive pas à aller a l’origine du problème, mais apparemment ce n’est pas utile de se le rappeler. Je vais suivre vos conseils.
    Et oui j’ai sûrement besoin d’un regard extérieur, parfois on est balloté dans tous les sens et on se demande vraiment si ce chemin est le bon…

    • Le Passeur dit :

      Et donc le miroir devant toi te ramène à une solitude apparente pour que tu vois enfin l’enfant intérieur. Décrypte tout ce qui vient à toi et tout ce qui ne vient pas à toi qui occasionne une souffrance, tu as là le langage de ton Soi supérieur qui t’indique sur quoi poser ton regard en TOI.

    • acacia dit :

      Bonsoir Shunya
      Parce qu’elle exprime simplement et très humainement beaucoup de nos aspects, je te propose une petite vidéo d’Isabelle Padovani.

      http://www.youtube.com/watch?v=hq4J-O3Or84 , intitulée « Impuissance ».

      Cette femme sait donner à ce que nous vivons comme de lourdes profondeurs une légèreté… un nouveau souffle… et il arrive que nous ayons bien besoin de ce type d’allègement 🙂
      Peut-être l’apprécieras-tu ?
      Que la vie te devienne un enfant chéri ♥ – même quand il est pénible ! 🙂

      • Margelle dit :

        Merci Acacia pour cette vidéo que je n’avais pas visionnée et qui correspondait parfaitement à mon humeur maussade de ce matin !!!
        Et du coup, merci à Shunya également…
        Marie-Anne, tes explications m’ont paru parfaitement claires…. je progresse !!!! 🙂 (je blague, un peu, beaucoup… ???), merci pour ta clarté.

  17. SHUNYA dit :

    @ Eric : Effectivement, je me mets beaucoup de pression à tort… et en même temps j’observe un certain laxisme, un certain laisser aller (qui à mon sens n’est pas de très bon goût)… je regarde l’écran des pensées comme je zapperai ma télé, j’observe mes émotions monter descendre changer de ton/d’intensité parfois même elles sont remplacées par autre chose de plus doux plus serein et je me rends compte qu’il n’y a là aucune base mentale solide. Il me manque une certaine foi dans tout ça… comme je disais je dois sûrement mal m’y prendre. Comment avancer dans un chemin si on oublie ce qui doit être fait? N’est-ce qu’un problème de positionnement de conscience? Le problème majeur d’être « trop en haut »?

    @ Le Passeur : Je sais bien que tout y est décrit, et je te suis fort reconnaissant de nous montrer ce chemin. J’ai appris beaucoup de choses sur moi-même, le monde, nos fonctionnements. Pour ma part il y a toujours ce fossé entre la théorie et la pratique.

    Et puis que penser de quelqu’un qui ne sait parler que de ses problèmes? Ouh que c’est agaçant!! Ou alors on se dit qu’il a trop accumulé celui là!! faut dépressuriser!!
    Eeeeeet j’ai beau le savoir ça n’a pas l’air de changer…
    Aujourd’hui par exemple, je me suis donné l’occasion de parler ici sur ce site, et l’écran de mes pensées ne m’indique que des problèmes qui me font obstacles, je ne souhaite pas vampiriser mon monde donc je m’abstiendrais lool.

    Merci à tous pour vos retours

    • Le Passeur dit :

      IL n’y a pas de raison de s’abstenir de parler ici. Pour ma part, je ne pouvais répondre à cette question dans un commentaire alors que ça a pris plusieurs articles pour le faire. Pour le reste, tant que ce que l’on sait reste dans le mental et n’est pas intégré, en effet ça ne fonctionne pas.

    • Eric D dit :

      Je reviens….

      « l’écran de mes pensées ne m’indique que des problèmes qui me font obstacles »: déconnecte toi de temps à autre du monde, assied toi (ou couche toi si tu préfères), laisse venir tes pensées, visualises les et ne les accroches pas, laisse les partir.

      Un petit exercice que l’on m’a conseillé de faire et qui, pour moi, à fonctionné: fais des respirations consciente (inspires jusqu’au max, retiens quelques secondes et expires jusqu’au max), quand tes pensées viennent, visualise le temps de l’inspire et souffles les au moment de l’expire… Vois les sortir de ta tête et s’envoler dans l’infini de l’espace…

      Un autre est de se vider la tête en écrivant…

      Le tout est d’arriver à faire sortir les idées du mental.

      « Il me manque une certaine foi dans tout ça »: au départ, c’est un exercice presque permanent mais par la suite, les résultats arrivent et tu prends confiance… Ca ne vient quand même pas tout seul 🙂 .

      Patience, Confiance et Remerciement…

      Pose et re-pose toi, tout vient à point.

  18. SHUNYA dit :

    Le principal sujet est donc sa relation avec les autres et avec soi-même.
    Partout il est dit de s’aimer soi-même avant d’aimer les autres, ce qui parait être d’une évidence tout à fait logique (en quittant le plan égoïste et narcissique), mais comment qu’on fait quand la petite voix de la tête est si persistante à vouloir démonter tous les beaux projets et s’assoir sur les seules convictions illusoires qu’elle possède? Je peux sentir des changement en moi, mais ils ne restent qu’à l’intérieur de moi et mon expression extérieure (réactions défensive, enfermement, etc.) reste toujours égale à ce que j’étais avant. Alors on peut me jeter la pierre que je ne travaille pas sur moi-même et c’est sûrement vrai… je vois la vie me mettre devant des défis que je persiste à fuir inlassablement. Je sais qu’un raisonnement purement intellectuel ne fait pas grandir intérieurement, mais quel conseil pourriez-vous donner à une personne qui comprend tous ces messages d’amour et de remise en question, et qui n’arrive pas à appliquer un iota dans sa vie de tous les jours?
    Comment qu’on fait quand on a le sentiment d’être une personne laissée à l’abandon sur un trottoir où personne ne peut le comprendre? Dois-je comprendre que c’est ainsi (par jeu de miroir) que j’ai choisi cette étape de ma vie? Chacun a sa vie mais si tout le monde vit sa propre vie dans son espace individualisé, qu’est-ce qui reste aux véritables relations?
    Vous allez lire ce message, donner votre avis puis retourner à vos obligations, qu’elles soient matérielles ou spirituelles, et je n’aurais que vos mots pour me réconforter ou me botter les fesses loool, enfin bref.
    Il y a toujours cette dualité entre ce qui est et ce qui devrait être. « Je » voudrais que mes problèmes disparaissent, et plus au fond ce même « je » aime ses problèmes qui le supportent dans ses convictions… « Je » voudrait aimer réellement, mais « je » vois bien qu’à l’intérieur ce n’est pas le cas. Suis-je attaché tant que ça aux basses vibrations?
    Alors c’est bien gentil, le bien et le mal, le côté sombre et le côté lumineux, la neutralité, l’amour l’échange le partage etc. Toutes ces notions qui envahissent l’esprit et qui désordonne tout le petit monde intérieur, c’est comme si ça m’empêchait d’avoir une quelconque stabilité à part le néant… chaque fois je reviens au vide de moi-même et chaque fois la tête repars de plus belle… est-ce ça le cheminement intérieur? Revenir à la source, repartir avec des idées fraîches? et on est sensé changer petit à petit?
    Maîtriser ses émotions et ses humeurs est vraiment une lutte au quotidien quand on n’a pas pris le taureau par les bonnes cornes…

    • Margelle dit :

      Shunya, bonjour, j’ai juste envie de te dire, selon ce que je ressens et d’après mon expérience, que nous ne sommes pas tous soumis à la même enseigne…. certains ont eu des conditions plus difficiles, sont plus sensibles, plus impressionnables, ont dû mettre en place un système de défense plus costaud -ce fut mon cas- qu’il est beaucoup plus difficile à éliminer…. Ne t’affole pas et surtout ne te compare pas -je l’ai également fait- prends conscience de la difficulté et des obstacles que tu as eus à surmonter pour survivre, d’abord, puis vivre, tout simplement.
      Je pense que tu vas recevoir quelques messages, je ne m’attarde pas sur les autres points que tu soulèves… j’ai simplement envie de te dire que ce que tu vis est dans la « norme », si on peut l’appeler ainsi….. et que chaque vie est « unique »….

    • Le Passeur dit :

      « quel conseil pourriez-vous donner à une personne qui comprend tous ces messages d’amour et de remise en question, et qui n’arrive pas à appliquer un iota dans sa vie de tous les jours? »
      Tout ce que j’ai pu dire sur le sujet est écrit sur ce site, ne serait-ce que cet article-là, excusez-moi si je ne recommence pas. Maintenant, tant qu’on n’intègre pas au fond de nous les informations et qu’elles restent au niveau mental, c’est que l’égo verrouille le passage. comment s’en sortir ? C’est ce qui est décrit dans tout ce que j’ai écrit ou presque.

    • pierrot dit :

      La réalisation n’est pas de l’ordre de la compréhension mentale.
      Personnellement quand la joie m’envahit je ne sais pas pourquoi, elle vibre et j’apprécie.
      Quand je suis dans les basses vibrations je me dit qu’il y a quelquechose qui je ne réalise pas.
      Je fais silence et je m’observe en abandonnant mes résistances, c’est cela la vigilance il me semble.
      Mais on ne né pas tous avec les mêmes chemins à emprunter alors ce qui peut paraître facile pour l’un peut paraître difficle pour l’autre.

    • Eric D dit :

      Bonjour Shunya,

      il me semble que tu as déjà une partie des réponse en toi : « je vois la vie me mettre devant des défis que je persiste à fuir inlassablement. » Nous savons que « fuir » une situation que nous devons régler nous verra la faire revenir un peu plus fort à chaque fuite…

      Tu parais te mettre beaucoup de pression pour avancer. Or, le principe est d’accueillir une situation et de voir ce qu’elle déclenche en nous. Cette réaction est conditionnée par notre mental (égo) qui est là pour nous éviter de nous faire mal. Nous avons tous des blessures causées par nos vies antérieures, par notre karma familial et c’est justement pour cela que nous revenons ici bas: pour guérir ces blessures. Les identifier n’est pas une tâche facile car il faut du courage pour aller creuser là où ça fait mal. Une fois identifiées, il reste à les accueillir, les accepter, pardonner…
      Un bon livre à ce sujet est  » Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même » de Lise Bourbeau… d’autres sur ce site sont aussi plongés dedans :-).

      Quel est le but : « être éveillé », trouver le bonheur en soi, être en accord avec son Soi profond (son Coeur, petite voix intérieure, Ange Gardien,…) nomme le comme tu veux… Cette introspection est parfois longue mais elle vaut tellement la peine. Guérir son Coeur, c’est l’alléger et, Vivre le Coeur plus léger est une joie remarquable.

      En terme de relations, le chemin vers l’éveil peut t’amener à voir des proches (famille, amis,…) se distancier de toi car ils ne te « reconnaîtrons plus »… Plusieurs sur ce site sont passés par là.

      Lâche prise, tu rencontreras des personnes qui t’aideront à trouver ton chemin, fais confiance à la Vie

      MAximK a posté cette vidéo qui pourrait aussi t’être utile : http://www.youtube.com/watch?v=P7ISbbkO-Xs

      D’autres viendront te donner d’autres infos, emploieront d’autres mots, te guideront aussi sur ce chemin. Même si c’est virtuel, tu pourras te rendre compte que chacun apporte sa petite pierre à l’édifice de l’autre, que, quelque soit le niveau d’avancement sur ce chemin, les questions sont toujours nombreuses car une fois cette voie choisie, elle ne s’arrête plus tant les résultats t’apportent de bonnes surprises.

      je terminerai avec cette citation de Karl Gustav Jung :  » Celui qui regarde à l’extérieur rêve. Celui qui regarde à l’intérieur est éveillé »

      Fraternellement

      Eric

    • Marie-Anne dit :

      Shunya,
      Nous avons tous des difficultés à nous dépêtrer de l’emprise de l’égo, de l’émotionnel et de nos conditionnements divers et variés: nous avançons, puis nous régressons, puis, nouvel élan, nous nous propulsons pour, tout-à-coup, renâcler devant l’obstacle; puis on y retourne, et ainsi de suite!

      Difficile donc de te donner des conseils de « pro »; mais, tout de même, d’après ce que je lis de toi, voici ce que je crois pouvoir te dire:

      Pour moi, ta compréhension de la voie spirituelle paraît bonne, mais j’ai l’impression que c’est ta compréhension de ton propre enfant intérieur qui est plus « problématique »: ce n’est pas un phénomène de mode, je parle vraiment de ce petit
      enfant que tu as été et qui est toujours en toi.
      Nous avons tous en nous, adultes, un petit enfant qui a été blessé, apeuré, incompris, malmené, ou à qui on a coupé les ailes ou qu’on a réduit au silence,…et qui a bien dû se protéger d’une manière ou d’une autre et qui continue à le faire.
      C’est ce petit enfant intérieur qu’il faut rassurer et libérer.
      Comment?
      En devenant nous-même son parent aimant, connaissant et équilibré!
      Re-comment? Eh bien, par exemple, en acceptant d’abord que c’est bien nous, qui, sur un autre plan, avons choisi notre expérience, notre famille, nos difficultés et nos défis;
      ensuite, en comprenant que nos propres parents terrestres et nos éducateurs ont  » fait » probablement de leur mieux avec ce qu’ils avaient: c-à-d, avec leurs propres connaissances , leurs propres ignorances, leurs propres névroses et projections, leurs propres contradictions et leur propre enfant intérieur blessé …dans ce monde dense, aberrant, dur et très peu juste qu’est la « 3D » expérimentale;
      etc,…

      Toutes ces compréhensions et prises de conscience peuvent alors permettre une juste compassion pour eux- nos parents, nos éducateurs,…, …et pour notre enfant intérieur également.
      Il nous est alors plus facile de pardonner, de prendre du recul et de devenir, désormais, notre propre parent, aimant et apaisant cet enfant à l’intérieur de nous; enfant qui, dès lors, n’a plus à dépendre que de notre Amour (et non plus de toute l’incompréhension ou la violence qu’il a subies autrefois, avec toutes les défenses et les automatismes protecteurs que cela avait entraînés).
      Bien sûr, cette libération de l’enfant intérieur ne se fait pas en un jour ( et on peut se faire aider par une thérapie), mais, le magnifique dans l’histoire, c’est qu’une fois rassuré, compris et libéré, notre enfant intérieur peut alors laisser émerger l’Enfant Naturel en nous, avec toute la richesse, et l’énorme potentiel de joie, de vitalité et de créativité qu’il recèle.
      Pour citer J. Bradshaw: »

      …l’Enfant Naturel correspond à cette partie de nous-même qui recèle, en puissance, nos dons innés pour la Découverte, l’Émerveillement et la création ».

      Bien sûr, Shunya, dans ce que tu évoques, le Mental à plus que sa part. (Tout cela est lié).
      Lui aussi, a besoin d’être rassuré, de comprendre, et de dialoguer avec le Cœur !
      Cela nous en avons déjà beaucoup parlé ici, et tu me sembles en être bien consciente, donc, je ne développerai pas!
      Je dirai juste que, oui, comprendre est une chose; mais qu’intégrer et appliquer ( en conscience et en confiance) en est une autre!
      Et, qu’effectivement, cela demande d’être clair avec soi-même et avec ce que l’on désire vraiment; cela demande de savoir faire un choix et d’avoir la volonté de le suivre; ensuite, cela demande de la vigilance, avant que tout ne se place de manière naturelle, simple et évidente.
      Cette vigilance doit être ferme, mais indulgente aussi! Travail d’équilibriste! 🙂
      Ne veuille pas tout tout de suite et accepte même les chutes et les régressions : vois-les comme les étapes d’une rééducation! Après tout, c’est ce que nous sommes ici: nous sommes en rééducation d’Amour!
      Viser l’Amour inconditionnel du jour au lendemain (ou même au surlendemain), c’est, je crois, l’échec assuré pour l’immense majorité d’entre nous, ici!
      Mais, on peut tenter la Compréhension, la Compassion, la Prise de Recul, le Lâcher-Prise, la Sympathie, la compréhension de l’effet Miroir, le Renversement sage de point de vue, etc,…; on peut aussi tenter d’oser, même ( ce qui ne veut pas dire que l’on ne puisse pas demander son aide bienveillante à notre intelligence dite  » raisonnante » (le mental), pour peu que cette intelligence mentale écoute le cœur et non ses propres automatismes mentaux basés sur les traumatismes issus de l’Ancien).

      Voilà quelques pistes, Shunya; peut-être te parleront-elles; peut-être savais- tu tout cela, mais avais-tu besoin de regards extérieurs?

      Paix et Lumière sur toi et sur tous!
      Très amicalement à toi!

    • Soleil Bleu dit :

      Bonjour SHUNYA,
      Tu dis : « Partout il est dit de s’aimer soi-même avant d’aimer les autres », je crois plutôt qu’aimer les autres n’est ni un objectif à poursuivre pas plus qu’une action à viser, ce n’est qu’un effet secondaire, la forme extériorisée d’un Amour Entier éprouvé pour et envers Soi . S’accorder à Soi Tout l’Amour que le cœur est capable de produire, c’est en assurer de manière certaine la nourriture à toutes les formes et tous les Êtres qui constituent nos environnements.

      Tu dis encore :  » Alors c’est bien gentil, le bien et le mal, le côté sombre et le côté lumineux, la neutralité, l’amour l’échange le partage etc. » Eh bien justement ! y a rien de gentil pas plus que malveillant dans tous ces mots amalgamés et recalibrés au chaudron du dépit, mais les renouer entre-eux avec la dualité : bien/mal, côté sombre/côté lumineux, ou aligner sur la même fréquence les mots : neutralité, amour, échange, partage me semble être quelque chose de vraiment pas anodin et beaucoup plus engageant et productif qu’il n’y paraît dans cette forme qui se veut pourtant entendue comme légère.

      Peut-être t’appliquer à une seule tâche (celle que tu choisis), utiliser ensuite pour ça un seul outil (celui que tu choisis), et re-commencer à introduire de manière consciente cette action dans « Tout » ce que tu vis. Fait avec conviction et authenticité, cela peut devenir un vrai brise-glace pour ce qui cherche à naitre et à s’exprimer au travers toi….

  19. YOT dit :

    Merci et bravo pour cet excellent article « à l’écoute des émergences » sobre et clair, allant bien au-delà d’une quête spirituelle éperdue qui n’est pas le but, mais où de plus en plus se perdent et se noient, remettant chacun en face de soi, dans un langage qui n’accuse pas mais énonce des faits simples et réels. Message auquel j’adhère totalement. Merci encore !
    Nathalie.

  20. damien dit :

    Je vous lis depuis le début.
    Ce texte est le plus beau et le plus parlant pour moi.
    Il est la goutte d’eau que j’attendais me semble t’il.

    Merci passeur
    Chacun sa vie chacun son rôle et vous avez semble t’il bien trouvé le votre 🙂

    Amicalement
    Damien

  21. graffitique dit :

    J’avoue : mon chat est un alien. 🙂

    • acacia dit :

      M’étonne pas… 🙂
      Graffitique, ces animaux discernent les auras comme personne, et le tien aura reconnu en toi les émanations d’un frère galactique. D’où son choix de vivre à tes côtés.
      Essayez tous les deux une petite constellation, vous aurez des révélations qui vous étonneront – enfin qui t’étonnera toi, le chat baillera et dira « oui, je sais tout ça… que ces bipèdes sont donc des créatures attardées… ».
      Tiens-nous au courant de ta démarche, aucune émergence n’est à négliger en ces temps qui s’accélèrent ! 🙂 ♥

  22. Geoffrey dit :

    Vidéo très intéressante ! Merci du partage..! 😉

  23. Louisetta dit :

    Pour ma part, chère Acacia, je trouve que ce serait passionnant dans tous les domaines… : )

  24. Louisetta dit :

    Voici une excellente vidéo sur le sujet extra terrestre (que j’ai tenté de mettre sous l’article « Le grand retour des êtres stellaires » sans succès) à diffuser à ceux que les perspectives de fraternité galactiques mettent en joie plutôt que provoquent des craintes.

    http://www.dailymotion.com/video/x19m4pj_existence-des-extraterrestres-par-l-ex-ministre-du-canada-paul-hellyer_tech?start=1384

    • acacia dit :

      Bonjour Louisetta
      Il est souvent dit que c’est pour ne pas créer de panique générale que la présence des ovnis – et de leurs occupants – n’est pas révélée au grand public. Alors même que tant et tant de témoignages sérieux sont pourtant établis. Il semble si évident que l’humain n’est pas le seul être vivant et intelligent habitant dans notre galaxie ! – pour ne parler que d’elle.
      Je ne serais pas surprise que les temps à venir, proches peut-être, soient ceux de révélations et d’apparitions qui mettront fin à beaucoup de questionnements sur ce sujet. Et en provoqueront sûrement bien d’autres !
      Comment réagirai-je lorsque je serai mise face à un être différent – sera-t-il si différent ?… Je peux me faire des tas de scénarios mais… ben je verrai le jour venu.
      Peut-être certains ici ont-ils déjà eu un contact ?
      ♥♥♥

  25. Romarin dit :

    Merci Passeur, c’est finalement rassurant de savoir que c’est uniquement ce travail sur soi de chaque instant qui va me libérer, le fameux pouvoir personnel qui ne dépend pas des autres.

  26. Romarin dit :

    Merci Passeur de poser des balises lumineuses, je vous lis depuis longtemps ainsi que tous ceux qui laissent des commentaires et dont les questions et réponses vibrent en tout ou partie avec les miennes.
    J’ai des questions sur l’ effet miroir, ou loi d’attraction, sur ce que l’Univers me renvoie de mes constructions, mes croyances, mes murs jusqu’à ce que je percute.

    -Si je propose mon aide à une personne (le sauveur), sans qu’elle me sollicite, est-ce qu’en fait, j’attends moi-même inconsciemment une aide extérieure pour venir aider la pôv’ victime que je suis ?

    -Si une personne m’a fait une grosse vacherie, je dis que tout va bien mais au fond, j’aimerai bien qu’elle « paye » pour savoir comment j’ai eu mal (un bel égo bien duel, non mais!) Est-ce le miroir si je suis « victime » d’imprévus à payer contre monnaie sonnante et trébuchante ?

    J’ai de plus quelques difficultés à extraire définitivement les blessures, donc elles me sont représentées (et pas sur un plateau !).
    En somme c’est comme un lac limpide en surface et boueux au fond, je reconnais une émotion, (parfois ce n’est pas la bonne : elle en cache une autre) je les fais remonter, ça remue, l’eau devient toute trouble et sale. Et voilà, ça s’arrête !
    La vase retombe au fond et je n’ai pas réussi à l’extraire du lac. A force de tremper, je commence à avoir la peau flétrie et je n’arrive pas à rendre l’eau pure.
    Est-ce que je me décourage trop vite ou bien la solution : c’est simplement le travail, le travail, le travail, sans arrêt, non stop, le guerrier à l’affût de jour en jour, d’instant en instant ?

    Je vous remercie pour votre indulgence, le chemin est plus long pour certains…

    • Le Passeur dit :

      « Si je propose mon aide à une personne (le sauveur), sans qu’elle me sollicite, est-ce qu’en fait, j’attends moi-même inconsciemment une aide extérieure pour venir aider la pôv’ victime que je suis ? »
      Oui, pas forcément la même aide mais souvent il s’agit d’un besoin de reconnaissance, d’un besoin d’être aimé.

      « Si une personne m’a fait une grosse vacherie, je dis que tout va bien mais au fond, j’aimerai bien qu’elle « paye » pour savoir comment j’ai eu mal (un bel égo bien duel, non mais!) Est-ce le miroir si je suis « victime » d’imprévus à payer contre monnaie sonnante et trébuchante ? »
      Tout est miroir. Là en l’occurence, le mental sait mais ce qui est su n’est pas intégré. La blessure s’exprime donc encore sous la forme d’un désir de justice égotique qui n’est rien d’autre que la vengeance. Ca se produit et reproduit jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de réponse émotionnelle. D’où la nécessité de partir à la pêche de cette émotion.

      « Est-ce que je me décourage trop vite ou bien la solution : c’est simplement le travail, le travail, le travail, sans arrêt, non stop, le guerrier à l’affût de jour en jour, d’instant en instant ? »
      Comme je l’ai dit plsieurs fois, c’est une vigilence de chaque instant. Mais elle n’a rien d’accablant si on la voit comme un jeu. Elle le devient lorsque la victime ressurgit en soi, ce qui est une compensation de l’égo qui a besoin de récupérer l’énergie des autres pour se renforcer. On passe tous par là, il n’y a pas à se décourager, la vigilence paye toujours, elle maintient un processus qui fait que parfois le truc à lâcher part soudainement tout seul sans qu’on ait compris comment. Parfois dans un schéma répétitif entre deux personnes par exemple, il suffit que l’une des deux lâche quelque chose pour que que ce soit lâché pour les deux.

      • Margelle dit :

        Passeur, je reprends une phrase de Romarin, restée sans réponse : « Est-ce le miroir si je suis « victime » d’imprévus à payer contre monnaie sonnante et trébuchante ? »
        Quand tu dis : « la vigilance paye toujours », peut-être qu’elle n’a pas été assez effective pour qu’il y ait des imprévus à payer ???? (hypothèse. )
        J’ai fait l’expérience pour « lâcher quelque chose » qui fait de l’effet sur l’autre, mais je peux dire que cela ne m’a pas été facile à voir, ni à conscientiser…. j’en ai mis du temps… c’était vraiment dessous, dessous, dessous la vase…. j’ai dû déblayer…. (et il y en a sûrement encore dessous… mais ça viendra, une chose après l’autre). Oui la vigilance c’est vraiment intéressant ! comme un jeu…. ça déculpabilise énormément…. Merci à toutes et tous…. vos partages aident.

        • Eric D dit :

          Pour ma part, j’ai arrêté le système de vengeance et me dis que la Justice Divine s’en chargera elle-même.
          Je m’évite ainsi de me positionner en juge et lâche prise plus facilement.

          Si je me trompe, rectifiez moi svp.

          Merci

          Fraternellement

          Eric

          • pierrot dit :

            mon truc c’est de ne pas embarquer dans le jugement, ainsi je ne reçois pas le retour du boomerang. Et ensuite d’aimer, ainsi je me libère de la relation dépendante.
            Et je me dis que si j’avais le même karma, le même conditionnement que cette personne j’aurais agi de la même façon, ce qui ne veut pas dire excuser mais pardonner.
            Et aimer ne veut pas dire ne rien dire ou ne rien faire mais dire et faire en fonction de son coeur en utilisant le plus possible le « je’ pour exprimer son ressenti.

          • Marie-Anne dit :

            Bonjour Éric,

            J’ai juste une petite rectification à faire, effectivement:
            Je crois pouvoir affirmer que, jamais le Divin ne se chargerait de la moindre vengeance.

            Pour moi, compter sur une vengeance divine qui s’exercerait (plutôt que la nôtre), ce serait comme croire que le Divin, en guise de leçon ou de dédommagement, punirait celui qui se conduit bien « mal ».
            Voilà qui serait mesquin et bien incohérent de la part de l’Amour et de la Toute Bonté ( qui, par ailleurs, sait bien mieux que nous, combien ce qui -parfois- peut paraître « mal » à nos yeux , peut s’avérer, à terme, être un bienfait)!
            Je pense que l’on peut également dire, que pour le Divin (que nous sommes aussi), nous sommes, tous ici, des expérimenteurs qui avons accepté (pour Lui/ Elle ) de jouer tour à tour tous les rôles (et donc ceux correspondant au  » bien » comme ceux correspondant au « mal ») dans le jeu de la dualité et de la densité (3D):
            dès lors, comment pourrait-Il/Elle vouloir s’en venger,…Lui/ Elle qui , en outre, nous a donné le libre-arbitre pour que nous puissions investiguer des voies même très éloignées de l’Amour et du Bien (toujours dans le but de mener à bien cette expérience inédite de l’expansion de conscience et de créativité qu’est la 3D)?

            C’est nous-mêmes, humains de 3D/4D qui nous jugeons, et souvent nous condamnons ou nous infligeons des leçons sévères, en réaction à ce que nous trouvons être « mal »!
            ( cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas responsables de nos actes à notre niveau ;…ni d’ailleurs que nous devions nous laisser faire: tant que cela est nécessaire et faute de mieux, nous pouvons nous protéger selon la justice humaine (ô combien imparfaite), mais sans ressentiment ou désir de vengeance; et surtout, il serait bon que nous agissions d’abord sur nous-mêmes afin de nous pacifier intérieurement et de finalement projeter cette Paix à l’extérieur comme on en a souvent parlé ici).

            Pour le reste, oui, je suis d’accord avec toi: évitons tout jugement ( ce qui n’empêche pas le discernement) et oui, lâchons-prise à nos vieux réflexes!

            Très amicalement à toi!

            • Eric D dit :

              Merci Marie-Anne pour cette rectification importante.

              J’ai effectivement employé ce terme de vengeance qui n’est pas mon habitude mais, oups, il est sorti… donc quelques nettoyages en perspective :-). Je remets l’ouvrage sur le banc et vais continuer à avancer ;-)…

              Je parlais évidemment de Justice Divine ou de Loi Karmique… Bref, l’Univers se charge bien à lui tout seul de remettre Tout-Un-Chacun sur son chemin :-)…

              Fraternellement — Eric

              • Marie-Anne dit :

                « …l’Univers se charge bien de remettre tout-un-chacun sur son chemin »: oui, Éric, je me doutais bien que c’est quelque chose de cet ordre que tu voulais signifier, mais j’ai préféré tout de même relever le mot  » vengeance » puisque que tu nous demandais notre avis! 🙂

                Bien amicalement à toi!

  27. Cécile dit :

    Acacia,
    C’était en réponse à un message de Stéphanie sur son travail par la méthode des Constellations familiales (voir plus bas), mais comme les réponses ne se positionnent plus, ou pas toujours, sous les messages concernés, cela complique la fluidité des échanges…

  28. Cécile dit :

    Chère Margelle,
    Tu ne crois pas si bien dire! J’ai failli finir mon message par une métaphore sur les lunettes. Ma vue qui me joue des tours depuis quelques semaines me dit que ma vision semble bel et bien en train de se rajuster (se faire plus juste, littéralement). Et si j’en juge à tous nos messages en réponse aux textes de Sand & Jenaël et du Passeur, je ne suis pas la seule…
    Je t’embrasse,

    • Margelle dit :

      Et là, ma chère Cécile, je ne sais pas à qui tu fais allusion (je ne crois pas que ce soit moi 🙁 )… je croyais que tu avais trouvé le « truc » pour te positionner à la bonne place ???? 🙂 🙂 (parce que c’est quand même plus cool ! merci à ceux qui y arrivent… j’y suis bien arrivée ! c’est dire !)

      • Margelle dit :

        Et même que le Passeur nous y aide !

        • Cécile dit :

          Chère Margelle,
          J’avais trouvé le truc pour rester à peu près en place dans les commentaires, et puis le truc a cessé de fonctionner.
          Aujourd’hui, en théorie et avec l’aide du Passeur, ça doit fonctionner de nouveau. Preuve que l’Univers est en perpétuel mouvement…

          • acacia dit :

            Margelle, Cécile (et bien d’autres…)
            Vos histoires de place des commentaires… Je pense que c’est une question d’harmonisation avec les fréquences quantiques et ondulatoires du Nouveau après libération des schémas parasites de karmas réfractaires . Tout simplement.
            Vraiment, je ne sais pas comment vous vous y preniez mais regardez… moi… je mets mes commentaires là où ils doivent être. Sans chichis. Sans cafouillages.
            (… et pourvu que ça dure sinon je me ridiculise et tout le monde va se ficher de mon arrogance -pas de blague, Passeur, s’il te plaît ! T’ai-je dit que ton dernier texte était remarquable ?…).

            • pierrot dit :

              Déconnectes toi et dis-moi si tu es toujours en harmonie ?

              • acacia dit :

                En voilà une drôle d’idée, Pierrot ! Me déconnecter ?
                Mais rassure-moi… : tu n’as pas pris au sérieux, placée dans le contexte des commentaires migrants, mon histoire d’harmonie sur les fréquences libérées du karma? Je blaguais… enfin j’essayais… 🙁 parce que si l’harmonie est réellement liée à tout ce que je disais je ne crois pas pour autant que ça explique la récente valse des commentaires…
                Je m’en vais copier mille fois « je n’écrirai plus de bizarreries inintelligibles sous prétexte que j’ai envie de rire »… 🙂 🙁

            • Marie-Anne dit :

              Si, si, chère Acacia, continue à écrire des bizarreries inintelligibles (quoique!), sous prétexte que tu as envie de rire!
              Tu as au moins une fan!
              (et puis le duo Pierrot – Acacia est vraiment trop savoureux pour que l’on s’en prive; cela dit, tu peux tenter aussi d’autres duos surréalistes, je ( on) ne demande pas mieux!).
              <3

              • acacia dit :

                Chère Marie-Fanne, ton soutien généreux et compréhensif me va droit au cœur ! Je renonce donc à l’autopunition que j’avais décidé de m’infliger – et qu’heureusement je n’avais pas encore commencée… 😀

            • Margelle dit :

              Waouh Acacia, bien je crois que Pierrot, pratiquait également son humour intangible (?)… que j’ai failli me prendre aussi au piège du tien, et que j’ai failli également me prendre à mon propre piège, un jour où je blaguais comme toi sur les vibrations supposées en relation avec notre aptitude à nous connecter « correctement » … ayant eu un peu de mal à me positionner, j’eus peur qu’on m’aie prise au sérieux !!! Mais il faut noter que tu as été une des premières à réussir le test ! alors « forcément » !!! 🙂 Blague à part, les autres, vous vous y mettez ?????? 🙁

              • acacia dit :

                Non, Margelle, nous ne nous laisserons pas réduire au silence par quelques moments d’incompréhension ! – celle des autres bien sûr ! 8)
                Malgré ce piège supplémentaire tendu sous nos pas nous poursuivrons hardiment notre chemin d’apprenties éveillées, l’œil fier, le pied sûr, l’allure dégagée, le verbe haut… et l’humilité au cœur naturellement.
                🙂 ♥ 🙂

              • Margelle dit :

                🙂 🙂 ☼♫☼

              • Soleil Bleu dit :

                Souffler le chaud avec le froid, le froid avec le chaud ; se servir de l’humour pour affirmer quelque chose au fond beaucoup moins drôle ou asséner avec beaucoup de sérieux un message qui prend l’habit de l’humour et permet de s’en dédouaner en cas de mise à jour, j’ai vécu ça avec un P.N et n’ai aucune envie de rejouer à ce petit jeu de cache-cache clair-obscur qui peut s’avérer aussi piégeant pour l’émetteur pourtant conscient que pour le récepteur pourtant averti…

              • Margelle dit :

                Tu as raison Soleil Bleu dans ta mise en garde ! oui l’humour peut piéger.. et on peut se prendre à son propre humour…. mais ce que l’on ne peut empêcher, en même temps, c’est l’envie de rire… je te jure que chez moi elle est là, vraiment, au fond de moi, elle m’habite… et je sais également que quand je dis quelque chose le contraire peut être également dit, en complémentaire… parce que ce que j’exprime ne sera jamais total, et j’en ai une drôle de conscience un peu douloureuse, que je vis en riant souvent… parce que c’est à la fois douloureux et jouissif…. Peut-être que le P.N. est en proie à ce type de contradiction… De ce que j’en connais « ils » portent en eux des contradictions si absolues qu’ils ont du mal à s’y retrouver… Je pense que l’autre, à son côté, peut grandir et aider à grandir…
                Je te jure que avec mon hypersensible (un peu P.N. parfois) j’apprends les 6ème, 7ème 8ème degré d’humour…. (j’en suis plutôt au 3-4ème degré !)
                Merci pour ton point de vue, Soleil Bleu…

              • Soleil Bleu dit :

                🙂 😀 ♫☼♪☼♫ Margelle 😉

              • Margelle dit :

                Ah ! il faut avoir l’oeil… toujours… Bergelle est toujours prête à remonter au créneau… elle a certainement quelque chose à dire à Margelle ??? 😀 en plus je me suis envoyé une méchante poussière dans l’oeil… en vrai 🙁 vigilance ! j’y retourne…

          • pierrot dit :

            Pour ma part les commentaires se mettent correctement si je suis connecté. Mais si je me déconnecte alors les commentaires s’affichent à nouveau en début de page.

  29. MaximK dit :

    Passeur, Frères et Sœurs de Lumière, si vous avez le temps, j’aimerais connaitre votre opinion sur ce film merci. Bien à vous.
    Mondes intérieurs, Mondes extérieurs – Partie 1 – Akasha
    http://www.youtube.com/watch?v=P7ISbbkO-Xs

    • Margelle dit :

      Très beau, MaximK, percutant…. je crois bien qu’il dit l’essentiel du monde…. Merci.

    • Cécile dit :

      MaximK,
      Je te remercie car j’avais vu cette série de vidéos il y a un certain temps et les avais un peu oubliées. J’ai trouvé dans la première des réponses à deux questions que je me suis posées récemment et je te suis reconnaissante de me les avoir apportées !
      Pour ce qui est des opinions, j’essaie en général d’en avoir le moins possible, parce que j’ai l’impression que cela a tendance à enfermer les choses derrière des avis, des étiquettes, des jugements.
      Cela dit, j’ai tout de même un ressenti, c’est que cette série de vidéos a du sens et m’aide à appréhender plus finement la nature de la réalité. Et, ce qui ne gâche rien, je la trouve esthétiquement agréable à regarder.
      Bien à toi,

    • Eric D dit :

      Merci à toi d’avoir mis ces vidéos sur mon chemin. Une compréhension beaucoup plus claire de la notion du UN… Je n’ai pu m’arrêter de regarder qu’à le fin du 4eme épisode tant cette série m’a parlé.

      J’ai même eu l’impression que j’ai subi quelques nettoyages pendant le visionnage :-); notamment avec les sons émis pendant les explications sur l’eau et lors de certains mandalas. Malheureusement, ce fut trop court.

      Fraternellement

      Eric

    • acacia dit :

      MaximK
      Des explications données simplement, et illustrées de magnifiques images. Ce documentaire m’a procuré beaucoup de joie !
      « L’âme du monde s’unit dans une résonance harmonique » y est-il dit, et cela résume… tout !
      Merci ♥

  30. marie christine dit :

    En effet, Pierrot, cela semble être le processus :
    1- fusion (état indifférencié, identification avec l’ombre et la lumière sans discernement, et lunettes anti-brouillard indispensables)
    2- défusion (prise de recul)
    3- unité/multiplicité (relations, vision pleinement conscientes)

    Je m’aperçois que chaque aspect travaillé passe par ce processus .
    Je m’aperçois qu’il y a beaucoup d’aspects à travailler et que chacun d’eux peut en être au niveau 1, 2 ou 3.
    Je m’aperçois que tous les aspects sont inter-connectés et que si on agit sur l’un, cela se répercute sur les autres (dans une dimension ou une autre) .
    Je m’aperçois qu’il faut un certain temps et de la patience parce rien ne peut être laissé de côté pour le grand nettoyage .
    Je m’aperçois qu’on n’est pas sortis de l’auberge, même si nous sommes aidés !

  31. Katerina dit :

    Toute identification est devenu obsolète .
    L essentiel est en chacun de nous , et si il y a une chose à faire c est de nous débarrasser de ce qui nous gene encore .
    Catherine

  32. pierrot dit :

    @ marie-christine, disons que la défusion en apprends plus sur moi-même que la fusion, alors des relations complètes conscientisées sont un moteur efficace de cheminement en ce qui me concerne.

  33. AlKriS dit :

    Une bonne piqure de rappel, ou plutôt une nouvelle perspective dans la manière d’aborder les prochaines étapes. Ca arrive exactement au moment où je crois en avoir le plus besoin. Merci, de quoi retourner à l’Ouvrage le coeur léger et l’esprit curieux 🙂

    Et comme quoi, quand on pense savoir on peut se rendre compte qu’au final on ne sait toujours pas grand chose… Ca calme un peu ^^

  34. agathe dit :

    Merci passeur pour ce texte qui m’aide vraiment à intégrer cette leçon très facile et pourtant si étrangement complexe pour mon petit mental restreint!! je suis très confiante en ce qui concerne l’amélioration de ma compréhension mais à vrai dire j’apprends tous les jours et tous les jours me semble être un autre recommencement… je pense que mon incarnation est si difficile parfois que je viens quand même m’agglutiner à la matière pour ne pas rester suspendu entre l’ici et l’ailleurs si j’ose dire. Je pense que j’ai atteins un autre pallier de décompression de mon incarnation en vous lisant j’intègre une nouvelle étape qui me dit allez arrête de t’illusionner ce que tu as devant tes yeux c’est encore le résultat de ce que tu crées!! c’est profond de le penser, de le ressentir et j’en éprouve de la joie et une forme de libération. Je pense qu’avec la multidimensionalité nos êtres vont de mieux en mieux se réveiller à la vrai vie. Chaque jour amène une leçon mais c’est si facile d’oublier celle d’hier et se complaire à ne pas savoir vraiment car prendre la responsabilité de sa vie est à mon sens une étape si révolutionnaire pour chacun pour notre schéma de conscience pour le sens de nos vies et une révolution tellement puissante que cela peut tout emporter mais t’en mieux s’il s’agit d’emporter nos identités factices pour laisser place au vrai Soi. Qui sommes nous quand nous sommes puissants? qui sommes nous quand l’éclat de nos lumières vibre à l’unisson d’Urantia Gaia… je suis reconnaissante j’éprouve une énorme gratitude à votre égard car vous êtes sur mon chemin pour me guider depuis quelques années et cela me réconforte car vous m’avez aidé à ne pas devoir chercher à l’extérieur comme tant de gens qui se perdent à vouloir que quelqu’un les prenne en charge, moi j’ai qu’à vous lire car c’est vous la lanterne, le passeur…. merci infiniment et j’espère pouvoir un jour vous le dire multidimensionelement ce merci

    • Eric D dit :

      Bonjour Agathe,

      je me permets de réagir à ton commentaire.

      « pourtant si étrangement complexe pour mon petit mental restreint!! »: en sachant que les mots sont de puissants créateurs, cette vision des choses risque de continuer à te restreindre. Or, nous sommes illimités en tout ;-).

      « j’apprends tous les jours et tous les jours me semble être un autre recommencement… « : effectivement, quand nous croyons avoir appris certaines choses, il nous apparaît qu’il faut encore creuser pour avancer… quand au nouveau jour, ben oui, chaque jour est le premier du reste de ta vie :-).

      « je pense que mon incarnation est si difficile parfois que je viens quand même m’agglutiner à la matière pour ne pas rester suspendu entre l’ici et l’ailleurs si j’ose dire. »: je pense donc je suis… attention aux mots…
      Par ailleurs, vouloir ou décider de sortir des schémas n’est pas toujours chose aisée, selon le parcours, l’état de guérison des blessures (ce pourquoi nous sommes ici et maintenant) mais être conscient que rien n’est mal fait constitue le meilleur outil pour cultiver et se faire épanouir la petite graine de la Confiance.

      Sois Confiante en tes capacités illimitées et n’y mets aucun vocable réducteur. Demande l’Abondance Illimitée et crois-y, tu verras, tu t’impressionneras :-).

      N’oublies pas, tout est parfait. Si tu te rends compte que le chemin est plus long que ca que tu imaginais, poses toi, et vois ce que ce chemin t’apporte… Tu seras agréablement surprise.

      Fraternellement

      Eric

  35. marie christine dit :

    Quelle obsession, Pierrot éro !

  36. Marlène dit :

    Merci Stéphanie..

    J’ai prévu de faire des constellations; Je cherche des personnes compétentes dans ce domaine;

    • acacia dit :

      Marlène
      Pour la compétence ce ne sera pas moi, puisque je ne sais même pas ce que veut dire « faire des constellations ». ? .

      • Thau dit :

        ça veut dire savoir mettre des commentaires au bon endroit…

        • acacia dit :

          Ah ! Une réponse à ma question ! Merci Thau 🙂

          • Marie-Anne dit :

            Oui, Acacia; « faire des constellations » veut effectivement dire « savoir mettre des commentaires au bon endroit », ce qui pourrait former un parallèle intéressant quoiqu’inédit avec les
            « constellations familiales » qui, elles, sont une sorte de thérapie familiale qui consiste à mettre à jour l’inconscient familial et ses refoulés ( notamment par des jeux de rôles – donc, bien entendu, des commentaires mis au bon endroit! 🙂 ).
            Cela permettrait de résoudre des conflits familiaux non résolus que l’on se refilerait inconsciemment de génération en génération et qui bien sûr nous alourdiraient , jusqu’au moment où, mis en lumière et pacifiés, ils se résoudraient et nous libèreraient de leur emprise.
            Apparemment, c’est une méthode qui donne de bons résultats.

  37. Bravo, clap! clap!
    J’aime beaucoup ce que vous écrivez,
    ainsi que votre région que je reverrai bientôt.
    Je mets ce site en lien sur mon blog, pour faire joli,
    j’aime les différentes façons de dire les mêmes choses.
    Bonne continuation à tous.

  38. pierrot dit :

    @ Graffitique, il manque des graffitis pour illustrer 🙂

  39. pierrot dit :

    @Acacia, subtile et puissant cela me fait penser aux jeux érotiques avec la puissance des valeurs masculines et la subitilité des valeurs masculines. Et je prends soin de ne pas identifier valeur féminine à la femme et valeur masculine à l’homme.
    Et que dire de l’auto érotisation ?

    • acacia dit :

      Pierrot
      Alors toi, c’est sûr, t’es un garçon ! Avec ta « subtilité des valeurs masculines »… oui oui tu l’as écrit – lapsus identificatoire 🙂 ?

  40. acacia dit :

    Sortir du programme, la voilà la solution !
    En fait, Passeur, il ne s’agit que de ça depuis le début de ton site, n’est-ce pas ?… Mais en te lisant aujourd’hui ça me saute au cœur plus que ça ne l’avait fait jusqu’ici !
    Si j’ai bien compris, la voie alternative dont parlent Sand et Jenaël passe par ce même nettoyage intérieur auquel tu nous convies régulièrement. C’est ça ?
    Nettoyage intérieur qui consiste à porter un regard neuf sur les multi-aspects qui composent notre égo et le monde que nous percevons. Un regard d’amour et non de rejet.
    Une voie qui donnerait suprématie à la matérialité serait une voie de plomb.
    Une voie qui prétendrait à la seule spiritualité serait une voie de courants d’air.
    Une voie qui allierait ces deux aspects fondamentaux serait une voie de liberté. Dense et légère. Subtile et puissante. Alliance d’aspects qui forment ce fameux Tout, cet incroyable équilibre d’énergies en mouvement…
    Ça me va impeccablement !
    D’autant qu’à force d’aller à la rencontre de tous les gardiens postés aux quatre coins de moi j’acquiers petit à petit une liberté neuve et bienvenue !
    Merci pour ce texte, Passeur, merci à Sand et Jenaël, et merci à tous les commentateurs pour leurs partages, ça encourage formidablement à poursuivre le chemin !
    ♥♥♥

  41. Path dit :

    Il y a un très beau film à voir sur les blessures de l’âme.
    JIMMY P.(Psychothérapie d’un indien des plaines),d’après le livre de Georges Devereux.
    C’est magnifique.
    Bien à vous tous,frères et soeurs de Lumière.

  42. Guibé Marie-Noëlle dit :

    Merci infiniment pour ces messages que je lis attentivement depuis plusieurs années. Ce sont des lampions, des luminaires, des étoiles sur mon chemin de vie.
    Merci infiniment de prendre ce temps pour nous.
    Merci infiniment pour cette dimension spirituelle qui est la dimension de chacun, conscient ou non, dimension qui apporte le vrai « bonne heure » au fond de son cœur.
    Belle année 2014, année 7, année de spiritualité.
    Bien à vous et ceux qui vous entourent.
    Bises ‘chat l’heureuse’ et lumineuses
    Marie-Noëlle

  43. pierrot dit :

    @ Marie-Christine,
    peut-être qu’au lieu de porter des lu-nettes il faudrait porter des voir-nettes, ne pas confondre avec les vuarnet. Pour se rendre compte que par le fait de porter nous jouons encore dans une histoire et nous nous éloignons de notre essence.
    @ Jonas, je me demande si la matière est solide parce que nous y croyons ou nous y croyons parce que la matière est solide?
    Si la matière est solide parce que nous y croyons, nous perdons toutes nos références car comment se situer dans un décor fluide ?
    Ce qui implique de ressentir un grand vide, nos certitudes croyances n’étant plus fiables.
    Mais le vide est aussi plein il me semble alors cette grande peur qui nous maintient dans l’attachemnt de nos repères est peut-être libératrice pour qui sait la regarder avec les yeux du coeur non ?

  44. graffitique dit :

    J’aime baucoup cette conversation entre Frank Hatem et Alain Facelina :
    Une belle image, somptueuse.
    L’univers est un jeu. Mais y a-t-il un joueur ?
    http://lapressegalactique.net/2013/06/07/lunivers-est-un-jeu-mais-y-a-t-il-un-joueur/

  45. marie christine dit :

    Formidable, Cécile ! Et par la même occasion, tu jettes tes lunettes au feu . Tu n’en as plus besoin (enfin, si tu en as …) .
    Je t’accompagne volontiers dans cette nouvelle découverte .
    Bises .

  46. Cécile dit :

    Eh bien, voilà un texte qui devrait être remboursé par la Sécurité sociale.
    Comme nombre d’entre nous ici, je savais que nous créons notre réalité à partir de ce que nous émettons, mais jamais je n’en avais pris la mesure avec une telle acuité. Je vois ce matin le monde avec un œil neuf, émerveillé, enthousiaste.
    Effectivement, tout est là, sous mes yeux. L’Univers conspire à me montrer ce qui en moi appelle guérison, accueil inconditionnel, libération. Je croyais le savoir mais j’avais tant de mal à le voir vraiment, à chaque instant, en toute chose !
    C’est peut-être ce qui est dit dans les Ecritures : « Ils ont des yeux mais ne voient point »… Merci Passeur ! Je file relire le texte de Sand et Jenaël avec mes yeux tout neufs.

  47. calvez dominique dit :

    Bonjour à tous ,

    Le ho’oponopono me semble un outil judicieux pour libérer les mémoires,programmes.
    J’ai des accouphènes dans l’oreille droite depuis 16 ans; et, en pratiquant cette « technique » depuis 3 ou 4 jours, cela a grandement diminué alors qu’il m’avait été affirmé par le corps médical que c’était impossible à soigner meme la sophrologie n’avait eu aucun effet…..

  48. marie christine dit :

    Grand merci, cher Graffi pour cette video de Darpan qui apportent les réponses à des questions que beaucoup d’entre nous se posent .
    Je t’embrasse .

  49. graffitique dit :

    Se libérer des jugements : une vision non-duelle de la Communication Non-Violente
    http://www.youtube.com/watch?v=SuQ3Zve_cG4

  50. mesnet dit :

    « Nous y sommes vraiment ».
    Oui.
    Ni plus, ni moins.
    Gratitude.

  51. graffitique dit :

    Oui, Soleil Bleu : tu as les mots 🙂 c’est manifeste. 🙂
    S’il nous semble parfois un peu difficile de traduire ce qui est justement en émergence, c’est sans doute le signe qu’on peut en témoigner après avoir intégré cette émergence, avec un peu de recul.

    • Soleil Bleu dit :

      D’avoir les mots est une chose graffitique, parvenir à les mettre en musique pour traduire exactement la vibration symphonique qui est la mienne reste un exercice rigoureux extrêmement long et délicat pour moi. Merci les smileys 🙂

  52. Catherine dit :

    Bonsoir MPaule

    j’ai simplement appris et je continue d’apprendre en le vivant qu’en étant au plus près de mes ressentis, je peux accueillir ce qui se passe en moi ( toutes sortes d’émotions)et répondre par ma présence aimante et non jugeante au lieu de réagir à une situation. Je peux ainsi comprendre que l’autre est simplement le miroir de ce que je n’ai pas accepté et comprendre aussi que je seule responsable de ce que je vis!
    M Brown a écrit un livre où il présente cette démarche de façon fort clair  » le processus de la présence »

    pensées lumineuses

  53. Mélanie dit :

    Oui Dan, il y a eu un, et même des, changements en moi : beaucoup plus zen, tranquille, dans l’acceptation de ce qui est même quand ce qui est n’est pas agréable, et depuis juillet, la manifestation dans la matière de cette tranquillité intérieure (plus de tout : clients, propositions passionnantes amis, rencontres, joie, facilité, argent), et alors depuis décembre, en plus de tout ça, des compliments à la pelle dont certains m’ont émus aux larmes, parce que maintenant je peux pleurer 🙂 Oui, des changements.
    Je faisais en fait allusion à la partie du texte qui évoque le futur de l’humanité, des bouleversements météorologiques et nucléaires, et que nous allons être témoins du réveil brutal de l’humanité. Ah ? Ca me laisse un peu perplexe, j’avoue… Et je ne comprends décidément rien à ce qu’ils nomment « idéologie new-age », mais ça ne doit pas me concerner…

  54. graffitique dit :

    Merci pour cette belle contribution François, très éclairante comme le texte du Passeur.
    Je propose de voir ou revoir, illustrant ce que tu dis, cette petite piqûre de rappel avec Darpan.
    DARPAN – L’ouverture à soi (extrait) – http://www.youtube.com/watch?v=SvDxBcEKSDc

    • François dit :

      Merci Graf , je visionnerai cette vidéo (que je ne connais pas , ni l’auteur d’ailleurs) le prochain we dès que j’en aurai le temps 🙂

      Coucou Eve-Lyne 🙂

  55. Eric dit :

    Bonjour Marlène,

    de par mon expérience, j’ai aussi pensé que certaines blessures identifiées, acceptées et pardonnées me permettaient de continuer. Cependant, tout comme toi, les expériences recommençaient encore et encore jusqu’à ce que je découvre que ces blessures n’avaient pas été creusées assez profondément…

    Cela ne veut pas dire que ce qui est acquis est perdu mais simplement qu’il faut aller un peu plus loin, et parfois encore un peu plus loin.

    Je ne permets pas de dire que c’est ton cas mais peut-être est ce une piste.

    Fraternellement

    Eric

    • Margelle dit :

      Bonjour Eric, je peux témoigner que ce que tu perçois correspond également à mon expérience. Il y a souvent plus profond à creuser. En s’appuyant sur ce qui a déjà été exploré et reconnu nous pouvons aller plus loin… Nos strates sont plus profondes que ce que nous pensons et elles ne sont pas toujours faciles à discerner !! c’est là qu’un bon miroir est utile… ainsi que l’acceptation de ce miroir également !! Ne pas réfuter ce qui est désagréable… sortir du jugement… accepter… accepter… il semble qu’on peut aller toujours plus profondément dans notre écoute…

  56. Soleil Bleu dit :

    Ce texte a trouvé les mots justes pour exprimer au plus prés La réalité intérieure que je vis et Accepte d’Être (œuvre encore inaccomplie mais en avancement de chantier permanent) dans les milles et une situations quotidiennes que je traverse et qui la traduisent.

    Cesser de « penser » ses actes en anticipation d’un résultat issu d’une croyance, ou en réparation de ceux jugés comme « mal », pour l’expérience que j’en ai faite et les résultats (changements structurels profonds) peu probants que j’en ai eu, l’effort à fournir est ailleurs :
    Se laisser la place, l’espace, le temps pour Être présent à soi, attentif à soi, ouvert à soi, accueillant pour soi, bienveillant envers soi, en Acceptation de soi, en re-connaissance re-co-naissance reconnaissance de soi. Voilà le Grand Pardon qui agit seul à transformer graduellement mais de manière de plus en plus visible mon marécage abrasif et destructeur psycho/mentalo/égotico/ humain.

    Être et seulement ÊTRE l’Acceptation totale de le/se Voir, sans velléité de le/se juger ou le transformer, écouter ensuite ou simultanément quelle note émet mon nouveau taux vibratoire et sentir son air rafraîchi et plus doux. Lorsque l’abandon et la mise sous silence du jugement de l’égo sont réels, le résultat est vraiment spectaculaire, sur le fond comme sur la forme.

    Ce vrai (et difficile) lâcher-prise libère de manière salvatrice la crainte (le plus souvent inconsciente) d’un quelconque jugement/châtiment (physique, moral, de Soi, de Dieu..), il autorise enfin explicitement d’aller à la découverte de chaque composante de sa vibration personnelle, permet d’en remélanger les couleurs, les sons, les arômes, bref ! Nous sort de la soumission à un ordre établi pétri de souffrances en tout genre, pour entrer de plein pied dans l’acte créatif, conscient de lui-même et des changements positifs qu’il augure et instaure invariablement pour soi et les autres.

    Merci infiniment Passeur d’avoir été le traducteur/miroir de Tout ce qui Est là et se Vit au fond de moi mais que je n’ai ni la facilité ni l’aisance à mettre en mots. Tu l’as et tu l’as fait ! Je t’en suis profondément reconnaissante.
    In lakesh

  57. Fafa dit :

    Merci Passeur,
    car la lecture de ce texte me plonge au plus profond de ma paix intérieure 🙂

  58. marie christine dit :

    Merci Passeur pour ces explications supplémentaires .
    La simplicité est au bout du chemin . C’est une certitude . Et peut-être plus tôt que prévu !
    Je l’espère pour tout le monde . Chacun possède le secret pour lui-même, personne d’autre que lui . Nous sommes notre propre trésor .

  59. marie christine dit :

    Fred, j’ai cliqué sur ton site et j’ai découvert ces messages magnifiques des Solaires et autres . Merci à toi .
    Il est vrai que certains mediums sont très nocifs, même s’ils sont de bonne foi . Ils sont les premiers leurrés par l’entité qu’ils captent . Hitler était un homme ordinaire mais excellent medium . Il se retirait seul dans une pièce pendant des heures (témoignages de ses proches) et voyait apparaître un être magnifique et lumineux qui n’était qu’une entité de l’astral qui s’amusait à lui faire faire tout ce qu’il voulait . Il avait une grande force de conviction parce qu’il croyait vraiment qu’il avait à faire à un Etre divin . On connaît les dégâts qu’il a fait autour de lui et beaucoup plus loin !

  60. Marie-Anne dit :

    Merci, Passeur

  61. Margelle dit :

    « Dans une première étape, par l’acceptation TOTALE et SANS CONDITION du miroir. Ne jamais perdre de vue qu’il ne nous envoie QUE ce que nous vibrons, même si cela n’est pas visible dans l’instant par les yeux de l’égo que nous avons investi et que celui-ci hurle à l’injustice. Ne pas oublier que dans le cas où le miroir nous décoche des flèches, brandir armes et bouclier amplifie la vibration, tant du côté de l’émetteur que du récepteur, puisque face à notre image nous ne sommes qu’UN qui jouons un rôle avec nous-mêmes dans le but de libérer quelque chose (tendre l’autre joue). »
    Oui ??? je suis en adéquation et pas… les deux… comment trier ? Voilà comment je le reçois et le ressens…. Nous ne sommes qu’UN, oui, MAIS, comment parler ou répondre à quelqu’un qui ne semble pas de toute bonne foi ? même si nous savons que nous le sommes pas non plus… mais qui nous interpelle, nous envoie une leçon de vie ? à nous qui ne la demandons pas… du moins consciemment… J’ai un peu de mal avec cela… Bien sûr je reconnais que je ne suis pas toujours de bonne fois… mais est-ce que cela m’empêche de répondre à un autre que je VOIS, j’ENTENDS, vraiment de mauvaise foi, de mauvais entendement… Je pense que je peux le signaler, tout en sachant que de mon côté je peux également être remise en cause. Il me semble que c’est une bonne façon d’avancer…. Est-ce que le critère ne serait pas de l’émotion qui nous anime ? Si on répond sans émotion, c’est bon, sinon c’est mal ??? (on change les termes de bon et mal en ceux qui conviennent mieux…)…. Pour l’instant c’est vraiment ma pierre d’achoppement. Faut-il tout laisser dire -surtout quand cela s’adresse à nous, personnellement) ou juste réajuster les paroles en fonction de son propre vécu, tout en entendant ce qui a été dit, et à le prendre en compte ???? (j’essaie d’être claire)…
    (((Dernier mot de ce matin de mon « compagnon »: je remercie Dieu d’avoir mis quelqu’un d’indécrottable à mes côtés !!!!! )))) Merci à lui !!! 🙂

  62. Stéphanie dit :

    Bonjour Marlène,

    A mon humble avis et selon mon expérience personnelle, il est essentiel de se décharger de ces fardeaux générationnels que nous portons tous et dont nous ne sommes même pas conscients, mais qui conditionnent lourdement notre vie.

    Il y a des thérapies très efficaces à l’heure actuelle. Celle que j’ai rencontré sur mon chemin sont « les constellations familiales » crées par Bert Hellinger. Cette méthode permet la guérison des traumatismes et le déconditionnement de ces fardeaux. Cela a changé ma vie profondément, tous mes proches pensent que je ne suis plus la même depuis, certains ne me comprennent plus. Je vis ce travail accompli comme une profonde libération des conditionnements de la 3D.

    De tout cœur avec toi.

  63. Nath dit :

    Namaste à tous,
    Merci à Le passeur,Sand et Jenael pour ce merveilleux échange et enseignement qui m’aide à trouver mes clés .L’acceptation de soi avec ses ombres et sa lumière est primordial pour s’aimer.On ne peut aimer les autres sans s’aimer soi même .Rechercher la neutralité est pour moi le moment arrivé,et ces messagesm’aide à dégager quelques ronces se trouvant sur mon chemin.J’ai maintenant compris grâce a vous ce qui m’empêchait d’avancer.Je terminerai ce’ petit mot avec la citation qui me guide: »Fait aux autres ce que tu aimerais que l’on te fasse ».
    Bonne route à vous tous

    us tous

  64. Eve Lyne dit :

    J’acquiesce, François !
    Tout est dit . MERCI 🙂

  65. Zane dit :

    Merci pour ce texte , il apporte beaucoup de réponses
    Depuis toujours je ressens la souffrance chez les autres et comprends assez facilement les comportements des humains et des animaux.
    Le côté superficiel de la vie commençait à me nuire très sérieusement
    Ton texte m’aide à comprendre que je dois me poser les bonnes questions et utiliser
    ma sensibilité à bon escient
    Je suis encore trop dans le jugement

    Bon dimanche

  66. François dit :

    Salut Passeur et un grand merci pour ton intervention.

    « sans cesse nous créons entièrement toutes les expériences et le contexte de notre vie. »

    Oui, et tout est parfait dans ce monde puisque nous bénéficions de cet ‘amour-inconditionnel-libre-arbitre’ qui nous permets de choisir et ainsi de créer ce que l’on veut vivre.
    Or s’il y a bel et bien des parts de nous qui souhaitent avancer, comprendre, s’alléger, s’ouvrir à la beauté saisissante de l’être humain, il y a également des parts en nous qui restent accrochées aux branches de la souffrance qui se manifestent souvent et effectivement, par le déni, les jugements , auto-jugements ou toutes autres formes de sabotage. La souffrance a encore de beaux jours devant elle….

    Je pense qu’il y a autant de possibilités ‘d’éveil’ qu’il y a d’êtres humains. Celle qui souhaite vivre l’expérience de manger liquide a raison, celui qui vibre dans la nature tout autant, tout comme celle qui fume des pétards ou celui qui vit dans l’abstinence de tout plaisir ou encore de se découvrir à travers le tarot, le sport, le travail ou le sexe. Tous les chemins mènent à Rome et le choix de l’un n’est pas plus ni moins louable que le choix d’une autre. C’est le Sien simplement ! C’est un choix personnel et il n’est à remettre en cause que et uniquement par la personne qui vit cette expérience et ce quelle qu’elle soit. Il n’y a pas à sortir de la dualité, il y a juste à la découvrir car elle ne fait que de mettre en lumière qui nous sommes et de constater si cela nous convient (plaisir de vivre) ou non (mal-être). Entrer pleinement dans cet espace duel en nous c’est enfin accepter que nous soyons – encore – jaloux, colérique, morbide, carnivore ou que sais-je d’autre et par conséquence (paradoxale) découvrir aussi notre beauté. Aller en soi , oser se découvrir imparfait et s’aimer inconditionnellement avec ce que l’on est, est il me semble, une démarche libératrice car si nous sommes tout enclin à pardonner aux autres certaines de leur ‘imperfections’, nous sommes encore souvent bien plus sévère, critique avec nous-même.

    Je viens de passer plusieurs semaines sur la colère suite à une agression vécue enfant et le moins facile aura été d’accepter que je n’ai jamais été une victime mais que mon Soi a généré cette expérience afin que je puisse aujourd’hui transformer celle de toutes mes vies passées. C’est, en effet, en travaillant sur la colère de cette vie que c’est ouvert la porte qui me permet d’aller à la rencontre de toutes celles accumulées au fil du temps de mes passages en tant qu’humain. Cette expérience d’enfance aurait donc été une opportunité pour grandir aujourd’hui ?!!!?…. haaa…. merde alors ! Moi qui avait là une magnifique occasion (que j’ai exploité d’ailleurs) de me plaindre et donc de rester en stagnation. Oui ce n’est pas si simple que de prendre sa pleine responsabilité, alors que nous ne connaissons que si peu les règles du Jeu de la vie humaine. Mais c’est ainsi que les règles de ce Jeu sont, alors autant les accepter et jouer à être sans s’identifier à l’ensemble. Les miroirs du quotidien nous élèvent ou nous enterrent selon ce que l’on veut vivre dans cette expérience qui se présente. Ils sont toujours révélateurs , à nous d’en comprendre le sens.

    Oui tout est juste et parfait car nous jouirons ou souffrirons selon notre choix et quelle meilleure preuve d’Amour que celle-ci ?!
    Et puisqu’il est de tradition de formuler des vœux en ce début d’année, je ne souhaiterai à personne de faire les « bons choix » , mais juste d’en faire et de les aimer même s’ils doivent changer souvent.

    Merci.

  67. Katerina dit :

    Voilà des années , sinon des dizaines d années que je ne comprends pas l histoire de l autre joue que l on tend .
    Et c est une énigme qui m a rendue tellement perplexe , abandonnant d ailleurs l idée meme de trouver .
    Par ce texte , je sens que des choses se sont révélées à moi , un pas après l autre …
    L article de Sand et Jenael ainsi que le votre sont d une grande richesse .
    Dans ma vie , les choses se mettent en place doucement mais surement , parce que chaque geste , chaque parole , chaque situation , chaque pensée me sont présentées afin que tout soit porté à ma conscience .
    C est un bonheur qui s installe et qui de jour en jour prend plus de place .
    Merci à vous Passeur et tous ceux qui oeuvrent pour cette grande libération .
    Amitiés
    Catherine

  68. Jonas 27 dit :

    Ce que j,ai aimer (lumière)et ce que ,je n ai pas aimé(ombre). Je serai transparent ai risque de ne pas être parfait. Premièrement, j aime les couleurs de cette article, oui car juste avec les couleur et les images ,on peut sentir s il y a(anguilles sous roches).Les couleurs étaient douce(sincérité) et l image (clef -cadenas),Gracias ! !!.
    Le titre (très invitation), bref, beau travail de présentation (extérieur).
    Intérieurement, c est le reflet(de ton trajet) avec le lieu ou tu te trouve et c est un beau trajet(avec sa limite).
    Pour moibl acceptation n a pas la même couleur que toi.Elle est éternel et ne cherche pas de porte de sortie et pour aller ou ,puisqu ici (sur ma ligne temporelle), c est l acceptation du (tout),dans les hauts et les bas de cette aventure que j ai moi même construit de toute pièce.Aujourdhui je ne subit pas cette ,je vis et je ne survie plus. Je comprend ce que dois faire(la transcendance), je sens (le tout) me siffler les réponses, parfois avant même que l événement arrive car,j ai dédier ma vie a cette cause(la fusion) et non la libération
    Sur cette ligne ,tout existe ,même le voyage dans le temps.Il y a tellement de bon point que tu as dis ,c est cette fin(orientation) qui as prit de la place .C est un très beau texte sincère (transparent) et pour cela merci!!!
    Tu n es pas parfait comme ,je ne le suis pas.
    J aurais aimé retranscrire le bout ,ou tu parles de l ego en son rôle(très humble). Ce changement de cap aidera un grand nombre de personne, tu peux être fier.
    Tu as su toucher mon coeur, ne laisse plus la peur et le doute hypnotique entrer en son sein(s.v.p)
    Respectueusement mon ami.

  69. silver dit :

    woua merci beaucoup pour ce texte il est tres clair et sera d une grande aide.

  70. Marlène dit :

    Tout à fait en résonnance avec ce texte.
    Bien que j’ai l’impression de ne pas émerger de mes difficultés personnelles qui effectivement agissent comme des répétitions malgré le fait qu’il me semble avoir mis en lumière pas mal de choses.
    Oui par moments je hurle de souffrance, de frustration, de découragement car j’ai réellement le sentiment d’avoir choisi le chemin de l’authenticité et qu’après des années de cheminement l’apaisement n’est pas forcément présent;
    Perdue dans l’incompréhension de tel ou tel schéma qui se répète. Depuis quelques années j’en suis aussi venue à me dire qu’il fallait peut-être arrêter de chercher la cause en acceptant simplement ce qui est; En même temps si la souffrance persiste et que celle ci handicape le quotidien et la relation aux autres, que faire?
    Bref, ce n’est peut-être pas l’endroit pour laisser un commentaire personnel comme celui ci mais c’est simplement pour montrer aussi que l’impuissance à agir face à une difficulté qui se répète existe et que j’ai beau comprendre et tenir ce même discours sur la responsabilité face à ce qui est, j’ai l’impression que cela manque de cohérence avec mon vécu.
    Enfin peut-être que cela fera sens un jour; En attendant faut tenir le coup!
    Une question quand-même: Que pensez vous du « poids des générations » et du fait que l’on peut porter des fardeaux qui ne nous appartiennent pas?

    Merci..

    Marlène.

  71. C’est parfait.
    Quoi dire d’autre quand c’est Parfait !
    Un sincère et Grand merci Passeur pour ce texte hors norme et tout à fait accessible à tous, pour tous.
    C’est un grand jour que celui où a vu naître ce texte.
    Souhaitons ardemment que ce grand jour ne s’arrête pas 24 heures plus tard tel un anniversaire mais qu’il soit vraiment le tout premier jour d’une période illimitée, d’une période sans fin.

    (Un 11 des tours se sont écroulées ; Aujourd’hui c’est également un 11 : serait-ce le début de l’effondrement de la matrice ? (C’est une blague))

    Pourtant ce sont des choses que l’on sait, des enseignements nous les ont déjà indiquées, et nous en avons d’ailleurs fait l’expérience dans le passé.
    Exemple, je pense telle chose, et zoup en descendant dans la rue exactement la même chose arrive : elle s’est concrètement manifestée.
    Autre exemple : achetant des paquets de cigarettes le buraliste se trompe en sa défaveur me rendant en monnaie le montant auquel je pensai, que je pensai sans doute un peu trop fort. Bien évidemment je lui restituai le trop perçu.
    Je pense que ces exemples datent de 1996, époque où je lisais les enseignements d’Anne Givaudan entre autre. Quant à la Prophétie des Andes « Celestine Prophecy » je ne me rappelle plus si je la lus avant ou après.

    J’aime Passeur votre emploie du mot « virus ». En effet, quelqu’une de proche réfléchit épisodiquement à un autre sens à peut-être donner aux virus et aux bactéries, à savoir, surtout pour les virus : et s’ils étaient plutôt porteurs de messages bénéfiques, à l’inverse donc de ce qui est communément admis jusqu’à aujourd’hui. Pour les bactéries la question est moins délicate puisqu’on sait que beaucoup d’entre elles sont bénéfiques, mais pour les virus : voilà une excellente question, voie de recherche.

    L’article précédent, de Sand et Jenaël, est excellent et c’est peu dire. Tellement excellent qu’il amène à ce qui est voulu et à ce qui est souhaitable : une certaine réflexion. Et justement des questions ou compléments d’informations ont commencés à jaillir tant pour les autres lecteurs et lectrices qu’en ce qui me concerne. C’est donc impeccable Passeur que vous ayez pu apporter des éclaircissements et des compléments par votre texte à celui de Sand et Jenaël, textes qui ensembles forment un joyau inestimable.

    Merci

    Frèd

  72. pierrot dit :

    A pierrot,
    Voici un exemple d’implication que je parlais plus bas.
    Donc des solutions locales pour guérir le désordre globale.
    Et que chacun pose son petit geste et le monde ne se portera que mieux.

  73. guigui dit :

    Très bon article, on peut sentir la sincérité du chemin.
    Beau partage 🙂

  74. jmfa dit :

    « Cela sans penser un seul instant que cette idéologie est contre nature, puisque je vous rappelle que dans l’univers quantique, « l’obscurité » et « la lumière », les deux polarités de la dualité reçoivent exactement la même dose d’énergie de la part de la Source. Cela sous-entend que les deux polarités ne sont pas en opposition mais sont complémentaires pour permettre l’Évolution. »

    sur le billet précédent http://www.urantia-gaia.info/2014/01/09/lhomme-lange-ou-la-bete/

    ceci est pour moi faux => l’obscurité (et quelle obscurité!!) reçoit bien plus d’énergie, la planète vibrant presque entièrement sur l’énergie « obscurité » que j’ai traduit de façon schématique par « mal » qui, il est vrai, est un qualificatif. L’obscurité n’étant pas le simple signe – de l’électron en mécanique quantique …

    • Le Passeur dit :

      C’est bien ce que je disais, ni moi ni personne n’a parlé de bien et de mal. Assimiler ce concept moral aux notions d’ombre et de lumière est une projection de votre part. Pour le reste, vous ne semblez pas avoir compris ce qui a été dit dans les deux articles concernant l’équilibre des forces dans un monde duel.

  75. jmfa dit :

    Bonjour … hmmm, le bien et le mal que la source arrose en quantité équitable? Je vais peut-être vous choquer, mais cela me semble mensonger, voir manipulateur
    Je dirais que cette planète est arrosée à 90% de sombre (et vraiment très très sombre, rien à voir avec le « petit méfait » que l’on aurait fait dans sa vie et que ce « sombre » serait là pour nous le rappeler afin d’y faire face…) et seulement à 10% de lumineux.
    Peut-être est-ce vous qui êtes dans l’erreur la plus complète?
    Méfiez-vous des faux prophètes, ils seront nombreux … (je ne suis pas du tout religieux car ces écrits proviennent de l’aspect le plus occulte, mais comme il est emprunté sur ce site ici ou là des passages des écrits, c’est de bonne guerre 😉

    • Le Passeur dit :

      Ai-je parlé quelque part de bien et de mal ? J’en doute…

      • Philippe dit :

        En nous le bien et le mal ?
        Il y a ce qui est joyeux et il y a ce qui souffre.
        Il y a ce qui a été reconnu et accepté, et ce qui ne l’a pas été.
        Dans l’expérience tout est nourri a égalité par la Source.
        Ce qui n’a pas été reconnu se recroqueville dans l’ombre, soumis par la dualité ; ne sait pas que l’Univers l’attend les bras ouverts, sans jugement, comme le père attend le fils prodigue.
        Jusqu’à ce que le coeur offre à la mémoire Une la transparence de son total vécu.

        Merci et bonne continuation Passeur …

        Philippe

  76. Dan dit :

    Mélanie, y a t’il eu un changement EN toi?

  77. MPaule dit :

    Bonsoir Catherine,
    En gros tu as appris quoi avec M.Brown?
    Lumineuses pensées

  78. Catherine dit :

    Bonjour

    Merci pour ce texte. La voie intérieure est une voie bien étroite mais qui apporte quelque souffle de liberté.
    Je confirme ce vécu pas à pas, je suis sur ce sacré chemin observant les miroirs que la vie met devant moi; j’ai compris le sens du miroir après maint épuisement à ne pas vouloir comprendre.
    Un jour, m’a été donné de rencontrer les écrits de Michael Brown . J’ai pris mon courage à deux mains et Je ne regrette rien! Tout est devant moi, je respire, j’accueille et je libère …

  79. graffitique dit :

    J’aime beaucoup la précision de cet écrit, précieux et exactement juste. Merci 🙂
    Merci aussi pour tous les commentaires, exercice peu aisé si l’on considère le cadre assez formel, donc limité, de l’interface web. Ce qui finalement illustre bien les propos tenus ici et plus largement, tout ce qu’on y trouve en filigrane, dans les intervalles et les silences, les formes et contre-formes.
    Magnifique.

  80. pierrot dit :

    ‘le grand cirque new age’, on peut aussi dire le cirque de la lutte humaine ou la blague cosmique, dépendamment de notre niveau de non attachement à ce qui arrive.
    Mais attention peut-être à ne pas tomber de l’autre côté qui consisterait à procrastiner et a ne plus s’impliquer ?
    Donc c’est pour cela que l’article parle de sagesse individuelle en premier et ensuite on peut se regrouper et la partager à d’autres je présume.
    A défaut de quoi nos attentes risquent d’être utiliser par le premier Egrégore New Age qui se présentera dont sa fonction sera de combler notre manque.
    Combien d’entre nous suite à un séminaire de développement personnel ont pris la responsabilité de leur vie ?

  81. Li dit :

    Passeur F,
    Chose rare, chez moi ces derniers temps, tes paroles m’ont émues, surtout cette phrase:
    « Être dans la posture de l’observateur attentif et dans l’acceptation de ce que toute chose nous renvoie de nous-même, nous permet de découvrir les reflets de notre inconscient et de souligner nos attitudes déjà perçues mais ignorées. Il nous conduit peu à peu à un état émotionnellement neutre du point de vue de l’égo.  »
    Par cette phrase tu réponds à une de mes questions et je t’en remecie.
    Pour ce qui est des « attitudes déjà percues » elles ne sont pas toujours ignorées chez moi mais j’ai quelquefois, malgrè les efforts, des difficultés à les intégrer définitivement.
    « Sœurellement ».
    Lisa

  82. Dan dit :

    Merci Passeur pour ce texte. Il est difficile d’expliquer à une personne qui ne l’a pas expérimenté un état, une chose vécue. Un peu comme lorsqu’on décrit une couleur à quelqu’un, il n’est pas évident qu’il « voit » la même couleur, la même teinte. Mais le partage en compréhension est agréable.

  83. Mélanie dit :

    Bonjour Passeur,
    Merci pour votre texte, mais ça me parait tellement évident depuis quelques années… et quiconque s’est un jour intéressé aux spiritualités réelles y trouve la même jeu. La lila en sanscrit, c’est le jeu divin, et ça a quelques millénaires d’existence…

    La question qui me vient à la lecture du texte de Sand et Jenaël, c’est : si le bien et le mal n’existent pas, (et je suis ok avec ça, c’est une expérience que nous vivons, et qui, agréable ou violente, nous apprend quelque chose de nous ), si donc le bien et le mal n’existent pas, pourquoi suivre les lois de l’Univers plutôt que ne pas les suivre ? Pourquoi choisir de sortir du jeu video plutôt que d’y rester ? Au fond, c’est indifférent non ? Bien que pour ma part je trouve ça beaucoup plus confortable d’en sortir de plus en plus.

    Ma 2ème interrogation est : que disent les communautés new-age auxquelles vous et Sand et Jenaël faites allusion ? Je n’ai pas l’impression que des gens aujourd’hui parlent d’un monde nouveau où tout n’est qu’amour et harmonie. Du coup je ne comprends pas ce développement, mais pas très grave.

    Enfin, une chose me dérange dans les réponses de l’ange : 2014 sera l’année du changement. Or, 2012 et 2013 aussi devaient être l’année du changement. Et pour le moment, en dehors du changement d’énergie, qui n’est pas négligeable, pas grand chose de nouveau sous le soleil…

    Bien à vous tous,
    Mélanie

    • Nebul dit :

      Hello, je me permets de donner mon avis sur votre première interrogation.

      La question qui me vient à la lecture du texte de Sand et Jenaël, c’est : si le bien et le mal n’existent pas, (et je suis ok avec ça, c’est une expérience que nous vivons, et qui, agréable ou violente, nous apprend quelque chose de nous ), si donc le bien et le mal n’existent pas, pourquoi suivre les lois de l’Univers plutôt que ne pas les suivre ? Pourquoi choisir de sortir du jeu video plutôt que d’y rester ? Au fond, c’est indifférent non ? Bien que pour ma part je trouve ça beaucoup plus confortable d’en sortir de plus en plus.

      On a le choix certes, mais nous faisons partie d’une respiration de l’univers, rien n’est statique… Nous sommes inévitablement appelés à découvrir qui nous sommes véritablement. Pourquoi ? Peut-être parce que nous le savons déjà au fond de nous-même. Nous l’avons oublié mais il y a toujours un lien qui nous rappellera que nous ne sommes pas de ce « monde » (duel) et qui tôt ou tard nous amènera à quitter le jeu. Voilà ce que je peux dire avec mes mots de ce que je ressens profondément.

      • marie christine dit :

        Sous peine de faire des malentendus, il me semble important de préciser une chose .
        Le bien et le mal existent en ce sens qu’on peut commettre soit des cruautés soit des actes héroïques ou de compassion .
        Ce qui n’existe pas c’est la NOTION de bien et de mal, c’est la MORALE, la connotation morale qu’on y attache : jugements de valeur, critiques, culpabilisation, honte, comparaison, punition, auto-flagellation, orgueil, mépris, colère, rancune, vengeance …
        C’est tout cela qui n’existe pas parce que c’est FAUX, puisque sur le plan divin tout a une raison d’être, et que la cruauté, la méchanceté ne sont que les reflets de l’INCONSCIENCE, rien de plus . Et plus nous avançons en conscience, plus nous accomplissons des actes bons, beaux et vrais .
        Le « mal » est inconscience, le « bien » est conscience .
        On ne peut donc pas juger ce ou celui qui n’est pas conscient . C’est comme si on jugeait un fruit parce qu’il n’est pas encore mûr .
        Un être inconscient manque de sensibilité, il ne peut pas voir ni ressentir les conséquences de ses actes .
        Nous ne sommes pas tous au même niveau de conscience . Ceux qui sont un peu plus éveillés ont donc la responsabilité accrue de s’éveiller toujours plus afin que l’ensemble en profite, afin que d’autres, grâce à ce qui nous connecte tous, aient de plus en plus des éclairs de conscience qui leur donnent le déclic .
        Nous voulons que le monde progresse !

        • pierrot dit :

          Disons que pour faire court, plus la vibration est dense plus c’est mal et plus la vibration est légère plus c’est bien, le reste n’est que de l’interprétation à mon sens.
          Donc au lieu de poser des étiquettes il serait peut-être sensitif de se fier à la vibration que l’on émet mais cela demande sans doute un déconditionnement pour le sentir et s’y fier.

        • Katerina dit :

          Très juste Marie Christine ,
          Quand il y a jugement , je dirais que l on se prend pour Dieu .
          Cela n empeche pas d etre dans la compassion au mieux de notre évolution .
          Apprendre à avoir de bonnes pensées , on peut tous le faire non ?
          C est pour cela que c est tout à fait possible que le monde progresse .
          Amitiés
          Catherine

          • marie christine dit :

            Oui, je crois que c’est ça, Pierrot .
            Les mots « bien » et « mal » pourraient exister mais neutres de toute charge morale . On les utiliserait uniquement pour décrire une sensation vibratoire basse ou élevée .
            Katerina, « quand il y a jugement, on se prend pour Dieu » . Tellement vrai ! Mais un Dieu borgne qui ne verrait qu’un côté des choses .
            Krishnamurti (je crois) a dit : « Ce n’est pas Dieu qui a créé l’homme à son image, c’est l’homme qui a créé Dieu à son image . »

  84. doudoumax dit :

    Superbe et en synchronicité direct avec
    http://www.khubyaelea.com/2014/01/10/80-la-r%C3%A9int%C3%A9gration-de-soi-m%C3%AAme/
    En effet, je comprends l’expression » beaucoup d’appelés et peu d’élus »
    Merci pour ce texte magnifique
    Max

  85. Path dit :

    Merci et bravo.C’est clair comme de l’eau de roche.

  86. Mathieu dit :

    L’Homme porte en lui les clefs de sa propre mutation…
    Merci le passeur pour cet article qui explique bien cette réalité !

    J’aurais cependant une remarque à faire. Souvent chez les Cherchants sincères, il y a une utile critique du New Age et de ses impasses, ce à quoi j’adhère complètement. Cependant je trouve qu’il y a une tendance ce faisant à mettre de côté que de réels groupes opératifs existent aussi, dans lesquels les participants se dirigent vers leur maîtrise ; et que ces groupes, bien loin de nier les individualités et le travail à réaliser par chacun, ont une raison d’être…

Répondre à Mélanie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *