Chant araméen

Nicholas RoerichVoici un chant araméen magnifique par la voix de Pakoune dans l’oratorio de Marie de Magdala, composé par Michel Garnier. Les œuvres qui défilent sont des enluminures de Myrrha.

Je vous invite à fermer les yeux et laisser tout l’amour que porte ce chant faire son chemin au plus profond de vous.

Chant araméen – Oratorio de Marie de Magdala – Michel Garnier – Enluminures de Myrrha pour la Terre – 5mn 08′

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 08- Vidéos, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

42 Responses to Chant araméen

  1. hellot dit :

    Ces vibrations ont touché mon âme si profondément …..MERCI infiniment LE PASSEUR
    Et puis la beauté et les mélanges des couleurs sont un avant gout du PARADIS !

  2. Maryse dit :

    C’est magnifique et apaisant ; joli son pour une méditation et accompagnée d’une fréquence de guérison qui vibre en nous en l’écoutant ! 🙂
    Merci <3

    • c’est beau étant encore dans les problèmes de santé important cela fait du bien d’écouter mais triste à la fois et me pose des questions combien de temps encore ?

      • Li dit :

        Bonjour Jean,
        Combien de temps encore? Peut-être le temps de conscientiser et de guérir les blessures émotionnelles qui ont déclenché la maladie…?
        Avec tout mon amour je te souhaite de garder confiance et courage.❤️

      • Marie-Anne dit :

        Oui, c’est long , Jean!
        Peut-être parce qu´il nous faut guérir les blessures invisibles à la base de nos maladies visibles? Peut-être aussi parce qu’en même temps, nous apprenons le lâcher-prise?
        Je te souhaite de rester confiant, et t’envoie mon Amour et celui de tout ceux qui ont lu ton message, qui n’y ont pas répondu par écrit, mais qui t’ont répondu par le coeur: je suis sûre qu’ils sont nombreux! 🙂 ❤️

      • Margelle dit :

        Marie-Anne a bien vu : « beaucoup t’ont répondu par le coeur ». Parce que dire ??? Comme si nous pouvions répondre à ta question ? A part qu’il n’y a que le temps présent qui compte…. que… tiens je vais m’aider avec mon livre du moment, de Paul Ferrini… « l’amour sans conditions »… qui me parle, même si je ne sais pas s’il possède La Vérité, mais ça me parle. « Ce qui se produit dans la vie est neutre.(…). C’est toi qui décides si c’est positif ou négatif. Tout dans ton expérience peut être doté de qualités spirituelles., par le fait d’y apporter de l’amour, de l’acceptation et le pardon. Même une maladie incurable, un viol ou un meurtre peuvent être transformés par le pouvoir de l’amour. » (le tout en italique)…
        Je te livre ça… je ne sais pas si cela te parlera…. et un jour (!) je trouverai par moi-même les mots qui parlent d’eux-même !!! mais je sais que ces mots, qui en rejoignent d’autres, m’accompagnent et me replacent sur le chemin…
        Bien avec toi Jean

      • Lisaa dit :

        Bonjour Jean,
        Extrait de l’introduction du livre d’Annick de Souzenelle  » Le symbolisme du corps humain » :

        « Es-ce pour la convoquer au rendez vous du sens que je décidais d’affronter la souffrance en soignant les malades ? Un instinct sûr sans doute me guidait, car ce fut à mon tour de ne pas savoir répondre aux questions angoissées que me posaient ceux que cette souffrance taraudait dans leur corps et dans leur esprit. « Pourquoi es-ce que çà m’arrive, Madame? »…Pourquoi cet ulcère à l’estomac , ce cancer des intestins, cette explosion de la rate…Pourquoi ? Pourquoi? Je jouais maintenant le rôle d’ « ainé » ou, tout au moins de celui qui était censé savoir .
        Et je ne savais pas !
        (…)
        Une réponse de ma part aurait permis au malade de se prendre en charge, de ne pas donner au médecin le pouvoir du magicien que celui-ci aime prendre pour régner et « chosifier » plus encore le malade impuissant que déjà le mal fait régresser. Une réponse pouvait normaliser ces rapports malade/médecin, que je souhaitais humains dans le sens le plus noble du mot , et qui auraient fait du malade son propre médecin des profondeurs, médecin appelant à l’aide celui de l’immédiateté des phénomènes.
        Tout cela, que je savais alors intuitivement, j’en suis aujourd’hui absolument certaine; et ce livre est né non seulement de cette certitude, mais de ce qui l’a amenée à être. »

        Tu pourras lire la quatrième de couverture ici ou là, …ou peut-être connais tu ce bouquin ? En lisant ces lignes aujourd’hui, ton commentaire m’est revenu à l’esprit, alors voilà.
        Bien à toi.
        Lisaa

  3. lucette dit :

    tres emouvant

  4. bèatrice dit :

    très beau ; apaisants. merci

  5. agathe dit :

    Le cœur du Tout s’exprime dans ce sublime chant, les résonances de ce chant en moi me rappellent d’autres vies dans l’infini….merci pour ce partage.

  6. anamaya dit :

    merci , c’est tout simplement merveilleux , doux moment de bonheur et de paix , vous lire … écouter ces musiques me procure un bien être incommensurable.
    je lâche prise!!! oui je crois…
    je n’arrive pas à écrire comme vous tous , je suis seulement dans le cœur avec vous.merci

  7. Bonjour à chacun(e) d’entre vous et je salue d’une façon particulière Le Passeur.
    Merci à l’infini d’avoir publié cet oratorio que j’adore. Merci aussi à Brisemarine d’avoir créée de merveilleux site de partage d’amour et de Lumière.
    Que votre Jour_née soit bénie et amour en ces vibrations de l’éclipse de Pleine Lune.
    Bernard

  8. Chantal dit :

    Merci pour vos articles tous aussi intéressant les uns que les autres, et merci pour le chant des enluminures de Myrrha!

  9. Resicona dit :

    Bonjour à tout(e)s,

    J’arrive un peu tard après lecture des deux derniers articles et écoute de ce chant, intense, profond, vibrant, pas envie qu’il s’arrête d’emplir l’espace, merci.
    Deux textes en partage, « Chants » plus particulièrement à la lecture du commentaire de Lisa :

    Chants

    Calottes imprégnées de relents, d’amertume
    De douces calomnies, de silences, de plumes
    Où maintenir, abréger, le temps des souvenirs.
    De cinq ils ont fait moult pitances
    Où porter le blason détermine le sens
    Accomplit le repas de l’ultime combat
    Mille quêtes ne peuvent détrôner
    Le silence des lieux, le rire de sa nudité
    De quel enfant choisir le regard élevé
    Que ne pourrait souffrir le croissant allongé …
    N’existe, je bois, je croîs, peuple de la Terre
    Aux habiles maisons, palabres frondaisons
    Ne touchez pas ma terre, n’écoutez pas ma voie
    Que pour désaccomplir, le présent ici bas
    Je chante le pardon !
    Belle saison

    Marie BOIKSIL, dimanche 18 novembre 2012

    Green

    Ambiance anonyme d’un civisme solitaire
    Emprunte des eaux timides éphémères
    À combien de printemps sut-il se garantir
    L’invincible mouvement d’où l’on ne peut venir ?
    Attente solitaire oublieuse en partage
    Que le temps atténue et distille l’ennui
    D’une peur sans peine sans tracas
    Émerge l’abandon d’un oublieux tournois
    Et migrent manèges, geondines instants
    Bien loin si près de soi où le soi se promet
    Gravisme imminent impérial en son heure
    Évanoui le temps épanoui le froment
    D’une cène hors limites qui accueille l’enfant
    Égare la paresse anoblit le moment
    Et se garde l’ivresse en marge du tourment
    Agitée, égarée, abandonne la croix
    Et définit le sens de l’intime ici bas
    Apparaît, disparaît, entre danse et combat
    Encourage l’attente et distille le son
    En un large sourire imagine le joie
    Libre de marcher, libre de marcher, libre de marcher …

    Marie BOIKSIL, lundi 3 décembre 2012

  10. Ambre dit :

    Résonance….Harmonie…..
    Merci…

  11. Belle coïncidence au moment où depuis hier soir je commence la sélection de chants doux et/ou traditionnels tout autour de la Terre pour réaliser des cadeaux comme fête des mères anniversaires…
    Etrange coïncidence puisque cela faisait des années et des années que je ne réalisais plus de compilations.
    Certes, généralement moins sacrés qu’ici, il y aura de beaux chants : mexicains tibétains français japonais californien chinois basques indiens catalans irlandais hawaïens canadiens italien cajuns … invitation au voyage ou au recueillement ou à la joie

    • karen dit :

      coucou Le Passeur et merci ! , oui, c’est superbe, ! j’ai l’album tout entier qui est un régal…

      Dis moi, Delta, ta belle compil’, on pourra la trouver où ?

      Bises et amitiés

      • Coucou Karen,
        Bonne question, suis entrain de la tester après une 1ère élaboration.
        Autre bonne question, j’aimerai la faire partager mais n’ai pas encore réfléchi au « comment » ; Peut-être qu’une adresse courriel à cet effet serait la bien venue.
        A voir…
        Bises à toi, et salutations à tous et toutes

      • dupasquier dit :

        je veux trop pouvoir avoir ce cd merci de me contacter; c’est vraiment trop trop beau merci

        • Le Passeur dit :

          Ce morceau n’est pas représentatif du reste de l’oeuvre. Sinon tout est indiqué avant la vidéo, il suffit de faire une simple recherche sur Google et le tour est joué.

  12. acacia dit :

    Ah que c’est beau ! Merci Passeur pour ce nouveau cadeau ! ♥

    En son de base permanent, derrière les voix magnifiques, ce vrombissement puissant, qui m’a rappelé une des « musiques » hertziennes récemment écoutées sur le net. Avec le casque sur les oreilles c’est pour moi beaucoup plus pénétrant.

    http://www.youtube.com/watch?v=7ax0a32OAo4&feature=youtu.be
    Fréquence 174htz base stable pour son évolution – Michel Gautier

    Lisa, ton témoignage me paraît être un signe supplémentaire, vécu et intégré dans ton cas, que les sons communiquent à notre être entier des vibrations porteuses d’éléments remarquablement puissants. La preuve n’est plus à faire, mais te lire me conforte dans l’idée des bienfaits qu’ils peuvent nous offrir – une belle manière de se centrer, en tout cas, et ça c’est tellement important… Le processus de guérison qui s’est éveillé en toi va se poursuivre, c’est sûr 🙂
    Quant aux tableaux de Myrrha… j’ai fait des quantités d’arrêt sur image pour m’en régaler les yeux et le cœur… !
    En cette belle journée je vous embrasse tous ♥♥♥

  13. bonjour , je suis désolée mais , je n’ arrive pas à ouvrir
    le chant ARAMÉEN , pouvez vous m’ aider ,
    en vous remerciant d’ avance
    Monique

  14. Christel dit :

    Merci Passeur pour ce beau chant et ces jolies enluminures ! Un grand merci à Lisa pour son témoignage ! Paix et Amour en nos coeurs et pour le Monde !

  15. ∞ Véronique ∞ dit :

    Merci

  16. lisa bdx dit :

    Bonsoir à tous,
    Bien que lisant tous les articles, je n’interviens jamais sur le site, vous êtes tous bien trop « calés » pour moi, mais là, il fallait que je le fasse après avoir écouté ce chant qui n’est que du BONHEUR, et vous faire part de ce qui vient de m’arriver ( rien qu’à vous ) car le citoyen lamda dirait que je suis quelque peu déjantée.
    Au moment même où je mets le chant, le soleil se cache, le ciel devient comme s’il était bâché, en m’entourant d’une douce torpeur, c’est très agréable, et je me love dedans.
    Je suis en ce moment submergée par des problèmes de tous ordres et tente de les vivre comme je peux en travaillant sur moi même . Il y a deux « moi » en moi. Une morte et une vivante, chacune des deux essayant de tuer l’autre et je trouve cela très difficile à gérer.
    Il en résulte que je fais face au quotidien par le mode  » minimum syndical » et par le mode  » je procrastine à outrance »
    En ce moment, je travaille sur le pardon, car je viens de réaliser que lorsque je « pardonnais » à l’objet de mes tourments, quel qu’il soit,ou qui qu’il soit, en fait, je mettais en avant mon ego……Quelle noblesse d’âme, quelle grande moi qui suis capable de pardonner……..
    Que nenni, que nenni, c’est avant tout à moi que je dois pardonner de m’être laissée affecter de la sorte . ( Essayez, vous verrez que c’est encore plus difficile que de pardonner à autrui.)
    C’est dans ce contexte que j’écoute le chant. allongée, en fermant les yeux.la « moi » qui s’allonge est pleine d’arthrose, de courbatures, de crispations, tousse, a du mal à respirer, mais écoute le chant, le vit, s’en imprègne, le travail du pardon s’évapore quelque peu…….
    Et je me relève, un peu embrumée, et petit à petit, je m’aperçois que les douleurs ne sont plus là, que je ne tousse plus. Alors, pour contrôle, je me force à tousser, mais, non, ça ne vient pas. Pour contrôle aussi, je me contorsionne pour réveiller ces bonnes vieilles douleurs, mais non, ça ne vient pas non plus. Et mon « pardon », il en est où ? A vrai dire, il me semble qu’il est dans le vide, nulle part et partout et je ne ressens RIEN ! que ce soit dans le mauvais ou le bon sens, alors là aussi, pour contrôle je vais titiller les méandres de mon cerveau histoire d’essayer de me replonger dans ce travail ardu, mais non, encore une fois, RIEN .
    Je ne suis pas dans un état second, non , je me sens juste un peu plus forte, prête à affronter les épreuves, autrement, avec la découverte que par le biais de ce chant, j’ai dû
    aller puiser en moi………je ne sais pas quoi et bien involontairement, d’ailleurs.
    Je l’ai « re écouté », en regardant cette fois, et la beauté des enluminures est venue comment dirais-je ? Cimenter mon état d’être , de plénitude, duquel je voudrais ne pas sortir.
    Je vous transmets ce témoignage/expèrience en toute humilité et je vous remercie tous, toutes, et vous Passeur, pour vos écrits, leur pertinence leur richesse et ce qu’ils peuvent apporter.
    Merci encore

    • Soleil Bleu dit :

      Quel beau témoignage Lisa !
      C’est très profond et juste ce regard sur le Pardon qui lui aussi peut être récupéré et biaisé par l’égo pour en faire du pardon. Quand Cela est vu, des transformations visibles apparaissent et nous extraient sans mot dire de la grande illusion qui continue par ailleurs et sans relâche, quoi que l’on en pense ou dise, à absorber notre attention et demeurer la cible de nos efforts.
      Ton expérience redonne du souffle au lâcher-prise sans recherche ni but, une vacuité pleine d’inconnu (d’Un connu), moment sans attente d’où jaillit l’expression de Vie aussi imprévisible que surprenante.
      La vraie Joie sans motif ni raison qui se dévoile par moment et devient sensible à mon regard se vit là, dans cet état d’Être sans dimension ni nom. Une neutralité sans autre fonction particulière que de me rendre témoin de Qui Je Suis et lâcher la bride au mouvement de la Vie qui « me » choisit.
      Merci beaucoup Lisa de ce partage ♥☼♥

    • Cécile dit :

      Que c’est beau ! Merci Lisa !

  17. Margelle dit :

    Tout simplement magnifique !

  18. Patricia dit :

    Merci Passeur !!
    Merveilleuse et sublime synchronicité!

    Reconnaissance, Gratitude, Amour infini pour Gaïa qui nous accueille dans son paradis !

  19. Marie-Anne dit :

    Magnifique!
    Un chant pur et apaisant porté par les enluminures sublimes de Myrrha – à moins que ce soit l’inverse (ou les deux!).
    Merci, Passeur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *