Le point zéro spirituel

Remedios Varo12En complément de l’article précédent, L’intention au point zéro, voici un extrait complet du livre « Essence » de Kishori Aird. Vous noterez qu’un ou deux extraits de l’article précédent viennent de là.

Introduction de Paprika sur choix-realite.org.

Nikola Tesla fut le premier scientifique à exprimer l’idée que le vide de l’espace n’est qu’apparent et qu’il est rempli d’une énergie « potentielle », puis à en tirer le concept d’énergie libre ou d’énergie du Point Zéro.

Chaque cm3 de « vide » sidéral renfermerait en effet une quantité d’énergie supérieure à celle contenue dans notre Soleil. Mais au lieu de s’additionner, les énergies en présence s’annulent comme deux vagues de sens contraire mises en présence l’une de l’autre.

Il semble cependant possible de supprimer ces interférences en créant des « zones de cohérence » à l’intérieur desquelles l’énergie est extraite par polarisation locale de cet espace énergétique au niveau de son Point Zéro, c’est-à-dire au point d’équilibrage de toutes les polarités en présence.

Certains pensent que la technologie extraterrestre est fondée sur cette application de la physique quantique : en polarisant légèrement le vide par un procédé encore mal connu mais basé sur l’électromagnétisme, on arriverait à récupérer un peu d’énergie qui, une fois injectée dans un système de propulsion, lui permettrait de restituer continûment plus d’énergie qu’il n’en consommerait; le système n’aurait ainsi besoin d’aucun carburant pour fonctionner, il ne ferait que « pomper » l’énergie disponible partout en permanence.

Naturopathe professionnelle de formation, Kishori Aird est ce que l’on pourrait appeler « une intuitive médicale ». Depuis plus de 10 ans, elle fait des recherches sur l’ADN et sur les moyens de le reprogrammer et de se le réapproprier.

Elle vient de mettre en lumière le fait que le Point Zéro se trouve non seulement partout dans l’espace, mais également en nous, dans notre être spirituel, au point de rencontre et d’équilibre entre les forces contraires issues de la dualité qui s’affrontent à l’intérieur de chaque être humain.

C’est dans ce Point Zéro spirituel que l’on peut apprendre à vibrer sur la fréquence de notre véritable essence et devenir un être complet, un être prêt à affronter la multidimensionnalité.

Voici son passionnant témoignage, extrait de son livre, « Essence ».

Par Kishori Aird.

Comment vibrer à la fréquence de notre véritable essence.

« Même si nous sommes souvent désespérés par la violence et les cataclysmes écologiques qui se propagent actuellement sur notre planète, nous sommes également stimulés par les innovations incessantes et les nouveaux modèles biologiques et physiques. Il est étonnant de constater à quel point les structures anciennes peuvent devenir malléables pendant les périodes de turbulence. Notre pensée collective devient alors perméable à des concepts tout à fait novateurs.

Nous vivons une époque qui donne à penser que même « la vérité » peut être redéfinie. Toutes les branches de la science nous l’apprennent et, au premier chef, la physique quantique qui dit que la matière que l’on croyait solide ne l’est pas et que la réalité concrète est déterminée par nos pensées.

Après la mise en évidence de la théorie des « supercordes », qui redéfinit la nature de la matière en fonction de son taux vibratoire, l’ADN nous apparaît maintenant comme un réseau de réactions dynamiques séquentielles, animées et influencées par l’environnement.

La dynamique du vivant est inter-relationnelle. Un gène X activé assez longuement pourra déclencher un gène Y, et cette activation de XY entraînera l’activation de Z. L’enchevêtrement des réactions du système génétique brise le concept d’ordre établi par Watson et Crick en 1953.

Susan Seddon-Boulet01À l’instar de la physique quantique qui, grâce à la loi des supercordes, a démontré que la matière ne se définit plus en fonction de ses composantes chimiques, mais plutôt en fonction de la fréquence et de l’intensité du taux vibratoire de ses éléments, l’existence peut être perçue en fonction du taux vibratoire d’un réseau de probabilités qui interagissent et s’entrecroisent.

Les fréquences des unes et des autres se repoussent et s’attirent, et nous vibrons simultanément dans un réseau qui se modifie continuellement au gré des fréquences émises.

Au cours de mes quelque trente années de pratique spirituelle, j’ai senti un changement de fréquence s’opérer sur la planète. J’ai la conviction que l’heure est enfin venue de transformer les vieux paradigmes sur lesquels se fondent nos programmes génétiques humains. Je suis persuadée que nous vivons une époque où nous devons nous réapproprier l’héritage collectif qui réside au cœur de chacune des cellules de notre corps, et tout indique que les circonstances planétaires actuelles sont propices à cela.

Nous savons déjà que nos attitudes influencent notre santé et notre évolution. Nous pouvons aussi changer les programmes qui nous gouvernent. Nous pouvons devenir des participants conscients, des innovateurs imaginatifs. »

Le Point Zéro spirituel

« L’heure est venue de retrouver notre pouvoir et d’en finir avec la polarisation inhérente à la dualité. Cette polarisation sous-entend que, si je crée à partir de la lumière seulement, je génère forcément une force négative ailleurs. Nous sommes parvenus à l’étape de notre évolution où nous devons intégrer ces deux polarités. Pour y arriver, nous devons cesser d’avoir un parti pris pour l’une ou l’autre polarité et aller au-delà de la polarité positive (la lumière) et de la polarité négative (la noirceur).

La coexistence des polarités opposées est ce que j’appelle le Point Zéro. Le Point Zéro est une expérience magnétique dans laquelle nous choisissons d’accueillir simultanément les aspects négatifs et positifs de nos expériences.

Pour mieux comprendre le Point Zéro, pensons au tai chi dans lequel tout n’est que fluidité et mouvement. Oublions pour un moment la personne qui pratique cette discipline et suivons le parcours de ses mains. Absorbons-nous dans leur danse fluide et gracieuse. C’est ainsi que l’on peut se représenter le Point Zéro : comme deux polarités en mouvement qui communiquent entre elles et s’équilibrent sans qu’aucune des deux ne prédomine.

On peut se représenter le Point Zéro comme deux polarités, deux « flammes jumelles » qui communiquent entre elles et s’équilibrent en une figure harmonieuse.

Imaginons que l’une des mains décide brusquement de prendre le contrôle et s’immobilise ou décide de bouger indépendamment de sa partenaire. Finie la fluidité, envolée la grâce ! Le mouvement sera automatiquement déséquilibré et il finira par se figer. C’est cela, être polarisé : la main qui prend le contrôle, telle une polarité prédominante, interrompt la chorégraphie et le courant ne sera rétabli que lorsque les deux mains seront de nouveau en interaction.

Nous connaissons tous des moments où nous sommes figés. Cela est dû à un programme inconscient et peut survenir dans de multiples situations. Ainsi, lorsque le processus que nous traversons est polarisé par la honte ou la peur, nous devenons paralysés, et la seule façon de nous remettre en mouvement est d’unir la honte ou la peur avec sa polarité opposée, la confiance en soi, par exemple.

Même si nous vivons dans un monde polarisé, nous pouvons rester fluides grâce à la coexistence au Point Zéro. Nous pouvons unifier nos intentions et nos commandes et vivre dans l’état d’amour au Point Zéro.

L’état d’amour se situe au-delà des polarités positive et négative. Dans cet état, le bien et le mal, la lumière et la noirceur, le bon et le mauvais et toutes les autres manifestations de la dualité, coexistent en un point d’équilibre appelé le Point Zéro. Le Point Zéro n’est pas un état neutre. Le Point Zéro n’est pas statique. Il est multidimensionnel, en mouvement continu et il se maintient au centre d’un espace qui change continuellement.

Si le Point Zéro est constamment en mouvement, c’est que la force positive de la lumière et la force négative de la noirceur y cohabitent sans s’annuler malgré leurs polarités opposées.

En équilibrant les deux polarités en nous, nous pouvons choisir de vivre dans la compassion et l’amour. Si nous parvenons à intégrer les charges positive et négative de notre vécu, nous nous créerons inévitablement une vie équilibrée et harmonieuse. Parce que nous avons déjà maintes fois expérimenté le déséquilibre des polarités, je crois que nous sommes prêts, désormais, à intégrer celles-ci et à créer une nouvelle réalité fondée sur l’état d’amour au Point Zéro plutôt que sur l’énergie des polarités positives ou négatives.

En dehors de l’état d’amour au Point Zéro, nous sommes polarisés, que ce soit dans le bien ou le mal, dans la lumière ou la noirceur, etc. Or, que se passe-t-il lorsque nous accomplissons une tâche, un projet ou une activité dans cet état ? Nous créons en même temps son opposé. Bien sûr, nos actions polarisées peuvent nous conduire au résultat souhaité. Mais en y regardant de plus près, nous verrons que notre projet a exigé plus de temps, d’énergie et de stress que nécessaire. Il est possible aussi que le résultat final, bien que convenable, ne soit pas approprié à notre situation personnelle. Mais parce que ce projet est polarisé, et donc soumis à la loi de la rétroaction, il créera automatiquement sa contrepartie ou manifestation contraire au niveau énergétique.

Le seul moyen de sortir de ce cercle infernal consiste à accueillir les charges négatives, à les utiliser et à les intégrer pour qu’elles deviennent comme les pôles d’un aimant qui attirera dans notre vie tout ce dont nous avons besoin.

Il est difficile de maintenir une charge positive très forte quand la charge négative est faible. Et plus difficile encore de manifester solidement de nouvelles réalités si la force magnétique est insuffisante pour qu’elles « collent » à notre vie comme des aimants sur la porte du réfrigérateur.

L’intégration des charges négatives est un processus puissant. Imaginez l’intensité de la charge de la colère accumulée depuis de nombreuses années face à un parent abusif. Si nous pouvions mesurer l’ampleur énergétique de cette colère, nous serions impressionnés par sa force magnétique. Une fois cette charge intégrée dans l’ADN, elle devient un pôle négatif formidable avec lequel nous pouvons agencer un pôle positif équivalent sans avoir besoin de la colère. C’est ce type d’agencement qui constituera dorénavant notre pouvoir de manifestation.

Pour mieux visualiser le Point Zéro, imaginez un ballon d’anniversaire rempli d’eau, flottant au milieu de l’océan, ballotté au gré des variations climatiques et des vagues. Le Point Zéro se situe au milieu de ce ballon. Un point constamment équilibre, au centre du ballon, malgré les turbulences extérieures.

Tomasz Alen Kopera23On peut aussi voir le Point Zéro comme un point fictif au milieu d’une ligne droite comportant une polarité négative à une extrémité et une polarité positive à l’autre. Cependant, je préfère utiliser l’image d’une sphère. Au Point Zéro, la force positive s’avère optimale en raison de son potentiel mis en action par la présence de la force négative correspondante, les deux étant maintenues dans un équilibre parfait. Nous allons donc imaginer que deux forces opposées peuvent cœxister dans le même espace sans s’unifier, comme les deux pôles d’un aimant.

Maintenant que nous utiliserons la charge magnétique d’une émotion autrefois troublante et débilitante pour créer ce que nous voulons au Point Zéro, nous ne verrons plus la charge négative comme une chose à combattre mais bien comme une force créative.

Voici un exemple de formulation pour une intention : « Je choisis de m’amuser, même si je suis fatigué ». Pour renforcer l’idée que l’on englobe toutes nos émotions dans notre intention, on peut parfois remplacer la formule « Je choisis… même si … » par « Je choisis… tout en (m’amusant, ayant peur, doutant de moi, ayant des hésitations, etc.).

Peu importe la formule, l’important est de créer en incluant toutes ses émotions. Ce faisant, nous sentirons une nouvelle énergie circuler et vibrer à l’intérieur de nous. Nous éprouverons un sentiment de puissance et nous réglerons nos conflits très rapidement puisque nous en tirerons parti au lieu de les éviter.

On entend souvent dire qu’il faut dominer sa peur parce que le simple fait d’y penser accentue son pouvoir sur nous. On dit aussi que la peur est tellement puissante qu’elle peut concrétiser cela même qui nous effraie. Or c’est précisément ce pouvoir que nous voulons exploiter au Point Zéro. En permettant à nos peurs de coexister avec nos espoirs et nos projets au Point Zéro, nous canalisons cette puissance. À travers nos intentions, nous orienterons le pouvoir de la peur de manière à répondre à nos besoins.

Au lieu d’avoir peur de la déception qui peut suivre un moment de bonheur, nous reconnaîtrons et accueillerons ce sentiment. Ainsi, nous ferons en sorte qu’il serve nos intérêts au lieu de nous nuire. Prenons l’exemple d’un rassemblement comme un congrès ou un sommet d’État. Avez-vous remarqué que, même si elles font tout pour repousser les altermondialistes, les multinationales ne réussissent pas à les faire disparaître ? Le fait de repousser une énergie qui nous fait peur ou nous dérange ne la fait pas disparaître pour autant.

Un jour, l’une de mes connaissances s’est exclamée : « Chaque fois que j’appelle la lumière et que je vis une expérience extraordinaire, je subis un contrecoup négatif peu de temps après ! » C’était aussi mon expérience. Après chaque voyage extraordinaire, je me heurtais à d’énormes difficultés. Chaque expérience spirituelle hors du commun était suivie d’une période d’intégration (au cours de laquelle j’étais soumise à des épreuves, comme l’obligation de me désintoxiquer ou autre chose du même genre). Comme s’il fallait toujours payer un prix pour nos expériences heureuses. Maintenant que j’inclus ma déception dans ces expériences, je ne vis plus de contrecoup négatif. L’effet rebond des régimes amaigrissants constitue un autre exemple de ce phénomène. Au début, la personne se prive pour être plus mince et mieux dans sa peau ou pour clarifier sa conscience. Quelques mois plus tard, elle reprend du poids malgré elle. Les diètes sont un parfait exemple de ce phénomène de polarisation qui finit par engendrer une stagnation et de la frustration au lieu du dynamisme escompté.

Il faut bien comprendre que se mettre au Point Zéro ne veut pas dire laisser tomber des choses. Il s’agit au contraire de maintenir deux polarités différentes dans le même espace.

Nous n’avons pas besoin de tenir nos faiblesses à bout de bras comme si nous en avions peur. C’est justement cela l’erreur ! II faut leur permettre d’exister en même temps que nos bons côtés.

Prenons le cas d’une personne qui se tourmentait à l’idée de rencontrer son ex-conjoint au tribunal pour le jugement de divorce. Elle s’était bien préparée et avait en main tous les documents nécessaires. Elle avait élaboré des arguments solides et s’apprêtait à les présenter la tête haute. Or, cette image parfaite d’elle-même niait la peur, la colère et les blessures qu’elle avait ressenties auparavant. Ainsi polarisée, son attitude présentait une faille importante que son adversaire aurait tout le loisir d’attaquer. À sa sortie du palais de justice, ma cliente était anéantie et elle ne comprenait pas pourquoi.

Reprenons cet exemple et imaginons que cette personne se présente au tribunal, bien préparée et fière d’elle-même, mais au Point Zéro cette fois-ci. Aucune partie d’elle n’a été mise de côté, aucun aspect qui ne soit incorporé dans son cercle de force, ou qui tiraille d’un côté ou de l’autre. Elle est centrée avec des frontières saines. Ses parties positives et négatives coexistent en un tout circulaire. Elle est animée d’une intention claire au Point Zéro et se présente devant son adversaire sans faille et en faisant coexister sa certitude de gagner et sa crainte d’échouer. Il est clair que le résultat de sa rencontre sera très différent.

Une autre erreur courante consiste à croire qu’être dans l’état d’amour au Point Zéro signifie ne pas avoir de limites et être au service de tout le monde.

Une personne m’expliquait à quel point il était important pour elle de se dévouer pour une cause et de rendre service. Cependant, elle était frustrée de se sentir fréquemment trompée par ceux-là mêmes qu’elle tentait d’aider. Je lui ai répondu que cela résultait du fait que son dévouement n’était pas au Point Zéro. Il importe que nous soyons au Point Zéro dans chacune de nos décisions. Si, un jour, être au Point Zéro signifie se consacrer à autrui, eh bien soit. Le lendemain, le Point Zéro pourrait se trouver ailleurs puisqu’il est mouvant. Notre intention première devrait être de vivre au Point Zéro plutôt que de vouloir aider ou ne pas aider telle ou telle personne.

Prenons maintenant l’exemple d’une femme dont la mère a déménagé à plusieurs reprises et connu de nombreux bouleversements quand elle était enceinte d’elle. Maintenant qu’elle est adulte, la vie de cette femme est très souvent chaotique et désordonnée. Elle se sent souvent confuse et perdue. Chaque fois qu’elle se trouve dans cet état, son ancienne blessure est réactivée. C’est à ce moment-là qu’elle peut choisir de faire cœxister le chaos avec la sérénité. Elle peut maintenir ces deux opposés en présence par l’intention et expérimenter l’équilibre du Point Zéro sans avoir à modifier ni à effacer son passé. Être au Point Zéro sous-entend que nous comprenons nos limites humaines et les accueillons avec amour. L’union de la lumière et de la noirceur peut produire un résultat extraordinaire et puissant, mais qui sera aussi confortable et toléré, car cette union est appropriée et génère de l’amour…

Mes clients qui ont travaillé avec le Point Zéro parlent fréquemment d’un état d’aisance et de bien-être qui demande très peu d’efforts. Plus nous choisissons d’être au Point Zéro, plus nous vivrons des expériences et des états émotifs nouveaux. Cette nouvelle forme de pensée engendre une grande liberté et un profond sentiment d’amour. La palette de couleurs des expériences au Point Zéro est tellement plus variée que le noir, le blanc et le gris auxquels nous sommes habitués ! Elle nous donne accès à de nouvelles réalisations et de nouvelles données.

Laura Zollar02Vous aussi, vous éprouverez un sentiment de plénitude quand vous vous permettrez de sentir à la fois de l’irritation et du plaisir sans pour autant que ces deux expériences fusionnent. Ce concept inédit vous donnera peut-être du fil à retordre au début, car c’est comme si vous teniez une charge positive dans une main et une charge négative dans l’autre, et que ces deux charges se repoussaient l’une l’autre à l’intérieur de vous. La clé consiste à voir cette expérience comme une expérience de laboratoire et à observer ce qui se passe quand vous choisissez intentionnellement d’être au Point Zéro.

Tout à coup, la tension se dissout et une énergie inhabituelle mais harmonieuse jaillit en vous. Vous permettez simplement à vos deux émotions de cœxister dans le même espace comme le font les deux pôles d’un aimant pour créer un champ magnétique. Vous ressentirez ce champ. Commandez le Point Zéro et attendez ! Le champ créé par la cœxistence de deux forces opposées est la vibration du Point Zéro. Toute la dynamique de l’Arbre de Vie de la Kabbale et, par extension, de la Merkaba, repose sur l’intégration des polarités contraires.

À titre d’essai, prenons l’une de nos peurs, comme celle de ne jamais nous sentir en sécurité parce que nous pensons ne pas y avoir droit. Permettons-nous de ressentir cette peur tout en résistant à la tentation de la refouler. Dans cet espace exigu, nous pouvons faire vibrer simultanément un sentiment d’expansion et un sentiment de sécurité. Nous pouvons faire vibrer la noirceur dans la lumière et la lumière dans la noirceur. Maintenons la tension de ces forces contraires jusqu’à ce que nous sentions que nos limites se sont dissoutes et que nous éprouvions un bien-être plus grand que si nous étions polarisés.

Comment atteindre le Point Zéro ou s’en rapprocher de façon régulière et constante ? En utilisant le pouvoir de l’intention. Par exemple, chaque matin au réveil, vous pourriez formuler l’intention suivante : « Aujourd’hui, je choisis d’être au Point Zéro même si je ne sais pas comment faire ».

Vous pouvez aussi vous exercer à mettre tous les incidents de votre quotidien au Point Zéro.

Le garagiste vous énerve ? Changez votre fréquence en disant intérieurement : « Je choisis de vibrer sur une autre fréquence tout en étant frustré par l’attitude du garagiste. » Vous faites la queue à la caisse d’un magasin et commencez à vous impatienter ? Dites : « Je choisis de mettre cette expérience au Point Zéro tout en étant irrité par la lenteur de la caissière. »

En utilisant ainsi les petits évènements du quotidien, vous accumulerez des expériences au Point Zéro. Une fois que vous en aurez amassé suffisamment, vous découvrirez une nouvelle façon de vivre et, au lieu d’être gouverné par vos vieux programmes, vous commencerez à vivre des expériences originales. »

Kishori AirdKishori Aird – Extraits de « Essence » – Editions Broché 2007

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

Source originale.

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

53 Responses to Le point zéro spirituel

  1. Merci pour cette belle et utile sélection

  2. katia dit :

    Merci à tous pour ce partage. Et comme Einstein le disait :

    « La personnalité créatrice doit penser et juger par elle-même car le progrès moral de la société dépend exclusivement de son indépendance. »
    de Albert Einstein

    « Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »
    de Albert Einstein

    Belle journée, prenez soin de vous.

  3. katia dit :

    Cher passeur,

    Beaucoup d’entre nous savent que les animaux meurent pour, entre autre, nous nourrir et nous vêtir. Cette situation résonne encore trop souvent comme une résignation et une fatalité dont nous ne faisons rien. C’est souvent un sujet dont nous sommes effectivement conscient…de loin, tout en continuant de les dévorer chaque jour dans nos assiettes.
    l’importance de chacun de s’informer sur ces sujets et de le transmettre autour de lui pour que nous puissions enfin nous diriger vers une humanité Consciente et responsable me semble inévitable. Ouvrir les yeux est la chose la plus difficile mais la plus nécessaire.
    Pour ceux et celles qui ne peuvent regarder la vidéo évoquée (Earthlings de Shaun Monson) et la réalité de sa cruauté je vous propose de partager un lien plus doux mais tout aussi concret. ce lien provient d’un blog d’une femme que j’apprécie beaucoup : Laura marie.

    http://lauramarietv.com/interview-laura-marie-laila-del-monte-communication-animale-alimentation-conscience/

    Belle journée
    Katia

    • Le Passeur dit :

      Je comprends cette position mais comme je l’ai dit je ne crois pas que les lecteurs réguliers de ce site aient besoin d’encaisser avec douleur cette réalité-là pour avoir conscience de cela. C’est un film qui joue son rôle auprès de ceux qui n’ont pas la conscience de ce que représente en coulisses une part de leur confort. Et la plupart de ceux-là ne regarderont pas ce film parce qu’ils n’ont aucune envie de remettre en question le mode de vie qui les satisfait. Et encore plus lorsqu’il s’agit de la manière de se nourrir, puissamment conditionnée par les mensonges déversés qui alimentent leurs croyances.

      De la manière dont les choses se passent dans ce monde qui va s’écrouler, je pense que la seule chose véritablement efficace à faire pour accélérer le processus de fin de toutes cette sauvagerie est de travailler sur soi pour se désencombrer de tout ce qui n’est pas conscience, ce en prenant la responsabilité de toute chose en nos vies et allant explorer avec compassion toutes nos ombres. C’est ainsi et non en nourrissant émotionnellement les horreurs existantes dans le monde de la non-conscience, que nous opérerons la bascule et la délivrance.
      Je dirai de manière seulement logique que tout le reste a largement prouvé ces derniers siècles que cela ne fonctionnait pas.

      • Marie-Anne dit :

        En parfaite résonance avec ton point de vue, Passeur!

        S’il y a un temps pour dénoncer et s’indigner afin d’aider aux prises de conscience, il y a un autre temps, pour comprendre que, toute attention et tout jugement portés à l’horreur, nourrit cette horreur, …et pour comprendre aussi que les événements extérieurs ne sont, finalement, que le reflet de notre ambiance intérieure.

        Ne nourrissons donc plus ce dont nous ne voulons plus, et portons plutôt notre attention vers le lumineux en nous ; ne nous focalisons plus sur la noirceur extérieure (reflet de la nôtre), mais accueillons, acceptons comprenons et illuminons nos propres ombres, avec gratitude et amour!
        Cela fait partie, à mes yeux aussi, du vrai travail ‘efficace’ de guérison, d’élévation et de nouvelle création.

        Amitié à tous ! 🙂

    • Margelle dit :

      Bonjour Katia, je pense comme le dit le Passeur, que nous connaissons tous plus ou moins ces atrocités, et que (je ne parle pas en leur nom, mais) que la plupart d’entre nous faisons coïncider nos vies avec nos convictions.
      Je n’ai pas vu le documentaire jusqu’au bout, je pense que je le ferai pour ne pas fuir, tester le point zéro… etc… il me semble en revanche qu’il date un peu et qu’il est fait aux USA (à vérifier)… modèle que nous essayons de ne pas suivre ! 🙂
      Ci-dessous, le modèle qui correspond plus à nos valeurs sur ce site..
      http://www.colibris-lemouvement.org/revolution/une-revolution-interieure/entretiens-ma-revolution-interieure (aller voir la vidéo de Lopez chez l’éleveur de rennes).
      Ce n’est pas de la propagande, juste une information.
      Je suis d’accord avec toi sur la nécessité de ne pas se voiler les yeux. Ensuite ???
      Pour ma part je crois que la plus grande violence qui existe au monde est le déni de l’autre…. et dans ce domaine, nous avons chacun une large bande à découvrir !!
      Merci pour ton intervention.

    • Salvia dit :

      Bonjour Katia,

      je fais partie des lecteurs cités par le Passeur. Je pense un peu comprendre tes arguments, mais regarder une video sur la cruauté faite aux animaux, ça change quoi? Est-ce que les films ou les reportages de guerre, d’attentat, de viol et autres souffrances ont changé les consciences? C’est l’émotionnel qui est nourri, c’est tout. Pas besoin de le nourrir encore et encore… C’est d’autre choses dont l’Humanité a besoin d’urgence: d’Amour! Sachant que les pensées sont créatrices, qu’elles sont nourries par nos émotions, alors soignons nos émotions positives que sont la Joie, la Paix, la Beauté, la Reconnaissance, enfin tout ce qui est constructif.
      J’ai lu tout récemment ceci, et qui est si plein de bon sens:
      « Seule la lumière existe. La lumière fait disparaître l’ombre. L’ombre ne peut faire disparaître la lumière. L’ombre existe parce qu’il n’y a pas assez de lumière. Alors, il ne s’agit pas de combattre le mal, mais lutter pour répandre et instaurer la lumière. Ce monde malfaisant disparaîtra le jour où nous aurons retrouvé notre liberté intérieure. Il mourra de notre indifférence et s’évanouira comme un mauvais rêve. Il n’est le fruit que de nos projections psychiques, de nos peurs et de nos angoisses, qui nous poussent à chercher refuge dans des protections illusoires et pernicieuses.
      Rappelez-vous le mur de Berlin, il s’est effondré de cette façon. La veille, personne ne l’imaginait ou le prévoyait encore.Tout un consensus, une aspiration longtemps refoulée a jailli d’une foule et s’est rejointe en un instant pour submerger et faire disparaître presque instantanément la peur, les résistances, les dominations et les pouvoirs d’un état totalitaire. » (Jacques Collin, dans « L’insoutenable vérité de l’eau »)

  4. katia dit :

    Bonjour « passeur »,
    Ce message pour te demander un service qui me tient à « cœur ».
    En effet puisque L’éveil des consciences passe aussi par une prise de conscience pourrais-tu proposer ceux qui suivent ton blog (et je sais qu’ils sont nombreux) de regarder le documentaire suivant : EARTHLINGS de Shaun Monson dont voici le lien ci-dessous.

    https://www.youtube.com/watch?v=FM_wAN2id58

    Merci

    • Le Passeur dit :

      Je précise que c’est apparemment un documentaire difficile à regarder concernant le traitement fait aux animaux par les humains. Certains ont certainement besoin de se réveiller à ce sujet, mais je ne pense pas que ceux qui viennent ici ont besoin de ça pour être conscients de ces infâmies.

    • Yves dit :

      Merci Passeur pour cette information. Ce documentaire (véritable film d’horreur ! ) est en effet quasiment insoutenable à regarder. Je n’ai pas pu le faire jusqu’au bout. Etait-ce nécessaire, d’ailleurs ? Ce n’est vraiment pas là, hélas, une découverte ni un témoignage nouveau concernant nos capacités à la sauvagerie humaine.

  5. Moonlight dit :

    Certaines et certains se reconnaitront <3

    https://www.youtube.com/watch?v=SUmX_B5NHxî

  6. MPaule Macaire dit :

    Bonjour,
    Tout ceci rejoint également ce que dit Armelle Six,dont quelqu’un a déjà mis un lien sur ce site pour des vidéos: »arrêter toutes ses pensées seulement un instant et rester là » sans même aborder le positif et le négatif, c’est encore plus facile peut-être

    • Li dit :

      C’est vrai, M- Paule, que c’est plus facile, mais est-ce la même chose?
      L’espace d’Armelle est un espace de lâcher-prise, de vacuité, d’inaction, de non « mentalisation », de ressenti où tout est OK malgré les histoires que le mental peut raconter.
      Alors que pour atteindre le point zéro de Kishori Aird cela demande de l’action. L’action du mental.

  7. Yaya dit :

    S’assoir derrière la fenêtre quand il pleut, regarder la beauté du monde dans le tramway, la beauté simple et claire des gens, de l’environnement aussi « original » ,justement , soit il.

    A la récréé j’ai vu ça en fumant ( hahaha les étudiants c’est tous les memes :p ) sur mes mains la beauté de la lumière qui laissait la timidité d’un petite ombre face au soleil s’exprimer dans ça plénitude aussi 🙂

    J’aime le vent et là c’est de carnaval à Nice, le début de la saison touristique, et je sais pas si c’est moi maaiiiis monsieur le Soleil brille de mille feux avec ses paillettes qui courent partout ! Les confettis sont beaux ! L’étonnement ^^ Le vent nous fouette de caresses ça le motive de voir ce grand monsieur se lever, de mon humble avis naturellement.
    Les syncronicitées ont le luxe d’être souvent remarquables, sans parler des  » habituelles « , pour mon cas, qui nous amuse un peut, c’est cool, yeah ! C’est les vacances maintenant ça laisse le temps de ranger ça maison 🙂
    Merci beaucoup pour tout ça, la 1er image est belle avec les entrelacs, le globe, le sentier, la jolie tête d’étoile … bravo !

  8. michel dit :

    Merci pour l’article.
    Synchronisme ou « l’Union fait la force ».

  9. Lisaa dit :

    Je vois le point zéro comme une rencontre simultanée avec le champ unifié sans savoir comment çà fonctionne.
    Les illustrations me nourrissent beaucoup aussi.
    Merci pour tout ce travail inscrit dans la durée, de recherche, de lecture, de transmission, d’explication, cette vigilance, cette disponibilité, cette patience qui contribuent à changer le monde et donnent matière à réflexion, travail sur soi, apprentissage et ouverture à soi, au monde. C’est mon expérience ici.
    C’est aussi l’occasion de beaucoup de questionnement sur la multidimentionnalité de la relation aux autres, sur la conduite à tenir pour ne pas créer de drame tout en se tenant debout et respectueux de l’autre et de soi. La souffrance me serre le coeur et peut être mon impuissance aussi, dans ces moments, l’article suivant m’apaise beaucoup
    http://www.urantia-gaia.info/2011/10/09/ressentir-la-paix-est-un-choix/
    Bien à vous
    ♡♥

    • Li dit :

      Bonjour Lisaa et vous tous,
      Michael Brown, dans son texte « Ressentir la paix est un choix » ne semble pas tenir compte du « point zéro » lorsqu’il dit: « La paix est intransigeante. Soit nous choisissons de la ressentir, soit nous choisissons de ressentir autre chose. Nous ne pouvons nous sentir en paix ET simultanément nourrir le sentiment d’avoir raison et de faire les choses à notre manière. Nous ne pouvons nous sentir en paix ET simultanément ressentir un sentiment de vengeance. Nous ne pouvons nous sentir en paix ET simultanément nous sentir en droit d’avoir ‘le dernier mot’…etc… »
      Ce texte date un peu et peut-être qu’aujourd’hui M.Brown a changé sa façon de formuler les choses…?
      ❤️

      • Yves dit :

        Bonjour Li,

        Laisser faire l’Intention… Parfois le choix est difficile à faire, en effet, je te l’accorde volontiers. Quand c’est le cas pour moi dans ces moments là, si je me sens trop accaparé par l’émotion, je me dis :  » Bon, je fais le choix entre mon sentiment (de colère par exemple) ET fais une place pour le..RIEN ! (pas de pensée/sentiment précis) et visualise ce « rien » comme un espace vide. Alors « quelqu’un d’autre » en moi, mon intuition bien sûr, s’introduit dans cette place vacante et me suggère ce qu’il est possible (juste…) à faire dans cet ici et maintenant. Je n’ai plus alors qu’à faire confiance et à me laisser guider par ce qui me vient au coeur et à l’esprit. (Je n’oublierai pas de remercier !) C’est parfois déroutant pour l’ego, mais je n’ai cependant, jamais eu à me plaindre de l’effet produit…
        Et si  » par hasard » rien de clair ne me vient à l’esprit ou au coeur, alors cool, tôt ou tard, Sainte Chronicité va s’arranger pour m’aider à mettre en alignement avec la situation ….ça j’en suis convaincu !
        Bien à toi.

        • Li dit :

          Lisaa, Yves, Margelle, Philippe,
          Merci pour vos réflexions et vos expériences personnelles.
          Equilibrer ses vibrations au point zéro est certainement une étape importante pour mieux communiquer avec son âme ( son intuition, sa petite voix intérieure ou son essence) et se laisser guider par elle pour accomplir son chemin de vie. Le rêve!
          C’est encore un peu abstrait pour moi!
          Le seul fait de vivre en conscience (le plus souvent possible) m’équilibre déjà pas mal. Les résultats sont évidents.
          L’étape après l’acceptation de ce qui est, sans jugement de bien ou de mal, semble être « l’intention » de créer en équilibrant nos parts d’ombre et de lumière…?
          Je ne dois pas en être encore à ce stade car je trouve que ce n’est pas très simple à réaliser ( mon truc à moi c’est la simplicité)
          Les infos et les outils pour y accéder m’embrouillent un peu aujourd’hui mais peut-être que demain tout me semblera limpide…?
          Pensez-vous qu’il suffise d’émettre une intention en disant par exemple:« Aujourd’hui, je choisis d’être au Point Zéro même si je ne sais pas comment faire » pour équilibrer nos vibrations?
          J’essaie depuis quelques jours mais je ne ressens rien encore…I wait and I shall see!
          Bisous les zamis!❤️

          • Philippe dit :

            Bonsoir Li,
            A ta question :
            « Pensez-vous qu’il suffise d’émettre une intention en disant par exemple:« Aujourd’hui, je choisis d’être au Point Zéro même si je ne sais pas comment faire » pour équilibrer nos vibrations? »
            Je ne peux pas répondre pour toi par contre voici comment cela se passe pour moi :
            1) La formulation de la phrase seule ne suffit pas. Mais elle sert déjà à passer la barrière du mental (corps mental).
            2) Ensuite je fixe mon attention sur le ressenti de « je ne sais pas comment faire » (sentiment d’être désemparé, etc..). Le ressentir vraiment.
            3) Je fais cohabiter ce ressenti avec le ressenti de la confiance dans mon intention qui énonce le point zéro.
            Le grand piège est d’être en attente d’un résultat. Ne rien attendre pendant cet instant de communion. Il n’y a rien à chercher à guérir ou à éliminer. A la base c’est juste une reconnexion avec nous même par le pouvoir de l’intention.

            • Li dit :

              Merci Philippe,
              Nous sommes tous « câblés » différemment et pour moi ce n’est pas simple cette façon de se servir des énergies négatives pour créer. Si comme tu le dis:  » A la base c’est juste une reconnexion avec nous même par le pouvoir de l’intention. »
              Pourquoi faire compliqué, alors que c’est plus simple d’émettre une intention en étant connecté à son coeur sans rien attendre…?
              J’ai vraiment l’impression que nous ne parlons pas tous de la même chose..?
              Si je prends comme exemple la colère, bien que ce ne soit pas ce qui me caractérise le plus, eh bien lorsque j’ai de la colère en moi je me recentre, je me connecte à mon coeur et là il n’y a plus de colère. Dans cet espace il n’y a que quiétude et amour. Le mental et toutes les histoires qu’il me raconte n’existent plus. Ça peut être le silence comme ça peut être une intuition ou bien encore un sentiment de paix et d’amour, mais en aucun cas la colère ne montre le bout de son nez dans cet espace.
              Peut-être que certains réussissent à faire cohabiter simultanément des énergies positives et négatives…? Ce n’est pas mon cas! Les émotions se succèdent mais je ne réussie pas à les ressentir en même temps…
              Tu vois ce que je veux dire?❤️

              • Marie-Anne dit :

                Nous sommes « cablées » de la même façon, Li! 🙂

              • Philippe dit :

                Li, tu dis : « lorsque j’ai de la colère en moi je me recentre, je me connecte à mon coeur et là il n’y a plus de colère. »
                Et bien tu vois que tu y arrives par ce biais. 🙂 C’est Ta façon et chacun à plus ou moins la sienne.
                Quand tu dis que tu te recentres et qu’il n’y a plus de colère, se recentrer c’est mettre naturellement en lien ce sentiment (colère) négatif avec un pôle positif (intention de paix) sans vouloir interférer. Le mieux étant de reposer le physique avant comme le préconise M. Brown. Mais pour moi ce n’est pas obligatoire et je n’ai pas lu que Kishori l’explicitait spécialement dans sa méthode.
                Ou alors c’est quoi d’autre pour toi ton processus pour te ‘recentrer’ ?

              • Philippe dit :

                A noter aussi qu’entre Kishori et M. Brown il y a une approche différente dans leurs méthodes car le but n’est pas le même.
                Pour Kishori c’est le point zéro à atteindre (par la mise en relation des polarités), alors que pour M. Brown son processus cherche la libération des blocages (émotions) en les faisant émerger. Les deux se rejoignent de toute façon plus ou moins.

            • Li dit :

              Oui Philippe, tu as raison, à chacun sa méthode! Ta description correspond à ce que je fais. Je le fais si naturellement que ma flemme intellectuelle ne m’a pas poussée à décortiquer ce processus .
              Bon, ça c’est fait!

        • Margelle dit :

          Li, je te livre ma réflexion du moment présent, mais qui se poursuit dans la durée (!)… je crois vraiment que nous avons chacun-e à faire oeuvre alchimique. Les données que nous recueillons ici et là nous y aident mais ne doivent pas prédominantes sur notre oeuvre personnelle. effectivement nous sommes appelés à oeuvrer au mieux, au plus précis, au plus juste. Et cela nous seuls le pouvons… en coopération, en amitié avec l’autre… Mais le résultat est le notre, avec nos possibles, nos histoires etc… et si possible, sans comparaison avec l’autre (!) ce qui n’a jamais rien d’évident ! Mais bon, voilà ! allons y chacun-e sur notre chemin en nous interpellant, ok, mais sans attendre ou vouloir rattraper l’autre ! ce qui demande une bonne dose de confiance !
          Le mental, il semble qu’il y ait beaucoup à explorer encore. Il est là, juste le calmer !
          Avec mon amitié,

          • Li dit :

            Margelle,
            Je ressens bien ce que tu écris:  » nous avons chacun-e à faire oeuvre alchimique ».
            Je n’essaie pas de rattraper qui que ce soit, car je suis très consciente du chemin personnel de chacun. Tout est bien.
            Ce texte a juste été un messager qui m’a permis de revoir encore et encore beaucoup de choses en moi. Mon mental s’en est donné « à coeur joie »!

          • pierrot dit :

            être sur un chemin sans en faire partie, tout est question d’équilibre comme le sujet qui n’a plus son objet pour se définir.
            Alors on se situe où sur le chemin et on va vers où ?

            • Margelle dit :

              Et on va le chanter sur tous les tons, Pierrot ? tu aimes le hors-piste et moi, je vagabonde… qu’importe chemin ou pas chemin. Certains mots m’évoquent des images qui me parlent, d’autres moins, comme souvent les tiens… Mais nous pouvons continuer à nous en amuser….

      • Margelle dit :

        Li, il semble qu’avec des mots différents, Michael Brown et Kishori Aird disent la même chose.
        « La paix est un état de tranquillité, de calme, choisi et ressenti, résonnant dans le cœur de chacun. » (Michaël Brown)
        « En équilibrant les deux polarités en nous, nous pouvons choisir de vivre dans la compassion et l’amour. Si nous parvenons à intégrer les charges positive et négative de notre vécu, nous nous créerons inévitablement une vie équilibrée et harmonieuse. Parce que nous avons déjà maintes fois expérimenté le déséquilibre des polarités, je crois que nous sommes prêts, désormais, à intégrer celles-ci et à créer une nouvelle réalité fondée sur l’état d’amour au Point Zéro plutôt que sur l’énergie des polarités positives ou négatives. » (Kishori Aird). Elle précise un mode de procéder. C’est tout. en fait, pour moi elle complète, elle ne contredit pas… juste une autre façon de voir, de dire, de vivre, mais pareil en même temps !

      • Lisaa dit :

        bonsoir Li,
        j’ai l’impression aussi qu’il s’agit d’approches différentes mais qui conduisent à la même chose. Simplement l’approche de Kishori Aird résonne un peu moins mais peut-être qu’il me faut approfondir avec l’intégralité d’Essence.
        Une autre approche encore http://www.urantia-gaia.info/2011/04/28/le-point-zero-interieur/
        …la tête à ThauThau …
        belle nuit à tous
        ♡♥

        • Li dit :

          Oui Lisaa la version du point zéro de Dana Mrkich me parle beaucoup plus.Ça rejoint la paix intérieure dont parle M. Brown. Je connais cet espace mais il est encore capricieux et je ne réussis pas toujours à m’y connecter…Disons que la connexion est facile mais le ressentis n’est pas toujours au RDV. Je suppose que c’est ça la vacuité: être dans un espace où il ne se passe rien…?

      • Philippe dit :

        Tu as parfaitement raison de relever ce point Li.
        Il est mal explicité à mon sens dans les textes de Kishori. Je l’avais déjà ‘corrigé’ à ma pratique, incluant mon expérience des méthodes EFT, AORA et M. Brown entre autres. Comme je n’ai pas tout lu de Kishori je n’ai pas encore fait le point complet sur sa compréhension du processus.
        Comme le dit M. Brown on ne peut ressentir les deux pôles en même temps, surtout quand c’est le ressenti négatif qui nous habite en l’instant présent, c’est évident. De même que l’état de paix qui est une vibration ne peut être ressenti avec une vibration basse (de peur) sans torpiller l’état de paix.

        Pour cela, dans la formulation il convient de faire le distingo entre « la paix » et « l’intention de paix » (ou « le point zéro » et « l’intention du point zéro ».)

        Par exemple dans la formulation « Je choisis d’être au point zéro, même si j’éprouve de la colère », la première partie de la phrase est ‘l’intention’ de ce qui est souhaité, alors que la seconde partie est ‘le ressenti’ de ce qui est.
        L’intention seule est alors la charge positive (et non le ressenti de paix) et le ressenti de colère est la charge négative.
        L’intention peut aussi être de charge négative mais ce n’est pas le sujet ici.
        C’est pour cela que dans mon expérience l’intention ne s’applique pas à la formulation entière mais juste à la première partie. Ensuite l’attention intervient pour assembler les deux parties, ce dont ne se sert pas M. Brown hélas dans son processus. Il utilise l’intention pour faire émerger soit la paix (dur dur) soit pour faire émerger les émotions via le physique puis le mental (ouf) mais ce chemin est très long et fastidieux …… car sur ce point je rejoint ce que dit Eckhart Tolle :  » Ne cherchez pas la paix. Ne cherchez pas à trouver un quelconque autre état que celui dans lequel vous êtes dans l’instant présent. Sinon, vous instaurerez un conflit intérieur et une résistance inconsciente ».
        Ici le ressenti d’inconfort dans lequel on se trouve contient le pôle négatif tandis que l’intention du choix d’acceptation, de non désir et de non attente est le pôle positif.

        Avec l’habitude le mécanisme mental par formulation d’assemblage intention/ressenti de Kishori devient (heureusement) naturel et agit souvent en une fraction de seconde, si le lâcher-prise se fait sans attente, dans la vulnérabilité de ‘celui qui saute du haut de la falaise’.

        Attention au piège des émotions dites positives, comme quand on se sent excité de joie comme une puce, elles sont de charge négative. C’est le balancier qui va trop à droite et qui virera ensuite sur la gauche pour équilibrer. Comme le dit Darpan, les émotions négatives (main gauche) comme les émotions positives (main droite) « nourrissent toutes les deux la bête » (l’égo).

        Par contre mon expérience s’arrête aux formulations de ressentis liées aux émotions. Je n’ai pas (encore) d’avis ni de pratique quant aux formulations de Kishori concernant les formulations du type se faire préparer une place de parking. A suivre donc …

        • Marie-Anne dit :

          Merci pour ton commentaire, Philippe; et merci à Li.
          Je suis assez d’accord avec vous, concernant le 1er texte de Kishori Aird

          Pour ma part, j’ajouterai que, selon ma vision toute personnelle, l’on ne choisit pas d’être au point zéro : on y accède lorsque l’on voit, comprend et accepte- consciemment et profondément- que 2 choses, apparemment opposées et apparemment incompatibles, appartiennent en fait à une seule et même énergie.

          Ex: lorsque je prends du recul pour voir que ma colère est, en fait, le pôle opposé de ce qui pourrait être, p. ex., ma paix – je comprends que toutes les deux, paix et colère, appartiennent ici à une seule et même énergie: celle de La Paix.
          (Lorsque ma paix s’éloigne, ma colère apparaît pour tenter de rétablir ma paix; et ma paix apparaît lorsque ma colère n’a plus de substrat – mais cette paix est toute relative car fortement conditionnée par les événements extérieurs, en 3D.
          Toutes 2, paix et colère, appartiennent, en fait, à une seule énergie qui les englobe et qui les dépasse)

          C’est pour moi, au moment où l’on considère que 2 opposés apparents appartiennent à une seule et même énergie, que l’on atteint ce fameux point zéro, qui est donc la conciliation de ces deux pôles, et qui nous propulse dans un état de conscience supérieure où nous voyons les choses d’un point de vue plus élevé.
          De ce point de vue-là, nous pouvons prendre la décision consciente de nous tourner vers notre Coeur (qui est Paix).

          Ce qui, pour moi, entrave surtout ce processus, est, probablement:
          1) le fait que l’on refuse de voir en soi l’un des 2 pôles (or, on ne peut concilier deux choses si on n’en considère qu’une seule);
          2) un ressenti émotionnel de l’un des deux pôles, si puissant (en général, la colère), qu’un travail sur cet émotionnel doit être accompli, avant tout;
          3) le fait de ne considérer et de n’accepter les 2 pôles ( et/ ou leur appartenance à une seule énergie) qu’à un niveau très superficiel de l’être ( l’inconscient étant alors en résistance); ou alors, de ne considérer ces 2 pôles, et de ne les accepter, qu’un d’un point de vue purement intellectuel.

          Pour le reste, à suivre aussi, je n’ai pas lu le 2 ème article de Kishori Aird

  10. marie dit :

    Merci mille fois

  11. pierrot dit :

    Et j’ajouterais le dire avec le sourire en accordant son attention sur le ressenti plutôt que sur les mots employés.
    je trouve que le sourire prédispose à l’accueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *