Les dingues de la seringue

Puisque l’OMS avec l’appui de tous les gouvernements ou presque proposera probablement bientôt le vaccin de Bill Gates, autant savoir quel est le récent palmarès de ce monsieur en ce domaine.

Ne stigmatisons pas l’homme pour autant, il est un pion qui pense peut-être bien faire et il sera remplacé par un autre s’il est trop exposé.

Mais comme la presse française d’une seule voix exprime à longueur d’émissions son impatience du futur vaccin, autant savoir de quoi il retourne avant de tâter de la seringue.

Publié par American Liberty Report – Traduction Sott

Si vous vivez dans une nation occidentale, la première installation essentielle que vous voyez quand vous entrez dans votre salle de bains est le lavabo. Pas les WC, ni la douche, ni la baignoire. Cet équipement et cette configuration sont l’une des méthodes les plus remarquables jamais conçues pour contrôler les épidémies de maladies infectieuses. On passe systématiquement devant le lavabo après avoir utilisé les WC.

Nous savons depuis des décennies que l’eau potable et les installations sanitaires sont le moyen le plus efficace pour prévenir les épidémies. Mais pour on ne sait quelle raison, le millionnaire tordu converti à la religion vaccinale, Bill Gates, a un autre plan pour toute l’humanité. Il veut planter une aiguille dans le bras de chaque être humain, que celui-ci soit d’accord ou non.

Plongeons en apnée dans le pogrom vaccinatoire mégalomane que Bill Gates a prévu pour tous, maintenant que ceux qui attendent de s’enrichir grâce à un vaccin contre le COVID-19 déclarent vouloir obliger tout le monde à se faire vacciner.

L’Inde, qui est en proie à des problèmes d’assainissement et d’épidémies, a mis Bill Gates à la porte en 2017. Que s’est-il passé ?

En 2000, la Fondation Bill & Melinda Gates a offert une énorme somme d’argent à l’Inde, en échange de quoi ses propres « experts » triés sur le volet seraient placés à la tête du National Technical Advisory Group on Immunization (NTAGI) (comité consultatif technique national sur la vaccination – NdT) en Inde.

Les experts de M. Gates ont recommandé que les enfants indiens reçoivent CINQUANTE doses de vaccin contre la polio avant l’âge de 5 ans. Le résultat, c’est qu’entre 2000 et 2017, 490 000 enfants indiens ont été atteints de paralysie flasque aiguë non polio. Le terme évoque l’ambiance d’une soirée organisée par des membres du club anti-Trump, mais la paralysie flasque aiguë non polio est en fait une maladie terrible qui laisse les enfants paralysés.

Quoi qu’il en soit, ce chiffre était hallucinant. Il est bien supérieur au nombre d’enfants qui auraient contracté la polio si ces vaccinations n’avaient jamais été imposées. Et ce n’est qu’une des dernières mésaventures vaccinatoires de Bill Gates dans les pays pauvres.

Autre exemple, toujours en Inde : Gates a financé un vaccin contre le papillomavirus qui a été administré à 20 000 jeunes filles dans des zones rurales du pays (loin des regards inquisiteurs des journalistes et des éthiciens). D’après un cas qui est aujourd’hui examiné par la Cour suprême, les « médecins » de Gates ont intimidé des jeunes filles et leurs familles pour qu’elles se fassent vacciner, ont contrefait des formulaires de consentement et, par la suite, ont refusé des soins médicaux aux jeunes filles qui souffraient d’effets indésirables dus au vaccin. 5% d’entre elles ont immédiatement développé des problèmes auto-immunes et/ou de fertilité, et sept d’entre elles sont mortes après avoir reçu le vaccin.

Vous avez probablement entendu parler de la conférence Ted Talk que Bill Gates a donnée en 2010, au cours de laquelle il a déclaré que les vaccins « pourraient réduire la population ». Il a versé 10 milliards de dollars à l’OMS à l’époque de cette déclaration. Quatre années plus tard, le Kenya a découvert ce que ces paroles glaçantes impliquaient.

L’OMS a débarqué au Kenya en 2014 et a déclaré que toute les femmes devaient se faire vacciner contre le tétanos en raison d’une urgence sanitaire. Pas les hommes. Voyez-vous, seules les femmes risquaient de marcher sur un clou rouillé et de contracter le tétanos. L’objectif était d’injecter au plus grand nombre de femmes possibles le nouveau vaccin antitétanique de Bill Gates. Lorsque les gens se sont montrés sceptiques, le gouvernement est intervenu, aidant l’OMS à administrer ces vaccins obligatoires.

Lorsque des millions de femmes qu’on avait obligées à se faire vacciner se sont rendu compte qu’elles n’arrivaient plus à tomber enceintes, le Catholic Doctors Association a envoyé le vaccin antitétanique de Bill Gates à des laboratoires indépendants pour qu’ils l’analysent. Chaque échantillon vaccinal sans exception examiné par plusieurs laboratoires distincts contenait une formule de stérilité. L’OMS a tout nié au départ, mais a fini par admettre qu’elle travaillait sur un vaccin stérilisant depuis 2004. Ce n’est pas un délire complotiste à la Alex Jones. Ce sont des faits que vous pouvez vérifier par vous-même, et dont les merdias américains évitent commodément de parler.

En 2002, la Fondation Gates a financé un vaccin expérimental contre la méningite en Afrique, administré à 500 enfants. 10% d’entre eux ont été paralysés à la suite de cette vaccination.

Gates a également financé un essai clinique portant sur un vaccin expérimental antipaludique en Afrique en 2010, administré à environ 6000 nourrissons. Le résultat : 151 sont morts à cause du vaccin, et 20% ont souffert de paralysies, de crises d’épilepsie ou de convulsions fébriles.

Sacré palmarès, pour un type qui veut précipiter la commercialisation d’un vaccin non testé contre le coronavirus, et obliger tout le monde à se le faire injecter.

Bill Gates pourrait financer des projets d’assainissement de l’eau et d’installations sanitaires dans les nations pauvres, s’il le voulait. Cela contribuerait grandement à l’éradication de la plupart des maladies infectieuses courantes et de nombre d’autres pandémies dangereuses. Mais il ne le fait pas. Il veut planter une aiguille dans le bras de chaque être humain (hormis ses propres enfants).

Tout ça n’est pas très humaniste. C’est carrément hitlérien. Ça a tout d’une expérimentation humaine dans les pays pauvres, où il est beaucoup plus facile d’acheter les familles qui ont un subi un préjudice vaccinal en leur versant des clopinettes, sans craindre d’encourir un procès. Maintenant, faites la queue comme un bon petit mouton pour recevoir votre vaccin COVID-19 !

Traduction : SOTT.net
Article original publié sur American Liberty Report

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 Responses to Les dingues de la seringue

  1. graf dit :

    Le film documentaire « vaXXed » en 2 parties (il ne restera peut-être pas longtemps sur YT)
    https://www.youtube.com/watch?v=EHVmcXvbAWA
    https://www.youtube.com/watch?v=BhAVMvQMBJU

  2. Horter dit :

    SI Bilou était persuadé que le vaccin est bien ,il ferait faire ces vaccins a ses enfants ; donc il sait très bien ce qu’il fait de mal, il n’y a pas d’excuses pour tous les malheurs que cela va engendrer.
    elfe

    • Soleil Bleu dit :

      Malheureusement,le regard apitoyé que l’on porte sur les autres, peut produire d’aussi graves dérives que le mépris.

      J’ai été moi-même actrice de comportements identiques quand j’étais en Afrique. À deux petites jumelles, gravement malades autant que leur mère, et vivant dans une pauvreté extrême, sans ressources pour se faire soigner, je leur ai donné les antibiotiques à large spectre que m’avait donné mon toubib. Dans l’état d’épuisement où elles étaient rendues, ma vision du moment était : « là où elles en sont, de toute façon elles vont mourir si personne ne fait rien ». Et oui elles ont guéri alors que tout le monde les voyaient déjà mortes.
      Mon toubib m’a sévèrement recadrée à mon retour en France en me disant que je n’étais pas infirmière pour faire ça. Il avait raison et j’étais ok avec son point de vue car je voyais bien le côté « cobaye » contenu dans l’action et la dérive éthique qu’elle entraînait ! Et pour autant, je ne me sentais pas fautive de l’avoir fait.
      Alors oui, je ne ferais pas ça avec mes enfants puisque là où je vis j’ai la capacité d’aller voir un médecin, que mes enfants mangent à leur faim, qu’ils vivent dans un espace salubre. Mais je le ferais assurément (et je l’ai fait pour moi) s’ils avaient été au même endroit et dans les mêmes conditions de survie. Tout est affaire de perspective devant laquelle on s’aligne pour décider de nos actes. D’où la nécessité d’en visiter d’autres que celle du « je » subjective et restrictive à sa condition.

      Car, peut-être que cette famille aurait survécu même si je n’avais rien fait. Après tout ils ne me demandaient rien, c’est moi qui ne supportais pas de voir un tel drame se dérouler et qui leur proposais ce qui « me » semblait la solution et,
      sans autre alternative, qu’ils n’étaient pas en mesure de pouvoir refuser. N’y a-t’il pas de meilleur « abus de pouvoir » que ça ? Assurément, non !

      Peut-être aussi que ces antibiotiques, s’ils les ont sauvées, ont diminué leurs capacités de résistance et les ont rendues fragiles à d’autres maladies potentiellement mortelles et fréquentes là bas. Après moi le déluge ! Quel manque de discernement, de conscience et d’humilité ne peut-on pas voir dans cette action, signant la part d’égo à l’oeuvre dans ce qui apparaît pourtant aux yeux communs comme de l’altruisme.

      Toute médaille a son revers (loi de la dualité oblige), toute action altruiste à l’extérieur contient sa part d’ombre à l’intérieur, et cela vaut pour le contraire. Alors oui, sans vigilance aux dérives qu’elle entraîne si on se laisse manipuler par elle, la « bonne conscience » risque bien de nous mener sur les mêmes sentiers boueux que ceux qu’elle condamne. Cela demande juste d’être Vu et Accepté comme tel, car croire pouvoir agir là-dessus n’est qu’une illusion humaine de plus.

      • Romarin dit :

        Soleil Bleu dit…. »Alors oui, sans vigilance aux dérives qu’elle entraîne si on se laisse manipuler par elle, la « bonne conscience » risque bien de nous mener sur les mêmes sentiers boueux que ceux qu’elle condamne. Cela demande juste d’être Vu et Accepté comme tel, car croire pouvoir agir là-dessus n’est qu’une illusion humaine de plus. »…
        Je suis d’accord, nos programmes doivent être vus et reconnus à chaque fois qu’ils se présentent jusqu’à être désamorcés et enfin ne plus se présenter dans notre champ d’information.
        Et ils sont nombreux pour faire ingérence chez l’autre: sauveur, bourreau, victime, justicier, enseignant…..

  3. Soleil Bleu dit :

    Voilà bien la démonstration de quelqu’un, ignorant mais convaincu qu’il oeuvre pour la bonne cause, et qui déploie toute son énergie et son argent à sa réalisation. En terme d’engagement et d’implication à défendre et à persuader de sa vision qu’il pense être « juste », c’est plutôt un exemple.
    Sans contre-pouvoir (faute de pouvoir financier à la hauteur du sien et des intérêts colossaux que ça génère pour certains) pour l’éclairer et le conscientiser sur la face morbide et génocide de son projet, eh ben ! Il se lance à corps perdu dans ce qu’il vit être sa « mission ». Je le crois sincèrement convaincu d’être le Messie bienfaiteur pour la terre.
    Ça sent la naïveté, l’orgueil et la bêtise, mais à ce niveau là malheureusement ça aboutit à de la criminalité à grande échelle.
    Bon ben ! À mon échelle j’ai du taf : Ho’oponopono……..

    • jean dit :

      je ne pense qu’il soit naif ni qu’il pense faire le bien c’est une énorme comédie qu’il joue il l’a dit ouvertement qu’il veut éliminer une partie de la population mondiale

      • Soleil Bleu dit :

        Ce que j’observe et que j’entends, à mon échelle, c’est que nombre de personnes se proclamant défenseurs de la planète sont, comme lui, assez radicaux quand aux traitement à réserver aux humains qu’ils jugent responsables de sa dégradation. Gates a juste le fric, lui, pour mettre à exécution ses idées.

        À quelqu’un qui me disait qu’il voulait le chaos pour mettre fin au système actuel avec lequel il était en rébellion, je lui ai répondu ok : S’il était capable d’envisager que ses deux enfants puissent en être potentiellement, autant que les autres, les victimes innocentes co-latérales. J’ai eu le silence en réponse.

        Ce n’est pas nouveau qu’au nom d’une noble cause l’homme se sente autorisé à réserver un sort radical à ses semblables, mais dans les scénarios espérés c’est toujours l’autre, « le méchant », qui périra, un mal pour un bien. Ouf ! La « conscience est sauve.

        On est tous et chacun « le méchant » de quelqu’un d’autre, loi de la dualité oblige. Accepter d’impliquer un peu plus sa propre responsabilité dans la cause de ce chaos, en l’accueillant avec indulgence, bientraitance, bienveillance et respect de la simple personne humaine que je suis, et se défocaliser du pseudo rôle de sauveur que l’on s’est fabriqué dans l’histoire qu’on se raconte, m’apparaît être un préalable pour faire taire ce mental/égo qui nous plonge toujours plus dans cette chienlit séparatrice et destructrice (tant pour l’environnement que pour les êtres vivants de la planète).

        C’est notre relation à soi-même, qui est en demande d’être réévaluée et réhabilitée en ce moment extrême. Combien de fois avons-nous dit « oui » alors que si l’on avait écouté ce qui était bon pour nous nous aurions dit « non » ? Combien de fois avons-nous aidé les autres alors que nous négligions de répondre à ce même besoin pour soi-même ? Combien de fois nous sommes-nous infligés des contraintes que l’on se défendrait d’infliger aux autres ? Combien de fois sommes-nous en attente d’être aimés par les autres alors que nous sommes en jugement permanent et péjoratif sur la personne que l’on est ? etc…et j’en passe des tonnes de forme de maltraitance, l’égo est malin pour en inventer toujours de nouvelles.

        Y a un adage qui dit « charité bien ordonnée commence par soi-même », j’adhère et j’ajoute : « responsabilité attribuée, commence par la sienne ». Qui se pardonne pardonne à l’autre, puisque l’autre c’est moi.

        Mais on peut voir les choses différemment, et Ça aussi c’est parfait 🙂

        • Zarathoustra dit :

          Jolie méditation Soleil Bleu
          Vous dites :
          « Combien de fois avons-nous aidé les autres alors que nous négligions de répondre à ce même besoin pour soi-même ? »

          Voilà la vrai question…

          Ramana disait «  Que vous importe le monde ; occupez vous de vous mème ; le monde sait parfaitement ce qu’il a à faire »
          Le monde est notre représentation chaque matin au réveil ;

          Donc se pose la question capitale : Qui est ce « je » qui s’exprime ainsi car chaque matin au réveil ?
          C’est la grande faucheuse qui ricane et vient s’interposer (cet Ego impossible à mettre dehors ) malgré soi et toutes nos bonnes intentions… pour le monde.

          Je sens bien parmi tous les amis qui s’exprime ICI cette question en arrière plan..
          Que faut il faire, que dois je faire ?… mais c’est justement la question piège car dès le matin l’Ego et toute sa suite est déjà installé.

          Oh là là !! mais alors on ne va pas s’en sortir ? Oui avec cette question on ne s’en sort pas car c’est l’Ego qui nous gouverne.

          Dans ; « que faut il faire » , l’Ego s’interpose automatiquement et il en raffole de ces questions infinies..
          Il se vautre dans la fange du monde (de votre représentation) il ricane et vous susurre ; « ého ! c’est moi qui mène la danse tous les matins et à chaque fois tu en redemande »

          Il porte votre regard toujours à l’extérieur, il vous crée des films , des scénarios, vous ressasse les regrets du passé pour un futur illusoire en vous faisant oublier l’instant présent.

          Par Consentement il vous offre cette illusion que vous êtes l’auteur de ce que vous faites et cela est parfaitement normal puisque depuis tout petit vous êtes identifié avec votre corps. On vous le dit tous les jours , vous savez : l’évidence de la majorité démocratique comme le dit si bien la grande faucheuse ;
          «  c’est évident puisqu’on te le dit à longueur de journée , Nous les bons , Nous qui savons, Nous qui pensons pour toi pour ton plus grand bonheur.. Et malheur à celui qui ne pensera pas comme nous .. il est possédé par le diable.. »

          Alors… alors à force de se cogner contre les parois de cette bulle mentale qui ne cédera jamais; il arrive ce moment ou vous lâchez tout , vous lâchez prise à force d’épuisement ; vous sombrez dans une léthargie , dans un vide abyssal oh! combien salutaire ! Survient cette grande Ivresse où vous vous demandez si vous n’êtes pas devenu fou (ici se pointe le rire de la grande faucheuse qui vous dit ; c’est encore moi qui vais gagner !)
          C’est alors quelle vient de se trahir car cette bulle mentale illusoire n’existe que par la lumière lui donnant vie comme vous. Il suffit d’éteindre la lumière et pouf le mental disparaît, ça fait du bien un bon sommeil profond réparateur. c’est comme une ivresse sexuelle; une belle petite mort.
          Alors au lieux de m’obstiner contre cette paroi je vais me retourner vers cette Lumière à l’intérieur pour lui redonner Vie.
          Ce ne sera pas une fuite ( mysticisme ) mais un nouveau regard porté sur la Vie ( Gnose ).

          Ne faut il pas inverser la valeur et chevaucher le tigre pour éviter de sombrer ?
          Alors… alors vient tout doucement cette question opérant cette inversion de valeur..

          Que faut il ne pas faire ?

          Non pas qu’il ne faille rien faire , mais que cette nouvelle question nous amène vers ces nouveaux horizons..
          Ce n’est pas vous qui serez dans le faire car spontanément vous agirez dans le «  Ne Pas Faire »
          et je vous assure que c’est jubilatoire…

          Et tout doucement s’installera le Silence ; non pas ce silence en absence de bruit mais ce Silence Présence qui vous donnera tout ce qu’il vous faut et non pas ce que vous voudriez qu’il en soi.

          Cette présence a toujours été là et un jour vous pourrez vous dire avec ce grand sourire des abysses

          «  J’étais là depuis des myriades d’années et Je ne le savais pas »

          Zut !!! Splat !!!

          Zarathoustra

          • JEAN dit :

            Je te rejoins totalement la dessus : « Que vous importe le monde ; occupez vous de vous même ; le monde sait parfaitement ce qu’il a à faire »

            On entend souvent que cette période est une période très propice à l’Eveil. Je ne parle pas de l’éveil qui nous fais juste prendre conscience que ce monde est entrain de partir an cacahuète, ce n’est pas de l’éveil , c’est juste un positionnement mental , une prise de conscience.

            Cette période semble liée à l’Eveil (avec une majuscule) car elle va nous permettre de justement reconnaître notre véritable Nature , savoir ce que nous sommes ou « qui suis-je ? »
            De quelle manière ? regardez ce monde comme une illusion de premier ordre !
            La souffrance va tellement s’intensifier en ces moments ( ce qu’il faut comprendre quand on vous dit que cette période est propice à l’éveil) que si vous continuez à vous identifiez à votre égo , cad vos pensées , vos émotions , vos désirs ,voir même votre corps physique vous allez sombrer !
            Cette période est propice à un détachement ! détachement de l’égo.
            Vous n’êtes pas ce corps
            Vous n’êtes pas vos pensées
            Vous n’êtes pas vos émotions , désirs.
            Vous êtes en arrière plan tel un observateur silencieux qui REGARDE , OSBERVE ce film qui se projette sur votre écran de la conscience.
            Quel film ?
            Celui qui se déroule devant vos yeux en ce moment à travers l’actualité.
            Considérez que vous êtes l’écran de cinéma sur lequel est projeté ce film , c’est votre Soi , votre réelle indentité spirituelle.
            Pensez vous que l’écran se soucie du film qui est projeté ? que ce soit un film de guerre ? horreur ? comédie musicale ? documentaire spirituel ?
            Si il y a réaction ce ne peut qu’être que l’égo . Et il n’y a aucun mal à ca , puisque vous n’êtes pas l’égo.

            Donc oui cette période est propice à de grands changements , si vous êtes capable de vous focaliser à nouveau vers l’intérieur et non de faire des critiques de film 🙂

            Bien Amicalement

            • Zarathoustra dit :

              BJR ; pensée super lumineuse , c’est bien; vous avez osé ; la peur s’éloigne…
              Bien à Vous

              Zarathoustra

            • Soleil Bleu dit :

              Bonjour Jean,
              La métaphore du film et de l’écran est très bien vue. Et quand le film s’arrête, ne reste de cette illusion que la Lumière du projecteur sur un écran vide. .

          • Zarathoustra dit :

            Que faut il faire ?

            Inconsciemment nous sommes toujours et constamment tributaire de cette question.
            D’où le déploiement infini du monde de nos désirs signifiant l’ extrême diversité de notre force vitale représentant la VIE.
            Ce qui est fondamental…

            Mais sur le parcours du chemin de nos désirs est balisé pour chacun de ces désirs ; un écriteaux ;

            « QUI SUIS JE ? »

            C’est bien cette recherche inconsciente d’identité qui est à l’origine de tous nos désirs.
            Et cette question ; « que faut il faire » tourne en boucle toute notre vie durant dans notre bulle mentale. Nous créons notre propre prison à l’air libre.

            Mais tout cela encore une fois est normal car il s’agit bien de structurer notre Ego, ainsi, faire ses humanités.
            La grande difficulté (ce que l’enfant oublie vers 3 ans) est d’en avoir conscience chaque matin au réveil pour ne pas laisser le tigre prendre les rênes.
            Ce qui explique le complexe de frustration que l’on constate chez l’enfant en devenir et chez l’adulte qui a oublié cet enfant enfoui au plus profond de lui même en se comportant comme un enfant gâté à l’age adulte.

            Au tout début la voiture deviens son jouet ; ensuite le collègue de travail, puis sa compagne de vie.

            ( Oh ! chérie aujourd’hui ; dimanche matin ; soleil radieux je m’en vais laver ma voiture, tu peux en profiter pour faire la vaisselle, le repassage, un bon repas de fin de semaine…je rentrerai peut être avec les copains !!!)

            Nous sommes devenus comme l’âne faisant tourner la noria avec une carotte fixé à un fil devant son museau.
            Nous courons ; nous courons et plus nous avons faim , plus nous courrons…
            Nous vivons garrotté et chevillé à ce monde ; à subir cette pesanteur qui nous écrase.

            Alors tous les matins la grande faucheuse ricane car elle brandit à chaque fois cette peur imaginaire psychologique, qui n’existe pas en fait.

            C’est son arme préférée qui vous paralyse et vous fait cogner contre cette infime parois de votre bulle mentale comme le papillon cherchant la lumière dehors à travers la vitre de votre fenêtre.
            Oui , « dans le faire » tout n’est qu’illusion temporaire et le comique est que c’est bien réel pour celui qui est enfermé dans sa bulle mentale, il n’y a pas d’autre univers.

            Mais pour celui qui a franchit le fleuve « Lethé » sur l’autre rive ; ce monde est bien une illusion temporaire , voilà la contradiction qui semble irréductible , inconcevable impossible à résoudre.

            J’entends naturellement la riposte ;
            «  Non mais ! Je prend ma voiture et je fonce avec toi à 100km/h sur un mur en béton ; tu vas voir si le monde où je vis n’est qu’illusion… »

            Oui , Oui …j’entends et je réponds avec un sourire radieux…
            Dans le monde de la maya, la poursuite des désirs induit inéluctablement son corollaire ; la souffrance. Mieux vaut en être averti à temps car pour les être en quête ; l’intuition , la synchronicité seront toujours là pour vous aider.
            Ce que Nietzsche appelait ; avoir du nez ; indispensable pour un bon chasseur.
            Tenir debout face au prêtre, à l’imam , au maître Bouddha à tous ces représentants des religions y compris la religions athée summum du nihiliste.

            Je me souviens de ce représentant français du bouddhiste ( Matthieu Ricard ) dans une vidéo vantant les bienfaits du bouddhisme.
            Je l’ai vu de mes yeux se prosterner à genou devant son maître au Tibet. J’ai été écœuré et vacciné pour le restant de mes jours. Il n’a naturellement pas abordé le grand amour des maîtres bouddhistes et de leur représentants pour les petit enfants.

            Histoire drôle ; c’est un prêtre fauché qui rentre chez Mac do pour commander un repas et disant à la serveuse ; «  je n’ai que deux euros pour déjeuner , que pouvez vous me proposer.
            La serveuse ; j’ai un menu enfant
            Le prêtre ; c’est parfait
            La serveuse ; dans le menu enfant vous prendrez quoi ?
            Le prêtre ; heu ! Simplement l’enfant.
            Un peu d’humour pour chasser les nuages noir qui pointent à l horizon…

            Zut !! Splat !!

            Zarathoustra

          • Soleil Bleu dit :

            « Que faut il faire, que dois je faire ?… mais c’est justement la question piège car dès le matin l’Ego et toute sa suite est déjà installé »….. »Dans ; « que faut il faire » , l’Ego s’interpose automatiquement et il en raffole de ces questions infinies.. »

            Oui, c’est exactement Ça ! J’ajoute que dans la question « Que faut-il faire ? » suit toujours « pour…. » qui nous entraîne vers le futur et nous décentre de Çe qui se produit là, tout de suite, dans l’instant présent. L’égo est très fort pour nous détourner de ce regard sur Soi car dans l’instant présent y a pas d’histoire, y a juste observation de « Ce qui Est » dans l’instant, ça l’exclut d’emblée de ce territoire.

  4. Moonlight dit :

    en attendant
    il serait bien aussi d’observer que
    ici&maintenant
    le vent est en train de tourner pour ce psychopathe

  5. jean dit :

    Bonjour ,
    Vous savez cette personne croit juste faire ce qu’elle pense de mieux !
    Le problème c’est que cette personne à l’argent et le pouvoir de mettre en place ses projets.
    Cette même personne n’a surement pas conscience du mal qu’elle fait , elle a ses voiles d’illusion comme tout le monde, elle se prend tout simplement pour le sauveur de l’humanité … via son idée de vacciner toute la planète…
    Mégalomanie.

    Vous avez (tous?) du avoir un jour un ami qui vous a conseillé d’arrêter un comportement nocif que vous réalisiez tous les jours machinalement sans même que vous vous en aperceviez. Le tout c’est d’en prendre conscience avant qu’il ne soit trop tard.

    Pour Bilou c’est plutot tard !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *