L’emballement dans les centrales nucléaires

Mère Nature nous rappelle un peu partout que la bêtise et la cupidité ne conduisent qu’aux pires ennuis. Alors qu’au Japon la situation s’aggrave chaque jour dans le silence assourdissant des médias français, voilà que ce sont à présent deux autres centrales nucléaires aux Etats-Unis qui posent problème. Depuis le 7 Juin, date à laquelle un incendie a stoppé ses systèmes de refroidissement pour quelques heures, la centrale nucléaire de Fort Calhoun dans le Nebraska est cernée par les eaux et serait partiellement innondée alors qu’elle stocke d’importantes quantités de combustible. Ce qu’il reste de sa sécurité tient aujourd’hui à quelques sacs de sable. C’est que cette centrale bâtie en bordure du Missouri n’avait pas de digues adaptées aux crues habituelles du fleuve. On croit rêver.

Heureusement, l’Etat Fédéral a rapidement pris les mesures qui s’imposaient de toute urgence : interdire l’espace aérien au-dessus du site pour éviter les images désastreuses de la centrale sous les eaux. Si l’on ne gagne pas la course contre le fleuve, au moins on aura remporté celle de la communication, doit-on se dire à Washington.

En attendant, aux dernières nouvelles, la centrale était placée en niveau 4 d’alerte (comme au début de l’accident de Fukushima). Depuis quelques jours, le silence radio des autorités alimente son lot de rumeurs, mais surtout sert de baromètre à l’inquiétude qui doit régner sur place et à l’embarras de ceux chargés de la communication.

Toujours au Nebraska, les autorités ont placé la centrale de Cooper pour le moment en niveau 1 d’alerte pour les mêmes raisons. On ne sait pas non plus depuis où l’on en est, mais aux dernières nouvelles, l’eau n’était plus qu’à 30 cm du niveau où l’on devait stopper les réacteurs.

Cerise sur le gâteau, la barrage de Gavins Point Dam en amont de ces centrales va devoir lâcher de l’eau sous peine de céder, ce qui devrait faire monter encore le niveau de 1,60 m à 2,30 m, autrement dit au-dessus du niveau d’alerte d’inondation de Fort Calhoun…

Pendant ce temps, un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche donnait il y a quelques jours un revirement complet de la population française quant au nucléaire civil, avec 77% de gens estimant qu’il faut en sortir. Du coup le lobbye nucléaire en France semble depuis quelques jours adopter le profil de celui qui marche à l’ombre pour se faire oublier. A l’image des médias qui continuent à nous asséner des faits divers, la situation des plages avant les vacances et les habituelles et affligeantes pantalonnades politiques. Certains intérêts croient encore pouvoir miser sur des jours meilleurs pour eux. J’en doute.

Fraternellement,

Le Passeur.

 

Les toutes dernières nouvelles au Japon et aux USA par Kokopelli :

Nous conseillons, de plus, à toute personne intéressée par les conséquences permanentes du désastre de Fukushima de consulter le site de Next-up ou bien le site de Aweb2u pour ses excellentes traductions. Avertissement : toute information émanant de TEPCO, du Gouvernement Japonais ou des psychopathes de l’AIEA est bien évidemment à prendre avec des pincettes. Ce sont des menteurs et ils ont menti depuis plus de trois mois.

Toute révélation émanant de TEPCO ne peut que cacher une situation considérablement plus désastreuse.

 

– 21 juin 2011 : Le cauchemar radioactif de Fukushima-City. La troisième ville et la capitale de la Préfecture, Fukushima-City, se situe à 60 km de la centrale nucléaire de Fukushima 1 et accueille 300 000 habitants. Elle ne fait pas partie de la zone d’évacuation obligatoire, facultative ou même à prévoir. Un citoyen de cette ville, Seiichi Nakate, a créé une association, pour évaluer le niveau de désastre en cette ville, qui s’appelle Fukushima Network to Protect Children from Radiation. Rappelons que le 19 avril, le Gouvernement Japonais avait fait passer le seuil de radioactivité admissible pour les enfants de 1 à 20 millisieverts/an. Seiichi Nakate, très en colère, a donc demandé à l’organisation Greenpeace de venir analyser les sols de la ville et ces analyses ont commencé le 7 juin. Ce sont du césium-134, du césium-137, et du cobalt-60 qui ont détectés. Par exemple, au Lycée de Watari, le niveau de radioactivité était de 45 microsieverts/heure après que la couche de sol de surface eût été ôtée. Seiichi Nakate avait mesuré la couche de sol de surface, avant qu’elle ne fût ôtée, et elle titrait alors 360 microsieverts/heure, ce qui à louche doit correspondre à 2000 millisieverts/an. Pour comparaison, la dose admissible en France est de 1 millisievert/an, à savoir 2000 fois inférieure.

Au jardin d’enfants près du lycée, un taux de 35 microsieverts/heure (200 millisieverts/an) fut détecté sous une gouttière. Dans ce même jardin d’enfants, le directeur avoua que le sol de surface avait été retiré mais qu’il ne savait pas ce qu’il fallait en faire car le Gouvernement n’a pas encore transmis d’instructions.

Faut-il préciser une fois de plus que tout le nord du Japon devrait être évacué d’urgence, y compris Tokyo ? Nous sommes les témoins, en live, du génocide nucléaire du peuple Japonais et personne ne bronche.

– 21 juin 2011 : Thés radioactifs dans la Préfecture de Kanagawa. Suite à la destruction d’une cargaison de thé à Roissy, le gouvernement de la Préfecture de Shizuoka a déclaré que le thé incriminé n’était pas en fait du « Genmai-cha » (thé avec du riz complet grillé) mais du « Ryoku-cha » (thé vert). De plus, selon le quotidien Shinbun, des thés radioactifs, contenant plus de 1000 becquerels de césium radioactif par kilo de feuilles, ont été détectés dans trois régions de la Préfecture de Kanagawa.

– 21 juin 2011 : Le système de décontamination de l’eau radioactive une nouvelle fois en panne. Cette fois, c’est le sous-système d’AREVA qui ne fonctionne pas. On n’entend plus guère de cocoricos du côté des psychopathes d’AREVA. Sont-ils partis en vacances dans l’hémisphère sud?

– 21 juin 2011 : Des nouvelles de la centrale nucléaire de Fort Calhoun au Nebraska. Un dossier magnifiquement élaboré chez Next-Up. Et pour des photos très évocatrices de l’inondation spectaculaire du Missouri, c’est ici.

– 21 juin 2011 : A Tokyo, la radioactivité s’accroît. Ce sont 6.46 microsieverts/heure qui ont été détectés par un particulier muni d’un compteur à Kashiwa, dans la banlieue de Tokyo, le 20 juin 2011, au niveau du sol. La détection a été faite juste à côté d’un parc pour enfants.

– 21 juin 2011 : Au Canada, les paysans ne trouvent personne pour analyser la contamination des sols. Selon ces dernières nouvelles, des paysans se sont vus refuser toute analyse de sol agricole, permettant d’évaluer le niveau de contamination radioactive émanant de Fukushima. Ce refus a été signifié par des universités, des laboratoires privés et les agences gouvernementales. Pourquoi? Nul besoin parce que tout va bien.

Refus des medias de parler de Fukushima, impossibilité de faire faire des analyses de sols, censure sur la toile par Facebook, Google et YouTube… Tout va très bien.

– 20 juin 2011 : Le bricolage à la sauce TEPCO. Il suffisait d’y penser: comme le système de décontamination de l’eau radioactive ne fonctionne pas, pour cause de niveau de radioactivité non conforme aux estimations, les bricoleurs de chez TEPCO ont décidé d’inverser le processus de décontamination. Donc, c’est d’abord les filtres de chez Toshiba, ensuite les trois types de filtres-zéolite de Kurion (technétium, césium, et iode), ensuite le système de décontamination d’Areva et finalement la désalinisation chez Hitashi. Avant que les dirigeants de TEPCO puissent se désaltérer avec de l’eau (H2O) de Fuksuhima-Daichi exempte de toute trace de radioactivité, il va couler beaucoup d’eau dans le Mississippi et dans le Missouri. Et en ce qui concerne le Missouri, peut-être beaucoup d’eau radioactive au flux où cela s’écoule: à savoir pour les eaux du Mississippi – dès le mois de mai, selon certaines estimations – plus de 20 fois le débit des chutes du du Niagara.

– 20 juin 2011 : Toute la vérité sur l’eau radioactive de Fukushima. TEPCO a annoncé que le système de décontamination d’AREVA-KURION a failli en raison du fait que l’eau soit beaucoup plus radioactive que ce qu’ils avaient escompté. L’estimation était de 720 000 terabecquerels de substances radioactives. Le niveau de radioactivité maximale, pour les filtres de zéolite de Kurion, a été atteint en 5 heures au lieu d’1 mois, à savoir 144 fois plus vite que prévu. Devons nous déduire que le niveau de radioactivité des 110 000 tonnes d’eau contaminée est 144 fois supérieur, à savoir 144 X 720 000 Terabecquerels = 104 millions de Terabecquerels, à savoir 18,5 fois le niveau de contamination radioactive de Tchernobyl (5,6 million Terabecquerels)? Et ce, juste pour l’eau contaminée de Fukushima, sans parler du reste. D’ailleurs, il semblerait qu’AREVA reste étrangement silencieux sur le blog en langue anglaise après avoir tant pavoisé par l’intermédiaire de son ex-capitaine remerciée par l’Etat, Anne Lauvergeon, celle que certains bloggers surnomment « Anne Atomic Comic »!

– 20 juin 2011 : Alerte à la Tornade au-dessus de la centrale nucléaire inondée de Forth Calhoun dans le Nebraska. C’est une époque formidable: à se demander si certains psychopathes ne s’amusent pas à bricoler même le climat local.

– 20 juin 2011 : L’eau a monté d’1 mètre de plus à la centrale nucléaire de Cooper dans le Nebraska. Un mètre d’eau de plus durant le week-end, ce n’est que le début. Le Missouri est maintenant quasiment à 15 mètres de hauteur. Autour de Brownville, les digues sont sur le point de lâcher. Lesquelles, celles en aval ou en amont? L’industrie nucléaire devrait se diversifier dans la gestion de sacs de sable!

– 20 juin 2011 : Next-Up a remis en ligne la vidéo d’Alex. C’est ici. Bravo Next-Up pour tout. Et de plus, elle vient d’être remise sur DailyMotion.

– 20 juin 2011 : Les débris radioactifs vont être brûlés au Japon. C’est ce qu’a décidé le Ministère de l’Environnement après, bien sûr, avoir consulté des EXPERTS! Donc, tous les déchets radioactifs peuvent être brûlés et leurs cendres enterrées à moins qu’elles ne dépassent 8000 becquerels de substances radioactives par kilo. Dans, ce cas, il faudrait les stocker temporairement (avant de les larguer dans l’océan, ni vu ni connu). Ce qui est sous entendu dans tout cela, c’est que l’idéal est de brûler les déchets radioactifs avec des déchets non radioactifs pour que les cendres ne dépassent pas les 8000 becquerels. La solution à la radioactivité, c’est la dilution: un vieux refrain bien connu. Quant à la contamination de l’atmosphère… quelle atmosphère?

– 20 juin 2011 : Les vidéos d’Alex ont été supprimées sur YouTube. Selon YouTube, c’est l’utilisateur qui a supprimé ces vidéos. C’est la guerre, non seulement la guerre nucléaire mais la guerre de l’info. Les psychopathes de la clique militaro-industrielle ont peur et la répression fait rage sur internet. Ce sont de multiples censures qui sont signalées chez Google, chez YouTube et bien sûr chez Facebook, le principal outil de renseignement de la mafia globaliste, qui s’attaque maintenant aux activistes. Facebook constitue bien évidemment le paroxysme de l’asservissement: les gentils esclaves confient volontairement toute leur vie, sans restrictions aucunes, sur la toile, au grand bénéfice de leurs maîtres bienveillants!

– 19 juin 2011 : TEPCO va ouvrir la double porte du réacteur 2 le 19 juin. C’est le même cirque que pour le réacteur 1. TEPCO prétend que leur système de ventilation, installé depuis le 11 juin, a réduit le niveau de radioactivité à 10 %. C’est un spectacle pour la galerie, le même que pour le réacteur 1 lorsque leur système de ventilation n’avait rien ventilé du tout. La seule conséquence désastreuse est une fois de plus de sacrifier la santé de travailleurs du nucléaire pour des cacahuètes.

– 19 juin 2011 : La seconde centrale nucléaire du Nebraska se joint à la danse. La seconde centrale nucléaire du Nebraska, celle de Cooper, a déclaré aujourd’hui un « événement inhabituel », le premier niveau de l’alerte nucléaire. Cette centrale nucléaire est tout autant inondée que la première, celle de Fort Calhoun.

– 19 juin 2011 : Quel est le plan B pour la décontamination de l’eau radioactive? Le NISA (Agence d’Insécurité Nucléaire du Japon) a déclaré qu’il n’y avait pas de plan B au cas où le système de décontamination de AREVA-KURION ne fonctionnerait pas du tout. Il est clair que si le corium de trois réacteurs est en train de se faire la valise et de grignoter inexorablement les fondations de béton, TEPCO va peut-être abandonner le refroidissement par aspersion de milliers de tonnes d’eau.

Source : http://www.urantia-gaia.info > Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

 

 

 

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 Responses to L’emballement dans les centrales nucléaires

  1. Oliver dit :

    Je possède un livre d’Astrologie Mondiale (datant des années 80) qui avait prédit une catastrophe nucléaire en 2011 si l’humanité n’y prenait garde…

  2. patricia dit :

    Bonjour
    Je vois les Énergies depuis ma naissance donc je n’ai aucune mérite pour ça. Je peux vous certifier que j’ai vû le nuage radioactif passer dans les Laurentides au niveau de l’Annonciation le 26 septembre et que ce n’était pas beau à voir.

    • elba dit :

      Nous n’en entendons plus parler du tout aux informations, Patricia.
      Cependant, sans avoir les dons que tu as, je pense aussi que le mal nucléaire est à l’oeuvre, hélas.
      La soif de pouvoir de l’homme détruit tant de vies !
      Quand allons-nous prendre conscience de cela, et changer d’attitude ? Nous faudra t’il encore de nombreuses existences pour y parvenir ?

      … Les Laurentides doivent être magnifiques en ce moment…

  3. elba dit :

    Je cherchais aujourd’hui à apprendre des nouvelles du nucléaire… Que ce soit de Fukushima ou des centrales états-uniennes.

    Et je voyais ça, parmi d’autres articles, sur Kokopelli :

    « – 7 juillet 2001: Champignons et décontamination radioactive. Pas de coïncidence, le jour même où la presse Japonaise rapportait l’information précédente sur les bactéries, un autre article magnifiquement élaboré sur le blog de Washingtonblog.com évoque dans le détail cette problématique de neutralisation radioactive par les organismes fongiques. Cet article évoque également les travaux de l’un de mes héros aux USA, Paul Stamet, dont j’ai traduit un article ici.

    – 7 juillet 2011: Micro-organismes efficaces et décontamination radioactive. Les quotidiens Japonais rapportaient hier qu’un professeur Ken Sasaki, de l’Université de Kokusai Gakuin à Hiroshima, a découvert des bactéries phototropes capables de neutraliser le césium radioactif. Nous ne doutons pas que les bactéries phototropes ou photosynthétiques puissent avoir cet effet de décontamination.

    Nous présumons que les recherches de ce professeur Japonais sont dérivées des découvertes du très célèbre Professeur Teruo Higa, le « découvreur » des EM (effective micro-organisms), en fait des processus bactériens connus et utilisés par l’humanité depuis l’aube des temps. Pour l’instant, nous n’avons que cette information sur la décontamination radioactive de la Biélorussie après Tchernobyl à l’aide des micro-organismes bénéfiques. Signalons que des distributeurs d’EM existent maintenant dans tous les pays d’Europe. En France, lien pour un distributeur, en sus d’un lien pour une association, et en sus d’un lien pour un ouvrage. »

    Se pourrait-il que l’on puisse lutter contre la radioactivité à l’aide des champignons ? Ce serait si chouette !!! 🙂

  4. Boureau Lionel dit :

    Enfin heureux de trouver un lien qui me convient….Vous traitez ces sujets graves (pour nous) avec une pointe d’ironie qui relève le commentaire, très plaisant, les liens sont des sources fiables…beau travail…(je me suis permis de partager sur facebook). Bonne continuation Passeur

  5. elba dit :

    Merci, Passeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *