Le jour où…

Susan Seddon-Boulet04Par Kim McMillen.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et, alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui je sais que ça s’appelle… Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal quand je vais contre mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle… Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle… Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne dans le seul but d’obtenir ce que je veux en sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment……
Aujourd’hui je sais que ça s’appelle… Respect.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire …personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle… Amour Propre.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans , j’ai abandonné les méga-projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plaît et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle… Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui j’ai découvert… L’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.
Et ça s’appelle… Plénitude

Le jour où je me suis aimé pour vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon coeur, elle devient un allié très précieux
Tout ceci est…. SAVOIR VIVRE !

 » Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter…
…Du chaos naissent les étoiles. « 

Kim McMillen.

Kim McMillen, femme écrivain du Colorado, engagée dans un chemin de développement personnel, a réalisé, avant sa mort à cinquante-quatre ans, un livre, cousu main pour ses amis, rassemblant sous une forme simple et limpide quelques paroles à écouter et à méditer.  Des paroles mesurées pour dire qu’une autre façon de vivre est possible et qu’il importe de s’aimer vraiment.
Sa fille, Alison, souhaitant faire connaître largement ce témoignage, a publié en 2001 «When I loved myself enough».  Ce poème a été faussement attribué à Charles Chaplin.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

À propos de Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.