L’éveil en soi (2)

Du déconditionnement à la libération, mode d’emploi

Par le Passeur.

La guérison

– Guérir c’est prendre la voie de la vacuité.

Pour commencer, prends conscience que dans ta tête, c’est le brouhaha mental. A quel moment ne penses-tu pas ? Cherche un peu. On est d’accord, pas souvent. Mais lorsque ça arrive – et dis-toi qu’à bon nombre ça n’arrive jamais – tu remarqueras que c’est toujours lorsque tu es pleinement dans le moment présent. Elle est là la clé : être dans le moment présent.

Si tu n’as pas conscience de l’absurdité du brouhaha mental qui est le tien, observe un instant de quoi sont faites tes pensées et tu constateras qu’elles se situent toujours dans le passé ou dans le futur. Jamais dans le présent. Comme si dans ta tête le présent n’existait pas alors qu’il est en fait la seule vraie réalité du monde que tu perçois. Ce que tu penses du passé ou du futur revient à projeter une énergie en un lieu qui n’existe pas. Parce que selon ta représentation linéaire du temps, qui est la tienne en cette dimension, soit tu penses à des choses qui ne sont plus, soit tu penses à des choses qui ne sont pas encore arrivées et qui n’arriveront peut-être jamais. Mais dans le moment présent, qui est le seul vraiment perceptible par tout ce que tu es, tu n’es jamais.

Voilà l’une des clés essentielles de la libération. Cherche le plus souvent possible la perception du moment présent dans ton quotidien et tu vas ainsi apprendre à apaiser ton mental, à apprivoiser cet animal sauvage qui jusqu’à présent n’a fait que ce qu’il voulait de toi.

Lorsque tu auras par ailleurs conscience que chacune de tes pensées est une énergie non maîtrisée, lancée à la va-vite dans l’univers et qui file toujours quelque part aimanter sa résonance, je te laisse imaginer le degré de pollution qu’un seul être humain peut produire dans une vie. C’est d’ailleurs une des choses sur lesquelles il est bon que nous commencions tous à travailler.

Un exercice simple pour être dans le moment présent est de t’asseoir dans la nature, de fermer les yeux et de ressentir pleinement sa présence à travers tes autres sens, le vent dans les arbres, sur ta peau, le chant des oiseaux, le vol des insectes, la chaleur du soleil. Si tu n’as pas la nature à proximité, fais-le dans la ville, c’est bien sûr moins nourrissant mais ce qui est pratique avec l’instant présent, c’est qu’il existe partout et en permanence. Sa grande qualité est qu’il installera peu à peu en toi le silence lucide et omnipotent, ainsi que la vacuité réceptrice, qui t’introduiront dans ta vraie maison, là où repose en attendant ton retour ta maîtrise perdue.

– Guérir c’est prendre la voie de l’allègement.

Chacune des cellules de ton corps emmagasine le poids de tes mémoires, celles de cette vie bien sûr, mais aussi celles des vies précédentes et même certaines transmises par ton ascendance – ce qu’on appelle les mémoires cellulaires. Imagine un peu la quantité d’émotions diverses, dont certaines particulièrement lourdes, qu’elles ont pu accumuler tout au long de ton périple dans l’incarnation !

Le mal-être, les peurs, la maladie, sont les conséquences de l’énergie disharmonieuse stockée en toi, qui finit toujours par s’exprimer à travers une ou plusieurs de tes zones d’ombre, le plus souvent celles qui sont nées des plus grandes douleurs, là où tu es le plus vulnérable.

Lorsque tu auras discerné les zones d’ombre en toi et que tu auras su identifier les blessures de l’ego qui en sont la cause, tu auras défait les nœuds des sacs émotionnels qui les alimentent. A partir de là, les sacs étant ouverts, tu en feras ce que tu veux selon ton libre-arbitre, et peut-être rien si tu as décidé de ne pas t’alléger. Mais dans le cas contraire, si tu as la volonté de sortir du jeu et de guérir, la voie que je t’invite à suivre est celle du pardon et de la compassion. Pour toi comme pour autrui.

C’est dans le pardon sincère et profond pour les blessures faites et les blessures reçues, ainsi que la compassion pour celui qui a joué le rôle de bourreau et qui n’est lui-même que la victime de ses blessures, même si parfois ça été toi ce bourreau, que tu pourras alors véritablement guérir.

N’oublie pas que dans le long chemin de tes vies sur cette Terre, tu as parfois posé la tête sur le billot et tu as parfois tenu la hache. C’était le chemin pour chacun de nous sans exception, il nous fallait expérimenter pleinement les deux polarités de la dualité, et nous avons donc distribué jusque-là les rôles avec notre plein consentement dans le respect de l’équilibre des énergies opposées, autrement dit le respect des lois du karma.

Que sont-elles ces zones d’ombre en toi ? Elles sont toutes tes attitudes, tes comportements, tes réactions qui provoquent en toi et/ou pour autrui des douleurs, des maladies et des sentiments involutifs, donc de nature à t’éloigner un peu plus de ton être divin.

Il n’est pas très difficile de te pencher sur toi. Demande-toi par exemple pourquoi tu te mets en colère dans telle situation ou par rapport à telle discussion. Observe toutes les fois où c’est arrivé et remonte au sentiment qui a provoqué ta colère. Que ressentais-tu alors, quel mot ou quelle situation a déclenché ta réaction ? Qu’est-ce que cela t’a rappelé, quelle image t’es venue ?

Pratique ainsi en toutes circonstances et tu auras d’excellentes chances d’exhumer la blessure non guérie qu’il y a derrière. Et si celle-ci n’apparaît pas tout de suite, qu’elle remonte à plus loin, peut-être une autre vie dont tu n’atteins pas le souvenir, fais confiance en la vie pour qu’elle te révèle rapidement comment y remédier. Que tu le veuilles ou non, tu as en ce monde comme au-delà de ce monde des guides qui sont là pour toi et ne demandent qu’à t’aider, surtout si tu le leur demandes.

Sur la voie de l’éveil, les choses se passent toujours ainsi, la grande loi de la synchronicité s’applique à chaque sollicitation de l’être sur le chemin. Tu croiseras toujours la personne, le livre ou le film qui répondra à l’un de tes questionnements sincères. Et si tu sais observer la nature, tu y trouveras très souvent les signes qui te seront utiles.

Que faire me diras-tu lorsque tu identifies l’une des causes de l’une de tes zones d’ombre ? Eh bien rien de très sorcier: tu l’accueilles.

Laisse remonter l’émotion, ne la bloque pas, accueille-là comme une parcelle de toi qui enfin se libère, et ressens de l’amour pour cette petite part de toi blessée qui avait tant de mal à dire sa douleur. Tout simplement, aies de la compassion pour toi. Tu as été blessé et tu as souffert, tu ne mérites que de l’amour pour cette épreuve, et surtout pas du mépris, de la colère ou de la honte.

N’émets aucun jugement, accueille cette émotion qui se libère, que ce soit dans les larmes, les cris ou le silence qui te submerge. Vois-là comme un enfant de toi, parle-lui, dis-lui que c’est fini, qu’il est libre et que plus rien désormais ne nourrit la douleur qui l’a vu naître. Si tu aimes sans condition en cet instant l’enfant blessé qui se révèle, tu le guéris alors instantanément.

A ton rythme, selon tes forces, sans pression aucune, tu reconnaîtras tous les enfants de ta douleur et tu leur rendras leur liberté.

Dans ce monde de dualité dont nous achevons l’expérience, il demeurera peut-être quelques blessures non guéries, mais ça n’a pas une grande importance. Il est déjà bien plus important d’avoir pris le chemin de la compréhension de qui nous sommes que d’en avoir guéri tous les aspects. Lorsque les problématiques les plus lourdes sont résolues, les quelques guenilles qui pendent encore ne t’empêcheront pas d’aller tout droit réinvestir l’être divin que tu es. Et ce jour-là, quelle ombre crois-tu pourra s’opposer à tant de lumière ?

L’abandon

Résumons une dernière fois. Tu as donc pris conscience que tu n’es finalement pas né en ce monde dans le seul but de te soumettre à la volonté d’autrui et d’en suivre aveuglément les règles imposées, tu as donc commencé à percevoir les mécanismes qui t’avaient conditionné à le croire jusque-là, tu as discerné en toi ce qui relevait de ce conditionnement afin d’en guérir les blessures occasionnées, tu as guéri l’essentiel… et maintenant ?

Maintenant, tu es en état de véritablement reconnecter ton esprit supérieur. Tu es en état de t’aligner sur ta divinité. Tu es en état d’être.

En fait, au fil du chemin, tu auras déjà fait des incursions dans un monde étrange, qui sont les signes de ta reconnexion progressive. Sauf exception, tout ne jaillit pas comme on ouvre une vanne, les étapes s’interpénètrent et la progression se fait la plupart du temps par paliers.

Le lâcher-prise a été pour toi un palier spectaculaire. En ceci qu’il t’a conduit à des attitudes et des comportements nouveaux. Combien de fois t’es-tu surpris à ce stade à ne plus réagir de la même manière dans des situations qui auparavant t’auraient atteint et auraient déclenché autant de ripostes de ta part ? Combien de fois t’es-tu dit que tu ne te reconnaissais pas ? Que tu te trouvais particulièrement zen ? Que tu ne comprenais pas comment tu ne t’inquiétais plus pour tel ou tel problème ?

Le lâcher-prise est une étape très visible dans ton quotidien, et souvent déstabilisante pour l’entourage qui a lui aussi du mal à te reconnaître et qui ne sait plus à quoi s’attendre.

Ne t’y trompe pas, ce palier représente une séparation plus marquée avec ce qui composait ta vie auparavant. C’est un bien en ceci que tu vas enfin vers toi-même et que sur ce chemin tu croiseras des êtres qui vivent le même éveil et qui te stimuleront, mais ça coûte aussi parfois le prix de l’éloignement de ceux avec qui autrefois tu partageais la même emprise de la société sur l’ego. Il arrivera aussi que tu seras leur déclencheur et certains te suivront, mais d’autres s’éloigneront irrémédiablement de toi, c’est ainsi, ne force rien ni personne, respecte le chemin de vie de chacun.

Au niveau collectif il en va de même. Celui qui ne dort pas est en mesure d’observer en cette période la séparation qui s’accroît entre deux mondes : l’ancien monde attaché aux énergies qui l’ont mu jusque-là, et avec lui ceux qui s’y accrochent avec force, et le nouveau, qui ne se dégage d’aucune ruine de l’ancien, mais qui manifeste son émergence à partir d’une conscience toute nouvelle, qui telle une arborescence se répand de façon exponentielle en proportion du nombre d’êtres qui s’éveillent à elle.

A ce stade du processus de ta guérison et de ta reconnexion à ton être véritable, tu es déjà en position de te réapproprier de vieilles mémoires qui remontent à la surface comme des bulles de méthane du fond des océans. Certaines de ces mémoires exhumées ont participé à ta guérison, d’autres t’ont simplement offert des indications sur tes vies passées, ou, plus utiles, t’ont réouvert l’accès aux annales d’un savoir qui vient à présent naturellement à toi.

Parallèlement, tes perceptions s’élargissent à ce qui était jusque-là invisible, hors de portée, certaines capacités peuvent déjà apparaître, comme la télépathie, souvent l’une des premières à se manifester, ainsi que la capacité de guérir autrui ou encore des visions inexpliquées, des incursions dans d’autres dimensions où tu joues un autre rôle. Et d’autres ouvertures encore.

C’est ton héritage, il t’appartient et tu sauras quoi en faire le moment venu dans l’intérêt de tous. Ne t’inquiète pas non plus si rien de tout ça ne se manifeste encore, chacun suit un chemin de vie qui est le sien et il n’y a aucun bien à se comparer aux autres, car cette comparaison n’a aucun sens. Ca n’est pas ainsi que tu mesureras le chemin accompli et que tu te situeras dans ce processus ascentionnel.

Cette tentation de la comparaison est réellement falsificatrice et demande une grande vigilance. D’abord parce qu’elle nourrit une autre facette de l’ego qu’on appelle fréquemment l’ego spirituel : disons que lorsque l’ego se voit perdre du terrain dans son élément matériel, son puissant instinct de survie va le guider vers d’autres emprises à exercer. Ca lui sera alors très facile de basculer vers l’élément spirituel puisqu’il voit ta conscience supérieure prendre cette direction sans pouvoir l’empêcher.

Pour anecdote, autrefois en Thébaïde, lorsque les premiers monastères chrétiens sont apparus au V° siècle, les moines alors friands d’ascèses et autres pénitences avaient paraît-il au réfectoire la fâcheuse tendance à manger toujours moins que le voisin afin de montrer par là une plus grande maîtrise. Tant et si bien que le port de la capuche a dû être inventé et imposé afin que nul ne voit le visage de son voisin et ne puisse en juger l’appétit.

On ne compte plus aujourd’hui encore le nombre d’«éveillés» qui se sont fait piéger ainsi par leur ego. Les plus charismatiques finissent gourous, les plus discrets égarent leur humilité et ne savent plus se remettre en question, perdant ainsi leur discernement, se laissent berner par leurs toutes nouvelles capacités et entraînent en passant dans leur sillage quelques uns plus vulnérables encore.

L’humilité justement est une puissante lumière dans l’obscurité. Plus que cela, c’est un Soleil à l’aune duquel le petit dans ce monde devient immense en l’autre.

Lorsque tout paraît devenir compliqué et que le discernement fait défaut, lorsque les doutes remontent et que la soif de contrôle assèche à nouveau le palais, l’humilité conduit l’être avec douceur vers l’autel de l’abandon, qui est le seuil suprême où il investit la plénitude de son habit de lumière.

L’abandon est la nuque que l’on offre nue au divin en soi. C’est la foi ultime, et elle est emplie d’une joie sereine et profonde.

La Lumière

Quelqu’un a dit il y a longtemps qu’il y aurait beaucoup d’appelés et peu d’élus. C’est que les pièges que nous nous sommes collectivement inventés sont foules bigarrées. Mais il n’y a pas lieu de s’en inquiéter, quel que soit le rythme de nos pas, tout le monde ira tôt ou tard vers son être divin, personne jamais ne sera laissé sur le bord du chemin, sois en sûr.

N’oublie pas mon frère, ma sœur, que nous sommes des nomades un peu fous, plein d’entrain et de joie, qui avons décidé il y a bien longtemps contre vents et marées, d’investir cette vaste scène de théâtre qu’est la Terre, endossant à tour de vies bien des sortes de costumes et de décors, tous destinés à nous emplir d’une expérience nouvelle et ancrer dans la matière une lumière qu’elle ne connaissait pas. Et qu’à présent que la représentation s’achève enfin et que le rideau tombe, nous allons faire quelque chose de très beau de ce que nous avons appris ici sur cette Terre bien aimée, de son vrai nom au sein de l’univers, Urantia Gaïa.

Veux-tu que je te dise mon frère, ma sœur, ce que nous avons fait et dont nous pouvons nous réjouir ? Nous avons tous ensemble accepté d’abandonner un jour nos éthers pour investir peu à peu la matière jusqu’à s’incarner dans un corps, en oubliant volontairement tout ce que nous étions et en nous laissant manipuler par des êtres qui ont tout fait pour nous séparer toujours plus profondément de notre essence divine. Ils y sont parfaitement parvenus, notre sentiment de séparation a grandi jusqu’à l’absolu et nous sommes devenus au-delà de ce que nous avions consenti leurs esclaves ignorants et crédules.

Dans cette obscurité épaisse, il nous a fallu imaginer qu’il existait autre chose que le monde qui était devenu le nôtre, et que nous avions la capacité d’évoluer. Sais-tu, mon frère, ma sœur, combien de vies et de souffrances de l’ego il a fallu ?

Mais là tout au fond de la vase, dans le noir absolu, pieds et poings liés, avec juste l’air qu’il nous fallait pour quelques instants de survie dans les poumons, nous avons su reconnaître la flamme indestructible qui ne nous a jamais quittés, et de toute la volonté de chacune des cellules de notre corps, nous en avons pénétré peu à peu l’incandescence. Par l’immense pouvoir de liberté qu’elle a distillé en nous, nous sommes remontés vers la surface en brisant nos chaînes une à une jusqu’à transcender toutes les limites imposées.

En d’autres royaumes qui sont aussi notre héritage, tout au long de cette grande histoire, des légions d’êtres de lumière nous ont aidé de toute la force infinie de leur amour et se sont réjouis avec un étonnement grandissant de chaque pas que nous avions trouvé le moyen de faire vers eux, vers nous.

Ne crois pas mon frère, ma sœur, ceux qui te disent que nous avons raté le train, que nous nous sommes réveillés trop tard. Certes, on aurait pu faire mieux et toute la fin de l’histoire aurait pu se passer autrement, mais dis-toi que tout est toujours juste à l’échelle de l’horlogerie cosmique, et qu’au départ, dans l’oubli de notre identité, piégés dans cette dimension non unifiée, séparée du cosmos, nos chances n’étaient vraiment pas lourdes.

Alors réjouis-toi, mon frère, ma sœur, sans orgueil mais avec la sobre fierté du chemin accompli. Tu es sur le seuil. Tu redeviens l’être de lumière que tu as toujours été, l’être divin qui va humblement s’auréoler de l’héritage unique d’Urantia Gaïa, avec qui tu chemines cœur à cœur dans ton ascension. A l’aube des Soleils du nouveau monde qui déploie ses ailes, tu découvres déjà ton véritable pouvoir créateur. Et tout à présent se fera en conscience et en joie, dans l’amour transcendé du divin en toi.

Fraternellement,

© Le Passeur – 11 Mai 2011 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

2011, la nouvelle Odyssée

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

À propos de Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

55 réponses à L’éveil en soi (2)

  1. Emmanuelle dit :

    Merci pour cet article qui donne des conseils pratiques concernant le lâcher-prise. Je l’ai relu je ne sais combien de fois, prise de notes etc..jusqu’à enfin réussir une mise en pratique régulière. Le plus difficile pour moi concerne les émotions. Je sais que j’ai mal au ventre depuis vingt ans à cause des émotions. Rien que ça ça me fâche avec elles 🙂 J’ai beaucoup travaillé déjà sur la colère, le pardon. Mais plus souvent envers les autres il est vrai. J’ai l’impression que je n’en finirais jamais avec ces émotions car tous les jours et tout au long d’une journée nous vivons d’émotions. Les plus fondamentales comme la tristesse, la colère, le ressentiment, le chagrin, la peur reviennent en boucle. Je me dis que je dois rater une étape dans mon travail. Certainement m’aimer moi-même. Je lis ça souvent ici et là: l’essentiel est de s’aimer. Mais que signifie au juste ce: s’aimer soi-même? Se pardonner? Accueillir justement ses émotions? J’accepte qui je suis et pourtant ces émotions tournent en moi sans fin dans mon travail de libération. Bizarre. Quand je lis cet article ( et les autres du site) je me sens bien. C’est déjà ça 🙂

    • Margelle dit :

      Je te livre ma version actuelle de « s’aimer soi-même? Se pardonner? Accueillir justement ses émotions ». J’ai beaucoup vécu d’émotions invasives qui laissaient peu de place à la réflexion, au recul, à la distance.. Depuis quelques temps, après beaucoup de temps, et l’aide incontestable de ce site (et d’autres apports, bien sûr), je prends le temps de m’arrêter, de voir ce qui se passe en moi. Je ne refuse pas les émotions qui me traversent, je les regarde, et me dis qu’elles font partie de moi. Qu’elles signifient quelque chose. Et c’est ce quelque chose que j’essaie de faire remonter à ma surface. Je reconnais du coup des tas et tas de motifs qui font partie de moi, un peu embrouillés au départ, que je dénoue patiemment. En pratiquant ainsi je les « vois » et accepte qu’ils viennent me perturber, d’autant qu’avec le temps ils passent plus rapidement. Par moments je fais appel au point zéro ou la visualisation créatrice, et je suis souvent étonnée de la leçon que je reçois. Je n’arrête pas d’apprendre, et c’est fantastique ! Je sais aussi que ce que je vis n’est pas étranger à la vie des autres. En démêlant mes noeuds, ce sont tous les noeuds que je dénoue, à ma façon..
      Amitiés.

      • Emmanuelle dit :

        Merci vraiment Margelle pour ton témoignage et l’aide que cela apporte. Tout est dans le  » faire remonter à la surface ». Lorsque je sens un grand vide en moi je sais bien que ce vide appelle mon attention. Alors j’envoie de l’amour. Le vide reste. Un jour quelqu’un m’a dit que ce vide faisait partie de la créativité que je sollicite dans mon travail quotidien. Du coup j’ai juste accepter de sentir ça. Je n’essaye plus de « remplir ». Quel soulagement 🙂

        Je trouve intéressant ce que tu fais. Et courageux. Car c’est un travail de minutie et de fond. Je ne connais pas encore le « point zéro » et pour la visualisation créatrice tout ce que j’en sais c’est qu’elle peut faciliter la réalisation de projets. Je ne savais pas que nous pouvions l’utiliser pour mieux nous connaître, et encore moins pour avoir des réponses. Y a-t-il des liens à ce sujet qui pourraient m’aider? Merci

        • pierrot dit :

          En connaitre sur n’a rien a voir sur se connaitre.

          • Margelle dit :

            Cela semble évident !

            • pierrot dit :

              c’est juste un rappel à la vigilance a ne pas voir la méthode comme un sésame mais comme une invitation a s’explorer et à voler ensuite de nos propres ailes.

              • Emmanuelle dit :

                Oui Pierrot. Il est vrai que à un moment je cherchais de l’aide partout et toujours et j’avais tendance à m’égarer et/ou à donner plus d’importance à la méthode qu’à moi-m’aime. J’essaye de rester centré aujourd’hui et d’avancer avec plus de rigueur. A mon écoute surtout. Ta remarque est très juste!

              • pierrot dit :

                Emmanuelle,
                merci de nous partager ton authenticité.
                Quand on éclaire de l’intérieur nous n’avons plus besoin de guidance extérieur.
                Cela limite aussi l’interprétation du mental car nous ne passons plus par des intermédiaires.
                Nous naviguons alors au ressenti.
                Peut être moins facile mais lorsque c’est intégré c’est fiable car nous sommes alors maître de nos émotions.
                Cela ne veut pas dire de toujours éclairer de l’intérieur mais de savoir se connecter à notre temple intérieur.

        • Margelle dit :

          Bonjour Emmanuelle. Oui, je me trouve également confrontée au vide. Ca fait peur. C’est terriblement angoissant. Nous ne sommes plus rien dans ces moments. Panique totale. Mais accepter le tout, le vide, la panique, le néant…. ne plus être. Laisser vivre…. et ça passe. Ensuite autre chose arrive. Le moment du présent…. Mais comme tu le dis, ne rien fuir, et la création arrive.
          Pour la visualisation tu peux aller voir le site de Shakti Gawain. Je l’utilise pour des aspects pratiques, mais pas seulement, également pour dénouer des relations. Je ne sais pas comment cela agit, mais l’opération me transforme. Je dirais que même les aspects pratiques me transforment intérieurement. L’un est le reflet de l’autre; J’essaie de tout prendre en compte, ne rien séparer…. vision globale…
          Bien à toi.

          • Emmanuelle dit :

            Merci Margelle 🙂 Je vais découvrir ça. Ce site urantia-gaia est vraiment une chance pour ce genre d’échanges. Je n’ai encore pas lu le quart des articles 🙂 Chaque chose en son temps.

  2. Anthrôpos Adam'ish dit :

    Certains disent je suis éveillé, d’autre depuis mon éveil…je ne peux pas le dire, je ne sais pas si je suis éveillé. Je ne sais pas comment valider ce que je ressens. Je ne sais pas quelle importance accorder à mes actions dans leur globalité. Je ne sais pas si cela fait de moi quelqu’un de différent, de méritant de digne, de légitime.
    Nos zones d’ombres, j’en ai tant. Je suis un peu perdu j’avoue!
    On me dit tu es as un autre niveau que d’autres, mais je ne me reconnais pas dans ces paroles. Je n’ai pas cette conscience. Je fais ce que je peux avec ce que je suis. Puis-je plus, suis-je sincère? Je crois, ai-je confiance en moi, non…C’est difficile.
    On me dit tu vas « monter », tu es déjà évolué, …j’ai tellement le sentiment de n’être rien d’autre qu’un bout de viande, qui se débat que je n’arrive pas à croire que l’on me voit comme on me voit.
    Oui, les deux textes « L’éveil en soi » résonnent, ne sont pas neufs pour moi, je pense qu’ils sont justes et en même temps je n’arrive pas à me faire confiance totalement, à me faire confiance, à me projeter.
    J’arrive à me poser, à méditer, est-ce efficace? Je ne sais pas, est-ce que je le fais bien, je ne sais pas! Je n’arrive pas à avoir de certitudes, sur moi, sur les autres, sur le monde. Je sais que le doute, la confiance, l’ego sont des domaines que lesquels je dois travailler, mais je ne sais plus par où, les prendre.
    On me dit coupe le lien avec celui que tu étais, tourne la page, sans doute que oui, c’est la une bonne chose. Aujourd’hui, ma vie est autre. J’avance pas à pas en essayant de poser un pied de devant l’autre sur des galets bien stables. Sauf, qu’autour il reste un flux et je dois en même temps maintenir mon équilibre, m’assurer de la stabilité du pas suivant, que je croise de nombreux autres chemins autres personnes qui viennent ou non tenter de colorer mes galets, alors c’est dur, et j’avance doucement. Certains diront que l’important c’est d’avancer. Oui, mais cela m’épuise. Je lutte contre la facilité qui serait de se laisser emporter par le courant et parfois qu’est-ce que c’est tentant. Pourtant, j’ai la sensation parfois que je mérite mieux.
    Je continue la lecture de votre blog et de ses commentaires.
    Merci.

    • claude dit :

      Une foi que tu es vrai, toi même, l’autonomie devient effective, car l’un va avec l’autre,
      à ce moment l’autre n’essaye plus de venir colorer tes galets,(j’aime cet expression) car soit il est dans le partage soit ils s’éloigne ne pouvant comprendre cette vérité,
      tu es sur la bonne voie, la tienne, la seule qui vaut la peine d’être vécue en profondeur.
      l’important c’est de t’écouter, car les conseilleurs ne sont pas les payeurs, de plus cela ne serait plus être vrai, être autonome, être libéré, car en chacun de nos cœur réside notre vérité.
      n’est ce pas la l’essentiel.

  3. doudou dit :

    je suis trés fier de rencontrer votre site car l’ objectif principale de toutes personnes doit etre la recherche du bien etre mondial car mon seul et unique objectif et de voir ce monde en unité c est a dire que chaque personnes doit comprendre qu il est connecté a chaque personne que le monde comprend qu’ on est tous en reseau comme les machines sont connecté a la source que nous meme nous sommes des machines car le monde ce traduit toujour par deux concept que j appel le bit c est a dire le 0 et le 1 donc le monde naturel qualifié de 1 et le monde artificiel qualifié de 0 comme la clairté et l’ obscurité , la chaleur et la fraicheur l homme et la femme le merveille et le malheur ainsi de suite donc le monde doit comprendre qu on est tous des lumieres multicolor connecté a la lumiere centrale notre base de donné de malheur et de bonheur donc le rouge le noir le blanc le vert sont tous les fils de la lumiere et je souhaite que le monde aye une meme vision de la realité unique celui de la lumiere pour faire bien resonné la lumiere central comme chaque etre le souhaite. dans le software et le hardware (l’ immateriel = materiel

  4. Merci pour les deux texte.

    Egalement, la question posée par Davictor est intéressante, et la réponse du Passeur aussi :

    « Quant aux « mises à l’épreuve », elles jalonnent le chemin vers l’éveil au fur et à mesure des étapes franchies. Nous nous confrontons nous-même à ce dont nous avons besoin pour savoir où nous en sommes. C’est cela le mise à l’épreuve, rien de plus. »

  5. VirginieLume dit :

    Merci 🙂

  6. damiens pascale dit :

    coucou, passeur .
    un petit mot pour te dire que grace à toi et divers commentaires, j’ai eu le courage de lacher un métier dans le médical (infirmière libérale ) parce que ma vibration ne lui correspondait plus .
    ce choix a , tu t’en doutes , été difficile mais j’ai eu la l’impression que c’etait ma première décision faite en conscience !
    je suis trés fière de moi , de cet abandon en la vie , de ma certitude que d’autres portes vont s’ouvrir !
    merci donc à toi et à ton site .

  7. Machachouette dit :

    Passeur, tout ce que tu dis je le ‘sais’, je le sens et pourtant j’ai tellement besoin de l’entendre à nouveau. Je n’avais pas réalisé à quel point mon envie d’isolement (officiellement pour travailler intérieurement sur moi) était en fait la résultante de peurs profondes, peur de l’Autre, de souffrir, fatigue, etc.. Tu m’aides beaucoup. Je vais tout lire de toi, m’abreuver à ta source et aller visiter tes sites amis. Je revis! Le travail que tu fais est une merveille bénie des dieux. Mon coeur déborde de reconnaissance, d’Amour. C’est inouï le flot d’émotions que tu as fait surgir en moi, par ta gentillesse et ta générosité désintéressées. Permets moi de t’Aimer de loin en attendant de pouvoir t’aider autrement à mon tour (dès que j’arriverai à subvenir à mes besoins, tu seras un des premiers à qui je donnerai de l’argent). Depuis que je t’ai découvert, hier soir, mon coeur t’inonde d’Amour et ça ne s’arrêtera plus. Mille merci à toi pour moi, mais merci aussi pour tous ces gens que tu aides, cela me fais du bien de voir de l’Amour Pur.

    • Machachouette dit :

      Bonjour Passeur,
      Je me pose une question sur l’organisation de ce site. J’ai eu beaucoup de mal (tout est relatif! Bien sûr) à retrouver certains articles car il y a des liens à l’intérieur des txt qui nous emmènent vers d’autres textes et après on ne sait plus d’où l’on vient, car on ne peut pas faire retour arrière. Exemple : j’étais sur les -êtres stellaires – dans lequel il ya un lien vers un txt nommé ‘celui-là’, je le suis et je m’aperçois que je l’ai déjà lu, et je ne peux pas revenir en arrière pour aller chercher ‘le passage du chas’ – une chance d’ailleurs que je me souvienne du titre, car étant très fatiguée, je suis limite de l’état second, la plupart du temps. Tu me diras : rien de grave, pendant que tu te balades sur le site, t’as toujours la Loi de la Vie qui fait que tu es au bon endroit au bon moment, certes. Mais donc en cherchant, j’ai retrouvé une liste au début de l’Eveil 1, que je trouve très pratique, je l’ai d’ailleurs mise en favori pour la retrouver plus facilement, mais pour des nouveaux venus, ne crois-tu pas intéressant de pouvoir accéder plus facilement à tes articles – par groupes – de cette façon? Ou alors, y a -t-il une subtilité qui m’ait échappé. Bref, tout ça pour dire qu’une liste complète de tous tes txt me paraîtrait utile. Désolée de te suggérer encore du travail avec tout ce que tu fais déjà, je me demande même comment tu fais! Que de mystères…

      • Machachouette - Annule et remplace précédent? dit :

        Euh! Pardon, j’ai peut-être dit une énormité, je viens de retrouver l’onglet des êtres stellaires. Mais peut-être qu’une liste complète…

      • Le Passeur dit :

        Je ne vois pas ce qui empêche de revenir en arrière, y compris avec les flèches du navigateur utilisé, ou bien d’ouvrir un autre onglet si on ne veut pas fermer le premier. Ensuite, il y a la rubrique l’Eveil pour retrouver certains de mes articles, ou tout simplement le moteur de recherche.
        Par ailleurs il y a des rubriques en haut sur la colonne de droite, bref de quoi naviguer de façon assez complète.

  8. Soleil Bleu dit :

    Merci ! Merci ! Merci Passeur,

    En relisant les deux articles de l’éveil, j’épprouve un immense élan à les envoyer à ceux que j’aime. Mais ils ne m’ont rien demandé en ce sens, alors….?
    Peut-être l’ont-ils lu déja ou expérimenté quelque chose qui les a rapprochés de ça !
    J’ai tellement confiance ce soir que rien n’est un souci ni problème.
    Que la paix et la joie envahissent nos coeurs.
    S.L

  9. davictor dit :

    Bonjour Passeur,

    Mille merci pour ce merveilleux travail que tu réalises !!
    Merci de partager si gentiment ton savoir, tes connaissances !!

    Voici 2 petites questions personnelles sur l’éveil :
    – Que faire pour trouver sa voie après un éveil/une kundalini spontanée ??
    – Y a t il une étape, telle une sorte de mise à l’épreuve suite à un eveil ??

    Merci d’avance pour toute information que tu pourras me trnsmettre.

    Bien à toi

    • Le Passeur dit :

      Il n’y a pas de voie à trouver. L’être éveillé EST la voie. Quant aux « mises à l’épreuve », elles jalonnent le chemin vers l’éveil au fur et à mesure des étapes franchies. Nous nous confrontons nous-même à ce dont nous avons besoin pour savoir où nous en sommes. C’est cela le mise à l’épreuve, rien de plus.

  10. dididuf dit :

    Juste un immense merci, des frissons qui me parcourent et la joie qui monte en larmes au fond de la gorge, incommensurable
    Merci, Merci, Merci
    Cindy

  11. jean-denis Amouroux dit :

    Bonjour Passeur et amis lecteur de ce site.
    Les textes (1) et (2) de l’EVEIL EN SOI viennent d’être publiés sur la page facebook « Eckhart Tolle en français » par CielBleu administrateur de cette page.

    lien: http://www.facebook.com/pages/Eckhart-Tolle-en-fran%C3%A7ais/134911803225094

    merci à vous tous pour tout ce que vous partagez au sein de cette grande famille de « LA VIE UNE » qui est aussi « PRESENCE ».
    amicalement
    jda

  12. Doud dit :

    Merci pour ces jolis mots qui touche le cœur . j’ai commencé faire de la méditation et sophrologie après une dépression, suite à un licenciement économique part la suite mon CŒUR a commencé à s’ouvrir ,je ressent plus de vibrations émotions aux situations que je vis. Ce qui étonne ma famille s’est que j’ai une autre perception de la vie, je ne colle plus à cette société d’individualistes d’égoïstes. j’ai une profonde envie de vivre comme dans le film de Coline Serreau  » La Belle Verte ».
    une question merci d’avance ,comment faire pour contacter son guide ou ange gardien?
    Un Grand Merci à vous

  13. jeannise dit :

    merci, c’est les yeux pleins de larmes que je m’avance vers toi pour une accolade fraternelle.cela fais plus d’un an que je me bat avec une colére souffrance et j’avais beau dire que je voulais pardonner je rechutais dès que je revoyais cette personne.là je sais que c’etais juste avoir de la compassion de l’amour pour moi et pas de la colère et du mépris.j’ai su que dans une autre époque nous avions vécu un drame et cela m’a été révélé en pleine souffrance je voulais comprendre pourtant je n’arrivais pas à trouver la solution ils m’ont dit de m’aimer je me bat pour y arriver. j’apprends à me pardonner merci aux êtres d’amour qui m’entourent.

  14. MANOLI dit :

    bonjour, merci, merci, merci.
    une question, ou plutôt un conseil. Je fais partie de ces personnes nouvellement éveillées, je devrais plûtot dire consciente. Vos textes me parlent, me touchent et me bouleversent quelquefois car très souvent, ils correspondent exactement à mes questionnements et m’apportent des réponses.
    Il y a malgré tout un question à laquelle je n’arrive pas à répondre, c’est comment faire par rapport aux personnes qui m’entourent, j’entends par là surtout les membres de ma famille et plus particulièrement mes enfants, qui sont de jeunes adultes.
    Je suis de ces mères qui à force de les couver et de les couvrir pour les protéger, je sais aujourd’hui qu’en fait je cherchais surtout à réparer les dégats de ma propre enfance, résultat, pour faire court, je leur ai tout simplement coupé leurs propres antennes. Je sais que rien n’est perdu, mais ici et maintenant et surtout pour un de mes fils, le contact est difficile. Lui ayant donné tant de conseil par le passé, afin de l’aider !!! il les rejette aujourd’hui car il n’a plus confiance en moi. Est-ce que je dois quand même le guider vers vos textes? Je suis sûre que cela le toucherais, mais le fait que ce soit moi qui les lui conseille me fait douter, et je ne vois pour l’instant pas d’autre personne qui pourrai le faire à ma place.
    Tout cela pourra peut-être vous paraître confus et surtout très égo-égo!!! mais je suis un peu désemparée.
    Je ne sais si vous répondrez, mais je continuerais tout de même à chercher les réponses en moi.
    Encore merci

    • Le Passeur dit :

      Bonjour,
      Tout devient simple lorsque l’on communique avec sincérité. Puisque vous me le demandez, ce que je ferais si j’étais dans votre situation, ce serait de discuter ouvertement avec mes enfants, pour leur expliquer où ont été mes erreurs et pourquoi je les ai faites et comment je les ai comprises. Il semble que vous ayez parfaitement compris que vous compensiez une enfance de manque d’amour en noyant vos enfants d’un amour finalement possessif. Rien n’est définitif si l’on est capable de regarder en face ses discordances, les corriger, se pardonner – surtout se pardonner – et demander pardon à ceux qui en auraient souffert.
      Sur cette base de partage, je doute que vos enfants vous rejettent. Et s’ils ont du mal à tout effacer d’un coup, laissez leur le temps qui leur convient en demeurant vigilante à ne pas reproduire vos vieux schémas. La confiance reviendra.
      Eux-mêmes sont nés pour vivre entre autres cette expérience avec vous et la dépasser, donc tout est juste. Ne cherchez pas non plus à les aider envers et contre tout à la dépasser, ceci leur appartient, soyez juste autrement que ce que vous avez été auprès d’eux, ils le verront et tout fera son chemin.
      Au quotidien, vous n’avez qu’à mettre au point un code ludique avec eux. Par exemple, si vous reproduisez inconsciemment le vieux schémas avec eux, ils prononcent « bip ». Nul besoin d’explication, tout le monde aura compris et ça se finira sur un sourire au lieu d’une crispation. A l’inverse, si c’est eux qui reproduisent l’un de vos vieux schémas de communication, alors vous dites « bip ». C’est un truc comme un autre qui peut simplifier la phase où tout le monde va corriger sa façon d’aborder l’autre.

      • Abricotier dit :

        Bonjour Manoli,
        Le conseil du Passeur est excellent : je l’ai expérimenté moi-même avec mon fils aîné.
        Un code ludique permet de sortir tranquillement (et en complicité) de comportements réflexes.
        Quand mon fils a pris son autonomie, au cours de nos discussions, il m’a dit de temps en temps, très gentiment : maman, je suis grand. A chaque fois, je me suis rendue compte qu’il avait raison, mes réflexes empiétaient sur lui. Ce que j’ai reconnu à chaque fois, en m’excusant.
        Le croiras-tu, ces réflexes plus du tout adaptés à ce qu’il était devenu me sont très vite complètement passés. Et pour cela j’ai bénéficié de l’aide pleine d’indulgence de mon fils, qui savait ce qu’il en était : des réflexes et pas une intention.
        Tes enfants auront la même indulgence pour toi, et t’offriront la même aide parce qu’ils seront convaincus de ton cheminement et de la nature réelle de tes comportements : des vieux réflexes à oublier.
        En fait, tu verras probablement à quel point il est passionnant de bénéficier de l’aide de ses enfants, formidablement généreuse et enrichissante. Une évolution sensationnelle des relations parents-enfants.
        Je te souhaite de tout coeur de vivre cela.

        • MANOLI dit :

          merci pour ton commentaire. j’ai commencé cette expérience, et effectivement, cela marche. aussi simplement que ça. nos enfants comprennent tout, il suffit d’être humble!!! je vous embrasse du fond du coeur.

  15. Louise dit :

    Je suis présentement dans un processus de guérison. Votre texte me permet de mieux comprendre mon processus et je m’en sens plus calme et plus confiante. Est-ce que je peux affirmer que ma foi grandit ?

    Je vous dit un grand MERCI, vous m’avez beaucoup aidé.

    Au plaisir de vous lire.

    • Le Passeur dit :

      D’une certaine manière oui, elle s’affirme au fur et à mesure du processus tout simplement parce qu’il devient alors de plus en plus évident, car visible au quotidien, qu’avec la confiance absolue en la vie et l’abandon qui l’accompagne, autrement dit le fait de ne plus chercher à contrôler quoi que ce soit, l’univers répond naturellement à nos intentions et nos besoins pour peu qu’ils soient justes. Et à ce stade, ils le sont puisqu’ils ne sont plus le fruit de ce qui n’allait pas en nous.

  16. Barbara dit :

    « Dans ce monde de dualité dont nous achevons l’expérience, il demeurera peut-être quelques blessures non guéries, mais ça n’a pas une grande importance. »
    Pourquoi n’ai-je pas « vue », pas retenue cette phrase si belle? Elle est la réponse à mon questionnement de tout à l’heure. Et la confiance et une joie sereine sont à nouveau en moi, enrichies d’une expérience de plus. Avec toute ma gratitude pour votre patience!

  17. Barbara dit :

    Combien de larmes devront encore couler? Combien de douleurs sont-elles encore à accueillir? Après chaque délivrance vient un temps de calme, et je crois en avoir terminé avec mon passé, qu’il soit de cette incarnation ou d’une autre. Puis un autre souvenir enfoui dans les profondeurs de ma mémoire remonte à ma conscience, et cela coule à nouveau. Cela semble sans fin. J’aimerais tant savoir ne vivre que la minute présente, pleinement. Lorsque viendra le changement attendu, tout ce que je n’ai pas encore laissé remonter, sera-ce un frein, une barrière, voire une porte qui ne s’ouvrira pas? Ou bien le désir sincère est-il suffisant, et chacun sera-t-il capable d’y arriver de la place où il se trouve à ce moment-là? Pardon si mes paroles sont peut-être confuses, j’ai du mal à exprimer mon questionnement. Mais je sais aussi que je trouve les réponses dans vos textes, et je les lis et relis bien souvent. Ils me permettent de continuer sereinement ma route. Cela semble peut-être paradoxale, mais c’est ainsi. Aussi je vous dis merci du fond du coeur.

  18. denner dit :

    Merçi, j’ai résonné à vos mots et ils m’ont apaisée.

  19. Bouhaben josiane dit :

    Un seul mot : MERCI mon frère.

  20. Gratielle dit :

    Cette nuit encore j’ai rêvé que je me trouvais dans le cosmos dans une classe avec d’autres élève que je ne voyais pas parce qu’il était derrière moi. Je regardais sur l’immense écran où nous en étions dans la progression de notre évolution et les choses en préparation.

    Cela fait plus de 20 ans que j’ai vécue mes expériences d’éveil et je prononçais ces mêmes phrases à ma soeur aînée qui par la suite à aussi vécue des rêves d’éveil suite à ma révélation qui a déclenché chez elle et d’autre l’effet catalyseur que je nommerais. J’ai été plusieurs années à tourner le dos à la spiritualité « d’une certaine façon » avec quand même des convictions profonde grâce à mes acquis » le fait d’avoir mit un stop à toute spiritualité m’a causé beaucoup de dualité et de souffrance tellement que j’ai pensée m’enlever la vie. C’était assez puissant, merci.

    Aujourd’hui je parcours votre blog cher frère et je m’aperçois que tout est parfait et que finalement je n’ai pas raté le bateau comme vous avez mentionné et qu’effectivement nous sommes au bon endroit au bon moments car on se l’était promis avant notre descente ici et je m’en souviens, c’est ce que j’ai mentionné il y a 20 ans. Je retrouve mes mémoires du passé et j’ai tout écris pendant 4 ans c’est fabuleux que de vous lire ici on dirait même que la source parle le même langage et je le reconnais miens.

    Je suis vraiment heureuse de vous avoir découvert et c’est grâce à un autre blog et aussi NeoNova sur Facebook. Merci pour vos écrit vous me confirmé tout car j’ai avisé mes semblables et ma famille depuis toute ces années et les gens pensait que je fabulais, c’est la raison pour laquelle j’avais mis un frein à ma façon de vivre spirituellement parlant.

    Gratitude cher frère pour tout, vous me faites un très grand bien, je vous citerez si vous me le permettez dans mon livre. Car vous faites partis maintenant de mes meilleurs choix.

    Je Nous aime en tout…

  21. Denise dit :

    Merci à vous pour cet article.
    En lisant ces mots les uns après les autres, j’ai eu l’impression d’être en pays connu. Je ne sais pas d’où vient cette impression, mais je suis en parfaite harmonie avec eux. Merci de les avoir écrits.
    Denise

  22. Marielle dit :

    Un article qui me réconcilie avec moi-même et m’encourage a avancer dans le lâcher-prise…Merci!!

  23. joel dit :

    un peu désabusé en effet, comment ne pas l’être dans ce monde et par nous même…

    Combien sont ils a se perdre des le premier croisement sur leur nouveau chemin…. combien de temps ils leur faudra avant de réaliser qu’a ce croisement des destins la plupart ont délaissés évidement le moins engageant.. le moins prometteur a ce stade, celui ou il n’existe aucun signe, aucune aide, aucun guide, le seul qui ne soit pas bordés d’arbres merveilleux et d’oiseaux qui chantent, sans point de vue sur des horizons prometteurs et excitants au point de ne pouvoir résister a s’y engager.
    peut être qu’un de ces chemin manquait de lumière, mal tracé, rocailleux, bordés d’une végétation rabougrie, sans émerveillement apparent…. mais a y regarder avec une attention particulière, au combien plus touchant que les autres.
    combien, alors que quelques pas seulement étaient engagés sur la voie de la lucidité, combien ont continués leur marche et pris celui la. et combien se perdent sur des chemins merveilleux ou ils ne rencontrent que de nouveaux croisements, de nouveaux doutes, des guides bien attentionnés et d’autres choix a faire.
    nous nous dirons bien évidement que la vie est pleine de croisements, et justement de choix a faire… et si nous parlons de spiritualité, le grand risque reside certainement dans le fait que l’ego n’y est certainement pas indifférent… ce serait tellement plus simple dans le cas inverse… et c’est evidement lui qui pourrait bien desirer se sentir dans la lumiere et entammer ce nouveau devenir.ce devenir qui est l’expression de son essence méme.
    Si avant de se mettre en route, ceci n’est pas une évidence clairement perçue par soi, c’est encore lui qui fera les choix sur ce chemin.
    Avant de s’engager sur notre propre voie, ce retour vers nous même, il faut être libéré de ce vieux schéma mental qui ne laisse que peu de place a la lucidité, a une vision dirrecte de ce qui est… ou en tous cas être parfaitement conscient qu’il nous accompagnera et qu’il tentera de décider, d’obtenir l’assurance de qu’il doit faire ou ne pas faire d’après d’éventuels signes, conseils, comparaisons.
    le « divin » aurait il besoin d’être aidé…. conseillé…. de suivre des enseignements ou de se mettre a méditer.
    en tout cas merci de passer du temps sur ce blog qui participe bien évidement a une certaine « élévation » de notre conscience.
    Bon chemin a tous

  24. Miche dit :

    Juste, vous remercier pour ce partage. Ces mots en particulier :

    « Lorsque tout paraît devenir compliqué et que le discernement fait défaut, lorsque les doutes remontent et que la soif de contrôle assèche à nouveau le palais, l’humilité conduit l’être avec douceur vers l’autel de l’abandon, qui est le seuil suprême où il investit la plénitude de son habit de lumière.
    L’abandon est la nuque que l’on offre nue au divin en soi. C’est la foi ultime, et elle est emplie d’une joie sereine et profonde »
    Merci.

  25. Merci cher passeur, je n’ai rien à commenter, j’ai simplement pleuré à la fin de ton article, pleuré des larmes de joie et de soulagement, des larmes d’âme, car le chemin que tu racontes je l’ai parcouru seule, pleine de moi-même et enfin réconciliée, enfin je vais rentrer à la maison, merci.
    Namasté !
    elisabeth

  26. Mary dit :

    « Quelqu’un a dit il y a longtemps qu’il y aurait beaucoup d’appelés et peu d’élus. C’est que les pièges que nous nous sommes collectivement inventés sont foules bigarrées. Mais il n’y a pas lieu de s’en inquiéter, quel que soit le rythme de nos pas, tout le monde ira tôt ou tard vers son être divin, personne jamais ne sera laissé sur le bord du chemin, sois en sûr. »

    J’ai lu et relu ces quelques lignes, tellement elles m’ont apaisée. En effet, c’est un bonheur de lire que tout le monde ira tôt ou tard vers son être divin. Pendant de nombreuses années, j’ai intégré des messages, « dotés de l’Autorité Divine », bien souvent contraire aux vôtres, que j’ai accepté par ignorance et par crainte. Ceux-ci ont eu un pouvoir et une autorité absolus dans ma vie, que pour m’en libérer j’ai connu des moments très très difficiles. A la lecture de vos messages je n’ai plus de conflits intérieurs, au contraire, ils me procurent la paix et je me trouve en harmonie avec moi-même. Merci beaucoup Passeur pour tous vos messages.
    Je vous souhaite une très bonne journée.

  27. Lior valaren dit :

    Très bel article, d’une rare qualité. Beaucoup de résonance à sa lecture, par la Sagesse qui émane de ces mots.

    Merci à l’auteur.

  28. elba dit :

    Magnifique texte avec lequel je me sens totalement en harmonie. Merci à vous, le passeur.
    Cependant un point est un peu obscur pour moi, il s’agit de ce passage :

    « …en oubliant volontairement tout ce que nous étions et en nous laissant manipuler par des êtres qui ont tout fait pour nous séparer toujours plus profondément de notre essence divine. »

    Si nous ne formons qu’UN en dehors de la matière, qui sont ces êtres dont vous parlez ?

    Merci à vous de me conforter sur le chemin que je choisis de suivre.

    • Le Passeur dit :

      Bonjour à vous et merci pour vos commentaires. Les êtres dont je parle ont différents noms selon les différentes cultures de la Terre. Et l’on en trouve une représentation dans toutes les civilisations.
      Du côté Nord de l’hémisphère on les connaît plutôt sous le nom d’archontes. Ils sont des êtres très évolués dans leurs connaissances mais totalement dénués d’empathie. Il leur reste donc ce chemin de lumière à parcourir pour s’extraire de leur obscurité. L’expérience de la Terre à laquelle nous avons participé de notre plein gré leur aura donné l’opportunité de percevoir quelque chose de nouveau pour eux sur ce chemin. Quelle que soit la lumière ou l’obscurité en laquelle évolue un être il évolue toujours vers son retour à la source, où nous ne faisons plus qu’un. Nous sommes les cellules d’un même corps et unies de la même manière.
      J’espère avoir répondu à votre question.

      • elba dit :

        J’ai omis de vous remercier de votre réponse… J’ai tenté de me documenter sur ces fameux archontes, mais je dois avouer que tout cela dépasse l’entendement de mon petit cerveau. J’ai tout de même la sensation qu’il existe des êtres qui oeuvrent dans le sens de la séparation, contre l’unité et l’amour. Qui sont-ils vraiment ?
        … Ou peut-être en fin de compte, que c’est seulement nous, notre égo surdimensionné parfois, qui produit cette ‘division-séparation’… nous, qui n’aimons pas suffisamment sans condition. Je vais donc pour le moment me contenter de la poutre qui est dans mon oeil…
        Encore merci. 🙂

      • Madeleine dit :

        Je ne serais pas aussi optimiste que vous, Le Passeur, à propos des Archontes! Je suis gnostique d’une part (ma bible est Nag Hammadi) et j’ai vu des flyers, d’autre part, à quatre reprises. Ils sont des êtres inorganiques (genre de grands nuages noirs informes) qui ne demandent qu’une chose: prédater/aspirer le plus possible de nos énergies psychiques disponibles autour de notre corps quand nous les émettons (émotion/e-movere: mouvoir hors de): colère, chagrin, rire, désir mais aussi et surtout peur, hors de nous!

        Je ne pense vraiment pas, en aucune façon, qu’ils aient envie de progresser au-delà de cet état de prédateurs énergétiques, ne soyons pas naïfs et maîtrisons nos é-motions pour ne plus les nourrir…

        • Le Passeur dit :

          A l’échelle du cosmos, ils prendront eux aussi le rythme qui est le leur pour évoluer. Une graine est semée, si elle reste stérile, d’autres seront semées à nouveau, mais une graine ne devient pas fleur en un instant et les instants cosmiques ne sont pas à notre échelle humaine.

  29. Christine dit :

    Tendresse et reconnaissance pour celui qui m’a fait grimper les toutes premières marches…
    Il m’avait dit, tu verras, tu riras de tes épreuves, en te retournant sur le passé… il avait raison…
    Belle route à vous ! Amour.