Face à l’effondrement, embrassez l’incertitude

J’avais l’intention de parler de la situation économique en rapport avec la manière dont elle est présentée depuis longtemps dans les médias alternatifs, et depuis plus récemment par les médias traditionnels qui ont de plus en plus de mal à la nier, et ce qu’elle représente en réalité de positif pour la conscience qui s’éveille.

Et voilà que je tombe sur cette courte vidéo d’Eckhart Tolle qui dit finalement l’essentiel en quelques minutes. Je la livre donc à votre perspicacité.

Le Passeur.

Eckhart Tolle – L’économie actuelle – vidéo sous-titrée de 4mn 53″

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, 08- Vidéos, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

53 réponses à Face à l’effondrement, embrassez l’incertitude

  1. marie christine dit :

    Etrange incertitude vécue récemment .
    Dans le ciel, par un après-midi embrumé, j’aperçois un rond blanc parfait . Et l’espace de quelques secondes, je me suis trouvée complètement ébranlée, comme dans un autre monde (ou entre deux mondes ou dans aucun monde …!) : impossible de savoir si ce rond était le soleil ou la pleine lune !!!
    Ca paraît anecdotique mais ça fait un drôle d’effet !
    D’habitude, quand on lève les yeux au ciel, pas de confusion : on reconnaît immédiatement OU le soleil OU la lune . Même si parfois on voit la lune en plein jour .
    Puis, avec le mouvement des nuages, le rond blanc s’est illuminé et j’en ai conclu qu’il s’agissait du soleil .
    Mais pendant ces quelques secondes de no man’s land, on n’a plus de repère temporel, on se retrouve en dehors de ce qui constitue le rythme de la terre, le cycle des jours et des nuits … On ne sait plus où on est, on ne sait plus à quoi on appartient !
    Et là, on apprend un peu plus à prendre conscience que l’évidence des apparences (donnée par l’habitude) n’est pas si évidente que ça . On apprend que tout ce qui existe n’est pas un dû, que tout ce qui est ne tient que par un fil, celui de la Volonté divine, et qu’il suffit que cette Volonté disparaisse pour que tout soit anéanti en un clin d’oeil !
    Alors le petit ego, dans tout ça, quelle rigolade !

  2. Je suis le double de Valérie.

    Je crois que le lâcher prise est au delà.

    Je lis ce que tu lis Valérie.
    Je suis tes yeux.

    Tu dois aussi connaître ça :
    il faut plusieurs copie de soi pour arriver à être soi…

    Je suppose que sur le plan amoureux tu as retrouvé ton jumaux ancestrale.
    Tout comme je sais que ta soeur est une personne canale de la lumière
    et qui en même temps, paradoxalement, te persécute.
    Te révélant implicitement ton miroir adjaçant intelligent
    à toutes tes formes d’humeurs…
    Les « bonnes » et les moins bonnes…. ^_^
    Signaler le mauvais pour s’y enfermer…

    Tout comme tous les noms ici et/est les branches de reliance
    de rayon lumineux aux fond des yeux, aux fond de l’arbre,
    aux fond du noeud, aux fond du soleil, aux fond de ce tout…
    Et ça tourne… Cela tourne en un axe parfait sur soi-même
    comme notre bébé et mère terre.

    L’impression étrange que c’est familier et parfoit même prémonisé.
    L’impression de déjà vue où tout était déjà inscrit…

    Aussi, ces impressions, ces dispositions…
    Tous, le rôle. La réflection. Un dispositif étrange.

    Pierrik Marechal aussi.

    Les noms, les numéros….

    Le channeling à la hauteur de sa force source.

    Marie rouge. Marie blanche.
    Le bateau des rescapés.
    La déscente des entités venant trouver la lumière.

    Le jour où nous décollerons.
    Le jour où un sera à notre fin infini répendant dans tout l’univers.

    Et tous, tous, nous sommes en dehors en dedans.
    L’intérieur est la sortie.

    Ainsi, je ne vois rien d’étrangé.
    Tout est seulement étrange dans un degré insoupçonné.

    Merci.

    Jenny (pseudo)

  3. JOCE dit :

    Bonsoir à vous toutes et tous!
    Je viens de parcourir vos phrases avec attention.
    Et je suis d’accord avec toutes vos réflexions au sujet de cet effondrement ,de l’incertitude qui en émane et de la chance qui nous est offerte de nous modifier.
    Nous avons à un instant I été volontaires pour participer à ce grand chambardement.
    Toutefois je suis partagée entre la joie , la frilosité et cette envie tenace de vivre DEMAIN .
    Un peu inquiète et aussi apaisée.
    Enfin, nous y sommes.
    Vos mots, vos échanges sont rassurants et lumineux.
    Mes pensées ensoleillées du soir!

  4. Valérie dit :

    Mon parcours a commencé par la souffrance.
    Pour la transcender, j’ai été guidé vers la psychologie.
    Puis vers l’économie : j’étudie depuis plusieurs années ce qu’est la monnaie, qui la fabrique, quels organismes sont à l’origine de la société dans laquelle je vis. Il me semblait évident que pour me comprendre, faire le deuil de ce que j’étais, je devais aller en profondeur dans ce qui me formatait. Dans cette réalité, l’économie EST ce qui nous conditionne totalement et pourtant, jamais un mot à l’école ou dans les médias de ses implications dans nos vies…..qui autour de moi connait la loi « pompidou-Giscard » de 73 et ses conséquences sur cette fameuse dette que nous devons payer ?
    Ce chemin m’a mené vers la 4ème phase de mon évolution : la spiritualité.
    JE suis un être spirituel. JE ne suis plus que cela.
    Je continue pourtant à me maintenir au courant des événements car les processus d’éfondrement sont passionnants mais je sais que seul mon action, mon retour en mon centre….sauveront le monde.
    Nous pourrions dire qu’en visualisant ce vers quoi des organismes veulent nous mener, nous accompagnons le mouvement…..mais à priori, selon Tollé, le mouvement nous précède de façon à générer l’éveil.
    Le chaos sera la source, le fil d’amour qui nous ménera vers nous même.
    Il y a peu, j’ai eu ma petite révélation « à moi » : »tout est inversé ».
    A mon sens, ce que l’on m’a amené à comprendre et qui vous rejoint le passeur, c’est que ces humains qui accélérent le mouvement pour nous mener à première vu vers la destruction, font leur job. Je m’explique.
    La source est hautement scientifique. Tout est organisé, équilibré. Et dans cette réalité, pour que des éveillés montent vers de hautes féquences comme il est necessaire en cette fin de cycle, il fallait une force « contraire » tout aussi puissante….comme des aimants.
    J’ai appelé ça les « catalyseurs négatifs ».
    A mon sens, certains on choisi de s’incarner en tant que catalyseurs négatifs afin de nous donner les clefs de l’éveil.
    Chacun de nous connait autour de soi un catalyseur négatif (jaloux, agressif, guerrier, etc).
    Mias au niveau sociétal aussi, ces structures sont des catalyseurs nous poussant au changement.
    Ces êtres incarnés n’ont pas la capacité d’éveil que nous avons : s’ils l’avaient, ils ne joueraient plus leur rôle de propulseur….ils sont donc hautement aimé et respecté pour leur courage de l’autre côté du voile….tout est inversé, les êtres les plus lumineux et courageux ne sont pas forcement ce que l’on croit.

    • Le Passeur dit :

      C »est très juste. Et c’est pourquoi il est utile de comprendre que le jugement nous éloigne toujours de la vérité.

    • Salvia dit :

      merci Valérie d’avoir expliqué avec des mots simples ce que je ressens en moi et n’arrivais pas à formuler clairement. « tout est inversé » me parle plus particulièrement, pas besoin de longues et tortueuses explications …

      • marie christine dit :

        Je pense que ces êtres catalyseurs négatifs sont utilisés par la source pour hâter notre éveil, mais ils le font inconsciemment . Ils ont donc besoin de progresser eux aussi vers plus de conscience . Ils ont besoin de se convertir à la vérité . Car il arrive un moment où doit cesser ce jeu de provocation/stimulation/destruction/éveil … interminable . Faisons en sorte de ne plus avoir besoin d’eux pour acquérir une vraie sagesse, de plus ils en profiteront directement !

        Je pense aussi que la falsification de ce monde a pris possession de notre langage . Elle s’amuse énormément avec les mots et toutes les significations qu’il y a derrière .
        Confusions de sens, d’interprétations …
        Redonnons à notre langage sa clarté !
        Ainsi assimile-t-on aisément les mots « accepter » et « accueillir », comme s’ils voulaient dire la même chose !
        J’accepte les choses comme elles sont, je ne les rejette pas, je ne les renie pas, je ne me révolte pas contre elles . Je les accepte avec neutralité, sans émotion .
        J’accepte tout, mais je n’accueille pas tout !
        Je n’accueille pas la peur, la colère, la perversité, la tristesse, etc … avec indulgence, condescendance, voire bienveillance . Non ! Je les accepte, pour les observer, les étudier et les comprendre . Et une fois cela fait, elles disparaissent par elles-mêmes de mon environnement, car ils ne sont pas moi .
        Autant que possible, on maintient à distance un chien enragé, à moins de se faire mordre et de devenir comme lui . Quel gâchis inutile !

        • waterbreathing dit :

          je garde pour ma part beaucoup de mesure face à des explications du monde qui en viennent à justifier les souffrances qui l’émaillent ; la souffrance, comme accélérateur à l’école de la spiritualité, la « négativité » comme bientôt, offrande généreuse de soi, pour permettre à d’autres forces de s’élever.de telles vues me semblent parfois des justificatifs pour trouver sens à ce que nous vivons, l' »accepter », n’y rien « changer », et pour vous dire, moi je ne sais pas si je veux d’une telle spiritualité.

          • waterbreathing dit :

            Autre point, à envisager cette pensée que  » les etres lumineux ne seraient pas forcément ceux que l’on croit », je me dis, bah, tous les chemins sont bons, donc .. chouette. tout est inversé, on parle d’inversion aussi pour les systèmes pervers d’ailleurs, même si là il ne s’agit pas de cela. donc plus on tape dans le négatif, plus on peut etre lumineux, c’est « courageux », et admirable par delà les voiles ?comment regarder ensuite des actions qui pêuvent parfois porter atteinte à la décence, la vie, etc, comme des sacrifices des etres qui se sont incarnés pour nous permettre d’évoluer, va ton lui dire merci, et puis, surtout, pourrait-on faire de même ?..ce n’est pas un acte « mauvais », ou tout autre qualificatif jugeant utilisé pour le décrire, c’est surement un acte d’amour..

          • Valérie dit :

            Bonjour
            Lorsque j’exprime une chose qui est une réalité pour moi, je précise toujours qu’il s’agit de ma vérité et qu’il y a 7 milliards de vérités…et qu’il n’y a donc pas de vérité…ou plutôt si, une seule, la sienne…la boucle est bouclée.
            Sa propre vérité est évolutive, elle est là pour vous montrer un aspect de vous même, quand cela est fait, cette vérité évolue.
            Chercher à convaincre qui que se soit que l’on détient un savoir amène forcement à l’ego, à la colère.
            Ce que j’ai exprimé ici a coulé en moi comme une évidence, elle m’amène à changer ma vision de moi même et surtout des autres. Je ne sais pas si c’est vrai ou si c’est un aspect exagéré de façon à permettre un electrochoc de ma conscience.
            Je ne sais si vous avez remarqué mais personne ne sait réellement se qui se passe. Lorsque je mets ma main au dessus de quelqu’un et que je le capte et qu’il me capte, qu’est ce qui se passe ? Personne ne sait ce qu’est la source, ce que nous sommes vraiment, comment est l’autre côté du voile, comment nous allons évoluer….
            On nous rend des parcelles de divinité, chacun un bout, formant une unité.
            Alors je prends ce qu’on me donne avec gratitude, ces parcelles me permettant de mettre des mots et des concepts à ma (petite) mesure humaine : pour moi, Dieu est le plus grand scientifique et l’image que l’on m’a donné à voir avec ce que je vous ai raconté, c’est que nous sommes commes de merveilleux outils technologiques. Il faut donc un équilibre et une poussée donnée aux fréquences les plus hautes…
            La physique quantique a commencé à aborder les aspect technique de la spiritualité. Technique….ce mot parrait incongrue et pourtant tout n’est pas qu’éthéré de l’autre coté. le grand tout fonctionne dans un équilibre parfait, une grande organisation.
            Lorsque je suis avec les gens, ils me parlent beaucoup de faits divers sordides. Vous expliquer que le dernier en date mettant deux adolescants en scène et tuant une jeune fille procède de la même vision, je ne pourrais l’affirmer : ce jeune homme catalyseur négatif ? C’est tellement douloureux pour les deux familles !

            Sincèrement je ne sais pas, je ne sais que ce qui m’a été rendu pour me permettre de vivre le moment présent. Ca n’explique pas tout, ça ne règle pas tout, mais vous ne touverez personne qui vous fournira les réponses….voyez si cela résonne…si cela ne résonne pas, passez votre chemin et ne vous focalisez pas sur la personne qui vous fait entendre une parcelle de sa bulle. Bonne route à vous, à tous et à moi même.

        • Valérie dit :

          Vous avez tout à fait raison en disant que ces catalyseurs, leur travail terminé, peuvent aussi se réveiller.
          J’avais peut-être ici parlé de celle qui est ma soeur, dans cette vie.
          Je sais aujourd’hui que c’est LE karma qu’il fallait guérir entre tous.
          C’est donc à travers elle que l’on ma symboliquement fait comprendre la grandeur d’un catalyseur négatif.
          Je n’avais plus de ces nouvelles : c’est un cas social, violente, haineuse, jalouse.
          Je savais depuis des années que derrière cette hargne, il n’y avait que souffrance, mais qui pouvais-je ?
          Bref, elle est venue toquer à la porte de notre mère il y a peu (mère qui avait également coupé les ponts).
          Elle a été ….comme elle l’est depuis toujours. Notre mère a donc fermé sa porte une nouvelle fois…
          Lorsqu’elle ma mère m’a appelé pour me conter ces faits, tout c’est agencé en moi en moins de 24 heures.
          j’ai été guidé vers la compréhension de ce qu’était réellement ma soeur, de ce qu’elle avait fait pour nous et qu’heureusement, maintenant qu’elle nous avait donné les clefs à travers son sacrifice, nous pouvions lui ouvrir la porte. Ses portes.
          Elle venait toquer au propre et au figuré à notre porte pour nous dire qu’il était temps.
          J’ai parlé de cela à ma mère qui est en plein éveil à plus de 70 ans, elle a compris et nous avosn considéré qu’en ayant une approche différente, nous n’aurions qu’à suivre le fil de ce qui nous est donné.
          Et bien, en moins de deux semaines, il y a eu basculement. Pour ma soeur, chaque chose était une bataille, tout se terminait par un refus contre lequel elle partait en guerre.
          Et cette semaine, pour une histoire compliqué d’organisation concernant son fils…tout s’est agencé positivement ! Ma mère a sentie sa surprise, et ce qu’elle a appelé le « basculement ». Elle « sens » que sa fille a monté ses ondes, son taux vibratoire, que sais-je, mais la résonnance commence à devenir positive.
          Voilà ma petite histoire.
          Selon ce que je vis et comprends, il y a des catalyseurs négatifs, mais dans la mesure ou ce cycle est l’avénement d’autre chose, il pourront se réveiller, à leur rythme, quand ils sauront inconsciement qu’ils ont terminé leur job.
          Car comme vous le dites également, tous ça est du domaine de l’inconscient….
          Bonne journée à tous.

          • alain thomas dit :

            En vous lisant Valérie, je visualise le monde en synchronisation. Tout est à sa place et chaque mouvement a un sens.
            Cela n’exclut pas que c’est bien nous qui le créons par le pouvoir de nos pensées mais nous le créons ensemble et nous pouvons donc à tout moment modifier non pas sa trajectoire mais son niveau de conscience.
            Nous disons souvent ici que nous allons passer de la troisième à la quatrième puis cinquième dimension mais nous ne disons jamais qu’il est aussi possible que nous régressions. Certes, notre conscience pourrait être comparée à une spirale et nous savons par la physique quantique que l’univers tend vers sa dissipation mais nous ne parlons jamais du phénomène d’entropie et de cette possibilité de big crunch qui serait une inversion, comme si le temps s’arrêtait avant d’amorcer cette inversion.
            Nous disons souvent qu’il serait bon d’éluder les jugements et autre préjugés et cependant nous avons du mal avec ça.
            Dans cette dimension, il est bien difficile d’échapper au manichéisme.
            Mais peut-être qu’en inversant les choses, comme vous le dites, le manichéisme prend un sens nouveau. Le point d’équilibre se trouve sur la frontière quelque part entre deux, différemment pour chacun.
            Et chaque intention n’est plus définie comme « bonne » ou « mauvaise » mais comme indissociable les unes des autres.

          • waterbreathing dit :

            pour moi, donc, de ma vue, de mon avis, penser, croire que la souffrance aide à évoluer( me semble dangereux, déjà..c’est quoi ce jeu ? gagner sa sagesse à coups de savates ?non, non, je ne crois pas que la souffrance fasse devenir sage, contrairement à bien des choses écrites en bien des textes spi, mais que l’on souffre tant/ de ne pas être/ qu’on est pas sage- ce qui ne veut pas dire que je ne crois pas que l’on ne puisse pas gagner en sagesse au sortir de certains éprouvements, ce n’est pas mon cas toutefois 😉 plus je souffre, plus je deviens con, fermée comme personne, et misanthrope), est un accélérateur, que les les « catalyseurs négatifs » font leur travail,  » pour nous aider », c’est finalement croire que*** l' »on s’éveille par la souffrance, lorsque je crois que l’on souffre d’être endormi, inconscient, de ne pas s’éveiller*** ; je ne crois pas que des personnes qui essaient de porter des atteintes à l’intégrité de la vie, sont des catalyseurs négatifs qui font diverses choses porteuses de souffrances, pour jouer leur rôle pour nous éveiller, pour moi certaines personnes essaient d’usurper un choix, un pouvoir qui est notre, elles ne le peuvent seulement car l’on accepte de se laisser voler sa capacité, son choix, et qu’ensuite, l’on croit ne rien pouvoir, ne pas pouvoir choisir, mais quand on se réveille, c’est grace à soi, et un tas d’autres éléments, et personnes, mais, je ne crois pas, grace à ceux qui ont essayé de nous voler notre pouvoir/capacité.croire que nous avons besoin de catalyseur négatif pour gagner en conscience, c’est croire encore que certaines choses de ce mondes qui n »ont d’existence réelles, autres que celle qu’on leur accorde, leur permet de prendre, sont nécessaires, pour « évoluer spirituellement ».
            Ensuite, la question que je pose est très sérieuse et pas seulement pour le style, ou encore pour faire un rappel à la morale; si « faire mal », c’est faire le « bien », dans le plan d’un quelque agencement divin, magnifiquement orchestré, et que cela peut contribuer à l’évolution, pourquoi ne pas « faire mal » finalement ? puisqu’au delà de tous jugements cela peut contribuer à un plan évolutif.
            mais pareil, c’est ma vision.Je ne cherche pas à vous convaincre, mais autant dire que je suis marginale dans cette vue.

  5. Bonjour à tous,
    D’abord je voudrais vous dire combien je me sens en résonance avec « cela » qui transparaît à travers les articles de ce blog (merci passeur) mais aussi avec les commentaires des lecteurs(trices) de ce site.
    De tout cœur , je vous remercie d’être ce que vous êtes …
    … ces graines de la Nouvelle Terre, mises à germer sur Gaïa par le Jardinier-Source; petites semences qui germent au sein de cette éternelle Présence.
    C’est beau à contempler !

    Pour info, il existe une version audio en français de cette vidéo d’ Eckhart Tolle « L’économie actuelle ». Vous trouverez aussi sur les deux sites ci-dessous d’autres vidéos d’Eckhart Tolle ainsi que des vidéos consacrées à l’approche « non-duelle ».

    http://www.youtube.com/watch?v=hs0Qz43JOmY ( Les amis d’Eckhart Tolle)
    et
    http://blogbug.filialise.com/leconomie-actuelle/ (blog de Thierry Delattre)

    fraternellement et … merci

    • (suite) On pourrait peut-être résumer l’enseignement de Jiddu Krishnamurti (et donc aussi celui d’Eckhart Tolle) par:
       » Se rendre libre de l’ego c’est plonger dans l’inconnu, c’est à dire dans la Présence ».
      Bon, humm humm, il semble que cette grande humoriste qu’est la Vie nous invite, chaque jour davantage en ces temps « d’apocalypse « , à incarner cet enseignement d’instant-unique en instant-unique.
      Nous voilà donc, pauvres homo-soi-disant-sapiens, en voie de mutation vers homo-liber. Nous voilà enfin parvenus au pied du mur … ME voilà en-fin au pied du mur.
      Enfin … mur ? ou bien cloison de papier sur laquelle j’ai peint mes cauchemars ? Enfin … mur ou chas-de-l’aiguille ?
      Reconnaissons que, pour la plupart d’entre nous, nous l’avons appelé de nos vœux ce moment particulier de l’évolution de la Vie !
      Nous voilà donc, pauvres homo-conditionatus, devant le spectacle d’un maya-monde de plus en plus chaotique, invités à « Embrasser l’incertitude ».
      Whaowwww ! comme le dit Marie Christine … divine surprise ! Quand j’étais petit, j’achetais des « surprises »: c’était un gros paquet en forme de cône, plein d’esbroufe, au cœur duquel il y avait la VRAIE surprise … le petit « trésor » d’un enfant.
      fraternellement

    • Soleil Bleu dit :

      Merci Jean pour tes liens, je vais les savourer ce w.end
      IN LAKE’SH

  6. alain thomas dit :

    Pendant que l’élite s’agite, certains sont spectateurs, d’autres sont acteurs et d’autres encore ne savent pas.
    « Embrasser l’incertitude face à l’effondrement » est une belle formule, sauf qu’elle semble certifier que l’effondrement est inévitable, que tout laisse à penser qu’il n’y a pas d’autres possibilités, que l’élite s’agite dans les sables mouvants de sa propre destinée.
    L’homme a construit la société sur des bases de division, de violence, de cupidité, de pouvoir et d’agressivité. Aujourd’hui il s’obstine et nous sommes spectateurs du désastre.
    Paradoxalement, l’issue de cet effondrement est une bonne nouvelle car nous allons sans doute modifier nos comportements et changer de direction.
    Mais où allons-nous, comment y allons-nous ?
    Pouvons-nous dessiner ici les fondamentaux de l’humanité, dans son devenir ?
    Nous pensons que le système est condamné mais nous ne savons pas comment, avec quelles souffrances, quels événements.
    Comment l’élite va-t-elle se mouvoir, dans son chaos programmé duquel elle pense vaincre ?
    Tout semble indiquer qu’elle prépare un holocauste sans pitié, en guise de transition entre deux mondes.
    Avant que nous ne rejoignons la Source, pour un bonheur durable, par quels chemins devrons-nous encore passer pour expérimenter de nouvelles aventures, toutes plus différentes et passionnantes les unes que les autres ?

  7. Soleil Bleu dit :

    Quelle transparence dans les mots simples d’Eckhart Tolle. C’est vraiment une invite au lâcher-prise, à accepter de mettre ses pas dans un nouveau qui ne peut plus faire peur.
    C’est tellement reposant et rassurant de faire confiance en acceptant de ne pas ou plus savoir, qu’il devient de plus en plus aisé de s’extraire de ces jeux de dupes qui enferment leurs joueurs dans l’illusion d’être ou se sentir vivants.
    IN LAKESH

  8. Maya dit :

    Embrasser l’incertitude, c’est superbe !
    Et cette incertitude baigne dans une grande certitude, une paix.
    Et l’anxiété baigne aussi dans la paix.
    Et la joie de vivre et d’accepter notre incarnation c’est aussi la joie de vivre cette anxiété, cette incertitude, un élixir pétillant au goût un peu amer de quinine…
    La joie est là et ce qui est dur à comprendre ce sont ces scories de l’ego qui rendent le quotidien si pénible, des griffures sur ce corps si sain qui est notre nouveau Corps. Mais nous aimons et embrassons ces griffures, nous les arborons fièrement comme les griffures d’un chat aimé. Quand la paix arrive pour soi, on s’inquiète des autres, et on entre dans une autre incertitude. Et c’est là qu’on apprend aussi à accepter l’incertitude pour les autres. L’incertitude pour le monde, qui lui aussi est en renaissance et brille de feux révolutionnaires. Et si la joie c’était d’accepter qu’on ne peut être seulement dans la joie ? Et si l’éveil c’était d’accepter notre non-éveil ? Et si la joie c’était la tristesse ? Et si la mélancolie était d’une beauté sans pareille ? Que serait notre vie sans un jour de spleen ?
    La beauté du monde, de la terre sur laquelle l’eau ruisselle, voilà la joie. Et nos larmes font partie de cette eau.

    • muriel dit :

      C’est beau ce que vous dites Maya.

      Lâcher-prise et se laisser être.
      Prendre ce qu’il nous advient comme une nécessité absolue.
      «… La beauté du monde, de la terre sur laquelle l’eau ruisselle, voilà la joie. Et nos larmes font partie de cette eau ».
      La joie est présente en tout, quoique qu’il se passe, par-delà nos spleens et nos larmes. Prendre nos tristesses, nos mélancolies telles qu’elles nous arrivent c’est prendre la vie et l’embrasser dans son entièreté car au-delà de nos doutes, nos attachements, nos « vérités », nos égos, la joie se dessine et se redécouvre jusque dans le plus petit détail… en profondeur.
      Les larmes sont libératrices tout comme le sourire. Elles ouvrent ce qu’il y a de plus profond en nous, ce qu’il y a de plus pur, le cœur. Les accepter et les aimer dans l’instant c’est accepter le changement et son incertitude, c’est accepter le nouveau, c’est entrer de plain-pied dans l’évolution et le grandissement de soi pour animer la paix.

      • alain thomas dit :

        Oui Muriel c’est très beau ce qu’écrit Maya et c’est bien cela l’acceptation de tout ce qui EST.
        C’est difficile d’éliminer les peurs et les angoisses, la tristesse et les larmes. Ou alors il faut les rejeter au risque d’inhiber et que cela fasse boomerang.
        Les larmes s’avalent au rythme des sourires et joie et tristesse se rejoignent en un point qui est l’Amour.
        Tout est bon à prendre en soi comme un vent qui traverse nos coeurs, quel que soit son parfum.

        • muriel dit :

          Oui Alain c’est bien ainsi que je vois choses.
          Accepter ce qui Est car c’est dans l’acceptation de ce qui Est que l’on s’accepte soi-même, ou encore c’est en s’acceptant soi-même que l’on accepte ce qui Est.
          Accepter ce qui Est et l’on se retrouve sur le pont, en ce point de jonction entre deux mondes, celui de la joie et la tristesse ou du sourire et des larmes… Le pont c’est l’acceptation.

          • Maya dit :

            Autre chose : je me fais l’apôtre de l’acceptation de ce qui EST, comme le dit Alain Thomas, mais je suis bien sûr en chemin, ce n’est pas de tout repos ! Ce que j’aime bien avec les interventions de Waterbreathing, c’est que ça nous remet les pieds sur terre, au cas où on deviendrait trop maniaque (dans le sens du pôle maniaque d’un trouble bipolaire). Il est vrai que la voie du milieu devrait pouvoir intégrer tous ces passages aveugles où la foi manque. Il me semble que certains être bénis que j’ai rencontrés sont dans une foi ininterrompue. Je ne suis pas dans leurs têtes mais ça a l’air génial. Peut-on imaginer qu’un jour, notre connection divine en dents de scie ne soit plus en dents de scie ? (OUI, me glisse-t-on…)

          • muriel dit :

            Maya,
            Oui on peut l’imaginer car notre imagination et nos rêves nous portent.
            Ils ont un sens… et y croire tout simplement, jusqu’au plus profond, suffit à nous faire avancer.

        • Maya dit :

          Muriel, la foi c’est de comprendre que cette voix, ce ressenti, dit Juste.

          • waterbreathing dit :

            ce que je me demande parfois, tous cheminant que vous êtes, et plutôt exaltés dans vos interventions sur ce site, c’est cb vous mettez en pratique dans des situations concrètes qui peuvent etre plus délicates eprouvantes vos aspirations réelles..evidemment, cela ne me regarde pas, et puis j’ai surtout à me soucier de ma dissonance ou cohérence quant à moi.

          • Maya dit :

            Je pense que quelques soient les réponses à cette question, cela n’aura pas d’incidence sur ton avis. Nous sommes tous des miroirs les uns pour les autres et projetons en tous les autres (sans exception) ce que nous croyons être. Si une personne doute profondément de sa capacité d’éveil, c’est qu’elle doute profondément de celle des autres, et vice-versa. C’est la raison pour laquelle un être éveillé ne pense pas du tout être supérieur aux autres, mais perçoit l’éveil en tous. En ce qui me concerne, j’oscille entre foi et doute, avec un net avantage pour la foi. Voilà ! Et pour le rapport entre le spirituel et la vie réelle, il est total je pense, dès que l’expression est sincère.

          • alain thomas dit :

            Waterbreathing, la mise en pratique est la capacité à se remettre en question à chaque instant, considérer que chaque situation est une nouvelle vie et qu’elle restera inscrite dans notre mémoire non pas comme un acquis mais comme une expérience qui est déjà morte.
            Si l’on part du principe que l’attention est notre moteur alors nous entrons de plain-pied dans l’inconnu, dans ce qui est nouveau, ce qui n’exclut pas de continuer à vivre dans des schémas répétitifs du fait de nous trouver prisonniers de notre être, dans cette enveloppe corporelle parfois lourde à porter.
            Nous pouvons très bien cohabiter entre notre aspect « matière-esprit » et notre aspect « âme-divin », le but du chemin est de trouver l’harmonie entre les deux par le pont (foi) qui les relie où se mêlent doute et certitude, au-delà de la folie.

          • waterbreathing dit :

            pour ma part la « vie réelle », me semble déserté du divin, et loin de tout réel.. comme un jeu artificiel, mais la vie réelle ne me semble pas être la « société », ou toute organisations de vie plus ou moins factice, qui prétendent à la cadrer .. pourtant, j’y suis, sans y etre, car pour ma part, je ne suis pas une personne intégrée d’autres y sont, donc, sur ce forum, peut-être ici même.et, sans pour autant diaboliser la « société », je ne vois pas vraiment comment une moindre spiritualité peut s’y vivre réellement, à devoir assumer d’évoluer en ses structures..en société, la spiritualité me semble une case de plus, que l’on consomme, entre d’autres de ses compartiments de vie, tel que travail et loisirs.

    • waterbreathing dit :

      je trouve aussi une certaine poésie à ce message.Mais je ne recommanderai à personne de se vautrer de trop en des états réellement mélancoliques..

      • muriel dit :

        … et puis un jour on se réveille et on se dit que la vie est belle parce que le moindre détail a son importance. Ce petit détail qui nous fait ouvrir les yeux et qui nous fait sentir la chaleur du soleil. Il suffit d’un rayon, d’un seul pour s’unir à la beauté et croire en l’unité, entrer ainsi en résonance avec notre être profond. Et plus nous nous ouvrons aux nombreux et magnifiques petits détails qui jalonnent notre existence, plus nous voyons la vie sous un autre angle. Ils sont partout dès que l’on ouvre les yeux le matin. Ils sont là sous nos pas, dans l’utile et l’inutile, dans l’agréable et le désagréable, dans la joie et la peine, le silence et le bruit.
        Un sourire, une larme, un « oui », un merci… du cœur… et surtout la foi en la vie et en ce qu’il y a de meilleur par-delà nos expériences douloureuses qui existent aussi afin que l’on apprenne.

        • alain thomas dit :

          Tous ces petits riens qui font le charme simple de la vie.
          Comme il est bon de sourire au passant que l’on croise et qui vous offre le sien alors que vous ne l’avez jamais vu. Pendant les quelques secondes qui suivent, l’esprit est ouvert et proche de sa vraie nature.
          C’est si agréable à vivre ces instants-là n’est-ce pas Muriel ?

          • waterbreathing dit :

            à un moment je pensais que les détails signaient une forme de grâce d’existence en manifestation offerte de la gratuité de la vie, des touches nacrées d’émerveillement, tel, des gouttes de rosées de la providence; des étincelles du don de vie scintillant à portée et accès de tous, des signaux généreux d’intelligibilité, des messages et énigmes répandues de bienveillance à l’éveil de soi aux mondes..les finitions sublimes de l’intelligence de la nature dont les détails seraient les codes clefs, des perles miraculées, et des larmes de la grâce.
            bon, en pratique j’ai plus de peine à apprécier ces détails de la vie ^^’. surtout l’exemple souvent donné des sourires s’échangeant; si comme moi, vous ne souriez, ni ne tirez la tronche, mais êtes juste peu communicant dans vos expressions, gestuels, et réflexes naturels, voire qu’un sourire d’autrui, dans la recherche de communication, peut vous « agresser » presque sensoriellement, ben vous passez à coté de ces choses..j’imagine.

          • Maya dit :

            Waterbreathing, tu me fais rire !!! MERCI

    • alain thomas dit :

      Tout comme vous je suis fan de Waterbreathing et tout comme vous je ris… et réfléchis à me donner une entorse du cerveau droit.

      • waterbreathing dit :

        je peux savoir ce qui vous fait rire 😀 (merci )?

      • waterbreathing dit :

        Faites gaffe qd meme à vos réponses 😉 j’ai passé une journée émaillée de moments dépressifs certains qui me l’ont rendue plus ou moins éxécrable 🙂 🙂

        • Maya dit :

          Waterbreathing, ton humour est indescriptible. J’aime surtout le passage : « si comme moi, vous ne souriez, ni ne tirez la tronche ». Devant cet air impassible, on craque et on rit ! Passe une très bonne nuit !

          • waterbreathing dit :

            je t’assure que c’est moins drole en pratique. je suis pas une personne ouverte aux autres, ni fermée, je pense, juste pas douée pour communiquer, me suis longtemps pensé autiste, lorsque jessaie d’aller vers d’autres, de communiquer, de discuter, sourire avec d’autres, tout ce qui fait partie de l’ouverture aux autres, il me manque une spontaneité, je n’y arrive presque pas parfois, tout reste chez moi mentalisé, maitrisé.rien qu’hier j’ai essayé de discuter 30 minutes avec une personne que je ne connaissais pas, pour soit disant m’ouvrir, mais franchement je n’y arrivais pas, et dans ce genre d’état qu’on me sourit ou non, m’est complètement égal, c’est comme si je ne communiquais pas de façon spontanée. c’est déjà arrivé que je me sente agressée par une personne qui me souriait, de par son seul souhait de vouloir entrer en communication de cette façon avec moi.en pratique c’est pas marrant du tout !

        • alain thomas dit :

          Pour ma part, je dirais le style que vous fabriquez à souhait et qui correspond à un personnage qui se veut plus qu’il n’est.
          Il y a du coeur et un humour très original, sous des apparences dépressives certes mais pas irréversibles.
          La provocation est gentille, intelligente et engendre des réponses pour alimenter la suite sans fin.
          Vous êtes un roman au milieu d’une foire.
          C’est vachement sympathique et rafraichissant.
          Il faudra faire d’autres efforts pour nous tenir en haleine.
          Ce n’est pas simple parce que le Nouveau demande une Présence permanente mais j’ai confiance.
          J’ai pas vraiment fait gaffe à mes réponses et je n’ai pas de petits bonhommes souriants sous la main à insérer mais le coeur y est.

          • Soleil Bleu dit :

            Cette saveur d’échange, j’adore !
            Douce nuit à toutes les lucioles du site.
            Et Continuez dans cette sincérité qui vous rends tous, beaux !
            In lake’sh

          • waterbreathing dit :

            le but est pour moi de séquestrer le plus d »espace virtuels, et/ou alternatifs possibles pour éviter d’avoir à investiguer les terrains concrets ou m’impliquent mes problématiques, vous êtes prévenu de l’objectif de détournement à présent:o.

          • Maya dit :

            Chère Waterbreathing,
            Nous vivons tous à des degrés différents ce que tu décris. Ce passage aveugle du sentiment, cette émotion qui ne sort pas, ce lien avec l’autre qui ne se fait pas. En apparence… Car nous sommes multidimensionnels, et pendant que nous mentalisons sur notre plan 3 D, notre âme peut vivre d’intenses réconciliations et une joie pure. Je vis d’une certaine manière le même problème que toi en ce moment. Ma part Je Suis est dans la Grâce. Mais mon mental s’y oppose, gentiment, mais il est là. Il ne peut plus faire grand-chose contre ma foi qui grandit, alors il retient l’émotion, il contient l’émotion, surtout cette si belle émotion qu’est la Gratitude. J’aimerais pouvoir dire Merci jusqu’au fond de mon corps et de mes cellules. Alors que mon Soi est dans la plus profonde gratitude, je sais que je dois attendre d’intégrer graduellement dans mon corps cette sublime émotion. Aussi ai-je décidé d’être patiente. Waterbreathing, aie confiance toi aussi ! In Lakesh.

  9. Renault dit :

    Et l’incertitude c’est la mort de l’ego car il ne peut pas la supporter !!!
    C’est là que cela devient intéressant : aurons-nous enfin l’Intelligence du Coeur pour nous guider, à la place de l’égo.
    Nous mettrons-nous enfin enfin face à nous-même, à toutes les parties de nous-même surtout celles qui SAVENT QUI NOUS SOMMES, D’OU NOUS VENONS et OU NOUS ALLONS…
    C’est aussi en nous qu’il faut arracher ces structures non conformes à la Source endogène de l’Eternité, arracher les récepteurs-transmetteurs-émetteurs de l’Alliance Maléfique qui nous a MYSTIFIE à tous les niveaux de Réalité vibratoires, énergétique et matérielles.
    Quand ces structures non conformes seront arrachées, renaitront celles qui n’ont encore jamais pu s’actualiser dans les sphères célestes/terrestres de la planète Terre. Il faut du courage, de la Volonté pour retrouver notre Liberté et notre Responsabilité d’Etre Eternel ! Bonnes fêtes à tous

  10. alcidejet dit :

    Bonjour,

    J’ose vous partager un petit écrit personnel que je crois aller dans un sens similaire :

    Belle semaine à tous

  11. Quintus dit :

    Oh que oui il faut se réjouir. C’est l’opportunité tant attendu de changer ce monde.
    Unique dans l’histoire humaine.

  12. Doud dit :

    J’ai lu Le Pouvoir du Moment Présent un très beau livre d’Eckhart Tolle,qui m’a donné une autre façon de voir le monde qui m’entoure (Je ne cède plus à la panique) .Là j’entame son autre livre Nouvelle Terre.

    Que L’Amour Soit Dans Nos Coeur.

  13. Luc dit :

    L’effondrement vertical d’aujourd’hui est en effet le signe spectaculaire de la fin d’un système multi millénaire, basé sur l’auto-centrisme et qui a causé à travers les siècles des souffrances et des malheurs terribles.
    Sans doute sommes-nous en train de toucher le fond. En tout cas, depuis quelques temps, une accélération significative indique assez bien de cette tendance.
    Le grand plongeon. C’est… indescriptible.
    Mais la joie de vivre m’envahit. Il n’y a rien à dire d’autre.

  14. anne benaros dit :

    C’est bien de le dire et c’est vrai que les médias commencent à envisager les choses de cette façon …..A nous de l’intégrer en toute tranquillité, sans juger , se juger , et AIMER , il y a du boulot mais la perspective est plutôt réjouissante ! Merci

  15. marie christine dit :

    Faut juste aimer les surprises, les divines surprises !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *