Décodage et libération de nos programmes

Nicolai KalmakovPar le Passeur.

En complément du précédent article je sens qu’il est important d’insister sur l’aspect multidimensionnel de notre programme interne.

Toutes nos vies en cette matrice terrestre se déroulent simultanément. Dans cette boucle fermée, nous avons suivi le cycle de vie jusqu’à la mort du corps puis son recyclage permanent par la réincarnation. Ces cycles de vie nous ont imprégnés de leurs expériences difficiles, intégrant selon notre réponse à l’expérience vécue des informations acquises pour notre évolution, mais aussi des nœuds karmiques qui se retrouvent cristallisés en nos cellules sous forme d’énergies captives et qui ajoutent ainsi des lignes de codes au programme de chaque incarnation.

Ces codes déterminent à partir de notre ADN l’information diffusée vibratoirement dans le champ d’Energie Unifiée dont nous faisons fusionnellement partie et dans lequel tout est relié, amenant en réponse jusqu’à nous tout ce qui soutient le potentiel de défaire ces nœuds et d’en intégrer l’expérience. Ainsi le champ d’Energie Unifiée répond sans cesse à nos sollicitations vibratoires et c’est pourquoi les expériences non comprises, parce qu’elles vibrent toujours en nous, même si nous n’en sommes pas conscients, se répètent en se déclinant sous toutes formes susceptibles de nous y éveiller.

En passant, nous pouvons comprendre mentalement l’expérience qui nous est présentée sans pour autant l’intégrer. Tant qu’elle se manifeste, c’est l’évidence qu’elle n’est pas intégrée. On peut toujours tourner autour du pot et chercher des myriades d’auto-justification sur le bien-fondé de notre posture, le fait est que l’information demeure au niveau mental et ne descend pas en profondeur jusqu’à libérer les cellules des mémoires émotionnelles prisonnières et reconfigurer le programme. A travers toutes choses de notre quotidien nous pouvons décoder les signes qui nous parlent de nous et nous délivrent l’information nécessaire à notre évolution, c’est à dire à notre changement de posture. Cela a été décrit dans le dernier article, je n’y reviens pas.

Leonora CarringtonPartout sur la planète, à travers les conflits, les rapports de force, les manipulations plus ou moins conscientes, les déformations, les parti-pris, les jugements, les ragots… chacun joue et rejoue les rôles blessants qui se déroulent sur d’autres lignes temporelles et n’ont toujours pas été compris dans celle-ci. En l’état duel, ainsi nous agissons et réagissons, esclaves des émotions que nous refoulons ou que nous laissons remonter dans l’accablement de l’égo qui revêt les oripeaux de la victimisation.

Il y a pourtant une voie au-delà de la dualité. Une voie qui nous donne la hauteur nécessaire par rapport à nos émotions, la voie de l’observateur, quand nous sommes en-dehors de l’accablement égotique et que nous laissons remonter l’émotion sans nous laisser sombrer dans la souffrance. Cette voie est en dehors de l’égo, elle est le nid d’aigle d’où nous pouvons nous observer et nous accompagner consciemment, avec compassion et joie de pouvoir enfin lâcher une émotion jusque-là enfermée. Car nous ne la lâchons pas si nous la vivons au seul niveau où nous nous identifions à elle, là où nous nous laissons accabler, là où l’égo-victime déploie sa parure pour appâter les compatissants et se nourrir de leur adhésion tout en s’auto-justifiant ainsi de l’injustice qui lui est faite.

J’ai dit plus haut que nous rejouons de cette manière ce qui se joue sur d’autres lignes temporelles. J’emploie volontairement le présent car il est temps (sans jeu de mots) de ne plus se tromper dans les temps (toujours sans jeu de mots) que nous utilisons. Je le redis, tout se déroule en plusieurs dimensions en même temps. Passé, présent et futur existent en même temps sur une multitude de lignes temporelles. Si bien que si nous dénouons un nœud karmique en libérant tout ce qu’il y a à lâcher de volonté, de contrôle et d’émotion le concernant, il est plus que probable que nous effacions littéralement l’existence de l’évènement dans une autre ligne temporelle qui est à l’origine de ce nœud. Pour la compréhension de cela, ayez à l’esprit la nature holographique de notre Univers. Pour prendre un exemple concret, si vous vivez un conflit dans le présent avec une personne reposant sur le fait qu’en un autre plan, une autre vie, cette personne vous ait trahi, si vous lâchez tout ce qui vous fait réagir inconsciemment à ce qu’elle vibre aujourd’hui pour vous, autrement dit si vous guérissez cette blessure en vous, vous effacez l’expérience de la trahison sur l’autre plan, ce qui a pour conséquence de guérir également l’autre puisque dans le causal il n’y a plus de souffrance entre vous. Défiance et culpabilité sont guéries chez chacun. L’hologramme a changé en fonction de l’énergie créatrice qui l’alimente et l’on se rapproche un peu plus de l’issue du jeu.

Vous percevez donc l’importance du pardon, de la compassion, de l’amour de soi et d’autrui, du détachement, de la nécessité d’écouter les parts de nous que l’on rejette dans l’ombre et qui sont nos cris de silence et de souffrance appelant notre regard accueillant et guérisseur. Toutes notions enseignées depuis toujours dans les écoles de sagesse, parfois comprises comme des valeurs morales, alors qu’elles sont les outils de guérison et de libération. Rien n’est immuable, tout est question de croyance et de notre capacité à changer la nature du regard que nous portons sur toute chose.

J’avais parlé ces dernières années des voiles entre les dimensions qui allaient de plus en plus s’affiner. Je n’avais pas alors bien perçu comment cela se manifesterait, mais dans un premier temps du moins, c’est ni plus ni moins par la manière dont nous sentons de plus en plus fort la puissance vibratoire de tout ce qui appelle notre attention. Les plans sont si proches que ce que nous avons créé de dysharmonieux sur un plan et que nous n’avons pas résolu émet si « bruyamment » depuis cette dimension, qu’il envahit la nôtre au travers de manifestations de plus en plus fortes et rapprochées pour que nous nous en occupions enfin. D’une certaine manière, notre multidimensionnalité se rassemble. Au prix de cette attention à nous-même nous nettoyons de fond en comble la maison afin d’accéder dans une conscience propre et affinée à ce que la vie nous offre et que nous ne pouvions goûter jusque-là.

Parce que le cycle de la vie tel que nous le connaissons prend fin, nous sommes en mesure de défaire, MAINTENANT, tous les nœuds qui demeurent en nous, pour peu que nous soyons ouverts à cela et sincèrement tournés vers ce chemin de guérison. C’est l’engagement pris par beaucoup d’entre nous avant de venir ici et c’est l’éventualité acceptée par les autres. Bien que cette ouverture soit donnée à tous, sans aucune exception, il est vraisemblable que la majorité ne l’embrassera pas.

Odilon RedonParallèlement, nous sommes en mesure de commencer à créer différemment. Ceux des éclaireurs qui s’approchent le plus de cet état de non contrôle de leur vie, sans attente et sans attachement, commencent déjà à voir le fruit de leur évolution, même si c’est encore un exercice imparfait. Progressivement, ils s’inscrivent à nouveau dans le flux naturel de la vie selon SES lois et non plus selon leurs croyances limitatives.

Dans la maîtrise, sans exercer de contrôle sur quoi que ce soit, ils amènent à eux leur création parce qu’il y a de moins en moins d’obstacles entre eux et le champ d’Energie Unifié, parce qu’ils sont de moins en moins dans la séparation. Ils évoluent ainsi en accordant peu à peu leur égo dans la guidance de leur Être supérieur, de leur maîtrise, et, naturellement, la Création qui est aussi la leur, leur répond. C’est par l’exemple de ce qu’ils deviennent que ceux-là aideront le mieux ceux qui arrivent et c’est pourquoi il est si important de privilégier à présent sa propre guérison tout en expérimentant nos créations de cette nouvelle façon. Pour devenir celui que nous sommes par essence et pas celui dont d’autres attendent encore la venue au dehors. Pour réveiller le dormeur en nous.

Fraternellement,

© Le Passeur – 24 Janvier 2014 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est volontiers autorisé à la diffusion à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

151 Responses to Décodage et libération de nos programmes

  1. Li dit :

    Bonjour à tous,
    Voici un lien vers le site d’Eric Hamel.
    La traduction de ses textes n’est pas parfaite mais, si l’on fait abstraction de cela, ils peuvent apporter certains outils utiles pour progresser( et surtout intégrer!).Ne pas se décourager tout de suite devant la longueur des textes et le sentiments de déjà lu maintes fois…
    Notamment: « Blessures émotionnelles et liberté » et « Les cinq pas vers l’amour de soi ».
    ♬❤︎♪❤︎♫
    http://www.erichamel.com/emails/201005142000.html

  2. adeline dit :

    Bonjour,

    J’ai lu quelques uns de vos articles et je suis contente de l’existence de votre site qui me permet de comprendre ce que je vis et de voir que je ne suis pas seule.

    Je ne suis pas une intellectuelle et je ne m’intéresse à la spiritualité que depuis quelques mois et j’en ai fait ma propre synthèse très simple: continuer à avoir foi en moi et suivre mon propre chemin (original pour les autres mais bon, ça c’est pas nouveau) en gardant les yeux bien ouverts au dedans de moi et au dehors pour profiter de chaque expérience et rire, beaucoup, sur moi et sur les situations.

    Et là je me pose une question, attention je vais vous taquiner, ça va piquer. Vous dites, je cite: « Je vois le danger qu’il y a pour ceux qui transmettent à autrui d’affirmer leur voie comme étant LA voie »…ou alors « A coté du grand cirque new age »…. ou encore vous dites aussi mais je ne retrouve plus le passage que l’important est le partage d’expérience et pas les concepts. Mais j’ai beau chercher, je ne vois pas le détail de votre vie, de vos souffrances, de vos doutes sur le site, dans les commentaires certains se livrent mais vous? Vous utilisez toujours les pronoms « il » ou « nous ».

    Voilà, je me demande s’il n’est pas temps d’arrêter avec tous ces sites et articles. Nous voyageons dans l’inconnu, nous sommes censés suivre notre voix intérieure, faire confiance, avoir la foi…alors pourquoi maintenir les gens dans l’attente d’articles, de concepts, de béquilles à leur propre évolution…du sérieux, du sérieux, du sérieux mais surtout de la dépendance…: jetons nous simplement dans le vide !!! La liberté ça s’appelle !! Et hop, youpla ! C’est simple, tout est en nous, c’est écrit partout ! Ca fait peur hein? Oui, ça fait peur la liberté.

    Qu’en pensez-vous?

    • Le Passeur dit :

      Vous aurez d’ailleurs bien remarqué que je publie beaucoup moins qu’à une période et que moi-même j’écris beaucoup moins. Il y a un temps pour tout. Ce qu’il y a à dire à présent ne peut se faire qu’au compte-goutte et chacun doit faire son chemin en dehors de toute béquille.

      • graffitique dit :

         » Il est donc normal que vous lisiez ces lignes et que je les écrive. Vous comme moi sommes de grands sages qui s’ignorent et recherchent la sagesse et la paix.

        Il y aura toujours quelqu’un pour écrire, quelqu’un pour lire.
        En fait alternativement nous sommes l’un et l’autre.
        Nous écrivons l’univers pour pouvoir le lire et l’interpréter.
        En même temps nous lisons l’univers et le comprenons jusqu’à ce que nous sachions que c’est nous qui l’écrivons.
        C’est Wladimir Stevanovitch qui dit « l’univers n’est pas un système de lecture, c’est un système d’écriture ».  »

        (F. Hatem)

    • Katerina dit :

      Adeline ,

      Je te recommande les textes d Eckhart Tolle et son approche de la vie .
      Le sans forme est la vie , ce qu il y a au plus profond de chacun .

      Amitiés
      Catherine

      • adeline dit :

        Merci pour vos réponses à tous les 2. Ca suffit les recherches pour moi et puis je suis bien allée au dedans de moi, c’est joli d’ailleurs, j’ai bien fait le ménage, tout rangé et décoré mais ce n’est pas ça la vraie vie.

        Maintenant j’attends mon futur amoureux, j’ai un message pour lui, il se reconnaîtra (c’est pas Eckart Tolle Catherine :D)

        Allez viens maintenant, sors de tes livres et de tes recherches internet et rejoins moi ! Prend ce risque, moi aussi j’ai peur mais je t’assure que tu seras bien accueilli et qu’ on va bien s’amuser, rire, voyager et profiter de la nature et des gens !

        Vous pouvez lui envoyer s’il vous plait? Merci !

        • graffitique dit :

          Dommage pour Eckart Tolle, car c’est pourtant un très beau bébé, je ne vois pas le problème 🙂

          • adeline dit :

            🙂 🙂 ça y est, j’ai attrapé le fou rire !!! Merci graffitique ! Oui c’est un beau bébé mais ça me saoulerait que quelqu’un me fasse des leçons sur la vie à longueur de journée, je deviendrais vite impertinente…en anglais en plus! Rooo !!! 😀

        • Margelle dit :

          Dommage, je n’ai pas réussi à capter la musique !

          Zeze Mago – 7 Rue

          Tu sais j’ai fait le nécessaire,
          J’ai pesé le pour et le contre
          Si tu es prête a changer d’air,
          j’ai préparé notre rencontre
          Je laisse la lumière toute la nuit ,
          De loin tu verras en voiture,
          J’ai balisé sur toute une vie pour préparer cette aventure

          On peut descendre plus au sud ,si tu manques ici de chaleur
          J’’ai qu’une adresse , pas d’habitude, je vais me faire a tes humeurs
          S’il te vient le goût de rester , j’ai trouvé ce qu’il y a de mieux !
          J’ai fait le plein de nouveauté avec du temps , avec tes yeux

          Tu sais j’ai fait le nécessaire,
          Au dessus du lit j’ai écrit
          Chaque jour c’est un anniversaire , j’oublierai jamais c’est promis
          Regarde derrière le rideau
          Ne crois pas que je leur ressemble
          Ils sont moins fiers s’ils sont plus beaux puisqu’ils n’ont jamais su t’attendre

          On peut descendre plus encore si tu as manqué de douceur
          J’ai tout prévu, le moindre effort, tu sais je connais ça par coeur
          S’il te vient le goût de rester , j’ai trouvé ce qu’il y a de mieux
          J’ai fait le plein de nouveauté avec du temps , avec tes yeux

          Tu sais , le nécessaire..
          J’ai préparé notre rencontre !

          Tu sais pour faire le nécessaire, ne pense a rien, laisse moi te dire
          Nos rêves c’est pas une mince affaire
          Mais gagnons du temps pour réussir
          Tu sais pour faire le nécessaire, j’ai pesé le pour et le contre
          Si tu veux vraiment changer d’air, j’ai préparé notre rencontre !

          On peut descendre plus au sud si tu manques ici de chaleur
          J’ai qu’une adresse, pas d’habitude, je vais me faire a tes humeurs
          S’il te vient le goût de rester, j’ai trouvé ce qu’il y a de mieux
          J’ai fait le plein de nouveauté avec du temps, avec tes yeux

          Tu sais, le nécessaire..
          J’ai préparé notre rencontre !
          Tu sais j’ai fait le nécessaire !

          ♪♫♪♫♪♫♣☼☼☼

        • Katerina dit :

          Alors tu sais .
          Bon voyage .
          Catherine

  3. Resicona dit :

    Merci passeur pour cette article, encore une fois ce regard vrai, profond et disponible pose les mots vers un pas dans l’inconnu, ce vide qui éclaire la route.

    Je mets ce lien en partage d’un chanteur qui m’émeut et m’accompagne depuis toujours :
    http://m.youtube.com/watch?v=vfdj1lO2hbw

    Également quelques vers de ma plume :

    Premier jour

    C’est le temps du filou
    Je masque la douleur
    Appréhende la nuit
    Où le jour disparaît
    Où le bruit l’accompagne
    Et d’une révérence
    Egraîne au fil des heures
    Le compte lentement
    Qui d’un rebours au temps
    Définit le vivant

    Et stoppe la course
    Sèchent les larmes
    S’amenuise la voie
    Agrandit le mouvement
    D’une fuite légère
    Pour si peu
    Pour si ment
    A connu le mystère
    Déballonné la Terre
    Appelé l’éphémère

    A l’ombre du vieux chêne
    S’installe le poète
    D’une tendresse neuve
    S’applique et se voit naître
    S’affranchit le regard
    Aussi loin que le vrai
    Et telle la beauté
    Découvre le silence
    La magie en partance
    La foi et l’espérance.

    Marie BOIKSIL, vendredi 19 juillet 2013

  4. graffitique dit :

    Le cycle de Vos Saisons (Pamela Kribbe)
    http://www.jeshua.net/fr/earth/earth8.htm

    Rencontrer nos sois passés en dehors du temps (Gerrit Gielen)
    http://www.jeshua.net/fr/articles/article3.htm

    • acacia dit :

      Merci Graffitique !
      J’aime beaucoup, vraiment beaucoup, cet essai de Gerrit Gielen.
      Je vais finir par l’intégrer ( nom d’un pétard ! ), cette réalité à peine imaginable : tous les « maintenant » de ma vie ( et de celle des « autres » ), de mes vies ( et de celles des « autres » ), sont des énergies vivantes en interaction. Ce que nous nommons passé, présent, futur, sont des champs d’information sans cesse reliés.
      Tout à coup je me dis : « mais oui ! il ne peut pas y avoir de coupures, puisque ce sont des ondes… ». et là : euréka !, j’ai la comprenette qui s’entrouve.
      Il a été déjà été question de ceci dans un de tes textes, Passeur « Lignes du temps et ronds dans l’eau »– un texte dont la première phrase : « Il semble que certains ont un peu de mal à cerner les concepts de lignes du temps et de simultanéité des expériences par rapport au temps linéaire. »… aurait pu être écrite pour moi… D’ailleurs j’avais continué à bloquer sur lesdits concepts… malgré beaucoup de ronds dans la tête…
      Comme quoi la lumière finit par se faire, jusque dans les recoins qui se croyaient voués à une durable obscurité !
      Je suis bien contente…
      🙂 ♥♥

      • Le Passeur dit :

        Eh oui, il faut parfois juste attendre que le fruit soit mûr.

      • graffitique dit :

        Le texte de Pamela Kribbe me semble d’ailleurs en relation avec celui de Gerrit, (un peu comme une intrication du féminin et du masculin ? je ne sais…)
        J’aime beaucoup la simplicité et la compassion de leurs écrits, qui émanent une clarté d’évidence.
        Çà fait plusieurs mois que j’achoppais aussi, chère Acacia, sur cette question essentielle, et je dois avouer que soudain « le fruit ayant mûri », les mots ont cette fois résonné parfaitement avec l’expérience, comme l’étincelle devient flamme.
        L’intellect ne peut la saisir, si ce n’est nous rapprocher du seuil, puisqu’il est un des « outils » de l’ego qui touche là une limite.
        Ce n’est pas par hasard que cette question hante les scientifiques les plus passionnés.
        Pour moi c’est la clé qui me permet d’accomplir le travail qu’on m’a confié, impliquant et performatif dans son essence, puisqu’il y est aussi question de « guérison » et qui me semble exclure donc toute forme d’analogie ou de symbolisme.
        Merci Acacia 🙂 Je vais entendre, grâce à toi, ces chants basques que j’aime tant aussi : ne serait-ce que pour ça :
        « …Berger de Urepel
        volant au dessus des montagnes,
        tu as fui dans le futur
        qu’est le souvenir… »

        • marie christine dit :

          Quitter le linéaire, c’est un peu comme passer du triangle à la pyramide …

          • graffitique dit :

            Rien ne semble échapper à Marie Christine 🙂

            • marie christine dit :

              Oh graffitique, beaucoup de choses m’échappent ! Et je voudrais te rendre (discrètement) hommage .
              En géométrie, on dit qu’il y a 3 dimensions : longueur, largeur, hauteur, si je ne me trompe . On observe, on mesure, on multiplie et on trouve des volumes . On a bien calculé, on obtient des résultats exacts : le mental est très content . Il regarde ses volumes, les agence entre eux, créé de nouveaux volumes, etc …
              Tout cela est très intéressant, très passionnant, mais a-t-on pensé une fois VIVRE ces volumes ? Que contiennent-ils ? Ne sont-ils pas l’espace infini où tout existe ?
              Eh bien, même sur une feuille de papier, même à partir du plan linéaire, celui qui voit, ressent et vit cet espace, peut transmettre les richesses d’un monde d’amour et de beauté avec lequel il est en contact, en l’extériorisant par des formes et des couleurs qui deviennent multidimensionnelles .
              Il en est de même pour la musique et toutes formes d’art lorsque l’artiste est connecté à un plan supérieur .
              Cela devient une communication non verbale qui élève le coeur de ceux qui sont touchés par l’oeuvre .

              • graffitique dit :

                Merci Marie Christine. Ce n’était qu’une boutade, mais il est vrai que ta remarque sur le linéaire, le triangle et la pyramide m’a semblé précise,
                juste, incisive. J’en ai eu un grand plaisir.
                Ce que tu as ajouté à cela me semble tout aussi juste, je crois que j’ai envie de te répondre, mais pas forcément ici car c’est une vaste (et passionnante) digression par rapport au sujet de l’article.
                Quoiqu’il en soit Marie Christine, je te remercie (mais aussi tout le monde :), je vous admire toutes et tous) pour tout ce que tu apportes,
                je t’embrasse 🙂

          • pierrot dit :

            ou comme arrêter d’essayer de comprendre.

          • acacia dit :

            « Passer du triangle à la pyramide » ? Belle image… et joli programme !

            • marie christine dit :

              Coïncidence ? Graffitique, je tombe sur cette interview de Christophe Allain : « les différentes dimensions », sur youtube .
              intéressant, il les vit réellement !

              • graffitique dit :

                Vite le lien, Marie Christine !
                Euh, s’il te plaît 🙂

              • Marie-Anne dit :

                Superbe intervieuw de Christophe Allain, de l’expérience et du cheminement qui lui sont propres mais qui sont inspirants et intéressants pour tous!

                Tout est passionnant dans ce témoignage!
                (Une petite motion en passant, pour ce que cet homme enthousiaste dit de la science et des scientifiques actuels:
                 » La science est une religion comme les autres ; les scientifiques ont posé que l’Univers était con et que « Dieu » n’existait pas . »)

                http://m.youtube.com/watch?v=Y6HNg2MHPgE

                Merci Marie-Christine! <3

              • Marie-Anne dit :

                PS: il y a des choses bien plus intéressantes dans cette interview de Christophe ( « le porteur de Christ ») que cette simple constatation concernant la science!

                La plupart des notions dont nous parlons ici , sur ce site (dimensions, temps, espace, Jeu de la création, vacuité, moment présent, etc,…) sont abordés sous le biais de l’expérience et du témoignage!
                Passionnant!

              • graffitique dit :

                Moins tonitruant que l’émission de Bob, ici j’ai apprécié en outre la participation de sa (charmante) femme :
                http://www.youtube.com/watch?v=rHHHuLufeX8

              • pierrot dit :

                La bonne blague cosmique!
                Son discours inclusif me parle.
                J’ai bien ri.

              • marie christine dit :

                Oui, Graffitique, cette video raconte bien par le vécu comment les énergies fonctionnent de l’intérieur . C’est très intéressant et motivant !
                Dans l’autre (merci Marie-Anne pour le lien), si on dépasse la « tonitruance bobesque » d’un Lilou version masculine, on a un autre genre d’informations .
                J’ai relevé par exemple :
                « Il n’existe qu’un éternel moment présent dans lequel le passé et le futur sont des constructions . »
                « Notre nature n’est pas finie, c’est nous qui créons du fini pour jouer avec . »
                 » On n’est pas encore complètement des humains, pour moi, on est encore des chimpanzés mutants, des chimpanzés pensants, pour être poli . On sera des humains quand on aura le libre-arbitre en conscience . Mais on sera des créateurs de monde, on ne sera plus en train de subir le monde . Nous, on subit le monde, on subit notre expérience . Mais c’est amusant de subir l’expérience parce que, dans un certain sens, tu ne peux pas prévoir ce qui va se passer . Quand tu l’as créé de A à Z, ce n’est pas la même expérience du tout, tu n’as plus de surprises, ce n’est pas la même saveur . »
                « Si tout le monde a les mêmes facultés, c’est vachement plus facile de communiquer . Et il y aura plus haut, puis plus haut, puis encore plus haut . Le Divin, c’est jusqu’à l’infini, le Divin fait les choses à l’infini . »

              • Marie-Anne dit :

                Ah oui, Graffitique, merci pour cet excellent autre lien concernant Christophe Allain, sa femme et leur vécu passionnant, clairement expliqué, respectueusement et joyeusement partagé!
                On aborde avec ce couple de nombreux sujets évoqués ici qui sont parés, là, d’un bel éclairage vivant!
                Magnifique! Merci!

              • pierrot dit :

                Marie-Christine, dans l’unité il n’ y a plus de libre arbitre vu que l’on est alors dans le non choix.
                Pour avoir le choix il faut qu’il y est une séparation.

              • graffitique dit :

                Tonitruant le Bob, parce que comme beaucoup de gens de médias, il coupe régulièrement la parole à l’invité qu’il interroge, c’est agaçant de ne pouvoir entendre la fin des réponses.
                A part ça je suis d’accord avec ce que dit C. Allain, ses propos sonnent clairs et justes pour moi aussi, et merci de me l’avoir fait connaître.
                A cha

              • graffitique dit :

                (…) A chacun, qui le souhaite, de pressentir dans cet extraordinaire agencement d’énergies des mondes, la méta-logique qui en fait, en fin de compte, la cohérence évolutive.
                Parole de chimpanzé, c’est vraiment beau, y’a pas de mot pour le dire 😉

            • Margelle dit :

              Je viens de re-écouter la vidéo de Christophe Allain et sa femme… J’y entends de nouvelles choses, c’est du tout neuf… message magnifique… qui ouvre, ouvre…

              • Margelle dit :

                J’oubliais, j’ai noté : »c’est écrit et ça change tout le temps » !!! voilà qui résout tout !!! et on cherche encore à avoir raison ??? 🙂

    • Margelle dit :

      Cette interview d’Inelia Benz -que je ne pense pas avoir vue sur le site- concrétise parfaitement ce qui est décrit ci-dessus… C’est limpide et tranquille, (avec un petit clin d’oeil assez joli à la claustrophobie…)…

      http://bouger-la-vie.com/blog/la-vie-selon-inelia-benz/

      • Margelle dit :

        En fait c’est cette interview que je désirais mettre sur le site…
        mille excuses…
        http://www.youtube.com/watch?v=nLiNMBKi0ew

      • marie christine dit :

        Je ne sais pas faire les liens, Graffitique !
        Il suffit de taper sur youtube : « Christophe Allain les différentes dimensions » .

        • marie christine dit :

          Quand même, Graffitique, soyons indulgents avec le Bob parce que je ne connais pas beaucoup de journalistes qui invitent des personnes de ce genre !

          Pierrot, il parle de libre-arbitre conscient . Il me semble que dans l’unité, il y a non-choix en ce sens qu’on agit en fonction de la Volonté divine . Mais on a le choix en ce sens qu’on émet des intentions créatrices .
          Pour l’instant, notre libre-arbitre est beaucoup dépendant de nos pensées, croyances et émotions …

          • pierrot dit :

            On a le choix ou on est le choix ?
            Et qui distribue les cartes ?
            Frank H. : Dans l’univers, en joue surtout en ne sachant pas ce que l’on veut gagner, mais on joue quand même. Et du fait qu’on ne sait pas ce que l’on veut gagner, on ne sait pas qu’on joue, il n’y a donc pas de joie. Pas de petites victoires à chaque instant. Mon père dit : « le monde est merveilleux à condition de le comprendre ». Sinon cela peut très facilement être l’angoisse. Comprendre le but du jeu c’est peut-être déjà avoir gagné. En tout cas ce que l’on gagne concrètement c’est des frères, alors qu’on croyait avoir des adversaires. C’est s’apercevoir que sans l’autre on n’est rien. C’est découvrir que l’autre c’est soi. Et ce qu’on gagne, c’est qu’on est « l’orchestrateur du lien », grosso modo, comme tu dis dans tes écrits. « L’orchestrateur du lien » : selon que je sais ou pas où je vais, je sais ou pas que je suis responsable de la relation qui est la mienne avec les autres et avec le monde. C’est-à-dire, je croyais être le joueur, en réalité je suis le jeu. Ce n’est pas du tout la même chose. C’est-à-dire, je croyais être quelqu’un qui a une relation avec les autres, en réalité je suis la relation elle-même. Et je ne suis pas quelqu’un.

            http://lapressegalactique.net/2014/02/28/lunivers-est-un-jeu-mais-y-a-t-il-un-joueur/

  5. marie christine dit :

    Article d’un journal :

    « Ryu Matsumoto, ministre japonais de la Reconstruction, a été contraint à la démission . Il avait déclaré que les communautés sinistrées par le tsunami du 11 mars ne recevraient aucune aide si elles ne présentaient aucun projet ! Il a ensuite expliqué que si ses propos avaient dépassé sa pensée, c’est à cause de son groupe sanguin …

    – Je suis de groupe B, a-t-il dit, cela signifie que je peux être irritable .

    En effet, au Japon, pour se faire une idée du caractère d’une personne, on lui demande plus souvent son groupe sanguin que son signe astrologique .

    Le groupe B est réputé dynamique mais lunatique . Le groupe O est lui aussi extraverti mais d’humeur plus stable . Le groupe A est réservé, inventif, délicat . Le groupe AB est sociable (d’après le Dr Jacques Laurent, un médecin français, auteur de : « 4 groupes sanguins, 4 personnalités ») .

    Le groupe O appartient à l’humanité primordiale, symbolisée par Adam, le premier homme selon la Bible .
    Le groupe A appartient à l’humanité sédentaire, symbolisée par Caïn le cultivateur, fils ainé d’Adam et Eve .
    Le groupe B appartient à l’humanité nomade, symbolisée par Abel, leur second fils, le gardien de bétail .
    Enfin le groupe AB appartient à l’humanité prophétique, symbolisée par Seth, le dernier fils d’Adam et Eve . Seth est le sage qui apprit aux hommes à distinguer le Bien du Mal .

    46% des Français sont de groupe O . 43% de groupe A . 8% de groupe B . 3% de AB .

    Et voilà pourquoi les Japonais, en majorité A, seraient plus réservés que les Français, en majorité de groupe O . »

  6. Gaya dit :

    Bonjour

    J’ai bien lu cet article, ainsi que les derniers… Mais j’avoue ne pas savoir comment les adapter à ma situation… Voilà, je suis extrêmement claustrophobe depuis de nombreuses années (depuis toujours presque), et bien sûr c’est un enfer au quotidien… J’ai bien compris que ce sont des mémoires (peut importe de quand elles datent) à « traiter »… Il me semble bien avoir passé l’étape d’observation… d’acceptation de la situation… Je ne cherche pas tellement à comprendre le pourquoi du comment, peu importe, j’aimerai juste m’en sortir… Si j’observe la situation, les situations à répétition en lien avec cette claustrophobie, rien ne me vient… Je veux dire, mon intuition ne me dit pas où regarder, quoi libérer… Au secours 🙂 <3

    • Margelle dit :

      Je risque une « petite » observation… Es-tu sûre d’accepter la situation, puisque tu dis avoir envie d’en sortir ??? n’y a-t-il pas une « petite contradiction ? »…
      Il me semble que le commentaire de Pierrot, au dessus du tien (dans la colonne à droite), y répond très bien… c’est un peu délicat à énoncer (pour ça, j’aime la poésie où finalement on ne cherche plus rien à comprendre, mais juste à entendre… ce qui se dit au-delà, au-dessous, à côté… bref partout ailleurs…)… peut-être aimer ce qu’on n’aime pas, et en tirer le meilleur profit qu’on peut… en dehors de toute attente, de toute évaluation… de tout jugement.

      bien à toi…
      Voilà, je me suis risquée…

    • Jonas 27 dit :

      Bonjour Gaya,
      Premièrement ,j’adore ton pseudo ,il en dit long sur toi.
      (Respectueusement), je n’ai mes lu cette article mais,j’ai bien lu ton commentaire.
      Il y a un énergie qui descend sur nous en ce moment .
      C’est le plein potentiel de ton (toi) physiquement (la transcendance).
      Tout les projections(commentaires, article etc)… Ne sont que des clefs qui ne sont pas ta réponse.
      Ce qu’il faut éveiller maintenant ,c’est ta volonté a atteindre ton plein potentiel .Ce que tu découvrira ,tu sera (la seul)a y avoir accès mais si tu balise ta plongée d’autre pourrons se servir de tes clefs.
      Une petite clef(trace en toi un chemin), ton mental, ta foi,ton être et ta spiritualité.
      Demande toi laquelle de ces connections son manquantes et tu pourras commencer a te demander pourquoi c’est connection sin manquante.
      Il y a une carte d’étoile que tu as tracé avant de venir sur terre .Retrouve une seul de ces etoile s et elle te mènera a ton plein potentiel d’accomplissement de ton expérience sur terre.
      Ne t’abandonne pas mon ami

    • Cécile dit :

      Gaya,
      As-tu regardé du côté de tes vies passées ?

      • Gaya dit :

        Bonjour 🙂
        Oui j’ai regardé du côté des vies passées… En effet cela serait lié à plusieurs vies (enfin, plutôt « plusieurs morts 😉 )… Mais finalement l’avoir conscientisé et « fait traiter » n’a pas tellement changé la donne actuelle…

        • Cécile dit :

          Gaya,
          Il arrive en effet que ces mémoires fassent partie des couches à « nettoyer » mais que cela à soi seul ne suffise pas.
          Il est vrai aussi que lorsqu’on « enlève » quelque chose, il faut « remettre » autre chose. En d’autres termes, quand on efface un programme douloureux, il est souvent conseillé de le remplacer par un autre plus confortable. Sinon, la nature ayant horreur du vide, un autre programme, trouvant la place libre, vient s’installer dans nos systèmes…
          Par exemple, si tu demandes à être libérée d’une peur, tu peux ensuite demander qu’elle soit remplacée par de la confiance. Sinon, une autre peur peut s’installer d’elle-même, ou toute autre émotion inconfortable.
          Quoi qu’il en soit, je te souhaite de trouver une solution qui puisse t’aider. D’expérience, je sais que quand on demande de l’aide, elle vient, souvent par des voies que l’on n’attendait pas.
          Bien à toi,

    • Salvia dit :

      Bonjour Gaya,
      Margelle dit quelque chose que je trouve très pertinent : » Es-tu sûre d’accepter la situation, puisque tu dis avoir envie d’en sortir ??? n’y a-t-il pas une « petite contradiction ? »… »
      Lorsque tu dis « Je ne cherche pas tellement à comprendre le pourquoi du comment », et que tu rajoutes  » peu importe, j’aimerai juste m’en sortir », je pense que c’est là que se trouve une contradiction.
      Laisse remonter tes émotions, tes sentiments, tes souvenirs, quels qu’ils soient, et regarde-les tranquillement comme s’il s’agissait d’un film racontant une histoire qui ne te concerne pas. Toi tu n’es qu’observateur. Surtout ne juge pas, observe simplement. Tente l’expérience, elle est tellement simple qu’on n’ose croire que la guérison de nos blessures puisse en résulter.
      Nous avons tous nos passés douloureux. Je crois que les temps sont vraiment propices pour nous guérir de nos blessures. Un vrai, bon et honnête médecin dira toujours que nous sommes nos propres guérisseurs. Eux ne peuvent que montrer la voie, ouvrir des portes. Mais c’est à nous d’avoir le courage de passer cette porte et d’entrer dans la nouvelle pièce encore inconnue.
      Alors je te souhaite de tout coeur d’oser l’aventure. Elle est sans risque, sinon celui d’une libération de tes fantômes. En évitant de les regarder en face, tu leur donnes davantage d’importance, car la peur est leur nourriture. Et surtout, ne critique aucune scène, aucune émotion qui pourront se manifester, cela fait partie du processus de guérison.

    • Salvia dit :

      Gaya,
      je viens de tomber sur un site qui pourrait t’intéresser. Je ne connais pas cette façon d’aborder le problème d’une phobie, mais cette adresse est indiquée par un thérapeute que j’estime beaucoup pour son intégrité et sa rigueur. A toi de voir si cette méthode peut te convenir et te venir en aide.
      http://www.tipi.fr/tipi.html
      Je rajoute l’adresse du site de ce thérapeute.
      http://conscience-et-sante.com/barath-wladislas/

      • Gaya dit :

        Merci beaucoup Salvia d’avoir pris le temps de me répondre, c’est très gentil (et aux autres aussi). Et merci pour tes conseils.
        Je viens aussi de découvrir cette méthode en surfant sur le net, et j’hésitais à essayer… Du coup, je me dis que voilà une belle synchronicité! Je vais m’y pencher une nouvelle fois alors.

        Merci encore <3

  7. Margelle dit :

    Merci à Roxane, merci à Maurice pour vos poèmes…. cette façon de dire parle si bien à mon coeur ♥

    • Jonas 27 dit :

      Bonjour ma bonne amie margelle.
      Premièrement ,sens-tu mon énergie qui fusionne avec le tout.
      C’est que tout ce met en place pour l’unification de ce que nous étions et j’aimerais bien que tu l’écris en P.V
      Mon mail est(noah-2008@live.ca).
      Pour être transparent avec toi ,lors de notre dernière échange ,j’ai perçu des choses que je t’ai dit pour ensuite me rétracté .
      Je n’ai pas peur que tu ne me parle plus car,(je sais)!!!qu’au delà de l’illusion(ta transcendance) on travaillera ensemble pour ce qui va suivre.
      Ce que j’ai senti(tes ombres a transcender ),je le maintient. Les réponses directs (dans ta vie)n’ont aucune valeur.Toi seul sais de quoi ,il est question (ici).
      L’acceptation que tu as utiliser est très bien mais ,malheureusement pas (ton plein potentiel).
      Tu es(comme a peu près tout le monde )le reflet de ce que nous étions et de ce que nous seront (éveil puis transcendance). Rien ne presse car (ton tout)t appartient. Je t’aime beaucoup et je ne serais pas un bon ami si je n’était pas transparent et j’en attend autan de toi mon ami.
      Écrit moi ,si tu veux (((j’ai du 9)).

      • Jonas 27 dit :

        Je me suis mal exprimé alors en PV si tu veux .
        Les réponses que (je ) t’ai donné sur ta vie personnelle n’ont aucune valeur car ,c’est toi qui doit les trouver grâce a (la transcendance).
        L’être (l’essence) est sublime et confortable mais l’être (l’esseo)et l’ego (expérience) fusionné c’est (a toi de découvrir).
        Ton ami pour toujours peut importe l’illusion qui peut se manifester,je serai la pour toi.

      • Margelle dit :

        Jonas, je sens parfaitement ce que tu dis… qui me paraît juste.

  8. Roxane-Dharma dit :

    merci Passeur pour cet enseignement… Sa lecture ainsi que la richesse des commentaires et des intervenants a inspiré mon cœur, je citerais donc pour définir ce ressenti quelques vers du poète grandiose Walt Withman que je vous dédie à tous…

    Je chante le soi-même
    Je chante le soi-même, une simple personne séparée,
    Pourtant je prononce le mot démocratique, le mot En Masse,
    C’est de la physiologie du haut en bas, que je chante,
    La physionomie seule, le cerveau seul, ce n’est pas digne de la Muse;
    je dis que l’Ëtre complet en est bien plus digne.
    C’est le féminin à l’égal du mâle que je chante,
    C’est la vie, incommensurable en passion, ressort et puissance,
    Pleine de joie, mise en oeuvre par des lois divines pour la plus libre action,
    C’est l’Homme Moderne que je chante.

    Walt Whitman, Feuilles d’herbes (Traduction de Jules Laforgue)

  9. MAURICE dit :

    Merci, le passeur, pour cette translucide intelligence et ce partage.
    En voici un, à ma façon: Clara.

    Roupie de sansonnet

    Comment vont mes racines
    Je les dégage de toute entrave
    Communément j’interromps tout ce qui m’hallucine
    Je départage ma route, j’entre en un havre

    De paix. Je signe un nouveau contrat
    Qui stipule que je suis libre
    Le respect est la consigne, berceau de mes états
    Une virgule essuie le feu, équilibre

    Les forces en présence
    Mais quand serai-je digne
    Je m’efforce à rallier en conscience
    Un grand trait qui aligne

    Mon architecture énergétique
    Des couleurs magnifiques vibrent
    Le monde archive des textures philharmoniques
    En découle un bonheur mirifique, et l’hydre

    Du malheur a du plomb dans l’aile
    Un chemin de douceur semble aujourd’hui plus naturel
    Les valeurs du fond du cœur révèlent
    Que demain les sans peur ensemble autour de la vie s’interpellent

    Écoute moi
    Retrouve ton identité sacrée
    Écoule du soi
    Ce qui ouvre à la vérité, aux secrets

    Et joue, tel un enfant béni
    Amuse toi
    Dénoue du ciel, au dedans et à l’infini
    Les muses de la joie

    Arpente le silence
    Entends ses promesses
    L’art est la pente d’effervescence
    Entre dans le temps des prouesses

    Cocrée ton devenir
    Le tissage de ton expression
    Ancre et refonds ton avenir
    Le passage de ton incarnation

    Comment vont mes racines
    Je les purifie du passé
    Comme avant que le démon m’hallucine
    J’intensifie ma capacité à me dépasser

    Je m’efforce à rallier en conscience
    Un grand trait qui aligne
    Les forces en présence
    Maintenant, je le sais, je suis digne!

    Chiara de Terra, le 12/12/2013.

  10. michel R dit :

    j’ai bien conscience que ce qui n’est pas vu et qui a besoin de se libérer arrive dans ma vie d’une manière souvent désagréable. je prends ma responsabilité, soit.
    mais comment je fais pour identifier pourquoi j’ai peu d’argent , pourquoi je suis encore dans de la dépendance affective, pourquoi je n’arrive plus à me « poser » depuis mon divorce?
    as tu une réponse …je tourne en rond depuis des années !!!

    • Le Passeur dit :

      Comment veux-tu que je te réponde ? Décrypte tout ce qui vient à toi de la manière dont c’est décrit dans mes deux derniers articles et le dernier de Sand et Jenaël. On ne peut vraiment rien ajouter sur le sujet.

    • Jonas 27 dit :

      Bonjour Michel,
      Tu sais pourquoi personne ne va(et ne peut) te répondre a tes question.Parce que (chacune) des forces qui va naître en toi pour t apporter a ton plein potentiel (en dépend).Tu ne tourne pas en rond mon ami ,tu attendais seulement le bon moment pour (transcender) tout cela en ceci.L abondance ce n’est pas seulement (l argent) ,quand tu trouveras ce que veut dire (l abondance) pour toi(ce qui raisonne en toi au delà de la raison) ,tu aura de l ‘argent mais tu n en voudra plus.Écoute ,elle (la vie) te parlera et plus souvent que autrement dans les épreuves difficile alors (ne ferme pas les yeux).Tu es a un pas de trouver la (transcendance) et ton chemin(je le sens).

    • MAYA LA TOUR dit :

      Bonjour Michel,
      Tu trouveras une réponse, ou tout du moins une partie de la réponse à ton questionnement en allant sur « http://www.forme-sante-ideale.com/signification-des-couleurs-argent-et-insecurite-affective/ ». Recopie cette adresse dans la barre de ton navigateur et…. que la lumière soit.
      Maya La tour

    • Erin dit :

      Bonsoir Michel,
      C’est tout à fait « par hasard » que je suis venue sur cette page et que mon regard s’est posé sur votre commentaire… Si vous le souhaitez, je vous offre gracieusement mon aide et vous accompagne dans votre cheminement au travers de séances à distance. Et si vous vibrez à la lecture de ces mots, je vous invite à lire plus particulièrement la page suivante pour en savoir plus : http://www.erinkann.fr/activites#seance-a-distance

      Bien à vous
      Erin

  11. Michèle dit :

    Merci pour cet article et cette façon toujours éclairante de nous mettre dans la vision de ce qui est et de ce qui se profile.
    Certains trouvent que le temps s’accélère, je trouve qu’il se comprime, avec cet « ancien » (mais peut-être présent dans d’autres espaces) venant des « lignes temporelles » et déboulant dans notre présent pour être compris et alchimisé. et ce « futur » qui appelle et nous tire vers la reconnaissance de notre multidimentionalité à vivre dans l’unité.
    je sens profondément que quelque chose est entrain de se déconstruire, sans possibilité de créer un nouveau « modèle », car tout se crée dans l’instant.
    La confiance est ce qui peut nous tenir entier, debout, joyeux, pour traverser l’épreuve de la défaite, c’est-à-dire ce qui se défait, pour se re-faire autrement dans le futur.
    Demain est une œuvre collective, où toutes les parties de nous, toutes nos connaissances de cœur, tous les Hommes de bonne volonté, les règnes minéral, végétal et animal, la Terre et les étoiles, s’activent en secret à ce renouveau.
    Ce renouveau qui est à la porte et m’inspire ces quelques mots :

    A la porte entr’ouverte de l’an nouveau
    Brille une étoile déposée par la nuit :
    Un éclat de toi
    Accouché de ta splendeur.

    C’est là que ton cœur bat
    Sous la fleur primordiale
    Comme un archer lançant ses messages
    Par des vaisseaux de cristal.

    Tout est déjà là, à tes pieds
    Ciselé par un éther plus dense
    Qui t’a dépouillé de ta gangue
    Et offre ta transparence.

    Tout est déjà parfait
    Au-delà de tes vouloirs,
    De l’autre côté des milles voiles
    Mis entre toi et la beauté.

    Sens-tu sur ta peau la légèreté de la vie
    Puissante et fragile
    Comme des semailles aléatoires
    De flocons tourbillonnants au gré du vent ?

    A la porte de l’an neuf
    Le vent crie, chante, danse
    Fait trembler ton cœur
    Et t’invite à déployer tes ailes
    Toutes saupoudrées d’or.

    Bonne soirée

  12. Machachouette dit :

    Cher Passeur,

    Ton à-propos permanent est une merveille…

    Mille mercis,

    De tout mon coeur!

  13. Dan dit :

    Passeur c’est exactement ça. Merci d’y mettre les mots.

    On ne peut expliquer pourquoi à un moment il y a un déclic. Personnellement tout s’est alléger lorsque est remonté à mon mental que tout ce que je vivais, je l’avais décidé « avant ». Que ces vécus doux ou durs n’étaient que des leçons, des travaux pratiques décidés avant. Un peu comme lorsque nous choisissons une faculté, un programme d’études, une profession. C’était mon choix donc je n’avais pas à me plaindre, râler; quand une situation désagréable se présentait plusieurs fois (et chaque fois de manière plus forte!!!) je l’observais, et très souvent elle ne se représentait plus. C’était intégré, fini.

    Dan

    (Passeur c’est bon, je l’ai eu dans ma messagerie)

  14. la maison de jacques dit :

    La Passeur,

    J’ai finalement lu et relu vos deux derniers posts (‘A l’écoute des emergences’ et ‘Décodage et libération de nos programmes’), ainsi que L’Eveil en Soi (2).

    Je pense avoir tout compris… mentalement. Maintenant vient le moment de l’application. Et c’est là que j’ai le plus de difficultés.

    On va dire le suivant, en ce moment je me trouve dans une situation où je me dis, ‘je sais pas quoi faire, je suis pas vers où aller, je ne sais pas quel est le bon choix à faire, dois-je agir maintenant ou après, dois-je rester avec elle, je n’aime pas mon job, dois-je quitter la France’. Je comprends très bien qu’il faut que j’accepte ces doutes et que j’essaie d’en saisir le sens profond. Et après… quoi? Les choses se réorganiseront d’elles mêmes? Obtiendrai-je ce que je veux ou ce dont j’ai besoin? Si par exemple je sens -intuitivement- que ‘il faut que je quitte ma copine/mon job/etc’ et que je comprends pas pourquoi et que je ne veux pas accepter ça, et, surtout, que je ne veux pas le faire [car trop difficile de faire le choix], rien qu’accepter tout cela fera que tout s’arrange pour mon plus grand bien? Quel est le juste milieu entre action et acceptation?

    • Le Passeur dit :

      Il n’y a que le mental qui complique tout et ce que je vois de vos questionnements sont ceux du mental. Votre intuition est le plus court chemin avec votre guidance, ce que vous dit votre intuition est toujours juste, les questions qui se posent derrière sont toujours le filtre du mental et donnent pratiquement toujours des réponses erronées. Nous sommes là pour notre croissance et celle-ci passe par notre guérison, c’est ce que veut notre âme blessée qui elle veut la guérison, alors que l’ego blessé, lui, a horreur du changement et provoque toutes sortes de stratégies d’évitement pour ne rien bouger à ce qui est et dans lequel il a trouvé un équilibre illusoire.
      L’humilité, c’est accepter de reconnaître qu’on ne sait rien et qu’on ne peut que nous offrir à notre guidance intérieure. Cette guidance devient claire lorsque les eaux boueuses de nos blessures émotionnelles se sont dissipées, c’est pourquoi rien ne peut être vraiment clair avant qu’on ait avancé sur ce chemin de guérison et c’est pourquoi j’insiste toujours là-dessus.
      Vous attendez des réponses à vos questions à l’extérieur de vous-même. Ceux qui vous donneront des réponses vous mentiront, personne ne peut le faire à votre place ni n’en a le droit. On ne peut aider que lorsque l’autre demande de l’aide, ce qui ne veut pas dire le délester de ses responsabilités en lui disant quoi faire exactement. Votre chemin est le vôtre, celui de personne d’autre. Vos relations avec les personnes de votre entourage résulte de vos liens karmiques et de ce que vous vibrez. Personne n’a le droit de s’immiscer là-dedans pour vous dire quoi faire. Votre propre guidance est le seule juste voie et je me doute bien qu’elle déplaît à votre ego qui lui opposera toutes les résistances possibles.
      J’ai décrit tous ces jeux dans mes articles et ne peux en dire plus. Il vous appartient et à vous seul d’accepter ou pas et de comprendre pourquoi accepter ne veut pas dire ne pas agir. Accepter veut dire agir selon votre guidance supérieure et non plus selon les réactions de votre ego. Accepter ne veut pas dire laisser une situation de souffrance perdurer, mais ne veut pas dire non plus réagir contre elle. Cela veut dire comprendre le message, aller à la rencontre de l’émotion captive qui crée la situation et la libérer, comme je l’ai déjà décrit. C’est là que se situe l’action. A partir de là, vous émettez autre chose et votre environnement s’adapte, les conflits s’évanouissent comme par magie, les situations non alignées avec vous changent ou disparaissent et tout restructure autour de vous en fonction de ce que vous émettez désormais. On avance ainsi par paliers.

  15. angie dit :

    Ce texte là résonne fort, car je réalise combien les expériences de vie sont inter reliées à celles d’autres vies…Et peu à peu le puzzle se dessine, décillant mon regard, laissant l’âme s’exprimer un peu plus…Et puis, je vis une dichotomie entre la paix, la béatitude que je ressens en moi, je vois ces particules de lumière partout, je vibre, je suis merveilleusement bien, alors que dans le même temps, je suis malade couchée dans un lit…. Et je me dis alors: cesses donc d’avoir peur…..Puisque c’est si bon d’être…..Merci à toi, Passeur de mots et d’esprit……De force et de de Joie!

  16. Chantal dit :

    Vous êtes la vie et vous êtes le voile a dit khalil Gibran dans un extrait sur la beauté, il ajoute » La beauté est éternité se contemplant dans un miroir ». Mais vous êtes l’éternité et le miroir. Bien à vous tous ici.

  17. SHUNYA dit :

    Certains paragraphes résonnent si bien avec mon expérience actuelle…
    Chaque commentaire est comme un reflet de soi dans ce que tu partages.
    Je m’observe chaque jour et de plus en plus sans accusation, bien que je puisse y voir ma signature égotique un peu partout.
    Merci de mettre en mots ce qu’on a parfois tant de mal à dire!
    Ce sentiment de voir plus clair depuis le début de cette année est un véritable enchantement! Bien que lesté par les chaînes qu’on traine, c’est vraiment un bon bol d’air!

  18. Merci de ces échanges et de ces explications que vous prenez le temps de nous donner. Certains de vos articles font « particulièrement » mouche ! Celui-ci en est un.

    Fraternellement votre,

  19. Margelle dit :

    Comme d’habitude, ce texte est riche et il y a beaucoup à décoder… Ce qui m’interpelle le plus actuellement est l’attention sur la compréhension par le mental et l’intégration dans les mémoire cellulaires…. ce qui n’est jamais simple à savoir, à connaître… d’après ce que tu dis, ce serait la vie qui serait le meilleur garant de la distinction… Parfois cela me semble évident, par moments beaucoup moins… mais la position de l’observateur me paraît excellente… En tout cas, il semble que lorsque c’est intégré on perd le goût de la discussion… on apprécie ce qui est dit, comme c’est dit… pour moi je l’intègre comme une très belle piste…

    Autre point, j’ai revu la « divine matrice » de Gregg Braden, il cite à un moment fabuleux, l’évangile de Thomas, le logion 48, où la foi qui déplace les montagnes, c’est lorsque la pensée et le sentiment fusionnent en UN…. UN tout simplement….

    • SPOT dit :

      Margelle,
      Il apparait dans l’état de veille, une perception presque dirigée, un tunnel aux parois presque incompressibles qui force le regard à s’abandonner dans une source mentale ‘vertueuse’ et elle s’octroie le mérite de l’héberger.
      Mais la nature du regard est libre, elle n’appartient pas aux pensées.

  20. Eric dit :

    Merci cher Passeur pour ces derniers textes. Ils me parlent énormément et sont un point de liaison important dans mon avancement…

    Dans un même temps, Lisa m’a fait découvrir les textes sur « l’Artisan de Lumière »…
    Tout cela me parle et permet de re-cadrer un peu le tout.

    Merci, Merci, Merci 🙂 🙂 🙂

    Eric

  21. Salvia dit :

    Merci pour ce texte !…

    Lu ce matin: « L’Amour unit les contraires. Il permet donc, aussi, d’épurer le karma nuisible entre les âmes-Personnalités, en les rassemblant en couples. L’Amour apporte donc une sorte de mouvement libérateur, dans le cycle du karma négatif qui, autrement, resterait fermé. »

    Et puis, pour ceux que cela intéresse, « La guérison quantique » de Frank Kinslow, est une aide pour que nous puissions guérir nos blessures émotionneles, entre autres, et la méthode est si simple qu’on a peine à croire que ça va marcher. L’utilisant depuis peu, j’avoue que c’est assez étonnant, ou peut-être pas?… si je comprends bien le texte du Passeur!

    • Louisetta dit :

      Rien ne vaut l’accueil pure et simple de nos émotions. Même si c’est un art qui s’apprend et s’approprie selon chacun avec sa propre intimité. Je ne crois pas avoir entendu jamais entendu dire du passeur que cet accueil chose aisée, en un claquement de doigts.
      C’est simple mais pas évident parce que ça va à l’encontre de toutes nos habitudes. Toute méthode qui est encore dans le « faire » plutôt que dans le « défaire », est à mon sens une couche de baume qui ne tient hélas pas dans le temps.
      Et toute tentative de comprendre, d’analyser, de récolter des informations, de se compliquer avec des théories aussi controversées que compliquées est encore une forme de fuite et de détour, une sorte de jeu, pour ne pas toucher à l’essentiel.

      Rappelons que le travail de « conscience » est plus à la mode que l’amour. Et les deux, si en amont ils sont unis, sont tout de même à discerner. C’est plus agréable d’abandonner la part d’enfant blessé en nous au profit de notre part plus « conscience » mais ce n’est pas ce pour quoi nous sommes venus.
      On peut étendre sa conscience, développer des dons, capter des fréquences, voyager dans l’astral, maîtriser la physique quantique, parler à des anges ou des extra terrestres, lire les cartes, méditer tous les jours pour élever ses vibrations, et être pourtant au niveau zéro de la guérison des blessures les plus profondes et oubliées, qui nous prennent possession de nous au quotidien dans l’amour avec nos proches.

      J’appuie l’article du passeur, qui reformule encore et toujours mieux ce qu’il y a d’essentiel, même si je n’ai pas l’impression qu’il soit toujours vraiment lu de manière incarnée. On peut facilement rester dans l’adhésion mental. Mais bon.

      • pierrot dit :

        Louisetta, une méthode est juste un leurre pour tromper le cerveau mais effectivement cela ne doit pas être pris pour un objectif.
        Il me semble donc nécessaire de se pas s’y identifier.

      • Eric dit :

        Bonjour Louisetta,

        je me permets deux réflexions à ton intervention :
        « est encore dans le « faire » plutôt que dans le « défaire » »… je dirais que nous devons nous situer dans « l’être »…

        « On peut étendre sa conscience, développer des dons, capter des fréquences, voyager dans l’astral, maîtriser la physique quantique, parler à des anges ou des extra terrestres, lire les cartes, méditer tous les jours pour élever ses vibrations, et être pourtant au niveau zéro de la guérison des blessures les plus profondes et oubliées, qui prennent possession de nous au quotidien dans l’amour avec nos proches. »… je pense que ces aptitudes arrivent avec l’état d’avancement de notre guérison (bien que certains soient tombés dedans étant petits 🙂 ); quant aux blessures oubliées (je préfère non révélées), elles repointent le bout de leur nez avec plus de force (le texte en parle)…
        Pour parler de mon exemple, celui que je connais le mieux, je me suis découvert le don de magnétiseur (révélé par plusieurs personnes situées loin géographiquement. Effectivement, j’ai effectué des soins qui m’ont impressionné par leur efficacité. Il y a quelques semaines, une « douleur oubliée – je dirais pas guérie assez profondément – » a refait surface avec une violence impressionnante. Le choc a été rude au point de vivre un « black hole » de trois semaines. Il n’était plus question pour moi de pratiquer quelque soin que ce soit car mes énergies de guérison se sont tues…
        Evidemment, elles me servent à guérir mon Moi…

        Fraternellement

        Eric

        • Louisetta dit :

          Cher Eric,

          Je me rends compte qu’il me faut être plus claire quand j’écris, car bien souvent, alors même que je partage simplement une perception des choses, il arrive qu’on me réponde comme si j’avais posé une question, ou énoncé un problème.

          Je précise donc que justement, ces aptitudes ésotériques ne sont pas ce qui m’intéressent. Si des dons se manifestent à mesure que ma conscience grandit, on verra comment faire avec au mieux. Mais alors ce n’est vraiment pas ma préoccupation première! Il y a bien assez d’attention à mettre dans le chemin du simple enlèvement des couches qui nous empêchent de nous aimer pleinement… Ce n’est pas pour jouer les Madames Irma en plus, sans même discerner ce que je capterais et ce qui serait teinté de mes propres filtres personnels! Ce serait une grande épreuve pour moi, je pense. Dieu merci, je suis encore limitée ! ^^

          Il me semble que le moindre don offert par la vie demande beaucoup de responsabilité, une droiture vaste, un regard fin, et un espace émotionnel clean si on veut faire les choses bien.
          Cela n’empêche pas, bien sur, qu’à mesure que j’avance, il se développe effectivement une empathie plus prononcée. Lorsque cela est jugé nécessaire, il se manifeste en moi des intuitions accrues des barrières en l’autre, parce qu’à ce moment précis, j’ai le cœur assez attendrit et les les moyens de trouver quelques justes mots de ce que je perçois pour aider à détendre les choses. Le reste du temps, je m’occupe de moi qui ne suis pas exempt de cheminement.
          Je trouve donc logique de ne pas mettre la charrue avant les bœufs, et il me semble que pourtant c’est à la mode de développer une certaine conscience pour donner le change, avant même d’avoir fait le B-A BA sur le terrain de l’amour.

          Ce que j’observe, c’est que même parmi les jeunes motivés et éveillés à beaucoup de questions, j’en connais beaucoup qui au bout de quatre ans de cheminement, végétariens, écologiques, spirituels, pratiquants, engagés… avec des grands mots tels que « conscience », « amour », « terre de paix », m’appellent, confus, en me demandant « au fait, ton truc sur les émotions et l’amour de soi, c’est quoi déjà? Et ça se passe comment, cette histoire? Tu fais comment quand tu as une émotions qui te prends? Tu fais comment pour te donner de la douceur? Il faut faire quoi? Il y a un mantra à réciter?… » (je caricature volontairement)

          …Et, très étonnée, je peine moi même à donner mes propres mots, et j’ai la sensation d’assister aux premiers pas de quelque chose. alors que ce sont des personnes pourtant engagées par ailleurs sur le chemin de la conscience.

          Au lieu de « défaire » j’aurais d’ailleurs du dire « laisser défaire ». Car nous ne faisons rien, en réalité, dans ces moments là. Nous avons juste l’humilité de passer la main au plus grand en nous.
          Et en acceptant d’être le petit, paradoxalement, le grand se manifeste plus en nous.

          Acacia,

          Isabelle Padovani me parle aussi beaucoup… Je te comprends donc bien.
          Tu peux d’ailleurs voir que mon vocabulaire est imprégné du sien. Dans ce sens, si à mon jeune âge je sais des choses, c’est que je ne suis qu’une naine sur des épaules de géants… (dont le passeur fait partit)

          • Eric dit :

            Re-Bonjour Louisetta,

            pour moi non plus, ces aptitudes particulières ne sont pas un but en soi. Par contre, elles sont parfois « un fardeau » depuis qu’elles m’ont été révélées.
            Pourquoi un fardeau? parce que je sais qu’elles sont là, que je les ai utilisées souvent pour guérir des personnes dans le besoin mais que le mental me bloque à les appliquer plus régulièrement. Ces aptitudes étant Energie, elles doivent pourtant circuler pour ne pas s’accumuler en toi et deviennent alors inconfortables… Ces inconforts m’ont été décrit récemment et je peux donc mettre des mots sur des ressentis désagréables. Par contre, on m’a aussi appris à m’en décharger autrement que par des soins…
            Et, loi de la synchronicité, j’ai lu, il y a quelques jours que mes « blocages à me lancer dans la prodiguation de soins étaient dus à une utilisation moins lumineuse dans d’autres vies… Et oui, cette sacrée mémoire kharmique 🙂 .

            Par contre, je sais, au )lus profond de moi, que ces aptitudes nous seront acquises si nous en avons réellement besoin.

            Pour le reste, je ne répondais pas à une question mais te donnais mon ressenti par rapport à tes écrits et sans le moindre jugement, sans vouloir me mettre mieux ou plus qu’un autre. Chaque Être est unique ainsi que son chemin…

            Je donne des infos pour d’autres en qui elles résonneraient et en prends aussi 🙂 … Tout est dans l’échange.

            Que ton chemin soit Lumineux, léger et dans l’Amour.

            Fraternellement.

            Eric

          • pierrot dit :

            Et quand tu réalises que ces épaules de géant sont aussi les tiennes tu deviens pleinement réalisée et du coup toute recherche devient futile vu que tu l’es déjà et l’a toujours été, c’est juste que tu n’en a pas encore pris conscience.
            Quelle libération non ?

      • Marie-Anne dit :

        Oui, Louisetta, notre part « enfant blessé » doit être regardée, écoutée, comprise, aimée, rassurée et guérie: c’est aussi là une œuvre de courage (donc de cœur), de prise de conscience, d’amour et, bien entendu, de guérison.
        C’est une œuvre de Lumière, d’Amour, qui ouvre à tout le reste ( dons, créativité, connexions,…).

      • acacia dit :

        Bonjour Louisetta
        Tu parles, entre autres, de l’accueil de nos émotions et des guérisons de nos blessures.
        Je ne sais pas si mon petit témoignage peut donner une indication utile à qui que ce soit, mais je le donne pour ce qu’il est : une étape actuelle de mon vécu. Pas une méthode, un moment.
        J’ai été beaucoup aidée, ces derniers mois, à aller à la rencontre de reliquats émotionnels et mentaux vivant en moi.
        C’est en écoutant une conférence d’Isabelle Padovani que m’est apparue une manière lumineuse – pour moi -, de me mettre à leur contact. Jusque- là, j’avais beau y tendre de multiples façons, suite à de multiples lectures et de multiples procédés… le résultat était généralement partiel, en tout cas souvent pas durable. Les états les plus intimement liés à des émotions parasites semblaient ne pas vouloir se transmuter. D’autant que j’avais du mal à les discerner.
        On en revient toujours au regard que nous portons sur les choses, n’est-ce pas. Là, en écoutant cette conférence, j’ai eu un tilt !
        En l’occurrence j’ai littéralement vu apparaître les petits gardiens postés aux quatre coins de mon égo pour le protéger. Maladroits, envahissants, grandes gueules, tyranniques… mais si pleins de bonne volonté, les pauvres ! Ils me sont apparus si inconditionnellement dévoués à « ma » cause : me préserver des chocs et de la souffrance… que j’en ai eu le cœur tout dilaté de compréhension et de compassion !
        Pour citer un exemple, c’est un épisode de colère, suite à une « injustice » dans le cadre professionnel, en septembre dernier, qui m’a donné la première occasion de prendre contact avec un de mes gardiens.
        Comme le montre Isabelle Padovani – qui illustre parfois ses propos par des démonstrations de figurines manuelles ( très drôles à voir ) -, le chercheur spirituel en moi a très vite manifesté sa désapprobation devant cet emportement par une voix moralisatrice : « Qu’est-ce que c’est que cette colère ?! Tu le sais, pourtant, que tu ne dois pas te laisser entraîner par de telles réactions ! Le chemin de l’éveil ne PEUT plus supporter des écarts de cet ordre…etc.. ».
        La colère en moi ne lâchait pas vraiment pour autant… Je la sentais moins virulente mais je savais, au fond, qu’elle ne faisait que se ratatiner devant la voix « spirituelle » qui l’admonestait – ( le gardien du mental contre le gardien de l’émotion… une querelle de plus au sein de la matrice… 🙂 ).
        Et là j’ai vu mon petit gardien – celui de l’émotion-colère -, fidèle à un poste qui lui a probablement été assigné à la naissance de ma première confrontation à un choc d’injustice – quand je pense que si c’est karmique il est là depuis peut-être mille ans… ! Misère de lui !!
        Il était donc là, son petit gourdin à la main, prêt à faire des moulinets dès que soufflerait un vent contraire à ce grand calme auquel nous aspirons lui et moi.
        Ce gardien -là, que j’ai découvert si petit, si enfantin, si dénué de force propre, mais si vaillant !, je l’ai aimé d’emblée d’une tendresse immense. … Eh bien il a fondu instantanément ! De colère, de sentiment d’injustice, plus une miette. Et ce n’était pas une ruse de ratatinade, cette fois, c’était juste dissous…
        J’ai vécu d’autres retrouvailles émouvantes et tendres, avec quelques facettes de mon être.
        En fait, c’est peut-être idiot, mais je me sens naturellement, vis à vis de tous ces petits êtres qui me constituent, comme une mère devant ses enfants… C’est sans doute pour ça qu’il m’est aisé de n’avoir qu’amour pour eux… La transmutation par le cœur devient alors une réalité.
        Ce processus me convient bien parce qu’il est de l’ordre du quotidien et de l’accessible.
        Je ne prétends pas avoir fait le tour de toute ma progéniture… il peut toujours rester des éléments mieux cachés que d’autres… – mais je me demande si ils ne se feraient pas passer le message ? , parce que mon atmosphère générale intérieure a réellement gagné en fluidité, en acceptation, et en énergie.
        Et sans doute ces remises en liberté, ont-elles leur effet et leur répercussion sur d’autres lignes temporelles. Ça me paraît logique. Mais je ne sais pas encore comment ça se manifeste.
        Je crois en tout cas que ma conscience est un espace de liberté sur lequel nul n’a pouvoir si j’y accède par le biais du cœur.
        Une question me vient parfois : à partir de cette liberté intérieure grandissante il s’agirait que je pose des actes…
        Seulement je ne sais pas encore lesquels.
        Tendresse à toi, Louisetta, et à tous ici ! ♥♥♥

        • SPOT dit :

          Acacia, nos gestes liés =à la conscience cognitive ne sont pas anodins, les physiciens en ce qui concerne l’exploration de l’infiniment petit dit quantique, s’accorde à expliquer que l’on trouve ce que l’on cherche.
          ((((On en revient toujours au regard que nous portons sur les choses,)))acacia)
          Pour l »avoir testé la méthode de F KINSLOOW n’est pas du flan, comme celle de JP GARNIER MALET, mais cela n’est que mon point de vue.
          Il y a sans doute un lien intime qui se connecte avec le miroir qui nous sert de fond d‘écran(réalité)

        • François dit :

          Acacia,

          « En fait, c’est peut-être idiot, mais je me sens naturellement, vis à vis de tous ces petits êtres qui me constituent, comme une mère devant ses enfants…  »

          C’est tout sauf idiot , de mon point de vue c’est même très intelligent , car alors ces ‘petits êtres’ reçoivent un amour sincère attendu et libérateur…. merci à toi 🙂

        • Cécile dit :

          Acacia,
          Génial ! J’ai poussé un grand éclat de rire en te lisant ! Merci, merci pour ce merveilleux témoignage.

        • Li dit :

          Merci Acacias.
          Moi c’est en lisant ton commentaire que j’ai eu un « tilt »!
          Bien sûr ce que je vais dire vous le savez déjà, je le savais déjà, mais arrive un moment où l’on intègre toutes ces choses que nous ne faisions que comprendre.
          L’image que tu donnes des  » petits gardiens postés aux quatre coins de mon égo pour le protéger » me parle bien.
          Le résumé, que je fais de ton commentaire, c’est que tout est dans l’acceptation et dans la tendresse, voire l’amour si on y arrive, que l’on met dans les expériences que nous vivons.
          Comment en vouloir à quelqu’un qui se croit, en toute bonne foi, investi d’une mission mais qui n’aurait pas les bonnes règles pour y parvenir…?
          Ces petits gardiens justifient à eux-mêmes leur utilité lorsqu’ils voient nos réactions. Mais nos réactions émotionnelles ne sont que « des coups d’épée dans l’eau » si l’on ne remonte pas à leur sources!
          Oui l’Ego a un rôle à jouer, mais ni la place, ni l’importance que nous lui donnons la plupart du temps!
          Ton sentiment d’amour, envers ces petits gardiens, je le comprends bien car leur en vouloir serait un peu comme « tirer sur l’ambulance » ou s’attaquer à plus petit que sois. Entre parenthèses, pour poursuivre cette métaphore, l’ambulance est un moyen de nous emmener vers des soins mais ne nous garantie pas la guérison…
          Un moment de colère, par exemple, s’il est conscientisé peut pour un temps s’atténuer mais ne pourra disparraître vraiment qu’au moment du fameux « Heurêka »! C’est à dire au moment où l’on intègre une expérience, une émotion etc…
          C’est vrai qu’une bonne colère envers notre facteur, qui nous remet nos factures, peut soulager un moment, mais il n’y est pour rien! Il a juste mis le doigts là où ça fait mal!
          J’ai pris pour habitude de prendre tout ce qui m’arrive comme des messages. Mon corps, mes émotions, les êtres que je rencontre, les difficultés que je vis etc.. tout me donne matière à travailler sur moi.
          Je vais peut-être faire bondir certains d’entre vous en disant que pour moi tout ce qui m’arrive est un cadeau!
          Tout doit-être vu, conscientisé et intégré!
          A partir de là, OUI j’aime mon Ego, OUI je l’accepte, OUI je ne le juge pas, OUI j’apprends à mieux connaître son rôle! Comme dit le Passeur: il fait partie de moi mais il n’est pas moi!
          Lorsque j’ai lu pour la première fois « L’éveil 1 et 2 » du Passeur, j’ai eu les larmes aux yeux. Le passeur nous donne tellement de clefs… J’ai compris beaucoup de choses mais que de chemin parcouru depuis…! Ce chemin est, pour moi, celui de la compréhension vers l’intégration. Entre les deux s’imbriquent une multitude de choses toutes aussi importantes les unes que les autres. Ce chemin est le chemin de toute une vie!
          Nous avons tous nos petites méthodes pour progresser, toutes sont louables. La mienne est de tout simplifier lorsque tout devient trop compliqué! Car en fait, et vous l’avez compris, nos besoins de savoir et de comprendre peuvent être à double tranchant s’ils nous éloignent de cet état tant recherché qu’est: L’instant présent.
          L’instant présent est synonyme pour moi: d’être à l’endroit juste, sans jugement de valeur et dans la totale acceptation de ce que nous vivons et de ce que nous sommes.
          Tout comme toi Acacia, je ne sais pas si mon témoignage peut donner des indications utiles à qui que ce soit et tout comme toi je le donne pour ce qu’il est: une étape sur mon chemin.
          Ce que tu vis fait écho en moi, notamment lorsque tu parles de ces émotions parasites difficilement identifiables.
          Lorsque je prends de la hauteur (en m’extériorisant d’une émotion ou d’une situation) et que je mets de la distance et de l’humour dans mon chemin cela m’aide.
          Nous avons tous des mots et des maux qui nous parlent plus que d’autres. Celui qui revient souvent pour moi est le mot: Liberté.
          Je n’en connais pas encore toute la portée mais je sens qu’il est important. Ne serait-ce que la liberté d’Être.
          Notre chemin n’est-il pas de réussir à nous libérer de tout ce qui nous entrave et nous cache ce que nous sommes vraiment…?
          C’est vrai, Acacia, que ce chemin nous apprend la patience car lorsque l’on commence à vider la « coupe » il y a un moment de vide intérieur qui semble ressembler à de l’inactivité mais qui pour moi est seulement un palier. Nous avons tellement été habitués à agir et à réagir! Nous n’en sommes plus à des gesticulations inutiles, donc nous poserons les actes justes lorsque cela sera le moment pour nous. En attendant, même si nous ne leur en donnons pas une grande importance, nous posons plein de petits actes au quotidien! Ne crois-tu pas?
          Avec tout mon amour.
          Lisa ♪❤♫❤♪❤♬

          • Margelle dit :

            si, si, je crois… ♪♫☼♥ 🙂

          • acacia dit :

            Merci Li, pour ta réponse et pour ton commentaire.
            Ma foi oui, c’est vrai que le quotidien est plein d’actes… Peut-être avais-je, en écrivant mon désir de poser des actes, une petite prétention à une grandeur à venir… un de mes enfants qui clame « regarde ce que je vais pouvoir faire maintenant ! », l’innocent… (encore un de débusqué, merci Li 🙂 ! ).
            Si tout ce qui t’arrive est un cadeau c’est probablement parce que tu vis le présent, et si ça doit faire bondir quelqu’un, que ce soit alors un bond d’allégresse !
            Avec toute ma tendresse ♥♥♥

            • acacia dit :

              Sur la même longueur d’ondes :
              « La vie est-t’elle une école ? » par Isabelle Padovani

              http://www.youtube.com/watch?v=xwhx7lJCurg

              • pierrot dit :

                ‘la quête de sens vient de notre inconfort à accepter la réalité’
                La contraposée serait comme l’a dit Krishnamurti ‘je ne me préoccupe pas de ce qui arrive’
                On est loin des méthodes pour atteindre un objectif ‘je deviens ce que je pense le plus souvent’ qui englobe aussi les méthodes de visualisation, la toute puissance de la pensée et aussi la physique quantique il me semble.
                La physique quantique fonctionnant sur les croyances qui sont comme la sous pensée des pensées, la pensée influençant le résultat de l’expérience. Quand on fait un choix conscient il faut bien le penser non ?
                Comme le dit Isabelle, être dans le moment présent n’implique pas la pensée car le fait même de penser nous fait perdre notre vigilance à ce qui est.
                Y a-t-il un problème maintenant?
                Le pourquoi vient après.
                C’est pour cela qu’elle utilise le fils et le père. Dans le rôle du fils la pensée a son utilité, dans le rôle du père on s’en fout vu que tout est parfait alors pourquoi vouloir changer ce qui arrive.
                Un peu comme le duo onde /corpuscule qui révèle la puissance du paradoxe et notre rôle d’équilibriste dans notre exploration de la vie.
                Le père ressource le fils et le fils fait ressentir au père.
                La classe serait peut-être que le fils agisse au nom du père ?
                Ce n’est pas cela rendre grâce à la vie ?
                Et on réalise alors toute la différence entre être joyeux et être en paix, ce qui est bien entendu en dehors de toute compréhension.

              • acacia dit :

                Pierrot
                « La physique quantique fonctionnant sur les croyances qui sont comme la sous pensée des pensées, la pensée influençant le résultat de l’expérience ».
                Je formulerais plutôt : la pensée participe à l’expérience. En tant qu’élément présent elle est prise en compte. Comme dans toute relation entre vivants. J’aime assez, pour ma part, l’idée de participation active de tous les phénomènes de la Vie.
                La pensée me semble être une somme d’émanations d’origine souvent inconnue. Se placer en observateur permet de prendre de la distance. Quand je m’éloigne – quand je vais vers le Père -, c’est pour mieux voir. Pour avoir une vue d’ensemble. Je peux ensuite me rapprocher – rejoindre le Fils -, en ayant visé la cible réelle révélée par l’observation. Le même genre d’attitude que quand je perds un peu mon chemin en rando et que je cherche un promontoire pour y grimper et élargir ma vue. (ça me fait penser : absolument magnifiques tes photos de l’Ouest canadien ! tu m’as fais rêver, merci ! ).
                Je suis rudement d’accord pour que le fils agisse au nom du père… Je dirais aussi : et la fille au nom de la mère – petit rajout sans esprit de querelle 🙂 , juste à cause « du paradoxe et de notre rôle d’équilibriste dans notre exploration de la vie » pour ne citer que toi 🙂 .
                ♥♥♥

              • pierrot dit :

                @ Acacia,
                Je me disais que le père-mère, l’essence est ce filet de lumière qui permet au film de se jouer, la pensée, le projecteur et ce que l’on voit, le film ou notre interprétation de la vie.
                La pensée est une manifestation de l’essence.
                Enlèves le projecteur, il n’ y a plus que l’écran.
                Et allumes la lumière, on ne peut plus voir le film.
                Les ténèbres sont donc utiles à la projection du film.
                Tant qu’on voit un film on continue de rêver et c’est vrai que la pensée permet de voir un bon film ou un mauvais film mais on est toujours entrain de rêver.
                Fais silence et le film s’arrête.

        • Claire dit :

          Acacia,
          Merci de ton témoignage merveilleux de fraîcheur, de vérité, de tendresse et d’Amour ! Il parle Vrai, Il me parle au cœur !
          Et pour moi qui est vu des conférences Youtube d’Isabelle, je revois de quoi tu parles et je vais de ce pas en regarder une, celle des gardiens !
          Je te remercie de tout cœur, Louisetta aussi, Le Passeur bien évidement et tous ceux et celles qui contribue à ce donner l’Amour que nous méritons tous ! Et au delà de le
          mériter, celui par qui Nous Sommes ! MERCI Acacia

      • Katerina dit :

        Tout a été inversé .
        Comment pourrait on faire du neuf avec de l ancien ?
        Donc le travail , meme si le mot ne plait pas toujours , est bien de défaire , avant de faire , quoique cela peut aussi se manifester dans le temps linéaire , en meme temps .
        On travaille dans un domaine , ou quelque chose nous a secoué , le fait de le conscientiser libère des choses ailleurs .
        En cela il est important de rester attentif à nos pensées , évènements ,ressentis .
        Parce que la logique divine n est pas une prédiction , et que depuis 2012 , il y a eu changement eu niveau de la terre .
        Avoir confiance dans l absolu c est éliminer en soi tout ce qui gène ou fait souffrir , et on n a que cela à faire finalement .
        La création suit non pas comme une expression ou un résultat d un plan quelconque que l on aurait pu imaginer .
        Et cela est bien pour dépasser seul , avec soi , la dualité .
        Personne ne peut le faire à notre place .
        Pour ce qui est de mon expérience , je sens que de toutes façons tout s éclaire au bon moment , et que ma vie est devenue vraiment paisible avec des moments de joie plus nombreux .
        Merci Passeur pour ces textes qui sont autant d éléments importants parce que vous etes en chemin , et que vos articles expriment aussi votre expérience .
        Catherine

      • Salvia dit :

        Louisetta,
        connais-tu la guérison quantique? As-tu lu, ou mieux, expérimenté cette méthode?…
        Mais peut-être que le mot « méthode » te dérange, c’est bien possible.
        Et si je prétends que c’est simple, même si le Passeur ne dit rien de tel comme tu l’affirmes, où est le problème?… personne ne détient LA vérité sur le site du Passeur, pas même le Passeur, et cela, il l’affirme, me semble-il, en toute simplicité.
        Tu dis très justement « C’est simple mais pas évident parce que ça va à l’encontre de toutes nos habitudes ». Oui, ça va à l’encontre de nos habitudes, à commencer par les miennes, et ça fait du bien de se faire secouer, comme une bonne bourrasque fait s’envoler les feuilles mortes des arbres.
        Et puis sais-tu si cette méthode est « dans le faire » ou « dans le défaire » dont tu parles?… Elle serait plutôt dans « l’être », comme le dit Eric.
        Tu termines en disant « On peut facilement rester dans l’adhésion mental. Mais bon »… Il n’y a pas qu’un seul chemin, il y a le chemin de chacun, et celui-ci est unique. Et si la guérison quantique peut être un moyen d’avancer pour les uns, ceux qui ne se sentent pas attirés par elle prennent tout simplement un autre chemin. Tout est respectable!
        Pour ma part je ne suis pas restée dans le mental, crois-moi. Curieuse par nature 🙂 , j’aime expérimenter, et le mental est mis au placard, car sinon ça ne marche justement pas!
        Amicalement 🙂 ♥

        • Louisetta dit :

          C’est vrai, Salvia, je suis allé un peu vite en besogne en mettant mon commentaire sous le tiens pour dire ce que je voulais dire, et je m’en excuse.

          C’était une manière, un peu injuste pour toi, d’adhérer à l’article du passeur à ma manière, et de dire certaines pensées qui me venaient. Et je n’ai pas pu m’empêcher d’apporter ma touche de cynisme ronchon et de « moi j’ai tout compris » qui caractérise si bien mon l’enfant en moi en désir de partager.

          J’ai jeté un coup d’œil au bouquin de Frank Kinslow et à ses explications, et ma foi, si cette méthode permet d’accueillir en profondeur et définitivement les petits blessés et permet d’être plus dans l’empathie envers soi et les autres au quotidien, alors, je n’ai rien dis. C’est super.

          Si son but est d’avantage un développement de la conscience en plus d’un palliatif à la douleur physique et émotionnelle, c’est bien aussi.
          C’est plus « courant », mais c’est bien aussi…

          Selon ton expérience, qu’en est-il?

          • Salvia dit :

            Bonjour Louisetta,
            merci pour ta réponse et pour la sincérité de tes paroles! Si je comprends bien, tu es un peu trop spontanée … et comme je le suis également… bon, tout est bien clair maintenant.
            Où j’en suis de cette expérimentation? J’en suis encore bien au début. Je dirais que cela me procure entre autre plus de sérénité. J’ai pu enlever quelques petits bobos, style brusque douleur dans un genou: en quelques secondes elles sont parties, et plus revenues! Cela m’a enthousiasmé. Mais je n’en suis pas encore au 100% de réussite!… 🙁 🙂

    • acacia dit :

      Bonjour Salvia
      Est-ce que tu peux en dire un peu plus sur la « méthode » de F. Kinslow ?
      Chacun découvre un jour la manière qui lui correspond le mieux pour accéder à ses mémoires blessées, du moins à un moment donné, et dans ce domaine je reste curieuse des propositions qui peuvent être présentées.
      Je t’embrasse ♥♥♥

  22. mesnet dit :

    25 janvier, année deux, en lisant ton témoignage matinal concernant les dimensions, Passeur, je me permets de rajouter ceci à mon article. Ta perception complète parfaitement ce que je vis dans mes dimensions.

    J’intègre la dimension dans ce que je nomme un « état-d’être, c’est à dire que je vis simultanément trois facettes vibratoires de moi-même. Mais ces trois « facettes » que sont Mesnet l’humaine, Mesnet consciente et MOI, ne vivent pas dans le même espace temps : La première a des difficultés à ne pas se projeter dans le passé et le futur, la deuxième vit le présent….et MOI est en dehors du temps.

    Passionnant. Merci.

    Je mets ici la référence à mon article :

    http://cellequiregardaitlesoleil.eklablog.com/nous-sommes-deja-des-etres-multidimensionnels-a106069698

    • acacia dit :

      Mesnet, ta présentation des trois états distincts est claire – et la « boussole vibratoire » est une image qui me parle bien !
      Par ailleurs , tu partages sur ton site des moments vécus que j’apprécie beaucoup, merci à toi.
      ♥♥♥

  23. Beaucoup de concepts de lois d’enseignements ont déjà été diffusés, cependant avec les mots du Passeur ils résonnent autrement, ils raisonnent bien et justes.
    Merci.

  24. François dit :

    Depuis quelques années et plus particulièrement dans le courant de l’année 2012, les textes et commentaires laissaient entre-voir que les derniers préparatifs personnels pour le « grand voyage » s’achevaient pour chacun d’entre nous. On parlait alors de gare de triage, de trains, de quais et de bateaux sur lesquels nous pourrions embarquer et admirer avec gratitude l’ancienne rive qui s’éloignait sans apercevoir encore l’autre rive , celle de notre destination. La Vie nous demandait de développer notre confiance en Elle et en nous. C’est là qu’il pouvait être aisé de confondre le quai avec le train ou le bateau. Se croire en route tout en étant encore dans la file d’attente s’est avéré lourd de conséquences pour certains et libérateur pour d’autres. C’est ainsi de nos choix, de notre humilité et de notre courage face à notre propre lucidité et niveau de conscience personnel.

    De mon point de vue 2013 a été l’année pendant laquelle il a été demandé de laisser sur place (le quai) jusqu’à la dernière petite valise, jusqu’à la dernière particule de mémoire inconsciente (oui cristallisée bien souvent) qui pouvait encore nous alourdir. Les passages par les portails successifs de cette fameuse année ne toléraient pas le moindre passif non éclairé par notre cœur. Ce fût le moment du nettoyage de printemps, ‘les à fonds’ comme on dit chez nous. Le causal étant chargé de l’état des lieux après chaque étape de ce processus de purification (karmique mais aussi génétique, spirituel, etc.) nous insufflait plus ou moins délicatement où nous nous trouvions à mesure de notre embellissement.

    Aujourd’hui nous y sommes et il n’est pas trop tard pour rien ni pour personne. Il est toujours temps de se réveiller. Le collectif à travers certains « Passeurs » nous donne des informations non pas de ce qui est juste de faire ou de ne pas faire, mais simplement que c’est possible. Ensuite c’est à chacune et chacun de ‘sentir’ ce qui résonne et d’y aller jusqu’à la vibration. D’y aller à fond jusqu’à l’étape qui est la purification et l’élévation de notre taux vibratoire, et de la répéter encore et encore jusqu’à « l’évidence ». Oui ça fait peur, oui ce n’est pas facile, oui ça dérange notre pseudo confort et illusoire (bien souvent) stabilité émotionnelle, oui c’est long et semble être sans fin…. mais Oui ça vaut largement l’engagement. Les portes sont grandes ouvertes n’attendant que nous. Voici qu’il est l’heure d’embarquer ! Tout nu bien entendu.

    Merci Passeur d’avoir trouvé ta voie qui est aussi et entre-autres celle du partage et d’avoir le courage de nous l’offrir avec une constance et une justesse qui démontre ton engagement et ta beauté d’être.

    • Cécile dit :

      Pour moi aussi, 2013 a marqué un nettoyage à tous les étages – physique, émotionnel, mental… – et un allègement de tout ce qui est possible : rôles psychologiques, activités inutiles, croyances limitantes, alimentation inadaptée… Ce qui, paradoxalement, me permet d’être plus solidement ancrée et m’apporte stabilité émotionnelle, paix intérieure même en cas d’agitation extérieure et présence vigilante (autant que possible !) à ce qui se manifeste.
      C’est à la fois éprouvant car cela exige de rester fidèle à mon appel intérieur dans un environnement pas toujours porteur, et jubilatoire car je découvre une grande liberté – non pas dans le sens où je pourrais satisfaire tous les désirs de mon ego, mais dans le sens où je fais de moins en moins dépendre mon état intérieur de conditions extérieures.
      Comme tu le dis, il faut laisser jusqu’à la dernière petite valise, même si ce n’est pas aisé. Je n’y suis pas encore mais ça progresse, en grande partie grâce à l’aide que je trouve sur Urantia Gaia…
      Merci à toi François pour ta bienveillante sagesse, et à toi Passeur pour la lumière que tu répands si généreusement autour de toi !

    • Marie-Anne dit :

      François, merci pour tes phrases et surtout pour celle-ci: … » Il n’est trop tard pour rien ni personne. Il est toujours temps de se réveiller. »
      Un grand OUI !

      Passeur, merci de nous aider à maintenir notre cap!

      Nous sommes multidimensionnels sur un plan vertical (des fréquences les plus élevées aux nôtres, plus basses), mais aussi sur un plan horizontal ( lignes temporelles, mais aussi, j’en ai l’intime conviction, au sein même de cette ligne temporelle-ci!
      Qui sait? Un autre moi-même, est peut-être incarné en plein conflit moyen-oriental ou africain, en pleine survie et en pleine dualité ! Peut-être donc que, d’ici, profitant des circonstances favorables qui me permettent de mieux comprendre l’Unité, l’Amour et la Fraternité, je peux l’aider par résonance ( l’aider lui, et donc, l’environnement qu’il reflète!) ).
      Quoiqu’il en soit, s’ouvrir à la Lumière est le plus beau cadeau que nous pouvons nous faire à nous-mêmes, et de là, à toute l’humanité et à toute la Terre et ses habitants (et sans doute au-delà), par un réseau d’intertrications dont je ne pense pas que nous mesurions toute l’ampleur, toute la simplicité et toute l’ingéniosité! 🙂

  25. acacia dit :

    Ce texte est un cristal, Passeur…
    Je le reçois en cette fin de journée comme un faisceau de lumière vive, et je t’en remercie de toute mon âme.
    L’ayant lu, l’ayant savouré comme une merveilleuse redécouverte !, j’ai voulu attraper un bloc de papier pour y inscrire quelques mots qui me venaient. C’est un vieux bloc qui m’est tombé sous la main, et il en est tombé une feuille. J’y avais retranscris, il y a cinq ans, une écoute de mon guide. Je ne l’avais pas relu depuis, mais il est là comme un écho tellement exact de ce que j’ai perçu en te lisant que je voudrais aujourd’hui le partager ici.
    Il me disait :
    « Le Nouveau vient.
    Ouvre ton cœur.
    Au lieu du bouclier, l’accueil.
    Au lieu de la peur, la confiance.
    Accueil du petit,
    confiance dans le grand.
    Je suis Harmonie, et en liant petit et grand je te délie.
    Hors l’espace et hors le temps,
    nous sommes liés toi et moi, par Lui nous sommes Un.
    Rien à perdre que l’ancien…
    Le Nouveau s’annonce, Il est là… ».
    Je vis ce soir un de ces moments de stupeur heureuse où le puzzle prend soudainement forme…
    Toute ma gratitude à toi, Passeur.
    ♥♥♥

    • François dit :

      Acacia,

      Merci de nous partager « ta stupeur heureuse » qui me résonne comme étant une libération, un instant d’éveil, un accès à ta propre Vérité.
      Que d’enseignements à travers les mots de ton guide, quelle profondeur dans ces quelques simples phrases que vous nous offrez là !
      Je vous embrasse bien chaleureusement ton guide et toi.

    • Salvia dit :

      Merci Acacia pour ton partage 🙂

    • Cécile dit :

      Eh bien, ton guide et toi êtes joliment inspirés ! Voilà des paroles de sagesse qui me vont droit au cœur et à l’âme… Et, magie des synchronicités, elles font écho à ce que je vis, expérimente et comprends ces jours-ci. Merci à vous deux pour cette fluide simplicité qui émane du Vrai.

    • Marie-Anne dit :

      Magnifique, Acacia! <3

  26. SPOT dit :

    Et toujours c’est illustrations époustouflantes, merci passeur !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *