Jeux de pistes et jeux de symboles… et après ?

Leonora CarringtonPar Sand et Jenaël.

Nous informons les lecteurs de « Dialogues avec notre Ange » qui nous rejoignent, que l’entité que nous désignons de la sorte, n’est ni plus ni moins l’Esprit ou la Conscience Originelle qui anime chacun de nous. Nous savons aujourd’hui, que cette dernière n’a jamais été véritablement séparée de notre conscience d’humain. Mais dû à l’influence du champ magnétique de l’ego, nous avons été pendant longtemps coupé de la guidance de notre « Soi supérieur ».

Sand et moi avons compris que « l’EN-JE / ANGE » cette partie individualisée de la Conscience Universelle nous devient à nouveau « accessible » au fur et à mesure de nos expériences de vie, parce que nous avons été capable de nous détacher progressivement de notre ego contrôleur et intéressé, qui représente la partie rationnelle de notre personnalité.

Nous témoignons à travers « Nos dialogues avec l’Ange » que cette partie de notre Conscience Originelle, est à portée de celui qui fait l’effort de chercher à lever le voile de son ignorance. En œuvrant sincèrement à se libérer des schémas de croyances limitantes propres à sa dimension d’incarnation actuelle, tout individu quel qu’il soit, a la possibilité de libérer son Âme du cycle karmique duel, pour devenir, non plus victime de la fatalité dans son quotidien, mais entièrement créateur du bonheur, de l’abondance et de la paix dans son propre univers.

Depuis notre dernière publication, des synchronicités à couper le souffle se sont encore manifestées dans notre quotidien, générant des dénouements de situations que nous n’hésitons pas à qualifier de spectaculaires. Sand et moi observons la magie se dévoiler parfois de façon si soudaine et incroyable, que nous en restons époustouflés.

Nous avions entamé l’écriture d’un article concernant nos expériences personnelles avec des Êtres provenant d’autres dimensions car nous savons désormais, pourquoi ils visitent l’humanité et pourquoi certains d’entre eux semblent choisir des personnes bien précises, pour leur apparaître sous leur véritable apparence. Il nous a été révélé la raison pour laquelle depuis notre enfance, notre propre épanouissement les intéresse de si près.

Nous avons réalisé qu’en œuvrant pendant des années à nous libérer progressivement de notre processus karmique, et ayant compris comment réajuster nos formes-pensées en conscientisant nos comportements égotiques, nous nous sommes offerts la possibilité d’un contact serein et pacifique avec ceux que l’humain qualifie d’extraterrestre.

Toutefois nous nous sommes ravisés et en avons suspendu la rédaction, préférant donner la priorité aux questionnements récurrents de certains de nos lecteurs, qui nous ont demandé par exemple :

« Comment faut-il procéder pour parvenir à intégrer les enseignements contenus dans vos dialogues avec l’Ange, pour arriver à modifier nos propres conditionnements ? »

Pour tenter de répondre le plus clairement possible à cette question, nous vous proposons divers exemples de notre quotidien qui illustrent comment nous procédons pour résoudre des situations qui nous contrarient.

Il nous a d’abord fallut apprendre à penser différemment puisque nous savons pertinemment que nous sommes ce que nous pensons de nous-même, et que nous devenons demain ce que nous pensons aujourd’hui.

La loi de cause à effet est mise en œuvre dans toute action. Nous savons que les pensées que nous émettons, nous reviennent invariablement sous leur forme matérialisée. Ainsi, toute cause est liée à un effet bien réel et concret. Cette loi universelle s’applique au domaine des émotions, des sentiments et inéluctablement, franchit l’espace-temps. C’est ce qu’on appelle le karma.

Par conséquent, il nous était évident qu’il nous fallait impérativement sortir du conformisme et du moule de pensée que nous imposait notre société cartésienne, quitte à passer pour des illuminés.

D’avoir posé et acté chaque nouvelle prise de conscience, nous nous sommes peu à peu libérés de l’affect familial, amical, amoureux, sentimental, sociétal… Nous avons progressivement appris à déjouer les pièges les plus subtils de l’ego nous affranchissant ainsi, de nos croyances limitantes mais surtout inconscientes, qui nous enfermaient dans les dogmes étriqués de notre société patriarcale et judéo-chrétienne.

– Pour pouvoir nous ouvrir à d’autres réalités, nous avons compris que nous devions au maximum, « cesser d’alimenter » notre esprit rationnel et cartésien, personnifié par l’ego-mental.

– Notre esprit rationnel doit pouvoir considérer des coïncidences foncièrement improbables, non pas comme des hasards, mais comme des messages provenant de notre subconscient que nous devons décoder, même si ceux-ci se révèlent lors de rêves.

– Une succession de signes ou de messages symboliques deviennent alors des synchronicités (ce sont des événements qui à priori ne présentent pas de lien de causalité entre eux, mais dont l’association prend un sens pour celui qui les perçoit).

– En considérant ces synchronicités comme porteuses d’un message provenant de notre subconscient (qui est la partie individualisée de la Conscience supérieure), notre esprit rationnel devient capable par la symbolique, d’associer des signes et des coïncidences à une problématique qui nous affecte.

– Pour associer un symbole à une situation, nous utilisons l’intuition, l’imagination, les métaphores, le langage des oiseaux, la symbolique des maladie, de la mythologie, des couleurs, etc.

– Nous finissons généralement ainsi, par découvrir dans nos mémoires-programmes karmiques, la source de la problématique qui nous affecte.

– La dernière étape n’est pas de notre ressort, elle se manifeste à travers des symptômes physiques et physiologiques, tels les pleurs, éructations, diarrhées, sommeil immédiat… Il s’agit de voir en ces symptômes, l’action de l’Esprit, de notre Conscience Supérieure, qui efface à ce moment précis au cœur de notre ADN, les programmes désormais inutiles.

– En suivant toutes ces étapes, une situation qui était problématique et que nous avions associée à la coïncidence, se résolvait d’elle-même.

Par conséquent, nous avons admis que quelque chose de non-visible, tels que les pensées et les émotions peuvent engendrer des événements physiques, visibles ou palpables sous la forme d’une problématique matérielle, relationnelle ou de santé. (À l’image de l’électricité [cause invisible] qui fait tourner un moteur [effet visible]).

Si nous parvenons ainsi, à prendre conscience des pensées ou des émotions qui ont amené soit un malaise relationnel, une panne de voiture, une maladie…, il est incontestable qu’en changeant notre façon de penser ou en laissant émerger nos émotions enfouies, nous finissons par résoudre la problématique qui nous affecte.

Pour ce faire, lorsque nous parvenons à remplacer notre manière de penser cartésienne par notre esprit créatif, intuitif et imaginatif, en établissant une relation symbolique entre un événement, une personne, un objet… et une situation insoluble ou une expérience irrésolue, il nous devient possible de débusquer le programme sous-jacent dans nos champs d’énergie, qui génère cette problématique.

Dès que nous acceptons de voir que cette problématique est une émanation de nos propres champs d’énergie, à cet instant précis, nos champs entrent en résonance avec nos pensées que nous associons aux symboles. De ce fait, se crée une sorte de pont énergétique entre le sens que nous attribuons à ces symboles et la manifestation « physique » qui s’exprime dans une situation (par exemple : une chanson qui nous ramène à un événement du passé qui a généré une émotion).

Lorsque l’ego accepte que la symbolique puisse supplanter l’esprit cartésien et rationnel, notre champ d’énergie se réajuste de lui-même et la problématique disparaît comme par enchantement.

En parvenant à trouver une réponse à notre questionnement, que nous acceptons comme NOTRE vérité, la déprogrammation dans notre ADN se réalise quasi-instantanément, ce qui génère automatiquement une modification de nos champs d’énergie. Ces champs d’énergie, du fait de leur mutation, expriment dès lors une nouvelle réalité (toujours à notre avantage), où cette problématique s’est résolue sans que nous ayons à intervenir de quelconque façon dans « la matière » (c’est à dire sans que nous essayons par notre mental-ego de trouver une solution pour résoudre le problème).

C’est de cette manière que nous parvenons à résoudre toute problématique dans notre quotidien, sachant que celle-ci, n’est rien d’autre que l’expression de la résistance de l’ego.

Leonora CarringtonNous avons compris que grâce à l’imagination qui est une capacité innée de l’Esprit (du Soi supérieur), nous avons chacun le don en tant qu’individu, de générer de nouvelles circonstances de vie qui nous deviennent propres (se sont les champs de possibilités multiples décrites par la physique quantique).

Ces champs se démarquent et se séparent, des croyances dualistes et erronées de l’egrégore humain, dès lors que le contrôle de l’ego est complètement neutralisé. Se produit à ce moment-là la déprogrammation des anciens programmes-mémoires dualistes inscrits dans l’ADN et un nouveau champ de possibilité s’exprime alors, à travers l’ADN reprogrammé. Il devient bénéfique pour celui qui a appris à lâcher le contrôle du mental.

(Pour rappel, font parties de ces anciens programmes dualistes : la peur, la colère, la vengeance, la méchanceté, le rejet, l’ignorance, le déni, la jalousie, l’arrogance, l’orgueil, la culpabilité… mais aussi le dévouement, l’admiration, la vénération, la dévotion, la charité, le sacrifice, le mérite, l’attachement, etc.)

Au travers de ces différentes situations que nous allons relater, nous avons clairement pu observer comment s’accomplit la déprogrammation de nos anciens schémas de vie et la façon dont se recalibrent nos corps énergétiques. Nous pouvons dès à présent, témoigner que nos nouvelles vibrations modifient automatiquement le flux d’énergie, qui génère nos nouvelles réalités. Ce nouvel avenir nous est propre puisque celui-ci se démarque d’ores et déjà complètement de celui encore tracé pour l’humanité.

L’ADN reprogrammé engendre notre nouveau chemin de vie et déroule celui de notre futur. Nos nouveaux champs d’énergie, de cette façon, structurent et combinent les flux moléculaires pour obtenir la création de nouvelles circonstances de vie. Par cette alchimie, notre univers quotidien généré par nos nouveaux champs énergétiques, est constamment enveloppé et pénétré par des mouvements fluides d’énergie rayonnante, qui provoquent un constant changement dans la matière solide, à l’image du flux et reflux de l’océan modulant et modifiant en permanence l’apparence d’une plage de sable.

Il nous est devenu évident, que ce n’est plus l’ego, le mental, le vouloir, qui décide du déroulement des choses, mais il s’agit bien de notre Conscience supérieure qui lorsque notre ego le lui permet, convertit à travers nos champs d’énergie la réalité que nous percevons. Dès à présent, le rôle de l’ego intègre un nouveau paramètre qui remplace le « je veux – je ne veux pas », il s’agit de L’ACCEPTATION TOTALE du flux de la vie.

Pour arriver dans cette nouvelle dimension de conscience où nous venons de prendre pied, « Est-ce que je lutte ou est-ce que j’accepte », restait la seule alternative au libre arbitre que l’ego pouvait encore s’offrir pendant cette transition, pour aboutir à ce nouveau palier de conscience et finaliser sa transformation.

En ce qui nous concerne, nous expérimentons actuellement cette nouvelle voie, celle de L’ACCEPTATION TOTALE, même si à certains moments nous trébuchons encore, en nous laissant surprendre par d’anciens réflexes de contrôle égotique. De ce fait, la moindre difficulté survenant dans notre quotidien, n’est plus un problème mais devient incontestablement le signal d’alerte d’un dysfonctionnement dans nos champs énergétiques. Sachant que celui-ci est inévitablement lié à une résistance inconsciente de l’ego, nous nous motivons à chaque fois pour découvrir le programme sous-jacent qui induit ce dysfonctionnement.

Cette nouvelle manière de vivre, de penser, de créer, de percevoir les choses, nous a libéré de toutes souffrances. Elle est devenue le moteur de notre quotidien. Nous apprenons ainsi à façonner notre nouvel univers, en laissant simplement l’Âme agir (la magie).

Comme nous vous l’avions déjà proposé en racontant l’histoire des chaussures de Sand, nous vous offrons à nouveau de relater plusieurs expériences extraordinaires que nous venons de vivre. Celles-ci illustrent encore plus clairement la façon dont nos prises de conscience influencent le flux d’énergie qui module la matière.

Avant de raconter nos dernières expériences, nous vous proposons de commencer par cette première histoire étonnante, vécue l’année dernière.

À ce moment-là, notre Soi supérieur nous avait déjà laissé entrapercevoir cette magie que nous commençons seulement à comprendre, accepter et expérimenter consciemment aujourd’hui. Nous habitions encore sur notre ancien lieu de vie dans une maisonnette de pierre. Nous nous chauffions au bois. Notre poêle consommait en moyenne six-sept bûches par jour et il ne nous restait que quelques bûches pour terminer la saison. Pendant cette période matériellement et émotionnellement difficile, nous n’avions plus de véhicule pour chercher le bois de chauffage et la situation avec nos propriétaires était devenue conflictuelle.

Nous savions déjà à cette époque, que cette dissension était due à une résolution karmique et qu’il nous fallait totalement accepter notre situation sans aucune condition, pour qu’elle puisse se dénouer d’elle-même. Nous avons donc abandonné l’idée de nous réapprovisionner en bûches supplémentaires, car nous étions intimement convaincus que la Confiance et notre Foi en la guidance allaient résoudre notre situation.

C’est ainsi que nous vécûmes une expérience incroyable. Alors que nous approchions des beaux jours, une dernière vague de froid survenait. Nous avions enfourné deux de nos dernières bûches dans le poêle. La première apparemment, brûla en quelques heures. La seconde, non seulement s’est consumée pendant plus de vingt quatre heures d’affilée, mais s’était rallumée toute seule en une belle flambée le surlendemain, au petit matin. Son feu nous a réchauffé encore jusqu’à la mi-journée. Lorsque nous nous en sommes rendus compte, nous en étions stupéfaits. Pensant mutuellement que l’autre entretenait le poêle, nous avions en réalité complètement omis de l’alimenter durant près de 48h, puisque nous étions bien au chaud.

Du fait de cette « bizarrerie », le stock de bois s’était épuisé pile-poil lorsque quelques jours plus tard, le soleil printanier commença à réchauffer la maison.

Interpellés par ce « miracle », nous avions à ce moment-là, questionné notre Ange (Dialogue avec notre Ange n°23). Il nous répondait déjà ceci :

« Dès que l’ego acceptera la guidance de son Soi supérieur, nombreux sont ceux qui peu à peu, vont se rendre compte que la  » matière  » est à leur service.

L’énergie de l’Ange peut alors agir à travers les vibrations du nouveau champ magnétique expansé, permettant aux flux de molécules de s’assembler pour matérialiser ce que le Soi supérieur génère pour le plus grand bien de chacun.

Cela se passe quasi-instantanément selon les circonstances, court-circuitant entièrement le système de croyance contrôlant et matérialiste de 3/4ème dimension. »

C’est ainsi que nous avons eu la preuve qu’une Intelligence supérieure veillait constamment sur nous.

Pour continuer dans le registre des histoires extraordinaires, nous vous proposons un autre exemple qui concerne la vente de notre ancien 4×4.

Ce véhicule nous avait bien servi lorsque nous habitions cette petite maisonnette isolée dans la montagne. Nous l’utilisions pour nous déplacer sur le terrain et il servait pour les travaux de réfection d’une ruine.

Depuis, délestés de nos bagages karmiques envers les personnes qui l’habitent, un lieu beaucoup plus facile d’accès nous a été offert par notre guidance. N’ayant plus l’utilité de ce véhicule, nous décidâmes donc de le revendre. Nous avions publié une annonce sur internet et l’avons mené au contrôle technique obligatoire pour la vente. Un acquéreur résolu s’apprêtait à nous acheter le véhicule. C’est à ce moment-là que les embarras commencèrent…

Le technicien nous avisa du refus du certificat, motivant une défaillance du frein arrière gauche et sous réserve de faire éprouver le réservoir à gaz par un organisme agréé (le véhicule fonctionnait au GPL). Il nous précisa cependant, que le défaut de vérification de la cuve aurait obligatoirement du être signalé par le centre technique qui, précédemment, avait contrôlé le véhicule lors de sa vente par son ancien propriétaire.

Sand et moi avions compris que « l’Univers » nous proposait de mettre en pratique les enseignements que nous prodiguait notre Ange. Nous savions que lorsque dans notre quotidien certaines choses ne sont pas fluides, au lieu de nous bagarrer pour les maîtriser, les résoudre ou les contrôler, nous devons simplement nous poser la question suivante:  « Que devons-nous comprendre de cette situation ? ».

Nous savions donc qu’il était inutile de s’énerver, d’accuser l’ancien propriétaire, d’incriminer le centre de contrôle technique ou critiquer « le système ». Il s’agissait, sans essayer de lutter, d’accepter simplement la situation telle qu’elle se présentait et de décrypter le programme vibrant encore dans nos champs d’énergie qui nous avait attiré ces désagréments.

voitureC’est donc ici qu’entre en jeu la symbolique des signes. Il est possible par exemple, d’interpréter les fonctionnalités de la voiture dans notre monde réel, comme on interprète les symboles dans le monde onirique. Nous avons appris à décrypter ce genre de signes à travers nos expériences de vie. Si nous acceptons que la voiture puisse symboliquement représenter notre chemin de vie, il est possible de décoder ce qui bloque dans notre quotidien.

Prenons quelques exemples pour faire l’analogie entre la voiture et le chemin de vie :

– Les phares avants représentent les yeux, la vue, la façon de percevoir la vie et les situations.

– Les phares arrières, notre réaction à la façon dont les autres nous perçoivent.

– Les portes, la façon dont nous accueillons et acceptons les événements ou la manière dont nous nous ouvrons aux autres.

– Les rétroviseurs, la manière dont nous nous protégeons des autres, la méfiance d’autrui.

– Le carburant, notre énergie vitale, mentale, qui nous propulse dans notre vie.

 – Les roues, notre chemin, notre avancement.

– Les freins, la facilité ou les difficultés à avancer.

– Le coté droit représente le masculin, l’ego, le contrôle, le père…

– Le coté gauche, le féminin, l’intuition, l’acceptation, la mère…

– L’arrière du véhicule symbolise le passé, et l’avant le futur.

Sur le 4×4 que nous avions acquis en commun, le frein arrière gauche était défaillant, au niveau du câble de frein qui était sur le point de se rompre, et il nous fallait faire éprouver le réservoir de gaz GPL.

– En partant du principe que l’arrière de la voiture symbolise le passé, le côté gauche, le féminin, nous en avons donc déduit que quelque chose qui avait rapport au passé bloquait dans la vie de Sand.

– Étant donné que nous étions tous deux propriétaires de la voiture, la problématique concernait notre chemin de vie commun.

– En faisant tester le réservoir qui transporte le carburant (représentant l’énergie), nous devions éprouver/tester le nouveau mode de propulsion de notre chemin de vie.

Après avoir décrypté la symbolique, nous avons trouvé les bonnes questions à nous poser.

Je proposais alors à Sand, le rébus suivant : « Qu’as-tu à conscientiser qui concerne ton passé, qui nous freine tous deux dans notre chemin de vie et qui va favoriser notre changement ? »

En y réfléchissant, nous avions rapidement découvert que :

– Sand était encore réticente à raconter ses expériences de vies en public, puisque ce sont nos expériences de vie communes que nous exposons à travers nos dialogues.

– Elle portait encore des facettes de culpabilité liées à son passé karmique envers ses parents. Elle avait peur de les blesser ou de les embarrasser à nouveau comme dans sa vie antérieure avec eux.

– Nous avions encore des difficultés à maîtriser la nouvelle énergie qui désormais devait nous propulser dans notre nouvelle vie (test du réservoir GPL). Nous étions à ce moment-là déjà en train de tester la nouvelle énergie qui nous propulse présentement. (Il s’agit d’ailleurs de ce que nous sommes en train de relater dans ce dialogue).

Après avoir décodé la symbolique que nous envoyait « l’Univers », Sand sans aucune raison précise, éclata subitement en sanglots, tandis que moi, j’étais en proie à de violents maux de ventre qui m’ont obligé à courir aux toilettes. Nous savions que ces symptômes inopinés, étaient une manifestation physiologique de la « résolution de programmes » qui étaient en train de se produire dans notre ADN.

Le lendemain, nous avons déposé le véhicule dans un centre spécialisé afin de procéder au contrôle de la cuve GPL. En expliquant à la secrétaire que ce contrôle avait été négligé deux ans auparavant lors de l’acquisition de notre véhicule, elle nous répondit simplement : « Ne vous inquiétez de rien, je m’occupe de tout ».

Effectivement, en récupérant le véhicule quelques jours après, la secrétaire nous affirma que le centre technique qui avait contrôlé la voiture avant notre achat avait, sans protester, pris à sa charge la totalité des frais qui se montaient tout de même à 500€. « Voilà un signe de l’Ange, nous avons bien œuvré ! » remarqua Sand, à ce moment-là.

Il restait maintenant à réparer le frein défaillant. Notre garagiste, après avoir démonté le système de freinage, nous avoua désemparé qu’il était incapable d’effectuer la réparation, puisque notre véhicule était un vieux modèle et que les pièces étaient devenues introuvables. Il nous affirma avoir contacté tous ses fournisseurs. Personne ne pouvait lui fournir le câble approprié, d’autant plus qu’il existait six modèles dont un seul convenait pour réparer notre voiture.

Sand et moi ayant perçu un nouveau jeu de piste de l’Ange, lui répondîmes en chœur, avec le sourire aux lèvres : « Ce n’est pas bien grave, la solution pour réparer notre véhicule arrivera d’elle-même ! ». Notre mécanicien médusé par notre réaction n’avait pas d’autre alternative que d’attendre et croire au miracle…

« L’Univers » nous montre que notre processus de compréhension n’est pas tout à fait abouti ! »s’exclama Sand. Nous avons quelque chose d’autre à comprendre qui pour l’instant, nous échappe bel et bien ».

Interloqués, nous étions incapables de voir de quoi il s’agissait. Cependant nous savions déjà qu’à partir du moment où nous abandonnions tout contrôle sur les événements et que nous ne nous contraignions pas à trouver une solution, la guidance nous aiderait immanquablement à révéler un dénouement heureux à cette affaire.

« Nous avons tout décodé, décortiqué en long, en large, en travers mais là, nous sommes à court d’idée ! » exprima Sand à sa guidance. « Nous avons besoin d’un indice supplémentaire ! ».

Le soir venu, l’acheteur qui s’était déjà manifesté nous rappela. Il était impatient de conclure la transaction. En lui expliquant nos péripéties, à un moment donné, Sand lâcha laconiquement : « soit vous patientez encore quelques jours supplémentaires, soit vous essayez de trouver un autre 4×4. » Le monsieur au téléphone, curieusement répliqua ceci : « Eh bien dites donc, je vais l’appeler « Désirée » cette voiture ! Je préfère prendre mon mal en patience car j’aime bien ce modèle, alors s’il vous plaît, tenez moi-informé ».

Après avoir raccroché, Sand réalisa subitement que l’Univers à travers ce monsieur, venait de lui délivrer un nouveau « message subliminal ». « Impatient, patientez, Désirée, mal en patience. Tous ces mots résonnent encore à mes oreilles » me dit-elle les yeux embués de larmes. Quand tout à coup elle éclata de rire ! « Évidemment, la patience !!!…

Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt !? Mon entourage me rappelle souvent mon impatience, moi qui veut toujours aller plus vite que la musique ! » avoua-t-elle alors. « De plus, je viens de me rendre compte que je lui ai moi-même exprimé ce que j’avais clairement besoin d’entendre ! » rajouta-t-elle.

Ce monsieur venait de jouer parfaitement son rôle de miroir. Le programme qui vibrait encore dans les champs d’énergie de Sand a permis qu’il devienne sa marionnette, juste pour un instant. Il a ainsi pu devenir le révélateur de sa propre impatience. Nous savions que l’impatience est une forme de contrôle par rapport au déroulement du temps, qui génère automatiquement de la résistance vis à vis de notre propre guidance. C’est ainsi qu’une autre facette d’un programme du contrôle de l’ego, venait de se dévoiler.

Sand me dit alors : « Te rappelles-tu, il y a quelques semaines en arrière, un dossier administratif était resté « suspendu », exactement à l’image de la réparation de notre 4×4 ? Ni nous, ni l’administration qui gérait ce dossier, ne comprenaient ce qui faisait perdurer ce bug informatique. Après avoir dénoué le jeu de piste de l’Ange, nous avions découvert ce qui « buguait » en moi. Mon dossier s’est alors débloqué spontanément comme par magie ! ».

L’Ange à ce moment-là, nous avait montré que le système informatique était comparable à l’information qui circule dans l’Univers.

« Mais si ça fonctionnait pour mon dossier administratif, il n’y a aucune raison que cela ne fonctionne pas pour la réparation du 4×4 ?! » s’écria Sand en joie.

À ce moment-là, nous nous exclamions en cœur : « La voiture est réparée !!! »

Cette certitude incontestable venait de jaillir en nous. Notre réalité allait pouvoir changer puisque nous savions pertinemment qu’il s’agissait de nos propres résistances qui se matérialisaient dans la matière. Nous savions à coup sûr que la magie venait d’opérer !

Le fait d’avoir pleuré a permis de libérer le blocage d’énergie en Sand. Elle avait ressenti une modification tangible dans ses corps énergétiques, qui annonçait le dénouement de ce mémorable jeu de piste.

Cette nuit-là, j’ai d’ailleurs rêvé que notre garagiste rayonnant de joie se présentait à nous, pour nous annoncer que quelqu’un lui avait donné un câble et qu’il pouvait réparer la voiture ! Ma guidance à travers mon rêve, m’avait confirmé que la voiture était réparée.

Effectivement l’après-midi même, notre garagiste nous appela : « Vous ne devinerez jamais ce qui vient d’arriver ? » nous dit-il au téléphone. « Bien sûr que si, vous avez reçu le câble et notre voiture est réparée ! » répliquions-nous, tout heureux de notre certitude.

« Mais… mais… mais comment le savez-vous ? balbutia-t-il.

Une fois rendu au garage, il nous expliqua que la veille un fournisseur providentiel lui a fait livrer le fameux câble introuvable. Il ne s’y attendait absolument pas. Il savait seulement qu’il s’agissait d’une suite de coïncidences qui avait déclenché une sorte de chaîne de solidarité entre fournisseurs afin qu’ils puissent honorer leur client, notre garagiste.

Le lendemain matin, nous avons vendu « Désirée » à son nouveau propriétaire, heureux d’avoir patienté.

Évidemment, en questionnant notre Ange, nous avons appris que la perfection ne peut se produire que lorsque nous consentons à ne plus vouloir maîtriser le cours des événements. Lorsque l’ego accepte que des forces supérieures à notre « toute petite » conscience humaine sont à l’œuvre, tout un chacun devient capable d’accueillir les miracles dans sa Vie. Ceux-ci se réalisent dans tous les domaines quels qu’il soient.

En ce qui nous concerne, nous avons observé ces « prodiges » survenir dans les domaines de la santé, de l’informatique, de la famille, de l’argent et même de la mécanique !… Lorsque nous avons laissé la magie s’installer dans notre existence, le véritable sens des mots « Abondance et Bonheur » a pris toute sa signification.

Pour illustrer une nouvelle fois la manière dont cette alchimie prodigieuse s’exprime lorsqu’elle est à l’œuvre, voici une autre histoire tirée de notre quotidien. Cette anecdote est une nouvelle démonstration de cette magie extraordinaire qui s’exprime, dès que la conscience mentale limitée de l’ego accepte de fusionner avec la Conscience infinie de l’Esprit.

Sand et moi sommes attelés depuis quelques temps à la rédaction du livre qui compilera tous les dialogues avec notre Ange. Nous y relatons les expériences qui nous ont amenés à notre libération karmique et celles qui nous ont conduit sur le cheminement de notre propre « réalisation ». Pour ce faire, nous passons beaucoup de temps assis devant l’écran de l’ordinateur de salon, mais avec l’arrivée du soleil, rédiger nos dialogues enfermés dans la maison devenait pénible. Écrire en plein air commençait à être une nécessité presque vitale. Nous avons alors décidé de nous séparer de notre vieil ordinateur portable pour faire l’acquisition d’un nouveau plus performant. Dès que nous l’avons mis en vente, un acquéreur s’est rapidement manifesté. Lorsque nous l’avons rencontré pour finaliser cette transaction, voici qu’il nous tend spontanément la carte de visite d’un ami informaticien.

« l’Univers vient de nous faire un clin d’œil ! » lançai-je à Sand en regagnant notre voiture. Ne comprenant pas mon allusion, elle me demanda d’être plus explicite. « Observe : notre informaticien vient de nous informer de l’arrêt de son activité et sans rien demander à personne, « on » nous donne l’adresse d’un nouvel informaticien ! ».

Nous riions tous deux de cette synchronicité, lorsque Sand s’exclama « C’est tout de même curieux que « l’Univers » nous envoie quelque chose dont nous n’avons pas besoin ! »…

Le lendemain, nous réalisions l’achat du nouvel ordinateur. Nous étions satisfaits de notre acquisition, toutefois les PC neufs étant installés d’origine avec Windows, je désirais absolument remplacer ce système d’exploitation par un autre, plus simple et plus convivial. Je me suis donc astreint à cette tâche, puisque j’avais déjà effectué cette manipulation avec brio sur mon ancien ordinateur.

Cette fois-ci, impossible de réaliser cette opération ! Même nos amis s’y sont attelés. J’ai passé plusieurs heures sur des forums pour comprendre et tenter de nombreuses manœuvres pour trouver la solution à mon problème, sans succès… Au bout du compte, l’ordinateur a fini par « planter », impossible de le remettre en route, écran noir, plus aucune réaction ! Je me suis donc résigné à remettre mon appareil entre les mains d’un informaticien pour le faire réparer.

Je me suis mis à la recherche d’un spécialiste au plus proche de chez nous et curieusement, personne n’était disponible ou compétent pour me dépanner. Je m’entêtais à essayer de trouver une solution à tout prix et je ne comprenais pas pourquoi personne ne pouvait me venir en aide.

Sand, qui d’habitude manifestait plus facilement ses états émotionnels que moi, se mit à rire et me lança : « Lâche, tu sais très bien comment cela fonctionne ! Si tu continues à t’entêter à vouloir contrôler le cours des choses en exigeant une solution immédiate, tu ne te laisses pas le temps d’observer les signes que « l’Univers » te montre pour comprendre. Si tu persistes dans ton obstination, tu n’y arriveras jamais ! ». J’avais du mal à accepter ses propos, mais je savais qu’elle avait raison. Cependant je n’arrivais toujours pas à me résigner.

« Mais Jenaël rappelle-toi, les synchronicités nous ont proposé la carte de visite d’un informaticien ! Même s’il est à plus d’une heure de route, c’est peut-être le signe que nous devons suivre ? » s’exclama Sand.

« Pourquoi ne l’avais-je pas compris plus tôt ? » Immédiatement, j’ai contacté cette personne qui au téléphone me lança : « Bien sûr, vous pouvez venir quand vous le souhaitez. J’ai installé moi-même ce système sur tous mes ordinateurs ».

Leonora CarringtonNous commencions à comprendre que « l’Univers » nous proposait de décrypter un nouveau jeu de piste. Le lendemain, en arrivant à l’adresse indiquée sur la carte de visite, nous fûmes accueillis par l’informaticien. Celui-ci nous présenta alors son compagnon qui effectivement n’était autre que la personne qui quelques jours auparavant nous avait acheté notre ordinateur.

Ils nous invitèrent à prendre une boisson. Sur un coin de la table l’informaticien se mit à l’œuvre. Dès le début de nos conversations, celui qui avait repris notre ancien ordinateur nous annonça qu’il était infirmier à la retraite. Il passait tout son temps à s’occuper des personnes âgées, des sans-abris de tous les gens en difficulté dans son quartier.

« Tiens tiens, est-ce un nouvel élément de ce jeu de piste ? me dis-je. (C’était aussi mon métier jusqu’à ce que je comprenne pourquoi je l’exerçais).

Nous apprîmes ainsi que l’informaticien qui partageait sa maison, était lui-même un sans-abri qui pendant des années, malade et sans argent, errait dans les rues de la ville jusqu’à sa rencontre avec l’infirmier. Il avait appris l’informatique « sur le tas ».

Pendant les deux heures où l’informaticien s’exécutait, chacun à tour de rôle nous raconta ses souffrances. Nous écoutions avec beaucoup de compassion le récit de leurs quotidiens douloureux.

Agrippés à leurs propres croyances, nous avions vite saisi que nous ne pouvions intervenir pour les aider. Cependant nous ressentions que nous devions les écouter avec attention, ils avaient certainement un message à nous transmettre.

Finalement, l’informaticien réussit à installer le nouveau programme. Tout heureux de son aide, je lui demandais le tarif de sa prestation. Il m’annonça d’une voix timide : « Est-ce que 30 euros ça vous convient ? ».

« Évidemment » répondis-je en insistant pour qu’il accepte les 50 euros que je lui tendais, tellement content d’avoir enfin un ordinateur qui fonctionne.

Nous avons pris la route du retour, troublés par tout ce que nous avions entendu. « Qu’avons nous à comprendre ? » me demandait Sand, pressentant fortement que quelque chose allait émerger de la situation que nous venions de vivre.

La guidance de l’Ange était sûrement à l’œuvre mais nous n’avions pas encore tous les éléments pour le percevoir.

Le soir même, j’allumais l’ordinateur simplement pour revérifier la présence du nouveau système d’exploitation. Je projetais de finaliser son installation le lendemain avec les programmes complémentaires dont j’avais besoin.

Avant de nous endormir, Sand m’exprima sa profonde tristesse. Elle avait du mal à accepter son impuissance envers ces gens et se mit à pleurer. « Comment peuvent-ils être résignés et dénigrer à ce point leurs propres souffrances ? Je suis stupéfaite de constater qu’ils passent leur temps à soulager la souffrance de l’autre, sans jamais accepter de toucher la leur. Ils sont tellement noyés dans leurs conditionnements, que dans leur système de croyance il est normal et naturel d’endurer de tels tourments », me disait-elle entre deux sanglots.

Le lendemain matin comme je l’avais prévu, je me préparais à finaliser l’installation de l’ordinateur. En appuyant sur le bouton ON, aucune réaction ! Calme plat et écran noir ! À nouveau, il ne fonctionnait plus ! Sand qui avait vu la scène, se mit en colère et me dit : « La prochaine fois, tu n’auras qu’à donner encore plus d’argent ! As-tu observé ton comportement en présence de ces deux personnes ? Pourquoi as-tu offert vingt euros de plus que ce que te demandait l’informaticien ? »

Je savais qu’elle venait de toucher juste. Elle me dit alors : « Ça y est, je viens de comprendre ! Hier soir j’ai pleuré ma culpabilité de ne pas pouvoir leur venir en aide. D’avoir contacté ma souffrance cachée me permet désormais en appliquant l’effet miroir, de débusquer en toi une autre facette de ton programme de sauveur ! En lui donnant davantage d’argent, n’était-ce pas une manière détournée et désespérée de lui offrir ton aide ? Être bon, serviable, aider son prochain, donner sa chemise… Ne sont-ils pas les moteurs qui alimentent cette blessure de culpabilité ? Ne se dissimulent-ils pas sous les principes fondamentaux de la religion qui conditionnent la notion du péché ? »

Nous venions de comprendre la subtile perversion de ce qu’est l’enseignement judéo-chrétien. Ce conditionnement séculaire induit dans l’inconscient humain, la croyance de devoir souffrir pour « gagner la clémence de Dieu ». Il est si profondément ancré dans le subconscient, qu’il devient quasi-impossible de le déceler et encore moins de l’accepter.

« Oh la la, je pense au texto que nous avions reçu quelques jours auparavant ! » lança subitement Sand. Effectivement, ce message nous avait paru bien étrange. « Je vais te le relire. » annonça-t-elle : « J’ai lu sur votre site que pour vous aussi ça secoue. Avez-vous assez pour manger ? Vous m’avez bien aidé lors de ma venue. Que puis-je faire pour vous aider ? »

Lorsque cette personne était venue à notre rencontre, elle nous raconta qu’elle était dans une situation très inconfortable et douloureuse dans sa vie. « Observe bien, elle n’avait pas de revenu et risquait elle aussi de se retrouver à la rue. Te rappelles-tu, comme son histoire nous avait touchés ? Me demanda Sand.

Effectivement ce texto nous avait sidéré, puisqu’il ne s’agissait plus de notre réalité actuelle. Nous avions conclu que cette personne avait du lire un dialogue de l’année dernière, mais nous n’avions pas compris la symbolique qui se dissimulait derrière ce message.

« Te rappelles-tu, il y quelques jours dans un moment d’humour, nous avions demandé à notre Soi supérieur qu’au lieu de nous obliger à jouer au jeu de piste, il pourrait nous simplifier les choses en nous envoyant un texto ! Eh bien le voici ! Ce texto met en scène le parfait programme du sauveur que nous avions besoin de voir ».

Matti Klarwein« Encore plus fort, nous avions eu un autre signe » me rappela Sand. « Te souviens-tu de ce médecin que nous avons rencontré qui parlait de ses découvertes intéressantes ? Cependant, limité par ses propres croyances, en essayant de lui proposer tes explications en physique quantique qui appuyaient ses découvertes, il ne pouvait pas t’entendre, ni s’ouvrir à de nouvelles compréhensions que tu lui offrais. Nous l’avions perçu comme un individu intéressant mais entêté. Ne t’as donc t-il pas retourné ton propre entêtement lorsque tu insistais pour qu’il accepte ton aide qui pouvait lui être précieuse ?!… me répliqua Sand.

Elle rajouta alors : « Notre guidance ne sait plus comment faire pour nous montrer nos rôles de sauveur ! Il ne s’agit pas de les renier, puisque ces programmes étaient nécessaires pour l’évolution de notre Âme.

Pour apprendre à nous accomplir dans cette nouvelle dimension de conscience supérieure, où nous apprenons à devenir créateur de notre propre univers, nous n’avons certainement plus l’utilité de tous nos anciens programmes ».

Les jeux de piste de l’Ange venaient de nous permettre de retrouver la clé pour me libérer définitivement du programme de soignant, de l’infirmier, du thérapeute, de celui qui donnerait sa chemise pour que l’autre n’ait plus froid, qui ferait tout pour que l’autre puisse s’extirper de sa souffrance… Je voyais toute la symbolique avec mon ancien métier d’infirmier (l’infirme-hier), du soignant (soi-niant) et du soigné (soi-nié).

Ne pouvant plus fuir cette évidence, je venais sincèrement de reconnaître mon entêtement et d’admettre profondément en moi que je transportais encore aujourd’hui certains de ces schémas. C’est à partir de cet instant, que je ressentis un froid glacial envahir mon corps et une grosse fatigue me submerger. Il fallait impérativement que j’aille m’allonger. Je comprenais que mon Âme s’apprêtait à libérer ce programme dans la biologie de mon corps, car j’avais accepté de voir les jeux les plus subtils dissimulés dans les abysses et méandres de mon ego.

Quelques heures plus tard, je m’extirpais d’un profond sommeil quand curieusement, mon attention fut attirée par le voyant clignotant de mon ordinateur. Par automatisme, je le rallumais alors. À ma grande surprise, mon appareil se réveilla d’une « expérience de mort provisoire » !!! Non seulement, ils s’est remis à fonctionner parfaitement, mais en deux temps trois mouvements, je réussissais également à installer la toute dernière version de son nouveau système d’exploitation.

Ce qui est encore plus déroutant, c’est qu’au moment même où je m’émerveillais à propos de mon ordinateur qui fonctionnait parfaitement, Sand apprenait la vente inespérée de son vieil utilitaire qui à priori n’avait semblé intéresser quiconque jusqu’à présent !

Effectivement, tout le processus aboutissant à la vente de ce véhicule, recelait un surprenant jeux de piste que nous avait encore proposé notre guidance ! Les acheteurs potentiels en découvrant l’annonce sur internet, nous demandaient systématiquement si la courroie de distribution avait été remplacée. Évidemment, Sand n’avait pas envisagé de le faire puisque son remplacement pouvait encore attendre. Ce véhicule qu’elle avait reçu de son père semblait ne pas « vouloir » changer de propriétaire. Résignée, elle avait fini par retirer son annonce.

Comme de coutume, nous nous sommes appliqués à trouver la symbolique de cette situation apparemment insoluble.

Pour faire court, plusieurs signes et synchronicités, ont amené Sand à percevoir que son père en lui offrant ce véhicule, lui avait symboliquement transmis son chemin de vie pour qu’elle puisse clôturer son lien karmique avec lui. Elle avait découvert que ce lien était en rapport avec une culpabilité provenant d’une incarnation où il était son mari. D’avoir compris le message subliminal qui se dissimulait derrière ces synchronicités, Sand a accepté de faire remplacer la courroie du moteur finalisant symboliquement le chemin de vie que lui avait délégué son père.

En actant ainsi sa prise de conscience, « l’Âme-agit » put à nouveau accomplir son œuvre à travers notre garagiste qui avait comme « par hasard » de par sa personnalité, beaucoup de ressemblances avec son père ! Celui-ci, après avoir achevé la réparation, nous contacta pour nous annoncer la bonne nouvelle. Il avait lui-même vendu le véhicule de Sand, sans même qu’elle eut à faire une quelconque démarche, puisque un acheteur s’est présenté à son garage à la recherche d’un utilitaire du même genre. Comme « par hasard », l’acheteur portait le même prénom que l’ex-compagnon de Sand, qui était très lié avec son père…

Grâce aux jeux de rôle de chacun, c’est à dire l’informaticien, l’infirmier, notre garagiste, les deux acheteurs de nos anciens véhicules, le médecin conférencier et d’autres encore… l’Ange nous a offert la possibilité de détecter dans nos propres fonctionnements, nos programmes de sauveurs et certaines facettes de culpabilité, d’impatience, d’entêtement qui « garnissaient » encore notre personnalité.

Nous venions à nouveau de trouver des clés pour « circuler » dans cette nouvelle dimension d’existence. Comment pouvions-nous douter de la présence d’une Intelligence supérieure qui nous guide en permanence sur notre chemin de libération ?

Nous avons questionné l’Ange à propos de ses jeux de piste, qui pourraient pour certains, sembler tirés par les cheveux.

Question à l’Ange :

« Est-il absolument nécessaire d’aller aussi loin dans les prises de conscience, pour nous libérer de nos programmes de soignant et de sauveur, qui nous le savons maintenant étaient liés à la culpabilité de ne pas toujours pouvoir aider « l’autre » ?

Il nous semble pourtant que nous avions largement compris qu’il n’était plus nécessaire de jouer ces rôles dans notre vie d’aujourd’hui. »

(Bien que la question nous soit très personnelle et que nous pensions en deviner la teneur, nous avons été surpris par la réponse, qui nous a un tant soit peu, déconcertés par la profondeur de sa vérité).

Tout individu possède dans sa génétique ce programme de « sauveur » et encore plus particulièrement, les descendants de la lignée rédemptrice (les Kadistu). Votre attitude de sauveur, n’est donc absolument pas à juger, ni à condamner. Elle était intrinsèquement liée à la culpabilité que cette lignée de planificateurs porte depuis de nombreuses incarnations, parce qu’ils ont autorisé les prédateurs à jouer leurs jeux de rôle, bien au-delà de ce qui leur était permis à l’origine. Néanmoins, tous ces rôles étaient nécessaires à l’évolution de l’homme dans sa dimension de croyances duelles.

Sachez que vos programmes humains deviendront complètement obsolètes dans les dimensions de conscience plus évoluées. Pour arriver à la conscience qui est la vôtre actuellement, il est intéressant de vous remémorer les différentes étapes de votre propre progression. Dans les Traditions, cela correspond à la pesée de l’Âme. Cette « pesée » correspond à l’évaluation du niveau vibratoire, que l’Âme accomplit elle-même. Au plus celui-ci est élevé, au mieux l’Âme de l’individu est apte à passer dans les dimensions supérieures.

La pesée de l’Âme dans les Traditions

Résumons ensemble les différents paliers de votre progression.

La première étape de votre évolution vers une dimension d’existence supérieure consistait à prendre conscience de vos rôles et de vos schémas karmiques.

La deuxième étape consistait à admettre que pour permettre à votre Âme d’évoluer dans des dimensions d’existences supérieures, vous deviez avant toute chose stopper tous les jeux de rôles que vous répétiez encore dans votre quotidien.

La troisième est d’accepter qu’une force supérieure à votre conscience humaine limitée, vous guide sur une nouvelle fréquence d’existence qui vous est encore inconnue et où vous y découvrirez votre nouvelle mission de vie. Celle-ci se présentera dès lors que vous accepterez de lâcher tout contrôle sur le cours des événements.

La dernière n’est pas du ressort de votre bon vouloir. Elle se réalise lorsque l’individu arrive en fin de cycle de son incarnation humaine. Il s’agit de la déprogrammation finale de certains brins spécifiques dans l’ADN qui vous relie à la matrice fréquentielle humaine.

Ce qu’il vous est le plus difficile à admettre aujourd’hui, c’est qu’au sein de votre ADN doit s’effectuer une mise à jour, un « reset » complet de tous vos programmes liés à la matrice de dualité. D’ailleurs, la symbolique de la panne de l’ordinateur qui avait du mal à fonctionner avec un nouveau système d’exploitation vous le montrait clairement. Cette mise à jour, doit être réalisée pour que dans votre psyché disparaissent tous les réflexes qui sont liés à la matrice de dualité. Certains programmes que vous portez encore actuellement, deviendront totalement obsolètes dans cette nouvelle dimension où évolueront d’autres humains ou non-humains, qui auront eux aussi fait ce passage.

La déprogrammation finale sera réalisée lorsque vous serez « vibratoirement » apprêtés et ajustés aux fréquences supérieures. À ce moment-là, des Êtres spécialisés du groupe des planificateurs de vie vous visiteront à nouveau pendant votre sommeil et procéderont à cette ultime manipulation dans votre ADN. Ils utiliseront une technologie de lumière, hors de porté de l’intelligence humaine, pour réajuster définitivement votre biologie corporelle aux vibrations de la nouvelle dimension terrestre. Cette manipulation génétique est nécessaire pour désactiver définitivement les automatismes de l’ego, qui pour l’instant fonctionne encore par inertie-réflexe.

Le pourquoi de cette manœuvre dans votre génétique est simple à comprendre. Dans les dimensions de conscience supérieure, les comportements et les croyances séparatistes n’ont plus aucune réalité, ni raison d’être. Il n’y a plus de riche, de pauvre, de prédateur ou de soumis, personne à soigner ou à sauver puisque chacun est devenu entièrement responsable de lui-même. Il n’existe plus ni chef, ni maître, ni gourou, ni adepte… Même la notion humaine de couple, de famille, n’aura plus aucun fondement. Chaque individu est amené à retrouver son androgynie, son propre équilibre et son indépendance énergétique.

Tous les Êtres qui évoluent dans cette dimension de conscience supérieure vibrent et expriment déjà une seule et même fréquence. La seule différence entre votre réalité actuelle et celle qui sera votre futur, est que toutes les créatures, quelles soient humaines ou non-humaines, qui franchiront la porte d’accès à ces nouvelles dimensions, seront elles aussi affranchies de leurs programmes duels et auront toutes réalisé leur propre libération.

Ce nouveau monde sera donc peuplé par des représentants de diverses lignées galactiques sous leurs véritables formes et apparences et surtout d’un nouveau prototype humain complètement libéré de son programme de dualité, qui rejoindra les planificateurs de vie galactique (les Kadistu).

De ce fait, celui qui dans ses champs d’énergie résonne encore avec ses anciens programmes d’humain, ne peut tout simplement ni s’harmoniser, ni accéder à ce nouveau treillis énergétique des mondes unifiés.

Il faut savoir que cette transition entre le monde de dualité et ce nouveau monde unifié demande un temps de pause pour le mental, à l’image de l’instant où tu as déprogrammé ton ordinateur le laissant au repos, puis reprogrammé le lendemain avec un nouveau logiciel. Ce temps de repos est décrit dans les Traditions par les trois jours d’obscurité. Il s’agit simplement d’un temps de latence neuronal, qui permet au cerveau de s’adapter à décoder les fonctions nouvellement inscrites dans l’ADN.

À plus grande échelle, ce changement de programme aura lieu au moment de la grande Transition. La déconnexion de vos programmes duels dans l’ADN sera superposée à l’instant même de cette sorte de « Big Bang », qui correspond à un Temps zéro de début de cycle. Votre Âme entamera dès cet instant son nouveau cycle d’existence dans des dimensions supérieures unifiées.

À chaque changement d’ère, l’Histoire se répète. Tout individu a le choix, soit de réitérer un nouvel Âge d’Or, de Paix, de Bonheur, d’Abondance et d’Amour « intéressé », pour poursuivre les expériences du petit « Je » dans une conscience duelle, soit d’accéder à une dimension de conscience beaucoup plus évoluée pour son Âme.

Robert VenosaLe moment approche où se produira une sorte de duplication énergétique de la Terre. Cet instant, coïncidera avec la naissance d’une dimension de densité plus subtile. Elle correspondra à une fréquence d’évolution largement supérieure à celle que vous connaissez pour le moment. Pour la première fois dans l’Histoire de votre système solaire, y seront accueillis les humains qui auront oeuvré pour se libérer de leur dualité et auront permis à leur Âme de se libérer de leur cycle karmique. Les signes deviennent de plus en plus visibles car ce moment approche…

« Épilogue de nos histoires »

L’Ange, notre Conscience Supérieure, nous a enseigné tout au long de nos expériences de vie, à appliquer la théorie en rapport avec ses enseignements. Nous l’avons mis en pratique au travers de ses jeux de piste.

Nous pouvons certifier d’après notre vécu que :

L’Univers est électromagnétique et nous sommes des êtres électromagnétiques. Nous attirons à nous tel un aimant, uniquement ce que nous émettons et vibrons (ce sont des programmes dans nos champs d’énergie servant à expérimenter la dualité, dont nous ne sommes généralement pas conscients).

Par conséquent, nous reviennent par un phénomène de résonance, des situations ou des personnes appropriées qui par leurs rôles peuvent nous permettre d’élever notre conscience humaine vers une conscience supérieure.

À ce palier de compréhension, il n’est donc plus utile d’attribuer à l’autre la cause de notre malheur car celui-ci joue simplement le rôle de réflecteur, sur lequel instinctivement, nous projetons nos propres souffrances et conditionnements inconscients. Ce principe est valable dans toutes les dimensions de conscience duelles, qu’elles soient humaines ou extraterrestres.

Dès que nous acceptons que la personne ou la situation nous renvoie notre propre vibration, c’est à dire que l’autre nous manifeste ce que nous n’arrivons pas à conscientiser en nous-même, nous sommes alors en mesure d’admettre que tout ce que nous expérimentons (en bien ou en mal), nous en sommes les seuls responsables.

D’ailleurs comme par magie, l’autre ou la situation s’efface dès que nous cessons d’émettre la fréquence qui l’avait attirée à nous !

En être responsable, cela signifie alors, que nous admettons que ces formes-pensées sont la source de notre propre souffrance. Par conséquent, nos croyances sont donc simplement nos propres formes-pensées exprimées qui apparaissent « matériellement »dans notre quotidien.

Il est essentiel d’arriver à cette compréhension des lois de l’Univers pour parvenir au stade de L’ACCEPTATION, autrement dit : le repos du mental, l’abandon de toute lutte ou résistance, le « repos du guerrier ».

La guidance de l’Esprit « place alors des synchronicités » tout au long de notre parcours, pour nous permettre de faire les rapprochements entre les « événements extérieurs » et notre problématique intérieure.

Lorsque nous acceptons de faire ce rapprochement, la libération peut alors s’effectuer, soit par des envies subites de dormir, des pleurs, des éructations, une diarrhée, un mal de ventre ou de dos… et parfois aussi d’autres symptômes incongrus.

Après avoir visité toutes les facettes d’une problématique, elle se libère enfin de notre champ d’énergie et la problématique en question disparaît de notre chemin de vie.

C’est ainsi que nous attirons toujours toutes sortes d’expériences pour que notre Âme puisse apprendre à en tirer des leçons. Comprendre comment nous générons des expériences duelles nous offre la possibilité de découvrir comment nous en défaire.

Il est également très important de souligner qu’un programme de dualité ne s’exprime pas seulement à travers des formes-pensées/programmes dites « négatives » comme par exemple : la peur, la colère, la vengeance, l’arrogance, l’orgueil, la souffrance, le malheur, l’échec, la méchanceté, le rejet, l’ignorance, le déni, la jalousie…

Mais il se cache aussi dans certaines formes-pensées dites « positives », en engendrant des comportements de soumission, d’adoration, de dévouement, d’admiration, d’attachement amoureux, amical ou familial, de vénération, de dévotion, de charité, de sacrifice, d’idolâtrie, etc.

Nous avons accepté d’appliquer les enseignements de l’Ange souvent « à notre détriment » ou plutôt devrions nous dire, au détriment de notre égo. Celui-ci représente nos croyances rationnelles, cartésiennes, dans un constant besoin de preuves pour « voir si cela fonctionne ».

Notre esprit rationnel, par exemple, ne se serait jamais interrogé sur les raisons symboliques d’une panne de voiture (toute panne est un phénomène courant dans un monde matériel de 3ème dimension, propre à un système de croyances qui se réfère uniquement à ce qui est visible dans la matière).

Toutefois, notre cheminement personnel nous a permis d’accepter que des détails qui nous paraissaient autrefois totalement insignifiants, sont finalement d’une importance capitale, puisqu’ils sont toujours porteurs d’une information qui détermine un « conditionnement-programme » sous-jacent. Mais lorsque notre ego, rationnel et cartésien, refuse de voir le message, il se met en lutte contre la problématique, négligeant complètement son origine, qui pourrait être révélée par la symbolique. Cette opposition entre l’ego et la guidance prolonge automatiquement la problématique, puisque l’ego contrôleur l’amplifie alors de son énergie.

À partir du moment où notre ego, c’est à dire l’esprit rationnel, s’efface au profit de la guidance, (l’Esprit ou la Conscience de notre Soi supérieur), vous n’avons plus à résoudre de situations conflictuelles ou difficiles de ce genre, puisque tout simplement, elles n’apparaissent plus jamais dans notre vie. Et là, est le secret du bonheur et de l’Ascension !

La guidance de l’Ange nous a proposé des expériences inédites, initiatrices, parfois même incroyables, avec suffisamment de crédibilité pour permettre à notre esprit rationnel d’en accepter la « réalité ». C’est ainsi qu’au fur et à mesure du développement de notre conscience, nos sens de perception se sont aiguisés.

Notre processus de libération s’est déroulé progressivement en notre biologie à travers des symptômes physiques. Les nouveaux univers qui peu à peu se sont ouverts à nous, ont presque déjà totalement modifié notre réalité personnelle. En raison de nos nouvelles aptitudes, nous savons que ceux qui nous fréquentent ne peuvent qu’être profondément honnêtes envers eux-mêmes et envers nous, car les sentiments et les artifices les plus infimes ne peuvent plus être dissimulés puisque nous les détectons automatiquement à travers l’interaction des champs d’énergie.

Nos prises de conscience nous ont entraînés dans des mondes dont nous ne soupçonnions même pas l’existence. En nous ouvrant à leur réalité, ceux-ci ont alors totalement changé notre perception de la réalité, des autres, de l’Univers et de notre relation avec « ceux qui viennent d’ailleurs ».

Notre guidance et les Êtres qui nous visitent quasi hebdomadairement, nous ont clairement fait comprendre que nous devions désormais nous absoudre de notre culpabilité et de nos schémas de sauveur, nous liant encore à la matrice humaine.

Ces programmes sont désormais supplantés par la véritable COMPASSION qui est un flux d’énergie extrêmement puissant, qui court-circuite totalement le champ magnétique de l’ego et qui a la faculté de courber l’espace-temps.

Nos guides qui se révèlent à nous, nous demandent désormais de nous consacrer entièrement à la rédaction de notre livre, de façon à diffuser l’enseignement de l’Ange à un public plus vaste et pour laisser une nouvelle fois, une trace écrite de notre passage sur Terre. De ce fait, nous ne pouvons plus nous permettre de passer de nombreuses heures à répondre aux mails et correspondances téléphoniques, puisque nos dialogues recèlent toutes les réponses nécessaires à l’Évolution de ceux qui sont prêts à faire le pas, vers leur propre transformation.

Le dialogue avec notre Ange (En-Je) est une porte ouverte vers de nouvelles dimensions d’existences. En affinant nos sens, notre regard sur le monde s’en est trouvé totalement bouleversé.

C’est l’accès au merveilleux, à l’extraordinaire qui nous habite et qui ne demandait qu’à rejaillir ! Tout un chacun à la possibilité de s’ouvrir à cette rencontre avec lui-même et d’accéder à « l’Âme agit » qui laisse pénétrer l’Esprit en son sein.

Vous pouvez en faire de même. Demandez toujours de l’aide à votre Soi Supérieur. Demandez des directives à vos guides pour savoir quelle voie vous devez emprunter. DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ. Faites le dès maintenant, ne regardez pas ce que font les autres, n’ayez plus de doute sur ce que vous dicte votre intuition.

RAPPELEZ-VOUS, L’ASCENSION VERS UNE NOUVELLE DIMENSION DE CONSCIENCE EST UN PROCESSUS INDIVIDUEL. Seules vos propres peurs sont un obstacle, ne leur conférez plus autant d’importance et voyez les plutôt comme une magnifique opportunité d’apprendre, pour les dépasser.

Lorsque comme nous, vous apprenez à vous en libérer, vos sens de perception s’aiguiseront et vous percevrez alors très largement au-delà des limites « normales » des sens humain.

Ces nouvelles réalités existent bel et bien et n’ont rien à voir avec les fantasmes New-Age. Trouvez-les en vous-même et ouvrez-vous à elles. Vous aiderez ainsi votre Âme à franchir la porte vers de nouvelles dimensions d’incarnations.

Salutations de l’Ange.

Sand & JenaëlTransmis par Sand et Jenaël.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

Source originale.

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

253 Responses to Jeux de pistes et jeux de symboles… et après ?

  1. Jazzy-Vertix dit :

    C’est un article qui a beaucoup éclairci mes questionnements, je souhaite remercier les auteurs pour avoir partagé leurs expériences de vies (et à lire certains commentaires, je me rends compte à quel point j’entretien une perception négative de la vie et qui, en même temps et de façon contradictoire, la pensée d’unité et le sentiment de communauté entretenu sur ce site de gaia rejoins mes propres vibrations.)

    Depuis plusieurs années, ma situation stagne et je ne parviens à rien de satisfaisant dans ma vie, comme si tout m’était définitivement enlevé, défendu et que je n’avais le droit à rien.
    J’ai commencée à me demander sincèrement s’il y avait un « truc » pour débloquer ma situation que je tente désespérément de solutionner sans succès.
    Peut-être qu’il y a effectivement un schéma à débloquer, moi la première qui cherche trop souvent à « contrôler » ma situation, les événements…
    (et comme le Passeur me l’a conseillé : moins penser et davantage ressentir. Cela se trouve très révélateur, et fait écho à mes propres résistances. Il y a trop longtemps que je me suis déconnecté du ressenti. Je suis tout de même hypersensible : je ressens tout, je perçois des choses que je ne devrais pas. Une telle lucidité peut parfois être un inconvénient.)
    La stagnation est probablement le signe que je cherche à tout dominer. J’y ai détecté de la peur, qui elle-même vient de très loin.

    Trop souvent, étant enfant, je voyais le mépris, la haine dans le regard de ceux-là même qui était censé « m’aider ». Pourtant, rien dans leur comportement ne le laissait paraître, à part leur totale indifférence à mon égard et l’atmosphère qui devenait subtilement plus lourd durant ma présence. Cependant, je voyais bien qu’ils me détestaient et qu’ils étaient dégoûtés à mon contact, comme si j’avais une maladie qu’ils avaient peur de contracter à mon contact.

    Cela me rappelle ce moment où la tutrice de la famille d’accueil m’a tourné le dos dans une grimace de dégoût, sans même prendre la peine de le cacher : « tu me dégoûte ». Ces mots durs, prononcé comme une sentence, m’a profondément déstabilisé et brisé le cœur. Je crois que c’est depuis réellement ce jour, dans les débuts de l’an 2000, que j’ai ressenti ce vide. Un vide intérieur si intense qu’il est difficile à décrire, et quasi impossible à comprendre pour ceux qui ont vécu avec l’amour et le soutien de leurs parents ou amis, ce genre de chose que je n’ai jamais connu. Ce vide à la caractéristique de s’installer avec le temps, avec une accumulation d’une sensation de non-valeur, n’être pas aimé…
    Ce vide est comparable à être suspendu dans l’espace, dans une sorte de néant sans rien autour que des étoiles figé dans une lumière qui n’est vécu que là-bas, un ailleurs qu’il est impossible d’atteindre, sans aucun repère d’aucune sorte et une grande sensation de froid. Un froid si douloureux, et qu’on peut quelquefois le ressentir au niveau du cœur comme une boule, un nœud. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, on ne s’y habitue jamais…
    Au début, c’est une sensation ressenti comme acceptable bien qu’inconfortable. C’est depuis mes 18 ans (depuis que je suis considéré « majeure » et dès lors « jeté à la rue » puisque j’avais atteint l’âge de se débrouiller par soi-même), que ce vide a pris beaucoup de place et a pris de gigantesques proportions. Trop de place, car cela perturbe jusqu’à notre perception du monde. Toute « chaleur » n’existe plus. J’ai tout fait pour le combler. Ce vide est paralysant, profondément insécurisant, et surtout très douloureux. Je soupconne que mes insomnies proviennent de là. Depuis ce temps, je sors peu, je dors mal et beaucoup. Et plus marquant encore, je ne parviens pas à me sortir de cette situation que je considère comme fatalité. Jusqu’à tout récemment, du moins…
    Si l’extérieur reflète l’intérieur, il ne me reste qu’à trouver la symbolique m’empêchant d’avancer. C’est au moins soulageant de constater qu’il n’est jamais trop tard pour se responsabiliser, se conscientiser.

    Étrangement, je ne ressens aucune dépendance affective (oh, j’ai bien entendu mes petites dépendances). Je suis peut-être solitaire, ce qui ne m’empêche pourtant pas d’apprécier la compagnie des autres (en fait, je suis toujours portée vers les autres, de force égale que je me sens portée à vouloir être seule).

    Et puis, il y a eu ce jour, en septembre 2014. Il m’est arrivé quelque chose d’étrange que j’ai envie de partager ici. La veille, j’avais pensé à ma mère sans raison apparente. Durant la nuit, quelque chose a remuer en moi (et comme mentionné, je vis ces remous depuis quelques années et particulièrement plus violent depuis 2012). Je voyais ma mère, devant moi et elle m’a donné une accolade. Son étreinte était si forte, si chaleureux et rempli d’un amour que j’avais oublié, que je l’ai ressenti jusqu’à mon réveil en sursaut, secouant mon être. Puis, sans crier gare, une profonde tristesse m’a envahi subitement, qui avait été longtemps caché par ce vide. Le voile venait de se déchirer : ma mère me manquait (j’ai toujours vécu dans des familles d’accueil). Des larmes sont montées, que j’ai réprimé. J’avais sous-estimé la force émotionnelle, et plus tard, sans prévenir, j’ai pleurée sans pouvoir me contenir. Ma tristesse débordait et devait sortir. Dans la forêt où je m’étais réfugié, cette tristesse était ressentie comme un nœud au cœur, une douleur tellement forte. Les arbres, témoins de ma vulnérabilité que je ne montrais jamais, m’offraient leur soutien silencieux.
    J’ai sentie une voix me dire : « tiens bon, laisse couler. Abandonne tes résistances » C’était comme ressentir une énergie me communiquer. Cette « présence » (peut-être était-ce la terre-mère) a eu raison de ma résistance et j’ai tout « laissez aller ». Cela à durer 2 heures. Le nœud s’est finalement dénoué, et tout est devenu si lumineux, si calme. Je me sentais libérée. Cette oppressante tristesse avait disparu pour laisser place à une gratitude envers la terre.

    Cette expérience et ce sentiment de vide, je ne l’ai jamais exprimé à personne. Cependant, quelqu’un m’a dit, quelques jours plus tard, que je « rayonnais » un peu plus, libérée. Cela fait écho, et est très révélateur, à ce que j’ai lu à maintes reprises : que l’on créé notre réalité par notre vibration. Depuis ce jour, j’ai entrepris une volonté de me défaire de ces liens.
    Veuillez me pardonner cette longue intervention. Étrangement, je ressens un besoin, quasi vitale, de communiquer, de partager. Un aspect qui semble si vital à l’humain. (la prochaine fois, j’essayerais de faire plus court. Promis. X) ).
    Mes amitiés

  2. Pierre-Yves dit :

    Bonsoir à tous,

    Je profite d’une pause dans ma lecture d’un article sur le site de Sand et Jenaël
    pour poster ici ce message.
    Je suis un lecteur assidu d’Urantia Gaia depuis au moins trois ans, et pourtant
    je n’ai jamais posté aucun commentaire, malgré le plaisir et le travail accompli
    grâce aux textes du Passeur et à vos différentes contributions.
    Ce soir une énergie de gratitude m’anime et je fais (enfin) le pas…

    Je voudrais vous dire merci à tous.
    Merci au Passeur bien sûr de m’avoir aidé sans le savoir 🙂
    Merci pour « L’éveil en soi », merci d’avoir posté les textes de Michael Brown, d’avoir
    relayé les extraits des livres de Françoise Myrha Leskens (le texte « mourir de son vivant »),
    d’avoir relayé Mooji et tant d’autres.
    Et merci à vous tous pour vos témoignages qui peuvent animer une prise de conscience
    chez un lecteur au détour d’une simple phrase.

    Merci beaucoup.
    Merci de me permettre de renvoyer enfin l’énergie vers vous tous.

    Voici pour finir ma petite contribution : « rien ne se cache sinon pour être révélé ».

    Bonne soirée.

    Au revoir !

    Pierre-Yves

  3. Eric D dit :

    Bonjour à tous,

    d’aussi longtemps que remontent mes souvenirs d’enfance, on m’a toujours dit de me taire, de la fermer. On me disait souvent que j’étais un rêveur, un idéaliste…

    Ma scolarité fût à deux vitesses, les primaires (en Belgique), ce sont bien déroulées. J’étais en compétition avec une fille (mon amoureuse de l’époque 🙂 ) pour être le premier de classe. J’étais très attiré par la culture égyptienne, les serpents et le monde marin.

    En secondaire, les choses étaient moins aisées. Bien que bénéficiant du QI supérieur à la moyenne, mes résultats étaient catastrophiques. Relégué à l’arrière de la classe, près du radiateur, à contempler le merveilleux parc par la fenêtre… « Tu es un fainéant, un incapable, ont été les qualificatifs qui me revenaient le plus au visage.
    Il m’a été conseillé de suivre un parcours « professionnel » car j’étais incapable…

    Voulant être « cuistot » depuis l’âge de 8 ans, j’ai eu la chance d’être admis dans la deuxième meilleure école hôtelière européenne… J’ai fini dans les 3% délève réussissant leur parcours sans approfondir une année… malgré cela, la fainéantise était me collait toujours à la peau…

    Pendant mon parcours professionnel, mes patrons, supérieurs et collègues m’ont toujours dit que je n’étais pas fait pour rentrer dans un moule, que je ne savais pas me plier aux exigences des patrons. Effectivement, j’étais hautement compétent dans mon travail mais je n’ai jamais supporté l’idée d’être exploité… et pourtant dans ce métier…

    Décroché de la société depuis maintenant huit mois, je mesure à quel point je n’entre plus en résonance avec le fonctionnement de ce monde… combien le décalage s’accentue entre de pourtant vieilles connaissances (voir ami(e) )… Il y a quelque temps, cette perspectice me faisait peur. Aujourd’hui elle me réjouit.

    Plus de contrainte d’horaire, de garde à vous devant les patrons… Cependant, je ne suis pas oisif. Je crée des objets de décoration et des bijoux à partir de minéraux… Cela m’a pris il y a 6 mois… depuis, je développe et perfectionne mes créations… des contacts fructueux me laissent entrevoir une belle perspective de commercialisation… Bien sûr, l’énergie « argent » circulant encore…

    Si je vous raconte tout cela, c’est parce qu’il y a quelques jours, je suis tombé sur un article (je me suis relevé et même pas mal 🙂 ) qui évoquait les vieilles âmes réincarnées.
    Cet article vient m’apporter une autre lumière sur les difficultés de mon parcours.
    Si vous aussi, vous vous sentez un peu extra-terrestre, cet article pourra peut-être vous éclairer.

    Vieilles âmes incarnées en cette période.
    Nous vivons une époque très particulière, en laquelle doit se produire l’élévation des esprits, comme celle de notre système solaire.
    De vieilles âmes qui n’avaient pas de nécessité de réincarnation, dont certaines n’ont du reste jamais vécu sur cette planète, se sont incarnées, dès les années 50. Beaucoup se sont incarnées à partir des années 80.
    Je sais aujourd’hui être du nombre de ces âmes qui ont un rôle à jouer auprès des autres, tant en cette période d’avant la finalisation du plan divin, que dans la période d’après. D’autres ne montreront leur utilité qu’après, une fois la transformation accomplie.
    Les vieilles âmes incarnées en cette époque, ont des caractéristiques qui ne sont pas communes.
    1) Très tôt, elles ont une perception des choses qui dérange, avec une maturité intellectuelle précoce, ce qui ne passe pas forcément par la réussite à l’école; leur maturité précoce leur vaut une difficulté à être acceptées par les camarades de classe, et souvent les enseignants ne les aident pas, mais rendent l’enfant porteur d’une vieille âme, responsable du rejet qu’il subit de la part des autres; les vieilles âmes sont donc durant l’enfance, en décalage avec les autres, du fait d’une maturité acquise, et cela leur génère de la souffrance, qui sera mal interprétée, et qui aboutit souvent au repli sur soi pour s’éviter de nouvelles souffrances; ce repli lui-même sera reproché à ces vieilles âmes, et par conséquent, quoiqu’ils fassent, les enfants, jeunes, et plus tard adultes, car rien ne changera, porteurs de vieilles âmes, sont en déphasage avec le niveau moyen d’évolution des individus, ce, toutes classes sociales confondues. Souvent, le enfants et jeunes, porteurs de vieilles âmes, préfèrent la compagnie des personnes âgées, à celles des personnes de leur âge ou de l’âge de leurs parents. Pour échapper aux reproches permanents, au rejet, ces vieilles âmes feront semblants de s’intéresser aux choses plus futiles qui intéressent les autres, mais là encore, ça sonne faux et on les rejette de nouveau. De ce rejet systématique, résulte une grande souffrance; on mesure sa propre différence, qui n’est pas physique, mais une différence d’être, et on sait que c’est immuable
    2) Très tôt, elles ont des dispositions nettes à toutes sortes d’arts, comme la musique, le dessin, l’écriture, et des oeuvres abouties leur viennent en tête qu’elles ne peuvent que rarement porter à la connaissance d’autrui, leur entourage n’étant généralement pas encourageant en ces domaines. Leur entourage leur demande généralement de la fermer, il n’y a pas d’autres mots, celà dès l’enfance, et ça continue ensuite.
    Les vieilles âmes sont donc rejetées par leurs proches, comme elles le sont d’une manière générale. Si elles en ont la possibilité, elles se rapprochent des animaux, des plantes, des arbres, de la nature la moins domestiquée possible, et il faut avouer que notre environnement de béton et d’asphalte, n’ajoute rien de bon pour ces vieilles âmes.
    3) Les veilles âmes ont des dispositions à la médiumnité, la voyance, la prophétie même, et cela contribue à les faire rejeter de leur propre famille; les personnes de ma génération, concernées, se souviennent encore des baffes reçues de ce fait. Elles mettent donc de côté tout cela, mais le fait de rejeter ces capacités au lieu de les accepter comme on accepte le don pour la couture ou la cuisine, se retourne contre la personne en déni de soi-même par ce rejet d’un type de capacités considérés comme inaceptables.
    4) les vieilles âmes n’aiment pas l’hypocrisie ni la tricherie, si voyant les autres tricher sans être sanctionnés, elles se hasardent une fois à tricher, elles seront aussitôt sanctionnées. C’est un fait éprouvé par toutes les vieilles âmes ! J’ai par exemple le souvenir de ne jamais avoir triché en classe, mais les deux seules fois où j’avais préparé un mini pense-bête à l’intérieur de ma trousse, comme par hasard, le professeur est venu s’asseoir sur le bord de mon bureau, durant l’interrogation… Ceci dit, ayant travaillé, j’eus de bonnes notes. Jamais je n’avais vu le professeur s’asseoir ainsi sur le bord d’une table d’élève, durant une interrogation, et cet enseignant ne pouvait pas savoir que j’avais ce petit papier au fond de ma trousse… Ceci n’est qu’un exemple.
    5) Ces vieilles âmes ont très tôt des idéaux, seulement voilà, le cadrage donné aux idéaux, cadrages associatifs, politiques, ne laissent pas souvent place à la liberté de conscience individuelle, laquelle, travaille en permanence, et peut évoluer; ces organismes figent les choses, et assortissent le tout, de bien pensance, de politiquement correct qui les éloigne de fait, de toute possiblité d’approcher de leur idéal ; il en résulte que les vieilles âmes ne peuvent défendre aucun idéal à l’intérieur d’une organisation, puisqu’elles placent au plus haut point, le libre arbitre, clause de bon usage de la parcelle d’esprit divin qu’est la conscience.
    6) Sur le plan santé, ces vieilles âmes n’ont pas des pathologies communes, mais des choses « bizarres » qui dépassent la médecine. L’extrême tension qu’ils doivent subir en permanence, tant du fait de leurs proches que du fait social, induit un panel symptomatique atypique. De ce fait, la médecine qui marche chez eux, va de l’homéopathie, à la phytothérapie, en passant par le magnétisme, l’acupuncture, mais certes pas une médecine qui fractionne l’individu ! Les veilles âmes doivent vraiment être vraiment être soignées de façon holistique.
    7) Ces personnes sentent bien que leur différence n’est pas là pour rien, et qu’elles ont quelque chose à faire, et elles se demandent comment elles peuvent se trouver dans un monde où leur conscience se sent tellement à l’étroit qu’on dirait un vêtement mal taillé. Tout ce qu’elles vont tenter pour « vivre en ce monde », échouera, tout, sauf ce qu’elles ont à faire de précis, et qu’on peut peut nommer « la mission d’incarnation ». Seulement, cela ne vient pas comme ça, et il faut que toutes les illusions relatives à une possibilité d’intégrer ce monde à la manière de tout un chacun, soient abandonnées, ce qui est tout de même désespérant, pour que la révélation soit faîte, d’une manière souvent peu explicite, et souvent après un évènement traumatique, soit physique, soit psychologique.

    Alors, ce sera comme un mur qui se construit brique après brique, les briques surgissant comme par hasar, ici ou là, souvent en des circonstances inattendues.
    Dans le même temps surgissent des entraves pour détourner la vieille âme de ce qu’elle doit faire, mais la vieille âme apprend à passer outre, car son but a quelque chose de sacré. Ce n’est pas un choix d’individu, mais un devoir qui gouverne la vie de la vieille âme.
    Bref, être une vieille âme incarnée en cette époque, c’est tout, sauf une sinécure !
    C’est particulièrement le cas pour ceux qui ont actuellement moins de quarante ans.
    Cela demande de se forger une carapace infranchissable, ce qui au fond, sied aux guerriers de la Lumière. Si par le passé j’ai tenté de montrer aux miens une image fictive de « normalité », bien réductrice pour mon âme plus accomplie que la moyenne, et je n’ai pas de complexe de supériorité, ce fut longtemps le contraire à cause de ce qu’on m’imposait, contre ma nature, je suis juste lucide, et j’ai dépassé le « faire semblant », la fausse image qu’on m’imposait de donner, laquelle image fausse ne servit qu’à me déconsidérer davantage, maintenant, je dis : « Je suis comme ça, que cela plaise ou non, et ce n’est pas un crime d’être ce que je suis. »
    Mon âme est la mienne, mais pas celle des autres, et chacun doit se situer sur le cheminb d’évolution de son âme, et certains sont déjà plus loin que les autres; celui qui est plus loin pour avoir commencé plus tôt, n’a pas à régresser pour faire plaisir aux autres, en pure perte d’ailleurs, comme je me suis hélas appliquée à le faire en apparence, sur exigences de l’entourage. C’est aux autres, d’accepter le fait même de l’évolution des âmes, qui conduit certaines personnes à être comme je l’étais étant toute petite déjà, de façon native, avec mes dons spéciaux.
    Mon évolution au bout d’un long cheminement de souffrances, par rejet de ce que j’étais, me conduit finalement à être ce que je suis, à l’assumer et à le revendiquer,
    car JE SUIS .
    « Être ou ne pas être, telle est la question. »
    Shakespeare. « Hamlet ».
    http://marie.roca.over-blog.com/article-vieilles-ames-incarnees-en-cette-periode-91065998.html
    © 2014, Recherche et transmission par Michel / Arcturius.
    Partager en toute liberté en citant la source et Les Chroniques d’Arcturius
    Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
    Vous avez un Libre Arbitre, alors servez-vous en!

    Ayant confiance, soyez patient et remercier l’Univers pour cette fabuleuse aventure.

    Prenez soin de vous, portez vous bien

    Avec tout mon Amour

    Eric

  4. marie christine dit :

    Dans la mouvance de cet article de Sand et Jenaël :

    « A mesure que nous progressons et que nous nous éveillons à l’âme en nous et dans les choses, nous réalisons qu’il y a une conscience aussi dans la plante, dans le métal, dans l’atome, dans l’électricité, dans tout ce qui appartient à la Nature physique ; nous découvrons même que ce n’est pas, à tous égards, un mode de conscience inférieur ou plus limité que le mental ; au contraire, dans beaucoup de formes dites « inanimées », la conscience est plus intense, plus rapide, plus aiguë, bien que moins développée en surface . »
    SRI AUROBINDO

  5. SPOT dit :

    Nous sommes au seuil de découvertes majeures.
    Philippe Guillemant

    https://www.youtube.com/watch?v=CioPltEbGCA

    Le samedi 5 juillet à 19h et rediffusé le lundi 7 juillet à 14h30 avec Luc Montagnier qui relate se dernières découvertes, et Marc Henry qui explique le pourquoi du comment.

    Un documentaire de 52 minutes réalisé par Christian Manil et Laurent Lichtenstein, Production Doc en Stock avec la participation de France Télévisions (2014)

    • Margelle dit :

      Immense merci, spot !!!!!

        • alain thomas dit :

          Merci SPOT pour ton activité.

          Nous sommes là dans l’antre du monde scientifique, avide de recherche et de découverte.
          L’homme découvre et évolue (spirale : nouveau permanent … jamais fini).
          Montagnier parle de Descartes, Newton et maintenant Benveniste, qu’il compare à Galilée.
          De Galilée à Benveniste, y a-t-il une progression ?
          Si oui, est-ce sur la forme puisque le fond est immuable ?
          Si le fond est immuable, y a -t-il une raison d’évoluer sur la forme ?
          S’il n’y a pas de progression, l’Esprit est-il bien élastique ?
          Participons-nous à un Jeu ?
          Si oui, chaque vérité est-elle immuable et y a-t-il autant de vérités que de contre-vérités ?

          Montagnier est co-découvreur du virus du SIDA et il parle de Benveniste comme d’un pionnier banni par la norme scientifique et mort d’épuisement aujourd’hui …
          Montagnier … qui a lui-même remis en cause sa propre découverte sur le virus du SIDA

          http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/sida/arnaque-denoncee-montagnier-sujet_165845_1.htm
          Attention si vous n’avez pas de son, lisez simplement les sous-titres (4 minutes)

          L’Esprit est élastique ?
          Il prend la forme de la pensée.
          Nous découvrons sans cesse. Voilà sans doute pourquoi l’être spirituel (fragmentation ?) a choisi de s’incarner ou de se ré-incarner dans une enveloppe qui l’empêche de « trouver ».
          L’Homme pense trouver la Vérité en la cherchant à l’extérieur, soit dans l’infiniment grand, soit dans l’infiniment petit.
          Sur le fond, il ne sait pas, sur la forme, il poursuit une activité (quête) sans laquelle il pense ne pas avoir de raison d’Être … le paradoxe (le fameux paradoxe ou séparation), qui amène la souffrance et la sublimité simultanés de l’existence.
          Être et/ou Faire … polarités indispensables à l’existence.
          « Trouver la Voie du Milieu. »
          Chercher à l’intérieur … après avoir cherché à l’extérieur… ne pas trouver dans les deux cas mais ne pas chercher l’un sans l’autre.
          Arrêter de chercher avant l’épuisement.
          Reconnaître le Mystère sublime qui enchante.
          Se réfugier dans la Mère (Terre) et le Père (Soleil) qui indiquent.
          Donner
          Aimer
          Être
          En toute humilité
          Sans soif ni attente
          Sans but

          Avec les larmes du Coeur

          SPOT = STOP

          • Patricia dit :

            Allons à l’Un !
            Si Spot=Stop
            Stop et Non-Stop =Un (matière et anti-matière ?)
            Spot=Lumière =Un
            Donc Spot=Alain
            Donc Non STOP à Spot et Alain !

            Le 2 juillet de l’An Pat Hihihihi !

            • alain thomas dit :

              L’absurde est l’une des manifestations possibles ; c’est un mouvement intéressant n’est-ce pas 😀

            • Margelle dit :

              Bravo, bien vu, Patricia: « C’est le principe de la non séparation de tous les phénomènes, qu’ils soient animés ou non. » !!!

              Ha ha ha !!!

              Et ça discourt, et ça discourt !!!

              • Patricia dit :

                Coucou Margelle ( dans le creux de l’oreille:… tu es « ma petite chérie » tellement tu évoques pour moi le petit lutin farceur que je suis dans une de mes facettes!)

                Je crois que nous avons encore besoin de beaucoup d’indulgence et d’une bonne dose de compassion( en gras dans le texte!) envers nous-mêmes;

                Un petit exemple :
                Patri…scia beaucoup dans ses relations en coupant les cheveux en 4 par peur de ne pas être aimée.
                Alain Thomas ( pardon Cher Alain pour ne pas m’adresser à toi directement) est dans une position délicate: réunir Alain et Thomas pour ne plus douter de l’Un en ne passant plus par le « ment »…Al;
                Mar(re)..je…elle qui s’ exaspère et en a marre de ceux qui discourent au lieu de laisser courir…( l’amour la rattrape de toute façon)
                Spot… aperçoit la Lumière en courant alternatif avant la Grande Illumination. C’est son Horloge.
                Marie- Christine…ISIS MARIE Terre-Mère…Equilibre
                Etc.

                Miroir Ô mon beau miroir !
                UN donc androgyne.
                Si si… Passeur.. je suis ta soeur !

                « Nobody » ( plus de corps, plus de mental, plus d’ego, plus de personnalité…) is really Perfect!

                Pardonnez -moi pour ce joyeux petit délire…je plaisantais !

              • Margelle dit :

                J’aime beaucoup quand tu « plaisantes » Patricia… cela réjouit mon petit « lutin » farceur…
                Je te ferai remarquer que je laisse souvent courir, sauf que là il y avait une mise en boite d’un ami cher… j’ai eu envie d’intervenir… mais tu as raison ! je laisse courir, mais je me retiens ! et ça c’est éprouvant (Gainsbourg en sait quelque chose….. non, lui, il aime ! alors j’aime aussi).

                Et puis, et puis, je vais m’autoriser à te « confier » ce que tu provoques en moi avec ton message. Parce que ça peut faire écho chez quelques uns… dire « petite chérie » à un petit cactus c’est risquer de lui faire pointer toutes ses épines !!! non, rassure toi, je les assume totalement maintenant, je les frotte, les caresse en leur chantonnant des airs, je les rassure, et convoque mon parlement et mon conseil rebaptisé de « sinistres »… C’est excellent de voir ce que cela remue, tout mélangé, un plaisir immense et la peur que ça ne dure pas…. plus beaucoup d’autres choses encore…. impressionnantes. Fascinant… j’y touche de plus en plus près, c’est fantastique… d’autant que maintenant je les vois et les aime…
                Merci à toi Patricia !! ♥♥♥ mon beau miroir lutin.
                Au fait ! « compassion », je me méfie, pour avoir entendu une fois sur un blog conjugué avec « le pauvre »… non, j’ai envie d’aimer… point barre. Tu as une autre version ?

          • Margelle dit :

            Tes questionnements sont étonnants, Alain…. et peut-être épuisants ??? qui sait ???
            Je comprends qu’ensuite on ait envie de jouer aux billes !!! ça détend !!!
            Je crois qu’il y a des gens qui savent chercher sans s’épuiser… et faire le tour de leur personne… en dedans, en dehors…. en s’accordant… bien sûr il y a toujours un risque… la vie n’est-elle pas un peu risquée, parfois ?? enfin, je dis ça comme ça… tu peux voir autrement…

            • alain thomas dit :

              Je ne parlais de mon épuisement, au contraire.
              Je disais justement qu’il ne sert à rien de chercher d’autre fruit alors que tout est déjà là … mais je sais que la plupart du temps, je ne suis pas compris car ce n’est pas toujours très clair …
              Bien à toi 🙂

          • SPOT dit :

            Alain,
            En (mai 2009) peut être juin, je ne suis pas sûr de la date, pendant une bonne semaine quelque chose s’immisce dans ma conscience comme un dialogue avec moi-même.
            Et là, j’ai le sentiment que je deviens cinglé^^ je ne peux pas maitriser ce phénomène qui s’empare
            De mes questionnements, et qui les revisite avec une clarté qui plaque mon égo sur le mur de ses illusions.
            Le plus fort dans tout cela, c’est que j’ai le sentiment profond que c’est moi (l’inconnu) qui se manifeste par l’intermédiaire de la forme, je veux ici préciser que je parle au soleil au petit matin, où bien le soir au coucher, et là, rempli d’émotion je ne peux retenir des sanglots, il me semble que tout est possible, qu’il n’y a plus de barrières ignorantes à franchir pour retrouver ce que nous pensons avoir perdu.
            Je fais des expériences de vision à distance avec un ami qui tient un blog dans la région parisienne, moi je suis dans le sud, le var, il m’interroge sur ses déplacements dans la journée,
            Et il me demande sa position en me proposant plusieurs réponses de villes, et moi je trouve à chaque fois la bonne réponse, et puis au bout d’une semaine de révolution psy^^tout s’arrête ; comme si on bascule un interrupteur.
            Alors là, bien sûr, une folle croisade d’incompréhension me propulse sur le net, dans ce monde virtuel où la conscience ce lâche sans effort comme un éclat de rire^^, et puis maintenant un recul, un sourire intérieur ne me quitte plus, même dans les émotions il est là à me regarder avec simplicité et sa gentillesse devant mes turpitudes^^

            • alain thomas dit :

              Belle expérience que tu fais partager SPOT ici.
              Alors quand on réalise que c’est possible, peut-on se demander à quel moment c’est arrivé ?
              Si on réalise que c’est lorsque nous ouvrons les « vannes » en grand (le cœur), et bien il ne faut pas en faire une affaire personnelle, sinon l’expérience ne se reproduit pas.

              Ouvrir en grand nécessite une telle humilité qu’il n’y a personne pour vivre l’expérience et c’est une porte ouverte à tous les possibles.

              La physique (entre autres) nous le dit clairement.
              Quand je dis qu’il ne sert à rien de chercher c’est une provocation bien sûr … comme toujours 🙂 … le chercheur de toute façon suivra le Cercle, la Boucle et reviendra toujours sur lui-même.
              Autrement dit, la recherche ne peut pas aller dans une seule direction. Elle peut aller dans une infinité de directions et arriver au même endroit,
              pourvu que les « vannes » soient grandes ouvertes.

              Bien à toi SPOT 🙂

        • pierrot dit :

          Et c’est d’ailleurs comme cela que fonctionne le SCIO, ordinateur de thérapie quantique.
          http://www.praticienquantique.com/

  6. Moonlight dit :

    Merci, par vos écrits, de me réaligner dans mon engagement et ma responsabilité…

    Tout, absolument TOUT ce qui se passe dans ma vie à chaque nano-seconde, jusqu’au détail en apparence le plus insignifiant, ! …. je l’ai crée et j’en suis responsable…=)

    Humm… divine humanité !

    Joyeuse journée =)

  7. Chantal dit :

    Mon ressenti pour Jonas ( qui je pense, m’enverra sur les roses) Jonas est authentique, il exprime les choses comme il les perçoit, c’est une noble cause, il dérange parfois en disant certaines vérités qui heurtent l’orgueil, si ce site est ouvert, c’est que chacun puisse exprimer son ressenti, il ne faut pas le prendre de travers, il nous aide à éclairer, à défricher pour nous rendre plus vigilants, plus lucides, parfois il suffit d’un déclic, d’un mot, pour nous mettre sur la voie, nous sommes aussi des pions sur l’échiquier de la vie, le jeu de la vie est le jeu de la conscience, tous les rôles sont là, chacun à sa place, il faut parfois des forces abruptes pour nous remuer, si cela fait mal sur certains points, cela demande l’acceptation puis la guérison, il faut travailler encore et encore pour élaguer toujours plus, épurer toujours plus pour découvrir ce diamant en nous. Ex: je ressens encore beaucoup de souffrance quand j’entends le nom de Monsanto, pour moi c’est le plus grand criminel des temps modernes, comment accepter sans réagir, alors que j’ai des enfants, l’humanité qui est en moi, se révolte contre la bêtise humaine, mais je me questionne, pourquoi existe t’elle cette perversité pour moi, si elle résonne en moi, elle s’exprime en moi par la colère, comment guérir cette colère, par l’acceptation et le pardon, puis par la lumière envoyée au bon endroit, cela ne marche pas une fois, il faut faire cela 77777 FOIS VOIR PLUS. Bonne continuation à tous et toutes.

    • Le Passeur dit :

      En quoi la plupart des gens qui viennent ici seraient-ils moins authentiques ?

      • pierrot dit :

        Tout le défi consiste peut-être à être authentique dans son intériorité.
        Dans l’action véritable, le regard de l’autre ne te préoccupe pas, tu suis le gyroscope intérieur.
        C’est toute la différence entre agir et réagir.
        http://www.thework.com/francais/

        • Le Passeur dit :

          C’est vrai en général, sauf que dans un lieu public si tout le monde vient déverser sa colère intérieure et ses propres limitations sur autrui, le lieu devient vite une arène infréquentable pour tous. Imagine que dans ta belle nature tu tiens un refuge de montagne. Que ferais-tu si parmi tes invités un jour quelqu’un s’énerve un peu et commence à prendre à partie tout le monde ? On rencontre tous des difficultés lorsqu’on avance sur ce chemin de libération, il y a des blessures et des résistances pour tous, qui suscitent parfois des réactions de prise pouvoir sur autrui. Il faut bien rassurer l’égo. Pour autant tu tiendras ton refuge propre et accueillant pour tous. Ou tu t’en iras.

          • Margelle dit :

            Je participe à la partition musicale, en proposant une 3ème possibilité d’intervention face à l’intrus invivable. 3ème possibilité qui n’est pas facile à mettre en oeuvre, qui demande certainement du temps, et sans doute de mettre en oeuvre les 2 autres possibilités en attendant notre capacité à le faire, c’est celle de savoir entendre et répondre à l’intrus colérique. Et le toucher dans son humanité, trouver les mots pour cela… je crois que nous faisons tous cette exploration. Je ne me mets pas en avant, car je me trouve souvent dans l’impossibilité de répondre, mais comme nous tous ici j’y médite… et surtout je pense que cet être exalté nous fait travailler nos points faibles… à ne pas évacuer. Je sais d’expérience que l’autre « exaspéré », l’est souvent devant l’inconscience environnante… il a bien sûr à le percevoir, mais si les autres en face percevaient leurs manques on s’entendrait peut-être mieux…. je suppose que nous en avons tous conscience…

            • Lisa BDX dit :

              Peut-être y a t-il l’authenticité de l’âme et l’authenticité du ressenti qui ont chacune un point commun, celui d’être vraies.
              Je crois avoir pris assez de distanciation aujourd’hui,pour pouvoir me dévoiler un petit peu plus et vous faire part de mon modeste constat,quand à l’authenticité.
              De l’âge de sept ans jusqu’à l’âge de onze ans,j’étais battue par mon beau père,violent, pour un oui pour un non, parfois sans raison,sous les yeux d’une maman qui laissait faire.
              La victime pleurante que j’étais a mis en place une stratégie,celle de ne plus pleurer sous les coups,et je n’ai plus jamais jamais pleuré.
              Contente,voire fière de ma capacité à résister à la douleur physique,j’ai mis en place le plan B,à savoir : Assortir à mes « non pleurs »,des mots, un cri « MÊME PAS MAL !! AH<<AH<<AH<<AH<<<!!!!! JE SERAI PLUS FORTE QUE TOI<<AH<<AH<<AH<<AH<<<!!!
              Cela me rappelle quelque chose…….
              Au fil du temps, les coups ont cessé, j'ai grandi, je suis devenue authentique,certes, mais en mode "même pas mal" que j'avais érigé en tant que réaction, protection,provocation, en bref,l'authenticité de mon ressenti.
              Cela m'a empoisonné l'existence,ainsi que celle de mon entourage et j'étais exactement ce que tu dis Margelle,"l'intruse invivable."
              Paradoxalement, alors que je n'aurais dû susciter que des réactions de rejet,mon chemin a été jalonné de personnes gentilles pour la plupart qui m'ont aidée à me délester de cette authenticité par trop encombrante. A coup de leçons de morale, leçons de vie,leçons d'amour,entendements,une autre authenticité est née, celle du coeur, celle de mon moi sympa.
              Le délestage a pris pas mal d'années,pas mal de travail et d'efforts mais mon authenticité d'aujourd'hui, est ô combien plus confortable,et avec le recul, je ressens beaucoup de gratitude pour ce cheminement pas toujours facile.
              La prise de conscience fut qu'en AUCUN CAS cette authenticité exacerbée du ressenti ne me laissait le droit de blesser,d'agresser,de provoquer,d'envahir ou de non respecter autrui,(sous prétexte d'authenticité)avec mes propres (douloureuses) projections.
              Il semblerait que les authenticités tout en étant vraies ,soient aussi différentes,tout dépend d'où elles émanent….
              Et il n'y a que l'Amour pour Restaurer une Authenticité.
              J'en profite pour te remercier,Acacia, pour tes liens P.GUILLEMANT,très accessible dans ses développements.
              Bien à vous tous,

              • acacia dit :

                Bonjour Lisa
                « La prise de conscience fut qu’en AUCUN CAS cette authenticité exacerbée du ressenti ne me laissait le droit de blesser, d’agresser, de provoquer, d’envahir ou de non respecter autrui,(sous prétexte d’authenticité)avec mes propres (douloureuses) projections. »
                Ces mots sont de grande portée… et je te remercie de nous en faire part ici ♥ !
                L’authenticité des propos et des actes de chacun est totale quand elle n’est pas l’expression d’un mensonge volontaire.
                Tu dis juste : seul l’Amour, – cette incroyable force cosmique dans laquelle nous baignons -, peut restaurer l’Authenticité, dans son sens le plus sacré, celui qu’elle acquiert par l’accès à l’Esprit en nous.
                Et tout autour de ce Noyau d’Amour… errances, aveuglements, jeux de rôles et cafouillages…. tous authentiques… tous erronés.
                Allons ! Nous avançons… sur Le Chemin du Cœur !
                A toi, à tous, une très lumineuse journée ♥♥♥

            • Margelle dit :

              Lisa, je pense être entièrement d’accord avec ce que tu nous délivres. Il me semble que nous voyons « presque » avec les mêmes yeux, surtout quand tu cites : « Paradoxalement, alors que je n’aurais dû susciter que des réactions de rejet,mon chemin a été jalonné de personnes gentilles pour la plupart qui m’ont aidée à me délester de cette authenticité par trop encombrante »… Il me semble d’ailleurs que tu as gardé cette authenticité sans doute moins encombrante parce que mieux ajustée… Confidence pour confidence, je te glisserai que je n’ai pas eu besoin de coups pour me renfermer, me carapaçonner, la moindre contrariété était traumatisme… et je l’ai gardé longtemps cette sensibilité à fleur de peau… qui me faisait ne pas voir la souffrance de l’autre à qui je resservais mes sentiments sans prendre garde… Depuis j’ai appris à convoquer mon parlement, mon conseil des ministres pour discuter de mes états d’âme… (je t’épargne leurs discussions).
              Ce que je voulais dire quand même, en plus, c’est qu’un mot qui correspond parfaitement à une attitude fait plus d’effets que les projections que chacun peut émettre sans connaître réellement le fond de l’autre… mais ce n’est pas donné à chaque instant ni à tout le monde. Soeur Emmanuelle dit avoir beaucoup appris de l’Abbé Pierre (oui des curés, ces deux là) qui d’un regard aimant et profond de toute son humanité, qu’il devait avoir aussi large que le monde, avait désarmé l’agressivité d’un dur à cuir qui en remontrait à tous.
              Au fait, depuis que je réunis ma bande, je crains beaucoup moins les coups, les cris… même si j’aime beaucoup les câlins, les mamours… et surtout les mots tendres et généreux aussi vastes que le monde… avec toute mon affection, Lisa ♥

          • pierrot dit :

            Là où les mots montrent ses limites, le silence acceuille les contraires dans la présence.

        • Si le magasin « bio » se laisse aller, se met à délirer, se mettant à vendre n’importe quoi jusqu’à du matériel hifi par exemple et des poissons rouges, et que le « bio » lui-même est de moindre qualité et est moyé dans du tout et du rien, pensons-nous que c’est sérieux ? Y reviendrons-nous ?
          Véda pour Choix-Réalité a restructuré son site il y a quelques années, peut-être en 2009, car d’une part beaucoup d’espace en octet devait toujours être davantage disponible chaque jours étant donné le nombre pas possible de commentaires et d’images postées, et d’autre part bon nombre de commentaires sous les articles n’apportaient rien car ils étaient davantage un lieu de défouloir qu’un lieu constructif et d’échange.
          Si demain en allant chez votre boulanger vous n’avez plus que des tartelettes au citron au lieu de la gamme des pains précédemment disponibles, je ne pense pas que le chaland y reviendra.

          Bonne humeur dans le jeu de la dualité.
          Frèd

          PS. N’oublions pas, vis-à vis-du dernier commentaire venant d’être à l’instant lu (3ème piste), que le Passeur a sans doute autre chose à faire que de lire et de décortiquer tous les posts des uns et des autres. Auquel cas ce site risquerait tout simplement de ne plus être.

  8. Eric D dit :

    Bonjour à tous,

    je n’ai toujours été attiré par les textes de Sand et Jénaël même si leur travail est impressionnant. Par contre, ce texte raisonne en moi et, enfin, je trouve des pistes pour trouver mes blocages.

    Hors système depuis maintenant 9 mois (tiens le temps de la gestation…), j’ai mis ma moto à vendre. Le fruit de cette vente doit me servir à me ré-intégrer dans cette société…
    Seulement voilà, cette moto ne se vend pas.

    Ce texte m’apprend donc que cela représente mon chemin de vie… Elle était pour moi signe de liberté et d’indépendance…
    Ces notions se sont évanouies grâce à mes expériences… mais le fait est qu’elle ne se vend pas…

    Donc, véhicule = chemin de vie…
    Si je n’arrive pas à la vendre, elle qui représente mon ancienne vie, il y aurait-il quelque part une peur de lâcher l’ancien pour entrer dans le nouveau???

    Un tout grand merci à toi, Le Passeur, de nous transmettre ces enseignements…

    Merci à tous pour vos échanges qui enrichissent tellement ces textes…

    Que La Lumière imprègne vos Êtres et que l’Amour rayonne tout autour de vous…

    Eric

    • marie christine dit :

      Allez Eric, on va te donner un petit coup de pouce !
      Je vois, je vois ta moto dans ma boule … Non, elle n’est pas triste du tout . Elle a envie de voyager, de se rendre utile, de connaître quelqu’un qui l’aimera autant que tu l’a aimée . De toute façon elle ne t’oubliera jamais car toutes les parties d’elle sont imprégnées de vos virées fantastiques ensemble . Elle veut voir de nouveaux paysages, sentir à nouveau le vent sur ses flancs métallisés, elle se sent jeune, elle veut bouger, se griser de vitesse, se balader, servir . Pour un peu, elle s’échapperait toute seule .
      Alors tu vois, ce n’est pas elle qui fait barrage !

    • Cécile dit :

      Eric,
      Si je peux me permettre… Qu’est-ce qui, en toi (parmi ce qu’il reste de peurs, de doutes, de regrets, de liens inappropriés, de croyances limitantes, de conceptions erronnées… liste non-exhaustive) tient encore à cette moto, ou plutôt à ton ancien moi ? Y a-t-il des rêves auxquels tu n’as pas renoncé, concernant cette moto ? En un mot : qu’est-ce qui résiste encore ? Ce n’est peut-être pas grand-chose, un tout petit détail, car il est évident que tu as accompli l’essentiel en matière de lâcher-prise… Demande à l’Univers de te donner la clef, et je serais surprise que cela ne se débloque pas rapidement.

      • Eric D dit :

        Hello Cécile,

        ben la clé de ma moto, je n’ai pas besoin de la demander, je l’ai 🙂 …

        Plus sérieusement, je ne sais où sont les pensées limitantes… je laisse venir, elles partiront toutes seules…

        tout simplement, va t-elle peut-être encore me servir… 😉

        Comme l’a aussi dit Alain, peut-etre une histoire de prix,…

        Je t’embrasse et si tu veux, tu peux venir aussi jouer aux billes 🙂 …

        • Cécile dit :

          Méfie-toi, à la récré j’étais super forte. Je vais te piquer toutes tes « terres » et tes « agates »…
          Blague à part, et je n’y avais pas pensé, y a-t-il obligation de vendre cette moto (je parle du point de vue de la symbolique telle que Sand et Jénael nous proposent de la décrypter) ?

          • Eric D dit :

            même pas peur 🙂 🙂 … j’en ai plein parce que les billes, c’est mes amies 🙂 🙂 …

            pour la vente, je n’en sais rien.. Rien d’autre à faire que m’en remettre à l’Univers… De mon côté, j’ai ouvert les portes qu’il fallait. Si ça ne « rapporte » pas, c’est que cela ne doit pas être…

    • acacia dit :

      Salut Eric ♥♥♥
      Ton histoire de moto me fait penser à ce qui peut se produire lorsqu’on vit un processus de changement.
      Ne voyant rien dans ma boule ( elle est trop forte, Marie-Christine 🙂 ! ), je me suis contentée d’écouter Philippe Guillemant, physicien spiritualiste, suite à une proposition de Graffitique ( merci Graffitique 🙂 ). Guillemant explique ce que ses pairs et lui-même découvrent peu à peu sur ce que nous vivons comme étant le temps.

      http://www.youtube.com/watch?v=Crw9pvaZKCM Physique de la conscience
      http://www.youtube.com/watch?v=T3qEA5u0Fec Métaphysique de la conscience
      http://www.youtube.com/watch?v=7gBUMig2Lxg La loi d’attraction et de répulsion

      C’est la première fois que j’entends ce type de chose : quand il y a rupture de l’ancien futur, il se crée un espace de résistance avant que le nouveau futur ne s’installe. Waow…
      Et aussi que des signes d’opposition peuvent apparaître, qui sont l’indice que le changement est en cours… re-waow … Je suppose qu’il faut faire preuve de discernement – comme toujours… – pour distinguer une opposition bienveillante ( tu vas commettre une bourde ), d’une opposition de résistance ponctuelle dues aux lois de la physique.
      Pour plus de détails j’ai voulu illico me procurer son livre, « La route du temps », mais Amazon n’a pas voulu de ma carte bleue (pourtant encore valable jusqu’au 30, et la nouvelle est en rade quelque part, la banque s’en occupe mais, bref, en attendant… j’attendrai …). Pour une fois que je craquais sur une énorme envie d’un bouquin… Ce qui m’a fait sourire c’est que le banquier m’a dit qu’il faisait opposition et que pour la nouvelle carte j’allais devoir changer de code… ça correspond à tant de vécu actuel pour moi que ça en devient amusant !
      En tout cas, – et là je suis ravie parce tout me semble aller dans le même sens d’ouverture de nos potentiels – , il y a bon nombre de points communs entre ce que nous relatent Sand et Jenaël et ce que nous disent, d’une manière différente ( mais à y regarder de plus près, pas tant que ça… ), des chercheurs en sciences physiques.
      Voilà, mon cher Eric, j’espère que ces quelques menues indications vous aideront, ta moto et toi, à y voir plus clair dans votre relation et sa signification métaphysique… ♥ 😯 ♥
      Une très lumineuse journée à toi, à tous !

      • Le Passeur dit :

        Oui, Philippe Guillemant apporte une vraie caution scientifique aux concepts que nous abordons ici et qui font si peur aux matérialistes. Il faudrait d’ailleurs que je songe à publier certaines de ses conférences, merci de me le rappeler.

      • graffitique dit :

        Acacia 🙂 hum, ben voilà, c’est tout beau tout ça.
        Au fait je ne suis en rien à l’origine de ces passionnantes investigations croisées, auxquelles je ne prends qu’une modeste part, disons « artisanale ».
        Merci à toi Passeur, et à toi aussi Delta, pour ces précisions bienvenues juste à point.
        Bon… pour ma bagnole, l’Univers fait comment alors ? 😮
        Ok je sors

      • graffitique dit :

        Pour s’ouvrir l’appétit un petit extrait ? :
        « Je pense pour ma part qu’il existe un vrai temps, celui de l’éternité, de l’éternel présent ou de la conscience, qui nous délivre des informations déjà calculées (l’univers n’est pas aussi lent qu’un PC, tout de même) mais à partir d’un réservoir aux futurs multiples, la sélection de la ligne temporelle effectivement vécue se faisant sous le contrôle de la conscience, à la fois dans le futur déjà présent, par le biais de nos intentions, et dans le présent par le biais de nos observations, ceci étant rendu concevable par le fait que l’espace et le temps sont illusoires et donc des créations de la conscience elle-même. Il est vrai cependant que la physique ne nous fournit actuellement aucun modèle pour le décrire. Je pense que ceci relèvera au final d’un formalisme et de compétences qui viendront plus de la mécanique des fluides (lignes temporelles fluides) et des ALGORITHMES, que de l’une des deux mécaniques extrèmes (Relativité Générale et Mécanique Quantique) qui se sont aujourdhui imposées en physique.

        Les physiciens doivent se décomplexer sur le sujet de la conscience et se réveiller, bon sang de bonsoir, sachant qu’il est tout à fait envisageable de la modéliser en relation avec une fonction algorithmique qui agit sur un espace-temps dynamique de nature essentiellement fluide. »
        Vu ici (pour les Mordus d’Amour de la physique^^) :
        http://www.doublecause.net/index.php?page=Revolution_Incomplete.htm

      • alain thomas dit :

        Ce qui me gêne est que toujours et encore l’homme a besoin de chercher ailleurs ce qu’il a certes de plus profond en lui mais qui pourtant est trop simple pour qu’il y croit.

        La physique est passionnante et Philippe Guillemant est passionnant mais les scientifiques oublient toujours d’associer à leurs travaux l’expérience elle-même que chaque être humain peut faire, dans l’ouverture de la Conscience, là où les lois fondamentales émergent à l’Être, l’Ethique, là où le Mystère empêche l’Homme de découvrir ce pourquoi il n’est pas venu.
        Il lui reste alors la Foi, seul vecteur qui le relie à ce qu’il y a de plus profond en lui ou de plus élevé : le Divin.

        • graffitique dit :

          Tu veux dire que Dieu ne joue pas aux dés, parce qu’il préfère jouer aux billes ? 😀

          • acacia dit :

            😀 😀 😀

          • alain thomas dit :

            Oui Graf c’est exactement cela.
            Je pense que Dieu a compris qu’il était plus facile de maîtriser les billes que les dés.
            A y regarder de plus près, il a raison et depuis … nous l’invitons à jouer … et alors ? … on l’invite plus … hum … Il gagne toujours 🙁

        • acacia dit :

          Alain,
          Je dirais volontiers que la science peut, par l’évidence éblouissante qu’elle est parfois capable d’exprimer, mener un homme à l’évidence éblouissante qu’est la Foi.
          Et que la Foi, par l’intensité de Lumière dont elle est porteuse, peut devenir vecteur d’intuitions scientifiques intensément lumineuses.
          En quoi les deux se rejoignent et se complètent. Dans l’Amour.

          • alain thomas dit :

            Oui.
            C’est un peu ce que je dis dans mon message. L’homme creuse, plonge, escalade puis cherche ici, ailleurs et dans l’espace … ce qui se trouve au plus profond de lui …

        • guil la dit :

          Un jour quelqu’un à dit ceci :

          L’idéation n’est pas un signe d’intelligence, mais d’une carence. C’est une prothèse. La connaissance
          véritable est sans pensées, elle est conscience infinie, expérience immédiate, fusion. Rien ne peut
          l’enseigner, la créer ou la provoquer. Le savoir n’est pas et ne sera jamais connaissance. L’exploration
          du monde ne vous transforme pas. Il change votre aspect extérieur, vous changez de vêtements pour-
          rait-on dire. Votre ego est toujours là et la sagesse absente. Dans de telles conditions, votre hypocrisie
          s’aggravera à mesure que vous vous parerez de belles couleurs et vous vous pousserez du col.
          Un gouffre existe entre ce que l’homme est et ce qu’il croit être. Le conflit qui se poursuit en lui, entre
          le centre radieux de son être et sa carapace sociale ruine non seulement sa propre vie, mais aussi celle
          des autres. L’enseignement dit spirituel ou religieux peut modifier votre masque. La transfiguration exige
          tout autre chose : l’abandon de tout ce qui n’est pas atman en avançant dans la voie de la sadhana, ce
          qui est absolument intime, personnel et non communicable. Personne ne «détient» la vérité, elle est
          vôtre, elle est vous, votre réalité. Celui qui prétend vous la conférer vous trompe, vous propose un
          leurre. Ce qui peut être transmis est toujours un objet, jamais la réalité. Celle-ci est éminemment
          subjective et ne se révèle qu’à l’être qui la vit. Pour la connaître, écartez les couches qui vous tiennent
          lieu d’identité, rejetez tout ce qui vous obstrue. Désapprenez. Lorsque les visiteurs auront quitté votre
          demeure, vous distinguerez l’hôte, le maître de céans.

          Belle nuit.

          • marie christine dit :

            Très beau texte . Merci Guil .

          • pierrot dit :

            « Personne ne «détient» la vérité, elle est
            vôtre, elle est vous, votre réalité. Celui qui prétend vous la conférer vous trompe, vous propose un leurre. Ce qui peut être transmis est toujours un objet, jamais la réalité. Celle-ci est éminemment subjective et ne se révèle qu’à l’être qui la vit »

            C’est aussi mon point de vue.

            • pierrot dit :

              La première étape consiste à aller chercher chez l’autre, ensuite à chercher en soi pour se rendre compte que finalement il n’ y a rien à chercher, tout à expérimenter, l’objet de la recherche faisant partie du sujet qui expérimente.

        • marie christine dit :

          Ce que tu écris, Alain, m’inspire ceci : une seule chose est impénétrable et inviolable, c’est notre relation intime avec le Divin .

      • Eric D dit :

        Merci Acacia pour ces précisions…

        Effectivement WAOUWWW, car tout est en train de bouger…

        Des ouvertures ce sont faites, assurément… c’est vrai que ma moto a des choses à me dire mais je ne sais si « tu veux me vendre trop cher » ou si c’est « je ne veux pas être séparée de toi »…

        Je vais donc tenter de répondre à cette question en la proposant à un prix moindre… on verra…

        Un peu plus en profondeur, je vais surtout me mettre à l’oeuvre pour couper les liens toxiques avec l’ancien monde… la bulle est prete à s’ouvrir…

        Belle journée de Lumière et d’Amour à toi et à vous tous

        • Margelle dit :

          Je pensais bien qu’elle n’avait pas envie que tu la quittes ! en plus pour de l’argent !!! pouah !!! l’ingrat ! « moi qui ai rendu de si beaux, si bons, si loyaux services, toujours prête !!!! ah les hommes ! » (bon, les femmes c’est pareil !)

      • alain thomas dit :

        Chère acacia, les conférences de Philippe Guillemant sont vraiment pertinentes, c’est rare tout de même de trouver un physicien spiritualiste engagé.
        La troisième partie de sa conférence (la loi d’attraction et de répulsion) est un petit chef d’oeuvre simple et clair.
        Bien à toi 🙂

    • alain thomas dit :

      Salut copain de classe,

      Nos camarades t’ont tout dit mais le cancre que je représente te rappelle que le fond de la classe est l’endroit le plus chaud et le plus émouvant pour faire le pitre et se foutre de tout et de soi-même.

      Reste en dehors de ces contingences inutiles ou alors, si tu veux vraiment vendre ta moto, n’en fais surtout pas une affaire de prix !

      Ce qui doit arriver arrive et si ce que nous souhaitons voir arriver n’arrive pas, c’est une anticipation inutile.

      Occupe-toi donc de tout ce que tu aimes mon copain, sans penser au lendemain !
      Tu sais, les seuls soucis que nous avons ne sont pas nous-mêmes ; nous dépendons de tout un environnement que nous souhaitons toujours meilleur … et pourquoi pas !

      Pas d’attentes, pas de buts, juste laisser être ce qui vient ou ne vient pas ….

      Bien à toi mon copain et à bientôt pour une partie de billes ☼ ♥♥♥ ☼ ♪♫♪ ☼

      • acacia dit :

        Cher Alain ♥
        J’ai bien fréquenté les fonds de classe. De préférence à côté de la fenêtre. J’ai été une élève extrêmement attentive… au passage des nuages, au balancement des feuillages du marronnier de la cours, au vol des oiseaux qui s’y perchaient… Ces longues heures d’observation soutenue, parfois vagabonde, ouvraient en moi les sources d’infinies possibilités.
        C’est pourquoi, aujourd’hui encore, je persiste à croire que rêver est le fruit d’une volonté ardente de créer.
        Et qu’une création peut se manifester à partir d’une simple intention. Pour peu qu’on en prenne soin. Qu’on lui donne vie.
        Je ne pense pas que les contingences soient inutiles. Quand elles font obstacle, n’est-ce pas aussi pour que nous nous confrontions à nos propres forces ?
        On peut être sans but ni attente trop précises, et en même temps rester vigilant sur le chemin que nous décidons de suivre pour un parcours ponctuel, ou durable.
        Dans un sens je suis une feuille au vent de la vie, oui.
        Mais une feuille qui se sait feuille, même si elle laisse être ce qui vient ou ne vient pas, participe différemment à la conscience globale. A partir d’elle le printemps gagne en renouveau, et l’automne la voit mourir en espérance. ( que personne ne me demande d’expliquer ceci par des formules ou théorèmes s’il vous plaît merci ! 🙂 ).
        Une très lumineuse nuit à toi, à tous ♥♥♥
        PS : je peux jouer aux billes avec vous ? 😕

        • romarin dit :

          Etre… comme l’enfant qui sait vibrer l’univers:

          Page d’écriture (Jacques Prévert, Paroles.)
          Deux et deux quatre
          quatre et quatre huit
          huit et huit seize…
          Répétez ! dit le maître
          Deux et deux quatre
          quatre et quatre huit
          huit et huit font seize
          Mais voilà l’oiseau-lyre
          qui passe dans le ciel
          l’enfant le voit
          l’enfant l’entend
          l’enfant l’appelle :
          Sauve-moi
          joue avec moi
          oiseau !
          Alors l’oiseau descend
          et joue avec l’enfant
          Deux et deux quatre…
          Répétez ! dit le maître
          et l’enfant joue
          l’oiseau joue avec lui…
          Quatre et quatre huit
          huit et huit font seize
          et seize et seize qu’est-ce qu’ils font ?
          Ils ne font rien seize et seize
          et surtout pas trente-deux
          de toute façon
          et ils s’en vont.
          Et l’enfant a caché l’oiseau
          dans son pupitre
          et tous les enfants
          entendent sa chanson
          et tous les enfants
          entendent la musique
          et huit et huit à leur tour s’en vont
          et quatre et quatre et deux et deux
          à leur tour fichent le camp
          et un et un ne font ni une ni deux
          un à un s’en vont également.
          Et l’oiseau-lyre joue
          et l’enfant chante
          et le professeur crie :
          Quand vous aurez fini de faire le pitre !
          Mais tous les autres enfants
          écoutent la musique
          et les murs de la classe
          s’écroulent tranquilement.
          Et les vitres redeviennent sable
          l’encre redevient eau
          les pupitres redeviennent arbres
          la craie redevient falaise
          le porte-plume redevient oiseau.

          …Etre… comme l’enfant qui vibre avec le coeur:

          Le cancre (Jacques Prévert, Paroles.)
          Il dit non avec la tête
          Mais il dit oui avec le coeur
          Il dit oui à ce qu’il aime
          Il dit non au professeur
          Il est debout
          On le questionne
          Et tous les problèmes sont posés
          Soudain le fou rire le prend
          Et il efface tout
          Les chiffres et les mots
          Les dates et les noms
          Les phrases et les pièges
          Et malgré les menaces du maître
          Sous les huées des enfants prodiges
          Avec des craies de toutes les couleurs
          Sur le tableau noir du malheur
          Il dessine le visage du bonheur

        • Cécile dit :

          Acacia,
          Oui, et tu le dis tellement bien…

        • alain thomas dit :

          Un romarin flirte avec un papillon au pied d’un acacia pour une partie de billes.
          Eric et Alain, passant par là au sortir de l’école, avaient les yeux écarquillés de leur sommeil de cancre du fond de la classe … près du radiateur.
          – Qui veut jouer aux billes, qui veut jouer aux billes ? s’exclame l’acacia du haut de ses troncs divers et élancés.
          – Moi, moi, s’écrient en cœur le romarin et le papillon du bas de l’acacia.
          – Et nous et nouuuuuuuuuuuuuus rétorquent Alain et Eric, les culottes plus courtes les unes que les autres, les genoux cagneux et le regard émerveillé des enfants perdus ………..

      • Eric D dit :

        Et oui, vivement la récré pour jouer aux billes… seulement si te ma laisse gagner et puis, on pourra peut-être dire au copain suisse de jouer avec nous…

        Tu as raison sur le fait que j’en fait peut-être une affaire de prix… je m’en suis rendu compte ce week-end…

        En attendant, je fais exactement ce qui me plait… en pleine création depuis deux semaines, après avoir un petit peu attérri d’un week-end particulièrement riche en rencontres, émotions, et re-connexion…

        J’espère à très bientôt… te fais des gros bécots sur ta petite joue rouge…

    • François dit :

      Salut Eric, 🙂

      « Si je n’arrive pas à la vendre, elle qui représente mon ancienne vie, il y aurait-il quelque part une peur de lâcher l’ancien pour entrer dans le nouveau??? »

      probablement oui ! 🙂 et si je peux me permettre……

      ….. Surtout si ‘le nouveau’ représente l’abondance….. Il faut du courage pour accepter que la vie nous serve comme un prince , quand on a mit en place pendant longtemps la croyance de ne pas ‘mériter’…… alors, Bon Courage à toi ! et puis je me demande pourquoi tu n’aurais pas ET l’argent ET la moto ?!! Après tout ! 🙂 ♥ 🙂
      S’abandonner avec détermination peut sembler contradictoire , mais…….. finalement c’est peut-être complémentaire….
      Voilà, et je réserve d’emblée une place pour jouer aux billes dans la cour de récrée avec tous les potes ….. 🙂

      • Eric D dit :

        Salut frérot,

        c’est amusant que tu me dises que je pourrais avoir droit à l’argent et à la moto…

        Elle a été chez un concessionnaire tout l’hiver (protection car pas de garage)… Fin de l’hiver, le garagiste à fermer ses portes. Ma moto est depuis, sous ma fenêtre. Lorsque je l’ai ramenée, je me suis dit qu’elle ne voulait pas me quitter. Faut dire qu’on a de sacré chevauchées ensembles… Je pousserais peut-être un peu en disant qu’elle sent ce que j’attends d’elle… c’est ma fidèle monture.

        Pour ce qui est de l’Abondance, je l’ai demandée et oeuvre dans ce sens… quelques portes s’ouvrent avec grand bonheur…Une seule s’est fermée… celle de mon banquier suisse 😉 … mais je continue à m’abandonner avec détermination… ce n’est absolument pas contradictoire … La détermination, même si oeuvre du mental, est une étape nécessaire avant le lâcher-prise total…

        Tu pourras venir jouer aux billes avec nous mais seulement si Alain est d’accord… C’est le plus petit, il faut donc pas le contrarier…
        Et puis, tu pourras le distraire pendant que j’offre des bijoux à (sa) ma copine Isabelle (qui a les yeux bleus)…

    • alain thomas dit :

      Tiens marie, voilà un éclaircissement sur notre réalité posé là par Etienne Klein en deuxième partie de la vidéo.
      Alors bien sûr là, nous sommes dans la connaissance mentale, expérimentale, physiquement parlant.
      Il nous dit presque que la théorie quantique balaye toute la physique classique et remet en cause toutes ses lois. Autrement dit, il laisse entendre qu’il ne sert plus à rien de chercher en quelque sorte, il le dit pas comme ça sinon il est au chômage le lendemain ainsi que tous les chercheurs du monde entier en physique quantique.
      On apprend tout de même que la théorie quantique n’est pas locale, que si les objets de la physique quantique sont les mêmes que ceux de la physique classique, on peut moins les connaître qu’avant. Il y a donc une sorte de régression, on patauge, on recule et le réel est inconnaissable à cause des lois de la physique quantique moderne …
      Il y a des livres entiers qui s’écrivent en philosophie pour dire que la mécanique quantique limite notre pouvoir de connaître …
      Passionnant
      Merci Spot

      • Margelle dit :

        Tellement vrai !!!! je vis en pleine physique quantique ou mécanique quantique…. plus je vis, moins je connais ce que je vis !!!
        Mais, bon, il faut quand même que je réécoute le tout !!! parce que même si j’adore ne rien comprendre, je suis incapable de dire ce que je ne comprends pas !!! et là…. ♪♫♪♫ en tout cas ils sont super ! Joie !

    • Patricia dit :

      Merci SPOT…Je me demande si j’ai bien tout compris ? ce qui m’étonnerait…mais arrive à nouveau une synchronicité dans mon petit paysage;

      « …La matière étant tellement plus lente que la pensée, nous sommes donc nombreux à avoir l’impression d’être toujours en retard, toujours pressés, jamais arrivés. Oh, cela peut être terriblement frustrant et fatigant. Jusqu’au jour où on réalise que ce décalage est normal, que c’est simplement la nature du monde dans lequel on vit… et que l’idée n’a jamais été de concrétiser le maximum d’idées, mais plutôt de savourer au maximum celles que l’on choisit. … »

      Comme le soulignent Sand et Jenaël :

      « Il est essentiel d’arriver à cette compréhension des lois de l’Univers pour parvenir au stade de L’ACCEPTATION, autrement dit : le repos du mental, l’abandon de toute lutte ou résistance, le « repos du guerrier ». »

      Merci SPOT ! ( Je vous aime toujours de tout mon Cœur!)

      • SPOT dit :

        Merci,
        Comment répondre à autant d’empathie,
        Il y a un moment où des choses prédéterminées entre dans la conscience.
        Des moments où la pensée découvre le contact de son visage à la surface d’un miroir.
        Un contact bien singulier d’une réalité difficile à situer, mais que nous pensons saisir avec les identifiants de notre personnalité, alors on s’abandonne à cette source qui apparait dans le silence, et qui précède tout mouvement relatif de la pensée, on touche les parois de ce tunnel sensoriel comme on effleure les nuages avec ce silence qui nous habite, et qui nous enveloppe de tendresse.

  9. Machachouette dit :

    Splendide synchronicité!

    Merci Sand, Jénaël et notre cher Passeur!

    Je reviens d’un voyage éprouvant où je suis allée ‘soi-nié!’ la mère d’une amie. J’en suis revenue exténuée (voyage rapide et long + soins + contrariétés + compréhension des incompréhensions et intégration).

    De retour, je me dis tout d’abord que j’ai tous les éléments pour finaliser l’intégration de cette expérience. Puis, par acquis de conscience, je m’en viens sur Urantia voir si ‘à tout hasard’, il n’y aurait pas une info en résonance avec mon vécu et oh merveilleuse surprise! !
    Dans ce voyage, j’ai vu des gens souffrir, se faire souffrir jusqu’à être au bord de la mort par peur…de mourir! Et bien sûr, qui croient que c’est la Vie qui s’acharne sur eux!

    Je vois en ce moment ce que j’ai à voir en moi! Merci l’Univers, merci à tous et merci à moi!

    La ‘soi-niant-e’ a compris ou presque et encore mieux grâce à ce texte qui tombe pile-poil!

    En matière de réaction physique incongrue, j’ai un mal de crâne abominable qui finalement me remplit de joie car cela signifie bien qu’il y a nettoyage : ouf!!! (est-ce encore une façon d’aimer souffrir??)

    Je suis en harmonie totale avec tout ce qui est dit dans cet article, les symboliques, la guidance du soi supérieur, etc…

    Ces derniers temps, je bossais sutout sur mon programme de victime. Ce texte me rappelle à quel point je suis aussi dans le ?sauveur’ également et finalement j’ai aussi mes aspects de ‘bourreau’, je réalise que je passe par toutes ces phases de manières récurrentes, elles co-existent en moi…

    Vive la lucidité! Et J’attends et espère l’ACCEPTATION TOTALE!

    Très humblement merci à toutes et à tous de partager ces moments de Vie!

    Bon Chemin à tou-te-s,

    Avec tout mon Amour,

    ♥♥♥

  10. Patricia dit :

    Cher Passeur,

    Je voudrais te remercier pour les tableaux que tu nous proposes, toujours extrêmement significatifs et porteurs de messages; le Lion ailé est souvent présent et me parle encore une fois;
    Il pourrait me dire ceci ( petit extrait de texte apparu ce matin) afin de ne pas l’oublier, la culpabilité revenant très subtilement faire quelques apparitions !

    « … Tu as très peur de lâcher en totalité tout ce que Tu as créé pour Te donner « bonne conscience », toutes ces petites têtes, elles représentent ce que Tu as voulu être en étant « le sauveur du monde », et c’est là que Nous allons Te demander : et si Tu acceptais enfin de vivre pour Toi………..et que Tu lâches en totalité cette demande de sauver les Autres…….. Cette demande de Te devoir aux Autres…… Cette demande de Te confondre dans les Autres…… Cette demande de prendre sous ton aile le maximum d’Êtres en Te disant : – « ce sera toujours ça de fait sur cette Terre par rapport à l’Humanité ». Tu ne pourras jamais Te réaliser si Tu ne lâches pas toutes ces parties. Et si enfin Tu Te permettais d’émerger de tout ce miasme chaotique que représentent toutes les souffrances de tous les Êtres qui vivent leurs propres expériences, quelles que soient ces expériences, parce que tout a sa raison d’être et que tout est dans l’Ordre Divin… »

    Comme le soulignent Sand et Jenaël:

     » …- En considérant ces synchronicités comme porteuses d’un message provenant de notre subconscient (qui est la partie individualisée de la Conscience supérieure), notre esprit rationnel devient capable par la symbolique, d’associer des signes et des coïncidences à une problématique qui nous affecte. … »

    Merci

    • marie christine dit :

      Oui Patricia, j’approuve ton attitude . Surtout que le sauveur a tendance à voir de la souffrance partout et à l’amplifier dans sa tête . Parfois même, le « sauvé » peut pousser un ouf de soulagement quand il n’a plus de sauveur qui court à ses basques pour le secourir à tout prix .

    • alain thomas dit :

      Bonjour Patricia,

      Tu écris deux phrases sans le même texte :

      « parce que tout a sa raison d’être et que tout est dans l’Ordre Divin… »
      « et c’est là que Nous allons Te demander … que Tu lâches en totalité cette demande de sauver les Autres »

      N’y a-t-il pas ici une contradiction … ou un paradoxe … pour le moins ?

      Et si le sauveur était une renaissance volontaire et qu’elle ait sa raison d’être … parce que tout a sa raison d’être et que tout est dans l’Ordre Divin !?

      Bien à toi 🙂

      • alain thomas dit :

        Pardon : « dans le même texte… »

        • marie christine dit :

          Tout a sa raison d’être dans l’imperfection comme dans la perfection . La béquille a sa raison d’être pour un cul-de-jatte, les lunettes pour un myope, etc …
          Sauf que l’imperfection est provisoire, elle fait partie du processus d’évolution, étape par étape .
          Chaque étape franchie est une perfection atteinte, et en même temps une imperfection nouvelle à dépasser .
          « Aller plus hauuuuut, aller plus hauuuuut, ooooooh ! »
          Au moins jusqu’à un certain palier où on est dans la Vérité et où on ne souffre plus . C’est ce que nous espérons tous (l’Ascension). Après, ce sera un autre genre d’évolution : uniquement dans la joie de la créativité et de l’amour toujours croissants .

          • marie christine dit :

            J’ajouterais que l’Ordre divin est Equilibre . Tout est en équilibre, tout s’emboîte . Deux pathologies contraires se recherchent pour maintenir un équilibre, pour se compenser . Mais le but est de redresser la barre petit à petit afin que chacun se tienne debout sans s’appuyer sur l’autre de peur de tomber .
            Si le sauveur ou le sauvé commence à rectifier son attitude, c’est tout l’équilibre qui change, pour le bien des deux .

      • Patricia dit :

        Merci Alain Thomas de poser cette question.
        En lisant les commentaires qui la suivent de Marie- Christine, je ne peux pas donner meilleure réponse.

         » A chaque seconde, à chaque instant, tout est exactement comme cela doit être. C’est cela, la toute puissance. »
        Mère

        Bonne journée à toi, à tous.

        • Eric D dit :

          oui, tout est parfait à chaque instant… Même l’imperfection est parfaite, surtout si on trouve ce qui se cache derrière.

          Par contre Marie-Christine, comment il fait le cul-de-jatte pour avancer avec une seule béquille???

          Je sais, tout est parfait 🙂 .

          • marie christine dit :

            Je pensais que le cul-de-jatte avait une jambe . Mais il est vrai que, comme son nom l’indique … une jatte ne peut pas avoir de jambe .
            La béquille devient donc un handicap .
            Le cul-de-jatte avancera mieux sans béquille du tout .
            Comme quoi une aide mal pensée peut créer un déséquilibre plus grand .
            (quelle conversation psychédélique !)

    • Margelle dit :

      J’âââdôôôrrre !!! adorables petites bêtes !!!
      J’ai mis la main récemment par »hasard » sur une planche de « points d’acupuncture » contre les démangeaisons… et ça fonctionne !!! du coup j’arrête de passer mon temps à leur dire que je les aime… mais qu’il vaudrait mieux pas….. etc… ça viendra quand ça viendra… « sacrées » petites bêtes !!

  11. Françoise dit :

    bonjour,
    Et merci pour tous ces textes que je suis depuis déjà 2 ans sans intervenir… mais qui m’aide beaucoup dans mon cheminement.
    Sur celui-ci, que j’ai lu hier, je me suis dis « Yess! », je ne délire pas, tous ces signes, que par contre je ne sais pas déchiffrer toujours… L’année dernière jamais vu autant de petites plumes blanches sur mon passage, puis en plein hiver des papillons et depuis le printemps remplacé par des oiseaux avant jamais vu dans mon jardin..!
    Et cet après-midi, je parlais justement avec ma voisine de tout ces oiseaux que je voyais chez moi (chardonneret, rouge-queue..) et soudain splacth un tout petit oisillon sans encore de plume vient s’écraser du haut de son nid sous le toit à nos pieds, avec un oiseau qui s’envole en même temps du nid (parent), juste le temps de le voir encore tremblotant d’un peu de vie sur le pavé, et ans la seconde qui suit un passant que l’on ne voyait pas venir lui marche dessus et finit de l’achever…
    Et voila que maintenant c’est comme une enigme pour moi…

    • Mesnet dit :

      Rends moi mes plumes blanches ! 🙂
      Plus sérieusement, c’était mon code aussi.
      C’était une idée de ma maman, qui m’avait dit un jour  » quand je suis sur le bon chemin, mes anges gardiens m’envoient une plume blanche ».
      J’ai donc demandé moi aussi (je ne savais pas trop à qui d’ailleurs à l’époque ) de recevoir un plus blanche pour m’indiquer si je j’étais sur la bonne voie.
      Et mon Dieu, elles ont commencé à « pleuvoir » !
      Encore aujourd’hui, ce cadeau universelle m’illumine chaque jour.
      Bonne plume à toi !
      Et bonne journée à tous sur cette terre.

    • Le Passeur dit :

      Un rappel de l’innocence écrasée ? Une blessure que nous portons tous et avons tendance à oublier…

      • Margelle dit :

        Si belle réponse, Passeur ! ♥

        • Françoise dit :

          Je viens d’envoyer un nouveau commentaire concernant ma 2ème découverte de ce matin.. je n’avais pas vu ta réponse.. Merci Le Passeur pour l’indice, j’étais partie sur un semblant d’autre piste.. mais c’est possible aussi..

    • Margelle dit :

      J’ai eu une autre expérience de « petit » oiseau…. échoué sur le rebord de ma fenêtre, il ne s’est pas envolé quand je l’ai ouverte… perplexe je me suis demandé ce que j’allais en faire ??? il était perdu… je suis allée chercher un « petit » nid.. j’en ai 2 à 3 en réserve et ai voulu l’embarquer dedans. A la vue du nid, il s’est envolé dans l’arbre ! c’était magnifique et la leçon fut trop belle !! et lui-même, qu’il était beau, si miniature et si parfait !

      • Françoise dit :

        Et bien, malgré m’avoir remué les méninges pas compris encore ce petit oisillon qui s’écrase à mes pieds… Alors ce matin, devant la porte de mon atelier, quasi au même endroit qu’hier, il y avait un 2ème petit oisillon tout pareil échoué, j’aime pas trop..
        Je l’ai mis délicatement dans un kleenex et vais l’enterrer ce soir avec quelques pétales de rose..
        C’est sûr que je préfèrais les plumes blanches..!

        • Dan dit :

          Françoise, quand l’oisillon n’est pas « viable » les parents le mettent hors du nid. Les animaux ne pratiquent pas « l’acharnement médical ». J’ai une pensée d’accompagnement pour sont âme avant de remettre le corps à Gaia. J’ai quelques fois cette expérience ma maison abritant martinets, huppes, oiseaux de nuit, etc. Tout ce beau monde fait bon ménage et quelques fois j’ai des ‘sauvetages’ à faire: martinet au sol et ne pouvant prendre son vol, hulotte coincée,…
          Bonne journée ensoleillée
          Dan

    • François dit :

      Salut Françoise et merci de nous partager ton expérience. 🙂

      De ce que j’observe en ce moment (chez moi et chez quelques personnes de mon entourage) c’est que les processus vie/mort se présentent à nous depuis quelques jours (un de mes chats est mort mardi dernier, il avait à peine 1 an) comme pour nous permettre d’appréhender les deux pôles inévitables de notre condition humaine et terrestre , que la vie et la mort marchent de concert, et que nous sommes invités à les considérer comme égales et indissociables. Accepter que tout ce qui naît fini par mourir et que nous n’avons aucun contrôle là-dessus , nous permets de nous détendre et de vivre pleinement tant que nous sommes là.
      Peut-être est-ce (ou pas) lié à ce jour précis de solstice où la Lumière éclaire plus qu’à l’accoutumée nos résidus de peurs. (les effets de ce solstice sont présents et papables depuis plusieurs jours déjà et pour plusieurs jours encore)
      à + 🙂

      • Françoise dit :

        Suite et j’espère fin car quand c’est trop, c’est tropico..!! Cette après-midi 2 autres oisillons tombés du même nid, c’est l’hécatombe..! Jamais vu ça!
        Merci François pour ta réponse, cela peut-être aussi dans ce sens.. Ai demandé un éclaircissement afin de ne pas m’embrouiller dans mille et une suppositions..
        Je sais que chez moi y encore du boulot de nettoyage sur plusieurs tableaux..;o)

        • Margelle dit :

          Mais vrai, c’est impressionnant… l’idée-ressenti de François est intéressante également. Ici par chez moi, ce sont les humains qui tombent comme des oiseaux du nid… c’est rapide et foudroyant… (enfin, il reste quelques encore « vivants » pour faire la jonction)… annonce d’un nettoyage ? pourquoi pas ?

        • acacia dit :

          Bonjour Françoise, bonjour à tous.

          Peut-être le nid dont tu parles est-il squatté par un coucou ?
          Le coucou est un oiseau qui a des habitudes peu communes dans le règne de ses congénères.
          Quand il trouve un nid plein d’œufs, il en en vire une partie pour y mettre le sien – qui sera couvé par les parents de la nichée. Une fois éclos, le jeune coucou, qui aime ses aises, vire par-dessus bord, dès qu’il en a la force ( mais c’est vite un costaud), les oisillons qui l’entourent. Et s’accapare la part de tous. Il a de qui tenir, programmation ADN garantie.
          Sur wikipedia :
          « On peut distinguer les coucous de l’Ancien Monde (Cuculinae) des coucous du Nouveau Monde (Coccyzinae). Outre leurs différences morphologiques, les seconds se distinguent des premiers par le fait qu’ils construisent des nids fragiles et ne parasitent pas le nid d’autres oiseaux comme le font les coucous de l’Ancien Monde.
          Certaines espèces d’oiseaux régulièrement parasités par des coucous, dont le « petit » devient rapidement plus gros que ses hôtes et réclame sans cesse de la nourriture a ses parents adoptifs après avoir évacué du nid leur véritable progéniture, ont développé une stratégie de défense. Elles consiste a pondre des œufs avec des motifs très variés, parmi lesquels la grossière imitation du coucou est plus facilement reconnaissable. C’est le cas du Prinia modeste (Prinia subflava) qui est la cible du Tisserin coucou (Anomalospiza imberbis). Ils ont appris aussi à mieux repérer les faux pour s’en débarrasser, mais le coucou est lui aussi capable de faire évoluer l’aspect de ses œufs pour mieux tromper le couple d’accueil. »
          Curieux et intéressant de lire que le coucou du Nouveau Monde ne parasite pas les autres espèces, contrairement au coucou de l’Ancien Monde… 🙂

          • Le Passeur dit :

            Je pense que le coucou aurait vidé le nid en une seule fois et puis il ne niche pas sur une maison ou juste à côté…

            • acacia dit :

              Hello Passeur
              Je ne connais pas tout des moeurs du coucou. Loin s’en faut.
              Et naturellement on peut aussi suivre la piste du symbolisme – la plus riche car la plus ouverte.
              En extrême-Orient, par exemple, le fait que la femelle du coucou ponde ses œufs dans d’autres nids est perçu comme un symbole de renoncement au monde, et le signe d’une grande élévation spirituelle.
              En tout état de cause je ne sais donc pas ce qui se passe avec les oisillons du nid dont parle Françoise… et peut-être dix humains auront-ils dix explications à fournir…
              Chacun percevra celle qui lui correspond au moment où il l’a reçoit.
              Et puis… tout change si vite !
              Tu es un Passeur selon mon cœur ! Je te renouvelle ma gratitude pour la constance dont tu fais preuve dans cette part de ton chemin qui nous englobe.

          • graffitique dit :

            Le coucou du Nouveau Monde est peut-être un coucou ascensionné ?
            Ce qui est bizarre c’est que ces jours-ci, va savoir pourquoi, je songeais au coucou et je m’interrogeais précisément sur cet aspect de ses mœurs …

          • François dit :

            Coucou Acacia 🙂 🙂 🙂

  12. Bonjour,
    Je comprends tout-à-fait Passeur votre décision.
    Cela n’empêche pas que je comprends aussi tout-à-fait Jonas puisque moi-même viens de sortir depuis quelques heures d’une période de plusieurs jours pas évident à vivre ; Est-ce dû à des afflux d’énergie ou à d’autres choses, qu’importe. Ce que je sais c’est que nous sommes parfois ballotés et ce n’est réellement pas agréable. C’est pour cela que je comprends Jonas27. Lui qui sait si bien écrire l’expression « Lumi-Ombre », il aurait dû s’apercevoir durant ces jours-ci qu’il n’était pas au centre de la pile aux extrémités de laquelle il y a dans l’une des extrémités le bien/lumière et dans l’autre extrémité le mal/obscur. Qu’il arrête internet pendant 2 à 3 jours, qu’il aille se ressourcer dans la Nature, les pieds dans l’eau de la rivière ou dans celle de l’océan, et je suis sûr qu’il y verra plus clair par la suite.

    Maintenir le cap de l’équilibre (alignement, centrage) sur ou au-dessus de cette barre métallique aux extrémités de laquelle il y a les 2 polarités : d’un côté (+), de l’autre (-), n’est absolument pas aisé à maintenir. C’est pour cela que je comprends tout-à-fait Jonas. Souvent il aura été dans l’équilibre, souvent aussi il aura été dans ce qui paraît être l’aspect positif, or ces jours-ci il aura été noyé dans l’aspect négatif, et c’est compréhensible pour les lecteurs d’être dérangés par cet aspect ci, qui de plus n’apporte absolument rien de constructif sur un site internet tel que celui-ci.

    Travaillant beaucoup sur la question de la 3ème voie, peut-être qu’un jour j’en publierai une série d’articles. Sand & Jenaël m’ont très gentiment répondu. Il faudrait aussi que je demande à Alexandre Moryason l’autorisation de publier certains passages de sa science. Mais pour l’instant, voici, en partie, ce que vient de me communiquer, là aussi très gentiment, la Fondation Omraam Mikhaël Aivanhov lorsque je demande des précisions sur ce qu’est la 3ème loge ou 3ème instance. Cela pourra remettre les neurones d’aplomb à notre ami Jonas.

    Bien à vous tous.

    La Balance cosmique – le nombre 2 – chapitre V

    V

    Dieu par-delà le bien et le mal

    Pour la Science initiatique, nous l’avons vu, le 2 est le résultat de la polarisation du 1, ce qui signifie que ces deux pôles, que l’on considère comme opposés, sont en réalité contenus dans le 1. Nous les nommons masculin et féminin, positif et négatif, mais nous pouvons aussi les nommer le bien et le mal, à condition de bien garder présent à l’esprit qu’ils sont l’expression du 1 qui est Dieu, car ils ont la même origine.

    Une tradition fait de Lucifer, l’archange qui s’est révolté contre Dieu, le frère du Christ. Elle rapporte que lorsque Lucifer fut précipité du haut du ciel, il perdit dans sa chute l’émeraude qui ornait son front, et ce serait dans cette émeraude tombée sur la terre que fut taillée la coupe où Joseph d’Arimathie recueillit le sang de Jésus au moment de la crucifixion. C’est cette coupe qui est devenue le Saint-Graal, symbole qui a joué un très grand rôle dans l’histoire de la chrétienté. Les Initiés qui ont établi cette relation entre Lucifer et le Christ ont voulu nous enseigner que le bien et le mal sont les deux pôles d’une seule et même réalité.

    Notre existence sur la terre est tout entière conditionnée par l’alternance des jours et des nuits. Cela vient, direz-vous, de ce que la terre est ronde et qu’elle tourne sur elle-même. Oui, mais quelle qu’en soit la raison, cette alternance du jour et de la nuit qui règle la vie de toute la nature, règle aussi notre vie physique ainsi que notre vie psychique. Nous ne saurions pas ce qu’est la lumière si les ténèbres n’existaient pas, ni ce que sont la sagesse, la justice, la beauté, la joie, si nous n’étions pas obligés de nous heurter à la sottise, à l’injustice, à la laideur et à la tristesse. C’est dans les comparaisons et les confrontations que se trouve la compréhension. Si les contraires n’existaient pas, nous vivrions dans l’indifférenciation.

    Qu’il y ait la beauté et la laideur, les vertus et les vices, la faiblesse et la force, ce n’est pas cela qui doit tellement nous préoccuper. L’important, c’est d’apprendre à se comporter vis-à-vis des deux pôles de l’unité. Au lieu de cela, les humains ne cessent de se demander pourquoi Dieu permet que le mal existe. Il faut cesser de se poser ce genre de question. Le bien et le mal sont intimement mêlés; entant que pôles complémentaires ils ont des affaires à traiter ensemble, et il est préférable de ne pas vouloir se mettre entre les deux ou tenter de les séparer. C’est comme s’immiscer dans les affaires d’un couple. Quand un homme et une femme sont attachés l’un à l’autre, quelle que soit votre opinion sur leur liaison, ne cherchez pas à les séparer. Et quand ils s’affrontent, ne vous mettez pas non plus entre les deux, tenez-vous à distance.

    Les voitures sur la route circulent les unes dans un sens et les autres dans le sens opposé. Tout va bien si la route est large et si les voitures restent bien alignées sur leur file respective. Ces voitures vont en sens contraire mais peut-on dire qu’une file représente le bien et l’autre le mal ? Non, le mal apparaît s’il n’y a plus de distance suffisante entre les deux files : c’est la collision.

    Dans l’absolu, rien n’est bon et rien n’est mauvais, tout dépend du point de vue auquel on se place. Prenons seulement l’eau et le feu : si on ne sait pas s’en servir, on peut provoquer des inondations et des incendies ; si on sait s’en servir, quelle bénédiction ! Ce qui est mauvais, c’est l’ignorance qui nous empêche de nous servir utilement de l’un ou de l’autre. Ou même de nous servir des deux ensemble, et dans ce cas il faut connaître la bonne distance, sinon le feu sera éteint et l’eau évaporée. Quelquefois, cette distance prend la forme d’une casserole… et c’est ainsi qu’on peut faire bouillir l’eau pour le café !

    Encore un autre exemple. Dans la mesure où notre organisme produit des déchets, on peut voir là une manifestation du mal ; mais dans la mesure où il possède le moyen de les éliminer, où est le mal ? Le mal commence au moment où le système éliminatoire ne fonctionne plus. La santé, ce n’est pas que notre organisme ne produise pas de déchets, mais qu’il possède le moyen de les éliminer. Le bien, le vrai bien, est une coexistence harmonieuse de deux processus contraires. Le bien, le vrai bien, c’est cette Intelligence qui a su concevoir comment les deux processus participeraient à la conservation de la vie. Vous voyez, les réponses aux questions les plus ardues, c’est dans le Livre de la nature que nous les trouverons.

    C’est grâce au mal que le bien est soutenu, et le bien aussi, sans le savoir, aide souvent le mal. Tous deux sont attelés à la roue de la vie et la font tourner. Le mal n’existe pas en soi. Le mal, c’est un bien qu’on n’a pas su comprendre. Même ce qui est le meilleur devient mauvais quand on n’en a pas une bonne compréhension. Par contre, celui qui comprend l’enfer et le diable arrive à les faire servir aux desseins du bien. Il faut savoir se servir des méchants, car ils sont résistants, infatigables. Rien ne marcherait sur la terre s’il n’y avait que des gens de bien. Tout est utile, mais il faut trouver les combinaisons convenables. Ceux qui ne l’ont pas compris passent leur temps à lutter contre ce qu’ils appellent le mal, sans savoir que lorsque le mal se manifeste, le bien se renforce aussi de l’autre côté, et que s’ils arrivaient à supprimer le mal, ils supprimeraient aussi le bien.

    Le mal n’existe que dans le manque de lumière, d’intelligence et de force, qui nous conduit à devenir sa proie. Mais le mal est serviteur de Dieu, il a son rôle à jouer sur la terre et nous devons le comprendre. Avez-vous lu le Livre de Job dans la Bible ? Il y est écrit : « Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l’Éternel et Satan vint aussi au milieu d’eux. » Vous vous rendez compte, Satan est au milieu d’eux ! Il pourrait être derrière, à côté, non, il est au milieu comme s’il occupait le même rang que les esprits de la lumière. Il apparaît donc ici comme un fils de Dieu, c’est même à lui seul que Dieu s’adresse, et quelle conversation !

    « L’Éternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Éternel : De parcourir la terre et de m’y promener. L’Éternel dit à Satan : As-tu remarqué mon serviteur Job ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, craignant Dieu et se détournant du mal. Et Satan répondit à l’Éternel : Est-ce d’une manière désintéressée que Job craint Dieu ? Ne l’as-tu pas protégé lui, sa maison et tout ce qui est à lui. Tu as béni l’œuvre de ses mains et ses troupeaux couvrent le pays. Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient et je suis sûr qu’il te maudit en face. L’Éternel dit à Satan : Voici, tout ce qui lui appartient, je te le livre ; seulement ne porte pas la main sur lui. Et Satan se retira de devant la face de l’Éternel. » La suite du récit montre comment Dieu utilise Satan pour l’évolution, l’élévation de Job. Quant à Satan, il obéit à Dieu, il ne fait que ce que Dieu lui permet. Celui qui a écrit ce texte avait compris que le bien et le mal sont soumis à une instance supérieure, qu’ils sont deux courants attachés au Trône de Dieu.

    Le Trône de Dieu est symbolisé dans l’Arbre séphirotique par la séphira Kéther. La puissance qui règne dans la séphira Kéther dirige l’univers à l’aide de ces deux courants opposés que nous appelons le bien et le mal. Le bien et le mal sont donc comme ses deux mains, et parfois une main frappe l’autre… Le problème du bien et du mal ne pourra jamais être résolu dans le plan physique, car l’origine de ce qui unit ces forces contraires est en haut. En regardant ces forces depuis le plan qui est le nôtre, on voit seulement qu’elles s’opposent, et on ne comprend pas. Notre travail est donc de nous élever jusqu’à cette troisième instance qui sait utiliser les deux autres, dans un but que ces deux autres justement ne connaissent pas. Oui, le bien ne connaît pas tout, et le mal non plus, évidemment. Celui qui connaît tout est au-dessus du bien et du mal. C’est le Seigneur. Alors adressez-vous à Lui et dites-Lui : «Seigneur, Toi qui as créé tant de choses si vastes et si profondes, Tu me vois perdu au milieu d’elles. Je ne peux pas y voir clair à l’aide de mon intelligence limitée. Envoie-moi tes Anges afin qu’ils me disent comment comprendre et comment agir. »

    Celui qui a recours au Seigneur se lie à la troisième instance. Pourquoi la religion ne mentionne-t-elle jamais cette troisième instance ? Elle présente toujours le bien comme l’équivalent de Dieu. Non, le bien comme le mal n’est qu’un serviteur de Dieu. Parce que nous connaissons un peu quelque chose du bien nous croyons connaître Dieu. Mais Dieu est plus que le bien. Je vous le dis, Dieu est au-delà du bien et du mal. De même que la force mentale et la force sexuelle sont la polarisation d’une même force, le bien et le mal ne sont eux aussi que la polarisation d’une même force. Vous direz : « Comment, la force mentale et la force sexuelle ne sont qu’une même force ? C’est la même force qui pousse une brute à se jeter sur une femme pour abuser d’elle et qui inspire les plus hautes œuvres de la pensée ? »1

    Oui. Et si vous dites que cela vous dérange qu’il en soit ainsi, je vous répondrai que le Seigneur n’a pas fait les choses pour nous arranger, Il les a faites pour que nous travaillions.

    Je sens combien il est difficile de me faire comprendre sur ce sujet, car cela bouleverse toutes les conceptions que les humains se font généralement sur le bien et le mal. Ces conceptions, on dirait qu’elles sont inscrites dans leur propre chair, impossible de les déraciner. Mais tant qu’ils ne changeront pas de point de vue, ils ne pourront pas pénétrer dans le Temple de l’Éternel. Or, justement comment figure-t-on l’entrée d’un temple ? Par deux piliers surmontés d’un fronton, et ce fronton fait le lien entre le pilier de droite et le pilier de gauche. Symboliquement, le fronton est la troisième force qui travaille avec les deux. De la même façon notre existence est placée sur deux piliers, et ces deux piliers quoique distincts ne doivent pas être séparés mais dominés par un troisième principe qui fait le lien entre eux. Le fronton est en quelque sorte l’équivalent de Kéther et du pilier central dans l’Arbre séphirotique. On retrouve la même signification dans le bâton du caducée d’Hermès ; même si l’apparence matérielle est différente, le bâton, au centre, joue le même rôle.

    Le mal, c’est de vouloir séparer les polarités, mais on peut dire également que le mal, c’est de vouloir les joindre. Il est tout aussi mauvais de trop les rapprocher que de les séparer ; une certaine distance doit rester entre elles. Le temple s’écroule quand on veut rapprocher les deux piliers et les souder. Et il s’écroule aussi si on les éloigne trop ou si on ne veut conserver que l’un des deux. Un spiritualiste qui veut chasser de lui tout ce qui est inférieur afin d’être absolument lumineux et pur pour se rapprocher de Dieu, attire à lui toutes les catastrophes intérieures et extérieures.

    Les plus grandes tragédies de l’humanité n’ont pas pour origine un mal en soi qui serait venu on ne sait d’où, mais la mauvaise compréhension des humains qui ont décidé d’appeler certaines choses « bien » parce qu’elles les arrangent, et d’autres « mal » parce qu’elles les dérangent. Et comme ce qui arrange les uns dérange souvent les autres, et vice versa, le problème n’est jamais résolu. On ne pourra jamais mettre tout le monde d’accord sur ce que sont réellement le bien et le mal.

    Et de la même façon que le bien n’est pas Dieu Lui-même, les qualités et les vertus n’ont pas une valeur absolue. Combien de gens possèdent de grandes vertus ! Eh oui, mais que font-ils avec? Rien. Tandis que d’autres ont toutes sortes de défauts, mais ils veulent s’améliorer, et en travaillant chaque jour sur eux-mêmes ils deviennent capables d’accomplir de grandes choses. S’ils n’avaient pas ces défauts, ils ne feraient peut-être rien. Mais oui, on a vu des gens réaliser des exploits en travaillant sur leurs défauts, tandis que d’autres, satisfaits de leurs qualités, ne faisaient rien. Eh bien, sachez que le Ciel donne deux centimes de ce que vous êtes, il ne considère que ce que vous réalisez avec ce que vous êtes. Il faut donc, au-dessus, une troisième instance qui sache aussi bien utiliser les défauts que les qualités. Et cette troisième instance existe en nous, c’est notre Moi supérieur.

    Ce qui importe, c’est uniquement le travail que nous faisons sur nous-mêmes pour mettre nos défauts comme nos qualités au service d’un haut idéal. Combien de gens se lamentent sur la nature humaine pécheresse et porteuse des germes du mal ! Mais il n’y a pas à se lamenter, il y a uniquement à travailler. Que ce soit la vanité, l’orgueil, la colère, la jalousie, la sensualité, tous les défauts doivent être mis au travail.2 Voilà le seul bon point de vue, la seule bonne solution.

    C’est le travail qui compte, ne vous occupez pas du reste ; vos qualités, vos défauts, c’est secondaire. Quand vous aurez trouvé quel est le meilleur travail et que vous aurez décidé de vous y consacrer sincèrement, les uns et les autres deviendront vos meilleurs serviteurs. Prenons un exemple très simple. Vous voulez soulever un poids. Toutes les énergies contenues en puissance dans votre corps physique sont là pour vous donner un coup de main : les muscles, le cœur, les poumons et même le cerveau participent à cet acte. Mais si vous n’avez pas le désir de faire quoi que ce soit, tous vos organes sont démobilisés. C’est le travail qui mobilise toutes vos potentialités. Par le travail un criminel peut finir par dépasser en générosité, en patience et en bonté, les hommes les plus vertueux. Tandis que ceux qui sont considérés comme les meilleurs capitulent, parce qu’ils ne pensent pas au travail.

    Alors, je le répète : il faut cesser de se demander pourquoi le Ciel permet que le mal existe. Dites-vous bien que le Ciel permet tout ; et il permet tout parce qu’il utilise tout. Et vous aussi, vous devez comprendre comment utiliser ces deux aspects, le «bien» et le «mal», dans vos travaux, exactement comme le chimiste qui ne rejette rien parce qu’il sait utiliser tous les produits contenus dans son laboratoire, même les poisons, car il faut de tout dans un laboratoire. Le chimiste doit être pour nous un modèle : puisque dans notre laboratoire intérieur nous possédons le pur et l’impur, le lumineux et l’obscur, ce qui nous tire vers le haut et ce qui nous tire vers le bas, il faut que nous apprenions à tout utiliser pour réaliser les desseins de Dieu. Alors, ne détruisez rien en vous, mais remerciez le Ciel de vous avoir créé tel que vous êtes, et travaillez !

    Notes
    1. Cf. De l’homme à Dieu – séphiroth et hiérarchies angéliques, Coll. Izvor n° 236, chap. XVII: « Iésod, Tiphéreth, Kéther : la sublimation de la force sexuelle ».
    2. Cf. Le travail alchimique ou la quête de la perfection, Coll. Izvor n° 221.

    • pierrot dit :

      merci Delta, c’est aussi ce que je vibre.

      • marie christine dit :

        Pour moi, la différence entre le « bien » et le « mal », c’est que le « mal » est provisoire .

        • alain thomas dit :

          Absolument marie.

          Si tu me le permets, je voudrais ajouter ceci :
          Le mal est une fabrication de notre esprit discriminant.
          Fondamentalement, il n’existe nullement, il n’est pas notre nature véritable.

          Notre nature est amour, connaissance et compassion. Ceci est la nature de l’Esprit indivisible.

          Le mal est donc une fabrication.

          Il ne faudrait pas confondre mal et souffrance.
          C’est de la souffrance née de la séparation que le mal a surgi (sauf la souffrance physique qui est une condition de notre existence en tant qu’être humain).

          La souffrance est une vérité relative existant dans le jeu de la vie, pas dans l’absolu de la plénitude.
          Les hommes l’utilisent pour faire du mal ou faire du bien (souffrance devenant bonheur).
          Car dans le jeu de la vie on ne peut pas nier l’existence du mal.
          C’est un choix.

          On ne choisit pas de souffrir mais on choisit de faire du bien ou faire du mal, directement ou indirectement, selon notre niveau de conscience.
          Nous ne faisons pas de mal directement la plupart du temps mais notre conditionnement fait que nous ne sommes pas maîtres de nos pensées et émotions et nous sommes amenés à faire du mal parce que nos choix sont conditionnés par un mental que nous ne maîtrisons pas et que nous fabriquons perpétuellement.

          Le mental, qui est notre personnalité fabriquée, est comparable à un cheval fou qui a perdu son cavalier.

          Dans le jeu de la vie, nous avons la possibilité de prendre conscience du mal que nous faisons (à soi et à autrui) puis nous choisissons.
          Si nous ne prenons pas conscience et si nous ne nous connectons pas à ce qui est fondamental (le Cœur, l’Ethique), nous participons des énergies négatives et nous faisons du mal.

          Par exemple, un homme va violer un enfant, le tuer sauvagement, l’enfant va mourir dans des conditions atroces, les parents sont meurtris durant leur vie entière. Le meurtrier a le choix, sauf s’il n’est pas conscient et qu’il obéit à des pulsions émanées du passé. Le mal est fait.

          La vie obéit à la loi des polarités :
          Froid-chaud, bonté-méchanceté, ouvert-fermé, positif-négatif, bien-mal ….. à l’infini.

          Le mal est provisoire car notre véritable condition est spirituelle… à l’infini
          Ici, nous participons d’un jeu, d’une illusion, nous sommes dans le relatif, nous manifestons la vie. Nous accomplissons.
          La vie, incluse dans la non naissance et la non mort est une expérience limitée à un claquement de doigt dans l’infinité de la Conscience.

          • Merci Alain pour tes explications vraiment claires

          • pierrot dit :

            Le mal comme le bien est provisoire. L’un est relatif à l’autre. C’est de mon point de vue comme une danse.
            Où serait les missions des héros si le bien était omniprésent?

            • alain thomas dit :

              Dans le relatif oui, bien et mal sont dans la loi des polarités.
              Dans l’Absolu, notre véritable nature … immuable, est Amour au-delà de ce que nous, humains, pouvons imaginer.

              Je n’ai aucune preuve de ce que je dis, c’est une Foi profonde, avec sa part d’incertitude liée au mystère et à l’humilité qui en découle.

              Ce n’est qu’un point de vue …

              Par contre, de très nombreux témoignages, notamment de ceux qui ont voyagé hors de leur corps, parlent de cet Amour, de cette Lumière omniprésente …
              Tu le sais pierrot.

              Bien à toi 🙂

              • marie christine dit :

                Alain, ô miracle, je suis d’accord avec toi !

              • pierrot dit :

                OK

                C’est bon signe que tu n’ais aucune preuve car sinon cela reviendrait à chosifier ce que tu décris.

                Je suis d’accord avec toi mais ce dont tu parles ce n’est pas un concept alors que le bien et le mal sont des concepts dépendants de nos conditionnements et valeurs morales.

              • alain thomas dit :

                C’est tout le paradoxe des deux vérités.

                Nous avons du mal à concevoir l’Absolu car nous avons tendance à solidifier ce que nous voyons.

                Tout dans la vérité relative nous pousse à croire que nous existons, indépendamment des autres, alors que dans la réalité absolue, nous n’avons pas d’identité intrinsèque.

                Or, les deux réalités ne sont pas contradictoires mais paradoxales. Nous sommes trompés par le fait que nous croyons en notre identité alors que nous n’existons pas, même si dans la réalité relative, nous sommes bien des individus … uniques même … le temps d’un claquement de doigt seulement (une vie).

                Il y a bien le principe karmique, notre seule véritable identité, qui nous colle au fil de nos renaissances successives, jusqu’à ce que nous cessions de revenir (ici en tout cas).

                Tout ici est concept sauf lorsque nous contemplons ou lorsque nous « sommes ».

                Lorsque nous intellectualisons, jugeons, divisons, séparons, voulons, convainquons, expliquons, débattons … tel que nous le faisons ici à longueur de journée, nous conceptualisons dans un monde, le monde de la forme, ou celle-ci est vide, illusion, projection, tel un mirage ou les reflets de la lune dans l’eau.

                Il reste le mystère … et cette splendeur qu’est la nature … même vide … qui nous dépasse … et que nous ne pouvons expliquer … tête courbée oblige … et l’Unique Certitude … cette Foi profonde … qui impose silence et contemplation.

                Là marie, de nouveau, tu ne vas pas être d’accord et ça me réjouit car tous les deux, nous sommes rencontrés pour évoluer ensemble, dans la contradiction constructive.

                Bien à vous deux

              • pierrot dit :

                Merci pour cette clarification Alain.

        • marie christine dit :

          Alain, je ne peux pas contester ce que je ne connais pas .
          Tu dis :  » nous conceptualisons dans un monde, le monde de la forme, où celle-ci est vide, illusion, projection, tel un mirage ou les reflets de la lune dans l’eau . »
          Des Maîtres spirituels orientaux parlent de cette illusion, je l’ai souvent lu, entendu … mais je n’en ai pas vraiment fait l’expérience . Alors pour moi, ça reste une connaissance mentale qui ne me fait guère avancer …

          • alain thomas dit :

            Oui, comme disait le Bouddha :
            « Ne vous fiez pas à ce que je dis, faites-en vous même l’expérience ! »

            Mais ce n’est pas une connaissance mentale, sinon cela n’aurait aucun intérêt spirituel.

            • marie christine dit :

              Je veux dire que c’est une connaissance mentale pour moi, à priori .
              En fait, j’en fais l’expérience à chaque « déprogrammation » d’un schema émotionnel ou de pensée . C’est après coup, à retardement, que je vois que ce qui me perturbait n’était qu’illusion .
              Je vois l’illusion quand elle est derrière moi, en quelque sorte .

              • alain thomas dit :

                pierrot, quand je lis ce texte, j’ai l’impression de rentrer à la maison.
                En dessous je vois la signature … et je souris.
                Alors j’ai voulu faire un copier collé et je n’y suis pas arrivé.
                Pas important.
                En tout cas, c’est cette méditation là qui ouvre notre cœur … l’attention globale … en une seule saveur.
                Merci pierrot

  13. Margelle dit :

    J’ai l’envie de partager ce conte avec vous tous… je viens juste de le recevoir….
    http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-gueris-maintenant-la-blessure-henri-gougaud-123816335.html

  14. Le Passeur dit :

    Pour info, je prends la décision et je l’assume pleinement de ne pas publier les interminables messages qu’a publiés Jonas cette nuit. Il n’y a là une fois de plus que l’expression cyclique de sa colère et d’un égo régulièrement délirant. Ce n’est pas un jugement, c’est mon constat. J’ai pris la peine de les lire et croyez-moi, les déchiffrer demande une énergie que je n’ai pourtant pas envie d’y consacrer. C’est en tout cas la dernière fois que je le fais.
    Les commentaires sont là pour vos échanges, pas pour devoir supporter les jugements incessants d’un égo spirituel sur chacun de vous. Beaucoup, la majorité, lisent les commentaires sans y participer parce qu’ils y trouvent dans le respect de chacun à la fois un écho et différentes voix de sagesse. C’est pour ça que je les ai proposés dès le début et je ne le regrette pas malgré le fait que je doive les valider plusieurs fois par jours.
    J’espère pour Jonas qu’il comprendra un jour que tout ce dont il accuse autrui, il ne fait que se le dire à lui-même pour en prendre conscience. Et qu’il reviendra dans une phase de lui-même plus apaisée.

    • François dit :

      Merci Passeur et moi aussi je l’espère pour lui.

    • Lisa BDX dit :

      Bonjour Passeur,
      Votre écrit me touche, et encore merci pour le temps et l’énergie que vous nous consacrez,j’hésitais à répondre à Jonas, je n’aurais pu le faire que sous forme d’observation clinique , et non sous forme spirituelle,(qui n’engage que moi )
      Il semblerait qu’il soit en quête d’un père,(en l’occurrence vous)à la fois terrestre et spirituel, besoin qu’il ne peut exprimer actuellement que par la violence de ses propos,peut être par crainte de dévoiler son amour,de par là même une certaine fragilité, engendrant de la vulnérabilité ce qui doit l’effrayer.
      A lire ses commentaires,je crois que son côté immature lui fait « ressentir » que vous remplissez auprès de nous le rôle de père et que nous sommes vos chérubins….
      Fratrie dont il s’exclut lui même, en se complaisant dans le rôle du vilain petit canard……….
      Si vous publiez mon commentaire,Passeur,
      Si Jonas le lit,(j’espère)
      S’il ne connaît pas l’histoire du vilain petit canard, il est bon de lui dire que celui-ci un jour ,est devenu un cygne magnifique……………
      Je souhaite pour lui que ces lignes soient porteuses d’un peu de paix.
      Encore merci Passeur pour votre patience, votre entendement et votre Amour.
      Bonne journée,
      Bien à vous

    • graffitique dit :

      Sage et juste décision : le respect doit être de mise sur tout espace public, a fortiori celui-ci.
      Les propositions publiées ici peuvent être considérées (et éventuellement discutées) sereinement.
      Jonas pourrait d’ailleurs s’impliquer dans la construction de son propre site, par exemple, où il lui serait très facile d’exprimer ses vues, sur les sujets qui lui tiennent à cœur.

    • Margelle dit :

      Merci de nous en avoir informé….. (je suis un peu triste pour Jonas)
      Pour ce qui est de la validation des commentaires, en fait il vous serait possible de le faire moins souvent… j’ai toujours été étonnée de votre régularité… qui d’ailleurs encourage les commentaires… et leur spontanéité.
      Vous avez déjà rappelé quelques « lois » concernant ces commentaires. Je les pense effectivement nécessaires… et nous avons à les respecter. Un minimum de contrainte encourage d’ailleurs toujours la création, c’est totalement connu….
      Merci pour votre offre d’échange qui est effectivement précieuse. De temps en temps des rappels à « l’ordre » (dans le sens du cosmos) est bénéfique. Merci à vous Passeur.

      • Marie-Anne dit :

        Oui, je ressens également tout ce qui a été dit ici avec beaucoup de justesse, par toi, Passeur, et par tous.
        …Et oui, que Jonas profite de cette interruption pour se re-centrer, respirer, et retrouver la paix intérieure trop difficilement atteignable dans l’exaltation et le tumulte extérieur.
        Jonas, tout ce qui précède, de nous tous, ce sont des mots de Paix et d’Amour, c’est tout ce qui compte!

      • marie christine dit :

        Passeur, c’est ton site, et c’est toi qui décides de ce qui peut être bénéfique ou nocif en vibrations . Chaque créateur de site a son objectif, ses motivations, son éthique, sa manière de gérer . Nous sommes des visiteurs . Si j’avais à le faire, je ne sais pas comment je m’y prendrais . Ca ne doit pas être toujours commode .
        Merci de nous avoir informés de ta décision .

    • alain thomas dit :

      Tout arrive à point.
      C’est bon pour Jonas.
      Ce n’est pas facile pour lui mais il est vrai que c’est bon pour lui.
      Puissent ses guides entrer en lui !
      Puisses-tu Jonas te connecter dans la Paix du Cœur ! et « voir » « sentir » « entendre » …
      Avec amour ♥

      • pierrot dit :

        Cela dépend de la nature des guides. C’est toujours le risque qu’on prend quand on utilise des intermédiaires.

        Et si justement ces intermédiaires sont nous-même alors quelle responsabilité dans nos pensées et actes? Plus moyen de donner nos fardeaux à quelqu’un d’extérieur.

        La même analogie pourrait être fait avec notre pire ennemi c’est sans doute pour cela que le Christ disait qu’il y a du mérite à aimer ses ennemis. Ils permettent de nous tester dans notre aptitude à pardonner. Ce n’était pas le rôle de Judas ?

        De toute façon rien n’est important même pas l’amour.

        Car si l’amour était important il serait dans la temporalité et non dans l’instant.

        Bah oui l’important induit un comparatif par rapport à une mémoire, cette notion est donc valable sur une ligne temporelle.

        Par contre de l’amour jaillit la vie, disons qu’il permet au présent de s’exprimer selon mon point de vue bien entendu.

        C’est sympa de pouvoir se passer de tirade ça nous rend intuitif. J’aurais presque le goût d’écrire un bouquin.

        • alain thomas dit :

          pierrot quand on commence à expliquer l’inexplicable , ce qui touche au sacré, c’est comme si nous regardions le soleil.

          « Le sentiment de mystère est le plus beau qu’il nous soit donné d’éprouver. Il est la source de tout art et de toute science véritable. » (Einstein)

          Tu ne trouveras nulle part d’intermédiaire qui soit séparé.

          Tout est manifestation… à l’infini.

          Bien à toi

          • acacia dit :

            « Tu ne trouveras nulle part d’intermédiaire qui soit séparé.
            Tout est manifestation… à l’infini. »

            … merci Alain pour ce grand petit déclic qui m’ouvre sur une belle nouvelle journée ! ♥♥♥

            • alain thomas dit :

              N’oublie pas de sourire du matin au soir et de remercier à chaque inspiration, les yeux grand ouverts !
              Que cette journée te soit bénéfique ainsi qu’à tout ce qui vit autour de toi !
              ♥♥ ♪♫♪ ♥♥

          • pierrot dit :

            Effectivement et cela dépend du représenté de la personne ce qu’elle a besoin de percevoir pour évoluer.
            En ce qui me concerne j’ai une préférence pour le sans forme, l’observation directe.

            • alain thomas dit :

              L’observation directe est une expérience dans laquelle chaque individu a sa propre perception … unique.

              Chaque individu crée son propre univers par sa pensée.

              Même si d’une manière grossière, nous percevons les couleurs de la même façon, dans les subtilités, le monde que nous fabriquons est très différent d’un individu à l’autre, ce qui explique la potentialité infinie de manifestation.

              Le monde du sans forme se perçoit dans la méditation de la nature de l’esprit, là où il n’y a ni sujet, ni objet, ni visualisation. Je rappelle que la visualisation est un concept qui nous entraîne la plupart du temps dans la confortation ou consolidation du dualisme.

              La méditation (contemplation) est le pont entre les deux réalités (relative et absolue).
              Elle fait le lien entre le monde extérieur (projections … matière) et le monde intérieur (nature de l’esprit … esprit).

              C’est par la méditation que nous faisons l’expérience du sans forme, de la vacuité donc mais aussi de la luminosité et de l’interdépendance de tous les phénomènes, animés ou pas.

              C’est l’observation directe, sans fabrication mentale.

              Bien à toi pierrot 🙂

              • Lisa BDX dit :

                Bonjour à tous,
                Alain, les deux dernières » strophes » de ton commentaire me fascinent et m’enjoignent à faire part d’un témoignage/questionnement.
                J’ai la grande chance d’habiter à 50 km de l’océan, et c’est mon endroit favori pour aller me ressourcer quand faire se peut.
                « Mon coin » est difficile d’accès,mais c’est l’effort à fournir pour être seule et en parfaite osmose avec les éléments mer/sable/ciel/vent .
                Je suis donc là assise,savourant la plénitude du moment et me vient à l’esprit une phrase du poète JM de HEREDIA « ….la mer sans fin qui commence où finit l’horizon…. »
                Et c’est là que je me suis sentie comme aimantée dans quelque chose ayant une forme de…un peu comme une spirale ou corne d’abondance, et plus je m’enfonçais, plus je devenais informe et merveilleusement bien,j’étais dans une lumière non pas super lumineuse, juste pâle, chaude et ouatée.
                Je ne pensais plus, je sentais juste que j’étais tout et rien…..
                Combien de temps cela a duré? Je n’en sais rien….
                Toujours est-il , que sur le retour j’étais en pleine « zénitude » avec une folle envie de dire peace and love à tout un chacun (chose que je n’ai pas faite, bienséance d’ici-bas exige).
                Je ne crois pas être rentrée dans ce « processus » de façon volontaire, non, c’est juste arrivé, et je me questionne…….
                Bon dimanche à tous,
                Bien à vous,

              • alain thomas dit :

                Tout d’abord, quelle que soit l’expérience que tu vis, elle n’a rien d’exceptionnel, elle t’informe simplement de ce qu’est ta vraie nature, lumineuse, connaissante et compassionnée.

                Je t’encourage juste à t’asseoir le plus souvent possible, là où cela te convient le mieux, dans la contemplation de ce qui EST pour y trouver la paix intérieure et un aperçu de ce qu’est la Lumière.

                Cela ne t’amènera rien de plus que tu ne sais déjà, juste une vision encore un peu plus profonde de ta propre réalité et du monde qui t’entoure.

                En t’asseyant, tu ouvres la porte entre le sacré et l’animal, établissant un pont entre le ciel et la terre (image).

                Bien à toi

              • Lisa BDX dit :

                merci Alain

    • pierrot dit :

      Pas de souci Passeur.
      Si tu rencontres un homme dans la souffrance, ne le console pas, mais montre lui en quoi il l’a suscitée, puis indique lui le chemin de l’harmonie et laisse le poursuivre son propre chemin.

      • pierrot dit :

        En me projetant, une question me vient:
        Que se passerait-il si demain on n’aurait plus le moyen de passer en mode privé ?
        Que l’on ait accès à toute l’information même celle que l’on n’aime pas, je parle de télépathie ici pas d’internet, qu’on ait comme pas le choix de regarder tout ça.
        Ca ferait un sacré bordel non?
        Peut-être que la réponse serait d’arrêter de projeter et de passer en mode présence.

        • François dit :

          C’est ce que je vis dans ma relation , fini le ‘mode privé’ (on pourrait d’ailleurs se demander « privé  » de quoi ? )
          Et ce n’est le bordel que si l’on se juge et , par conséquent, que l’on aie peur d’être juger pour ce que l’on dit et aussi ce que l’on pense, c’est possible jusque là…. 🙂

        • Margelle dit :

          Oui ! je vote » pour » et suis persuadée que cela est en train de se faire… il est préférable de s’y préparer, parce qu’il y a encore des zones d’ombres… mais petit à petit…. « on » déblaie et qu’est-ce que ça fait du bien ! même si ça fait un peu mal parfois encore !

    • Patricia dit :

      Sage décision Passeur…
      Tu exprimes là, me semble t’il, ta propre maîtrise en sortant du contexte de l’action/réaction afin d’être bien, de rayonner la Lumière, même si l’autre personne se sent mal. Il fallait sortir de cette résonnance. Merci !

      Je me permets d’exprimer ici ce que je ressens pour Jonas, très intelligent miroir, à des périodes différentes, pour certains d’entre nous: Une immense compassion.

      Je suppose que pour survivre au chaos individuel qui se présente, l’enfant fracturé développe, pour continuer à vivre, une formidable volonté de puissance qui le protège de l’effondrement . Seule l’action ( souvent répétition inconsciente de la violence environnementale intégrée et imprégnée) soulage et assouvit, par son moteur très excitant en apparence, ce désir puissant: vouloir dominer et gagner.
      Plus le traumatisme est important, plus l’on est poussé à le surmonter.
      Dominer l’autre est essentiel pour dominer ses peurs ( peur de perdre le contrôle) et recule ainsi, toujours plus loin, le face à face avec soi-même. La compulsion à contrôler les autres sous prétexte de les aider et de les protéger est caractéristique des personnes dépendantes du besoin d’amour…j’ai observé cela de très près en moi pour une moindre mesure, mais surtout chez ma sœur, magnifique et très grande intelligence partie à la dérive.
      Prendre en main sa propre dépendance, si l’on est dépendant bien entendu, est la seule suggestion à donner… avec, comme il est exprimé ici…beaucoup d’amour et une profonde compassion… ce qui revient au même.
      Ce commentaire est naturellement le mien, celui d’une petite taupe, et n’engage que moi…la vérité avec un grand V …je ne la connais pas, bien évidemment !

    • lamagie dit :

      L’acceptation et la permission, paradoxalement , ne veulent pas dire tout permettre et tout accepter.
      Les limites que l’on nous impose ou que l’on s’impose à soi-même sont là pour des prises de conscience. Ce sont les jalons qui nous permettent d’avancer. et cela est souvent difficile à accepter, hormis si l’on en sourit et les considère comme le défis du jeu de notre éveil.
      Sage décision, merci Le Passeur

    • Stéphanie dit :

      Cher Passeur et cher tous,

      Je ne voulais pas entrer (de nouveau) dans ces histoires d’egos, de miroirs et de projections entre toi, Jonas et ceux qui se sentent concernés ici, car cela me fatigue beaucoup.

      Hier soir, j’ai parlé longuement avec Jonas via Skype. J’avoue que j’avais un peu peur de le trouver dans les vibrations que vous évoquez (toi et ceux qui se sont exprimés dans ce sens). Que nous le voulions ou non, nous nous influençons tous les uns les autres avec nos projections. Tous ceux qui me connaissent savent que mes vibrations portent davantage l’empreinte de la lumière que celle de l’ombre (avec laquelle, je ne suis pas du tout à l’aise), même si je porte évidemment ma part d’ombre aussi comme tout le monde.

      Passeur, tu es maître dans ta demeure, par conséquence, tu es libre de censurer qui tu veux pour les raisons qui t’appartiennent. Je souhaiterais simplement attirer votre attention sur les jugements et projections que certains d’entre vous ont émis ici, sans connaitre personnellement la personne qui est mise « à la potence ». Hier soir, j’ai été agréablement surprise par les vibrations de Jonas durant notre conversation, il n’y avait ni colère, ni délire (peut-être quelques traces) … Jonas est un tout parce qu’il sait accueillir toutes les émotions de l’être humain (de l’ombre à la lumière).

      • Le Passeur dit :

        Personne n’est mis à la potence Stéphanie. Mais imagine qu’il y a un sacré décalage entre ce que te dit Jonas et ce qu’il me dit. Si je te publiais ses derniers messages, ce ne sont qu’accusations délirantes, insultes et délires prophétiques. Ca n’a tout simplement pas sa place ici.

        • Stéphanie dit :

          Tu sais Passeur, je ne veux pas discuter sur ta décision que je respecte. Ce n’est pas parce que je suis son amie que je partage sa façon de faire et ses « délires prophétiques ou révélations». J’ai toujours apprécié ton travail ainsi que celui de Sand et Jenael.

          Lui et moi, nous en parlons souvent dans le plus grand respect, sans nous énerver et sans qu’il m’insulte ou insulte qui que ce soit … Ses idées sont aussi pour moi, parfois, difficile à comprendre de prime abord, mais un an ou six mois plus tard, je comprends (intègre) la profondeur (justesse) de son message. Au-delà de son rôle de messager (qui m’intéresse relativement) puisque je ne suis que ma propre voix intérieure, c’est l’entièreté de son être et surtout la beauté de son âme qui me touche.

          Ce qui m’a vraiment dérangé ici, c’est le fait que certaines personnes qui écrivent de très beaux messages sur la lumière et sur l’amour, se laissent aller ensuite à des jugements, des « analyses cliniques et psy », des chasses aux sorcières, retournent leurs vestes comme tourne le vent sans connaitre réellement la personne. Je reste sans voix (profondément déçue de nos éternelles incohérences) … et je me dis encore une fois, il a accompli son rôle celui de mettre nos ombres en lumière.

          • pierrot dit :

            Stéphanie,
            chacun fait au meilleur de ses perceptions et de son niveau de compréhension.

            On peut au moins dire que les points de vue de chacun sont différents.

            Après les amis d’aujourd’hui peuvent être les ennemis de demain et vice versa.

            Rien n’est permanent dans ces notions duelles alors sourions de nos erreurs et pardonnons nous car on ne sait pas grand chose.

            Essai Erreur Evolution.

            On n’est pas maître de ce qui arrive mais on est maître de notre interprétation de ce qui arrive.

            • Stéphanie dit :

              Merci Pierrot pour ta grande sagesse. Oui, dans ce monde duel tout est impermanent et en mouvement.

              • pierrot dit :

                En passant aujourd’hui c’est la journée nationale des autochtones relié au solstice d’été et une pétition est en route pour demander au Canada que ce soit une fête, un jour férié comme le 24 juin pour le Québec et le 01 Juillet pour le Canada.

                J’ai donc participé à l’événement (prochainement sur mon blog) en ayant une pensée pour Jonas.

          • acacia dit :

            Stéphanie,
            Je comprends bien, crois-moi, à quel point il peut être pénible, dans un premier temps, de voir quelqu’un qu’on aime confronté aux effets dévastateurs provoqués par ses propres paroles.
            Mais chacun ici parle à tous. C’est le principe des commentaires publiés. Et je me sens le droit de dire non à qui arrive en brandissant un chalumeau. Je ne crois pas qu’il s’agisse d’un manque de lumière ou d’amour vers autrui. Juste mon droit d’exprimer un désaccord ponctuel sur une expression ponctuelle. Je n’ai pas toujours su le faire. Il m’en a coûté bien des déboires jusqu’à ce que cette leçon là porte enfin ses fruits : j’ai le droit de dire stop.
            Quant à la maladresse que je peux manifester dans certains de mes propos – je dis « je », peut-être pourrais-je dire « nous », mais je ne saurais parler qu’en mon nom -, elle résulte de tentatives de compréhension. Pas des mises au bûcher de qui que ce soit. C’est en tout cas ce que j’ai lu dans la plupart des réponses.
            Mais il est certain qu’en tant qu’être qui essaie de s’ouvrir de mieux en mieux à l’Amour… j’ai encore bien des clés à trouver 🙂 , merci de me le rappeler.
            Pour toi, pour tous, une très lumineuse journée ♥♥♥

            • Stéphanie dit :

              Je te remercie Acacia pour ta sincérité. Ta réponse m’a beaucoup touché … Entre nous le miroir est très puissant. Je partage tes vibrations et ta quête vers l’Amour Inconditionnel, tout comme toi, je ne suis pas à l’aise dans les basses vibrations, j’aime l’harmonie, la beauté, et la douceur. Je sais à quel point il est difficile pour des personnes comme toi et moi, de s’affirmer en disant non et par la même occasion descendre dans ces mêmes basses vibrations.

              En ce qui me concerne, j’ai bien écrit mes réponses au Passeur sous l’effet de la colère et de l’indignation. Je ne renie rien de ce j’ai écrit sous l’emprise de mes émotions, ce que je veux dire, c’est qu’ensuite je me rends compte que c’est bien mon ego (avec ses filtres et ses blessures) qui me pousse à agir de la sorte, ce qui me fait automatiquement sortir du Cœur. Il en découle ensuite un sentiment de culpabilité que je ressens aussi en te lisant (en toi) puisque tu t’es sentie concernée par mon message qui pourtant ne t’étais pas personnellement adressé. Je ne pensais pas à toi en l’écrivant.

              Tout cela pour te dire, que mon ami Jonas m’aide, par son acceptation du Tout, à me pardonner et à intégrer cette partie d’ombre que je porte et que je préfère ignorer.

              Bien à toi.

              • Lisa BDX dit :

                Acacia, Stéphanie,
                Touchants l’Amour et l’Humilité qui ressortent de votre échange .
                Bien à vous

              • Margelle dit :

                Pour ma part, Stéphanie, sans remettre en cause ce que tu dis, j’ai le ressenti que ce qui a été écrit, en réponse à Jonas, ne répondait qu’en infime partie à ce que propose Jonas…. et que c’est ce que tu as ressenti… d’ailleurs je n’ai pas ressenti de colère dans tes propos, juste une grande tristesse. Je nous sens très loin de la totalité… et c’est à reconnaître, si c’est vrai… Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas lieu de « recadrer » quand cela est souhaitable pour nous… juste reconnaître que c’est ainsi, et que cela peut nous aider à voir plus large…. j’y aspire à l’océan ! Et si nous pouvions sortir de la « bonne » conscience… à qui il manque l’autre part…. nécessaire, bien qu’incomplète. Toute l’incomplétude du monde !

              • acacia dit :

                Stéphanie
                Je te remercie pour cette réponse, elle me va droit au cœur…
                Si tu permets je soulignerai une phrase :
                « s’affirmer en disant non et par la même occasion descendre dans ces mêmes basses vibrations ».
                Quand je dis non à bon escient ( je veux dire pour préserver mon intégrité d’âme et d’esprit ), je ressens une nette et instantanée montée en vibrations.
                Mais quand je dis non et que je ressens une lourdeur d’âme, alors là, oui, je sais tout de suite que ce non-là n’était pas la bonne voie.
                Par ailleurs, quand il arrive qu’on agisse sous l’emprise d’une émotion, il n’y a pas à culpabiliser. Le seul fait de s’en être rendu compte est une belle avancée sur la compréhension de nous-même. Il y a donc lieu de s’en féliciter, car c’est un réel encouragement que cette prise de conscience. C’est du moins ainsi que je vois les choses , – je dois dire que j’ai beaucoup perdu en sévérité à mon égard… 🙂 et beaucoup gagné en détente. Et c’est dans cette détente que, pour moi, l’accueil peut se permettre d’apparaître.
                Alors, Stéphanie-la–douce, accueille sereinement en toi les expressions de la vie. Même celles qui se manifestent d’une façon qui déplaît à l’idée que tu te fais peut-être du rôle qui serait le tien dans une voie d’éveil, celles de la colère ou de l’indignation. Laisse-les passer. Elles ne sont qu’une des formes innombrables que La Vie prend en nous. Il n’y a là rien de grave, rien de définitif, rien qui mérite qu’on s’y oppose en force – ce serait de toute manière peine perdue. Seul l’accueil. Dans l’amour de soi.
                Je te remercie de m’avoir donné l’occasion d’exprimer ceci.
                Tendresse ♥♥♥

              • Stéphanie dit :

                Merci Margelle pour ta sagacité qui est vraiment merveilleuse ! Je suis d’accord avec toi, en particulier, au sujet de ma « grande tristesse » qui me colle un peu trop à la peau (à mon goût), puisque c’est ce que mes « vieilles mémoires » vibrent. Les messages de Sand et Jenael me parlent puisqu’ils enseignent la voie de la libération de ses « vieilles mémoires » que la plupart des humains ignorent, et qui pourtant conditionnent nos vies au quotidien.

          • Cécile dit :

            Stéphanie, ma soeur,
            Même si on a pris une certaine distance avec les anayses psy, ce qui est mon cas, il reste quelques bases à mon sens incontournables.
            Parmi ces « bases incontournables », en voici une : en tant qu’individus, nous évoluons avec des modèles de références paternel et maternel.
            Que le Passeur soit une figure paternelle pour Jonas me semble une évidence. Que tu sois – par ta douceur féminine, tes immenses qualités de cœur et ta formidable capacité d’accueil de l’autre – une figure maternelle pour Jonas me semble aussi très clair.
            A partir de là, et vue l’histoire personnelle de Jonas, comment s’étonner qu’il ne vous manifeste pas, au Passeur et à toi, les mêmes vibrations ?
            Concernant la « mise à la potence » et la « chasse au sorcière » dont Jonas est selon toi la victime, je t’invite à regarder en toi quelles mémoires cela réveille dans ton parcours d’âme individuée.
            (Et si c’est le cas, si Jonas s’est réellement mis dans la situation de la sorcière que l’on veut faire taire, peut-être a-t-il lui aussi des choses à regarder en face dans ses mémoires antérieures/parallèles ?)
            Bien sûr ce n’est que mon point de vue, forcément biaisé par mon filtre personnel… mais tu sais combien il résonne avec ton parcours.
            Avec tout mon amour,

          • Salvia dit :

            Bonjour Stéphanie,
            j’hésitais à me mêler à ces échanges, mais devant ta souffrance réelle je te dis toute ma compassion. Tes paroles sont autant de cris du coeur. Si tu ne l’as pas fait, lis le petit texte que j’ai posté le 19 en bas des commentaires. C’est une traduction d’un texte en allemand et ne reflète que approximativement la profondeur de pensée de l’auteur. Konstantin Wecker l’a mis en musique. La voici:
            http://www.youtube.com/watch?v=Nvw7W5MGP80
            Que la paix soit dans ton coeur et dans celui de tous les commentateurs 🙂 ♥

          • Margelle dit :

            Stéphanie, j’y vais de ma petite musique. Je comprends si bien ton ressenti, et c’est vrai que nos « évaluations » « estimations » sont et risquent d’être encore longtemps tronquées, partielles… elles me font souffrir tout comme toi. Mais je crois, je ressens, que pour moi la plus belle attitude à avoir est la CONFIANCE. Confiance en Jonas, avec ses belles vibrations, si fortes… qui le dépassent parfois, et que les indications données ici et là peuvent aider à intégrer. Cela demande un peu d’humilité, mais je crois qu’il en a pas mal… Je crois qu’il est un détonnant explosif de TOUT…. difficile à gérer, et tu l’as senti… comme moi… Il en fait le chemin au travers de ses excès, et les réponses sont nécessaires… même imparfaites, elles ont le mérite d’exister. Jonas a un potentiel immense, il a à en prendre totalement possession (le mot ne doit pas être exact)… le reste non plus d’ailleurs mais tant pis ! 🙂 Et tu es là pour partager l’accompagner, et cela tu le fais parfaitement.
            Tu as raison quand tu dis qu’il nous révèle nos ombres, si nous voulons bien les voir, mais je pense que pour la plupart nous le faisons « un peu ! » 🙂 Et nous avons à ressentir ce qui se passe en nous… dans sa totalité… pour ma part c’est partiel…
            ♥♥♥

            • Margelle dit :

              J’ai encore un problème avec les « codes » qui n’arrêtent pas le topo… concernait juste la phrase : « le reste non plus d’ailleurs mais tant pis !  » !!!! ah mais !!!! (voyons comment ça sort !)

      • alain thomas dit :

        Stéphanie ce qui arrive est toujours juste, cela arrive à point.
        Pour Jonas, c’est un palier, un enseignement donc … qui le fait évoluer.
        Rien ne sert de figer puisque tout change !
        Tu sais bien que Jonas est dans la famille et qu’il reviendra quand ce sera le moment.
        Il ne sait pas encore quand et personne ne le sait, quelle importance, son énergie est toujours présente, on a besoin d’elle, il a besoin de la nôtre, nous sommes tous liés.
        Le Passeur vit cette expérience lui-même, c’est bon pour lui. C’est bon pour toi aussi Stéphanie, petite sœur au cœur pur, fais ce que tu as à faire, dis ce que tu as à dire, ne fige pas, c’est tout !
        Le mouvement est permanent, aujourd’hui il pleut, demain le soleil donne.
        Ta fraicheur est incomparable.
        J’en profite pour saluer le petit Jonas, le frère d’âme, le petit garçon, l’enfant, l’oisillon.
        Je le prends dans mes bras même, lâche-toi Jonas ! ♥♥♥

        Une connaissance, numérologue émérite, conférencière, musicienne a écrit ceci s’agissant des énergies de ce mois de juin … si particulier et aujourd’hui encore plus, nous sommes au solstice d’été :

        « JUIN est un mois 22/4, une énergie de maître-nombre prometteuse mais qui exige le « passage » par le 4, initiatique pour certains…
        Temps pour mettre de l’ordre dans nos pensées et notre vie, pour poser des bases, des fondations nouvelles, pour mieux organiser notre temps (sortir de son esclavage) juste déjà en le pensant différemment, c’est le moment de faire les premiers pas vers un affranchissement de nos emprisonnements.
        Actuellement la notion de temps change, nous le remarquons tous, aussi longtemps que nous restons dans l’ancien mode, dans l’ancienne structure et ancienne croyance, nous nous sentons de plus en plus à l’étroit. Ce moule du temps ne correspond plus à la réalité de notre époque, nous avons donc à mettre nos pendules à l’heure. Le mode d’emploi est propre à chacun mais le point indispensable est de conscientiser que nous pouvons devenir plus libres dans ces 24 heures que nous croyons immuables.
        Ce 4 va donc d’une part nous demander la structure, l’organisation, la mise en forme et d’autre part il va nous proposer de nous penser libres à l’ intérieur de nos repères terrestres, temps, corps, matière, quotidien.
        Seul ce chemin nous ouvrira les portes du 22 , l’énergie du Bâtisseur, qui permet la mise en place ou en forme d’un grand projet, en quelque domaine que ce soit, pourvu, et c’est sa condition, que ce projet soit tourné vers un meilleur pour les autres, la société, un petit groupe comme l’humanité, un projet qui tienne compte de la dimension humaine voire humaniste, un projet qui fasse du bien à l’humain, qui fasse passer un peu ou beaucoup du meilleur qui est en chacun de nous. »

        Bien à toi Stéphanie

  15. Moonlight dit :

    Namasté,

    Merci à tous et toutes de me révéler à moi-m’aime,

    Paix-Douceur-Lumière,

    In Lakesh.

  16. graffitique dit :

    Ce texte est magnifique de franchise etde courage, puissant par ce qu’il suscite.
    Il ne me semble pas sans rapport avec la « théorie de la double causalité » que le physicien P. Guillemant a proposé, d’ailleurs à titre purement spéculatif.
    Pour rappel il s’efforce notamment d’explorer et modéliser certains phénomènes comme les synchronicités, avec la double focalisation de la foi et de l’esprit scientifique.
    En ce sens toute proposition est bienvenue dans le sens de l’exploration, de l’émulation etc., pourvu qu’on ne s’attache à aucune forme exclusive – croyance ou système – qui nécroserait immanquablement toute dynamique subtile de vie, de caractère essentiellement non causale.
    Je me le relirai, tout comme « la voie chamanique du guerrier ».

  17. alain thomas dit :

    Le mystère de la vie reste entier, ne l’oublions jamais … question d’humilité.

    Nous avons choisi de nous (ré) incarner.
    Peut-être avions-nous le choix de ne pas le faire !
    Pour certains, errent-ils encore dans les bardos (entre la vie et la mort) ?
    Pour d’autres, se précipitent-il autour des matrices pour tenter la réincarnation !?
    Enfin pour d’autres encore, ont-ils choisi de redescendre pour aider ceux en difficulté afin de leur ouvrir les brèches vers la Liberté ?
    Nous ne savons pas, tant que nous avons accepté de vivre notre ignorance en tant qu’être humain.
    Alors une part de nous est relié à la terre et une part est reliée à la Conscience Universelle (on peut la dénommer autrement).

    Nous pouvons à la fois vivre pleinement nos émotions par nos sens en appréciant ou pas les circonstances et les évènements de notre vie. Nous pouvons également nous connecter à ce qu’il y a de plus élevé ou de plus profond en nous (l’ange en soi) et faire vivre communément l’animal et l’ange, tous deux confondus dans l’UN… non séparés.

    Comment nous connecter au divin en soi ?
    Chaque être humain, de quelque nature qu’il soit, a cette capacité à se connecter avec son Soi (supérieur ou profond … je préfère employer le mot profond parce qu’il n’y a pas de notion de haut ou de bas, de taille ou de dimension. La profondeur est sans limite, quel que soit le sens où on l’oriente, elle permet à l’infiniment grand et l’infiniment petit de se rejoindre en un seul point).
    C’est une pratique d’attention, de vigilance, d’apaisement, d’ouverture…
    Lorsque l’on parvient à faire taire son mental, non pas à rejeter les pensées (ce n’est pas la même chose), justement en laissant passer les pensées, sans les saisir, nous ouvrons en grand notre cœur (chakra). Ainsi, l’esprit de Sagesse s’infiltre partout en nous sous forme d’intuitions. Plus rien ne nous appartient en propre. Nous devenons canal et sommes connectés à notre propre dimension dite supérieure (l’ange en nous relié lui-même au divin).
    Chaque être humain sur cette terre est capable de cela. Ce n’est pas un miracle ou une magie. C’est une pratique qui nous reconnecte avec notre vraie nature sacrée.
    Tout devient possible pour chacun.

    Nous pouvons demander. Nous demandons à nous-mêmes ceci ou cela.
    Si nous demandons tout et n’importe quoi à longueur de journée, sans prendre la peine de nous connecter préalablement, cela ne marche pas. Ça se saurait évidemment.
    Alors, nous ne pouvons pas demander de gagner au loto par exemple. Nous ne pouvons pas non plus demander à notre chien de parler ou à notre chat d’aller faire la vaisselle.
    Nous demandons grâce, pour soi et pour les autres, ponctuellement, lorsque la demande est motivée par une belle intention. Tout est alors possible sans qu’il soit besoin de parler de miracle, juste de ce qui est juste et bénéfique.

    Il n’y a pas d’effort à fournir pour lever le voile de son ignorance. C’est simplement une prise de conscience et une capacité à se connecter à ce qu’il y a de plus profond en soi ou pour d’autres de plus élevé : l’ange.
    L’ange, c’est le Cœur ouvert, c’est l’enfant, l’éthique pure, naturelle, sans artifice ni fabrication.
    Juste être, sans projet ni but, ni attente, le visage rayonnant de sourire et de rire, être attentif, à l’écoute, ouvert, spacieux, clair, disponible. C’est tout. Ça suffit. C’EST.

    C’est difficile d’apprendre à penser différemment parce qu’inlassablement, il y a rémanence par le conditionnement dans lequel nous sommes. Notre karma oblige sans cesse à être vigilant. Nous ne sommes pas maîtres de nos pensées. Elles viennent comme des voleurs surgissant de l’ombre. Elles nous rappellent à nos vieux schémas répétitifs donc.
    Penser différemment passe par une pratique de prise de conscience et d’ouverture du cœur. Être attentif, vigilant, détendu, ouvert…

    La Conscience Supérieure n’est pas une entité séparée de la Conscience Inférieure. Elle est une dimension élevée de nous-mêmes lorsque nous sommes ouverts et une dimension étroite de nous-mêmes lorsque nous sommes fermés.
    Equilibrer l’ange et l’animal en nous est une façon d’équilibrer le vouloir et l’acceptation, la matière et l’esprit.

    Pour nous libérer de toutes les souffrances, il faut sortir de son corps car la souffrance est une condition naturelle. Il est possible de l’accepter mais nous ne pouvons pas la rejeter, elle est intégrée dans le jeu de la vie. Nous pouvons la transformer lorsque qu’elle est d’ordre moral ou psychologique. Nous pouvons l’atténuer dans la pratique lorsqu’elle est d’ordre physique. Mais nous ne pouvons pas l’éliminer. Beaucoup ont tenté en s’immolant par le feu. Ça ne marche pas.

    S’il est une dimension où il n’y a plus de riches et de pauvres, ni maîtres ni disciples, tant mieux mais ce n’est pas ce qu’il se passe dans ce monde où il n’est pas possible d’exclure quoi que ce soit, chacun participe de l’évolution de la Conscience.
    S’il est une dimension où il n’y a plus de couple et de famille et où chacun est amené à retrouver son androgynie, je ne comprends pas trop ce que cela signifie, il faudrait là approfondir et ne pas confondre des termes comme androgyne ou hermaphrodite.
    Si nous sommes d’accord pour dire qu’aujourd’hui, la réalité du jeu de la vie impose la différence des genres, ne serait-ce que pour la survie de l’humanité, il n’est pas impossible d’imaginer dans notre évolution des changements de toutes sortes mais qu’en savons-nous réellement aujourd’hui ?

    • SPOT dit :

      Merci passeur, et à vous tous,
      Alain tomas,
      Il me semble aussi que l’humilité est une liberté qu’il ne faut pas dénaturer
      Devant notre innocence, comment s’extraire d’un rêve qui conceptualise AUSSI le rêveur, c’est un peu comme si on voulait marcher sur l’ombre des traces résiduelles de la conscience collective de ceux qui nous ont précédés.

      « Toute conscience est conscience de quelque chose »

      La perception ne livre pas son essence à une saisie immédiate, elle est ensevelie sous des couches de sédiments ultérieures, et elle doit retrouver une corrélation avec la notion de spontanéité, (le tout) par un travail d’investigation comparable à celui de l’archéologie) »

      (((((Maurice Merleau PONTY))))

      http://www.youtube.com/watch?v=wB97LFJn7KA#t=332

      • pierrot dit :

        Et si il n’y avait rien à saisir mais tout à expérimenter ?
        Quand je trouve une belle fleur dans le pré et que je la coupe pour l’amener chez moi que se passe-t-il ?

        • SPOT dit :

          hé bien il se passe cela,,,S’engager dans la spiritualité, c’est prendre conscience que celui qui dit « je fais » est une illusion.
          Les actions sont les résultantes de la somme des conditionnements enregistrés dans un organisme psychophysique.
          En plus, cet organisme n’est même pas séparé de la Totalité !
          Il n’a donc jamais cessé d’interagir avec la Totalité, d’en faire partie.
          Bref, il n’y a que la Totalité qui agisse.
          Où est le « je » acteur, dans tout ça ?
          Nulle part ! Vous l’avez inventé. Comme un personnage de roman.
          Aussi, cessez de croire votre personnage-ego capable de se dissoudre lui-même.
          Cessez de chercher des « modes d’emploi » ou des exercices dits « spirituels », dans l’espoir de trouver un moyen permettant à votre ego de garder le contrôle, y compris sur sa propre disparition et sur l’éveil.
          Restez plutôt tranquille !
          Prenez tout d’abord conscience que, puisque votre conception d’un « je » autonome est illusoire, votre ego s’avèrera toujours incapable, quoi qu’il fasse, d’atteindre l’éveil.
          Ensuite, comprenez que l’éveil que vous cherchez est l’état naturel de votre conscience, déjà en ce moment même… et qu’il est complètement idiot de chercher ce qui est déjà là.
          Cessez donc d’utiliser l’outil mental. Il a exclusivement été créé pour chercher. Ce n’est donc pas son rôle de révéler ce qui est déjà là.
          Vous verrez qu’au moment même où cet outil mental cessera de chercher, l’éveil, qui a toujours été là, se révèlera.
          Que faut-il donc faire ?
          Vous déshabituer du reflexe mental de chercher.
          L’effort consiste à ne pas faire d’effort !

          ((( BERNARD KLEIN )))

        • Chantal dit :

          Pierrot, fais comme le petit prince de St Ex, regarde pousser la fleur en l’admirant, ne la coupe pas, bien qu’éphémère, elle s’offrira aux regards des passants qui eux ne pourront plus l’admirer si tu lui prends sa vie, conscientisons-nous au travers de toute la nature, c’est un geste que j’ai fait souvent avant de prendre conscience de cela. Cordialement.

      • alain thomas dit :

        Je n’ai pas trop compris ce que tu as voulu me dire exactement SPOT, si tu pouvais me préciser … avec des mots simples.
        Merci et bien à toi.

        • SPOT dit :

          (MARGELLE) (ALAIN TOMAS),
          Le commentaire de BERNARD KLEIN commence après (eh bien il se passe cela,)
          Je ne peux pas usurper la clarté de ((BK)) il en va de même pour les évènements de mon histoire où le mode pensée de ma présence est à mon sens, qu’un aspect sensoriel gisant sur le linceul de ma mémoire.
          L’extérieur nous apparait palpable, et pourtant, il ressemble de plus en plus à un seuil intimement lié à notre intimité, et là je rejoins ((SAND et JENAEL)
          Il y a ces moments furtifs où le trouble s’installe comme pour signaler la présence d’un sentiment douloureux sans cause apparente, la forme indicible d’un messager qui shunte l’inertie du mental ego.
          ALAIN TOMAS,
          L’essentiel est bien dans la profondeur insondable, entre la pensée et l’oubli,
          Il y a me semble-t-il quelque chose qui nous appartient et qui se construit dans un autre espace-temps, quelque chose que l’on peut nommer Consciousness, et qui s’enrichit de nos de nos faux pas.
          Pour répondre sans détour à ta question ;
          J’ai vraiment apprécié ton commentaire, et ne sachant l’exprimer dans un premier temps, j’utilise ce recul pour pouvoir le faire.
          Merci à vous deux.

          • alain thomas dit :

            Entre la pensée et l’oubli se trouve le mystère.

            La seule chose qui donne l’illusion d’exister est ce que nous fabriquons mentalement. C’est le lego de l’égo.

            Ce que tu appelles faux pas sont une manifestation de la vie.

            Bien à toi

  18. Marie-Anne dit :

    Merci, Passeur;
    et merci à Sand et Jenaël; merci à notre Conscience Supérieure, et merci à l’Humain que nous sommes!

  19. pierrot dit :

    ‘Il nous a d’abord fallut apprendre à penser différemment puisque nous savons pertinemment que nous sommes ce que nous pensons de nous-même, et que nous devenons demain ce que nous pensons aujourd’hui.’
    Et bien ce n’est pas la paragraphe qui a ma préférence.
    Disons que j’expérimente la joie sans pensée alors difficile de le comprendre avec mon ressenti.

    Pour le reste je ne peux qu’être en accord vu que cela m’est aussi arrivé.
    Et c’est toute la différence entre comprendre un texte et le vivre.

    Quand on le vit on n’a pas besoin de l’approbation ou la désapprobation de l’autre, c’est comme une évidence.

    Après si il y a une divergence d »opinion entre l’autre et moi et bien je me pose cette toute petite question.
    L’importance que l’on se donne vaut-elle la peine d’être défendu ?

    Dis autrement est-ce que l’important c’est d’avoir raison ou d’être en paix ?

    Dis encore autrement est-ce que notre importance vient de notre intérieur ?

    Dis encore autrement …

  20. Patricia dit :

    Merciiiiiiiiiiii! à Sand et Jenaël,
    Merci Le Passeur ! Merci à Tous pour Notre Présence !

    Il n’y a pas de hasard !
    « …il faut aimer l’ Univers pour le comprendre; et pour aimer l’Univers il faut s’aimer soi-même; et avoir l’humilité de s’aimer les uns les autres… » Frank Hatem

    http://bcove.me/3rnr6bpb

    Désolée pour la vidéo qui manifeste quelques interruptions !

  21. François dit :

    Merci à tous ces Êtres qui savent transmettre ou re-transmettre les ‘choses’ de la Vie de façon aussi limpide, simple et aimante. ♥

    Jusqu’à 30 ans je pensais , disais « je ne pourrai être heureux sur ce monde (qui n’est pas le mien) que lorsque tout le monde sera heureux. Lorsque cessera toute guerre, tout abus, toute malveillance ».
    J’ignorais alors l’existence même de la porte.

    De 30 à 40 je découvrais avec plus ou moins de peines et/ou de plaisirs, plus ou moins d’acceptation que le bonheur de vivre dépendait de chacun et que nous avions toutes et tous non seulement la conscience mais également les outils pour nous découvrir, nous accepter, nous aimer et enfin devenir créateurs de nos vies dans cette expérience incroyablement merveilleuse qu’est la vie humaine en incarnation. Je n’y ai découvert, à l’époque, qu’une condition (sine-qua-none) qui englobe le courage , l’honnêteté vis-à-vis de soi-même, la détermination et l’engagement et enfin une ouverture d’esprit maximum. J’ai vu la porte de loin.

    De 40 à 45 je suis passé par des phases extrêmes allant de la vibration subtile d’une grande intensité avec une clarté révélatrice de qui je suis en potentiel sachant que je n’exploitais pas encore totalement cette potentialité et des phases de profondes ‘descentes’ dans mes marécages, dans mes basses vibrations auto-destructrices , comme une nostalgie de la souffrances de ma et de mes vies passées. Le yo-yo cosmique à l’œuvre! Re-confirmer mon choix en conscience, me battre contre mes illusions, les nourrir, puis accepter de me laisser mourir, de renaître, de mourir encore etc. De m’alléger de mes vieilles valises karmiques et émotionnelles. La tempête au cœur même du cyclone, le tsunami au sein de la tornade. Allant du merveilleux à la désespérance en un clin d’œil (ou clin Dieu comme dirait Jade) Ce fût la période du choix à ré-affirmer encore et encore mon potentiel, ma détermination, ma Foi !
    J’ai mis la main sur la poignée de la porte.

    Ces 10 dernières années ont été et sont celles des révélations de mon potentiel de créateur dans ma pleine, entière et magique potentialité. L’Amour que je me porte me transporte vers ma Lumière. La magie opère, les synchronicités que je crée sont assumées, vécues, intégrées, partagées, vibrées et rendues à l’Univers en toute quiétude, dans le simple bonheur d’une Joie qui m’habite, me nourrit et m’emporte au delà de mon imagination pourtant riche. Je vis cette abondance sereine et je sais que la Vie m’aime, me câline, veille sur moi avec bienveillance et me sourit en permanence. Elle a le sourire de l’Enfant, pur, désintéressé et tellement prenant et intense.
    Je suis sur le seuil de la porte et je regarde devant moi. Et c’est Beau !

    • acacia dit :

      😀
      Merveillleux, François… je pourrais même ne pas mettre de virgule et dire
      « merveilleux François » !
      D’autant que je témoigne que ce que tu nous écris là est l’exact reflet de l’Etre que j’ai découvert en toi. ♥♥♥

    • Margelle dit :

      Très beau, François…. tu parles de tout le chemin, qui dialogue avec celui de Sand et Jenaël… avec une très belle intensité… dépouillée… et c’est beau !

      • marie christine dit :

        François, ta joie rayonne, se communique, pénètre et agit en profondeur partout autour de toi . Tu as la joie généreuse !

    • Stéphanie dit :

      Merci François pour ton témoignage qui touche mon cœur … Je le trouve très inspirant !

    • Marie-Anne dit :

      ❤️ à toi aussi, François! Merci pour ta Joie, et merci pour ton Sourire à la beauté!

    • alain thomas dit :

      Joli parcours de vie François, parcours du combattant, du guerrier de l’Amour.
      Tout a été noble dans tes interrogations et je souhaite que tu ne cesses encore et encore d’évoluer, de créer donc, de « courir » et « courir » pour ce à quoi tu aspires le plus … la Paix et la Joie pour disséminer la grande Lumière et la rayonner partout ou TU ES….
      AMOUR ♥

    • François dit :

      Merci à vous Tous beaux miroirs…. ♥

    • Cécile dit :

      Et je peux témoigner, François, que tu rayonnes cette magie, en toi et autour de toi. Magie de transformation, de transmutation intérieure si intense que l’on n’en perçoit pas immédiatement les effets tant ils sont profonds et vastes. Merci à toi d’avoir croisé mon chemin.
      Quant à ce texte de Sand et Jénaël, une fois de plus il est en total alignement avec ce qu’il m’est donné de vivre. Hier j’ai vécu une expérience très forte, qui est de l’ordre de ce « reset » de mes programmes… et ce matin je lis cet enseignement de l’Ange de Sand et Jénaël.
      Tout comme l’Ange de Sand et Jénaël, mes guides m’ont également dit que j’aurais besoin d’une mise au repos, d’une période d’intégration du nouveau programme, non pas de trois jours mais de trois semaines. Je présume que ce chiffre trois a une valeur symbolique.
      Enfin, pour l’anecdote, l’analogie entre ma voiture et mon véhicule humain (physique, émotionnel, mental et spirituel) n’a jamais été aussi pertinente. Alors que je suis déstabilisée par la perspective d’annoncer à ma famille un changement de direction radical dans mon parcours, changement qui concerne l’aspect intuitif de mon expérience, le clignotant gauche de ma voiture clignote depuis quelques jours à toute vitesse, comme un battement de coeur affolé… Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres bonnes blagues que me fait ma voiture depuis une dizaine de jours…
      Merci à Sand et Jénaël pour la puissance de leurs enseignements !
      Merci à toi Passeur de t’en faire le relai.
      Merci à nous tous d’être ce que nous sommes, ici et maintenant.

  22. acacia dit :

    Voilà un bien passionnant jeu de piste !
    Un profond merci à Sand et Jenaël, qui nous en proposent le « mode d’emploi », et à toi, Passeur, qui le relaye ici.
    Remonter la piste… saisir la symbolique, toute quotidienne, de manifestations souvent si difficiles à décrypter… et entrer peu à peu, par à-coups, puis de manière de plus en plus fluide, en relation avec le Cœur de Qui Je Suis.
    J’aime la simplicité du langage utilisé par nos deux transmetteurs et leur ange.
    Tout ça me met en joie… ! Merci ! ♥♥♥

  23. marie christine dit :

    J’ai bien aimé lire cet article . C’est une façon de fonctionner qui me correspond, et que je peux constater dans la vie de tous les jours . Dans le monde physique, tout est symbole d’une réalité intérieure, j’y crois complètement (petit rajout : pour moi le moteur de ma vieille voiture représente le coeur, et tant qu’il tourne bien, je sais que mon coeur va bien !)
    Tous ces détails racontés sont importants et les explications de haute portée, et merci aux anges pour leur éclairage .
    Ce n’est pas toujours facile de relier tous les aspects de soi et de la vie pour arriver à une cohésion générale !

  24. Dan dit :

    Bonjour,

    Pour moi aussi ce texte recoupe ce que j’ai expérimenté et ce que je vis.
    Merci à eux, merci à toi Passeur.

    Dan

  25. Kam Celeste dit :

    Un beau message, empreint d’humilité ( une clef d’accès à sa propre ascension ) et de respect ( des autres, donc de soi ).
    Compréhension = prendre en soi ( ce que notre chemin de vie nous indique/propose ).
    Alors, continuons de cheminer en tant que porteurs de Lumière – c’est ainsi que notre Voie s’éclaire.

    • Lisa BDX dit :

      Merci Passeur,
      Article très intéressant qui, de par sa simplicité et ses exemples au quotidien, met les mots sur les pourquoi et les comment que l’on peut se poser parfois,en ramenant à l’idée que tout a une raison d’être, ( bon ou mauvais) restaurant ainsi l’acceptation de ce qui est,et la foi en ce qui deviendra.
      Quelle aide fabuleuse, qui dans sa clarté devient accessible aux novices qui font leurs premiers pas sur un Certain Chemin…
      Bien à vous,

  26. Margelle dit :

    Ce texte est un fabuleux enseignement, qui recoupe totalement ce que je vis, expérimente et approfondis de façon concordante par quelques lectures instructives et constructives. Merci à Sand et Jenaël de prendre ce temps pour illustrer de façon si claire, si détaillée, si pédagogique également leur voie d’accès à cette réalité qui nous environne et est de plus en plus à portée de nous… Ces passages savoureux nous parlent si concrètement de leur vécu, nous les livrent si simplement que je ne peux que leur tirer mon chapeau et les remercier du fond du coeur pour ce travail fantastique…

  27. Jonas 27 dit :

    Ce qui compte ici ,ce n,est pas moi car c’est toi qui parle .
    Ce qui compte c,est toi face a toi même !!!
    Je fais usage de ce miroir dans mon quotidien a chaque seconde .
    Ce que tu décris ici dans ton sentiment que je nommerai pas et que tu reni de toute facon c’est tes limitations.
    Moi je te dis crois en toi même ,je ne te dis pas crois en moi c’est personnelle.
    Si tu relis au dela de tes limitations ,tu comprendra peut-être.
    je n’ai pas besoin que personne ne m’explique ce qu’est un ange puisque je le sais.
    Je ne vais pas décrire au autre ce qu,est un ange puisqu’il le seront.
    les gens ont besoin d,être guidé vers leur vérité (a eu) qui n,implique ni toi ni moi alors cesse d’essayer et fais ce que tu m,a conseillé car ,si tu suis ton raisonnement (((TU TE PARLE))) hahahahahaha(((respectueuesement)))!!!
    Tout ce qui me dérange ,je l,entend comme ma limitation et je le soigne (((CHAQUE JOUR))) car ,je suis pheonix.
    Je te souhaite la même intégrité car ,tu en as le pouvoir et je l,ai toujours su.
    Il n,y a pas de hasard ,si tu me parle c’est que tu as besoin de moi que ca te plaise ou non ,comme j,ai besoin de toi sinon,tu aurais passé ton chemin et tu n’aurais pas adresser la parole au fou ,puisque ,sans importance ,il n’a pas toute sa tête.
    Tu as le choix maintenant (ici) de transcender ce que tu as a transcender avec moi ou de fuir dans l,intellectualisation de tes peurs.
    Je suis né pour faire cela ,j’adore que tu t’oppose car nous fusionnons et a la fin .
    La preuve sera fais que ton(notre) ego est bien présent et (((INDISPENSABLE))) a notre tout et que le reste (((N’EST QU’ILLUSION)))???

    Prononce ces mots que tu as oublier (((UNIFICATION))),travail sans relâche et crée un article sur ce mot.
    D’ici la tu aura du traverser et transcender ta vie enfouis sous les décombres mais,demain tu naitra pheonix dans l,éternel.
    Je suis a l,aise dans tout cela car ,c’est le tout et non la (sois disante lumière ) camouflé sous la colère envers les uns et les autres qui ne cadre pas avec ta vison.
    je peux continuer comme ca éternellement et c,est ce que je fais et que je vais faire.
    Quand on parle de miroir ,il faut être prudent car ,si on ne connait qu,un coté ,tôt ou tard on se retrouve devant son propre reflet .
    Si on accepte le tout (son être et son ego) ,il n’y a pas de problème car ,peut importe ce que va voir ,on va le travailler car ,c’est déja ce que l’on faisait pour faire naître le miracle.
    C’est un courant ((le tout))qu,il faut suivre car on le sens ,on l,est!!!
    Il ne faut jalouser ceux qui le sente en restant sur le bord ,il faut fermer les yeux et sauter ,c’est simple.
    Tu es ou tu es et je suis ou je suis et les deux existe belle et bien alors ,tous peuvent exister et je te remercie de m,aider a le démontrer .
    Bonne journée mon ami!!!Kouakkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk

    • Le Passeur dit :

      Je n’ai qu’une question : si tu n’as besoin de rien de tout ça, pourquoi continue à le lire et nous imposer tes vérités comme les seules ?

      • Jonas 27 dit :

        Je n’ai pas qu’une seule réponse car ,je n,ai pas qu’une seule polarité.
        (((Si tu na besoin de rien de tout cela))) ,qui ta dis que je n,avais besoin de rien .Tu ne lis pas mes réponses ou quoi???Relis moi calmement au dela de l,illusion (ta colère) et tu vera que j’ai écrit de toute lettre que j’ai besoin de toi comme tu as besoin de moi ,sinon cette conversation n’existerais pas (((cesse de chercher en moi ce qu’il y a en toi)))!!!
        Deuxièmement (((cesse de (((NOUS)))imposer tes vérités comme les seules))).
        Si tu le peux encore dans ton angourdissement va jusqu’au bout de tes mots et de toi même en cessant de chercher a diriger la pensé de chacun car ,tu n,est pas le (((NOUS))).
        Tu t’exprime que pour toi face a toi .
        Le nous est divisé en 7 milliard d’être humain et (((TU N’EST PAS LEUR REPRÉSENTANT)))!!!
        Alors ton (((nous))) ne vaut rien ,ce que j,aime en toi ,c’est ton toi ,voila!!!C’est cette partie qui s,exprime et a qui je tend l,oreille le reste n,est qu’une tentative puéril de magicien (((pour être polie))!!!

        Ce que j’impose ,je l’impose a moi même et c’est mon plein potentiel ,celui qui s’exprime pour moi et personne d,autre .
        Si ca te dérange et que tu y répond ,ca concerne que toi (((Frédéric)))le reste n,est qu’une illusion .

        Tu me répond car ,tu y trouve écho ,sinon tu passerais ton chemin et l’inverse est aussi vrai.

        Tant qu,a détruire cette pauvre argumentation ,j’irai assurément et avec un grand plaisir ,jusqu,au bout mon ami!!!

        Tu dis (((Mes vérités))),ma vérité c’est que la seule vérité c’est la tienne (ton plein potentiel) mais ,que tu ne la pas atteind(comme moi) et nous en faisons une belle dé(((monstr)))ation .

        Ma vérité me concerne que moi mais ,j’ai certain don qui font ressortir (((leur vérité)))chez les autres ,comme tu le démontre (((VRAIMENT)))bien.

        Finalement ,la matrice ne t’appartient pas et tu n,a aucun pouvoir sur ma liberté d’expression et lissu final tu la connais déja (échec et mat)car ,nous l,avons déja expérimenté ensemble et c’est ta fermeture sur toi comme sur les autres .
        La fermeture de ton plein potentiel et comme tu le reflète si bien ,la fermeture sur le plein potentiel des autres.
        Je ne fais que m,exprimer ici ou la bas.
        Chacun a ce droit au dela de toute manipulation.
        Parle d,ouverture et tu sera ouvert .
        Parle de fermeture et tu sera fermer.voila!!!

        Re-bonne journée ou mauvaise selon le courant du (((TOUT))) que tu dois apprendre a ressentir .
        Jonas

        • Le Passeur dit :

          De la colère ? Et te voilà encore en train de faire tes projections sur autrui. Si ta vérité ne concernait que toi comme tu dis, tu ne nous l’assènerais pas en permanence. Te voilà à nouveau dans un cycle délirant, mais tu as raison je passe mon chemin. Si tu pouvais en faire un peu autant…

          • Jonas 27 dit :

            Si tu passe ton chemin alors ,Passe (((Passeur))).
            Si tu continu ,c’est que tu continu !!!
            Sérieux !!!Nul besoin de rajouter de mot ,c’est très claire.
            Occupe toi de ton chemin et tu ne projetera plus sur les autres mon ami.
            Tu es tellement habitué d ‘orienter les autres dans ton chemin(Frédéric) que tu es aveugle au autres et donc a toi.
            Tu continu tout de même a te servir du (((NOUS))) qui ne t’appartient pas.
            Je vais ré-écrire ta phrase comme tu aurais du le faire sans manipulation .

            (((ET SI TA VÉRITÉ NE CONCERNAIS QUE TOI ‘TU NE (((ME)))L’ASSÈENERAIS PAS EN PERMANENCE ))).

            Tu as remarqué le (me=je) c’est toi et personne d’autre ,tu comprend.
            Si les autres ne sont pas du même avis que toi ,ils sont délirant alors ,tu les rejettent avec ton (((petit))) pouvoir ou tu essais d’influencer la masse pour t’appuyer.
            Tu es seul avec toi même mon ami.
            Tu n’a et aura jamais (aucun) pouvoir sur moi et sur personne d’autre mon ami.
            Soi un guide qui guide mon ami ,pas un guide qui manipule !!!
            Si tu ne veux pas qu,on t’appelle un jour (((l,endormeur)))!!!
            je t,ai dit que j,ai détesté cette article ,la vrai question (sans l,illusion) est (((puis-je l,exprimer ou pas))).
            N’essais pas de créer d’illusion et répond!!!
            Si la réponse est(oui) comme le ferais un vrai bon guide alors ,qu’est-ce que tu fais la a argumenter ma liberté d’expression.
            Si la réponse est non alors ,c’est belle et bien définit (ton site est orienté).
            Ce qu’il y a de plus beau la dedans ,c’est qu’il y a une troisième réponse ,si tu veux trouve la pour te sortir de ce piège.
            Je suis ou je suis mon ami et tu es ou tu es alors n,orientons pas le chemin des autres .
            Ce sont nos limitations et il n’implique personne d’autre que moi et toi (chacun son travail).

            Je ne suis qu,un messager qui te dis de laisser l,espace vital des autres tranquille et il y a aussi les arbitre qui ne sont pas aussi gentils que moi .
            Il y a des jeux qu,il faut cesser de jouer .
            Le (((je))) c’est ta clef alors sert -en en permanence car ,c’est la seule chose qui t’appartient.

            A vouloir trop pointer les autres du doigt ,on finit avec le doigt sur le nez( ton reflet).

            Accepte ton ego car ,de toute facon il es visible au yeux de tous (les tiens,les miens,les siens).
            Si tu guide avec de mauvaise info ,tu te retrouvera souvent dans cette situation ou tu pointe ou tu cris ,ou tu te débat ou tu (((DÉNI))) comme tu déni ton ego au commande.
            Je te le dis en ami sert toi de ces expériences pour en apprendre plus sur toi et parle toi puis transcende,ces simple.
            Tu peux rassurer ton ego ,je vais le faire aussi ,comme je le fais chaque jour et comme je le ferai pour toujours dans cette danse éternel(la transcendance)!!!

            Il y a des gens qui ont des ficelles mais ,moi tu vois ,je n’en ai aucune alors ,cesse de gesticuler car ,je vois bien les tiennes (tes ficelles).

            Je suis dans la fluidité du moment présent bon ou mauvais (le tout quoi)!!!

            Maintenant réfléchis avant de gesticuler (on t’observe)!!!
            Pour moi tout ces choses sont natuel car ,j,accepte mon tout mais ,toi assurément pas et ca parrait .
            Tu sert bien ma (notre) cause quand tu(((essais))) d,orienté alors ,soite!!!
            Peut importe la personne qui va venir me dire ((((et Jonas tu manque de respect de blablabla))),ca ne me dérangera pas car ,je l,accepte comme lecon de la vie pour me faire progresser comme mes écrit en témoigne et parralèlement c’est ma mission de vie .

            Je dirai (d’accord ) mais un a la fois (((hahahahahaha)))!!!
            Je ne parle qu,au gens qui ont besoin de moi (((TU COMPREND))) et il y a ceux pour qui je suis une menace qui essais (comme des enfants) car ,c,est ce qu’ils sont de jeunes âmes))), de manipuler par la peur et les limitations de chacun qui sont tout a fait différentes et uniques a chacun.

            La plupart passerons leurs chemin car ,ils n,ont pas besoin de moi et les autres (je suis la)!!!

            Il y a toute cette vielle argumentaion dépassé sur le bourreau,victime,sauveur la plus part du temps ,jamais vécu que tu pourrais essayer mais ……………………………………………………???

            Non ,la vrai solution ,c’est de travailler sur toi et moi sur moi ,voila!!!

            Elle n,implique que toi envers toi et moi envers moi et (PAF) fin du piège ,sinon on continu et je te laisse la scène mais ,tu en es concient et avertis avant cette dernière acte que tu(nous) connais par coeur.

            Je suis heureux d’être la pour toi mon ami et je serai toujours dispo pour toi!!!

            Jonas

            • Le Passeur dit :

              « Nul besoin de rajouter de mot ,c’est très claire. »
              Si tu mettais en pratique ce que tu dis, ça nous ferait de vraies vacances.

            • lamagie dit :

              Bonjour Jonas,

              c’est la première fois que je prends le temps de lire un de tes commentaires car il a été le premier publié en réponse à l’article de Sand et Jenaël.
              J’ai essayé au début de tes interventions, mais j’ai abandonné car, pour moi, c’est du chinois (dans la forme) et désagréable quand à la tonalité. donc je zappe systématiquement tes commentaires.
              Si l’on prétend être sur un chemin de lumière, il serait peut-être bien d’avoir un langage compréhensible faire des efforts de communication claire.
              Si j’ai bien compris tes derniers commentaires, tu trouves que Le Passeur est manipulateur. tu dois bien savoir que l’on voit chez les autres ce que l’on a à guérir : manipulé et/ou manipulateur.
              Si tu as des comptes à régler, tu pourrais le faire par mail privé, peut-être… Comme dit le Passeur, ça nous ferait des vraies vacances (peut-être pas pour lui =))
              Bonne route

              • pierrot dit :

                Sauf qu’à mon sens on ne pourra de moins en moins passer en mode privé alors autant le faire en mode public maintenant.

                Cette tentative de communication est axé sur le contenu et non pas sur la structure qui permet au contenu de s’exprimer.

                L’eau prend la forme du contenant mais son essence est multiforme.

                Si pour certains Jonas joue le rôle du méchant et bien cela n’est pas pire que le rôle du gentil vu que l’essence est dans la neutralité.

                Le pardon véritable se fait sur le plan de l’unité qui englobe méchant et gentil.

                Un moteur ne tourne jamais seul (à part le cœur qui privé de toutes ses connexions continue à battre par lui-même), il a besoin de combustible pour fonctionner alors arrêtons de lui en envoyer.

                Ce qui veut dire aussi qu’en étant centré au niveau du cœur on peut aussi transmuter ce que l’on considère comme absurde et que c’est justement dans l’absurdité de la situation qu’un déclic peut se produire.

                La vie n’est pas là pour nous offrir des vacances mais pour nous faire évoluer et que généralement plus l’obstacle est important plus le potentiel d’évolution l’est aussi.

                Je ne dis pas que ce que dit Jonas est fondé, je dis que l’important est dans la dissolution de la forme, image ou apparence qui justement viennent de l’importance que l’on se donne.

                Alors remercions Jonas de nous donner l’opportunité de nous pratiquer.

                Bien entendu le nous englobe tout le monde.

              • François dit :

                Merci Pierrot.

              • Margelle dit :

                Oohh ! Pierrot ! toujours le rappel du milieu, toujours très juste ce rappel, Merci de tout coeur Pierrot pour tes paroles si justes, elles aussi !!! ♥♥♥

              • Margelle dit :

                Mais je peux me poser la question de ma propre neutralité !! sacré Pierrot !

              • raf dit :

                Bonjour,

                Le conflit nait dans la non acceptation de soi et/ou des autres, et ne s’éteint que dans l’acceptation de soi et des autres. Jonas doit accepter le passeur et le passeur doit accepter Jonas. Le conflit mène à la paix mutuelle si les deux s’écoutent et se comprennent, plutôt que de se juger, se rejeter et se condamner. Crevez l’abcès, écoutez ce que vous avez à vous dire, et ne vous énervez pas, ne cherchez pas la victoire sur l’autre, soyez victorieux ensemble.

              • Sylvain B. dit :

                Juste pour faire « echo » au commenaitre de Lamagie, personnellement, parmi tous les commentaires que je lis depuis une bonne année sur ce site, sans compter ceux du « Passeur », ce sont les commentaires de Jonas que je (lie) en premier, et auxquels j’apporte un temps simple et nécessaire.

            • Salvia dit :

              Ce que personne n’ose, osez-le
              Ce que personne ne dit, dites-le
              Ce que personne ne pense, osez-le penser
              Ce que personne ne fait, exécutez-le

              Quand personne ne dit oui, c’est vous qui devez dire oui
              Quand perconne ne dit non, dites pourtant non
              Quand tous doutent, osez croire
              Quand tous participent, restez seul

              Là où tous chantent des louanges, soyez prudent
              Là où tous se moquent, ne vous moquez pas
              Là où tous sont avares, osez donner
              Là où tout est sombre, allumez une lumière!

              Texte de Lothar Zeneki

        • acacia dit :

          Jonas
          Tu viens nous parler d’une vérité qui te convient. Je m’en réjouirais volontiers s’il n’y avait cette fausse note criante que je ressens à te lire. Surtout actuellement. J’entends la vocifération plutôt que le calme, et l’exhortation virulente plutôt que l’invitation aimante. Rien qui puisse convenir à mon cœur.
          Où sont cette Joie et cet Amour qui sont le sel de toute vie ? Où est la simple tendresse, si précieuse…
          Quant à la vérité, c’est une dérobade si souvent utilisée que je m’en méfie.
          Chacun son chemin, et nul n’a fonction de prédicateur sur celui de ses frères.
          Par ailleurs, il me semble y avoir dans le texte de Sand et Jenaël des pistes très intéressantes à suivre, qui pourraient t’éclairer sur le pourquoi de cette petite querelle de pouvoir que tu cherches à engager avec le Passeur.

          • marie christine dit :

            Jonas, dans toute manipulation, il y a pour chacun la liberté de ne pas se laisser manipuler . Les êtres humains sont presque tous manipulateurs, volontairement ou involontairement .
            C’est un long apprentissage de la conscience que de sortir de ce jeu d’egos . Cela passe par un énorme travail intérieur pour éliminer toutes les peurs imprimées dans nos cellules . Et il me semble que Sand et Jenaël nous donnent justement une piste pour ce travail en nous montrant le mécanisme .
            Nous sommes tous en apprentissage . Et au fur et à mesure, on développe la vigilance, l’intuition, l’esprit de discrimination .
            Personnellement, je ne « gobe » pas forcément tous les articles que je lis comme des vérités absolues .
            Dans celui-ci, par exemple, il y a un point qui me paraît incomplet, pas vraiment exploité et qui pose question dans ma vie . Mais je sais que nous sommes en pleine évolution et que les expériences arrivent au fur et à mesure dans un enchaînement logique multidimensionnel, une Logique divine imparable que nous découvrons peu à peu avec émerveillement .
            Je suis libre de lire les textes ou de ne pas les lire, d’approuver ou de ne pas approuver ce que je lis . Le Passeur nous offre sur son site des articles qui correspondent à son cheminement . Si ça fait écho en nous, on s’enrichit, sinon on passe .
            Pour moi, il n’y a rien, actuellement, qui soit Vérité absolue . Il n’y a pour l’instant que des vérités, mais les vérités de chacun servent à s’aider les uns les autres pour arriver à une complétude .
            Cet article m’a intéressée parce qu’il traite en détails un sujet crucial qui me tient à coeur, et pour cause ! C’est pour moi la raison d’être de notre venue sur terre : réaliser la spiritualisation de la matière . Reconnecter le haut et le bas qui étaient coupés, réanimer la matière, réveiller la Terre sous nos pieds et en nous, retrouver le lien entre l’esprit au-dessus et le Dieu en bas, caché dans les profondeurs de nos cellules et des objets soit-disant inanimés .
            Cet article montre comment notre esprit libéré par le lâcher prise agit directement sur la matière quand il n’y a plus d’obstacles mentaux ou émotionnels pour dévier et falsifier son action .

        • Marie-Anne dit :

          Jonas, peu importe la discussion et son contenu!
          Peu importe que tu aies tort, raison, ou l’un et l’autre!
          Peu importe les croyances! Cela n’a aucune importance! Seul l’Être est Réel; alors, l’amie que Je Suis te propose:

          « Jonas, centre-toi, réaligne-toi avec Toi-même, laisse le Silence s’installer en toi; agis d’abord sur toi et en toi; et reviens-nous réaligné et calme ».
          Oui, tel est mon souhait, mais c’est toi qui décide de toi (et uniquement de toi!).

          Je t’embrasse,

          M-A

  28. Jonas 27 dit :

    Hahahahahahahahahaahahahahahahahahahahahahahaha!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    désolé encore un peu hahahahahahahahahahahahahaha!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Je déteste les gens qui font semblant et qui utilise les mots les plus en vogues pour
    (((essayer))) d’orienter les pensées des autres dans leur propre limitations.

    N’employer pas les mots (((ACCEPTATION TOTAL )))du flux de la vie quand de l,autre main vous n’acceptez pas votre ego car en réalité ,ce n’est pas un ange qui vous parle ,c’est lui (votre ego) hahahahahahahahahahaha!!!!!!!!!!!!!!!!

    Comme pour la plupart des gens qui s,éveil (car vous êtes comme le commun des mortels)=(nous) ,vous n,avez que 50 % du chemin de fait et ne connaissez a peu près pas votre route d’ombre.

    N’essayez pas d,orienter les autre dans vos propres limitions car ,ce travail vous concerne vous!!!

    (((L’acceptation Total))),discutons -en ,je suis la et ne m,en irai pas ,venez dans ce piège car ,je connais tout les recoins !!!
    Le tout =(((ombre et lumière fusionné)))=(((être et ego fusionné)))=(((jour et la nuit fusionné =la vie))) =(((matière et anti matière fusionné=univers))= et je peux continuer de cette facon pour l,éternité!!!car c’est ce que c’est (((des opposé,fusionné)))(((le flux de la vie quoi))) et ca c’est la fin du piège.
    La dualité est duel parce qu,elle n’est pas accepter et avouez que si vous y pensé profondément ,vous ne voudrez pas l’accepté ,preuve que nous sommes piègé!!!
    mais la dualité peut aussi créer ,elle devient alors clair au dela de l,illusion comme (((la dynamique))).C’est pourtant les mêmes ingrédients mais ,ce sont nos yeux qui ont changé (((l,illusion))).
    Vous vous souvenez de ce mot qui est devenu tabou (UNIFICATION) !!!
    La raison (tabou)est assez facile a comprendre (((l’effort))) ,imaginez unifier 7 milliard de personne quand on ne peut même unifier son (((être et son ego))) et ca!!! c’est époustouflant!!!
    Vous voulez savoir ce que vous ne voulez pas savoir par peur d,effort ???
    C’est que notre être (((d,une beauté divine ,et grande))) ne peut pas accomplir son plein potentiel seul car ,il est immatériel ,il a besoin de son altère ego hahahahahahaha!!!désolé!!!
    L,égo qui se sent menacé prend les commande et essais de protèger l,être car dans cette réalité (l’être) ne le peut pas alors l,ego lui fait croire ce qu,il veut pour le mettre en protection de lui même et on se retrouve avec des gens qui (((essais))) d,enlever les fausses croyances en les remplacants par les leurs.

    (((SI)))!!!un ange (ce que nous sommes tous)vous aurait parlé ,il vous aurait dit tout cela .
    Il aurait dit (dites leur de croire en l,unicité de leur chemin dans l,unité)!!!
    En d’autre mots (qu,ils sont uniques et différents mais qu,ils forment tous un grand et unique plan)((((((((((((((((((((((((((((((((((LE TOUT)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))!!!!!!!!
    Il aurait dit (((il faut que vous sentiez la TOTALITÉ de la TOTALITÉ des sentiments qui ont été mise a votre disposition (((les bons comme les mauvais))) pour vous menez a votre(vos) transformations!!!
    Il aurait dit (((dit leur d’aller jusqu,au bout de (((TOUT)))ce qu’il entreprennent car ,ces ce que nous sommes venu admirez en cette époque bénis)))!!!
    Il aurait dit(((il faut que vous viviez (((PLEINEMENT))) et que vous mouriez dans la continuité)))!!!du cycle sans peur!!!
    Et surtout (et la vous allez détester)!!!vous savez cette autodestruction (apocalypse) que vous attendiez (attendez) ,elle n,arrivera jamais car ,la nature le fait depuis toujours ,on appelle ca (((((((((((((((((((((((((LA VIE))))))))))))))))))))))))))
    Le reste n,est qu’illusion!!!
    Un ami ma dit que dans un expérience de mort imminente son guide lui avais fais ressentir le feu qui brullait son corps au moment ou il était un âmes.
    Il souffrait atrocement mais en réalité ,il n,avait pas de corps ,ce n,était qu,une illusion,vous comprenez???

    Vous voulez que je vous raconte une histoire époustouflantes au dela de l’illusion .
    Vous savez l’histoire ou ma mère transcendait sa colère pour pardonner et retrouver son amie d’enfance atteint du cancer.
    Bien avant hier ,elle m’a dit qu,elle a fait un rêve ou ma grand mère décédé lui disait ces mots((Molecule 7)) sous mes conseils ,elle a décidé de suivre son chemin(dieu ,nous,vous le tout) et de faire des recherches qui l’on mener a (((DR,Jean Philippe Grattons))) qui a trouvé une molecule pour diminuer considérablement les masses cancéreuse.

    Cette nuit ,j’ai eu une vision ou je voyait ma mère et le frère de cette femme malade chercher un remède dans la grande bibliothèque de la vie .
    C’était le grand tout mais on ma dit que ca se nommait (((L’infiniment grand petit))).
    Voila!!!!!!!!!!!!

    Si vous voulez rencontrez ces êtres ,il faut pouvoir tout ressentir ou si vous préféré (ressentir le tout).
    Personne n’a de l,avance ,personne n’est en haut et en bas.
    Il n’y a qu,a demander (((essayez)))!!!

    Merci passeur pour cette article que j,ai détesté mais ,j’aime bien détesté comme j,aime aimé le reste n,est qu’une illusion créer par les limitations (les vôtres,nôtres).

    Jonas kouackkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Le Passeur dit :

      Heureusement qu’en préalable ils expliquent ce qu’est l’Ange… Y a t-il encore quelque chose que je puisse te dire… Non, finalement tu te dis tout à toi-même en croyant le dire à autrui. Puisque tu ne peux entendre ce qui te dérange, tu es en fin de compte ton meilleur miroir. Essaie d’en faire bon usage.

    • raf dit :

      Tu as raison Jonas. Ce que tu dis a du sens. bonne continuation et merci pour tes conseils, tes opinions et pour partager tes expériences avec nous
      a+

Répondre à Margelle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *