Vipassana, un miracle en prison

AilesLa très moyenne qualité technique de ce documentaire n’est pas l’essentiel, ce qu’il démontre par l’exemple peut convaincre ceux qui ont du mal à croire qu’ils vont pouvoir s’extraire de leurs schémas souffrants et se libérer.

Il n’y a finalement de prison qu’en soi, lorsque le regard est voilé par les douleurs. 

Vipassana, Miracle en prison – 50mn – VO (sous titrée en français)

Vipassana à travers le monde : http://www.french.dhamma.org/index.html

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 08- Vidéos, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

82 Responses to Vipassana, un miracle en prison

  1. La Nomade dit :

    Sur le même sujet, voir l’histoire et témoignage de Michel Vaujour :  » Ne le libérez pas, je m’en charge. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Vaujour

  2. alain thomas dit :

    Comme il est dit dans cette vidéo, La pratique de vipassana est indissociable de celle de Samatha.

    Il est de coutume dans la tradition du bouddhisme theravada de commencer par apaiser l’esprit. Le méditant va alors s’asseoir dans la posture recommandée et commencer par la pratique du « repos calme » dite samatha.
    Dans cette pratique, il est nécessaire de ne pas agiter son esprit submergé de pensées de toutes sortes. Chaque pensée est reconnue pour ce qu’elle est et le méditant la laisse passer sans l’enchaîner à une autre pour former une histoire. La pensée émerge de nulle part, elle passe puis meurt dans l’océan de l’esprit infini.
    Ainsi, le méditant parvient rapidement, s’il est assidu et chevronné à « déposer » son esprit, ce qui lui permet d’entrer dans un état de bien être, l’esprit centré, autrement dit le cœur ouvert ou spacieux. Chaque fois qu’une pensée émerge, le méditant va ramener l’esprit en lui-même grâce à sa vigilance et il restera dans cet état centré.
    Tout un tas d’expériences peuvent survenir mais le seul samadhi (absorption méditative) ne permet pas d’atteindre le plein éveil.

    C’est alors qu’entre en jeu vipassana, ce mot sanscrit qui signifie « vision supérieure » ou « vision profonde ».
    Dans les deux dénominations, par l’ouverture du cœur, le méditant devient « canal » en quelque sorte ; une sorte de connexion avec l’esprit de sagesse qui lui permet de « voir », d’affiner sa compréhension et de faire émerger les intuitions (esprit de sagesse).

    Monsieur GOENKA est né en Birmanie puis a vécu en Inde. Il est décédé l’année dernière à l’âge de 89 ans. Il est devenu un homme d’affaires émérite mais eut des migraines assez violentes dont il ne savait se débarrasser. Par l’influence de son maître, il a appris à apaiser son esprit et pratiquer vipassana. L’élève a dépassé le maître. Il s’est débarrassé de ses migraines et surtout, il a mis en place un peu partout dans le monde des centres permettant à des adeptes de bénéficier gratuitement des fruits de cette méthode.
    La méthode GOENKA est particulière car elle se pratique les yeux fermés et impose au méditant d’observer son corps en partant du sommet de la tête jusqu’aux doigts de pieds, par couches successives.
    La plupart des pratiquants viennent en fait pour trouver la paix intérieure et tenter de dissoudre les blocages et les tensions qu’ils rencontrent au fur et à mesure de la pratique. Mais il en est qui pratiquent avec succès, restant assis des journées entières, sans bouger, se restaurant très peu, ne faisant que dormir et pratiquer. Ces individus sont très rares mais il y en a.
    Je connais une personne qui pratique avec assiduité depuis plusieurs années et qui vit des expériences hors du commun. Elle a réussi à débloquer toutes les tensions jusqu’à percevoir son propre ADN.
    Alors qu’au début, la pratique lui a demandé un effort colossal, aujourd’hui, sa capacité d’attention et d’observation lui permet d’intégrer sa pratique dans les actes de la vie quotidienne, sans aucun effort.
    Elle est en connexion permanente avec son esprit de sagesse, ce qui lui permet de recevoir des enseignements en continu, de jour comme de nuit.
    Elle ne se nourrit que de fruits et de produits à base de lait, elle ne fume pas, ne boit pas d’alcool et vit sans effort de façon très saine. Elle est en relation directe avec sa vraie nature fondamentale, ce qu’on appelle communément la nature de Bouddha où l’Ethique est permanente parce que naturellement présente.
    Quand les enseignements qu’elle reçoit débordent, elle éprouve le besoin d’écrire.
    Récemment, j’ai reçu plusieurs textes exceptionnels dont un que je vous livre ici car il devrait intéresser bon nombre de lecteurs sur ce blog :

    La dualité
    .
    La dualité n’a rien à voir avec la notion de temps, rien à voir avec ce qu’on appelle le moment présent qui est un Maintenant permanent.

    La dualité a tout à voir avec la densité. (caractères gras)
    La densité dépend de la capacité à appréhender l’information qui nous parvient continûment des hautes sphères.
    La densité se réduit au fur et à mesure que nous entrons dans l’acceptation parfaite de CE QUI EST.
    Les personnes de basses vibrations ont des corps énergétiques si denses qu’aucune information ne peut s’infiltrer. Ils sont soumis à l’expérience duelle, ne peuvent concevoir que la comparaison, l’évaluation, la confrontation, la compétition… Tous ces mots impliquent forcément l’interaction plus ou moins violente avec les autres.
    Plus on allège la vibration par l’acceptation, plus la vibration se subtilise laissant passer de plus en plus l’information et plus la non-dualité peut s’installer.

    La dualité n’existe tout bonnement pas dans l’acceptation totale.

    Un être peut parfaitement vivre sur la Terre dans la non- dualité. Il est tout à fait possible de vivre dans les plans de la densité, la Terre, avec ses multiples plans de conscience, sans en ressentir les effets néfastes. Les plans se chevauchent sans se rencontrer réellement.

    La dualité est l’incapacité à percevoir l’information. (caractères gras)

    Plus les couches denses se fluidifient sous l’action de l’Acceptation de Ce Qui Est, plus l’information peut vibrer à travers nos champs électromagnétiques apportant ainsi toutes compréhensions.

    Il n’est nul besoin de quitter ce plan pour vivre la non dualité. Plus on vit dans l’acceptation, plus on vit la non-dualité.
    La notion de perfection peut parfaitement prendre place dans ce contexte.
    Dire que la perfection n’est pas de ce monde devient, en ces temps de renouveau, un abus de langage.
    La perfection est la propension à l’Acceptation de Ce Qui Est Tel Que C’est.
    Il n’est nul besoin de chercher à devenir meilleur. (caractères gras)
    La notion de meilleur implique le pire. Ceci est une notion duelle.
    Seule l’acceptation est non-duelle.

    Perfection= non dualité= acceptation.

    • « La densité dépend de la capacité à appréhender l’information qui nous parvient continûment des hautes sphères. »
      => cet extrait, ou même bons nombres de points abordés dans ton commentaire, Alain, me font penser aux propos que Sand & Jenaël nous confient :
      « La lumière divine ne fait pas la différence entre le bien et le mal puisqu’elle n’est qu’un flux d’énergie-information. Ce n’est que notre ego qui fait la différence entre le bien et le mal, d’ailleurs c’est son rôle. Il sépare le flux de l’énergie-information divine afin que l’individu puisse expérimenter les deux polarités de la dualité. »
      (Source : http://www.choix-realite.org/7253/au-dessus-du-bien-et-du-mal-existe-une-troisieme-loge-2nde-partie)

      Cet excellent texte que tu nous proposes, est tellement instructif pour celui ou celle se donnant la peine de le consulter, que je souhaiterai vivement le publier. Es-tu d’accord ? Si oui, au lieu de marquer « anonyme » face à « auteur », peut-être pourrais-tu me donner les initiales, par exemple, de ta relation ?

      Merci infiniment

      Frèd

      • François dit :

        Merci Frèd ♥

        « Une solution donnée par Omraam :
        « Si les humains s’efforçaient de mettre de l’ordre dans leur vie intérieure, le diable disparaîtrait, il ne resterait que les deux forces antagonistes du positif et du négatif, du masculin et du féminin, ces deux plateaux de la balance cosmique avec lesquels ils doivent apprendre à travailler. » »

        🙂

        • François dit :

          et tout ça vu du regard d’un enfant…. 🙂

          http://www.youtube.com/watch?v=ZHLIYViubGc

          • Merci François,
            On comprend mieux pourquoi on est adulte ; on mesure mieux le chemin parcouru.
            Mais cette vidéo apporte aussi bien d’autres clés ou plutôt d’autres réflexions.
            Inattendue, et sympa.
            🙂

          • Margelle dit :

            ha ha !
            un commentaire parmi d’autres :
            peut-être as-tu mal compris le message transmis ? au vue des autres vidéos de raphael descraques, ça m’étonnerait beaucoup qu’il stop sont message d’un coup pour faire du « sensationnel » 🙂 pour ma part j’ai l’impression que chacune de ses vidéos commencent avec un concept, une idée bien admis, ici par exemple que l’enfance doit avoir une fin, lorsqu’on deviens adulte. La coupure est nette. ensuite le héros, par le monde qui l’entoure, prend conscience que les choses sont plus relatives (ou fausses, au goût de chacun) et fini par être emporté par cette nouvelle façon de penser. je ne sais pas quelle âge tu as mais pour ma part, en grandissant j’ai ressenti cette pression « sociale » qui voulait me faire couper les ponts avec ma vie d’enfant alors que je n’ai que 18 ans et c’est à chacun de voir si il accepte de s’en débarrasser ou non et à quel niveau. Pour moi c’est de ça que parle la vidéo tout du long « est-on obligé de se débarrasser complètement de sa vie d’enfant en grandissant ? ». Et ce qui est récurent chez Descraques c’est (selon mon avis) que le héros central de l’histoire est la représentation des normes, règles sociétales qui lui sont imposées et le monde (souvent chaotique) qui l’entoure représente ses pensées, ses contradictions face à la personnes qu’il est de par ses règles. Et ce monde vas le pousser à réfléchir, il y a souvent une première phase de déni, le héros suit à la lettre ce que les normes lui dictent et ensuite vient la deuxième phase, l’acceptation, il accepte le monde, ses idées, et laisse de côté les normes (dans une certaine mesure comme on peut le voir à la fin de cette vidéo) pour vivre comme il le veut réellement lui. Quant à la scène d’action, je trouve qu’elle s’intègre très bien à l’histoire, certes elle est « cool », mais tant que ceci ne nuit pas au message et même l’exprime encore plus, je trouve ça génial ! ici la scène d’action, de nouveau selon moi, montre le combat entre l’adulte et l’enfant, entre les « mains-armes » et les véritables bruitages, le choc enfant-adulte est omniprésent. et enfin lorsque l’enfant et l’adulte meurt en même temps, cela signifie qu’aucun des deux ne gagnent, ne prend le dessus, mais ils ne meurent pas non plus car ce n’était qu’un jeu d’enfant. A la fin aucun ne gagne mais tout deux cohabitent 🙂 Je trouve Raphael Descraques justement très doué car il sait mélangé le côté impressionnant qui est chouette à regarder au côté plus intelligent qui est très chouette à réfléchir dessus.
            Bien-sûr tout ceci n’est que mon interprétation mais je la préfère à la tienne car d’une part elle me permet de profiter réellement de la vidéo et d’autre part comme la réflexion n’est pas stoppé nette durant la vidéo, il y a plus à réfléchir 🙂 
            lol – mdr –
            Au fait ça veut rire quoi tout ça ?

        • Eric D dit :

          « le diable disparaîtrait, il ne resterait que les deux forces antagonistes du positif et du négatif, du masculin et du féminin, ces deux plateaux de la balance cosmique avec lesquels ils doivent apprendre à travailler. »

          Le « diable » fait partie de cette balance cosmique au même titre que le blanc ou le noir; la lumière ou l’ombre, le bien ou le mal.

          Tout cela n’est question de vocabulaire mais sans cette balance, pas de libre arbitre possible. Or, là est notre Liberté.

          D’ailleurs, sans « diable », ce petit « diable » d’Alain en culotte courte ne pourrait venir me piquer mes billes et ma copine… et là, j’ai le choix: me venger ou le laisser agir, avec tout mon amour… 🙂 … Il me donne du fil à retordre 🙂 …

          • François dit :

            De mon point de vue, le ‘diable’ est la peur.

            Peur du manque, de ne pas être ‘à la hauteur’, de ne pas être reconnu, de ne pas être aimé ou d’aimer, peur de son avenir, de son passé, peur des ou pour les autres, peur du ‘qu’en dira t-on’, etc., etc., etc.,
            Au niveau inconscient la peur crée certains types d’émotions. Ces émotions créent des déséquilibres. Les déséquilibres créent de la douleur et les douleurs finissent par créer de la souffrance. La souffrance crée la perte de foi qui crée encore plus de souffrance et ainsi cela s’auto-nourrit en boucle.
            Si les peurs disparaissent le regard constate les polarités et joue avec, ce regard devient celui de l’enfant. Là seulement le travail commence, se fait et le diable disparait car il n’est qu’une conséquence d’un des deux aspects de la dualité. Reste alors la conscience qui utilise sa liberté, qui créé notre vie d’humain-divin incarné et apporte son lot de lumière dans la matière dans l’instant et dans tous les domaines de notre vie.
            L’acceptation n’est que celle de reconnaître ses propres peurs, car « accepter » une situation, une personne, etc. , reste un jeu de jugement et de pouvoir puisqu’on constate notre « impuissance » à la faire changer et que l’on se garde encore un semblant illusoire de contrôle. Voilà de mon point de vue….

            • Eve Lyne dit :

              Si je puis me permettre :
              « Hors la souffrance, point de Salut. »
              Dieu qu’il en faut du temps pour comprendre le sens…

              • François dit :

                Haaaaa…. oui.

                Le salut par l’autoflagellation… je l’avais oublié celui-là .. 🙂 C’est un concept qui a la vie dure…. 😉

              • alain thomas dit :

                Eternel débat du « pourquoi » de la souffrance.
                Nous naissons dans la douleur. Il est dit par les Initiés que la naissance est plus douloureuse que la mort.
                La femme enfante dans la douleur.
                Il est possible de mourir « libéré » de toute souffrance.
                Ce n’est pas donné à tout le monde.
                La souffrance est une Vérité dans ce jeu de la vie. Elle est donc un message.
                Vous êtes donc en phase Eve Lyne et François ; la souffrance est à la naissance le moyen de nous faire prendre conscience du chemin (moyens habiles) qui mène à sa cessation ♥ ☼ ♥

              • Margelle dit :

                Eve-Lyne ! j’aurais aimé que tu précises plus ton « point de vue », avant que nous partions tous dans nos analyses – ressentis… Je pense que tu parles d’expérience ? et que c’est également à entendre ???? 🙂 Mais bien sûr c’est comme tu veux !

              • Eve Lyne dit :

                La souffrance, quel message !
                En osmose avec toi, Alain.
                 » La souffrance, quelle divine méconnue !
                Nous lui devons tout ce qu’il y a de bon en nous, tout ce qui donne du prix à la vie, nous lui devons la pitié, nous lui devons le courage, nous lui devons toutes les vertus. »
                Mille pardon… j’ai encore perdu ma source ! 😉

              • Eve Lyne dit :

                Coucou Margelle ! (J’ignore où mon post va se poser)
                N’étant pas une spécialiste de l’analyse, je te réponds encore avec des phrases qui ne sont pas de moi, dont j’atteste de la véracité…Confirmation par le vécu.
                « On n’avance que par la souffrance et non par la réflexion et le raisonnement. »

                « La souffrance n’est pas le but de notre vie, mais le moyen…
                La renonciation à notre moi, à notre orgueil. La souffrance messagère d’amour et de Lumière.
                Ne faut-il pas passer par toutes les souffrances pour comprendre celles de nos frères ?  »

                Pensée à toi, chère Margelle.

                sée

              • Margelle dit :

                Mais ma très chère Eve-Lyne, n’est-ce pas toi qui réclamais que l’on pense par soi-même ??? je te taquine, bien sûr ! parfois les paroles des autres aident à mieux exprimer les nôtres !! je t’imagine en parfait accord avec ces paroles, et les ayant expérimentées !!! -:) 🙂 ♪♫♪
                Et je rajoute à toutes ces belles paroles que parfois ou après, ou ensuite, la souffrance n’est plus de la souffrance lorsqu’on fait corps avec elle, et qu’elle nous dépasse de si largement, mais cela est sans doute une autre histoire…. (vécue ?)… notre histoire peut tout à fait nous dépasser… on n’a plus qu’à suivre !!!

            • Marie Christine dit :

              D’accord avec ton analyse, François . Ca sent le vécu !
              La souffrance est une phase nécessaire pour la grande majorité d’entre nous . Elle permet d’apprendre à se connaître, si elle se vit en conscience .
              Après, il ne faut pas s’y accrocher par habitude de la fatalité (mémoires incrustées à éliminer) .
              Je finis par cette magnifique phrase de Sri Aurobindo :
              « Quand nous n’aurons plus d’affinité pour la souffrance et que nous serons guéris de tout attachement pervers pour elle, le Divin nous fera découvrir qu’elle cache la suprême félicité . »

              • Marie Christine dit :

                Très juste Eve Lyne .
                Et une fois que nous avons acquis ces belles qualités, la souffrance devient inutile, voire nocive .
                Le cardinal de Lyon ne dit-il pas lui-même qu’il est temps de décrucifier Jésus ?

              • alain thomas dit :

                Ce n’est pas que la souffrance devient nocive ou inutile, c’est qu’elle disparaît …
                Mais ça, c’est pas gagné pour tout le monde.

              • pierrot dit :

                disons que c’est le coup de pieds dans les fesses quand on s’identifie à nos jeux d »illusion

              • Eve Lyne dit :

                En effet, Marie-Christine…
                Sacré Philippe, de Lyon !
                C’est ainsi que le Cardinal de Lyon se présente : « Je suis Philippe, de Lyon. »
                Cet homme d’ Eglise ne manque pas d’audace en clamant : « Le christ veut descendre de la croix ! »…Chemin faisant, aux portes du Vatican.
                Puisse le Ciel exaucer sa requête!

            • Cécile dit :

              Le Diable n’est-il pas le Diviseur ?
              Si la peur est intimement liée à la croyance que nous sommes séparés (de l’autre, de la Source, de nous-même…), alors oui, elle est l’agent du Diable.

          • alain thomas dit :

            Le diablotin dont tu parles n’a aucune intention de te piquer tes billes puisque tu n’en as plus, je les ai toutes gagnées à la dernière récrée.
            Et pis ta copine, c’est pas ta copine, c’est elle qui me l’a dit … elle est la copine de personne et elle joue à la marelle elle … toute seule … en attendant de jouer aux billes avec nous … quand tu chercheras plus à me la piquer … en lui faisant des pieds de nez … pour la faire rire … et ben c’est pas drôle … d’ailleurs j’en ai marre … mes genoux sont cagneux … je vais rentrer chez moi … et compter mes billes … vilain tout plein 🙂

            • acacia dit :

              Eric et Alain, vous êtes deux drôles !
              Pour ceux qui se demanderaient parfois ce que viennent faire ici billes, copine, et récré, je dirai : ben, on joue, quoi… Puisque pour un enfant tout espace peut devenir terrain de jeu, y compris un espace d’éveil spirituel… C’est même à cela, à mon avis, qu’on reconnaît la pleine valeur de ce type d’espace : il accueille la joie autant que la gravité, la comédie rieuse autant que le plus grand sérieux. Une école que Steiner ne renierait pas…
              Allez, les garçons, y’a pas de préféré, vous êtes deux amours … pour de vrai ! 🙂

              • alain thomas dit :

                Bon … d’accord … mais des fois il triche ♂ je le sais, je l’ai vu … et tout ça pour te donner ses billes … vivement la rentrée 🙂 c’est quand même mon meilleur copain ♥ et j’aime bien ses culottes 😀

      • alain thomas dit :

        Salut Frèd,

        Tu peux signer « Françoise PETITCOLAS »

        Tu dis :
        « Ce n’est que notre ego qui fait la différence entre le bien et le mal, d’ailleurs c’est son rôle ».

        Il est intéressant ici de montrer que cet égo dont nous parlons se « fabrique » de lui-même par le jeu des polarités institué dans l’expérience humaine (expérience de la densité).
        L’égo est comme un piège qui se referme sur lui-même et dont il lui est difficile de s’extraire.
        Plutôt que de lutter pour l’éliminer, Françoise propose sa déconstruction pure et simple par couches successives jusqu’à la dissolution.
        C’est par l’observation directe, sans le « faire » ni le « vouloir » que l’égo disparaît mais attention, il ne faut jamais sortir de la pratique.
        L’effort colossal au tout commencement de la pratique devient « non effort » par la suite et auto-libération.
        Il y a comme clef « l’attention authentique » ou « sans effort », cette intelligence lumineuse, non identifiée … la Base du « être » ou du « JE SUIS ».

        Bien à toi Frèd

    • Stéphanie dit :

      Merci Alain Thomas pour ce témoignage qui fait vibrer mon cœur d’une joie infinie !

    • Cécile dit :

      « La perfection est la propension à l’Acceptation de Ce Qui Est Tel Que C’est. »
      Alors je peux dire que je travaille activement à intégrer cette perfection en ce moment… mais quel chantier ! Et il est vrai que moins on résiste, plus les compréhensions nous atteignent.
      Merci à toi Alain pour ce très beau message et merci à ton amie.

      • Marie Christine dit :

        Et à partir de l’acceptation de ce qui est, vient la véritable possibilité de création .

      • alain thomas dit :

        Chère Cécile, tu as une si belle trajectoire que je ne doute pas un instant de ta capacité à ouvrir les vannes en grand et à sentir le vent de la Liberté s’engouffrer dans tous tes canaux subtils.
        Bien à toi ♥ ☼ ♥

        • Cécile dit :

          Coucou Alain,
          Tu ne crois pas si bien dire. Oui, le vent se lève. La tempête, même… L’édifice de mon ancien moi s’effondre. Tout sera à reconstruire, mais je suis enfin vivante. Quelle joie !

    • Françoise-des-oiseaux dit :

      Merci Alain..!
      Et je rejoins Cécile, quel chantier encore chez moi..!!
      Et pourtant tellement clair en le lisant comme cela..
      Bon sang, comme j’ai la tête dure malgré tous les signes et les bonnes personnes aux bons moments que la vie m’a envoyé ces dernières années..!!
      Heureuseusement, que l’intention est solide.

    • pierrot dit :

      heu l’acceptation de ce qui est ce n’est pas vivre pleinement l’instant présent ?

      • Marie Christine dit :

        Pour moi, l’acceptation de ce qui est, c’est reconnaître que tout ce qui arrive a une raison d’être, sans s’attrister, se culpabiliser, s’enthousiasmer outre mesure, s’énerver, dramatiser, regretter, avoir peur, etc … Aboutir à cet étUn apprentissage de toute une vie !

      • alain thomas dit :

        Exact pierrot !

        « L’acceptation de ce qui est, c’est vivre totalement dans le présent, c’est à dire accepter la réalité telle qu’elle est, sans faire de scénarios, sans vouloir autre chose que ce qui est. » FP

        Bien à toi 🙂 ☼ 🙂

    • Margelle dit :

      Alain, je vais rajouter, avec son autorisation, un extrait du témoignage de Françoise : « Ne cherchez pas à « devenir » meilleur. Cela voudrait dire qu’il existe le pire. Plus on cherche à devenir meilleur, plus on renforce le pire. Plus la lumière est forte, plus l’ombre est noire. Développer plus de lumière ne peut que renforcer l’ombre. En revanche éclairer l’ombre la fait disparaître en un clin d’oeil »…
      Cela me paraît être un excellent enseignement… déjà dit sur ce site, et qui complète ton propre apport…

      • pierrot dit :

        Et comment voit-on la lumière quand il n’y a pas d’ombre ?

        • Margelle dit :

          ha ha !!! « j’imagine » qu’on a changé d’état ! et qu’on « voit » autrement…. parfois un peu d’imagination ne nuit pas…. personnellement je « vois » très bien !!! comme tout ce qu’on ne peut nommer et qui existe pourtant… tellement de choses qu’on ne voit, qu’on ne sait pas !!! mais qui SONT… comme tu le disais très bien : (euh comment déjà ??) réfléchir = projeter ??? mais je n’en sais rien du tout… on peut discuter à perte de vue de la sorte… Là je faisais part d’un témoignage retraçant une expérience vécue, que j’ai lue et tu ne l’as pas lue (je crois du moins)… du coup nous n’avons pas les mêmes perceptions, les mêmes sensations… et tout le reste… Alors à quoi bon parler ??? pour meubler ? le vide ? le manque ??? … faut voir… faut sentir…

          • pierrot dit :

            Du point de vue optique, une réflexion n’émet pas de lumière elle ne fait que réfléchir la lumière.

          • Margelle dit :

            Pour le dire autrement Pierrot (mais je « vois » que chacun a sa « vision » et la construction plus ou moins mentale qui la fait devenir telle), que entre vivre dans une cave au 5ème sous-sol ou au dernier étage d’un immense building cela fait une sacrée différence de lumière…. ou bien vivre les volets fermés ou tout ouverts … Je me demande, comme Alain, si nous parlons bien de la même lumière. De plus il y a être totalement dans la dualité et progressivement en sortir…. cela semble possible… par éveil brutal ou par « attention » plus ou moins acharnée et soutenue… je vois tellement de nuances entre les êtres… et en moi également selon les moments…. comme Alain, « je me soigne » !! 🙂
            Bien à vous deux ♪♫♪

        • alain thomas dit :

          De quelle lumière tu parles pierrot ?

          Oui Margelle, lorsque l’on est dans la polarité, on expérimente la vie, la densité, la dualité.
          Vouloir devenir meilleur c’est créer un espace au pire dans lequel il sera possible d’entrer.
          Comme le dit Guillemant, l’espace est élastique et l’esprit ordinaire prend la forme de la pensée selon l’orientation donnée.
          Ni « vouloir » ni « faire » ni « agir », juste « être » dans le « JE SUIS »
          et « demeurer » quel que soit le mouvement.

          Pour ma part, c’est quasiment impossible à réaliser … mais je me soigne 😀

          Bien à toi Margelle 🙂 ♪♫♪ 🙂

          • pierrot dit :

            on ne peut voir que la lumière duelle vu qu’on est lumière vibrale.
            Dans la perception il y a dualité, dans la vibration il y a unicité, absence d’interprétation.

            • Marie Christine dit :

              Il paraît que toute la matière (dont nous-mêmes) est lumineuse en soi . Mais nous ne la voyons pas encore ainsi .
              Quand nous le verrons, pas besoin d’ombre pour faire contraste .
              Une pierre précieuse, par exemple, brille par elle-même …
              Ou le soleil sur une mer étale s’étendant à l’infini …
              Je ne vois pas la nécessité de l’ombre .
              Je ne vois pas la nécessité de la souffrance pour apprécier la joie …
              L’amour, la joie se régénèrent en permanence et apportent une créativité toujours croissante .
              N’avons-nous pas peur du bonheur parce qu’on assimile à l’ennui ?
              On a peur de s’ennuyer si on n’a pas quelques difficultés à surmonter, quelques douleurs, quelques malheurs …
              Ne dit-on pas : « c’est trop beau pour être vrai . »
              On ne CROIT pas au bonheur permanent .
              Il faudrait inverser la croyance .
              Il y a des bonnes croyances .
              Il y a la foi .

              • pierrot dit :

                En tant que corps incarné, l’ombre a sa raison d’être sinon il y en aurait pas.
                As-tu essayé de dormir en plein soleil ?

              • alain thomas dit :

                Toute la matière est lumineuse en soi, qu’elle soit animée ou pas.
                Ça, je peux l’affirmer dans l’expérience.
                C’est cela notre véritable nature.
                Notre essence est vide, lumineuse et connaissante.

              • alain thomas dit :

                Et ainsi pierrot, notre véritable nature n’est faite que de lumière.

                L’ombre s’oppose à la lumière uniquement dans le jeu de la vie, de la dualité, de la polarité, de la densité … de l’illusion

    • Kris dit :

      Paix et amour à tout les êtres
      Merci le passeur d avoir publier c est article,merci aussi à tout les gens qui ont laisser un commentaire,merci de votre attention à c est article,Merci,pour tout les gens qui souffrent dans c est endroit,au présent passé futur.
      J ai passé dix ans dans c est enfer de tihar jail,donc neuf ans à pratiquer le vipassana,je remercie Kiran Bedi et tout les autres pour la création de ce centre dans la prison,et son fonctionnement jusqu’au présent moment.Je remercie chaque instant de ma vie même ceux de prison.
      Le vipassana est un magnifique voyage intérieur à la découverte de soi et de l univers,c est vrai ont peut découvrir son ADN,en premier il faut se découvrir soi même,ont peut réaliser l infiniment grand,ou petit,ces origines dans l univers,les cycles,la transmutation moléculaire,et encore plus,mais cela demande temps et efforts,la voie du neutre,vide,vacuité,equanimite,peut être assez longue.
      En premier il faut comprendre que tout part de l ignorance.
      l ignorance de la lois de cause et effets qui entraîne la lois de réincarnations.
      Le vipassana vous apprend à arrêter le mécanisme de causes et effets.
      Dans le vipassana il y’a trois technique différente,donc trois vibrations comphrensions,et réalisations différentes,même si elles sont inter liées.
      La dualite
      Tout l univers est dualité,l ensemble du mandala,tout ce que ont entend comme monde supérieur ou inférieurs,enfer paradis,tout les planes ,dimensions, monde,suivant le nom que l ont veut y mettre tout est régie par le mécanisme de dualité,même ce que certains appellent anges archanges,dieux.Ont peut pas arrêter la danse cosmique du plus et moins,mais ont peut en sortir et devenir l observateur de la maya(illusion)et de soi même ,à chaque instant.
      Paix lumière et amour à tout les êtres
      May all beings be happy
      Love for all
      Be Ready Be Equanime

  3. Très beau, utile et intelligent.

    Vipassana ne résout pas tout, mais c’est déjà ça.

    J’en suivi 11 jours d’affilés, 20 mois après le grand événement filmé ici. C’est sûr que ce n’est pas facile.

    Peut-être pas dit ici, sauf erreur de ma part, les repas sont sans chair animale.

    En tout les cas ce n’est pas la voie que j’ai choisie, car l’expérience du « être-avoir-faire-rencontrer » aura été plus forte. D’ailleurs si celles et ceux pratiquant Vipassana le pratiquaient en continu il y aurait sur cette Terre énormément de bouddhas !

  4. Bonjour à vous

    Plusieurs techniques sont disponibles pour le même résultat .
    Celle ci est venu vers moi , il y a près de 15 ans .
    Elle a le mérite d’être gratuite et de se pratiquer
    dans presque toutes les villes du monde entier .
    Son lien : http://sahajayoga.fr
    Sa radio : radio cybele

    ATHENA
    http://ecologieathenaterra.com

    • Marie Christine dit :

      Hé ben oui, Pierrot, j’ai déjà dormi en plein soleil, mai seulement avec les paupières fermées (hi, hi, hi) . Pourquoi …??

      • pierrot dit :

        Parce que notre corps se repose mieux dans la nuit que dans la lumière.

        Au même titre qu’une lampe grille si elle n’a pas de résistance (loi de Joule, U = R I si R résistance (ombre) tend vers 0, I intensité (lumière) tend vers l’infini à U tension constante).

        Tout ça pour dire que si on ne veut pas faire griller le corps on a besoin d’un minimum de résistance (ombre).

        A moins peut-être que le corps change de structure. (faut voir comment le cristal réagit :))

        • Marie Christine dit :

          Ah ben oui, notre corps est structuré pour vivre l’ombre et la lumière . Il faut qu’il change de structure (nous sommes faits de conscience et d’inconscience …) .
          C’est pourquoi nous sommes des mutants . Notre corps actuel est un corps transitoire …

          • Stéphanie dit :

            Oui Marie-Christine notre corps physique et nos corps subtils sont en pleine transmutation en ces temps de transition. Nous sommes bien des mutants … J’avais parlé ici il y a déjà deux ans de ma résistance à la douleur physique et guérison « instantanée » comme par exemple lors de légères brûlures. Je vis également depuis quelques années une nouvelle perception dans ma vision (yeux physiques) … Il m’arrive parfois et spontanément (sans aucun effort, ni aucune volonté) lorsque j’observe et j’écoute des personnes, de voir un halo de lumière blanche émaner de leur corps physique, c’est aussi vrai pour les animaux, les plantes, les arbres et même les choses.

            C’est comme si tout baignait dans une lumière blanche très pure … Cela m’émerveille et transperce mon cœur d’une joie infinie puisque même les personnes qui ne sont pas ouvert spirituellement et ont beaucoup de travail intérieur à faire émanent cette lumière. Nous sommes Un (sans l’ombre d’un doute). Ce que dit Alain Thomas à propos de notre essence qui est lumière, non seulement résonne totalement en moi depuis que je suis enfant (je le sais), mais je peux à présent le voir avec mes yeux physiques.

            Marie Christine, je viens de tomber sur ton commentaire où tu dis « Il paraît que toute la matière est lumineuse en soi » … Oui, c’est exactement ce que je vois depuis 2 ou 3 ans ! C’est la réalité qui nous a été occultée/falsifiée. Nous vivons vraiment un temps des plus extraordinaire, où la réalité de ce qui EST de toute éternité se dévoile sous nos yeux et nos cœurs émerveillés.

            • Marie Christine dit :

              C’est formidable, Stéphanie, ce que tu vois déjà !
              Et certains d’entre nous auront peut-être bientôt la capacité de voir la réelle apparence des êtres et des choses …
              Il paraît qu’une huître, par exemple, est une merveille de couleurs resplendissantes . La terre, que nous voyons brunâtre, elle aussi, etc …
              Un jour, nous nous nous verrons tous comme des pierres précieuses que nous sommes, ou du cristal, je ne sais pas …
              Je crois que plus nous épurerons notre karma, plus nous deviendrons transparents et luminescents aux yeux de ceux qui oeuvrent dans le même sens .
              Quintus va dire que nous sommes de doux rêveurs, mais quand on sent la vérité, on y va sans se poser de questions, même si on doit tâtonner …

              Eve Lyne, belles paroles du cardinal « Philippe de Lyon », et quel courage face au Vatican ! Car le culte de la mort en fait vivre plus d’un !

              • Stéphanie dit :

                Oui Marie Christine ! Je suis tout à fait en alignement avec ce que tu exprimes.

                Je me suis permise de partager mon expérience personnelle ici parce que si je la vis spontanément, c’est que nous pouvons tous la vivre. Je suis simplement en chemin comme nous tous, plus nous avançons, plus les voiles tombent, plus la réalité se transforme, plus notre corps évolue … Nous n’en sommes qu’au début !

                On m’a qualifié de douce rêveuse toute ma vie … C’est difficile pour les êtres qui me sont proches de me suivre/comprendre. Cela a toujours été difficile pour moi de me sentir incomprise, rejetée, de ressentir toute la souffrance du monde et l’inconscience de l’humanité, de percevoir ce que la plupart ne perçoivent pas. Je me suis toujours sentie étrangère sur cette terre, les animaux ainsi que ma connexion à mon âme et à mes guides m’ont permis de ne pas me perdre dans toutes ces basses vibrations … Aujourd’hui, je comprends pourquoi je suis différente et je commence à l’accepter, à l’assumer.

  5. Marie Christine dit :

    Merveilleuse initiative de cette femme dynamique et « habitée » .
    O, Inde, lieu de tous les possibles ! Origine vivante . Mère universelle palpable . J’appartiens à ce pays, coeur et âme ! Nostalgie …
    Merci infiniment pour ce reportage . Je me noie dans ces regards profonds, profonds, uniques au monde !

    • Marie Christine dit :

      Oui Stéphanie, après l’héroïsme du tenir bon contre vents et marées, vient un jour l’avènement et le couronnement de la vérité !
      Avec toute mon amitié .

  6. La Messagère d'Orion dit :

    Vipassana n’est malheureusement pas encore ‘adaptable’ sur mon lieu de travail mais je propose chaque semaines à mes patients alcoolo-dépendants et toxico-dépendants des ateliers ou l’attention est portée sur la respiration, sur le trajet de l’air qui ‘entre et sort par les narines’, une ‘attention sans tension’, une façon d’être présent à soi … et les résultats sont quelques fois remarquables même si ponctuels vu le contexte. Je crée des ateliers divers pour pouvoir présenter à ces personnes des outils, des techniques qu’ils pourront emmener avec eux après leur sortie de post-cure, et dont ils pourront se servir pour rythmer un quotidien quelques fois compliqué. Pas de méprise, certains ne sont pas du tout dans ce type de démarche, ou de recherche. Mais je met ces outils à dispo pour que ceux qui ‘cherchent’, puissent emporter avec eux quelque chose d’autre que des médicaments à quoi s’accrocher. C’est mon vœux. Leurs réactions sont souvent inattendues et nourrissent la foi que je porte en l’être humain. Peu importe la technique, je pense sincèrement que tous les êtres sensibles reconnaissent cette qualité de présence à soi, si particulière et si reconnaissable …
    Merci pour cette belle vidéo.

    • Eve Lyne dit :

      Magnifique expérience !
      Quelqu’un ici, peut-il attesté de la véracité de tout ce dont il est question ?
      Nul doute : Vipassana espoir pour demain ! Tendre la main…. On verra bien, demain…

    • Françoise dit :

      Merci pour ta magnifique participation active!

      • La Messagère d'Orion dit :

        @Eve Lyne et Françoise

        Oui l’expérience est magnifique a voir, si incroyable parfois étant donné le public, abimé, quelques fois des personnes qui viennent de la rue ou de prison justement … comme quoi, la vie s’abrite partout n’est-ce pas ?
        Et merci de vos réactions. Le contexte institutionnel est d’une violence telle que je ne suis pas sure de pouvoir continuer bien longtemps a faire ce que je fais aujourd’hui .. Pour pouvoir partager la vie, encore faut-il pouvoir la protéger en soi … En vérité je n’ai pas l’impression de ‘participer’ mais simplement de venir évoquer le vivant, d’être avec mes patients à un rendez-vous que nous avons pris ensemble un peu comme des retrouvailles. C’est comme si nous profitions les uns des autres avant qu’ils ne reprennent leur route. Je me sens reconnaissante de pouvoir vivre ça, c’est aussi moi que tout cela nourrit…

  7. Françoise dit :

    bonjour!
    Je pratique Vipassana avec assiduité et ténacité et je peux affirmer sans aucune contestation que cette méthode concrète, simple, gratuite est d’une efficacité extra-ordinaire et mène immanquablement au résultat escompté.
    Cette pratique plusieurs fois millénaire, remise au goût du jour en cette fin de cycle, est absolument infaillible à condition de s’en donner les moyens.
    C’est un réel travail.
    Le but ultime de cette technique, qui est, il faut bien le préciser l’enseignement du Bouddha dans sa pureté intrinsèque, est l’Éveil total et donne accès au génome, donc à LA Connaissance, en opposition au savoir intellectuel.
    Vipassana est la Science de la Vie car cette méthode régénère le corps physique, énergétique et tous les corps subtils jusqu’à l’ADN. Cette pratique donne accès au génome avec comme résultat concret l’éradication totale des maladies, de la souffrance, et donc l’accès tout naturel à la régénérescence des cellules, donc le rajeunissement effectif du corps et la non obligation de passer par la mort physique.

    J’accepte volontiers de partager avec toute personne réellement motivée.

    • alain thomas dit :

      Quel bonheur de te lire et quel bonheur de « voir » tout le chemin parcouru porter ses fruits !
      Je témoigne de l’effort fantastique aujourd’hui « non effort » … quelle Merveille !
      Puissent tous les êtres émaner la spontanéité de l’instant !
      Puissent les enseignements servir pour le Nouveau Monde !
      Puisses-tu rayonner partout et dans toutes les directions !

      Bien à toi ♥♪♫ ☼ ♫♪♥ 🙂

    • Margelle dit :

      Françoise, ton partage d’expérience m’intéresse. Une amie m’avait prêté il y a de ça 3 ans le livre « l’art de vivre » de William Hart, qui m’avait fortement intéressée, mais je n’étais pas disponible pour m’engager dans cette voie, qui me semble proposer d’aller encore plus loin dans la connaissance de soi, sans orientation de quelque nature que ce soit…
      Je viens de regarder le site qui correspond parfaitement à cet esprit. Je ne sais pas me connecter via le site, si tu le peux, et le veux bien, sais-tu le faire ? sinon je te passerai mon adresse e-mail du site…

      • pierrot dit :

        Lorsque la personnalité se saisit de l’expérience cela devient un échec ou une réussite.

        Dans l’observation directe il n’y a rien d’intéressant, rien à saisir mais une sensation de vastitude englobante sans importance.

        C’est ce qui en fait toute sa profondeur.

        • Françoise dit :

          bonjour Pierrot,
          Tu dis ‘ dans l’observation directe il n’y a rien d’intéressant »

          Je me sens dans l’obligation d’intervenir afin d’affirmer avec certitude:
          l’observation directe mène directement à la Connaissance Vraie, celle qui donne accès au génome, ce qui permet l’éradication des maladies et souffrances de tous ordres avec pour conséquence directe le rajeunissement des cellule et la non obligation de passer par la mort du corps physique.

      • Françoise dit :

        voici mon adresse mail:
        sarvamangalaam@yahoo.fr
        au plaisir d’échanger!

  8. Margelle dit :

    http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-la-lumiere-adrien-boutry-124082656.html

    La lumière n’aurait pas de méthode ???
    Est-ce si vrai que ça ??

  9. guil la dit :

    La même expérience plus tard, aux états unis (Alabama).
    Une expérience incroyable.

    The dhamma brothers.
    http://www.veoh.com/watch/v20966005DZWG5dkq?h1=The+Dhamma+Brothers
    Attention, anglais non sous titré.

    Belle fin de journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *