ENTRE NOUS TOUT y EST (1)

Susan Seddon-Boulet09Voici un texte que je publie en trois parties plus une quatrième contenant des notes de l’auteur, en accord avec celui-ci. C’est à mon sens un texte important, qui s’inscrit sur plusieurs niveaux, dessine le proche avenir et livre des vérités à intégrer et des clés à saisir à propos des temps qui sont et des temps qui arrivent à grands pas.

Il n’y a pas de ponctuation, mais de grands espaces qui sont autant de respirations que je vous invite avec insistance à respecter. L’auteur l’a souhaité ainsi.

Je vous convie à lire ce qui vient en vous accordant une vraie disponibilité pour le faire, de même que je vous propose de conserver ce texte – et d’autres si vous le souhaitez – (par impression ou copier-coller) car je ne sais si ce site sera toujours accessible dans les temps qui viennent.

Enfin, l’auteur, qui restera anonyme, souhaite que ce texte soit diffusé le plus largement possible. Je me joins à lui dans ce vœu.

Le Passeur.

Par O Mikael

1 – Le monde que nous vivons est celui que nous créons
Responsable de ce qui vit en moi sans rejeter ce qui me dérange sur autrui
Je trouve l’équilibre dans le silence intérieur
D’où j’intègre le ressenti que me suggère le monde
Je transforme en conscience intérieure ce qui paraissait extérieur
Et agis suivant l’équilibre créateur maintenant possible

Je suis CELA que nous devenons ensemble

 

2 – La paix véritable n’est pas l’absence de guerre
Elle n’a pas de contraire     Elle est le grand silence
Qui nous effraie car nous l’assimilons à l’absence de moi
Lequel n’est qu’un reliquat de mémoire réactive non résolu
Une bulle d’expérience particulière qui réfléchit le passé
Un focus de l’infini en prise directe avec le ressenti du corps subconscient
Que la mort transfère de limites finies en possible devenir

Tu es le cœur qui unit le fini à l’infini possible
Libérant l’un     recréant l’autre     à chaque instant de vie – mort – renaissance
Inspir-expir     silence-action     Parole en Acte
Juste agir en trait d’union de formes à l’apparence distincte
Rétablit la paix en juste mémoire
Celle de l’être vivant en union recréée
Que nous sommes Ensemble
Chaque–un réuni à la source de vie commune
Qui aime bien au-delà des limites en résistance formelle

 

3 – Ce qui est perçu comme réalité objective extérieure est projection inconsciente
L’univers     tout sauf moi     qui n’existe qu’en résonance de mémoire
Pas de réalité observée sans observateur subjectif
Perception     focus
Particule     image figée     que l’onde transfère hors de ses limites
Mouvement jamais figé     non pas deux     mais     trois
L’origine de tout     la fin de rien
Et le mouvement permanent entre chaque
Où le pôle + de l’esprit éveille et anime le pôle — matière
Une seule vie réelle infinie
En multitude de particules focalisées
Tournant en bulles     jusqu’à épuisement du stock
Et libération de la mémoire en onde

Ce qui s’objective n’est pas la matière     miroir photo–sensible
Trame existentielle
Plus volatile à mesure que l’esprit la pénètre
Mais la mémoire en « moi » jusqu’à rien du tout
Le vide d’autant plus plein que dépourvu de formes
Vacuité offerte à ce qui la comprend et la ressent
La matière est le voile obscur du passé     jusqu’à l’origine
D’où l’esprit éclaire le devenir possible
En finalité comprise     jamais tenue     unité requise     jamais figée
Et toi tu la ressens et vis en l’inspirant

Nous y sommes

 

4 – J’ai maintenu l’ange au contact de l’enfant
Mémoire affective pétillante en joie
Mais à la fois transie d’effroi

Nous nous sommes souris
Tous les trois     unis en un seul regard

Et tu es apparue
Sublime     entière     altière     souveraine
Sans fard ni parure
Nous avons marché un moment sans rien dire
Et nous sommes aimés jusqu’à l’Aube

Oui     j’épouse la Terre     ça dérange quelqu’un ?
Cette nourrice si proche et familière
Qu’on en oublierait presque la vie qu’elle nous donne
Jusqu’à ce qu’elle se rappelle à notre bon souvenir

D’où le stress existentiel qui semble toujours nous pendre au nez
Jamais sûrs du lendemain
Qu’il serait si confortable
De contrôler sa vie comme une machine bien huilée
Mais non     il y a toujours ce foutu grain de sable imprévu
Qui vient foutre en l’air ce qu’on croyait tenir de main de maître

Alors renaître à la vie     à chaque instant     en Artiste
Telle est la maîtrise en équilibre existentiel

Juste entre-nous     puisque nous y sommes
Sans excuse     ni apitoiement     sans baratin     ni justification
Comme ça     l’air de rien
A l’attention des petits malins qui s’imaginent tirer les ficelles
A l’ombre de la peur du lendemain

Nous sommes Maîtres d’oeuvre
Nous éveillons aux justes relations de la vie sur Terre
Nous y sommes     et nous restons
Pas vous

Ce qui n’empêche pas le respect de l’expérience de chacun
Dans le cadre qu’il s’est créé
Sans esclaves y figurant

 

5 – Je ne suis pas plus « divin » que toi
Ni moins humain d’ailleurs
Alors quoi ?     C’est du bluff ?
Imagine que chacun visionne son petit film dans sa salle privée
Avec toujours « moi-je » en vedette
Utilisant les autres pour parvenir à ses fins
Il suffit d’accorder de l’attention à « moi-je »
Pour que tous autour de lui en subissent l’attraction fatale
Enfin ça c’est le scénario à « moi-je » qui se nourrit d’attention

Maintenant     arrêt sur image     nous voici dans la cabine de projection
Entre-nous     en Paix
Quel film allons-nous projeter ?
Il ne s’agit que d’un film     avec un « je » drôle
Qui se prend pas au sérieux     contrairement aux masques de l’égo
Mais qui joue en revanche le « Je » à la perfection
En accord du chœur d’ensemble
Tu me suis toujours ? Non sinon on peut faire une pause
Mais une petite     parce que le film va commencer

Valou05Tu n’es pas né d’hier
Je veux dire que la mémoire du corps n’est pas limitée à l’existence personnelle
Ni même à des vies « antérieures »     qui s’interpénètrent
Elle est liée à l’origine même de la vie et de la matière
C’est à ce contenu de mémoires en souffrance
Que nous devons répondre     tout en douceur et confiance
En venant au contact des zones douloureuses
Dont l’enfant se préserve

Là c’est chacun pour soi et Dieu en chacun
Les techniques     la technologie     la chimie
Ainsi que l’aide compétente que tu sollicites
Peuvent certes rétablir un équilibre relatif en apparence
Mais la véritable guérison est une auto-guérison
L’éveil à ce qui est
Et tôt ou tard tu devras faire le chemin par toi-même
Alors autant être libre de vouloir ce qui nous rend heureux
Ce qui ne vient pas si naturellement que ça devrait
Contrairement au désir dont on subit l’attraction si naturelle

Là il ne s’agit pas de se venger d’un sort contraire
Ni d’un coupable idéal que l’égo désigne aussitôt
La malignité de l’égo consiste à te détruire
En t’enfermant dans les contradictions qu’il entretient en accusant
Pour ça il utilisera toute l’attention que tu lui consens

Donc autant dénouer le fil de l’histoire gentiment
Avec autant de détachement et d’humour
Que la reconnaissance en paix de soi le permet

Le « psychodrame » risque de pimenter le jeu bien assez tôt
Et nous n’avons     cette fois-ci     pas le droit à l’erreur

 

6 – Réunir le masculin et le féminin en soi l’être à la vie
L’intelligible et le sensible     le jour et la nuit
Primauté du féminin     Réceptivité pure
Zéro     inspire de rien     expire tout en un
Sinon les formes exprimées sont dépourvues de vie propre
Et parasitent la pensée en t’accusant du manque

Vois et laisse passer
Tu es responsable des pensées auxquelles tu adhères et donnes vie
Pas de celles qui passent

La pensée comme l’émotion sont des états intermédiaires de l’énergie – conscience
Entre esprit et matière
D’où l’intention pure     Amour inconditionnel
Se révèle à travers des formes créées à son « image »
D’un côté la pensée reflète l’idée intuitive des Archétypes
De l’autre elle canalise l’énergie pour mettre la vie en formes
L’autre ne va pas sans l’un
L’influx créateur harmonieux va de haut en bas     ou du centre à la périphérie
L’inverse est chaotique     expérience en cours

D’où il est totalement exclu d’envisager une « ascension »
Qui ne descende pas au préalable
Unie de cœur et d’esprit
Au fond le plus obscur de son ressenti
Là où on ne veut surtout pas aller
Car « moi-je » s’y fond (à l’image du Goloum du Seigneur des Anneaux)

La lumière révélée tout au fond est l’Ascension
Pas un bal costumé pour « touristes en fuite »
Il n’y a pas plus « d’élus » que de « damnés »
Juste la reconnaissance effective de soi en l’autre
Tant que « moi-je » le zappe tu reviens à la session suivante
Jusqu’à ne plus supporter le superflu
Sensé préserver « moi-je » de l’Autre     perçu comme l’ennemi
Qui révèle le faux-semblant

La vie est un livre ouvert     où tu écris ton histoire
En l’instant de communion pure     tout est offert
Tu communiques ce qui t’inspire
Et le possible devient réel

Tu n’as pas créé le Livre de la mémoire essentielle (akashique)
Et tu ne t’es pas créé toi-même
Tu deviens ce que tu es
En manifestant la Source de toute vie     en toi

Susan Seddon-Boulet10

L’Amour est ce qui unit toutes les formes entre elles
Pas la projection compensatrice du manque affectif de l’égo
Geignard et vindicatif à la fois     juge et victime
Mais si tu parviens à imposer dans l’intelligence du cœur universel
A monsieur « moi-je » l’évidence de ce à quoi il participe
En particule informée
Alors tu récupères toute l’énergie qu’il vampirisait
Pour en faire l’allié indispensable
Dont le sacrifice focalise la lumière tout en bas
En serviteur reconnu de l’ensemble que nous sommes

Ou alors tu continues à rêver     nostalgique     au salut de ton âme
Sur l’air de « c’était bien mieux avant qu’il y ait tout ça »
Attendant que monsieur Dieu sur sa blanche monture
Ou les gentils E.T. dans leurs vaisseaux de lumière
Viennent te sauver du monde mauvais

Je t’aime     parce que c’est toi
Que je reconnais     Libre d’aimer ce qui est
Et personne ne viendra te sauver de toi-même
Autre que toi qui aime

Alors laissons jaillir la Source
Reconnaissons-nous ce pouvoir
Sinon il est manipulé par d’habiles prédateurs
Auxquels nous concédons notre pouvoir créateur
Sous forme de cultes et de sacrifices
Presque toute l’histoire explosive des mondes     en somme

 

7 – L’Ensemble des univers en leurs dimensions lumineuses subtiles
Est gouvernée par une Hiérarchie de compétences créatrices
Dont le moteur est « Je suis cela que Nous devenons ensemble »

A ce niveau d’intériorité     le ressenti est tellement vivant
La fréquence vibratoire de l’esprit si élevée
Que le véhicule de conscience lumineuse se déplace comme il veut
A l’intérieur de ce que nous percevons d’extérieur

La réalité physique agglomérée que nous expérimentons
Est au contraire tellement ralentie
L’esprit comme divisé semble endormi
Que l’énergie naturellement fluide
Y apparaît en des formes presque figées
Qui constituent une forme de création aléatoire
Drastiquement encadrée
En aucun cas déconnectée de la Source
Mais comme antagoniste
Comme si la forme retenait pour s’entretenir
Ce qui n’appartient qu’au fond
A l’image de l’égo séparé
Dont l’inconscience nous pousse à la destruction

Or c’est de l’antagonisme le plus radical
Que naît le potentiel le plus riche
Et comme on est des petits vernis
Notre belle Terre     jardin merveilleux     fut choisie
Pour y voir s’ébattre les antagonismes les plus virulents
Dont certains se font une spécialité de piller et détruire les mondes qu’ils colonisent
Par leur maîtrise nano-technologique de l’invisible
Leur savoir de généticiens manipulateurs et leur pouvoir psychique ascendant
Sur une masse soumise dont ils se repaissent en se faisant craindre dans l’ombre
Ça te dit vraiment rien ?

Attention     ne commets surtout pas l’erreur tragique
De prendre cette histoire au sérieux
Ce qui justifierait automatiquement la haine et le désir de vengeance de l’égo exclusif
Qui est le fameux « démiurge » le « mauvais » créateur des gnostiques

Car alors la manipulation est suralimentée jusqu’à la rupture

Cela ne se passera pas ainsi cette fois-ci
Nous y sommes engagés

D’ailleurs tu risquerais d’être surpris de la répartition des rôles en mémoire
Qui rend la culpabilité inconsciente si pressante de se décharger sur autrui

Ce qui nous importe est la vision pénétrant au cœur de toutes formes
D’un point de vue global     qui transcende les limites antagonistes
En les réduisant à rien     ce qu’elles sont     somme toute

Toujours la Paix intérieure inaliénable
Qui se réalise dans l’abandon de tout effort et tension
Mais en vigilance pure

Alors pourquoi remuer toute cette merde ? me diras-tu
Parce que sans un regard clair
Ça continue à grouiller     à fermenter     jusqu’à déborder
Et que par ailleurs transformé en conscience
C’est ce qui fait le meilleur compost     pour les plus belles plantes

Relativise tout     sauf l’essentiel
Notre engagement commun à l’égard de la vie
Concentres-y ton attention
Jusqu’à capter l’intention de vie aimante
Qui te guide au-delà de toute illusion dualiste
Au-delà de la mort nécessaire de l’attachement à la forme

O Mikael

SUITE (cliquez)

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte).

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

À propos de Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.