Au fond du terrier du lapin blanc

Par Le Passeur.

Il est probable que quelques uns se sentent heurtés dans les mots qui vont suivre, mais à la vue de ce qui se dit et s’écrit encore à travers la Toile et de l’interminable comédie qui se joue au quotidien dans les milieux pseudo-spirituels, je me dis que l’araignée a de sacrées réserves de nourritures tant les proies qui s’agitent dans ses fils sont encore nombreuses. Je parlerai de cela et dans un second temps de ce qui se trame en France.

Il fut un temps pour comprendre que la Vérité était ailleurs, un temps pour expérimenter l’ailleurs à l’extérieur de soi, encore un temps têtu pour prolonger ce leurre, jusqu’à enfin accepter qu’il n’y a qu’à revenir à Soi, sur sa voie intérieure. L’agenda en cours ne laisse plus de place depuis longtemps aux hésitations et aux compromis. Si l’Homme ne devient pas plus conscient au prix d’un effort réel et suivi sur lui-même, il continuera à subir un agenda qu’il n’a pas choisi jusqu’à son propre anéantissement.

Combien de temps encore les agneaux se laisseront-ils bercer ? Ne voient-ils pas dans quel gigantesque business du soit-disant spirituel ils sont englués ? Combien encore de sonnants et trébuchants stages, séminaires, thérapies et autres « vibramachins », combien de croyances et d’argent vont-ils laisser aux marchands du temple ? Combien de canalisations astrales vont-ils avaler dans l’illusion de trouver une main secourante qui pourrait les saisir dans le marais des peurs qu’ils ne veulent confronter ? Ne voient-ils pas non plus à quel point ils reproduisent aveuglément au quotidien ce qu’ils dénoncent par ailleurs ?

Nous vivons dans une matrice que nous créons à la fois individuellement et à fortiori collectivement. Cela veut dire quoi ? Que la matrice qui correspond à notre univers visible pour disons généreusement 1 %, mais à l’invisible à 99 %, est une interface qui réagit fréquentiellement à notre propre interface personnelle, notre ego, siège de toutes nos manifestations non-conscientes.

Pour illustrer le portrait, disons que la matrice fonctionne un peu comme un logiciel-système, très vraisemblablement géré par une intelligence artificielle quasi autonome et que nous en sommes les programmeurs permanents par les fréquences que nous émettons et qui sont toutes porteuses d’information. À chaque instant, notre ego, par ses pensées, ses actes, ses émotions, son inconscient, va remplir de ses informations chaotiques les petites cases blanches du logiciel, qui va ingérer les paramètres afin de matérialiser au sein de l’hologramme ce que l’ego a exprimé. Ce qu’on appelle la résonance fréquentielle. D’où notre responsabilité à 100 % de TOUT ce que nous vivons.

Laissons de côté les intelligences qui ont présidé à la création de l’intelligence artificielle, ainsi que les intelligences qui exploitent aujourd’hui la production multidimensionnelle de la matrice, qui ne sont pas le propos du jour.

Assimiler l’importance de la multidimensionnalité de la matrice nous permet d’évaluer à quel point on peut se perdre et s’engluer dans l’expérience de la vie. Tout ce business du new age bâti sur les aspects les plus grossiers et les plus denses de l’invisible devrait constamment le rappeler à chacun. L’invisible au sein de la matrice représente la presque totalité de l’hologramme et l’Homme non conscient vit sous un parapluie sur la pointe d’un iceberg virtuel qu’il croit être la réalité tangible. Au mieux perçoit-il quelques pans de l’invisible à travers les couches astrales, sinon au moins la possibilité de l’existence d’une part d’invisible dans son univers, mais la plupart du temps il n’est psychiquement et physiquement vissé qu’à la matière qu’il perçoit.

Le new age, lui, qui piège tant d’êtres en éveil, se complaît en réalité dans ses échanges avec l’astral. Et l’astral, c’est encore la matrice. L’astral et ses dimensions, ce ne sont pas les plans de Lumière, même ses couches fréquentielles les plus élevées sont encore de la fausse lumière. L’astral, c’est le monde de la mort, rien d’autre. Et comme ici-bas, il s’y côtoient toutes sortes d’individualités, mues de toutes sortes d’intérêts et de préoccupations. Si dans les couches fréquentielles les plus élevées exercent des êtres plus attentionnés que dans les fréquences plus basses où pullulent les manipulateurs, ces êtres n’en sont pas moins piégés dans la matrice et la plupart d’entre eux n’en ont pas conscience.

Ceux qui canalisent ces êtres ici-bas ne canalisent pas les plans de Lumière, à de rarissimes et éphémères exceptions près. Car si quelqu’un de temps en temps crée la brèche et laisse descendre à travers lui l’expression des vrais plans de Lumière, la qualité de son contact n’est en rien garantie dans la durée, parce que l’Homme est instable tant qu’il n’est pas un Homme Conscient – l’Homme Intelligent comme le nommait Bernard de Montréal – c’est à dire un Homme qui aura balayé toutes les couches inconscientes qui font de lui un émetteur du chaos et qui aura fusionné avec son double.

Ceux qui se servent de ces plans astraux, ce qui est le cas de presque tous les chamans et autres thérapeutes énergétiques, jouent dans la même cour des intérêts croisés, des prises de pouvoir et des captations d’énergie, quelles que soient la sincérité ou la bienveillance qui pensent-ils les animent. Ils ont établi dans l’occulte des pactes avec les forces astrales, qu’ils en soient conscients ou non et ont dans ce dernier cas tout intérêt à l’envisager pour leur bénéfice et celui de leurs clients. Ce n’est pas un jugement, c’est un constat qui devrait s’intégrer à la prise de conscience de chacun afin de se libérer de ces emprises et pouvoir s’établir dans sa Souveraineté.

Dans l’astral comme ici, la Conscience est quelque chose qui doit s’affiner. Et des deux côtés du voile, bien peu d’entités ont eu jusque-là la capacité de se libérer. Tant et si bien qu’elles sont en permanence recyclées par la matrice via la réincarnation, de leur propre volonté et selon des enseignements faussés, jusqu’à ce qu’elles prennent conscience de ce mécanisme pervers et qu’elles aussi abandonnent leurs croyances et leurs attachements pour faire place à Ce qui Est et qui a toujours été là, dissimulé sous les encombrements qui sont les leurs tout comme les nôtres.

Rappelez-vous la Table d’Émeraude d’Hermes Trismegiste: « ce qui est en bas est comme ce qui en haut et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles de la Chose Une».

Refaire l’Unité avec nous-même, avec notre double qui est en-dehors de la matrice, EST la Voie de la libération. Du côté des vivants comme du côté des morts, l’Homme en devenir est celui dont la conscience s’affine et s’aiguise toujours plus. De lui-même alors, il crée les conditions qui vont débarrasser son individualité des miasmes de l’ego, des limitations de ses programmes et de la soumission aux influences, y-compris celles nées des intrications subtiles de l’invisible. Il va graduellement se trouver de plus en plus présent face à lui-même, aligné dans sa verticalité, sourd au vacarme du monde, hors des illusions qui lui masquent sa Réalité depuis le début de son incarnation.

Sur ce chemin exigeant et difficile, il va d’abord se débarrasser peu à peu des croyances émanant de son conditionnement et de ses programmations héritées et acquises. Dans un processus automatique qui lui sera encore naturel pendant un temps, il se peut qu’il les remplace par d’autres. Par là il ne résoudra rien de l’équation qui le maintient dans l’illusion, mais il avancera néanmoins, avec en lui le potentiel bien vivant de croissance de sa Conscience. S’il maintient sa volonté de s’affiner, il créera alors les conditions qui lui permettront de le faire. En revanche s’il s’arrête et se fixe sur de nouvelles croyances, il nourrira sa nouvelle réalité issue de celles-ci et prendra le risque certain de s’y égarer pour longtemps.

Je prends un exemple qui a été le mien un certain temps. Comme nombre de ceux qui se réveillent, j’ai perçu très tôt que l’histoire de l’humanité qui nous était servie était un leurre et j’ai longtemps cherché à reconstituer une réalité plus cohérente. A partir de là j’ai donc créé les conditions en moi pour que mes recherches m’amènent à des résultats. Pour le dire autrement, j’ai alimenté la matrice, j’ai rempli les cases blanches du logiciel, qui par résonance m’a servi sur un plateau ce qui correspondait aux nouvelles fréquences que j’émettais. Et donc plus j’avançais au fil des années, plus je découvrais de pièces du puzzle à assembler pour reconstituer ce que je pensais être la réalité. La vision d’une autre histoire s’affinait, mais c’était sans fin, il y avait toujours plus de pièces à assembler. Et la matrice nourrissait mon attente en me donnant toujours plus d’os à ronger, qui pendant ce temps m’éloignaient de la véritable quête intérieure du Réel.

Avez-vous d’ailleurs remarqué que depuis quelques temps, il nous est annoncé de tous côtés d’incessantes découvertes de nouveaux sites « anciens », de pyramides un peu partout, de vestiges divers appuyant la thèse d’une toute autre histoire de l’humanité, d’exoplanètes et de possibilités de vie extraterrestres ailleurs et jusqu’ici ? C’est parce que de plus en plus de gens en recherche incarnent cette information et que la masse critique quantique a été atteinte pour que collectivement la matrice produise cette réalité, qui va donc s’imposer à de plus en plus de personnes et s’auto-alimenter toujours plus.

Ça ne veut pas dire que tout ce qui se révèle à ce sujet est faux, parce que la matrice répond aussi aux vrais résidus mémoriels des cycles précédents de l’Homme et ne peut rien contre les mémoires qui filtrent hors matrice et qui émergent parfois en nous, mais cela veut dire que tout au sein de la matrice est suspect, parce qu’elle a implanté en nous des fausses mémoires et divers programmes pour détourner tout ce qui pourrait se présenter sur le chemin de l’Éveil. Nous jouons contre un superordinateur, qui a toujours plusieurs coups d’avance sur nous, du moins tant que nous voulons lutter avec ses outils et ses armes. Notre éveil n’est pas son intérêt programmé. La Voie est ailleurs.

Perdre ces croyances donc, qui nous font tant de bien, parce qu’on prend soudainement conscience qu’elles aussi sont illusion, n’est pas chose facile. Sur ce chemin d’épuration de son individualisation, l’Homme qui se vide de tout ce en quoi il a cru et qui a fondé son assise psychique passe à un moment ou à un autre par un stade de dépression où existe le risque qu’il lâche la vie. C’est le moment crucial où il peut enfin renaître au Réel, le moment où il se retrouve totalement seul face à lui-même et doit trouver l’eau de Vie de son propre puits. C’est aussi un passage où point le désenchantement, sinon le désespoir. Puis vient le temps du nouveau souffle, où l’Homme pourra jouer à maîtriser peu à peu sa création au sein de la matrice, tout en ayant accepté en profondeur qu’il est un funambule qui n’appartient à aucun monde et à tous à la fois.

C’est à ce prix que la coupe se vide et créé enfin l’espace pour accueillir le nouveau. C’est dans l’abandon de toute croyance et de tout attachement que l’Homme trouve sa propre voie libératrice. Celle qui doit le conduire à sa réunification avec son double, hors de l’illusion de la matrice. Je ne vais pas m’étendre sur le double, il existe une littérature sur le sujet dont je conseillerai les travaux du physicien français Jean-Pierre Garnier-Malet. Il y en d’autres.

L’attachement, à la même hauteur que la croyance, est un obstacle majeur à la manifestation de la Conscience. Comme il y a beaucoup de confusion autour de la notion d’attachement que tout le monde trouve naturel, il convient de préciser les mots. Par attachement, il faut entendre tout ce qui répond à un besoin (ou le comble illusoirement) ou à une attente (qui vise à vouloir combler un besoin). L’affection et l’amour véritables ne sont pas de l’attachement. La confusion vient du fait que l’attachement touche à l’émotionnel et que c’est là le plus agité et le plus confus des corps de l’Homme non-conscient.

L’attachement qui est celui de l’Homme non-conscient s’évalue à travers l’éclairage qu’il a du fonctionnement de son ego. Dans son apprentissage des facettes de son ego en proie à un émotionnel ultra réactif et un mental le justifiant en permanence, l’Homme va pouvoir se différencier de son ego (j’ai assez écrit sur le sujet ces dernières années pour ne pas approfondir ici), puis dans un second temps de son corps physique pour prendre peu à peu la mesure de sa multidimensionnalité et emprunter enfin la voie libératrice de la Conscience.

Sachant tout cela, celui qui cherche toujours à l’extérieur de lui-même n’aboutira nulle part. Mais celui qui cherche en lui, trouve l’eau de son puits. Et quand il la boira, il s’abreuvera de la vraie Lumière. Celui-là suivra sa propre voie sans se soumettre aux sirènes qui voudront l’attirer tant qu’en lui des peurs subsisteront.

L’Homme Conscient est souverain, il n’a rien à craindre de rien. Au sein même de la matrice il est l’égal en son pouvoir des faux-dieux qui l’exploitent au fil des cycles de l’Homme. Et ce n’est qu’une étape, pas une finalité. Disons qu’au sein de la matrice, l’Homme en pleine Conscience est celui qui s’est réunifié avec son double en-dehors de la matrice, il est celui qui rejoint ces parts de lui qui s’expérimentent dans la vraie Lumière et les fusionnent. Il détient alors toutes ses mémoires, peut réactiver ses capacités en sommeil dans son ADN et a accès à toute information. Il saura alors à quoi il doit jouer.

Aujourd’hui, plus que jamais les mondes se divisent fréquentiellement et les réalités se divisent. Ce que les maîtres actuels de l’illusion veulent, c’est appliquer la stratégie du chaos puis baisser provisoirement le feu sous la casserole où cuit lentement la grenouille qui ne se rend compte de rien. Autrement dit, ils veulent nous servir un niveau de confort apparent plus grand au sein de la geôle, peindre d’or les barreaux. C’est ce monde que leurs valets organisent, où les Hommes seront réunis par cette nouvelle religion unique que dessine le new age, mais sous l’égide de ce nouvel ordre mondial qu’ils martellent, dans la dévotion aux intelligences artificielles et la confusion des genres et des individualisations. C’est une ligne du temps dans laquelle ils veulent entraîner le plus grand nombre.

Lorsque la remise à zéro sera effectuée à la toute fin très proche du cycle, au moment où l’alignement cosmique créera la brèche, cette fréquence aura pris corps sur une Terre vouée à une nouvelle expérience d’involution/évolution, au contact d’êtres non humains scientifiquement évolués mais en déficit de bienveillance, les faux-dieux d’antan, aujourd’hui discrets. Les peintures auront été refaites, mais c’est reparti pour un cycle de galère. Sur une autre fréquence et donc une autre dimension de la Terre, l’Homme devenu Conscient pourra créer sur de plus hautes fréquences un monde sans ordre mondial dictatorial et sans aucune religion, où il mettra son intelligence au service de la vraie Lumière, en interaction avec les autres espèces vivantes elles aussi Conscientes.

Tout ceci est très proche. L’ultime compte à rebours à commencé cette année 2018 et les événements mondiaux forts vont se succéder de plus en plus rapidement. C’est l’affaire de très peu d’années avant d’atteindre le point de bascule, peut-être quatre ou cinq.

Entre-temps beaucoup de bouleversements profonds vont se produire, des prises de conscience collectives vont se faire, comme il commence à s’en faire en France en cette fin 2018. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cet aspect de la prise de conscience commence en France, il y a là une boucle qui s’achève. Mais le danger réside dans le fait que ceux qui s’ébrouent aujourd’hui n’ont en conscience pour l’écrasante majorité que la dimension visible des choses, il leur manque la part occulte, la plus vaste, celle qui source la part visible, ce qui fausse leur vision et sous-estime pour l’instant l’amplitude et la portée du changement nécessaire. Ceux qui leur font directement face n’en ont d’ailleurs pas plus conscience pour la plupart. Mais en coulisses, des êtres initiés savent l’agenda cosmique en cours et tentent de servir leurs intérêts, d’ailleurs pas toujours convergents.

Ce qui se joue en France en cette fin 2018 démontre bien cette méconnaissance de la part occulte des choses. On y voit une expression de la sagesse et le début de quelque chose qui ressemble à la reprise de sa souveraineté, mais aussi des débordements de haine et la capacité pour beaucoup de se laisser vite endormir par des leurres politiques sans substance.

Ce qui est plus grave, c’est que trop d’expressions encore cristallisent toutes les émotions sur l’homme qui a voulu la présidence pour ce quinquennat. C’est oublier qu’il n’est qu’un pantin du système d’asservissement, placé là par les puissances de l’argent les plus ténébreuses qui l’ont formaté, lui ordonnent et le manipulent souvent à son insu. Car il y a une forme réelle d’innocence dans cette homme et c’est pour ça qu’ils l’ont choisi.

Attention donc à l’aspect occulte de tout ceci. Il y a derrière cet affrontement des forces sombres qui s’agitent un réel aspect sacrificiel où de puissants égrégores sont à dessein excités. Il ne faut pas se tromper de cible, car ceux qui dans l’ombre l’ont voulu Président ont prévu et favorisé ce qui arrive aujourd’hui afin d’en détourner à leur bénéfice tout l’aspect énergétique où se situe la vraie force du pouvoir. Cet homme est sacrifié sur un sombre autel. Il est aujourd’hui l’objet malgré lui d’un véritable rite occulte dont il ne savait rien jusque-là, mais dont probablement il commence à se rendre compte à son insuffisant niveau d’initiation.

S’acharner contre lui ne fera que servir ses maîtres tout en le détruisant et ce serait une grave erreur car il est important pour l’efficacité du rite qu’ils accomplissent que ce soit le peuple inconscient qui le conduise au sacrifice.

La manipulation des égrégores propices au rite se fait à travers la provocation de l’indignation et des violences de toutes parts, des ordres ont été donnés pour cela et celui qui préside au pays n’y peut rien, il n’en est pas maître et sera de plus en plus seul et désemparé. Il ne s’agit pas seulement de ne pas tirer sur une ambulance, mais de ne pas alimenter le rituel occulte qui doit servir aujourd’hui à détourner lourdement le cours de toute une ligne du Temps.

C’est un système d’asservissement des populations qu’il faut mettre à bas, pas les hommes qui le représentent provisoirement et qui ne savent pas eux-même dans quoi ils ont mis les pieds. Peu importe leur ego, que celui qui n’en a jamais eu d’ego leur jette la première pierre. Il appartient à présent impérativement à la sagesse du peuple de se focaliser sur le changement de société auquel il aspire, sans se focaliser sur les hommes et en dépassant largement le cadre matériel et socio-politique du sujet. Il s’agit de mettre en place une gouvernance bienveillante pour les peuples et sans corruption possible, ceci au sein d’une manipulation occulte qui fonctionne tant qu’elle demeure inconnue de ces peuples.

C’est donc un grand chaos multidimensionnel qui s’annonce, condition préalable à toute mutation. Il va se jouer désormais en très peu de temps, point d’orgue d’un long cycle, tout ce à quoi nous nous sommes préparés depuis longtemps. Il va nous falloir maintenir une grande vigilance sur nous-même pour ne pas rater ce rendez-vous cosmique. Ce qui implique qu’il va nous falloir être très présent à nous même, c’est à dire très conscient de nous en toute chose de l’instant présent, apaisé malgré les énergies saturées de notre environnement, donc capable de prendre du recul sur les événements.

L’agenda en cours n’est pas celui qui nous est et nous sera présenté, il n’a rien à voir avec le monde visible et ses théâtres organisés dans l’ombre par des formes de vie dont les intérêts sont autres, il faudra l’avoir toujours à l’esprit. Il va falloir aussi s’accommoder des sollicitations émotionnelles qui nous seront servies et avancer nos pièces sur l’échiquier multidimensionnel sans se laisser déstabiliser et embarquer énergétiquement. Inutile d’appeler une aide extérieure ou d’invoquer les faux dieux. Il n’y a rien d’autre à attendre que nous, présents et opérationnels à notre propre rendez-vous. En toutes circonstances, nous sommes notre propre clé et nous avons définitivement les moyens d’ouvrir la porte.

Fraternellement,

© Le Passeur – 25 Décembre 2018 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est volontiers autorisé à la diffusion à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Au fond du terrier du lapin blanc

  1. Le Passeur dit :

    Je ne sais toujours pas si les commentaires fonctionnent ou pas, vous verrez bien…