Le sommeil est un état transitoire et irréel

Par John Smallman.

Évidemment, un grand nombre d’entre vous ressent de la frustration et de l’impatience, et a l’impression que l’éveil est encore lointain. Mais ce n’est pas le cas ! Rappelez-vous que l’environnement dans lequel vous vivez en ce moment est illusoire, n’a aucune substance, qu’il est évanescent et se dissipera tout-à-fait au moment où vous vous éveillerez. Et pourtant, tant que vous y demeurez endormis, son apparente réalité matérielle est extrêmement convaincante. Vous vous éveillerez, puisque le sommeil est un état transitoire et irréel qui ne peut absolument pas contenir l’immensité que vous êtes – il ne peut que vous le cacher temporairement. Il est à ce point irréel que lorsque vous vous éveillerez, toute impression ou toute mémoire à son propos aura disparu et il n’y aura rien pour troubler la joie parfaite dans laquelle vous verrez le jour.

Alors que cette expérience fugitive, qui vous semble durer éternellement, tire à sa fin, portez votre flamme intensément, sans barrière, visible aux yeux de tous, afin que toute personne avec laquelle vous entrez en interaction se sente inspirée et encouragée à faire de même. Lorsque votre flamme brûle intensément, le sommeil n’est plus possible, et puisque votre désir est de vous éveiller, concentrez votre attention sur son éclat, en préparation à cet évènement extraordinaire. Vous avez créé l’illusion et êtes entrés dans ce champ imaginaire et soporifique, en oubliant à peu près tout de la Réalité divine de Dieu. Il a placé Sa Flamme éternelle d’Amour en vous, à ce moment très précis, pour s’assurer que votre oubli serait temporaire et ne pourrait pas durer. Et à présent, le moment de votre éveil s’approche… pour vous apporter une joie sans nom.

Jusqu’à atteindre ce tournant dans l’évolution, le chemin de l’humanité a été accompagné de beaucoup de douleur et de souffrance, car vous avez été créés dans l’Amour pour vivre dans l’Amour; et vivre séparés de votre Source divine est forcément douloureux. Mais la séparation et la souffrance ne sont pas réelles, car tout ce qui existe trouve sa source en Dieu, et il n’y a rien ni nulle part d’autre.

Vous souffrez car vous croyez que l’illusion, le rêve, sont réels, et vous passez votre temps à créer des conflits dans lesquels on vous menace, on vous trahit, on vous attaque. « Mais j’ai raison ! Ce sont eux qui me veulent du mal et me maltraitent. C’est outrageant, et j’ai tous les droits de demander et de recevoir réparation ! »  Une fois que vous pouvez vous retenir de donner tort aux autres et de les blâmer pour votre souffrance, vous pouvez commencer à vous extirper des filets du conflit qui vous piège et vous limite. Les problèmes qui vous affectent et vous rendent anxieux deviendront moins importants, et vous commencerez à accepter le flot de la vie qui circule en vous, sans jugement. Et vous ressentirez de la compassion pour les autres, en réalisant qu’eux aussi sont empêtrés dans les mêmes genres de filets conflictuels. Aussi longtemps que vous choisirez le conflit comme un moyen de résoudre les problèmes, à votre propre avantage, la paix et la satisfaction vous échapperont.

Une fois que vous pouvez vous frayer un chemin vers l’acceptation, cela vous offre une nouvelle perspective plus positive et vous permet de vous libérer du sentiment que l’on vous cause du tort et que l’on vous est redevable… sentiment qui vous fait inutilement souffrir… sentiment pour lequel la seule solution est la libération… et cela vous permet de vous déloger de votre position de lutte, voire d’amertume.

Après avoir vécu des éternités dans le conflit, vous êtes finalement arrivés à un niveau d’honnêteté et d’intégrité qui vous permette de reconnaître, devant vous-mêmes et devant les autres, lorsque vous faites des erreurs. Vous laissez ainsi tomber vos barrières défensives, qui rendaient quasiment impossible le pardon pour vous-mêmes et pour les autres, puisque vous aviez besoin d’un « autre » à accuser. Ce besoin est en train de s’estomper, et finira par disparaître lorsque vous vous accepterez vous-mêmes avec amour, malgré vos erreurs, et que vous laisserez la compassion et le pardon prendre sa place.

Pendant que vous évoluez de la sorte, regardez autour de vous, et observez ceux qui font de même. Cela renforcera votre propre intention d’offrir au monde votre compassion, votre acceptation, votre pardon et votre bonté. A force de pratique, cela deviendra comme une seconde nature, et vous vivrez de moins en moins de moments de peur et de colère. La paix remplacera l’anxiété, et voyant que tout un chacun connait des anxiétés telles que la vôtre, vous offrirez votre réconfort au lieu de vous défendre inutilement pour parer à d’éventuelles attaques. Si vous êtes attaqué, votre réponse sera celle de la compassion et du réconfort pour l’agresseur apeuré, car il s’agit du chemin de l’amour – votre chemin vers l’éveil.

Avec beaucoup d’amour, Paul.

Source originale (en anglais). Traduit par Véronique pour La Presse Galactique 

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 Responses to Le sommeil est un état transitoire et irréel

  1. Lisa Tharaux dit :

    J’ai découvert depuis deux ou trois jours seulement votre site et je n’y trouve que des textes et des photos formidables ! Je suis très heureuse d’être connectée avec vous ! Un grand Merci !

  2. Ambre dit :

    Bonjour Passeur,
    Il y a de la synchronicité dans l’air, j’avais besoin « d’entendre » ces mots aujourd’hui..
    Nous sommes tous reliés..

  3. sadouce dit :

    merci, le Passeur, pour la pertinence de vos écrits, qui à chaque lecture, m’apportent de l’éveil sur mon chemin de développement spirituel. Je conseille la lecture de « Nouvelle Terre » d’Eckart Tolle à ceux qui « bloquent » sur la notion de l’Ego. cela m’a beaucoup éclairé.
    de tout coeur

  4. sbf dit :

    en fait, le plus gros truc qui me bloque, c’est qu’etre en relation, c’est quasi obligatoire, on est ts en relation, tlltemps, partout, et avec tout, plus on bloque d’ailleurs ce processus, et moins l’énergie circule librement, et plus il en est des difficultés et pathologies, blessures diverses.Seulement, si c’est obligatoire, jen ai pas envie ^^ c’est alors obligatoire souvent selon des modalités que je ne comprends pas bien, et souvent, encore, selon ce que je vis comme rapport de force, de contrainte; ne serait-ce que par celle de la relation.
    pourtant j’ai tout à fait le sentiment d’etre en lutte continuelle, comme ds une sorte de guere, meme.

    • Le Passeur dit :

      C’est l’ego qui est en lutte continuelle, rien d’autre que l’ego, ou le petit Moi si vous préférez.

      • sbf dit :

        je m’en doute ( je crois que l’enfer sur terre c’est etre cloisonné ds sa tete en guerre continuel d’égo, meme sur des choses « anodines » et sans répercussions importantes, cela donne un avant gout de l’enfer, et surtout de l’enfer que l’on peut transposer sur terre. je me rends de plus en plus compte depuis quelques temps, cela me semble particulièrement violent, mais comme une exacerbation de traits communs à tous mais mis en relief)?

        mais je n’arrive pas à comprendre comment font les gens pour etre en relations harmonieuses, je me trompe ou ils sont qd meme en relation par l’intermédiaire de leur égo, en un sens, sous modalités nécessairemment conditionnées ?ce serait nécessaire comme de vivre son invidualisation harmonieusement, pour permettre à une energie, et une autre forme de connexion de circuler (ou je me trompe complètement 😀 )…. mais j’y arrive pas … !!bah moi ma relation c’est essentiellement une modalité défensive déformée, un blocage, ou limite refoulement de l’autre/ des relations aux autres/ bref, une défense.

      • de-la-nativité-du-refus dit :

        on est censé en faire quoi du petit moi ? ou de l’égo. ce que je trouve censé dans les textes sur ce site, c’est que l’égo n’est pas diabolisé, ( c’est une partie de soi, on en a besoin, le tout est de ne pas s’identifier à celui ci, comme on ne s’identifierait pas à son bras, un membre de son corps) mais on en fait quoi de ce truuuuuuuc ?
        -_-‘

        • Le Passeur dit :

          Que faites-vous de votre main ? Ce qui vous est utile.

          • sbf dit :

            ma difficulté se situe plus à apprécier les fonctionnalités d’une main comme l’égo/ ce moi, certaines de ses expressions acceptées comme réalités me semblent facultatives, et accessoires. il semble s’en décliner une panoplie très large qui ne me semble pas vraiment «  »utile » et, moins encore, « nécessaire » et beaucoup me semblent relever d’une réalité que je n’arrive pas à rejoindre, ni partager pareillement, et dont je perçois mal l’utilité; est-il nécessaire de s’y rendre signifiant/existant, est une des questions que je me pose d’ailleurs.

  5. sbf dit :

    muarf, j’y arrive pas du tout 😀 (compassion et pardon 😀 )mais je ne n’arrive pas à y discerner des motivations/ raisons claires, je n’y reconnais souvent que partiellement les blocages, ou ce que j’en ressens, dans ces textes.par ex, je considère etre dans un mode / position de rapport aux autres d’un « extrème défensif », de retrait, etc, mais pour autant, je ne crains pas trahisons, attaques, je n’y crois pas, lorsque ce sont pourtant des réalités, toute illusoires qu’elles soient, que l’homme se créent mondes; lorsque jessaie de m’immerger dans le « vaste monde » 😮 c’est, était, souvent, en ignorance de ces « réalités’, voire, d’un certain aspect de danger, puis, de temps à autres, je me les prenais dans la figure. je suis pourtant dans un sentiment de lutte continu, epuisant parfois, car insaisissable ds son objet.

    • Le Passeur dit :

      Il va bien falloir à un moment ou à un autre s’extraire un peu du mental…

      • sbf dit :

        😀 oui !!
        mais je crois avoir engrangé un stress au dessus de la normale. jusqu’à il y a parfois peu de temps encore, j’étais ds un mode de tension-lutte anormal, ou la simple conscience des autres me rendait assez incapable d’etre, d’etre soi, et juste etre détendue, enfin d’etre QUOI ( par ex, en ville, j’y arrivais js, et pas toujours, meme mnt, comme une conscience accrue de ce rapport de répartition de l’espace – bulle sécurité- qui direct me fait partir moi, en tension, qui me « vole » un sentiment de légitimité d’etre… qt à ma « bulle de sécurité » j’ai vraiment du mal à l’exporter en présence d’autres personnes. de quoi se pourrir la vie)! le pire c’est que c’était complètement inconscient, nerveux, physiologique, presque, une tension sans objet, sans raisons de craintes, par contre associé à des défenses pourries et surtout massives dans un rapport aux autres. invivable, quoi.c’est moins mnt, mais il suffit de peu pour que ce stress se « réactive ».c’est la plus grosse difficulté que je rencontre, car je n’arrive pas à reguler cet aspect.

  6. Johala dit :

    Merci pour ce trés beau message, où l’on sent effectivement beaucoup d’Amour!

Répondre à sbf Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *