L’humanité entière est invitée à imaginer l’avenir

C’est par ces propos de l’agriculteur écologiste Pierre Rabhi, un homme pour qui j’ai le plus profond respect, que je souhaite entamer les publications de cette année 2012. D’abord pour sa grande sagesse, mais aussi parce qu’il représente à la perfection l’incarnation concrète de ce qu’est un « artisan de lumière ». Il est l’esprit qui anime l’acte, la conscience alignée dans son axe Terre-Ciel de par son ancrage en Gaïa et son inspiration dans le divin en lui. Pour résumer sa vision, cette parole de lui finalement suffit : « Mon église, c’est tout cette beauté qui m’entoure ».

Voici donc une interview réalisée par le journal Sud-Ouest.

Le Passeur.

– Sud-Ouest : la crise nous oblige-t-elle à penser l’avenir autrement ?

– Pierre Rabhi : plus que jamais. Nous sommes dans une véritable impasse. Ce n’est pas la première fois que l’homme se trouve face à des impasses. Mais, du fait de la mondialisation, c’est la première fois que cette impasse est généralisée. C’est l’humanité tout entière qui est invitée à se concerter pour imaginer l’avenir.

Ce qui se passe est sans précédent dans l’Histoire. Tout est parti de l’idée que l’homme pouvait modifier le cours de l’Histoire. Plutôt que de rester à sa place, il a voulu s’élever au rang d’un démiurge. Nous sommes en train de constater que le choix n’a pas été le bon. Je ne pense pas que nous puissions continuer sur cette voie.

– En admettant que nous soyons bien dans une impasse, pensez-vous qu’il soit encore possible d’en sortir ?

– Malheureusement, la conscience collective n’a pas atteint le niveau de lucidité suffisant pour voir l’ensemble des phénomènes et se définir de nouveaux objectifs. Nous vivons encore dans l’illusion selon laquelle l’être humain va redresser la situation.

Politiquement, nous faisons de l’acharnement thérapeutique sur un modèle moribond. Il est dans cet état parce qu’il est en dissonance et en contradiction avec les lois fondamentales de la vie. Nous espérons toujours remettre sur les rails le système que nous avons élaboré, mais ce n’est pas possible.

– Quelle est cette loi fondamentale ?

Nous sommes dans un malentendu. Les religions ont une grande responsabilité pour avoir instauré l’homme prince de la création. Les Peaux-Rouges ne disent pas : « La Terre nous appartient. » Ils disent : « Nous appartenons à la Terre. » Toutes les balivernes qu’on a inventées ont donné un être humain arrogant.

Les religions ont proclamé le caractère sacré de la création. Je ne comprends pas qu’elles ne puissent pas être les premières écologistes. Tous ces malentendus nous font croire qu’il y a la nature et nous. Mais nous sommes nature. Le fait d’être doté d’une pensée – pour le meilleur et pour le pire, d’ailleurs – nous donne une spécificité, source d’angoisse ou de libération.

Nous avons laissé l’angoisse prendre le dessus parce que nous avons peur de la vie et de la mort, et, d’une planète paradis, nous avons fait un enfer.

– N’avez-vous pas parfois l’impression de prêcher dans le désert ?

Souvent. Mais, aujourd’hui, il y a une écoute plus profonde. Parce que nous sortons de cette griserie. Le modèle que l’on disait triomphant est en train de se déliter lamentablement. La peur du lendemain ne cesse de grandir. Nous nous rendons compte que nous sommes très, très faibles.

Nous bombons le torse avec nos innovations, nos machines et nos trucs. Nous sommes sur une pyramide de milliards, mais ce n’est pas cela qui nous rend plus heureux.

– Comment définir le bonheur ?

Il n’y a rien de plus difficile à décrire. Ce que je dirai en tout premier, c’est que le bonheur, ou la joie, cela ne s’achète pas. Heureusement. Je voyage beaucoup pour faire connaître l’écologie ou l’agroécologie. Quand je suis en Afrique, dans des villages reculés, je vois des gens qui n’arrêtent pas de danser.

Ils se retrouvent le soir autour du feu pour bavarder au milieu des éclats de rire. On a l’impression qu’ils goûtent chaque instant de la vie comme s’il était précieux.

Quand je voyage dans le monde prospère, je vois des gens préoccupés d’avaler des cachets pour lutter contre le stress, l’angoisse, etc. Bien sûr, chaque être humain doit pouvoir se nourrir, s’habiller, s’abriter et se soigner ou être soigné. C’est un impératif absolu, et tous ces problèmes sont loin d’être résolus.

Le drame du monde moderne, c’est que l’indispensable n’est pas garanti et le superflu n’a pas de limite. Qu’est-ce qui ruine la planète ? Ce n’est certainement pas la nécessité. Je ne comprends pas pourquoi l’on donne tant de valeur aux diamants, à l’or et à toutes ces choses. C’est infantile. Tant que l’on continuera à donner à l’argent plus d’importance qu’au destin collectif et à la nature, nous resterons dans ces niaiseries-là.

– Quelles sont, à vos yeux, les raisons d’espérer ?

La gouvernance du monde n’est pas en phase avec les réalités de l’Histoire. Nous avons l’impression que l’on entretient coûte que coûte un modèle en train de mourir. À côté de cela, heureusement, il y a une réaction de la vie.

La vie réagit de différentes manières. Dans la nature, que j’adore au plus profond de moi-même, je me rends compte de tous les stratagèmes qu’elle peut mettre en place pour assurer le maintien de la vie. Souvent je dis aux gens : prenez simplement une graine de tomate, regardez-la bien, réfléchissez, méditez. Dans cette simple graine, il y a des tonnes de tomates. C’est prodigieux. Comment peut-on justifier l’existence de la faim dans le monde ?

La situation actuelle a provoqué une créativité humaine incroyable. Je me réjouis de rencontrer des tas de gens qui me disent : « Je veux construire ma maison pour qu’elle soit saine et écologique », « Moi, je veux éduquer mes enfants autrement que dans cette stupidité de la compétitivité qui les angoisse au lieu de les épanouir. » La société civile est un vaste laboratoire d’expérimentation.

Le monde de demain est en gestation. Au lieu de dire : ce sont des marginaux, il faut que ceux qui détiennent l’autorité considèrent enfin que ce sont eux les créateurs, et pas les modèles asservis à l’argent.

Pierre Rabhi – interrogé par Pierre Tillinac pour Sud-Ouest.

Source originale. Vu sur Les Moutons enragés.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à L’humanité entière est invitée à imaginer l’avenir

  1. Dania dit :

    Merci pour cet article. Moi aussi, j’ai un profond respect pour cet Homme. Un petit extrait de son « Manifeste pour la Terre et L’humanisme », que je vous invite à lire…
    « La planète Terre est à ce jour la seule oasis de vie que nous connaissons au sein d’un immense désert sidéral. En prendre soin, respecter son intégrité physique et biologique, tirer parti de ses ressources avec modération, y instaurer la paix et la solidarité entre les humains, dans le respect de toute forme de vie, est le projet le plus réaliste, le plus magnifique qu’il soit ».
    Belle soirée à vous,

    • joce dit :

      Bonjour,

      Cela fait peu de temps que j’ai découvert ce sîte et que je parcours au gré de ma disponibilité les articles, les réponses et les réflexions .
      Je découvre que nous sommes nombreuses et nombreux à souhaiter évoluer, retrouver notre source de lumière.
      Conscientiser tout cela fait qu’aujourd’hui je me sens toute petite.
      Parce que la réalité de la vie est bien plus vaste que celle dans laquelle nos systèmes éducatifs, politiques, économiques ,etc nous maintiennent.
      Savoir que nous sommes des êtres divins vivant une expérience humaine, comprendre que notre TERRE MÈRE vit ,aime et mute; qu’elle est notre vaisseau spatial ,que nous l’avons oubliée , mesurer que nous sommes tous interdépendants(cela devient une évidence!) rend très humble.
      Alors si vous,si nous sommes conscients de tout cela n’existe t’il pas parmi les dirigeants de quelque pays que ce soit des femmes ,des hommes qui ressentent le même chose.?Je ne songe pas à critiquer leur action ou leur non action envers l’humanité.Ils doivent franchir tant d’obstacles à commencer celui des pièges de nos égos et de leurs égos.
      L’humanité ,nous la portons en nous depuis notre naissance.Et il faut vivre d’abord nos imperfections pour comprendre l’absurdité de nos propres comportements.Développer le regard aimant, l’énergie du coeur , je vous avoue que ce n’est pas facile tous les jours .
      Se mettre en action non plus!
      Lire des articles comme celui P.RABHI ,celui sur la conspiration spirituelle et tant d’autres me rassure.

      Et je dis que chacun à son niveau pose une brique ,ôte une épine ,débroussaille ,défriche pour que sur cette TERRE vienne enfin L’HOMME DIVIN.

      Cela donne un peu le vertige.

  2. marie christine dit :

    Le monde marche à l’envers tout comme nos éternels adages .
    « Il faut voir pour le croire » . Faux ! « Il faut croire pour le voir » .
    etc …

    Incontournable Pierre Rabhi ! Un homme de grande valeur !

  3. Stéphanie dit :

    C’est en effet un excellent choix pour commencer ce début d’année 2012. Je suis tout à fait d’accord avec toi Passeur cet homme est un véritable « artisan de lumière » (en tout cas c’est aussi ma vision des choses). Je crois qu’il incarne l’humanité qui est en train de naitre ou plutot de renaitre, et cela me donnes beaucoup de joie et de sérénité.

    Notre civilisation est perverse et destructrise depuis sa création et la raison en est toute simple, nous avons perdu notre connexion avec Gaia et avec toutes ses créatures oubliant ainsi que nous faisons parti d’un tout, que Gaia est notre mère et les animaux nos frères à qui nous devons porter le respect et l’amour qu’ils méritent. Pour moi il n’y a aucun doute si toute l’humanité prenait conscience de cela la paix et la fraternité s’installeraient à l’instant sur la terre entière.

    Comme dit Pierre Rabhi « Les peaux rouges ne disent pas « la terre nous appartient ». Ils disent « nous appartenons à la terre ». Je ne sais pas si vous connaissez « L’hymme indien pour l’unité » pour moi c’est la plus belle des prières et la plus sage. En voici en extrait :
    « Joignons maintement nos esprits en un seul, saluons et remercions les plantes qui nous donnent la nourriture & qui nous guérissent »

    Les peuples indigènes sont une réelle source d’inspiration, car ils ont gardés cette conscience de l’unité dans leur esprit, dans leur coeur et dans toutes les cellules de leur corps. La vie est si belle et si simple en suivant cette direction, moi l’avenir je l’imagine ainsi un retour à la source au coeur de Gaia.

    Stéphanie

  4. Yuca965 dit :

    Justement cette graine de tomate me perturbe, je m’aperçois que j’ai l’idée bien fixée que les plantes qu’on fait pousser tombent systématiquement malade ou parasité, qu’il faut régulièrement s’occuper de la plante pour quel ne meurt pas, et qu’il est impossible d’atteindre l’auto-suffisance alimentaire sans avoir outils et connaissances en agriculture…

    Je crois que si je mets une graine dans la terre et que je m’en occupe plus, celle-ci mourra presque à coup sûr.
    Cette croyance imbriqué en moi est-elle due au manque d’attention que je porte à la volonté de survivre qui anime les êtres vivants ?
    Est-elle due au fait que je vive en ville ?
    Est-elle due à un reste de pensée matérialiste qui nous dit que nous sommes que des corps physiques, ce qui nous rend si… faible ?

    Comment être libre si on est obligé de se nourrir pour survivre (et donc de travailler pour de l’argent pour de la nourriture à défaut d’avoir suffisamment de terrain cultivable ), enchaîné à la nourriture ?

    • elba dit :

      Bonjour Yucca965. A propos de la graine de tomate, n’es-tu pas certain qu’il en est un peu de même pour toute « chose » sur terre ? Mettons un enfant au monde, et ne nous en occupons plus : il a toutes les chances de mourir. Laissons une personne âgée ou malade dans son coin, il risque d’en advenir de même.
      Toute chose a besoin d’attention pour germer, puis pour se développer (il en est de même d’ailleurs de nos idées créatrices).

      Sans doute que la question de la graine ne t’es pas familière du fait que tu vis en ville. Les gens des campagnes sont plus habitués. Mais toi dans ton agglomération, tu as aussi certaines choses auxquelles tu peux faire attention… Les gens seuls à qui tu peux sourire, les sdf que tu peux aider ?… Ces actions seront autant de petites graines de tomate qui germeront. D’une autre façon, bien entendu. Mais dans la mesure où nous sommes partageurs, ce que tu auras semé, (même si c’est autre chose que des tomates) sera échangé entre les autres et toi, et cet échange produira une nourriture pour tous.

      … Je ne sais pas si je m’explique très bien… Bonne soirée à toi. 🙂

      • Marc dit :

        Bonsoir,
        Témoignage. Nous avons des frères et sœurs Oummains, vraiment. Ils nous informent dans un de leurs courriers ne travailler que trois heures par jours, ne pas connaitre les supermarchés et la nourriture arrive à la maison par tubes, pas de sdf, chacun a un toit.
        Ils savent de façon scientifique qu’une vie immatérielle côtoie la vie physique, que les consciences subsistent aux décès.
        L’ignorance de cette réalité est cause de tous nos maux, ou d’une grande partie.

    • Kitou dit :

      Bonjour Yucca,
      Heureusement dans la nature les graines n’ont pas besoin qu’une personne s’occupe d’elle pour germer et donner des plantes, sinon nous ne serions pas là pour en parler. De même que dans la nature les plantes poussent sans qu’on ait besoin de travailler la terre, d’apporter de l’engrais, de détruire des ravageurs etc…Si tu regardes de près comment elle fonctionne et est organisée, tu verras qu’elle tend vers la perfection et qu’elle est extrèmement robuste, du fait de toutes les interactions existant entre les êtres vivants.
      L’agroécologie que nous a transmis Pierre Rabhi consiste justement à s’inspirer du fonctionnement de la nature et à oeuvrer avec elle au lieu de s’acharner à la combattre. Par exemple, dans un sol sain, il y a une quantité inimaginable d’êtres vivants infatigables, qui travaillent sans relache pour décomposer la matière organique, pour aerer la terre, permettre l’écoulement de l’eau, pour rendre la nourriture assimilable par les plantes etc…En agroécologie le travail du jardinier ou de l’agriculteur consiste à nourrir toute cette vie du sol, notamment avec du compost et à le protéger par un couvert permanent (paillage, mulch, culture …) et on a largement assez de surface agricole sur la planète pour nourrir tout le monde, à condition de pratiquer une agriculture respectueuse du vivant. Nous avons besoin de la nature pour vivre mais elle, peut facilement se passer de nous.

  5. Alfthon dit :

    Excellent je sort d’une méditation sur se thème et op le passeur nous pond un article 🙂 kiss
    En temps qu’enfant de lumière j’émane mes vibration dans se sens
    voila se qui en ressort – montré a l’humanité que de vivre en harmonie sur cette magnifique planet qui etait jadis un paradis le redevienne
    si jamais vous avais eco que des être a la conscience d’amour se réunisse pour commencé a batire se nouveau temple de vie, je suis partent a 100%
    pour faire evoluer les conscience ses notre devoir de montré le chemin
    Alfthon

  6. Serena dit :

    Merci Le passeur de faire connaitre cet homme qui tient des propos bien en phase avec notre époque.2012 sera-t-elle l’année des prises de conscience? (j’entends politiques)
    Gandhi, dont je viens de poster un texte, rejoignait quelque part Pierre Rabhi en envisageant son point de vue à partir des forces de la nature.Je les trouve bien en adéquation….
    Meilleurs voeux à tous,,
    Serena

  7. Younes Dominique dit :

    C’est beau et bon à lire ton message Valyen…
    Humilité Humus Terre,merci à Monsieur Pierre Rabhi,je vais prendre soin de mes maisons et jardins ,intérieurs, exterieurs

    Dominique Younes

  8. valyen dit :

    Bonjour et Excellente Nouvelle Année 2012, année cruciale qui est déja de vibration Lumineuse dans ma perception..A tous et toutes, bonne navigation sur les eaux calmes et rassurantes de lumière, après moultes batailles enragées, coques abimées, caps incertains et actes de piratages heureusement avortés !..Et oui, j’ai une vision très Pirates des Caraibes de cette traversée, le dernier avatar de la série n’est-il d’ailleurs pas : à la recherche de la Fontaine de Jouvence ?… En tout cas , heureuse navigation à tous, c’est le voyage qui compte, et pas la destination; mais nous arriverons tous à bon Port !!! J’ai honte de dire que j’ai survolé (mais attentivement tout de meme ) tous les messages et interventions fort constructives de chacun, et vous en remercie chaleureusement. Quelle année, 2011, tout de meme !…que d’évènements, que d’émotions, que de transformations, de crainte, d’espoir, tristesse, bonheur, exaltation !…Ouf ! En meme temps, nous étions prévenus, nous le « savions »…Et le meilleur reste à batir, à venir. J’ai employé à dessein l’allégorie maritime, car je ne sais pas vous, mais je me sens sur la terre vraiment comme sur un Océan primordial Père et Mère de tous les possibles, et c’est drole, car cette impression d’avoir surmonté de grosses épreuves s’est clairement concrétisée par un reve de début d’année 2011, ou, accrochée à une grille, je me prenais de dos une gigantesque vaguasse sans broncher, et me retrouvais deux secondes après barbotant tranquilement dans une mer d’huile carribéenne …Et par d’autres choses très concrètes qu’il serait trop long et pas humble du tout d’énumérer ici, et que chacun et chacune aura expérimenté cette année…Quelle Année , tout de meme !! Je ne sais pas vous, mais vraiment, j’aspire à me baigner voluptueusement dans les eaux libres et calmes de la nouvelle Conscience, éclairées des milliers de Lumières d’amour qui sont votres, qui sont notres….Besoin de calme, de douceur; de lenteurs..de gentillesse, de petits gestes, de bons sens et de coeur, à l’image de ce magnifique et intimidant petit monsieur présenté plus haut, Pierre, que j’ai eu la chance de connaitre au cours d’un reportage télévisé, et qui est d’une humilité confondante..Vivant simplement, s’occupant merveilleusement des siens avec des choses toutes simples…Merci à tous les intervenants de ce site, je vous réitère encore tous mes voeux pour 2012, Grand et Beau Voyage !!! ET VOGUE, MATELOT ! Valyen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *