La Déconstruction de Qui Nous pensions être

Par Dana Mrkich.

Nous vivons actuellement la complète déconstruction de ce que nous pensions être; et le processus peut être ressenti comme extrêmement perturbant pour ceux qui sont habitués aux changements incessants au sein du Grand Changement. Un grand nombre de nos souvenirs est effacé de la sphère de notre conscience; en particulier les mémoires qui ne nous servent plus, y compris les nombreuses mémoires cellulaires qui ont été maintenues dans notre corps physique et les nombreuses mémoires de l’âme qui étaient gardées dans notre corps énergétique. Ces anciennes mémoires ont influencé et participé à la création de notre réalité et de notre vie quotidienne. Les souvenirs sont retirés car ils ont atteint leurs objectifs et ils seraient plus un obstacle qu’une aide dans les chapitres de notre nouvelle réalité et dans le processus de création de celle-ci. C’est un peu comme la mise à jour d’un nouveau logiciel – la version précédente aide à créer la nouvelle version; mais une fois que la nouvelle version est prête à fonctionner, vous n’avez plus besoin de garder l’ancienne version sur votre ordinateur. Bien sûr, vous pouvez encore avoir accès à n’importe quelle mémoire à tout moment si vous le désirez, mais elle existe plutôt désormais dans une bibliothèque centrale de stockage cosmique au lieu d’être utilisée sur place.

Ironiquement, ce ‘balayage de souvenirs’ qui ne sont plus pertinents se produit alors que nous semblons nous ouvrir de plus en plus à la mémoire de notre Soi galactique et authentique. Nous utilisons le mot ‘semblons’ car techniquement ce n’est pas notre mémoire qui s’en va, c’est plutôt notre conscience qui s’élargit alors que nous intégrons de hautes fréquence énergétiques qui nous permettent d’accéder à des états supérieurs de conscience contenant des informations et des connaissances auxquelles nous n’avons pas eu accès depuis très longtemps. Cette amplification de la conscience change bien sûr les idées préconçues de ce que nous sommes et donc contribue au processus de déconstruction de qui nous croyons être.

Ce nettoyage de mémoire s’applique également aux mémoires récentes (aussi récente que quelques minutes ou quelques heures passées) qui ne présentent aucun intérêt à ce que nous les conservions. Vous pouvez même trouver de plus en plus difficile d’avoir une emprise concrète sur ce que vous avez l’habitude d’appeler le ‘passé’. Cela ressemble de plus en plus à un rêve dont vous avez un souvenir partiel assez clair et d’autres dont vous ne vous souvenez plus du tout ou bien qui vous demandent un grand effort afin de vous en souvenir. Vous pouvez n’avoir aucune mémoire de conversations bien que les autres affirment qu’elles aient eu lieu. Non, vous ne devenez pas fou. C’est juste notre esprit qui choisit désormais de conserver de moins en moins de choses. Spécialement, ce qui n’est pas pertinent dans notre présent immédiat. Essentiellement, c’est ce qui se passe – nous entrons dans le temps dont on parle si souvent, celui où nous vivons dans le ‘Maintenant’. Par définition, Maintenant signifie qu’il n’y a pas de sens de ‘passé’ ou de ‘futur’, donc cet effacement des mémoires fait partie intégrante de notre arrivée dans la Vie du temps du Maintenant.

Nous avons supposé que vivre dans le Maintenant signifiait d’être dans un état de béatitude et de calme, et c’est ce que cela signifie – mais jusqu’à ce que nous y soyons habitué, c’est un peu comme de vivre sans montre après en avoir eu une attachée à votre poignée pendant toute une vie. Vous n’avez plus votre point de référence habituel pour vous repérer. Vous êtes connecté à un nouveau point de référence, un point intérieur. Jusqu’à ce que vous y soyez habitué, vous pouvez parfois avoir la sensation de flotter dans une bulle sans attache particulière. Cela peut sembler à la fois très agréable et en même temps un peu effrayant car nous sommes habitués à avoir des repères, des attaches et quelque chose qui maintienne la cohérence de notre réalité. Dans un premier temps, nous pouvons l’interpréter comme ‘Mon cerveau a disparu’, ‘Je ne peux plus me focaliser ou me concentrer sur quoi que ce soit’, ‘Je ne peux plus rassembler mes pensées/ aligner une phrase’ et ‘Tout semble si vague et brumeux’. Cette affaire de ‘non temps’ est comme d’être un astronaute qui doit s’habituer à la gravité zéro – c’est agréable mais étrange.

Dans le cadre de ce changement dans le ‘non temps’ et de celui de la déconstruction correspondante de qui nous pensons être, il nous est demandé le laisser partir tant de nos anciennes identités. Si nous avions l’habitude de nous définir dans un rôle ou dans un travail particulier, vous pouvez être sûr que ce rôle ou ce travail est dans un état de changement important ou bien qu’il a complètement disparu de votre vie. Encore une fois, il y a ce sentiment qu’il ne nous est plus permis de nous accrocher à quoi que ce soit d’extérieur comme point de référence. Nous mettons en place de nouvelles identités ou plutôt nous re-découvrons notre identité authentique. Cela ne signifie pas que nous ne sommes plus autorisés à avoir quoi que ce soit d’extérieur dans notre vie. Nous aurons toujours des relations, des amis et une famille; nous aurons encore un travail, des activités et des intérêts, mais la différence est que ces choses ne seront plus la source qui nous définira. Nous redécouvrons notre être intérieur en tant que source de qui nous sommes, et notre réalité extérieure sera l’expression consciente de cette source intérieure.

Nous ne pouvons plus ‘dissimuler’ qui nous sommes intérieurement en créant une illusion à l’extérieur. Si notre réalité extérieure ne correspond pas à ce qui se passe vraiment en nous, elle s’effondrera ou bien elle sera obligée de se transformer. Un bon exemple est lorsqu’une personne qui a toujours des problèmes d’argent, gagne des millions de dollars mais qu’elle garde toujours une mentalité de pauvreté, de manque ou de ‘je ne le mérite pas’. Vous avez tous entendu, histoire après histoire, qu’en très peu de temps, elle se retrouve dans la même situation : sans le sou et endettée. Qui n’a pas connu cette situation où vous recevez de l’argent de manière inattendue, qui peut être un bonus, un gain à la loterie ou autre cadeau juste au moment ou vous recevez une amende, ou que votre voiture tombe en panne, ou bien que le four a besoin d’être réparé – et ce montant correspond exactement à l’argent que vous venez de recevoir ? D’un certain côté, vous pourriez penser, super ! est-ce que l’univers n’est pas étonnant ? Il devait savoir que cette facture arriverait parce que je suis là avec ce bonus d’argent afin de la régler. D’un autre côté, vous êtes en colère et frustré parce que vous vous demandez quel est le but de tout cela ? A la seconde où vous avez un peu plus d’argent, il s’envole ! Ce qui se passe c’est que vous avez reçu plus que votre ‘limite’ plafond actuel lorsque arrive le moment où vous pensez que vous le méritez, et plutôt que de l’utiliser comme une opportunité d’ajuster ou d’élever votre plafond, votre énergie refuse ‘d’honorer’ ce montant supplémentaire un peu comme un chèque sans provision. « Nous n’acceptons pas les montants supérieurs à x $, merci beaucoup » ou « Nous n’acceptons pas l’argent si nous n’avons pas travaillé durement pour le gagner ou pour le mériter » dit notre énergie; ce qui crée une situation qui aspire cet argent supplémentaire – d’où l’entrée de cette facture inattendue.

A l’heure actuelle, beaucoup de nos ‘limites plafond’ concernant l’argent, l’amour et l’estime de soi se manifestent car Vénus vient juste de redevenir directe après son voyage rétrograde récent; et donc elle sera techniquement dans ce que l’on appelle sa période d’ombre tout le mois de Juillet alors qu’elle revient à l’endroit où elle était avant de commencer à s’inverser. Pendant sa période rétrograde, elle nous fait savoir que nous nous sommes restreints dans les domaines de l’amour et de l’argent, spécialement ceux qui sont liés à l’amour de soi, l’estime de soi, la valeur de soi et à ce que nous méritons vraiment. Elle souligne également les problèmes que nous avons avec notre Féminin Divin ainsi que tout ce qui représente le Féminin : notre créativité, l’intuition, le ressenti, l’expression de nos besoins, comment nous nous sentons en tant que femme (si vous êtes une femme) et comment nous nous sentons envers les femmes indépendamment de notre genre, y compris nos anciennes blessures à propos de notre mère ou du besoin d’être materné. Notre Féminin régit également notre capacité à nourrir ou à être nourri et notre capacité à Recevoir tout ce dont nous avons vraiment besoin. Est-ce que votre panier est ouvert et sans limite ou bien avez-vous des limites auto-imposées à ce que vous pouvez recevoir et à comment le recevoir ?

Alors que Vénus redevenait directe la semaine passée, elle s’est agitée comme une Mama Dragon en nous donnant le coup d’envoi final à propos du thème de ‘Recevoir’. Tous problèmes que vous pouvez avoir avec le fait de ‘Recevoir’, recevoir ce qui correspond à votre valeur, recevoir ce que vous méritez et ce dont vous avez vraiment besoin, ont pu être mis en évidence par une grande confrontation à leurs opposés. Pensées de manque, pensées du style ‘pas assez’, se sentir poussé à donner plus d’énergie/de temps/d’argent que ce que vous pensez avoir, ressentir qu’il y a un grand vide là où il devrait y avoir un panier rempli de bonnes choses.

Plutôt que de s’installer dans ce vide en se sentant triste, faites face. Demandez-vous pourquoi est-ce que je crée ce vide, ce manque, ce sentiment de ‘pas assez’ ? Est-ce que mes pensées de manque sont vraies ou bien est-ce que j’ai besoin de monter à bord du wagon de la gratitude pour tout ce que j’ai ? Est-ce que ma réalité me dit que je ne me suis pas permis de recevoir ? et si c’est le cas, quelles fausses croyances ai-je besoin de laisser tomber et quelle vérité ai-je encore à découvrir sur ce que je suis véritablement ? Est-ce que je me contente de moins alors que je suis vraiment là pour expérimenter plus ?

Alors que nous traversons ce processus de déconstruction, il devient de plus en plus difficile de cacher notre vérité, à nous-mêmes et aux autres. Les arrière-pensées deviennent de plus en plus flagrantes – c’est tellement visible actuellement en politique, dans les entreprises et les média ainsi que dans notre vie personnelle. Les problèmes non résolus qui sont restés longtemps sous le tapis sont expulsés à l’extérieur. Plus nous essayons d’éviter ou de résister à ce qui est ultimement notre Soi authentique, qui essaie de nous montrer notre propre vérité et de nous conduire vers notre chemin et vers notre potentiel le plus élevé, plus nous ralentissons le processus et plus il devient difficile. Trop souvent, dans une tentative d’éviter des émotions comme la tristesse et le chagrin, qui vont souvent main dans la main dans la réalisation de certaines vérités, nous finissons par avoir une couche épaisse d’émotions latentes qui sont bloquées en nous. Si nous pouvons trouver le courage de voir ouvertement tout ce qui se manifeste à nous, nous trouverons que bien que le voyage émotionnel puisse être ardu par moment, nous en ressortons plus forts, plus clairs, plus sages et plus rapidement que tout ce que nous aurions pu penser possible jusqu’à maintenant.

Il y a comme un air de nostalgie en ce moment, comme si nous devions tous faire une pause afin de réaliser à quel point notre vie est vraiment spéciale. Comme nous sommes bénis d’avoir un Soleil qui nous réchauffe, une Terre qui nous donne un air frais et pur que nous pouvons respirer et de l’eau à notre disposition. Combien de fois vous arrêtez-vous afin de réaliser le don qu’est votre vie ? Combien de fois remerciez-vous pour toutes les bénédictions qui sont présentes dans votre vie ? Cet air de nostalgie fait partie des nouvelles énergies d’Appréciation, qui font elles-mêmes parties de tout un ensemble d’énergies de fréquences plus élevées vers lesquelles nous nous orientons actuellement. Les fréquences d’Appréciation gagnent en puissance en jouant leur rôle qui est celui de nous influencer afin de commencer à visualiser et à vivre notre vie d’une manière plus consciente et plus centrée sur le cœur. Que nous ayons un jour ou bien une centaine d’années à vivre sur cette planète, l’appréciation pour ce que nous avons a un effet magique qui nous permet tout d’un coup de voir les choses à partir d’une perspective différente et de voir les situations et les personnes qui nous entourent avec un nouveau regard. L’appréciation ouvre et met notre énergie en expansion; ce qui nous permet de recevoir et de créer encore plus tout ce qui est bon.

Avec l’arrivée de toute cette déconstruction, de nouvelles identités et de nouvelles vies devraient suivre. Ces derniers jours, nous sommes nombreux à avoir reçu nos nouveaux scripts pour les temps à venir, même s’ils ont pu être reçu pendant notre sommeil la nuit ou en faisant une sieste. Donc, nous n’avons pas nécessairement la mémoire consciente de tout cela, ni aucune idée de ce que contiennent ces scripts. Le seul indice qui permet de savoir que nous avons reçu notre script, c’est de nous trouver dans un état amplifié d’excitation et d’anticipation, un sentiment de paix plus grand et de tranquillité en pensant que tout va bien se passer, ou bien, selon votre script personnel, un sentiment passionné qui vous submerge en sachant que vous avez quelque chose à faire dans un domaine social ou mondial. Si ce qui est décrit ici vous concerne, sachez que votre nouveau script a été téléchargé et vous ferez ce que vous devez faire lorsque ce sera le bon moment, et de la meilleure manière possible. Suivez votre vérité et votre cœur chaque jour; c’est tout ce que vous avez à faire.

© Dana Mrkich – Traduction : Marinette Lepine sur TransLight.

Source originale.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

29 réponses à La Déconstruction de Qui Nous pensions être

  1. Relience dit :

    Mais oui, carément. C’est téléchargé pour se décharger…

    Autant le karmique utile détend ce qui le rend inutile en zone cosmique.

    Que pour arriver d’un point G à un point O, en faire l’expérience pour
    en préciser le choix. Car comment être prêt à recevoir la raisonnance
    du souhait réalisé si nous en réalisons pas ça véritable nécessécité ?
    Ainsi ça défile non-stop pour se concrétiser. Oui, ça se passe moins
    difficillement lorsque nous sommes conscient des signes et que surtout
    nous les saisissons sans les rejeter.

    Car ici il s’agit de don et de réception.
    D’écoute et de saisi.
    Pour ne faire qu’un, il faut rester le calque transparent
    qui transporte les portes qui s’ouvre en transcendance
    misé et réalisé dans sa globalité !

    Le cadeau du vaisseau en berceau est le voyage de ce courage.
    Car sans le pénétrer, nous n’en ressentons pas son intensité…
    On ne peut pas non plus différencier en totalité pour accéder
    au dicernement accepté et révéler dans son pardon, une par de don…

    Le don même en honnêteté ferais rappeler qu’une honte est un
    ressentis ancêstral oui… Et qu’en même temps il était nécessaire
    de le vivre car même dans cette gêne, l’autre reste ce qu’il est.
    Ce n’est pas soi. J’en est fait l’expérience. C’était horrible.
    Mais pas l’être. Pas moi… Une soumission aux diverses blessures
    non accepter… Cependant en le disant, on se diférencie et traçons
    notre route. Notre choix… Ce que nous sommes car on sait où on va.
    L’importance de ce vécu n’est pas mondiale. Il est intersensoriel et
    lié à plus grand via notre croissance à l’être supérieur relié aux
    autres intelligences intercommunautaire sacré : sa créer…
    Se créer en tous champs respecté en chant d’ange en âge angle…
    Nageant ce flu émotionnel et pourant actuellement libérateur
    de grand noeud karmique enfin trancendé.

    Merci de cet article.

    Jenny

  2. elba dit :

    « Est-ce que votre panier est ouvert et sans limite ou bien avez-vous des limites auto-imposées à ce que vous pouvez recevoir et à comment le recevoir ? »

    Cette petite phrase m’a fait tilt, lorsque je l’ai lue, car justement je me suis interrogée à propos de cela dernièrement : aurais-je envie d’être riche (d’argent) ?
    Et la réponse était ‘non’. J’ai déjà tout ce qu’il me faut pour ce dont j’ai besoin (pas trop pour le superflu, non, effectivement mais a t’on besoin du superflu pour être heureux ?) et il y a tant de gens qui n’ont pas de quoi se nourrir, de quoi se loger, que je pense que je me sentirais mal à l’aise d’être dans l’opulence, à côté de tous ces cas.
    Alors peut-être, oui, que je pourrais gagner plus d’argent et que ma conscience me limite. Peut-être que je pourrais avec cela aller au ciné, faire des voyages, prendre des vacances plus coûteuses… Mais à quoi cela rimerait-il vraiment ?

    Par contre, où je n’ai guère de limites, c’est dans la relation avec les gens. Je vais facilement vers eux, et je me rends compte qu’ils viennent aussi vers moi. Ca, c’est une grande richesse qui rend vraiment plus heureux.
    Une petite partie du texte parle du « féminin » et là aussi, je me rends compte que sans le vouloir vraiment, je me tourne vers ce féminin avec qui je me sens en harmonie. Me reste, dans ma déconstruction (ou ma reconstruction… ce n’est pas un peu pareil, lorsqu’il s’agit de changement ?) à mieux comprendre le masculin (la force, la volonté de pouvoir etc…) mais là c’est une autre histoire : si certains souvenirs que je voudrais garder s’évaporent je ne sais où, il en est que je voudrais oublier et qui reviennent… « me hanter » ? C’est un bien grand mot…
    On n’oublie pas ce que l’on veut, il me semble.

    Mais oui, la période est au changement. Elle est sans doute à la déconstruction de ce qui nous est néfaste, même si parfois je trouve que cette déconstruction-là se fait bien lentement.

    Merci Passeur pour cette nouvelle page qui incite à la réflexion.
    Amitié à tous. ♥

    • François dit :

      Bonjour Elba,
      Le masculin est puissance et non force
      Détermination et non volonté
      Partage et non pouvoir
      Le masculin est comme le féminin, il est ce que l’on veut bien en faire. C’est un beau chemin que de partir à sa découverte (comme pour le féminin d’ailleurs). Les autres « masculins et féminins » , hommes et femmes ne sont que des indications et non pas Notre propre potentiel. Il me semble que notre propre potentiel dans ces deux polarités est à découvrir. J’ai connu quelqu’un qui disait , assez sagement,’ le sacré est là où on veut qu’il soit’. C’est vrai.
      tendrement et puissamment masculin.

      • louisetta dit :

        Cher François,

        vos mots ont ici la puissance de réconcilier toute femme avec le genre masculin. Avant hier justement, le jour ou vous avez écrit ceci, nous partions avec des amis proches, dans un débat passionné sur la féminité, le rôle de l’homme, les blessures emmagasinées et méfiances de part et d’autre et le ré équilibre nécessaire qui doit reprendre sa place aujourd’hui au sein des polarités.
        Hommes et femmes, une fois le venin des vieilles mémoires ressorties avec son lot de clichés (étape certainement nécessaire) nous sommes entrés dans un vrai échange sur les nombreux malentendus et chassés croisés égotiques qui jalonnent les rapports masculins et féminins, ainsi que leurs réflexes profonds et respectifs.
        Nous avons convenus qu’il s’agissait surtout et au delà des sexes, d’énergies masculines et féminines à retrouver dans leur essence de base. Les femmes étaient toutes d’accord pour dire qu’elles ressentaient ce désir donner sans limite, de ressentir et d’accueillir, et les hommes avant tout parlaient de construire, d’impulser, d’offrir et de protéger.
        Si l’on est honnête, on ne peut renier nôtre part universelle qui fusionne les deux énergies, mais on ne peut non plus renier celle dans laquelle nous avons choisi de nous incarner.

        Avec tout le ressenti féminin plein de douceur…

        L.

        • François dit :

          De ce que j’ai pu constater aussi bien chez moi que chez beaucoup d’autres personnes que j’ai croisées, c’est que le regard que l’on porte sur l’autre sexe n’est jamais ou trop rarement neutre et bienveillant. Bien sûr les hommes disent aimer les femmes et inversement et c’est sans nul doute vrai dans la conscience de chacun au moment où il, elle, exprime cet amour. Néanmoins les clichés , aprioris, croyances sont encore , aujourd’hui bien présents. Ils sont surtout dus à des peurs. Les hommes sont inquiets de leur capacité à aimer réellement (énergie féminine en essence) et les femmes sont inquiètes d’être à la hauteur (énergie masculine par essence) Les hommes ont peur de s’abandonner et sont dans un esprit de compétitions et/ou de performances. Les femmes ont peur de s’abandonner et sont dans un esprit de contrôle. Ce n’est, bien entendu pas une vérité absolu, je parle ici d’une généralité. Cependant, il existe une « zone » de rencontre entre un homme et une femme qui est au-delà du contrôle, au-delà des peurs, au-delà des différences. Une zone où la conscience est à l’intérieur de chacun et c’est à partir de cet endroit (son propre centre lumineux) que l’on peut aller à la Rencontre de l’autre. Dans ce cas de figure ce n’est plus d’un couple d’humain dont il s’agit , mais bel et bien de la rencontre de deux énergies, qui en fusionnant créent le parfait équilibre masculin/féminin chez chacun des deux individus. Si nous souhaitons rencontrer une personne dans sa totalité alors cela ne peut se produire qu’à partir de notre cœur bien-aimé et bien-aimant vers son cœur bien-aimé et bien-aimant. À ce moment là la magie homme/femme opère….et créée la Lumière que nous recherchons toutes et tous à travers une relation.
          Merci.

  3. Doud dit :

    Bonsoir

    Je suis rassuré pour les pertes intempestive de mémoires,de mots ou de phrases cela devient difficile par moment.
    Mais prend cela fesant parti de l’évolution notre conscience.
    Mais pour ce moi de juillet il arrive à ma femme et moi que des tuiles comme un accident avec une biche dans virage rien de grave juste de la tole froissé ,une promesse d’un C D I
    pour moi qui devient non et une belle fuite sur le toit de la maison qui coule à l’interieure.
    Est ce une épreuve? Quoi qui l’en soit je prend tout cela dans le moment présent avec calme sans me poser de questions
    Cequi ily a trois ans aurais fini par me mettre dans une colère et des injures.
    Et là MERCI Passeur pour tes textes car cela m’a été d’un grand soutient et merci aux personnes qui donnent leurs ressentis.

    Amour joie sérènité .

  4. Stéphanie dit :

    Ce texte résonne énormément en moi, c’est exactement ce que je vis en ce moment « la déconstruction de ce que je pensais être ».

    Je me retrouve à ne plus me souvenir de ce que j’ai fait ou dit il y a peu de temps comme si le passé et l’avenir n’avaient plus d’importance, seul l’instant présent m’intéresse et je m’y émerge avec foi et abandon en m’imprégnant de l’énergie qui est à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de moi. C’est un émerveillement permanent, je suis dans ce monde mais pas de ce monde, je me sens libre et pleine de vie et de joie.

    « Nous ne pouvons plus dissimuler qui nous sommes intérieurement en créant une illusion à l’extérieur » voilà exactement le point où j’en suis ici et maintenant, une nouvelle identité et une nouvelle vie correspondante à mon Soi Divin sont en train de prendre forme et bientôt ils verront le jour.

    Il arrive parfois à mon Moi d’être encore impatient et curieux, il aimerait connaitre cette nouvelle identité et cette nouvelle vie, sans doute pour mieux être en mesure d’en prendre le contrôle, mais mon cœur et mon âme restent confiants et en paix car ils savent que le téléchargement à déjà eu lieu et que le moment venu tout me sera révélé et que mon destin pourra s’accomplir de la meilleure manière possible.

    • Jonas dit :

      je te laisse un petit mot pour te bonjour mon amie .Je n’ai plus d’acces ni le gout du net alors un simple a la prochaine et je t aime beaucoup

      • Stéphanie dit :

        Merci mon ami pour ce petit mot qui me touche beaucoup. Je suis heureuse de savoir que tu continues à suivre ta voie (la spiritualité et la musique) avec ce bel enthousiasme, cela me réchauffe le cœur, merci. Je te souhaite le meilleur … je t’aime beaucoup moi aussi.

  5. Marie-Anne dit :

    Merci, encore une fois Passeur, de nous rassembler autour d’un texte hautement évocateur pour moi aussi.
    Contrairement à certains d’entre-nous sur ce site, je n’ai jamais connu mon rôle précis ici, dans cette vie-ci. Tout ce que je savais, c’est que j’étais là et que j’étais sincèrement déterminée.
    A quoi? mystère, mais, enthousiaste et confiante, je considérais, sans même m’en rendre compte, que ça n’avait pas d’importance.
    Il y a eu juste un petit moment de ma vie où j’ai perdu cet enthousiasme , mais, cela aussi m’a aidé : j’ai ainsi découvert plus en profondeur l’ extrême richesse, intelligence, ingéniosité, sagesse et beauté de notre Inconscient (qui m’avait toujours intéressé, d’ailleurs ).
    Via les rêves, j’ai amené, à mon conscient, le (ou un des principaux) pourquoi de ma vie ici, qui m’ a été montré comme ce qui pourrait être la chose la plus merveilleuse qui soit pour pour moi : l’édification d’un Temple Egyptien dans mon grenier! En fait, plutôt un ensemble de temples, style Louxor, où Philae, mais encore différents, jardins extérieurs et magnifiques compris.
    Cela c’était le Quoi; le comment ne m’est pas apparu (consciemment, en tous cas).
    Donc, j’ai continué ma vie, avec ces belles images symboliques à l’arrière plan. Et peut-être bien que mon « grenier » s’est embelli !
    Maintenant, je sens bien que l’on passe à la phase suivante.
    Effectivement, comme je le disais ici récemment, je rêve encore beaucoup; je retrouve des éléments de mes rêves, de mes visualisations ou de mes » prières » dans ma vie quotidienne; je fais des rêves de « nettoyage », d’explications d’événements de cette vie-ci ou d ‘autres ,etc,…et je sens que  » ça bouge » à tous les étages!
    Et malgré les trop nombreuses peurs ou inquiétudes qui m’assaillent encore , je garde mon cap , mon enthousiasme et ma confiance. Et quand celle-ci vacille un peu trop à mon goût, je me tourne vers la partie la plus belle de notre être: l’Amour Que Nous Sommes de toute éternité, et je lui parle comme à un Ami très aimé et très aimant.
    Voilà: si je me suis un peu appesantie sur mon cas, c’est non seulement pour faire le point pour moi, mais aussi, je l’espère, pour apporter mon témoignage parmi tous les autres et pour complèter ce kaléïdoscope merveilleux que nous formons tous ( et , peut-être aider ceux à qui ce témoignage parle).
    Amitiés à vous tous,
    M-A

    • Stéphanie dit :

      Merci Marie-Anne pour être ici et maintenant, je suis heureuse d’avoir croisé ton chemin c’est un enrichissement permanent. Tu es quelqu’un de très spécial … j’apprécie énormément ta générosité, ton enthousiasme, ta confiance, ta transparence, ta lucidité, ta clarté, ton intelligence de cœur et d’esprit. Merci pour ce témoignage sincère.

      • Marie-Anne dit :

        Merci, Stéphanie, tu es adorable (dans le sens le plus affectueux du terme);
        je t’ai juste tendu un miroir, et, on dirait que tu t’y es vue aussi, j’en suis très heureuse!
        A bientôt pour d’autres Aventures, comme dirait une de mes amies !

    • François dit :

      On prends de la compassion, de la joie, des mots justes, de l’attention, du soutien, de la présence, de l’encouragement, de la pudeur, du respect, du sourire, bref… de l’amour et nous avons Marie-Anne. Merci pour tous tes commentaires qui sont très lumineux. Voilà c’est juste aussi de la dire.

      • Marie-Anne dit :

        J’ai oublié d’ajouter qu’ il y a beaucoup de (beau) monde dans ce miroir! 🙂
        Merci à vous, mes beaux amis, pour votre gentillesse; j’essaie de recevoir vos compliments comme vous me les envoyez, avec simplicité, mais c’est vrai que nous devons encore accepter le « recevoir »( comme nous le rappelle, d’ailleurs, le Passeur via cet article de Dana Mrkich – encore merci à eux) !
        Jolie soirée à tous!
        De tout Coeur, M-A

  6. Yuca965 dit :

    Apprécier l’air et l’eau pollué ? Du béton et des bruits de voitures ? Et le tout entouré de champs de pesticides ?

    J’entends le chant des oiseaux, je vois la nature, même en ville, mais elle est comme étouffé.

  7. Xablo dit :

    Je n’arrête pas de lire des articles en parfaite symbiose avec ce que je vis. On se sent comme chez soi ici. Et merci encore, bien sûr !

  8. AlKriS dit :

    De mon côté je ne pense qu’à une seule chose : passer du bon temps, jouer, m’adonner à des activités qui me centrent et me font goûter le plaisir d’être. Partager du temps avec d’autres, mais au final surtout ne parler de rien que du futile. Ou se taire. Etre ensemble. Ne surtout pas débattre, convaincre, argumenter. Car plus j’en « sais » moins je sais quoi. Pas de leçon à donner. Et plus du tout envie de me prendre la tête avec tout ça.

    Qu’il est bon de simplement vivre. Même dans ses obligations ou devoirs quotidiens.^

    Du coup cette histoire de mission m’intérroge. Je n’ai pas le sentiment d’avoir besoin de trouver quoi. Et si c’est effectivement profiter de la vie, alors c’est plutôt cool et j’en suis très reconnaissant 🙂

  9. marie christine dit :

    J’apprécie toujours énormément les messages de Dana . Tout ce qu’elle dit, je le sens parfaitement juste .
    A mesure que le temps passe, la définition du rôle que chacun est venu jouer sur terre semble se préciser . Les interminables interrogations trouvent peu à peu une explication . Ce que l’on sentait confusément prennent sens .
    Personnellement, je n’ai jamais eu peur de la mort . Aussi longtemps que je me souvienne, depuis ma naissance, c’est un sentiment qui m’a toujours été étranger . Alors il m’arrive de parler avec elle et même de la menacer : « Tu n’as pas intérêt à venir ennuyer untel ou untel ! » . Et je SAIS que les personnes que j’aime sont protégées .
    Je sais à présent que je suis née pour faire face à tout ce qui se présente . Ce n’est pas facile mais c’est comme ça . Je n’ai jamais été capable de fuir une pensée, un sentiment, une émotion . Il fallait que je les comprenne . Et si ça me faisait souffrir, je n’avais pas de repos tant que ce n’était pas résolu . Bien sûr, il m’a fallu de nombreuses années mais la persévérance et la ténacité étaient toujours là, même quand je n’étais pas encore croyante . J’ai été à bonne école avec une mère qui était le Big Bang personnifié !
    Heureusement que je ne suis pas née au Tibet au moment de l’invasion, je n’aurais jamais pu accepter la situation sans broncher ! Je ne suis pas formatée …
    La Force divine soutient le monde . La Force divine soutient la Paix . La Force permet l’émergence de l’Amour divin en lui préparant son nid . L’amour sans la force ne peut se stabiliser . La force sans l’amour n’a pas d’accomplissement .

  10. angie dit :

    Encore un texte qui est si pertinent, surtout en ce moment où je me sens « autre » nouvelle sans l’être véritablement encore….
    Sensation d’être sur un terrain mouvant, glissant mais d’être solidement tenue….
    Le dernier paragraphe raisonne fort en moi…..Merci à tous et toutes qui rendent ces si beaux messages, qui confirment et renforcent nos pas…

  11. laurore dit :

    Il est deux heures 58.
    Le 6 juillet.
    Une intrusion de présence dans l’espace – temps.
    Face à moi la mer est verticale.
    Elle dort dans un croix sang de lune.
    A ma gauche, 4 doigts crochus et filiformes tentent de se raccorcher à un tourbillon jaune.
    A ma droite, une danseuse flamenco glisse sur un 4.
    Plus loin, au – delà de ces figures, il y a un mur tempéré par un tam – tam malmené par une statuette enceinte veinée au bois d’olivier.
    Des crayons de couleur engrossé par une loupe rivalisent avec un pinceau – sanglier.
    L’ordinateur est noir de trop dormir.
    Un guetteur attend la lumière.
    Le Horla a empli l’atmosphère.
    C’est un rêve éveillé qui se joue des structures mnémoniques.
    C’était le petit rien d’un tout…
    Bonsoir à tous ou plutôt bonjour.

    • laurore dit :

      Les champs morphiques ou morphogéniques sont des « régions d’influence » cosmiques, transcosmiques, transuniversiels..
      Celles – ci sont immatérielles, se jouant du corpusculaire comme de l’ondulatoire.
      Elles s’étendent dans les espaces et se prolongent dans les temps.
      Elles s’étendent dans le non – espaces et dans les non – temps.
      Un système psycho – physique, particulier peut cesser d’exister; un atome peut se désintègrer; un flocond de neige fondre; un animal ou un homme mourir.
      Mais leurs champs organisateurs, bien « qu’éclatés » et réapparus parfois dans les rêves, les fantasmes, les méditations transcendantales ou toutes autres dispositions d’esprit alternatives, ne disparaissent pas pour autant du lieu spécifique où existait le « système ».
      Les champs morphogéniques donc, ne disparaissent pas, car ils sont des champs potentiels de mémoires (akkasique) susceptibles de se manifester à nouveau en d’autres temps et d’autres lieux partout à la fois lorsque les conditions psychophysiques ou spirituelles sont appropriées ou réappropriées.
      Ils renferment d’avantage qu’une mémoire de leur existence psychophysique ou spirituelle antérieure…
      Ils ne peuvent être décelés que par les « actions » – pris au sens large – qu’ils influencent.

      • Stéphanie dit :

        Bonjour Laurore,

        Merci d’éclairer par ta sagesse et ta profonde connaissance le « phénomène » des champs morphogéniques au milieu desquels nous baignons tous à chaque instant de notre vie. Trop de personnes sont encore dans l’inconscience et n’ont pas accès à cette réalité et à ces « mémoires intemporelles », elles sont pourtant disponibles pour tous sous certaines conditions (il est vrai). Ce sont, en tout cas, des sources d’informations inépuisables qui constituent notre héritage.

        • laurore dit :

          Il existe une corélation importante entre les notions de champ morphique ou morphogénique et le champ unifié ou champ des super – cordes.
          Place quelques pots de géranium à peu de distance les uns des autres.
          Laisse – en volontairement dépéri un en ne l’arrosant pas par exemple.
          Ainsi, l’information est transmise; et si les autres géraniums ne meurent pas nécessairement, ils périclitent en se solidarisant du petit déchu.
          Bien à toi

  12. chris dit :

    bsr passeur 🙂
    Hallucinant comment je me retrouve encore dans cet article… Depuis quelques jours, je ne cesse de penser à faire une action de rassemblement afin que chacun d’entre nous apporte ses connaissances mais aussi ses questions! En effet, il m’est difficile de trouver l’équilibre adéquate pour vivre cette « déconstruction » et partir d’un pas non hésitant sur le chemin de cette « renaissance » … Autour de moi, je n’ai pas bcp de gens qui partagent mes convictions et ces quotidiens stressants m’empêchent de trouver l’harmonie. Rencontrer des gens m’aiderait énormément à fixer des objectifs concrets pour le bien de tout le monde car aujourd’hui il n’y a que le net et cela me pèse de rester devant cet ordi…
    Je me sens avoir un rôle capitale de guider les gens, je n’ai fait que cela durant ma vie… Cependant, avant, je ne le faisais que pour les autres en m’oubliant et en étant dans l’auto-destruction mais cette fois-ci,bien que j' »aide » les gens , je m’aide bcp ainsi que ma famille et cela est ma principale préoccupation…
    Je reviens de loin mais là où je suis, je commence à vivre grâce à des gens comme toi Le Passeur ainsi que vous tous qui partagez de superbes choses qui me font parfois frissonées, me rendent heureux, me soulagent…Avant cela, je ne me comprenais pas et soufrai terriblement puis pour mon futur métier de coach de vie, j’ai entrepris une psychothérapie et depuis c’est un Réveil bien difficile que je vis mais il vaut le coup d’être vécue!!! Merci à tous…
    Bien à vous!

  13. Nada dit :

    Interpelant, en juin, je disais que dès le début des vacances, j’ effacerai de ma mémoire des mémoires liées à des identités rencontrées, quelques soient leurs âges.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *