Des phénomènes probants de l’invasion de la 3° dimension par les plans supérieurs

Nicholas RoerichPar Bertrand Duhaime.

Mon article n’a rien d’original. Il m’a été inspiré par une publication récemment parue sur le site «Le Jardin de Joéliah» qui m’a donné le courage de parler d’au moins une expérience analogue aux siennes que je vis depuis quelques mois, mais dont je n’ai même pas osé informer mes amis les plus intimes.

Depuis mon arrivée à la campagne, il y a quelques années, chaque saison de l’année, surtout l’été, m’apporte une manifestation qui, pour d’autres, pourrait passer pour insignifiante ou anodine, mais qui, pour moi fournit la preuve que l’Esprit et la Nature n’ont qu’une envie, celle de démontrer leur unité par l’entretien de complicités avec les êtres humains.

Tout a commencé lorsque, peu de temps après mon arrivée en ces lieux, que j’habite depuis dix-sept ans, un vol de pigeons, placés en un cercle parfait, est venu, trois fois de suite, effleurer la grande fenêtre de ma salle de séjour. Un jour, une colombe blanche s’est jointe à ce groupe de créatures ailées, qui hantait la grange voisine et elle m’a accompagné, se posant souvent sur mon gazon, seule, pendant plus de huit ans. À la mort de cet oiseau, un couple de corneilles l’a remplacée, alors que jamais aucun oiseau de cette espèce, malgré qu’il en passât souvent au-dessus du terrain, n’avait osé fouler le sol de mon espace vital.

Mais, le plus étrange, c’est que, chaque année depuis mon arrivée dans cette ferme, il s’est produit un phénomène d’apparence magique ou mystérieuse.

Ainsi, la première année, mon jardin a été envahi de pois de senteur qui ont longuement embaumé mon environnement; une autre, un plan de tournesol m’a donné 54 fleurs, ce que plusieurs témoins ont pu attester; une autre, un pied de petits pois a continué de produire jusqu’à ce que je l’arrache pour le labourage, malgré les grands gels d’automne. Il y a deux ans, alors que je n’ai à peu près jamais vu de ces reptiles dans mon environnement, deux couleuvres se sont hébergées tout l’été dans le tas de branches et de tiges retirées des bosquets et des plates-bandes, se livrant régulièrement à un rituel amoureux des plus étonnants, sans jamais craindre ma présence; une autre, des arbres de l’espèce souhaitée sont apparus à divers endroits de mon terrain, sans intervention de ma part; cette année, une de mes plates-bandes a été envahie de pieds de framboises noires géants qui produisent à profusion, tout en lui ajoutant une touche d’originalité certaine. Et je dois passer sous silence nombre d’autres phénomènes inusités dont, au cours des deux dernières années, avec la montée des énergies qui libèrent le mental, j’ai perdu le souvenir, mais que j’avais déjà rapporté dans un article de mon site.

Et c’est sans compter les expériences du genre de celle d’une marmotte qui s’est creusé un terrier près du hangar, à proximité de mon jardin, s’exposant régulièrement au soleil, poursuivant sa sieste à mon approche, sans jamais faire le moindre dommage. Encore, pendant des années, une moufette est venue se nourrir près de mes mangeoires à oiseaux, à proximité de mon domicile, sans jamais exprimer la moindre méfiance quand je devais me diriger vers elle.

Vladimir KushAu premier automne, je pouvais apercevoir presque chaque soir un brouillard de trois couches superposées, de très mince à très opaque, percée de trois arcs au-dessus de chemin qui donne accès à la forêt derrière chez moi. Un certain automne, je me suis dirigé vers l’érablière, au fond du champ qui jouxte mon terrain, derrière la maison et, à mon approche, avec l’arrivée d’une brise soudaine, toutes les branches des arbres se sont mises à osciller de gauche à droite, des plus harmonieusement, comme si elles esquissaient le mouvement d’une valse gracieuse, en signe de bienvenue. Un autre automne, j’ai emprunté l’allée qui mène à la forêt pour découvrir, à mi-chemin, près de l’étang, un érable paré des plus beaux tons de roux et de rouge, des couleurs d’une intensité telle qu’il se démarquait de tous ses semblables, proches et lointains, et que depuis, je n’ai jamais plus remarqué sur ce même arbre, malgré que je retourne le contempler toutes les années à la même période, dans l’espoir de le voir se revêtir de nouveau d’un tel costume lumineux. Et c’est oublier de mentionner les tons de pêche ou d’orange d’une douceur inégalée qui apparaissent souvent dans le ciel au lever ou au coucher du soleil.

Une année que je retournais la terre de mon potager, en relevant la tête, j’ai constaté que dans le ciel, complètement dégagé ailleurs, j’étais complètement entouré d’un nuage circulaire et continu d’un beau blanc pur, à la manière d’un boudin parfait ou d’une auréole géante, dont je semblais occuper le centre. Une autre année, en après-midi, du côté est, il se formait un arc-en-ciel presque tous les jours, parfois plusieurs fois par jour, et même, des arcs-en-ciel doubles.

L’an dernier, mes plans de tomates-cerises ont poussé si haut (plus de deux mètres) et ont tant produit que j’ai dû planter des piquets pour les empêcher de s’effondrer sous leur poids. Au printemps, tous les matins, mon terrain était régulièrement envahi par un groupe imposant de dindons sauvages qui venaient manger jusque sous l’abri d’auto. Depuis le début du présent été, un couple d’oiseaux d’une espèce que je ne parviens par à identifier m’accueille et m’accompagne sur mon terrain tout la durée de chacune de mes sorties, m’enchantant de ses claquements de becs légers et de ses chants d’une grande douceur, osant même se poser sur le sol à proximité, comme s’ils voulaient me communiquer leur joie de me connaître. Et je n’ai pas mentionné ces chevreuils qui depuis mon arrivée en ces lieux, bien qu’ils s’approchent régulièrement très près de la maison, puisque j’ai planté des arbres fruitiers et des thuyas, des plantes arboricoles qui les attirent, n’ont jamais produit le moindre dommage. Je porterais un jugement plus sévère envers les ratons-laveurs, que je trouve parfois plus qu’envahissants, parce qu’ils vident toutes les nuits mes mangeoires, dévastent mes arbres fruitiers et marquent leur territoire de leur déjections malodorantes, mais ils obtiennent toujours ma clémence lorsque chaque année, au début de l’été, une mère se présente avec sa portée de ratons si charmants et espiègles, qui me regardent comme curieux et attendris.

À vrai dire, je pourrais prendre plusieurs minutes à vous raconter des anecdotes du genre, depuis que j’ai pris conscience que tout se tient. Des expériences qui m’ont d’autant plus marqué que, bien que né à la ville, j’ai passé mon enfance à la campagne, très attentif depuis toujours aux phénomènes de la Nature ambiante, d’une saison à l’autre. Mais jamais, auparavant, je n’avais été témoin de phénomènes exceptionnels et récurrents aussi variés.

Vladimir KushMaintenant, voilà que, depuis le début de l’été, à part des synchronicités remarquables, il se produit dans mon univers d’autres phénomènes encore plus étranges, comme hors des possibilités du monde de la troisième dimension. Ainsi, depuis que j’ai commencé à tondre le gazon, j’ai acheté très peu d’essence, parce que, étrangement, tant que je ne m’inquiète pas de la quantité de ce qu’il peut rester dans le réservoir de la tondeuse, je poursuis ma tâche sans avoir à refaire le plein. Parfois, j’ai l’impression de revivre l’expérience de la vielle dame de la Bible qu’un prophète avait récompensé de son accueil en lui donnant une urne d’huile dont la réserve ne s’épuisait jamais. Ou, si je suis moins harmonieux, sans être prévenu par le son du moteur de la tondeuse, qui change lorsque la réserve d’essence du réservoir s’épuise, un incident sans conséquence se produit, m’obligeant à couper l’alimentation. Et, désormais habitué à ce stratagème étrange, comme produit par un génie invisible, je sais que je n’ai qu’à enlever le bouchon du réservoir pour constater, immanquablement, qu’il est parfaitement vide depuis un moment.

À vrai dire, je vis d’autres phénomènes aussi inhabituels, depuis l’annonce que, à son insu, l’humanité aurait presque complètement basculé dans la cinquième dimension, une prise de conscience qu’elle retarderait simplement par ses habitudes ataviques de rétablir promptement la réalité ancienne, dans ses allées et venues fréquentes à travers les dimensions, des reliquats de la densité et de la dualité de la troisième dimension à un plan bien supérieur de conscience. Mais j’omets de les raconter parce que le but de ce texte n’est pas de multiplier les exemples de ce genre nouveau d’expérience ou d’étaler mes exploits, qui, par l’étonnement que je ressens lorsqu’ils se produisent, attestent, de toute évidence, qu’ils ne relèvent pas de moi, mais qu’ils procèdent de l’intervention de l’Esprit de Vie à travers moi, dans des circonstances nouvelles, en raison de conditions différentes qui m’échappent.

Sauf que, du moins pour moi, il devient évident que depuis quelques mois, il se produit des manifestations nouvelles, dans la gamme des impossibles qui deviennent possibles et qui attestent d’une élévation de l’ensemble du monde dans les dimensions supérieures de la Conscience cosmique. Autrement dit, il se produit des phénomènes inusités, très mystérieux qui, il y a encore peu de temps, auraient paru improbables, parce que reconnus comme chimériques ou relevant de l’invention mythomane. Alors, pour m’assurer que je ne rêve pas éveillé et que je ne suis pas un privilégié, je viens m’enquérir auprès de vous, si vous accepter de les partager, de phénomènes similaires, que vous pourriez avoir vécu vous-mêmes ou dont vos connaissances auraient pu vous informer.

Soyez assurés que ce partage pourrait rassurer bien des gens dans cette phase difficile qui s’annonce. Surtout, il pourrait agir comme un baume, dans la conscience de certains chercheurs qui ont mal intégré l’expérience de ne pas avoir vu le monde se transformer en un instant, au jour du dernier solstice d’automne 2012, mal renseignés par certains channels et médiums qui semblaient ignorer la manière bien différente selon laquelle l’Ascension se poursuit, dans une lenteur adaptée aux possibilités évolutives de la majorité des êtres humains, dans l’intention sage d’élever dans les plans supérieurs de la Conscience cosmique la plupart des membres de l’humanité. En tout cas, je remercie à l’avance ceux qui accepteront de se joindre à cette initiative dans l’amour, soit dans la pureté d’intention, la vérité, la sincérité, la simplicité et l’intégrité, afin de ranimer l’espoir chez les êtres timorés, épuisés ou démobilisés.

Bertrand Duhaime© 2013 Bertrand Duhaime (Douraganandâ).

Source originale.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

119 Responses to Des phénomènes probants de l’invasion de la 3° dimension par les plans supérieurs

  1. CAILLEAU dit :

    Dieu notre Créateur, lorsque nous sommes connectés à son Amour, c’est génial!

  2. CAILLEAU dit :

    Bonsoir! Je me joins à vous pour partager des faits aussi, de belles et fantastiques égrégores d’amour. J’ai eu un jour, une conversation avec une maman faisant partie d’une association parents d’élèves. Pendant que nous discutions près de sa voiture, un rouge gorge est venu manger des cailloux près de nous. Nous avions beau bougé sans plus mais ce rouge gorge était un irréductible en sa présence. C’était génial à voir!!
    Ensuite, j’ai fait la découverte de voir sur mes carreaux de ma salle de bain, des carreaux de couleurs bleus : des anges en prière. Cela faisait pourtant plus de 10 ans que j’habite dans ma maison et je n’en avais pas fait cas!! Merveilleux!!
    Puis la découverte de mon être de mes mémoires ADN, avec une tourterelle! Je l’ai gardé car elle a une aile cassée. Elle m’a envoyé par télépathie le message suivant : « J’ai envoyé un message à mes camarades pour te protéger en te suivant ». Je n’en croyais pas mon âme tellement c’était bienveillant et plein d’amour.
    Puis, pour la première fois, j’ai rencontré un raton laveur dans un jardin. Il était debout sur ses deux pattes arrières et nous regarder tranquillement passer. Je pensais qu’il allait partir mais non!! C’était génial!! 😀
    J’ai remarqué que dès que nous changeons notre nourriture physiologique, les vibrations sont telles que nous percevons les autres vibrations. Petite, je voyais les couleurs de la terre qui étaient de couleurs pastels voire parfois fluos. Je voyais les énergies colorées.
    Bonne soirée à vous et bonne journée à vous!! Comme j’ai vu qu’il y a plusieurs pays en ligne. C’est cool!! Même quand on a 43 ans! Restons jeuns!! 😀

  3. samri7 dit :

    Bonjour à Bertrand et à tous,
    Comme vous, l’Ascension est quelque chose qui me parle, m’interpelle.
    Mais en ce qui concerne tous ces miracles dans votre jardin Bertrand, qui nous venez tout droit de la ville, pardon cher Bertrand, mais si j’attends comme vous l’ ascension avec une certaine impatience ce qui est déjà une erreur de ma part ; avec mes 30 années de potagiste et de jardinier laissez moi vous dire qu’ il n’y a rien de supra dimensionnel dans votre jardin. Tout ce que vous décrivez ne sont que des processus naturels millénaires de 3 ème densité vus et revus. Que de miracles et découvertes sensationnels nous propose la nature si on sait le regarder avec les yeux de l’innocence. Le soleil avec sa lumière chaque jour de plus en plus blanche, voila peut être là les lumières de la 4ieme densité. Elle apporte un quelque chose de magique sur la nature et ceci arrive de façon tellement imperceptible que personne, pratiquement personne ne s’en est rendu compte. Votre jardin de rêve sous cette lumière sublime, c’est peut-être cela l’invasion de la 3ieme dimension par les plans supérieurs et très certainement, votre regard émerveillé d’enfant devant votre jardin extraordinaire.

  4. Margelle dit :

    Cela n’a rien à voir avec une invasion, mais cette découverte m’a semblé très sympathique…

    « Son nom est PSO J318.5-22 et elle fait déjà rêver les astronomes. Jeune, solitaire, libre et légère, l’exoplanète gazeuse qui a été découverte par une équipe internationale d’astronomes – dont les travaux sont parus mercredi 9 octobre aux Etats-Unis – flotte seule dans l’espace, sans être en orbite autour d’une étoile.

    PSO J318.5-22 se situe à 84 années-lumière de la Terre – une année-lumière équivaut à 9 460 milliards de kilomètres – et a une masse de six fois plus importante que celle de Jupiter, précisent ces astronomes dont la découverte est publiée dans la revue américaine Astrophysical Journal Letters. Elle s’est formée il y a à peine 12 millions d’années, ce qui, pour une planète, représente la toute première enfance.

    Michael Liu, de l’Institut d’astronomie de l’université de Hawaii à Manoa, est le principal auteur de cette découverte.

    « Nous n’avions jamais vu un objet comme cela flottant librement dans l’espace et qui a toutes les caractéristiques de jeunes planètes trouvées en orbite autour d’autres étoiles. Je me suis souvent demandé si de tels objets solitaires pouvaient exister et maintenant nous savons que c’est le cas. »  »

    Ils ne disent pas si elle est jolie, mais je le pense très fortement ! 🙂

    • François dit :

      Oui merci Margelle,

      j’ai aussi lu l’article ce matin et je me suis dit: tiens voilà que nous, humains, allons peut-être être amenés à découvrir une nouvelle part de nous (comme à chaque nouvelle planète découverte)…. la vraie liberté peut-être (/Uranus est cet appel mais il est tout de même ‘rattaché’ à notre système solaire/) , à l’instar de cette planète libre , indépendante et tout en étant dans le grand Tout…. ça laisse rêveur… 🙂 et le fait que ce soit une ‘gazeuse’ pourrait mettre en avant l’Ether…?? à suivre en tous cas…
      🙂

    • Marie-Anne dit :

      Curieux, cette planète follette, Margelle!

      Bizarre, même! D’où vient-elle? Quel système a-t-elle quitté, et comment?

      Et maintenant, comment vit-elle? De soleils en soleils?
      Si elle est respectueuse de la vie, tout va bien; si elle ne prend pas sans rien offrir, tout va bien.

      Oui, séduisante mais curieuse, cette planète!

      Merci pour l’info, Margelle; je vais voir s’il y a moyen d’en savoir plus!

      • Marie-Anne dit :

        PS: oui, je sais, mon mental se pose des questions, mais je rappelle qu’il est au service de mon Cœur! 🙂

        • Katerina dit :

          J ai lu aussi cette information .
          J ai l impression que le monde de l astronomie va de découvertes en découvertes .
          Ou serait ce l univers qui envoie des signes .
          Et remet en question les théories .
          Tout change tout le temps finalement .

      • Margelle dit :

        Oh oui si tu peux !! 🙂
        Comme dit François les découvertes ne sont pas le fruit du hasard, c’est que nous sommes mûrs pour les accueillir….

  5. Gine dit :

    eh bien!!! mon mari m’ a dit de venir voir cet article, car c’est un peu ce qui se passe aussi chez nous. (Beauce, Québec) et nous non plus ne pouvons en parler, alors quelle joie de vous lire. Plein de choses que je n’ai pas planté ont poussé, et tout est devenu si je puis dire ‘King Size’ tellement que beaucoup de voisins sont venus me demander ce que j’avais fait. Je leur dis : je ne sais pas ce qui s’est passé. Exemples:
    Je n’avais jamais vu un arc-en-ciel partir de la terre et monter dans le ciel c’est très spécial, je voulais planter de la molène mais je n’en ai pas eu le temps et à ma grande surprise une molène est venu se planter, mais là! une molène Géante, mes concombres, j’en ai planté des ordinaires, ils sont devenus si gros que mon mari me disait , hey enlève-les ils vont exploser!
    je me suis aussi creuser un étang et des joncs venus de nullepart sont venus se planter dans mes oignons,personne ne connait cette variété , quelqu’un m’a dit que c’était des joncs japonais !!! bref, ce serait troip long de tout raconter mais je suis heureuse qu’il n’y ait pas qu’ici que çà se passe, et oui je crois bien que la nature , la Conscience y est pour quelque chose, des orages violents passent mais jamais ici…étonnant et fascinant tout çà… et si on change de dimension… je suis partante!
    merci à vous tous de ces beaux partages…

  6. spot dit :

    bonjour ,
    Il ne fait aucun doute que nos expériences sont liées aux relations qu’on sauvegarde dans l’espoir d’y retrouver une parcelle de nous-même.
    Et de mon point de vue, (ce ne sont que des pensées seigneur)^^ qui se désagrègent en désuétude, comme le produit fini du monde qui nous apparait à chaque ouverture de notre perplexité.
    Le mode pensée est à mon sens, qu’un aspect sensoriel, il git sur
    les couches profondes et vaseuses de notre mémoire, elles se transforment à la moindre secousse, en suspension opaque affectant l’essentiel de la visibilité.
    Mais qu’est-ce que la visibilité, peut être une transmutation du champ scalaire qui s’octroie des formes pensées, pour mieux identifier la présence^^

    • Soleil Bleu dit :

      J’en étais là dans mes réflexions, et je lis ton post qui les traduit sans que j’ai besoin d’en chercher les mots. Somme toute, sans surprise finalement….

      • spot dit :

        salut à tous, et à soleil bleu,

        une autre histoire de visibilité,
        http://www.rts.ch/emissions/36-9/2963813-un-cerveau-a-modeler.html

        • Soleil Bleu dit :

          Quel merveilleux et extraordinaire documentaire !
          Merci spot ☼
          Il révèle tellement de nos voiles et relative de manière tellement directe et sans appel notre mode de perception et d’appréhension de la réalité de ce monde que j’y ai vu là la quintessence signifiée de ce qui fait l’objet des échanges sur ce site du Passeur.
          Ce qui m’a aussi bouleversée en le regardant, c’est que l’approche utilisée pour traiter le problème était de le mettre de côté pour se focaliser et investir ce qui fonctionne bien.
          Dans mon champ professionnel, et de façon récente, c’est sur l’appui de ce même principe de résilience que se repensent les modalités d’accompagnement des personnes en difficulté, j’avoue que la mise en perspective de cette réforme, qui représente pour les professionnels une révolution contraignante, a toujours symbolisé pour moi le changement de paradigme qui s’impose. De là à imaginer son entrée dans le domaine pratique des neuro-sciences…je trouve ça tout simplement incroyable et….Divin.

          Chapeau bas à ces trop peu nombreux et authentiques scientifiques qui ont fait preuve d’ouverture d’Esprit en mettant de côté leur scepticisme et résistances pour oser la rencontre avec ce qu’ils estimaient pourtant rationnellement…..impossible.

          Quelle humilité dans ce choix ! Merci à ces découvreurs de réel ♥

          • spot dit :

            Soleil bleu,
            Oui, on perçoit bien les pensées visibles dans l’invisibilité de notre intériorité,
            Et comme un bateau fantôme à la surface d’un océan pétrifié d’oubli, on pourfend des vagues scélérates qu’affectionne particulièrement
            Notre psychologie, merci pour ta réponse, et bonne journée, remplie de soleil bleu^^

  7. alain thomas dit :

    Chère Marie-Anne,

    Dans un com que tu as posté hier sur cette page en t’adressant à Cécile, Graffitique et Katerina, pour ne pas interférer sur votre échange, je souhaite en toute amitié te donner mon point de vue ici, point de vue issu de ma propre expérience vécue et qui n’a donc aucune valeur autre que celle que je lui accorde.
    Tu écris :

    « Je suis effarée par le nombre de pensées limitantes et névrotiques( le terme est particulièrement juste) que je peux avoir en une journée »
    ….
    « Je pense que c’est normal; ne culpabilisons pas; ne désespérons pas: certaines de ces pensées ne sont probablement pas les nôtres : renvoyons-les, dans la paix et dans une douce fermeté vers la Source, pour qu’elles y soient transmutées; quant à ce que nous sentons plus accroché à nous, plus directement à nous, nous pouvons l’accueillir avec amour et compréhension et le transmuter en conscience. »

    Effectivement, je crois que nous avons tous ce genre de pensées émergeantes, plus ou moins négatives selon celui qui expérimente et qui progresse sur son chemin.
    Cependant, tu remarqueras que ces pensées reviennent inlassablement, parfois par cycles, comme des fruits qui arrivent plus ou moins en abondance à maturation lorsque la graine semée parcourt son chemin de vie et se transforme ou non au bout de son voyage.
    Rejeter une pensée ne sert malheureusement à rien car comme la mouche, elle reviendra sur la peau si nous la balayons d’un revers de main pendant que les enfants du tiers monde qui tendent la leur en aumône et en souriant le visage rempli de ces insectes, les accueillent sans sourciller.
    Lorsque tu dis vouloir accueillir avec amour les pensées que nous sentons plus accrochées à nous, tu crées en toi une séparation entre les pensées négatives que tu rejettes et les pensées positives que tu accueilles.
    Quand tu dis que les pensées négatives ne sont probablement pas les nôtres, je ne suis pas certain que ce soit exact, compte tenu que notre karma joue un rôle important dans l’émergence de nos pensées.
    L’important est de ne pas saisir une pensée négative car elle peut nous entraîner dans une spirale d’émotions négatives, comme la colère, l’aversion et plus encore.
    Il est nécessaire de reconnaître nos pensées pour ce qu’elles sont, les accueillir toutes, sans exception, avec amour, les laisser passer comme passent les nuages dans le ciel car toute pensée non induite est mentale.
    Certes, si nous voguons dans les voyages astraux, en faisant du spiritisme par exemple, alors nous nous exposons à toutes sortes de rencontres qui peuvent perturber notre structure et recevoir des interférences dangereuses pour notre esprit.
    Ce n’est qu’en ouvrant notre cœur comme l’enfant dans l’innocence de l’instant présent que nous aurons de pures pensées induites qui elles, ne nous appartiennent pas.
    Il est bon d’accueillir tout ce qui émerge, même ce qui est négatif. C’est à mon sens la bonne façon de faire car cela occulte la culpabilité et tous ces refoulements qui amènent aux inhibitions, cela nous éloigne de la dualité (séparation, division) et nous entraîne plus vite vers le « non duel »

    Tu vois quand j’ai ce genre de pensées névrotiques, cela se termine toujours par un sourire affectueux et je passe à autre chose et Dieu sait si je me marre car comme toi, je suis effaré par le nombre.
    Tout cela n’empêche leur émergence mais j’ai appris à les accepter toutes et à les dissoudre plus ou moins dans la nature de l’esprit quand bien même les circonstances de la vie, aussi dures soient-elles, peuvent bouleverser notre philosophie… le temps de la digestion.

    Avec toute ma sympathie

    • graffitique dit :

      Bonjour Alain 🙂
      Est-ce que tu veux bien préciser ce que tu entends par : pensées « induites » ?

      • alain thomas dit :

        Bonjour Graf 🙂
        Lorsque tu pratiques la concentration spacieuse ou la méditation informelle sans objet ou encore lorsque ton esprit est au repos parce que tu te sens bien, que tu ouvres au plus large pour dévoiler ton coeur, dans l’état d’innocence de l’enfant émerveillé, lorsque tu te promènes dans la nature et que tu es attentif à tout, les sens ouverts, laissant le mental de côté le plus possible, tu laisses entrer tous les possibles ; la philosophie bouddhiste appelle cela « l’esprit de sagesse », en opposition avec « l’esprit ordinaire ».
        L’esprit de sagesse permet l’entrée des « pensées induites », celles qui ne nous appartiennent pas, celles qui émanent de la Source, des guides ou des anges…. comme tu voudras…. ce que l’on appelle l’intuition.
        Ceci sans certitude, juste mon simple point de vue…. une vérité parmi tant d’autres.
        Bien à toi 🙂

        • graffitique dit :

          Merci Alain, là je crois qu’ainsi je vois mieux ce que tu voulais dire 🙂

        • katerina dit :

          Merci Alain Thomas ,

          Hier m est venu à l esprit l idée de la pensée ordinaire ou des gens ordinaires pour etre honnete .
          La sagesse , c est cela , elle ne s oppose pas non plus à l ordinaire .
          Affectueusement
          Katerine

          • alain thomas dit :

            Très bien dit Katerina, la sagesse ne s’oppose pas à l’ordinaire.
            Pour la trouver, nous nous obligeons à faire l’effort de monter, dans l’approfondissement ou bien le dévoilement ou encore l’humilité, la simplicité… ainsi l’ange descend… et nous rejoint, le temps de nous guider… ou de nous induire… ou encore de nous toucher…
            Bien à toi

    • katerina dit :

      Alain Thomas ,

      Je pense que si nous ne transmutons pas , ou ne faisons pas transmuter nos pensées négatives , nos souvenirs douloureux, nos idées névrotiques , nos peurs , nous aurons de la difficulté à etre serein avec les autres .
      Je crois aussi que si nous les avons il y a une raison et je suis en accord avec toi cela doit venir de notre karma .
      Si nous sommes les enseignants de la sociétés , en tant qu etre , nous nous devons d éliminer ces idées dont certaines sont communes à l ensemble de l humanité . La différence c est que nous en avons conscience et que nous savons qu elles sont issues de l égo et c est une différence essentielle .
      Nous avons accepté cette transformation , nous ne pouvons ne pas faire face à ces idées , elles reviennent de toutes les façons si elles ne sont pas nettoyées .
      Bon , elles sont tenaces parfois , et des fois je me demande comment je peux encore avoir des pensées aussi saugrenues .
      Mais plus j évolue moins elles se présentent .
      Amitiés
      Katerina

      • alain thomas dit :

        La meilleure façon de transmuter nos pensées négatives est de ne p

        • alain thomas dit :

          La meilleure façon de transmuter nos pensées négatives est de ne pas leur accorder trop d’importance, de les accueillir telles qu’elles sont, de les reconnaître pour ce qu’elles sont c’est-à-dire vides d’existence propre et venues de nulle part.
          Ainsi, elles se dissolvent plus facilement dans la nature même de notre esprit.
          Si elles reviennent en permanence, les rejeter ne fait qu’empirer les choses par contre, adopter une attitude de vie propice à leur non émergence est toujours possible.
          Le Passeur nous a parlé de la voie royale de l’impeccabilité, cette voie-là est très difficile à tenir mais sans aucun doute, elle permet de semer les graines qui diminueront graduellement la fréquence de l’émergence des pensées négatives.
          Bien à toi

          • katerina dit :

            Alain Thomas ,

            La voie de l impeccabilité dont parle le Passeur est celle que j ai décidée de suivre avant découvrir ce site .
            Etre impeccable avec soi a été le début essentiel pour etre sur le chemin .
            Merci Passeur d avoir été celui qui a exprimé cela et qui m a permis aussi de me comprendre .
            Amitiés
            Katerina

    • Marie-Anne dit :

      Bonjour Alain Thomas,,

      En fait, je ne dis pas que je rejette les pensées négatives et que j’accueille les positives.
      J’accueille toutes les pensées, les  » positives »comme les « négatives ».
      Lorsqu’une pensée  » négative »( c-à-d , en résumé, une pensée qui n’est pas une pensée d’Amour ou de Paix; une pensée de vibration basse; bref, une pensée qui n’appartient pas à la vraie nature qui est la nôtre), me traverse, je veille à en prendre conscience, et ensuite, je la regarde, je ne la rejette pas.
      En la regardant, je comprends pourquoi et comment elle est arrivée là: qu’elle vienne directement de mon égo encore aux aguets ou , plus indirectement des diktats de l’extérieur( éducation, normes sociales, morale ambiante, etc,…), cette pensée négative-là, est due à notre passage dans la dualité ( et plus exactement dans une dualité exacerbée et déséquilibrée qui a glissé, translaté, vers une polarité sombre; nous entraînant dans une densité plutôt rude et dans l’oubli de Qui Nous Sommes en réalité).
      C’est cette dualité artificielle-là qui est la cause des réactions apeurées et contrôlantes de notre égo (et, partant, de la souffrance de notre enfant intérieur).
      C’est surtout de cet égo apeuré et contrôlant que nous viennent ces pensées négatives et névrotiques – c’est par cet égo aussi qu’elles trouvent leur chemin jusqu’à nous.
      En regardant ces pensées, en les comprenant, en comprenant le rôle joué par la dualité et en posant sur ces pensées cet éclairage de compréhension et de gratitude, nous illuminons ces pensées, nous les transmutons.
      La difficulté réside dans le fait que ces pensées ont plusieurs  » couches » qui demandent toutes à être transmutées au fur et à mesure; donc, le travail ne s’effectue pas en une fois( surtout si les premières transmutations n’ont pas été menées aussi sincèrement, aussi clairement, ou aussi paisiblement qu’on l’aurait cru).
      Tu le vois, Alain Thomas, il n’est nullement question de rejeter ou de refouler une pensée, mais de lui rendre sa vraie nature qui est amour, paix , confiance et beauté .

      (R: quand je parle de pensées qui ne sont pas directement les nôtres, je parle de ces pensées qui nous ont été inoculées par  » l’extérieur » ( éducation; société; morale; manipulation, peut-être; sub-liminal, etc,…): je ne les rejettent pas non plus: je comprends qu’elles ne sont pas de mon moi véritable, et je les remets à la Source pour que Celle-ci les transmute: c’est ma manière à moi d’agir; je ne sais pas si c’est la meilleure!)

      Voilà, Alain Thomas, j’espère que j’ai été un peu plus claire cette fois-ci? 🙂

      • katerina dit :

        Marie Anne ,

        Je comprends bien ce que tu exprimes .
        C est dans le fond cela . La forme prend des formes différentes pour chacun .
        Cela prend du temps , et ne s effectue pas comme notre égo l imagine .
        C est en cela qu il est nécessaire d accepter , quoique là encore y a t il nécessité ?
        Affectueusement
        Katerina

      • alain thomas dit :

        Oui je comprends ce que tu écris Marie-Anne.
        Le sujet est très vaste et la vision que nous en avons reste très personnelle car chacun exprime sa propre expérience, son propre vécu.
        Chaque expérience est une vérité pour celui qui s’exprime au moment où il s’exprime.
        Tu remarqueras simplement que les pensées négatives qui nous submergent reviennent inlassablement mais effectivement, sur notre chemin, au fur et à mesure de notre progression graduelle, nous parvenons à en éliminer certaines.
        Gare par contre à ne pas en faire émerger de nouvelles…. par inattention …. ou par notre attitude tout simplement.

        Bien à toi 🙂

        • katerina dit :

          C est en cela que la voie de l impeccabilité est importante .
          Pour ne pas en faire émerger de nouvelles .
          C est très étonnant ce qu il m arrive et rejoint des phrases que j avais lu dans un article ici .
          Il disait que nous allions encore retourner à des endroits où nous étions allés .
          Ces derniers jours , hasard ou pas je suis retournée à certains endroits où j étais allée il y a bien longtemps .
          Je ne sais si cela a une signification particulière .
          Peut etre cela est arrivé à certains d entre vous .
          katerina

      • Marie-Anne dit :

        Katerina, Alain Thomas 🙂 🙂

  8. ATHOS64 dit :

    Bonjour a tous
    Quelle joie, quel bonheur de vos lires, vos textes vos récits sont en totale vibration avec mes ressentis.
    Après 18 années à voyager autour du monde, à rencontrer des cultures et des gens si différents, à voir la misère mais aussi la bonté, la gentillesse et amour, m’ont énormément appris, mais après 2 années au Mexique (en terre maya), j’ai eu une énorme vibration qui m’a ramené en France! Ou je suis installé depuis dec 2012 dans le sud .Comme beaucoup d’entrevous je n’ai pas eu aucun mal à trouver une maison, avec jardin, petit bois, nature…alors que je n’avais aucun bulletin de salaire!
    Maintenant, alors que rien ne prédispose à ma rentrée en France, je me sens super bien, plein d’amour et plein de bonne vibration, je pense que je dois avoir quelque chose q à faire ici?
    je me retrouve dans beaucoup d’entre vous, j’ai depuis maintenant 2 ans, plusieurs messages d’êtres de lumière, des voyages astraux et pleins d autres belles choses .
    au début complètement perdu, pensant être schizo ou autres, j’ai appris seul …; à canaliser, à comprendre, ces messages;
    bon, je ne vais pas écrire un roman! je voulais simplement me présenter un peu et vous dire que cela me fait énormément de bien de vos lires je sais que nous ne faisons qu’un ! porteurs d’une force l’Amour absolu, Inconditionnelle.
    Natures, paix, amours, lumières divines à vous tous.

    • Soleil Bleu dit :

      Bonjour ATHOS64, c’est toujours une découverte joyeuse d’accueillir une nouvelle étincelle sur ce site 🙂
      Bienvenue donc à toi et à nos partages du ♥
      à+
      S.B

  9. alain thomas dit :

    L’attention pure a cette capacité naturelle à rendre encore plus magique ce que nous produisons à l’extérieur mais il n’y a rien d’extraordinaire ici.
    La vie est à elle seule un miracle et nos pensées sont ce qui crée le monde.
    Il y a plus de réalité dans notre univers intime que dans ce que nous voyons et qui n’est que le reflet de nos pensées.
    La Nature est une splendeur mais n’est pas séparée de nous, elle est nous.
    Alors toutes les manifestations qui se produisent n’ont rien d’extraordinaire et rajoutent de la magie à la magie.
    C’est parce que nous évoluons que nous avons pris conscience que tout change en permanence et qu’ainsi c’est en suivant l’expansion naturelle de l’Univers que nous innovons perpétuellement comme si nous ne pouvions échapper à cette expansion.
    Ainsi, d’aucuns appelleront cela la cinquième dimension, pourquoi pas ! Evidemment, nous aurons retenu que ceci n’est qu’une appellation, une dénomination et qu’elle ne représente pas la Vérité.
    Alors si on observe les phénomènes de la nature avec attention, nous pouvons envisager cette nature sous des angles nouveaux et nos rapports avec elle et ses composantes magiques et fantastiques.
    Les animaux ressentent effectivement si un lieu est plus propice qu’un autre à leur bien être. Les oiseaux ont plus de facilité à se poser dans certains lieux et près des humains si ceux-ci ne dégagent pas de négativités.
    Tout de même, mis à part des circonstances spéciales où parfois nous devons sauver un oiseau rentré incidemment à l’intérieur de la maison d’autant plus que le chat peut traîner dans le coin et ne laisser aucune chance à celui-ci, l’animal s’apprivoise et non l’inverse.
    Il est vrai que si nous dégageons de l’amour, il aura plus de facilité à s’approcher mais il restera toujours méfiant par instinct. Si nous lui donnons à manger régulièrement sans attente particulière, il viendra et un processus naturel d’apprivoisement naîtra comme c’est le cas partout sur la planète avec ces êtres humains qui ont une affinité particulière avec les êtres vivants. Cela participe de l’attention et de l’intention…. de l’amour en fait.
    De là à ce qu’un lion entre dans votre jardin, se couche sur votre gazon et vous parle, il y a quand même un pas à ne pas franchir si nous voulons rester en bonne santé mentale..
    De là à ce que votre tondeuse fonctionne toute seule sans que vous soyez obligés de mettre de l’essence, permettez à mon visage d’exprimer un sourire fraternel et compatissant.
    Actuellement, depuis le mois de juillet, je vis avec quatre araignées de type « faucheux » dans ma salle de bains. Chaque fois que j’entre, je les cherche, elles ne sont pas toujours à la même place, souvent il n’y en a que deux ou trois, je leur parle, m’approche d’elle, je fais ma toilette, prends ma douche et repars. Depuis presque deux mois maintenant, aucune n’a quitté ma salle de bains…. jusqu’à quand…. je ne sais pas.
    Ma chatte fait fuir tous les oiseaux…. ou presque. Dès qu’elle le peut, elle tue tout ce qui bouge (oiseaux, souris, musaraignes, rats), elle mange toutes sortes d’insectes, des papillons, des araignées, elle s’en donne à cœur joie. Mais pour l’instant, elle ne peut rien contre ce couple d’écureuils qui joue du matin au soir dans les grands acacias qui jouxtent ma petite propriété. Je les regarde se courir après et je revois le film de Walt Disney « Merlin l’Enchanteur » ; il avait bien observé Walt Disney. Rien n’a bien changé à ce niveau là depuis la réalisation de son film. Ce qui a changé, c’est notre regard, notre attention aux phénomènes et nos pensées.
    Alors je pense à tous ces êtres humains qui vivent dans les villes, dans des appartements et qui n’ont pas la chance de connaître ce que la plupart d’entre nous connaissent ici…. vivre avec la nature. Ces êtres restent englués dans leurs habitudes de vie et ont du mal à élever leur conscience parce que les conditions d’évolution ne sont pas réunies dans leur proche environnement. Cependant, je suis convaincu qu’un grand nombre d’entre eux suivent la même évolution et entrainent les autres dans ce formidable élan que connaît notre civilisation.
    Il n’y a pas de hiérarchie… il y a juste des expériences….

    • katerina dit :

      Alain Thomas ,

      Meme si je ne vis pas dans une grande ville , je suis en ville .
      Pas de jardin , le bruit des voitures , camions , et un bar à coté de chez moi .
      Je ne pense pas qu il y ait d endroit où l on doive etre .
      Bien sur je me ressource très souvent dans la nature .
      Et en ville il y a aussi des animaux .
      Chats , chiens , oiseaux , insectes , abeilles .
      Bien évidemment à mon sens ces signes de la nature ne sont pas non plus extraordinaires .
      Je vois notre évolution comme un ensemble .
      Amitiés
      katerina

    • Margelle dit :

      « De là à ce que votre tondeuse fonctionne toute seule sans que vous soyez obligés de mettre de l’essence, permettez à mon visage d’exprimer un sourire fraternel et compatissant. »: Compatissant ou incrédule, Alain ? parce que cela me paraît plutôt tout bénéf une tondeuse qui marche à l’énergie de l’air !!! 🙂 perso, je vote pour !!

    • Thau dit :

      Salut Alain Thomas,
      Je viens de lire tes com. tjrs très justes sur ce texte qui comme on dit « ne casse pas 3 pattes à un canard » car il y pleut des vérités premières… Amusant quand les com. sont (et de loin…) bien supérieurs au texte qu’ils « éclairent »…sans flagornerie aucune.
      Bien à toi

  10. Marie-Anne dit :

    Merci, Passeur et merci à B. Duhaime.

    J’avais commencé à écrire, après parution de cette publication , un com. dans lequel j’exposais quelques simples exemples parmi toutes les  » bizarreries » que j’avais vécues depuis quelques années(  » bizarreries et petits  » miracles » que j’avais pris soin de noter dans un journal car 1) mon égo avait/a tendance à les  » oublier » et 2) je ne voulais pas les déformer par la suite, en les relatant approximativement.)

    Parmi ces bizarreries et petits miracles, il y avait des ex. de synchronicités plus qu’étonnantes et franchement inexplicables par les meilleurs raisonnements habituels; des ex. de co-création et de manifestation, des ex. de bizarreries au niveau de l’espace-temps, etc, etc, …

    J’ai renoncé: j’étais presqu’en train d’écrire un livre!

    En tous cas, que nous soyons plus attentifs aux signes, est un fait: certains de ces signes étaient probablement là avant, essayant peut-être désespérément d’attirer notre attention sans que nous les voyions; mais toujours est-il, qu’aujourd’hui, nous y sommes de plus en plus attentifs, à ces signes, ce qui nous permet un début de communication avec d’autres plans ( et ce qui n’était pas le cas avant, ou si peu).

    Pour d’autres petits miracles, force est de constater qu’il est difficile de les expliquer par une attention plus accrue ou par le rôle de l’inconscient tel qu’il est officiellement et soi- disant connu.

    Mais , en ce qui me concerne, si tous ces signes me sont d’un grand soutien et comme un phare dans la nuit ( surtout lorsqu’il s’agissait de me  » réveiller » -voire de me secouer de ma léthargie), ce qui est très important aussi, c’est ce que je ressens au niveau du cœur- c’est-à-dire, mon intuition profonde de Ce Que Nous Sommes véritablement.
    Oui,, il n’y a pas que des signes  » concrets » du changement de paradigme: il y a des signes intérieurs ( intuitions, inspirations, visions plus vraies que nature, passage très bref dans une dimension qui semble juste  » tout à côté »; rêves (in)formateurs; sensations inexplicables, etc, etc,…).

    J’ajouterai pour terminer, qu’à une échelle extérieure planétaire, tout bouge ( climat, mouvement de la Terre, politique, finance, religion,…) ; à une échelle plus individuelle, je note aussi des ouvertures de conscience rapides et étonnantes chez un nombre important de personnes dont on n’aurait jamais parié un centime qu’elles évolueraient (bien sûr, il y a encore globalement du boulot, sur la planète; mais n’oublions pas tout le travail sous-jacent en cours qui n’a rien à voir avec les derniers feux d’artifice de l’Ancien, encore bien visibles, eux!).
    Etc, etc,…

    Il n’y a rien à prouver, en fait; il n’y a qu’à être ce que nous voulons qui soit …..tout un programme encore difficile à respecter, et pourtant, … »Ça avance »!

    • Cécile dit :

      Marie-Anne,
      Je partage ton avis, et j’ajouterais que ce qui est en jeu, c’est notre liberté et notre responsabilité individuelles.
      Qu’est-ce que je veux créer ?
      Qu’est-ce que je crois vouloir créer ?
      Qu’est-ce que je crée effectivement ?
      Quand les plans dits supérieurs – plus fins, plus légers, plus rapides, plus reliés à la Source (enfin, c’est ainsi que j’ai tendance à les voir) – se rapprochent de nous, tout ce que nous appelons plus ou moins lucidement se manifeste plus vite dans notre vie. A ce moment, se pose la question de l’écologie de nos pensées. Il me semble en effet que cette « montée en vibrations » individuelle et planétaire que tu évoques nous oblige à plus de lucidité quant aux pensées, ou « programmations », que nous envoyons sans cesse vers l’univers. Un sacré truc, quand on commence à s’y intéresser de près… C’est fou le nombre de pensées limitantes, voire névrotiques, que mon mental produit au cours d’une journée moyenne ! Et en même temps, c’est aussi pour expérimenter cela que nous sommes venus ici. Pour apprendre à créer consciemment. Tout un programme…
      Bien à toi,

      • katerina dit :

        Peut etre une autre façon de comprendre pourquoi des pensées néfastes comme tu le dis nous viennent à l esprit .
        Ne serait ce pas aussi pour chacun de trouver la solution à chacune de ses pensées . Solution la plus adaptée , disons la solution qui nous convienne le mieux et là je rejoins l écologie dont tu parles .
        Qui mieux qu un etre humain peut trouver la solution la meilleure pour lui , les autres , le monde etc… à un instant T .
        C est à ce moment que l on peut permettre au plan divin d intervenir .Ceci en toute humilité , il intervient certainement comme il le veut bien .
        C est là que réside notre pouvoir et notre libre arbitre .
        Et c est beaucoup de réflexion .
        Katerina

    • graffitique dit :

      « Un sens essaie de nous trouver à travers les évènements ? 😉 »

    • katerina dit :

      Marie Anne ,

      Tes messages sont vraiment parlant pour moi et je retrouve des concordances avec mes expériences .
      De toute ma vie , je n aurai pu imaginer que j aurais pu avoir un jour accès à ce monde de si haute conscience .
      Je n ai jamais rejeté la possibilité que d autres etres existent ailleurs que sur terre . Meme un scientifique ne peut réfuter cette probabilité .
      Depuis un an , et après avoir cherché , cherché , des signes sont apparus .
      De plusieurs natures : coïncidences , évènements , pensées , intuitions, rencontres ,
      mais aussi d autres qui relèvent de l invisible .
      Reves complètement différents , visions également , quand je ferme simplement les yeux .
      Et là il n y a pas de doute , l invisible existe , donc nous ne sommes pas que de la matière inerte , il y a une conscience qui organise tout cela .
      Ce que je remarque aujourd hui , c est que mon équilibre semble se maintenir et évoluer chaque jour .
      Le monde cherche désespérément une solution mais il me semble dans ce que je vois autour de moi qu il y a une accélération des phénomènes de survie .
      Aussi , une sensation que pour certaines personnes , des choses se passent mieux .
      Pas facile , d avoir une vision juste d ailleurs tout change rapidement en ce moment .
      Sans avoir à défendre aucune idée , je crois vraiment que la terre est en train d évoluer aussi , que nous vivons une période spéciale à l échelle de l etre humain mais finalement peut etre pas si extraordinaire à l échelle de l univers .
      Comme beaucoup ici , je pourrais écrire des pages et des pages .
      Affectueusement
      Katerina

      • Marie-Anne dit :

        Cécile, Graffitique et Katerina,

        Oui, se pose la question de  » l’écologie » de nos pensées maintenant que tout nous revient ou se manifeste plus  » vite ».
        Moi aussi, Cécile, je suis effarée par le nombre de pensées limitantes et névrotiques( le terme est particulièrement juste) que je peux avoir en une journée.
        Je vois tout de même que, pour la plupart d’entre-nous, nous en sommes plus conscients qu’avant et que nous restons plus vigilants vis-à-vis d’elles.
        Je crois qu’en nous tournant vers le Beau, vers Ce Que Nous Sommes et vers ce que nous désirons installer dans en nous et autour de nous, d’une part, nous élargissons nos points de vue qui deviennent forcément moins étriqués; mais d’autre part, je note que nous attirons une masse de pensées, de peurs et de craintes qui viennent comme contre-balancer cette ouverture.
        Je pense que c’est normal; ne culpabilisons pas; ne désespérons pas: certaines de ces pensées ne sont probablement pas les nôtres : renvoyons-les, dans la paix et dans une douce fermeté vers la Source, pour qu’elles y soient transmutées; quant à ce que nous sentons plus accroché à nous, plus directement à nous, nous pouvons l’accueillir avec amour et compréhension et le transmuter en conscience.

        C’est ce que je m’efforce de faire.
        Comme je le disais à François, je pense que la vigilance est importante, mais que le fait que nous ayons choisi l’Amour et que nous maintenions ce cap, l’est plus encore.

        Evidemment, cela ne nous dispense pas -1)de veiller à être le plus vrai, le plus pur possible , ni 2) d’élever le plus possible de nous-mêmes et de ce qui est de notre ressort -pour entrer dans cette « 5D » qui est là et qui nous attend.

        Graffitique: 🙂 oui,  » un sens essaie de nous trouver »! Il a été/est très, très patient! 🙂

        Amitiés à tous.

        • katerina dit :

          Marie Anne et tous ,

          Depuis que je m exprime ici , je ressens un changement , une sorte de quelque chose qui est en train d arriver , dans vos commentaires qui évoluent , le mien également bien entendu . On dirait que les choses se clarifient. Bon , ça c est peut etre mon égo , ou peut etre pas .
          En tous les cas , je sens toujours un décalage entre ce que je suis et les autres , enfin ceux que je ne connais pas , en me promenant , en écoutant les conversations ….
          Il y a ceux qui se plaignent , il y a ceux qui entrevoient un peu , ceux qui attendent ….
          Bon finalement , je suis bien dans la 3D , j arrive encore à comprendre ce qu ils disent .
          J espère que la rencontre à Neuville vous a enchantée, j ai pensé à vous .
          En fonction de l emploi du temps de chacun de ses disponibilités, je pense que cela serait utile effectivement de se rencontrer .
          Je vous embrasse tous
          Katerina

  11. Louisetta dit :

    Je crois que nous avons tous de belles éclosions en tête. Le nouveau monde s’ouvre à nous, s’étire et s’étend avec la délicatesse et la pudeur qui convient à la beauté pure. Subtile et sans spectacle…

    Pour ma part, après avoir libérée une émotion, et un jour comme je rayonnais d’énergie et de joie gratuite envers la vie, j’ai pu trouver l’appartement et le propriétaire parfait, au delà même de mes espérances.
    Etant étudiante et donc habitant en ville, les plantes et les arbres me manquent souvent. L’appartement qui s’est libéré à moi contient un jardin commun immense et luxuriant dans lequel personne ne va jamais, et qui est directement en accessible à ma porte, puisque au rez de chaussé.
    Ne pouvant avoir de garant parental pour plusieurs raisons, c’est en faisant la paix avec mon histoire personnelle que j’ai rencontrée sans doute l’unique propriétaire de Tours qui ne demande ni garant ni papier particulier. Il m’a avoué « faire confiance en la vie et en ses rencontres ».
    Enfin, l’appartement se situe dans le plus joli, le plus calme et le plus agréable quartier de Tours. Le sentiment de joie, de liberté et de gratitude se réactive à chaque fois que je repense à cet appartement dans lequel je vais emménager. Il est pour moi le symbole de la liberté de créer sa vie.

    Enfin, la beauté de la nature, le regard des nouveaux nées

    • Louisetta dit :

      Oups, une touche en trop.

      (suite) le regard des nouveaux nées qui sont parfois stupéfiants et indéfinissables de sagesse.

      Mon frère travaille cet été dans le restaurant d’un hôtel très chic de Paris, dans des gens du monde entier font passage. L’autre jour, il me racontait un expérience qui l’a enchanté. Une famille d’Allemand s’installe à la table, et la cadette est une petite fille de 10 ans dont les parents et les frères et sœurs semblent faire grand cas. C’est elle qui passe la commande pour toute la famille, car elle est la seule parlant français, et ceci parfaitement. Ses parents semblent compter sur elle. Au fur et à mesure du service, mon frère la complimente en Allemand sur son niveau de français, ce qui ne semble pas surprendre les parents, bienveillants. Il se rend compte que la petite fille est très présente, et qu’elle semble lire dans ses pensées, grâce à quoi elle réagit avec beaucoup de bon sens en fonction des besoins. Par exemple, avant qu’ils ne partent, mon frère s’approche pour leur demander une signature, et se demande dans son for intérieur comment on dit le mot « signature » en allemand. La petite fille le fixe et lui glisse « Unterschrift » d’un air gentiment malicieux.

      Les regards avertis ne peuvent plus ignorer l’énergie qui se déploie de mille manières, çi et là.

    • Cécile dit :

      Louisetta,
      Comme tu le dis très bien dans ton témoignage, je commence en effet à comprendre (et à expérimenter) que beaucoup plus de choses que nous le croyons sont possibles, à condition de leur ouvrir un espace en nous… Et faire la paix avec notre histoire est sans doute une clef majeure dans cette découverte. Je suis ravie que tu aies trouvé ce bel espace de vie, qui répond à la vibration que tu as envoyée vers l’univers !

    • marie christine dit :

      Et voilà comment nous créons ! Bon déménagement, Louisetta, et heureuse vie nouvelle !

    • François dit :

      As tu pensé une seule seconde sérieusement que tu méritais moins que ça…. ? ha ha ha 🙂

      Louisetta tu es merveilleusement touchante , tes mots à Jean-Pierre sont à l’image de ta grandeur d’âme. C’est aussi simple que cela d’être remercié à la hauteur de ce que l’on donne ou sème, en l’occurrence dans ton cas , comme chez d’autres ici , de l’amour , du cœur en somme, le tiens et je t’en remercie… 🙂

    • Margelle dit :

      Tout simplement magnifique, superbe, magique !! J’ai ressenti un grand bonheur à la lecture de ce que tu t’es offert ou que l’univers t’a offert, en accord avec toi… Et puis la « petite » fille… ça promet ♪♫♪ vive le monde à venir, déjà là… :-), que du bonheur !

      • Louisetta dit :

        Merci beaucoup Cécile, tu as raison, c’est vraiment une question d’échange avec l’univers. Et en parlant d’échange, je n’oublie pas le nôtre, ainsi que les écrits que tu m’a proposé de publier. Cela viendra comme le reste en son temps. Je t’embrasse et je salue à mon tour la sage droiture de tes interventions.

        Merci Marie Christine! Nouvelle vie, c’est le mot. J’aime les déménagements, c’est l’occasion de recommencer à zéro, de trier, et de revenir à l’essentiel dans notre vie…

        Ah… François. Ce que tu me dis me va droit au cœur, tu t’en doutes bien, et m’encourage énormément. J’aimerais vraiment te rencontrer un jour. Merci à toi pour la douce chaleur enveloppante et la bienveillance de tes mots, ainsi que pour ta simplicité. En terme de polarité, tu fais partit de ces hommes dont on se dit « enfin de vrais hommes ». A peu près comme le passeur. J’ai beaucoup d’admiration pour la connaissance que vous transmettez avec bienveillance…

        Margelle, je suis ravie de l’effet que mon témoignage t’a procuré, c’est au delà de ce que j’attendais! Et ça ne m’étonnes pas de ton optimisme.

        Merci de laisser parler si spontanément vos coeurs !

        Et merci le passeur pour tout ton amour. il se ressent.

        • François dit :

          Merci Louisetta de la tendresse et de l’attention derrière tes mots… 🙂
          Je ne sais pas si je suis ‘un vrai homme’, je suis un homme qui se cherche…. et qui se trouve par instants , je me dépatouille tant bien que mal avec mon ego qui est en train, d’enfin à peu près, trouver sa place dans qui je suis, mon mental qui tend , l’impatient 🙂 , à grimper d’un cran pour lui aussi trouver sa juste place et mes émotions qui me réveillent encore parfois la nuit pour me dire « c’est quand qu’on sera en paix ». Je suis pas à pas mon chemin , quelques fois dans une grande joie et dans une vibration lumineuse et d’autres fois en ramant à contre courant, comme tout le monde il me semble. Je suis quelqu’un que l’on peut aisément qualifié ‘d’entier’ alors cela a des avantages mais aussi de lourdes conséquences possibles si je manque ou ne prends pas le recul nécessaire. Mais de nouveau suis-je si différent? je ne le crois pas…. Disons que je choisis la voie la moins facile pour ‘moi’ , celle de dire, écrire, vibrer, vivre, exprimer, donner, recevoir…. l’amour. Cet amour que je connais encore si peu et qui m’appelle sans cesse. Cet amour qui me prends le ♥ mais aussi les tripes et qui, si je le perd me fait mal. Je cherche mon équilibre dans le chaos organisé qu’est l’expérience de la vie humaine tendant vers sa propre évolution auto-créative… de cœur justement. Cet appel incessant qui me murmure délicatement mais avec une détermination sans faille « Vas y …. Ose Aimer ! Prends ce risque puisque c’est ainsi que tu le considères encore…. comme un risque… plutôt que de te lâcher totalement à l’expérience » Le risque que je prends en étant dans l’amour de moi et de mon prochain est celui d’être …. heureux ! Et cela peut paraître complétement idiot , mais ce n’est pas si simple de recevoir, puis recevoir et encore recevoir…. Il me vient encore parfois cette pensée ‘est-ce que je mérite tout ça et plus encore ?’ Ou ‘qui suis-je donc pour avoir accès à une vie , somme toute, merveilleuse alors que tellement d’êtres souffrent autour de moi?’ Tu vois je suis à ce jour un homme simple et compliqué qui a encore plus de questions que de réponses…. mais j’y crois à fond et voilà qui m’aide à passer certaines portes étroites sur lesquelles je m’égratigne encore quelques fois….
          Oui nous nous rencontrerons probablement et je m’en réjouis d’avance . 🙂 Pour l’heure je me prépare à rejoindre les potes à Neuville…. Bon déménagement ….
          Je t’embrasse et merci! ♥

          • graffitique dit :

            Amis de Neuville-sur-Ain, je vous salue chaleureusement 🙂
            J’espère que les agents Smith et Wesson (FBI et CIA) sauront être discrets pour cette belle occasion de fraternité

            • marie christine dit :

              Merci Graffitique .
              FBI et CIA discrets jusqu’à l’invisibilité .
              Une très belle rencontre au bord de l’eau !
              La prochaine fois avec toi et vous tous, j’espère .
              Mais je laisse la plume ……….

              • Cékicella dit :

                Hum…
                Discrets… Pas tant que çà.
                Escortée par trois 22 (les v’là !!!), pas d’autre choix que de se tenir à carreaux et faire des ronds dans l’eau . Oh ! Oh ! 😉

          • Louisetta dit :

            Nous sommes beaucoup dans le même bateau… je t’embrasse aussi affectueusement.

  12. Dan dit :

    Bonjour,

    J’ai les mêmes vécus que beaucoup d’entre vous. Cela fait du bien de le lire. C’est magique.

  13. Lacroix Michelle dit :

    Bonjour,
    je n’ai pas l’habitude de donner mon avis après la lecture des textes qui viennent à moi, mais aujourd’hui n’est pas coutume. Je suis très touchée par votre très jolie histoire, car bien entendu , je vis moi même ce genre d’expérience journellement. Merci de ce si joli témoignage qui ne fait que confirmer le changement tant attendu. Avec toute ma Lumière
    Michelle

  14. katerina dit :

    Comme vous tous et toutes , je ressens une présence dans la nature , indescriptible , bienfaisante et apaisante .
    Deux papillons se sont posés sur moi , un écureuil s est manifesté au meme endroit en ma présence . Rien de bien extraordinaire , seulement il y a une différence de ces présences entre maintenant et avant .
    Je vois dans la nature , des formes sur les pierres , dans la mousse ,sur les arbres , visages , animaux qui se révèlent à moi .
    Je n ai jamais vu cela avant .
    Est ce mon regard qui a changé ou est ce la nature qui s exprime .
    Qu importe , je sais que c est différent .
    Les objets répondent aussi à mes perceptions .
    Quand je joue du piano , c est pareil , il y a une différence dans la façon où les notes s expriment .
    Sans parler des nuages qui prennent des formes nouvelles .
    Parce que tout est relié, parce que nous sommes ces atomes .
    Scientifique de formation , j ai étudié la biologie , la botanique , la biochimie .
    Ceci pour dire que j essaie le plus possible d avoir une façon logique et de me dire ce ne sont pas des hasards , il se passe réellement quelque chose en ces temps , j en ai la certitude. La croyance n a rien à voir avec cela .
    Nous avons besoin d etre rassuré , c est humain , les différences sont subtiles mais elles sont .
    En me relisant , je vois bien que j essaie d expliquer encore les choses avec mon raisonnement d avant , ceux qui ressentent cela comprendront .
    Notre terre , notre système solaire ont changé , nous sommes ailleurs .
    C est un nouveau monde que nous explorons pour notre plus grand bien .
    Amitiés à tous et toutes
    Katerina

    • François dit :

      Toi aussi tu as beaucoup changé ces derniers temps Katerina, c’est toujours touchant et réjouissant de le constater ….
      Je t’embrasse chaleureusement 🙂

      • katerina dit :

        Merci François ,

        Chaque chose en son temps .
        Heureusement que le ciel m a laissé ce temps .
        Le temps de s apaiser , le temps de la joie après celui de la souffrance , le temps d aimer à nouveau , le temps de respirer , le temps de comprendre , le temps d oublier et le temps pour continuer quand meme .
        Très affectueusement
        katerina

    • Aigle dit :

      Bonjour,

      Le changement de perception de la nature et de la matière aussi. La vibration de chacun s’élève et je dirais même que mes basses énergies vibratoires s’épuisent, elles n’ont plus la même influence sur moi.

      Bonne journée à tous.

      fraternellement

      Eagle

  15. ATHOS64 dit :

    Bonjour a tous
    nouvellement èveillè,j aime lire vos textes et vos commentaires,ils m apporte joie ,bonheur et amour.
    merci au passeur,ayant vu son site magnifique après une ènieme nuit de voyage et d èchange
    avec mes anges de lumieres ,je suis ravi de pouvoir mettre des mots et des explications sur ce qui m arrive depuis 2 ans.
    merci a vous tous de parler aussi bien de toutes ces choses qui sont en train de se passer.
    Comme me l ont transmis mes étres de lumières;NATURE,PAIX,AMOUR ABSOLUE,LUMIERE DIVINE
    COEURDIALEMENT a tous

  16. Jean Pierre dit :

    Je viens de m’installer dans un petit village perdu des Alpes de Haute Provence, après l’enfer de 12 ans d’une petite entreprise artisanale dans « le grand sud » où les vibrations sont devenues irrespirables. J’envoyais ce mail hier à mes plus proches contacts, je vous le livre tel quel, car il confirme assurément que pour ceux qui en ont fait l’effort, ou l’ont cru assez fort, un nouveau monde est en train de naître.

    Me voilà un esclave affranchi. Il n’y a pas de papier ni d’écrit, encore moins de contrat, pourtant j’ai fait mon temps. Toutes les choses que j’ai donné ou mal vendues, les heures à travailler avec mon cœur pour de vils marchands qui m’ont volé, le temps donné à tous ceux qui m’ont demandé: le salaire dans le ciel est toujours payé. Ainsi ais-je bien mérité ma place ici et maintenant.

    Vous ais-je parlé de mon village ?, C’est un village perdu dans une vallée retirée du monde. Il n’y a que deux accès possible, l’un traversant des gorges et un torrent impétueux, l’autre doit franchir un col vertigineux, frôlant des abîmes, et servi par des lacets si serrés qu’un simple fourgon doit manœuvrer dans ses virages. Et il y a moins de deux siècles, ces accès n’existaient même pas !

    Et ce soir, alors que les planètes semblent bien méchantes pour le reste de l’humanité, je suis d’une sérénité et d’une paix absolue. Richard Galliano me joue l’Oblivion d’Astor Piazzolla, le soleil s’est couché sur les montagnes, et le petit peuple des forêts s’est tapi sous les branches pour réapparaître demain matin. J’aurai encore le plaisir de les voir gambader dans les alpages, depuis ma fenêtre, avec mon chocolat chaud.

    les gens ici sont adorables avec moi, ils me gâtent de bons légumes bios, de petits plats de gibier cuisinés, je rends ce que je peux.. Le cadre est somptueux, le calme grandiose, et la saison se terminant, on s’achemine doucement vers le reliquat de 70 habitants fixes à l’année. J’attends presqu’avec impatience la vie monastique qui suivra la venue de l’hiver, mais je dois encore déguster d’autres saisons !

    J’aime tout ici, les jours de soleil, les jours de pluie, les nuages qui s’accrochent parfois aux cimes des grands arbres, les orages terrifiants noyant les sommets dès lors interdits aux hommes, et seulement permis aux Dieux…. Des gens qui jouent aux boules sur la place, jusqu’à tard le soir, le carillon de la vieille église, les petits vieux, les petits jeunes, même bruyants… Je reste seul si j’ai envie d’être seul, je vais parler aux gens si j’ai envie de parler …

    Et face à mes fenêtres, le vieux tympan d’une église vénérable du XI eme siècle. Ses voûtes éternelles m’imposent de reprendre mon instrument, de travailler l’Aria ou l’Ave Maria, elle a une acoustique si exceptionnelle sous son berceau de pierre !. … Elle ne s’ouvre qu’à la demande à cause de quelques vandales, mais j’en aurai bientôt la clé, je suis venu pour en être le gardien…

    Ma maison de village est à l’avenant : partie de l’ancien château, avec ses murs de forteresse, ses recoins de mémoires secrètes, la dame qui a la gentillesse de me la louer y a même trouvé, dans ce qui me sert de chambre à coucher, des vieux parchemins en occitan rédigés en 1428 ! Vous allez me trouver fou, mais je vous assure qu’elle vibre à la musique que je lui passe ! Elle réponds toujours à mes humeurs, mais avec la patience et la compassion d’une noble Dame, quand il m’arrive encore d’être un garnement.

    Ainsi est mon nouveau décor, j’ai longuement et patiemment prié sa venue, mais je vous avoue que ça dépasse tous mes rêves !…

    Des présences silencieuses me poussent vers des hauteurs que je n’aurais pas cru possible de frôler un jour, des éclats de beauté m’écarquillent les yeux, des chuchotement d’Histoire s’insinuent dans mes rêves…

    Il ne manquait que la musique pour revenir définitivement en mon centre : elle est là, elle revient, je suis d’une patience infinie.

    Mais il y a encore tant d’autres chose, mêmes les pierres ici ont un esprit !, elles me harcèlent et me hantent pour que je les composent en tableaux…
    les chemins des sous-bois sont remplis de présences, les couches anciennes de la terre, dressées à la verticale, rappellent à qui sait voir, toutes les formes de vie qui ont vécu ! Les loups et les lynx signent de leurs empreintes les abords des torrents…Interdit aux hommes semblent-elles dire…

    C’est un pays où des lumières étranges apparaissent parfois, sur les versants des montagnes, aux bords des étangs, mais est-ce vraiment surprenant ?, Les crêtes, battues par les vents ont déjà des airs d’autres planètes, et en s’éloignant du village, le soir venu, le firmament est à couper le souffle !…ici on touche le ciel , et il répond…

    Viendrez vous voir ?, viendrez vous sentir la beauté nue et sans le moindre artifice ?…

    Je suis au cœur d’une géode de cristal qui a poussé en secret, pendant des siècles, et préservée de toute corruption. Je comprends enfin ce que c’est de faire partie du tout…

    Je sais, au delà de ces hauteurs, tout le fracas du monde; Mais pour la première fois de ma vie : je m’en fout ! Et si le ciel s’embrase demain : j’aurai vécu heureux.

    De mon âme à la vôtre, avec toute mon affection…

    • Marie-Anne dit :

      Merci, Jean Pierre!
      Puisses -tu rayonner, pour tous sur la planète, ta Paix et ta Sérénité d’affranchi !

      De tout cœur,
      M-A

    • Patricia dit :

      Bonsoir Jean Pierre,
      Votre témoignage Jean Pierre est tellement vrai et si proche du mien, mais tellement traduit d’une façon si merveilleuse, que l’on aimerait beaucoup faire parti de vos amis.
      Depuis 5 ans j’ai fait cette démarche sur une toute petite île et je pense bien avoir vécu là mes plus belles années.
      Toujours éblouie de cette nature si belle, si harmonieuse si généreuse que je me sent légère et si reconnaissante.
      Par contre je n’ai hélas pas rencontrer la gentillesse des gens…sans doute la peur commune liée aux iliens !

      Merci pour votre témoignage, car il rassemble, les chercheurs et chercheuses de beauté, de plénitude, et d’harmonie.
      Que cet état d’être soit votre quotidien pour toujours.
      Patricia

    • katerina dit :

      Merci
      Je t envoie plein d amour .
      Katerina

    • mesnet dit :

      Merci pour cette pure vibration qui vient du coeur.
      Je suis dans ce torrent, dans ces vieilles pierres, dans ces hautes montagnes, dans tes notes de musique.
      Nous sommes UN, et c’est cela que j’entends dans tes mots : ton verbe est ici créateur d’un lien et d’une grande harmonie.
      Pour ceux qui ont passé la porte, le nouveau monde est vécu ; l’autre, l’ancien n’a plus d’existence, plus de densité. Il n’est plus possible de même y penser comme étant un problème. Pas d’indifférence mais l’amour de la vie nous a fait passer à autre chose. Et la vie n’a que faire de doutes, de peurs, de colère.
      L’ancien cycle devient chimère dont les échos se font de plus en plus lointain et qui ne cous concernent en aucune manière.

      Et tout devient perfection.
      Et tout devient paix éternelle.
      En nous souvenant que nous créons par la pensée un champ magnétique autour de nous, nous nous souvenons que nous sommes dieu créateur et que cette création n’a pas de limite pour peu qu’elle soit soutenue par l’amour, la paix, la joie, le détachement, le non jugement.
      Nous créons notre réalité.
      Ta réalité résonne bien en moi, Jean-Pierre.

    • Cécile dit :

      Bonjour Jean-Pierre,
      Ce que tu écris (très bien) fait résonner beaucoup de choses en moi.
      Merci de faire rayonner ta belle lumière autour de toi !

    • François dit :

      Bonjour Jean-Pierre et merci de magnifique texte et tranche de vie que tu nous offres. C’est vibrant et ça fait du bien …. 🙂

      • Jean Pierre dit :

        Merci infiniment à tous, Marie-Anne, Patricia, Katerina, Mesnet, Cécile et François, ainsi que tous ceux qui n’ont rien dit mais l’on reçu.
        Vos réponses sont un immense shoot d’amour pur et inconditionnel, vous êtes vous même de merveilleux humains que l’ont aimerait connaître. Il va m’être bien difficile d’aller faucher les hautes herbes du terrain qu’on me prête à présent, j’ai juste envie de m’asseoir sur un rocher et de contempler ma géode, essuyant de temps en temps, les larmes de bonheur que vous venez de me donner…

        • Louisetta dit :

          Cher Jean Pierre,

          Sois certain que ce regard poétique et sensible que tu nous offres généreusement, ne laisse pas indifférent, et vois comme il est accueillit à sa juste valeur.
          La sensibilité empreinte de générosité touche toujours juste. Au delà de ta plume qui respire courageusement le Victor Hugo et autres amoureux de la vie, ton talon d’Achille, c’est à dire cet espace de vulnérabilité et d’abandon que je ressens à travers tes mots, est ton plus grand trésor.

    • Margelle dit :

      Quelle magnificence tu nous offres là ! tendre et beau à la fois… ♥♥

    • graffitique dit :

      Bonjour Jean Pierre,
      Ton expression est magnifique, j’y suis très sensible aussi 🙂

      « Me voilà un esclave affranchi. Il n’y a pas de papier ni d’écrit, encore moins de contrat, pourtant j’ai fait mon temps.
      Toutes les choses que j’ai donné ou mal vendues, les heures à travailler avec mon cœur pour de vils marchands qui m’ont volé, le temps donné à tous ceux qui m’ont demandé: le salaire dans le ciel est toujours payé. »

      Je fais vœu pour cette joie rayonnante dans ta nouvelle et merveilleuse vie, pour la force manifestée en toi dans tes … hivers 😉

      • marie christine dit :

        Il paraît que ce sont les appelés à qui il arrive ce genre de chose .
        Et d’après le beau texte et le bel état d’esprit de Jean-pierre, on peut sans grand risque de se tromper voir en lui un « appelé » !
        Jean-pierre, tu mets tellement de coeur dans ta nouvelle vie qu’on s’y croirait ! Ca donne envie d’aller sauter comme des cabris dans les hautes herbes de cette montagne si vivifiante .
        Et puis, tiens, ça me rappelle Heidi avec son grand-père, ses chèvres, son fromage, son lit de paille et cette insatiable joie de vivre . Ca me faisait rêver !

    • Delta de la Lyre dit :

      Bonjour Jean-Pierre et bienvenu.
      Ton message m’a fait rudement plaisir.
      Comme Toi nous avons quitté nos régions devenues « impossibles » et de ce fait une renaissance a eu lieu.
      Nous sommes un peu plus entourés de monde que toi mais quoi qu’il en soit c’est toujours énormément moins que ce ne le fut auparavant.
      Davantage plus proche de la Nature la vie prend enfin son sens : c’est un délice.
      Tout le monde devrait vivre entouré de la Nature car un échange naturel s’effectue conduisant à davantage de bien-être, le retour d’un équilibre tout naturel et non plus artificiel. Or nos sociétés humaines quel que soit le pays sur la Terre prennent souvent l’option du détachement envers la Nature, ainsi collatéralement, tant pour la Terre que pour ses occupants, cela créé des dysharmonies soit superficielles mais parfois aussi très lourdes et parfois irréversibles.
      D’où je t’écris le département à le même chiffre que le tien mais il faut lui adjoindre un « 6 » devant. Ici il n’y a pas de quoi s’ennuyer puisqu’étant situé dans une zone humaine où 3 cultures se côtoient : espagnole, française, basque ! Une zone où je pense que le tellurisme est puissant et où sa qualité est particulière : en effet nous sommes au centre de la « cheville » qui fait lentement passer l’Espagne en lieu et place de la façade atlantique française dû à la poussée de la plaque africaine. Un lieu également si beau juste sur les contreforts des Pyrénées. Un climat si doux aussi.
      Je suis vraiment content pour Toi, et nous n’avons pas à regretter nos expériences passées car elles furent des expériences nous ayant servi de leçons. Cette Terre est un chaos parfait ou l’un des plus grands lieux de liberté dans l’Univers, selon le type de lunette qui voit la chose, la situation. Tu désherbes un bout de terre puis rapidement tout plein de végétaux s’y mettent à nouveau : la force de vie est grande et ce sera à celui des végétaux qui ferra le plus d’ombre à l’autre qui gagnera le plus grand espace vital pour vivre et croître. Et chez les hommes et les femmes c’est pareil mais cette fois sur le plan mental : il y a une telle « somme d’individualités », comme dit Le Passeur, que si l’on devait toutes les considérer on deviendrait fou ! Ce monde duel, ce monde des libertés, ce monde du libre-arbitre, de la densité, de la matière, conduit à une pluralité incroyable de personnalités : ainsi, il est vrai que trouver un lieu de repos un peu plus isolé que les autres est fort appréciable de nos jours.

      Quelques jours je fus de passage à Canton qui est la réunion de 3 villes, et alors que jusqu’ici j’avais trouvé les chinois plutôt sympathiques, tout d’un coup le fait de se retrouver au sein d’une mégapole était devenu inhospitalier car énormément de personnes se conduisent alors tels des automates, des robots.

      Je suis vraiment content pour cette nouvelle page de vie, plus sereine, s’ouvrant à Toi.

      Un Être allant mieux est sans doute une aide pour Gaïa.

      Bonheur et sourire.
      Fred

    • Sabine dit :

      Jean-Pierre,

      Vos écrits magnifiques m’ont fait monter les larmes aux yeux…

      Longtemps j’ai moi aussi cherché un refuge pour mon âme qui hurlait à la mort.
      J’ai vécu dans une magnanerie cévenole complètement perdue dans la Nature pendant une très courte période mais cela s’est avéré une mission impossible pour une personne seule (et qui plus est une femme)… les voisins les plus proches étaient à plus de deux kilomètres, à vol d’oiseau s’entend!
      Mes sens ont gardé le murmure du ruisseau qui passait sous le petit pont de bois et garantissait une eau toujours pure. Et la puissance des nuits sous la pluie qui gonflait le ruisseau d’une sorte de fougue un peu folle sans qu’il puisse jamais gronder aussi fort que le fracas des cieux.

      Après un bon passage à vide -ou à tabac?- infligé par l’existence, j’ai choisi de m’exiler sur une toute petite île comme Patricia, à la recherche de la Paix, de l’Harmonie et de la Vérité.
      …. »Viendrez vous voir ?, viendrez vous sentir la beauté nue et sans le moindre artifice ?.. » Cela fait très très envie, j’avoue! Et si c’est un appel ou une invitation, je veux bien aller toucher les êtres de la forêt, les mousses et le ciel et le soleil !!!
      -après m’être acquittée des diverses tâches administratives qui me ramènent en France, contrainte et forcée, en septembre (du côté de Pertuis)
      Sur « mon » île, règnent une sorte de sérénité, une douceur de vivre, certes, mais nous ne sommes pas en prise avec la nature faute de faune abondante et de flore luxuriante. Reste la mer, spectacle magique et fascinant et qui recèle des trésors.

      Merci encore Jean-Pierre pour ce témoignage exaltant, un vrai cri du cœur qui va droit au mien.

      Fraternellement,

      Sabine

      • Jean Pierre dit :

        Bonjour Sabine, et à tous…

        J’ai préféré garder le silence, alors que tous vos messages magnifiques eux aussi et tellement généreux, me donnaient une envie irrépressible de me ruer sur le clavier (en plus des larmes !). Mais je ne voulais pas prendre le risque d’altérer le message original en tergiversations du mental. Si j’ai un petit talent pour l’écriture, c’est de l’inspiration du cœur seul qu’il vient, et ne doit donc pas être dénaturé par le filtre de ma petite personne. Vous seriez surpris de mon peu d’érudition littéraire ! Ainsi doit-on ce respect à l’Inspiration qui est un don du ciel. on doit la chanter, l’écrire, la danser, la sculpter, la peindre…et bien sûr l’offrir au monde et sans contrepartie, on a déjà été payé !

        Appelé, pas appelé , quelle importance !, nous le sommes tous !, nos âmes sont toutes crucifiées dans ce monde de dualité parfois si cruel. Et un grand Monsieur qui m’a initié dans mon jeune temps à de hautes sciences m’avait bien prévenu : en haut du chemin harassant, de cette montagne de Sisyphe, on ne trouvera qu’une croix et des clous. Accepte qui le peut…

        Nous sommes tous si puissants et si courageux, d’avoir conservé intactes nos âmes sensibles et à l’abri de toute corruption, alors que ce monde aura tout tenté pour nous faire rentrer cette humanité dans la gorge à coups de talons ! C’est je crois, tout le mystère et le défi de notre incarnation. Mais vous le savez déjà…

        Sabine, avant de faire le grand saut dans cette nouvelle vie, j’ai dû attendre patiemment la sortie d’un très long tunnel qui a duré 3 ans. 3 ans de nuit et de désespoir. Et si j’avais conscience des buts à atteindre, je n’avais aucune idée des moyens que cela emprunterait. Je me consolais en lisant beaucoup de choses sur le net, les éco-village, la voie de la yourte (j’en ai même commencé la fabrication d’une et j’ai un magnifique toono de 2 mètres qui ne sert à rien !).
        J’aimais lire le blog d’une fille qui s’était retiré loin du monde, bien possible que ça ait été dans les Cévennes, et qui se heurtait à la vie difficile dans la nature sauvage avec des moyens à peine plus élaborés que ceux du moyen-âge. Était-ce vous ?…

        Mais je restais bien perplexe à toutes ces lectures. Quel était le bon choix ? Se couper du monde au risque de ne plus rien vivre, et de ne même plus voir la beauté environnante de cette nature implacable au bout d’un temps ?, entreprendre courageusement le combat contre le système en plantant une yourte sauvage avec une communauté ?, créer un éco-village dans un monde en pleine guerre ?
        Dans ce doute persistant et à défaut de messages clairs, j’ai décidé de faire confiance et de laisser venir. Je ne parle pas à mes « guides » tous les jours, ne suis même pas sûr de les avoir identifiés, mais je sais que je peux compter sur leur soutien et présence invisible…
        Puis tout a été trés vite, et je me suis retrouvé dans ce village sans même l’avoir vraiment choisi. Quelle surprise moi qui envisageait le statut d’ermite comme étant probablement le moins mauvais choix ! Mais puisque c’était là qu »ils » m’avaient amené, c’est bien là que je devais être. Et, mon texte le traduit un peu, les signes se sont depuis multipliés pour me confirmer que je suis bien à la place où je dois être. Ce lieu s’avère être le reflet précis de tout ce qui m’a toujours ANIME (nourri l’âme)
        Alors si je dois en tirer des conclusions aujourd’hui, je trouve que ce village est finalement le moins mauvais choix. L’isolement du fracas du monde sans être totalement seul, la nature si proche et offerte, l’obligation de garder des relations sociales avec des gens ordinaires, repoussant le spectre d’une schizophrénie narcissique dangereuse, le terrain neuf et « expérimental » de ces relations où il poussera ce que j’y sèmerai. Ma géode est un laboratoire ! Et dans cette renaissance où je suis un nouveau né, où je m’efforce d’oublier tout mon passé douloureux, j’aime à penser que je vais contribuer à faire naître de nouveaux et magnifiques cristaux ! nous sommes des magiciens et nous avons tous les pouvoirs…

        Ainsi faut-il garder conscience (Et Louisetta et Graffitique l’expriment vraiment bien plus haut !), que notre part d’ombre (et de difficultés) reste notre plus grand trésor dans cette vie, nos ennemis nos plus grands alliés, et nos peines surmontées, nos plus grandes joies…

        Bien à vous tous,

        Jean Pierre

        • graffitique dit :

          Jean Pierre, c’est un pur enchantement de te lire…
          J’y trouve ta clarté éblouissante et apaisante.
          Ta parole est si juste.
          L’inspiration dont tu parles éclate dans tes mots, entre tes mots 🙂 Merci.
          Avec toi dans cet ailleurs lumineux.

        • graffitique dit :

          Pourquoi ai-je retenu ce seul mot de »la grâce » qui m’était venu… je ne sais.
          Mais il me semble bien que tes « codes sonores » – fort inhabituels – rayonnent, résonnent, à travers ces vieilles pierres du XI°, jusqu’à nous, en cet instant.

        • alain thomas dit :

          Jean-Pierre, tu as un grand talent pour l’écriture c’est indéniable mais derrière les mots se cache une telle expérience de vie que je ne serais pas étonné que ton parcours remonte à de nombreuses vies accumulées ça et là, une vieille âme quoi.
          Tu as une belle philosophie Jean-Pierre, tes larmes sont celles des enfants insatiables de cette joie qui ne dure jamais assez.
          Bien à toi et bon vent sur ta jolie montagne, au milieu de tous les êtres vivants ! 🙂

        • katerina dit :

          Jean Pierre,

          Je me reconnais dans tes paroles .
          Je n ai rien à ajouter.
          Nous nous reconnaissons et nous reconnaitrons .

          Affectueusement
          Katerina

    • Ambre dit :

      Bonsoir Jean-Pierre,
      J’habite aussi dans ce magnifique departement, mais « plus au Sud » que toi, (apparemment) et ton commentaire m’a beaucoup touchée…..Parcequ’il ressemble au texte de Bertrand , avec cette attention à tout ce qui vit et nous entoure, et cette fluidité dans la manière de nous le confier….
      Amitié 🙂

    • Fennec 04 dit :

      Bonjour Jean-Pierre,
      Et nous voici déjà à l’orée de novembre ! Je découvre votre littérature avec le même bonheur que celui que j’ai pris à lire les écrits de Jean Giono,tout en découvrant les merveilles de sa terre natale,il y a 40 ans,déjà!
      _ »Viendrez vous voir ? »_ Pourquoi pas,si vous me dites où se trouve votre géode ? Les Gorges du Verdon ? Celles de Trévans ? Oppedette ? Au-dessus de Digne,sur la Route du Temps,les Clues de Barles, Authon,que sais-je encore? Votre église du XIème, résonne-t-elle à présent de vos harmoniques? Que la grâce vous accompagne ! Je suis du côté de Manosque,et je ne connais peut-être pas encore votre petit coin de paradis,devenu grand sous votre plume habile! Dites-moi seulement son nom,et si l’accès est encore vierge de neige..Pour cette fresque décrite avec tant d’amour : MERCI !
      Du fond du coeur…

      • Jean Pierre dit :

        Bonjour Fennec !

        …visiteur tardif, et merci pour vos compliments, ça me touche beaucoup.
        Oui, venez donc, un petit renard des sables est toujours le bienvenu.
        Tous les endroits que vous citez ont sans aucun doute la même profondeur, le même éclat, seul compte la présence du regard. Apportez le vôtre, tant d’humains ne voient plus rien !
        Ainsi, prenez la direction de La Motte du Caire, au nord-est de Sisteron, et peu avant, remontez le cours du Sasse, passez la clue fermant l’accès. Enfin, admirez cette merveilleuse vallée qui s’ouvre devant vous.
        Ne soyez pas surpris d’y croiser quelques dinosaures et roulez doucement, au risque d’en voir débouler un brusquement devant vos roues. C’est un monde perdu digne de Jules Verne qui s’offre à vous !
        La neige vient d’y faire son apparition, mais les routes sont tout de même bien dégagées, bien que nous ne soyons plus que 70 habitants à y affronter l’hiver.
        l’Eglise ne résonne pas encore de mes harmonies et je n’en suis pas encore le gardien attentionné, au grand dam des moines de Chateaufort qui font de leur mieux pour y entretenir un semblant de culte, plus fraternel que Catholique. Mais que voulez vous, les monuments hystériques et l’administration ont sans doute leurs raisons et que l’Esprit ignore. Et de fait, si vous souhaitez visiter ce vénérable monument dont la lumière invisible monte très haut dans le ciel, il vous faudra demander la clé en Mairie et uniquement le matin.
        Mais j’espère que vous la verrez. Je vis sous son ombre, devant son porche…elle est un cristal majeur de ma géode, amplifiant tous les autres…
        Au plaisir de vous y rencontrer. Peut-être, peut-être pas, on ne décide de rien…
        Et que la Grâce s’accroche également à vos pas, comme une terre lourde de promesses…

        Jean Pierre

  17. François dit :

    Merci Passeur 🙂 et bonjour à tous ♥

    Que dire qui n’a été dit ou qui sera dit sur cette nature qui vient à notre rencontre, nous sentant enfin prêts à apprendre une forme de communication paisible et respectueuse avec elle, sinon juste deux événements qui se sont produits ces derniers jours et qui peuvent résumer l’ensemble de mon vécu pour ne citer que ceux là ;
    alors que nous étions dans la cuisine, ma compagne et moi (la porte d’entrée ouverte) à préparer une rencontre de cœur que nous souhaitons offrir, un jeune ‘rouge queue noir’ est entré dans la maison par la porte , a volé quelques instants dans la pièce sans se cogner , puis est allé se poser sur un bord de fenêtre, tranquillement….
    Ma compagne s’est dirigée vers la fenêtre pour tenter de l’attraper et j’ai senti un vieux réflexe de retenue lié au fait qu’il allait paniquer et se blesser…. Non, rien de tout ça, il est resté tranquille de telle sorte que ma chérie a pu le prendre délicatement (deux fois d’ailleurs puisqu’elle l’a relâché , sans doute avec le même doute que moi… 🙂 ) , l’a caressé un instant alors qu’il se tenait dans sa main, et est allée à l’extérieur le libérer….

    J’étais en ballade sur une barque avec ma fille et je lui disais combien je l’aime et quelle chance j’avais qu’elle m’ait choisi quand un papillon est venu se poser sur mon bras et est resté là une bonne dizaine de minutes puis une fois qu’il est reparti c’est une coccinelle qui l’a remplacé…. nous avons été tous les deux très touchés par ces deux visites cadeau…

    La nature vient à nous probablement parce que nous commençons à être prêts à l’accueillir, à la vivre, à la vibrer, à nous ouvrir enfin à elle. Qu’elle soit remerciée et bénie !
    Et bien sûr que oui , nous y sommes….. encore quelques fois hésitants devant tant de découvertes en nous, voire auto-retenus comme l’exprime si bien Stéphanie devant nos potentiels qui vont grandissants et la magie dont nous sommes maintenant capables juste en s’aimant et en aimant, mais c’est clair que c’est maintenant que ça se passe…. ♥ L’amour est et restera toujours la clé qui nous ouvre la porte de qui nous sommes vraiment , des êtres magnifiques de bonté, de respect et de joyeuse paix… à nous d’oser la saisir… en confiance.

  18. Stéphanie dit :

    Merci cher Passeur pour le partage de ce texte qui a touché mon cœur profondément ! C’est à la fois si simple et si merveilleux …

  19. graffitique dit :

    J’aime beaucoup de qu’écrit Bertrand Duhaime, et ici encore 🙂 je suis heureux de le lire.
    Ce qui me surprend est cet appel à témoigner, que je trouve d’ailleurs exactement juste si, comme il l’écrit, il s’agit de « rassurer ».
    Ce qui me semble plus délicat ici, est le fait qu’on peut (ou non) dénaturer le sens de sa propre observation, de sorte qu’on ne saurait peut-être pas contribuer efficacement, comme le souhaite Bertrand, sans d’ailleurs rendre compte aussi fidèlement du phénomène de l’observation elle-même, non de l’observé.
    Puisqu’il s’agit de discerner/démêler la réalité des signes, de ce qu’on prend pour des signes, ce qui peut alors signifier tout autre chose 🙂
    Plus question de changer la bière en Eau 😀

    • graffitique dit :

      je voulais dire : « non seulement de l’observé ».
      Je précise ceci comme une extension du champ de l’observation, bien sûr.
      Cela étant dit, j’ai aussi observé des choses et je crois que ça s’intensifie, pas seulement dans l’expression de la matière vivante ou même minérale, mais aussi sur d’autres plans. Ceci explique peut-être cela, et inversement, tchin.

    • Cécile dit :

      Peut-être en effet s’agit-il moins de « prendre les choses pour des signes » que de les voir et de s’en réjouir, tout simplement. Cela dit, je peux en témoigner, tout ce que j’ai pour ma part observé chez moi depuis environ six ou sept ans n’avait pas lieu il y a une quinzaine d’années, à l’époque des anciens propriétaires (il s’agissait de personnes de ma famille et je fréquentais déjà cette maison et ce jardin à l’époque).
      Bien sûr, mon regard a changé, mais je ressens que d’autres choses aussi ont changé. Il y a eu un point de basculement où j’ai perçu une présence paisible et attentive dans ce jardin, qui n’était pas là avant. C’était avant que je commence à m’ouvrir consciemment aux réalités non visibles.
      Mon sentiment est que, à présent qu’une masse critique d’êtres humains se sont tournés vers les intelligences de la nature, celles-ci nous répondent de plus en plus facilement et spontanément. Comme si un lien de confiance très ancien était en train d’être rétabli. Je n’affirme rien, bien entendu, c’est seulement une impression fondée sur mon expérience.

      • graffitique dit :

        Je partage exactement ce que tu dis ci-dessus, Cécile.
        Merci 🙂
        Pour proposer une autre formulation :
        « L’urgence des temps marque la fin des jeux et du port des masques »
        http://www.arcturius.org/chroniques/?p=16849

      • katerina dit :

        Cécile ,

        Je ressens pareil sans vraiment pouvoir exprimer cette impression .
        Merci
        Katerina

        • Cécile dit :

          Katerina,
          Il est vrai que ce que l’on ressent dans ces « sauts quantiques » de notre réalité et de nos perceptions n’est pas facile à exprimer puisque, par définition, nous nous aventurons hors de notre cadre de référence habituel.
          Nos sens peinent à identifier ce que nous pressentons, et même quand ils y parviennent, le vocabulaire nous manque.
          Cela dit, quand on essaie d’exprimer, même maladroitement, ce que l’on vit, ceux qui font une expérience plus ou moins similaire peuvent comprendre. Pour les autres, en revanche, cela est soit incompréhensible, soit inadmissible, et il faut l’accepter, aussi frustrant cela soit-il de ne pouvoir partager tant de merveilles avec tout le monde !
          Bien à toi,

          • François dit :

            Bien vu Cécile , merci. Et s’exprimer avec maladresse ou en étant que peu reçu n’est guère important à mon sens, je crois qu’il est essentiel de partager car raconter ses expériences permet , sur un plan plus subtil, de les intégrer jusque dans la matière… de nous faire confiance dans cette avancée en terres inconnues qu’est le pays de notre conscience naissante… Merci. 🙂
            Salutations aux Dévas de ton jardin de ma part …. ♥

            • Marie-Anne dit :

              « …raconter ses expériences, permet sur un plan plus subtil de les intégrer dans la matière… » :
              Oui, François, et cela fait très sûrement partie de notre rôle, d’intégrer dans la matière notre compréhension, notre acceptation et notre propre intégration du changement et de l’élévation d’état de conscience et de vibration.

              • Cécile dit :

                Marie-Anne, François,
                « Raconter ses expériences permet, sur un plan plus subtil, de les intégrer jusque dans la matière… de nous faire confiance dans cette avancée en terres inconnues ».
                C’est vrai, je n’y avais pas pensé ainsi, mais je me rends compte en effet que j’ai parfois besoin de relire mes journaux pour me dire « Oui, j’ai bien vécu cela », à propos de certains événements ou rencontres que mon mental rationnel aurait, sinon, nié et oublié.
                Je ne manquerai pas de transmettre tes salutations, François ! Et ravie de te retrouver sur Urantia.

          • Margelle dit :

            Cécile et Katerina, je suis confrontée régulièrement à ce « décalage » d’expression. Je pense qu’il nous indique ce que nous avons réellement intégré ou pas… et qu’il est un signe de là où nous en sommes. Il peut aider à mieux habiter notre vie.

            • katerina dit :

              Oui Margelle ,

              En fonction de mon évolution et de mes pensées , je m aperçois que je suis de plus en plus proche de mes pensées quand je parle .
              Un peu comme une enfant qui re découvre un langage .
              L écriture est plus simple dans le sens où on peut toujours corrigé .
              J aime tellement le français .
              Une expérience dans ma vie m a fait comprendre combien le langage était important .
              Je ne me suis jamais senti aussi libre qu en parlant anglais et en vivant à l étranger , comme si cette langue m avait libérer .
              Aujourd hui je re découvre le français , la musique des sons , et l élégance de cette langue .
              Nous avons besoin de temps il me semble pour etre de moins en moins décalés .
              Amitiés
              katerina

          • katerina dit :

            Merci Cécile .
            Affectueusement
            Katerina

  20. isabel dit :

    Bonjour! Quelle émotion à la lecture de ce message… Oui, sans en avoir autant d’exemples à donner, je vis un peu les mêmes choses depuis 7 ans, depuis que j’ai emménagé dans cette vieille ferme à la campagne. Ça a commencé avec un vol de grues, qui est venu tourner en cercle sur nous, le jour même où l’ancien propriétaire nous a passé les clés de la propriété. Depuis, ce sont les grenouilles qui se sont installées dans les pots de fleurs sur la terrasse et même dans la véranda. On a compté 4 sorts de grenouilles différentes. Et des serpents dans le jardin, que si cachent tranquillement à mon approche. Un couple d’hirondelles qui est venu construire son nid sur la porte d’entrée. Un genre de hirondelle qui ne construit jamais son nid dans des tels emplacements,
    et pourtant… Un
    nid de frelon asiatique dans le cabanon au potager, celui-ci n’inquiétait un peu, donc je leur ai dit un jour que ça allait être compliqué de les garder là, et 2 ou 3 jours après ils ont déménagé… J’ai plein de petites histoires comme ça, comme le petit lapin qui au printemps vient pendant quelques jours, mange quelques feuilles de salade et repart, je me dis toujours qu’il est venu reprendre des forces avant de repartir dans la nature… N’ayant pas de télé, disons que tout ces petits événements sont nos documentaires qu’on vit en direct et on s’en réjouis énormément. Mon mari dit que j’ai quelque chose qui attire les petites bêtes, peut-être que oui, je me dis simplement que les petites bêtes sentent mon amour et puis c’est tout! En tout cas, ces petites choses sont nos joies de chaque jour, tout comme les arc-en-ciel merveilleux qu’on peut aussi observer. Pour moi le bonheur n’a plus de secret, il EST, simplement.

  21. Thau dit :

    Si les moteurs à essence se mettent à fonctionner sans pratiquement consommer de carburant c’est vrai que les répercutions sur notre mode de vie vont être Enormes !!!
    Sinon il est vrai que savoir regarder/observer/ décrypter la Nature demande un long apprentissage que bien des citadins ignorent.

  22. Cécile dit :

    Eh bien, je peux dire que sans avoir remarqué autant de signes, j’ai constaté un certain nombre de faits ou synchronicités.

    L’un des plus surprenants a été qu’après avoir créé un tout petit potager dont le déva se montrait systématiquement à moi sous l’aspect d’un tournesol, l’année suivante, les champs autour de ma maison ont été semés de tournesols par les agriculteurs voisins (il n’y avait jamais eu de tournesols dans ma vallée auparavant, du moins à ma connaissance). Comme si la nature alentour répondait aux impulsions données par ce tout petit bout de terrain que je cultivais en collaboration consciente avec les esprits de la nature.

    Je cite aussi le cas du grand potager que j’ai fait l’an dernier au milieu d’un champ : tous mes voisins doivent se protéger contre les chevreuils qui ravagent leurs jardins. Chez moi, jamais un seul de ces animaux n’a fait le moins dégât. Et il y en a beaucoup qui passent dans ce champ (nous sommes en pleine campagne), il y en a même un couple qui s’est installé sous les arbres au printemps. J’ai juste déclaré que je faisais confiance aux chevreuils pour respecter mon potager.

    Egalement, ces vols d’hirondelles qui durent parfois un bon quart d’heure, dans ma cour : vols circulaires, très rapides, comprenant des dizaines d’hirondelles, dans un espace réduit entre les quatre murs ou bâtiments qui ferment cette cour.

    Je ne parle pas de toutes les plantes qui poussent spontanément et donnent des fruits, en particulier les tomates qui ont poussé au milieu d’un passage assez fréquenté, sur un sol en terre argileuse très sèche et à l’ombre une bonne partie de la journée… et ces tomates étaient bonnes car nous les avons mangées. C’était une variété que je n’avais jamais fait pousser dans le potager, et jamais je n’avais épandu de compost à cet endroit. J’ai bien sûr considéré cela comme un cadeau du jardin.

    Les animaux aussi semblent attirés par ce lieu. Sur nos huit chats, cinq sont arrivés eux-mêmes et deux m’ont demandé de les recueillir (ils erraient dans le village et sont venus vers moi). Ainsi qu’un chien qui est arrivé tout seul et est resté quelques années, et deux chevaux qui se sont échappés d’un champ voisin pour venir s’installer chez nous.

    Et les animaux de la mare : quinze jours après avoir creusé et mis en eau ce tout petit point d’eau, il était envahi de têtards, de libellules de toutes tailles et de toutes sortes, de toutes sortes d’insectes. Puis des dizaines de petites reinettes vertes sont sorties de l’eau, c’était une véritable explosion de vie animale.

    Toujours au chapitre des animaux, ces mères qui mettent bas chez nous dans les endroits le plus invraisemblables (hélas, les petits n’ont jamais survécu quand nous les avons découverts et donc dérangés, ce qui a été assez douloureux pour moi) : une souris qui avait fait ses petits dans un grand seau en métal près de la mare, parmi des chiffons que j’y avais laissés. Et une mère hérisson qui avait pondu les siens dans un sac en plastique rempli de 33 tours (les vieux Led Zeppelin de mon mari, qui tirait un peu la tête) dans une pièce peu utilisée de la maison.

    Les animaux semblent attirés par cet espace où je ne les ai pourtant pas appelés, comme s’ils ressentaient simplement mon désir de collaboration avec les esprits de la nature. Jusqu’à mon animal de pouvoir qui s’est manifesté à moi. Deux jours après l’avoir rencontré lors d’un stage d’initiation au chamanisme, une mère de cette espèce a mis au monde un petit et est partie, le laissant devant chez moi, à une centaine de pas de ma porte. J’ai réussi à le rendre à la mère, il n’était pas question que je le garde car je ne savais pas m’en occuper et il n’aurait pas survécu. L’événement en lui-même était un cadeau suffisant !

    Voilà, ce sont quelques exemples constatés depuis 2008 environ dans mon coin de campagne, et survenus depuis que j’ai commencé à me relier en conscience aux intelligences de la nature. Je ne parle ici que des événements ayant eu lieu dans la réalité ordinaire, mais j’ai aussi fait – parfois sans l’avoir cherché – des rencontres avec d’autres entités non incarnées, rencontres qui ont été nombreuses et surprenantes, et continuent de donner lieu à des collaborations, comme par exemple « mes » élixirs floraux, réalisés avec les dévas des fleurs, sur la demande expresse du déva de mon jardin.
    Il est clair que bien des choses sont possibles, à conditions que nous leurs offrions un espace (dans notre esprit et dans notre cœur) pour qu’elles se manifestent. Merci à Bertrand Duhaime d’avoir ouvert ce chapitre, et au Passeur d’avoir relayé son témoignage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *