La Clé du Présent


Par le Passeur.

Ce que nous ont transmis les anciens de différentes cultures est une vision commune de l’être humain et de son histoire qui diverge considérablement de ce que pense le monde moderne occidental. Il est étrange de constater à quel point un peu plus d’un siècle d’industrialisation basé sur les poussées technologiques a pu refaçonner une image de la vie qui voudrait jeter définitivement aux orties ce qu’avaient reconnu et enseigné les hommes sur plusieurs millénaires d’étude.

Une telle arrogance n’a pu s’imposer qu’avec la farouche volonté d’un petit nombre d’imposer l’ignorance au plus grand nombre. La religion dominante du siècle passé en Occident a été la science. Au lieu de porter ses brillantes découvertes à la lumière des connaissances qui l’ont précédée, elle a souvent préféré la stature hautaine du mépris et de la vanité. Que de talents perdus au nom de l’ego ! Que de bénéfices dont l’humanité a été privés ! Mais les temps changent. Et comme le disait Malraux * : « je n’exclus pas la possibilité d’un évènement spirituel à l’échelle planétaire ».

Pour revenir aux fondamentaux de notre existence, il importe de comprendre que tout dans l’Univers est Energie et Vibration. Il faut une énergie pour émettre une vibration et toute vibration émet une ou diverses énergies. Nous mêmes, individuellement, sommes composés d’une matière carbonée dont chaque cellule vibre à sa fréquence, ainsi que d’une somme d’énergies diverses que nous rassemblons en ce que nous définissons comme notre être. La somme des fréquences variables émises par nos cellules égale à un moment T une fréquence vibratoire unique, qui est celle que nous émettons. Cette fréquence fluctue en fonction des états physique et psychique de l’individu.

Une cellule malade voit sa fréquence vibratoire baisser, ce qui va l’affaiblir encore. Un être humain sujet à des états d’angoisse, de stress ou de dépression voit également sa fréquence vibratoire baisser, ce qui contribuera à abaisser son énergie et son système immunitaire. A l’inverse, une cellule en pleine santé vibre haut en fréquence, ainsi qu’un être humain plein de joie de vivre et serein. Celui-là n’est pour ainsi dire jamais malade et bénéficie d’un potentiel vital qui l’entraînera toujours plus loin dans une spirale évolutive ascendante.

Les énergies qui composent notre corps, ou plutôt nos corps puisque nous avons aussi des corps subtils, sont en mouvement et en échanges perpétuels. Et tout comme nous sommes énergie, nous baignons dans un océan d’énergies provenant d’une multitudes de sources dans le cosmos. Les frontières entre elles et nous sont variables et non finies. Où commençons nous et où finissons nous ? En réalité, les interactions sont incessantes en nous, autour de nous, entre nous et ce que notre mental ressent à tort comme « l’extérieur ».

Toutes les sources et rivières conduisent aux fleuves et aux océans, où les eaux mêlées sont indifférenciées. Puis l’évaporation et les pluies ramènent les particules à la Terre où des sources se formeront à nouveau. La vie est une vaste respiration où chaque être fait partie du Tout dans des courants ascendant et descendant dont les cycles ne finissent pas, mais où l’expérience change et se parfait à chaque fois.

Le problème qui est le nôtre depuis un peu trop longtemps – et qui a causé l’état du monde où nous en sommes arrivés au début du 21°siècle de l’ère chrétienne – c’est que nous vivons en-dehors de la conscience de ce que nous sommes et de l’existence de nos échanges énergétiques permanents. C’est un peu comme si l’on passait notre temps à jeter des pierres en tous sens sans imaginer que nous le faisons ni donc que quelqu’un puisse les recevoir. Or, la base de la compréhension de notre responsabilité est déjà de bien comprendre que toutes les pensées, les paroles et les actes que nous générons sont sources d’énergies que nous projetons bien au-delà de ce que nous percevons par nos sens et avec une amplitude que nous n’imaginons pas.

Notre responsabilité à chacun commence là. L’admettre c’est déjà commencer à changer la réalité qui est la nôtre, d’autant que ces pierres que nous jetons, nous nous les jetons aussi à nous-même. Et lorsque nous prêtons à nouveau attention à la maîtrise de nos énergies, nous nous plaçons dans un courant qui élève sans effort notre propre fréquence vibratoire. Une énergie maîtrisée en conscience confère une vibration plus élevée et amène à une réalité plus subtile.

Une petite expérience de physique illustre parfaitement ce rapport qu’il y a entre la fréquence vibratoire émise et la réalité ainsi créée. L’une des variantes de l’expérience dite de Chladni, consiste à saupoudrer d’une fine poudre une plaque métallique que l’on fait vibrer à des fréquences de plus en plus élevées (tout en restant largement dans le spectre audible). On constate qu’une fréquence vibratoire relativement basse de quelques centaines de Hertz dessine avec la poudre une forme géométrique simple et parfaite. Et qu’au fur et à mesure que la fréquence vibratoire augmente, on observe des figures géométriques de plus en plus complexes et subtiles. Autrement dit, la réalité observée change avec la fréquence vibratoire et plus cette fréquence augmente, plus la réalité observée au sein de cette fréquence apparaît élaborée et subtile. Ca ne vous rappelle rien ? Voilà comment on change de dimension.

Cette histoire de vibration n’est donc vraiment pas anodine. Elle est la clé de la manière dont nous allons tous vivre les changements à l’œuvre aujourd’hui.

Il existe un facteur tout puissant qui peut agir sur la qualité de notre vibration, c’est l’intention que nous émettons. La fréquence vibratoire d’un corps ne naît pas de nulle part. Notre psychisme, notre réceptivité, notre état émotionnel, sont l’énergie qui l’alimente. Elle est donc toujours la conséquence de ce que nous sommes, en conscience ou non. Et dieu merci nous pouvons toujours changer. Par exemple, notre état d’esprit est en mesure de vaincre la maladie, c’est quelque chose que tout médecin sait sans pouvoir l’expliquer par ce qu’il a apprit à l’école. Quelle que soit la dysharmonie dont est née la maladie, nous avons le pouvoir de la transformer si nous changeons l’état d’esprit qui nous y a mené tout droit. Ce qui passe souvent par la guérison de vieilles blessures émotionnelles (voir La guérison).

Mais intéressons-nous au fait que nous avons tout pouvoir de changer le cours des choses, que rien n’est immuable, que tout est plus facile à changer et à créer aujourd’hui que cela ne l’a jamais été et que nous avons donc tout ce qu’il faut pour vivre au mieux ce nouvel âge du monde. Ce que nous choisissons ou pas de changer en ce qui ne va pas en nous, détermine notre état vibratoire. Et même si tout semble aller mal, l’intention sincère et soutenue de guérir ce qui ne va pas, non pas en rejetant la faute sur l’extérieur mais en reconnaissant quelle est notre vraie responsabilité, suffit à enclencher un processus d’élévation vibratoire quasiment exponentiel.

Les premiers mètres sont les plus pénibles et les derniers les plus longs, mais le processus est à présent rapide. Car les temps accélérés dont nous parlaient les Mayas, et que nous vivons aujourd’hui, font que toute expérience est tellement amplifiée et accélérée que nos pensées si elles sont justes se manifestent presque instantanément. Et cela ira encore en s’accélérant et c’est, et ce sera observable pour l’individu comme pour le collectif.

Si nous pouvions nous voir avec les yeux d’un être pleinement éveillé, nous percevrions de nous un son, une couleur et un parfum, qui sont notre signature énergétique conjointe, celle qui ne ment jamais et qui ne dissimule rien. Tout comme le corps émet la sienne, le collectif humain émet une vibration dont la fréquence est la somme des fréquences vibratoires de chaque être humain. Or, depuis une cinquantaine d’années, le collectif humain a modifié la fréquence émise. Ce qui est perçu de lui montre qu’une part suffisante et croissante d’êtres humains revêt à présent une signature énergétique dont la qualité indique l’intention nette de changer le paradigme jusque-là en vigueur.

Dans l’échange d’énergies émises, cela a été perçu dans le cosmos comme un appel qui a attiré de très nombreux regards vers la Terre. Le libre-arbitre qui a toujours été le nôtre ayant enfin vu naître une intention tournée vers la lumière, cet appel de l’âme a déclenché une aide réellement considérable venue de différents plans de vie. Nous ne sommes donc pas seuls devant l’immense transformation en cours.

Une part en revanche de l’humanité n’a pas l’intention de changer ce en quoi elle se sent plutôt bien au regard de sa conscience. Il n’y a aucun jugement à porter sur cela. Mais c’est ce qui fait que deux mondes se séparent. Les énergies qui président à l’ascension vibratoire de la Terre sont les mêmes qui entrent en résonance avec la signature énergétique émise par cette autre part de l’humanité qui entend bien suivre le flux.

Je rappelle aux sceptiques que la fréquence vibratoire fondamentale de la Terre est mesurable par son champ électromagnétique, qu’on l’appelle la résonance Schumann, et que celle-ci est passé de 7,8 à 12,9 Hz depuis 1987, avec une nette accélération depuis 1997. Les ondes cérébrales de l’être humain sont émises à des fréquences très voisines et les ondes Alpha évoluent justement entre 7 et 13 Hz.

Cette résonance entre la Terre et ceux qui la suivent dans son ascension vibratoire est un véritable tremplin évolutif pour ces derniers. C’est pourquoi tant d’êtres sont incarnés aujourd’hui, presque sept milliards, pour vivre ce moment extraordinaire dans la convergence des grands cycles cosmiques. Même si nombre d’entre les vivants a décidé sur le plan de l’âme de poursuivre ensuite son expérience dans la troisième dimension, tous profiteront grandement de cette épopée pour la suite de leur chemin. Pour ceux qui accompagneront Urantia Gaïa dans son périple jusque dans la quatrième dimension pour un temps extrêmement bref, puis dans la cinquième et au-delà, ce sera l’avènement d’un Âge d’Or annoncé depuis bien longtemps dans toutes les civilisations. Nous y sommes presque.

Fraternellement,

* Interview d’André Malraux par Pierre Desgraupes pour Le Point, le 10 novembre 1975.

© Le Passeur – 1er Juin 2011 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

La voix au-delà du chaos

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».


À propos de Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à La Clé du Présent

  1. Emmanuelle dit :

    Merci beaucoup pour toutes ces manières différentes d’éclairer ce qui est le plus essentiel. Je me demande comment très concrètement modifier mon énergie vibratoire en utilisant mon intention: car je peux fixer cette dernière sur des émotions du coeur sans que pour autant mon énergie vibratoire change. Certains jours sont difficiles alors que j’ai bien l’impression que mon intention est portée vers du positif. Comment en pratique savoir si oui ou non mon énergie vibratoire va dans le bon sens et comment la modifier sans passer des heures à méditer 🙂 Merci pour la réponse.

    • Le Passeur dit :

      Il n’y a pas de bon ou de mauvais sens. Je dirai qu’il faut accueillir ce qui vient à soi. Si ce que tu accueilles est désagréable, vis-le pour ce qu’il est, vois ce qu’il te montre et ne lutte pas pour le repousser. Corriger nos postures ne veut pas dire les rejeter en s’efforçant de remonter la pente dans un objectif particulier, mais les comprendre en ressentant ce qu’elles éveillent en nous. Tout ça a été dit maintes fois dans maints articles avec moulte détails et sous différents aspects. Bref, ne pas se prendre la tête sur où nous en sommes, tout en demeurant vigilant à ne pas vivre dans l’inconscience de ce que l’on exprime au quotidien.

      • Emmanuelle dit :

        Merci beaucoup! Je comprends qu’il n’y a rien à chercher en fait, pas « un objectif » particulier qui permettrait d’élever les vibrations, d’être centré etc..Juste accepter ce qui est. Je vais lire encore vos articles et vous remercie infiniment de tout ce temps passé, ce travail..pour des prises de conscience décisives dans une vie.

  2. Soleil Bleu dit :

    Merci Suzy d’avoir remis sur ma route cet article du Passeur, c’était exactement ce qui demandait à être nourri ce matin.
    La vie est belle !

  3. Suzy dit :

    Nous allons avoir des joies dont on n’a pas idée !! Aujourd’hui toute expérience est tellement amplifiée et accelérée que nos pensées si elles sont justes se manifestent presque instantanément et cela ira encore en s’accélérant et cela sera observable pour l’individu comme le collectif. Paix et harmonie à tous.

  4. PERRE dit :

    Oui, l’entropie est là depuis un cycle temporel de presque 5000 ans. Dans le 18 ème capitre de la Bhagawad Gîta (les plus anciens écrits) il est bien mentionné que la destruction du vieux monde se fera à travers la guerre des grandes religions et les deux puissances mondiales qui devront s’affronter. Nous sommes à un âge de confluence entre la fin et le commencement d’une nouvelle ère, un âge d’or qui doit remplacer cet âge de fer de Kaly, le destructeur du mal, des esprits démoniaques qui représente Ravan le géant de tous les vices destructeurs. Son royaume est en train de s’achever pour laisser le Royaume de Rama, Shiva, l’Âme suprême, Père de toutes les âmes, le Créateur du paradis sur cette terre qui va se recycler par un grand nettoyage à travers les 5 éléments : terre (tremblements), eau (inondations, pluies, océans), feu (volcans et nucléaire), air (tornades, typhons) et éther (espace).
    Le cycle éternel du temps se répète et l’histoire et la géographie se répètent…
    Une belle entrée en matière, le paradis doit de nouveau être établi, mais avant, place nette et propre doit se faire. Tous doivent retourner à la maison des âmes, là-haut, Shantidham, le monde de la paix et du confort et tous doivent à nouveau redescendre à son moment, à son époque… Le monde se répète; l’histoire aussi, aucune annihilation aura lieu, l’espèce humaine et animale se perpétuent éternellement, tout se répète continuellement.
    Tout est basé sur le Souvenir et l’Oubli. Les consciences se réveillent à l’aube du nouvel âge. Souvenez-vous : « je suis une âme éternelle et ceci est mon corps ». Lui est périssable, je dois changer de costume pour jouer mon rôle et la pièce illimitée continue sans cesse, c’est l’histoire de l’humanité.
    Les comptes doivent être réglés avant de repartir à la maison avec le Père Suprême, le vrai et Libérateur…

  5. merci
    ils sont bien expliqués, simples et clairs
    mettons-nous en lien?
    associationlesnouveauxmondes.com
    isabelle duffaud

  6. AlKriS dit :

    Etonnant de voir comment tout ce qui était épars et confus trouve lien et sens au travers de ces premiers articles dévorrés avec appétit 🙂
    Un enrome merci et une énorme reconnaissance pour toi et tous les autres à travers ton travail qui va sans doute m’aider à faire cesser une certaine agitation intérieure pour commencer à travailler là où il faut.
    Et être heureux 🙂

  7. Maya Galland dit :

    Bonjour , Bonsoir Le Passeur ! ^^

    ton texte m’a fait vibrer , une fois de plus ! Ce qui prouve une fois de plus encore que tout n ‘est qu ‘ une question longueur d’ ondes – fréquences vibratoires qui se connectent, entrant en symbiose , harmonie ,

    merci pour ce message qui est un clin d ‘ oeil pour moi , pour me tenir en constante équilibre vibratoire autant que possible , vu qu ‘on a des tendances parfois de l’ oublier .

    de tout mon coeur ,

    Maya <3

  8. Soleil Bleu dit :

    Alors ! vivons ce moment extraordinaire de convergence des grands cycles dans la paix et la confiance puisque nous l’avons choisi.
    Et puis restons ancrés dans la « Zone » où se rejoignent les intentions de lumiere à toutes les échelles de toutes les dimensions
    Merci « Le passeur »

  9. Tyrael dit :

    Grâce au Passeur et ses informations top niveau, je me sens bien plus intelligent que lorsque j’étais cloué sur les bancs de l’école. Merci!

  10. sirikar dit :

    Un article de plus que j’apprécie grandement, merci.
    Une remarque concernant la fréquence de Shuman, j’en avais parlé avec un scientifique qui m’affirmait que cette augmentation était un mythe, il m’a fournit à l’époque un lien vers un site (que je n’ai plus) qui montrait la mesure de la fréquence de Shuman au quotidien, elle était toujours de 7,8Hz.
    Aurais-tu des sources qui montrerait les mesures d’une augmentation?
    Merci

    • Le Passeur dit :

      Bonjour Sirikar et merci. J’ai parfois discuté avec des scientifiques, notamment dans le domaine de la physique, qui m’ont expliqué à quel point les informations qui gênaient la communauté scientifique ne sortaient pas et la faculté qu’elle avait d’exclure ceux d’entre eux qui sortaient des rails. Bref, c’est un peu comme l’augmentation du diamètre de la Terre. Une partie de la communauté scientifique avance une augmentation négligeable et d’autres pas. La résonance se calcule aussi avec le rayon de la Terre et pour connaître assez bien les questions de résonance vibratoire, je peux dire que sa masse, si elle n’entre pas dans le calcul de base, est en mesure de modifier facilement la résonance. Hors sa masse ne cesse d’augmenter en raison de sa gravité.
      Par ailleurs la Terre est soumise à un échange constant de champs oscillants dont la moindre fluctuation de l’un affecte les autres. La résonance est facteur de cet ensemble inépuisable d’interactions, ce qui peut expliquer qu’elle ait augmentée. Sans parler des effets de Haarp sur la ionosphère.
      Gregg Braden de son côté, qui appuie ses hypothèses et ses certitudes sur la science et sur les anciens écrits, affirme que la résonance a bel et bien augmenté et que le « point zéro » serait atteint à 13Hz, moment où la Terre stoppera sa rotation et repartira dans l’autre sens, comme c’est déjà arrivé.