Vous ne le savez peut-être pas…

Par Maryann Radda.

… Mais vous êtes encore dans la polarisation, cher peuple de la Terre. Combien de temps allez-vous vous battre pour garder votre propre chemin ? L’autoroute vous fait signe, vous savez. Une vieille âme a bien peu à gagner dans le maintien de la ligne de démarcation entre l’idée et l’ignorance. Le moins que vous puissiez faire pour guérir l’ancienne blessure qui suppure, c’est de laisser de côté votre besoin d’avoir raison et d’utiliser vos bras pour vous embrasser les uns les autres. Si cette idée vous effraie, c’est seulement votre peur qui vous en empêche.

Ce n’est plus le moment de raviver les flammes des incendies qui ont apporté la désolation sur Rome; ce n’est plus le moment de ressortir le fusil de votre grand-père, ni le temps de fuir un défi qui demande plus de courage qu’une guerre. Vous avez une opportunité d’aller au-delà de ce qui vous a empêché de faire le premier pas vers la paix. Maintenant que vous détenez dans vos mains une telle chose précieuse, qu’allez-vous en faire ?

Envisagez la possibilité que vous pourriez très probablement l’utiliser pour créer un nouveau monde sans tyrannie, ni peur et oppressions de toutes sortes. Si c’est votre choix, nous saluons le courage que cela demande et nous vous demandons de comprendre que l’émergence d’un temps de paix universelle et d’harmonie, est à votre portée.

Le calendrier tourne. Une nouvelle ère a commencé alors qu’une autre vient juste de se terminer. Il y aura ceux qui combattront le mouvement vers l’avant en enfonçant leurs talons dans un terrain familier, même s’il est imbibé de sang, en serrant les dents et le visage s’empourprant. Ainsi est le jeu de la dualité. Vous l’avez joué pendant longtemps car vous ne connaissiez pas d’autres façons d’y mettre fin qu’en ayant des gagnants et des perdants; et généralement vous faisiez plus partie des derniers que des premiers. Est-ce que votre imagination est tellement rigidifiée par des éons passés à jouer à ce jeu que vous ne pouvez plus créer de stratégies et de résultats différents pour vous-mêmes ? Nous vous demandons d’aller au plus profond de votre cœur et de voir les secrets que vous y avez laissés au fil du temps pour vous-mêmes, des secrets comme de changer d’opinions, d’apprendre de nouvelles compétences, de regarder quelque chose à partir d’un angle différent sans crainte d’en perdre la vérité essentielle. Tous les outils nécessaires vous sont donnés pour changer le monde, mais vous devez les utiliser, mes chers amis, et ne pas laisser passer cette opportunité. Laissez-nous vous aider.

Vous souvenez-vous de ce temps où personne ne remettait en question l’autorité de l’église ? Ceux qui le faisaient étaient rapidement réduits au silence. Dans un sens, c’était une mystification; mais s’il y a eu quelque chose d’acquis, cela a été la révélation de votre vérité intérieure qui est devenue une menace pour une grande entité hautement organisée. De la même façon, est-ce que cela ne vous a pas été également révélé par ceux qui se sont levés face aux gouvernements importants et hautement organisés et qui ont montré qu’un individu avait un grand pouvoir ? Nombreux sont ceux qui ont perdu leur vie en vous enseignant cela. Nous ne préconisons pas la tricherie ou le jeu déloyal, car c’est la voie de la peur. Nous ne disons pas ‘révoltez-vous’ car c’est également la voie de la peur et cela peut mettre en jeu certaines potentialités qui conduisent à ce qu’encore plus de sang soit répandu. Utilisez plutôt ce que vous savez, ce en quoi vous croyez et ce que vous avez appris sur la vérité du pouvoir que vous détenez. Personne, peu importe son importance ou l’ampleur de son organisation, même si il a derrière lui une flotte entière de vaisseaux galactiques, ne peut remettre cela en question. Le point est : est-ce que vous-même remettez cela en question ? Une fois pour toutes, tant que vous n’avez pas cette réponse, vous êtes encore en amont de la courbe d’apprentissage que votre peuple essaie de surmonter depuis très longtemps. Le calendrier tourne, un nouveau jour se lève, et nous vous demandons : que savez-vous du pouvoir que vous possédez ?

Beaucoup ont découvert le pouvoir de la paix. Qu’avez-vous appris d’eux ? Beaucoup ont appris le pouvoir de la vérité proférée à la face de la dissimulation. Allez-vous laissez la vérité muette parce que certains sont tombés ? En vérité, l’écho de leurs paroles est encore puissant. Qu’en est-il de ceux qui ont démontré le pouvoir de la communion avec la divinité; doivent-ils être relégués dans le silence des livres ? Avez-vous peur de la réponse qui pourrait venir lorsque vous vous posez la question de Dieu ? Vous pourriez ne pas reconnaître la forme que prendrait la réponse. Soyez sans peur et voyez dans chaque chose, dans chaque personne et dans toutes circonstances la réponse que vous cherchez. N’écartez rien comme étant inapproprié, excepté la peur.

Ceux qui cherchent à prendre votre pouvoir sont impuissants en face de la connaissance de votre propre pouvoir. Prenez votre pouvoir dans la paix, cher peuple de la Terre. Montrez aux grandes entités hautement organisées que vous savez que vous êtes divins, que vous êtes libérés de la peur, que vous reconnaissez la vérité de qui et de ce que vous êtes, en donnant le signal que ‘le jeu est terminé’ et en réinitialisant le score afin que tous puissent gagner. La traversée de la ligne d’arrivée peut être encore à quelques enjambées, mais sur un terrain de jeu équilibré il y a moins à faire que ce à quoi vous vous attendiez.

Ceux qui craignent de perdre sont ceux qui ont beaucoup à mettre en jeu. Personne ne perdra si tout le monde gagne; le prix est au-delà de tous doutes et il sera la meilleure chose que vous puissiez imaginer. Donc vous savez quoi ? Les choses changent, le jeu aussi, et tout ce que vous avez à gagner, c’est l’amour. N’en soyez pas effrayés. Bien qu’il puisse ne pas ressembler à ce à quoi vous pensiez, c’est la réponse à chaque question jamais posée. Alors que la table de jeu s’effondre et que toutes les éléments se réorganisent d’eux-mêmes, ne soyez pas effrayés. Dans la vérité de l’amour en tant que pouvoir, seule la peur de l’amour n’a aucun pouvoir de se maintenir d’elle-même. L’amour ne fera pas de prisonniers mais libérera tout le monde de la peur.

Maintenant regardez les leçons que vous avez apprises des grands et des pas-si-grands et répondez à cette question : croyez-vous que vous avez le pouvoir de créer la paix sans peur ou bien y-a-t-il encore une leçon qui doit être apprise ? Le calendrier a tourné, et le jour qui pointe est plein de grandes promesses. Embrassez-le maintenant et embrassez-vous les uns les autres. Vous n’avez rien à perdre si ce n’est l’illusion de la peur de perdre, et vous avez à gagner un monde de joie. Nous vous saluons pour votre courage, et nous vous donnons cette pensée : juste un instant de contact avec la source de votre pouvoir est suffisant pour tout changer, pour tous et pour le meilleur. En êtes-vous capable ? C’est le moment de tester vos talents. Que l’amour soit votre voie, que la paix soit votre chemin et la vérité votre pouvoir. Rien n’est plus impératif. Et nous vous disons ‘Bonjour’ !

Maryann Rada – Traduction : Marinnette Lepine

Source originale (en anglais).

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, 07- Messages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

20 Responses to Vous ne le savez peut-être pas…

  1. Ambre dit :

    Tout dépend de « quelle joue » nous tendons..Si c’est « l’autre face de nous mêmes »;)
    Bonjour Gw, ravie de te retrouver sur ce blog..Ainsi que l’ami Kaerio..

  2. marc dit :

    « Maintenant que vous détenez dans vos mains une telle chose précieuse, qu’allez-vous en faire ? »

    Si je puis me permettre, Maryann Rada, et vous-même qu’en feriez vous? Bref, ce n’est pas très important.

    J’aime beaucoup ce site et particulièrement, l’ensemble des articles écrit par Mr Le Passeur car quel que soit le sujet, il est toujours empreint de quelque chose de « Lumineux ». Sans jugement, dans le respect des autres avec une belle lueur d’espoir. Un grand MERCI à vous Mr Le Passeur !

  3. Alarcon Christophe dit :

    Je voudrais rappeler que tous textes et paraboles ne doivent pas être interprétés littéralement sinon on sombre dans l’absurde, les contradictions(ce qui justement permet de montrer qu’il s’agit d’allégories ) et l’intégrisme.Pour en revenir à l’histoire de tendre l’autre joue on peut l’interpréter plutôt comme ne pas se venger car cela alimente à nouveau la violence je me venge tu te venges à nouveau etc…Sinon je suis en train de lire un livre (très connu mais que je découvre seulement maintenant:le bon moment): »Eckart Tolle le pouvoir du moment présent »que je recommande.
    En tout cas c’est un super site,merci pour les contributions du Passeur et de tous les intervenants soyez tous bénis.

  4. elba dit :

    Je souscris tout à fait à ce que tu dis, Alkris : « …Mais tendre l’autre joue est trop souvent confondu avec de la faiblesse (ce qui n’embête que l’ego ceci dit en passant ^^) alors qu’à mon sens là réside la vraie force. Celle de l’esprit. Mais tendre l’autre joue ne signifie pas non plus prêter le flanc. »

    Et j’aime aussi énormément ton commentaire sur Jésus, Michel.
    Merci à tous.

  5. Dania dit :

    Je me sens un peu dans le même genre de dilemne : résister n’est pas forcément une option de désamour. Résister, dénoncer pour susciter des prises de conscience chez d’autres va selon moi dans le sens de l’Eveil collectif.
    Tendre l’autre joue face à l’oppression, les conflits armés par exemple, ne résout rien!
    Je pense notamment aux moines tibétains et à la culture tibétaine…

    Alors, je reste dubitative… tout en adhérant à ce texte…
    Je n’arrive pas à me convaincre que NE RIEN FAIRE face à tout ce qui se joue actuellement (sur les plans écologiques, sociaux, économiques) est l’attitude correcte à adopter!

    • AlKriS dit :

      Je crois que l’amour ne consiste pas à dire uniquement oui et à renoncer. Je crois aussi qu’agir par amour peut revêtir de nombreuses formes différentes. Cela peut même s’inscrire je pense dans une certaine forme de lutte, d’opposition, passive ou active. Cependant si ce n’est pas fait dans la conscience, très souvent ce n’est plus l’amour qui guide mais l’ego (même s’il se trouve les meilleures raisons du monde qui peuvent se confondre avec l’amour) et par extension le plus souvent une forme ou une autre de peur.

  6. Kaerio dit :

    Salut, c’est toi GW ?

    Sinon voici un texte intéressant sur tendre l’autre joue : http://www.liveyourquest.com/reagir_avec_lumiere.html

    Je suis bien d’accord avec ce que dis gwelan sinon. Mais il est vrai aussi que si on n’a plus peur de perdre des choses, qu’on a tout en nous, qu’on se réalise en nous, tout l’extérieur se transforme.
    SI chacun vivait en étant ancré en soi, il n’y aurait plus cette disparité des les possessions. Car plus personne ne suivrait cette manipulation. plus personne n’aurait que faire d’amasser les possessions et de se projeter à l’extérieur sur la possession de choses à soi, çà se ferait naturellement et chacun en aurait pour son compte et ce ne serait plus une lutte, mais quelque chose d’assuré.
    Comme dit quand on se trouve dans des moments de paix, tout cela devient futile. L’ordre des choses reviendrait naturellement sans se prendre la tête du « à qui doit aller cela ou ceci ». Enfin c’est ce que je pense et j’approuve aussi ce que Marie Christine vient de dire car je l’expérimente sur moi-même et çà fonctionne. Bien sûr cela va de pair avec la paix, on ne peux pas avoir tout ce que demande l’égo(en général des distractions ou choses pas vraiment nécessaires), mais bien tout ce que demande notre être qui vit dans la paix, ce n’est pas le même genre de « choses » dont il a besoin, mais ce sont ces choses là qui sont vraiment utiles. Et bien sûr des fois on a quand mêmes de bonnes surprises aussi, un cadeau qui arrive de nul par, un objet voulu depuis longtemps, etc. Mais ce n’est pas l’essentiel, c’est un petit bonus.

    Quand tout sera rentré dans l’ordre les biens communs que certains s’approprient reviendront à tous sans lutte, car ces gens n’auront plus ce pouvoir de les amasser pour eux seuls. Le pouvoir qu’on consent à leur donner. On les aide même à se les approprier en fait si on regarde bien la situation.

    • Johala dit :

      Merci Kaerio pour ce lien. Cet article est trés beau et je le trouve trés juste! On oublie parfois que le Christ lui-même n’a pas hésité à chasser les marchands du temple! Et que l’Amour c’est aussi savoir dire NON, ou donner un coup de pied au cul de quelqu’un pour l’aider à avancer!

    • gwelan dit :

      Salut Kerio. Oui ce Gwelan est bien un Gw d’autres parts …:-)

    • Michel dit :

      Je souscris tout à fait à ce lien O.M.A. Peut-être qu’un pratiquant d’art martiaux pourrait-il nous expliquer la notion d’accompagner le mouvement de l’adversaire, en ne lui offrant aucune résistance, au lieu de le contrer; lui faisant perdre l’équilibre, tout en récupérant son énergie cinétique à son profit ? Peut-être ne s’agit-il pas du tout d’amour au sens bisounours ? Comme une forme de vigilance en arrière-plan des acteurs, qui ne serait pas dupe de l’illusion de la scène ? Dans une version inédite de l’histoire de Jésus – lors de son expérience de 40 jours dans le désert, il réalise: que rien n’est solide, qu’il peut voir au travers des rochers de la terre et du sable comme un « chatoiement de poussières microscopiques ». Beaucoup plus tard, il découvre que ses pensées, si elles sont fortement imprégnées de conviction, elles peuvent opérer des changements dans ce « chatoiement de poussières »(que la science nomme aujourd’hui des particules chargées électriquement) et donc produire des modifications dans l’apparence du rocher ou de toute autre chose qu’il étudie (l’observateur capable de changer le résultat de l’expérience) Jésus était déjà dans un nouveau paradigme où vie et conscience ne sont qu’une seule et même chose. Il essayait d’expliquer quelque chose d’inconnu, avec leurs mots, à des Juifs bornés qui ne comprenaient qu’oeil-pour-oeil ! Omram a compris que Jésus disait aux Juifs: « retournez jouer dans votre bac à sable, vous n’êtes pas de taille à lutter contre moi, car j’ai vu ce que vous ne pouvez pas encore voir! » Aujourd’hui, Jésus voudrait-il parler avec des physiciens quantique de ce qu’est la Puissance créatrice de l’Esprit Divin Universel ? Il parle de la force faible: le »Tchi », qui imprégne tout, alors que nous – nous pensions « frappe » ?

  7. AlKriS dit :

    L’un des rares aspects de la dualité que je ne regarde pas avec suspission et dont je me sert sans retenue est d’engager mes actions selon deux énergies principales : la peur d’un côté, l’amour de l’autre. Tout ce qui ne relève pas clairement de l’amour est très souvent issu de l’énergie liée à la peur et à ses multiples expressions.

    Ainsi souvent je m’intéroge sur l’origine de mes actions, de mes décisions, et dès que j’identifie la peur je me place en position d’observation et je tente de trouver d’autres possibilités dont l’origine énergétique serait clairement issue de l’amour (amour dans son sens large et énergétique, pas le patos qui relève de l’ego et du petit moi).

    Ce n’est pas toujours simple, surtout au début quand on a une masse énorme de comportements et d’automatismes ancrés. Mais plus le temps passe, plus les choses coulent naturellement. Et c’est vrai qu’à un moment tout semble se placer naturellement à la juste place, sans lutte. On s’extrait peut être aussi de la « loi d’accident » si on peut dire, ou alors peut être qu’on se décalle vers la « loi des circonstances heureuses » 🙂

    Alors lorsque je ne tends pas l’autre joue, je constate souvent que ce réflexe trouve sa source dans la peur et non dans l’amour. J’essaye alors de trouver un comportment plus approprié, ce qui n’est pas toujours simple ou possible selon les circonstances et la vision que j’en ai à ce moment là. Mais tendre l’autre joue est trop souvent confondu avec de la faiblesse (ce qui n’embête que l’ego ceci dit en passant ^^) alors qu’à mon sens là réside la vraie force. Celle de l’esprit. Mais tendre l’autre joue ne signifie pas non plus prêter le flanc.

    • marie christine dit :

      Franchement, je ne sais pas qui a inventé cette histoire de tendre l’autre joue . Faut-il croire sur parole tout ce que le Christ aurait soit disant prononcé ?
      Si on m’agresse, je ne vais pas tendre l’autre joue, c’est stupide, je ne suis pas masochiste . Qui a intérêt à faire de nous des masochistes ? Posons-nous la question .
      Qui a intérêt à surdimensionner notre ego en nous faisant croire que nous devons porter notre croix indéfiniment et ainsi nous racheter merveilleusement aux yeux du Seigneur suprême qui fera de nous des saints, des élus promis au paradis ? Qui a intérêt à nous maintenir dans un état de perpétuelle attente de récompense ? Qui a intérêt à nous maintenir dans l’idée d’un péché terrible, venu de nulle part . Qui a intérêt à nous culpabiliser éternellement ? Qui a intérêt à nous faire désirer la mort pour obtenir enfin le salut, la délivrance, la joie éternelle ? Certainement pas Dieu !!!
      C’est sur terre que ça se passe . C’est sur terre que nous évoluons . C’est sur terre que nous réaliserons le plan divin .

      • Johala dit :

        Je suis d’accord avec toi Marie-Christine, ça rejoint le texte dont Kaerio a mis le lien! Personnellement je n’ai rien contre les enseignements du Christ, mais j’ai du mal à avaler ce que d’autres en ont fait, comment on les a interprétés et utilisés à des fins….pas trés catholiques!
        Et puis de toutes façons, nous ne sommes , ni le Christ, ni Mère thérésa, et encore moins Dieu! Alors: chacun sa route en faisant ce qu’il peut du mieux possible! (mais là encore, c’est quoi le mieux????)

        • marie christine dit :

          Ah oui, Johala, magnifique texte transmis par Kaerio !
          Les vérités sont progressives, elles accompagnent l’évolution de la conscience humaine .
          Une vérité est valable à un moment donné et peut devenir un mensonge lorsqu’on l’a intégrée . On ne doit jamais rester figés sur un enseignement qui concernait un certain type de population à une certaine époque, et en faire un principe immuable . Il y a forcément quelque chose qui cloche puisque ce n’est plus adapté à notre situation .
          Nous allons de vérités en vérités jusqu’à atteindre LA Vérité .

        • AlKriS dit :

          Oula 🙂 On parlait juste du positionnement à prendre par rapport à une circonstance et ce qu’elle signifie en termes d’alignements à l’intérieur de nous et donc d’articulation énergétique. Je n’ai jamais cru aux fables pour enfants montées de toutes pièces pour mieux diriger l’humanité par les religions établies. Celà dit, au delà de la corruption qu’on a pu en faire, le message christique n’est pas forcément à jeter aux orties. Je crois qu’il mérite mieux. Et certaines notions représentent plus que ce qu’elles peuvent sembler être.

          Ceci dit, chacun trouve le vecteur de méditation et d’apprentissage qui lui convient.

  8. marie christine dit :

    Que la confiance est difficile !
    Quand nous sommes dans la réaction, nous ne sommes pas dans la confiance .
    Etre dans la confiance, c’est lâcher prise et croire aux miracles .
    Lorsqu’on est dans la confiance, les circonstances s’arrangent d’elles-mêmes, c’est inouï !
    Le pot de fleurs du balcon tombe à 2 centimètres à côté de vous, la nouvelle que vous n’attendiez plus arrive, la date qui ne vous convenait pas est reportée, l’objet que vous ne pouviez pas vous offrir vous est donné, etc, etc, etc …
    Quand on s’énerve, tout va mal .

  9. Johala dit :

    On peut ne pas tendre l’autre joue, mais on peut tendre une main! Pas la peine de la tendre à celui qui se trouve à l’autre bout du monde, juste à celui ou celle qui se trouve à coté de nous! Et quand je dis « tendre la main », ce n’est pas la tendre virtuellement, c’est la tendre réellement! Il y a toujours juste à coté de nous quelqu’un qui en a besoin pour retrouver un peu d’espoir, un peu de courage , un peu de foi pour se relever et tendre sa main à un autre ensuite. C’est l’effet « boule de neige »!
    Mais encore faut-il avoir le courage d’oser regarder l’autre en face, le toucher, l’embrasser!!!! Sur le web, c’est facile, c’est virtuel, dans la réalité, c’est plus dur semble-t-il pour certains!
    Mais si tous les humains du monde se donnaient la main????

  10. gwelan dit :

    Il y a dans ce texte quelque chose qui est de l’ordre de tendre l’autre joue en feignant d’ignorer le pillage organisé, l’appropriation de ce qui devraient être des « biens communs », un patrimoine non seulement de l’humanité, mais disons le patrimoine de la Terre.

    Pas simple comme débat, parce qu’effectivement, si la peur de perdre est sûrement le moteur essentiel de nos emprisonnements, d’un autre côté, le laisser faire est probablement la logique la plus sûre de notre asservissement.

    Résister n’est pas forcément une option de désamour à mon sens. Nous sommes partie prenante dans cette situation ; le nier serait nier la raison d’être de notre incarnation ici et maintenant. A quoi bon y être si c’est pour s’interdire d’y être un acteur ?

    Nous sommes des adultes, et à ce titre nous savons bien que tendre l’autre joue c’est seulement se prendre une deuxième baffe !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *