L’existence de la preuve

Peinture de Leonora CarringtonPar Bertrand Duhaime.

La preuve désigne le fait ou le raisonnement qui démontre ou établit solidement la vérité, soit ce qui permet d’en vérifier l’exactitude rigoureuse. Ce n’est qu’en arrivant à la preuve qu’on voit qui dit vrai. Mais il est bon de se demander à quoi sert la preuve et à qui elle est bonne. Car il n’est pas plus normal d’affirmer sans preuve que de nier sans elle. En outre, que vaut une preuve contre un préjugé tenace ou contre une négation obstinée ? Une certitude n’est pas plus une preuve qu’une preuve n’est une vérité. En matière de croyances, que l’on confond parfois avec des certitudes, le sentiment peut intervenir, au point qu’un être en vienne à manquer de logique. À vrai dire, même un fait, qui pourrait être une démonstration, n’est rien par lui-même, ne valant que par l’idée qui s’y rattache ou par la preuve qu’il fournit.

Frank Herbert a affirmé : «Toutes les preuves conduisent inévitablement à des propositions qui n’ont pas de preuve ! Toutes choses connues sont connues parce que nous voulons croire en elles !» À bien y penser, il a raison, car nul ne peut démontrer la moindre chose du fait que, pour y arriver, il faudrait régresser à l’infini. En effet, il n’y a pas moyen d’établir une vérité parce qu’il n’existe aucune vérité première qui se suffise à elle-même, donc parce qu’elle n‘a pas besoin de preuve pour être établie. Quant à Arthur Schopenhauer, il s’est un jour écrié : «Cette vieille erreur, qu’il n’y a de parfaitement vrai que ce qui est prouvé, et que toute vérité repose sur une preuve, quand, au contraire, toute preuve s’appuie sur une vérité indémontrée.»

Ainsi, qui peut prouver l’existence de Dieu, en qui tant d’êtres incarnés croient ? Celui qui croit en un Être suprême croit connaître une chose qui ne peut même pas lui être représentée. Une idée devient évidente lorsqu’elle comprend en elle-même sa propre preuve. Autrement dit, une évidence n’a pas besoin de preuve extérieure parce qu’elle se prouve par elle-même. Sauf que, pour un être de bon vouloir, une cause peut aussi se reconnaître dans ses effets, les deux étant identiques. Même le très fervent Gilbert Cesbron a su dire, sans doute pour faire échec à son angoisse existentielle : «De Dieu, nous attendons des preuves de son existence, or il ne nous donne que des preuves de son amour.»
En effet, prouver n’est pas toujours démontrer, c’est souvent susciter la demande de nouvelles démonstrations. Pour un être particulier, prouver, c’est tout au plus faire vérifier à un autre qu’il est lui-même capable de reproduire un phénomène en partant des mêmes données fondamentales. C’est donc donner un a posteriori pour faire accepter une théorie scientifique ou un postulat de vérité. En tant que raisonnement, cela se supporte, mais ce raisonnement ne conduit pas forcément au savoir.

Croire n’est pas seulement admettre, c’est accepter une certitude d’une évidence qu’on se donne soi-même. Il est toujours raisonnable de demander un minimum de sûreté avant d’entreprendre une démarche, mais on n’a jamais rien à perdre à l’entreprendre. Le chercheur spirituel gagne à respecter la maxime suivante : «On n’a rien à prouver et je n’ai rien à prouver, j’ai tout à vivre.» À celui qui lui demande des preuves de ses allégations, il devrait toujours demander à l’autre d’en donner pour les siennes. Par exemple, le sceptique demandera toujours au croyant, de façon perverse, de lui fournir des preuves de ses croyances ou de ses certitudes, mais lui, en donne-t-il de ses raisons de douter ? Et ceux qui ont osé en donner ont simplement fait croire à un bon tour de passe-passe, qui n’a amené à aucun changement de comportement chez les inquisiteurs. Il est vrai que les réalités subtiles dépassent l’entendement.

En fait, la Voie spirituelle ne cherche pas à donner de preuves de ses enseignements. Elle ne peut que donner à l’aspirant des moyens de se donner lui-même des preuves en passant aux œuvres dans la foi, soit en appliquant des techniques, s’il en a la patience. Mais, dans sa peur de perdre son temps, un sceptique n’acceptera jamais de consacrer à une démonstration personnelle le temps qu’un Initié y a mis. Ainsi, dès le départ, il entraîne dans le cercle vicieux de vains arguments rationnels.

Peinture de Sergei AparinAgir sans preuve exige un acte de foi, mais, sans la foi, rien ne peut se produire. C’est la bougie d’allumage de toute manifestation. Il faut commencer par admettre une assertion au moins comme une hypothèse, si on compte, par la suite, s’en donner des preuves. Ainsi, chacun doit prendre le temps de mener ses propres expériences pour apprendre, car, au fond, un être ne croit que ce qui est passé à travers lui. La démonstration des autres n’est jamais concluante, ce que les Guides savent fort pertinemment. Aussi ne font-ils jamais étalage de leur Savoir et de leurs possibilités d’accomplissement.

Bertrand Russell a ironisé : «Les controverses les plus furieuses ont pour objet des matières où il n’y a aucune sorte de preuve.» Comme Voltaire l’avait dit avant lui : «L’intérêt que j’ai à croire une chose n’est pas une preuve de l’existence de cette chose.» Dans ce contexte, il convient de vivre et de laisser vivre, sans tenter de convaincre qui que ce soit de sa vérité. Surtout qu’il y a des principes qu’un Initié peut croire, puisqu’il a éveillé des facultés qui peuvent lui les confirmer. Mais le profane, lui, se présente souvent comme un aveugle de naissance qui demande qu’on lui prouve l’existence des couleurs de l’arc-en-ciel pour y croire.

Dans une discussion, l’Initié et le profane ne s’affronteraient pas à armes égales, l’un agissant comme un aveugle qui guide des aveugles, alors que, la plupart du temps, l’Initié est un borgne, un être qui peut sonder le monde invisible par le troisième œil ou l’œil spirituel, ce qu’il ne peut démontrer concrètement. À vrai dire, la tentative de donner des preuves, comme la discussion, amène vainement deux intellects à se confronter dans un jeu de pouvoir. On observera que plus une personne discute, moins elle a de choses à dire et que, moins elle est convaincue de son sujet, plus elle a de prétentions à défendre.

Un être sort rarement indemne d’une discussion fiévreuse, surtout si les esprits s’échauffent et tentent de se dominer. Alors, les interlocuteurs ne cherchent plus à faire triompher la vérité, mais à protéger leur amour-propre et leurs intérêts secrets. Peu de discussion permettent de garder du respect pour son opposant. Quant à celui qui veut l’emporter à tout prix, il se vide et se démagnétise, d’où il lui faudra un bon moment pour se reconstituer. Il est surtout préjudiciable de discuter des problèmes d’autrui, même invité à le faire, car il faut alors prendre parti, ce qui relève de la subjectivité, de la partialité et de l’arbitraire. C’est une transgression à la loi de la non-intervention et de l’innocuité. Alors, on doit se prononcer en jugeant et on crée un lien subtil frauduleux qui permet à l’autre, éventuellement, le parasitage.

En matière de spiritualité, le fardeau de la preuve repose sur les épaules de qui veut savoir, non de celui qui sait. Celui qui sait n’est pas tenu d’exposer son savoir et, s’il est vraiment sage, il ne s’abaissera jamais à ce jeu. Pour badiner, on pourrait dire que dans l’appel à la démonstration, il y a le mot «démon», il y a un piège initiatique. Chacun doit se démontrer la vérité par lui-même. Le rôle du sage c’est de lui apprendre la technique pour y arriver, non d’appliquer la technique pour lui ou à sa place.

Voici une excellente preuve d’amour : l’empereur moghol Shâh Jahân, fit construire, la même année du drame, le Taj Mahal d’Agra, en Inde, expression qui se traduit par le «Palais de la Couronne», comme gage d’amour éperdu à l’endroit de son épouse, morte en 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant. Les actes valent mieux que les discussions et les tentatives évasives de démonstration.

© 2012 Bertrand Duhaime (Douraganandâ)

Source originale.

Note : Autorisation de reproduire ce document uniquement dans son intégralité –donc sans aucune suppression, modification, transformation ou annotation, à part la correction justifiée d’éventuelles fautes d’accord ou d’orthographe et de coquilles– veillant à en donner l’auteur, Bertrand Duhaime (Douraganandâ), la source, www.facebook.com/bertrand.duhaime, ou le site www.lavoie-voixdessages.com, et d’y joindre la présente directive, en tête ou en pied de texte.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

128 Responses to L’existence de la preuve

  1. Katerina dit :

    Margelle ,

    Je ressens ce que tu dis . J ai depuis 8 mois découvert tellement de sensations en moi . Je suis sensible aux vibrations et aux énergies . J ai étudié la biologie à la fac et je me dis aujour d hui que plus j apprenais plus je m éloignais de ce que j étais vraiment . Alors vivre vivre , vivre . Aimer la nature oui et accepter ce qu elle nous dit . Je sens que tu as souffert à ta naissance et que tu as une grande sensibilité : on en est là . Moi je ne sais pas si j ai une mission ou pas . Je crois que je dois accepter et comprendre les signes qui me sont envoyés . Comme le dit le passeur je crois ,les évènement vont plus vites pour nous et cela dans l amour . C est une grande joie pour moi car je n ai rien demandé jamais .
    Vivre aimer vraiment .

    Amitiés
    Katerina

  2. Katerina dit :

    Pour Marie Anne et Margelle ,

    La langue est à elle meme un piège , je crois qu il faut la considérer comme une ombre .
    Tant d incompréhesion elle peut véhiculer .
    Durant deux ou trois mois je n ai parlé à personne .
    Ma souffrance de n etre pas comprise était trop importante dans ce monde .
    Pourquoi faut il tout le temps parler d ailleurs .
    Bien sur nous n avons pas le choix ici et justement cela nous permet de purifier et d etre impeccable . L attitude est tellement importante . J ai remarqué que les gens n aiment pas le silence . Pourtant … Je sens que dans un monde de lumière tout cela est différent .
    Ici nous approchons de la clarté et c est beaucoup de joie pour moi de partager avec vous mes ressentis et mes idées.
    Avec toute mon amitié
    Katerina

    • François dit :

      Bonjour Katerina,

      Les mots ne sont que des mots et le Sacré est là où on veut bien le poser.
      Même chose pour l’ombre, elle est là où on la voit, c’est personnel, c’est un choix de regard, de où et dans quoi on met notre énergie. Tout est juste , seules les conséquences changent. Et ce sont justement les conséquence de nos regards , de nos choix d’hier que nous vivons aujourd’hui. Le silence est utile , la parole aussi.
      🙂

      • Katerina dit :

        Merci François,

        Ton message est important pour moi .
        Je suis dans ce questionnement aujourd hui .Je parle bien sur , et j écris et tu as raison ce ne sont pas les mots qui comptent mais l intention que l on y met. C est ce que je ressens dans tes paroles .
        Ta première phrase est pleine d enseignement
        Amitiés
        Katerina

      • Marie-Anne dit :

        De tout ♥ avec ton message si….. sage, François! 🙂 Merci

    • margelle dit :

      Katerina, je ressens fortement ce que tu dis… J’ai beaucoup pratiqué le silence également… sûrement par attirance de la lumière…. mais nous avons à explorer, à vivre la matière…. paraît que nous sommes là pour ça… et qu’elle demande à être transcendée, élevée… sublimée…. mais pour ça nous devons la connaître, et à fond, s’il vous plait… et l’aimer, et la trouver belle….. joli programme… Je suis née avec les forceps… j’ai dû avoir une hésitation devant la tâche que j’avais choisie !! On m’a tirée pour que j’y aille… et je crois bien que toute mon existence est de vaincre cette résistance… et accepter d’y aller, et de bon coeur, encore !! Régulièrement je me sens encore tirée, tirée…..
      Oui, la parole est trouble… il faut jouer avec… Le théâtre m’a aidée parce qu’on y apprend que tout peut se dire et sur tous les tons…. l’interprétation sera totalement différente selon la version…. Mais cela demande de se mettre en situation, d’y être consciemment… d’être présent aux mots, aux gestes, à la voix…
      Et savoir que c’est du théâtre, mais tant qu’à faire, essayer qu’il parle !!

      • Katerina dit :

        Margelle ,

        Je ressens beaucoup les vibrations et les énergies aujourd hui en les vivant , en acceptant . J ai pourtant étudié les sciences et bien figure toi que j ai l impression que plus je comprenais et j étudiais plus je m éloignais . J exagère toujours en peu . Mais l idée est là . Je sens chez toi de la souffrance liée à ta naissance et beaucoup de sensibilité .
        Moi je ne sais pas si j ai une mission . Je suis en tr

        • Katerina dit :

          fin du message

          J en sais plus ce que je voulais dire, ça n a pas d importance . C est cela l impermanance , elle nous rend léger , on ne se bloque plus sur une idée ou un mot que l on aurait oublié .
          L oubli ce n est pas ça et je me souviens très bien des évènements d il y a longtemps .
          J ai l impression que l on voulu nous faire oublié pour un futur qui ne peut pas exister .
          Katerina

    • Marie-Anne dit :

      Bonjour Katerina,
      François a (impeccablement) répondu pour moi, et je ne peux que me joindre à sa sage parole 🙂 …
      Je te souhaite( et je nous souhaite à tous) de regarder de plus en plus le monde avec les yeux du Coeur; ses yeux qui portent un regard totalement différent sur les choses et sur nous-mêmes et les autres; un regard compréhensif, compatissant, accueillant, souriant et serein (entre autres belles qualités).
      Je profite de ce petit message pour t’envoyer quelques sourires d’amitié :
      🙂 🙂 🙂

  3. Marie-Anne dit :

    Réponse à Margelle ( à ses questions du 22 février concernant l’ombre, etc…)

    Bonjour, Margelle, je vais répondre de mon mieux aux différentes questions que tu m’as posées:

    1) Oui, je me suis effectivement rendu compte que quand on éclaire l’ombre avec l’Amour et la Compréhension de son Cœur, l’ombre devient lumière.
    J’évite le mot « éliminer » ( même si je comprends ce que l’on veut dire par là) car il est trop connoté pour moi: il évoque trop le rejet , le refus ou la destruction de ce qui gêne et non l’accueil, la guérison ou la transmutation de ce qui ne demande qu’à être guéri.
    2)  » Comment aimer ce que l’on ne connaît pas? »
    Notre Ombre fait partie de nous; elle est tout ce qui en nous, nous déplaît ou nous fait peur, et nous l’avons très souvent refoulée dans notre inconscient.
    Pourtant, elle est vivante et pleine d’énergie et demande à être prise en compte: donc, elle revient régulièrement vers nous ( via les rêves, les lapsus, nos réactions, les événements,…..), justement pour être vue, reconnue, entendue et guérie.
    Très souvent, pourtant, nous ne voulons pas la voir, car elle nous gêne et nous la réexpédions dans notre inconscient où elle souffre de plus en plus de ce rejet.
    Elle recherche alors (souvent furieusement et désespérément), tous les moyens pour attirer notre attention ou tout au moins pour s’exprimer.
    Si, lorsqu’une chose en nous nous déplaît, nous ne la rejetons pas systématiquement, mais la regardons en face; si nous acceptons de l’accueillir, de l’écouter, de la comprendre et de la rassurer comme un parent (aimant) le ferait avec un petit enfant terrible parce que blessé,
    nous éclairons alors cette ombre de notre attention, de notre conscience et de notre amour.
    Cela se fait le plus souvent très progressivement car l’ombre peut être profonde et avoir de nombreuses couches, et aussi car notre conscience et notre amour peuvent être
    encore très fluctuants.

    3) Comme tu vois, je ne peux décidément pas m’empêcher d’employer le  » nous » pour décrire tout cela!
    Ce « nous » me vient spontanément, donc, je ne le refoule pas.
    Pourquoi jaillit- il si spontanément?
    Peut- être parce que je me sens faire partie intégrante de ce « nous, êtres humains actuels ».
    Je crois que mon  » nous » est un « nous » d’ Unité, bien que je sois bien consciente de l’individualité et du caractère unique et original de chacun au sein de cette Unité.
    Je pense aussi que je sens que, quel que soit notre chemin (et notre  » avancée » propre sur ce chemin), nous partageons tous, nous, êtres humains , à un moment ou à un autre( et en particulier en ces temps- ci), ces processus dont nous discutons ici.
    Alors, il est bien évident que je n’ai pas l’intention d’imposer quoique que ce soit ( ! ) : je partage juste mes compréhensions, mes connaissances, mes expériences et mon ressenti; et si je donne l’impression d’être trop péremptoire, j’en suis désolée , car ce ce n’était naturellement pas là le but!

    • margelle dit :

      Merci Marie-Anne pour cette tentative de réponse… Je dis tentative, parce que je crois que ces notions sont très connotées par nos vécus, nos sentis… mais le fait de « tenter » de s’expliquer nous permet de mieux nous cerner…. aussi ça vaut le coup.
      Je suis effectivement assez farouche quant aux mots employés, surtout s’ils ne correspondent pas à ce que j’en ressens… un peu comme tu le fais également avec le mot « éliminer »… Mais échanger permet de relativiser… et ça je le crois primordial… Je ne percute pas forcément sur tes précisions, mais je perçois ta recherche et cela me ravit.
      D’une façon générale, d’ailleurs, ta recherche est fine, profonde, judicieuse. Parfois je peux te sentir péremptoire, mais je pense que cela vient de moi…. Cela vient de mon hypersensibilité aux injonctions d’où qu’elles viennent !! Dieu, oui, mais Maître, non… En fait tu es sûre de toi… et c’est bien car cela me permet de reconnaître mon ombre…. ah ! j’aime bien aller la chercher celle-là !! coucou, où es-tu cachée ? Et à force, elle se montre… un peu dépitée de s’être fait prendre…. mais finalement contente de ne plus être rejetée !!
      Je t’embrasse, merci pour ton apport….

  4. Katerina dit :

    Merci Margelle ,

    Oui je pense que l on a tous nos expériences et que les mots résonnent différemment pour chacun . Le plus difficile est d exprimer en mots nos idées , chacun peut s aider des paroles des autres . Quand je parle d éliminer je devrais dire plutot gommer ou effacer doucement les ombres de notre passé . Travail est un mot assez dur aussi je n ai pas l impression de travailler alors il serait mieux de dire méditer mais c est pareil pour moi méditer est un concept qui ne correspond pas à ce que je vis . Alors je dirais plutot je reçois avec amour mes pensées . Avec mon amitié Katerina .

  5. Katerina dit :

    Merci Marie-Anne pour le lien ,

    L article m a fait comprendre ce qui était obscure en moi dans la réflexion .
    Meme si je ressens ce qui est dit , et si ma luminosité est là , je crois que j essayais plutot d éliminer ma part d ombre d une manière ou d une autre .
    Je ne sais pas si mes phrases sont très claires .
    Hier en m endormant mon esprit a vu alors que je fermais mes yeux un tableau ou une image il n y a pas de mots pour dire ce que c était : Une coupe lumineuse blanche et rouge avec au dessus une fleur très lumineuse aussi et le tout était tellement délicat .
    Je n ai jamais vu quelque chose d aussi beau .
    La lumière est là pour moi .
    Avec toute mon amitié à tous et toutes
    Katerina

    • margelle dit :

      Très belle ta vision, Katerina… De la lumière pure… Je te ressens dans une très belle recherche… Je ne sais pourquoi, elle me nourrit, elle me porte…. S’il te plait, continue à nous la faire partager !! 🙂

      • Katerina dit :

        Merci Margelle ton attention pour moi me touche ,

        En ce moment je suis avec la petite fille que j étais et je lui dis tout mon amour .
        Je la remercie d avoir été si courageuse , c est grace à elle que je suis ici aujourd hui .
        Je crois également que je l accompagnais déjà et que j étais avec elle dans ses moments difficiles et je pleure .
        Comme le dit si bien le passeur il y a un monde que l on ne peut pas imaginer qui nous attend ou qui est en nous . C est ce que je ressens .
        Katerina

    • Marie-Anne dit :

      Quelle magnifique vision, Katerina!

      J’ai souvent l’impression que de telles visions sont des cadeaux de notre Être Multidimensionnel à nous- mêmes, lorsque nous sommes au diapason de l ‘Amour!
      J’en suis très heureuse pour toi! 🙂

  6. Katerina dit :

    Merci Marie Anne et Cécile ,

    Je suis dans le coton et c est tellement agréable . Je crois que les choses changent très vite en ce moment . Je continue à réfléchir et à méditer . Il y a encore de l émotion en moi et je pleure quelques fois encore devant un beau texte , une image ou une pensée .
    Tout ce qui est écrit dans les textes du passeur est tellement puissant . J ai eu ces idées tant de fois et je ne trouvais personne qui pouvaient les comprendre . Je ne les formulais pas de la meme façon Mais je me suis rendu compte combien les autres ne pouvaient pas comprendre ce que je disais puisqu ils fonctionnaient avec leurs codes . Il n y a pas à débattre de quoique ce soit , la pensée est forte et suffit .
    La création est là . Nous allons sur le meme chemin . J ai confiance et nous avons tous des preuves de l existence du divin .Amitiés à tous Katerina

  7. Cécile dit :

    Très beau tirage, comme tu en as le secret, Marie-Anne ! Et je trouve très fine ta façon de poser les questions…
    Oui, il semble que c’est ce que nous ressentons et vivons collectivement, avec d’autant plus d’intensité, peut-être, que nous nous ouvrons aux dynamiques subtiles, mais combien puissantes, actuellement à l’œuvre.
    La « Grande Vague qui Vient » est là, il n’y a plus qu’à se laisser porter. C’est d’ailleurs l’image qui m’est venue en lisant tes paroles sur « le retrait des énergies » : j’ai vu et entendu (en imagination) la mer qui se retire du rivage, le laissant à nu comme au plus bas d’une marée d’équinoxe, avant l’arrivée imminente du tsunami.
    Enfin, tu parles de « la dissolution de l’ancien », et je me sens aussi en phase avec cela – j’ai l’impression depuis quelques jours que toutes mes morts non acceptées dans mes incarnations précédentes sont en train de s’évacuer, d’où les images pas très joyeuses qui me traversent ces temps-ci. « L’acteur rentre dans sa loge pour se démaquiller », et c’est plutôt un soulagement…
    Merci à toi Marie-Anne pour ce partage si précis et si éclairant.

  8. acacia dit :

    J’essaie de copier un lien… je sais pas si ça va marcher, mais Laurent Dureau y parle des effets atoniques des énergies nouvelles… tout à fait d’actualité.

    http://345d.fr/actu-en-cette-periode-bizarroidement-atonique/#more-2847

    bon, il devrait apparaitre en bleu, non ?… désolée… en tout cas c’est là !
    Très lumineuse journée à tous

    • Marie-Anne dit :

      Ton lien est passé, Acacia, merci beaucoup 🙂

      Laurent Dureau intitule son article:  » Actu en cette période bizarroïdement atonique »

      Effectivement, c’est tout à fait parlant!
      Cet article devrait intéresser François!
      En ce qui me concerne, je sens ce retrait des énergies depuis fin décembre 2012(au moins).
      Laurent Dureau nage dans une piscine de gélatine, moi je me meus ( du verbe mouvoir, mh! 🙂 ) dans du coton, dans du nébuleux ; je pédale mollement dans la choucroute et ma force d’inertie tient du phénomène de foire
      C’est la fin de l’hiver( ou le début du printemps?), d’accord, mais cela n’explique pas tout.
      Cela dit, même si je n’en suis pas encore aux stades de L.D., je suis assez en phase avec ses explications.
      Le Tarot , pour ceux que cela intéresse confirme tout cela :
      l’impulsion spirituelle à l’œuvre actuellement concerne les  » énergies » de purification, de dés- illusion et de rééquilibrage. Des restrictions sont en cours à des fins positives , pour nous permettre de vivre ensuite de façon puissante et inédite. Nos ténèbres viennent à nous pour que nous les acceptions et soyons prêts à utiliser leurs énergies immenses. Comment allons- nous gérer notre pouvoir?
      Nous sommes en pleine initiation spirituelle ( Le Gardien).

      Nous sommes bel et bien ( La Destinée) dans une phase de changement collectif , d’innovation et d’évolution spirituelle où s’enclenchent les fondements du futur.
      Nous pouvons nous préparer à danser avec la Vie, après une période de retrait des énergies, une période d’introspection, de dépouillement et d’oubli du passé(l’Ermite ou L´Hermite).

      Nous pouvons donc nous attendre à un changement radical ainsi qu’à une réorientation complète après dissolution de l’ancien; à nous d’accompagner les événements de façon claire , droite et déterminée : le jeu est terminé; l’acteur rentre dans sa loge pour se démaquiller ,se déshabiller et retrouver sa véritable identité.(L’arcane Sans Nom; La Mort).

      Nous avons avec nous la Volonté, la Sagesse , la Compassion et le pouvoir créateur illimité du Père de toute chose ( lEmpereur dans sa propre Maison) et nos propres progrès accomplis, notre propre motivation , notre compréhension du jeu de la dualité, et notre propre autorisation à nous élever, à faire avancer l’Humanité vers le Divin( Le Chariot).
      Ce qui risque de nous compliquer la tâche et de nous retarder, c’est le sacrifice de l’égo ( Le Pendu) , la difficulté de nous détacher de tous nos liens ainsi que le temps nécessaire à l’inversion de nos modes habituels de conscience et à notre changement de plan de conscience( dû à nos changements de perceptions). Tout cela peut nous bloquer momentanément: il nous est juste recommandé de lâcher- prise et de faire confiance à la Volonté du  » Père ».
      Attention également de ne pas retomber dans l’immaturité et l’irresponsabilité, attention aux illusions encore prégnantes, pas de précipitation ( Le Fou ou Le Mat).

      Voilà donc les réponses que j’ai reçues à la question:  » que se passe-t-il maintenant pour l’humanité et qu’en est- il pour elle dans ce qui est en marche? Merci »

      • Stéphanie dit :

        Merci Marie-Anne pour le partage de ce tirage de tarot, je le trouve tout à fait synchrone avec ce que nous vivons tous. Je t’embrasse chaleureusement.

      • Cécile dit :

        Très beau tirage, comme tu en as le secret, Marie-Anne ! Et je trouve très fine ta façon de poser les questions…
        Oui, il semble que c’est ce que nous ressentons et vivons collectivement, avec d’autant plus d’intensité, peut-être, que nous nous ouvrons aux dynamiques subtiles, mais combien puissantes, actuellement à l’œuvre.
        La « Grande Vague qui Vient » est là, il n’y a plus qu’à se laisser porter. C’est d’ailleurs l’image qui m’est venue en lisant tes paroles sur « le retrait des énergies » : j’ai vu et entendu (en imagination) la mer qui se retire du rivage, le laissant à nu comme au plus bas d’une marée d’équinoxe, avant l’arrivée imminente du tsunami.
        Enfin, tu parles de « la dissolution de l’ancien », et je me sens aussi en phase avec cela – j’ai l’impression depuis quelques jours que toutes mes morts non acceptées dans mes incarnations précédentes sont en train de s’évacuer, d’où les images pas très joyeuses qui me traversent ces temps-ci. « L’acteur rentre dans sa loge pour se démaquiller », et c’est plutôt un soulagement…
        Merci à toi Marie-Anne pour ce partage si précis et si éclairant.

      • Katerina dit :

        Merci Marie Anne pour ces explications .

        Je suis sensible à ce que tu dis et cela correspond à ce que je vis et à ce que je ressens .
        Je suis ermite , je préfère etre seule pour etre méditer . La spiritualité m accompagne jour et nuit .
        J ai encore à travailler sur mon passé et à éliminer des ombres pour trouver la lumière je crois que c est tout à fait normal je pense meme que si cela était facile je n y croirais pas .
        Les messages que je reçois du divin m accompagnent et m éclairent .
        Comme tu le dis il ne faut pas tomber dans l irresponsabilité et rester vigilant .
        Avec toute mon amitié Katerina

        • Marie-Anne dit :

          Bonjour, Katerina,
          Merci pour ton message !

          J’aimerais juste ici répondre à l’une de tes phrases.
          Tu dis: « j’ai encore à travailler sur mon passé et éliminer des ombres pour trouver la lumière ».

          Je pense que le passé n’a plus à être travaillé : je dirais plutôt qu’au stade où nous en sommes, il vaut mieux accepter ce passé ( aussi difficile soit- il) comme une leçon que nous avons attirée à nous pour en retirer la quintessence.
          Nous avons appris de notre passé; il nous a poli; il nous a souvent fait trébucher, mais cela nous a appris à nous relever, à comprendre pourquoi et comment on avait trébuché et à en retirer toutes les leçons qui nous ont fait grandir.
          Donc, acceptons ce passé; considérons- le comme une expérience qui a eu son utilité, et remercions- le pour cela :
          Cette simple façon de regarder et d’accepter son passé revient à lui envoyer Amour, Compréhension, et donc Lumière. ….et la Lumière transmute!

          De la même façon, en ce qui concerne nos ombres: nos ombres font parties de nous.
          Vouloir les éliminer équivaut à vouloir éliminer une partie de nous- mêmes: celle qui a le plus besoin d’amour et de compréhension et qui crie sa douleur de ne pas être comprise ou prise en compte.
          L’ombre, c’est de la Lumière qui a oublié qui elle était et qui est tombée alors dans la peur et tous ses excès….et on la alors refoulée parce qu’elle était trop gênante.
          Si tu veux éliminer ton ombre, tu renforces son sentiment d’incompréhension, de peur et de rejet, car elle se nourrit de ces sentiments- là!

          Quand une pièce est dans l’ombre et que tu veux y voir clair, tu n’entres pas dans cette pièce pour te battre avec l’ombre; tu constates simplement, sans crispation, qu’il fait sombre et tu allumes la lumière. C’est tout!
          Idem ici: nos ombres, il convient , non pas de nous crisper dessus mais de les illuminer en leur donnant notre lumière, c’est- à- dire notre attention, notre compréhension et notre prise en compte.
          C’est cela aimer l’Ombre: ce n’est pas la cautionner , c’est lui donner cet Amour qui la transmute.

          « L’Ombre a tant été aimée qu’elle est devenue Clarté ».

          Voilà, Katerina; désolée d’avoir été un peu longue, mais je trouve tout cela tellement merveilleux à comprendre!…

          Amitiés à toi et à tous, M- A

          • Tchunka dit :

            ♥ ♥ ♥

          • Katerina dit :

            Merci Marie-Anne
            Avec toute mon amitié
            Katerina

          • Marie-Anne dit :

            Voici pour toi, Katerina (et pour tous), les coordonnées d’un texte de Pamela Kribbe publié par Le Passeur , le 22 avril 2012 , qui parle, notamment, de l’Ombre et du pourquoi de l’Ombre.
            Je trouve cet article très bien fait:

            http://www.urantia-gaia.info/2012/04/22/la-pierre/

            Très amicalement, M-A

          • margelle dit :

            Marie-Anne,
            Aimer l’ombre, c’est peut-être aussi l’éclairer…. comment aimer ce que l’on ne connait pas ??? ce que l’on ne voit pas…. Il y a là une contradiction dans ce que tu nous proposes que je n’arrive pas à m’expliquer…. Il est vrai que tu relevais le mot « éliminer », mais quand on éclaire l’ombre, ne s’élimine-t-elle pas d’elle-même, et sans effort ???
            Par ailleurs, tu dis « nous », or « nous » sommes multiples, chacun-e à un moment de notre vie, de notre parcours…. comment penses-tu pouvoir appliquer à l’autre ce qui es valable à toi, et à d’autres également, au vu des réactions ????
            Je pense que dans ton esprit cela n’est qu’une suggestion, mais je le ressens autrement… comme une ligne directrice…. à suivre…
            Or de mon point de vue, nous avons chacun-e à éclairer notre voie, en nous inspirant de nous et des autres….
            Il ne s’agit sans doute que d’une interprétation différente des mots ou concepts utilisés, mais je préfère te donner mon ressenti…
            Au delà de cette remarque j’apprécie ton éclairage, dont je profite largement !! J’apprécie également la clarté de tes propos.
            Avec toute mon amitié.

        • Romarin dit :

          Bonjour,
          A chaque inspire que tu fais, tu crée ton présent, à chaque expire c’est passé.
          Ce que tu es aujourd’hui, dans tout ton être, l’endroit où tu vis, tout ce qui es TOI, est la somme de tous les passés que tu as crée, point final.
          Le passé est révolu, on pourrait dire aussi que le travail sur le passé : c’est toi là, maintenant , tout de suite et dans une seconde, une minute, une heure etc…(temps linéaire), ce passé ne sera plus mais il aura fait ce que tu es à ce moment comme un instantané!
          Ombre et lumière, tout est déjà en toi, ce passé t’a façonné et il n’y a plus a y revenir, si tu veux, tu peux juste changer le présent pour que lorsqu’il deviendra le passé, tu sois toi même changée…
          Ce n’est pas très limpide ce que j’écris!

          • Katerina dit :

            Bonjour Romarin ,
            Je comprends ce que tu écris . Le point final est un peu sec pour moi .
            Ton message exprime ce que je ressens dans le présent que je vis .
            Amitiés
            Katerina

          • Romarin dit :

            effectivement « point final  » est un peu sec, ce n’est pas intentionnel, je voulais juste dire : c’est ainsi même si notre mental tend à nous dire le contraire.
            cdlt.

        • margelle dit :

          Je poursuis, car je relis mieux et vois que tu dis la même chose. En fait tu combattais le mot « éliminer », tu sentais peut-être une notion d’effort… Or j’ai entendu différemment le partage de Katarina…. Car pour moi, éclairer et éliminer concernant l’ombre est la même chose… je crois bien que je me bats – mais toi aussi- avec des mots…. ce sont peut-être nos moulins à vent !!!!
          bien à toi…

    • Margelle dit :

      Merci pour ce lien Acacia… il parle bien et fort… et me présente Laurent Dureau tel qu’il est, c’est à dire réel, spontané…. un vrai plaisir… 🙂 ♫

  9. agathe dit :

    Bonsoir à tous,
    Ce texte tombe à pic pour moi!! j’ai du mal en ce moment avec mes vérités, mes certitudes dans mon travail. Je vais lâcher prise et laisser à chacun parcourir son propre chemin sans me soucier du résultat que parfois je crains catastrophique car après tout je ne suis pas responsable des actes de mes collègues, et j’ai pas à m’attribuer non plus toutes les réussites!

  10. Salvia dit :

    Bonsoir les raplapla de la pile et d’autres crèves,
    ça remonte le moral de voir qu’on déguste chacun à sa façon, sauf Alain Thomas, le veinard!
    Je dors jusqu’à 10 heures par nuit, plus une « petite » sieste dans la journée, c’est un luxe que je peux heureusement m’octroyer actuellement.
    Le sommeil est une excellente chose, profitons-en sans complexe 🙂 Cela fait partie du nettoyage…

    • Stéphanie dit :

      Merci Salvia pour ce sage conseil (le sommeil) ! Alain Thomas est un sacré veinard, mais c’est aussi quelqu’un qui a un cœur si lumineux, qu’il redistribue à tous son surplus d’énergie avec une grande générosité. Tout est donc pour le mieux …

  11. Quintus dit :

    Ben comme énergie.. on pourrai s’attendre à mieux que ça ces temps-ci. Ma pile biophotonique est à plat snif! Déchargée, ratatiné..je suis vidé. J’ai la crève.

  12. Depuis que nous nous sommes incarnés, nous avons recherché des preuves, la première qui nous a poursuivi et nous poursuit encore peut-être est celle de l’amour, débutant par celui de nos parents. Chercher cette preuve par tous les moyens auprès de ceux qu nous aimons et avons aimés. Poursuite au cours de notre vie dans la densité. Que de chutes dans ces demandes de preuves.
    Les demandes de preuves sont multiples, n’est-ce pas encore notre dualité qui nous y pousse ? Le je crois, en dualité avec quelle preuve de ?
    Notre chemin sur l’éveil n’est-il pas aussi celui de ne plus chercher les preuves ?
    Acacia parle de l’Illusion de la preuve, défaire nos Illusions pour laisser place au réel du Cœur qui n’a pas besoin de preuves.

  13. François dit :

    Bonjour à tous,

    J’ai remarqué deux choses particulières ces derniers jours et j’aurais souhaité , si possible, avoir vos avis.
    J’ai eu une ‘info’ lors d’un moment de centrage qu’une vague importante d’énergie se déversait actuellement sur nous (comme un cran supplémentaire en quelque sorte) et paradoxalement les personnes que je rencontre depuis quelques jours semblent ‘plonger’ dans leurs marécages avec toutes les incidences que cela implique sur l’état émotionnel, physique, etc.
    Grosse fatigue manifestée chez chacun différemment en fonction de son histoire.
    Avez vous remarqué quelque chose de similaires?
    Merci

    • Florence dit :

      Coucou François,

      Je sors le nez de ma caverne pour répondre à ton interrogation.

      Oui de mon côté je remarque aussi cette grosse fatigue (justement comme je le disais dans un précédent commentaire, j’aurais envie d’hiberner :-)) C’est comme s’il n’y avait plus de batterie pour faire avancer la « machine ». Quant au marécage, j’ai actuellement la sensation de me faire aspirer au fond avec tout ce que ça apporte de désagréable.

      Si ces effets viennent de la vague d’énergie dont tu parles, oui c’est paradoxal mais en même temps avant que cette lumière puisse nous imprégner il faut peut-être qu’on lui fasse de la place en « nettoyant » encore ce qui l’empêche de pénétrer nos cellules, d’où les états émotionnels, la fatigue etc ?

      Belle journée et ♥ ♥ ♥ à vous tous

    • Le Passeur dit :

      Les raisons je pense sont ce que j’ai voulu dire dans « L’invitation à l’abondance ». Il y a une mise en phase qui se fait entre l’énergie qui nous porte désormais et ce que nous continuons à être selon nos habitudes.

      • Li dit :

        Bonjour passeur,
        Alors que beaucoup sur ce site font part de leur fatigue, du temps qui semble passé plus vite, de douleurs diverses, pour moi le temps semble élastique. Et le plus souvent il semble ralentir…
        Bien que n’ayant pas la forme olympique, je suis plutôt bien.
        En fait ce n’est pas que je ne sois pas en forme, c’est plus comme si quelque chose m’empêchait d’être active physiquement.
        Ces dernières semaines j’ai ressenti le besoin de me recentrer, d’être seule, de revoir bon nombre de textes, d’accentuer le travail que je fais sur moi.
        Dans l’ensemble tout est assez paisible autour de moi, il n’y a rien de très significatif.
        Mes, rares, douleurs physiques passent très vite.
        Je suis de plus en plus dans l’instant présent, je reconnais mes messagers et leurs messages avec plus de facilité. Je vis un peu plus en conscience.
        Je sais qu’il ne faut pas se comparer aux autres, que notre chemin et nous-même sommes uniques mais il y a quand même beaucoup de différences entre ce que ressentent la plupart, ici sur ce site, et mes ressentis personnels.
        Je n’ai pas de ressenti par rapport à ce qui est en train de se produire au niveau mondial. Je suis juste centrée sur moi et j’ai la conviction que c’est en travaillant sur moi ( comme le dit le Dr Len) que j’aiderai les autres.
        Ne devrais-je pas ressentir tous ces changements qui ont lieu en ce moment?
        Est-ce qu’une montée vibratoire peut se faire sans que l’on ne ressente rien?
        Est-ce que mon ADN peut opérer des changements sans que je le ressente?
        Est-ce que la réponse à ces questions est: Ne te pose plus de questions!
        J’ai aussi une question en ce qui concerne « L’identité ». J’ai le sentiment de ne jamais en avoir eu une. Cela n’a jamais été important pour moi. Bien sûr les autres voient en moi une personnalité, une identité, mais cela ne m’a jamais influencé car au fond de moi j’ai toujours su que je n’était pas ce que les autres percevaient de moi. De ce fait, je n’ai pas perdu mon identité en progressant sur ce chemin. Je ne sais pas si vous comprenez ce que je veux dire?
        Ceci dit, je ne suis qu’exceptionnellement dans les questionnements. Mais il y a tellement de personnes qui vivent cet éveil de façon plutôt « douloureuse » ou au contraire avec des compréhensions fulgurantes que cela à suscité ma curiosité. Tous ces témoignages n’influencent en aucune manière ma façon d’être et de vivre mon retour à l’unicité mais ils aiguisent ma curiosité.
        Peut-être pourrez-vous m’éclairer si vous le jugez utile.
        Voili! Voilou!
        Belle journée Passeur et beaucoup d’Amour à vous et à tous ceux qui peuple cette belle planète bleue.

        • Le Passeur dit :

          Il n’y a pas UN chemin. Et s’il arrive que plusieurs vivent en synchronicité à peu près les mêmes choses, d’autres l’ont parfois vécu des années avant sans savoir alors de quoi il s’agissait, ou le vivront un peu plus tard, mais de toutes façons le vivront peut-être aussi différemment. Le chemin actuel est déterminé par le chemin déjà parcouru, sur plusieurs plans et on va dire sur plusieurs vies. L’essentiel est juste de se sentir clair et juste, bien centré sur son axe. Le moment venu, chacun est toujours au rendez-vous et chacun n’a pas la même chose à faire.

        • Marie-Anne dit :

          Bonjour Li,
          Le Passeur t’a donné The réponse à ton questionnement; donc rien à ajouter, si ce n’est que , pour te rassurer (ou pas? 🙂 ), je vis les choses un peu comme toi!
          A chacun son chemin! c’est le bon! 🙂

          • Li dit :

            Merci Marie-Anne.
            Je dois bien l’avouer, cela me fait plaisir que tu vives les choses « un peu » comme moi!
            Surtout que je les vis assez bien. Mais tout semble un peu au ralenti quand même…!
            C’est doux de pouvoir partager ❣
            Merci encore d’avoir pris le temps de me
            répondre.
            Je t’envoie quelques fleurs et quelques notes de musique de mon jardin intérieur

    • Salvia dit :

      Bonjour François,
      de la fatigue, oui, mais cela ne ma pas inquiété outre mesure. C’est l’époque où les énergies de la Terre commence à remonter. Le printemps d’après le calendrier n’est que pour mars, nous le savons. Mais les énergies, elles se manifestent déjà. On le voit dans le changement des couleurs des arbres pourtant sans feuilles. Un arboriculteur m’a dit il y a quelques jours que si les nuits ne rafraîchissaient pas, ce serait à nouveau une année sans fruits, car la sève monterait alors trop tôt. Ce fut déjà la cas l’année dernière. La Terre reçoit certainement de nouveaux influx et doit, tout comme nous, la végétation et les animaux, apprendre à s’adapter. Il y a quelques jours les oiseaux piaillaient comme au printemps, puis, patatra, aujourd’hui d’énormes chutes de neige les font revenir à leurs mangeoires…
      Cela dit, chaque année, à cette époque, je commence une cure de nettoyage de mon corps, justement pour anticiper ces fatigues classiques.
      Mais je pense qu’il se peut que, en plus de ce cycle, les nouvelles énergies soient plus puissantes actuellement. Raison de plus pour s’alléger de toutes les scories accumulées. Dans la tradition populaire il y a bien l’habitude encore bien ancrée de nettoyer sa maison à l’approche de Pâques. Alors, pour notre corps c’est tout aussi bon 🙂
      Une fois de plus: pas d’inquiétude, mais savoir avec souplesse voguer sur la vague 🙂
      Bonne journée à toi ♥

    • Margelle dit :

      Ben oui… François… j’ai parlé de marécage et de caverne, tout récemment…. ce n’est pas trop nouveau pour moi, mais la notion resurgit là maintenant… je crois bien, et je pense en concordance avec le Passeur, que nous ne pouvons faire l’impasse de nos profondeurs… pour accueillir la vibration qui vient… On ne peut accueillir que ce que dont on est capable… autant rendre le plus possible place nette.. Pour ma part, je ressens fortement cette énergie nouvelle, en même temps que je nettoie mais dans la quiétude… Cela se fait ensemble… Pour toi qui reçois des personnes en demande -si j’ai bien compris- tu dois tout recevoir de plein fouet…
      Amitié

    • Salvia dit :

      Je viens de survoler un autre texte de Bertrand Duhaime, paru aujourd’hui dans la Presse Galactique. Et ce texte me semble plutôt bien répondre aux questionnements de beaucoup d’entre nous.
      http://lapressegalactique.net/2013/02/06/la-nuit-de-lame/

      • Soleil Bleu dit :

        Eh ben ! Je suis skotchée. Un article plein de simplicité authentique et, je trouve, trés réaliste et trés concrêt dans son approche. Il s’aligne avec de nombreuses observations dont je suis témoin en ce moment.
        Merci beaucoup Salvia ♥

      • acacia dit :

        Il est tout à fait éclairant ce texte que tu nous transmets ici, Salvia.
        Je cite ceci :
        « … la Nuit obscure ne représente souvent qu’une période de malaise ou d’inconfort l’invitant à faire des réajustements énergétiques qui ne présentent aucune difficulté particulière. Celui qui s’y prépare consciemment en considérant la relativité des choses, acceptant le changement comme inéluctable, provenant du Mouvement universel éternel, s’adapte assez rapidement au nouvel afflux d’énergie ou de lumière, puisque c’est d’adaptation dont il a besoin pour équilibrer ses polarités et se maintenir en accord avec la progression incessante des énergies subtiles ».
        Maintenant, quand il dit « réajustements énergétiques qui ne présentent aucune difficulté particulière », il semble quand même que nos cellules soient réellement secouées et ça ne se passe pas toujours de façon aussi fluide que nous le souhaiterions 🙂 . Il en parle d’ailleurs en milieu de texte, des cellules en crise réactive.
        C’est bon de lire tout ça, ce texte et les autres proposés ici, d’en intégrer peu à peu le sens… ça aide à cheminer sereinement, sans trop d’à coups ou du moins en en saisissant l’essence.
        Une très lumineuse journée à tous !

    • Stéphanie dit :

      Coucou François,

      Oui, moi je me sens très fatiguée depuis trois jours. Je me sentais agitée hier (mon ego) voulait me replonger dans mes peurs (de la souffrance physique et de la maladie), mais je suis parvenue à le freiner en comprenant qu’il s’agissait d’une vague importante d’énergie comme tu le dis. Ce que dit le Passeur me semble aussi très juste.

    • AlKriS dit :

      Fatigue ENORME depuis un bout de temps déjà (je dirais deux à trois mois) qui vont surement avec la saison, mais à ce point là jamais connu. Je vote aussi pour une hibernation en bonne et due forme ^^
      Par contre rarement été aussi serein de ma vie et aussi peu préoccupé par ce qui se passe tout autour. Je crois qu’il est urgent d’observer avec humilité sans donner de leçon, ni s’opposer. Je crois que dans ces conditions tout glisse. Que s’en est presque culpabilisant (presque ^^)

      • Salvia dit :

        🙂 pour la sérénité… on peut manquer d’énergie et pourtant être parfaitement serein, ce qui est également mon cas. Oui, tout glisse, moi des fois avec 🙂 mais je ne résiste plus, j’accueille. Et d’accord aussi pour l’humilité, merci AlKriS, ainsi tout va bien 🙂

    • Bonsoir
      Je plonge aussi, dans le marécage depuis environ 10 jours. Le tout est de pas s’y embourber. Cela fait partie du nettoyage, comme l’écrit Florence.
      Epuration qui nous est donné par le reçu de l’Energie. C’est bien connu le grand nettoyage fatigue. Besoinde beaucoup de sommeil aussi. Réparateur.

    • Liliane dit :

      En ce qui me concerne, grosse phase d’hibernation depuis 1 mois, avec même une sécheresse inhabituelle nocturne dans la bouche …
      Cette « léthargie » semble corresponde aux influences cosmiques, en lien évidemment à mon thème personnel, chacun vivant ce qu’il a à vivre au moment adéquat.
      Ce matin, me suis réveillée toute pleine de gratitude envers l’Univers et je sens que le réveil s’amorce …
      En même temps, cette période d’apparente inertie m’a permis de me connecter plus profondément à mon féminin, dans l’humilité des taches simples, à m’occuper simplement de la propreté de cette maison qui n’est pas la mienne, que je garde actuellement, et des animaux (chats, poules) qui en sont partie intégrante et au combien importants.
      Et de participer ainsi au bien-être du Vivant m’est source de joie incommensurable.
      A venir ? …à suivre !

    • acacia dit :

      Que je suis contente de vous lire ! 🙂
      Depuis quelques mois, mais ces dernières semaines voient nettement empirer le phénomène, je suis modérément satisfaite de mon véhicule… il commence les journées sans véritable élan, en plein après-midi il freine déjà, et dès la tombée de la nuit il réclame son petit garage !
      Heureusement le moral n’est pas atteint, même si parfois lui aussi subit le contre-coup des fatigues du véhicule physique : il se met à soupirer bêtement que vivement les vacances et tout ça, pas réaliste pour un sou.
      J’aspirerais à un rythme plus en accord avec les nécessités provoquées par les nouvelles énergies ( et que le mot énergie paraît impropre quand on se sent en état de quasi léthargie !).
      Alors bon, j’en suis arrivée à une conclusion valable au moins pour aujourd’hui :garde encore un peu les mains sur le volant, ma fille, et parallèlement accueille ce qui vient, pas forcément compréhensible mais nettement perceptible – les effets des éruptions solaires, les changements magnétiques, l’accélération des fréquences de résonance de la Terre… puisque tout est vibration et que ça vibre de plus en plus fort et ça se ressent !
      On est là pour intégrer tout ça, n’est-ce pas ?
      Tout va se faire en son temps, au bon moment et de la bonne manière.
      Pour moi, pour nous, pour tous.
      Et puis n’oublions pas les vibrations qui donnent tonus et bien-être ! La beauté des grands nuages de vent, le souffle des musiques, les sourires partagés, l’harmonie des tendresses vécues… et tant d’autres belles et bonnes vibrations qui soutiennent le cœur et développent sa force d’accueil !
      Oh mon dieu ! il est presque vingt et une heures ! je vais me coucher.
      Bonne nuit reposante à tout le monde ♥♥♥

      • François dit :

        MERCI à toutes et tous de vos réponses 🙂 ♥

        Pour ma part je navigue entre moments de paix jamais connus jusque là , une sérénité, une joie de vivre au goût de ciel et…. …. des moments de grandes et profondes perturbations.
        Je me demandais s’il y avait des épargnés de la rectification que nous sommes ‘invités’ (hum…) à vivre et dans quelle mesure nous étions concernés en fonction de notre niveau de conscience si j’ose m’exprimer ainsi et sans comparaison aucune. Je constate que c’est chacun sa dose et chacun à sa façon.
        De ce que j’observe chez moi et chez celles et ceux que je rencontre , c’est qu’il nous est demandé un nettoyage de fond. C’est comme la grande poutse de printemps de la nouvelle ère, c’est le fond en comble de notre temple (physique) et aussi de nos émotions, croyances, choix. Tout est en permanence remis sur l’établi tant que le réglage n’est pas en conformité avec qui nous sommes. Perso mes moments de fatigue voire de lassitude quelques fois viennent du rythme effréné de ces changements et du volume de ce qu’il y a à ‘lumièriser’ si j’ose dire. Plus aucune résistance n’est acceptée. Depuis quelques semaines j’ai l’impression d’être devenu un clignotant…. allumé, éteint, allumé, éteint…. 🙂 ouf….
        Mais pour être honnête jusqu’au bout, la courbe générale de ma joie de vivre monte de façon exponentielle et me donne même quelques fois le vertige. En revanche c’est devenu quasi impossible de prévoir quoi que ce soit. Je n’ai d’autres choix que de m’adapter en permanence à ce que la vie me présente dans l’instant. C’est comme si ma capacité a créer grandissante ne pouvait exister que dans l’espace libéré des mes peurs viscérales anciennes. La lumière n’entre que dans les endroits que j’ai, en conscience, transformés en ‘nouveau terrain de jeu’ ouvert, porteur de vie et prêt à être ensemencés des graines de mon acceptation à m’offrir corps et âme à l’univers dans une totale confiance que le ciel et la terre m’aiment.
        Je suis tellement heureux et reconnaissant d’être là en cette époque divinement bouleversante, quelle chance de vivre tout ça.

        Merci à toutes et tous d’être là, les témoins et acteurs du changement qui nous rends beaux, vivants, vibrants et souriants du cœur. Permettez moi de vous dire mon Amour.

        • graffitique dit :

          Merci à toi François, c’est aussi ce qui se passe là, et l’unité devient presque tangible : sa différenciation formelle en est l’expression.
          Pour qui aime les bredouillages de la science, (celle qui apprécie le doute créateur) il y a ici des textes assez intéressants. (le menu est à gauche)
          http://www.doublecause.net/index.php?page=theorie.htm

          • Marie-Anne dit :

            Oui, Graffitique, j’ai lu quelques textes, et tout cela semble prometteur.
            Je remarque de belles avancées de la « Science » vers la « Spiritualité », même si certains pas ne sont pas encore tout à fait franchis, bien sûr; mais ça vient car la porte s’ouvre et bientôt Science et Amour( Lumière/ Conscience) se rejoindront!

            En tous cas, merci pour le lien: je lirai le reste à tête reposée!

          • graffitique dit :

            Il me semble, Marie-Anne, que « le petit ruisseau devient rivière et torrent », et qu’aucun barrage ne saurait désormais en arrêter ou détourner le cours.
            Peut-être que le « 100 ème singe » en train de dire son mot, provoquant un changement massif…

        • Cécile dit :

          Oui, François, c’est exactement ça : la résistance n’est plus possible. La planification non plus. Ce n’est plus un temps pour se battre, mais un temps pour être présent, vigilant, confiant malgré le chaos qui peut se manifester sous forme de souffrances physiques ou émotionnelles. C’est un passage, un état intermédiaire. Essayons de le vivre en conscience, autant que possible… Il n’y a rien d’autre à faire, me semble-t-il. Tout est là. Tout est déjà là.

          • Margelle dit :

            Oui, Cécile, c’est exactement cela ! ♪:-)♫☼

          • Margelle dit :

            mais un peu raté !! je recommence : ♪ 🙂 ♫☼

          • Cécile dit :

            Si, si, Margelle, c’était parfait !

          • Margelle dit :

            Mais non, Cécile, ce n’était pas parfait, mais c’était très bien quand même !! 🙂
            Sais-tu que dans mon approche de l’acceptation, l’accueil et l’amour de soi, de moi, de l’autre, il rentre tout à fait la possibilité de l’imparfait… pour ne pas nier ce qui est… mais l’aimer comme il est… c’est ça l’amour, je crois… plus que le parfait et le plus que parfait… trop facile…. même si je l’accepte également, pourquoi pas ? puisqu’il est !
            Je ressens quelque chose d’énorme qui se dévoile à ce sujet, et c’est un vrai plaisir… Comme une détente à laisser vivre dans la présence à soi, et un peu à l’autre aussi !!
            Je t’embrasse ♫♪

    • Cécile dit :

      François,

      Je pense que ton observation est tout à fait juste. En quelques mots, je que je peux en dire à titre personnel :

      Pour le plongeon dans le marécage, c’est exactement ça. Grosses remontées ces jours-ci de mémoires anciennes, douloureuses, avec l’état émotionnel qui va avec : tristesse, anxiété, solitude, sentiment d’abandon et de trahison, et j’en passe. Des souvenirs flous se manifestent, me montrant fugitivement des scènes de torture et de claustration (pas très joyeux, je sais…).

      J’arrive à regarder cela sans m’y identifier, mais cela demande de la vigilance. J’en profite pour remercier Pierrot qui nous a donné le lien vers le site de Bodhiyuga, dont les textes et les méditations guidées m’accompagnent avec efficacité.

      Je note aussi que c’est mon corps qui a déclenché tout cela en me plaçant dans une situation « analogue » à ces mémoires : par des soins dentaires urgents et physiquement douloureux, alors que des examens relativement récents indiquaient que tout allait bien…

      En même temps, comme je suis dans une période où mes croyances et automatismes me sautent aux yeux, j’ai la possibilité de transformer tout cela. Et grâce aux textes de Bodhiyuga, je comprends aussi l’importance de ma parole, de ma petite voix intérieure, dans l’élaboration de ma réalité. Bref, la vie m’apporte sur un même plateau le « problème » et la « solution » (presque au sens scolaire du terme, mais la vie n’est-elle pas une école ?)

      Bon, je sais que tout cela se manifeste pour que je le regarde avec amour et que je m’en déleste, donc j’arrive tout de même à ne pas me laisser entraîner vers le fond du marécage. Comme je le disais il y a quelques temps, c’est le bon moment pour apprendre à faire la planche…

      Pour ta seconde question, je vois en lisant les commentaires ci-dessus que je ne suis pas la seule à le vivre : j’ai moi aussi une furieuse envie d’hiberner !

      Bref, tout cela fait beaucoup de choses à gérer en même temps : vieilles mémoires, compréhensions nouvelles, épuisement nerveux de la douleur physique, fatigue propre à ce mois de février. Ce qui explique sans doute l’impression dominante de la période : une certaine confusion, et la nécessité impérative de vivre chaque chose au jour le jour, dans l’instant, sans penser à ce qui viendra demain (de toute façon, j’en serais bien incapable).

      Un dernier point concernant ce que tu dis, Salvia : « Le printemps d’après le calendrier n’est que pour mars, nous le savons ».
      En fait, ce calendrier officiel est erroné. L’équinoxe du 21 mars, date où jours et nuits sont d’égale longueur, marque le milieu et non le début du printemps. Le printemps commence six semaines plus tôt, soit… à peu près aujourd’hui, le 7 février, si mes calculs sont exacts.

      Je précise que, sans être parano, je ne serais pas étonnée que cette « erreur » du calendrier soit intentionnelle. Décaler artificiellement les dates : voilà-t-y pas une méthode subtile mais efficace pour désaligner le bon peuple des rythmes naturels de Gaia ?

      Allez, joyeux printemps à tous !

      • François dit :

        Coucou Cécile,
        D’expérience chaque fois que j’ai affaire à mes dents alors qu’à-priori tout va bien, ça concerne le génétique. Rapport aux parents ou enfants (vieilleries émotionnelles pas réglées). Peut-être que ça résonne….. ou pas….
        Et joyeux printemps à toi 🙂

        • Cécile dit :

          Tu m’étonnes que ça résonne ! L’assistante de la dentiste m’a même dit, en faisant mine de se fâcher, « Ah, vous avez de solides racines, Madame ! », parce que la dentiste n’arrivait pas à enlever entièrement ma dent.
          Donc, des vieilleries émotionnelles, c’est bien le mot, et qui concernent mes racines…
          Grand merci à toi François de ces éclairages, je verrai bien où ils me mènent.

      • Salvia dit :

        Cécile,
        merci pour ta précision concernant le début du printemps. Je suis de ton avis en ce qui concerne tes soupçons … Ces mensonges ne datent pas d’hier, loin s’en faut! Ce sont des techniques millénaires, à nous de ne plus nous laisser berner 🙂

      • Tchunka dit :

        Cécile,
        J’aime cette idée du printemps à cheval sur l’équinoxe. En ce moment le soleil brille, les oiseaux chantent et virevoltent, la nature s’éveille. Je pense à toi, à ce printemps retrouvé !
        Pour tes dents (racines) fais toi confiance, n’oublie pas que tu as le contrôle sur toi-même. Un petit élixir d’améthyste et beaucoup d’intention que tout va bien devraient t’aider.
        Bonne journée belle libellule !

        • Cécile dit :

          Eh bien, ma belle Tchunka, figure-toi que mon élixir éthérique d’améthyste m’a fait un bien extraordinaire ! Pas de douleurs pendant douze heures d’affilée, ce qui ne m’était pas arrivé depuis dix jours. Pour dire la vérité, je n’ai commencé à y croire vraiment qu’après en avoir ressenti les bienfaits. Merci de tes encouragements !
          (Non, cher Thau, je ne connais pas sa composition chimique, désolée ! Je suppose que le fameux effet placebo a joué, mais je n’ai rien contre, si cela peut m’aider…)

          • Tchunka dit :

            Ce que tu viens d’écrire me fait très plaisir.
            Peu importe si certains appellent cela un effet placebo, l’essentiel est que tu y crois ! La foi déplace les montages !!! Un élixir éthérique maison agit dans ta réalité, tu as trouvé par toi-même, par ton intention un moyen de mieux vivre ce passage 

          • Marie-Anne dit :

            Superbe , ta jolie libellule , Cécile: on dirait une messagère élégante et délicate de la pérennité divine! (j’en deviens poète!);

            Et décidément étonnante cette histoire de dents et d’améthyste, puisque sans rien savoir de ton problème de dents et de l’élixir d’améthyste, j’ai fait (comme je l’ai raconté à certaines) , vendredi, un rêve où je récupérais, sous la forme de superbes améthystes limpides, mes 2 canines du haut qui étaient tombées spontanément l’une après l’autre , et où, après un passage obligatoire chez 2 dentistes « banals », l’un correct, l’autre en-dessous de tout, je m’apprêtais à me les faire replacer correctement par the Dentiste , le Grand Patron en ce domaine!
            Et le pape qui démissionne ! (désolée, ça tombe comme un cheveu dans la soupe, mais je sens que c’est ce je dois écrire!).

            Là-dessus, je vous embrasse les filles – et les garçons aussi, bien sûr 🙂 ), et bons soins à toi, chère Cécile

  14. Jonas 27 dit :

    Moi ,je l ai dit a plusieur reprise.Je ne crois pas ((((je sais)))).Puis-je le prouver ((((oui))))Comment est-ce possible .Demande a dieu de te redonner la foi et il le fera ,quelque sois ta facon de vouloir voir les choses ,il s adaptera ,si tu le souhaite vraiment ((((((SI TU LE SOUHAITE VRAIMENT)))))

  15. Seselwas dit :

    Superbe texte!
    La parole est d’argent
    Le silence est d’or……
    Merci Le Passeur.

  16. Mj auer dit :

    J ai la preuve que ce site m inspire chaque jour. Merci Passeur et toutes les personnes qui commentent, tiens et meme ceux qui restent dans le silence .

  17. François dit :

    Je ne me sens pas concerné par ce mot ‘preuve’, néanmoins si je devais le considérer un instant je dirais que la plus belle preuve d’Amour est d’accepter l’autre tel qu’il est.

    A part ça, je ne connais pas l’histoire du Taj mahal mais ça me semble plutôt être une tentative de déculpabilisation que de l’amour non ?

  18. Thau dit :

    A propos d’existence de preuve: voici une belle preuve de « kolossal » trouille face aux changements qui arrivent…malgré le ton posé on la sent nettement affleurer dans cette entretien (et se généraliser chez les CEO des grands groupes de taille mondiale): comment faire prospérer tout ce que nous avons construit (et que nous voulons développer)…si l’humanité ne pense plus comme nous?
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Q86rClH5WJs
    Bon visionnage

  19. alain thomas dit :

    Je trouve ce texte lumineux.

    Il n’est de vérité que la preuve de son contraire dans une infinité d’assertions.

    Au cœur de son texte, il dit ceci :
    « Agir sans preuve exige un acte de foi, mais, sans la foi, rien ne peut se produire. C’est la bougie d’allumage de toute manifestation. »

    Et voilà… l’unique certitude… sans cause… mystère du battement de Cœur.

    • Salvia dit :

      Merci Alain Thomas pour cette phrase que tu as recopiée, elle m’avait également interpellé 🙂
      Je rajouterai une petite histoire que me racontait ma mère: « un missionnaire fut envoyé en pays lointain pour convertir les incroyants. On lui interdit cependant de parler une seule fois de la Bible, de Jésus, etc., mais par contre de mener une vie digne des évangiles. Ce qu’il fit. Il mourut après avoir de son mieux suivit les ordres reçus. On envoya un autre missionnaire, cette fois, avec l’ordre de parler de la vie de Jésus. Lorsqu’il commença son enseignement, les personnes qui l’écoutaient, s’écrièrent: « mais nous le connaissons! Il a vécu parmi nous durant de longues années! »

      • Salvia dit :

        … j’ai mal relu mon histoire, dans la phrase « On lui interdit cependant de parler une seule fois de la Bible, de Jésus, etc., mais par contre de mener une vie digne des évangiles. », il faut rajouter « mais par contre on lui ordonna de mener… », sinon cette histoire n’a pas de sens…

  20. CB dit :

    Les grues (ou les oies) sont passées au dessus de ma tête hier, et cela m’a mis en joie. Je leur ai souhaité de la force pour la route qui leur reste à faire. Elles étaient plus nombreuses que l’an passée. Savoir tout le chemin parcouru, d’heures de vol dans les ailes… respect.
    C’est à chaque fois un énorme « bond dans le coeur » que de les entendre arrivées au loin et passer en un V sinueux et ondulant.
    Le souffle de l’air devient vraiment doux devant ce spectacle.
    Ne les manquez pas si vous le pouvez, sortez, regardez, ça fait vraiment du bien.

    • Thau dit :

      Je parie pour des oies sauvages (bcp moins rares). Je ne connais pas ton age CB mais ça me rappelle une vieille chanson de M. Delpech « …et soudain j’ai vu, passer les oies sauvages, elles s’en allaient vers le midi , la méditerranée….etc…) Bon en ce moment c’est sens inverse, mais bon…
      Merci pour l’info, j’apprécie.

      • CB dit :

        merci Thau
        alors… cette « vieille » chanson donne l’âge de qui finalement ?
        Oui, je la connais, et je connais plein d’autres vieilles choses aussi.

        Après recherche pour m’assurer de la réponse, je crois pouvoir dire que ce sont des grues, peut-être cendrées même. Mais je n’ai aucune connaissance sur le sujet.
        http://champagne-ardenne.lpo.fr/grues/point_sur_la_migration.htm

        Et j’en profite Thau pour te remercier des vidéos que tu trouves car elles sortent un peu des sentiers battus.

        Belle soirée à toutes celles et ceux qui rêvent de couettes, de hamac reposant ou de s’allonger sur la moquette du bureau entre deux rendez-vous, histoire de piquer un petit roupillon…
        La vie comme on aspire, la vie comme on respire. *.*

  21. Margelle dit :

    Cette fois c’est bien, parce qu’avec ce texte je ne vais pas trop m’exprimer !! 🙂

  22. Louise dit :

    Bonjour,

    J’ai regardé le film Kymatica hier sur ce site, je vous invite tous à le visionner. Les messages contenus dans ce film visent à libérer l’humanité de la prison dans laquelle elle s’est enfermée en adoptant une attitude de victime qui la maintien à un niveau d’expérience rempli de peur et de frustration.

    L’information présente dans ce film mènera tous ceux qui le regardent avec un esprit ouvert, à la découverte de la vérité sur leur identité et leur vrai nature….

    http://pasdesecretentrenous.blogspot.fr/

  23. Marie-Anne dit :

    Excellent texte, merci Passeur

    • acacia dit :

      Je pensais, Marie-Anne, que tu nous aurais retranscrit ici la petite fable que tu m’as fait connaître et qui correspond très bien, en partie du moins, au sujet de ce texte.
      Si tu veux bien (… politesse de pure rhétorique puisqu’en fait tu ne peux pas me répondre dans l’instant… ) je la transmets à tous :

      « Dans le ventre d’une mère.

      Deux bébé discutent.
      – Bébé 1 : Et toi, tu crois à la vie après l’accouchement ?
      – Bébé 2 : Bien sûr. C’est évident que la vie après l’accouchement existe. Nous sommes ici pour devenir forts et nous préparer pour ce qui nous attend après.
      – Bébé 1: Pffff… tout ça, c’est insensé. Il n’y a rien après l’accouchement ! A quoi ressemblerait une vie hors du ventre ?
      – Bébé 2 : Eh bien, il y a beaucoup d’histoires à propos de « l’autre côté »… On dit que, là-bas, il y a beaucoup de lumière, beaucoup de joie et d’émotions, des milliers de choses à vivre… Par exemple, il paraît que là-bas on va manger avec notre bouche.
      – Bébé 1 : Mais c’est n’importe quoi ! Nous avons notre cordon ombilical et c’est ça qui nous nourrit. Tout le monde le sait. On ne se nourrit pas par la bouche ! Et, bien sûr, il n’y a jamais eu de revenant de cette autre vie… donc, tout ça, ce sont des histoires de personnes naïves. La vie se termine tout simplement à l’accouchement. C’est comme ça, il faut l’accepter.
      – Bébé 2 : Et bien, permet moi de penser autrement. C’est sûr, je ne sais pas exactement à quoi cette vie après l’accouchement va ressembler, et je ne pourrais rien te prouver. Mais j’aime croire que, dans la vie qui vient, nous verrons notre maman et elle prendra soin de nous.
      -Bébé 1 : « Maman » ? Tu veux dire que tu crois en « maman » ??? Ah ! Et où se trouve-t-elle ?
      -Bébé 2 : Mais partout, tu vois bien ! Elle est partout, autour de nous ! Nous sommes faits d’elle et c’est grâce à elle que nous vivons. Sans elle, nous ne serions pas là.
      -Bébé 1 : C’est absurde ! Je n’ai jamais vu aucune maman donc c’est évident quelle n’existe pas.
      -Bébé 2 : Je ne suis pas d’accord, ça c’est ton point de vue. Car, parfois lorsque tout devient calme, on peut entendre quand elle chante… On peut sentir quand elle caresse
      notre monde… Je suis certain que notre Vraie vie va commencer après l’accouchement… »
      etc…

      Quant aux « preuves » elles ressemblent bien souvent à des béquilles par lesquelles on cherche à assurer une marche dont on n’est probablement pas si sûr. Le jour où on réalise que ces béquilles ne sont qu’illusion… soit on apprend à marcher seul soit on se casse la figure – ce qui est aussi plein d’enseignement !

      • acacia dit :

        Je voulais rajouter, à propos de l’excellente preuve d’amour de l’empereur mongol, qu’à mon avis de femme une belle preuve d’amour de sa part eût pu consister à éviter à son épouse quatorze grossesses ! « Les actes valent mieux que les discussions » a dû se dire l’empereur, dont les démonstrations n’ont rien eu d’évasif, et hop !…ah zut… elle en est morte…

      • graffitique dit :

        Ce débat télépathique de bébés métaphysiciens est de très belle facture, merci 🙂

      • Marie-Anne dit :

        Oui, Acacia, je veux bien 🙂
        Tu as raison, cette petite fable que m’a envoyée mon amie Pascale Arcan illustre bien une part de ce texte de Bertrand Duhaime.

        PS: j’ai adoré ton commentaire sur la preuve d’amour de l’empereur mongol : à mon avis, si l’auteur de ce texte sur l’existence de la preuve avait été une femme, elle aurait trouvé un autre exemple de preuve d’amour et d’illustration du fait que « les actes valent mieux que les discussions et les tentatives évasives de démonstration »; mais bon, soyons indulgentes avec ces messieurs; et puis, tout le reste du texte est excellent, donc…
        Je t’embrasse! ♥

  24. pierrot dit :

    Sublime et c’est pour ça qu’en Mathématiques il y a les axiomes (vérités indémontrables) et les théorèmes (proposition qui peut être mathématiquement démontrée) reposent sur des axiomes, donc qui est établi comme vrai d’après un raisonnement logique construit à partir d’axiomes.
    CQFD
    🙂

    • Tchunka dit :

      Merci Pierrot !

      Bien malin celui qui veut tout démontrer par A+B…
      De nos jours on pourrait dire, bien « ancien schéma de pensée » celui qui veut tout démontrer par A+B…

      Lorsque la science aura compris qu’avec le cœur spirituel, les connaissances affluent et n’ont nul besoin d’être démontrées parce qu’elles deviennent évidences, alors notre société aura fait un grand pas !

  25. alain thomas dit :

    Bonjour Passeur,
    En réponse à Thau sur une autre page, tu avais déjà évoqué ce texte (L’existence de la preuve) en disant que tu le publierais probablement.
    Je l’avais donc déjà lu et apprécié.
    Délicieux texte plein de sagesse de cet artisan de Lumière inspiré par son Maître spirituel (Douragananda ?)

    Réflexion de Douraganandâ

    « Dans ma Voie spirituelle, mon Maître spirituel m’a appris que l’être humain représente une Étincelle divine qui s’incarne, donc qui s’enfonce dans la dualité, afin d’explorer les extrêmes des deux aspects de la polarité cosmique.

    À ce niveau contingent de la densité, à force d’Amour pur, il finit par former sa Sagesse et par trouver le Juste Milieu, donc l’Équilibre requis, de manière à s’extraire de la Roue des incarnations successives. Mais il semblerait que, avant de s’incarner, chaque âme passe des contrats avec diverses autres entités en instance d’incarnation, les appelant à jouer un rôle négatif ou un rôle positif (et toutes les nuances intermédiaires), conformément aux aspects de la vie et des principes de la Loi unique ou cosmique qu’elle veut explorer ou maîtriser.

    Ainsi, dans cette conception, cette âme se retrouve entourée, à cette fin, et dès sa naissance, de l’un et l’autre qui n’ont pas d’autre rôle ou fonction que de l’aider à respecter son plan de vie et à se rapprocher de son But ultime.

    Les auxiliaires négatifs l’aident à développer ses forces latentes tandis que les auxiliaires positifs la soutiennent dans les moments difficiles.

    Ainsi, puisque la Causalité ne vise jamais à punir un être, mais à lui faire comprendre un principe de la Loi divine, en se répercutant au moment le plus opportun, dès qu’une leçon est comprise, son auxiliaire négatif se transmue en ami ou disparaît, puisqu’il n’a plus de fonction à jouer dans sa vie.

    Et mon Instructeur m’a assuré que lors de la session des choix, avant de naître, nous choisissions ceux qui devront agir comme nos ennemis apparents les plus coriaces et les plus zélés dans la gamme des âmes les plus en affinités avec nous, parce que c’est à elles qu’il nous sera le plus facile de pardonner, lors des retrouvailles au-delà de la trame des illusions.

    Dans cette perspective, tous les gens qui nous entourent deviennent simplement des émissaires divins qui, par contrat, aident une Étincelle divine à prendre son expansion sur la Voie de l’Évolution. De ces explications de mon Guide, j’ai tiré la conviction que toutes les situations difficiles à vivre, au niveau de la matérialité, résulteraient donc d’un simple choix expérientiel ou, autrement dit, d’éléments relevant d’un contrat de vie librement établi devant les Maîtres du Karma.

    D’ailleurs, il semble que le rôle des Maîtres du Karma, lors de la fixation de notre plan de vie, consiste davantage à nous rappeler les conséquences des choix que nous faisons en leur présence, pour nous éviter de surcharger notre vie en incarnation, parce que nous sommes plus durs avec nous-mêmes qu’eux.

    Il paraît que, pour une entité perfectionniste, il lui est plus facile de pardonner aux autres que de se pardonner à elle-même.

    Dans l’Amour qui est l’Énergie unique et la Lumière de Vie en provenance de la Source suprême ».

  26. Aiouch dit :

    Bonjour,

    L’existence de la preuve est un sujet qui nous suit souvent depuis notre plus jeune age.
    Je me souviens, encore enfant discutant avec mes parents au sujet des religions, l’existence de Dieu et de toutes ces choses immatérielles qu’un enfant commence à se poser.
    Ils me répondaient que la FOI n’a besoin d’aucune preuve, et cette réponse même si elle suscitait en moi une légère réticence car je voulais comprendre de manière « rationnelle », me convenait sans savoir pourquoi. Cette absence de preuve concernant la Foi, me semblait et me semble juste tout simplement.
    Il y a de nombreux domaines ou l’existence de la preuve est recherchée, comme la Mathématique, où l’on utilise toutes sortes d’outils, axiomes, définitions etc. … pour démontrer une formule; ces définitions et axiomes ne sont pas remis en question, on les prend pour acquis. Mais qu’en est il vraiment de leur véracité ? Je n’ai pas la réponse et pourtant je pense que la mathématique, inspire quelque chose de Vraie.

    Merci pour cette article de Bertrand Duhaime, qui nourrit l’esprit,

    Bonne journée,
    Taoufiq

  27. graffitique dit :

    Ah c’est une bonne chose que d’avoir publié cet article ici, plein pot.
    Il aurait encore un prolongement … 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *