Transcender la peur de la mort

Peinture de Zdzislaw BeksinskiCet article de Sand et Jenaël va peut-être en dérouter quelques uns en ceci qu’il aborde la manière assez technique dont un être naît et meurt, ou plutôt devrais-je dire s’incarne et se désincarne. L’important est moins de comprendre que de laisser faire en soi, puis éventuellement de relire une fois digérées les premières impressions, fussent-elles de rejet, ceci participant de l’activation des ressources internes propres au retour de notre maîtrise.

A ceux qui disent que tout cela n’a pas d’importance, que seul compte le cœur, je répondrai qu’il ne faut pas pour autant négliger l’ascension du mental vers le mental supérieur. Et que pour l’aider il est utile de lui donner matière à élargir sa vision.

L’article ci-dessous fait suite aux ‘Prémices du basculement’ 1 & 2 dans lesquels vous trouverez quelques préalables à celui-ci si vous ne les avez pas lus.

Le Passeur.

Par Sand et Jenaël.

Dialogue avec mon Ange du 11.02.2013 (3ème partie)

L’ange me disait dans la 2e partie :

Alors vous pouvez comprendre que la vie comme la mort sont simplement une « prison conceptuelle » conçue et engendrée en permanence par vos croyances…

Dans cette 3e partie des dialogues, l’Ange nous propose d’aborder le thème de la mort, un sujet difficile, souvent tabou et rejeté par notre société dite « évoluée ».
Certaines ethnies sur Terre, ont une vision totalement opposée à la nôtre. Cela démontre bien que le regard porté sur le processus de décès est lié uniquement à des croyances culturelles.

Comme l’Ange l’exprimera plus loin, la peur de la mort limite l’humain dans son évolution. En cette période de transition, il est extrêmement important d’éclairer ce sujet.
Le travail que nous avons entrepris pour l’expliquer, provient surtout des expériences de la multidimensionnalité « Jenaël » qui a vécu un processus de « walk-in » à l’âge de 14 ans, ayant probablement pour origine temporelle son incarnation cathare.
De même, les visions de son exécution d’une balle dans la tête vers la fin de la seconde guerre mondiale ont permis de parler de cette expérience et éclairer le rôle de la glande pinéale.

L’Ange, en tant que la conscience multidimensionnelle qui génère les visions de Jenaël, a permis une compréhension assez éclairée du phénomène de la mort. Cependant, il est très difficile de retranscrire avec des mots des concepts qui ne font pas partie de notre monde physique de 3e/4e dimension-densité. Même s’il utilise des termes techniques, ce texte ne comporte pas de données scientifiques rationnelles, il ne traduit que nos propres visions, compréhensions et ressentis.

Cet écrit, nous (Sand et Jenaël) le rédigeons dans l’énergie de l’instant présent. Nous ne savons jamais où l’Ange va nous mener…

Il y a quelques jours, Sand a touché le fond d’elle-même durant près de 48h, un état de déprime extrêmement profond. Les synchronicités que nous avons pu observer nous ont laissé stupéfaits, car nous avons appris à ce même moment où nous écrivions, le départ d’un ami proche dans l’au-delà. Le lendemain, lors d’une pause-promenade, cet ami s’est manifesté à nous, à travers des flashs/visions rapides, près de l’endroit où il avait séjourné l’été dernier.

Dès cet instant, l’état d’abandon de Sand, lui a permis de conscientiser et surtout d’intégrer la peur primaire de la mort. Jusqu’à ce jour, même si sa conscience multidimensionnelle est déjà très présente, les mémoires cellulaires du moment de ce « passage vers l’au-delà » n’avaient pas encore émergé.

Durant un certain temps, la rédaction de ce texte l’a beaucoup perturbée. Cependant, le processus d’acceptation s’est réalisé « comme par magie ». Ce qui lui paraissait difficile et dense à rédiger s’est littéralement transformé en une joie de pouvoir l’exprimer.

Alors voici la suite …

Question à mon ange : Le sujet de la mort est-il important ?

Peinture de Zdzislaw BeksinskiL’acceptation  de la mort fait partie du processus du changement de conscience de l’humain et donc de son ascension vers les dimensions supérieures.

Dans la psyché humaine de 3e densité, la mort était un processus tabou, un verrou traumatique ayant engendré la peur de cet au-delà, du non visible que vous ne pouviez toucher tant que vous étiez limités par vos croyances. Souvent, certaines circonstances de décès ont induit dans votre psyché des traumatismes qui ont configuré vos croyances, qui se sont répétées tout au long de vos incarnations.

Votre perception de la mort était dûe à un schéma inconscient de la pensée qui était intrinsèquement relié aux ressentis de la densité du corps physique.
A partir du moment où l’âme habite un corps, elle s’identifie à ce corps. C’est le « JEU » du « JE » qui n’est autre que le jeu de l’incarnation, le jeu de l’oubli.

L’humanité moderne, au fur et à mesure de son évolution (ou devrait-on dire plutôt sa régression ou sa chute) a appris à en avoir peur.
L’incarnation en 3e densité contenait donc pour ainsi dire dans son ADN « un programme par défaut » générant un état de « non-conscience ».

Par des schémas de pensées provenant de l’egrégore des croyances de votre société, l’illusion de 3e dimension masquait pour ainsi dire la non-conscience ou « l’oubli multidimensionnel ». Cette amnésie multidimensionnelle se manifestait exactement de la même façon sur toutes les lignes temporelles sur lesquelles vous expérimentiez l’oubli.

Par exemple, les époques Essénienne et Cathare qui parlent à beaucoup de lecteurs, correspondent à des lignes temporelles différentes, donc se déroulent à des fréquences électromagnétiques différentes. Elles sont en « réalité » un seul moment présent superposé à celui que vous vivez en ce moment même.

La perception du temps à ces différentes époques se manifeste dans la conscience de chacun de vos véhicules physiques simultanément, y-compris celle de votre présent actuel. Sauf que vous y  portez des costumes différents et que ces époques sont séparées par une « zone astrale ». Cette zone correspond à un champ magnétiquement inversé par rapport à vos corps physiques.

Ainsi, le corps astral est une réplique immatérielle, un corps d’éther inverse à la polarité du corps physique. Ce corps astral navigue entre les dimensions densifiées en votre corps grâce à un phénomène semblable à la piézoélectricité, par l’intermédiaire de la glande pinéale. De ce fait, vos apparences physiques peuvent être similaires lors de vos différentes incarnations. Vous pouvez dors et déjà comprendre pourquoi lorsque vous rencontrez certaines personnes, celles-ci vous paraissent très familières.

Question à mon ange : L’humain lorsqu’il aura changé de plan de conscience, arrivera-t’il aussi à appréhender la mort autrement ?

Effectivement, « la loi de cause à effet » et la science quantique le démontrent bien.

Lorsque vous donnez de la force à une croyance ou alimentez une peur, celle-ci se manifeste inéluctablement dans le champ de votre création, de votre Monde.

Ainsi en 3e dimension/densité, le décès est généralement interprété comme un accident de la vie ou une fatalité. Si vous avez peur de mourir, vous manifestez alors cette peur dans votre vie et effectivement la mort vous « surprendra » un jour ou l’autre.

En 4e dimension/densité, lorsque le champ unifié de conscience devient effectif, l’approche de la mort peut être ressentie par le corps et la conscience. Cela signifie que la mort est pressentie par une personne et qu’elle est capable de l’appréhender dans la sérénité. C’est le cas par exemple pour les chamanes amérindiens qui quittaient la tribu lorsqu’ils sentaient la mort approcher.

A partir de la 5eme densité, la mort devient une option consciente. Vous pourrez décider d’arrêter l’expérience avec votre corps physique quand vous en ressentirez la nécessité. Cette possibilité sera en accord avec la conscience supérieure qui vous habite.
Actuellement, certains ayant déjà transcendé cette peur ont choisi en toute conscience de laisser leur corps.

Question à mon ange : Alors comment se passe le passage vers l’Au-delà ?

Durant le processus de décès, l’illusion générée par le mental/cerveau ne disparaît que lorsque les sensations rattachées au corps physique disparaissent. Tant que cet attachement au corps persiste, la croyance de l’âme perdure aussi.

Ces sensations sont liées aux fonctions du complexe pinéale-pituitaire et du maintien du champ magnétique dans lequel les fonctions de la pinéale restent effectives (la médecine attribue à l’hypothalamus la fonction d’interface entre la pinéale et la pituitaire).
Tant que le « liquide » dans la pinéale reste en « suspend  dans sa cavité magnétiquement nulle » et que la géométrie sacrée du crâne n’est pas endommagée, l’activité de celle-ci est prolongée. Ce qui signifie qu’aussi longtemps que le corps et principalement le crâne sont maintenus irrigués et hydratés, la pinéale peut encore « jouer » son rôle de porte des étoiles.

Il est ainsi aisé de comprendre pourquoi, même après un encéphalogramme plat de longue durée, les individus qui réintègrent leur corps après une expérience de mort imminente (NDE) ont conscience de tout ce qui s’est passé lors de leur expérience.

Lorsque l’activé électrique du cerveau est complètement nulle depuis un certain temps (selon les circonstances de la mort) ou que l’intégrité de la boîte crânienne est atteinte, la neutralité du champ magnétique de la pinéale diminue graduellement jusqu’à se rompre, pour devenir définitive et irréversible.

Certaines traditions interprètent ce phénomène par le mythe du « cordon d’argent ». Sa rupture correspond à l’arrêt des fonctions de la pinéale. C’est pour cette raison que traditionnellement, le corps du défunt restait mis en bière au minimum trois jours après le décès (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui).

Peinture de Leonora CarringtonComme de leur vivant, les défunts restent attachés à leurs croyances associées au treillis vibratoire aussi longtemps que la pinéale reste en activité après le décès.
Ce phénomène donne l’illusion au défunt d’un espace-temps indéfini et impalpable, à l’image d’un « instant présent éternel ». Il s’agit tout simplement du « bond » resté en suspend entre une ligne temporelle à une autre, d’une incarnation à une autre.
Ce « bond suspendu » donne l’illusion à la psyché qui fonctionne encore un laps de temps par « inertie/habitude » dans l’au-delà, d’un espace-temps qui lui n’a plus d’emprise sur la conscience du défunt.

T’es-tu déjà posé la question de la raison pour laquelle tu as accès à certaines de tes réminiscences et visions par rapport à tes vies dites « antérieures » ?

En voici l’explication :

Le plan astral est un champ d’énergie-conscience qui permet de faire la jonction entre deux lignes temporelles différentes.
Ce qui implique que dans la 5e dimension, la conscience peut faire des jonctions directes entre vos passés et vos futurs. Vous n’êtes plus sujet à laisser votre corps physique pour faire le saut entre deux lignes temporelles comme en 3e dimension.

A partir de la 5e dimension de conscience, où l’humanité est amenée à se réaliser, cette jonction peut-être soit instantanée (walk-in), soit passer par la dépose du corps ou bien se faire par matérialisation/dématérialisation (c’est le cas du comte de St.Germain qui dans les années 1750 est apparu à plusieurs reprises, dans un intervalle de 50 ans avec la même apparence physique).

Il faut bien comprendre que les personnes qui décèdent en étant incarnées jusqu’en 4ème densité, n’ont pas conscience de l’au-delà avant leur mort. Donc parmi vous, beaucoup d’initiés sont revenus en cette fin des temps pour aider l’humanité à translater, mais certains n’en ont pas encore conscience.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, de nombreux cathares étaient des initiés. Grâce à la Connaissance, ils ont pu transcender la peur de mourir. Leur FOI profonde leur à permis de se jeter eux-même dans les bûchers en chantant.

La fonction de votre pinéale permet d’engendrer l’illusion que votre corps est habité par une conscience séparée. C’est cette même illusion qui explique aussi que les témoins de NDE relatent souvent l’existence d’un tunnel de lumière, la présence d’Anges ou de parents qui viennent les accueillir.
Le tunnel de lumière n’est en fait qu’un trou noir que la pinéale identifie comme étant une source de particules de lumière. Ce phénomène est identique à celui décrit par l’astronomie moderne dans le cosmos.

Par exemple, il est reconnu que le soleil comme les étoiles sont des trous noirs qui éjectent des particules d’énergie qui lorsque vos yeux regardent, sont interprétées par le cerveau comme étant des particules lumineuses.

exemple-d-entités-aliens-évoluant-en-4e-dimensionLes parents ou les Anges sont donc généralement des personnes présentes sur d’autres lignes temporelles, mais peuvent aussi être des illusions générées par des entités aliens évoluant dans ces dimensions de transition.

Je te rappelle que le plan astral correspond à un champ magnétiquement nul qui relie le même moment présent à tous les corps physiques évoluant sur la même ligne temporelle.

En 3e/4e dimension vous appeliez cela le Karma.
Ainsi, le plan astral renferme la conscience qui fait le lien entre tous vos passés et tous vos futurs dans une seule et même dimension-densité.

Le plan astral varie en fonction de la grille magnétique sur laquelle il est « connecté ». Ce qui implique qu’il existe pour ainsi dire différents niveaux du plan astral selon les dimensions de conscience dans lesquels les corps physiques évoluent.

En 5e dimension, les lois karmiques et la dualité n’existent plus.

image-3Pour passer d’une ligne temporelle 3D à une conscience supérieure, la psyché passe aussi par des plans astraux magnétiquement nuls, qui sont en « réalité » une inversion du flux torique des particules d’énergie lumière qui passe par un « trou noir ». Ce phénomène généré au niveau de la pinéale engendre l’illusion d’un « saut » d’une ligne temporelle à une autre.

Donc, pour illustrer ce processus, il s’agit simplement d’accepter que lorsque votre Être quitte votre corps, il passe par un trou noir pour changer de véhicule/corps par un phénomène de « walk-in » ou bien en s’incarnant dans un fœtus.

Ce processus de passage entre les lignes temporelles est hors temps car il n’est soumis ni à la gravité ni à l’espace-temps. Cependant, l’âme, elle qui est une « fractale différenciée » de l’Esprit du Tout, est dépendante du champ magnétique dans lequel elle est « enfermée ».

Certains d’entre vous et quelques scientifiques savent déjà que les orbes sont des sphères d’énergie transportant souvent une âme en transition dans le champ astral.

Question à mon ange : Quel est le rapport entre la perception de la mort et la transition que nous sommes en train de vivre actuellement ?

Il s’agit de faire ÉCROULER TOUTES LES CROYANCES qui maintiennent l’humain dans l’illusion en le réveillant de son long sommeil. Tant que l’humain a peur de la mort et qu’il s’identifie à un seul corps, il ne peut accéder à sa multidimensionnalité d’Être.

Sa translation vers une nouvelle dimension de conscience lui permettra de s’extirper de son illusion. Lorsqu’il la conscientisera, il s’apercevra qu’il est déjà un Être réalisé en une conscience supérieure d’ Être immortel incarné multidimensionnellement.

Le programme qui liait l’humanité à ce treillis magnétique a pratiquement achevé sa mutation au cœur de l’ADN et a engendré un nouveau pas dans l’Évolution de l’humanité. La Terre accouche présentement d’une NOUVELLE RACE D’HUMAINS qui ne sont plus victimes mais CRÉATEURS D’UNE NOUVELLE RÉALITÉ.

L’humain se libérant de ses couches d’ignorance, s’affranchit ainsi de ses peurs et s’autorise à élever sa propre fréquence vibratoire.

Pour l’instant, il est encore difficile pour beaucoup d’êtres d’appréhender les nouveaux paradigmes qui sont déjà réalisés. Cependant, l’illusion du treillis magnétique de 3e/4e dimension persiste car la psyché humaine fonctionne pour le moment encore par habitude/inertie. Cette « inertie psychique » est partiellement reliée à l’expérience de Montauk (dont je vous parlerai prochainement).

Question à mon ange : Si je comprends bien, les croyances sont uniquement liées à un egrégorequelles que soient les dimensions. Peux-tu m’expliquer comment se forme une croyance ?

Une croyance est le mariage entre l’émotionnel et l’intellect.

Il est essentiel de bien faire la distinction entre une croyance de dualité (le vrai ou le faux) et une croyance dans le sens d’une construction de la pensée, qui celle-ci est inéluctablement limitée par votre corps physique.

Les mémoires cellulaires sont « encodées » dans le corps physique à travers les différents corps éthériques essentiellement liés au trois chakras de base qui contiennent les vibrations de vos mémoires émotionnelles.

Pour l’instant je précise que je ne parle que de vibrations.

Peinture de Vladimir KushDe multiples corps sont manifestés sur d’autres lignes temporelles, à des fréquences vibratoires différentes, par la densification des particules d’énergie passant par les champs toriques des chakras. Ce processus permet d’inverser et de densifier les particules d’énergie lumière en molécules.

L’énergie-conscience étant moléculairement inversée sur le plan astral par rapport à un corps, dès qu’elle réintègre un nouveau corps (naissance ou walk-in) elle se repolarise et adopte les mémoires cellulaires du corps dans lequel elle s’incarne. C’est à ce moment là que l’identification (l’intellect) émotionnelle (le physique) des vibrations des mémoires cellulaires deviennent des « croyances ».

Donc, l’union entre l’état émotionnel et le processus intellectuel génère les croyances.

Le décès (après la cessation des fonctions de la pinéale) annule toutes les vibrations émotionnelles qui ont généré des croyances liées à votre corps physique. *** (Voir témoignage de Joseph en fin de texte)

La Connaissance explique cette disparition des vibrations émotionnelles par le « chaos ».

C’est la raison pour laquelle, en cette 4e dimension de transition, vous ressentiez souvent ce chaos intérieur qui pouvait vous rendre malade jusqu’à vous donner parfois l’impression de mourir.

LA MORT SYMBOLISE LE CHAOS, L’INCONNU.

Il est important de comprendre que la peur de la mort est sournoisement camouflée sous toutes les formes possibles dans la psyché humaine.
Derrière chaque peur se cache insidieusement la peur de la mort.

Ce changement de conscience passe par la résolution de la peur de la mort, c’est à dire l’acceptation de ce chaos. C’est ce que vous appelez les nuits noires de l’Âme.

La physique quantique démontre que c’est du chaos que naît un nouvel univers.

La peur de la mort est la vibration la plus lourde/dense et la plus puissante qui reliait l’humanité à la 3e dimension densifiée.
Lorsqu’en ses cellules, l’Homme transcende cette peur de l’au-delà en acceptant tout d’abord de la reconnaître puis de la « conscientiser émotionnellement », il est alors prédisposé à admettre de nouvelles vérités.
De ce fait, de nouveaux concepts peuvent alimenter et rejoindre le treillis vibratoire de conscience plus élevée. L’humanité avec l’aide de tous les « travailleurs de lumière » est en train de glisser vers cette nouvelle « intelligence ».

Vous avez décidé en votre âme et conscience de vous incarner dans un corps physique pour apporter l’équilibre de l’Amour au plus profond de la matière. Tout, absolument tout; peut être résolu de votre vivant en accord avec le choix de votre âme.

L’illusion de la Séparation avec votre multidimensionnalité et le Grand Tout était à l’origine de tous conflits. Elle était symbolisée par la dualité entre la polarité masculine (patriarcat) et féminine (matriarcat). Cette illusion provenait uniquement de la barrière corporelle du cerveau/mental (reptilien) liée à l’ancien treillis de conscience de 3-4e dimension, que les « archontes de la lumière sombre » désespérés ont réussi à maintenir artificiellement jusqu’à aujourd’hui.

Je vous en dirai davantage prochainement, sachez seulement que cette expérience touche à sa fin en ce moment-même.

A suivre…

Transmis par Sand & Jenaël le 11 Février 2013.

*** Joseph était un prisonnier juif-hongrois des camps nazis en Alsace en 1944. Il fut exécuté d’une balle de pistolet dans la tête par un officier nazi en représailles d’une tentative de rébellion.

« Au moment où la balle a percuté mon front (celui de Joseph) la vision oculaire s’est stoppée nette. Dès que le cerveau et la pinéale ont été détruits, la Conscience qui m’habitait a été propulsée dans l’espace au dessus du lieu du drame. C’est alors que j’eus instantanément une vue panoramique sur toute la scène. Je voyais mon corps gisant au sol et pus apercevoir mes compagnons du camp retourner dans leur baraquement.
Quelques instants après (qui en fait correspondait à plusieurs jours), j’ai pu distinguer les chars alliés arriver pour libérer le camp de prisonniers. J’ai eu à ce moment, la capacité de m’introduire dans la conscience de mes compagnons enfermés dans l’obscurité, pour leur suggérer le chemin de la sortie du labyrinthe des souterrains du camp.

Je peux désormais raconter cette histoire car JE suis à nouveau incarné, ce qui me permet de dire aujourd’hui qu’après la mort qui fut instantanée, je n’ai ressenti ni émotions, ni tristesse, ni colère, ni joie.
Par contre, je n’ai plus conscience de ce qui est arrivé par après.»

Source originale.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, 07- Messages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

116 Responses to Transcender la peur de la mort

  1. Jonas 27 dit :

    J’avais envie de laisser une trace ici car je sentais que je n’avais pas été jusqu’au bout de mon commentaire(peur du ridicule).Premièrement j’aime bien cette article car même s’Il est orienté par le choix(comme d’ab),il est spectaculaire !!!Tout ce que j’ai apris durant cette année folle se résume aujourd’hui a (transcender de la mort (l’au dela)a la vie),(transcender durant la vie(papillon)et (transcender de la vie a la mort).Ne plus avoir peur de la mort c’est ne plus avoir de vivre et vice versa dans l’odre que vous le voulez.Très bonne article,merci!
    Bon!!!c’est la que j’ai arrêté mais ce que je voulais rajouter et que je n’ai pas rajouté c’est.C’est image ,tout dabord (les être stellaire,et,ange)apellé les comme vous les voulez mais cette image c’est exactement cela.Leur tailles,la facon de se mouvoir(télépatiquement)pour ceux qui les on rencontré .Deuxièment(les cône inversé),C’est beaucoup plus que ce que vous pensez.C’est ce qui propulse les soucoupe ,c’est la forme de l’univers(Dieu me la montré)et finalement c’est comme ca que l’on traverse l’univers .Ce message est une clef pour quelqu’Un (le tout),avec toute ma lumiombre.

  2. Chantal dit :

    Vous pouvez lire si cela vous conforte le livre d’Anne Besant et les livres de Rudolf Steiner dont celui qui parle des entités spirituelles dans les corps célestes et dans les règnes de la nature, aussi pour celles et ceux qui ont des questions sur l’accompagnement aux mourants, je citerais Elisabeth Kubler-Ross, infirmière remarquable qui a écrit de nombreux ouvrages comme la mort est un nouveau soleil ou la mort est la clef qui ouvre la porte de la vie, elle laisse des messages d’espoir et de vie; j’ai beaucoup lu pendant près de vingt-cinq ans des livres sur le sujet de la mort ou de l’après-vie, ou avant la vie, des auteurs remarquables comme Baird T.Spalding; Jean Prieur; M Simonet. le père F Brune et tant d’autres; puis des livres sur l’astral et les sorties dans l’astral, le Bardo ThÖdol; puis des livres sur la réincarnation à profusion:P Drouot et sur les mondes invisibles, sur la vie des grands mystiques de toutes les traditions, puis Satprem: le mental des cellules, shri Aurobindo sur l’aventure de la conscience et Krishnamurti, les époux givaudan; tout cela pour vous dire que je passe la plupart de mon temps dans mon mental dont j’aimerai bien sortir, maintenant je lis des livres sur le lâcher-prise !!! Ou est ma vie en naviguant dans celles des autres, seule la véritable connaissance m’attire, chercheur authentique sur la quête du SOI; Je rejette tous les dogmes mais je me sens profondément reliée à la nature et au non-manifesté; La métaphysique est le seul lien que j’ai ou je me sens exister ou j’ai quelque chose à partager, je communique plus avec la nature qu’avec la société ou je suis en rupture depuis ma jeunesse, je ne comprends pas le monde, je suis solitaire et sauvage parce que trop sensible !!!( sauf celui de Pierre Rabbhi et des gens comme ceux qui partagent cet esprit…Ici j’ai l’impression de me sentir à la maison quand je vous lis tous avec votre coeur énorme…Qui déborde de tendresse, j’aime votre humour et votre lien me conforte qu’il existe de belles âmes dont je ressens les émotions fortement, je remercie chaque personne sur le site et le Passeur qui m’a redonné le courage de rester dans ce monde un peu plus longtemps encore; Merci et je vous accorde à tous un grand NAMASTE !!!

    • Margelle dit :

      Bonjour Chantal,
      Ton partage m’interpelle. J’ai un peu lu ce que tu as lu… j’ai envie d’en connaître plus sur ta relation concrète au phénomène du passage. Question totalement ouverte. Apprivoiser l’idée de la mort -pour ne pas paraphraser le titre- m’a paru de tous temps absolument essentiel, et même vital. Maintenant c’est dans la vie que je la pratique. Bien plus que par les livres. C’est-à-dire m’habituer à ne pas m’attacher, à pouvoir vivre la solitude en toute conscience, même avec un autre, les autres, savoir que rien ne reste, sans en avoir de regrets, et même avoir de la joie. Pouvoir quitter une conviction, une amitié.
      En revanche je reconnais que je reste toujours désemparée devant la peur ou le malaise de l’autre face à la mort. Et pour moi c’est un signe que je n’en suis qu’à l’approche de cette réalité. Je creuse le sillon…
      J’ai eu envie de partager mon ressenti avec toi.
      Je vais également te dire NAMASTE -mais je n’en connais pas la signification !
      Avec mon amitié.

      • acacia dit :

        Namasté signifie « salutation », en Inde ou au Népal. Le geste est très beau : les deux mains paumes jointes à hauteur de poitrine.
        C’est ce que j’en sais… et je l’ai appris ici parce qu’il y en a qui utilisent ce mot, alors j’étais allée chercher sur la toile.
        Contente d’avoir pu partager une acquisition récente 🙂 !
        Une très belle soirée à toi

      • Chantal dit :

        Margelle, accacia, vous portez des noms ravissants; Bonjour, pour commencer NAMASTE: c’est une belle salutation révérencielle faîte en toute humilité, en hommage à la personne et en honneur aussi à la divinité qui se trouve en nous tous. Je vais vous citer un poême de Rûmi qui est l’astrolabe du divin pour vous remercier de votre tendresse, je vous accueille à mon tour dans mon coeur. Rûmi dit: mort en tant que minéral, je suis devenu plante. Mort en tant que plante, je me suis élevé à la vie animale. Mort en tant qu’animal, je suis devenu homme. Pourquoi m’en effrayer? Quand la mort m’a t-elle amoindrie? Une fois encore je mourrai en tant qu’homme pour entamer une ascension bienheureuse mais de la condition angélique même je devrais me détacher: tout, excepté Dieu, doit un jour périr. Renonçant à mon être angélique, je deviendrais ce qu’aucun esprit n’a jamais conçu. Oh! Laissez-moi ne plus exister! Car la non-existence proclame avec ses sonorités d’orgue: »A LUI nous devons retourner. » Pose obligatoire, je vous réponds plus tard, je suis obligée de me retirer le sang me glace, la tête me fait mal etc…sensible aussi aux ondes, à la wifi !!! Namasté !!!

        • Aiouch dit :

          C’est beau … ce que tu écris Chantal,

          Djalāl ad-Dīn Muḥammad Rūmī est soufiste (bien que je ne m’accorde pas trop avec les dogmes quels qu’ils soient …)
          En arabe, on dit ∞ Inna li Llah wa Inna Ilaïhi râaji’oun ∞
           » à Dieu nous sommes, et vers Lui, sommes sur le chemin du retour  »

          Bien à toi 🙂
          Taoufiq

        • Margelle dit :

          Merci Chantal pour ce beau cadeau…. c’est magnifique et je conçois tellement bien ce à quoi Rumi nous invite à méditer. Quelle belle confiance… quel magnifique détachement…
          Margelle est le nom de route que je me suis choisie… il évoque pour moi ce qui est juste à la marge… ainsi que, bien sûr, la margelle du puits… là où on s’assoit pour puiser l’eau, pour se désaltérer.
          ♥♥

      • Katerina dit :

        J ai essayé de sauver les autres …
        J essayais de me sauver …
        Illusion …
        Je crois que chacun a en soi la réponse …
        Affectueusement
        Katerina

        • Aiouch dit :

          A Katerina ainsi qu’à toutes et tous (je n’ai pas encore le mot qui unit toutes et tous)

          « ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) ♥Oublie ton passé, qu`il soit simple ou composé, participe ¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨) (¸.•´ (¸.•´ .•´ ¸¸.• à ton présent pour que ton futur soit plus-que-parfait… ♥(¸.•´ (¸.•´ …•´ ¸¸.• »

          ce n’est pas de moi, je l’ai trouvé suite à une recherche sur la chanson interprétée par Yves Duteil « Avoir et être » que Soleil Bleu avait postée 🙂

    • acacia dit :

      Mais, Chantal… tu es notre sœur ! Tu fais intégralement partie de cette famille dont nous – les visiteurs de ce site – ne formons qu’un ensemble parmi beaucoup d’autres de par le monde.
      Tu cites beaucoup de livres mais je n’y ai pas vu celui que peut-être, et si tu le veux bien, je t’aurais invitée à lire ( sauf insurmontable indigestion de lecture ! 🙂 ) : « Messages de Jeshua », par Pamela Kribbe. Parce qu’il y est expliqué certaines des singularités propres à beaucoup d’ artisans de Lumière. Et que ces singularités ressemblent comme deux gouttes d’eau à des éléments dont tu te dis porteuse : sensibilité, solitude, souffrance devant le monde…
      Tu es la très bienvenue dans mon cœur, et je ne pense pas m’avancer beaucoup en disant « dans notre cœur à tous ».
      Toute ma tendresse

  3. margelle dit :

    Je relis ce texte et butte sur cette distinction :
    « Une croyance est le mariage entre l’émotionnel et l’intellect. » (ça, c’est ok)
    « Il est essentiel de bien faire la distinction entre une croyance de dualité (le vrai ou le faux) et une croyance dans le sens d’une construction de la pensée, qui celle-ci est inéluctablement limitée par votre corps physique. »
    .. sans doute expliquée par la suite, mais que je ne comprends pas… quelqu’un d’entre vous peut-il en parler en version 3D ??? Ce serait très très sympa 🙂

    • Aiouch dit :

      Bonjour Margelle,

      je ressens plus que je ne comprends ce que dit l’Ange à Sand et Jenaël à propos de la croyance construite par la pensée, qui est de facto limitée par notre corps physique, nos cellules encodées qui vibrent dans le monde 3D et orientent nos croyances par rapport à cette vibration dans le 3D. Comme des aimants qui s’orientent vers le nord magnétique. Le Nord magnétique se déplace sur Gaïa et nos perceptions peuvent se déplacer dans le même sens, au même rythme, pour peu que l’on veuille rester en résonance.
      Notre libre arbitre nous laisse le choix de suivre ce mouvement ou pas, de suivre l’évolution … 🙂

      Bien à toi, Taoufiq

      • Katerina dit :

        A Margelle et Aiouch ,

        Le choix est un vaste sujet et je n ai toujours pas réussi à me donner une explication satisfaisante . Avons nous le choix ? ou pas ? Illusion ? Ou Illusion ?
        J aime beaucoup le sourire entre tes lignes Margelle c est délicieux .
        Il fait froid en ce moment et j ai fait un bon feu … Amitiés Katerina

    • spot dit :

      bonjour,
      Les phénomènes qui semblent constituer la perception, s’agglomèrent dans le domaine du visible, mais cela engendre un effet invisible qui se traduit par la présence d’une pensée ; elle apparait comme des grains de sable ondulant à la surface des dunes, et c’est de ce premier plan, de cet horizon silencieux, qu’une forme invisible et bruyante s’approprie la nécessité d’imposer une notion de volume, constituée par des grains de sable invisibles, dans une profondeur insondable.
      Nous ne pouvons-nous mettre en retrait de cette expérience mécanique que tres rarement, parce qu’elle engendre vraisemblablement aussi ce sentiment de solitude, et d’intimé, s’identifiant à la présence d’un observateur témoin de la perception.

      • Aiouch dit :

        Spot tu es très loin de ma compréhension (j’ai pas encore les outils), mais ta réponse m’interpelle et en creusant un peu j’espère comprendre, ou à défaut ressentir 🙂 ce qui reviendra au même, non ?

        J’aime ton spot, comme un instantané 😉
        Taoufiq

    • Jonas 27 dit :

      Bonjour margelle,
      Je vais essayer de t’expliquer en version (unifier des 4 reconnection)Une croyance est sans doutre limité par le corps physique ,c’est le but espèré en( l’)appellant (croyance).(L’)=la foi,elle n’est et ne sera jamais limité par notre corps physique .C’est son absence du corps humain qui laisse les reines au mental qui se débat tant bien que mal pour expliquer (((Logiquement quelque chose)))qui ne l’est pas.Ce que j’essais(mon mental) de te dire c,est que ce n,est que la reconnection total des quatres savoir qui rend tout cela limpide comme du cristal(((être,foi,spiritualité et …………mental)))Alors la croyance dualité(le vrai ou le faux n’existe plus et il ne subsiste que la ((((transcendance))))avec toute ma lumiombre

      • margelle dit :

        Ouaouh !!! aïe aïe mes neurones !! Merci Aïouch, Jonas, Katerina et peut-être Spot, si tu répondais au sujet de la croyance !! Je vais finir comme Thau, Jonas et d’autres et KROôôAAââRE tout simplement. Tant pis pour la distinction entre celle de la dualité et de la construction de la pensée !!! Qui ne me posait d’ailleurs pas de problème tant que ce n’était pas écrit sous cette forme !!

        Katerina, la question du choix arrive je ne sais trop comment d’ailleurs sur le terrain, mais est importante. Pour ma part, je dirais qu’on a toujours un tout petit peu de choix sur un terrain très très limité…. Pour ma part j’ai sans cesse à choisir… mais sur un registre restreint, celui que j’ai pu ou voulu développer… Mais question tiroir : qu’est-ce qui me permet de pouvoir choisir ou non ? qu’est-ce qui fait que je vais désirer grandir ou pas ? Si, je pense quand même que l’humain accède au statut d’humain quand cela se pose pour lui… Qu’en penses-tu ?

        • Katerina dit :

          Avec toute ma gratitude pour tes mots ,
          Ils expliquent et mettent en lumière la question ce qui est essentiel .
          Est ce qu une action ou une pensée changent le flux qui nous entourent ?
          Ai je eu le choix de toutes les façons ? Si je suis aujourd hui ici à écrire et à te répondre était ce déterminé à l avance ?
          Ce que je fais aujourd hui va t il conditionner mes actions de demain et plus ? L idée me vient que maintenant finalement le mot choix n a plus la meme résonnance . Il faut peut etre imaginé une autre musique , une autre partition … Le choix est pour moi lié à la notion de destin .
          Le choix n est il pas de ne pas avoir le choix ?
          Enfin là il y aura certainement des lumineux ou lumineuses qui répondront . Avec le bleu du ciel et mon amitié. Katerina

          • Béa dit :

            « Le choix n’est-il pas de ne pas avoir le choix ? »
            Cette question m’a longtemps interpellé.

            Le libre arbitre s’exerce par notre capacité à choisir mais,la liberté ultime ne serait-elle pas l’abandon de cette capacité ?

            Par l’humble reconnaissance de nos limitations mentales ,nous mettre au service d’une puissance reconnue supérieure et parfaite ,un « que Ta Volonté soit faite » qui permet que la Divine guidance nous habite et nous inspire dans l’éternel cadeau du Présent…

            Comme l’inconnu se fait par l’abandon du connu,la connaissance par l’abandon de l’égo (que l’on reconnait ignorant),la liberté ne se fait-elle pas par l’abandon de notre volonté personnelle?

            Et,finalement,le choix unique, ultime ne se résume-t-il pas, encore et toujours, entre servir la vie OU exiger qu’elle nous serve,laisser être « ce qui est » OU prétendre modifier et juger les manifestations de l’œuvre Créative..??

            A force de chercher à comprendre,on finit par admettre que le mental est incapable à saisir l’indicible alors seulement La Révélation se fait et la Divine guidance peut alors nous pénétrer, nous guider,nous inspirer et nous aspirer au juste rythme de la respiration cosmique, en harmonie parfaite avec le Tout en perpétuelle expansion…

            La désintégration de l’égo permet la fusion dans le Tout comme l’absence de question révèle La réponse : rien à faire,à vouloir,rien à chercher,trier ou modifier (car tous ces exercices mentaux nous piègent dans le temps linéaire)juste Être l’éternel cadeau du Présent,ceux que nous cherchions,l’UN en création,le Néant en manifestation…

            Impossible de traduire en mots l’indicible sans créer des maux !!

            Le plus juste serait encore d’adopter le silence pour ne plus risquer de prétendre limiter l’infini !!!
            Sur ce,donc,je me tais,laissant le silence traduire en vos cœurs ma pensée !!

          • alain thomas dit :

            Béa, ce que tu écris là est magnifique.
            Le silence s’impose comme une évidence.

            Tu vois ici nous commentons parce qu’un blog est fait pour cela mais nous savons tous que c’est dans l’Êtreté que tout se passe.
            On ne sait pas encore se taire et vivre dans le présent permanent.

            Bien à toi 🙂

      • Béa dit :

        Bien à toi Alain Thomas !

        Je veux croire qu’au-delà des mots,tu captes le remerciement que je t’adresse !
        Le silence est d’or mais nous n’arrivons pas encore à nous résoudre à communiquer par télépathie !…Reçois mes meilleures ondes pour alimenter la connexion qui nous fait Un au-delà du verbe, du temps et de l’espace !

        • Li dit :

          Béa bonjour,
          Ce que tu dis sur le silence et sur l’absence de questionnements, je le ressens depuis quelques temps.
          Mais n’est-ce pas un peu simpliste que d’avoir l’envie de se taire…?
          J’admets que mon mental n’est pas capable de saisir l’indicible mais ce n’est pas pour autant que la Révélation se fait et je ne ressens pas cette Divine guidance dont tu parles, ni Hélas!, cette harmonie parfaite avec le Tout.
          J’ai tellement simplifier ma vie, mes pensées, mon angle de vue et mes pratiques qu’il m’arrive de penser que cet élagage est peut être une voie de « garage », certes agréable mais pas forcément évolutive…?
          La réflexion sur le choix est très complexe. C’est vrai que nous n’avons pas vraiment le choix lorsque nos ressentis nous guident. Mais c’est vrai aussi que nous avons toujours le choix de ne pas écouter notre petite voix…
          Bisous. ❤✿❤✿

  4. Jonas 27 dit :

    Je tien a prendre deux minutes pour remercier le tout (la concience collective)qui nous apporte de nouveau article merveilleux comme celui ci et toi passeur qui rempli très bien ton rôle.Sur le chemin de la transcendance ,je me rend compte que les quatre point de reconnection son vraiment important(l’être ,la foi,la spiritualité ,le mental).J’ai la flamme dans les yeux de certain de( mes amis ),qui essais de transcender mais,quelque chose l’éteint.Tout est nécessaire .C’était nécessaire d’échouer pour entendre (je ne crois pas)!!.Après on sais ,je doit retrouver la foi.Ais-je perdu cette purtée (d’être)qui est venu ici tanter cette expérience humaine ou suis-je (un être humain),un être conciant de vivre une expérience humaine(co-créateur ,en puissance).Si je veux sans cesse retourner a la maison(la source),peut être que (ma spiritualité)n’est pas connecté .Je ne suis pas qu’un être ,je suis aussi humain(connecté a la terre).Il ne reste que(((((Le mental)))),stop!!!!j’ai trop peur de dire ce mot!!!hahaha!!!désolé ,j’avais envie d’en rire.S.V.P ne ré-écrivéaprès ce message (le mental supérieur)car je dervrais ré-écrire(la foi supérieur,l’être sup……….).Je t’aime mon mental ,la vérité c,est que tu es le seule qui es resté quand les autres(l’être,la foi,la spiritualité)on quitté le navire qui sombrait.La vérité c’est que (((logiquement)))nous sommes dans la dernière air (celui du mental)et que comme dans les autres air ,il nous faut une sorcière a bruler!!!!La vérité c,est que comme dans les quatre élément qui on créer le tout j’ai besoin de toi car tu est l’air et je ne peux vivre sans air.La vérité c’est que tu es parrait moin puissant(magique) que les autres(l’être,la foi, la spiritualité) mais,(((((ILS NE PEUVENT RIEN SANS TOI))))car tu es le ciment qui les ((((unis)))).Tu es resté seul a prendre soin de moi ayant comme seule compagnie ((((la peur)))).Reste ,((((je t’en supplie)))),tu as ta place!!!Je t’ai tellement détesté et tenu comme seul responsable de tout cela car j’ai regardez en moi et………………il n’y avait que toi.Avec toute ma lumiombre.

    • Soleil Bleu dit :

      Quel beau chant d’Amour Jonas ♥
      Merci ☼

      • Thau dit :

        SB, l’ange Malakin il a dit pas de réponse!

        • Soleil Bleu dit :

          Ah bon ! où ça ? J’ai raté un épisode ? t’es encore dans la lune S.B ☺

          • Thau dit :

            Tu KKRÔÔAAH SB ?

          • Soleil Bleu dit :

            Mon cerveau doit être aThaune ♫♪♫
            😉 🙂 ☼

          • Soleil Bleu dit :

            Ah ok Thau, je viens de relire le post de l’ange Malakin, et il y avait mis en plus un S.V.P. 🙁
            Pas capté le message avec cette signification quand je l’ai lu la première fois.

          • Soleil Bleu dit :

            N’importe quoi S.B ! Il faut que tu le lises une 3eme fois pour enfin lire ce qui y est marqué ?
            Vas te coucher sérieux ! Sans aggressivité aucune !
            Un ami qui ne te veux que du bien ♥

          • margelle dit :

            Ils le savaient les Anciens, qui répétaient à l’envie : lire et relire et relire encore !! Nous sommes incorrigibles.
            Mais je pense que Jonas a bigrement apprécié ta transgression…. Je pense même qu’il en est ravi…. même s’il ne le dit pas .. parce que ça signifie que ta passion a été plus forte… et ça c’est bon !! ♥

          • Soleil Bleu dit :

            Margelle, Si tu savais à quel point je trouve apaisant ce soir de retrouver la lumière qui éclaire le site du Passeur et les propos de ses lucioles 🙂
            Je sors d’une aventure de 2 jours avec le bout des ailes un peu roussies (certains se prennent d’envie, dans le chaos qui s’installe, de brûler à nouveau les sorcières) mais aventure au combien instructive pour faire un vrai état des lieux de son intériorité et visiter concrêtement sa capacité à rester ancré et centré en Soi.
            Merci de ta/votre empreinte dans la présence ou le silence de vos mots frêres et soeurs de la tribu d’Urantia Gaïa ♥♥♥
            Douce et belle nuit.

    • carine dit :

      cet ange aurait il lu le livre « l’eternelle validité de l’ame » livre de seth reçu par Jane Roberts

      • Jonas 27 dit :

        Bonjour ma nouvelle(ancienne)ami Carine,
        Je n’ai pas lu ce livre.J’ai fait une recherche et je suis tombé dans de multiple syncronisité qui me parlent vraiment.Je vais le lire et je te rendré compte de mon ressentis si tu le veux bien (Malakin),avec toute ma lumiombre

    • Jonas 27 dit :

      J’adore tout vos commentaire mes amis car…………je vous aime!!!
      Soleil bleu tu es toujours là avec ta belle lumière de nuit et j’adore les claire de lune.Thau ,quoi dire de plus que tu sais déja (multiple syncronisité)entre nos deux âmes et beaucoup de conversation a finir quand ma petite Myah me le permettra.Stéphanie,,,,douce lumière qui est et sera toujours a mes côté et toi aussi tu fais vibré mon coeur.Comme le dit le Passeur ,les familles d’âmes se retrouve,avec toute ma lumiombre.

  5. Jonas 27 dit :

    Je me nomme (Malakin)!!!
    C’est le premier nom que j’ai porté au dela des incarnations(mon nom d’ange).Mes ailes ne sont pas blanche car je suis le corbeau.(Croyance ,dimension,peur,astral),ce qui est aujourd’hui pour nous(le tout)n’est qu’un fragment de ce qui est vraiment.

    Je dormais ,j’étais dans mon berceau(j’étais bébé)et je rêvais.Il y avait une grande corde suspendue dans le vide .Des cartons se suivait acroché a la corde ,10,9,8,7,6,5,4,3,2,1,KKKKKKKKKKKKOUACKKKKKKK!!!!!!!!!Le corbeau coupait la corde.Je me souvien encore du choc(la peur)et de la douleur(au nombril).C’est le plus vieux rêve que j’ai fait et que je me souvien dans cette vie ou dans toute autres.

    Il est vrai que la peur de la mort parait être (((((SEUL)))))responsable de tout ce qui se passe ici ((((sur cette ligne temporelle))))mais quand on meurt et croyez en mes expériences tout devient claire,c’était (((((c’était la peur de vivre))))).

    Quand votre être pure quittera son enveloppe ,il comprendra et il reviendra .D’autres transcendront ici ,maintenant et réellement et ?????Les miracle de ((((LA VRAI))))transcendance naissent au quatre coin du globe et (((((rien ne peut l’arrêter)))))
    Nous avons une responsabilité en tant que Co-créateur (en puissance),envers nous(transcender nos peurs) et cela se refflette ensuite sur le monde,avec toute ma lumiombre.

    • Stéphanie dit :

      Ah mon ami, comme ce message m’inspire aujourd’hui … Je te remercie pour l’avoir écrit.

      « La peur de la mort est la peur de vivre » ces mots m’évoquent étrangement le Maître Jésus. Transcender nos peurs pour renaître à la Vie … nous y sommes c’est le chemin de la reconnexion !

      Avec toute ma lumiombre.

      • Jonas 27 dit :

        Merci a toi douce lumière (Stéphanie)pour tes rayons qui réchauffent mon coeur.(Jésus),très certainement,tu le sais je n’ai jamais voulu croire en lui mais il est là(de retour).Je suis fou, (peut-être).Croyez ce que vous voulez mais,,,,,,,,,,,,,,,,,,,((((((CROYEZ))))))!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        • Stéphanie dit :

          Tes rayons mon ami lumiombre réchauffent aussi mon cœur (merci). Tu n’est pas fou ou bien je suis folle moi aussi ainsi que des millions d’êtres de part le monde qui vivent la reconnexion !

          • Thau dit :

            Tu KKRÔÔAAH Stéphanie?

          • Stéphanie dit :

            Bien sûr que je KKRÔÔAAH Thau ! Je KKRÔÔAAH à la lumière et à l’Amour Inconditionnel et puis aussi à l’ange Malakin puisqu’il fait vibrer mon cœur (clin d’œil).

            Soleil Bleu ne t’inquiète pas, tu es en bonne compagnie, je n’ai rien compris moi non plus ! Je t’embrasse.

          • Soleil Bleu dit :

            AHHH Stéphanie, moi par contre, je sais que je suis foldinguo 🙂 tu vois maintenant avec qui je dois composer chaque jour que Dieu fait ? 😉
            Je t’embrasse ma belle !

  6. graffitique dit :

    Voilà quelque chose qui me semble assez intéressant :
    http://tomkenyon.com/lart-de-sauter-les-lignes-du-temps

  7. pierrot dit :

    je vous mets ici les raisons pourquoi Bodhiyuga a fermé son site.
    http://www.bodhiyuga.net/

  8. Tchunka dit :

    Comme nous sommes dans les confidences, je voudrais vous faire part d’une autre belle histoire de passage de cette lumière.

    Ma grand-mère, du haut de ses 96 ans, 8 enfants, 23 petits-enfants et 48 arrière-petits-enfants, animée par une force de vie impressionnante s’est retrouvée affaiblie et hospitalisée l’été de la sécheresse. Elle se trouvait dans son lit au petit matin, toute heureuse accompagnée de l’une de ses filles, entonnant un air et s’en est allée en plein chant.

    De son vivant je lui parlais dans mon esprit de la vie après la mort terrestre et je la suppliais de venir me rendre visite quand elle serait de l’autre côté du voile. Je lui expliquais qu’elle ne devait pas avoir peur que c’était merveilleux après, qu’il ne fallait pas qu’elle soit terrorisée par les dires de l’église et que je serais là, à l’écouter.

    Je savais que la vie continue puisque mon père m’avait rendu visite la nuit de son départ quand j’étais enfant et qu’il m’avait expliqué qu’il serait toujours à mes côtés. Mais ma grand-mère chérie ne parlait pas vraiment de la vie après la vie, elle avait du tempérament alors je n’osais pas lui en parler.

    Un jour, j’ai commencé à sentir de la fumée alors que je me trouvais seule dans une pièce, sans fenêtre ouverte. J’ai immédiatement ressenti que ma grand-mère se tenait à mes côtés et me lançait quelques volutes de fumée qu’elle laissait échapper de sa pipe. Depuis elle me rend visite très souvent. Elle adorait s’installer dans un rocking chair et nous conter un épisode de l’histoire de France ou commenter un fait d’actualité. De là où elle est, elle s’amuse à créer un mouvement perpétuel sur l’un de mes rideaux fils, une extrémité d’un pan tourne tout seul, sans appel d’air, quand elle souhaite attirer mon attention. Le mouvement du rocking chair !

    La vie est belle, nous devrions accepter la diversité des signes qui nous entourent émis par ceux qui quittent leur enveloppe physique, leur être persiste au niveau énergétique et plus nous nous ouvrons à notre propre lumière, plus nous les ressentons autour de nous, plein d’amour et de respect de nos choix de vie, sans jugement, ils nous accompagnent et nous aiment !

  9. Par hasard, J’ai accompagné mon ex beau frère jusqu’à sa fin de vie terrestre pendant un mois. Je n’avais jamais parlé de la mort physique avec qui que ce soit et surtout avec une très malade. Il me disait qu’il n’avait pas peur de la mort, mais qu’il ne voulait pas quitter sa femme et ses fils.
    Je lui ai parlé de l’autre Vie, qu’il serait présent d’une autre façon. Il ne croyait pas du tout en une autre Vie, mais il écoutait, alors qu’en autres temps, il m’aurait « jetée » et n’aurait rien écouté. j’ai pu remarquer au fil du temps qui le rapprochait de cette fin de vie physique, qu’il avait un calme, une sérénité que je lui avait jamais connue. Il savait certainement et était dans l’acceptation. Alors qu’il y avait aussi une dualité, il ne voulait pas quitter les autres, mais d’un autre côté il acceptait de partir vers cette autre Vie, autrement il n’aurait pas été dans cette sérénité.

    La mort n’est souvent jamais accepté.

    J’ai fait un rêve, il y a un an qui était un message pour ma voisine qui n’acceptait pas la morte subie d’une amie, c’est ce que j’en ai compris. Entrée, pour être opérée d’une récidive d’un cancer du sein le mercredi ; ce cancer s’étant étendu au niveau du foie et du dos, inopérable ; elle est morte le jeudi soir, une semaine après son entrée elle était plongée dans un coma artificiel.
    J’ai dit à cette voisine (avant que son amie décide de quitter son corps rapidement) que oui, il y avait la mort physique, mais que ce n’était pas la fin. Par deux fois, lorsqu’elle me parlait, j’ai vu le visage de son amie, très calme et souriante et lui ai dit qu’elle savait qu’elle allait rejoindre sa maison ; c’est ce que j’ai ressenti avec son visage, si calme, si en paix, si souriant.
    Lorsqu’elle m’a annoncé son décès j’ai revu ce visage en paix et souriant. j’ai fait ce rêve le lendemain de son décès.
    Rêve : J’étais dans une grande pièce avec ma voisine en retrait, et très petite. Pièce avec une clarté d’une luminosité éclatante.
    Derrière un grand bureau, assise, une amie à moi (morte il y a 5 ans, arrêt cardiaque) derrière elle une grande baie vitrée.
    Je ne comprenais pas comment elle pouvait être dans ce bureau alors qu’elle était morte. Je lui dis « tu n’es pas morte ? » Elle me répond : » je ne suis pas morte, je suis en vie. » Je lui dis que si elle était en vie, elle s’était donc réincarnée. Sa réponse : je ne me suis pas réincarnée, je ne suis pas morte, je suis en vie. Fin du rêve.

    Il m’arrive souvent lorsque l’on me parle de personnes qui viennent de mourir, de « voir » leur visage, souriant, comme pour apaiser ceux qui les pleurent.

  10. margelle dit :

    Merci Passeur, merci à tou-te-s pour vos témoignages…. Quel mot magnifique, Salvia que celui de ton grand-père !!!! ☼☼☼, si nous pouvions tou-te-s l’entendre dans la bouche de ceux qui nous quittent !!
    Mes 2 peurs à moi, sont d’être attaquée par derrière !!! homme ou bête…. assez archaïque, je trouve !!
    Et puis celle du suicide inconscient…. c’est-à-dire pas tellement de mourir, de quitter cette vie, dont je pense avoir fait un peu le tour, mais celle de la démission, par négligence, par non respect des lois de la vie, de mon être, et surtout par méconnaissance… peur de ne pas être impeccable vis à vis de la Vie, de mon Etre.. Celle de mourir sans avoir été suffisamment responsable de moi…. de la vie qui m’a été confiée, que j’ai choisie…. Je reconnais que cela me tient en éveil, même si je suis toujours désolée de ne pas être à la hauteur de ma tâche… (je vous entends déjà tou-te-s protester en votre for intérieur ♪♫)..
    Ca fait du bien de le dire !! Je vous embrasse !! ♥♥♥ Merci à vous tou-te-s…

    • Katerina dit :

      Merci ,

      Ce que tu dis est important pour moi .
      J ai eu ces idées là je pense qu elles étaient inconscientes et depuis ma vie a changé après un long chemin . Aujourd hui je pense que la vie est magnifique , c est un cadeau que l on doit se faire et l accepté .

      Je pense que l impeccabilité est importante aussi .
      Amitiés
      Katerina

      • margelle dit :

        Merci pour tous tes messages…. oui, le chemin est beau, avec ses cailloux, ses herbes, le soleil et les nuages.. la pluie quelquefois… qui est bonne pour la terre… et que nous aimons moins parce qu’elle nous mouille… nous traversons les paysages, parfois les pays. Parfois nous sommes fatigué-e-s, mais nous avons appris à nous reposer et à repartir, pour la beauté, la diversité… et les compagne-on-s de rencontre.

        • Katerina dit :

          La pluie ne me gène pas . Je n ai jamais de parapluie et j ai étonné beaucoup de gens pour cela .
          je me souviens d un joli parapluie rose que l on m avait offert à mes 4 ans je crois . Je l aimais beaucoup celui là .
          Ce matin je me suis promenée à coté de chez moi pas loin , moi qui ai beaucoup voyagé , et j étais tellement bien . Le soleil , la beauté du ciel, de la montagne et le chant des oiseaux . En harmonie tout simplement . J ai remercié les montagnes d etre aussi belles et de m accompagner depuis si longtemps sur mon chemin .
          Katerina

    • Katerina dit :

      Margelle ,

      C est difficile de comprendre le fait de ne pas etre à la hauteur .
      Cette hauteur là est belle car elle nous demande de toujours nous respecter et d etre en accord avec notre esprit divin et avec la conscience universelle . C est subtil et tellement beau .
      Ton message me fait comprendre beaucoup de choses aussi et je t en remercie .
      Amitiés
      Katerina

      • margelle dit :

        « C est difficile de comprendre le fait de ne pas être à la hauteur . »
        Est-ce que je comprends bien ce que tu veux dire, Katarina ??? pas trop sûre..
        Tout ce que je sais c’est que l’aspiration vers les hauteurs, c’est un truisme, fait grandir…. mais qu’il y a le risque de ne jamais être satisfait, de se morfondre dans son dégoût, le mépris de soi, et ça c’est à éviter absolument… mais en même temps, ne pas oublier la hauteur vers laquelle on tend…. Je vis constamment entre ces tensions, et tente en permanence d’être en équilibre, dans la réalité de la vie… Avec le temps, cela vient… et j’apprécie le calme qui s’installe.

        • Katerina dit :

          Oui j ai toujours eu un souci avec ce thème, car je me disais avant que personne n était à ma hauteur et c était en contradiction avec mon humilité car j ai toujours pensé que je pouvais m améliorer .
          J ai fait la paix aujourd hui ,j ai compris que ce n était pas une question de hauteur .
          L essentiel est d etre en accord avec son esprit divin et ne pas se comparer aux autres , enfin c est ce que je crois .
          Avec toute mon amitié
          Katerina

  11. Laura dit :

    Dans mon enfance j’avais la capacité de me retrouver a chaque nuit dans l’astral. Je faisait des sorties de corps consciente je traversais les murs, il n’y avait pas d’obstacle. En vieillissant elle sont devenu moins fréquente. Vers l’age de 30 a 40 ans ça a recommencer et les expérience vécu a ce moment me remplissaient de bonheur. Je pouvais voir ma corde d’argent et j’allais dans le ciel vers les étoiles. Je réalisais que je voyageais a la vitesse de la pensée, c’était extraordinaire.
    Tout ca pour vous dire que ces expériences ont fait que la mort ne me fait pas peur car je sais que ma conscience va toujours vivre.

  12. Sally Sparrow dit :

    ça me rappelle un chapitre du livre de Régis Dutheil, « L’homme superlumineux » dans lequel il disait :
    « La conscience est un tout comparable à la lumière blanche. Le passage du mur de la lumière joue sur la conscience le même rôle que joue un prisme sur la lumière blanche. Un prisme décompose la lumière en sept couleurs, le passage du mur de la lumière et l’incarnation dans le monde sous­-lumineux décompose la conscience totale en personnalités multiples et en vies simultanées (qui se succèdent dans le temps du point de vue sous-lumineux). »
    Je n’adhérais pas au principe de la réincarnation, jusqu’à ce que je tombe dessus il y a quelques années.

  13. Laure dit :

    Je rentre de mon travail… Je me connecte et suis sidérée par l’effet de synchronicité.
    Quatre heures durant je viens de me tenir aux côtés d’une femme qui passe, comme on dit, de vie à trépas. Et auprès de ses filles paniquées lorsque je suis allées vers elles, apaisées lorsque je les ai quittées.
    Je n’intellectualiserais rien. Je dirai simplement cette sensation partagée de notre cadre commun de réalité volant en éclat, des larmes qui s’apaisent alors que l’onde d’amour ouvre le ciel. De cette étrange ressemblance entre agonie et extase. De la danse troublante qui fait ouvrir les bras et vibrer un nouveau né et un agonisant. De ces deux mystères sacrés : naissance et mort.
    Je dirai que ce fut un accompagnement « idéal », fait d’amour, d’ouverture, d’intense passion, avec le ciel clair qui bondit quand la neige est gorgée de soleil.
    Et qu’en fermant les yeux, j’étais elle, elle était moi, bref, nous étions nous, unis dans cette chambre de maison de retraite. Que je voyais les mondes. Nous étions reliés. Et toute l’équipe était présente auprès de cette « résidante », de ses filles, et ensemble.
    Étrangement debout, ouverte, lumineuse, l’équipe était là. Et ce passage, comme d’autres passages, nous habitera longtemps.
    Voilà, de façon très empirique, ce que nous vivons dans des instants de grâce…

    • Yolane dit :

      Comme tu le dis « ce fût un accompagnement idéal » et il donne « sens » à l’accompagnement des mourants et de leur famille. Ton témoignage m’encourage beaucoup à persévérer dans mon bénévolat (Association de soins palliatifs). Des moments comme ceux que tu dépeins sont rares tant l’angoisse et le désespoir sont présents dans les chambres des malades (centre anti-cancéreux) que j’essaie de mon mieux d’assister. Mons association s’appelle PRESENCE-ECOUTE. Ces termes résument bien l’essence de notre bénévolat. Etre là pour eux sans rien vouloir. Juste une présence, un frère ou une soeur « humain » au moment du passage. Parfois etre celui ou celle à qui ils confient ce qu’ils ne peuvent pas dire à leur famille ou aux soignants si dévoués mais qui se refusent bien souvent d’admettre que le chemin, avec eux, s’arrête là et que ce dont ils ont besoin c’est l’autorisation de partir en voyant autour d’eux des êtres rassurants et apaisés. Malheureusement l’amour « conditionnel » des proches et leur peur, bien compréhensibles au demeurant, retiennent bien souvent l’élévation des vibrations de celui qui part.
      J’aspire au jour où la connaissance de ce que nous sommes tous en substance facilitera nos transitions vers les autres plans.
      Merci encore de ton témoignage toi qui es un autre passeur.

      • François dit :

        Laure et Yolane, vous faites un travail formidable et certainement pas facile mais ô combien réconfortant pour ces âmes en partance et pour leur familles… chapeau bas… ♥
        Merci.

        • Yolane dit :

          Merci François mais il n’y a pas de chapeau à tirer. Il s’agit là d’entraide, de partage humains qui n’ont ni PLUS ni MOINS de valeur que n’importe quel partage ou entraide. L’important est la prise de conscience que ces deux valeurs font, avec d’autres, partie de notre condition d’humain. L’occident a voulu l’oublier, on voit le résultat.
          Et puis chacun a sa propre notion de la difficulté. Par exemple, je ne pourrais pas, pour ma part, accompagner les corps comme le font ceux que l’on nomme encore les aide-soignants. Autre exemple l’action des visiteurs de prison mérite ma haute considération.
          Tu vois, chacun aide selon ses moyens et capacités. Il faut juste trouver les siens.

          • François dit :

            Et j’ai également trouvé mon chemin de partage et de disponibilité… ça n’empêche le sincère compliment :-). Je t’embrasse

          • Laure dit :

            Yolane,
            J’aime beaucoup que nous nous soyons trouvées dans cet accompagnement.
            A la levée de corps :
            « Je suis aux aurores aux couchants
            Souffle suspendu dans les couleurs du monde
            L’impossible, le paradoxe et le cri.
            Je suis, à vos pas, ravie de joie.
            L »être que vous m’avez laissée être a trouvé sa voie.Mon amour vous baigne
            Tout comme le votre m’a nourri… Accompagné.

            Mes filles belles,Merci
            Ensembles et grâce à vous.
            J’ai traversé.
            Et rassurées…Soyez bénies:Mon amour vous baigne
            Tout comme le votre m’a nourri… Accompagnée.
            Mes filles belles,Merci
            Ensembles et grâce à vous.
            J’ai traversé.
            Et rassurées…
            Soyons. »

            Une parole de ruisseau qui imprime sa trace, vivante, à tout jamais. Un pas entre deux, nous les humains.
            Et la physique quantique, aussi.
            Accompagner ce passage n’est pas si difficile. Il est tellement riche d’enseignement et d’amour. De passion, de puissance. D’éveil!
            Et, non, Yolane, je ne pourrais pas accompagner un pédophile en prison, et d’autres le font. Tant mieux pour lui. Je ne pourrai pas être aide soignante. Je suis celle qui entend et qui parle, je suis celle qui ressent et accompagne.
            Merci Yolane de préciser que ce que nous faisons est ce que nous pouvons offrir.
            Et que nous avons nos limites…
            Amitiés

          • Yolane dit :

            Merci François de ce beau compliment, je le reçois et m’en nourrit (je ne sais pas mettre de smiley mais je t’en envoie un gros avec des bisous)
            Merci aussi Laure. Le poème est très beau est-il de toi, si oui, puis-je le copier dans le bulletin de mon association ?

  14. Stéphanie dit :

    Merci Passeur pour la transmission de ce texte fascinant. Je n’ai pas tout compris, effectivement au niveau mental, mais disons qu’à un niveau très profond de mon être, j’ai adoré ce qui est écrit ici et pour moi cela a beaucoup de sens.

    Tout d’abord, la mort représente pour moi et pour nous tous la plus grande peur qui soit, celle qui conditionne toute notre vie, nos croyances et nos limites. C’est la grande question, le plus grand mystère qui soit, d’ailleurs, ce ne n’est pas un hasard si elle est le grand tabou de notre civilisation. Le titre déjà m’interpelle grandement « Transcender la peur de la mort » parce que cela fait parti de ma mission dans cette vie, et si j’y parviens cela guérira toutes mes vies parallèles.

    J’ai été confrontée très tôt à la mort directement et indirectement (perte de membres de ma famille) lorsque j’étais enfant et adolescente. Je crois à la réincarnation depuis que je suis enfant parce qu’il m’arrivait de regarder l’eau de mer, d’observer les poissons, je recevais alors des flashs de noyade, j’avais des vertiges et la sensation d’étouffer, c’était tellement puissant comme ressenti physique que je devais absolument m’éloigner de l’eau. J’avais cette phrase dans ma tête qui revenait à chaque fois que je vivais cette expérience « la mort par noyade et par le feu sont les plus terribles ». Aujourd’hui encore, je ne supporte pas avoir la tête sous l’eau, et dans mes rêves le passage se présente toujours dans l’eau et par noyade. A ma connaissance, je n’ai pas vécu de traumatisme lié à une noyade au cours de cette vie, et pourtant cela est inscrit dans toutes les cellules de mon corps d’une façon intense.

    J’ai toujours vu la mort comme un passage, je sais que ce n’est pas la fin mais le début d’un autre état de conscience. Nous sommes immortels, toutefois, le passage me terrifie et je suis convaincue que cela est dû aux traumatismes de vies passées qui se sont inscrits dans mes mémoires céllulaires. Ce texte me parle d’un façon très profonde et intime. J’aime beaucoup ce qu’ils disent sur nos lignes temporelles différentes (vies parallèles), cela résonne énormément en moi. Merci Passeur pour ce choix très judicieux et merci aussi à Jeanel et Sand pour ce texte lumineux et courageux.

    • Salvia dit :

      Les dernières paroles de mon grand père, les yeux grand ouverts et un regard rayonnant, furent: « Oh, quelle merveille! »… Quel cadeau pour ceux qui l’entouraient!

      Je pense que ce sont également les éventuelles souffrances de la fin de vie qui nous effraient. On entend souvent « j’aimerais simplement ne plus me réveiller ».

    • Salvia dit :

      Stéphanie,
      Tout comme toi, j’ai peur de l’eau et du feu, … certainement d’anciens souvenirs mais qu’il me semble que nous pouvons transmuter, je l’espère du moins !

      Voici le rêve que j’ai fait il y a fort longtemps, au sujet de ce fameux passage.
      Je me trouvais sur une sorte de barque à fond plat. Ma mère était assise derrière moi. Moi je ramais avec la paume de mes mains. Nous glissions sur une eau merveilleusement transparente, pas très profonde. On voyait parfaitement le fond de la rivière. Celui-ci était fait de pierres d’une belle couleur vert émeraude. Des deux côtés de la rivière s’élevaient des parois parfaitement droites, lisses et brillantes, de cette même belle couleur émeraude. Au-dessus on apercevait les branches des arbres et à travers elles un ciel lumineux. Nous ne parlions pas. Nous sommes parvenues à un petit estuaire. En face de nous une île. Ma Mère s’est alors dirigée vers cette île, moi je suis restée sur la barque. Au moment où elle a posé ses pieds sur l’île il y a eut un extraordinaire feu d’artifice pour annoncer de manière festive qu’elle était bien arrivée…
      J’ai raconté mon rêve à ma mère. Elle croyait en une vie dans l’au-delà, mais avait une très grande peur de la mort.
      Je lui ai dit que maintenant elle pouvait être rassurée, que je l’aiderai lorsque le moment du passage viendrait. Un jour on m’a appelé à mon lieu de travail. J’ai fait une heure de route et suis venue à temps, comme mes autres soeurs, pour les derniers instants de notre mère.
      Je pense que c’est en aidant, en accompagnant d’autres personnes lors de leurs derniers moments que nous pouvons mieux comprendre et accepter sans crainte ce mystère du passage.

      • Stéphanie dit :

        Bonjour Salvia,

        Le rêve que tu as fait est merveilleux et j’imagine qu’il a grandement apaisé les peurs de ta mère. Ce que tu dis est très juste « c’est en aidant, en accompagnant d’autres personnes lors de leurs derniers moments que nous pouvons mieux comprendre et accepter sans crainte ce mystère du passage. » Merci de tout coeur pour ta sagesse.

    • Tchunka dit :

      Stéphanie, je te cite, « J’ai toujours vu, la mort comme un passage, je sais que ce n’est pas la fin mais le début d’un autre état de conscience. »

      Ne penses-tu pas que c’est le même état de conscience qui continue sans la forme de matière qu’est notre corps humain ?

      Vie et mort ne sont que des conceptions dualistes sur le plan humain et illusoires sur le plan de l’âme, il n’y a que la vie en réalité.

      Notre expérience dans la matière est la réalité momentanée de notre être incarné pour vivre des expériences au quotidien qui nous offrent la possibilité de transcender nos peurs en une acceptation de l’amour :
      – Pour pardonner ce que nous aurions pu croire impardonnable.
      – Pour agir avec de bonnes intentions là où nous aurions autrefois réagi inconsciemment motivés par la douleur, la peine, le chagrin, la colère…

      Pour moi, nous sommes beaucoup plus que les apparences humaines de ce que nous percevons dans un miroir. C’est en ce sens qu’il ne faut pas craindre la mort ou le moyen dont on quitte cette enveloppe humaine et des souffrances qui pourraient être assimilées à ce cap à franchir (violence, maladie, accident…) et de la peur de l’inconnu.

      Cette lumière que l’on peut percevoir en soi, lorsque l’on se relie à soi-même, c’est l’amour que l’âme nous adresse, une porte ouverte par notre volonté personnelle depuis notre corps de matière.

      Nous avons la capacité de voir ce qu’il y a au-delà de notre corps humain, ce n’est donc plus l’inconnu, une peur que nous pouvons transcender. Nous pouvons tous faire cette démarche introspective en apparence, et universelle en réalité. Je pense que le processus d’ascension c’est aussi ouvrir volontairement cette porte vers la reconnexion.
      Les personnes qui décrivent les expériences de mort imminente parlent aussi de cette lumière qu’elles voient devant elles quand elles sortent de leur enveloppe corporelle. Ces personnes sont accueillies par elles-mêmes (la lumière), par la puissance de leur amour qui va bien au-delà du corps de matière, qu’elles authentifient naturellement comme un bien-être merveilleux qui les rassure et leur offre une confiance absolue.
      La lumière est notre partie divine, immortelle, notre source.

  15. Soleil Bleu dit :

    OHHHHH ! C’est plein de clarté ce texte, en tout cas de celles que je discerne.
    Je retiens une phrase qui a fait tilt et a résonné ou raisonné fortement à sa lecture, c’est dans l’intro du Passeur.
    « A ceux qui disent que tout cela n’a pas d’importance, que seul compte le cœur, je répondrai qu’il ne faut pas pour autant négliger l’ascension du mental vers le mental supérieur. Et que pour l’aider il est utile de lui donner matière à élargir sa vision. »
    Je me suis sentie tellement entendue ou plutôt comprise en cet instant….
    Merci Passeur et à toutes les lucioles.
    S.B

    • Soleil Bleu dit :

      J’ajoute que depuis quelques semaines, il me devient de + en + difficile de dire « je », le « nous » s’impose invariablement dans toute action que j’entreprends. De plus en plus consciente que Tout se meut en même temps, passé-présent-futur, je me sens de plus en plus dépositaire d’une responsabilité, et donc d’une vraie liberté d’action d’agir au fond de moi, sur des lignes de temps qui agissent dans le ici et maintenant.

      • Cécile dit :

        Très joli, ton avatar, Soleil Bleu ! Serais-tu sur le point de prendre ton envol ?
        🙂

        • Louisetta dit :

          Et toi donc, Cécile!^^

        • Soleil Bleu dit :

          Ah Cécile, je crois trés sincèrement que j’ai pris beaucoup d’envols, j’ai pu observer et vivre que chacun était le prémice d’un autre, l’envol que je fais en ce moment me fait voir des choses tellement subtiles que j’ai le sentiment d’être entre les choses ou de ne plus pouvoir être l’observatrice de l’Un sans simultanément percevoir l’Autre.
          Un jeu de réunion des « contraires » qui aboutira peut-être à ce que je nage avec des ailes, ou vole avec des nageoires..sincèrement Rien ne m’étonnne , tant je ressens que Tout, y compris ce qui m’est inenvisageable par la pensée, est possible aujourd’hui ♥
          Bizzzz
          S.B

  16. Thibou dit :

    Ces textes sont vraiment incroyables, ils confortent relativement mon mental dans l’idée qu’il se fait de la Réalité. Par contre je suis vraiment bluffé de me dire qu’il n’existe qu’un seul moment présent sur lequel sont greffées toutes les lignes temporelles et imaginables, c’est un concept au-delà du concept mais ça doit être un joyeux b*rdel ^^ (à imaginer en tous les cas !)
    J’adore encore plus quand le texte m’emmène vers d’autres histoires que je connaissais pas comme le Comte de St Germain, ou le phénomène de walk in que je ne connaissais qu’à travers l’histoire de Lobsang Rampa et je suis bien curieux de savoir ce qu’on apprendra sur Montauk…

    Ce qui me perturbe en ce qui me concerne, c’est que j’ai beau voir plein de choses qui confortent mon mental dans le nouveau paradigme, je ne vois pas de grande différence au quotidien. Alors si j’essaie de prendre du recul, je dirais que j’ai sûrement trop d’attentes dans ce que j’ai envie de vivre et je sens bien que je touche plus que jamais mes limites, d’ailleurs dans presque tous les domaines de ma vie ce qui a le don d’être particulièrement harassant à vivre.
    Je sens être vraiment proche du point de rupture mais il y a encore une part de moi qui refuse de faire le grand saut et qui se demande en même temps si elle en sera capable un jour, a fortiori dans un futur proche sachant que les temps semblent plus propices que jamais… si seulement quelqu’un d’autre que moi pouvait m’aider… mais bon, c’est pas comme ça qu’on joue !

    C’est clair que la peur de mourir est le principal frein à notre Eveil, ce n’est pas pour rien si dans certaines tribus le rite de passage de l’enfance à l’âge adulte pouvait être la survie à une épreuve mortelle. L’ego, se rendant compte de son aspect insignifiant face à la Nature, aborde la vie de façon beaucoup plus humble et moins angoissé.
    Je me dis que c’est ce qu’il me manque de vivre, ma propre mort, afin de pouvoir renaître mais il est clair et évident que l’inconnu me paralyse…
    En tous les cas merci encore pour la matière à cogiter et à vivre, ça permet de tenir un peu plus la tête hors de l’eau !

    • Li dit :

      Thibou,
      Ne me souvenant plus ce qu’était « la nuit noire de l’âme » j’ai relu ce matin ce texte de Pamela Kribbe. Peut-être pourrais-tu lire ou relire ce texte?
      Qu’entends-tu par : Le grand saut? Le grand saut vers quoi?
      Une fois de plus je dirai que lorsque la vie semble nous mettre genoux à terre et que tout va mal, c’est que nous avons des choses à comprendre, un lâcher prise à faire, des situations involutives et alambiquées à démêler, des décisions à prendre.
      Rien ne t’empêche de demander de l’aide lorsque tout te semble trop compliqué.
      (ils sont, paraît-il, nbreux tout autour de nous et ne demandent qu’à nous aider)
      Quelquefois une intention pure vaut mieux que tout ce que l’on essaie de faire pour sortir de nos croyances erronées.
      Je pense à toi. Je t’aime.♥✿♥✿

      • Thibou dit :

        Merci pour ta sollicitude et ton réconfort. La relecture de la nuit noire de l’âme m’a été très profitable, surtout que je relis rarement les différents articles.
        Je sais bien qu’il me reste encore des choses à comprendre, je dirais qu’il reste toujours des choses à comprendre, c’est un apprentissage sans fin.
        Je ne sais pas de quels degrés relèvent mes nœuds et blocages mais il est clair que j’ai encore et toujours à lâcher prise, à laisser circuler ces émotions qui me minent en apparences mais c’est la mise en pratique qui me pose problème !
        Je sais que ces émotions, ces souffrances ne m’appartiennent pas, elles sont là juste pour m’enseigner des choses sur moi-même, sur l’existence. Sauf que quand je suis empêtré dedans, j’ai du mal à faire abstraction…
        Mais je sais aussi que ce sont des montagnes russes et que plus bas je me sens plus haut je rebondirai, il y a juste à gérer le bas quand on y est.
        Et peut-être un jour arrivera le moment où je serai prêt pour ce grand saut pour vivre plutôt que croire. Ressentir la conscience unique, abandonner le sentiment de séparation, déchirer le voile. Je n’ai plus besoin me convaincre de la réalité de tout cela mais je souhaiterais pourvoir le vivre, en faire l’expérience et surtout m’en souvenir.
        Je pense que cela m’arrivera dans un état de conscience modifié, peut-être au cours d’une méditation, peut-être dans un rêve lucide, peut-être en réussissant à sortir de mon corps…
        Il semble que j’ai besoin d’aide et il est vrai que j’en demande peu souvent, merci de me rappeler que j’ai le droit au moins de demander.
        Merci pour ta douceur.
        Je reconnais la parcelle de divin au fond de toi qui est aussi en moi.
        Je nous aime.

        • Li dit :

          Ah, Thibou,Thibou!
          Ta tristesse et ta lassitude me touchent beaucoup. Je te comprends si bien…
          Et si tu faisais un break? Si tu arrêtais un peu de penser à toutes ces choses qui semblent te plomber en ce moment?
          Si tu essayais de te ressourcer dans la nature, par exemple? La nature est d’un tel réconfort. Touche des arbres, cours dans les champs (si tu peux) marche, défoule-toi, vis!
          Peut-être le fais-tu déjà?
          Choisis la vie une bonne fois pour toutes!
          Courage Thibou, je suis sûre que tu vas la sortir cette tête de l’eau! On est souvent plus fort que ce que l’on croit.
          M. Brown dit: Le chemin de la sortie se trouve dans la traversée…
          Mon messager vient de partir, emportant avec lui une tonne d’Amour, des énergies très positives et une grande lumière.
          J’espère que tu le recevras bien vite. ❤✿❤

          • Li dit :

            Thibou,
            Je ne sais pas si tu as lu les messages laissés à Virginielume sur « le Passeur »?
            Ils répondent bien au chaos que tu es en train de vivre.
            Affectueusement.
            Li ❤✿❤

        • margelle dit :

          Bonjour Thibou,
          Je pense, quant à moi, que tu es en train de faire le chemin, que tu es en route… Peu importe qu’il y ait des difficultés, ou du moins, il est normal qu’il y en ait… Nous avons tou-te-s tellement de conditionnements intérieurs, de voiles, qu’il nous faut voir pour pouvoir les enlever. De mon expérience cela se fait, et pas tout d’un coup… avec le temps… mais la joie vient quand on est sur le chemin du dévoilement… et c’est bon de pouvoir le partager avec les autres, comme nous le faisons tou-te-s ici… C’est merveilleux… Chacun a son chemin, sa voie, et doit la respecter telle qu’elle se présente. Je crois qu’est là le plus grand respect que nous nous devons à nous-même… et aimer ses propres difficultés, quel beau cadeau nous nous faisons là…. et reconnaître la parcelle divine au fond de soi et de l’autre, quelle merveille !!
          Avec tout mon amour…. ♥♥

          • Thibou dit :

            Li, Margelle, merci beaucoup pour votre réconfort.
            Li, tu as tout à fait compris que je suis en train de faire une pause à ma façon, j’irai faire un tour ou deux en forêt dès que j’en aurais l’occasion !
            Merci pour la lecture des messages de Virginie, je m’y retrouve et les conseils sont transférables.
            Merci enfin pour la citation de Michael Brown, j’ai littéralement senti mon cœur touché par ce que j’ai lu !
            Margelle, il est clair que l’Amour que j’essaie de consacrer aux autres, je pourrais m’en garder une part non négligeable à moi-même dans toute ma parfaite imperfection !
            Recevez toute les 2 ma gratitude et plein de bonnes ondes !

        • pierrot dit :

          Regardes une comédie aussi.
          Car si les pensées agissent sur le corps, le corps agit aussi sur nos pensées.
          Donc même si tu n’as pas envie de sourire rien que le fait de sourire met du baume au coeur 🙂

  17. Li dit :

    Passeur,
    Ce texte suscite beaucoup de ????
    1- Lorsque vous parlez de l’ascension du mental vers le mental supérieur. Parlez-vous de la conscience supérieure ou réellement du mental?
    Je n’avais pas tilté qu’il fallait élever son mental, je pensais qu’il fallait qu’il se « calme »…

    L’impact, d’un egrégore (négatif), peut-il empêcher ce changement de conscience, ce glissement vers une nouvelle intelligence?

    Même si nous en avons l’impression, comment pouvons-nous être sûr d’avoir surmonté toutes nos peurs et celle de la mort?
    Je ne mesure pas encore l’importance d’une telle compréhension sur la mort, si ce n’est de nous aider à nous débarrasser de nos peurs…?
    Mais si vous en parlez c’est certainement que cela a une grande importance…
    Je suis à cet instant tellement impliquée à être dans l’instant présent en conscience que je ne suis pas encore interpellée par le sujet de la mort.
    Bon j’arrête là pour le moment!
    Je vais relire ce texte, qui demande beaucoup d’attention et lire les futurs commentaires qui répondrons certainement à mes questionnements ultérieurs.
    Bisous à tous. ❤✿❤

    • Le Passeur dit :

      Ne vous mettez pas la pression. Je parle bien du mental. Notre mental va évoluer vers ce que l’on peut appeler le mental supérieur, tout comme l’égo va totalement quitter la dualité mais ne va pas disparaître en tant que conscience de son individualité. La compréhension par le mental du mécanisme de l’incarnation et de la désincarnation sert à intégrer une part de la Connaissance à ce niveau. Cela participe à l’éveil global de la conscience de manière importante en ceci que le mental (outil favori de l’égo) a peur de l’inconnu et de l’absence de contrôle que cela implique. De son point de vue la mort recèle tout ce qui l’effraie donc le plus et cette peur est bel et bien derrière toutes les autres. C’est la source même des liens dont nous nous défaisons. En ceci il est important qu’il puisse comprendre de quoi il s’agit.

      Imaginez l’humain comme un ordinateur fonctionnant avec différents logiciels dont chacun a sa fonction et son langage propres. Si vous faites une mise à jour de tout le système, il vous faut mettre à jour tous les logiciels et donc les informer dans leur langage. Le mental a le sien et il convient aussi de l’informer dans son langage, sur les critères qu’il comprend et qui lui permettront de se mettre à jour.

      • Li dit :

        Merci passeur pour vos si limpides explications.
        Effectivement rien n’est à zapper!
        Les pièces du puzzle commencent à bien s’imbriquer.❤✿❤✿

        • Li dit :

          Cela va vite en ce moment Passeur!
          Le rythme où vous publiez ces textes, si enrichissants, et la compréhension que je peux en avoir, tendent à me faire penser qu’il est peut-être temps de mettre le turbo…?
          ✿❤✿❤

      • Mj auer dit :

        Merci pour cette explication clair … Il y a quelques annees mon ego m empechait de faire un travail sur moi car il, je , croyai que il, je, ma personnalitee n existerai plus. Il je nous sommes rassure et pouvons continuer

  18. Aiouch dit :

    Au-delà de nos croyances, la Vérité se révèle
    Au-delà est l’Éveil …

  19. François dit :

    « Lorsqu’en ses cellules, l’Homme transcende cette peur de l’au-delà en acceptant tout d’abord de la reconnaître puis de la « conscientiser émotionnellement », il est alors prédisposé à admettre de nouvelles vérités. »

    Merci de cette absolue Vérité…! Elle peut-être exprimée de différentes façons mais le fond reste le même…

  20. angie dit :

    Wahou…..Le texte dépasse ma compréhension par moments mais mes expériences de l’indicible se rapprochent de ce que ces propos laissent entrevoir…Les voiles se soulèvent, et tant que nous serons dans la peur nous ne pourrons regarder ce qui est dévoilé…
    Les croyances ne sont heureusement pas inéluctables, nous pouvons nous retrouver sur une terre vierge par nécessité d’un coup….Notre âme crée les conditions du passage sans heurt, ayons donc foi comme ces maîtres cathares se jetant dans le feu….Amen

  21. pierrot dit :

    A partir du moment où l’âme habite un corps, elle s’identifie à ce corps. C’est le « JEU » du « JE » qui n’est autre que le jeu de l’incarnation, le jeu de l’oubli.
    Je trouve cela très clair et limpide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *