Les symptômes de la transformation

Depuis plusieurs mois, voire des années, un grand nombre d’entre vous se sentent incommodés par divers « désordres » physiques et psychiques. Ces  manifestations surviennent par paliers et l’un d’eux semble d’actualité depuis l’éclipse de la pleine Lune du 10 Décembre. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter, ce qui ne veut pas dire, en cas de persistance de symptômes ou d’inquiétude profonde, qu’il ne faut pas consulter un thérapeute de sa convenance. Cela dit, ces symptômes souvent gênants, parfois physiquement très douloureux, ne durent pour la plupart jamais très longtemps et sont le signe des transformations en cours dans nos organismes. Cela va avec l’Eveil.

Voici pour rappel un inventaire des symptômes observés et leurs explications qui me semblent très représentatifs.

Le Passeur.

Ci-dessous les douze signes décrits par Geoffrey Hoppe et Tobias et plus bas, la quarantaine indiquée par Karen Bishop :

– Des douleurs et des malaises, spécialement dans le cou, les épaules et le dos.

Ceci est le résultat de changement intense dans votre ADN, puisque les semences christiques se réveillent intérieurement. Cette situation va passer.

– Des sentiments de tristesse profonde sans aucune raison valable.

Vous êtes en train de relâcher votre passé (de cette vie et de vos vies antérieures) et ceci vous cause des sentiments de tristesse. Ceci est la même expérience que de déménager d’une maison dans laquelle vous avez vécu pendant plusieurs années. Même si vous vivez une grande joie de déménager dans une nouvelle maison, il y a quand même de la tristesse de laisser derrière vous tant de souvenirs, d’énergies et d’expériences passés dans la vieille maison. Cette situation va également passer.

– Pleurer sans aucune raison apparente.

Cette situation est similaire à la précédente. Il est bon de laisser les larmes couler. Ça aide à relâcher les vieilles énergies intérieures. Ceci va également passer.

– Des changements soudains dans votre emploi ou votre carrière.

Ceci est un symptôme très commun. Quand vous changez, les choses autour de vous vont changer également. Ne vous inquiétez pas pour trouver l’emploi parfait ou la meilleure carrière maintenant. Cette situation va passer. Vous êtes dans la transition et vous allez probablement avoir plusieurs changements d’emplois avant de trouver celui qui comble votre passion.

– Retrait de vos relations familiales.

Vous êtes connecté à votre famille biologique par un vieux karma. Quand vous sortez du cycle karmique, les liens de l’ancienne relation sont relâchés. Ce sera comme si vous êtes en train de vous éloigner de votre famille et vos amis. Cette situation va également passer. Après un peu de temps, vous allez développer une nouvelle relation avec eux si c’est approprié. Toutefois, la relation va être basée dans la nouvelle énergie sans les attachements karmiques.

– Cycles de sommeil inhabituels.

C’est probable que vous allez vous réveiller plusieurs nuits entre deux heures et quatre heures du matin. Il y a beaucoup de travail qui a lieu en vous et ça vous amène souvent à vous réveiller pour reprendre votre souffle. Ne vous inquiétez pas. Si vous ne pouvez pas vous rendormir, levez-vous et faites quelque chose au lieu de rester au lit et ne vous inquiétez pas à propos des tracas humains. Ceci va également passer.

– Des rêves intenses.

Ceux-ci peuvent inclure des rêves de guerre et de batailles, des poursuites ou des rêves de monstres. Vous êtes littéralement en train de relâcher de vieilles énergies intérieures et ces énergies du passé sont souvent symbolisées par des guerres, des scènes de fuites. Ceci va passer avec le temps.

– Des désorientations physiques.

Quelques fois, vous allez vous sentir déconnecté. Vous allez être « spatialement défié » avec le sentiment de ne plus pouvoir placer les deux pieds par terre ou que vous êtes en train de marcher entre deux mondes. Lorsque votre conscience va faire le passage à la nouvelle énergie, votre corps va parfois traîner derrière. Prenez plus de temps dans la nature pour vous aider à vous connecter à la nouvelle énergie intérieure. Ceci va aussi passer.

– Augmentation de « l’auto-communication ».

Vous allez remarquer que vous allez vous parler tout seul plus souvent. Vous allez réaliser soudainement que vous étiez en train de bavarder avec vous-même pendant les 30 dernières minutes. Il y a un nouveau niveau de communication qui va s’établir en vous-même, et vous avez expérimenté la pointe de l’iceberg en matière de communication seule. Les communications vont augmenter et devenir plus fluides, plus cohérentes et plus perspicaces. Vous n’êtes pas en train de devenir fou, vous êtes seulement « Shaumbra »* en train de déménager dans une nouvelle énergie.

– Sentiment de solitude même en présence des autres.

Vous allez peut-être vous sentir seul et rejeté des autres. Vous allez ressentir le besoin de vous éloigner des groupes et des foules. Comme Shaumbra, vous êtes en train de marcher dans un sentier sacré et solitaire. Même si ce sentiment de solitude vous cause de l’anxiété, il est difficile de se lier aux autres à ce stade. Le sentiment de solitude est également associé au fait que vos guides sont partis. Ils ont été avec vous tout au long de vos aventures dans toutes vos vies. Il était temps pour eux de s’éloigner afin que vous puissiez prendre votre place dans votre propre divinité. Ceci va passer. Le vide intérieur va être rempli par l’amour et l’énergie de votre propre conscience christique.

– Perte de la passion.

Vous allez probablement vous sentir dépassionné, avec le désir de ne faire rien. Ceci est correct, et c’est seulement une partie du processus. Prenez le temps de ne faire rien du tout. Ne vous bataillez pas avec vous-même à ce sujet, puisque ce sentiment va également passer. C’est similaire au fait de redémarrer un ordinateur. Vous avez besoin de vous fermer pour un certain temps afin de charger les logiciels sophistiqués, ou dans ce cas-ci, la nouvelle semence d’énergie christique.

– Un sentiment profond de retourner à la maison.

Ceci est probablement le plus difficile. Vous allez expérimenter le désir profond de quitter la planète et de retourner à la maison. Ce n’est pas un sentiment suicidaire.
Ce n’est pas basé sur la colère et la frustration. Vous ne voulez pas faire une scène à ce sujet et causer un drame à vous-même ou aux autres. Il y a une partie silencieuse en vous qui désire retourner à la maison.
Les racines qui sont à l’origine de ce sentiment sont très simples. Vous avez complété vos cycles karmiques. Vous avez complété votre contrat dans cette vie. Vous êtes prêts à commencer une nouvelle vie pendant que vous êtes encore dans ce corps-ci. Pendant cette période de transition, vous avez un souvenir intérieur de ce que c’est que de vivre de l’autre côté. Êtes-vous prêts à vous enrôler dans de nouvelles fonctions ici sur la Terre ? Êtes-vous prêts à entreprendre le défi de déménager dans la nouvelle énergie ? Oui, bien sûr que vous pourriez retourner à la maison maintenant. Mais vous êtes venu jusqu’ici, et après plusieurs, plusieurs vies, ça serait honteux de partir avant la fin du film. En outre, les esprits ont besoin de vous ici afin d’aider les autres dans la transition de la nouvelle énergie. Ils vont avoir besoin d’un guide humain, tout comme vous, qui avez entrepris le voyage de la vieille énergie vers la nouvelle. Le chemin que vous prenez à présent fournit les expériences qui vous permettront de devenir des enseignants de la nouvelle divinité humaine. Même si votre voyage semble sombre et solitaire par moment, souvenez-vous que vous n’êtes jamais seul.

* Shaumbra est le nom que Tobias utilise pour le groupe d’humains qui passent a travers le processus de l’éveil. Tobias fait remonter l’origine du mot a l’époque de Yeshua ben Joseph (Jésus), quand certains – dont de nombreux Esséniens – se rassemblaient pour des rencontres spirituelles secretes. La traduction en vieil Hébreux, en décomposant le mot, donne pour la premiere partie du mot Shaumbra, « Shaum » prononcé  « shau-home » : la maison et la famille, et pour la seconde partie du mot »bra » prononcé « ba-rah »: le voyage et la mission. Quand ces deux consonances sont réunies, cela donne « shau-home-ba-rah » qui signifie la famille qui accomplit un voyage et qui expérimente ensemble.

Source originale : Geoffrey HOPPE and Tobias, « Twelve Signs of Spiritual Awakening », Reiki the Healing Path
Source web 

Les symptômes selon Karen Bishop :

– Sensation d’être comme dans une cocotte-minute ou en surchauffe d’énergie; une sensation de stress.

Ces symptômes sont parmi les premiers généralement ressentis. Au début, lorsqu’arrivent les « sauts » d’énergie, ils apportent avec eux une vibration nouvelle plus élevée. Les vieux schémas, les vieux comportements et les vieilles croyances sont poussés vers la surface afin d’être évacués. Cela peut-être un grand stress de ressentir cette pression qui vous traverse, ou de ressentir que vous êtes surchargé. Si vous êtes encore dans un mode de vie conventionnel, soumis aux pressions du courant dominant, cette nouvelle énergie peut, réellement, «vous en rajouter». Vous vous ajusterez finalement à cette vibration plus élevée et beaucoup sera aussi entrepris pour vous libérer intérieurement. Davantage d’espace intérieur pour davantage d’énergie plus élevée !

– Dépression.

Ce symptôme figure indiscutablement parmi le trio de tête des symptômes et il est très largement répandu. Le processus d’ascension élimine tant de nos énergies sombres et denses que nous nous sentons encore « en elles » pendant quelque temps. Et nous pouvons avoir l’impression que les choses ne pourront tout simplement jamais s’améliorer. Et, pour couronner le tout, le monde extérieur n’est plus en accord avec le nouveau « vous » qui vibre désormais à un niveau supérieur. Ce n’est pas génial à l’extérieur et vous pouvez vous demander s’il existe un lieu où cela serait mieux. Pour cette raison nous percevons tout ce qui nous entoure comme parfaitement laid et déplaisant. De plus, lorsque nous vibrons à un niveau supérieur et que nous devons attendre que le monde extérieur se manifeste lui aussi sur un plan plus élevé, nous pouvons avoir l’impression que cela va durer éternellement.

L’envie de laisser tomber et le sentiment que les choses ne changeront jamais sont également très fréquents. Ce processus est long. Une humanité, un monde et une réalité sens dessus dessous sont en train de se remettre d’aplomb. Il y a pourtant un joyau dans la lenteur du processus, et un effet secondaire nécessaire et parfaitement planifié. Car nous ne pouvons pas créer à partir de l’ego. Nous devons atteindre un stade où nous serons OK quoi qu’il arrive. Être désappointé à propos de quelque chose qui nous semble éternel, nous apprend finalement que nous n’obtiendrons jamais rien qui nous paraisse indispensable. Lorsque nous apprenons à nous détacher, à laisser aller tous nos attachements, c’est alors précisément que nous obtenons ce que nous voulons. C’est comme de la magie et une partie essentielle du processus de l’ascension implique de laisser aller tous les attachements. Lorsque nous parvenons dans cette dimension, nous sommes véritablement au paradis, car absolument rien ne peut plus nous affecter ici et nous obtenons également tout ce que nous désirons, même si nous ne désirons rien. Il s’agit d’un symptôme véritable de notre « arrivée » et c’est seulement à partir de ce point que nous pouvons être totalement en paix.

– Anxiété, panique et sensations hystériques.

Quand votre ego commence à s’éloigner de vous, il se met littéralement à « flipper » car il ne veut pas cesser d’exister. Vous pouvez avoir l’impression que c’est la fin de tout (ce qui est vrai la plupart du temps !). Votre organisme est aussi en surcharge et vous pouvez sentir que vous faites de l’hyperventilation. Il vous arrive des choses que vous ne parvenez pas à comprendre. Vous perdez aussi les modes de comportement de niveau vibratoire plus bas que vous aviez développés pour survivre en 3D. Ce qui peut vous faire sentir impuissant et vulnérable. Ces modèles et ces comportements que vous perdez ne sont plus nécessaires dans les dimensions supérieures. Lorsque nous expérimentons la mort au niveau 3D, nous pouvons paniquer et être pris d’anxiété car nous ne savons pas où nous allons. Lorsque j’eus à franchir un grand « saut », je savais que je « partais ». Mon guide non-physique d’ascension me dit de me relaxer et de faire confiance, et c’était vraiment très paisible de l’autre côté. En l’absence de cadre de référence, ce fut néanmoins difficile. Je fais maintenant totalement confiance, je m’abandonne entièrement et cela m’aide énormément. Lorsque finalement vous « arriverez », vous serez à l’unisson et vous ressentirez énormément d’amour et de sécurité. Attendez, c’est tout ! Et sachez aussi que d’autres vont là où vous allez… vous ne partez pas seul.

– Besoin de manger souvent accompagné de ce qui ressemble à de l’hypoglycémie.

Un désir insatiable de protéines. C’est aussi l’un des premiers symptômes ressentis par beaucoup. Nos corps brûlent une incroyable quantité de carburant au cours de ce processus. Tandis que nous sommes en train d’être radicalement transformés, chaque once d’énergie disponible est utilisée. Ce que j’ai trouvé de mieux à faire durant cette période est de consommer des protéines tout en restant tranquille. Ces périodes d’hypoglycémie vont et viennent depuis plusieurs années, mais s’améliorent vraiment au fur et à mesure de l’ajustement de nos corps.

– Prise de poids, spécialement dans la région abdominale.

La prise de poids a été rapportée par beaucoup. Il est intéressant de noter que plusieurs des symptômes de l’ascension ressemblent énormément aux symptômes de la ménopause, sauf que de nombreux hommes les ressentent aussi ! J’ai découvert que la région abdominale est d’une grande protection pour le plexus solaire. Avec nos vibrations internes qui commencent à s’élever, le monde extérieur semble parfois assez horrible. Chaque fois que je me trouve dans le monde « extérieur », je remarque que mon ventre semble se dilater. Certains croient que nous gagnons un « ventre de Bouddha » lorsque nous atteignons des états de conscience plus élevés. Et ces individus tirent une grande fierté de leurs ventres ballonnés ! (Quant à moi, je le préfère mince et plat…). Mais finalement, la prise de poids est très courante. Tandis que nous perdons de plus en plus de notre densité, nous craignons inconsciemment de disparaître et nous voulons du poids supplémentaire. Ce supplément de poids est, de plus, extrêmement bénéfique en ce sens qu’il nous garde les pieds sur terre et qu’il nous soutient pour conduire et supporter ces nouvelles vibrations plus élevées. Quoi que vous fassiez, jeûne ou exercices intenses et réguliers, ce poids supplémentaire ne partira pas, car il n’est pas supposé disparaître. Il est là pour nous aider. Cela m’a pris deux ans, mais j’ai fini par m’y habituer.

– Maux et douleurs inhabituels dans différentes parties de votre corps.

C’est un autre symptôme parmi les plus répandus. Se manifestant sans raison apparente, c’est un signe de purification et d’évacuation d’énergie 3D tandis que d’autres parties de nous vibrent sur un plan plus élevé. Vous pouvez ressentir des douleurs dans différentes parties du corps pendant plusieurs semaines et les voir disparaître ensuite sans raison apparente.

– Douleur cardiaque et palpitations.

Ces symptômes sont courants chez beaucoup. Nos cœurs tentent de s’adapter à une fréquence nouvelle et plus élevée. Vous pouvez avoir parfois l’impression de faire une crise cardiaque. Lorsque j’ai traversé cette phase, j’ai dû littéralement m’aliter et rester tranquille car le moindre mouvement ajoutait trop de stress à mon cœur déjà surmené. Une visite aux urgences m’a assuré que tout était OK, mais moi je ne me sentais absolument pas ainsi. De plus, pendant cette période, chaque fois que j’avais une pensée de vibration plus basse, ou que j’avais peur, mon cœur se serrait et arrêtait littéralement de battre. C’était violent, mais ce n’était pas une maladie et cela a fini par passer. Nos cœurs eux aussi doivent s’aligner en vue de notre arrivée dans le Monde Nouveau et de notre connexion à lui.

– Irritation oculaire et vision troublée.

Tout simplement, vos yeux sont en train de s’ajuster pour voir de manière nouvelle, dans une dimension plus élevée et une nouvelle réalité.

– Se réveiller entre deux et quatre heures du matin.

Au fur et à mesure de votre progression, vous vous réveillez chaque matin à cinq heures. Il se passe tant de choses aux niveaux supérieurs que nous ne pouvons pas rester « ailleurs » très longtemps. Nous avons besoin de revenir dans nos corps. Ma théorie personnelle concerne l’accès aux dimensions et je la crois réellement vraie. Au début, nous nous réveillons régulièrement entre deux heures et quatre heures du matin. Et nous restons complètement éveillés pendant plusieurs heures. Nous sommes en train d’accéder aux dimensions et nous y arrivons au travers de ces portails dimensionnels lorsque nous nous réveillons. Puisqu’au début nous lâchons beaucoup, et que nous avons besoin de retourner « en arrière » partout où nous avons un jour été, nous commençons dans les dimensions les plus basses. Finalement nous entrons dans la cinquième dimension et nous nous réveillons à cinq heures du matin. Après le saut d’évolution de notre masse critique en janvier 2006, je ne me suis jamais réveillée le matin avant midi ! Je dois avoir l’air de quelqu’un de très paresseux, mais l’ascension est très concernée par le nombre « 3 » et ce nombre commence à prendre beaucoup d’importance pour moi. Si je m’obligeais à me réveiller plus tôt, je me sentais vraiment ‘désalignée’ et complètement à côté de la plaque. Avant cela, c’était dix heures trente tous les matins. J’espère seulement que j’arriverai à me réveiller plus tôt un jour ou l’autre dans le futur !

– Des périodes de sommeil très profond.

Lorsque l’énergie est immobile et que nous en avons fini depuis un moment, nous parvenons à nous reposer. Pendant que nous intégrons et que nous nous préparons pour la prochaine phase de mouvement intense d’énergie, nous devenons très léthargiques. Il peut devenir presque impossible de garder les yeux ouverts à la lumière du jour, et des siestes diurnes peuvent devenir une habitude régulière nécessaire. Même si vous pensez que vous pouvez vous entraîner à regagner quelque énergie, au moindre effort vous vous retrouverez généralement affalé sur le canapé.

– Traverser des hauts et bas émotionnels, avec crises de larmes.

Ce sont nos émotions qui transportent l’énergie. Lorsque nous nous écroulons (et c’est justement ce que nous faisons), nous pouvons être extrêmement émus. Lorsque nous nous laissons aller nous sommes capables de pleurer pour tout et pour rien. Un film triste, et même une pub. Nous pouvons pleurer si l’on est gentil avec nous, nous pouvons pleurer d’apaisement et nous pouvons pleurer face à toutes sortes de souffrances. Les larmes sont de grandes « nettoyeuses » et sont très libératrices. Je sais toujours que quelque nouvelle énergie vient d’arriver parce qu’alors je peux me retrouver en train de pleurer au volant de ma voiture. Ce symptôme semble être des plus permanents et pas près de s’éloigner de nous. Mais au moins il est assez indolore !

– Sueurs nocturnes et bouffées de chaleur.

Pendant certaines phases de l’ascension, nos corps décident soudainement qu’ils vont brûler nos aspects les plus bas et les plus denses. Vous pouvez vous réveiller en nage la nuit, ou avoir très chaud dans la journée. Il peut faire à peine deux degrés dehors, mais vous vous sentez parfaitement bien en manches courtes.

– Avoir froid et être incapable de se réchauffer.

Lorsque nous pénétrons dans une dimension plus élevée après beaucoup d’intégration, de purification et autres processus d’ascension, nous devenons très frileux. Nous sommes dans un entre-deux et nous nous préparons à nous élever. Au cours de ces périodes et quoi que vous fassiez, il peut-être extrêmement difficile de vous réchauffer. En général je me plonge dans une baignoire d’eau chaude avant de me glisser sous un gros édredon.

– Des rêves vibrants, sauvages et parfois violents.

Lorsque nous rêvons nous libérons l’énergie vibratoire plus basse de nombreuses vies. Si vous recevez habituellement vos plus hautes informations dans vos rêves, vous libérerez très certainement beaucoup de basse énergie la nuit. Je considère que vous avez vraiment de la chance, car beaucoup d’entre nous libèrent cette énergie en étant parfaitement éveillés. Ces rêves n’ont généralement pas de sens, mais vous pouvez cependant les décrypter si vous êtes entraîné à le faire. Ces rêves qui ressemblent à un trip dû à l’acide surgissent de manière visible parce qu’ils véhiculent une énergie qui est sur le départ, et qui ne reviendra jamais. Au travers de ce processus, nous libérons toutes nos vies passées.

– Vertiges, étourdissements et pertes d’équilibre.

Voici la définition de la Merkabah : des champs de lumière s’enroulant en sens opposé autour du corps/esprit et qui servent à transporter le corps/esprit d’une dimension à une autre. Et c’est précisément ce qui est en train de se produire. Tandis que nous nous connectons à nos corps de lumière et que nous commençons à pénétrer dans une dimension plus élevée, nous commençons à tournoyer et nous pouvons connaître des vertiges et des étourdissements. Si vous savez que ce symptôme signifie que quelque chose de merveilleux est en train de se produire, ça peut-être formidable et tout à fait amusant… comme faire un tour sur les montagnes russes.

– Des douleurs dans tout le corps et des jours d’extrême fatigue.

Nos corps sont en train de se transformer en une forme pure comme le cristal afin de nous permettre de résider dans les dimensions supérieures et d’être en mesure de recevoir en permanence la lumière la plus élevée. Ce processus ne peut pas se faire du jour au lendemain, il est donc continuel. C’est la raison pour laquelle vous pouvez avoir l’impression d’avoir cent ans et d’être à peine capable de traverser une pièce. Une fatigue continuelle fait aussi partie des symptômes, pour les mêmes raisons. Nous sommes en train de perdre notre densité et de subir une restructuration radicale.

– Ballonnements importants et indigestion.

Lorsque surviennent les vagues d’énergie, nombreux sont ceux qui connaissent d’importants ballonnements, car ils se développent énormément. Cela peut durer, mais c’est surtout intermittent.

– Pertes de mémoire, difficulté à trouver ses mots.

Ce symptôme est si fréquent qu’il est préférable de rire lorsque nous tentons d’entretenir une conversation. « J’étais en train de prendre un verre de… vous voyez ce que je veux dire… ce truc blanc… euh… comment ça s’appelle déjà ? ». « Est-ce que tu as regardé le… euh… cette manifestation où les concurrents viennent du monde entier ? » Parfois nous ne pouvons même pas parler du tout parce que nous sommes tout bonnement incapables d’accéder à quoi que ce soit. Cela arrive lorsque vous faites des allers et retours entre les dimensions et que de ce fait vous êtes « déconnecté ». Un autre signe fréquemment rapporté est d’emmêler les caractères lorsqu’on essaie de taper à la machine. En ce cas, nous ne sommes pas alignés sur le « temps » et notre flux est déconnecté car une partie de notre énergie est ici tandis qu’une autre partie est bien loin devant.

– Difficulté à vous souvenir de ce que vous avez fait ou dit la veille ou quelque fois juste une heure auparavant.

Dans les dimensions supérieures, la réalité c’est particulièrement le moment présent. Si nous ne maintenons pas quelque chose dans notre conscience, cela cesse tout simplement d’exister. Nous n’avons pas d’attachements. Nous créons notre propre monde autour de nous à travers nos croyances et nos pensées, et ce à quoi nous ne nous attachons pas n’existe pas. Puisque nous repartons complètement à zéro, tout est flambant neuf, d’instant en instant. À tout moment nous pouvons accéder à quoi que ce soit de notre choix, et créer et expérimenter uniquement cela. Cet état va et vient, mais c’est pratique pour vivre dans les dimensions supérieures. Nous pouvons le ressentir comme un peu inquiétant lorsque cela survient. En outre, puisque nous sommes entre les dimensions, il arrive parfois nous ne sommes ni ici ni là. Ce phénomène peut se produire en même temps aussi.

– Ne pas se souvenir du sens de quelque chose.

Lorsque j’étais dans une période intense du processus de transition et que nous étions sous le coup d’une poussée d’énergie substantielle dans les dimensions supérieures, je me souviens avoir regardé une poubelle sans savoir à quoi cela servait. J’ai dû accéder à ma mémoire du « vieux » et remonter très loin. Ce qui se passait, c’est que j’étais en train de vibrer à un point où tout ne possède que le sens et l’identité que nous lui donnons. Dans les dimensions supérieures, l’énergie c’est juste l’énergie, sans étiquette ni signification. Tout est inédit et nouveau. Un peu comme un ‘Cours en Miracles’ destiné à un processus d’annulation.

– Impression d’être désorienté, de ne pas savoir où vous êtes, perte du sens de votre place. « Mais où suis-je donc ? »

Je ne me sens bien nulle part et rien ne semble me convenir, rien n’est même vaguement correct ! Et je ne connais plus mon appartenance, ni où je vais, pas plus que ce que je suis censé faire ! » Avez-vous jamais eu cette conversation avec l’univers ? Vous avez été propulsé hors de vos vieilles ornières par un saut d’énergie et vous êtes entre deux réalités. Vous avez abandonné beaucoup derrière vous, avec succès, et vous évoluez maintenant dans une dimension toute nouvelle que vous n’avez pas encore complètement intégrée. Vous n’aurez cependant pas beaucoup de temps pour l’intégrer, car à peine êtes-vous un peu plus confortable que vous devez déjà passer au prochain espace vibratoire supérieur. Et en plus, le monde extérieur est bien loin d’être accordé avec votre nouveau mode vibratoire supérieur.

– Une perte d’identité.

Vous jetez un coup d’œil dans le miroir, et vous avez un étrange sentiment de déconnexion car vous ne reconnaissez plus cette image autrefois familière. Vous vous sentez presque hors de votre corps. Une fois que ce phénomène se produit, il ne finit jamais. Vous avez tant libéré de votre moi égoïque, que vous n’êtes plus la même personne, et que vous n’avez plus cet attachement, cette connexion, à votre véhicule physique. Tandis que vous commencez à accéder davantage à votre âme ou soi supérieur, vous n’êtes pas beaucoup dans votre corps. Vous pouvez toujours utiliser votre voix et d’autres aspects du corps pour communiquer, mais vous entrez lentement dans le processus de disparition et de libération de la forme humaine. En outre, vous avez effacé une grande partie de vos anciennes habitudes et vous incarnez désormais beaucoup plus de lumière et un Vous divin plus simple, plus épuré. Tout est en ordre… vous êtes OK.

– Sentiment d’être « hors du corps ».

Même explication que ci-dessus. Le corps physique est le dernier à se mettre à niveau. Une grande partie de nous est désormais dans une dimension plus élevée et réside à l’extérieur de notre corps, parce que notre corps n’en est pas encore là. Il est beaucoup plus dense.

– « Voir » et « entendre » des choses.

Comme nous pouvons désormais accéder assez facilement à des dimensions différentes, il est fréquent que beaucoup voient des choses bouger dans le coin externe de l’œil, ou entendent des choses alors qu’il n’y a rien autour d’eux. Beaucoup connaissent aussi un bourdonnement dans les oreilles, ce qui est fréquent lorsque nous traversons « le tunnel » et que nous accédons à une dimension plus élevée. Selon votre degré de sensibilité et la manière dont vous êtes branché, cela peut devenir une expérience courante. Beaucoup voient des orbes ainsi que des taches de couleur vibrantes.

– Sensibilité accrue à votre environnement.

Foules, bruit, aliments, TV, autres voix humaines, et diverses autres stimulations sont à peine tolérables. Vous êtes aussi très facilement accablé et surexcité. Vous êtes en train de vous accorder ! Sachez que cela finira par passer. Au cours du processus d’ascension nous devenons hypersensibles. À un moment donné, je pouvais littéralement sentir la vibration du poussin quand j’essayais de manger un œuf. En outre, vous trouverez peut-être que vous êtes incapable de manger au restaurant ou d’être dans un magasin et que vous n’avez qu’une envie c’est de vous enfuir aussi vite que vous le pouvez.

– Avoir l’impression que vous devenez fou, ou que vous développez quelque maladie mentale.

Nous expérimentons rapidement plusieurs dimensions et nous nous ouvrons grandement. Beaucoup de choses sont disponibles pour nous maintenant. Vous n’y êtes tout simplement pas habitué. Votre conscience s’est accrue et vos barrières ont disparu. Cela va passer et vous finirez par vous sentir parfaitement « chez vous » comme vous ne l’avez jamais ressenti auparavant, car « chez vous » est désormais ici.

– Avoir l’impression que vous regardez dans un long tunnel descendant afin de vous connecter aux vibrations plus basses; avoir l’impression que vous jouez un rôle ou que vous faites semblant.

Lorsque nous résidons dans les dimensions supérieures, tout ce qui n’est pas là avec nous peut sembler très éloigné. Si vous êtes encore dans un mode de vie où vous êtes en interaction régulière avec le monde extérieur – le vieux monde – vous pouvez avoir le sentiment d’être comme un acteur dans une pièce de théâtre, ou que vous traversez la journée en faisant semblant. Au fond, vous ne résidez plus dans ce monde, même si vous y êtes toujours impliqué.

– Une intolérance pour les choses de basses vibrations (de la 3D) reflétées dans les conversations, les attitudes, les structures sociales, les méthodes de guérison, etc.

Cela vous rend littéralement « malade » à l’intérieur. Lorsque nous commençons à arriver dans les dimensions supérieures et dans une vibration plus élevée, nos énergies ne sont plus en alignement avec l’ancien monde extérieur 3D. Grâce à une intolérance sévère envers ce qui est vieux, nous sommes « poussés » à avancer… poussés à être et à créer le Nouveau. En outre, vous pouvez avoir envie de rester chez vous ou tout simplement d’être seul, car la plupart de tout ce qui est « dehors » ne correspond plus à VOTRE vibration plus élevée. Il s’agit simplement d’une expérience très commune de l’évolution. Nous avançons et nous sommes en avance sur les manifestations extérieures. Être dans le vieux peut nous sembler carrément effrayant. C’est comme avoir à « revenir » après avoir vécu une expérience de mort imminente. Tandis que se poursuit le processus d’ascension, retourner aux dimensions plus basses ne nous semblera pas agréable, et ne sera pas possible pour une longue période, car il est difficile de faire descendre nos vibrations pour résider là. C’est simplement une question d’orientation dans les hiérarchies dimensionnelles. Nous finirons par devenir des experts dans nos techniques d’orientation dimensionnelle.

– Vous n’avez envie de rien faire. Lorsque nous nous sentons comme cela, nous sommes en période de repos, de réinitialisation.

Notre corps sait ce dont il a besoin. Dans ces périodes, vous pouvez avoir le sentiment d’avoir perdu votre passion et votre joie, et de ne pas savoir ce que diable vous voulez faire de votre vie. Et d’ailleurs vous vous en fichez complètement ! Cette phase survient lorsque nous sommes en train de nous réaligner. Aux niveaux plus élevés, beaucoup de choses se réalignent aussi. Elles sont mises en place afin que vous soyez prêt lorsque vous avancerez à nouveau. De plus, lorsque nous commençons à atteindre les dimensions supérieures, faire et faire advenir les choses devient obsolète car les nouvelles énergies soutiennent l’aspect féminin consistant à se prélasser, recevoir, créer, prendre soin de soi et se bichonner. Puisque vous êtes incapable de le faire vous-mêmes, demandez à l’Univers de vous apporter ce que vous voulez. Et sachez que pendant le processus d’ascension on prend toujours soin de vous, même si parfois ça n’en a pas l’air. Les êtres physiques qui traversent ce processus sont très hautement révérés par le cosmos tout entier. On veille sur nous, c’est certain.

– Une envie de rentrer « à la maison » comme si tout est FINI et que vous n’avez plus rien à faire ici.

Alors que nous sommes en train de retourner à la Source, tout est fini. (Mais nous sommes nombreux à rester pour expérimenter et créer le Monde Nouveau.) Nos anciens plans pour venir ici ont aussi été exécutés. Fondamentalement, nous en avons terminé avec notre incarnation précédente qui impliquait d’élever la fréquence de la planète avec l’objectif d’atteindre une masse critique. Nous avons réalisé beaucoup de tout cela par la transmutation des énergies plus sombres et plus denses à travers nous-mêmes. Désormais nous n’avons plus à le faire il se peut que nous ayons seulement envie de sortir de là et de nous éloigner de cette expérience. Ce qui va suivre est tout simplement divin et ne ressemblera pas, même de loin, à la première phase.

– Disparition soudaine d’amis, d’activités, d’habitudes, de jobs et de résidences.

L’une des expériences prédominantes et les plus répandues dans les dimensions supérieures est la Loi d’Attraction. Les énergies semblables attirent toujours les énergies semblables. Et cela s’applique aussi bien aux hiérarchies dimensionnelles. Nous serons toujours appariés selon ce que nous vibrons et selon la manière dont nous vibrons. Tandis que nous nous élevons encore et encore, ce phénomène s’amplifie et représente dès lors le cœur essentiel de notre réalité et de notre existence. Au travers du processus d’ascension, nous évoluons au-delà de ce qui nous est coutumier. C’est pourquoi les personnes et les environnements qui ne correspondent plus à nos vibrations quittent tout simplement notre espace. Cela peut se produire de manière parfois dramatique, ou d’autres fois par un simple désir qui résulte de notre incapacité à rester en relation avec ceux que nous avions l’habitude de fréquenter. Lorsque survient un saut énergétique, nous pouvons ressentir comme l’explosion d’une bombe qui éparpillerait tous les éléments de notre monde en mille morceaux. Finalement nous nous réalignons sur le Nouveau. Et lorsque le Nouveau arrivera, vous vous sentirez te-e-e-ellement mieux !

– Vous êtes absolument incapable de continuer à faire certaines choses.

Lorsque vous essayez de vaquer à vos activités et à votre routine habituelles, cela vous semble carrément affreux. Même chose que ci-dessus. Vous n’êtes plus en accord et il est temps de passer à une manière de vivre, d’être et de créer qui vibre à une fréquence beaucoup plus élevée.

– Vos plans changent subitement au milieu du gué et prennent une direction complètement différente.

Lorsque cela se produit, c’est votre âme qui est en train d’ajuster votre énergie. Cette nouvelle direction semble généralement formidable, car votre âme en sait plus que vous ! Votre âme casse vos choix routiniers et votre vibration habituelle. Nos âmes en savent toujours plus que nous. Au cours du mois de janvier 2006, nous avons vécu ce que j’ai appelé le « choc de l’ascension ». Aux niveaux plus élevés de l’âme nous avions un plan précis et un échéancier. Si nous étions un peu en retard, nous avons quand-même fini par vivre notre pré-plan, que nous ayons été prêts ou non. Cela nous a placés dans de nouvelles circonstances soudaines et immédiates, afin que nous soyons prêts pour ce que nous devions faire ensuite. Je me souviens m’être tout d’un coup transférée de Flagstaff, Arizona, vers une petite ville éloignée du Nord de l’Arizona. Je savais que j’y habiterais un jour, mais pas si rapidement ! Au fil du temps, j’ai pu voir finalement combien c’était parfait. Suivre mon âme au lieu de mon ego a été un fameux défi, mais je suis maintenant éternellement reconnaissante et dans un bonheur total.

– Tant de symptômes, et puis aucun.

La majorité des symptômes de l’ascension se produit lorsque nous passons par « le tunnel », ou plutôt par la phase transitoire entre une dimension et une autre. Ils disparaissent presque tous complètement lorsque la traversée est achevée, et vous vous demandez alors de quoi il s’agissait exactement à ce moment là !

Dans la suite du processus d’ascension, vous pouvez ressentir des symptômes périodiques lorsqu’arrivent des points clés sous la forme de changements d’énergie ou d’alignements planétaires. Plus vous êtes avancé dans votre processus, plus cela devient facile. Il est alors possible que ceux qui sont derrière vous éprouvent des symptômes très intenses pendant ces changements clés, tandis que vous-mêmes en serez modérément conscient, car ils vous soutiennent tandis que vous êtes encore en train de progresser. Vous avez intégré énormément d’éléments et vous êtes maintenant beaucoup plus aligné. Lorsque de nombreuses âmes auront rattrapé leur retard sur vous, vous passerez ensuite à des niveaux beaucoup plus élevés de « morphing ». Fondamentalement, vous avez été restauré et vous êtes désormais capable de vous installer dans les états d’être plus élevés. C’est là où ça peut vraiment devenir amusant, lorsque vous commencez à devenir vraiment un être de niveau plus élevé avec des aptitudes inhabituelles.

Traduction Anne Duquesne – Vu sur Le Jardin de Joeliah

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source).

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

98 Responses to Les symptômes de la transformation

  1. rapahel dit :

    Bonjour,

    cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps, mais j’ai comme un état grippal, je me sens très fébrile et fatigué.
    Je me réveille régulièrement à 5h19…
    je précise que je travaille très régulièrement avec les énergies;.
    pensez vous que ce soit un symptôme de transformation?

    merci!

  2. Narabutin dit :

    Je destine ce message à Elisabeth qui parlait de fybromyalgie non diagnostiquée et d’une douleur dans l’hypocondre.
    Pour faire court je suis magnétiseur et hypnothérapeute certifié (hypnose ericksonienne) et lorsqu’une douleur se manifeste, elle est le signal d’alarme d’un état, d’un stress, d’un ressenti qui peut avoir différentes origines mais dans 80 % des cas il s’agit d’un traumatisme ou d’un choc émotionnel (apprendre une mauvaise nouvelle par exemple).
    Je comprends que les phrases prononcées aient une « résonance » et provoquent des ressentis différents mais ce qu’il y a lieu de savoir avant de supprimer ces douleurs par l’hypnose par exemple (je fais cela tous les jours) c’est de questionner l’inconscient sur le fait qu’il est « écologique » ou non de supprimer cette douleur car ôter la douleur sans se poser la question c’est prendre le risque de faire apparaître autre chose.
    Donc si l’inconscient trouve la démarche correcte c’est l’affaire d’une séance de 40 minutes et vos douleurs n’existent plus, si il ne trouve pas cela écologique il faudra que le thérapeute invite l’inconscient à trouver une autre ressource pour que cela le devienne mais quoi qu’il en soit votre problème de santé peut être réglé très rapidement si vous adhérez à cette démarche bien entendu.
    cordialement, Régis Narabutin

  3. waterbreathing dit :

    je pensais à un truc sur le suicide, suite au commentaire de marie christine, perso, je me demandais si il y avait des différentes entre par ex, des suicides , comme l’euthanasie, et des suicides, comme une volonté de destruction qui s’attaque à soi; les premiers cas ne sont peut-etre pas des suicides, mais des saines libérations, sans forcément entrer ici dans un tel débat, je trouvais drolement  » injuste » d’imaginer des  » repercussions » lourdes, sortes de pénalité karmiques, pour les premiers cas, je dirais que l’intention de destruction, de parjure à sa vie, devrait être une composante du suicide, sinon, est-ce que cela est aussi catégorisé de la même sorte par les carnets de l’éternel ?

  4. waterbreathing dit :

    je suis tombé sur ce passage d’eckhart tolle;
    qd vous niez la douleur emotionnelle, tout ce que vous entreprenez ou pensez est contaminé par elle.Meme vos relations.Pour ainsi dire, vous diffusez cette vibration de souffrance par ml’énergie qui émane de vous, et les autres, la sentent intuitivement.S’ils sont dans l’inconscience il se peut qu’ils se sentent poussés à vous agresser, ou vous blesser d’une manière ou d’une autre.Ou bien alors c’est vous qui les blesserez par une projection inconsciente de votre souffrance.Vous attirerez vers vous tout ce qui peut correspondre à votre état intérieur.P239
    je me demande, en parlant de changer de regard sur l’humanité, pourquoi je vivrai avec des autres qui se barrent, ou m’agressent, me blessent (c’est arrivé) lorsque je vais mal. pourquoi je vivrai, et me tournerai vers des personnes qui n’ont su se transcender à ce niveau qui me semble élémentaire pourtant, que de ne pas tourner de violence, agression à autrui , d’autant plus lorsqu’il est fragilisé ? or, la somme de mes relations humaines se résument à cela, de l’enfance, jusqu’à une forme de milshake traumatique, brassé, ou toute blessure sont remontées, en des conditions des plus âpres.c’est ça l’humanité ?je vois pas trop quelle confiance vivre là dessus..ah oui, on attire selon ce que l’on vibre( perso j’attire plus rien, je dois rien vibrer, donc).

    • Le Passeur dit :

      Je ne sais plus trop comment te dire ce qu’est la résonance. Tu émets une vibration et toute vibration trouve à résonner quelque part. Si tu émets la peur, tu attires l’objet de cette peur par simple loi de résonance.
      Au lieu de laisser mouliner à plein régime ton mental sur le fait que tout ça est injuste et que tu ne vois pas pourquoi tu fréquenterais un tel monde fait de gens agressifs, change ce que tu émets et vois ce qui se passe. C’est à peu près ce qui t’est dit ici par tous ceux qui t’ont adressé des messages, y-compris les échanges de mails que nous avons eus et les articles écrits à ce sujet. Lis ou relis le petit bréviaire de l’ego, particulièrement le chapitre sur la victimisation, et comprends comment fonctionne avec force en toi ce qui ne veut pas mourir et qui pourtant finira par lâcher prise si tu cesses de le nourrir.

      • waterbreathing dit :

        Au lieu de laisser mouliner à plein régime ton mental sur le fait que tout ça est injuste et que tu ne vois pas pourquoi tu fréquenterais un tel monde fait de gens agressifs, change ce que tu émets et vois ce qui se passe.
        tout ça ne me dit pas comment je pourrais croire en une telle humanité, changer ce regard sur celle ci, au delà de toute victimisation, cela ne retire rien à la portée de certains actes qui peuvent être perpétrés, cela ne répond pas à un questionnement qui en surgit, et qui est dérangeant, ne me dit pas comment je peux éclairer d’une once de confiance cette « humanité’.je suppose que répondre à de telles questions, et d’autres, serait « alimenter leur énergie »! je trouve cela facile.
        Tout comme cette histoire de résonance, ça me fait trouver qu’on est les pantins de soi memes, c’est comme si je voulais des réponses par delà, ou meme que ce qui se passe soit « par delà », sinon impression d’un « truc ».
        Il se passe jamais rien avec moi, même le fait que j’aie eu à faire face à des gens déplaisants, c’était exceptionnel,( mais de trop, à un carrefour important) car j’ai mis un peu le nez hors de moi, pour évacuer des tensions que m’ont légué des ancetres arriérés; de quoi donner envie de ne plus mettre le nez en dehors de soi justement, et là, il n’arrive jamais rien, le temps est long, une éternité, mais parfois, jusqu’à encore maintenant,je me dis que ça vaut mieux encore.

        • Le Passeur dit :

          « tout ça ne me dit pas comment je pourrais croire en une telle humanité, changer ce regard sur celle ci, au delà de toute victimisation, cela ne retire rien à la portée de certains actes qui peuvent être perpétrés, cela ne répond pas à un questionnement qui en surgit, et qui est dérangeant, ne me dit pas comment je peux éclairer d’une once de confiance cette « humanité’.je suppose que répondre à de telles questions, et d’autres, serait « alimenter leur énergie »! (…) cette histoire de résonance, ça me fait trouver qu’on est les pantins de soi mêmes je trouve cela facile. (…) Il se passe jamais rien avec moi (…) il n’arrive jamais rien, le temps est long,… »

          Si, ça t’a déjà été dit et c’est expliqué par divers chemins dans nombre d’articles de « L’Eveil ». Je t’invite d’ailleurs à remarquer que tu préfères dire et redire que tu ne sais Comme on dit, aide-toi et le ciel et t’aidera.

    • calou dit :

      y a pas si longtemps (enfin quand meme 3 ou 4 ans) j’en voulais à la terre entière, à l’homme qui pervertissait et detruisait tout, etait monstrueux, je me sentais je suppose comme toi j’aurais pu écrire quelquechose comme ton dernier message.
      Je suis tombé sur un psy qui parle exactement comme le passeur d’ailleurs au début je croyais qu’il était peut-être plus fou que moi, puis petit à petit à force de m’espliquer qu’on attire, en me le montrant dans ce que j’avais pu vivre, dans ce que je vivez, j’ai fini par me demander si c’etait vrai et à regarder les choses differement et j’ai été stupefaite, aujourd’hui j’essai de faire attention à ce que je degage, pense, mais c’est pas facile, j’ai un mental tres tres fort mais je pense que la solution est bien là je souffre beaucoup moins, j’ai eu bcp de chance de tomber sur cette personne, comme toi je n’arrivais pas a comprendre qu’on attirait ce qui nous arrive d’ailleurs ça m’echappe encore mais je dirais que si tu es sur ce site, à t’interroger ce n’est surement pas par hasard en tout cas bon courage à toi

    • elisabeth dit :

      J’aime beaucoup votre image de tresser une natte pour se pendre (cela doit prendre du temps), tout comme Pénélope tissait et détissait sa toile en attendant le retour d’Ulysse,ce qui lui a été bénéfique,peut-être êtes vous en train de suggérer inconsciemment que le temps de tresser la natte, l’envie de suicide aura disparu, le mental ayant laissé sa place à l’Amour de soi, admirant une belle natte tressée chaque jour qui pourrait servir pour monter jusqu’aux étoiles ?
      A mon sens vous pouvez être quelqu’un de très positif ou positive

      • marie christine dit :

        Une question qui m’intrigue, Waterbreathing (et ce sera la dernière) :
        Si tous les humains du monde entier sans exception sont des pourris, pourquoi communiques-tu sur ce blog, malgré ton dégoût ?

        • waterbreathing dit :

          cherche pas, ça doit être une raison douteuse, sans nul doute.C’est une facilité, j’ai la communication aux autres sans l’avoir, je ne vais pas vers les autres, je n’entre pas vraiment en relation avec , mais par écrans interposés, à distances et supports de communication floutés, cela donne une impression de communication, sans se mouiller pour autant.Tu vois, je t’avais dit, c’est glauque.Je mets en ligne un aspect de moi peu communicant, je communique p-e , le gros du temps, surtout avec moi même, qd je vois des personnes concrètement, je reste loin, au fond de moi, et à les voir, je suis comme « coupé » de moi, bloquée en surface; je mets en ligne ma solitude aui monde et autres, un être-seul, beaucoup.

  5. elisabeth dit :

    Bonsoir à tous,
    Entre mon commentaire d’avant-hier soir et ce soir, j’ai eu la chance d’avoir un contact avec une personne » expérimentée » qui, il y a quelques années a souffert des mêmes symptômes que les miens, je parle des douleurs physiques. Les miennes sont de l’arthrose cervicales de la quatrième à la septième cervicale, diagnostiquée ( IRM ) une fibromyalgie suspectée mais non fermement diagnostiquée, et une douleur hypocondre droit que personne ne peut identifier.
    Résultat , c’est la foire à l’empoigne dans tout mon corps, alors inutile de vous dire que lorsque le moral vient s’aligner avec ces états de douleur, c’est l’horreur, et se dire que l’on préfererait que de supporter tout cela.
    Je ne suis pas en train de me lamentersur mon sort, je témoigne c’est tout, et si cela peut aider quelqu’un je serai ravie.
    J’en reviens à mon « contact expérimenté »: Il a dit concernant la douleur : (….Je devais continuer à vivre, sans rien arrêter….) Chose que moi, je n’ai pas faite, je me suis déssocialisée, j’ai fui mes amis mes relations. Voilà, j’ai juste fait le minimum syndical pour survivre.
    Aujourd’hui, j’ai pris conscience qu’il fallait dépasser la douleur,et non plus me l’adjoindre comme seule et détestable partenaire. C’est à dire passer de l’état de victime à celui de  » je m’accroche au mât » et être dans l’action les obligations quotidiennes.
    Un deuxième propos de mon « expert » m’a aussi interpellée, toujours en parlant des douleurs physiques: (….elles ont un sens….)
    Alors, j’ai pris un peu de recul et observé comment je parlais à ma douleur,je disais « ça a une raison d’être  » . Nul, quand on sait ce que le « ça » signifie en psycho.
    Puis, j’ai prononcé à haute voix les 2 phrases, celle de mon « expert » et la mienne , et j’ai comparé. Ma phrase par résonance, prend une tournure d’inéluctable, de fatalisme. L’autre phrase, résonne comme une logique. Cela impliquerait peut-être une meilleure gestion de la douleur, dans la mesure où il semble plus facile d’accepter une logique qu’une fatalité .
    Ces lignes s’adressent aussi à vous, Waterbreathing car par moments je ressents le même malaise que vous.
    Je remercie mon « expert » pour m’avoir montré une certaine voie, que j’emprunte avec beaucoup d’humilité…..( à suivre )
    Bien à vous

  6. waterbreathing dit :

    ne vous en faites pas Marie christine, à une personne que je connais qui a de nombreuses fois eu des envies suicidaires, j’ai conseillé de se tresser une corde avec ses cheveux, d’y passer des années, au nécessaire, un travail d’artisanat, avant de se pendre.(ben oui, elle me parlait de se pendre, c’est elle d’ailleurs qui m’a contaminé)bon, vous trouvez pas ça drole, moi je trouvais ça marrant sur le moment de l’imaginer en train de se fixer le défi de se tresser sa corde, et de pas se pendre avant.. aha.
    à élisabeth, pour moi les douleurs physiques ressenties n’ont trouvé aucune correspondances au niveau de maux physiologiques.J’ai passé des examens, à ce moment, car mon état était inquiétant, j’ai attéri aux urgences, même.
    J’ai bien l’impression que tout cela a été crée par le « mental », dans le sens que j’avais accumulé bcp de violence, energie, émotions qui se sont retournées contre moi, physiquement; par contre, je n’ai pas compris le sens des localisations des douleurs, je les ai trouvées très stigmates, j’ai cherché du sens.J’avais l’impression de vivre qq chose comme un stigmate, comme qq qui serait mort en d’affreuses conditions; ensuite j’ai cherché du coté de ma « famille », et y a bien des personnes qui ont vécu de « drôles » de trucs, mais.. je saurais jamais.
    à ce moment là, pour ma part, je pouvais plus faire grd chose , donc mener une vie sociale, déjà que je suis pas sociale aha !

    C’est vrai que ça égaye.
    je comprends pas la tonalité de cette remarque.C’est en qq sorte, caustique ?

    • Le Passeur dit :

      Il est très possible que tu portes avec toi des mémoires transgénérationnelles et/ou des mémoires de tes propres vies antérieures liées à ces souffrances. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, il existe des techniques aujourd’hui qui lorsqu’elles sont pratiquées par de bons thérapeutes, et ce facteur est très important, ont des résultats parfois spectaculaires. En tout cas elles sont très rapides, c’est à dire qu’elles dénouent les nœuds des sacs émotionnels liés à ces souffrances et permettent donc à celui qui est prêt à évoluer de se débarrasser très rapidement des liens de cette nature. Je pense, entre autres choses aux PMT (Pyramidal Mémories Transmutation) et aux constellations familiales.

      • marie christine dit :

        Très bon conseils du Passeur, Waterbreathing .

        C’est drôle, quand le corps reçoit une poussière indésirable, il éternue . Quand le mental reçoit des suggestions nocives, il les écoute et obéit … Lequel est le plus sage ?
        Moi aussi, un moment donné (et pendant longtemps), je me prenais pour Jésus Christ . Je me croyais destinée à supporter toute la souffrance du monde . Je me souviens, enfant, si je voyais par exemple quelqu’un tomber dans la rue, je croyais que c’était ma faute !
        Il y a toujours moyen de détourner les choses : une corde, c’est aussi un symbole d’alliance . S’encorder pour s’accorder ; être la cordée des grimpeurs vers nos plus hauts sommets . Tresser une corde, oui, avec un joli ruban rose dessus !

        • waterbreathing dit :

          Je ne crois pas m »etre pris pour jésus christ. je crois que ce doit etre associé à mon histoire, plus jeune j’avais un parent qui se posait en victime, et qui je crois, devait attirer ma compassion, d’une certaine sorte, sauf, que bon, c’était un parent, et en plus qui jouait pas son role, accessoirement, ce qui fait qu’au bout d’un moment, je crois cette compassion, foirée, apparemment, s’est mélé d’une propre douleur, qui s’est ensuite assimilée à un peu tout ce qui peut se vivre et faire de souffrant de par le monde.

          • marie christine dit :

            Laisse tomber l’aïeul et pense à toi !

            « Le mental est rusé, mais peu intelligent . Sa stratégie est de vous faire croire qu’il sait ce qu’il fait . En réalité, il est le gardien inconditionnel de vos fantasmes . »

  7. marie christine dit :

    Waterbreathing, ma chérie, ne cherche pas la contradiction chez moi . Je suis justement de ceux qui n’acceptent pas facilement l’ego . J’ai peut-être tort mais c’est comme ça . Je ne considère pas qu’il soit une partie de nous . Il est en nous mais il est en trop . De plus il est imprégné de l’idée de mort puisqu’il nous fait croire qu’il est le garant de notre survie . Il n’est pas un ennemi mais il faut lui faire gentiment comprendre qu’on peut fort bien se débrouiller sans lui, avec l’aide divine . L’ego est un poids . Lâcher du lest sur la mongolfière la rend plus légère et la fait monter plus haut .
    Abandonner l’ego ne nous rend pas malades ; au contraire, ça redonne la santé !
    Alors, j’ai bien l’intention de continuer dans ce sens …!
    Ne t’inquiète pas, il nous en restera toujours assez dans les cellules avant que l’on devienne éthérés !!!

  8. ellias elisabeth dit :

    Rassurant de lire tout cela. Depuis 4 ans ma vie n’est que douleurs physiques,sans explication médicale. Et puis le 7 août 2011,cette même vie a littéralement volé en éclats, tout a explosé, la famille, la santé, le partenaire, les finances, et ce, avec beaucoup de violence . J’ai passé le cap de la révolte et de l’injustice, je suis dans le calme et une certaine forme d’acceptation,mais je n’ai envie de rien et ne me bouge même pas pour faire évoluer ma situation qui n’est pas des plus confortable. Je me réveille souvent à 5 h du matin,suis dans des états seconds, les gens m’ennuient,je fais des rêves bizarres,suis toujours pleine de douleurs que rien ne soigne,suis parfois(involontairement) sur une autre planète, dont je ne voudrais pas revenir tellement j’y suis bien. Pas trop possible d’en parler,de crainte de passer pour folle,Si vraiment c’est cela l’ascension, dur dur et parfois je suis sur le point de lâcher et de ne plus en vouloir tellement c’est douloureux physiquement et moralement. Bon j’essaie de m’accrocher, mais j’aimerais savoir si cela dure longtemps Quelqu’un peut-il m’aider merci

    • Le Passeur dit :

      Il faut voir ça comme une phase de guérison et donc l’accepter comme une étape positive qui signe enfin le passage d’un seuil. Ce n’est pas confortable mais les douleurs qui remontent sont aussi une manière d’évacuer les lourdes émotions enfouies. Ca ne durera pas toujours mais chacun vit une expérience différente sur ce point.

    • alain thomas dit :

      Avec tout ce qui est arrivé dans votre vie en même temps il y a peu, vous voudriez en plus que tout aille bien ?
      Si c’était le cas, vous seriez dans une autre énergie.
      Il vous faut un certain courage tout de même pour traverser cette épreuve.
      Si vous restez en vie, si vous n’utilisez pas d’artifices, le tunnel aura son issue et la lumière arrivera juste après.
      Alors, c’est peut-être dans ces moments-là que certains êtres peuvent vous aider car ils sont venus pour ça.
      Ne les cherchez pas physiquement, demandez régulièrement à vos guides (comme le dit si bien Le Passeur) qu’ils vous indiquent le chemin à suivre pour les rencontrer et quand vous en avez un en face de vous, fiez-vous à votre première intuition, c’est la bonne.
      Vous avez aussi le droit, pendant un temps, de vous reposer sur une épaule pour la tendresse avec une oreille pour l’écoute attentive.
      Gardez le cap, la vie est un passage pour souffrir, apprécier, grandir et évoluer, enfin renaître sous une forme ou sous une autre pour d’autres aventures merveilleuses.
      Et n’oubliez jamais que la vie ne s’interromp pas sur des événements. Les événements ouvrent des portes pour le Nouveau, pour l’Inconnu, en permanence.

      • waterbreathing dit :

        pour ma part je vis peu ou prou la meme chose, et je guéris pas, j’ai plutot l’impression d’aller de plus en plus mal, et de m’y faire, de mourir lentement, à divers dimensions de mon être, et la guérison semble vraiment le plus éloigné de ce que je vis; elle semble appartenir à un autre monde, littéralement.

        • Lucie dit :

          Nous ne savons pas ce qu’est la guérison.
          Courage ! waterbreathing, tu n’es pas seule.

          • waterbreathing dit :

            personne ne le sait ? pourtant des personnes semblent en témoigner plus ou moins, parfois , à travers certaines expériences qui sont partagées sur ce site notamment et d’autres ?ce n’est pas cela non plus la « guérison » ?

          • Lucie dit :

            waterbreathing, au sujet de la guérison :
            Pour certains êtres, la croix de l’épreuve semble être plus salutaire que la guérison.
            Je suis sûre que tout le monde ici, connait des exemples d’individus qu’il est impossible de tirer des ténèbres. On peut même y laisser des plumes…
            Nous ne savons pas ce qu’est la guérison.

        • alain thomas dit :

          Vous savez, quand les choses vont mal, je me retire un peu du monde, je m’assois sur ma chaise dans ma chambre et je fais le vide.
          Toutes ces pensées qui affluent et qui voudraient que vous soyez vaincu, abattu et bien je les regarde passer, comme les nuages dans le ciel.
          Elles ne me touchent plus. Je ne les assemble plus pour en faire une histoire. J’en ai marre de ces histoires que l’on fabrique sans cesse pour se faire du mal, je fais le vide.
          Et je souris, je me souris, je respire profondément puis je me redresse sur ma chaise le dos bien droit et je médite.
          Il y a plusieurs façons de méditer, j’ai choisi de ne méditer sur rien. Ça calme l’esprit.

          • waterbreathing dit :

            Je n’arrive pas à vivre dans ce monde, j’arrive pas à vivre avec les autres, ma vie en conséquence est un chaos, un chantier perpétuel, je ne parviens pas non plus à en tramer une quelque histoire, comme si ces derniers mois avait confondu toute trame d' »évènements si improbables, fait s’entrecroiser différents pans, ou plans de réalités, au point que je ne puisse plus rien en organiser.
            puis au sortir de tout cela, je ne suis pas une personne neuve, rien n’a changé.j’y crois plus. en quoi d’ailleurs il s’agirait d’y croire ? je ne sais même plus.

          • Lucie dit :

            Ah ça oui ! alain thomas…
            Méditer sur rien, ça calme le mental.

            Laisser de côté le chantier perpétuel dont parle waterbreathing.

          • waterbreathing dit :

            je suis tout le temps vide, pas besoin de faire le vide, ( personnellement qd je vais mal, j’arrive pas à méditer, jarrive pas à faire le calme, ou à porter une véritable attention à quoique ce soit)je vogue vers la mort intérieure. Je ne crois plus à l’éveil, je ne crois pas en l’humanité, je ne crois pas en ses potentiels, je ne crois pas en ce monde, ou alors dans un autre monde, ailleurs, ou des temps plus tard. j’y arrive pas. et le pire c’est que je « crois » que la croyance est une dimension de la réalité qui agit sur elle meme, donc la mienne de croyance nourrit un monde desespérant. j’ai l’impression d’une arnaque, d’une duperie à « vivre » en ce monde.. rien n’en ressort de lumineux, toutes » épreuves « ne font ressortir chez moi que de la désillusion, et du dégout, cela empire sur des mois. comme à s’être juste fait avoir à un jeu dont on ne détient pas ts tenants et aboutissants, et qui me semble pas meme juste, ou honnete. une sorte d’éternel dégout, c’est tout ce que j’en ressens, presque renouvellé chaque jour.bref, salut/au revoir.

          • alain thomas dit :

            Je ne partage pas votre point de vue.
            J’ai noté à plusieurs reprises une pointe d’humour assez fine, qui démontre une certaine intelligence, une cohérence dans vos propos. J’ai noté que parfois vous pouvez faire des blagues donc sourire et vivre quelques instants sympa.
            J’ai aussi noté que vous aimiez donner un avis dans des domaines sérieux, certes, vous aimez aller à contre sens mais n’est-ce pas là justement une mission que de critiquer pour que les autres s’interrogent et se servent de vos remarques pour avancer aussi ?
            Si votre vie est un chaos, le monde est quoi pour vous ?
            Ne voyez-vous pas le chaos, dans ce monde ? Ordonné certes mais il suffit de quoi pour que tout s’effondre. Vous savez bien que nous sommes des funambules, sans cesse sur le fil du rasoir, prêts à basculer, ici ou là. Qu’est-ce qui nous rattrappe pour que nous restions en équilibre ?
            Vous voulez tramer votre histoire. Pour quoi faire, vous n’existez pas en fait, vous le savez bien maintenant ! Vous n’êtes qu’instants de conscience successifs.
            Vous dites que rien n’a changé alors que tout change tout le temps. Rien ne dure, tout est éphémère, tout est illusion. Et si je vous disais que l’année prochaine, il va se passer quelque chose de formidable dans votre vie et que l’année suivante, vous allez avoir une grande difficulté. Vous y croirez à ça ?
            Bien sûr que vous n’êtes pas une personne neuve, mais vous n’êtes sûrement pas ce que vous croyez être. Vous n’êtes rien en fait, rien que l’aventure que vous expérimentez dans vos mouvements. Mais surtout pas dans le mental, c’est le piège. Dans vos actes. Et les actes ne sont pas des efforts ou des travaux.
            Vous ne savez même plus mais savoir quoi ?
            Regardez ici, ce que nous faisons ! Nous échangeons c’est sympa, vous aimez puisque vous venez régulièrement. Qu’est-ce qu’on sait en fait ? Vous savez bien que si on savait, soit on serait « fous » soit on ne serait pas là.
            Le doute est sain, la foi est belle et si vous ne l’avez pas, vous l’avez quand même parce qu’elle est en chacun, derrière nos actes, nos intentions, nos intuitions.
            Si vous ne voulez pas vous connecter par la foi, ne le faites pas, mais pourtant, je peux vous dire, quand je vous lis, que vous le faites souvent… sans le savoir.

        • Gaya dit :

          Watherbreathing, peut-être êux-tu essayer de lire « le pouvoir du moment présent » d’Eckhart Tolle.

          • waterbreathing dit :

            Pour ce qui est de lire cet auteur, pourquoi pas? j’en ai lu des articles, et l’ai entendu sur une de ces vidéos, ce que j’en ai écouté m’a a assez parlé.. pour ce qui est de lire, lire sur le moment présent, des pages et des pages, parfois, si cela a son intérêt, évidemment, me semble parfois désuet; dans le sens de figer des inspirations autour du présent sur un support statique, je trouve cela » drôle « , parfois.
            Je vais éviter de poursuivre sur ces messages, car techniquement ça fait 3 jours que je suis au moral le plus bas de bas, et bon, chez moi, c’est assez extrèmisé.inutile d’en pondre des lignes encore autour(quarantaine !).Je ne sais pas, ça doit être cela, la dépression ?
            Je sais que quand ça me tombe dessus, je ne vois trop quoi faire contre, ou pour.. d’ailleurs ..personnellement, ça me met KO physiquement aussi.
            Ce que je ressens surtout, c’est pour moi, la difficulté de vivre en paix/harmonie, ici, dans ce monde, avec l’humanité, avec tout ce qui compose ce monde.Quant à l’être que l’on est vraiment, oui. ce n’est pas forcément que je m’identifie à l’ego, je pense, aussi, que je trouve dénué de sens de vivre tout cela, l’unité, je pourrais la retrouver en cessant de vivre, et cela arrivera un jour; pourquoi s’escrimer à vivre en ce monde, si on y est mal, si on ne sait pas y être heureux, si on vit bien de ses fondamentaux, et conditions communes à chacun comme souffrantes ?sans même parler de la souffrance que se crée ce monde, encore et encore et encore..
            Comme je comprends le message de lucie sur l’éprouvement, guérison, savoir ce que c’est; je ne sais pas si j’ai bien compris : j’ai l’impression de comprendre que certaines personnes vivent leur guérison à travers la croix de l’éprouvement, car elles auraient besoin de vivre cela, et donc,  » on ne pourrait les sortir de là », sous peine d’y laisser des plumes.

          • waterbreathing dit :

            du coup gaya j’ai acheté ce livre , dont j’arrive jamais à écrire le nom de l’auteur.Comme je l’ai trouvé par .. agencement coincidentiel inopiné..juste hier, tout près d’ou je réside, sans aucunement le chercher, je me suis dit, pourquoi pas ? bon, par contre, que je trouve ses propos très justes ou non, ça reste, assez mentalisé, pour moi, par la lecture, je crois. dans les effets bénéfiques ensuite, c’est restreint, c’est par seulement ce genre de choses que j’arriverai à une quelque harmonisation

          • Lucie dit :

            waterbreathing: ton pseudo m’intrigue ?
            Si tu trouve déplacée ma curiosité, je ne t’en veux pas de me recadrer.
            (sourire)

          • waterbreathing dit :

            c’est un jour ou j’avais envie de me pendre, je me suis dit que pour changer, et insérer un peu de variété, je pourrais mieux me noyer, et ensuite mon esprit a dérivé sur les incroyables (im)possibilités de pouvoir respirer sous l’eau.. superposition d’imagerie morbide, avec juste le fait peu probable, de pouvoir partir respirer ailleurs, là à priori, ou on ne « respire » pas( ou pas pareillement) et ou j’y trouverais, quant à moi, plus d’oxygène; représentation d’un glissement « improbable », si ce n’est impossible, à des situations vécues comme inextricables.

      • ellias elisabeth dit :

        Merci beaucoup pour votre gentille réponse et votre compréhension.J’adhère,ok,bien sûr je sais que ces épreuves sont là pour me faire avancer et moralement à l’aide d’un énorme travail sur moi-même, en moi-même,j’arrive à maintenir le calme, la paix.
        Par contre, les moments où les douleurs physiques sont à leur paroxysme, je ne gère plus, j’ai tellement mal que je voudrais juste me laisser mourir pour ne plus souffrir, et c’est là que je n’arrive plus à positiver, à me dire que cette négativité stockée depuis………????? doit sortir, non là je pense que je n’en peux plus, que je voudrais que cela cesse, qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour souffrir ainsi, et ce sentiment d’injustice, l’acceptation de la douleur physique dans ces moments là, m’est impossible. C’est sûrement là que le bât blesse…… Alors si vous avez un conseil, une expérience, un « déjà entendu » « déjà vécu », je suis à l’écoute, merci

        • waterbreathing dit :

          Personnellement ce dont vous parlez m’interpelle. à un moment, j’avais ressenti d’atroces douleurs, je cite ; impression de briques de béton me tombant dans le dos, impression d’avoir du ciment dans l’estomac, impression d’une sorte d’énergie qui se retournait contre moi au niveau du coeur, tiraillements, impressions de douleurs tout le long des articulations, personnellement, à ce moment, j’ai perdu 8 kg environ de stress, je suppose, en une semaine, et j’ai atteint l’épuisement.
          J’ai mis des mois, à à peu près m’en remettre, et je n’y ai toujours rien compris; de plus, je vivais une forme de réminiscence ? en superposition, ou j’avais énormément de pensées, souffrantes, négatives, si on puit, dire, au moins, des pensées dérangeantes, sur la condition humaine, des pensées ou je me faisais purement l’effet d’un psychopathe , et je pensais, déjà, énormément, et très rapidement, de plus.Tout cela superposé encore à des états mélancoliques(enfin, mixés avec de l’hyperactivité).Les manifestations physiques ont été à l’apogée de ceci, et je n’ai toujours pas trop compris ce qui s’est passé, sauf que des souvenirs divers et désagréables remontaient, déjà, ceux de cette vie, ici, d’un passé proche.
          Comptez en plus qu’en ces moment, je contactais parfois des états seconds proches de la transe, et bon , ça donne une définition de l’enfer ^^
          mais bon, je ne peux pas vous dire comment tout cela evolue, pour moi, je vais mieux, mais il y a toujours des aspects qui restent présents; mélancolies, pensées « dérangeantes », moindres, mais toujours, déconnexion en des états seconds.

          • Le Passeur dit :

            Je dirais que tout ça ressemble à un des derniers barouds d’honneur de l’ego qui se sent perdre pied. Sans doute suffit-il juste de tenir bon à la barre pendant le coup de tabac. Ce ne sera peut-être pas le dernier mais ta présence ici malgré tout démontre clairement que tu es à la barre au-delà des manifestations de ton Moi.

          • waterbreathing dit :

            c’est pour moi le barouds d’honneur ? si oui, c’est juste un résumé soft que je fais, car c’était pire que cela.Pire encore, l’épuisement m’a amené à une vraie mise en danger, ou j’étais dans un état ou j’arrivais pas meme à faire 15 minute de marche sans tomber, me suis retrouvé dans une situation, hm.. un peu difficile. et je l’ai toujours pas digéré d’ailleurs.Au niveau « familial » cela s’est révélé juste tel que cela a toujours été pour moi, cad indigent et perverti, alors bon.. impression de rupture de « contrat » au niveau de la famille; toutefois la société et les pairs ne l’entendent pas vraiment comme cela, moi du jour au lendemain, j’ai entendu mon nom officiel, et je n’y ai plus répondu(et toujours), ceci du tréfond de mon être.
            Le pire et le meilleur, c’était quelque part ces déconnexions-état seconds, car une part de moi se vivait ces états, et qd cette part a vu ce monde tout autour, ça m’a été comme une trahison de l’unité, de l’harmonie.enfin, moi j’ai eu la chance de croiser des personnes vivant des choses proches, ainsi, je pensais bien qu’on me parlerait de folie, à l’exposer communément, mais je savais que d’autres vivaient des expériences, plus « insolites ».Et j’ai pas oublié de tout contrôler, car sinon avec de tels expériences proches du paranormal ambulant, on m aurait envoyé à l’hp direct 😀
            cela ne pourra plus être si intense je l’espère, du moins.

          • Lucie dit :

            Merci de ta réponse, waterbreathing…
            Avant hier, dans la nuit, je me suis réveillée dans un sursaut, un: « je vous salue, Marie… »
            à ton intention… Soudain, j’étouffais, comme si je me noyais.
            Ma journée fut morose.
            Je n’ose pas te demander ton prénom, si des fois tu m’envoies sur les roses…
            (Je n’y prendrai pas ombrage.)
            C’est vrai qu’il est compliqué ton pseudo (sourire)

        • waterbreathing dit :

          par contre j’ai pas de conseils, donc. juste pour vous dire que d’autres personnes ont vécu ce que vous vivez à peu près.

          • marie christine dit :

            Je pense aussi que l’ego (goût de la provoc, etc…), quand il s’en va, entend le faire savoir ! Il ne quitte pas le navire sans laisser derrière lui un sentiment de vide et d’inutilité : « Ah, tu me laisses tomber ! Tu vas voir ce que tu perds ! » . Mais il ne faut pas s’y attarder . Ce sont les derniers remous avant l’adieu définitif . Ce n’est pas l’être qui meurt, c’est une part d’ego, et ça ne lui fait vraiment pas plaisir ! Ensuite, le vide sera remplacé par une sensation de soulagement et plein de belles choses . Accrochons-nous ! On ne va pas se laisser impressionner par la mort qui rôde à tous les coins de rue (habile tentatrice !) . C’est la Vie qui compte avant tout ! Faisons un pacte avec la Vie !

          • marie christine dit :

            Le suicide, dans une incarnation, provoque de graves difficultés dans l’incarnation suivante .
            Il n’est donc pas conseillé de se suicider .
            A la naissance, on nous donne toujours exactement la force équivalente à nos difficultés pour les surmonter . Si on n’utilise pas cette force, c’est qu’on fait preuve de faiblesse de volonté . La force est là, comme une main tendue, mais on refuse de la voir .

          • Lucie dit :

            Intéressant sujet, les prénoms …
            Oui, donne le deuxième, puisqu’il te cause mieux.
            Vois-tu, j’utilise aussi mon deuxième prénom, je dois bien reconnaitre que dans certains domaines, je rayonne mieux avec Lucie.
            Tout est vibration…

          • waterbreathing dit :

            donc, si tu veux, mon second prénom officiel est Amanda, .. ui, c’est intéressant comme sujet.Je trouve qu’en un prénom, ce qui compte est la musicalité, c’est aussi cela que je n’aime pas dans le premier qui m’a été apposé; mais si je ne m’y reconnais pas, cela va au delà, c’est qu’il est pour moi l’appelation d’un ‘ »rôle », de schémas de comportements/relationnels, il n’appèle rien d’autre ni de plus en moi, il ne touche pas mon être, et puis en plus il me donne l’effet d’un collier, d’une laisse qui m’intime de prendre place dans le bon ordre sociétal, familial, générationnel, lorsqu’on est au delà, de cela.Et je n’y réponds juste plus, et ne le l’utilise que pour l’administratif et co, je ne le donne plus aux autres, et ceux qui le connaissent et fourchent se voient rabroués à chaque gaffe mdr.Cela peut sembler bizarre, mais j’ai eu une période peu après ce déclic qui fait un peu crise d’ado sur les bords, je me vivais sans nom.. je savais pas répondre à une appelation de quelque sorte.
            J’avais lu sur ce site même que nos vrais noms seraient des sons, des couleurs, une sorte d’empreinte de notre être, cela met en forme une intuition qui m’est très forte, laquelle, j’espère, un jour me visitera.Jq’ai pas mal de pseudos, par contre, mdr, qui mettent en mot, étapes, humeurs, états, ou rupture de parcours.
            C’est joli Lucie, j’aime bien, je trouve cela aérien, et là fois doux/délicat..cela veut dire quoi ?

          • Lucie dit :

            S’aimer soi-même, c’est peut-être un bon début pour apprendre à n’être personne…
            Qui sait ?!
            Il y a tant de chemins qui mènent au Chemin.
            Oui ! C’est vrai…
            Lucie est très éthérée, toute à la Foi, très bonne vivante. (Bien vu, Amanda)

            Amanda… On dirait que c’est pas encore vraiment ça …?
            « Cherches et tu trouveras. »

            Passeur dit : « Aides-toi, le Ciel t’aidera. »

            Eh oui ! En somme, y’a rien qui tombe tout cuit.

            La poisse !!!

        • alain thomas dit :

          Si ces douleurs insupportables avaient la moindre existence, il y a longtemps que vous auriez quitté cette enveloppe qui vous rend prisonnière. Elles sont là parce que vous ne les acceptez pas et c’est bien naturel. Il y a une dysharmonie entre votre pensée et votre corps (matière).
          Les douleurs sont psychogènes ou psycho-somatiques.
          Vous les ressentez réellement et cela fait souffrir mais, comme vous l’avez remarqué, elles n’entraînent pas de maladie identifiée ni de mort. Votre corps vous parle et vous demande de modifier votre vision et votre attitude. Il demande que votre esprit libère les carcans qui pèsent sur vos épaules, votre dos, vos muscles. Vos pensées alourdissent et densifient votre matière.
          Il y a des pratiques qui permettent la décontraction avec des résultats rapides. La respiration profonde en est une avec échange d’énergies d’amour entre vous-même et autrui par la pensée connectée au coeur.
          Si vous réalisez que ces douleurs très fortes ne vous tuent pas, n’amènent pas de maladie grave ou de carences, c’est qu’elles n’ont d’existence que par les sensations que vous percevez.
          Il y a deux façons d’aborder la douleur d’origine psychogène :
          – celle qui consiste à en être effrayé, à la rendre fixe, établie ; la douleur persistera jusqu’à rupture pouvant aller à une dépression.
          – celle qui disparaît si on lui accorde une concentration bienveillante. Accepter une douleur psycho-somatique, c’est la regarder avec bienveillance et pratiquer l’échange d’énergie et le calme mental. Elle finira par disparaître.

          • Kaerio dit :

            Il y a quelques années j’étais aussi super mal dans ma ma peau à cause de douleurs inexplicables très fortes qui apparaissaient n’importe où dans mon corps. Bas du dos, dans le ventre (assez atroce à ce niveau), tête, etc. C’était tellement « réel » et fort que je croyais avoir un truc grave. Mais les docteurs ne trouvaient rien de bien particulier, et pire souvent inventait des causes, ou bien me prenaient pour un menteur.

            Puis j’ai rencontré quelqu’un qui pratique la fasciathérapie, et depuis tout à pris un nouveau sens. Les douleurs venaient bien comme on le dit de moi-même. C’est à dire de ma façon de me bloquer à la vie et au cours des choses, du refus de vivre ces sensations douloureuses bloquée du passé, de ma vision du monde, de la mésestime de moi-même, etc.
            Et grâce à cette pratique j’ai pu découvrir que le corps est lié au mental et à l’émotionnel et que donc tout se répercute sur celui-ci. Le corps à également un mouvement propre et on peut le sentir. Un mouvement qui n’a rien à voir avec la respiration. Ce mouvement interne se fait tout seul une fois qu’on l’a libéré des entraves. Et ce mouvemet véhicule le bien-être, il est le mouvement naturel de chaque cellule et organe dans son bon fonctionnement et on peut en devenir pleinement conscient. si s l’inverse est aussi vrai, si on veut. C’est à dire qu’on se concentrant sur le corps et ses différentes parties, on peut toucher au mental et à l’émotionnel. Car je pense comme certains que chaque partie du corps est une sorte de localisation/représentation d’un bien-être ou vertu, ou au contraire d’un mal-être ou problème spécifique relié aux croyances erronées ou blocage émotionnel. Par exemple les peurs se font plus sentir dans le ventre ou bas du dos, ce qu’on considère comme injuste se trouve souvent au niveau du pancréas, etc.

            Bref pour ma moi la fasciathérapie a été une magnifique découverte qui petit à petit m’a fait voir que je n’étais pas conscient de mon corps et que je ne comprenait/connaissait pas ce qui s’y passait, n’y comment appréhender ce que je ressentais. Et le pire étant que tout ces blocages s’entremêlent à longue si on a « du bagage » et qu’il est bien difficile d’y voir clair une fois qu’on veut « s’y mettre ». On ne sait pas trop comment commencer. Et pourtant, c’est en fait très simple si on a quelqu’un pour nous guider juste un peu au début. On découvre qu’il n’y a pas besoin de psychanalyse ou de compréhension mentale pour évacuer tout cela. Il n’y a qu’à ressentir, car la vie n’est que çà un ressenti au final. Mais encore faut-il juste (re)découvrir comment ressentir. Cà ne prend pas longtemps, sauf si comme moi à l’époque, on se borne à essayer de ressentir et vouloir comprendre/contrôler mentalement en même temps, là çà ne marche pas trop alors. Le corps sait quoi faire, si on l’autorise, en posant juste sa conscience dessus et en laissant faire le mouvement. Bien sûr çà peut faire mal quand certains endroits/organes se remettent à bouger/fonctionner correctement, mais c’est normal. Quand les mauvaises choses s’en vont, çà n’est pa toujours agréable à certains moment. Mais faut le savoir, sinon on se dit que çà s’empire alors que ce n’est que passager. Perso sans une aide de cette personne, je n’aurais jamais compris cela et n’aurait pas persévéré.

            Donc une aide extérieure peut être bonne pour amorcer une nouvelle façon de voir les choses ou pour aider à découvrir la bonne façon de voir les choses.

            Pourquoi pas essayer la fasciathérapie si vous avez des douleurs corporelles « inexplicables »… je trouve cette méthode géniale, car c’est vraiment nous-même qui faisons « le boulot » et pas l’autre. C’est nous-même qui avons à accepter. Le thérapeute ne fait que nous aider en localisant grâce à son expérience les endroits où çà bloque et nous explique comment laisser aller Et le mieux est qu’on peut travailler cela chez nous après une fois cette faculté retrouvée, car c’est bien nous qui faisons ce « boulot »

          • waterbreathing dit :

            Il y a des pratiques qui permettent la décontraction avec des résultats rapides. La respiration profonde en est une avec échange d’énergies d’amour entre vous-même et autrui par la pensée connectée au coeur.
            personnellement, je n’y arrive pas du tout.J’arrive parfois à la respiration profonde.. mais jamais à ce qui est décrit en deuxième partie. je vois pas comment on peut  » se connecter au coeur par la pensée, et échanger librement de l’amour avec autrui », lorsque l’on, et je , c’est sur, vit dans un contexte de survie urbaine, ou c’est marche et crève.ensuite, je commence à me demander, ( je « commence » ) pourquoi vouloir faire mourir une part de soi ( marie christine, l’ego), avec laquelle on devrait apprendre à vivre et accepter ?Si une part de moi, meurt, c’est que je suis malade, lol

          • alain thomas dit :

            En fait je n’ai pas approfondi la deuxième partie et vous m’en donnez l’occasion Waterbreathing.
            Dans le bouddhisme mahayana indo-tibétain, l’une des pratiques essentielles de l’entraînement de l’esprit à la compassion s’appelle Tonglen. C’est la pratique du donner et recevoir. Le Dalaï-lama la pratique quotidiennement. Elle est étroitement liée à la respiration profonde.
            Elle consiste à pratiquer alternativement le donner et le recevoir ; l’un et l’autre devant chevaucher le souffle respiratoire.

            « S’étant assis en méditation, ayant pris refuge puis engendré l’esprit d’Eveil et un fort sentiment de compassion à l’égard de tous les êtres, le yogi, en inspirant, imagine qu’il prend en lui toute la souffrance des êtres sous forme de fumée ténébreuse et la dissout en son coeur, dans la nature ultime qui est vacuité. Puis, en expirant, il médite qu’il distribue à tous son bonheur, son bien-être, ses possessions et ses mérites sous l’aspect d’une lumière blanche lumineuse sortant de ses narines, pensant qu’ainsi tous atteignent la libération et l’Eveil.
            Tonglen est l’une des pratiques les plus fondamentales pour développer la compassion. »

            Ainsi, en respirant profondément et lentement, pendant l’inspir, vous emmagasinez pour vous-même toute la souffrance du monde sous forme de fumée épaisse et noircie puis pendant l’expir, vous distribuez à tous les êtres souffrants dans le monde la lumière irradiante d’amour qui réside au plus profond de vous-même.
            Cette pratique, si elle est quotidienne (dix minutes dans son lit au moment du coucher) et si votre intention est authentique (connexion par le coeur), vous protègera et vous donnera une force insoupçonnable.
            Le Dalaï-lama aime à dire que cette pratique « égoïste » est conseillée sur la Voie qui mène à l’Eveil.

          • waterbreathing dit :

            Merci pour votre texte.Ceci dit je crois que j’ai assez assimilé de souffrance du monde comme ça. le problème serait plus que je n’arriverai plus à l’éliminer, plus à vivre autre chose, je n’arrive d’ailleurs plus à rien recevoir(surtout), ni donner, comme bloqué sur  » la souffrance du monde associée » à la mienne qui plus est.Merci pour vos textes en tous cas.

          • waterbreathing dit :

            j’ai pas pratiqué la fasciathérapie, en fait je suis allergique au contact physique, je ressens cela comme un empiètement à mon oxygène, espace vital, quoiqu’ici le concept semble creux, dirais-je, je ne perçois plus bien mes limites, ça me crame la gueule, bref, j’aime pas ça. c’est comme ça depuis l’enfance, une forme de sensibilité anormale à ce propos, et à bien d’autres propos.Alors j’y avais pensé, puis bon, dans ces dispositions, cela m’a semblé du masochisme.En fait, « mentalement », et meme d’intuition, je reconnais la pertinence de bien des dires, mais en pratique, par ex, j’arrive pas, à ne serait-ce que me connecter à mon ressenti. la plupart du temps j’ai impression de strictement rien ressentir.je ressens pas ce que je sens, j’essaie , j’essaie.. mais rien, .. aha.

          • waterbreathing dit :

            Pourquoi le dalai lama dit cette pratique egoiste ? j’ai pas l’impression d’avoir bien cerné cette pratique.J’ai lu souffrance, et j’ai bloqué dessus, hm.

          • waterbreathing dit :

            J’avais pensé à la fasciathérapie justement lorsque je vivais ces douleurs physiques. finalement, elles n’ont duré qu’un moment, et je ne les vis plus, petit à petit, je me suis un peu reconnecté à mon corps, mais toujours pas aux émotions. du coup, j’ai pas testé cette thérapie, en fait, pour moi, limite tout ce qui passe par le contact aux autres me bloque, j’évite autant que possible, je devrais pas, mais bon, c’est comme ça( je sais que c’est dommage, mais j’arrive meme pas à bénéficier des effets positifs de certaines choses tant je suis pas dans le « contact » avec les autres souvent).ces douleurs étaient bien spéciales, peu explicables, l’état d’affaiblissement les ayant suivi, véritable, sur un bon moment ( plusieurs mois), je vis toujours certaines manifestations désagréables, mais ces douleurs, je ne les vis plus, ouf !mais bon, je me demande sinon combien j’ai pu « torché », géré comme un kamikaze cette période difficile, et ces sensations, pénibles, a pu jouer à ce que je ne guérisse pas des masses, entre autres.. un peu comme si leur fantome m’habitait toujours, que rien n’était résolu

          • alain thomas dit :

            Le Dalaï-lama dit que lorsque l’on cultive le bonheur pour autrui, par exemple dans la pratique de Tonglen où l’on envoie par l’expir tout l’amour qui réside au plus profond de notre être, c’est un acte égoïste autorisé car il nous procure immanquablement un bienfait quasi immédiat.
            Autrement dit, si vous cultivez des pensées bienveillantes pour les autres en vous-même, vous plantez des graines qui, à maturation, vont vous apporter du bien être et même de la guérison.
            Voilà !
            Merci pour tous vos commentaires.

          • waterbreathing dit :

            cultiver des pensées positives pour autrui et soi dans le monde, ok .. mais comment on fait quand on est en un état plus ou moins dégouté de l’humanité, avec les sentiments lourds, qui s’y associent ? accepter ces sentiments change rien au fait que je ressens pas de positif, d’amour, et que j’ai envie de conclure là mon aventure humaine.

          • elisabeth dit :

            Bonsoir à tous,
            Entre mon commentaire d’avant hier soir et ce soir, j’ai eu la chance d’avoir un contact avec une personne « expérimentée » qui, il y a quelques années a souffert des mêmes symptômes que les miens, je parle des douleurs physiques. Les miennes sont de l’arthrose cervicale diagnostiquée (IRM) de la quatrième cervicale à la septième, une fibromyalgie, suspectée mais non fermement diagnostiquée et une douleur hypocondre droit que personne ne peut identifier.Résultat, c’est la foire à l’empoigne dans tout mon corps . Alors, inutile de vous dire que lorsque le moral vient s’aligner avec ces états de douleur, c’est l’horreur et se dire que l’on préfererait mourir que supporter cela. Je ne suis pas en train de me lamenter sur mon sort, je témoigne, c’est tout, et si cela pouvait aider quelqu’un, j’en serai ravie.
            J’en reviens à mon « contact expérimenté ».Il a dit concernant la douleur « …..je devais continuer à vivre sans rien arrêter……. » chose, que je n’ai pas faite, je me suis dessocialisée, j’ai fui mes amis, mes relations, voilà, moi j’ai tout arrêté , j’ai juste fait le minimum syndical pour survivre. Aujourd’hui
            j’ ai pris conscience qu’il fallait dépasser la douleur et non plus se l’adjoindre comme seule détestable partenaire. Facile à écrire, peut-être moins à mettre en action,mais je vais essayer d’en faire une priorité. C’est à dire passer de l’état de victime à celui de  » je m’accroche au mât  » et être dans l’action, les obligations quotidiennes.
            Un deuxième propos de mon « expert » m’a aussi interpellée, toujours en parlant des douleurs physiques,(………….elles ont un sens………)Alors j’ai pris un peu de recul et observé comment je parlais à ma douleur, je disais « ça a une raison d’être » Nul, quand on sait en psycho ce que représente le « ça ». Puis j’ai prononcé à voix haute les deux phrases celle de mon « expert » et la mienne et j’ai comparé….Ma phrase par sa résonance, prend une tournure d’inéluctable, de fatalisme. L’autre phrase résonne comme une logique,cela impliquerait peut-être une meilleure gestion de la douleur, dans la mesure où il semble plus facile d’accepter une logique qu’une fatalité.
            Ces lignes s’adressent aussi à vous Waterbreathing car par moments, je ressens le même mal-être que vous.
            Je remercie mon « expert » pour m’avoir montré une certaine voie que j’emprunte avec beaucoup d’humilité…..(à suivre)
            Bien à vous

          • waterbreathing dit :

            mais je n’ai pas toujours eu ce regard sur l’humanité.Avant j’avais trop d’indulgence, il semble, jusqu’à saturation, je crois, de diverses choses.j’avais de l’empathie, et cela a involué dans le sens inverse, je tolère plus rien; comme en arriver à écoeurement de la souffrance.J’ai l’impression d’etre tombé dans le piège de la compassion vampire, celui qui est décrit dans un de ces articles, à amalgamer des maux de partout, et tous temps à une souffrance personnelle.ça change par la volonté un regard ?
            Enfin, sinon Lucie, je ne te donnerai pas  » mon nom », puisque je compte en changer, je ne ressens vraiment pas mon nom officiel m’appeler, je n’y réponds pas, ce qu’il appelle n’est ni soi, ni moi, alors ouste; j’utilise mon second prénom, depuis, car je n’ai pas eu de révélation transcendante sur comment je me nommerai réellement(c’est un peu bizarre, comme n’appartenir à rien, aucun monde, communauté).Si tu le veux vraiment je peux te donner celui ci.

          • alain thomas dit :

            Les noms ne signifient rien. Nous sommes tous des passeurs sans identité intrinsèque. Votre nom n’a pas d’existence, c’est donc normal que vous pensiez n’appartenir à aucun monde, vous n’êtes qu’une dimension multiple dans l’unicité.
            Dommage que vous n’arriviez pas à comprendre que vous n’êtes rien, mais vraiment rien, juste quelques intuitions qui ne vous appartiennent pas en propre mais qui peuvent engendrer un possible universel, créatif, ne serait-ce que le temps de cette créativité.
            Le jugement est absent du propos que je tiens, vous n’existez pas c’est tout.
            Le suicide est une possibilité de reculer l’échéance de se trouver en face, pourquoi pas !
            Je passe le plus clair de mon temps aux côtés de ce type de personnes en difficulté existentielle, c’est ainsi.
            Je connais des personnes qui travaillent dans des établissements où les « résidents » ont raté un de leurs suicides et se retrouvent tétraplégiques à réclamer la mort. Il faut beaucoup de conscience et d’attention pour les accompagner.
            Je vis moi-même au quotidien avec des personnes qui tentent épisodiquement de se suicider ou utiliser d’artifices pour échapper à leur vie et à leur mission. On peut se retrouver dans le coma ou régulièrement aux urgences, cela fait partie du chemin. On croit pouvoir faire quelque chose et majoritairement cela ne sert pas trop mais il y a toujours une possibilité d’extraire le mal pour en tirer profit alors il ne faut jamais abandonner… jamais abandonner.
            Parfois on est dans l’urgence à défoncer des portes en massif pour sauver ou appeler les pompiers ou encore juste être là… être là.
            On finit par vivre avec, à être sur le qui-vive, en permanence, surtout quand ça vous touche de près et il faut vivre avec ça mais surtout il faut continuer à voir le bleu du ciel, sans les nuages… le bleu du ciel.

          • waterbreathing dit :

            Alain thomas, si on est rien, bah alors, je vois pas pourquoi ce rien reste sous cette forme. qui est qd meme qqchose, pas un truc qui est spécialement important ni le contraire, mais vous, chaque matin pour prendre place, une place, tout de meme, de qqchose, là ou vous aidez ces personnes en difficultés existentielles, et dans ce monde, vous êtes rien à ce moment?un nom n’est rien, ou qqchose qd meme, une note de musique c’est qqchose, pour jouer une certaine musique on les place dans un ordre, ou un autre, selon la partition, ou l’improvisation; un nom est rien, c’est donc équivalent que je porte un certain nom, ou pas, c’est « rien ».personnellement, je n’ai pas de conviction assurée sur une mission, il m’arrive de vivre des horizons absurdes, sans sens autre à cette vie que celui qu’on y donne par choix.Ainsi, pour moi, lire « rien », c’est comme lorsque je lis, ou entends illusion, alors pourquoi répondre à l’illusion ? pourquoi se mouvoir dans la forme de quelque chose si on est rien ?
            je ne pense pas que ce point de détail de mal compréhension soit important.

          • alain thomas dit :

            Nous n’existons pas en tant qu’entité, il n’y a pas de séparation sauf ici, dans une échelle de temps si infime qu’elle n’est pas représentative.
            A la question : « Qui êtes- vous ? », Krishnamurti aime à dire : « Rien, je ne suis rien ! »
            Bien sûr que nous ne sommes pas le néant d’ailleurs « rien » ne signifie pas le néant mais bien « quelque chose ». Dans certaine philosophie, il est dit que tout est « vide » ou « vacuité » et que la « forme » est « vacuité » et la « vacuité » est « forme ».
            En fait tout ça n’est pas important. Je voulais en disant cela vous transmettre le message suivant :
            Nous n’avons pas besoin de faire tout un plat de notre existence, ce n’est pas important. On complique beaucoup trop et je n’échappe pas à la règle. On s’exprime ici mais peut-être qu’aussi, on ferait bien de vivre plus près du vrai silence de la vie, de la nature, de l’observation spontanée, sans se croire obligés de tout rejeter. Il y a de si belles raisons d’embrasser la vie parfois.
            Il y a un sens à tout cela et il n’y a que vous et personne d’autre qui peut le sentir. Il est dit que c’est une saveur unique lorsque cela est révélé.
            Cela viendra aussi pour vous mais peut-être pas dans cette vie. Cela ne dépend que de vous.
            Bon, si vous le voulez bien, on a assez discuté sur ce sujet « existentiel ». Au-delà, nous ferions de l’intellectualisation, de la conceptualisation. En d’autres termes, nous permettrions à notre égo de se nourrir comme il aime à le faire à nos dépens.
            Merci et bien à vous !

        • waterbreathing dit :

          « Cherches et tu trouveras. »
          mince , sur ce site et d’autres j’ai pas arrété de lire le contraire, comme quoi c’est qd on arretait de chercher qu’on trouvait ..

  9. Licorne dit :

    Bon, je suis un peu rassurée moi qui cherche à retrouver mon énergie par tous les moyens ! Je suis las, des sueurs, des moments ou je n’arrive pas à me rechauffer, des pertes de mémoires, envie de rien faire…

  10. Relience dit :

    Et quand, pour une femme, on a nos règles, ça n’amplifie pas l’effet des symptômes ? Parce que là j’ai très mal à la nuque, aux épaules et le dot commence aussi. Et cela ressemble même à une grippe. Cela n’en est pas une. Cela me fait ça depuis une semaine et ce n’est jamais permanant. Ces douleurs se mêlent à des sentiments de tristesse ou douleur émotionnel intense et ça circule dans tout mon corps. Il y a des moments d’acalmie avec l’écoute du coeur, de nétoyages, etc… Et le plus derrangeant c’est que ça se lie au sentiment amoureux/sexuel avec l’homme que j’aime d’une union impossible et maternel avec la mélancolie. Cela se mélange et emplifie les douleurs j’ai l’impression. Et ça me fait vraiment mal là. Peut-on m’aider à calmer ça (voir m’orienter) ? Passeur ?

    • Le Passeur dit :

      Une bonne part des « symptômes » physiques a été décrit dans un article récent du même nom. Le corps a son langage et s’il a quelque chose à dire, il importe au moins de l’écouter sinon de l’entendre. Pour le reste, nombreux ont connu bien pire à supporter et il n’y a que l’accueil et la bonne humeur qui remédient à ce genre de manifestations.

  11. Oui, c’est exactement ça : je ne suis chez moi nul part.
    Sauf quand j’étais en contacte avec un membre de ma famille d’âme,
    mais c’est encore ce plan là donc bon…

    Mes rêves, mes réveils brutaux, mes ralentissements,
    l’auto-observation, l’action, le choix en fait.
    C’est ça. J’en suis là : le divin ou l’humain.
    Mais la décision est déjà effectué.
    Et là c’est juste entrain de se transcender progressivement.

    Mes reseptions me rassure via mon para atman.
    J’y lit beaucoup cet effet d’entre dimension où je suis propulsé.
    Beaucoup de chose décrite dans cet article je le vit.

    Oui, ce qui est écrit est complet j’ai l’impression.
    Je vais l’imprimer. Merci beaucoup.

    Bah merci de ce partage, ça permet de pointer les choses quoi.

    Jenny

  12. gallépé dit :

    Merci, merci, merci,
    Cèst très rassurant de voir que je ne suis pas seule, ni malade et ni folle.
    Mais je dois avouer que tous ces symptômes nous mênent la vie dure, ce n`est pas toujours trop accommodant, même si j`ai parfaitement conscience que tout cela est normal.
    Moi ça fait quelques années que tous ces symptômes sont apparues, mais de façon intense, très intense et cela remonte au mois de juin dernier, depuis j`ai vécu quelques épisodes de vie parrallèle, durant tout l`été dernier et j`ai vraiment cru que je devevais
    folle.
    J`ai même vécu de belles expériences que j`appellerais Angélique, d`ailleurs est-ce en lien direct ?. D`après mes lectures, je serais et je me suis reconnue en tant que walk-in et je sais quand cela c`est produit,,,au mois d`août 2009, j`étais convaincue que j`étais morte et c`est bien vrai j`ai entrevécu à quelques reprise depuis ce temps la vie et la mort tout en y étant parfaitement consciente, j`avoue que je me croyais vraiment folle.
    Suis-je seule ? Y en a-ils d`autres parmis vous qui ont vécu de tels expériences ?
    Encore une fois merci Le Passeur, merci pour ce site, merci à tous ceux qui partagent leurs expériences. -gallépé*

    • Lucie dit :

      Tout de même, restons vigilants quant aux symptômes…
      Passé la cinquantaine, il y a pas mal de dillatés, de désséchés… (sourire)
      Il y a environ deux ans, je me suis vue partir par le coeur. En pleine nuit…
      J’ai senti et entendu comme une « équipe » qui s’affairait à l’intérieur de moi.
      Sacrée sensation, bon sang !
      Je ne sais toujours pas qui remercier pour ce sursis !
      Le Ciel à n’en pas douter !
      Faut croire que j’ai pas encore mériter mon Paradis.

      Courage gallépé !

      Une folle de plus.

      • gallépé dit :

        Oui, cette vigilance fût présente,,,
        Après avoir passé des tests sanguins et radiographie, résultats tout mes tests sont normaux, je ne présente aucun signes de prménopauses, malgré ces bouffées de chaleurs, ceux de la nuit surtout lorsque je me réveille pareil comme si je sortais de la douche, une grippe qui dure depuis le mois d`août résultat, mes poumons sont en parfaits états selon les radiographies, et j`en suis très soulagé, encore plus depuis que je sais d`où ils proviennent,,,les douleurs dans le corps sont effectivement intermittent, le plus drôle est que dès que je constate que je ne suis pas seule dans cet état, elles ont tendances à être moins fortes, sommes toute, le fait de constater qu`il y en a plusieurs autres dans les états similaires aux mieux semble amoindrir ces douleurs même si elles sont encore présentes.
        Le fait d`être un peu plus rassurée, cela estope bien des inquiétudes,,,,
        Alors Lucie, si la folie nous guette,,,,,je béni cette maladie,,;-)

  13. Soleil Bleu dit :

    Nombre de ces symptômes m’ont habitée en 2010. Aujourd’hui, je ressens juste une lassitude profonde à évoluer dans un monde qui résiste tant et mieux pour maintenir (alors que les discours disent le contraire) une densité de conscience qui nourrit la peur, la division, le pouvoir d’un égo despotique qui trouve même le subterfuge d’adopter des habits de « lumière » pour mieux perdurer.

    Je ressens dans mon corps, non pas l’aventure d’une vie, mais des siècles de vécu de cette lourde et difficile expérience 3D dont je suis soulagée qu’elle touche à sa fin.
    Aucune idée suicidaire derrière ce ressenti, non ! Mais plus envie de luttes, aussi éreintantes qu’inutiles. Plus envie de peurs, aussi sclérosantes que bouffeuses d’énergie. Plus d’obervations, aussi jugeantes que séparatrices dans leur analyse. Plus de plans à long terme, autant porteurs de désirs et de crainte, qu’aléatoires dans leur avénement.

    Seulement une volonté de mettre toute l’énergie qui m’habite à contribution du dernier effort entrepris en réponse à mon Être : « être attentive à mes pensées », « m’aimer », « me pardonner », »vivre le moment présent », « écouter mes ressentis », « accepter ce qui Est ».
    Cette sauce là, est beaucoup plus digeste et porteuse de miracles dont le cerveau-mental-égo n’a pas les clés.

    IN LAKE’SH à toutes les lucioles qui ont ouvert la voie.

  14. Odile dit :

    En effet, les symptômes ne sont pas facile a vivre en ce qui me concerne et depuis des années. Les nuits sont difficiles, les épaules , la tête sont malmenées, ce qui provoque un état bizaroide . Ça me tombe dessus d un seul coup d un seul sans aucune raison. Heureusement que j ai la foi en ce changement de dimension sinon je serais toujours chez le médecin. Je ne suis pas du tout inquiète, je sens mon corps en excellente santé et plein d énergie. Et il y a le bonheur de lire les articles du passeur qui tombent toujours a pic et permet de rester centrée quoiqu il arrive. De toute façon je fais confiance quoique il arrive. Merci a mes guides de lumières, merci au passeur

  15. Quintus dit :

    Ben.. moi j’ai aucun symptôme??

  16. waterbreathing dit :

    « Vous êtes connecté à votre famille biologique par un vieux karma. Quand vous sortez du cycle karmique, les liens de l’ancienne relation sont relâchés. Ce sera comme si vous êtes en train de vous éloigner de votre famille et vos amis. Cette situation va également passer. Après un peu de temps, vous allez développer une nouvelle relation avec eux si c’est approprié. Toutefois, la relation va être basée dans la nouvelle énergie sans les attachements karmiques.

    Vous allez remarquer que vous allez vous parler tout seul plus souvent. Vous allez réaliser soudainement que vous étiez en train de bavarder avec vous-même pendant les 30 dernières minutes. Il y a un nouveau niveau de communication qui va s’établir en vous-même, et vous avez expérimenté la pointe de l’iceberg en matière de communication seule. Les communications vont augmenter et devenir plus fluides, plus cohérentes et plus perspicaces. Vous n’êtes pas en train de devenir fou, vous êtes seulement « Shaumbra »* en train de déménager dans une nouvelle énergie. »

    pour ces deux points spécifiquement (et le dernier, du premier passage/texte) cela me parle sensiblement. j’ai toujours causé seul 😉 mais depuis deux ans, quelques mois, cela atteint le stade.. ben, ou j’ai l’effet que des aspects de moi différents s’échangent comme des infos primordiales, genre comme nos cellules qui communiqueraient entre elles pour bien fonctionner..y a des points ou ce genre de communications bloquent encore, je me répètent alors les choses, ou bloquent dessus, comme si je les entendais pas entièrement, qu’il y avait encore des barrières.L’ennui, c’est le sentiment, d’etre sur une fréquence d’autocommunication meme avec d’autres.
    Pour ce qui est du premier propos sur les relations familiales, c’est tout à fait ce que je ressens.. à l’exactitude. excepté que je ne veux pas initier de nouvelles relations « implicantes », même en mieux, avec les personnes qui me sont associées à quelque chose de lourd, je veux dire, sans rancune, hey, mais, je veux pas remettre cela une autre fois, et disons cette expérience m’a suffit, et je reste un peu échaudé, presque cellulairement.mais cela me parle énormément toutefois. cela me parle aussi pour bien des « symptomes » relatés en ce texte, mais pour certains troubles, je garde une mesure à considérer cela symptome d’ascension ou d’éveil

  17. black Tom Cassidy dit :

    J’ai eu tout ces symptomes (c’est justement cet article de Karen qui m’a confirmé que je ne devenais pas completement fou !)… Et a ma grande stupefaction, apres un long repit(a un point ou je me suis demandé si je n’avais pas imaginé tout ca ) ,depuis vendredi dernier, tout le lot s’est ré-installé chez moi ! Ceci ,comme mentionné dans les commentaires plus haut… Malgré l’inconfort que cela engendre ,prouve une fois de plus que  »l’ascension » n’est pas du domaine de l’imaginaire ! Encore,la semaine derniere, je me demandais pourquoi j’etais si affaibli durant l’année derniere, et quelques heures plus tard,cette sensation etrange etait a nouveau presente… Honnêtement, je suis exasperé … J’ai vraiment experimenté ces symptomes avec beaucoup de puissance… Ici,dans mon entourage,Depuis ma 1ere chute (Aôut 2010) on me crois  »fou » (a ce moment precis… franchement, j’en ai absolument rien a branler) Sommes toutes,ce  »break » qui finalement n’aura duré que quelques mois,n’etait qu’un prelude … Merci pour ce rappel ,Le Passeur ! Comme la derniere fois,il tombe a point ! Bon Courage a tous !

  18. Monique G dit :

    Merci encore pour la description de ces symptômes qui finissaient par nous inquiéter. Mais en voyant que d’autres les ont, et surtout leur signification, c’est rassurant ! Nous sommes sur la bonne route !…

  19. elba dit :

    Je peux constater que j’ai pas mal des symptômes décrits. Je ne vais pas les énumérer, ce serait trop long.

    … Mais en fin de compte, tous ces « déréglements’ sont tellement nombreux et divers
    que je me dis que tout le monde doit s’en trouver quelques uns, non ?

    Merci passeur pour ces deux textes.

  20. its me again dit :

    Symptomes du monde « civilisé » = Obesité, douleur dans le corps, depression, a little bit too easy for me (rire coincé)
    http://www.youtube.com/watch?v=S8NopFyt1kA&feature=related
    Bonne route a toutes et tous

  21. Bizchezeze hew dit :

    J’ai TOUS ces symptômes, de manière forte.

    MAIS DEPUIS DES ANNEES!!!!

    Je me suis réveillé trop tôt?

    En tout cas j’en veux plus, n’en peux plus. J’espère que c’est pas un mensonge cette ascension…

  22. france dit :

    merci 100 fois,cest exactemet comment je me sens .3 jours d enfers , et je tombe sur cette merveilleuse lecture .un bien immense

  23. leclaire saint-maxent dit :

    voilà quelques mois que le changement est en moi quelle drole de sensation je rayonne via le coeur je suis en osmose avec la vie

    je ressens enorment de choses et je suis en curiosité permanente

    je crois que j ai encore du chemin a faire mais l amorce de l eveil via les sceaux , les fees , le cosmic ,, les animaux la nature etc;;;je deviens hypersensible a tout

    mais tres heureuse d etre choisie enfin
    car au fond de nous,,,,,nous le savions depuis longtemps

  24. Yuca965 dit :

    Article riche, quel plaisir de pouvoir profiter des vacances pour mieux ressentir ce changement !

  25. Jerome dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec cet article, car je me sens concerné par certaines affirmations.
    Mon sommeil se coupait exactement dans les eaux de 3h-4h du matin pour ensuite me rendormir vers 5h.
    Bien sûr, j’ai eu d’autres symptômes, mais je ne m’avancerai pas plus.
    Cela a commencé le samedi 10 au mardi 13 décembre.
    Puis le lendemain je me suis senti comme …. nouveau ?
    Une sensation de bien être, mais surtout d’accord avec moi même.
    Habituellement je prends toujours les news avec des pincettes, mais celui-ci me prouve davantage la réalité qui se déroule.

    Merci encore pour ce merveilleux site

  26. Nada dit :

    Je suis dans l’observation de cette fin d’année; le 17 décembre a été par 2 fois une date où j’ai lâché une situation extérieure, bloquant ma liberté humaine du moment.
    Cette année, je ressens idem en patience.

    Je préfère la description des symptômes par Tobias. Cette synthèse est plus claire, plus unitaire, que les bulletins de Karen Bishop colorés d’individualisme. Mon opinion.

    « * Shaumbra est le nom que Tobias utilise pour le groupe d’humains qui passent a travers le processus de l’éveil ».
    Oui et non.
    Ce groupe est défini comme étant le 1er groupe à créer la nouvelle Terre, ils sont nommés les pionniers. Il affirme être des maîtres déjà ascensionnés, sous le voile, qui s’aventurent dans la nouvelle énergie.
    Bien !
    Il y a les enseignements et il y a les enseignés, comme d’habitude…des décalages !
    A ce jour, je n’observe pas réellement les aspects des maîtres CREATEURS dans ce groupe. Certes, il y a des créations. Néanmoins, il y a beaucoup plus de processus d’éveil comme dans d’autres groupes.
    Dernièrement, j’en suis arrivé à penser que l’atmosphère de ce groupe est très MYSTIQUE = j’aspire à… , se baignant dans une énergie de groupe en cocoon.
    Car, comme d’autres, il est aussi capable de diviser en  » je suis shaumbra  » et  » vous n’êtes pas shaumbra « . Avec les effets désirables et indésirables.
    Beaucoup des mystiques seraient plus lucides s’ils relisaient Alice Bailey : les processus du voyage de l’éveil menant vers des révélations du : qui suis-je ? qui est l’humanité ? pourquoi la création de la Terre ?

    Néanmoins, il m’apparaît encore que les enseignements Shaumbra seront une référence pour les générations suivantes. Après les déluges énergétiques des finances.

    Les symptômes peuvent encore durer un bon laps de temps.

    Tobias : vous n’êtes jamais seul, vous êtes dieu aussi
    Adamus/St Germain : tout est bien dans toute la création.

  27. Deschamps Patricia dit :

    Merci pour cet article et,toutes ces explications qui nous permettent de mieux comprendre tous ces symptômes qui me sont bien familiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *