Méditation

Par Jiddu Krishnamurti.

Nous allons méditer ensemble… comme lorsqu’on laisse la fenêtre ouverte et que l’air entre à sa guise. La méditation c’est tout ce que l’air apporte, c’est tout ce qu’est le vent… Il faut qu’elle soit ouverte par amour, par affection, en toute liberté, et pas dans l’attente de quelque chose. Voilà ce qu’est cet état de beauté, cet état de l’esprit qui voit mais ne demande rien. 

Avoir pleinement conscience des choses est un état d’esprit extraordinaire – avoir conscience de son environnement, des arbres, de l’oiseau qui chante, du soleil levant, là derrière vous; être attentif aux visages, aux sourires, à la boue qui couvre la route; percevoir la beauté de ce pays, d’un arbre se détachant sur la rougeur du ciel, du friselis de l’eau -, avoir de toute chose une conscience sans choix. C’est ce que je vous invite à faire en chemin. Écoutez ces oiseaux, ne cherchez pas à les nommer, à en identifier l’espèce, écoutez simplement leurs bruits.

Écoutez le mouvement de vos pensées; ne les contrôlez pas, ne les façonnez pas, ne dites pas : « Celle-ci est bonne, celle-là est mauvaise. » Mais accompagnez-en le mouvement.

C’est cela, la conscience dénuée de tout choix, de toute condamnation, comparaison ou interprétation, et qui n’est qu’observation. Voilà qui rend l’esprit hautement sensitif. Dans cet état de vigilance, il y a attention – mais point de contrôle ni de concentration. Rien que l’attention. Autrement dit, vous êtes dans un même temps en train d’écouter les oiseaux, de voir le soleil se lever, d’entendre passer les voitures, d’être attentifs à vos pensées et à vos sentiments, et au mouvement dont est animée cette attention. Votre attention est globale, sans limites, et couvre non seulement le conscient, mais aussi l’inconscient.

Lorsque l’esprit est ainsi attentif, le processus d’association de la pensée prend fin naturellement et l’esprit devient tranquille. Alors de cette tranquillité surgit un tout autre mouvement… Cette méditation-là part de l’éternel et rejoint l’éternel, car le fondement sur lequel on s’appuie n’est plus le temps, mais la réalité.

Jiddu Krishnamurti.

Source : http://www.urantia-gaia.info (en cas de copie, merci de respecter l’intégralité du texte et de citer la source)

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

34 Responses to Méditation

  1. jean dit :

    Voilà une question qui me semble très utile pour revenir à l’ Essentiel:
    J’invite chacun d’entre nous à nous la poser… puis a écouter ce qu’en dit notre petite voix lorsque le brouhaha du mental-ego s’est tu.
    Question:
    Traitez-vous ce moment comme un obstacle à surmonter ?
    Avez-vous l’impression de devoir atteindre un moment futur qui serait plus important ?

    Presque tout le monde vit ainsi, la plupart du temps.
    Puisque l’avenir n’est jamais là, sauf sous la forme d’un Présent, ce mode de vie reste dysfonctionnel. Il engendre un constant courant sous-jacent de malaise, de tension et de mécontentement. Il ne respecte pas la Vie, qui est le Présent et rien d’autre.

    source: Quiétude (la Quiétude Elle-même en tant que source d’enseignement et aussi le livre « Quiétude » d’ E. T.)

  2. jean dit :

    Merci Monsieur Krishnamurti de nous inviter une fois de plus à re-découvir en nous-même la SIMPLICITE de la Pleine Conscience…
    …Tout simplement laisser être ce qui EST telle que c’est, tel que cela se présente, dans la quiétude de la Présence.
    Rien à projeter, rien à craindre, rien à désirer. Alors de l’Être- du non-manifesté- surgit naturellement, spontanément, l’action juste dans la forme que prend cet instant unique.
    merci au Passeur de nous recentrer sur l’essentiel.

  3. Hélène dit :

    Namasté … d’une nomade passionnée

  4. Un très beau texte, merci 🙂

  5. Blue dit :

    Bonjour à tous 🙂

    Petite expérience personnelle :
    Il m’est arrivé une seule fois dans toute mon existence de vivre un moment si parfait, tel que décrit dans ce texte. Je m’en rapproche de temps en temps, mais je l’ai vécu pleinement une seule fois.
    J’étais à cheval, seul, en promenade en forêt, dans un galop rapide.
    D’un coup, j’ai été plongé dans cet état de calme absolu.
    J’avais conscience de tout ce qui était présent dans mon entourage, proche ou lointain.
    J’entendais les oiseaux, le bruit du vent dans les feuilles des arbres, les pas de mon cheval, chaque souffle de sa respiration, chaque mouvement, les brindilles qui craquaient sur le sol…
    Je n’étais plus là, j’étais partout.
    La scène était paradoxale, j’avais conscience de tout comme si j’avais un temps infini pour tout voir/sentir, et à côté de çà, j’étais quand même sur un cheval, lancé à grande vitesse et cela n’est pas spécialement « calme et paisible ».
    Cet état m’a assez bouleversé (en bien), et je me souviendrai de cela pour un bon moment.
    Cela a duré à peine une dizaine de seconde en temps « réel » (ca existe? :P) mais m’a semblé être une éternité.
    Je ne souhaitais pas trop en parler au début, et finalement, ma mère a vécu à deux reprises des situations similaires (avec d’autres circonstances).
    Cela m’a un peu surpris car elle n’est pas « spirituelle », puis çà m’a également rassuré, les gens pleins d’amours vivent des choses intenses et progressent sans le savoir.
    Ça m’a fait très plaisir.

    Je ne sais pas vraiment pourquoi je vous raconte tout çà, juste une envie passagère…
    C’était le moment 🙂
    Avec Amour

    • Stéphanie dit :

      Bonjour Blue,

      Merci de tout cœur pour ce partage qui m’a beaucoup touché … Il y a une phrase dans ton récit qui résume bien mon ressenti : « Les gens pleins d’amour vivent des choses intenses et progressent sans le savoir ».

      Il y a une multitude de chemins comme il y a une multitude d’êtres, mais la clé essentielle reste l’Amour … Merci

      Il y a une multitude de chemins comme il y a une multidude , mais la clé essentielle reste l’Amour … Merci

    • Marie-Anne dit :

      Eh bien, moi, je suis heureuse , Blue, que tu aies eu cette envie passagère: merci.
      De tels épisodes sont « bénis », ce sont des moments de grâce, mais ils arrivent encore si rarement, et surtout, quand on ne s’y attend absolument pas.
      Imagine une vie uniquement (et consciemment) faite de ces moments parfaits, où nous sommes Un avec le monde, tout en restant conscients de l’expérience sur laquelle nous avons plus spécialement décidés de porter notre attention!

      Merci pour ce beau rappel ! 🙂

      • Blue dit :

        « Imagine une vie uniquement (et consciemment) faite de ces moments parfaits, où nous sommes Un avec le monde, tout en restant conscients de l’expérience sur laquelle nous avons plus spécialement décidés de porter notre attention! »

        Ça serait tellement fantastique! Je n’imagine pas encore pouvoir le vivre en permanence, mais quel plaisir ce serait je pense 🙂
        Bientôt… Bientôt… 🙂

    • lascience dit :

      C’est normal que tu lâches ,sinon Comment saurons nous que cela arrive.sa m’arrive très souvent , et là je constate que tout ce qui m’entoure vie , c’est plusque merveilleux .

    • François dit :

      Merci Blue de ton récit. Oui cela est arrivé et arrive de plus en plus fréquemment à de plus en plus de gens. Les témoignages de ‘vécus’ sont encore aujourd’hui timidement partagés mais ça vient heureusement. La première fois que j’ai eu accès à un autre niveau de conscience j’étais à des années lumière de tout ce qui touchait au ‘spirituel’. Très cartésien depuis ma naissance il m’a été offert une expérience similaire à la tienne (dans d’autres circonstances) alors que je ne m’y attendait absolument pas, que je ne pouvais même pas imaginer que cela puisse être possible… et pourtant. Depuis les choses ont commencées véritablement à changer. Ce que tu as vécu vaut tellement plus que toutes les théories, tous les livres. Recevoir un tel cadeau est une bénédiction. Le ‘spirituel’ est à vivre et non pas à intellectualiser. Il n’y a rien à comprendre car chercher l’explication c’est manqué l’expérience. (merci encore au Passeur et à Muriel de me l’avoir rappelé il y a quelques mois) L’expérience permet la connaissance. Tu ne sais pas pourquoi tu nous partage cela? Je pense que c’est pour dire au monde que c’est possible et si toi tu peux le vivre alors pourquoi pas nous , pourquoi pas les autres. Peut-être est il temps de laisser la théorie sur l’étagère et d’aller nous rencontrer à travers la nature, les animaux et les autres humains. Merci mille fois et belle route à toi.

      • Blue dit :

        « laisser la théorie sur l’étagère », c’est une citation que je trouve particulièrement opportune 🙂
        Je m’en resservirais probablement.

        Pour la rencontre à travers la nature, les animaux et les autres humains, j’ai la chance de pouvoir faire du cheval en pleine nature.
        Les chevaux sont extraordinaires.
        Si on prends la peine de laisser tomber toute pensée en les regardant, on sent vraiment que la communication passe profondément et qu’ils lisent en nous notre nature profonde.
        Ils ont un amour que je n’ai pas réussi à voir chez d’autres animaux (sûrement plus accessible chez les chevaux).
        Ils se sacrifient quotidiennement pour « les hommes ». Ça force vraiment un respect inébranlable, et çà pousse au contraire à tout faire pour les rendre heureux.
        Les chevaux sont si sensibles… c’est adorable.
        Lorsque ma femme était enceinte, ma jument venait tous les jours la voir, collait délicatement sa tête sur le devant du ventre, et restait comme çà pendant un certain temps.
        Ça faisait bouger la petite dans le ventre de sa maman à chaque fois, c’était « wouah » 😉

        Bon aller, il faut que j’arrête avec tout çà, je pourrais passer ma vie à raconter des anecdotes quotidiennes qui font une vie extraordinaire, comme pour nous tous, j’imagine 🙂
        Mais le mieux, c’est encore de vivre l’expérience, comme le rappelle si bien François!

        @bientôt 😉

        • Stéphanie dit :

          Bonjour Blue,

          Toi et François avez parfaitement raison : la meilleure chose à faire c’est vivre l’échange tous les jours avec nos meilleurs amis et frères les animaux. Ils ont tellement à nous enseigner et d’amour inconditionnel à nous offrir pour notre plus grand bien …

          Mon cœur est enchanté de lire tes anecdotes quotidiennes pourtant extraordinaires. Ta sensibilité envers les chevaux est vraiment très belle, et je sais que cette ouverture d’esprit et de cœur t’apporteras encore de bien belles surprises …

          Ce que tu dis est très juste et les animaux se sacrifient partout sur la planète pour les hommes. Les chiens, les chats et les chevaux sont des peuples très spéciaux car ils ont accepté de vivre au contact permanent des hommes en renonçant à leur liberté, en acceptant les abus en tous genres qu’ils subissent … Je sais qu’ils sont capables de capter nos pensées et de lire dans nos cœurs et nos âmes, c’est parfois un lourd fardeau à porter mais ils sont avant tout au service de la Source. Nous leur devons beaucoup de respect et surtout beaucoup d’amour inconditionnel, qu’ils donnent avec autant de générosité et d’abnégation.

          Je ne sais pas comment sera la nouvelle Terre, mais si certains savent que nous recevront l’aide de nos frères cosmiques, d’autres perçoivent que le levé du voile permettra la communication avec nos défunts, moi je pressens un monde où régnera l’harmonie et la paix entre tous les êtres vivants de tous les règnes sur cette Terre. Nous vivrons en communion avec les animaux à travers la télépathie et l’ouverture du cœur, nous serons frères et sœurs à nouveau … Peut-être comme il en était au commencement …

    • Maya dit :

      Merci pour ce joli récit.
      Parfois on se rend compte qu’une personne vient de mettre des mots sur des choses que l’on ne savait pas dire.
      Maya

  6. joysse dit :

    Ce texte illustre la page qui accueille celles et ceux qui viennent partager une assise silencieuse dans un petit groupe ouvert à tous, où je rencontre toutes les semaines tant de personnes en quête d’elles même …
    Krishnamurti est un « aigle » au regard pointu et profond … ces mots résonnent au plus profond de mon corps …ils sont habités et font vibrer l’ être en nous….

  7. acacia dit :

    J’avais quinze ans quand j’ai lu « Se libérer du connu ». Quel bouleversement ! Mes parents ont eu beaucoup de mal avec moi… Les quelques dizaines d’années qui ont suivi ne m’ont pourtant pas encore amenée à cette conscience sans choix à laquelle nous invite Krishnamurti. Trop de dispersion en moi. Récemment, en reprenant son livre « l’éveil de l’intelligence » j’ai retrouvé une phrase qu’il donnait en réponse à tous ceux qui sans cesse lui demandaient « mais comment faîtes-vous pour être en permanence dans cet état de conscience ?! », et il a dit : « je ne me préoccupe pas de ce qui peut arriver ».
    L’instant présent… le lâcher-prise… l’abandon… le oui à la fenêtre ouverte et le oui à tout ce qu’elle laisse pénétrer…
    Bien sûr qu’on a envie de dire oui ! et bien sûr ça reste souvent difficile… à cause de la peur de quitter sa cellule, la peur de l’inconnu, la peur de perdre ce qui nous retient prisonnier… mais qu’on connaît.
    Parvenir à être celui qui vit le « je ne me préoccupe pas de ce qui peut arriver »… il est là pourtant, je suis là, nous sommes tous là : juste de l’autre côté de cette fenêtre fermée. Et je me vois qui me regarde et me souffle « ouvre la fenêtre… ». Alors je l’ouvre… mais je garde la main sur l’espagnolette… je ne lâche pas vraiment prise… je peux refermer quand je veux… stupide et fausse rassurance qui déjà repousse l’air !
    Allons, ce constat ne m’accable pas, il me dit où j’en suis et c’est bien. C’est bien parce que quand même je progresse ! Et la Joie pénètre de plus en plus par la fenêtre (entr’)ouverte !
    Que cette Joie nous soit présente à tous,
    je vous souhaite une belle et lumineuse journée.

    • Tchunka dit :

      Acacia, ce que tu décris correspond à la clef de sagesse que je viens de tirer sur le site de Monique Mathieu:
      Pour arriver à la Connaissance, il y a deux choses fondamentales : travaillerla peur, cette peur qui est en chacun de vous, qui est l’animalité en l’homme, et travailler ll’Amour.

      Alors, petit à petit, une multitude de portes s’ouvriront devant vous, et chaque jour vous vous réveillerez différents. C’est un travail gigantesque, c’est l’alchimie de l’âme. Il vous faut surveiller et bien vivre chaque acte de chaque jour.

      Parvenir à être celui qui vit le « je ne me préoccupe pas de ce qui peut arriver »…

      • Soleil Bleu dit :

        Les peurs, symptomes 3D d’un vécu du passé qui a fait germer le doute en soi, se diluent doucement et d’elles-mêmes au fur et à mesure que la confiance en un plan supérieur, qui se veut abondant et plein de bonnes intentions à notre égard, se raffermit.
        Plus nous lâchons-prise et nous abandonnons à sa mansuétude, plus les signes apparaissent et contribuent à l’accroissement de cette confiance qui nous fait défaut.
        Bien à toi
        S.B

      • pierrot dit :

        Je ne suis pas certain que l’amour se travaille.
        Dans le travail, j’y voit un effort, un faire alors que l’amour est notre état d’être.
        Pour ma part, l’amour c’est ce qui reste quand il n’ y a plus rien à enlever.

        • Stéphanie dit :

          Ton commentaire est très juste Pierrot. L’amour EST l’essence de notre être …

        • Tchunka dit :

          Tout à fait d’accord avec toi Perrot, l’amour ne se travaille pas à proprement parler puisqu’il EST comme le dit si bien Stéphanie. J’ajouterais qu’il EST notre être. Les clefs de sagesse sont là pour nous aiguiller elles n’ont pas la prétention d’être parfaites, est-il bon de les juger/analyser ? Je préfère les vivre comme elles se présentent avec le cœur.

          Voici ma vision de l’amour :
          Nous SOMMES l’amour, des êtres de lumière qui se décomposent en une TRINITE :
          – Être divin, le sacré, la source de création
          – Être astral, l’âme, qui collecte les expériences individuelles au profit du groupe
          – Être physique, notre véhicule d’expériences
          Par affinité culturelle j’aime prendre le symbole du triskel, composé de trois spirales principales pour illustrer cette trinité. Imaginons que chacune d’elle représente l’un de nos êtres, le cœur du triskel représente le point d’échange, de convergence, de diffusion de cette trinité qu’EST le cœur de notre être. La clef d’accès à bien des merveilles.

          Bon voyage au centre de vous-même !

  8. Réjean dit :

    Rien à rajouté ce livre est parfait ! Qu’avons nous à crandre ! mais rien et voila tout y est…

  9. doud dit :

    Merci Passeur
    Tu as raison de dire que c’est Un Grand Monsieur Quintus.
    J’ai lu « A propos de Dieu »et j’ai ressenti quelque chose de très fort dans ce livre.

    Amour Paix Sérénité.

  10. Soleil Bleu dit :

    Oh oui ! C’est tellement juste de savoir retenir cette attention de l’instant, sans trier, sans choisir, sans juger, accueillir et participer sans réserve à ce qui Est.
    Merci Passeur et reconnaissance à ce cher (oui Sally Sparrow je ne l’avais pas relié au livre de Richard Bach, mais tu as parfaitement raison) messie récalcitrant.

  11. Sally Sparrow dit :

    Ah Krishnamurti ! Je me souviens l’avoir découvert par hasard dans une bibliothèque il y a bien des années. Quel remue-ménage dans mon petit moi !
    Je le lis encore et toujours.
    Et quel destin… Je suis étonnée que personne n’ait encore fait un film sur sa vie de messie récalcitrant. 🙂

    • Quintus dit :

      La grandeur d’une civilisation et d’une société se mesure à la façon dont elle traite l’animal.. mais aussi dans ce qu’elle met en œuvre à porter la spiritualité sur le devant de la scène et à reconnaître avec respect ceux qui en sont les artisans.
      Cependant, ce n’est pas forcément le cas de nos jours. Le cinéma du monde occidental ou non s’illustre plutôt à produire des films qui encensent la violence, la perversion, le mal sous toutes ses formes, l’adoration à l’argent et à la corruption etc. etc.. mais c’est ce qu’aime encore la grande majorité des gens.
      Certes il y à des oeuvres humaines qui font le pendant à cette barbarie cinématographique mais elles sont rares et n’ont pas d’impact médiatique. Surtout en terme de business.
      Donc, sally sparrow cela ne me surprend pas outre mesure que l’on ne s’intéresse pas à la vie de Krishnamurti .
      1%? 2%? 3%? de la population ça intéresserait? Un film de super héros avec des morts partout et des explosions fait par contre un gros chiffre d’affaire.
      L’homme est encore un adolescent qui vit dans l’illusion au plus grand bonheur de ceux qui tirent les ficelles.
      Pourtant sa porte de prison est désormais grande ouverte et cet homme, là n’ose pas sortir de crainte d’attraper la liberté. Une maladie terriblement contagieuse et que nos élites tentent désespérément de nous préserver si gracieusement.
      Alors Krishnamurti c’est pas du tout l’essentiel. Pensez donc. Surtout éviter de faire connaître ce Saint Homme. Vaut mieux Batman, ou l’araignée.
      Bien à toi

      • Le Passeur dit :

        « L’homme est encore un adolescent qui vit dans l’illusion au plus grand bonheur de ceux qui tirent les ficelles.
        Pourtant sa porte de prison est désormais grande ouverte et cet homme, là n’ose pas sortir de crainte d’attraper la liberté
        . »

        C’est exactement ce dont j’ai parlé dans Les nouvelles saisons, l’humanité et Gaïa.

      • Patrick dit :

        Révolte contre le monde = Adolescence
        Compréhension du monde = Sagesse

      • guil dit :

        Sans sommeil, quel réveil pourrions nous avoir?
        Ce qui est vu comme négatif est peut être le plus nécessaire des instruments « spirituels », le lotus sort d’abord de la boue.
        Si on monte d’un cran de conscience, on peut aller jusqu’à voir que ce qui est considéré comme négatif et positif, est totalement dépendant du regard de l’acteur, et qu’il diffère selon celui qui réagit, car sans juge, du point de vue de l’observateur pur, hors mental qui filtre tout, tout est égal, pas de bien ni de mal.
        Tout est question de niveau on dirait, et certains disent qu’ils ne sont pas a « atteindre » car déjas présent depuis toujours, mais qu’ils serait plutôt a prendre en conscience par l’observateur, et que la connaissance ne peut venir d’une réflexion, mais de cette endroit hors mental, auquel on attribut maint noms.
        Est-ce vrai?
        Faut tester, c’est ce qui est dit, nulle parole n’est vérité.
        Attendre une réponse qui serait La Réponse est totalement illusoire je pense.
        Amitié

  12. Quintus dit :

    Un Grand Monsieur. J’aime ce texte qui nous rappelle la simplicité des choses et de l’Âme.
    S’abandonner au champs d’énergie, à la vie.
    Merci à vous Jiddu Krishnamurti pour cet enseignement et merci au passeur de nous le transmettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *