Le temps des grandes marées

Par le Passeur.

C’est un bien étrange espace que nous expérimentons là. Il y a tant d’incitations, de provocations et je vois bien des interrogations, des hésitations sur l’attitude à adopter, les désirs d’engagement, les désirs de retraits, voire de retraites isolées, l’impatience, l’exaspération. Que faire se demandent beaucoup ? Les temps deviennent étouffants pour certains. Loin des psalmodies médiatiques, un nombre de plus en plus grand voient bien que les conditions économiques de leur quotidien se dégradent et cela les inquiète. Les mêmes médias les perfusent quotidiennement de drames, parfois orchestrés dans le cynisme le plus absolu, afin d’inciter à la haine et de dresser les uns contre les autres. Devons-nous nous lever dans l’engagement de l’homme face aux hommes ? Devons-nous juste attendre que l’effondrement survienne en se dégageant des implications émotionnelles de nos attachements ? Quelque chose va-t-il secouer le prunier ? Va-t-on faire enfin ce que nous attendons confusément ? Les marionnettistes vont-ils réussir à engager le monde dans un nouveau conflit dévastateur ? Tout cela va-t-il un jour cesser ?

La Terre elle aussi est sous pression et nous sommes la Terre. Alors oui, quelque chose va secouer le prunier et probablement libérer les pressions de bien des façons. Je sais que quelques uns ont fait le choix de l’engagement selon les anciens principes de la dualité opposant les forces. C’est leur droit et leur élan est d’autant plus compréhensible qu’il répond à l’une de nos plus vieilles habitudes. Nous l’avons déjà tant fait au cours de tant de vies que c’est un réflexe profondément enraciné. Aussi incompréhensible que cela soit pour ceux-là, je dis que chacun est dans son rôle, mais que la voie libératrice passe par la foi en quelque chose qui n’a jamais été tenté à telle échelle et que jamais un aussi grand nombre d’êtres ont été prêts à manifester cela dans la matière. Ce quelque chose est la conscience de notre pouvoir créateur, notre force à manifester une réalité en l’incarnant contre vents et marées, aussi bien ou mal intentionnées que soient les raisons de ces vents et ces marées.  Nous ne pouvons qu’humblement et simplement être au quotidien celui-là que nous voudrions toujours voir à nos côtés, nous devons être nos propres exemples, nos propres références, en-dehors de tout cadre.

J’en vois qui ne tournent leur regard que vers ce qu’il y a de plus sombre dans l’humanité. Leur réalité est alors le reflet de cette obscurité et je n’envie pas leur amertume. Si ceux-là pensent s’informer de l’état du monde à l’aide du bouton de leur télé ou de leur radio, alors ils sont sûrs de s’enfoncer un peu plus dans une réalité morbide, malsaine et voyeuse, qui les amène perfidement au point où certains veulent les amener pour justifier leurs méthodes et asseoir définitivement leur contrôle. Leurs propres yeux ne verront plus alors d’eux-même que ce dont ils sont quotidiennement gavés. Mais que savent-ils de tout ce qui est fait de juste et de bienveillant à chaque instant sur ce monde ? Que savent-ils des mains qui se tendent et des consciences qui s’enracinent, si ce n’est quelques représentations larmoyantes mises en scène de temps à autre devant les caméras selon des buts contraires qu’ils sont bien loin d’imaginer ?

Il est une vérité à entendre sur plusieurs niveaux de conscience : nous créons toujours notre réalité par la nature du regard que nous portons sur le monde. Ce regard est l’étincelle d’un mécanisme qui à la fois nourrit une réalité perçue collectivement par adhésion plus ou moins consciente à un paradigme, mais aussi y apporte sa propre création. C’est pourquoi ce que nous sommes en nous est déterminant sur la réalité qui est la nôtre, tout en portant les germes d’une influence sur le collectif. Même si au regard de l’éternité de la vie, chacun avance à son rythme, c’est un mécanisme qu’il devient urgent de comprendre dans le contexte de l’horloge cosmique qui tourne. Lorsque le prunier sera secoué, des pans entiers d’un édifice que la plupart croit encore indestructible, s’effondreront. C’est une excellente chose parce qu’il faut faire de la place au neuf et comme je l’ai déjà dit, rien ne se bâtira cette fois sur les cendres de l’ancien. Mais aussi bonne cette chose soit elle, elle sera vécue difficilement pour beaucoup qui n’ont pas encore cheminé suffisamment vers l’être qu’ils sont en essence. Pour ceux-là, perdre par exemple leurs biens, leur emploi, leur maison, sera vécu comme un dépouillement d’une grande brutalité, qui les laissera désemparés. Dans leur système de croyances, ce sera en effet brutal et ils auront besoin de réconfort venant de ceux dont la conscience les a guidés vers une foi qui dépasse la peur de l’insécurité et le rapport de force qui en naît. Ce sera le rôle de ceux qui ont fait le choix de leur pouvoir créateur en-dehors du traditionnel engagement de l’homme face aux hommes. C’est une fois de plus un numéro d’équilibriste que de vivre ce choix dans un dégagement qui n’est en aucun cas de l’indifférence, tout en exerçant l’intention première qui nous a fait naître ici afin d’incarner toute notre lumière dans la matière. Il faut voir l’exercice de ce paradoxe comme la parabole du jardinier sûr de son fait, qui arrose ses semis dans une terre aride et difficile sans se préoccuper des apparences mais avec tout son amour. Le temps est à présent celui de la récolte.

Tout élan créateur est à l’image de la vie qui s’épand entre inspir et expir. Les univers eux-même respirent ainsi. Pour ce qui concerne l’extension de vie que nous sommes, la part d’ombre nécessaire à l’expérience de la dualité a nourri l’inspir dont il a rempli la matière et où veillait la flamme originelle, avant que l’expir ne souffle et épande cette lumière plus forte de l’expérience vécue. Dans l’équilibre intérieur l’alchimie s’est accomplie. Nous sommes au point où tout se détend, où tout se relâche, au point où donc tout ce qui est rigide et figé voit ses fondations se désagréger dans le souffle créateur. Ce n’est pas la décision d’une volonté, encore moins d’un jugement, c’est une vaste respiration au sein de laquelle nous avons créé des formes et des échanges, bâti des mondes et des sociétés. Ce sont nos châteaux de sable qui se dressent le temps d’une marée basse et dans lesquels se forgent au fil des cycles entre deux marées, arrogances, souffrances et vanités, mais où naissent aussi la compréhension, la compassion et l’humilité.

Nous n’avons prise sur la marée, nous ne pouvons que jouer gaiement avec ce qu’elle nous amène ou pleurer en tentant de préserver nos éphémères châteaux de sable.

Le souffle de l’expir tient ses lumineuses promesses et cela s’observe sur toutes les échelles de la vie et concerne bien plus que le simple sort de l’humanité résidant actuellement sur Gaïa. Nous sommes ici-bas les passagers d’une belle et grande conscience qui vient de larguer les amarres et nous offre un magnifique voyage sur le pont, humant le vent et les embruns sous le claquement des voiles gonflées des grands vents solaires qui s’annoncent. Nous tous qui avons choisi ce voyage n’avons qu’à nous réjouir pour rester confiants sur le pont. Les craintes du roulis, des vagues immenses et des éléments ne feront que nous focaliser sur un mal de mer qui pourtant est évitable.

Au-delà du remue-ménage, voyez la fluidité qui préside au mouvement créateur de la vie, et soyez-en. Soyez heureux en ces moments de bouleversement que tout vous soit offert comme possible, là où beaucoup d’entre vous croyaient que rien ne pouvait changer tant les attaches paraissaient solides.

Ces attaches ne sont en fait que… vos propres attachements. C’est pourquoi vous avez pu entendre parler avec tant d’insistance de la nécessité de se détacher des émotions nées de vos conditionnements inconscients. Et que donc vous avez reçu, ici et ailleurs, des signes mettant en lumière ces conditionnements et des informations propres à vous aider à vous en libérer pour l’essentiel. Hors de ces attachements, il n’y a plus de souffrance. Hors de ces attachements, il y a de moins en moins de peur et de plus de foi en la vie. Hors de ces attachements, le véritable amour se dégage. C’est à ce point précis que devait vous amener tout ceci : à vous éveiller, à retrouver foi en la vie, en vous, pour que sur le pont du vaisseau Gaïa, dans la grande tempête qui s’annonce, vous ayez le cœur en joie en pressentant vers quels nouveaux rivages vous allez accoster, sur quelle nouvelle Terre vous poserez le pas.

Ce qui vient à terme, ce qui naît, n’est pas un choix que nous ferions ou pas, ce n’est pas une philosophie à épouser ou une religion nouvelle, ce n’est pas même un engagement. Cela arrivera, quoi que nous fassions. Il y a tout un macrocosme en mouvement et de ce point de vue, nous ne sommes que des témoins observés et bénis du grand spectacle. Ca a toujours été ainsi et nous n’avions à déterminer en tant qu’individu et en tant que collectif que ce que nous étions en mesure d’apprendre de tout cela et d’incarner. Par voie de conséquence, par résonance – et non en récompense ou par châtiment (!), nous décidons donc de la manière dont nous vivrons ce moment exceptionnel.

A présent, nous sommes en un point où la ligne du temps qu’emprunte Gaïa vers son ascension ne devrait plus changer. Par contre, au sein de notre expérience humaine,  si les choix d’âme sont faits, la ligne que nous suivrons personnellement pour les respecter n’est toujours pas déterminée, le libre-arbitre étant encore maître du jeu pour quelques temps. Elle ne le sera pas jusqu’au bout, jusqu’à ce que j’ai appelé le passage du chas. Je dirais même que cette période de doute et d’indécision pour beaucoup engendre des sauts permanents d’une ligne à l’autre du temps, d’un possible à l’autre. C’est ainsi, la vie est une création fluide en perpétuel mouvement, seulement il y a dans chaque élan des points de non-retour qui sont fonction à la fois de l’énergie en jeu dans le mouvement et de son rapport avec l’inertie rencontrée. En quelque sorte, nous sommes assez « légers » pour que ce point de non-retour ne soit pas encore atteint en ce qui nous concerne, là où celui de notre Terre l’est très probablement. Ainsi il y aura dans les deux sens jusqu’au dernier moment des volte-faces et des demi-tours qui en surprendront plus d’un.

Le laboratoire de notre expérience humaine a été élaboré et inséré de manière à ce que ses échéances capitales soient le point de rendez-vous d’évènements cosmiques qui en réalité les accouchent. Ce qui naît lors de ces rencontres n’est pas un choix venant de quelque chose d’extérieur à nous, mais la résonance de ce que nous avons conçu avant de le mettre au monde.

A présent, le rendez-vous cosmique en cours marque le terme de l’expérience que nous avons menée ici. Quoi qu’il arrive, chacun doit garder en conscience que tous récolteront très exactement les fruits de ce qu’ils ont semé tout au long de l’expérience. C’est-à-dire que chacun vivra avec justesse dans les mois à venir le processus qui le mènera à s’accomplir. Inutile de s’inquiéter, nos limites provisoires font que personne ne sait ce qu’il a réellement semé. Par ailleurs, quels que soient la nature et l’abondance de nos semis, tout le monde de toutes façons, et dans le temps qui lui convient, remonte progressivement le courant vers la source.

Alors que faire pour en revenir aux questionnements qui pointent ? En ces temps précis, plus que jamais, chercher le repos de l’âme et nous tourner vers Gaïa. Le printemps qui s’annonce incarne une Nature plus proche de nous que les précédents. Le rayonnement de notre soleil et d’autres étoiles nous transforme jusqu’au fond de nos cellules et transforme tous les règnes de la Nature. Tous convergent à présent vers un point où la connexion avec les retardataires que nous fûmes est aisée. Ce n’est plus un privilège réservé jusque-là à ceux qui devaient montrer ce chemin, c’est un présent à portée de tous. Il est là et il nous faut juste réouvrir nos yeux et nos oreilles à cette présence bavarde que nous n’entendions plus. Selon ce que vous pouvez, allez dans la Nature, travaillez en conscience la terre de votre jardin, allez au contact des arbres, des animaux, toujours avec respect, pas dans l’esprit de celui qui décide, mais de celui qui écoute et qui s’accorde avant d’agir. Ne forcez rien, laissez venir, entendez ce qu’elle vous dit et vous verrez qu’elle est bien moins inquiète que vous. Ce qui vous sera donné ainsi dépasse de loin ce que vous imaginez. La Nature est un orchestre dont nous ne sommes pas le chef mais un pupitre parmi d’autres. Il est temps de se mettre au diapason. Nous avons tous ensemble et avec elle une symphonie à jouer pour saluer la marée montante.

Fraternellement,

© Le Passeur – 22 Mars 2012 – http://www.urantia-gaia.info Cet article est autorisé à la copie à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Cette série d’articles est réunie dans la rubrique « L’Eveil ».

A propos Le Passeur

Nomade sur le chemin...
Ce contenu a été publié dans 01- Mes articles, 06- Tous les articles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

125 Responses to Le temps des grandes marées

  1. gérard dit :

    J’ai beaucoup aimé et je suis heureux d’avoir enfin pris le temps de te lire car j’avais beaucoup de retard et même si l’on trouve le temps long je peux dire qu’il est cour alors dépêchons nous de nous reconnecter à dame nature comme tu le dis c’est le printemps
    Plein de Lumière

  2. marie christine dit :

    Mesnet, je voudrais juste te dire que j’ai beaucoup apprécié ta franchise .
    Bises .

  3. Soleil Bleu dit :

    Je viens de relire ton article Passeur, il contient la semence qui n’attend que la goute d’arrosage individuelle pour germer et donner à chacun les fruits qu’il souhaite.
    Je pressens et observe déjà une excellente récolte pour ce grand cru 2012.
    Merci à toi d’offrir une barque qui épouse les creux de houle vertigineux de ces grandes marées.
    Belle fin de journée ensoleillée à toutes les âmes qui rayonnent par leurs commentaires et donnent vie à ce site.
    In lake’ch

  4. Lune dit :

    Passeur, au début de l’article vous parlez des manipulations des marionnettistes et du réflexe de quelques-uns de l’engagement selon des anciens principes de dualité.
    Je voulais juste faire part d’une petite expérience vécue qui selon moi autorise une posture où l’on prend publiquement une position claire en dehors de la dualité, car selon moi, qui ne dit mot consent…
    En revanche, le fait de se situer en dehors du jugement change considérablement la donne.
    Il y a quelques semaines donc, arborant une pancarte teintée d’humour près d’un meeting, les circonstances étaient un peu tendues entre partisans et opposants (forcément, dans une représentation du monde duelle). Une femme sort d’un car en criant des opinions opposées à celles des personnes rassemblées pour l’occasion. J’observais cela sans implication émotionnelle, et cette femme passa près de moi en criant toujours.
    De ma vie, je n’ai pas eu d’action politique plus efficace: je l’ai juste regardée attentivement sans aucun jugement, en essayant de la comprendre. Un intense contact s’est établi en un éclair, du plus profond de moi au plus profond d’elle, et je l’ai sentie vaciller. C’est tout. Mais ce moment était si fort que j’en ai les larmes aux yeux en y repensant.
    Ce que je voulais dire par là est que je sens qu’il faut oser aller à la rencontre du monde, qu’il ne suffit pas, en tout cas, pas à moi, de m’éveiller dans mon coin. Des contacts de ce type, j’en ai déjà vécu d’autres, et je sens, je sais, que quelque chose a basculé pour les personnes avec qui cela s’est passé. Peut-être est-ce mon destin: dans le conflit, transmettre un accès à une réalité hors du conflit, dans le non jugement et l’acceptation inconditionnelle…
    C’est peut-être aussi ce que vous vouliez dire par manifester une réalité en l’incarnant contre vents et marées.

    • Le Passeur dit :

      J’ai en effet dit aussi à plusieurs reprises dans plusieurs articles que les temps n’étaient plus à l’isolement mais qu’il fallait aller à la rencontre de tous et ne rien forcer. Ce qui est très différent de l’engagement émotionnel.

  5. Maya Civet dit :

    La Présence

    Nous nous sommes enfouis sous les voiles de nos croyances, de nos pensées
    parce que nous avons cru pouvoir créer dans le vide et à partir du vide.
    Parce que nous cherchions à l’extérieur et ailleurs, autour de nous ce qui est l’essence.
    Nous avons perdu la présence, c’est elle que nous cherchons en vain,
    nous avons plongé dans les profondeurs obscures de notre absence à nous-même.
    Nous avions perdu sa présence, plongés dans la croyance que nous pouvions créer en son absence.
    Nous avons perdu l’éternité au profit du temps,
    le laissant découper nos vies et l’intégrité de notre présence ici et maintenant !
    Ce vide de nos projections nous renvoie au vide intérieur de tout contenu autre que la vibration du flux
    Ainsi le retour naturel dans l’équilibre de la Loi du retour par le serment d’amour libère la paix, la joie et l’harmonie en connaissance de la seule vérité de la Présence !

    La multiplicité de nos vies a enrichi le coeur d’expériences de libération et de lâcher prise dans l’éternité du flux. Les sauts périlleux de la conscience ont redimensionné des formes pensées afin de les unir au flux de l’un de façon que la dualité du yin et du yang soit désormais vécue dans l’équilibre du coeur.

    Les maîtres des émotions et des affects s’unissent dans la pensée pour devenir sentiment de la Présence au coeur du flux.

    Cette vague immense et subtile pénètre les voiles de nos pensées et les déploie dans l’amour du voyage infini de la fin de la quête et du retour dans la présence JE SUIS

  6. Fafa dit :

    Salut Le Passeur 🙂

    Super article ! Je suis totalement en harmonie avec ce qui y est proposé.
    Je constate à la lecture de certains commentaires que le printemps à réveillé également quelques ego en sortie d’hibernation ou autres corps de souffrance affamés. (rires)
    Heureusement, nous sommes beaucoup plus que ce que nous pouvons dire et certifier…
    Pour ma part, je suis en plein bain cosmique et c’est délicieux ! Le présent : y-a que ça de vrai, alors donnons lui le meilleur de nous même (sans porter de jugement sur les situations bien sûr) 😉

    Encouragements et amitiés fraternelles à TOUS 🙂
    François – Berlin

  7. elba dit :

    ps- merci de me faire découvrir Brigid Marlin et Robert Venosa (après m’avoir fait découvrir Vladimir Kush…) que je ne connaissais pas.

  8. elba dit :

    🙂 merci à vous tous de ces échanges très riches. Je vous lis tous avec attention et me rends compte que vous avez tous quelque chose de précieux dans le coeur.
    Passeur, inutile de vous dire que je vous admire pour la clarté dont vous faites preuve dans vos écrits.
    …Agathe, coeur à coeur avec toi… 🙂

  9. marie christine dit :

    D’accord avec vous, Luc .Ce serait donc plutôt la dictature de la pitié .
    Elles se confondent tellement …

  10. pierrot dit :

    Merci pour ce bel article.
    La nature ressource et ne juge pas, c’est cela qui est bénéfique.
    Elle est d’une belle aide et en embrassant les arbres vous vous connectez en son coeur.

  11. Relience dit :

    Coucou

    Je comprend ce qui est écrit et je suis soulagé de lire que je ne suis pas seule à ressentir tout ça ! Je le vis physiquement. Je sens des piques éléctriques lorsque je me trouve à côté de ce genre de personne. Les médias notement. En fait, ça fait vraiment mal. C’est douloureux. Ainsi j’y sens le signale visant à me faire comprendre que ce n’est pas la bonne direction. La meilleure direction est la plus simple, la plus calme et la plus détaché.
    Mes rêves m’aide beaucoup aussi. Lorsque je sens ces piques, on m’envoit en rêve le moyens de me faire comprendre à me nétoyer de toutes ces basses énergies.
    Cela fait partie de la même chose : forcer ou lâcher prise.
    Je crois que c’est ça être soit dans la peur soit l’amour.

    Bah merci Passeur, l’écho est toujours au RDV !

    Jenny

  12. Nikola Belimedved dit :

    Le Nobel de la Paix a Obama !?! N’importe quoi ! Moi, je te le donne a toi Passeur. ;-))) (et je ne flagorne pas) Hihi.

  13. J dit :

    Merci Passeur de nous tenir en éveil continuel,
    de nous instruire chaque jour et ainsi nous aider à nous élever.
    Merci aussi à tous ceux qui laisse des commentaires éclairés,
    je vous lis le plus souvent possible, et vous tous me faites du bien.

    J’aimerais revenir sur cette période que nous traversons dite de changements.
    Vous dites Chèr Passeur, qu’il faut se préparer à des changements, et vous parlez de peut etre, par exemple, perdre nos biens, nos emplois…
    Je sais, par conviction profonde, qu’effectivement cette période que nous allons traverser et que nous traversont déjà, est exceptionnelle de changement pour l’humanité. Christine ANDRE nous avertie aussi sur cette « mutation » qui ne se réalise que tous les 2500ans, et bons nombre de prophéties et légendes convergent vers cette meme date.
    Mais que va t il se passer?
    Je suis bien consciente que personne ne peut affirmer pour sûr les évenements à venir, et je sais aussi que je ne doit pas « attendre » du futur et vivre dans le présent…je sais bien que je me montre peut etre trop impatiente, mais J’EN PEUX PLUS!
    Cette société chaque jour si affligeante, entre nos dirigeants, ceux qui ont le pouvoir, les peulpes, les gens « ordinaires »…meme dans mon entourage propre…quand est-ce qu’il vont changer! comment ces si nombreuses personnes tous plus méchants les uns que les autres peuvent-il changer!
    si le changement se fait en douceur petit à petit, au vu de l’élévation spirituelle de la majoritéde humains de la Planète y’en a pour une paire de centaines d’années!
    Alors est ce notre Terre qui en se rebellant fera un « tri » en catastrophes parmis nous?
    Et comme vous le dites bien plus haut, il y aura bien une année 2013 ainsi que les suivantes…Notre terre ne va pas s’auto détruire (en tout cas pas maintenat!)…
    mais quoi? Quand?
    Je fais un rêve…Un éveil de conscience collectif monumental…
    c’est peut etre bien ça mais…chaque humain devrait alors faire une NDE…?!!! 😉

    Vous etes plus qu’un Passeur, Passeur. Pouvez vous nous donner votre idée concrète sur cette fin d’année?

    et encore plus que mille Merci pour ce site

    • Le Passeur dit :

      Je ne suis qu’un passeur parmi d’autres et rien de plus. Et je n’ai aucune conviction sur ce que sera la fin de l’année et d’ailleurs, autant que possible, je ne m’en préoccupe pas du tout. Là où nous en sommes, la seule réalité tangible est le présent et notre attention à lui. L’impatience, c’est une vaine projection vers quelque chose qui n’existe pas.

    • Soleil Bleu dit :

      Bonjour J,

      « si le changement se fait en douceur petit à petit, au vu de l’élévation spirituelle de la majoritéde humains de la Planète y’en a pour une paire de centaines d’années! »

      C’est juste oublier que cette élévation de conscience est un mouvement de grande ampleur, qui ne concerne pas seulement les humains mais s’élargit à notre mère Gaïa et au cosmos qui nous entoure. Ce qui en exclut toute idée de punition ou jugement divin au regard de ce que l’homme a produit.
      Ce qui s’opère en ce moment est l’alignement de toute la création sur une fréquence vibratoire plus élevée. Il ne s’agit donc plus de juger de son avènement ou pas au travers de ce que l’on observe à notre échelle restreinte et au travers des filtres que notre mental sait si bien nous distiller, mais bien plutôt de ressentir cette énergie qui circule tel un ouragan en ce moment et atteint peu à peu chaque être et chaque parcelle de la création en vue de sa transmutation.
      Cette rencontre est inéluctable pour tous car universelle, l’accueillir et lui dire « Oui » reste par contre du libre arbitre de chacun, mais son refus individuel ne peut en aucun cas soustraire quiconque l’aurait choisie, de cette alchimie cristaline.
      Il n’y a donc aucune peur à projeter sur un quelconque « aprés » dont la forme annoncée ne relève que du fantasme égotique de celui qui en fait la prédiction .
      La chose est en train de se produire MAINTENANT. Nous sommes tous en Tout en train d’ajuster nos paramêtres de croissance. Selon l’attention et la place que nous lui accordons dans nos choix individuels de chaque instant, dépendra notre capacité à supporter et s’adapter au voltage du « sur-saut » final dans cette nouvelle dimension.

  14. Mateo dit :

    Très bon article mais qui me fait penser à mettre une nuance quant à une phrase : « Ce qui vient à terme, ce qui naît, n’est pas un choix que nous ferions ou pas, ce n’est pas une philosophie à épouser ou une religion nouvelle, ce n’est pas même un engagement. »
    Je pense plutôt que l’humanité a besoin d’une nouvelle religion (dans le sens de religare : relier) universelle (qui fait la synthèse positive de celles existantes) dans laquelle nous serions bien sûr tous prêtre(sse) à soi-même. Je pense aussi que la notion d’engagement est plutôt primordiale aujourd’hui, entendu que cet engagement doit venir de soi et être pris face à soi-même. Car dans ce processus d’engagement, il y a une notion de conscientisation, de conscientisation de ce qu’on souhaite incarner, vivre et faire vivre.
    Si en effet il y a une part de providence quant à l’individu et l’humanité (part sur laquelle nous n’avons aucun libre-arbitre), je pense fermement que nous avons une autre part à jouer, celle de notre légende personnelle… notre destinée, qui provient je pense, d’un engagement initial.

    • waterbreathing dit :

      oui, je trouve l’article très bon, et le regard qui s’en révèle très beau aussi.

    • Soleil Bleu dit :

      Sauf que les concepts « engagement » et « religion » sont antinomiques dans la mesure ou le premier ne peut qu’être réinterpelé et donc modifiable ou re-choisi à chaque instant pour être en vérité et en respiration avec un univers en mouvement permanent, alors que le second implique de rester dans des lignes définies au préalable, dans un temps aléatoire lui-même défini car anticipé, qui sclérosent toute expression diversifiée et rendent du même coup caduque l’expérience que la Source fait d’elle-même par le biais de nos/Ses incarnations dans la matière.
      Remettre en cause la volonté du Créateur ne relève heureusement pas de ma volonté ni de mes compétences. Mais accueillir et accepter son omniscience sur le produit de sa création, grace à l’Amour contenu dans l’humilité à n’être que LUI/ELLE en Qui je suis, oui.
      namasté

  15. Luc dit :

    Nous sommes là, à nous prendre à mesurer l’espace-temps selon des convictions plus ou moins fantaisistes, convulsés par de sottes projections et d’espérances colorées, le tout saupoudré de niaiseries sentimentales.
    Le triomphe de l’égo, voilà ce qui est réellement là aujourd’hui. Il y a belle lurette que l’amour véritable a totalement disparu de cette planète mais nous faisons comme si… par peur de nous voir tels que nous sommes réellement : des êtres vides.

    • Le Passeur dit :

      Comme je l’ai dit mille fois, le regard que vous portez sur les choses détermine et déterminera votre réalité.

      • Luc dit :

        Mais je n’ai pas peur de dire que je n’ai jamais aimé personne. Je ne prends pas pour ce que je ne suis pas. Cela ne me rend pas plus morose pour autant…

        • John. dit :

          Les mots sont là pour shématiser des idées. Dés lors quand vous voyez « amour » chacun met son idée derrière. Vous avez votre propre idée que vous vous mettez derrière le mot « aimer », aimer personne, mais qui est ce personne, vous parlez des autres êtres humains? vous êtes vous aimé vous même?
          La nature de l’éveil, et de la prise de conscience de l’ego, est d’apprendre à équilibrer deux forces, équilibrer la polarité qui nous traverse. Tout le monde est capable de voir que l’on vit dans un monde de dualité, toutes les forces vont par deux. Une fois au centre de ces deux courrants, la perception de l’être humain change, et il prend conscience que tout ce qu’il a mal vécu jusque précédement provenait de ce déséquilibre. C’est en cela que l’on peut parler d’amour véritable, au centre ne réside qu’un sentiment de bien être. On peut en être témoin avant de le penser, et quand cela se produit, cela devient une réalité dont on peut témoigner. Pas une pensée qu’on a envie de partager. Il faut l’avoir vécu pour le comprendre, mais je tenais à vous en faire part avec mes mots.
          Pour le fait que vous ne soyez morose. Non, biensur que ce dont je vous parle n’est pas obligatoire pour que quelqu’un se sente bien. Des générations d’humains se sont enchainés sans même être sensibilisés à cela. L’autre façon d’être quand l’ego n’est pas complétement discerné, réside dans la jouissance. L’ego poussera à cela, plus d’argent, plus de femmes, plus de biens… Peu importe quoi du moment que je sens que cela va m’apporter une sorte de jouissance. Les choses se passent comme ceci, imaginons un grand tour de piste en 0. Au départ, l’ego se donne un objectif, je veux une nouvelle télé, ensuite vous allez vous mettre à courir autour de la piste pour vous donner les moyens d’avoir cette télé, ce moment là est celui qui procure la jouissance. Une fois proche de la ligne d’arrivée, que la télé est presque sous le bras, là vous allez sentir une sorte de nausée, tout compte fait cet événement ne vous apporte plus aucun plaisir. C’est un petit moment de panique et il faut vite retrouver une nouvelle ligne de départ avec un autre objectif. C’est un cercle qui sans cesse se répéte ou il fait très mauvais de terminer le tour.

        • Salvia dit :

          vous dites n’avoir jamais aimé personne. Ceci n’est pas un argument suffisant pour décréter que l’Amour n’existerait pas sur cette planète, que seul y régnerait l’égoïsme. Comment pouvez-vous définir l’ensemble de tout ce qui existe d’après votre seule perception? Et si je vous disais que je fais tous les jours l’expérience inverse, c’est à dire qu’un tas de petits et moins petits signes d’amour, donc d’absence d’égoïsme, faut-il le répéter, se manifestent autour de moi, me croiriez-vous?

      • waterbreathing dit :

        ce n’est pas parce qu’on ne regarde pas certaines réalités, plus dérangeantes, qu’elles n’existent pas.C’est même une excellente manière de se les prendre en pleine figure en état de crise, de s’en être leurré si longtemps alors.

      • Maya Civet dit :

        Bonjour cher Passeur et merci pour ce texte lumineux qui coïncide avec un texte qui me fut inspiré et que je vais vous joindre. Voici le rêve d’un ami de Montréal que je vous invite à lire :

        Superbe  » RÊVE » J’ai le goût de vous le partager !!!
        par Dominic Leduc, samedi 5 février 2011, 16:12 ·

        Bon, premièrement s.v.p ne regardez pas trop les fautes car je ne suis pas écrivain hihihi…Cependant depuis longtemps, je note mes rêves, et je suis de plus en plus en maîtrise de ce que j’y fait et je trouve extrèmement plaisant de m’y retrouver avec une certaine conscience et de pouvoir y construire les scénarios comme bon me semble (Pas toujours) et ce sans limite aucune…N’est-ce pas merveilleux???

        Je suis dans un appartement et je m’apprêtait à partir sauf que je savais que j’oubliais quelque chose. Ça y est, je sais c’est un jeu de carte…y’a une carte qui est identifié à moi, c’est celle de l’inquiétude (loll) et à l’endos de la carte, c’est inscrit de ne pas m’inquiéter , que je serai guidé le temps venu…Je descend donc deux étages plus bas, et là je me retrouve avec un groupe de gens, que je ne connais pas mais qui me semble très familiers…Je suis vraiment bien et je me permets même d’être nu …(je n’ai rien à cacher) J’ai comme réflexion « je suis nu car je m’y sens bien comme ça.. » À la salle de bain, je vois des photos dans l’eau au fond de la douche de moi , ma fille, mon amie Isabelle et aussi d’autres enfants…

        Je sors à l’extérieur, il fait soleil sauf que tout à coup tout s’assombrit…un énorme vaisseau spatial apparait dans le ciel, il semble accroché à des fils, qui eux sont connecté à quelque chose d’encore plus énorme…je ne le vois pas mais je sais…J’ai cette réflexion » ça y est »….Et là, toute la « réalité » se transforme, tout est comme avant mais a changer d’aspect…C’est vraiment étrange et difficile à définir…Je me retrouve donc élevé dans les airs, dans un genre de vaisseau transparent et je dois me choisir un guide, je ne suis pas seul ainsi d’autres aussi se retrouvent chacun dans sa petite bulle mais la majorité des gens demeurent au sol…Donc, je choisis mon guide, elle se nomme Alesxendra, et c’est vraiment ainsi qu’est écrit son nom sur le genre d’écran holographique qui est devant moi…

        Je me demande pourquoi ça arrive alors que je ne suis pas avec ma fille…je suis inquiet à savoir comment elle vit cela…et la réponse me vient télépatiquement d ‘Alesxendra. Elle me dit de me calmer, que je suis trop préoccupé du fait qu’elle ne soit pas avec moi, et de ce fait je créé cette réalité (qu’elle ne soit pas avec moi) Et que je dois prendre conscience que je ne suis séparé de rien…que le temps et l’espace ne sont qu’illusions…Tout ce temps moi, je dirige le vaisseau ou ma bulle par la seule force de ma pensée…et bien sûr en direction de chez Isabelle, soit la mère de Shanny, ma fille.

        Du haut de ma bulle je peux voir les gens s’affoler, courrir dans tout les sens, d’autres marchent mais tous semblent bien perdus…Je vois des actes de violence…comme un homme qui attaque un autre homme pour lui voler son véhicule, il veut se sauver mais de quoi j’me dit…il n’y a rien de menaçant…Il s ont peur me dit Alesxendra…peur de l’inconnu, peur de perdre leurs illusions, peur de perdre ce à quoi ils s’identifient, la peur les font fuirent et fairent des actes irréfléchies mais la peur sera toujours présente tant qu’ils ne prenneront pas conscience de l’illusion dans laquelle ils se trouvent…

        Je descend de cette fameuse bulle pour me retrouver avec les autres au niveau du sol…je marche calmement malgré l’agitation qu’il y règne…pourtant j’ai souvent cette réflexion « Y’a rien de menaçant » sauf un serpent qui a vraiment l’air méchant mais je passe à côté sans crainte car je me sais protégé et ce que je suis réellement ne peut être menacé d’aucune façon…faqu’il me regarde passé mais sans plus….Je me dirige vers une station de métro, à Montréal, c’est la station Joliette, cependant je me demande vu la situation, si le métro fonctionne toujours …J’y entre et oui, il fonctionne…seulement je veux me diriger à la station Viau, et là toutes les station ont changées de nom, et portent plutôt des noms de galaxies et de planètes…mais je me souviens du temps ou les directions étaient Honoré Beaugrand ou Angrignon donc je vais sur le côté Honoré Beaugrand…J’entre donc dans un wagon qui en passant a un look des plus futuriste, avec des sièges très confortables, et est très silencieux à comparer auparavant…

        Cependant moi je veux juste aller à Viau et je m’INQUIÈTE encore à savoir si je ne vais pas me retrouver à l’autre bout de l’univers…et là je me rappelle que je ne suis séparé de rien et je me trouve très drole, je me dis que ça va prendre un certain TEMPS avant de m’habituer à cette nouvelle réalité…et je ris de nouveau..car le temps….hihihi je me réveil

        Merci à ceux qui ont pris le temps de me lire, je vous aimes DOMINIC xxx

        • Le Passeur dit :

          C’est un rêve initiatique. La clé de tout ça est bien l’illusion de la séparation et tout ce qu’elle crée par notre adhésion à elle. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître à certains, il viendra un moment où notre compréhension de de processus sera suffisante pour que nous puissions par exemple nous déplacer instantanément où notre pensée veut nous mener.

    • alain thomas dit :

      La Création part du chaos ou du vide comme vous voudrez.
      Mais qu’est-ce que le vide pour vous Luc ?

      • Luc dit :

        Il ne s’agit pas de savoir ce qu’est le vide sidéral mais de voir ce que la plupart d’entre nous, sommes : Des êtres vides, creux, médiocres, apeurés, solitaires, timorés, sans amour ( nous voulons être aimés parce que nous n’aimons pas nous-mêmes ).
        Le déni nous pousse à nous remplir d’artifices comme le paraître, le vernis artificiel de la respectabilité, le vouloir-pouvoir, le contrôle ( hé, hé ) et toute la quincaillerie de superficialités propres à notre vide, notre insignifiance, notre besoin éperdu de reconnaissance. Cela, que je sache, n’appartient pas à l’approbation de quiconque, c’est un fait, voilà tout.

        • Le Passeur dit :

          C’est juste votre fait, et pas un fait. C’est votre réalité, à travers tout ce qui filtre votre perception de l’autre. Et si vous êtes précisément ici à le dire, c’est que quelque chose en vous sait parfaitement que ce n’est pas juste. Et donc la part de vous qui sent le danger a besoin de venir s’affirmer. Intéressez-vous donc à toucher du bout du doigt ce qui résonne vide au fond de vous par rapport à cette morne vision des êtres.

        • marie christine dit :

          Je crois que le problème est que nous savons beaucoup de choses et le mental est très habile à nous faire croire que nous vivons ce que nous savons .
          Quand je sais qu’une seule goutte d’Amour Divin suffirait à nous anéantir si nous la recevions dans toute sa pureté et sa puissance, je me dis que tout ce que je peux ressentir est de l’amour humain, si amour il y a, car il peut revêtir tellement de formes qu’on peut très bien ne pas le reconnaître comme tel, surtout si on est dans un schema unique, une sorte de dictature de la compassion, de la générosité, etc …
          Personnellement, je préfère commencer par travailler la tolérance inconditionnelle, c’est déjà une grande preuve d’amour .
          Cuicui les p’tits oiseaux, j’y penserai plus tard …

        • alain thomas dit :

          Luc, dans votre réquisitoire, pour ne pas dire jugement, puisque si vous relisez bien vos propos, vous jugez, vous êtes en pleine projection.
          Le jugement est toujours une conséquence de ce que nous avons nous-mêmes expérimenté.
          Le mental s’exprime au travers de ce qu’il a expérimenté et lorsque nous jugeons, nous sommes comme devant un miroir.
          Ce que vous ne pouvez réfuter c’est que nous avons tous la même essence, la même origine. Aussi loin que vous pouvez remonter dans le temps à partir de la création, il n’y a pas de différence fondamentale entre nous tous, les êtres vivants.
          Les scientifiques de la physique quantique vous diront que tout est lumière, que le vide est plein de l’énergie lumineuse.
          Les êtres spirituels vous diront que la lumière est Amour et qu’en chacun de nous réside une parcelle indestructible de l’Amour, la même pour tous et vous en faites partie, quelle que soit votre opinion.
          Fraternellement

          • Luc dit :

            Oui, c’est vrai, nous sommes pour la majorité d’entre nous des êtres de seconde main, je l’admets volontiers.
            Cela dit, continuez comme ça… vous êtes sur la bonne voie…

          • alain thomas dit :

            Pouvez-vous m’écrire en quelques mots ce que sont les êtres de première main ?

        • waterbreathing dit :

          je ne crois pas que ce soit juste la réalité, et le fait de luc; tenir constat qu’une moyenne de relations humaines sont egotiques, sont des trocs dego, cela ne me semble pas juste parler de soi, mais d’une tendance collective séculaire, qui s’inverserait..

      • Béa dit :

        Nous sommes le néant cherchant à se manifester dans une perpétuelle création de l’instant.Nous sommes le point zéro d’un infini,la conscience en mouvement,maintenant d’illusoires limites que l’amour ne cesse de transcender.
        La matière est faite de 99,9999 %de vide,d’espace.C’est l’intemporel,l’infini,le néant qui se recrée,à chaque instant, dans l’infini champ des possibles.

        Nous sommes une des expressions de l’Un,le moyen d’un Tout qui n’en finit jamais de s’étendre,la dualité cherchant l’unité selon un processus qui transcende nos petites perspectives d’égo,l’Etre s’inventant un non-être pour se sentir exister…

        Des enfants du Néant jouant à être quelque chose plutôt que rien…

    • Soleil Bleu dit :

      Bonjour Luc,

      Ton commentaire est une affirmation de ton Amour pour le regard que tu portes sur ta vision du monde. Nier l’Amour dans ces conditions, reviendrait à se nier dans sa propre expression de soi.
      L’Amour est invariablement à la source de nos actes et pensées, mais selon sur quel objet l’égo décidera d’exclusivement le reporter, il s’en produira une scission, avec des conséquences heureuses ou malheureuses pour Soi et les autres.
      C’est là la dure loi de la dualité que chacun expérimente en chaque instant et qui nous fait la grâce de nous rendre responsable, selon son libre arbitre, de choisir d’y transcender ou pas les peurs qui lui ont donné racine.

      namasté

      • Luc dit :

        Je parle de ce qui est et non de ce qui devrait être.

        • Louisetta dit :

          Luc, je vous aime. Pas émotionnellement. Pas affectueusement, mais juste parce que vous êtes. Sincèrement.

          • Luc dit :

            Ne niez pas l’affection, elle existe. Sinon votre coeur ne sera plus qu’un désert.

          • Louisetta dit :

            Bien entendu que j’aime des gens d’une profonde affection et je trouve que c’est aussi une grande richesse.
            Mais dans la mesure ou je ne vous connais pas, je ne peux que vous montrer avec toute ma sincérité que l’amour n’a pas forcément les limites qu’on peut traditionnellement lui donner.

  16. Didman dit :

    Bonjour Passeur et merci pour votre présence très pertinente de ces moments si délicats.
    Aussi, j’aurai une question à vous poser.
    A travers mes connaissances dites très spirituelles qui pratiquent telle forme de Yoga ou de Méditation, je m’aperçois que peu parmi elles croient ou connaissent la véritable dissolution de cette société et de ce monde de 3D. Tout le monde continue à se projeter dans l’après 2012, ce qui fait un réel décalage avec la réalité. Aussi je vous pose ma question : Comment peut on avoir une communication sincère et quelle attitude doit on avoir avec ces gens qui ne lisent que les messages de l’Astral (et dieu sait si ils sont nombreux en canalisation) et qui continuent à croire que le Paradis sur terre est pour maintenant, dans cette vie et avec ce corps?
    Merci de votre éclairage!!!

    • Le Passeur dit :

      Mais IL Y A ! un après 2012. Il faut arrêter de croire que le monde va s’arrêter cette année, tout ça n’est que manipulation de certains milieux. Vous parlez de réalité mais il y a autant de réalités que de pensées en chaque homme. Que savez-vous réellement de ce qui arrivera dans un futur proche ? Je m’évertue à dire dans chaque article qu’il faut vivre le moment présent sans se projeter trop loin mais en continuant à bâtir ce que l’on sent juste en soi. La conscience du moment présent et notre pleine attention en lui est la clé essentielle de notre passage en cette période. Vous êtes arrivé ici il y a peu, lisez les articles de « L’Eveil », vous y trouverez peut-être un autre regard à porter sur tout ça.

  17. HAYAH dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=L1DI2mwfdls&feature=related
    voici une vidéo de Bill RYAN qui oeuvre pour la bonne cause de l’éveil et il interwieve un homme de main qui lui avait été envoyé, pour le faire taire, par l’élite mondiale qui se compose de 33 personnes, qui gèrent la planète depuis 17 000 ans avec une avance technologique de plusieurs centaines d’années, ce qui leur permet d’agir sur les évènements planétaires et nous manipuler. Cela nous permet de découvrir la cible contre laquelle il faut agir avec notre éveil
    in lak’ech

    • Le Passeur dit :

      Ce sont des sujets discutables et propices aux manipulations de tous. D’une certaine manière ils aident à prendre conscience qu’il y a peut-être quelque chose derrière tout miroir, mais globalement, par l’émotionnel qu’ils suscitent chez ceux qui n’ont pas pris assez de distance, ils sont également involutifs. C’est pourquoi je ne les traite pas ici.

    • John. dit :

      Ce sujet précisément de Bll Ryan, est complétement faux, Bill a communiqué à ce sujet en affirmant qu’il avait été manipulé. Mieux vaut l’oublier, il y en a d’autres biens plus interressants.

  18. jean b. dit :

    Pour ceux que ca pourraient interessés voir le lien «galactic channelings francais» sur google, sujet interessant sur le futur proche de la planete. Merci! au Passeur de faire suivre.

  19. waterbreathing dit :

    si, pour ma part, je bloque sur des aspects difficiles, c’est plus a etre asociale, qu’à ne voir que le négatif; en tant qu’asocial, je trouve magnifique de vivre des belles choses avec d’autres etres humains.Mais si cela exige de ivre et accepter le pire, aussi, la violence dont l’etre humain est capable?Je crois que je préfère la retraite à tous niveaux.Ces aspects difficiles me heurtent, attaquent une évidence de non violence pour moi, plus que ne rend heureuse les élans d’amour.

  20. waterbreathing dit :

    Chacun est dans son rôle.Arf, justement, marre des rôles, en tous lieux de la vie « sociale », il faut jouer des rôles, la vie sociale, consiste d’ailleurs bcp à cela des positionnements-intérets-rôles-prise-de-place, statut, de sorte quasi territoriale.Et là, à lire aussi que l’on joue des rôles, spirituellement, ça ne cesse jamais, donc.Moi, je ne veux jouer aucun rôle, sur aucune scène que ce soit.
    Pas besoin de regarder la tv, et son actualité sensationaliste pour prendre mesure de ce qui ne va pas.Ce qui est troublant, c’est le quotidien, les gens dans des maisons de retraites( déjà expédiés en ces conditions que je suis pas loin de trouver parfois indignes selon le contexte), maltraités par le personnel, les gardiens de prisons abusant de leur statut, les commissaires de police qui violentent ceux qu’ils arrêtent plus que nécessaire, les maltraitances et incestes qui deviennent dimensions ludiques de la vie familiale, les autistes, depuis des années, déshumanisés, les gens « différents » en général, souvent trop bafoués dans un respect élémentaire, les gens qui avaleront leur repas micro ondé devant des infos tv sur le tueur fou, tout en vivent à la porte de gens qui vivent des violences, les gens qu’on enterre tous kes 5 ans dans le carré des « indigents » et qu’on exhume pour en coller d’autres, ou les concessions qui expirent et qui voient la place réservés aux morts retirée(là ou le controle social va jusqu’à, selon moi, profaner le sacré), l’infirmier qui humilie son patien, les gens qui claquent des thunes devant des gens démunis en les ignorant, les abus en tous genre sur les animaux etc.C’est un des visages du vivre ensembles ?
    ça aussi, tout le monde le nourrit un peu, même des gens qui vivent l’éveil, j’ai impression, à participer à ce collectif, à ce système; l’on peut ne pas vivre cela, on se tient au bout de cela, quelque part.
    et ce serait des « épreuves », .. moi je trouve en rien tout cela obligatoire, se dire que c’est pour évoluer est de façon de composer avec l’inacceptable, et l’invivable.

    • pierrot dit :

      Cela c’est valable sur le plan humain pas divin où les concepts de bien de mal n’existent plus.
      Nous vivons dans un rêve qui paraît bien réel.
      D’ailleurs Betty est ‘On ne rêve que de soi’.
      http://www.lagrandejoie.qc.ca/perlesDeBetty.html

    • Soleil Bleu dit :

      « Moi, je ne veux jouer aucun rôle, sur aucune scène que ce soit. »

      Tout élément entrant en interaction avec d’autres éléments contenus dans un espace/temps va automatiquement jouer le rôle minima d’en faire évoluer la forme et le contenu. Le refuser n’est, dés lors, qu’une posture mentale qui choisit de nourrir un égo en souffrance, niant simultanément sa propre existence et sa coopération au « réel » qu’il construit. L’accepter, c’est commencer à être conscient et reconnaître sa part de responsabilité et sa contribution dans ce qui se crée, à chaque instant, en Soi et pour les autres.
      Cette interférence n’implique absolument pas qu’il soit, dés lors, attendu qu’il joue un rôle prédéfini ou prédéterminé, mais l’existence même de cet élément oblige tout observateur (y compris soi-même) à le reconnaître pour ce qu’il EST, objet relié à d’autres et participant à un mouvement créatif en perpetuelle évolution.

      L’ouverture du coeur commence par cette humilité à reconnaitre que sans cette appartenance à un Tout plus vaste, nous ne serions qu’un être unicellulaire privé de matrice, ne se nourrisant que pour et par lui-même, mais à ce stade de raisonnement ! d’où serait issue cette énergie nourissière ? on voit bien là l’absurdité ou la limite induite par un orgueil égoïque qui veut survivre à son auto-destruction.

      Ta présence même sur le site implique que tu y joue un rôle, assurément différent pour chacun qui te lit, et que tu l’acceptes ou pas n’y change strictement rien. « Vouloir » changer cette loi ramène à « vouloir » contrôler l’ensemble du système plus vaste qui permêt à la Vie de s’exprimer dans tout ce qu’elle a de parfait.

      Sois Qui tu es ; Nourris Qui tu es ; Dans l’acceptation totale de Qui tu es ; En Amour inconditionnel avec Qui tu es, et tu verras que que tu n’auras plus besoin d’interpeller ou de remettre en cause Qui sont les autres, pas plus que leur chemin de vie qui a pour rôle magnifique de toujours nous révèler quelque chose de nous-mêmes et nous faire grandir en conscience.
      namasté

  21. Dominique Doat dit :

    dis moi Le Passeur,
    ce serait une hérésie d’organiser une journée au cours de laquelle pourraient se rencontrer ceux qui ont tant de plaisir à venir sur ton site, genre faire une médit, une ballade en nature … ?
    juste pour le plaisir simple de se connaitre
    et de te remercier
    nous habitons Billère près de Pau (64)
    Dominique

  22. CORINNE dit :

    MERCI, A chaque fois que j’ai l’occasion de vous lire, et de lire les commentaires laissés, Je ressens le lien d’union du « Nous sommes Un » et mes cellules vibrent comme elles vibrent en permanence chaque jour avec le tout que je ressens trés fort. Je me permets de vous dire que je suis d’accord avec vos propos. Et je vous félicite de la clarté de compréhension qui s’en dégage. Bien Fraternellement en Amour et Lumière

  23. michel dit :

    je suis depuis qq temps dans une forme de précarité : pas travail, pas de domicile fixe (j’habite chez qq’un ) peu d’argent …et pourtant j’ai la Foi…je suis en confiance MAIS je me dis comment transmettre au autres, comment retrouver de l’argent pour continuer à me former, à aider mes enfants…je suis un peu perdu sur l’attitude à adopter …as-tu , passeur, quelques conseils ?
    avec mes plus vifs remerciements.

    • Le Passeur dit :

      Il y en a beaucoup qui pensent que la voie de l’épure passe par le dénuement de tous biens matériels. Je pense que si ceux-là croient que c’est nécessaire pour se détacher de l’illusoire, alors qu’ils fassent ainsi, mais en réalité la seule chose qui importe, c’est justement l’attachement qu’on porte ou qu’on ne porte pas aux biens, à l’argent, au confort, etc. Qu’est qui interdit à quiconque de posséder des biens et de l’argent qui lui apportent un plaisir ou un confort ? Du moment que celui-là n’a pas d’attachement à ces choses, pourquoi devrait-il s’en priver ?
      Je ne sais pas si tu as ou pas un questionnement à ce sujet, mais si c’est le cas, ne crois pas qu’il faut tout perdre de ce qui est matériel pour suivre ton chemin d’éveil. La pensée est plus créatrice que jamais. Ce que tu penses en ton for intérieur de nécessaire pour toi, tu en crées les conditions sans même t’en rendre compte. Formule très clairement déjà ce que tu souhaites à présent, qu’il n’y ait plus d’hésitation, et appelle à toi ce que tu estimes nécessaire pour vivre selon ce souhait, demande à tes guides d’amener dans ta vie ce qui est juste pour la voie que tu as choisie avant d’arriver ici. Et si c’est tu es centré, alors ton souhait est dans la justesse et il se concrétise. C’est ainsi que tout a toujours fonctionné, mais qui ne pouvait se manifester sans avoir guéri en nous au préalable ce qui nous privait de ce pouvoir.

      • pierrot dit :

        Sauf que cela reste une pensée. Dans nos perceptions limitées comment savoir ce que l’on veut réellement?
        Bien sûr on devient ce que l’on pense le plus souvent mais Krishnamurti a dit ‘Je ne me préoccupe pas de se qui m’arrive’
        Dit autrement lorsque tu es en présence tu n’es plus identifié à la pensée.

  24. Didman dit :

    Nous avons, nous, tous ceux qui vivons sur cette magnifique planète et notre mère Gaïa également une chance inouïe, c’est que cette fin de cycle puisse se passer EN DOUCEUR, car vu les prophéties ce n’était pas gagné d’avance.
    Mais la société est en train de très vite dégénérer, alors que d’autres font le chemin inverse, et là on peut vraiment se dire:
    « DANS UN MONDE DE FOUS, LES FOUS SONT DES SAGES, ET LES SAGES SONT DES FOUS »
    Alors, qui sommes nous?

  25. Anne dit :

    Merci pour ce souffle printanier qui nous ramène à « l’élément terre »…..
    Belle soirée à vous, c’ est toujours un réel bonheur de vous lire..

  26. Agathe dit :

    Bonsoir Passeur,
    Depuis quelques semaines, je vais très mal, je me réveille le matin totalement épuisée, dévitalisée, au point que je me suis vraiment demandé si j’étais pas victime de vampirisme nocturne, et depuis quelques jours, en me relaxant le soir avec de la musique, vers deux heures du matin, alors que je dormais, j’ai vu avec mon corps éthérique ou autre une entité noire qui s’accroche à moi, très puissante, je me bat toutes les nuits et je me réveille avec des marques sur les bras, ce phénomène que je vivais de temps en temps depuis quelques années est devenu quotidien, je suis quelqu’un de joyeux, par mon métier j’aide et oriente, et tente d’éléver des personnes en souffrance, enfin je montre une voie mais je ne fais jamais à la place de quiconque, depuis quelques mois, j’ai atteins une ouverture du coeur telle que ma vie en a été transformé, et cette épreuve je ne la comprends pas, j’appel la source et mes guides à l’aide pour m’aider à me dégager de cette chose qui s’englue en moi et me blesse, mais rien y fait, alors je voudrais savoir est ce moi qui suis responsable d’avoir attiré cette horreur de la nature? est ce que travailller pour la lumière inflige d’être si maltraitée? je pense que la réponse est oui, alors je suis d’accord sur votre texte sauf qu’en ce moment je suis bien seule à me battre, j’ai besoin d’avoir votre éclairage et votre soutien.

    • Le Passeur dit :

      « est ce que travailller pour la lumière inflige d’être si maltraitée? »

      Eh bien ça arrive. Ici-bas, les grandes lumières sont souvent attaquées. Je ne connais pas votre histoire, mais vous avez obligatoirement un lien avec cette ombre qui vous tourmente. Cela dit l’essentiel n’est pas là, demeurez lumineuse quoi qu’il arrive et demandez de l’aide à vos guides, demandez que soit conduit sur votre chemin tout ce qui peut vous aider à dépasser cette épreuve. La force de la prière (peu importe ce que vous priez ) est puissante et particulièrement efficace venant de quelqu’un comme vous. Tous ceux et celles qui lisent ceci et qui le désirent peuvent s’associer à cette prière si vous le souhaitez, ce ne sera pas vain.

    • Didman dit :

      Agathe,
      Vous devez, si je peux me permettre, avoir un lien spécial avec l’ASTRAL qui lui est en train aussi de se dissoudre, d’ou une certaine violence.
      Ne priez pas à l’extérieur car c’est l’astral (Lucifer) restez ancrée à l’INTERIEUR de vous, car sachez que votre moi intime (votre coeur) est relié directement à la Source de Lumière. Alors Agathe ne quittez pas votre coeur et votre temple (le corps) et tout ira mieux. Aucune entité ne pourra avoir accès à vous, AUCUNE.
      Cordialement Didman

    • Maya dit :

      Agathe, Le Passeur, je me joins à votre prière pour que cette entité accède à la paix et à la lumière, libérant ainsi Agathe de son fardeau. Paix sur vous et sur le monde.

    • Salvia dit :

      je me joins à votre prière

    • HAYAH dit :

      http://www.elishean.org/?p=14044
      Agathe, vous avez une bonne partie de réponse dans ce message: « que tout ce qui arrive est juste »
      in lak’ech

    • Relience dit :

      Ce sont des mémoires actuel. Les rêves démoniaques sont mythologique (mytho = mensonge). Les griffes sont manifestation de la purification. Cela donne à faire peur. Mais il ne faut pas y préter attention. Rester à l’intérieur de soi. Demander clairement à ne pas vivre avec intensité le rêve. Demander à limité définitivement le rappel des rêves. (Et suivre l’effort au quotidien). La conscience peut éventuellement comprendre. Mais c’est inutile si cela affecte autant le physique par l’épuisement. Travailler la méditation. Sauf en état de peur. Si l’état de peur est, focaliser son attention sur un souvenir de paix, s’orienter sur ce qui apaise et fait du bien. En ce moment l’ancient cogne fort et à besoin de combler ce qu’il s’est tant nourrit pendant des millénaire passé… Ce sont des mémoires. La lumière iradie tout. La lumière éclaire les part d’ombre, donc elles se révèlent et toutes autant anscéstrale qu’inutile puisque ce n’est pas le fond : tout va bien. Tout est déjà au mieux car on est ici et maintenant…

      Je l’ai Vécu et le vit encore quand ça à besoin de se mettre à la lumière et je commence à sentir, à comprendre… Ainsi, je sais juste que je me dois de laisser faire, laisser alller…

      Être à la hauteur de soi peu aider aussi… (L’impeccabilité).
      Lorsqu’on est à l’abri du dangé, il n’est pas définitevement irradier…

      Je conseille à l’être de se diriger totalement à la conscience universelle.
      Mais pas à l’inconscient collectif.

      C’est à dire aider… ?
      Mais, être qu’est ce que c’est ?

      Jenny

      • Le Passeur dit :

        La mythologie n’est peut-être pas ce que vous croyez.

        • Relience dit :

          La mythologie à été prophané en Légende. Elle est un mensonge. Le mot n’est pas mythologie. Sa source est génétique. Les images légendaires ne sont pas authentique. Elles usent de shéma complexe et compliqué. Visant à effrayer. Ainsi plus l’être se détache du rêve afin de vivre son inconscient réalisé et éclairé au jour, éveillé, plus la clairvoyance zape ce genre de manifestation inutile. Sachat qu’il s’agit du vécu de vies en vies qui a laisser ses marques, ses traces dans le corps via la circulation du sang. C’est à dire que lorsqu’on vient au monde, on ne quitte jamais la vibration dans laquelle on se trouvait avant de mourrir lors de la vie d’avant le changement à une autre incarnation, la suivante. On n’était pas libre. On restait bloqué à entretenir des shémas conflictuel. C’est du PASSER.

          A propos de ces rêves étranges, je conseille un auteur : Ernst Aeppli. Je pense que le rêve est un signale subconscient. Le comprendre un peu aide à accepter le rêve tout en s’y détachant. Il fait aussi ressortir ce qui ne se vit pas au quotidient. Lorsqu’une peur perciste, elle se transforme en démon pour atteindre le rêveur. Aimer pour apprivoiser est intéressant. Cela peu aider. Mais parfois, ne pas hésiter à surmonter une peur afin de s’apercevoir qu’au fond, il n’en était rien… Parce que le rêve n’est rien d’autre que le miroir de ce qui se vit éveillé. Lorsqu’on commence à se sentir épanouie dans sa vie sans s’accrocher à quelque chose, sans entretenir ses habithudes de contrôles, cela laisse place à des possibilités constructives à muter sa vibration parce qu’alors on entre en profondeur. Je ne laissais pas faire à un moment donné. J’avais peur. Au lieu d’accepter le rêve et de me dire qu’il n’était le fruit que d’une mémoire réveillé maladroitement parce que je n’étais pas à la hauteur de mon être et mon éveil… Et cela était aussi nécessaire. Je suis décendu bien bas ! Ainsi, je me sens mieux avec moi-même. Je dors mieux et centre mon attention sur ce qui me fait de plus en plus de bien en cessant de forcer les choses. Parce que lorsqu’on force, c’est là que ça s’agrave.

          C’est en fait la conséquence à savoir gérer son énergie à bon ou mauvais escient lorsque l’être commence à vivre des états inconnu. C’est aussi pour cette raison que tomber est une bonne leçon, afin de comprendre et d’apprendre à se connaitre soi. Et ce que je dis là s’applique à moi.
          Ce que tu vis Agathe, est totalement différent en soi… C’est à toi de comprendre les liens. D’user du recule, d’user de ta passion… Je veux dire que rien n’est un hasard. Lorsque ça se vit, c’est que ça dois se vivre. Apprendre à écouter son corps. Ecouter son intuition, etc… Ce n’est pas rien. Cela fait toute la différence. Et tout ça est quotidient.

          Voilou…

        • Relience dit :

          Ps : je ne sais pas si c’est clair ?
          Mais de toute façon tout ce qui se dit là, ça reste du blabla. Ce n’est pas vraiment quelque chose de bon.
          Je crois que je vais commencer à me retirer du site. Progressivement, surement. Mais là, tout devient débat, etc… Pas vraiment ce qui me correspond. ça m’a vraiment aidé tout ça. Mais là je crois que j’ai besoin de calme.

          • Mesnet dit :

            Il me semble, et cela a été dit ici, qu’il y a 7 milliards de vérités sur terre….et que les temps viennent ou nous allons vivre le fait que toutes ces perceptions peuvent co-exister sans se faire la guerre.
            Chacun amène sa pierre sur ce site, sa graine….et chacun y prend ce qu’il lui faut pour faire ses propres plantations.
            Tu as apporté une belle graine, Relience.
            Ceux pour lequel ça va résonner vont intégrer un ou des éléments qui sont ta réalité du moment….ou pas. Et ça n’a aucune importance, tu n’as personne à convaincre que ce que tu vis est parfait.
            Tu sais tout…tout ce qui t’ai nécessaire dans le moment présent et qui te fais avancer toi. Et les autres en savent tout autant, à leur rythme, selon des voies qui nous sont impénétrables.
            Y-a-t-il vraiment débat ? Ou simple réaction à ce que tu vis et que ne vit pas l’autre ? Cela change t-il le fait que ton expérience se doit être vécu, comprise, absorbée ainsi, pour toi, dans ce moment présent ? Tu n’as rien à prouver…d’ailleurs, qui peut prouver quoi que ce soit ici, de ce qui se passe ?
            Mon nom est Mesnet, et je me souviens que mon être créateur créa aussi Jeanne d’arc….j’entends déjà la multitude rire franchement, parler de mon ego, avancer que je n’ai pas de preuve…MA vérité du moment est que j’ai vécu cette vie et beaucoup d’autres.
            S’exprimer ici ou ailleurs n’est pas anodin. On apprend beaucoup sur soi-même. On apprend le détachement, aussi. Se détacher du poids du jugement…le sien ou celui de l’autre.
            Il fut une époque ou j’intervenais beaucoup…aujourd’hui presque plus, parce que je perçois qu’il y a une grande partie de ce que j’écrivais qui n’a plus de sens : vouloir convaincre l’autre.
            Ne reste plus que l’échange aimant et détaché.
            Je lis parfois ici des choses qui me semblent dépassées ou au contraire que je ne comprends pas, parce que je n’ai pas encore vécu. Et cela me semble parfait de voir chacun expérimenter, sans que cela soit le reflet de ma réalité…par exemple, quand on parle de bas astral, ça n’a aucun sens pour moi. Ca ne participe pas à mon évolution….mais je ne vis pas le fait que ça n’existe pas, et que l’un des miens vivent cette vérité comme absolue me va tout à fait. Je ne vais donc pas lui dire qu’il a tord…puisqu’il a aussi raison, lol.
            Pas de bataille en moi….
            Pour finir, je dirais que j’ai passé deux jours particuliers, allongée, connectée non-stop. j’ai vécu le savoir, j’étais le savoir…Tout m’était rendu par parabole, du genre « tu es fils et fille »…j’en comprends le sens jusqu’à la dernière onde….mais vous en convaincre, lol…je n’essaierais même pas !

          • John. dit :

            Je suis intrigué par votre message mesnet, vos mots sont simples et sages. Mais j’avais quand même envie de vous dire, que partager n’est pas nécessairement avoir envie de convaincre. Tout comme ne pas partager, peut venir de la peur de ne pas convaincre.
            Ce que je veux dire, c’est que partager et convaincre sont deux choses différentes, je suis d’accord avec vous qu’il y a autant de réalités que d’individus, mais ça n’est pas pour cela que les individus ne doivent pas échanger entres eux leur réalité. L’échange est selon moi bien plus important que vous ne semblez le penser. Prenons 10 individus, qui s’échangent 10 réalités différentes. Cet échange va créer une nouvelle réalité qui n’appartient à aucun des 10 individus mais qui sera le collectif de l’échange de ces 10 personnes. Ainsi une petite part de chaque réalité individuelle a ainsi maintenant pris part dans une réalité collective plus puissante. Une 11 ème personne arrive ensuite, elle prendra une part de cette réalité collective et y greffera à son tour une autre part de sa réalité. Voilà un échange, il y a un processus créatif très puissant. L’échange permet de créer de toute pièce une réalité plus grande et plus puissante. Les réalités individelles sont conservées, mais la nouvelle, collective, elle, sort du vide, de rien, d’ou un processus créatif. Avec des chiffres ça donnerait ça, 3 individus: 1+1+1=3, aprés partage, 1+1+1+3=6.

          • Mesnet dit :

            Vous avez raison, John.
            Je pense qu’échanger est joyeux et bon.
            Seulement, quand l’un claque la porte, c’est que peut être, il y a eu réaction face à la réalité de l’autre ? et s’il y eu réaction, l’ego n’est pas loin ? Et s’il y a eu ego, c’est que derrière l’échange, il y avait besoin de convaincre….ou refus de la « position » de l’autre ?
            C’est la réaction…ou pas, qui fait dire s’il y a échange…ou pas ?
            Je suis très observatrice de mes « échanges » ou conversations anodines….et le lâcher prise sur la réalité de l’autre change tout….cela devient échange, oui, pas pugilat ou vexation.
            Détachement ou réaction…..là est la réponse à mon niveau.
            10 personnes qui échangent de façon détachée sur ce qu’apporte l’autre et 10 personnes qui ne peuvent comprendre que la vérité de l’autre est aussi porteuse, ça donne deux scènes différentes…Je préfère aujourd’hui les échanges paisibles, sinon, le silence devient mon mode de communication, lol.

          • John. dit :

            Votre réponse se suffit à elle même, alors je dirais que oui, et pour la première fois je vais citer le passeur, et dire que le temps est d’aller vers l’autre mais pas de forcer.

        • Relience dit :

          Mesnet,

          Je m’ettais mal exprimé sur une question : la mythologie.
          Disons que c’est un sujet vaste en fait.

          Je me sentais mal à l’idée d’être incomprise. D’où l’anxiété momentané de se sentir incompris visant à comprendre ce qui est dit parce que la mythologie est un sujet trop historique de ce que l’humain à toujours connu jusqu’ici…
          Le passé en fait. Mais qui aide tout en aidant pas par moment. Cela dépend. Tout est utile. Après, à soi de suivre son intuition au moment où il est près.

          Donc dans certain moment de confusion, on est parfois alerte à se sentir perdu; alors on va forcer les choses. L’idée perçu sera interprété comme chercher à convaincre. Ainsi, dans la confusion, cela à été perçu comme tel et je me sentais surtout confuse parce que tout se mélangeait sans être clair et pleinnement approfondie parce que lorsqu’un sujet est aussi vaste, mieux faire ce que j’ai fait : orienter vers un liver qui traite du sujet à moins d’en écrire un soi-même.

          Donc oui, chacun son chemin, je le mensionne bien. Ce qui est bon pour l’un ne le sera pas forcément pour l’autre. Parce que ce n’est ni bien ni mal en fait. C’est juste différent.

          Ce qui est de l’ordre du débat, c’est de continuer la confusion en restant dans un état où on s’éloigne de soi. Parce qu’alors on se perd. Cela devient mental et pas vraiment intuitif… Pas actif, mais vecteur pensé mis à l’orale.

          Extacte, comme dit John et ce que j’en dit, lorsqu’il y a échange, partage dans la fluidité de l’éveil universel conscient, il y a ouverture, il y a emplification, etc…

          Lorsqu’une personne reste serré en son « moi » elle sera certaine que son histoire sera une vérité absolue visant à exprimer l’histoire car ça été ça… Ainsi, chacun ses problèmes, ses causes… Et si un individu à un souci, je comprend que je n’ai plus rien à lui dire. Cela n’est pas mon chemin. Je ne suis pas lui, ses réponses ne sont pas en moi mais en lui… Donc Agathe exprimant une problèmatique et mon désordre ne résoudera pas le neud conflicutel qu’un rêve à peut être représenté ?

          Autant, ton histoire avec tes deux jours te sont intime. Cela reste un moment externe à la situation présente… Elle est passé, inutile dans le présent… (Utile pour toi et ton éveil d’apprentisage au présent par le souvenir qui guide tes pas.) Tout comme mon histoire l’est et comme quand elle est maladroitement déplacer dans un contexte hors propos…

          Le moment, le présent, le geste pour le geste, l’intuition, la présence, l’échange présent : oui.

          Ainsi, les blabla vise à parler d’un moment précis vécu par la personne et déplacé dans le temps par ce genre de mise ligne. Cela aide à se rassurer. A se sentir moins seul. C’est utile. Tout est utile. C’est un plus. (mais sans plus en même temps, dans le fond, dans le coeur).

          Ainsi, je m’en éloigne progressivement, sans jugement, pour me voir vivre le présent sans revenir sur mes pensées qui juge, qui entretiens le mental prisonnier de ma substition incorrigible insécure ! lol !

          Et c’est un ainsi, c’est un apprentissage. Difficile. Cependant important pour m’aider à atteindre la plénithue.

          Chacun est, et son rayon est unique dans l’univers… Ainsi, c’est beau et à mon avis de plus en plus nécessaire.

          Et ce que je dis là est à railler ! lol

          Jenny

          • Mesnet dit :

            Désolée Relience, mais je vais encore commencer ma phrase par « tu as raison », lol.
            On se retrouve parfois en train d’argumenter face à une autre personne et c’est compliqué. Cela génère de la confusion, et je reprends là ton expression.
            Confusion, peur, étouffement…
            A chaque fois que je me trouve dans cette situation, je me « dédouble », je m’observe, je respire, prends du recul et me détache.
            Bref.
            Si tu sens le besoin d’une pose, c’est que c’est le moment !
            Merci en tout cas pour cet échange…ici nous apprenons à échanger, lol…et nous pouvons être fiers de nous !

          • Maya dit :

            Jenny, ne vous inquiétez pas, quelles que soient vos paroles, ce sont celles qui devaient être dites à ce moment-là, pour votre évolution et celle des autres. Je comprends très bien votre sentiment concernant le fait ou non d’avoir une parole juste, c’est quelque chose qui m’a longtemps miné et que j’essaie de dépasser aujourd’hui. Et c’est vrai qu’il existe un curieux paradoxe : avec du recul, tout est parfait, et pourtant nous sommes bien là à faire des erreurs et à nous perfectionner… En ce qui me concerne, j’essaie de lâcher prise sur mon discours en le laissant vivre sa vie sans me retourner. Parfois j’y arrive, parfois non. Il y a souvent l’inquiétude d’avoir fait de la peine ou d’avoir déplu. Il faut se pardonner ! Et cesser de se juger car c’est une perte d’énergie considérable, voire une énergie (auto-)destructrice. En même temps, on peut voir l’envers positif de cette attitude : ce sont ces scrupules qui manifestent le désir d’une parole impeccable. En sautant le pas du lâcher-prise, on atteint la parole juste.

    • Lucie dit :

      En union de prière pour Agathe :
       » Paix sur vous et sur le monde. »

      • Maya dit :

        Une méditation que je trouve très efficace pour lutter contre les peurs, et notamment la peur des attaques psychiques :

        Exercice de traitement de la peur, par Inelia Benz pour ascension101.com

        Vous pouvez faire cet exercice chaque fois que vous ressentez de la peur.

        Pour de meilleurs résultats, il est préférable de le pratiquer dans un espace tranquille et privé et de préparer une liste des peurs que vous aurez écrites au préalable.

        Asseyez-vous confortablement avec votre dos droit et fermez les yeux.

        Respirez profondément et lentement dans votre abdomen, puis expirez aussi rapidement que vous le pouvez.

        Répétez, respirez lentement, puis expirez aussi vite que vous pouvez.

        Et une fois encore, respirez de plus en plus lentement, puis expirez rapidement.

        Maintenant continuez la respiration à votre propre rythme.

        Scannez votre corps physique de la tête aux pieds afin de trouver l’énergie de la peur.

        Cherchez où se trouve la peur, si vous n’arrivez pas à la trouver, lisez une de vos peurs sur votre liste et scannez votre corps à nouveau.

        Une fois la peur trouvée dans votre corps, simplement, regardez-la.

        Ne l’analysez pas, regardez-la simplement.

        Permettez-lui d’être là. Permettez-lui d’exister. Permettez-lui de grandir et d‘être.

        Cela peut être un inconfort physique, tel qu’un nœud, une douleur, l’endroit d’une énergie, ou par le biais d’une pensée ou d’un souvenir, ou cela peut être juste le sentiment de la peur.

        Regardez-la simplement. Observez-la. Sentez-la. Permettez-lui d’être là. Et dites, « Peur, tu es la bienvenue ici ».

        Bienvenue ici. Accueillez la peur et permettez-lui de grandir. Laissez.la grandir et grandir encore.

        Permettez-lui de grandir et de grandir… autant que possible. Laissez-la être aussi grande qu’elle peut possiblement l’être.

        Permettez-lui de s’exprimer à vous.

        Mais n’analysez pas. Permettez simplement, quoi qu’il arrive. Que ce soit des mots, des pensées, des souvenirs, suivez-le si cela se transforme en une autre émotion ou change de place dans votre corps.

        Quoi que cela fasse, accueillez cette nouvelle expression. « tu es la bienvenue ici, pensée… tu es la bienvenue ici, émotion, mots, mémoires, tu es la bienvenue ici, peur ».

        Tu es la bienvenue ici.

        Faites-y attention. Observez-le.

        Maintenant, autorisez-vous à vous approchez et à étreindre la peur quelque soit l’expression qu’elle aura choisie.

        Donnez-lui de l’amour et de la lumière, et permettez-lui d’exister.

        Remerciez-la pour quelque soit le travail qu’elle aura accompli pour vous, pour avoir été avec vous depuis si longtemps.

        Maintenant, libérez-la dans l’Unité. Autorisez-la à retourner librement dans la Source.

        Respirez profondément maintenant.

        Tandis que vous respirez, respirez la lumière et l’amour. Et tandis que vous expirez, permettez que cette lumière et cet amour aillent remplir l’espace dans lequel se trouvait la peur.

        Maintenant, respirez simplement profondément et lentement.

        Tout en respirant la lumière et l’amour, tandis que vous expirez, permettez que cette lumière et cet amour se répandent à travers tout votre corps et dans votre environnement.

        Maintenant, scannez votre corps des orteils à la tête et voyez s’il n’y reste plus aucune peur. Si c’est le cas, répétez l’exercice tout de suite. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez utiliser votre liste pour répéter l’exercice, ou le terminer maintenant en ouvrant vos yeux et en vous étirant bien.

        Répétez cet exercice chaque jour jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de peur dans votre vie.

        ++++++++++

    • Mesnet dit :

      Ma fille de 21 ans (indigo en éveil), me racontait ses rêves durant une séance de travail. Elle m’avait demandé de communiquer avec elle par l’intermédiaire des énergies (magnétisme).
      Je lui ai demandé de ne pas avoir peur et de se focaliser sur l’être qu’elle voyait la nuit (vison fragmentée d’un être sombre, avec une cape noir, juste un œil)….et elle devait me dire le premier mot, la première image qui lui venait à l’esprit.
      J’ai appris qu’il faut faire confiance à ce premier message, cette première réponse qui nous est envoyé ; c’est souvent la bonne voie.
      Et là cela a fusé instantanément : « ohh ! c’est moi ! c’est moi, je souris, j’ai l’air joyeuse !! »
      La peur l’empêchait de se connecter à l’esprit, à cette part divine qui existe en elle. Et cette peur en donnait une image sombre et terrifiante.
      Nous avons fait toute la séance avec « son moi souriant ». Ce fut divin.
      Elle ne fait plus de cauchemars et me dit se connecter souvent à ce moi qui lui a bien plus.

    • myriam dit :

      Bonjour Agathe,
      Votre épreuve me touche; j’ai vécu des épreuves semblables et pour finir, après avoir eu peur très longtemps, je me suis mis à aimer cette ombre; l’aimer d’une manière particulière, l’aimer sachant qu’elle est probablement une partie de moi qui n’est pas encore transformée en lumière, cette partie d’ombre que nous avons tous et qui n’attend qu’une chose: être révélée à la lumière; or l’amour est de la lumière; l’aimer lui permettra de se transformer en qualités.
      Plus je luttais contre cette ombre , plus elle grandissait….quand je me suis mise à l’aimer, elle s »est calmée…Peut-être voilà une piste, dont il y a encore beaucoup à dire….

    • Clara dit :

      Agathe,
      Je me joins à ceux qui demandent aide et soutien pour vous, dans cette épreuve. Ce que vous suggère Myriam me semble également une piste à observer : cette « entité » obscure vous demande peut-être aide à « sa » manière : brutale, et exigeant avec violence pour elle ce que vous dispensez à d’autres : amour, lumière, « je tente d’élever des personnes en souffrance » dites-vous. Oui, il se peut que vous ayez à surmonter votre peur, accepter un « dialogue », et … l’aider, comme vous le faites pour les humains souffrants. Mon cœur est près du vôtre, si vous l’acceptez.

  27. marie christine dit :

    L’accès à une autre dimension signifie l’accès à une Vérité supérieure .
    Dans ce cas, ceux qui seront dans cette Vérité supérieure seront amplement responsables du « virage » du monde .
    Et, forts de leur clairvoyance nouvellement acquise , il me paraît évident qu’ils auront de grandes décisions à prendre et de grandes actions à mener, avec la connaissance juste et instantanée de ce qu’il y a à faire, enfin !
    C’est l’utilité de cette nouvelle conscience, il me semble .

  28. Salvia dit :

    « Ce quelque chose est la conscience de notre pouvoir créateur, » et ceci « C’est une excellente chose parce qu’il faut faire de la place au neuf et comme je l’ai déjà dit, rien ne se bâtira cette fois sur les cendres de l’ancien.  »
    Un artiste est créateur. Que doit-il faire de ses oeuvres? Peintures, sculptures, partitions de musique, enregistrement, écrits? On suffoque sous une créativité débordante et je rêve d’un monde où l’art serait éphémère, tel un mandala. Pourtant dans l’art, depuis toujours se trouvent des choses si belles…
    Le temps est-il venu de créer d’une autre façon, dans une autre attitude? De nos jours, n’est-ce pas l’aspect mercantile qui est si affligeant? Est-ce lui qui devra s’écrouler pour laisser la place au neuf, être simplement dans la joie de créer quelque chose de beau, expression du moment, sans plus?
    Et la Nature n’est-elle pas toujours belle et toujours changeante? Est-ce là que se trouve le secret de la nouvelle créativité? Il me semble que oui.

    • barbara dit :

      BONJOUR,
      OUI L’ARTISTE EST UN CREATEUR AU SERVICE DE L’ART.IL EST LE CANAL PAR LEQUEL S’EXPRIME UN COURANT OU FOISONNE DES ENERGIES INSPIRANTES;ET LA NATURE OFFRE UNE PALETTE INFINIE DE NUANCES TANT DANS LA FORME ,LA COULEUR,QUE LA MATERE (LAND ART).
      JE SUIS DANS LE CAS OU JE VIS DE MON ART ET CELA EST TOUT à FAIT CONCILIABLE. L’ARGENT EST UN MOYEN D’ECHANGE QUI ME PERMET DE CONTINUER à FAIRE CE QUE J’AIME ET à RENDRE UN SERVICE QUI REND LES GENS HEUREUX EN LES AMENANT à UN MIEUX VIVRE!!! L’ARGENT EST UNE ENERGIE D’ECHANGE.JE SUIS DANS L’ARTCHITECTURE INTER ET C’EST UN BONHEUR QUAND J’ARRIVE à RETRANSCRIRE UN BESOIN CHEZ UNE PERSONNE ET LE CONCRéTISER DANS LA MATIERE. CEPANDANT JE NE PRENDS JAMAIS DE PHOTOS DE MES OEUVRES,JE LES SEMES AUX QUATRE VENT DES QUE J’AI ATTEINDS LE RESULTAT.
      JE SUIS DANS LE SERVICE D’UN COURANT QUI ME DEPASSE ET SANS CESSE RENOUVELLE COMME LES SAISONS.MA RAISON D’ETRE ET DE VIVRE SUR CETTE TERRE EST DE REVELER LA BEAUTE QUE CHACUN PORTE EN SOI. LA SOURCE M’ENCOURAGE ET LES ANGES ME SOURIENT ET CELA FAIT MON BONHEUR. C’EST SI SIMPLE ET HARMONIEUX DE TROUVER LE CHEMIN QUI MENE A SON CIEL INTERIEUR. QUOIQU4IL ARRIVE C’EST UN GRAND OUI ET SI DEMAIN LE SYSTEME MONETAIRE DEVAIT S’EFFONDRER CA SERAIT OUI AUSSI. JE SUIS DANS LE COURANT AUSSI FLEXIBLE QUE LE ROSEAU! AMICALEMENT

      • Salvia dit :

        barbara,
        Je suis également artiste et j’ai bien apprécié votre commentaire.
        Merci pour cette phrase: JE SUIS DANS LE COURANT AUSSI FLEXIBLE QUE LE ROSEAU!

  29. Roger Tellier dit :

    Merci grandement pour ce texte vraiment inspiré et une nouriture pour l’âme.
    J’aime beaucoup lire vos écrits mais j’aime encore plus les relire et les re-relire.
    Qu’il me soit permis d’espérer que vous allez poursuivre dans cette voix, cher Passeur.
    Roger T.

  30. Pax dit :

    Merci cher Passeur de mettre en mots ce que je sentais depuis plusieurs jours et que je n ‘arrivais pas à nomer….pas toujours confortable !

    Avec gratitude et reconnaissance.

    • BLANCHE dit :

      Bonsoir;quelle merveille,je le ressentais aussi en me disant que c’était une des « charnières » de cette année(l’année du dragon d’eau remue bien des choses dans les fonds marins-inconscients- avant de finir sa course dans les eaux limpides de la surface-lumière-)

  31. bibilopez dit :

    merci pour ce parfum d’espoir ….la nature est une grande source de vie , de joie , elle nous ramène à notre essence-ciel ..Merci encore.

  32. christlalya dit :

    bonjour à tous !
    encore une fois, merci pour ce que tu transmets, dans cet article…
    et les autres.
    Pour ma part, et en égard avec tout ce qui se passe, je sais que, SEULE la NATURE, est ma maison, et qu’il est grand temps de se rallier avec ses forces…le reste, ça fait très longtemps que les hommes sont devenus des chairs…à exploiter, asservir, lobotomiser…Y’a pas d’autre issue que de s’en retourner au Vrai, de créer, recréer le Beau en nous et autour de nous. Alors, laisser les peurs, et surtout se libérer des fausses croyances de « pouvoir », de possessions…illusions totales…alors à quand les échanges en tous genres, sans s’en référer au grand maitre Argent, qui tient les menottes ? merci à tous ceux qui créent ..autre chose
    Christalya

  33. Julia dit :

    Je trouve à chacun de ces écrits la traduction de mes états d’âme au même moment. Merci.

  34. Mesnet dit :

    La joie irradie ma colonne jusqu’à la tête, et monte, monte, jusqu’au ciel et plus loin encore.
    Je suis comme une enfant. Je rigole, toute seule, devant mon écran, lol.
    Ma perception de la réalité m’a amené à ceci : ce n’est pas l’esprit qui va venir habiter le corps mais bien le corps qui va pénétrer l’esprit. C’est ce que je vis vibratoirement.
    L’esprit, ne pense pas. L’esprit ne désire pas. L’esprit ne créer pas. C’est la fusion du corps, de la pensée, des énergies, de la matière dans l’esprit qui donne l’impulsion de création.
    Je me suis demandé qui étais-je, moi, Mesnet, face à l’esprit, le corps ?
    Je suis l’espace de travail qui permet enfin de relier corps, esprit, énergie, pensée.
    Je suis le 5ème élément, lol. Et je suis tout autant aimé que le corps. Je suis tout autant le lien. Et grâce à ce lien, les différents « corps » qui me composent, forme le grand TOUT.
    L’esprit est amour. Et le TOUT que je deviens, initié par l’amour, ne pourra créer que l’amour.
    Il n’y a pas de mot pour exprimer ce que je capte dans ces moments ou la conscience s’épanouit et ouvre les portes sur ce que je suis. L’esprit ne pense pas. L’information EST et c’est tout. Je ne comprends pas, je SAIS.
    Mais je pense que Mesnet est parfois désorientée par les égrégores liés à cette dimension. Tout mon environnement ne parle plus que de politique, de meurtres, de haine, de colère….les médias maintiennent une telle pression…..alors gratitude pour ton égrégore, passeur. Il me permet de me ressourcer, de me centrer, encore et encore.
    Rien n’atteint l’esprit, mais Mesnet, ce nouvel outil, « la voie libératrice qui n’a jamais été tenté à telle échelle », vacille parfois et a besoin de vous pour vivre cette unité.

  35. Luc dit :

    Bonjour. Vous, au moins, vous prenez la peine de réfléchir et de transmettre votre réflexion. Ce qui n’est déjà pas si mal. Il ne suffit pas de tenir un blog comme une loge d’immeuble et d’en soigner l’image au gré des modes, en le farcissant de textes volés à droite à gauche ( je ne dis pas cela pour vous ). Ce que je dis peut être contesté par de vagues oui, mais… Je dis ce que je dis, ce n’est pas un débat.
    Oui, donc, le bruit effarant de et spectaculariste que nous renvoient les évènements ne peuvent en aucun cas nous détourner de ce qui est, la réalité de ce qui est. C’est à dire nous-mêmes, et toutes les innombrables peurs dont la mosaïque complexe emprisonne la moindre action à cause des justifications et autres jugements qui les cimentent.
    C’est vrai que l’attachement et la dépendance collaborent étroitement à ce jeu mortifère, en sont la cause et l’effet en même temps. Si j’aime mes meubles, je suis mes meubles; si j’aime l’argent, je suis l’argent. Avec toute la cruauté, le sadisme que cela induit. Mais surtout le cynisme, la complaisance dans son auto-satisfaction crasse et morbide. C’est un fait. Si les mots choquent, mettez-en des plus édulcorés, des plus lights… c’est si tendance.
    Je reviens sur le fait que la connaissance de soi, approfondie, honnête et radicale est la base même de la joie de vivre, son essence, le moteur libérateur que l’égo, dans ses vieux vêtements, tente d’étouffer avec tous ses artifices et sa paresse.
    Oui, il n’est plus vraiment temps de traîner en route. Le jour va se lever, l’aube approche pour le grand message. Puisse alors la paix être en nos coeurs.

  36. Equibella dit :

    Voici un message que j’avais « préparé » qq jours après l’accident en Suisse , et que je voulais partager avec vous ; aujourd’hui, je suis moins « agitée », mais je poste quand même cette question, car même si je suis très réceptive à votre article ci-dessus, et prête au fond de moi à joyeusement recevoir ces nouvelles impulsions, je sais que je n’en ai pas encore fini avec ces questionnements :

    Passeur, Passeur, je saisis la balle au bond pour vous faire part d’….une énigme ;
    Depuis quelques années je marche sur un chemin qui est devenu de plus en plus passionnant grâce
    à cette ouverture de conscience que vous mettez en lumière dans votre site, je progresse à mes propres yeux, je me sens plus en accord avec la Vie , je fais plus de bien à mon entourage et à moi-même…Tout cela me rend de plus en plus sereine et tranquille; MAIS , je lâche enfin – devant vous-
    ce qui ne me laisse pas en paix , qui rode dans un coin de mon être, et qui se trouve brutalement réactivé par l’actualité d’hier ;
    je ne fais pas de hiérarchisation de la douleur et de la souffrance, c’est juste que tout y est pour réactiver puissamment ce que j’ai évoqué ci-dessus : l’âge des enfants, l’extrême brutalité du choc , le nombre d’enfants tués.
    Partout où je porte mon regard – spirituellement parlant- depuis ces dernières années, que ce soit dans différents livres, sites internet, extraits video , je suis nourrie de messages porteurs et soutenants, éveillants, et souvent d’une grande bonté et attention. Mais jamais, je ne trouve la réponse à cette torturante question : «  POURQUOI  visiblement cette nécessité de faire passer des humains par des épreuves de cauchemards de si grande intensité ? Et à notre époque d’ouverture de conscience ? Et touchant des enfants ?!!! »
    Je sens que mon incompréhension , non mentale , mais au niveau du cœur , de ces faits me bloque dans mon accession à plus de confiance , de lâcher-prise, de foi . Un cercle vicieux.
    C’est quand même étonnant que tant de personnes ayant « expérimenté «  la NDE , ne soient- apparemment- jamais revenues avec une lecture claire du pourquoi ;

    parce que ce qui me choque le plus , c’est l’ENORME contradiction entre la chaleur , la bonté , l’attention de la Création et de ses « messagers » envers les humains, décrites à maintes reprises lors de communications diverses et variées et la brutalité , la cruauté exercées à l’encontre des humains , en l’occurence ,même de jeunes enfants de 10 ans , qui parait-il sont nombreux à être des êtres de lumière , pourquoi leur faire subir de telles horreurs (et j’élargis évidemment à tous les jeunes enfants de la terre qui vivent des atrocités….).
    Je suis fatiguée de ce tiraillement qui confine à l’écartèlement, et je me tourne vers vous Passeur, en vous demandant ce que vous ressentez au plus profond de vous à ce sujet.
    Merci en toute fraternité.

    • Le Passeur dit :

      Pour ce qui est de l’affaire que vous évoquez, tout ce que je peux vous dire c’est que ça sent vraiment très fort la manipulation. Ce qu’on appelle dans les pays anglo-saxons les opérations sous fausse bannière sont très nombreuses à travers le monde et s’exercent à toute échelle. C’en est une à mon avis qui vise à élever à nouveau la haine entre les communautés. A travers des actes atroces suscitant des débordements émotionnels, on prépare ainsi psychologiquement l’opinion à des opérations à venir de plus grande envergure et à toujours plus de lois dites « sécuritaires ». C’est un grand classique et c’est parfaitement rôdé dans le plus grand cynisme qui soit. N’oubliez pas que seul le niveau de médiatisation contrôle l’émotion suscitée. La preuve est que des milliers d’enfants meurent tués chaque jour par les armes, la maladie et la faim dans des pays qui n’intéressent personne sans que ça ne trouble beaucoup de ceux qui s’émeuvent chez nous depuis quelques jours. Tout est question de mise en avant, de projecteurs et de mise en scène.
      Pour élargir la question car je ne souhaite pas vraiment que cette actualité fasse l’objet de discussions ici, il n’y a pas de nécessité à ces épreuves. Elles surviennent lorsque le niveau de conscience ne s’élève pas et que l’âme souhaite qu’il en aille autrement. C’est un sujet qui a été abordé plusieurs fois dans les articles de la rubrique « L’Eveil ».
      Pour finir, je ne sais pas si tout un jour sera révélé ou j’espère que cela le sera lorsque les consciences seront suffisamment éveillées pour en dépasser l’impact, mais croyez-moi, le niveau de l’inacceptable sur nos critères humains est bien pire que tout ce que vous pouvez imaginer. Un jour viendra où tous sauront qui sont les marionnettistes, comment ils agissent et tout ce dont ils sont à l’origine et qu’ils on fait passer pour tout autre chose.

      • Equibella dit :

        Cher Passeur ,
        je ne faisais justement pas référence aux évènements de ces derniers jours (ayant la même lecture de son « traitement » , entre autre),mais comme indiqué au début de mon message, à l’accident en Suisse du car d’enfants belges ; puis-je vous demander de relire mon message (si vous acceptez de me répondre) car c’est une sorte de malentendu…
        Merci encore du fond du coeur !

        • Le Passeur dit :

          J’ai lu un peu vite en effet, pardonnez-moi. Cela dit vous faisiez bien allusion à l’actualité d’hier aussi ou alors j’ai mal compris. Par contre je maintiens ce que je disais : vous avez réponse à cela de plusieurs manières à travers plusieurs articles de l’Eveil. Ce qui a d’ailleurs donné lieu à des échanges nourris dans les commentaires. Je ne peux que vous inviter à les lire patiemment si vous ne l’avez déjà fait.
          Pour résumer une part seulement d »un angle de la réponse, le jugement que vous pouvez porter sur ces épreuves est toujours limité en proportion de ce qui est non guéri en vous. A commencer par les racines profondes du sentiment d’injustice. Beaucoup des enfants qui portent en eux des épreuves (maladies, déficiences physiques, mentales, maltraitances de toutes sortes, morts violentes, etc.), sont souvent venus pour apprendre quelque chose à leurs parents ou à leur environnement direct. C’est un accord d’âmes à âmes qui accélère l’évolution des uns et des autres par la qualité de l’expérience. Dans ce monde duel et très immature, c’est hélas souvent à travers la difficulté qu’on apprend le plus. Mais ce n’est pas non plus une fatalité.

          • Equibella dit :

            Je vous remercie pour votre obligeance et votre délicatesse ; ce que vous m’avez répondu a immédiatement apaisé cette souffrance en creux qui ne me quittait pas , merci de m’avoir tendu cette pièce de puzzle !!

      • alain thomas dit :

        Chapeau Passeur pour votre réponse à Equibella. Il faut je pense du courage pour oser écrire ce que vous avez écrit.
        Je vous rejoins totalement, à cent pour cent, pour votre analyse de la situation sur notre planète.
        En cela je vous suis très reconnaissant et fidèle.

        Voyez-vous, je crois qu’il est très important de se situer dans une dynamique d’ensemble où il faut à la fois être conscient de ce qu’il se passe réellement dans toutes les cultures et dans leur interconnexion et en même temps garder bien en vue la formidable abondance que la terre nous a toujours réservés et nous réservera encore, ainsi que la splendeur qu’elle révèle à chaque fois que notre regard la croise.
        Je crois que nous avons tous en nous le potentiel pour réaliser tout ce qu’il se passe, de comprendre toutes les énergies comme étant synchrones et que la symphonie inclut toutes ces énergies, qu’elles soient négatives, positives ou neutres.
        Afin de réaliser vraiment qui nous sommes, nous avons besoin de connaître toutes les énergies, de les expérimenter, afin de les transformer en éveil.
        Bien à vous.

        • Béa dit :

          Bonjour Equibella,Passeur,Alain Thomas et vous tous,

          L’erreur qui a conduit l’humanité à de telles distorsions est la croyance en deux forces d’opposition créant conflits,injustices,violences…

          La grande révélation de cette fin des temps est la re-connaissance qu’il n’y a pas deux dorces mais deux fonctions de la même force.

          Ainsi la force répulsive(perception d’égo)maintient l’illusion d’un extérieur duel et menaçant alors que la force attractive (vision d’amour)tend vers l’intégration et l’unité du Tout en soi.

          Cette compréhension nous révèle l’harmonieuse perfection de l’oeuvre cosmique et nous invite,ici et maintenant, à participer en conscience à la manifestation de cette orchestration,Une,infinie et Divine.

          La dualité n’est pas à craindre,fuir ou nier,elle est à accueillir comme l’élèment indispensable à la manifestion de la vie,de l’infini,du Tout.

          La paix est le résultat de l’attention que nous maintenons sur cette réalité originelle et de notre choix,à chaque instant, d’ incarner la grandeur de notre filiation et de notre complétude Divine.
          S’éveiller c’est cesser de prendre l’illusion pour la réalité.Etre c’est re- co-Naitre que Tout est amour (ou…appel à l’amour!) et ne souffre,en vérité,d’aucun opposé !

          Lumineuse journée à chaque Un ! !

    • John. dit :

      Je voulais aussi participer à essayer de vous dégager de ce questionement en quelques mots.

      Pourquoi les épreuves aussi mauvaises soient-elles, sont-elles imposées à l’humain?

      Une part de réponse est qu’il n’existe pas de bien/mal pré-établi, mais ça vous avez déjà du l’entendre alors je vais essayer de clarifier. Il n’existe que des causes et des conséquences à l’échelle du dessus. L’événement que vous percevez comme négatif devient une cause, et en cela il aboutit à tout un tas de conséquences. L’événement n’est pas déclenché parce qu’il est négatif, ni même positif, mais juste parce qu’il aboutira à tout un tas d’autres réactions souhaitées. La réponse est dans l’aboutissement, peu importe la prétendue cruauté de la cause, ce qui compte sont les conséquences. L’humanité a d’ailleurs sa responsabilité dans cela, car si des causes comme vous le qualifiez de cauchemard arrivent, c’est car les humains y sont réceptifs. On ne reçoit que ce que l’on a besoin.
      Je vous partagerai bien aussi une vision globale difficile à digérer mais qui peut aider à comprendre cela. Le passé, le futur, n’existent pas. Tout s’est déjà passé du commencement jusqu’à la fin. Et cela pas parce que le monde a eu le temps de se dérouler par le passé, mais bien parce qu’il a été créé dès le départ ainsi. Mais cela ne veut pas dire qu’il est figé. La hiérarchie de conscience, jusqu’à la notre en bout de chaine, est ce qui permet au monde d’évoluer au sein de son espace de temps de manière et avec un potentiel infini. Si vous pouvez vraiment comprendre cela vous comprendrez que les événements ne sont que le reflet éphémère d’un aboutissement plus ou moins contrôlé, pouvant par la suite être remodelé à l’infini mais avec de nouvelles bases.

      Un autre élément de réponse, d’un autre point de vu, est que ce qui provoque chez vous ce malaise est sans nul doute lié à l’implication d’enfants. Un instinct de protection doit résider fortement en vous, dès que cela est touché, vous perdez complétement votre discernement. Apprendre à se détacher du mental est un thème récurrent ici, et certainment quelque chose sur lequel vous avez avancé. Mais apprendre à se détacher de l’instinct est beaucoup plus difficile, et de toutes façons impossible de manière complète. Si cela est votre essence propre, cela le restera. A vous d’accepter que cela vous compose, que cela vous rende triste, même que cela puisse vous mettre en colère. Acceptez les émotions qui vous traversent comme une réaction qui vous convient. Ainsi cela se passera beaucoup mieux pour vous.

      Et aller pour finir un dernier concept qui pourrait vous aider aussi. La seule manière de lutter contre quelque chose que vous considérez comme mal est de ne pas le juger. Lorsque le mal est jugé, il absorbe l’individu.

      • alain thomas dit :

        Excrellente démonstration John, très instructive.
        La colère est saine si elle ne nous entraîne pas dans le dogme ou le manichéisme.
        Tout a un sens mais rien n’est figé.
        Ce qui fait la richesse de la création est qu’elle s’exprime dans le champ infini de la conscience. Selon nos schèmes mentaux, notre esprit prend des orientations diverses, souvent contradictoires, en fonction de nos humeurs liées à nos actes passés.
        Si nous comprenons que tous les mouvements sont en synchronisation, nous acceptons que tout a un sens.
        Toutefois, l’univers est expansionniste et la conscience a une forme spiralaire. Nous évoluons donc.
        la période que nous vivons est exceptionnelle parce que les prises de conscience de ce que nous sommes et de ce que la nature nous transmet comme messages sont propices à une évolution spectaculaire et transformatrice.
        Ceci dit, il est préférable de prendre un enfant dans ses bras que de lui mettre une balle dans la tête.
        C’est ici que nous exprimons notre colère et notre compassion mais c’est aussi ici que le jugement ne nous aide pas.

      • Equibella dit :

        Merci pour votre réponse généreuse qui m’aide aussi.

      • pierrot dit :

        Eckart Tolle dirait ‘réagir à une personne inconsciente te rend inconscient’
        Réagir à un balancier énergétique (transurfing) alimente le balancier.
        Agir sans réagir est la voie.

    • Stéphanie dit :

      Bonjour Equibella,

      Je comprends votre désarroi face à la tragédie de l’accident en Suisse, j’avoue que moi aussi lorsque j’ai vu les images de ce bus détruit, mon cœur de mère a ressenti une énorme tristesse pour tous les parents des victimes.

      Je me joins au passeur pour confirmer que les enfants qui ont un destin « tragique » sont le plus souvent des êtres de pure lumière qui ont accepté de jouer ce rôle pour l’évolution de leurs proches et que tout est bien ainsi. Nous avons tous une mission à accomplir lorsque nous venons ici, celle d’évoluer et de remonter vers la source.

      J’ai eu l’immense joie de pouvoir marcher durant mes premières années d’incarnation dans cette vie à côté d’un de ces êtres incroyables. Cela a été pour moi une grande source d’inspiration qui m’accompagnera jusqu’à mon dernier souffle ici. Mon cousin qui est né avec une maladie génétique à souffert le « martyr » dans sa chair tout au long de sa courte existence, cependant, en lui il n’y avait aucune peur, rage, colère, envie, tristesse, il n’y avait qu’amour pur ou inconditionnel et lumière.

      Je n’oublierai jamais ce qu’il m’a transmis et ce que j’ai vu et ressenti la dernière fois que je l’ai vu avant qu’il ne parte. Il avait 7 ans et demi, j’en avais presque 9, c’était le printemps la journée était ensoleillée, il y avait du vent et les oiseaux chantaient, la vie pulsait intensément. Il se trouvait à l’hôpital sous une sorte de tente à oxygène car il ne parvenait plus à respirer tout seul, nous l’avons vu d’une vitre car nous ne pouvions pas entrer dans sa chambre. J’ai toujours senti une très grande connexion entre nos deux âmes et je ressentais un immense amour pour lui. Mes parents m’avaient expliqué qu’il ne lui restait plus beaucoup de temps à vivre, j’étais terrifiée à l’idée de le voir pour la dernière fois, mon cœur saignait et me faisait horriblement mal, ma tristesse était infinie, et je ressentais le poids de la culpabilisation d’être vivante et en pleine santé tandis que lui il s’éteignait. Je trouvais cela si injuste ! Je crois que si l’on m’en avait donné la possibilité je serais morte à sa place. Mais tel n’était pas notre destin dans cette incarnation.

      J’ai la capacité depuis mon plus jeune âge de changer de vibrations en l’espace de quelques secondes, il m’est arrivé, en certaines circonstances, de passer d’un état de tristesse et de souffrance intense (comme celui décrit plus haut) à un état de joie intense et de béatitude, c’est surprenant à vivre, je n’en connais pas la raison mais c’est ainsi. Donc lorsque je suis entrée en contact visif avec lui j’ai vu la lumière autour de lui et l’immense joie dépeinte sur son visage, mon cœur a ressenti à l’instant cette joie intense et l’amour inconditionnel dont nous parlons tous ici, mais qui pour moi est une réalité absolue. Enfin, il y a eu un échange télépathique entre nous où il m’a dit de ne pas m’inquiéter qu’il retournait dans la lumière qu’il était en paix et que tout était pour le mieux.

      Ce qui est surprenant ici, c’est que j’ai moi-même failli mourir lorsque j’avais 6 ans, au cours de cette expérience il m’a été donné de vivre l’amour inconditionnel et l’unité, ainsi que le changement de vibrations très rapide que je décrivais plus haut, cela m’a permit de ressentir d’une façon très forte et très nette mon appartenance à la lumière. J’imagine, en revanche, que pour mes parents cette expérience ressemblait davantage à un cauchemar puisqu’ils pensaient me perdre.

      « C’est un accord d’âmes à âmes qui accélère l’évolution des uns des autres par la qualité de l’expérience. Dans ce monde duel et très immature, c’est hélas souvent à travers la difficulté qu’on apprend le plus. » Voilà une grande vérité exprimée par le Passeur, en tout cas jusqu’à ce jour.

      • Equibella dit :

        Merci Stéphanie pour ce beau témoignage, riche d’enseignement pour quelqu’un qui n’a pas souvenir de connexions semblables ; en quelque sorte je fais mes premiers pas ( ou je le ressens comme tel) dans ce nouveau monde qui facilite la levée du voile de l’oubli , et la vie a de nouveau pour moi une saveur grisante et stimulante ! Je vous remercie du fond du coeur d’avoir partagé votre ressenti , belle continuation !

  37. anne-isabelle dit :

    Ceci renvoyant à cela, une pensée du jour en conclusion à ce très beau message:
    « La grande question est donc : « Bon, est-ce que je bazarde simplement toutes ces choses indésirables pour essayer de repartir à neuf ? »
    Et nous disons, non. Vous donnez simplement le Ton, là où vous êtes, en cherchant des choses à apprécier.
    Et en donnant votre Ton de manière très claire et délibérée, tout ce qui n’est pas en accord avec lui est attiré hors de votre expérience, et tout ce qui est en accord avec lui est attiré dans votre expérience.
    C’est tellement plus simple que ce que la majorité d’entre vous consent à croire. » Abraham

    Merci passeur,de ne pas faire que passer et de nous accompagner au quotidien, ce site est une eau de Jouvence pour Travailleurs de Lumière un peu fatigués (entre autres), je m’y ressource chaque jour.
    Continuelle ondée d’Amour et de Lumière sur vous tous, C la dernière ligne droite, RV tous de l’autre côté du chas!!!!
    Fraternellement
    Nouchka

  38. anne benaros dit :

    A point nommé …..Merci , ce matin mon coeur était en joie , je sais pourquoi à présent , tes mots Le Passeur , écho de notre âme , ceux de Daniel Meurois ds une vidéo de février , oui il se passe de belles choses , laissons les vivre avec joie et confiance ….Affectueusement

  39. Moni dit :

    MERCI cher Passeur pour cette belle réflexion, pour ce chemin de vie qui se fait. Pour tout ce qui se passe en ce moment dans le monde, l’article dans « www.mercijetaime.fr » (je ne sais pas comment mettre le lien) qui s’intitule « j’ai le choix », m’a permis d’être concrètement dans l’action de la vie actuelle, sans être dans la réaction. Et dans la JOIE de sentir que tant de personnes sont dans un mouvement commun pour « la symphonie à jouer ».

  40. pierre dit :

    c’est une eau vive qui émane du passeur….qu’il nous transmet pour mieux s’abreuver à la source

  41. koala8 dit :

    très belles paroles qu’il convient juste de recevoir humblement,

    merci

    une… passeuse (qui passe sans…re-passer!! histoire de déclencher une petit sourire…)

  42. Anne-Marie chevalier dit :

    Bouleversant de beauté et de clarté.
    D’un grand soutien.
    Grand Merci
    A M

  43. Scal dit :

    tout simplement un magnifique résumé de la situation actuelle, avec calme et humilité

    bravo

    un autre passeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *